Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03966
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 20, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03966

Full Text
w
>�"� jy
^e

Cl�ment Magloire
DIRECTEUR!
358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N�2242
C'fftl mHHt� �| '�' ''�' �'<�' b r 11
oui m a'se jjrrtPf :JI�' pi ni l< rlJS��ti I '
plis p�nible est de iliiiim . ;ii<-
reo�e-l il �l'y ajouter un n�a irr '
i.viuintii
aS�me ANNEiS N* 6950
PORTaUiHINCKOMITI)
VENDU� DI 21 M\KS 1930
La Situation
Nous avions bien raison
dans notre �ditorial d'hier,
d'essayer de pr�ciser la situa
tioo que ferait a M. Eug�ut
jtoy le^vote layorable d<
l'Assembl�e dite des D�l�gu�s
d'arrondissement et de con-
clure, avec ie bon sens, qui
celle siiualioo ue peut �tri
que ceile d'un candidat.
Toutes proportions gard�es.
le r�le de cette Assembl�e ni
pourrait �tre comparable qu'a
celle d'une des Conventions
am�ricaines, r�publicaine ou
ou d�mocrate, quand elles si
r�unissent pour lu designatioi
de leurs candidats � la piesi-
dence, sans pr�judicier a�
droit du Corps �lectoral m
d�cider comme il loi convient.
Au vrai, en �crivant uotri
article d'hier en vue de lain
cetlt- pr�cision, nous aviun
en un scrupule : celui u�
para�tre �crira pour des gens
1res simples, estimant,ru effet,
qu'il l�udiait �tre dune gia
de simplicit� d'esprit pou
croire que, dans celte occu-
rence.il pourrait �tre questioi
d'autre chose que ne choisi
un candidat a pr�senter .
��lection du t.onseil d'ivat.
i Mai-�, - comme quoi il fau
lo jou s se mener de soi-m�
aie et de sa propre impression.
� une convocation nous es
Skmibcc sous les yeux hicr.qu
Invite, sans �quivoque, a i r�-
fection du pr�sident piovisoi
re de la R�publique devaui
�cceder, le 15 mai prochain,
A M. lioruo �, et cela nous a
leodus,perplexes, eu justifiant
CD m�me temps notre article
D'ailleurs, des conlr�re
D�me ont commis pareille
�rieur, si erreur il y a, et il
ne nuus reste plus qu� cure
gtstrer l'�tat d'esprit dans
lequel sont d�cid�ment me-
n�es, par les groupements de
loppositiou, les utlaircsde la
nouvelle �lection pr�siden-
tielle.
Mais aloi s, quelle est ta va-
leui de la clause suivauu
publi�e l'autre joui par noir�
(onir�re le Nouvelliste et it-
pioduik, dit-il, � u un me N
mou r relatif au plan de la
Commission � :
�4.�lt est admis et compri
que le Gouvernement ameri-
est oblige de respecter l'orga-
nisation politique constitu-
tionnelle de la R�publique
d Ha�ti. Cette d�claration ne
prejudiciu en rien au droit
des luiuis gouvernements
ha�tiens de reviser, par des
m�thodes convenables, la
Constitution ha�tienne. Tous
changements pouvant affecter
les relations contractuelles
existant entre les Etats-Unis
�l Ha�ti seront naturellement
l'objet d'une n�gociation pre
alabie entre les deux gouver-
nements.�
L'Assembl�e g�n�rale des
D�l�gu�s d'arrondissement
�U elle donc partie de � 1 or
poisatiou politique consti
tutionnelle� de la r�publique
[� Ha�ti ?i Voil�,nous semble-
l'v quiesl lait pour reteuii
�attention.
U'i r�pliquera peut-�tre qu.
I(L omiie f�d�ratif sait sou
�"aire et que cette clause,
e�a�t de la Commission, ne
'e lie pas. rjais encore.voici
JJ 4'iVmi peut lire dans le
J*ninnniqu� du Comit� le d�
, ,' llll-m�me,reudant coin,�
le des op�rations:
[Au point de vue du Co-
rai|e l�deratil, c'est de cett
��sembl�e populaire et uni
Moment d'elle que le pr�si
t�t provisone tieudra ses
jp^oirs. Mais la Coraraissioa
" pre�'deut, pour les conve
nces du gouvernement des
�s Lnis. es-ime qu'avant
J" a,88;-luiioD,/e Con&edd'Etut
"^�aso*. cel�, a nommer
Actualit�
lia Prohibition
aux �tats-Unis
iid)
En 1914, les h�pitaux sol-
d�rent y�tib' cas d alcoolisait
aigu.
Lu 1919, le moindre �tait di
3;J40, en 1920 de 3325, ci
chillres marquant un sensibi<
progr�s.
Puis, d'anu�e en ann�e, i
�errain se fit plus glissant >
�e recul s'accentua. Voici ';
statistique:
1921 3862
1922 (>So()
1923 M342
1924 10398
1925 io:i(ii
192(J 10898
Si ces chillres veulent dix
luelque chose, ils prouven
lue le nombre de patient
�oui alcoolisme aigu a tnph
u six ans. Et nous sommes a
neme d'ajouter que les cas in
ieiirium Iremens se sont in m
imites huit lois parrappoii i
.920.
Voyons maintenant U li-si
les inoits, victimes directe
e l'alcool. Elle est assez edi
liante.
Le chiftre le plus �lev� de
puis trente ans, pris dans ta
ann�es ant�rieures � la pro-
nibition, avait �t� 719 pou
1907. L'ann�e suivante, cela
..tait tomb� � 409, puis re
mont� � �33en 1909 et a (>2l
en 1910. La statistique indi-
qua (HiO en 1914, diminuant
cusuite graduellement ses
chiffr�e jusqu'en 1920.
1919 170
1920 98
1921 119
V�ll 274
1923 429
1924 513
1925 082
I92(i 759
Apr�s avoir remarqu� que
le tabltnu luu�bi e accuse si pi
lois plus de d�c�s eu 11)26
ju'eu 1j20, tout eu ayant
uote en passait qu'il u y eut
jamais plus de victimes ni de
patients dans les h�pitaux
pendant une p�riode de trente
ann�es, vous vous demandez
sans doute si les New Yor-
kais boivent davantage depuis
(lie la loi le leur d�tend.Dans
i ensemble, je crois pouvoir
dire que les buveurs sont sen-
siblement moins nombreux
qu'autrefois, mais que ceux
qui s'adonnent a la boisson, ei
m�me ceux q u i d�gustent
avec mod�ration, courent
beaucoup plus de risques que
jamais. Comme l'a ecjil daus
>on rapport l'�iuiuent Doc-
.eur Norris, medeciu �uspec
eur de i* Ville: � la qualiie
tr�s int�rieure des boissous
qui se cousomment cousli
lue une menace permanente
poilf la saule publique�. Lt
puisque nous parlons de sali-
ne, que l'on me permette a ce
sujet quelques int�ressantes
observations concernant l'un
puissante m�tropole. La lutte
coutre la tuberculose s'y est
ie m�me personnage appa
reniaient, comme pr�sident
U Unitit, le 14 avril prochain.
t Cette combinaison de prouver que le gouverne
,ueui am�ricain ne .reconna�t
que les gouvernements cous
titutionnels et jamais ceux
qui sont issus d'une r�volu.
lion �.
Il y a vraiment de quoi
commencer � r�fl�chir.
montr�e ellieaee et les r�sul-
tats, sans uul doute, seiauut
m�me encore plus brillants
>ans le handicap de l'alcoo-
lisme. Quant � lu diarrh�e
infantile, lis ehillies donuent
te droit ue se r�jouir.
^Lu li, lu, i�s deces par suite
e tuueii i.io.M- �taient au
� lonibie de 10.07-�. hu 1020, ei
lUdlgi� une augmenta.ion de
mes de 2�o/o daus Ij piqm-
ation (el.t ne tut que de 5 o/o
ie 1920 a 1920), le ihlftie se
trouvait ledun a 5.506.
hu 1910, les petites victimes
le la uiuiihec iiilauule dou-
taient un total Ue 5.618. Lu
1626, il n'y eu avaii p us que
1.002, ce qui esi une am�lio-
i ulioii extraordinaire, merveil-
i. use, � peiue croyable.
La lyphuidc, de son c�t�,
lut combattue avec succ�s. De
oo\S eu 1910, ie nombie ues
uuiis de la c�l�bre li�vie
t.il. tombe a ill en 1926,
l'ai contre, dans la m�me
�eiiode, le caucei el la nia l� -
lie de c�ur tirent des bonds
dans l'autre sens. .
Le cancer qui. en 1910 pro ]
voqiiau 3.7lO d�c�s, avait
7.033 a son cr�dit en 1920.
La maladie ue c�ur, elle,
�>e lit plus arrogante encore.
Favoris�e par la fr�n�sie des
ann�es prosp�res, gagnaut
constamment du terrain daus
la course au dollar, plus �pre
de jour eu jour, elle parvint
a porter le chiflre de (5870
pour 1010 a l�,784 pour 11J20.
Letie ellroyable diff�rence...
Mais jy songe, il est temps
que nous reiouruious a nos
liqueuis.
Uue des choses les plus in
t�ressantes � observer du
point de vue de lu prohibi-
llou.cest le changement dans
le type des recrues de l'alcool
depuis qu'il tut pro. ! un i,-
legal. Au.eneuiemeul a la loi,
avec des saloons � tous les
eoius des mes, avec la possi-
bilit� d'y liouver uujbock de
bonne bi�re pour 5 ceulnnts
ou un petit verre d'eau-de-vie
houoiable pour le double, la
grande masse des travailleurs,
m�me les plus m .1 payes,
pouvaient s'offrir une petite
station au comptoir - et ils
ues eu privaieui pas. Ils n'e-
1 talent u'ailleurs pas fatale-
ment alcouhques pour cela.
Aujourd'hui, a moins d'�ire
uu buveur inv�t�r�, l'homme
du peuple y legarde a deux
lois avant de se glisser dans
un cabaret clandestin o� l'at-
tendent, suivaul sou go�t,soil
uu de a coudie de mauvais
whiskey pour 7� cts. ( 18.75
au laux de 26 traucs ^our le
>iollar ), soit uu petit verre
de bieie ( le tiers d'uu bock
d autrefois) pour l'i centimes,
deaueoiip, bien euleudujran-
chisseui q-aod m�me le seuil,
^ttiie� bequeinmeul par la
seule chose deleudue, mais
leur nombre ne saurait eue
compare, en aucune fa�on, �
celui ues clients habituels des
nars et des saloons du temps
pass�.
Seulement, si les petits sont
devenus torc�ment plus s�-
mes, par une ironie du des-
tin, uue grande partie de le
communaut�, qui ne buvait
pas ou tout a tait rarement
lorsque (es meilleurs cognac�
Je t'iauce et les plus laineux
Whiskys d'Lcosse pouvaient
sobieuir, a un prix raison
uable, ouvertement et par-
L'fil�al Rhum
AUX ROY
28 ann�es de succ�s. I
<5��
parce qu'ils aiment leur 6o�t
distinct et app�tissant. Ils
plaisent quand toute autre
c�r�ale �choue.
CUITS SANS FEU�
AU MOULIN-PENDANT 18 HEURES
Fixm;onk d'Avoir! :i Minutes
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�aise.
Lr prochain irage de celle loterie est fix� an Dimanche
(5 WHII. 1830. � (J heures du matin, au Th��tre Parisiana.
1^ omil� d'edminil ration est heureux d'aviser le public
que la nouvelle r�partition comportant un plus grand nom-
bre de lots tra�nants
'�mission est de 4,000 billets au
Heu
'our le 'irage
de 5.000.
de
Mars
1 Gros lot Gourdes
1 � or� �
1 � c
'A Lots <
S �
4 lots
75 "
2 Apx.du 1er Gros lot de
2 " 2me
2 3�me
2.100
*>M
150
00
00
90
12
30
24
i;>
2.100,00
�00,00
150,00
270,00
180,00
120.00
900,00
�0,00
: 4�,00
�30,00
117 loi� se terminant par lesdmxj
derniers chillres des3gros �otsG.6 0702,00
Paiement des lois gagnants tous les jours de
dix heures � midi au magasin de M Simon VIEUX.
(1) Ve�r U Matin du 20 Mar� 1
tout, �prouve du plaisir, de-
puis la prohibition, � cousoin
mer des alcools �le builiime
ordre. Ou voit des �tudiants
daus ies universit�s, les col-
l�ges, lesecok's primaires su-
p�rieures qui, autrefois, se
montraient tiers de lenrabsti
ueuce, trouver de bon ton de
s'adonner aux liqueurs fuies.
O� voit des daines du meil-
leur inonde 0'gaui�er, � tour
de r�le, des s�ance� de cock-
tails, lu ceci n'est pas une
tahle. Le tait est notoire et
les dames en sont li�res. Ou
voit des messieurs � a vrai
dire, cela tait partie anjour
d'hui de l'�quipement de tout
geutleman am�ricain � por-
ter sur eux uu hip // con de hanche), rempli d'al-
cool. Ils le d�gustent avec des
amis au club et sarratigent,
au restaurant, de trouver un
ahii soasla tahle pour verser
le pr�cieux liquide dans les
verres des hommes et des
lernmesqui les accompagnent.
Chacun fait go�ter sa mar
chandise�et cest tort amu-
sant pour tout le inonde. Il y
a des liip ttasks de toutes les
grandeurs, de tous les m�-
taux et de tous les mod�les.
Ou vous eu pr�sente ues longs
des bomb�s, des bis aut�s.des
plats, en or, en argent, en
oxyde, eu nickel ou en ler-
biauc. htlestail enrs se tool
un devoir d'�tablir des poches
de la diinc.j&iou comman l�e.
Lthipfla�k, bien entendu,
n'est qu un des moyens em-
ploy�s pour naiguei la loi. Il
sert au bureau, dans l'auto-
mobile, daus les clubs st icis
et dans les restaurants ayant
peur de s'attirer des histoires. \
Mais a la maison, dans les
bottes de nuit, dans les coun-
try-dubi (clubs de la cam-
pagne g�n�ralement vou�s au
goil) ou dans les spcnkeasics,
il est bien inutile, les bou-
teilles d�sir�es ornant tou-
jours la tahle.
( � tufare ),
Les crimes commis
� Londres
LONDRES�Le bilan des cri-
mes commis a Londres au cours
�le 1 ann�e derni�re n est pas �
I civautage des gardiens de l'or-
dre, es journaux appellen' cette
ann�e � une ann�e none pour
la police �. Ils ajoutent que
dans la lutte �ternelle entre la
police et les criminels, ce sont
inuioars ces derniers qui ont
le dessus. L'anue 102'.� a l�g je �
l'ann�e courante six ineurlus et
assassinats qui demeurent mys-
t�rieux pour la police.
Au cours de l'ann�e, les Irau-
dss de toutes sortes ont �t� plus
nombreuses et les traudeurs ont
montr� plus d'ing�niosti� que
par le pass�. De m�me les vols
avec eltraclion perp�tr�s avec
une audace inou�e. Quant aux
gens qui ont trompe la cou-
Bsnee d'honn�tes citoyens pour
le* escroquer, c'est un record.
FAITES REPARER
Vcs machines � �crire, ma-
chines � calculer. Ortho.dio-
niques.caisses eniegistrcuses,
ete, a l'Atelier do l'Ecole Sp�-
ciale JeSt�no D ictylographie.
Travail rapide et soig
Angle des du Centre
et P�rou,T�l�phone 2020,
Port-au j/rince.
..l
... ;i m , dai s m ( en et s bon-
t quesqi uivenl dam quel*
c|ues ui-s de nos quartiers pan*
\ i � s 11 i dam< qui ronfle il �le-
vant un bac rempli de qnh -
e:nll< i,de fn i debouli illea
de rhum et, de i ii in. L'i i ai>i�
lent de i d qnl passeit,
.sons foi n <�.'( blague, tv taiatl
d'une I � Ue n ( ll^, o'un
paquet de cigan i es tti omme la
lemme i ( n r�veilla pas, il p
hih lui \� ra . Ih . lui souilla dans
M oreilles. I Ile soi fla uu peu
plus largi du ni, � lira m s deux
liras, ouvrit enfin ses ysnset
eut un soni ire i aiitiait, puis, se
tuissa u prendre | ar lt som-
meil qui, il faut U dire, devait
�tre lu n doux sot b ci m -ses
parfoDi�i s de me vr-
Dsit, ( n i hantant, de la mer...
... Il ai nvail toujours A minuit
.m Pr�-Ci l�Lan et il est et ai*
ni� d'uni grande qui y
nubile. Cl aqne lo - uu< mu mt
oane, b I brime pe>
b| d IV i rebaillen i ni de l'm e
.. �- poili s de l'�tal ni 11
il est tellemin u idou-
'ii me < oup il p i lo iji mis.
Kl tout le mou le sV i st . endu
i. upte el m nui" I i blonds
�tait triste hier soir,� il �tait
une heure pu i un g . . ut qui
im�ourlisaiisanssue< es lui mur*
mura alors:
� Ce n'est \> i. p ine de l'at-
endre. Il ne viendra plus. Le
douzi�me t oup a d�j� tint�.
... a vu,dimancm apr�s-midi,
un homme dont le moins (jue
l'on puisse dire c i il qu'il est
li�s robuaLf. Il n onlail un che-
vjil lies nfaigre el qui eomms
iians la i.ilili- n'avpil plus que
les os it le peau. L'i nimal allait
tr�s lentement malgr� les mul-
tiples coupa de louel de l'hom-
me et �m avait la si naalion que
sa colonne vert�brale plovnit
sous le fardeau...
� �
... i not�, .i\ c joie, comme
une preuve qui la Iltt�raturS ne
peut jamais sea droits, dans un
de nos journaux, deux petites
plu uses ir�a courtes, A lu lin
d'un m tu ii oui ni pi Ul rire que
d'un lettr�. Voici 11 s dsux ps*
tilea phraaea lap .. irea /. .////><�
grattait. Voici l'aurore Ne sont-
elles psa du meiih ur Verlsins,
du Verlaine toutpur comme sot
� lit un professeui que tout le
monde coiiikii! ;
Puisque l'auhc grandit, puinqua
soin i aurore,
puisque ipi i m. i ..,i lui lougtempa,
l'espoir viui bi�-n.
� �
... a vu deux femmes blan-
ches, des toui islea certaine-
ment qui, aui environs del�
Poste cari de leur main
gant�e de jau e la chi velnre
uoire, �psisse el 11 �pne de deux
petits gar�ons qui en Fermaient
de bonheur leui vaux, pervers
d�jA...
... a vu une fillette qui reve-
nait de I �cole. Elle musait telle-
ment, accrochant avec tant de
curiosit� les u ;,i I .ksesyeux
goorman ls sur li i ipsetscles
qui se d�ployaient aatoar d'elle
qu'elle ghs>. > i i is une rigole,
presque vide hem � usemenl.
lille se leva d.i.is le rire g�n�-
ral, �pongea si main dana sa
iupe et gagna as maison, apr�s
cette chute, presqu'en courant.
... a vu, hier matin, cinq �co-
iers qui se pr�l issaienl nu
Champ-dc Mars, sur un banc,
pies du kiosque. Il �tait neuf
heures. L'an deux chantait. In
.i re a'�l rail an b .iglant. l'n
oisi�me badl.ii . Les deux au-
as se faisaient des coi incaa,
I t NoTRS �.l se oi u.i, dana
son lau^ jje luit d< h utements
da paupiiies : U^iis tout cela
que re&je-l il p. le?
Assarex i cidaat
i la � C; i lue A
aie Aisuunce �orporulioa Ll-
nuled �.� Vve l;. ociuuuimain,
Agent Geu�ral pour Ila�tr.


���ta
� � l
PMiE-2
MUTIUIJO
LEWT1N- 21 Mars" 1930
1 Mf extraits de? iournaux am�ricains I
Le Pr�sident Borno
es! plus conciliant
Km wmW ��?' " CHiaiMi�"
l- r
�eivi
une conf�rrarr !?�� '�'
nu entendus.
t
Htj?er out eu
^"id�ut - �m iMrtbuili� a��t1caiii MIJ �'�!�����
1 i �,tiw2�eil fci Mt-MM onutHMrr. pas
Service de VAssociated Press
,orl.a�.,r�Ke U J-J-� , - Ogta*-*- jgj*
dan, les audition.� 1'^^' m.s ^�ioMM�Mi ain�ric.iu.�,.o.
��? i�r k u * MliTue' Qua.r, on, parl� en public : M. Sldl�y
recteur du service d W"- , rreeman, directeur du
ce priv�e.
Nouvelles;
Etrang�res
Par radio
le! Tr�lle.-eBbl�nel, d�j� .Sainte
1 TriiiK
SP�CULATION
T\E nos jours l'appui du gain rapide on
entra�ne plus d'ur dans le tourbillon des
sp�culations folles. Demain le mirage de
la fortune sera brutal �rnent dissip�.
Quel sera votre part dans quelques ann�es;
un cr�dit en Banque int�ressant ou de vains
regrets?
Joseph P. Collon, laisant fonc
lion de secittaire d'Etat, vu n
de d�clarer que rien ne laissait
pr�voir que le gouvernement
des Elats-Unis contr�lerait les
prochaines �lections pr�siden-
tielles en Ha�ti.
M. CoUon ii expos� que la
commission Forbes conclurait
un arrangement provisoire, en
vertu duquel le gouvernement
continuerait a lonciionner jus-
(inu l'expiration du mandat du
pr�sident Borno.cest�-dire�us-
qu'au mois de mai, �poque � la-
quelle auront lieu les �lections.
H a ajoute que le pr�sident
Borno avait fait savoir � pla-
ceurs reprises au d�partement
l'Etat* qu il ne comptait pas se
pr�senter a la r��lection, et que
la situation en Ha�ti lui parais-
sait, � l'heure actuelle, devoir
ie maintenir stable.
PORT �U-PRINCE, la mars,
La commission d'enqu�te
lloover a d�cid� de demeurer
eu Ha�ti jusqu � ce qu'elle ait ac-
quis des donn�es plus pr�cises
,ur ta situa.ion politique, au
ueii de reprendre le chemin
des Etats-Unis dans trois ou
quatre semaines comme ou l'a-
val laiss� entendre .hier.
Le retour de la commission � f
.'ort-au-Fiince a ramen� le cal-
me dans la capitale, o� 1 eller-
vescence r�gnait depuis que la
M. De La Rue a pris la d�lense
du r�gime financier. Il a d�cla-
r� que l'imp�t n'avait augment�
que de 20 cents par tiabitanl de-
puis 1024 et que la dette publi-
que avait diminu� de Bu a 44
sourdes ( uue gourde vaui /u
cents ) par hubuaiii �galement
U a ajout� que son d�pattemeni
avait mis l'ordre dans le chaos
financier depuis 1915. loraque
l'occupation a commence. Il a
ni� que le peuple ignor�t ce qui
s- passait dans ses bureaux. ;
t msses documents sont publies.
Le colonel Lvans a pr�conise
une loi pr�voyant le translert du
contr�le de la garde iiux Ha�tiens
aussit�t que possible ; cette loi
devrait emp�cher toute possi-
bilit� que des ollicieis ha�tiens
instruite militairement soiem
remplac�s par des prot�g�s po-
litiques, beaucoup dolliciers
ha�tiens estiment qu'une peint
mission militaire devrait eue
laiss�e comme mission consul
tative apr�s le d�part de lin
tanteriede U marine am�ricaine.
Api es une conlerence avec lt
Pr�sident Homo, la Commission
lloover a annonc� que le pr�si-
dent �tait coucilani au su|el du
projet relatil du gouvernement
provisoire et aux �lections l�-
gislatives.
Les commissaires croient que
la crise politique r�sultant de
���SnUO�?� �carCu��li i�jno'u^��: s�uVit r�pandue que le
pioiel a �t� �tarWe; "" � pr�sident Homo ferait de l op-
bornoest toujours oppos� anal pre� de ^^
�lections au p.,nteuip.w Iggjj; \JJmX une pr�si-
dence int�rimaire.
La commission u recommenc�
1 audiuon des d�positions. Elle
a enregistr� le t�moignage de
tonctionnairea amencains lix�s
en Ha�ti en vertu de la conven-
tion am�ricano-ha�tienne. Elle
ue prendra aucune mesure �
l'�gard de M. Horno, tant que
tes autres questions n'auront
pas �t� �claucies.
� . .
La Banque Royale
du Canada
Uan�tadU
re H,
aitienne
de Cigarettes
G�BARA&C0
Les Ciaarettes
� Dessalinienne�
�Colon�
� R�publicaine*
�Porl-au-Princienne
Gr�ce � la finesse de leur ar�me tont les aeuces des
frais amateurs.
�K Itt Mariai. '�.�'*
"WASHINGTON�Michael Me
White, ministre de l'Etat libre
d'Irlande ici qui pr�sida au La-
I pitole � lu c�l�bration du joui
1 de St Patrick expliqua pourquoi
les Irlandais portent ce jour Je
tr�fle : En ce jour l�, quand Si
Patrick vint en lrlande.il eut des
difficult�s � expliquer la divmi-
l�.Voyant.un tr�fle, il le cueilli
et dit que Dieu en 3 personne
est comme les trois leuilles sui
un tronc.
� " Auiour.de la P.ehibilion I
^WASHINGTON�La prohibi-
tion montre de tels signes � de-
venir uue piatetorme polrtique
majeure dans les �lections pro-
chaines que des membres du
congr�s, except� ceux qui soni
ti es s�rs de leui s �lecteurs.com-
mencent � montrer de la pru-
dence autant que possible.
Le thm.v'iiinii f�ministe �*.
WAbnlNliNON � L'�gaTit�
entre tes hommes� et les U mines
dans la loi internationale ser.
requise � la conlerence de II
Haye pour la modification de la
loi internationale par la com-
mission internationale de lent-
oies repr�sentant les lemmes dt
20 Etais am�ricains, a annonce
aujourdhui Mrs Dons Steven,
pr�sidente.
Le pr�sident a
commissaires que leur projet
avait �t� �un grand choc� poui
lui mais qu'il y adb�rait.U a cepeu
dant insist� sur son droit d in-
terpr�ter sa phras�ologie; poui
lui de nouvelles �lection! tenues
..aussit�tque possibiewsignilieni
qu'elles doivent avoir lieu ti.
VXY2 et non comme ses adver-
saires le disent en 1930.
WASHINGTON Limais. M.
M1 EUG�NE ROY
D�sign� comme candidat
� la Pr�sidence
Hier matin, an local du Ni�-
aire � Parieiana � dont la vaste
salle d�bordait dun monde
enthousiaste et dont les
abords �taie.it b'garr�a.don
loule li�s dense, lea D�l�gu�s
des groupements patriotiques
des divers arrondissent nls de
la R�publique se sont r�unis et
conlorm�ment au plan inter-
venu entre le Gouverneur, ni et
la Commission Pr�sidentielle lia
ont d�sign� le candidat neutre j
quiCdevra se pr�senter au Con-
seil d'Etal ^c 14 Avril pro< halo
date constitutionnelle de. ec
lion duChel de l'Etat. Ainsi ijue,
tout le inonde s'y attendait c est i
Monsieur Eug�ne l\oy qui a �t� j
choisi. Sur trente cinq vo'enta
il a eu trente quatre voix, ce qui
est. � une voix pr�s.l'unanimit�.
Le r�sultat nu scrutin �tait �
peine cou m que la lo i! ta ' '
Rni�rieur quaux environs �1
m Par'-' i. i� se mit � m
ter sa �j ipa h � i � � l,llal
neutre ul c'est BOUS des salves
d'applaud et des eus
de'jo|e(lUil se ie,;l daM M ,,e
tiie � Chevrolet � et gatfna sa
maison priv�e � Pctton Ville o�
le suivit tout un groupe de
nombreux �mit.
Nous avons d�j�, dans un ar-
ticle, dit ce que nous pensons
de Mr. Eug�ne Hoy. La tait
pour les d�l�gu�s de l'avoir �lu
� cette �crasante majorit� ne fait
que confirmer ce que nous
avons �crit de lui. .
Dans la voilure qui condui-
sait M. Eug�ne Hoy chez lui i
v avait ses deux lits Georges et
Roger Hoy. M- Marcel Dutanal
et une jeune-tille.
LE MATIN pr�sente ses bien
cordiales l�licitations � M. Eu-
H�ne Hoy;et garde la .conviction
qu'il sera �lu, � une 1res belle
majorit�, parle Conseil d L'ai,
,, la date constitutionnelle, c est
�-dire le 14 Avril prochain.
Pour mieux ai�ronter l'urne
MESSIEURS LES CANDIDATS,
Rappelez-vous qu'il n') a pas pour nourrir la sympathie
naturelle chez l'�lecteur que l'eucadrement d'un beau visage
artistemeul pos� par un Photographe raffin�, dans un m�-
daillon ad�quat...
H en est de m�me pour les futures caiglidates qui ont
si fi�rement contribu� � I �pop�e triomphab%jui s'accentue
chaque jour... Et maiutenant vous tous qui *evez un sou-
venir de famille qui soit une douce consolation quand vous
ne serez plus, r�agissez contre votre torpeur.
Photographiez vous Photographiez VOUS
Donnez vous la peine d'une visile � l'Atelier Moderne de
Photographie Cl�odomy D. JUSTE*, confortablement install�
� la Hue F�roti, en tace du Bureau de la Pr�lecture.
Presque sans argent vous �tes satislait le plus compl�te-
ment du monde parce talentueux artiste dont l'�loge n'est
plus � laire, depuis que sa science artistique sur�lev�e,afir-
m�e par des travaux d'un go�t impeccables victorieusement
conquis le premier Prix de l'Exposition de 1924, 1925 et le
deuxi�me luternational de France en 1921.
Une derni�re satistaction-
Livraison de Photos Passeport dans deux heures de temps,
* de photos miniature et cartespostales dans 8 hres..
de temps,
� de photos artisttiques dans 24 heures.
C'EST DU UNI
ACCOUREZ-Y DES SURPRISES VOUS Y ATTENDENT
Les �lections au Br�sil
HIO DE J A N E l H O� Julio
Presies, candidat de l'adminis-
tration � la ui�sidencedu Bi�-
sil, a paru aujourd'hui certain
d'�tre �lu avec les r�sultats des
voles de 8 � 20 �tats devant �tre
i e�us.Les derniers recensements
ollicieis montrent qu'rl a eu
1,1(93,027 votes et Leluho Vor-
ges a eu une alliance lib�rale de
00,150 votes.Prestes qui est pr�-
sident de l'Etat de Sao Paulo se
propose de voyager aux Elats-
Unis le 10 mai.
A
lia u.umTurur accus� �e vol
ilruiiKsioiiur
BERLIN- V\ilhem Momus a
donn� sa d�mission comme gou
verneur de Postdam quand sa
temme t�t contess� quil.�tait.le
� bandit masque � qui a vol� �
la r�sidence gouvernementale
de l'argenterie et des esp�ces.
Exploit tir bandits
NBW-YORK,� �arauel Baren,
riche couriiei en piopri�l�s de
New York qui lut enlev� myst�
rieusemeni, il y a 4 jours, a �t�
rel�ch� par ses capleurs et il lui
a �t� peimis de �etourner chez
lui. Les autorit�s out d�clin� de
dire si une ran�on a �t� pay�e.
* >
lue pi�ce interdite
NEW-YOKK� Mal West.pro
duetnee et autres membres de
la pi�ce � Homme de plaisir �
qu> a �t� �iiierditi; par la polie
ont �l� jug�s sous 1 accusatiou
d'avoir pr�sente des spectacles
immoraux.
Les Assises
HE PORT-Al-PRIME
Jeudi 13 Aiars 1930.� Lauriug
Letaite camparalt aux assises,
pour s'entendre juger, sous lin-
culpation d'assassinat sur la per-
sonne du norom�^Sonson ainsi
connu, et de vol ;au pr�judice
du sieur Gabriel Augustin.
La Cour entre en s�ance sous
uT pr�sidence du juge�T. Agriant.
Me Enim. Armand occupe le
lauteuil du Minist�re Public. Me
W. Dauphin, avocat nomm�
dottice, est au banc de la d�-
lense. Me B. Malette, selon le
tirage au sort, est �lu Pr�sident
du Jury.
Mr le Pr�sident adresse �|l'ac-.
cuse les questions d'usage, puis
te greffier ht l'an et de renvoi et
l'acte d'accusation.
Le Minist�re public lait un
expos� sommaire des faits de la
cause. Il en r�sulte que : au mois
de mars de 1 ann�e derni�re, le
bateau � Esp�randa �, Ut voile
de Port-de-Paix pour Port-au-
Prince. Une perturbation at-
mosph�rique, obligea le capi-
taine du bateau de prendre
mouillage dans un d�barcad�re
� l'Arcahaie. Le capitaine et
quelques membres de l'�qui-
page descendirent � terre lais-
sant la garde du bateau � Son-
son et au Docteur du bord
i cuisinier ). iviais quelle
grande ne tut pas leur surpuse,
quand de retour, ils trouv�rent
�Onson inanim�, baign� de son
sang. En outre, ils constat�reDt,
.a disparution du cuisinier, l'el-
iruction d'un butlet et l'enl�ve-
ment d'une valeur de 7�0goui-
des, propri�t� du sieur Gabriel
Augustin. L'alarme fut donn�e.
Quelques jours plus tard, Lau-
uus Lelaite ainsi que le petit
cuisinier lurent arr�t�s � Porl-
de-Paix, le coupable avoua son
crime.
On lait l'appel des t�moins,
Aucun d'eux n y r�pond.
Le Minist�re Public requiert
le renvoi de l'affaire � la tir. de
la session.
P. D. P.
N. B.� Lire au 4�me alin�a
de notre compte-rendu des as-
sises publi� hier : Me Hudicourt
r�s sombre. Il s'enlonce an�
ta baignoire etc.
Nouvelles 3
diverses
( Par radio )

*
* �
L Imp�t sur le reveuu diminue
au\ Etats -luis
WASHINGTON�Lea percep-
tions de l'imp�t sur le revenu
pour la p�riode qui finit samedi
soir ont �t� quelque peu plus
petites qu'au 18 mars de l'ann�e,
u annonce M. Meliou, le Secr�-
taire du Tr�sor.
�En� .�Eviter
I lnK�RAIN-S, CONSTIPATION
S CONGESTIONS,�T0LRD1SSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE .
j IL SUFFIT de prendre!
� l'un d� vo� rept�
� (tout U* Mf tram
1147,RnednF�boariS?-D^PARiS j
MaisilfautuiierlMviritablfs
|qul �ont tout � f-lt blanc:.. *
cl �ut chacune de�qu�llri II I MN
DEHAUTaPARIS
�ont tr �. li -;bl�mant imprim�t m ne-.r
Ce qui n'a jamais �l� (ait
Ce qui se peut �tre d�passe.
Kola Chamnaqne
F. S�JOURNE
Pr�par� dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Pr�paration et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des Rues Houx et du Centre.
Lucien Th. Lafontant
1538, Grand'Rue
Aecamsoires. p*�Ves de rechange, articles divers pou
Automobiles el Camions de toutes Marque�.
GAZOLINE, HUILES pour Mtteur, po-ir tran.mis*mna,et
A la disposition de ses aimables clients, Mr. LAFONTANT
Tient �galement d'installer une pompe � air � 1 �letricit�
u*%r Mte �t m�***. T�l�phone :
� *
Match de boie sensationnel
ST-LOUIS � Primo Cam�ra,
g�ant italien, a trappe de knock
out Wiggins d'Indianapohs au
second round de leur match eu
dix rounds ici cette nuit. Or-
nera a projet� deux lois hors du
ring Wiggins dans la 1�re minu
le de 1 engagement. Comme il
reposait pr�s des cordes hors
du ring, I arbitre Waher Heisner
commen�a � compter, mais un
moment plus tard il reprenait
sa position.U se plaignit que son
dos lui taisait mal. C'�tait le 10e
knock cons�cutil de Cam�ra en
Am�rique. La lutte a eu lieu de-
vant une toule estim�e par le
promoteur Mique Mallory � '25.
000 personnes qui pay�rent ap-
proximativement 70.000 dollars.
LONDRS � Le D�partement
lu Travail tut attaqu� par les
conservateurs, d'avoir r�alis�
trop d'�conomies sur les d�pen-
ses pour les lorces royales a�-
riennes. Sir Samuel Hoare � d�-
clar� que l'Angleterre est apr�s
les Etats-Unis, la France et l Ita-
lie dans l'expansion de l'avia-
tion. ,,,. �
N �W-YORK�Thomas Edison
n'esp�re pas vivre 100 ans.mats
I esp�re pouvoir consacrer ses
prochaines 5 ann�es � pertec-
nonner son plan de tirer du ca-
outchouc d'une certaine plante.
LONDRES � Le secr�taire
d'Etat Arthur Hendeison a rei-
t�r� aujourd'hui � la Chambre
des Communes l'incapacit� ae�
gouvernements � attirer latten*
non de la Ligue des Nations sur
les pr�tendues pers�cutions re-
ligieuses en Itussie. La constua-
iioi de la Ligue ne pr�voit"*
cun moyen pour une telle int�
veution, a-t-il expliqu�.
NEW-YORK-John C. Hynj
Vice-Pr�sident, des Studios ae
On trouvera
On trouvera aux Bureaux du
Matin le dernier recueil de M.
L�on l^ilt-au, Abr�viations au
prix de Cinq Gourds� l'exem-
laire.
nims Path� et Menry L. Lalby,
Manager, ont �t� condamnes �
payer 500 dollars chacun, sur�
preuve qu'ils ont viol� loro�
nance sur l'incendie � l �gara
I incendie qui causa onze mon
en D�cembre dernier.
' CHICAGO- Des astronome!
estiment que la plan�te nouvel
lement d�couverte est 6a I "
pr�s de 3<)00 ans aussi, vieil
que la terre et,.que si eue
peupl�e.les habitants pourr�ie*
��tre des humains comme vt
les coucevons. . j,
ROME� La reine Vicloru" j
Su�de a �t� sans connais^
pendant plusieurs jours.^'
est consid�r� co nme *� .
3M\DHll)-SydieyFran�'
tor�ador de Brooklyn f^J
terrass� par un laureiu m \
dimauche. continue d�tre
une grave cutidi ion. ^
WASHINGTON - Le P�J
dent lloover a recommande4
� le Congr�s vote 2j.00i� doUJ
pour les d�penses des uei n i
am�ricains � la conf�rence
j ternationale da es mois-c�.


LE MAT1N-21 Mars 1930
r.\
Qui viveJ
Le Rhum RI!
- GARDE � VOUS. PORTEZ ARMES.
PR�SENTEZ ARMES,
(ON ENTEND AU LOIN UNE SALVE
DE 21 COUPS DE CANON.)
Parfs�ana
CE SOIR ZJZ
Pour la denn�retois :
Fleur
Vente
i d'Amour
Avec Rose Mai.
Entr�e : 1.00.
DIMANCHE
Une production Franco-Film :
Dans l'ombre
du Harem
Avec le bel interpr�te :
L�on Malhot.
Roger de Monloit, ing�nieur
pour le compte d'une soci�t� de
phosph �les, doit souvent ren-
dre conipie � l'Emir Abd-En-
J�ur, ou prendre ses avis.
La Favorite Djebellen-Nour,
aper�oit la jeune �trang�re s'en
�prend, lui donne un rendez-
tous. Tiahie par une autre sul-
tane, ella va subir ainsi que soi.
complice la haine de 1 Emir qui
lera expier durement la laute.
La seconde partie du film
abonde en sc�ne path�tique : oi.
aesaii comment se termineront
ces ch�timents, si t�rocemen
calcul�s par le pr�tendu justi-
cier.
En venant, dimanche, voii
dans:
DANS L.OMBRE DU HAREM
Tous le saurez.
Entr�e : 2, 3 et 4 gourdes.
l.Noche Azul, Valse espagno'e,
?. Mon Bien aim�,
Chanson de l'Op�ra Comique.
8 50 p. m. ri�eilal de piano
par M. Eric Timmer.
1. The Palms, Leyback.
2. Aubade Espagnole, Ketterer.
A L Q D A
Libert� Egalit�
Au Radio
'�ici le pioy ranime du concert t|u
sera eiecil� ce wir, a la Sta-
b� H. II. K.
,8.0(J p. m. Orchestre du 2� r�
�nient U. S. Marine Corps ( lst
M, Frank Walcutt, Directeur)
..)� lurn on the Heat.
.��Coll�gial, Sam.
J> Just Can'l be Bolhered with
me.
� Do Va' Love me.
{ fhe Bigln Kinfot Man.
�'� Woulanl il be Wonderful
ofYo had a Talkl"� picture
� 30 p. m. Lecture par la Di-
rection G�n�rale des Travaux
"oblics.
Jf.y- m. S�lections de chants
Par Mlle Lolita Cuebas. Accom-
pagnement de piano par Mlle
Welle Jean Joseph.
D. L'UN
Fraternit�
GHaND "ORIENT D HA�TI
Le Conseil d'administration
de l'Ordre Ma�onnique d'Haiti
Le Grand Oiient d'Haiti,
convoqu� en s�ance extraor-
din jre, le dimanche 16 Mars�
courant, apr�s avoir entendu
M.'.G '. Commandeur de l'Or-
dre Ma�onuique d'Haiti, *�
sanctionn� � l'unanimit� la r�-
solution ci apr�s pr�seut�e
par le Conseil de l'Ordre.
RESOLU 10 i
Le Conseil d'Administration
de l'Ordre Ma�onnique du
Grand Orient d'Huit, r�guli�-
rement convoqu� � l'extraor-
dinaire, par planche circulai
ie en date du 1 Mars cou-
rant i^ .irt. 88 Coast. ) et Era-
lernellement assembl� en son
temple le Jeudi 13 Mais, � b
Heures du soir, sous la Presi,
deucedu Er�re Luders Mo�se-
j re�u les communication*.
ai i.uiid Malue,Grand Com
loandeur de luidre, le Tr�s
illustre Er�re E m m,an u e 1
rlampy, sur 1 activit� ma�on-
uique n. nouait- au cours des
eveuemenls actuels.
Le Couseil.consid�rant que
tes Loges de toutes les ooe
diences de la R�publique, eu
pr�sence \ des coujouctures
o� se d�bat laPatrie,outdoune
mandat au Grand Ma�tre de
i Ordre, le Er�re Emmanuel
Kampy de les repr�senter ;
Consid�rant que la conduite \
du 1res Illustre et puissant
uiduii Ma�tre, Grand Com-
mandeur de 1 Ordre,esi digue;
consid�rant que, les Lois
ma�onniques respect�es, le
.il .nul Mtiitny.rand Cwin ma u
�eur agit dans l'Int�r�t u..
louai ;
Consid�rant que le Couse�!
de l'Oidre uppiouve l'altitude
du Grand Ma�tre, et croit
devoir lui renouveler sa cou-
da nce.
Vu l'Article 92 de la cons-
titution ma�onnique.
A RESOLU:
Art. 1er� Un vote de f- li-
ci la lions est d�cern� au Grand
Mal tre.Grand Commandeur de
l'Ordre Ma�onnique National,
le Tr�s Illustre et puissant
Fi�re Emmanuel Rampy, et
la pr�sente d�cision, consa-
crant ce vote, sera publi�e
dans les diff�rents journaux
de la R�publique.
Art. 2 � Celle r�solution
sera soumise � la saivlion du
Grand Orient d'Haiti.� toutes
tins utiles,
Doun�au Conseil de l'Ordre
ma�onuique, le treize Mars
mil ueul cent trente.
1 e pr�sident du Conseil.
Luders MO�SE
Suivent les signatures
par Commandement \ le G.
Seci�taire du G. Or.
Crf.psac:
Panama Railroad
Steumship Lino
Le steamer � A n�on � est
attendu � lJorl au Prince, ve
nant dei\ew Work le dimanche
13 Mars 1930, avec ;
13 passagers, 78 sacs de cor
respondance. et partira dans
lapr�s midi du m�me jour
directement pour Crtstobal,
Canal Zone, prenant fret malle
et passagers.
Portau Prince, le 20 mars
1930.
Jas. H. C. VAIN REED
Agent G�n�ral
�iwn i ���..... ������
NflaU GAIEMtNT *JRS LONGUE;" SOIR�E:
|?�"ETItE�MTMT4,�N<"
S'AMUSER
RIRE
f.,,kVGA!TEFRAN�AIS
Cj. F\C�. St-Dfnh, Paris m.
B�DVOlC lt 'litr.ttOUVtL ALBU
{, Suo pagei ovtc (traru.-c? comiqu
DE QUOI IUHE Dfcg �Ils .
, -u ., . � PhJ,"<""�. Amvtementt dt louas si n-i. *
J'. '*!'�''''��** lal.otltcdf tous.l'rouoscafe..1 rlti niai
JJ3gn�lisiiie.Srcrf's,lriui!ei fou ndtmaimdi.-tous me.lt
PnCIl A1NIKNDIIS htlif. TOl'ltS LES PANSU
Cftonconael Monolo..^��. Pla�a* de Th�Mre-
. �ceoi;i�O-is,Harmon,cos,it;. M�thodipoura.ip*anq,re - ;
1 "A,; ' J :- � .-. � .
� '
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIM�S
SUISSES
4e DELORT Pharmacien,
119, Ru* Saint-Antoine
PARIS
C'EST LE MKILLEUP
DES PUROATIFS C
JORT-AH-PRINOB
Ale�.P�TR'JS; Pharmacie ALBHRTLNl
Pharmacie du V- Jnatln VIARD
�f �o>rtaa 1�* oonnaa Pliartr.ncia�.
� la Fit*
tu Soci�t� dm la

t
(envoie C '^Ir.NOUVEL ALB�W
*<*> PW �M� frraru.*; comique,
DE QUOI PlhE I>I-.S Mils
PAR �
Convention sp�ciale
En vertu ; Iode deux obli-
j g�tions hypoth�caires, en j
j dates des ifaoni c\ 7 septem- '
' hre 192S, �ouscriies pif Mme
veuve, LiMUJiiiui�re Pascal,'
��e Eumclie Etienne.agluant
comme tutiice ilutive de M j
lillemiueuie Eulora liien
Aim�, suivant actes au rap-
port du notaiie Astr�l Lafo-
rest et son coutr�re, � la r�si-
dencede portaa pricce. Et-e j
d'un comm.'uiclement en dale
du S l�vrier 1930, demeur�
infructueux; �Il sera proc� '�
le jeudi 27 Mars courant, a W
heures du matin, eu l'Etude
�t par le minist�re du notaire
Joseph Louis Michaud, de
menrant en cette ville, au
plus ollrair et dernier ench�-
risseur, � la vente d'une pro-
pri�t�, fonda et b�tisses, sise
� portau prince � l'angle sud
ouest des ruea de la R�volu-
tion ou Joseph Janvier ou penthi�vre,
mesurant 17 pieds de fa�ade
sur ('),{ pieds de protondeur,
born�e � l'Est et au Nord par
les deux rues, � l'ouest par
Mme Laurore (iervais et au
Sud par la cid vant propri�t�
Laurore Gervais, telle, d'ail-
leurs.que l'immeublese pour-
suit, comporte et s'�tend, cir
constance, apparieuanctl e1
d�pendanc s, sans en rien
excepter ni r�se ver. � Sur
la mise � prix de quatre mille
six cent quatre iu^-dix sept
gourdes et vingt centimes,
outre les Irais et les honorai
res dn notaire ( G. 4).
xux requ�te, poursuite et
diligence de Monsieur Fran-
�ois Ambroise, propri�taire,
deme irant � Port-au Prince
et domicili� � Calcula ( Inde
Anglaise ), ayant pour avocat
M* Eug�ne Legros, avec �lec-
tion de domicile en sou Cabi-
net, � Port-au-Prince; -- Con !
tre la dite veuve Lamartiuiare I
Pascal, d�bitrice hypoth�cai-|
re, �s-qualit�s, demeurant et
domicili�e � Poil au Prince.
Pour plus amples rensei-
gnements, s'adresser � Ma�tre
Joseph Louis Michaud, no
taire, d�positaire du cahier
des charges, ou au Cabinet de
l'avocaj poursuivant.
Porl-au-1'iiuce, le 18 Mars 1930
J5 (Sign�) Eug�ne LEGROS,
avocat.
AVIS
MAISON coutorlable � louer.
Hue
En lace du
Pr�fecture.
P�rou
Bureau de la
La oeau ru-
aucusen�ces"
site ce savon
I Toutes les Polices
I
j DELA
comprennent la Protection contre la |
Foudre sans auqmentation de taux 1
eBoss�$Co
Agents G�n�raux
fc&=ssms
11 agit doucement sur les
pores de telle fa�on qu'il lait
mieux que nettoyer. C'est une
combinaison de savon pour
la peau. Il dissout toule trace
de salet� et aide la peau �
�lre tendre et douce.
L'Exelento
bavon de la peau
Produit une mousse �paisse
excellente.
Il adoucit et enl�ve les ru-
gosit�s et tonifie le cuir che-
velu. Il aide donc � maintenu
ut de lu saut�.
i. vente chea tous 1 es dro
gntstes. I our 0,30 centimes
seulement. Il ast �xp�di� d�s
r�ception du prix.
EXELENTU, MEDIC1NE
COMPANY
U'LANTA, GEURGIA U.S.A
Agents demandes pour ton
pays.
tvarivezpour reuseigaamtrals.
HENRY STARI
Cercueils
La Maison avise h public qu'elle vient :. r �� loi
assortiment de d�coration* la mcttanl � i �
des corcueils d�cor�s f ries pris I i i
Pour les cercueils de . . ,, ,
Maison, on s'entendra lou uu s po .; un pii\ �
La nuit et les Jours de Fetaa, sVd�esser a
Mr HE^KY S'I'AUK. Ave. Schultl, - Phonc
.

nd
i ii'f
le la
,ble.
N 347J.
ALUMINUM LlNE
D�part r�gulier de Xt �-Orl�ans el d< M bile
pour l'orf-au-Piii)
Un steamer laisseri New-Orl�ans h 1.. M.,. , ,i v|.d,ile
le 17 pour Miragoane, Poit-an Prince et continuera pour
(lona�vcs, M Marc et les entres portu du Nord.
I/o steamer laissera New Orl�i ns le ' ' Mois , i \i, lih le 3
pour Portau Prince et continuera pour J�r�mieel lis . nlrl
p ris du Sud.
De New-Orl�ans De Me bile ' Attende � Poi i su Pi inn�
Le l� Mars 1980 Le 17 Mars 1930 Le 21 Mars 1890
29 Mars ,i| Ma,s �
12 Avril 14 Avril
2(> Avril \s �
10 Mai ] > Maj
/'Juin D'JuIn
21Joio '/.{Juin
Ce 20 Mars 11U0.
A. de MATTEIS & Co, Agents g�n�raux.
� A vi il
2\ \vril
fi Mai
19 Mai
Ki Juin
30 Juin

HOTEL l'A VENIR
a<3� MVii.v ttsjtn lexlar.
Chambres bien install�es.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
Colombian Steamsh ij>
Conmanu [ne. "~ *"
� KM
Le steamer a Pad il la � venant de New-York via les porti
�J^^^�^ndo�^Portau-Prince le 22 Mars courant. Il
Petit-Go�ve, Mirago�ne,JJ.I�r�miai
partira le m�ma jour-poui
Cayes'et Jacmel.
La suite de l'itin�raire sera fix�e ult�rieure nu nt.
Port an-Prince, le 19 Mars 1930.
��lomluan St�amship Company �/��.
GEBAHA A Co, Agents.
New-York, Rio el Buenos-
Aires Line, Inc.
\iu|k iU� KVn IsaissDetlstebesel rJUssiiidr lli.it
Port nu Priate, ll.uii. IMirme MOI
L'hydravion faisant le service hebdomadaire Miami-
Buenos Aires, laissera Port-au-frince le vendredi '^l cri.
vers 9 heures .'{(> a. m. prenant la malle, le fr�l el lu;
passagers pour les villes suivantes :
San Pedro de Macoris, San Juan, St ThO'rfis, Si foho S',
Lucia, nort ol Spain, Geoigttown, Paramaribo Vlon enegro
l'ara. Sao Luiz. Amarrn�ao, Portaleza, Natal, Rccife Naceio,
Aracaju, Bahia. Ilheos, Caravelles, Victoria, Campos, Rio d�
Janeiro, Santoa. Flo lanopolis, porte Aiegre, lun Grande,
Montevideo et |Bu< nos-Aiies.
Pour tous autres renseignements s adresser au bureau de
l'Agent.
Rapidit� Confort 'S�curit�.
Vous sont offerti par la "Nyrbaline �
AVIS
Le soussign� avise parla pr�sente, le commerce, les plan-
teurs et tous autres int�ress�s uue la Maison I. PRE�TZ-
MANN-AGGERHOLM & Co. se chargera poui compte de la
Corn Products Hefining Company de toutes les affaires con-
cernant celte nouvelle activit�, soir dsns la plantation ou
dans l'exportation.
Tous les renseignements utiles concernant la plantalioa
lumigralion, exportation ou achats du Mais s. rout fournis
avec plaisir par la Maisou L. Preetrmann Aggerholm et Co,
qui se tient enti�remant*fl la disposition des int�ress�s.
Port-au-Prince, le 15 Mars 1930.
REN� A. YERS1N
Repr�sentant del� CORN i'RODl'TS REEININli Co
no*
�^ �.�- �v .. � �
i
Hamburg-Amerika-Line
Le bateau �CUBA �, de retour de ' ub� touchera la capitale vers I
te 23 courant., de pauoge pour l'Europe via le .Nord, pienant o�
tr�t. '
Le navire �CEORGIA�, venant d Euiope, sera ici vers le 25 crt.J
partant pour Santiago de Cuba, Kingston, etc., pienant Tr�t et|
passagers.
REUnBOLD �. Cie., Agents,
��
�va


�_u,li�?tL- / ^ *. +<>;* v
Vendredi
21 Mars 1930
Le Mali
tfurt au-i'n.
T�l�p^o*1' : 2!
4 PAtiF.B
Pag�ol
Energique Antiseptique urinaire
. *
Agit vite et radicalement
Supprime le� doule�ru
de la miction
�vite toute complication
i� p^rfoi 6 �< tntf�iionn�
il rnicuii'i Im ihmi� �!��'
roiM uri'i'' : ��. Qu'il rr
n%#i coin pli ' m r,t n .
jt� lugul.'iir. luu� le� '"�
<: �ta! qu' le* hkl�!'.. M
[J_l'~llLVi ��\$wiT'
{ � *
j i �� �
f �fflA .
' �1 AI .
� WgaWfcl
Ai^Cmdj

� le Pagtol. qui d�
congMtlonri" les fnu-
queuws des volet urt-
ualret. renouvelle laa
tl$�u�. gr�c* 4 un ra-
jeunlsiemeni complet
des cellulei Le PagaoL
meurtrier i">n aeiiia-
mtnt pour le gonocoque
partout o� II eiiete.
irtnls encore pour loue
lot autre* micro�*�.
auxquels ce dernier
rut i aiaoclar. auffll
tout. II eei le fonde-
ment, la base du trai-
tement de l'arthrite ou
du rhumatisme blennor
raiilque. parer qu'il est
relui de la Mm.non �
fie elle-m�me. �
U' UtRTIun.
de ftlul.-ei^U*
i>


u �
rui!
niaielaia � � �� vaien-
H

% '
|!|"|?3|| \\i\r4 l �,
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'�uv e varis ou
Plais du Jour
DESSERT
jLe loul pour (lourdes 2,50
VINS TRES SOIGNE MEl CHOISI� P.P. PATRIZI
Bar et Restaurant
�La Coquette �
�M)n trouvera au Bar et Res-
taurant � La Coquette� auule
deiruesSt Honor� et Grand
Rue, No *J76; t�l�phone '2544,
des mets bien pr�par�s et �
la port�e de toutes les bour-
ses.
Un service sp�cial assure
a toutes .es heure* du jour et
de la nuit : la taste de cal�,
� le chocolat o� le grand verre
�le l'AK.100 au lait et glac�
pour la modique somme tte
vingt-cinq centimes.
Lue minutes pass�e � la
'Coquette" vous y conduira
toujours.
MHH
I >�; � �

V
�lf
m
irance Go

m Mm-�9 f
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG.Le BOSSE & Co
Aoents G�n�raux

Seuls distributeurs: HfiHNERft C�
Boule Rouqe��toile Houqe
Jacmel Tradinq C�
A
Ce pneu d�r
nsse en dur�e
touie garantie
m is nous le
garantissons
enti�rement f
comme tous les Pneus
FiskAll Cordsque nous
vendons.
D�s qu'il vous
faudra -un pneu
passez ehez
Franck J. MARTIN
Distributeur
1>LACEGEFFRARD.-PH0NE:^9.

Cours
Classiques'
12�me � Philosophie indu
sivemeut.
M�thode".siVe, Succ�s com-
plet contr�le chaque ann�e.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit� �l�nournphie
anglaise et fran�aise, Dactylo
graphie avec des sp�cialistes
pour chaque tours.
Enseignement du Fran�ais,
de l'Anglais, de l'Alletnand.de
1 Espagnol. � M�thode sans
�gale.
Le�ons particuli�res de �
&^4�-�5 VOUS TROUVEREZ
! tard ou � ceux qui veulent i ? ^s ^ kj >
!T:r',srSi.,e(so,,�ge.,CHEZ H. BALLON1 bits
i Violon. Piano).
| Pension Scolaire, s�rieuse
; et agr�able^avec annexe pour
l Etudiants et Adultes. .
S'adresscrRue Lnmarrc,ln.i7, I un [ni�
ou t�l�phone/ au No MW|**� ""* �
pour plus ample* renseigne
| monts.
1 L'INSTITUT
T1PPFNUAUER
Recoiinu de i t niversit�
Hiitienne.
3 qrandes marques de
Avis
ruMMGMi IMS CIIE1W l�K FEI
N U P. C S
Simmons eompanv
Laite Long Steel Beed
F�d�ral Steel Beed.
Les mod�les sont des
nouveaux, el � des
plus|
> M. I.s/cli i ; .in s.d-ta . . - . .^.-,/^k
rompagn.e o uh.vous q |)solu �Tieni exce phonnti*
en A's-.Mni'h'i ii�neiale orui- i
, au bureau �le la Cnm-
pa'iiie.� Porl-au l'rim e,(Ha�-
ti), le lundi 19 Mai WM� U h.
(du matin.
1 Ordit du Jour:
1. -_ Lecture du proc�s-
vi- u. I � 'iibl�e pr�c�-
deoi� ;
2 � Rapport du Conseil
Pr�t t
.- �
joifi
et
Si vous avez quelques lu-n , i
d'Administration et pr�senta- vol,s des,rez les P��� ^'^biement allez a,
tion des comptes; V*rt*-C*Cki T'Idll
3.� EU du ContcH 1 I C*"V>iCtL" 1 Idll
d'Administl ous liouvorez, la plus belle saile de bal, la tnUS'JJ
4. � Atl;'i os roorantet. illei n : on orthophonie dernier cri ^
I ort-au i rimt. ie 1"> Mus !e�; boia�uj plus fra�ches et les plus pun w
1930. , i ' �onpagne. bi�re allemande ou nationale,liqueurs 19.50. ii.uaiui
\jt Conseil d'Administration, |ortes.
^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs