Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03957
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 10, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03957

Full Text
^"

Clment Mamoire
directeur;
358, rue americaine 1358
telephone n*2242
i
i
II j a dais W easar basais unf
agitation sfratarllr le passisas
ca sertr a^ae ta raiar a> l'une t-st
lr<*(Uf tesjeari l'taati**rxrBl
d'ia* aatrr.
UMOCHtrOlCUIh
23me ANNEE N" 6041
PORT-AU-PRINCE (HATI )
MARDI 11 MARS 1930
LA
d'Enqute
Et les Commentaires
de la Presse des Etats-Unis
Suit* reproduisons pour nos lecteurs et titre documentaire
es communications suivantes transmises aux journaux par
es agents Port au Prince des associations de presse :
La commission. La
question de l'occupa
tlon amricaine
Seme de l'ASSOCHTED PRISS
Port-au-Prince, 27 fvrier.
L- La capitale a pavois aux
couleurs rouge et bleu pour
recevoir la commission Hoo
ver attendue demain.
A l'arrive du a Rochester.
quand les membres de la com-
mission dbarqueront, ils se
rendront4 la lgation amri
came. Ils iront ensuite au Pa-
lais saluer le ministre des af-
faires trangres, M. Sau-
saricq, et le prKident Borno.
In bataillon de la garde ren-
dra les honneurs.
Aprs l'installation des
membres de la commission
l'htel Excelsior, le ministre
des alfa ires trangres et M.
John H. Russell, brigadier-g-
nral, haut-commissaire am-
ricain, leront des visites offi-
cielles.
Le prsident Borno a rem-
plac quatre membres du con-
seil d'Etat, y compris Mon-
iteur Charles Fombrun et M.
Joseph Lanoue, ancien rninis,
tre des travaux)publics et des
finances.
v L'vnement le plus rcent
est la fusion de toutes les or
gauisations opposes la con
tinuation de l'occupation am-
ricaine.
Cette usion a t eflectue
en vue de restaurer les droits
souverains et de tracer des
mesures en vue de l'vacua-
tion du territoire hatien.
Ont pris part ce mouve-
ment la Ligue Nationale poui
l'Action Constitutionnelle, l'U-
nion Patriotique, la Ligue de
droits de l'homme, la Ligue
pour l'Action Constitution-
nelle, la Ligue de la Jeunesse,
la Ligue pour la Dtense- Na-
tionale et le Parti National
Travailliste. Cette union en-
visage le choix d'une dlga-
tion qui ira prsenter ses do-
lances la Commission
floover.
Un autre tait digne d'int-
rt, c'est la formation trs r-
cente de la Ligue Nationaliste
sous la direction de Monsieur
Perceval Thoby. M. Thoby
avait t mis rcemment en
minorit, l'Union Patrioti-
que, par la gauche de ce grou- i
Pe qui a sa tte MM Victor '
Cauvin et Antoine Rigal.
sances publiques l'htel
Excelsior, chaque jour, sauf le
dimanche, de neut heures
midi. Tous les citoyens sont
invits. Les bureaux de la
commission seront ouverts
chaque jour de neuf heures a
cinq heures, pour recevoir
les renseignements et lixer
des rendez-vous avec ceux
|ui dsirent paratre en per-
sonne devant la commission.
C'est le dsir de la commis-
sion que tous les lments du
peuple haitieu soient enten-
dus librement et tranche-
inent. Les citoyens qui, pour
toute raison, dsirent uue in-
terview privee.seront les bien
venus et leurs communica-
tions seront considre com-
me confidentielles.
Manifesta tion
Fort au Prince
Rception de la foule.
Mthode de travail
Swiiee de l'ASSOCIAT! PIUSS
J Port-au-Prince, 28 Fvrier
\%o'\t). La commission Hoo-
ver est arrive aujourd'hui
Port-au Prince. Elle a t ac-
breuse
? On pouvait voir de nom
breuses paneprtes poit; nt (revendications politiques. Les
maisons et les autos taient.
P*voises aux couleurs ha- I
bennes.
.Ason arrive, la commis-
sion a lanc la dclaration sui-
vante;
*A partir de demain ma-
,n',a commission tiendra des '
Port au-Prince, 28 fvrier.
A la veille de l'arrive de
la commission Hoover, une
meute s'est produite hier
soir, au cours de laquelle un
certain nombre de personnes
ont t blesses et treize ar-
i es talions opres par la
garde.
Une foule de quelque 1,500
personnes s'tait assemble,
vers 10 heures du soir de
vant le btiment du Conseil
d Elut, o toutes les lumires
taient teintes. Le bruit avait
couru que le Conseil d'Etat
t'tait runi en sance secrte
pour procder la rlection
du prsident Borno, ou l'elec
lion de M. de Jean ou Charles
Fombrun, dont la nomination
au Conseil d'Etat a t rvo-
que hier.
Ce bruit avait soutev. la co-
lre dans la population, et
malgr les efforts de la garde
pour disperser les mauifes-
lanis.uue sanglante bataille se
produisit. Un manifestant fut
bless d'un coup de couteau,
un autre eut la main tracas-
se d'un coup de matraque,
par les gardes. La toule huit
par se disperser, et tout rentra
dans le calme.
Cette manifestation tait me-
ne principalement par des
jeunes gens appartenant aux
organisations de la jeunesse
tormees ces derniers temps.
Nombre d'entre eux taient
arms de matraques. Dix bls
ses ont t admis l'hpital
gnral.
| L'enqute a tabli que la
* propagande relative l'elec
tion avait t prpare parles
deux membres du Conseil d-
poss.
La presse d'opposition se
livre d'pres commentaires
l'occasion de l'arrive im-
minente de la commission
Hoover. t Le Nouvelliste d-
clare dans un long article, in
titule eu anglais: i Right or
Wiong, our Hati First i:
Nous sommes une nation
depuis 1804, pourquoi nous
USiier comme une comme >
La Presse en appelle au
sentiment de justice del com
mssion pour te reliait des
soldatsde la marine des Liais
Unis et le rtablissement
rapide des institutions natio
nales.
Porf-au- 'rince, 2 mars. La
commission Hoover a triomph
del premire opposition qui
s'tait manifeste son arrive.
Lorsque la commission a ou-
vert ses sances hier matin, per-
sonne ne s'est prsent pour
tre entendu. Le* commissaires
avaient appris que la presse do
l'opposition avait conseill la
population de rester l'cart,
parce qu'elle croyait que la com
mission actuelle n'tait qu'une
seconde commission Me Cor-
mick. Cette commission qui
avait lait une enqute en U21
avait simplement entendu les
ralaits de l'occupation et jet
.>es livres la mer sans rem-
dier la situation.
La commission Hoover fit
alors savoir qu'elle n'tait pas
une autre commission Me Cor-
mtek et qu'elle voulait s'occuper
de l'avenir et non du pass. Elle
tait dcide dterminer quand
l'occupation pourrait cesser et
quand les institutions nationales
pourraient tre rtablies .
Les commissaires avaient en-
tendu auparavant M. Ernest
Chauvet, directeur du Nouvel-
liste, qui est lortement oppos
au prsident Borno.
M.William Allen White,d'Em-
poria, Kansas, oui tait partie de
la commission loover, a sugg-
r, au cours de la premire s-
ance qu'une sorte de nouvelle
union panamricaine, de type
uniquement conomique, soit
tonne pour donnerjdes avis
aux Etats instables s'eftorcant de
se donner des assises plus soli-
des.Cette organisation serait une
sorte de socit qui nj donnerait
que des avis amicaux, sans cm
ploy;* la lorce.
M.White a t amen met-
tre cette ide au cours de la d-
position de M. Pierre le Lespi-
uasse, avocat hatien, qui a t
le premier comparatre devant
la commission.
M. White a demand M. de
Lespinasse s'il croyait que ce se-
rait une bonne ide pour toutes
les nations de l'hmisphre oc-
cidental, de se runir en Hati
pour y tablir un gouvernement
stable et remdier aux troubles
similaires existant dans d'autres
petits pays.
M. de Lespinasse a rpondu :
Nous esprons que cela se le-
ra .Nanmoins il a alfirm que
les malheurs d Hati taient das
aux Etats-Unis, quoique recom-
mandant hautemenl la sugges-
tion de M. White, l'avocat a d-
clar que si Haiti avait essay
d'tablir des relations avec d'au-.
ires nations amricaines, son I
conseil financier lui aurait refu- )
se les crdits ncessaires pour
tablir des lgations 1 tranger, i
Nous voulons toujours tre J
en meilleurs termes avec les.
Etats Unis, mais, comme eux,
nous voulons avoir nos propres
gouvernements . 1
D'aprs M. de Lespinasse, les
Etats-Unis n'ont pas craindre
dt? quitter Haili pour des raisons
stiatgiques, car la base navale
de Santiago Cuba, est seule-
ment 24 heures de navigaliou.
Nous esprons que les Etats- :
Unis ne permettront pas plus
longtemps aux 21 membres du
Conseil d'Etat hatien de diriger
le pays leur profit, mais nous
laisserons rtablir les lections
gouvernementales.
M. W. Cameron Forbes, pr- I
sident de la commisse)1, an-
nonc que, probablement 1 oc-
cupation amricaine ne pren-
| dra.it pas fin brusquement cau-
se de la sstuaUon conomique
mais que la commission recom-
manderait certainement la meil-
leure mthode et le meilleur mo-
ment pour l'vacuation. La sta-
tue de Jean-Jacques Dessalinea,
ngre haitien rvolutionnaire,)
L Idal IiIiiiiii
ALIX ROY
28 annes de succs.
qui se trouve sur le Champ de
Mars, a t couverte de crpe et
de pancartes demandant le r
tablissement du rgime repr-
sentaiil.Les leaders de l'opposi-
tion ont dclar qu'il en sera '
ainsi jusqu'au dpart de la com-
mission.
Port-nu Prince, 3 mars. M.
Antoine Kigal, prsident d'un
groupe qui runit sept socits
reprsentant plusieurs milliers
de personnes, a comparu au
jourdhui devant la commission
Hoover. il a dclar que le bri-
gadier gnral John II. Hussell.
haut commissaire amricain en
Hati, tait en somme une sorte
de dictateur.
M. Rigol a aflirm que le pr-
sident Borno occupait illgale-
ment sa charge car son pre
tait Franais alors que la cons-
titution hatienne portait que
seules les personnes ayant un
pre haitien taient ligibles
la prsidence.
Tous les fonctionnaires, du
prsident an plus petit, sont
nomms et investis par le pou-
voir excutif qui est le haut-
commissaire, a dit M. Rigal. Le
prsident Borno n'est qu'une
poupe aux mains du haut-com-
missaire Russell. et le conseil
d'Etat sert seulement de secr-
taire M. Borno.
M. Rigal a demand le rappel
immdiat du haut-commissaire
et la dissolution du conseil d'Etat.
M. Dants B. llegarde, secr-
taire gnral de la Chambre du
commerce, a dclar aux com-
missaires que, selon lui, l'inter-
vention des Etats-Unis n'tait
pas justifie par le droit inter-
national malgr les raisons hu-
manitaires avances pour sa d-
fense. M. Bellegarde est prsi-
dent de la L'gue haitienne de la
Socit des nations.
VI. Bellegirde a affirm que le
conseiller financier s'tait em-
par de l'argent du peuple pour
devenir matre de ses-ressources
conomiques. En outre les Am-
ricains ont tax le peuple sans
lui donner une reprsentation
dans le gouvernement et Haiti
n'a tait aucun progrs pendant
les annes d'occupation.
M. Cameron Korbes, prsident
de la commission, dit que h
dernire accusation tait telle-
ment grave que des chiffres de-
vaient tre produits pour la
prouver.
M. Bellegarde rpondit qu'il
avait des chiffres et qu'il les
lournirait. En attendant, con-
clut-il, l'exportation du caf et
des autres produits n'a pas aug-
ment, la situation conomique
est mauvaise et on entend par-
tout les murmures de mcon-
tentement du peuple.
M. Seymour Pradel, prsident
de la Ligue nationale d'action
constitutionnelle reprsentant
i ..h.oui) Haitiens, a appuy les
rclamations de son compa-
triote et averti les commis-
saires que si les Haitiens ne
pouvaient pas lire leur prsi-
dent, ils n'hsiteraient pas
veiserleur sang pour protester.
Le peuple, dit-il, sait qu'il
ne peut pas rsister aux mitrail-
leuses, mais plutt que de vivre
sous le rgime d un autre Con
seil d'Etat, il n hsiterait pas
offrir sa poitrine aux canon* et
la responsabilit en retombe-
rail sur les Etats-Unis. Il ajou-
ta que le prsident Borno a con-
clu un pacte secret avec le g-
nral Russell qui a plac Tes
baonnettes amricaines la
dposition de Borno en chan-
ge de pouvoirs dictatoriaux.
M. Ernest Chauvet, directeur
du Nouvelliste* et porte-parole
de toule la presse de l'opposi-
tion, a dclar aux commissaires
que pour la premire lois depuis
des annes, les journaux d'Hati
taient libres, parce que les au-
torits craignaient de les censurer
pendant q u e la commission
tait l.
VI. Hannibal Pries, ancien mi-
nistre d'Hati Washington et
ancien secrtaire a l'agriculture,
qui dmissionna aprs les dsor-
tres scolaires de I automne der-
nier, est venu ce soir dposer
en sance prive.
Les olticiersde !a garde natio-
nale ont lait savoir que ce n'-
taient pas eux qui avaient inter-
dit la manilestation des Hatien-
nes, autorise par la commis-
sion.
M. W. A. White, membre de
la commission, s'est tait remar-
quer hier soir par le geste que
nous allons relater.
Comme un cortge de mani-
festants haitiens passait devant
M. White, qui se tenait devant
la porte de l'htel Excelsior o
rside la commission, une vieil-
le ngresse, habille de noir,
s'est arrte devant lui et lui a
dit : S'il vous plat.commission,
dlivrez nous.Kt tout en parlant
elle s'inclinait. M. White s'incli
nant aussi lui a saisi la main et
l'a baise. Il y a eu d'abord un
moment de silence, puis les cris
et les acclamations ont retenti se
propageant dans toute la ville.
De tous cts on n'entendait
que Vive la commission Vive
le prsident Hoover I
Auparavant, les membres de
la commission avaient fait em-
pcher par la garde nationale
uue manilestation au cours de
laquelle les Haitiens se propo-
saient de protester contre l'occu
pation amricaine et de deman-
der le rtablissemenl^d'un gou-
vernement purement national.
Plus de l.OOO pesonnes se
sont groupes autour du monu
ment de Dessalines, le ngre
rvolutionnaire, sur le Champ
de Mars.
Cette dmonstration a t pr
cde d'un service religieux,
l'glise du Sacr-Cur, organis
par les femmes de Port-au-
Prince.
Retour
DE
Mr Jolibois
Aprs deux ans et demi d'ab-
sence au cours desquels M. Jo-
libois a lait une tourne tra-
vers l'Amrique Latine, le pro-
pritaire du Courrier Hatien
est rentr samedi par avion.
Son arrive naturellement a
donn lieu une manifestation
organise par ses amis. Madame
Perceval Thoby lui remit une
gerbe de fleurs et loi donna l'ac-
colade.
Dans l'aprs-midi, il y eut une
runion Cin-Varits ou M.
Jolibois rendit compte, dit un
conlrre, de son importante
mission.
L. Th. LAFONTANT
Aeoessoire* pour automobiles
fasoline. Huile, Accessoires et Pices de Rechange pour
Automov.'ts.
Les meilleurs pneus cl Chambre!* air pour tuile auto
w>u camions.
Aille Grdiner;
>fo 1HI, GrseU'Ri*-. Port-ao-prtnee,(Hm>
... a vu dimanche, la Grand'-
Rue cette scne inattendue et
qui prouve que nous nous oc-
cupons trop des autres de mme
3ne les autres s'occupent trop
e nous. Dans une Ligne passait
un homme soucieux qui allait a
ses affaires, de mauvaises affai-
res, sans doute, comme l'hom-
me avait le Iront las et, dans
ses yeux, toute la tristesse sem-
blait s'tre hberge. I ne tem-
me, vtue comme aux |ours de
tte... debout sous sa galerie at-
tendait prcisment une voiture.
Elle, elle n'tait pas triste. Au
contraire. Elle avait le front or-
gueilleux sous son joli chapeau
de feutre gris clair et dans ses
yeux grands et noirs tout le
bonheur paraissait avoir pris
logement, l'n petit gosse l'ac-
compagnait et lui tenait la main.
L'enfant avait, parait il, attendu
trop longtemps pour son ge
patient. Il fil signe a la voilure
de stopper. Elle stoppa. Mais
comme il y avait dedans quel-
qu'un, la daine refusa de s'y je-
ter. Et pourquoi? NOTAI u.
nota, une fois encore, combien
nous sommes en retard sur un
tas de choses. El qu'est ce que
cela peul faire de circuler dans
une voiture avec un homme que
l'on ne connat pas?
... a vu, hier matin, un de ces
petits bonshommes que l'on l-
ve dans les maisons de famille
hatienne et que l'on appelle des
ti moune, faire uue chose dont
le moins que l'on puisse dire
est qu'elle est incroyable. Il por-
tait quelque voisine o quel-
que parente, de la part de &u
maitrcs.se, un de ces petits plats
qne l'on s'envoie de temps en
temps, entre anus, camarades
ou parents. Au beau milieu de
la rue il fit jonction avec un
autre ti moune de son ge et
avec qui il avait affaire depuis
des jours et des jours. Au lieu
de renvoyer demain ou un
autre jour le rglement de leurs
graves affaires, il dposa tout
simplement au bord du trottoir
le petit plat qui lui avait t con-
fi et se mit boxer son ancien
camarade. Entre temps, la pe-
tite serviette borde de rouge
vif qui recouvrait le plat vola,
s'entortilla aux (raines du vent,
tandis que la poussire imbi-
bait d'une poudre giisc la sauce
qui visiblement se figea dans
I assiette. El lorsque la lutte eut
pris fin, le ti momie se baissa,
ramassa la serviette et sans La
secouer en recouvrit le plat et
s'en alla. Lt voil ce que vous
mangez bonnes gens qui vous
faites, de temps en temps, en
guise de politesse des changes
de petits plats.
*
*
...a vu une au'oniobile del
Ligne qui circule depuis quel-
ques jours avec trois drapeaux,
au lieu d'un seul. Il y en a un au-
dessus du capot, un autre l'une
de ses portires et un dernier
derrire, presqu'attach la pe-
tite vitre qui voisine la capote.
A not ce fait qu'une dame l-
gante qui dsirait faire pour-
tant une course des plus pres-
ses refusa de pntrer dans
cette voiture et ses yeux vou-
laient carrment dire lorsqu'elle
fit signe au chauffeur qu'elle ne
l'avait pas appel, qu'elle ne
souhaitait pas tre prise pour
une marchande de petits dru-
peaux, ou une manifestante uni-
que et originale.
?
... a rencontr qui descendait
l'Avenu?, de i urgean \a petit
paysan qui chant m allgre-
ment un charleston eudiabl.
11 s'accoinpagn: i de ses deux
mains qu'il l-appait, coup
redoubls sur son ventre. Et
cela, chose qui paratra bizarre,
mais qui est vrai, et cela r
sonnait, dm le midi ensoleill
comme un son de tambour co-
nique dans le silence bleui de
lune de nos nuits tropicales.


PAGE2
LE MATIN- 11 Mars 1930
*-
.*

Devant la Commission
Prsidentielle
dlgation i Membres
li National Progressiste
posa sain .h un Minoi:
Coinpltsnl notre infermatioD
d'hier rel ' la visite de la
lu l'ar-
- I"1 de-
un Mmoire de-
vant la Co n n d'En [ute,
nous publions ci-des>>oas lea p i
rles prononces parle Dr Beau-
voir au moment de la remise
du document :
a Nous avons l'honneur de re-
meltie eu vos mains te mmoire
o le Parti National Progressiste
expose ses vues sur la question
hatienne, sur les objets fonda-
mentaux de votre mission en
Hati.
Nos conclusions sont Dette! :
lia 1 Le rgime politique, ad-
ministratif, conomique et li-
nancier issu du Trait de 1915
constitue un progrs remarqua-
ble sur le pat
Il doit tre,dam lessii pi ochai*
ns inne! dvelopp ou recti-
fi dans certaines de ses parties,
suivant l'exprience dj ac-
quise.
I B" Dass les divers services
placs actuellement sous la di
ici lion de fonctionnaires am-
ricains, il y aura lieu d'appli-
quer un systme de remplace-
ment graduel par des lonction-
naires hatiens de manirejque,
en 1936, la substitution soit
complte, sauf en ce qui con-
cerne l'organisation del Garde
d'Hati o une mission militaire
amricaine peut-tre encore re-
connue ncessaire pendant^un
certain temps. ~V* a .-'.CTJL
'.'{" En ce qui conceme.d'une
part, le retrait des forces des
BtaU-Unia et d'autre part, les
lections lgislatives et lection
prsidentielle, ces questions re
lvent de la haute apprt i.ition
des deux Gouvernements, qui
seuls possdent les lments
suffisants pour les trancher d u
ne manire conforme aux obli-
gations rciproques impose-,
par le Trait et dans les coudi
lions conformes la Constitu
lion hatienne.
Les Assises
in; PORT-Al'-PRINC
Lundi 3 mars et mardi i niais
1930 ' 'as d'audience.
^Mercredi > murs. L'aflaire
qui st plaide aujourd'hui pat
par sa nature, par l'envergun
de l'accusi, ti la plus sensa-
tionnelle de la session.
public des a sises s rempli,
L.e oublie de
ds 10 hi ures, la salis d'audin-
ce.Ony dtache quelques hautes
personnalits juridiques, des do
taires. Le Doyen Mitton, le Irom
lgrement inclin le visage
Irais, la mine austre, l'il s-
vre, prside les di bats. Mi
Grvy Jean, un lger nuage d<
poudie sur les |oiies,sourire sui
les lvres, OCCUpe le sige du
Parquet. Il est assist du subi
titut Lanoue (jui, lui, ne sourit
fias quand il sige. Au banc d<
a dfense se dressent, dans des
poses allures, les ltas de trois
avocats de talent : >es L. Nau,
Em. Hainpy et li. Desgiolles
Au banc deFaccusation,Me Lon
Charles, ancien notaire, accuse
de tans en criture publique
Avec la formation du tribunal,
on sent que la lutte sera Apre,
tenace. On donne lecture de
l'ordonnance de renvoi, undo
cornent du juge instructeur Vii-
pain.de l'acte d'a i osationeten-
iu d une ordonnance du doyen
ordonnant la .onction des iro
affaires. U s plaignants sol Ed
Albert Renaud.Georgea Montas,
Pernand Cinus.
Le Con ire Grvy .1. ai
un peu soutirant, demand* u
Tribunal le renvoi de l'ail .ne
demain. Le Doyen lait droit o
su demande.
Jeudi fi mars. Le Comn -
aaii '' '
la c i \to\nltt
tav.ii.. I
eus il i. Me ; on b h u i
puqui .11 li e.Ou I lit l a|
des lmi ms. lia oui qu itorie i
dpo! er.O ro ;e quelqa
uns. Lu- '
di.'iK- est su lue pour ti
reprise .. I h i al le i 6
ttm de la premi s phase du
proci
'/ heu l-1
re[ isi d I {| '
lmoiusU cuti 1 ont est
I1U.': "'!'
SOI'
le b.-
Lh i a bu r< pro
ex
I4i rouver.l
dai" mtrer
l'int i lu lutte
en pi
j^ Des de
comme [
Ils sont li
Lysius, Uhr.
consorts Cinus. Ct. L iphyr,
pour George N Mil ce
dernier < t acc< p
Me Nau,avi C har
les,dem;.nde communication di s
actes qui habilitai] l .isorts
Cinus a se constitue! dans le
procs comme parti- eu le. Un
comprci. is est sofltuis
1 lrt semble-t-il ? Ils sont car-
; ts. Le plumitil d'audience voit
i,u sein possi di r la transcrip-
i hou de cot acte.Les dbuta con-
tinuent.
Lon .harles, pour voiler sa
lace,aaapte ses luneltes.Le Iront
du Doyen n'est plus incline,
lier, allier, il scrute la pense
les uns et des autres.U sollligni
les points. Et avec la s/rile
qu'o lui donnai il convie et la
dfense et I accusation de cir
conscrire les faits des dbats
actuels. Lon Charles mdite. Il
si seul, subissant 1 assaut. Et,
cette minute prcise, peut tre,
(laquaient en sa mmoire, les
vers de Lai n aine :
Arrive
u il lUU.VIs D01li\l(li\S
Samedi demier.nos confrres
de l'opposition ont reu la visi-
te des Prsident et membres de
''Association Nationale des Etu-
diants Universitaires de Santo-
Domingo,: MM. M. A. (iomez,
prsident, Despradel Bsptiets,
secrtaire'de l'association et r-
dacteur du u List i n Diario, Car-
los IL Grico, tudiant en droit,
prolesseur Kanion Gonzales, in-
terprte-traducteur, F. Klio Al-
cantara, rdacteur de La Opi-
nion .
Avant-hier, les dlgus do-
minicains ont pris part midi
un banquet oflert en leur non
neur auxCaves d'Ilaiti et dans
l'aprs-midi ils assistaient de-
vant les Tribunes du Champ de
Mars un match de toot-ball.
Nous souhaitons nos visi-
teurs de distinction un agrable
sjour parmi nous et lormulom
des vux pour la prosprit e
le bonheur de leur pays o
nous comptons d^ nombreuse-
b mits.
HISTOIRE DE LA NATION
IHITIEWE
L'Histoire de la Nation Ha-
lienne reprsentera une im-
portante collection historique
en 24 tomes comprenant une
trentaine de volumes.
Nous avons reu le tome qua-
trime qui traite d'histoire g
urale, de droit hatien public
et priv depuis les premiers
temps jusqu' nos jours.
Nous remercions l'auteur, le
Docteur Franois Dalencour de
l'envoi qu il nous a lait de son
prcieux ouvrage dont la publi-
cation mrite d'tre encoura-
ge et soutenue, car cet ou
vrage aidera puiss trament
nous laire mieux connatre et
nar consquent mieux appr-
cier.
Le Courrier
de Lyon
2*Lors des premi'rTfeprsen-
iaiionsdu Courrier de Lyon,
Paris, Francisque Sarcey, dans
une conlrence sur Athalie, d
butait ainsi : Je vais vous taire
voir qu'Athahe est aussi bien
construite que < Le Courrier de
Lyon... ^r*
Bien construit...certes, il lest,
ce lamux drame, par le en
du sujet : la vie ou la mort
ce pauvre Lesurques; par
de
les
pripties nombreuses, l intrt
constamment renouvel, les al-
ternatives d'espoir et de crainte
... Il est impossible de trouver
un drame mieux bti et... plus
mouvant.
Aussi, durant la reprsenta-
tion du samei 1er Mars, quelle
motion dans 1 assistance quel
silence angoiss pendant les
grandes scnes entre Lesur-
ques et son pre, qui le cron
coupable, dans les adieux son
entant Iv'ouard, touff par les
sanglots !... ,
C'est vraiment une pice qu il
laut voir et revoir. L'occasion
offre tous, samedi soir, 15
Mars. Ds aujourd hui, les caries
^oiii en vente, au prix de quatre
(ourdes.
Nt faut-il (pie dlibrer,
La cour an conseillers foisonne.
Est-il besoin d'excuter
On ne rencontre plus personne.
Vendredi 7.
Les di bais particuliers sont
i i ms.Lesdbats gnraux sont
ouverts.
M, Clment Zphyr Ut ses
inclusions rclamant le paie-
ment de liJOo do lars et 200'
dollars de dommages-intrts.
Paveur G.Montas.
(Lu fin demain.)
La Commission
d-Enqute Amricaine
Excutant le programme
(|u elle s'est donn, la Uom-
mission du Prsident a laisse
notre Capitale avant-hier di-
manche 6 heures du matin.
Elle est arrive Hinche a
midi et y a pas*, la nuit.
Hier elle a laisse Hinche a
S heures du malin et est ar-
rive au Cap-tiatien vers 3
heures et demie.
Elle lai: ;ei le C ipee ma
ti.i pour se rendre a la plan-
tation de Sisal o un lunch
i \ t. fille retournera au
Cap cet aprs midi pour en-
tendre les dpositions et lais
i lemain soif 7 heures
bord du Rochester pour
lea Gonaives.
La Corn ision jusqu'au
moment o nous paraissons,
i dj visit Mirebalais, Las-
b s. rhomonde, Hinche,
M.u s le, Mil hi I, !nn< ry,
Plaisance, Lltnb et Cap-H li
,i. Elle j entendu pai loui
: les dpositions el reu des
mmoires.
Parisiana
CE SOIR
Paris en 5 jours
Entre : 0.50 ; lilcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
Mentir
Avec Christiane et Harey Liedka
Entre : 1 0-5 Balcon : 2 Gdes.
JEUDI
Raquel vieller dans :
Les opprims
Titres : trauais, anglais, es-
pagnol.
Entre : 2, 3 et 4 gourdes.
0RT
Le Monde
MAKI Aid;. En I glise du
Saci Cuvir d.' TurgeaU sera
bni i mardi 1* Mars courant
; l sis heures du sou le mariage
de Ma lemoiselle Liliane Gaet
r Pierre Nemours
is.
Sincre: compliments el sou-
haits de bonheur.
Essorez-Vous contre accident
, General kccUtent bue &
. Assurance Corporation Li-
Vve F. Bsrmnigham,
it G pour H lli.
bl CARDINAL Ml KKV
DKL VAL
Rome, Le cardinal Merry
dei Val, ancien secrtaire d Etat
.ta pape ci, durant ces dernires
annes, arcluprle de Saint
Pierre, est mort d'une aitaque
cardiaque > '> *uit d*une opra-
tion de l'appendicite.
Le cardinal, qui tait g de
C>5 ans, tait tomb subitement
malade dans la journe d'hier.
Sou tat ne taisant qu'empirer
une opration lui juge nces-
saire el piaiique immdiate*
lient par le prolesseur Battis*
lli. Le cardinal reposait son
domicile de la Cit du Vatican
quand il esl mort subitement.
La mort du cardinal Merry
Il i Val, qui suit de prs celle
.lu cardinal l'erosi, secrtaire
de Li Congrgation du Consis-
toire, survenue samedi dernier,
laisse maintenant le sacr col-
lge avec ;i2 cardinaux tran-
gers et 28 italiens.
Le cal d nal Merry del Val
tait une des ligures les plus
inarqusntea dans l'histoire mo-
,.. : : e de la papaut. Il lui cr
cardinsl en 1903, a l'Age de :i8
ans, el nomme aussitt secr-
taire d'Etal par ie pape fie X.
Le cardinal tait de noblesse
espagnole. Son pre tait am-
n.is aueur d'Espagne la cour
d M.-James ti ce lut a Londres,
en ISO, qu'il naquit. Il tut lev
BU collge des jsuites de St-
Michei, Bruxelles, el lut pr-
cepteur du roi Alphonse Xlll-
i\ rue whw a.\s
Stamboul. ZaoAgtia pr-
lud tre g,de loti ans el il
.met toui sou orgueil dclarei
qu'il n'a jamais bu d'alcool .
Pin avril, il quittera son poste
ie concierge a l'htel de ville
Ue Stamboul pour se rendre
\'eW-Yoik 1 invitation de la li-
^ La ligue a 1 intention de mon-
trer Zaro Agha dans tous les
Elats-Unis el de le donner com-
me exemple de la vigueur phy-
sique et mentale des leclotalers.
Zjio, qui a enterr onze pou-
ses, quittera sou douzime lo-
yer lors de sou dapari pour l'A
mrique.
lia ui lestai in oiiIit le chnaye
a Llusays.
Chicago.Plusieurs ceniuiues
de mandestaiits, hommes et
temmes, se soni reunis autour
au City Hall pour protestei con-
ue le chmage.
La police monte a charg la
touie qui a eie rapidement dis-
perse. Sepl personnes ont t
blesses el plusieurs aritees.
Une multitude de personnes
sont nanmoins restes aux
alentours, mais la police les a
empches de se letormer en
gioupes.
. I IL I I il nilji Il
Nominations
Le Prsident de la R-
publique u tait choix de Mr
Western Dauphin comme
Sous (.'bel de sou Cabinet en
remplacement du Dr Ageuor
Debiosse nomm Conseiller
d'Etat.
Au Dpartement des
Finances, jMr Martin Ancion
a remplac Mr Louis Dorsin-
ville galement appel au
Conseil d'Etat.
RMBMMaMMMSL
Empresa Naviera
de Cuba S. A.
(Couipayuic Lubiiiuo de .Ymgalioo
Le sleam r Guantanamo
venant de la Havane et San-
tiago de Cuba est tteudu ici
ie i courant en route pour
les ports de la Do mini eu nie
et l'orto KUeo. prenant trt et
!>ass.igers. De retour de ces
ports, il touchera l'ort-au-
l'riuce vers le 22 et repartira
le mme jour pour l'etit Go-
ve el Cuba, admettant trt el
passagers.
Agtmce gnral: Hue Itpu-
blicaiue^ei Dautes Destoucbes.
1. O. Box A-126 Phone :i'250.
Un plan ac-
cept par les
deux grou-
pes en pr-
sence
Traduction
The Fresident's t Commis-
sion has suggested that the va
rious lments composing the
opposition to the prsent Hai-
ti in Goveanment should orga
nize a group of delegates satis-
factory to themselves and de-
signate some neutral and
nonpolitical candidate, satis-
lactory also to Prsident
Borno, who should then re-
cetve their votes and also be
elected regularly. The Prsi-
dent t h us chosen will call a
fiopular lection at the ear-
iest possible date and prsent
his rsignation to the uew
lgislature, so that it will elect
the Prsident for the rgulai
terra. This plan has the ap-
proval ot Prsident Hoover|
and has been accepted. in
princlple, by botb ol the Ha-
tien sides. Dtails hve to be
woi ked out. The Commission
has uo candidate to prsent.
i f~S|W" "fc*******
DISQUES "ODEO^
DEMANDEZ LA LISTE NOUVELLE
La Commission PrslHen-
tielle a mis la suggestion qne
les diflrents groupements
composant l'opposition contre
le prsent Gouvernement Hal-
tieu convoquent une asseiu.
ble de dlgus jouissant de
leur confiance, et dsignent
un candidat neutre et en de-
hors de la politique, qui se-
rait acceptable galement
pour le Prsident Borno; ce
candidat, aprs avoir reu le
vote des dlgus, serait aussi
lu rgulirement. Le Prsi-
dent ainsi lu convoquera les
lections populaires le pins
tt possible et remettra sa d-
mission au nouveau Corps L-
gislatif, afin qu'il puisse pro-
cder l'lection d'un Prsi-
dent investi alors d'un mandat
rglementaire. Ce plan a l'ap-
probation du Prsident Hoo-
ver et a t accept en prin-
cipe par les deux groupes en
prsence en Hati. Il restes
tablir les dtails du plan. La
oui mission n'a aucuu candi
dat prsenter.
bsssmbss^bbb^^NS^bsbb^s^ssbWsWJHbbbb1bsb^
i a 4?T*U1tyf 17 IMPHYS^
\ Soulagement immdiat .t guirlson w h
Globules Rbaud
[ Rsultats merveUleux.*urpreB*nUmlaM
Toutei Hiarmacln Dimairttr MM
I. OAUOBOUX, SY, Rue Victor Hugo
BoU-Colombei (Sciuc)
Pr-Cat Lan
Si vous avez quelques heures de loisir, le^soir, el qui
vous dsirez les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la(plus belle salle de bal, la musique u
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et au
les boissons les plas fraches et les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nalionale.liqueursde toute
orles.

b
ON TROUVERA
Morale el4lnstruciiou Civique
l'usage des coles primaires
par Flix MAOLOIKE
la petite Maison, rue du
Centre el chez l'auteur, Ruelle
st Cyr.
M
YEUX YEUX !
Merveilleuse cration Scientifique contra
les maladies des yeux et des paupires.
> PRODIGAL.UZ
Marque dp Fabrique MITflistre au Bureau GenraKd'Hvg
Produit prpar par le docteur kartinez Meneiide'Mt
dcor de a Croix du Mrite Militaire pourz,
service projessionnel.
Le aProdigaluz est un spcifique, unique au raoodt
employ daus la gurison radicale des maladies des yeui
quelque graves et chronique qu'elles puissent tre. Le ini
tement se lait avec une rapidit tonnante telle, qu'elle
vite toute opration chirurgicale qui ellraye tant les p
lients. Ds sa premire application, les douleurs et fatigu
disparaissent. C'est un remde minemment etlicace dam
les ophtalmies et plus principalement daus les granulation
granulations puruleutes et bienorhagiques, quratites, I
cres de la corne, etc. etc. i Les ophtalmies qui preauet
naissance dans les maladies vnriennes sont traites e
trs peu de temps par le iProdigaluzmqui est aussi une mer-
veille dans les infections post-oprations. I
L '-odigaluz laif disparatre les cataractes ds le*
aj PWMtass] L,e Prodigaluz dtruit les microbes, cicatrit
eam.tvic et gurit radicalement.
Arrire toutes les autres prparations base d'arsenic,
mercure, et nitrate d'argent et de bleu de mthylne.1
et autres remdes si redouts, en usage dans les clinique
Les vues, taibles et tatiques acquirent une puissance
surin- prodigieuse.
Plus de voile obstruant les yeux 1 Toujours la vue
claire! Les98 pour cent de ceux qui souffrent des P
guerisseut avant mme d'avoir achev le premier flacon
tPrudigaluzi et remarquent que, par son emploi, leur
devient plus claire et plus puissante qu'avant le traitent
Avec le Prodigaluz on n'a pas besoin d'avoir recours i
verres.
Le Prodigaluz donne pour toujours un coup m.orle!n.!
traitement par lescollyies appliques jusqu' aujourd
dans les cabinets des ucculistes et qui sont de nature M
pirer la majorit des cas en irritant l'organe si'import111
de la muqueuse conjonctivale.
Le Prodigaluz rend nul l'emploi du nitrate d'slfl
cause de terreur pour les patients et aussi cause d'un"
nombre de ccit.
Le Prodigaluzi produit une sensation agrable.
Le cprodigaluz* est compltement inoftensil et produit
rsultats merveilleux saus causer aux patients la mou*
somme de langue,
Le "prodigaluz" arrte la myopie progressive.
Vous souffrez des yeux, soyez assurs que vous
promptement guris en employant cette merveille ql
pelle :
"PRODIGALUZ"
"Prodigaluz-* a en sa laveur les tmoignages des t
des procureurs du Roi, des Chefs d'Arme, des loge""
des Commerants, des Ouvriers... etc.. etc. tmoig^l*1
tifis par e Laboratoire Municipal ds Madrid
Envoi dans tous les, Pays.Exiger la signature et la BJ
de labrique appliques sur la bande qui recouvre le'1
Prix 40 pesetas rd'hspagnel. Paiement contre ma
poste, lettre de change ou chque.
Adresse : E. M. CUADRvDO PEREYRA. SNTJj
ENGRAG1A, No 62,tercero drecha. MADRID, E^
l'RODIGALUZ
UNIQUE DANS TOUT LE MONDE I


LE MATIN-11 Mars 1930
FA

Voki en quels termes distin-
gus et clairs M. )on
Moraille prsente LE COR,
la nouvelle renne littraire
Cayenne dont nous avons
annonc la parution..
f
LE COR !
Les revues littraires sont
comme les feuilles d'automne,
elles servent de parure la
vie, et, un beau jour, un coup
de veut.venu on ne sait d'o,
les voil emportes, disper-
ses. En a-t on vu de ces feuil-
les multicolores, depuis la gra-
cieuse Heinie fantaisiste, i
la couverture satine et rose
jusqu' l'austre Rpublique
des lettres . Je n'oublie pas
les ntres, ces chres petites
revues, habilles en pauvres,
qui n'ont jamais cess de
chanter au milieu de la tem-
pte, et de maintenir bien
haut au dessus des flots.l'idal
d'une lite. Vous souvenez-
vous encore de t La Ronde,
o Stnio Vincent, Constantin
Mayard et d'autres parurent
en matres; de la iReuu de la
ligue de la Jeunesse hatienne,
daus laquelle Lon Laleau.gloi
re et honneur de nos lettres,
lit ses premiers pas maladroits
et chancelants? Notre bonne
ville elle-mme, si calomnie,
rivalisa diffrentes poques
avec port-au-l'rince .en di
tant, tour tour, Babils d'o'i
seaux ( charmant titre ), Le
iusain, Le dbut.Le rveil
Et je sais que dans les feuillet*
jaunis d'une chtive petite re-
vue dorment quelques po-
mes signes d'Edgard Numa,
et qui comptent parmi les
plus sereinemmt beaux de
notre production nationale.
O sont-elles ces feuilles d'an-
tan ? Autant en emporte le
vent, certes, mais ce ne fut
pas l que vent et vain bruit,
tjue de pai laits lettrs con-
servent encore, pour les avoi
frquents, ou plus simple-
ment pour en avoir lu l'his-
toire, le souvenir attendri de
ces cnacles enthousiastes et
pieuses chapelles,o les plus
grands noms de la fin du
sicle dernier ont, assoupli
leur art et forg le mtal de
leur style.
Il yen a d'ailleurs qui du-
rent. Tenez.vers l'anne 18W0,
quelque* jeunes gens, tous
galement jeunes, tous gale-
ment pauvres.se retrouvaient
travers l'immense Paris pour
parler et rver littrature.
Chasss des grands quotidiens I kffj*^**
du boulevard et de certaines
revues ."importantes*', antres
que gardaient tarouchemeni
des barbares dcors et des
philistins repus de titres et
fouder leur revue.sans argent,
n'apportant tous qu'une gale
confiance en l'avenir,"un gal
amour des lettres, et quel
ques uns beaucoup de talent.
Ainsi naquit, sous le rire sar-
caslique et bourgeois d'un
Sarcy et d uu Vitu, le "Mer-
cure de France-', incompa-
rable trsor de beaut et de
science.
N'imparte ce qui vivra "Le
Cor", qu'il ait la dure ph-
mre d une rose4ou, plus vi-
vace, celle d'un bel arbre qui
prodigue nos arrire-ne-
veux ses fruits et son ombrage,
l'essentiel est qu'il soit uu
ornement, non pas de ces
bijoux en toc. la morne
existence de notre ville. Que
demain I un des jeunes, qui
y dbutent aujourd'hui dans
les lettres.deviennequelqu'un,
affirme par son talent une
personnalit vraie,il me serait
pour une lois facile d'tre
prophte, mais n'abusons pas
de l'enceus.les dieux seraient
jaloux.et qu'on aille chercher
sous la poussire, dans les
exemplaires oublies du Cor,
les premires fleurs, annon-
ciatrices de la rcolte, on
tombe, merveille,non sur uu
Herbier, mais daus un jardin
tout embaum des parfums du
pass, o fleurs et fruits se
seront miraculeusement con-
servs.
Ce que nous voulons surtout
ici, c'est: cultiver en ce jardin
chacun le coin qui lui est
confi, le cultiver librement,
mais avec amour, pour que
les voisins,qui regardent par
dessus la haie, tassent autant
et mieux s ils peuvent.
Yvon MOKAIL E
Vente
l'encan
Douane de 'ml an l'i mer
Les articles ci dessous se
ront veudus la crie publi-
que cte sud-ouest de la halle
iNo 1 de la douane de Port-
au-Piince e 14 Mars 1930,
ce, suivant l'article 101 de la
loi du 4 Septembre 1905 sur
les douanes-
Nos 64o7 Cligny Innocent
1 paquet, 4 paires souliers
cuir.
18/242 Ernest Luders 1 pa -
quel, colliers sans fermoir.
982,84 Lon Dalencourt 3
paquets Piles sches.
jbbi355 Louis Mevs 1 boite
peinture l'huile.
5352 Alfred Ciestin 1 boite
catalogue, ( Echantilious de
bouts de Ussue.)
2bti Monbrun Paillers 1
paquet talons an caoutchouc.
50 Wallace Hey 1 boite 50
U92177Jean Francis 1 boite
4 paires bas de soie, 1 paire
chaussettes soie, 2 paires
chaussettes coton.
42889 P. Balance 1 boite 1
pane gants cuir.
812Lelio Dominique 1 pa-
quet 2 Commulateurs lec-
triques.
3328 Louis liardeu 1 pa-
quet 1 pot de pommade, 1
tube pte pour visage, 1
houppe.
35 Aylac Cooper 1 paquet
1 boite de boubons (chocolat
Sans No inconnu S|m 4 pa-
quets, 4 rchauds.
The Royal Mail Steam
Packet Gompanv
Le magnifique bateau touriste S/S Araguaya est atten-
du a Port-au-Prince Mardi 18 Fvrier venant de Kingston et
partira le mme jour, cinq 4heures de I aprs midi.via Ber
mude pour New-York, offrant ainsi une excellence occasion
pour un voyage exceptionnel pour New-York.
Iourtous renseignements s'adresser I. J. BIGIO
a
il steaincr a Burnhope venant de Londres via Kingston
et les ports du Sud, est attendu ici vers le quinze courant,
partant le mme jour via les ports du Nord et pour l'Eu-
HENRY STARK
I N IRAI, EN MCI M LA BW. PStftt \t
Cercueils
rop;:
i
jour via les ports du Nord et pour '
1. J. BIGIO, Agent Gnral. -Phone No 2311
La Maison avise le publie qu'elle vient de recevoii un r. i,d
assortiment de dcorations la mettant mme il" lowruir
des cercueils dcors des pri.v lies rduit.
lotir les cercueils de luxe, qui sont h spcialit de (a
Maison, on s'entendra toujours pour un prix convenable.
La nuit et les Jours de Ftes, s'adresstr a
Mr HKIfRY STARK. Ave. Schullz. Phone No 3472.
ALUMINUM LiNE
Dpart rgulier de New-Orlans et de Mobile
pour Port-au-Prince.
Un steamer laissera New-Orlans le 1er Mars et
Mobile le 3 fera escale St-Marc, Gonaves sera Port-au-
Priuce vers le 10 et continuera pour les ports du Sud.
Ce 10 Mars 19.U).
A. de MATTEIS & Co, Agents gnraux.
Colombian Steamship
Company Inc.
I.e steamer* Bogota venant le New-York di/lment
est attendu Port-au-Prince le 12 du courant. Il ntfrtiri le
marne jour pour les ports de la Colombie, prenant Irai et
passagers.
*lomktan StamtHp Cimpanu in*
GEBARA & Co. AtfanK
No 1|2 Post Exchange Post
Exchange 2catsses Whiskey.
3 post ExehanRc Post
exchauge 1 caisse Rclames
eu papier.
1606 E. B. R.B. de Canada
L. B. EL B. Canada 1 caisse.
( Fil en pelotes soie art. Fil
eu pelotes blanc colon.
118 W.L.C 1 Malle, eflets
personnels usags.
t)G|20.'i Auto hquip Co Auto
Kquip. t.o 1 caisse ( Boules
pour tennis et golf, tiraquet-
tes pour tennis, G pices pour
raque.tes tennis.
50756 Max Monsanto M M.
1 caisse, r.chanlilions de lo-
tion,Extrait d'odeur. Houppes,
hau dentifrice, Savon de toi-
lette, Pondre de riz. Boucles
eu uaere, Corsage en soie
pour enfants, Tissus coton
imprim, papier manille, en-
veloppe manille, Poches ves-
ton, Epingle de sret, Echan
tillon de colliers pour dame,
chantillon mouchoirs soie.
lllO V.BouziV.B. 10 caisses
poudre lvation.
10408 Dueek Kouri D. K.
1 caisse H,4 Boites broderie
colon.
Il2 A. V. A.V.Victor Bouzi
2 balles copeaux pour viaai-
grerie.
004 Cigares|& cigarettes,Bel-
ladere,iobacco 8 packages col-
lecteur a Belladre.
1223 cigares et cigarettes
Belladre, Tobacco 200 kilos
Belladre, Tabac, en tobacco.
Si Germain tHAMpAGNE
Encauleur public.
"Vu : D. p. JOHNSON
lolleur de la Douane.
Panama Railroad
Steamship Line
Ituicaii de l'\ijut (inn-al.
Le public en gnral, les
exportateurs et les importa
teursen narlieulier.sont pris
de noter que le steameraGua
yaquil" partira de Ntw Yoik,
pour fort an-prince direete
ment le mardi 11 mars 1930
et sera ici vers le lundi 17
mars courant.
Nous sollicitons votre bien
veillante clientle.
Jas. H. C. VAN REED
Agent Gnral
Bar at Restaurant
La Coquatta
On trouvera au Bar et Res-
taurant a La Coquette angle
das rues St Honor et Grand'
Hue, No 976; tlphoue 2544,
des mets bien prpars et a
la porte de toutes les bour-
ses.
Un service spcial assure
toutes hs heure du jour et
de la nuit : la tasse de aie,
da chocolat o la graad verre
de l'AK 100 au lait at glac
pour la modique somme de
vingt-cinq centimes.
Une minutes passe la
" Coquatte vous y oadaira
toujours.
Pour un nouveau lustre
de la cfaeTeture
i *.
nspection Scotaire rappelle
aux instituteurs et institutrices
jue ta Lon/reme mensuelle
Wijygine aura lieu le mardi
11 Mon courant de heures
15 6 heures de faprs midi
dans la salle de Confrai es
de t Ecole de Mdecine.
Elle compte sur leur prsence
ainsi que sur celle d$s Mem-
bres ae l'Enseignement priv
cordialement invits ij as-
sist er.
Toutes les Polices
DELA
W1&
ij
VOUS TROUVEREZ
CHEZ H. BALLON1 Fils
3 grandes marques de
en fer.
Simmons company
Laite Long Steel Beed
Fdral Steel Beed.
Les modles, sont des plus
nouveaux, et des prix
absolument exceptionnels.
lit,
NRM
!
s 801 BUE GH
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux
\FAigeBoss$Co
Les chimistes de l'Exelento
dj renomms pour leurs
remarquables contributions
apportes la toilette, vien,
nent de couronner leuruvre
dans
L'Exelento i
GLOSSINE I
Une petite quantit de cette j
dlicieuse prparation appli- ;
que sur les cheveux lait res-
lortir leur brillant naturel et
leur vigueur, en leur commu j
niquant un nouveau lustre qui
vons vaudra d'tre admir-
par les messieurs et envi des
te m mes. j
En vente chez tous les dro-
guiste. Tour 0, 0 centimes
seulement, il est expdi ds ,
rception du prix.
EXELENTO.MED1CINE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.j
Agio: 'tnandes pour tous :
pava,
< ; \ (.m renseignements.
HOTEL FAVEN1R
\iiaj (Ils ItHas des K&tf>a Hftlii tYnlit-.
Chambres bien installes.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
SPCULATION
rv nos jours l'appt du yain rapide
Agents Gnraux
Horn-Line
Le bateau tWaldlraut Hom,
I venant d Europe seie ici sa-,
medi le tOcouraDt.en partance '
i pour Kingston. Sto-Dominpo
etc. prenant lit tt. passager*
Ht [ HUNBOLD & Co,Agcr.'o
9
atrtr+n- plus d'un dans le t<>uitnlljfcjflk
u
<^**l aam vota pan darc <*uakns,
m Banque intaraaaan* au d****
La Banque Royale
du Canada


i * ^>^. .
-.
;C^
jt> -: -^,.
i>.\

Mardi
11 Ma rs 1930
Le Matin
Pagol
Energique antiseptique urinaire
Agit vite et radicalement
Supprime tes douleru
de la miction
vite tout* cvrr.plitofio.
Ia Pvv ' neiienne
M rtUtUK't lu IMSUS W>e uni ru:., qu'il re
mai tontpi'enwAi 6 nvul
n |nfl . :
VAMIAMINC
1
/
PAOFOl. est sans pill MH les gonocoque.
ruM-* Intsiratlea des VOl* ttrinaHf
. le Pagol. qui 0*
congestionne les mu-
queutes d voles url-
natres. renouvelle les
tissus, cre 4 un ra-
jeunissement complet
de ceili.> Le Pagol.
meurtrier non seule-
ment pour le gonocoque
partout ou II asiate,
mais encore pour tous
les autres microbes,
auxquels ce dernier
rut s'associer, euflli
tout. Il eai le fonde-
ment, la base du trai-
tement de l'arthrite ou
du rhumatisme blennor-
rafflque. parce qu'il est
celui de la bleooorra
(la eUe-mme.
D' Brimu
4U M-M-MU*
Rui'l CtiaMain. s r a vlf
. Parts ai '* a*"
1
On trouvera
On trouvera aux Bureaux du
Matin le dernier recueil de M.
i.o)ti Laleuu, Abrviation au
prix de GlD | (iourdec I 'exem-
plaire.
Halle Louer
A Louer une balle sise
K ie B ... ne fji No 219.
S'adresser :i
i. i. ^.iJAETJENS
iii an ii aasstsssssssWMealMMaB
CONSTIPATION
proaoM les
COM7RIM
SUISSES
aie DULORI, Pharmacien,
119, (tus .i.ot-Anloui
.1 -/* v-t rari
O'BST LE MEILLEUR
! PU! CIATIFS t
BMB i i m i' niT*l-----------------------an ai > aie
PORY-AU-PR1NCB
Uaa.PI1 II irmm-ie Al.UERTUU
Phr.T3oie du P- Juxtin VIAHD
tl i n4 j-.'.x l'n.eioias.
, '.
fil
I
,''**rir.'*
: BrS
bm
l I dtg '.'( faci-
on est dt' j
Hei et
cuite sans feu-
au moulin Pendant 12 hf.urfs
i--"^-1 .>...s d'Avoine :s Minutes
n /Oti beaut,comme vous soignez
votre visage est un dlicat
d'o-uvre que vous devez protger.
CREME SIMON
tat lie d'ap;i des formules prouves, dlivre Is peau de toutes ses
Imperfections et lui conserve beaut, douceur et velout. Elle donne
blancheur et puret au teint et empche la formation des rides.
O D a
POUDRE Cl SAVON SIMON
PARIS
@
!
suranc
Une des plus fortes (COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le' BOSSE & Co,
Aaents Gnraux
1
>x**tuwa-
Seuls distributeurs: HEHNER& <
Boule Bouqetole Rouqe
Jcmel Tradinq C
4; PAOliS
23eme SSSEE S* 6941
c ofl-au-Pruue
Tlphone : 2242

-

f
h
*\
PORT^U-MUNUf
Venta voir nos BA^aiiii* ut
lauupai uuuc cuui;t6 et ^u-
Kuca iNUUb vuub Uuuuuuu Uue
ucaioubiuiwu -a u'uupulicqucsic
ucuic.
Rua du interfrences .uf/nc*
ptieriques.
vVeNtludiea- fa-.aJiU0 ^
Olfelt IllUlDUI'a
Philips' iUoio, iter au fcViiW
ieiepnuue i\o, aUAO
- A
:.- --<.
V'
Ai
_ja>a*tti.i-. > V
<
(GODE nO\MAL
On trouvera acheter '
l'Imprimerie TELHOMME
Rue du Peaple, et chez Ma-
dame Anna I)"chatelier Uue
du Centre, |>r de tEnor. le
iCode Domanial) (1804 19M)
par Maurice Nau, avocat, et
Nemours Tclhomme.
L'ouvrage contient les Lois
et Actes relatifs aux droits de
proprit en Hati, l'arpen-
tage et au notariat.
rail deux dollari l'exem
plaire.
Les souscripteurs sont pris
de r lainer leur volume
l'Imprimerie Telliomnie, Rue
du Peuple.
AVIS INTIME
c es Tomates onteommen-
v chez BATLEY. Que chacun
tienne se pourvoir de sa sa-
ade pour les fles.
: Jiai
Accessoii es ydaulomobil&
Rue Frou, ci-devant c'en Miracles.
Gazoline, Huile, Graissas,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc. '
Tlphone : 34541
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland
\
tara t Ginbiul est une des plus puiaiantas et des nlus vastes organisa*10
-! ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son hamp d'action qui eui**88*
Le monde. .
Ses P'vHcesJfcontre incendie couvrant auwi laa d4nls occasionnes par la i()U"
1 t s pour Automobiles couvrent vola, inaaudie, malveillance, donM*V
n n mu du m sa personne ou dans sas bians.
Ses Poliaas Maritimes mises par ses branches d'Kuropa sont payabls "
V" folie.is contre acaidanlaaant valables dans I univeia aatiar. Tous la*1
contre a
iaidiofl
jeuis devraient donc prendre la prcaution de se ni air d'une police --.--
j'au inoiua 4000 dollars, la prime annuetie u'otanH que de 1/2 / soit 80 dollai h
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cay
NODe-AGENTb:
Agent ftnntl pour liai*.
Port-au-Paincaj GIL4i k


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs