Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03955
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 7, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03955

Full Text
-
lment Maaioire
DlrifcCTEURJ
358, RUE AMERICAINE 1858
TELEPHONE N2242
23me ANNEE N* 6939
*
Us ijfi% qui oui le malheur de
>'ai'ciii|(itii(*r aux plaisirs in >nu
fMTdeal le gotl dis plaisir* minier ts
H 'euniiieBl dans une reeher h
inquite de la joie.
FftVBLOft
PORT AU PRINCE (HATI)
SAMEDI 8 MARS 1030
CHEZ DES CONFRRES
*
Notre sympathique confrre le
_f/n/M imprime notre inien-
on ce qui suit, en son dition
mardi te cette semaine; lisez
en.:
i Dans son ditorial de saun-
ier mars, le principal |uuruiil
jicieux de iVi. lioruo demande
notre minent concitoyen M.
Adlimar Auguste s'il pense
je les Chambres lgislatives de
15 taient l'expression sin-
re de la volont de la nation
nvenabknient exprime .
Koattendant que notre ho-
rable coulrre capois donne
tislaction la curiosit du Ma-
i, nous ne pouvons nous eru-
iner d'observer que la rpon-
ngative qui est dans l'esprit
l'auteur de 1 article La Poll-
ue aurait pour consquence,
Ayeux de l'amricain, que le
le de 1D15 qui a t vot par
Chambres lgislatives de l'-
que et ratifie par le Pouvoir
teutil, n'est point 1 expression
Kre de la volont de lu na-
convenablement exprime,
| tii'ie lvmMatin '.'
fous avez bien lu '.' Nous r-
oos.
)'ibord,notre honorable con-
W, le principal journal olfl-
m de 1 opposition, n'a pas
paori exactement ce que nous
msdi!, ce qui sort quelque
ide se. habitudes de loyaut,
tous n'avons pas demande
ifcment et simplement, si les
tbreu lgislatives de lill
iieui l'expression sincie de
nloni de la nation convenu
oitut lijjinnee ,.Nuus avons
wte tes mots supprime a
ittiii par noue cornire dau
tatiou ; .... eu lisant pr-
lats de la rpublique O.este
Jor.Davilmar Thodore, Vil
I Guillaume S un, ch k un
es quelques mois a peine d.
idence, alors que leur man
pnslitutionnel tait le sept
bes.
conviendra avec nous que
amputation de notie phra-
md notre uenee ncompi-
'la voil maintenant rtablie.
fependint, voulant tre bons
ces, nous acceptons cette
ktalion de notre pense et
V voulons que nous ayons
bande si les Chambres de
15taient l'expression since
f la volont de la nation
penablement exprime.*
lareille question pourrait-elle
Imieux adresse qu'au direc-
|du J'emps, notre excellent
" Moravia qui lut un dpute
[cette lgislature ? Et quand
1 appel Me Adhmar Au
1 pour nous repoudre, ne st
t- il pas un peu ?
3
n est de mme de l'autre
slion qu'il nous pose a son
'. savoir si le Matin a vou-
""e que le trait de 1915
^t point l'expression sincre
* volont de la nation ?
>nmie dput prcisment de
-lgislature, notre honora
camarade, qui a eu discu-
I a voler le trait, et qui.au
us a eu le dtendre dans
Hflie, est mieux plac que
pour claircir ce point,
'?oudra-t-il ?
**ant maintenant notre
e*t plulant conlrre l'Ac-
ous voyons qu il suggre
gouvernement d'organiser
oaolestauon pour protes-
tais laissons-lui la parole:
der 1 ordre public contre les ex-
cs des, manifestants, sans le
troubler lui-mme.
Ce n'est pas lui, d'ailleurs, qui
a amais demand ni gouver-
neur, ni commission ; et puisque
enqute qu'on a provoque se
lait maintenant, il n'a qu'a lais-
ser tous toute latitude pour le
dpt de leurs mmoires. Grand
bien leur tasse !
Il est tout naturel que les ma-
nifestants tentent de conqurir
le pouvoir; mais il le serait
beaucoup moins que le gouver-
nement aille descendre dans les
rues.Quelle ide tout de mme !
*
?
Quelqu'un, a voulu faire, a
mme tait le procs M. Bor-
no de s'tre adress en anglais
a la Commission d Enqute le
jour de sa pr>entation au pa-
lais. On a voulu lui faire la le- \
on au nom de la Cjns itution, I
>ous prtexte que celle-ci dis-
pose que c'est le lranais qui I
est noire langue olficielle, et
u'elle interdit an si M. Borno
e s'exprimer en aucune autre
langue. D'o il suivrait que son
petit discours de bienvenue aux
Membres del commission d'en-
qute est nul et non avenu Dont
acte.
Cependant, je li.* ce qui suit,
tans Excelsior du 24 Janvier
1930:
Voici l'essentiel du discours
prononc ce soir .-n banquet
ofterl par le lord maire de Lim-
ite, en l'honneur des dlgus
la conlrence navale, par M.
Andr Tardieu.
M. Andr Tardieu a pronon
e son discours en Auglais. Le
prsident du Conseil parle tou-
jours franais aux sances de la
ontrence, mais diiis na senti-
ment de courtoisie l'gard de
la 'il de Londres, et confor-
mment nn prcdent dp
ancien, il a tenu a s adresser en
leur langu* aux htes anglais
qui l'avaient convi...
Nous n'en revenons pas vrai-
ment ; car, il semble que si le
lranais est ici notre la langue
olficielie, il devrait l'tre plus
forte raison pour le chel du
gouvernement de la France.
Faut-il conclure que, comme !e
petit speech de M. Borno, le dis-
cours de M. Tardieu n'es! pas
olficiel et qu il est nul et non
venu ?
Nous reculons devant ce ridi-
cule.
La Presse Amricaine
SUITE (1)
Par unn phomne inexpli-
cable la sainte Providence
y est peut tre pour quelque
chose il s'est dveloppe, au
sein de lu presse amricaine,
une lite importante et un es-
prit journalistique auquel je
me lais un devoir et une joie
de rendre les honneurs m-
rite,
Chaque journal, comme
vous devez vous en douter et
comme c'est tort naturel, se
rattache, plus ou moins, l'un
des deux grands partis qui
disposent du gouvernemeut
de l'Union.des ttats, des villes,
petites et grandes. Or, il y faut
mettre bien de la bonue vo-
lont, et savoir lire eutie les
lignes, pour discerner la liai-
son vritable. Et ceci est d'au-
tant plus extraordinane que
ces deux pat,s sont extrme-
ment puissaiits, possdent des
forces d'intimidation, de coer-
cition, MM parier des sin-
cures et laveurs de tout ordre
qu'ils rpandent leur g .
Aucune de ces choses ne sem-
blent mme d'entamer le
roc d'indpendance desgra.ds
journaux rpublicains et d-
mocrates, soucieux, avant
tout,de prserver leur influen-
ce et leur bon renom. 11 n'est
pas rare de lire dans un oi-
gane, class comme rpubli-
cain, un chaleureux hommage
a un homme politique ou par
ti dmocrate, exaltaut l'excel-
lence de ses actes, comme il
n'est pas rare de relever, dans I I
le mme journal, la vigou-' C1C3
prgns de cet esprit de com-
prhension, d'exactitude et de
prodigieuse impartiali-
t. Leurs cbles ne sont ja-
mais des nouvelles en quatre
lignes que loti dlaye aprs
coup, risquaul de prsenter
ues circonstances lausses au
tour d'un fait exact, mais des
dpches compltes, avec des
centaines ou des milliers de
mots si ncessaires, et avec
lea instructions sont loi mclles
toutes les ponctuations que
comporte le texte: points, vir-
gules, guillemets et pareuth-
ses. C'est une pure merveille.
Comme ou le comprendra,
sans peine, tous les journaux
de la Rpublique ue poss-
dent pas les moyens de s'ollrn
e luxe de correspondants
dans les centres importants
des Etats- Unis et du monde,
pas mme de s'assurer un
personnel d dite bien nom-
breux dans sa salre de rdac-
tion. C'est l qu intervient la
prsence utile des agences,des
groupements, des bu eaux bt-
( Voir suite en 4 page.
DEMAIN SOIR
A 4 hs 1/2 : Matine :
L Aiglonne
1er pisode.
Belphejor
lie l'aiilnic du l.omrei
(Suite)
Entre : 1.00 ; Balcon : 2.00.
A 8 HEUBBS
Le grand acteur allemand
Conradt Veidt dans :
Le Baiser
Mortel
Avec Olga Brink et VValtel
Billa :
L'intrt de ce film est consti-
(ue surtout par sa porte morale
"t sociale. C'est un film d'uti-
lit publique qu: tout le monde
peut voir.
L Interprte principal Conradt
Veidt que l'on a admir dans
le Comt Ko.stia se montre Ar-
tiste de premier ordre et son
succs sera grand.
r.ntre : 2, 3 et | gourdes.
La reprise
du Covrrler de Lyon '
gouvernement qui avait
curdeconlrecarrer tou-
* volonts au peuple sem-
, 0lr ist pavillon.Le mo-
semble pourtant piopice,
J> au tant d'ides contrai-
Juinettie.
ljbord.ee serait celui d'or-
, Uu| mamUsialion guu-
neniale pour prolester
celle des nationalistes
gw ponai te* srement...
'J[e Petit confrre perd de
Me le gouvernement n'a
JJtn m lci-nur par
Si0* bruyants ; .1 n'a
f "aaudester.ll n'a pour
taire auires, que de gar
A tous nos amis de la Capitale
et de la Province, qui n'ont pu
se dplacer le 1er mars, nous
disons en toute confiance: Allez
voir LE COURRIER DE LYON ;
allez admirer le jeu naturel et
vivant des acteurs, allez pleurer
9ur le sort lamentable de ce
oauvre Lesurques ; allez enten-
dre l'inefiable Chopard, dit CAi-
mable, et Cournol, son lgai.t
;otnp!ice ; allez voir des dcors
uerveilleux et une mise en sc-
bleaux de cette pice mrite-
raient d'tre films.
Allez applaudir djeunes ac-
teurs de chez nous, qui pour-
raient jouer sur les grandes sc-
nes de France, et recueilleraient
les mmes bravos qu'ici. Allez
l retournez-y, car Le Courrier
de Lyon est un drame puissant
et compliqu II faut le voir deux
lois pour le bien comprendre. J
Quatre gouides, la carte d'en-
tre
Le Forat
Qu'o n'oublie pas que c'efct
ce soir qu'aura lieu t Parisiana
la nouvelle reprsentation du
Forat, le bean drame de M.
Dominique Hyppolite qui eut
tant de succs, il y a quelques
lours' .
Lever de rideau . 8heures pr-
cises.
reuse condamnation d'un po-
liticien rpublicain, trouv iu-
digne de ses tondions. La
mme impartialit quotidien-
ne se retrouve dans les
feuilles dmocrates, les unes
et les autres n'ayant que le
dsir d'eue justes et de ren-
seigner exactement le public.
Toutefois, lorsque des tran-
gers rputs, philosophes, ro-
manciers, peintres, acteurs,
aboi dent les rives amricai-
nes, ce qui arrive frquem-
ment, les journaux, ou las
journalistes qui les reprsen-
tent, ne comprenant pas ou
craignant d'tre rudes, met-
tent de cote leur esprit criti-
que et rendent compte des
reprsentations thtrales,des
confrences ou des expor-
tions avec sympathie et une
extrme politesse. Ils se mon- '
trenl hospitaliers et s'eftor-1
cent d'oublier pour un ins-
taut une attention dlicate
et charmante qu'ils doivent
la vrit leurs lecteur s L
o la passion de 1 quit et de
l'exacti.ude se rvle dans sa
forme la plus minente, c'est
lorsqu'il sagit d'informations
puisesauxsources de nations
trangre. Je me souviens
avoir connu, sur le front lran-
ais, un correspondant du
New-York Times i qui, plus
tard, suivit les travaux de la
Confrence de la Paix pour le
compte du t New-York Sun ,
se mettre la cervelle l'en
vers, non pour recueillir des
nouvelles et les cbler, mais
pour s'assimiler, daus la me-
sure de son intelligence, le
poiul de vue franais vrita-
ble. Ce correspondant, Mou-
sieur Ruruet Uershey, q u i
tait uu journaliste de talen',
et un charmant garon par
dessus le march, a\a t t
duqu bonne ecol et ac-
complissait sa tache a viv clat.
Mais son cas. en aucune fa-
on, ne do;t tre considre
comme exceptionnel, tous les
reprsentants des grands or
gaues amricains, en paix
comme eu guerre, tant im-
U) Voir le Matin < U *t 7 Man
BAR TERMINUS
h lace Dessalines
Cctl chic, Restaurant
premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plusd-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
j**z
... a vu des reliures patante
aux mains d'une jeune fille et a
tout de suite compris, sans qn'U
ait en besoin de scruter h pifle
de garde que le travail avait
t i u la rue Bonne-Foi, ch^e
Etienne Cnmil e, un relieur de
valeur.

* *
... a vu hier malin, la rut>
de'. Miiac es, in de ceux qui i i
piquent de lancer la mode et de
fixer les bonnes manires, s'ar-
rter Bar un des trottoirs et de
l la ira signe un shine qui
s'avana, tout berlu. L'l-
gant )eune homme mit pai*i-
blement son pied sur la boite et
invita le cireur tia bottes lui
cirer n s souliers El eornni < s'il
taisait la chose la plus normale
qui ft, il regardait toi t le
monde dans le blanc des veux
et salujtil, en souriant, les belles
Madatnes qui passaient, non-
chalamment tendnaa sur les
coussins velouleux de leurs
splendides voitures. La mode
en est, peut tre, maintenant au
cirage des chaussures en pleine
rue...
*
. *
... a vu, avant-I ier aprs-midi,
n deux h. mes el demie, sur le
l'ont du Bois-Varna, comment
une de nos plus jolies femmes
qui tait au volant de sa belle
Buick vitre, faillit craser un
crivain qui regagnait paisible-
ment sa demeure, en rvant.
Elle freina a point, heureuse-
ment, sourit a I homme qui se
dcoiffa, et s'en alla tandis que
son sourire finissait en in Tire
discret.

... a rencontr, l'Avenue de
Tiirgcau, un pi'on qui sr plai-
gnait amrement et avec pies
que des sanglots dans fa voix
Uu nombre croissant des voi-
tures. On ne peut plus circu-
lera pied, disait il, nlors laut-il
que l'on envisage Jneusement
la cration d'une ligne de pi-
tons?.. Et cela continuait...
Lt les autos passa h ni...

L
Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
New-York, Rio & Bueuos-
Aires Line, lue,
Porl-au-Frince, Hati
L hydravion inaugurant la ligue Miami-Huenos Aires est
attendu ici vendredi malin et prendra la mail- les pas-
sagers, (express poor les villes suivantes:
Soi Pedro de Macoris, Sm JuaQ, St Tli .mas, St .John-
Ma Lucia. I ort ol SpaiB, Georgetown, l'aramaiibo, Mont-
ngro. I ara, Sa I.mz, Amarraao, Foetale. Natal, Hecile-
Naceio. Ar.ic9.ju, Uabia, Ilheos, Caravelles, Victoria, Cam
pos, Rio deJaueiro, Saotos, Floiiunopolis, Porte Alcgre.Hio
Grande, Montevideo et Buenos Aires.
Pour tous autres renseignements, s'adresser : 8n bureau
de la Compagnie, Angle des Mues Dams Destouches et du
Magasin de 1 Etat. Tlphone ; 3401.
I'our la rapidit le contort la scurit
Voyag /. par a "Nvrbalinc".
L. Th. LAFONTANT
Accessoire pour automobiles
u*soIiue. Huile, Accessoires et Pices de Hechautv nnur
Vutomo1 a '
Les meilleurs pneus et ChambresLa air pour tosnV auto
rtminna
... n vu. la rue lionne Foi,
iivunl hier aprs midi, vers les
deux heures, une p; uvre femme
maigre, vtue d'une robe noire
qui donnait le sein son nou-
veau n autour duquel se per-
ptuait un bourdonnement in*
harmonieux de mouches.

... a vu, hier midi moins
cinq un vieillard qui se tenait
debout au milieu de la rue. Il
attendait, sa montre en main,
pour la remonUr que la sirne
annont au peuple et / farme
qu'il tait midi...

... a ?o, sur le trottoir du Petrtt
Four, cinq gosses assez aisment
vtus qui passaient en drision
le chapeau sali el les chaussu-
res troues d un sixime Kt ce
qui parattt assez drle,c'est qu'il
n'y avait pus de mchancet
dans leur rire Cet ge est sans
piti c'est entendu, parce que
tout simple enl, il ne sait pas
ce que c'est.
*
... constate combien il est dif-
ficile f't- sM-sii- la vrit. Quel-
ques uns prtendent qu'il baisa
le drapeau hatien et quelques
autres, tant moins nombreux
que les premieis qu'il le salua
tout simplement et fil un geste
de la main a la lemme qui la
portait lors de la rot mlestation.
Kt ceux qui n'taient pas l ne
peuvent pas tre renseigns.
On trouvera
On trouvera aux Hu eaux du
Matin le dernier recueil de *L
Lon Lalt-uu, A icuiatiom au
prix d Cinq liourdaa l'exem-
plaire.
/
/U camions.
l^lle Gitidiner
No MM, Grana'Rae Port-au-prtne, (Hel)
Assurez-vous contre accident
l'j Ornerai Accident Fire A
Life Assurance Corporation Li-
mited . Vve F.JjjanxuijgrTsatf*,
Agent flBYal potff EMC
i'
I
%


V ""
*_^ -
1 v*--' | -
V '
PAGE-S
LE MATIN- *** 1M0
j
En marge de la politique
i
. Hati appartii m alla <
qualqaaa politicien ou .1
m : majorit Ju
prupleY
(NEW uMti. HERAl D 11
La journal ie eNe
Ueiald Tribune ;, lui etaei,
bien tabli que les poliUqen
opposants qui oe reprsentent,
#0 ralit, quune petite mino-
rit, aspirent A reprendre 1 an-
cien systme de rvolution, 1 ac-
caperemenl iniinaire du pou-
voir monopolisant les revenus
du Gouvernement et spoliant
le reete dj population. Ils
veulent l'tat primiiil bts sui
la violence, Isa rquieitione, les
prbendes. Et le mme jour-
nal demande : Hati appar-
tient-elle quelques politiciens
ou a la t;raiiuema|oril du peu
pie 7 Voil la eignittcation
et la vraie- que l on donne,
mme l'tranger, aux ci.
mations de la petite minorit
politicienne qui prtend para-
lYfcer l uvre de rgniation
natioiiute entreprise resoiumi ni
par lee deux gouvernements
amricain ei hatien, en vertu
du Trait de HI16 vole par le
Pouvoir lgialalil d'Hati 1 j
tifle par le .Snat des Etale-unis
d'Amrique.
""Sans doute, ces politicieua
que mentionne h New York
Herald Tribune ont pu, pei
tours mensonges intresss, in
dune n erreur ns esprits g-
nreux mais mal informe, coui-
me hs Snateurs King et Bo-
rab, mais cet mensonges ne
sauraient rsister la plus l-
gre comparaison entre la situa-
tion actuelle tl celle qnl a exis-
tant le vote du Trait.
Les politiciens opposants el le
Qonvernement national sont do
mins p:u\ deill eonieplions
diffrente*. Lee premiers vou-
draient dresse de obstacles
l. pplicetien du liaite et l'ac-
tion amricaine en Hati, tandis
(jue lo second estime, en
mute sincrit, que l'excution
loyale de CO Trait ne peut tre
,jue profitable la Rpublique.
D'autre part, aux critiques for-
mules contre le (ait menu de
l'intervention ami icatne Je Pr-
sident Borno, considrant i un
point de vue tu : lev les int-
rts mutuels des deux hautes
pai lies contre lanU s, a ainsi r-
pondu : a L'intervention rpon-
dait a l'intrt vident, lint-
t matriel et moral de la R-
publique d llaili ; elle rpondait
ron mme temps a l'inteil par>
laitement avouable des Lt.ds-
[Torcer de constituer
,1 ne maintenir, dans le bassin
des Amibes, au seuil de Pana-
ma,.a l'entre du (.anal, un r-
gime d'ordre posilil qui vite
des conflits internaiionaux, d*u-
uc porte loujoura incalculable
I qui permette a ce grand peu-
pie de cent vm^t millions d ha-
bitants de gai an tir la scurit
dlit route interocanique, u'ini-
portance fondamentale^ dout la
proprit el la gerde lui assi-
gneut les responsabilits les
plus graves el les puis mdiseu-
ubles.
Expdition
FIGUES BANANES
Piiittt-fiel rotiievtailwi
"prespre.
Mas
MoniieurQointln Williams
de IteHeitian-BanaiiaCo Ltdi
a lait une expdition de Fi-
ant Baname dt Port-de-Paix
le 9 Mais par le Itttmtl
Martinique dt la Ligne
Colerobian et arrtDgttntnl
t lait pour acheter et exp
dier de Port-de Paix partir
de 1er Mai et tous les 15JO0T8,
Sur l'invitation de Mon
sieur QulntiD Williams, plu-
sieurs grandi planttura et
commerante taient monts
a bord du vapeur, et lia ont
t aimablement reus par le
Capitaine. te dernier Itur a
explu|u tous V s soins qu'on
prend a bord pour assurer
l'arrive en bon tal des Fi-
gus bai BOi s. La Ligl '
[ombiao est spcialement am-
nage pour le tranaporl des
tigms. Chaque sein une nn
bateau lara lq ave*
25,000 >,000 ".'. '
ttlon mouvem 1 loune
dans
comra ants et pi ietains
tels I ie,C. B
AimA Stutui.
du N ' y aura bie dot uni
exp, ,n de r,000 1 10,000
rgi m I 1 I ''" '
Port de Pais E antd inn que
les e-, 1 litiona aei il laite
rguli 1 l u\ Pori (!l'.!'
:i pai lit du moi
m. s, 1 norle sai
son ",s-
Stlon 1:s M1" laitni
a |,. 1 bti
{)l. |a :. mi de port de tai
sont pu ni las an
pttrvc ;1 "l 'ivali
tvec de la Jamaque.
jMelou I uran don
nes, :i trtir du m. de M i.
|es eX| us d'Haili seront
htbd n eeulemen
beau up degi naaeplaignen l
du ,. d ,.i n. afin
de p< 1 v< ir 1 li DU r lu fi
gus bananes convenable-
ment ; lK)l11'll>1 ' '" UVC1
Atmenl ni donner un 11
de m: aux camp
pour r leurs ri
nus. *
M. Qointin \\ illia
cou laire des expditi
de km 1 1 Mina Hai
et di :gions d ra 1'
1er ,

Erratum
Cet
A suivi.
Hic le intitulaEncore Dl<
B01 al glieee. H n
pas de suite.
Le but de ces lignes qui sui-
vi ni est de lamilianser les par-
ties ii,: 1 et le public en
ral avec les.laitset les chif-
fres relatils au dveloppement
d, la production et de "expor-
tation sur une* grande chelle
,lu Mas de la|| H p u bli que
d'Hati.
Hati n'a jamais) eu pour le
Mais un-march illimit et fer-
me. Parlanl en gnral, le Mali
, d Hati n'a t cultive que com-
me rcolta ecbnoaire et n'a t
duil qu'afln de rduire le
:i sur d autres eeolles et
1 renient pour la con-
somma! uni locale.
Il est beaucoup moins cou-
cultiver le Mas dans
-, tropicaux et senn-lropi-
v que ces pays qui ont t
par le pass les principaux tour-
, du n")'' le de ci
. Il y a eu des an-
BCUlllV
P'
,i tivantde la canne a sucre,
, du cacao, du tabac etc.
Il y u aujourd'hui une surpro-
luction d
, , urs de
jours ne sonl ri -
pas prospres. La de-
ade mondiale pour le M (a
.ut nte anmn llemei t et dis
ii offrent produc-
I roflts It 11. L'aye-
oir limite,
[ue jour, '. plui [ a
an des
Dli le plus 1 at et
ttiel poui 1 bon 11 al
,,, qi ('uns d a noui ; iturea la
, s approprii e 1 oui l'eu vage
tx.
..: qi la nouv(
as si 1 i'lur
v oaame ra iti' re prt -
. imm at usines
icoup d'indusl: i< 1, 'I in
ratoires de r< ch relu s
iui lit .n
ir t.ouvu d< I I avan-
. que le liais p< ul i ftYir. La
non totale du Mais 11
. le mondi guien-
tnl c \ ngl dernires
Ainsi noua rei ommaudons a
.,,,, it< ai en llaili de
s < dt prfrence
i" y a au_
hai 1 d i- l Plus
rgent gagner que d
.le quel autre produit
hatien,
si con-
' le pour l'expoi
us il ne taut pas oublier
loit en.

. Il doit

orn ProaucisUtfiningL'.
I d accord d'achetei
, du march mondial tout
onvenable qu'Hati pour-
* 1930

S=ia:^'>... ,e' ^
8__ Crao*.a,t
<1e
avec
Mais hatien.
Cette mme Compagnie com-
mena en l28 dvelopper
l'exportation du Mats domini-
cain et l'anne dernire elle a
export une quantit apprOXl-
n.ative de 10.000 tonnes ayant
une valeur cil d'environ JUO.tXHi.
dollars, de laqaeUt somme
au moins 75 ,. sont restes
dans le pays.
Il ,,'y a aucune raison pour
que dani l'exportation du Mais,
Il uii ne puisse rivaliser dans la
Gouvernement, Collecteur de
Douane ou Garde d'Hati sera
en mesure de tourmr des ren-
seignements sur le Mais.
( A Suivre )
Vari'
w^AMacaM
DEMAIN SOIR
en Matine :
4 hs. 1/2
Ramona
G. 1.
A 8 HEURES
Le film qui bat tous les records :
Concert do Fritz Busch
ai Radio
Lu Socit anonyme de Ma-
li,, de f Allemagne Centrale
Flamme
d'Amour
mra mesure et largement su.- Leipzig organise dan* la nuti
passer la periormance de la B-1 rfu JJ au VI mars courant,
publique aoaur.U Maie export
d'Haiti sur une large chelle
donnerait au pays un revenu
additionel et une source de
pn sprit.
Nous -royons lermemenl que
la plupart des pays trop'caux et
si iui tropicaux par rapport
leur sol tis lertile et leur cli-
mat idal et le lait qu'au moins
deux rcoltes peuvent tre ob-
tenues, deviendront des pro
dttCU urs extensils en Mais.
Le Gouvernement dllaiii a
dj el continue n'pargner
aucun cftorl pour ketiliter le d-
veloppement de la production
du Mais pour l'exportation : les
droits d'exportation qui taient
de 11 cents or les 50 kilos ont
t supprims.
La rimportation des sacs qui
doivent servir exclusivement
pour ie Mais, sera peimise. Les
principaux ports o la quantit
d'embarquement sera concen-
tre seront pourvut da-
tions de tumigat.u.i avec lacilit
dminage .nuage. Trente jours
de d>i gratuit seront accor-
ds pour le Mais l'exportation.
L Le Sei vice des Fermes icoles |
de 0,30 1,">0 CE, ne un
de l'Europe Centrale, ( 6J0\
TJSO p.\m., Imirc d Ha-
ti, ) un concert enmphonique
excut par l'orchcslh liresden, sous la direction
du Directeur Gnral Ynlz
BlUCh. Le concert sera radio-
jus en Europe, et travers le
monde entier par la station a
ondes courtes kciufisvusterhen-
ten, (onde31.38n.) Lepro-
g amme comprend : l Ouvertu-
re dObron de Cari haria von
U e6er, l'Idylle de Siegfried de
Wichard Wagner et la "2me
ymphonie de l.udvig von
Beethoven.
Avec Ronald Colman & Vilma
Banky surnomms les Amou-
reux de l'cran . Ce drame
ultra moderne se droule sur
'a cte d'Azur Nice et finit
ana le luxe princier d'un palais
uans une des grandes Capitales vielHt gardei. dleM
ue l'Europe Centrale. ar.fs les plus ey^ont
Entre : 2 & S. ,l clte dclaration ;>"
Titres : Franais, Anglais,
Espagnol.
Une femme coupe
en morceau
SCRANTON, PensylvamV
Le corps d'une lemme cou
en morceaux a t dcoff
dans la cave d'une maiM!
Avoca, prs de Scranton.
hache a servi commettit"
crime, le plus horrible, da[
la police, qu'on ait vu daMI
comt. John Castern, je ar
de la victime, a avou a WJ
lica qu'il tait l'auteur da r"
M. Hoover et le tarjj
Washington- te snav-
Harrison.dmocrate du Mu
pi, a attir l'attention dn
sur un article de la '
City Star" qui prtend q
Prsident Hoover est pane
des droits de douane uxeJ
la coalition des dme
et des rpublicains indpeu
au Snat. Les rpublicains m
dlense0T
"**WH
mures.
Fte renvoy*J.
La reprsentation de
pice de Me Ianardia '
Macksndal qui ^vfl'
lieu ce soir, Cin-Vari^V
renvoye une date un n
Ce sera tont profit pojj
amateurs, cr de nouvea
- 1 m
m
NAiS ^fl
a Idi dra ion 1 ttasaa :
1 VE, cornu, SOIE, te... \
ijale
'la
En Ter;-' > /"*
Phn
%ow
II
a V'" C IhKCOU. A rm\
lu usuveai recor e >itf8S4'
Le record de la vitesse des
btiments de guerre, qui tai
port l'anne dernire 39
nuds 87 par le tontre-torpil-
leur M Valiny ", puis 40 nuds I mros seront ajoutes
19 parle "Verdun', vient de | gramme. _^
passer 11 nuds 20 avec le ~^"
"Bison", navire de la mme
classe, dplaant environ 2.500
tonnes.
Ces rsultats lont le plus grand
honneur au port
qui a construit le
service technique des construc-
tions n a volas qui en a
' iab i les plrns. H ajoute une
jnouvtl't unit exlra-ranide
'la classe ns remarquablement
' reusaie d s coi:tre-torpiileurs
Iran a is d'api t>-guerre.
Central B
Telpaeee : 3161
de Lorieut Aigle ars rae Bpubltcstr
"Biaon". et au
Installation modern*.
Service irrproc"
Consommation *
Le Bar tel qu'il est ta*
laii
Prix n*1
centre des aflaires. ^1


LE MATIM-.X 19S0
%-mmimaamck rwtm ;
La Torture
mortelle
de la nuit*
le sommeil est impossible
et la oie insuportable quand
les moustiques attaquent.
Ces porteurs dt fivre cons-
tituent le flau le plus des-
tructeur de notre foyer
ils dtraquent aussi votre
sant.
Ne touffrex pat le danger
,/ les tourments des mous
tiques. Tuez Us, ou il VOUS
tueront.
Injectez du FUT ce soir,
avant de jouir d'un bon
repos nocturne. Le pouvoir
du IL 11 tue tous les mous*
tiques de la maison rapi-
dement et srement. Ne ta-
che pas. Jnno/ensif pour
les humains.
En vente partout.
FUT
WEST INDIA OIL Port-au-Prince.
Horn-Line
Le bateau cWaldtraut liorn
venant d'Europe sera ici
mediletUcouiiint.en partan< <
pour Kingston. Sto-Doiuingw
etc, prenant trt et passagers
REINBOLD & Co,AgeiU

,- **. ..J r .ts*w&KHmxr:ytx?H* ' TncawBnww
The Royal Mail Steam
[ Packet Company
Le magnifique bateau toariate S/S a Araguaya est atten-
du Port-au-Prince Mardi 1S Fvrier venant de Kingston et
partira le mme jour, cinq heurts de lapria-midi,via Ber
mude pour New-York, oflraut ainsi une excellence eccasion
pour un voyage exceptionnel pour New-York.
Pour tous .renseignements s'adresser I. J. BIGIO
Le steamer Burnbope ?mot de Londres via Kingston
ttles ports du Sud, est attendu ici vers le quinze courant,
partant le mine jour via les poi ts du Nord^et pour l'Eu-
rope.
l.J. BIGIO, Agent Gnral,-Phone No XU\
Empreaa Navlera
de Cuba S. A.
(toipagiie Cubain' de Aaiiaaliea'
Le steam- r Guantanamo
[Tenant de la Havane et San-
tiago de Cuba est attendu ici
le 15 courant en loute pour
les ports de la Dominicaine
et Porto Rico p.euaut litet
passagers. De retour ue ces
ports, il louchera Port-au-
Prince vers le 22 et lepariiia
le mme jour pour tui Ut.a-
Avis
L'Inspection Scolaire rappelle
aux instituteurs et institutrices
que la confrence mensuelle
d hygine aura lieu lu mardi
11 Stars courant de 5 heures
15 6 heures de l'a prs midi
dans la salle de Confrent es
de l'Ecole d Mdecine.
Elle compte sur leur prsence
ainsi que sur celle dis hein-
lues de l'Enseignement priv
eordialeinentt nvils y as
siler.
*eet Cuba, admettant trt et i
*?!!..._.-..,. ... w.....bditions
Aydar
Agence gnral: Hue Rpu-
blicaine ei Dan ts De&touchcs.
[P.O. Box A-125 Pnone 32o0.
.
r ^
4 Square Rafl. l'arie (7e)
trance.
Occultisme Philosophie!
Religions Spiritisme.
Theosophie, etc, etc.
Catalogue Gnral No 0.
livoy Irauco sur simple
demande.
mM
Empchez
votre teint re fltrisse

'
\C.oiiserve: votie leinl
j^JJp frais et beau.
Les tches de rousseur, le
hle, les boutons, les points
noirs, les taches du foie, et
toutes les fltrissures similai
jes qui dparent yotre beau
teint naturel peuvent tre en-
leves par l'usage de
LEXELENTO
Pommade\de la ptau
Il a t soigneusement prou-
v et essay III est un on-
guent mdicamenteux scienti
nque partait uns danger et
d'un usage facile.
Essayes-le tous serez sa
tisfait de ses rsultats.
^JEn vente chez tous lesdro
guistes. Pour 0.30 centimes
seulement, il est expdi ds
rception du prix.
Ecrivez pour avoir un chan-
tillon gratuit et le livre des
conseils pour la beaut.
EXELENTO,Mt.DIGlNE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S. A.
Agents demandes pour tous
pays.
Ecrivez pour renseignements.
ASTHME
Oppression, Ca'arrht,
Suffocations,
Toux nerveuses.
.uorlion certaine rur le
CIGARETTES CLRY
et la
Dr CLRY, 53. Boni. Bt-Kartin. Pnr!. ;
Panama Rallroad
Steamship Llne
Kuwait de l'Agent (iurial.
Le steamer Aneon est
attendu port-au prince, ve-
nant de New York le diman-
che 0 Mar* 1830,avec; 12 pas-
sagers,! 27 sacs de correspon-
dance, et partira dans l'a prs
midi eu mme jour, directe-
ment pour Cristobal, Canal
Zone, prenant rit, malle et
passagers.
.Us. U.C. VAN REED
Agent Gnral
Toutes les Polices
DELA
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux *
s flug.Le Boss $Co
W/"t *
Agents Gnraux
L'Usage du Parker Du

Pot p cli in .< < Duofnld
''< tiiii ..... ylo de po-
ch il.".iss<, i.i pointa 'i
remplacer par la couver-
ture avec agrafa qui Ml
donn gratis avec chaque
Parker Puoi'nhl de I ureau
D Btributeura
M()HH A
LAURIN
1. o- Bon M..
l'oit au Pic.
MHU/ \0I
(otoii l'ii'tii ;. M .
im irsw rouit
M Ko ii. r
Sur voir, bureau.* 11 \ l'Uu
o ornenu ntal mont IDI
yx.du marbre,d. !;i :
verre, ou m piif l'en
n. l'u si\ lo I'. I 11
qui ressemble A ua i i I ijou l
pression Le* bon rues m I
I lei fournis voient p<
ker 'Je Bureau (|i:i d p< u
l'uii i J encra et des plu ru
voire plume e .i loujo rs prt
Seulement le i ai ker Dnoro I d
Bureau peut tre transfor a e
une ouverture agi
un prix d'un.
Demande/ j votre loi
de vous dmo dur les l'nik ; I
l'old, examin /-'es perledii i
rnentsqui loi.lde ce btylo l(
de tous ee:i\ qui crive ut
Dans tous estions ./ Plumes Fontaine. GrayoD pour
i eau.
%rfcer DuqfoH
HT-* '
'. J i
Ci il BOl
.....
.


DLICIEUX CROQUER
TOI i DE PREMIRE FRACHEUR
I ...-, > ; S] .'. B UUI VILI IlETEl r.B
Joe WOOLLEY
REPRSENTANT
En vnt^ dans toutes les bonnes Epicerie!
i S
CUUk UOMAMAI i
On ti
L'imprimerii
Une du Pc pi
dama Anna D
un Ceulie, | i I* $
Code Dom^ >
par auriee Nau et I
Namouii Talh< mme.
L'ouviagecoi tient i l.ot i
et Aeies relal nui
proprit en Hati, l'arpen
tage et au nob i iat.
Prix deux doltars !V\.n. ;j
plaira.
Les touacripU mu u ul \i\ i .
le rclamer u m voli iu< i\ d
rimprimeiie Tel homme, Ri
du Peuple.
ON TROUVER
Momie et In^'t i lion CWiqn i
.l'usafie des ccoli s prlmairea
pai Flii MAGLOIRE
ta petite M ison, rue du
Centre al cnei i ur Ruelle
d Cyr.
SiV

*"i
!/':,w,
.V*"
Ce pneu dpasse en du-
re toute garantie, mais
nousleqaran-
lissons enti-
rement com-
me tous les
PneusFisk Al!
Corel s que
nous vendons.
Ds qu'il vous
faudra un pneu
passez ch%z
Franck J. MARTIN
Distributeur
PXACB GEFFRARD.- PHOKE: 2139.


/N *. ***<*

i
Samedi
Mars 1930
Malin
4; PAGES ^1.
fteujC AlNlSE N* 839
r'ort-au-Pnnce
Tlphone 2242
DPURATIF d Dr MANGET-i
combat
les Maladies de la Femme
Vit..;, I f/Mf
Varicei, Glnn-tet
Mauv; [m riiraUlM*
Retour d'ift
1" -fi*, i.'tiiirnif (pijtwir. rfNMi-jc,. retour il aar), uuxti/
1 h ou pfuM, >l mfnir. ananaa, II arrlrr tant dr uialhrarruacv
1 11.. [V-> 'llquc %onl parfol* al tlea cl a proluii(*r>
tai-f i|Hf Irt riiM-4'lc^ 1 in-nilcnr aolanl prutblrt. e'eat unrr* que, poor
Vruiilrr m k ic:u(c populaire une (ennuie iujnUe. .
I^aecaale
I mil ;! ri travail a'accurnplliac rfKalIrrrmi'iil. an pria cWorl, <* la | rliir. Il importe donc. Je loule vltleiu-e, qae le uni
r|nruli .iv,r i, maxlauia ii'lsancc et de rupldllr. Il faut par c.mscqtieal
1" "'-!'' ' lamtuanl le plui Oaula. parlaul la plui par poinble. Qu'il
lennr a Vr:i mv loalmira, l travail va te ralentir. le organe* toii! e oongaatloaarr,
elluiit %r pertortl! u s'altrer, ilen n'Ira plui
I plUI craindre "I "rti l'ellailiiallon de, decheli reslriucj de f]am 111 .1. I Ml ..h ir-i ,.1. qu'il faut imliili nir la aiatac il" nr. pute el
1 In Jeunet fille H..m l. foruml'loii si duulourtuie,
' "eai m' mnl realaea un mie lourtnrnlr I* niailupaate, e trouvent
rvlllc il 11 DKPI'PATir BU D'CTEOB UAHGCT.
Qu'on aunge m " illtaea tint* la-mou |* ur leuaa tarit,, dnoralrleri.
aaaocli'! i dm iaf|i I n-nl etiui.l* >i,r ieurs quiil ;.', rsolutives!
antMoalqiiat. r>:. rlM hita le. i-i-'nv-.ia pour n-rcer Va-tlun
la plu . n. , ,| r|val pour
lotit rc i|nl 1 -i. df il:iiiliii ri ii.i-s.i.uir |. ...ix
rV*1...... >-! Ir- L- 'r 1 l'flODoaAl.. r* mil esl ni iin-antle dr
quali'.i. I Dll'.lllAlli DU DOCTCIM MANGtT e<| aurnomme A lu.le lllre
u> aun apparu..... Il DaMrvIl ,
Vu !.. 'cril r-J h< N mu leur lei fti.i. Ma tari et i 1
' ..... C3ANDS PRIX. " aw .lee IIQaflpM de Parla
2 r Valrnrii'iinea, Paru ri ! I uteni
I
.ci Presse Amricaine
(Suiti de la 1i 1 p
il cals
journaux qui pro 1 al .
<"' 1 ob . ; im lis pins
[' m p r v 1! -, cl e s
';''" H y a II
I r mon >p .
iant en i|ii |ue sorfo 1 n
Vtiiin iiuiii!)
i oll
hjjels l.'s plus \ ;>: i et i
I :ii .liic,
i <'' 1: il !. s Jcntiels le vie la plupart
Il y en a pta
le mouvement,
il l'une d'elles les domine
1 d'une telle hauteur, est
itourcesi lconde,8l riche,
1 1. ites.
Tirs d
> l'une
1.
Sl i relie
pte unanimemenl
.! ne supn m mi re s
d'iolormatlon, misi itri -
1 partoi be 11 iup de
luxallantju iqu'i av 1
|u'ils ne saui ai i;
s e le. Mr.m.' 1 s |i
np e qi
de pondants
R ItM.t ;.i, de
' er de ce ri .
esl
'" lioseel uni |u sans
'" perl iction, sans
< n abondance, eu rgu-
l, eu exactitude, en ser-
vices rendus, et qui s'appelle,
pour |a dsigner enfin par son
nom : The Associated Prts,
Active on ;ui repos, elle est
partoul on vivent des hom-
mes. Dans la va.stc Amrique,
par exemple, rien de quelque
intrt gnral ne saurait se
produire, ft-ce dans un villa-
ge perdu, sur la rive carte
d'un ileuve ou au llauc des
montagnes Rocheuses, sans
que dans un dlai minimum,
presque miracul ix, appa-
raisse un repris mant de l'A.
I'. Dans tout I univers, c'est
pareil. Sea prospecteurs de
nouveilei jalonnent les rou-
tes, douuaui I un;)!': ,si(in ,1 .
t e prseuti s i tous I . pu.
teaux llg .jiiiuj'.i. ci d'user
la sjiis ti loi s |ue les p iteaux
sont absents, ils savent tout,
voient tout. Bout toujours la.
Si uo vnement se droule
an lin fond de l'Ecosse,ou sur
une plage de France, ou dans
une hourgu le U'Aiicmague.ou
sur une rivire du Japon, ou
mrance o
Une des plus fortes (COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co,
Aacnts Gnraux
HJM#"**C H
Seuls distributeurs: HEHNER& C
Boule RoucieEtole Rouge
Jcmel Tradinq C
Ikca'ft Kf
-
(jn dlicieux rgal
Pour do lie Palais.
Vsna se ptuvn savoir comliirn
le lrBt| i)nl Mit Imhi. I.uiI qur
\011s l'svei p* tuj l' (rtatis
hltAIT CHEES.
A la prrmirir bouchro vtn \n-
rn la (lilli'iTiur du KRAFTCHEESE.
Sa trairheiir krvtbinite.ltl <'l'iir
Icntciil l;i|i|M'lii >a LtVfir di'-ti-
(iciisf rliiitoiiillr If palais.
I.c piorouV spcial de lirait pro-
duit la saveur rare du kltUT
SU ISS CHRIS.:. Seulement les fro
mages de choix sont mlangs avec
expertise et alors il est tout lait
KRaAFT
lion. Tous les morreauv ou pa-
qu Isde fromage Krait Swiss sont
lis mmes, la qualit invariable H
la saveur loue.
Votre picier a le fromage Kraft
Swiss. I)manda le lui et sovez.
sur de regarder sur iVtiquelte la
marque commerciale qui esl la
marque de provenance hBAIT
CIII.KSK .
PftMH SALIS CORPORATION'
Port-au-Prince, ( Hati )
Oislribiilenrs.
CMEiSE
dans une mine du Transvaa',
ou uans une m\ non d levage
de l'Argentine, vous pouvez
tre peu prs srs, que le
len le 11a n. dam les journa ix
une icains t tout grade, h
choses.- rouvera ilateJ'uoe
manire prcise substantielle
et exacte, lit comme 1 A. F. ne
tient aucun compte des bruits,
des rumeurs, des potins, et
que ses intormalions sont ri-
goureusement contrles
avanl leur transmission, il n'y
a pas de dmenti craindre,
La pi esse amricaine peut ac-
cepter ses nouvelles avec la
toi du charbonnier. Elles sont
toujours digues de la grande
organisation qui les couvre
de sa marque et de son pres-
tige.Grce a elle, ou du moins
pour la plus grande partie,les
villes amricaines de 50.000
habitants, et mme souvent
d une population moindre,
possdent des journaux pou-
vant renseigner rapidement
le public et lui oflrir, quoti-
diennement, des nouvelles
compltes et sres.
Lucien LEHMAN,
( suivre ).
AVIS INTIME
e To mates ont commen-
c chez BAILEY. Que chacun
vienne se pourvoir de sa sa-
lade pour les ftes.
ta ta m ci ci n n.n Al
Rien n'est plis lfiio.lt %
bouche. Nettoyez vos dents, assainissez
votre bouche, parfumez votre haleine avec
les

DINTlFMCtS
011 *) .
SOULAC
En vente dans les bonnes Maisons.
P >ur les commandes s'adresser
Mr Georges L1NSTANT de PRADfME
Ancienne Maison Prsident Michel Oreste.
ue Dants Destouches. Port-au-rrince.
Accessoii es d automobiles
Rue Frou. ci-devant c^es Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perlh ( Scotland ,
ar la < GbNKRaL est une des
de te genre. Le.soleil re se cou<
le n onde.
Ses
PR plus puissantes et des plus vastes organisai
(he jamais sur sea champ d'action quP embr,'
vtions
1 brasse
ia foudre,
dommages
Ses Polices:contre incendie couvrent aussi les dgAts occasionns par
SnPoliers pour Automobiles rouvrent vols, inaidic, raalveillanr-
causas autrui dans sa personne ou dans ses biens. *
Ses Polices Maritimes mises par ses branches (TEurop* son: r v iblas Htti
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univm entier ous les voya-
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
SOUS-AGENTS:
Agent fSnael pour HbH.,
Part^u-Pnnee: . GILG
JEAN BTANCHET Jrmie.


>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs