Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03958
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 11, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03958

Full Text
Clment Maqloire
directeur;
368, rue americaine 1358
telephone n#2242
L'ide du devoir Mljrelle de t*
(OBtraiQtf tWtt aar -ni nr soi
es ur de quelque bol noble,
M.TAINI
23me ANNEiS N' 5942
PORT AU PttlNCK (HATI )
MERCREDI 12 MARS 1930
La Situation
Un communiqu remis I:
presse par le secrtaire de lu
Commission prsidentielle am-
ricaine contient les informations
suivantes prsentes sous la lor-
med'une.suggestion de la Com-
mission.
tes diffrents groupements
composant l'opposition convo
queul des dlgus qui dsigne
ront un candidat neutre en d-
hors de la politique ;
Ce candidul devr tre a< < t,
H- uai I- piesideiu borno ;
Apis avol' iSu i vet d
tleu'gucs, il seiii lu rguhu
bel" >
i.e Prsident skiai lu cono
oura les lection lgislative
Bi, plu loi, pui* rem ni sa
, ikfioo u C< rpa 'gisl 'f i fi
uu il pu sm prOct ei l iVieilio.
o'un prs : In U llinlit.
C'est donc l une rwolui n
en perspective, puisque la Co -
iitution esi absolument mise < e
fl. La omuiission prside*
telle n'a pas d se donner beau-
coup de peine pour trouver une
telle solution ; car les coups de
jusil en moins, c'est ce que nous
avons lait de nous-mmes avc
plus de brio encore durant laj s
fie temps.
Qu'un tel plan ail l'approba-
jtiondu prsident tloover, cela
lui donne plus d autorit sans
jien diminuer de la justesse de
notre observation.
En regard de ce document,
;ne dpche du gouvernement
{gui prfets, que nous publions-
.pL loin, intoiine que, cunirai
jremeni aux ruiueuis des agita-
teurs sur rtablissement pro-
chain d'un gouvernement provi-
soire, les lections prsidentiel-
les auront lieu le llavnl pro
jehain ; que le prsident actuel
jwrtira de tondions la date
^constitutionnelle du l;"i mai ; et
jque les lections lgislatives ne
Miraient avoir lieu constitu-
tionnellemeni avan' le 10 janvier
1932.
Nous ne krous pas nos lec
leurs l'injure de computer, au
point de vue du srieux,ce com-
muniqu et cette circulaire, atin
de dgager de quel cot se trou-
Vent la lgalit et le bon droit.
Que les opposants dcident dt
choisir un candidat neutre afii
d'arriver une transaction avec
le gouvernement, c'est encore
concevable ; c'est mme sagt
parce qu'un candidat tir de sou
sein courrait le risque de man
quer le pondration, vu l'at-
mosphre opposante.
Mais imposer ce candidat au
Conseil d'Etat, c'est prcisment
tomber dans la taule qu'on ci on
devoir l'avance reprocher au
gouvernernent.Ce n'tst la cepen-
dant qu'une faute morale. Voici
qui est pis.
D'aprs le communiqu, U
Conseil d'Etat serait disperse
tout de suite aprs cette lec-
tion, alors que, d'aprs la Cons-
titDtioa.il devrait rester en lonc
tion jusqu' la nomination des
Chambres.
Si l'lection Jde ce prtendu
neutre ayant lieu au 14 avril, il
devait taire acte de gouverne-
ment au plus tt , on courrait
le risque d'avoir dans le pays,
deux jeux de gouvernement :
,un rgulier et un rvolutionnai-
re.
'Naturellement, .la passion ne
rationnant pas.uous n'avons pas
,a prtention de mettre person-
ne en garde. Mais nous avons,
mine tout le inonde, le dron
J parler d'actiou constitution-
nelie'i,pmsquauss>i bien,la cons-
tUutKMi se met elle-mme sous
W garde de l'universalit des
c-loyeu3 .
ACTUALIT
Central Bar*
. TrlpkMe:3l6,
^P tarie KpubhcaiicftFren
Installation moderne
Service irrprochable
. Consommation de choix.
u B tel qu'il est situ, est a
Ceolre des affaires.
Prix- modr.
Bien des annes se sont
.coules depuis que.obeissant
aux impulsions de nos mes
et aux sollicitations impra-
nous sommes mis au rang des
seruteurs zls et dvoues de
ta politique du Prsident
iinruo.
Il y a des impressions qui
isseut eu nous des marque
effaables. .\uii-. nous sell-
ons sous l'empli c d'une ma
,ic indomptable.
Jui uouieiu |.t:iuis dt lu
^i.'udtur de la uutu>e hu-
uuue au point de donuei
'lace uuiqueiuelii u des Cul"
uis d'iuieieis a les oUjtv.ui
i kililaiismc, d iui ces ti i sisiioles ou | Uiik se douu<
us i unir et uu .vin bouiit. i
eweul luiictiou >.i s lunes t
les sacrifices volonlaireuu .i
consentis.
Nou Messieurs I 11 u'esi
oint vrai, jamais l'hoimm
vraiment digue de ce nom,
l'acceptera a croire que lu
.econuaissance soit la vertu
du marchand, 1 amiti sim-
plement uu change de bous
otlices.
t .oniuie la vie humaine se
rail plate et sans idal si tous
les lans de notre cotur, tou-
tes les aspirations de uolre
aine avaieul pour lin exclu-
sive des satisfactions mat-
rielles, l'assouvissement des
apptits bestiaux.
v.etui q u i aime v.aimcui
aime pour toujours ei il n'y u
pas de place pour a es legreis,
pour des cris de desespoir,
daus 1 me qui s est duuuee a
la suite d'une de ces conqu-
tes qui donnent notre exis-
tence une tournure dcisive.
ht lorsque mme au tond de
nous une voix s'lve qui
nous interroge sur la raison
de uolre sympathie pour Mon-
sieur Homo, iepouoous doue
fermement: t t. est parce que
c'est lui, c'est parce que c est
nous 1
Ai-je mauvaise grce d'ex-
pi iuer des pense que beau-
coup n'ont pas? Que ceux-l
aieut le courage d'exprimer
aussi les leurs dignement.
Mais pas de surprises !
Que voulez-vous? Je ne suis
pas politicien. Et puis, politi-
cien ou pas, n'avons-nous pas
prorais, n'avons nous pas jui
de dtendre son gouverne-
ment, de l'aider, de travailler
au liiomphe de ses ides et
l'panouissement de ses lves?
Et n'est il pas prfrable
d'accepter, uu moment
donn, manger de bon ap-
ptit le pain noir de la misia
..i a ueiuperdes lvres avides
unis la Coupe des humilia-
tions plutt que de mentir et
lcholr.
Un sentiment de tristesse et
l'horreur ue nous gagne-t il
loue pas eu songeait' aux in
platitudes dont un chef pem
e ie constamment abreuve ei
,ui poni tant n'ont jamais fu
uailie eu lui le regiet 'avoir
eudu lu main l'i tortune,
l'avoir soulage les dtresses
hummes.
Oui! Messieurs, mme aux
heures les plus sombres de
aotre collaboration, sous la
haunire du Prsident Borno,
lamais ne doit nous venir l'i-
de que la parole donne
puisse uu jour se dnouer par
la trahison.
La trahison c'est l'apanage
des amas basses, des natures
triviales.
Mourir, sans plainte, sans
et.n lance, au contraire heu-
reux de tomber dans le sen-
tier de I honneur et de la di-
gnit, le bout radieux et I me
altire, c'est le plus beau rve,
et cesl pourtant la chose la
plus facile pour uu homme
1 o i s q u e, les circonstances
d'une action politique ou
d'une trame d'amour, le de-
mandent.
Appartenant nu mme
parti politique, soyons unis,
restons uuts. Soldats, soyons
sur les rangs, l'arme iu bras.
Ce n'est pas vers des horizons
nuageux que nos regards doi-
vent se perdre. Nous devons
plutt tre lixs notre chef,
le Prsident Borno et respec-
tueux de la Constitution et
des lois de notre pays.
H. PiRHE Antoine.
Communiqu

Son Excellence le Prsident
de la Rpublique a reu le
dimanche 9 Mars raidi de
Mr le Haut Commissaire Am-
ricain une note en anglais
ainsi conue :
The Prsidents Commis-
sion has suggested that the
varions lments composing
.ne opposition 10 the presem
hailian Goverumeut should
organize a groupai delegales
salisfactory to thera selves
and desiguate soine neutral
and nou political candidate,
*atistactory also to Prsident
iioruo, who should theu re-
ceive iheir votes and also be
eiected regularly. The Prsi-
dent thus chosen Will call a
popular lection at the ear-
nest possible date and prsent
bis resignatiou to the new l-
gislature, so tha il will eiect
.ne Presideut for the rgulai
.cnu. lhisplauhHSlheappro-
val oi Prsident Hoover and
has beeu acccpied, in piiu-
ciple, by both ot ihe ilailiau
sides. Ueiatls hve lo be wor-
ked out The Commission has
no candidate to prsent.
La traduction franaise de
ce texte est la suivante :
c La Commission du Prsi-
dent (Hoover) a suggr que
les divers lments composant
l'opposition au prsent Gou-
vernement hatien organise-
raient un groupe de dlgus
satisfaisants pour eux, et d-
signeraient uu candidat neu-
tre, choisi hors de la politi-
que, satistaisant pour le Pr-
sident Borno; ce candidat re-
cevrait ensuite les votes ( des
dlgus) et serait aussi lu
rgulirement (Prsident
d Hati ). Le Prsident ainsi
lu convoquera les lections
populaires la date la plus
prochaine possible et prsen-
tera sa dmission la nou-
velle lgislature, de manire
qu'elle lise le Prsident pour
le terme rgulier.
Ce plan a l'approbation du
Prsident Hoover et a tac-,
cept eu principe, par les deux
parties hatiennes.
Les dtails seront fixs. La
Commission n'a pas dt candi-
dat prsenter.
Son Excellence le Prsident
d'Hati tient de son ct o re-
nouveler sa dclaration qu'il
n'est point candidat et qu'il
n'a aucun candidat prsen-
ter.
Son mandat prenant un le
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
15 Mai prochain il ne peut
envisager le plan politique ci*
dessus consign que dans la
seule partie tlonl il a le de-
voir constitutionnel d'assurer
l'excution, c'est-a-dire l'lec-
tion de son successeur par le
Conseil d'Etat le 11 Avril pro-
chain.
Il n donn son approba-
tion au plan ri dessus que
sous la condition lorim-Ucque
ce plau s'excutera conform*
ment la Constitution d'Hati
et au Traita de 1915 qui lie
le Gouvernement d'Hati et le
Gouvernement des Etats-Unis
d'Amrique.
M.'illlli'hlllllllll lOllllilll llde
.New York
Une manifestation organise
pour protester contre le chma-
ge a t tente par une bande
de 150 communistes, devant le
City Hall de New-York. La poli
ce a charg les manifestants et
les a disperss en peu de temps.
Parmi les tmoins occulaires,
on n'est gure d accord sur la
taon dont les choses se sont
passes.Les uns dclarent que la
police a agi avec mie brutalit
mutile; d'autres assurent qu'elle
n'a pas mis daus son inteiven-
tion plus de vigueur qu'il en
(allait pour excuter ses
ordres. Il n'y a pas eu de bles-
sure grave, et, parmi les blesss
igeis c'est un policeman qui
est le plus atteint. Les coininu
nistes n'auraient doue pis t
disperss avec beaucoup de bru-
talit.
Le Problme
Hatien
La i iiittil l'rrss a envoy
les noiwelt's suiiumtes notre
cunfrre /.'J Presse :
WASHINGTON, 10 Mars. On
a appris, la Maison Blanche,
que le Prsident Hoover aurait
reu et approuv les recom-
mamlalion.t que la Commission,
prside par M. l'orbes, lui au-
rait laiu s,lesquelles recomman-
dations comprennent le rempla
cernent du Haut Commissaiie
Amricain par un Reprsentant
Diplomatique. Il y a aussi des
pourpai lets.en vue de nouvelles
ngociations, pour un trait en-
tre Hati et les Etats-Unis ; et,
en lin le comp e, l'adoption
d'autres mesures pour la solu-
tion de la crise politique ha-
tienne.
WASHINGTON, 10 Mars. A
la Maison Blanche, on se reluse
! discuter les recommandations
de M. Forbes, prsident de ,1a
Commission du Pisident
Hoover en Hati. Cependant
ceux-l que l'on considre
pour tre les uiuux inlorms,
entretiennent des doutes sur l'a-
i doptioii de ces recommanda-
! lions qui rsulteraient dans le
' retrait piesque immdiat des
j .Marines, sans laisser la moindre
' assurance que cette vacuation
: n'eiitiiiiutia pas un renouvtlle-
uieiil de desordres, tels que
i ceux l qui provoqurent I oc-
] cupation en l'.'l.'i.
M(inU/aclu,e Hailknne
de Cigarettes
GBAHA & C
Les Ciqarettes
Dessalinienne
Colon
Rpublicaine
Porl-a u-Prin cienne
GrAce a la finesse de leur arme lont les ueuces des
vrais amateurs
BAUME. BEUGVJE
Qumon RlcUol1 clo
GOUTTE-RHUMATISMES
.NEVRALGIES"
Dr. Bengu, u, Rut Battu.. Paris.
L. Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
Gasoline. Huile, Accessoires et Pices de Rechange pour
Automobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres air pour toute auto
-u camions.
Malle Gsr dinar
No 1538, Grand'Rue. Port-au-Prince, (Hlti)a
... a vu, aux "environ', de la
rue Amricaine une automobile
qui filait toute vitesse s'arr-
ter d'un coup sous un formi-
dable coup de volant qui fit
crisser aigrement les freina Les
roues del voilure so trottrent
avec lorce contre l'asphalte dt
la rue au centre de laquelle.
contrairement au vu des r-
glements de polit 0 les plui l-
mentaires la voi are vi liait de
s'arrter. Mais Notre il ne
signalera n lro le la
voiture qui ne ..tail ainsi an-
l que parce que cului qui la
conduisait taisait, en lordn! le
cou au\ r jlemi nis un geste
tout fait galant. Lu efft I, il ne
.s'tait an t, qu pour offrir une
place, qu'elle a, ptt d'ailleurs,
une jolie femme qui su >il i mg
et eau sans parler des kilograin-
mes dpoussire qu'elle ava-
lait, sous les rayons verticaux
d'un soleil qui vou lapait dans
le dos et enln h s pauh s avec
la constance d'un sourd qui
a entendrai) pa i \ os ci is d; es-
prs v t vos suppli lions.


... a vu, la rue Pave. < on*
modment assis .1.mis nu- chaise
longue, tandis que sou pied
gauche qui avait laiss tomber,
comme dit le pote, son aile de
pantoulle. vagabondait sur le
dossier d'une iiiai.se en paille
du pays, un homme qui lisait A
haute voix sou joui liai. Kl ce
qui rendait la chose drle c'esi
que cet homme tait seul et que
Ion ne pouvait pas supposer
qu'il lisait pour un nuire. El
pourtant c'est ce qui tait. N'o-
trh Gl lurela on instant dans
les enviions et vil derrire un
lentourage une jolie femme ac-
croupie a qui l'Iioniiiie adressa
longtemps la parole lorsqu'il eut
fini de lire. Llle rpondit on ne
sait quoi et puis l'Homme aprs
avoir fait entrer dans son pan-
talon sa chemise qui s'en tait
vade, reprit sa lecture haute
voix, sous Isa yeux ahuris ou
railleurs des p ints qui eux,
ne pouvaient pas voir, la grosss
femme brime pour qoi I homme
faisait lous ces liais de diction
et de dclamation.
* ?
... a vu, vec quelle satisfac-
tion deux jeunes hommes d-
gustaient un produit qui leur
mettait des tlsmmes ROI veux
et des propos d'esprit aux l-
vres. Renseignerai nia pris, c'-
tait, comme on p( ut s'en dou-
ter, du Rhum Henri Gardera.


... a vu l'i nfant d'un de nos
amis qui, joyeux si riant da ses
jolies dents nacres, faisait se
retourner le passant ravi de
voir celte sa nie robusle.
Et l'on entendit la bonne ra-
conter que d< puis que Qugnase
prenait du Uni Esbenen, ache-
ter chez Boit, ilse portait
merveille et gagnait en forces.


... a vu dimanche aprs-midi,
loute une foule anxieuse qui se
tenait la lue des Casernes
aux abords de l'immeuble de
feu le Dr Edmond Hreaux.
C'tait le Parti Travailliste qui,
parat-il. travaillait. La rue tait
toute encombre el celle foule
compacte qui s'eftorseit au cal-
me, l'indiffrence presque sem-
blait attendre quelque chose
' d'important.

n. s not dans an de dos jour-
naux ce trs In au vers d'un de
nos potes :
Et nous hueriverona antoui de
rdiues
et s'est demand ce qu'ont las
Ivpoa qu'ils be psnre .nt de
complter ainsi un vundrin
en ciant un verbe nouveau, le
verbe inscriuer.
a
*
... voit, depuis quelauo'-jours
avec quel plaisir les voyageurs
qui vont en piovuieecl lej, pro-
meneurs qui vont eu bulade
viennent fane leur p ni de ga-
Zotine elle/ I r Util IC Uaciieus, en
face du Grand Htel de France


FAGK2
LE MAI IN- 12 Mur lMl
rr*
,-*,a
i*-i^.
Les Assises | Republique
Dominicaine
m iwnv\i-pm\u
( VutU et fin )
M- Gi
Jean
a la parole
Mei.. I " ' l,v''- a
devant lai rode lche. Dan
sa cairif... 'I n'a jamiia vcu
di situation plaa compliqu*
que Celle trouve compro-
mis re*-notaire.U;iaitla deacrip
non du i bine! de Lion Char-
les qui di' riboait des laveurs
sis complice! et ses lulures
victimes.
il reprend les laits et les nr-
COOttancei dans lesquels le no-
taire maiuvrait. Il illustre ses
points de vue avt-c les dpor-
tions des lmoina.Quel est dont
la crime quon accuse Lion
Charles : le crime de taux en
criture pul.lique.il en donne la
dfinition, Puis, d cherche dans
les trois causes les lment
consinutih du dlit : altration
de la uciilc, supposition de per
sonnes, vie, etc.
lo A/faire des consortt Allida
Layuerreel Icnuuul ClnUS. n
dmonii e le stratagme qu'a em-
ploy Lon Chai les pour sui-
piendre la signature de soi
compre inua et lui sonstrair*
tsa papiers.L'acta bti par Lon
Charles es! entach de taux lei
qu'il a t dresse. 11 donne lec-
ture d'un texte qui condamne le
dlinquant aux travaux lorcs a
perptuit. L on Charles sount
2o Affaire Albert lienaud
Un prU-nom introuvable : Ca-
mille-Renaud. Un myrte. Il a
t invente de toutes pices pai
l'i ni a gi a 110 n textile Je Lon
Charles. Un acte liypolhcaiiea
ie dreas laveur Clara Mavais.
Dans l'acle se.figurent des ratu
res, prolongement, suis constat.
Le dbiteur Renaud.Un C tout-
l devant Ht.Albert Renaud n'a
jamais contract. Le taux ici,
souligne Me tuevy Jean, se re-
pose mi la supposition de per-
sonnes. .
3o Affaire Dunuche.Ici cesl
laguiK d'hypothque sans rs
diatiou. Il laii l'eloge du nota in
panache. Le doute qui pouvait
exister dans l'affaire Lineus. l\e-
Djud, est dissip par lai dpo-
sition! de Danacha II montre en
quoi consiste la culpabilit de
Lon Charles, Poui linu.lecora-
missain du Gouvernement re-
quiert la condamnation de Ltotl
Charli iux travaux lorcs a
parplu l. C bI sou devoir qui
i,. cou Ce rquisiioin
simple, i,. q ustre eat
to outi par i-: i dana un silenct
rc|ig n' i h piv< nu.L'au-
ditaire i si sous le i ha me di la
balle improvi .ation de Me Gr-
vy Jean quand Me Desgroltea
prend la paroli .
M? il Oeagroitea
Il bail le moi, Il dil en qui lia
eircon i il n t constitu
p norablea onlri i >!
Nau et 11 uiipy 11 but l'loge du
Co umi lire I! a appris I ap-
prcier, l'ami de Lon
li.u L Il doil cora ftlir A
rn iili mr 'J u i l-ce I
Charb i li loua i
Il le. a, avei ; pect, di
tous m s efoi, i pour dmo
1 inco i : ! l'accus
Pas de taux en criture publi
qu< < lmenl t i
relrouv i ni p ta dana le dl
proi lu L I ' h li . El poui
illustrer i ie \ le, il
pa -.- revue I io ta
des u ioi ule, l'aflaii \
Danai h re\ l un c i
loui li di il. Mais, m
i us faux, li y eut i nu
Vl.
S re, il relt du \J on
(.m .1 e la ju
ti, '. il oua une autre
rubi qi a. 11 li : la s;.
#, lu Do; x ugl rninuh s
d'obi \ i is trs jud
Et Vie Desgroltea a dmo dr
qu< n c ni uV st pas coupa-
ble dti lau\ qu'on lui reproche,
Besu plaidoyi r,
Ba Lon Nau
Il rel i minute i
tenl -n bunal. So i con
trre .N- Des n ottea, a plaid
convem im ni le pro< a I
li ni a j tpi n 1er sa quotc psi t.
Tex e i btoi
prouvi i il lau
ubl qu
M. Merlin de Moya n t nom-
m Secrtaire d'Etat de l'inl-
riear el de la Police ; M. Jaf'et
D. Hernande/, Secrtaire d'Ktal
des Finance; M. Flix Servio
llucoudray. Secrtaire d'Etat de
lu Justice et de l'Instruction Pu-
blique; C. Carmen Ram irez, Se-
reluire d'Etui des Travaux Pu-
blics.
*
H. l'en Baille a IfBisaJtia
ioniae Prsident de I.. < onmn-ioii
des Frontires
Avec un rel plaisir nous
avons appris que le Prsident
de la Rpublique n'a pas ac-
cept la dmission de M. Pena
Battle comme prsident de la
Commission des Frontire.
Nous croyons trs juste le re-
lus de celte dmission par le
ChildelEtat, vu que M. Pena
Uattle par ses capacits et sa
giande connaissance du trait
des frontires mrite celte l'onc-
ion et que ses prparations in-
.ellectuelles lui donnent droit a
eette charge, charge qui exige
une comptence technique qui
ne peul tre improviste.
( Lislin Diario)
i"
i ju. i Dpart du Ministre Al (on sera
Mardi matin, 10 heures, par
un avion de la American Air-
ways Company, est parti pour
Santo-Domingo, M. Ricardo Fe-
rez Alfonseca qui tut, durant
quelques mois, accrdit prs
au Gouvernement Hatien en
qualit d'Envoy Extraordinaire
el Minisire Plnipotentiaire de
la Rpublique Dominicaine.
.Monsieur Alfonseca a dmis
sionn ds qu'il a reu la nou-
velle officielle qu' la suile de
l.i dmission du Prsident Ho-
i aCO Vasquez et de celle du
Vice-Prsident Alfonseca, un
gouvernement provisoire avait
t tabli dans la Rpublique
Dominicaine.
Moneieur Alfonseca a pus ol-
licielleinent cong du Ministre
Sansancq, mardi a il heures et
demie, au Dpartement des Re-
lations Extrieures.
M. Rictrdo Pre/ Alfonseca
laisse, parmi nous, le souvenir
d un gentilhomme accompli,
d un homme de lettres tiscul-
liv et d un diplomate au->si dis-
tingu qu'averti. Et son passage
D Ual i, de trop courte dure
malheureusement,aura de beau-
coup conti ibu a noua taire ap
prcier davantage aoa frres de
i Est, el S les amiei comme ils
le mritant. Aussi est-ce avee
un 1res profond regret que nous
avons appris la nouvelle de son
dpart prmatur.
Irrits if M. Lsa Djeai
Mardi matin, veis les sept
heures est arriv a Port-au-
Prince Monaieur Lon Djean,
Envoy Extraordinaire al Mi
niatre Plnipotentiaire de la R
publique d'Hali Santo-Do-
mingo.
Monsieur Lon Djean est ac-
COmpsgu de Madame Djean.
l m reetiUealiaa
de M. Charlea Psabrai
Nous avons publi, hier. -I
comme nom le diaiona, rien
qu' titre documentaire leecora
municalio is qui a\ aient i l
laites aux journaux am t icaina
i ir le reprfl snlanl en Haili ds
i' Associated ress, commu-
licstiona relatives aux derniers
vnements oui ont prcd
l'arrive an Hati da fa Corn*
mission prsidentielle.
NOUS avons iven. I CC sujet,
h visite de Monsieur Charles
l'onibruu qui non. a di; que la
partie da ces communications
qui le concerne personnelle-
ment esl absolument fausse.
Aaaures-SBua contre accident
i la General Accident Pue &
I.ile Assura irporalion Li
tnitad . Vve P. liermingh
V^enl ii "' pO II I llti.
ttmm
c; ilure
ime s
aontrrt re-
quiert l. s du fribunn! '
po examiner ce caa tout
spcial i n soi appie.
t i.( lt l'aplomb de Me
Nau, s., science, son langage
clia i Tout cela a t la
tsass de b> L..use de Lon Char-
les.
L'atlaire entendue, le dpt
des pices est ordonn. Le ju-
du >i d-
d imp i i loi


Et, Lato itaine d
On rtneontre sa destim
IimitI pardes chemins qu'on pi
poar i i
Le chemin dans lequel stail
".^ig Lo > Charles tdl trop
fleuri, pour qu'il ail ce sort.
l) la vie!...
P. D. P.
EN DEHORS DE LA BEAUT,
SRET, ACTION PUISSANTE.
LA WILLYS KNIGHT GREAT SIX 1930 paw
individualit distinctau, la meta part rJ*Ta
aat.es belles voitures, dette individualit est rul^par n
gracieuset des lignes qui sont ultra-modernes dans le u
beaut, leur grce, dans la richesse harmonieuse de ses w
relies couleurs qui sont inslantanmen uPr>la*%*e'*fa
mais attractives en luxe de fini et l exquis raffinement de
dtails.


En performance, aussi, la WILLYS KNIGH1 GREAT
SIX 1930 pose son propre type. Son grand moteur patente
sans soupape, si notable pour tenir la grande i desse et une
acclration rapide ; a aussi de la douceur en action, une
rude force el un bas prix d'entretien.
Demandez votre proche distributeur de la M ILL ) S
OYEHLAM) pour de plus amples informations.
^Th
e
GREAT
Anton KhEER
Distributeur
HUE PAVEE PORT-AU-PRINCE |(HATI)
PHONE: 2318.
Les Belles Autos de la Willys Overland.
Ce que disent
NOS
Confrres
De L'HATIEN, sous la signa-
ture de MM. ./. C. Pressoir, Dr
Catts Pressoir, EUcGurin :
Le gouv. rneinent des E'a's-
Unis est oblig, pour son hon-
NEUR dk Grande Nation de ren-
dre Hati sa souverainet qu'il
a confisque depuis 1915.
Il doit rendre celte souverai-
net aussi intacie qu'il a eu ls
saisir !
C'est l'Amiral CapSBTOM QUI
fi VENU DIRECTEMENT CONFIS
queb notre pays. (est un offi
ciel du Gouvernement Amri
(AIN gui doit venir rendre au
Peuple Hatien ses droits I
ras de truchement, pas d'in-
termdiaire indign !
Pus d homme de piille qui
tacilile que le gouvernement
amricain esquive ses responsa-
bilits I
Arrire les derniers tratres .'.'.'
Pas de gouvernement provi
soire !
Que le Peuple Hatien soil
directement appel lire ses
reprsentants qui sont seuls
aptts concrter la souveraine-
t nationale !
Caperton a bien pu, en 1917,
valider par une proclamation le
dcret de Dartiguenavc appelant
le Peuple ea ses comices pour
l'lection de la Lglslative-Cons
lituanle de 1917; pourquoi un
ret'isentaul aotoriai du Prsi-
dent des Etats l'on ne de ait-
il pas taire autaul, aujourd h n
qud s'ag.l de nous remettre
notre fays ?
C'est l ce que nous exigeoi s,
car c'est l la seule garantie
pour nous de recevoir notre su-
prme Bien, noire Pays in'acl I
Le gouvernement amricain a
eu le courage de s'emparer di
rectement de nos droits par la
violence, il doit avoir celui de
nous les rendre directement en
toute logaut et honntet main-
tenant qu'il lui est bien uiiuon-
Ir qu'il ne peut plus ritn gar-
der sans eu avoir les mains
bi ides 1

De LE TEMPS, propos du
Communiqu de dimanche :
< Tous les vux du peuple
sont donc ralises : cessation de
l'occupation, terminaison du
trait, fin du rgime Kussell-
lioruo,ralentissement des Cham-
bres Lgislatives, lection d'un
chel d'Etat par le libre suflra^e
d'une assemble nationale li-
brement lue, restauration de
l'Indpendance hatienne.
Tous les vux si ardem-
ment poursuivis, et que beau-
coup, il n'y a pas quinze jours,
n'espraient pas vo;r renies!
quand ils affichaient leur scep- .
ticisme 1 endroit de la Com- '
mission du Prsident Hoover. '
Mais celle Commission, ;u
moment o elle lait toutes ces
coiicessious demande qu'une I
lui soit faiie : la reconnaissance i
de l'lu des dlgations, du Pr- >
sident provisoire, par le Conseil
d'Etat.
Quelques uns trouvent que
c'est un trop grand sacrifice, le
plus grand nombrs pensent que
c'est peu de chose .. .i regard de
ce que ueus obtenons .
De L'ESSOR.V propos' de ta
prochaine lection prsidentiellr:
Le nud gordien est llection
piesidentill-. pir !*<. Chambrer
Lgislatives, reclam e.par lOp-
position. Quelle est la raison de
celte recidn.ai.jn rvolution-
naire ? Le Conseil d'Etat, pr-
tend-on, ne reprsente pas le
peuple. Ah le,Conseiller d'Etat
n'est pas un, mandataire du
Peuple constitutionnellement 7
La preuve qu'il l'est bien ? Le
prochain Gouvernement de la
H ^o,.,.^ natra du Conseil
d 6tat. Le lutur Prsident devra
prter serment entre les mains
de ses membres. Sinon, Mes-
sieurs les Opposants, loua les
actes accomplis par notre pr-
sente institution lgislative tran-
sitoire deviendraient nuls. De |
sorte qu'aucun citoyen sens et
loyal, par exemple, moi qui ne
suis ni Conseiller d'Etat, ni un
Chel de bureau, ni mme un
simple chef de Service dans
l'Administration de l'Etat, ne
peut demander aux Gouverne-
ments initien et amricain d'em-
pcher, entendez le bien lec-
teuis, d'empcher le Conseil
d'Etal d'lire le successeur de
Mr Borno.
En ce moment dcisif de no-
ire vie nationale, il taut tmoi-
gner d'une absolue bonne loi,
montrer un p triait dsintres-
sement; il ne doit avoir ni op-
posants, ni gouvernementaux,
mais le peuple hatien. Arran-i
grons nos affaires jcomme nous |
1 entendons, maisJ pas de vio
lance.
Prenons garde. Los prochain.!
vnements vont soumettre no-
tre possibilit d'entente une
rude preuve. De notre con-
duite dsintresse el modre
dpendra la ralisation iaede du
deuxime point de la promesse
du Prsident Uoover : la daoc-
cupation de notre Patrie.
Hall* Louer
' A ouer une halle sise
' Rue Bocue loi No 219.
Sa Jresser
Ch. N. GAETJENS
Une Convention
Haitlano Allemand
Le lundi 10 mars courant,
onze heures, au salon diplo*
matique du Dpartement da
Relations Extrieures, Mon-
sieur Saosaricq, Secrtaire
d Etat des Relations Extrieu-
res et Mr. Edmund Helm
Charg d'Affaires a. i. duReid
Allemand, ont appos leur
goature au bas d'une conven*
tion commerciale qui liera de
f-ormaisla Rpublique d'Ha
et l'Allemagc. Mr. HelrocK
tait accompagn de M.Rw
Gaetjens.Chancelier de la U
galion du Reich Allemand,
le Ministre Sansaricq. de M'-
Lon Laleau, Chel du Proto-
cole, et de M. Flix Coui.o*
Chel de Division.
La lecture de l'importa1
document fut lait par Mon*
Charles de Catalogne, Souf
Chel du Protocole.
Le document qui e1 J
vrai trait d'amiti et dec"
merce, une fois sigo, le
nistre Sansaricq se leva I
quels espoirs la Rpubu
d'Hati foudait sur ce
veau 'rait qui ne peutfl
tortiller et resserrer davan
ge les liens qui nous uni
la Rpublique du ReicD
lemand et demanda au 0
gd Affaires Allemand dedi
vouloir trausmtttra se m
mages au Gneial Hind
bourg. Prsident <*U,5,
A son tour M Edmund H
cke remercia vivement w
niatre Sansaricq du con
prcieux qu'il lui a prt
la conclusion de cet iW
tant Trait et le pria de tn
mettre toute la gratitude
Praident Sorno qui '


LE MATIN-12 Mars 1930
Clment M
DIRECTElf
il (de riUtr
h.
dous -, ,
cour tut Su*
conversation en'
Sansaricq et le trs
que diplomate an
j>ay qu'est le Charg d'At-
faire* Edmond Helmecke.
e
e
i-
re
Les ludiauU uoauoicaias
u toi Seieoees Appliques
P 4 RISIA \ A
JEUDI :
UN GRAND FILM FRANAIS
U dlgation des Etudiant
Dominicains qui est Port
au-Prince depuis vendredi
dernier a t spcialement
invite par les tudiants de
l'Ecole des Sciences Appli-
ques qui l'a reue samedi
4 heures 1(2 de l'aprs-midi
au sige de l'Ecole. Etaient
prsents cette runion le
Directeur de l'Ecole, Mr Her-
mann Hraux, Mr Aug. Bo-
uamy, Prsident du Conseil
d'administra ion ei Fabollon
prolesseur de chimie.
L'tudiant F. l'ail 1re, de la
3e anne, a souhait la bien-
vtnue aux membies de la
dlgation, en exprimant le
valu que d'troites relation
unissent les tudiants des
deux pays, en vue de la tran-
che et solide amiti qui doit
lister entre les deux peuples
qui se partagent la merveil
leuse lie d Hati.
Le professeur Ramon Gon-
zalez qui accompagne la d-
lgation en qualit d'inter-
prte a rpondu en franais
aux souhaits des tudiants de
l'Ecole, en soulignant l'im-
portance de l'union dont on
?enait de jeter les premires
bases et qui groupera, un
moment donn, tous les tu-
diants de l'Amrique latine.
Au champague, divers toasts
lurent changes et les domi-
nicains, aprs avoir admit e
les travaux exposs, dessms
pures, projets, et visit le la-
boratoiie de 1 Ecole expn
mrent leur satisfaction
d'avoir eu l'occatiou d'appr-
cier une uvre hatienne, qui
a dj donn de si remar
quablos i .-tili-.t... i rjni m'n
pas de similaire Santo
Domingo,
. Rception empreinte de la
plus tranche cordialit qui
lait augurer favorablement
de l'avenir de la jeunesse des
deux rpubliques moeurs.
?/
avec
Andr
Albert
ROANNE
BRAS
Entre 2, 3, 4 Gourdes
Les titres sont en franais, anglais,
espagnol.
La soire d'art de> { ^. .
t-Louls de Gonia0ue. LlFCUlairC
ce vSOia
Mentir
Avec Christiane et llaiey Liedke
Entre : 1 G.; Balcon : 2 Gdes.
DEMAIN SOIR
Raquel Meller dans :
Les opprims
Titres : lrauais, anglais, es-
lraiiais,
pagnol.
Entre : 2, 3 et
gourdes.;
Si vous voulez laiie trve
un instant a vos travaux et
vos soucis, et passer quelques
Heures dlicieuses dans le pur
domaiue de i'arl,allex Saint-
Louis de Gouzague, samedi
soir.
Entre les tableaux mou-
vauts ou gracieux du Courrier
de Lyon, la tuntaie, cuinposee
eu grande partie de beoes,
charme (assistance par des
morceaux bnliammeut ex-
cutes, et les comptons oilient,
avec une grce exquise, leurs
dlicieux gteaux et breuvages
latraicnissauts.
El puis, ou cause, on se
oniinoiii" iiir lu VHsIe cour, tn
changeant des impressions;
ou eu remuant les vieux sou-
venirs du temps o l'on elait
ecotiers...jusqu au moment o
laclocne sonue le rappel poui
le tableau suivant.
Oui.c'esl vraiment un char-
me d assister au Courrier de
Lyon dans ce maguitique ihe-
ue are et illumine de SI
.ous de Gouzague, el eu
trauclussant la iwinere poui
sortir ou ga.de le dsir lies
vit de revenir la procUaine
lte.
Ce sera samedi soir, 8
heures. Les caries s euieveut ;
ue iaidezpa*aaclieler la virt
quatre gourdes.
aux Prfets
Voici le texte de la Circulaire
expdie samedi par dpche
aux prlats d'arrondissements:
Il est taux qu'un gouverne-
meui pi ovisoue sera loi m ainsi
que veulent le taire croire les
agitateurs,
Les lections prsidentielles
auront heu le 14 Avril par le
Conseil d'Etat, et le Prsident
lioi nu ne quittera le Palais que
le 15 Mai. Voila l'exacte vrit
qu'il laul l,nir comprendre aux
populations.
Quant aux lections lgisla-
tives elles ne sauraient avoir
nelle la mus rapproche : le u
J an vie! 32 .
ON TKOUVEKA
Morale el Instruction Civique
l'usage des coles primaires
Flix MAoLulHE
du \
par
Panama Railroad
Ste**mahip Llne
Bureau ils l'Agent Uaral.
Les chargeuis sont pris de
uoler que le steamer u ci islo
Oai est aueudu a fort au
friuce, venant de Cnstobal,
Canal Zvue, le mercredi 1W
mais 1930.
Les|peruiis d'embarquement
eioui delivis pour le tit a
aestiuaiiou de New Yoik et
des Poi ts Europens sur de-
mande huie a ce buieau.
t,e sleainerpartua le mme
jour a 2 h. p. m. diieciement
pour iNevr York, prenant tit
DEMAIN SOIR
Soire de gala :
CANDIO
dans ses sensationnelles chan-
sons d'actualit :
Le 14 Avril 1930 . C~~
u La Commission d Enqute1.
G. 2.
Remerciements
Mr Emmanuel Brisson et
ses entants, les lamilles Bris-
son, Hraux, Arnold, tous les
aiUces parents et allis, re-
mercTeni ica ne. vivo uu
Saint Esprit, les Frres de
l'Instruction ^Chrtienne, les
Rv. Pasteurs Turubull et
Kenueiy,ious ceux qui leur
ont tmoigne leur sympathie
l'occasion de la mort de :
Mme Emmanuel Brisson,
ne Alice Hraux.
survenue le 4 couiaut.
Port au Prince, le 12 Mars
1930.
Poup ki> hommes ; ussi
la petite Maison, rue dujcl *""*" UMm R,
Centre et chez fauteur Uuellel JS. H. C. VAN RLED
f Agent Geuerat
st Cyr.
PAC] 3
Toutes les Polices
DELA
J
s
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux g
*inr
.IAILLET
tonique moes-rir RECONSTITUANT
Contre ANSMIE difltftiv,
ANEMIE S'orlgin* respiratoire,
ANEMIE consomptiv,
ANEMIE |. v
ANEMlEa concut(v$ ou* Mal !! Imils.
ANEMC des Psjri ahAutia
l contre les Maladies du TUBE OiGESTlK.
,_________MODE D'EMPLOI Un gjjj nrr > ||,u.ur !, i;v 1:.,t ,, : .*, |, mu_
uro DAimww: ri as sa. ta, n.io
IliStail i Toutes bir.Df s i
t PAtUR t-i
W*
ALUMINUM LlNE
Dpart rgulier de N'eu-Orlans cl de Mobile
pour Port-au-Prince.
rince le H, et continuera pou, C.yes el Jacmel prenant du
trt.
Un steamer laissera New-Orlans le
Je 17 pour Miragone, Port-an Prince
Couaves, St-Marc et les autres ports dl
Ce 11 Mars IftfO.
A. deMATTEIS*
l Mars et Mohile
et continuera pour
Co, Agents gnraux.
New-York, Rio& Buenos-
Aires Line, Inc
Kta
Angle des Rues Dan ts Destouehes et Mug.sin le
ri,, Tlphone .1401 Port au Prince" Haili.
M.UB Art?*10" yw Port u Prince le m.rcredl 12
Miami & New-York prenant la malle, e fret et e.pMaaS
de PAgent am,,'eS """^"""^ KS
Rapidit
Vous sent
Confort Securii
oflerls par la "\vi buline".
HENRY STARK
Cercueils
III F lil m i cv u-.
La Maison avise le public qu'elle vient de*recevoir un greui
assortiment de dcoration^ la meltanl mme de lournir
des cercueils dcors a des prix lis rduitf.
Pour les cercueils de luxe, qui sont la spcialit de ta
Maison, on s'entendra toujours pour un prix convenable.
La nuit ei les Jours de l'ias, s'adresser
Mr HENRY STARK, Ave. Schulta. Phone No M72.
The Royal Mail Steam
Packet Companv
Le inagiiilique bateau touriste S/S Aiaguayi esl alten-
uu a Port-au-Prince Mardi 18 Fvrier venant de Kingston et
partira le mme jour, cinq heures de Iaprs nmii.via Ber
mude pour New-York, oflrant ainsi une excelleiee eccasion
pour un voyage exceptionnel pour New*York.
Pour tous renseignements s'adresser 1. J. BIGiO
a
Le steamer Burnhope venant de Londres via Kinplon
et les porls du Sud, est attendu ici vers le quinze courant,
partuut le mme jour via les porta du Nord et pour l'Eu-
rope
I. J. BIGIO, Agent Gnral. Phone No 8811
Agents Gnraux
.
|De plu en plis les hom-
me comprennent que leur
personnalit dpend de IcUI
altrail personnel- et que cette
attraction personnelle est 1-
se ou contrarie par la che-
veluie. Ils trouvent dans
- Lhxelenlo
Quinine Pommade
La combinaison idale pour
l'attrait et la sant de la che-
velure.
Unecht\eluie qui n'est pas
en sant ne peut tre attra-
yante La Pommade de Qui
uine Exelento est une prpa.-
tion mdicale.Elle embellit la
chevelure et la rend souple et
soyeuse, de telle sorte qu'elle
nourrit j lui coi Df la beaut et la sant.
o verte chez tous les dro-
guistes Pour 0,90 centimes
seulement, il,est expdi ds
rception du prix.
EXHENTO.MJiDICINfc
LUPANY
V1LANA, GEOPGIA U.S.a
Ageiits demandes pour tous
pays
bciuc^wu. .fcf*ei0nao-rnls.
BIERE NATIONALE
I)K U
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malax sa cjualit

suprieure.
,Frotqez wo/rejjpoc/ie el
votre sant en la bu va ni
toujours.
HOTEL AVENIR
h> fo* **- aw Chambres bien installe.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.


Mercredi
12. Mars 1930;,
Le Malin
jt'oil-au-l
Tlphone'
4! PAG^S
JUB
w
X8dP
rduque l'Intestin
n

Constipation
Entrite
Vertiges
Dyspepsi
M kii
ttaUi. -
PMMUl .Il | )'*r.
, GRANDI PRIX
2 th, W* J.' Laurel-ntri. I'jiI
i: [Mita f lent
'j namttvwjTWMvaunu
te i mti
i. ..
I .
.
I h i-
....... 'I '
.. lion r'" il : ,
luliil -.i
...... n prix ii in
1 l i im.....i' mi]i du iiii
i II' hoMI.....ni* ni i \ u ne .M ,.,
I..... '< qui f.lil .'n .' '.,/ I- I .
le choii Uci li iiiim . ,i nidiii-
. nill*r<1< it ili.- .! I.ilii .
tatwa thgj W. Wiiii.;...- mMitnh
i '.i Fticutli ii i/,!/,.,.,, ,i,. i/.,,./,.
Mi
L
ni..
.t.| .i
.1..
i
Votl.% la petit Ramoneur ,i lli.teatln
*aW *'
?."-.
/ U PLUS ANCIEN ET EA PLUS ErflCACf v
INJECTION PEMRO
D'ALGER
t
/^DRAGES PEYMRI n'
'.nfr/ntanl /a
LE 1JNEU DES PNEUS
fMT-
V. ici 1c
pneu qui.'
vous on
nera
,l- la va-|
leur de
c h a ij u e
; dollar
(| u 'i i
vol.s au-
ii cot
et qui
\o iS
d- nntra
la satis-
faction ueiouki bUl KHiUiu^i
l i i qui s il et a un i 11 M
elltm n' h.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hor^H'uvre yaris on
riais tfu Jour
DESSERT
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
:ia lies PEYRARD. , nie de OrtMlIt PARIS

All'Cords
FRANCK J. MARI IN
PUCE (iKFFRAI.iC
DISTRIBUTEUR
Port-nn-l'nnrr, (liait.. PLmc : 2530.
Bar et Restaurant
'La Coquette
On trouver.! au Bar et Res-
taurant La Coquette anl>
dearuea St Honor et Grand
' " ....... repnoue 2514
les mets bien prpres et
J Ja porte de toutes les boqr-
i ses.
Un service spcial assure
a toutes les heu rus du jour et
de In nuit : la tasie de cal.
de l'AK Km) a i Jail et glac
pour la modique somme de
M0SCAT0 PASSITO
/ /> tu il ;/**** /\ ... / Li ^- k vingt ciuq toitiiii
ij* tout pour Lrouraes i2,o0 ^mw8pMii.
WIGMH METS CHOISI- 1\ |>. rATRIZ| toSoS!* VU8y d*Huira
?
K ' ai
: imh ta LU1
isumnce
1
One des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE1
UG. Le BOSSE & Co.
Auents Gnraux
loscuto
Pas!
.c*
aVAH
INCOMPARABLE VIN
DE DESSERT
A. de MATTE1S & Co, Agents Gnraux
Seuls distributeurs: HEHNER& C
Boule Rouqctole Rouqe
Jcmel Tradina C
ASSUREZ-VOUS ]
la
General Aeeident Pire & Life 1
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotl.ind )
Car la General est une des plus mt latent* ? 4 ,,
-"'''''''^^s^-r^^Ji'^ir"1^";!^ >arJa ""Z
.diiMs .,.i..i,. dansapcr5ou,,.,v,,lnssM bi'," "' do",mag'
S.5 l'.ilices Manlime., mise, par ra branches'd't. ,. lMe, en M
-mTdc^, SoocVeni^n^tnl^ '"!"" ."tic. i ,., le. JJ
IL -*. ,000 d^ S W=SRi^^ ft SS5 Stt
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
M)l S-AGKN'FS:
Aptml Qnrel pour Haiti.
Port-au-Prince: q. qilq
JEAN BlANCHET Jrmie-,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs