Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03954
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 6, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03954

Full Text
r
Clment Maqioire
DIRECTEUR!
368, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242
23me ANNEE N' 6088
La haine l'a jamais riee tonde,
riijirf n'a fanais rien prouv, la
cakaiie n*a jamais rien ilHruil.
Jeta t URKTI-
PORT AU FRINCB (HATI )
La Presse Amricaine
VENDRBDl 7 MARS 19M
SUITE (1)
Les Etats-Unis possdent
2.332 journaux quotidien,
12.920 hebdomadaires et.M.709
publications mensuelles.
Eu dehors de cette presse,
que l'on pourrait appeler nor-
male, il y a celle en langues
trangres qui, sans avoir la
mme importance, ce qui se
conoit aisment, est pourtant
loin d'tre ngligeable. La v-
rit, c'est qu'il est extraordi-
naire qu'elle tienne la place
qu'elle occupe, tous les grands
journaux rendant compte des
manifestations des diffrents
groupements ethniques. Il esl
supposer que ceux qui lui
sont fidles, ou ne par vieil
nent pas matriser l'anglais,
ou obissent une sentimen
talit de terroir, celte pressi
particulire ne possdant pas
les vertus de sa puissante voi-
sine. Publie en 24 langues,
elle est reprsente par 130
journaux quotidiens d'un ti
race total de 2.500.000 et pai
il90 hebdomadaires et men-
suels tiiant 2.830.000. Il y a.
entre autres, 22 quotidiens en
allemand, 18 en polonais, Il
yiddish, 10 en italien et 10 m
fianais. Pour l'important
des tirages voici quelques
chiffi es
Yiddish
Allemand
Italien
Polonais
Hongrois
Franais^'
Grec
Japonais
580.000
380.000
37() 000
350 001)
90 000
70 000
70.000
65,000
Les seize autres langues ont
des journaux d'une circula-
tion plus rduite, mais suffi-
sante, il semble, pour leur
permettre de se maintenir. Les
quatre gazettes chinoises, au
bas de l'chelle, ont un tirage
total de 18.000 exemplaires.
Trs naturellement, c'est
New-York, la ville des villes
du continent amricain, qui
possde les journaux les plus
complets, les plus captivants,
les mieux cnts, mais d'une
supriorit trop mince toute-
iois pour humilier les impor-
tants organes des autres gran-
des cits. Philadelphie a des
journaux de premier ordre,
avec leurs correspondants
particuliers, tout comme Bos-
ton, Chicago, Dtroit, Cievc-
land, St-Louis, Baltimore, Wa-
shington, Los-Augeles et au-
tres centres de l'immense ter-
ritoire. Aussi, si. New York,
comme ie l'ai lait remarquer
par ailleurs, jouit d'un pres-
tige et d'une influence consi
deiables dans toute l'Union,
elle le doit, dans la raesuie
o la presse y est pour quel-
que chose, presque entire-
ment aux organes locaux, les
journaux de la puissaule m-
tropole se limitant un rayon
de 200 kilomtres au plus. On
les trouve, bien entendu, un
peu partout dans le pays,
comme on trouve ceux des
autres grandes villes, mais ils
u'intciessenl vraiment, les uns
et les autres, que les gens de
passage, originaires de la cou-
de o ils paraissent.,Les nu-
mros du dimanche ont, il est
vrai, un peu plus de preneurs,
l'actualit y occupant moi OS
de place cl les matires d'un
Intrt constant oilKi::t lu note
dominante, mais pas dans i
mesure a faire crier au mira
de. C'est mme une des cho-
ses curieuses de celte presse
quotidienne, si admirable a
tact de pointsde vue,qu'aucun
journal de format ordinaire
n'atteigne, dans ce pays, le
(') Voir le Matin an C> Mars W*>
iers du tirage de notre Petit
Parisien ou du Daily hait de
Londres. Ils sont tous victi-
mes du handicap de la dcen-
tralisation et des normes dis-
tances entre les diflrentes
parties de l'Union. Ce handi-
cap tant moins sensible cou
cernant les publications heb
domadaires et mensuelles,
certaines sont parvenues
s'assurer une circulation de
deux initiions par numro, et
mme davantage. L'a y a n t
constat, je m'empresse de
maintenir que la presse quo-
tidienne, par comparaison, est
immensment suprieure
tous les priodiques.
Comme pour nous rappeler
que nous nous trouvons aux
iats-Unis, les journaux du
matin font paratre leur pre-
mire dition la veille, dans
ta soire, et la premire di-
tion des journaux du soir est
mise en vente vers neuf heu-
res du matin. Ceux du matin
sortent une nouvelle dition
l'aube, pendant que ceux du
soir publient trois ditious ul-
trieures, s chelonnant entre
midi et six heures
Tout comme le cinma, la
resse s'e t confotmee aux
1 i de la standaiisawoi). Ses
pro lutta sont toujoura d'une
qualit gale, siuou lgre-
ment supirieure, mais con-
trairement aux lions, ilsius-
pireulle respect pour leur ca-
ractre lev, ducatif, s car-
tant nettement des balivernes.
Sur les 20,25 ou 30 pages de
texte d'un quotidien, il y en a
toujours une dizaine consa-
cres des iniormalions s-
res, se rapportant aux der-
niers vnements de quelque
importance, qu'ils soient loin-
tains ou proches. Ce sont ces
pages qui forment la base so-
lide du journal. Il s'en ajoute
plusieurs ddies aux sports
(es plus divers; plusieurs don-
nant les nouvelles financires
et les cotes; une ou plusieurs
rendant compte du thtre et
du cinma ; une ou plusieurs
^'adressant aux amateurs de
radio ; une page sur l'indus-
trie automobile, les terrains
et le mouvement des paque-
bots; une page rserve a la
haute socit, les mariages et
les dcs; et en lin, une page
d'ditoriaux, invariablement
l'une belle tenue et paifois
exceptionnellement rem a.r-
quables, dans lesquels sont
examines les questions l'or-
dre du jour du point de vue
des rdacteurs en chet res-
ponsables du journal.
Dans un numro du diman-
che, tous ces lmeuts se re-
trouveront, mais cousidia-
ment amplifies, l'exception
de la page ditoiiale qui, elle,
reste invariable. Ln plus, il
esl offert au lecteur uue dou-
zaiue de pages de superbe>
photographies en hliogra-
vure cl une quantit de mat-
riaux qui ne mauquent j nu os
de m'mouvoir, non par leur
nombre, mais par leur ri-
chesse et leur varit. Je
prends un de ces journaux au
hasard, ni meilleur ni pire
^u'uu autre, tous, avec un peu
plus de pages ou un peu
moins, possdant une subs-
tance de rare valeur. Celui-ci
se trouve avoir 180 pages,
dont 120 de texte, et 66 de pu-
blicit, ce qui douue au texte
05 o/o du total. Vraiment, rieu
d un catalogue. A part les ma
tires que j'ai menti mnees,
et qui sont toutes abondam-
ment reprsentes, il y a les
excelleutes analyses de plus
de cinquante livres, dues
une trentaine d'crivains
consciencieux et rudits. Cela
seal vaut facilement les cinq
CE SOIR
A la demande de nombreuses
personnes et pour la dernire
lois :
L'Eau [du Nil
Avec Maxudian.
^T^Pour la dernire lois.
fc l.a mise en scne incompara-
ble de ce beau roman de P.
Frondaie, est des plus luxueuse.
Sans bouger de son lauteuil le
spectateur lera un magnifique
voyage sur le Nil dont les rives
sont semes de tant de mer-
veilles. La beaut de Lee Pary
lera sensation.
lintie : 2, 3, 4 gourde?.
DIMANCHE
Un grand drame social :
Le Baiser
Mortel
L'intrt de ce film est consti-
tu surtout par sa porte morale
et sociale. C'est un film d'uti-
lit publique que tout le monde
peut voir.
L'Interprte principal Conradl
Veidt que l'on a admir dans
le Comte Kostia se rnontie Ar-
tiste de premier ordre et sou
succs sera grand.
Aftr- : 2, 3 t-t 4 gourdes.
PA9CXK CA1EMMIT LE* LONGUES SOIRfc
^"ETREtrifiiitttt:
F.^tl!TF8ftieISE
H ?EiM!-*.'" hu ;"' ''"'S V**< do'i
tf\KlTVK^:t',S^1' "vou :" a'r. NOUVEL ALBU&"
/ {/mZ.K'fvh ''- fl" ''' K'"i"' .c " Mi QVt fut d-c mots .
uJJL ,'S P,'}',"1U- A raii,.-m.-i.|j de loulMfortn. *
Ir.t..-.f-:bo.brcr.v.'ri.licifourJtir..-(;,Ui,lli-. initier)
ui2':B *ii'"B.',.,V- TOiriM un dis
?",,M Monolov.... Plioe de Thj/iro.
l^oMcons.Harmoi^cag.iK.MHhoaapoui-a/iiirenireseul
*iiAVfcsris,eoTii.LONs,*uRiii.r.rii.Dtcc 'TloNa
cents du journal. Mais on
vous gte avec beaucoup
d'autres oflrandes prcieuses,
oui varient d'une semaine
I autre, sans jamais cesser
d'tre d'une relle valeur.
Dans la numro que j'ai sous I
les yeux, il y a un nombre
considrable d'articles de tou- j
te sorte, intressants, bien
faits, suprieurement rdigs, J
mais dont le nombre mme
me dtend d'en tablir la liste, j
Je voudrais pourtant, afin de
vous en donner une simple
ide, citer quelques-uns des
sujets traits; Staline et Trots-
ky; Les Fouilles archologi-
ques dans l Afrique du bord
Les portes de Paris ; Quelques
gnraux fameux de la grande
querre; Le Thtre amricain,
jug par un clbre critique an
glais: ha mthode de travail
par Paul \alery, de l'Acad-
mie franaise; la Vie de lar
cheuquc de Canlerbury ; La
Cathdrale de Chartres et son
glori ux peintre; Gaston Ri
gaud ; Lue nouvelle Alsace
Lorraine ( le Tgrol du sud ) ;
etc.. e c. Eu fin, comiae mal- j
gr toul il y a lieu de plaire
la masse tout en s efforant
d'ach rainer son got ve s les
questions srieuses, il y a huit
piges cotisa res ce que l'on
appelle des comics, sortes d'i-
mages d'Epinal dont les l-
gendes, de trs rares exci p-
tions prs, sont souveraine-
ment idiotes. Cela n'empche
d'ailleurs pas ces comics
leur succs est peul-tre-mme
le lait de leur absurdit
d'tre hautement apprci*
d'une granJe partie du pu-
blic. Sans parler des enfants,
. qui s eu rcgdeut tous.ee qui:
'ne les rend nullement plus]
intelligent-, beau cm p d'adul-
tes s'en deicctent, de pri-
' rence loute autre se uou
du journal. Mais, si vous le
voulez bien, nous parlerons
des lecteurs un peu plus tard.
Lucien LEHVUN,
( i suivre ).
Manll|cl.re Ha;,ienne
de Cigarettes
GBARA &C
Les Cicia relies
* Dessa lin ien ne
*Colon
Rpublicaine
Poii-au-Princienne
Grce la finesse de leur arme tout le uetices des
vrais amateurs
Ka>s Meilleurs
Pour Adolescent h

parce qu'ils pont moulus de l'avoine
de choix mrie au soleil Vitamins
par des Procds Naturels.
CUITS SANS FEU
AU MOULINPENDANT 12 HEURES
Flocons w Avoine 3 Minutes

BAH TERMINUS
F lace Dessalines
Caf chic, Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plusd-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
SPECULATION
rvB nos Jours l'appt du gain rapide en
entrane plus d'un dans 1 tourbillon 4#
mm folie. Demain la Ineptie
V fortune aaaa brutalement dissip
Quai ara votre part dans quelques ormlaBj
ton crdit en Banque intressent ou de veina
reereta?
La Banque Royale
du Canada
... a vu, dima nche, un jeune
liomnie qui se rendait dan s une
mit prs d'une petite table o
on jouait aux dis et il se mit,
lui aussi, pomper et scier.
lui corne en main, il gagna d a-
bord 1 gourde, puis il en gagna '1,
et puis trois... Mais,la dveine
s'en mlant au dernier moment
il perdit d'un seul coup tout ce
qui! avait gagn. Alors, il s'en
alla en boihant lgrement lu
tte et comme il a un beau tem-
prament de joueur, au dtour
de la rue, il oublia sa perle.
*
*
... a assist, lundi iiprS' midi,
une petite aventure du der-
nier plaisant. Le vendeur de li-
vres bien connu et qui s'en va
le long de nos rues clopin do-
pant, avait en maint Les Fleurs
du Mal. Il l'ofirail au premier
venu. A ce moment arriva un
homme de lettres qui lui pro-
posa de lui acheter quelques
pojnes seulement. Le vendeur
n'eut pas I air de comprendre.
L'homme alors s'expliqua. Il
avait un exemplair du recueil,
mais un de ses tntants en avait
| arrach quelques pages, celles
qu'il voulait remplacer prcis-
ment. Le vendeur hsita, mais
aux mains de l'homme de lettres
luisait une pice de 60 cts. Le
vendeur, comme dans le conte
clbre de Mrime, se laissa
tenter, arracha du livre de po-
mes les pages demandes et em-
pocha paisiblement ses cin-
[ quante centimes... Notm il
sourit et se mit plaindre celui
qui sans savoir qu'il lui man-
que des pages achtera peut-
tre cet exemplaire des Fleurs
dt Mal. ~ ~~
m
... a vu, avec une certaine joie
des plus lgitiim que l'on a
mis de nouveaux bancs au
Champ-de-Mars. L'aspect de la
Place Dessaliius a du coup
chang dans le sens du mieux.
Le kiosque en parait plus frais
puisque grce a ces bancs nou-
veaux il est entour aux dite-
rentes heures de l'aprs-midi de
toute une thorie de jeunes filles
et de femmes en robes claires
ou fonces.
... voit qu'aux Cayes les jeu-
nes ne se mlenl pas de politi-
que et prfrent s'occuper del
littrature. Ils viennent, en ei-l
fel, de lancer une petite Hevnel
qu'ils dcorent bravement dul
titre de Cor, songeant, sans dou-l
te.au pome immortel de Vi-I
gny. Il est bon qu' de certain
moments les voix jeunes se fan
sent entendre et disent leurs es-
poirs sans qu'elles se croiei
obliges d'insulltr, de baver e|
de tenter de salir les ans.
?
... voit que cet teines gens m
savent plus que [aire. Us n'ol
sent donner dts lendez voui
pour le soir, car | retqne chaquj
soir il pleut, et la pluie, en Hati
entrave tout. Kl pailois ils renl
voient un rendez vous au len|
demain et ce soir l il ne plei
pas, tandis que le lendemai
l'orage clale et du|e des hei
res et des heures. Cfoit que lot
finira ici, comme ailleurs,
comprendre qm la pluie ne sul
lit pas contraiier un tende:
vous ou arrter une affaire.
* *
...avu.au Hois-Verna, dan
l'avenue princi| aie, un vieille]
qui assis rveusement devait
une petite boutiqutfinoud,d'uni
main lasse et dom du caf.C
la va trs lentement, mais to
le U mpa et par moment ce pai
vre vieux viu d'une \esleblei
et d'un pant.iloii blanc se haut
se l'inconM ieiM e productrice
d'un* vraie machine. Mais il ni
s'en plaint Tout en tournent il
manche de x n QXOUlin cal<
il tente de faire la cour aux p
tites bonnes du quartier qi
viennent acheter qui, une livq
de beurre, qui un peu de li
aies, qui une patte de
iMIITIIATTfi


.'/r..yv *-:
PAG1
LE MATIN- 7 Mars 1930
... im
*-=-*s*?:*-^ys*" '
mi
Encore Dlnrd BORNO Le visaqe
Je mainti< d is t<.u' sa le-
neu h publi dans
Le Matin '))i \>, lvrier 1030
gon ! liii 1 Bor 0 .
' ii( .1 (fini
t>aru dan Le Tem >^ d '-^l
v: i ous le titre : Pas
lioi ne. mais Dlard ).
,l ai | ondu ;'i ces deux points
11 irticl.
Premier point : L'article du
l'i mp ddirait : L'auteur
t lirait descendre le (Miel du Gou-
term :ictnet d'un prtendu
l llai I Bofno.
J'ai i'|).)ii(lu : L'hiatoire, les
i heatiques qui ont M
publies nous l'nppn nnenl :
c'est de i ous-Chai les Borno que
descend ks Prsident Borno ; je
nui lait rien d'anlra que de le
conatati .J ai rappi l (|ue Louis
Charles Borno avail t en 1793
Membre le la Municipalit de
Port-au-Prince, al l'un des pre-
miers hommea de couleur ayant
particip l'administration mu
oicipali i une ville. J'ai rappel
que son Irre i I sic Mm ne.
avait t paimi l< premiers
ptes lu: pat les Libres de Si
bomingue et avait lign le il
Septeml 11 1781 l< < Concordt de
la Crois di Bouquet, J'ai rap
pel que son autre lune. Mari
Borno, t choisi par les
Libres, i n fcol 1791, pour ctrt
le du i d. la Cavalerie de l'ar-
mer des Librea.
lieux souvenirs ont
1 doute d|
Deuxime point L'article du
r Tel i ail : Eh bien
la nom s >ldal di s gui i res de l'Inde pen
danci < ' i li'(') Boi do Dlard.
^C'- musai I.Sou
nom est ou n'esl pas Borno D-
lard.
J'ai rpondu Le nom de ce
coi i. oldal di s gm 111
de i i; ndani ( pour m-
j,l'r. ; phrase mme de n.on
conli adi< leui > tail Borno, et
ion pi "in Dlard.*
I en ai donne la (neuve.
j ai i m : (.'. Ardouio dai s
ses i sur I Histoire d'il !
d , doni aui les Noms des per-
lOni me:.In.unes dans ce
\(,Iihi i i il : BofnO (Mare),
1m i no i l>li Brd >. Borno ( t"a-
snan ), s chaque lois le prnom
t.M n is< aire parenthae.II parle
pluaieurs lois de Dlard Borno
sm son ouvrage la page 71,
i la '-'. i l page 73 ; il
ai 11! chaque loia i Dlard Bor
no .
j ai i ti l'ouvrage de Cligni
Ardoir i : Essais sur l'Histoire
d Hati par C. N. Cligni 4r-
dOUin publis par B. Ardouin.
Poi t-au-Pi inca rne Courbe,chez
T.Bouc lier eau Imprimeur,1865.
Il n'y n qu' ouvrir l'ouvi Bge
la page 207. Sous ce nombre
207, d iv a qu' lire ces mots
u Noms i 's personnag s men-
tions lum n L I
nom indiqut a sur trois co
lonn< us ces a l> riq ns :
Bla i s, '^ lt es... Sous
t:,.i re, n'y a qu i< omp-
ier \ i i re n< m i. a ingt-
cjuq me est B" : ire ), le
v, ne B ii 10 ( D ilard .
le :,' >i p iu e B i i ( C
gnai! j.
D l'ou^ gt de C. Ardouin
j'ai i i i ;as 71,72, 73,
qui toi Les donm ni It nom et le
prn im de noire Hros ainsi
crit : Di li ard Borno >. Pape
71. .'tT ne, il n'y i qu' lire :
p m, Dnpdi lu
et Ko nb itlue p
ne, il >
qU i A l'vacuation.
L'ie o Dlard Homo
dvoila i tte .
r l'A, 1re ligne, il n'y a
u' lira : dans la nuit du lu
invier l800,Brot,Dlard Bor-
no, Dupuchs . Pour me con
toiuln qu'a lait mon contra
die le m A-t-il prouv que ce
que | ; avanc tait inexact '.'
Non. roi i prouver que ma ci-
tation d Cligni Ai do.n i d<
pa ;, 2 Il, 72, 73 i tait laUiae..
B ci irdoui
ti..\ Ji h Boni Mail u oi
coi dant veut bien nu
tour n un argon nt.
Sur m recommandation il a
ouvert i ignl .rdouin, bob
Cl eouime il I appelle.
C'i !! si.
82 c t 69 il a lu
Boi ,e ll" ?
si}" 71,72,73 el
D ... |i nffli i mot.
pe ni M les
paoas
es71, 72,73,201
comme une peinture
d'artiste
n Ardoym crit "D-;'rd Bo
no'.
ligni Ar-
pour nous.
out u'aboral.aui
plu nt ei d>ni de pl*>
Duu il(l t^-
lard Homo Bemarquonsaussi,
ous i ne, par
ordre slnnibtiqu, la noms
d v s pi rsonnagea mention
c volume . il mal De
i I Borno >, ave- les B
rno ) et non avec les D
( Dlard ). Hein irqnons enfin
qu'aprs avoir crit deux, lois
Borno Dlard ,dans |a suite
de son ouvrage, il crit quatre
lois .( Dlard Borno .
Cl la n'indique I il pas que
pour Cligni Ardouin le nom du
hardi cavalier tail Borno et <<>n
prnom Dlard'' A dlau* d'an-
[re preuve aussi proban'e, c'est
la conclusion de Cligni A-douin
qu'il nous laut adopter,
J'ai encore crit : Saint R-
inv ( des Cayea, Haili ) sons le
111 r Hati. Easai nr Henri
Christophe , fit paratre un ar-
ticle danalls ReTne des Co'o
nies de Janvier 1839. Il crit :
a Le chai le b igade Borno D-
lard, vacua Marigol el cher-
elia r. battre sur celte ville. -
i i poui bien indiquer qu'il
il d'un Borna ,u continue
,i i i : Toussaint, p< ur l'oppo-
A cette jonction, dtacha
islopheavac sa colonne pour
envelopper Homo; Christophe
fui entirement dfaut et Homo
i ntra le 'Il ()i lobre a Jacmel ".
Ce! ai i" le ( si tir de I i H"-
vue des I > onies . iue an
JanvIeY 1839, No 7, page 228,
.ime lia
Afin d-- prouver que m i cita*
tation iui inexacte el me cou-
pe, qu'a fait mon ingnieux
rnntradicleur ?
J'ai cit an artii le de Revue,
n par Siint Ri my, il m r-
,.on le Saint- Ri my de la
le Toussaint Louverlurei
Petion & Hai i
\\ u -'ie ni cour d pas
it article, tout simplement. Je
eus,- (j i ien us* ignemi nt don-
ir C. Ardouin pi ul aidei
lUei la \ ; i II donne les noms
.i prnoms de plusieurs bues j
, i parents, et chaque lois il met ;
i nom devant et le prnom a i
, entre parenthse.* la pa-
'7,ion jours sous la rubrique
bd.i res, je hs : Boiemartin
y), Boismariin (Eloi) ; Ch in-
i I tata); Cb uilaiu ( ntoi- .
ne). A la mme page, sous la j
rubrique :Blancs,]elis : Dl-
ita < Juan), Delmonta (Jos
quim), Delmonte ( Pichardo
y). Vux pages suivantes |e pour-
I aie citer d'autres exemples.
Cette indication prcieuse el
nette de t;. Ardouin est d'ail-
je ira confirme par la citation
que j'ai faite de Saint-Bmy.
iinent douter que le nom du
courageux soldat tait Borno,
lorsque C. Ardouin l'indique lui-
mme et que Saint-Rmy, api es
avoir d'abord crit : B irno Do-
is, contenue ainsi : Borno >.
Mais l'on dcouvre le proc-
d de mon contra lieu ur.
.1 i t ictemenj mes sour-
ces : C ligni A douin dans sis
. sur l'Histoire d'H nti ",
71, Tl, 73, et 207.
Sainl-Rmy (ries yes, Haiti )
d ms un article pai u dans' la
"Il vm des Colonies.N" / de |an-
l page 228 Que me r-
pond mon correspondant ? Au
lieu de contrler nus aflirinu
nous pour dclarer si elles soin
tes ou inexactes, il me citi
d'ancres pages prcdant celles
(|Ue j'ai moi mme cites, et dans
[Ui lies l'auteur avait, de lui
, i ectifil'erreur commise
l dminent. \u lieu de prou-
qu les lign 's qne j'ai cites.
es Essais sur l'Hit
loue d'Hati "et de * Haiti. Es-
sur Henri Cbriatophe ne
contiennent pas les renseigne-
n. ois prcis que j'ai dclar y
.es, l me rpond en
citant d autres ouvrages.
Au lieu de prouver que les
auu i s de ces texte* que i ai in-
: avec prcision el qui sont :
igni Ardouin et Saint-Bmy
i des Caves, Hati ). n'ont ja-
cul tes lignes que |'i le-
luiiaar, d me rpond e.i i .-
d'antres auteur.s.
voir ainsi dlibrment
u col mi s source*, don-
i cependant avec prcision
el qu'il n'a pas conliles, il
i ie indign : Je vous al masqui .O tks i oui a teinte m'a-
muse. La preuve, monsieur, ma
dit, en enflant la voix mon s,
t contradicteur, la preuve
qu, vrdoutn dans ses
- sur i n sioire l'Il li i
H i 12, 73, 207, que vous
indique*, n*a pas <
" Dlard Borno ", c'est qu'aux
82 at 68 il d ta crit ;
...ssi que d'au rea auteura
roui pas crit non plu*,
. ; 0
paru Uaus la H Rei
Coloniee ', de Janviai 18
t Ri my n-a pas crit tieux |
lois Borno propos de Bor- {
Itinraire de la Commission
Prsidentielle Amricaine
Voici 'e nouvel itinraire de pour les Cayes j
la Commission, que des circons- '
imprvues pourraient
Une poudre qui est aiiss
douce qu'un* plume! Lgre
comme l'air. Duveteuse com-
me uncdredonl Voil ce que
disent ceux qui se servent
de la poudre l^xelento. Klle
'tend, doucement sur la
peau, laissant une fine pelli-
cule de poudre qui rend la
peau aussi douce qu'une pein-
ture d'artiste.
Lhxelenlo
l-.st un triomphe pour la
toilette, Elle amliorera n im-
porte quelle complexion. Lt
elle est dlicieuaemeot parla*
nie. Elle tsi livre en quatre
teintes.Brun tonc.Bose.Claice
et Brouette.
fcln vente chez tous les dro
guiates. l'our 0, 'M) Cta. seule-
ment. II est expdi ds r-
ception du prix.
EXBLENTOiMliDiaNJi
COMPANY
ATLANTA, GEOKtilA U.S.A.
Agents iemanues pour tous
uvs.
vezpo.T renseignements.
ON TiUHJYKBA
Morale el Instruction Civique
a l'usage des coles primaire*
par Klix MAiiLOlBL
la petite Maison, rue du
Centre *l chez l'auteur Ruelle
St Cyr.
lances
moditler.
Klle laisse Port-au-Prince le
il Mars six heures du malin,
arrivera Mirehalais 8 heures;
laissera Mirehalais 8 heures 90,
sera Las Cahohas '.) heures
30; partira de Lai Cahohas .10
heures et sera Thoraonde 11
heures et laissera Thomonde
11 heures 15 et arrivera llin-
clie midi, o elle passera l'a-
heure aux
Cayes le 20. A huit heures, d-
barquera. Inspection gnrale
des activits de la ville. Cause-
ries avec les citoyens et rcep-
lion de ptitions. Le Bochester
retourne l'ort-au-mnee.
Laisse les Cayes le '20, 10
heures a. in. arrive Cavaillon
a 10 heures 30; laissera Cavail-
lon a 10 heures 45, arrivera
Saint-Louis du Sud a 11 heures
15; laissera Saint-Louu du Sud
prs midi en interviews avec les 11 heures 80 et arrivera
Sff ciels avec les citoyens, et I Aquin a midi. Laissera Aquin
recevra les ptitions, inspectera midi et d.mi arrivera a rond
Empresa Naviera
do Cuba S. A.
(Caaisagaie Caaatae de.\a>igation
Le steani r iGuantanamo
venant de la Havane et Sau-
tiago de Cuba est attendu ici
le l courant en route pour
les ports de la Dominicaine
el Porto ttico p euaut trt et
passigers. De retour de ces
ports, il touchera Port-au-
P ri ace vers le 22 et lepartira
le mme jour pour netil (Jo-
ve et Cuba, admettant trt et
passagers.
Agence gnral: Bue Bpu-
blicaine etUauts Destouches.
P.O. Box A-125 Phone3'250.
Central Bar
d it alunir ; aU61
Anijle des rt*< Kepiiblicaiueel Pril
installation moderne
Service irrprochable
Consommation de choix.
le dpt de la terme cole nu
gouvernement. Passera la nuit
Hinche.
Le lendemain. 10 Mrs 13
! Commission laissera Hinche a
l 8 heures a.m. pour tre Mas
Is.deO heures; laissera M-
sade a 9 hein es 30 et sera
Saint-Michel 10 heures 30; lais-
sera Saint-Michel 10 heures 15
et arrivera i lnnery 11 heu
res; laissera Ennry 11 heures
5 el arrivera Plaisance midi
Bepos. lunch. Klle laisse Plai-
sance a 1 heure p. m. et arrivera
au Limbe s 1 heure 15; laissera
Limbe* i 2 h*utM 15 et sera au
Cap Hatien 3 heures 15 Klle
va bord du U S. S. Roches
ter. Sera reu au Club-Union
(Club Hatien ) il p. m.
Laissera le 11 Mars le Cap
Hatien 8 heures a. m. et sera
Limonade 8 heures 45; lais-
sera Limonade 0 heures et sera
au Trou 9 heures 30; laissera
le Trou 9 heures 30 et arrivera
Terrier-Bouge a 10 heures;
laissera Terrier-Bouge 10 heu-
res et sera Ouanaminthe 10
heures 30, laissera O an-minlhc
a 11 heures et sera Fo t Li-
bert 11 heures 30; laissera
Fort-Libert 11 heures 45 pour
la plantation de Sisal, midi.
Lunch.Labs rla plantation" 1
heure p. m et sera au Cap 3
heures 30. Ira bord ou bien
restera l'api sinidi A entendre
les dpositions*
^Passera la journe du 12 Mars
au Cao. Audition des dposi-
tions, inspections etc. Laissera
7 heures p. m. boid du Bo-
chester pour les Gonaves.
Le 13, sera aux Gonaves, pas-
sera l'aprs-midi en audition de
dpositions et en inspection.
Le 14, laissera les Gonaives
10 heures a. m. en automobile
' pour Saint-Marc o elle arrivera
midi. Laissera Saint-Marc 1
heure p. m. et sera l'Arcahaie
2 heures 30; laissera l'Arcahaie
2 heures 45 et sera Port-au-
Prince 4 heuies.
Du 15 au 18, sjournera
Port-au-Prince.
Le 18, laissera Port-au Prince
a 7 heures p. m. bord du
l'. S. S. Bochestprpour Jrmie.
Arrivera le 19 7 heures a.m.
Klle dbarquera a 8 heures. Ins-
pectera l'Kcole Industrielle, l'H-
pital, la Garde et la Douane ;
recevra les ptitions et causera
avec les H utiens la Douane.
A midi retourne bord et laisse
aes Ngre i S.aiion exprimen-
tale de cal ) 1 heure p. m.
Lunch.
Laissera Fond des Ngres 1
heure 45 et arrivera a Miragoce
a 2 hei.le-, 30, l.ilsseiu Miia-
gfc&aa 2 heures 45 et sera a
eiil-Gove a 3 lu mes 45; lais-
sera Petit-Gove a 1 heures ar-
uvera a Leog&u'e a S heures;
duseia Leegaue a 5 htures 15
el sera a tori-uu Pniice 6
iHiiits p. m.
aide passe la journe du 2-i
Pori-au-PiniLe. Btqos. Audi-
tion elc.
Laisse Poit-au l'rince le 21
8 heures a. m. et sera a Jacuiel
d 11 lie un s. Laissera Jacmel a
a 3 heures p. m. le mme jour
ei seia a iori-u-rrince a 3 heu-
res p- m.
Le 22 la Commission est
Port-ttU-rnute.
RHUMES TOUX
BRONCHITES
CATARRHES
GOUDRON
GUYOT
UQUEUR CAPSULES
ATEPECT0UU
GOUDRON QUT0T
Ton ce. p**,
UMtMt 1 C"iTim|,
ao Irai*
violt. *t. n,
i i & dTu
M1mo FRtRK
it.raaJkak.rtia
-v~>tre
Constipation
prnez les
COMPRIMS
SUISSES
4* DELORT, Pharmacie,
119, Au* Rr lnt-Anfoi'ia
i *;-..;. i
C'EST LE MEILLEUK
DES PURGATIFS f
PORT-AU-PRINOI
Alox PETB'JS; Pharmacia ALBERTO*!
Pharmacia du D- Jaatin VIARD
I loutti laa bonn.f Pharmatciaa.
Dpche funbre
Une dpche re;ue le I mars
nous annonce la triste nouvelle
de la mort, t'neslin.Moihihaa
( France ) de Madame Corno,
mre de M. l'ahh Corno.Secre-
laiie (nral de l'Archevch.
Nous envoyons nos meilleu-
res condolances M. l'abbf
Corno et aux autres membres!
de sa f.tmille.
Samedi 1er mais est morle
l'Anse l'oleur. munie des
sacrements de l'Estise.Mme \ve
Silon Uanis,ne Mnrie-.lacques
Louis.
La dlunle laisse beaucoup de
regrels parmi lous ceux qui l'ont
connue.
A ses nices el neveux, la pt
pulation de l'Anse--Foleur pr
senle ses sincres condolances.
Ine Ami icainr jette l'arjeal
par lis lealrci
PARIS Vv.c dpche d
ce au "Chicp^o Tribu* e", dL
lion de Palis,annonce qne Mme
Franck R. Philipps, de BeverH
Huis, sililoinie, apis avoir gi
gn 3(i.(X)0 Irancs au baecani
les a jets par les lenlrts du
Casino.
Comme le Carnaval ballait
son plein ce moment l sur
la prorm nade des anglais,
oue s'esl prcipite pour i
masser cet argent, interrompi
un moment la lamtuse ca\at-1
cade. La police a d\\ tre ap
pele pour rtablir l'ordre.
ai biii tuai
Le liitr tel qu'il est situ, est au
centre des allaues.
Prix modre.
On redemande
"Le Courrier de Lyon"
L i tte i^' Saint-LouiadcGoa-
/. igue a eu un^succs prodigieux
samedi soir, et les nombreux
spectsteura sont sortis enchan-
tes de la pice, du jeu des ac-
teurs, des dcors.lire!, tout tait
magnifique.
Mais ceux qui n'ont pu assis-
ter cette soire rclament
cor et en une reprise.Lh bien,
3u'ils se consolent Les acteurs
e Saint-Louis rejoueront Le
Courrier de Lyon, le samedi 15
mars. Carie u'tntre,4 gourdes.
uo Dlard, prcisant lui-mme
le nom, c'est que dans un autre
ouvrage il l'a crit ditlremment.
Cela lait sourire. C'est peut-
ilre nouveau comme procd
ou moyen de discussion.ee n'est
pas trs scientifique.
Pour fimr.je rpte une ques-
tion resie sans rponse : Qutl
rapport y a-t-il entre Dla d
Borno, l un des chels avec Marc
borno, de l'Arme des Libres
en 17U3 et avec i.agnan Borno,
l'un 'es d'tenseurs de arigot
en 1799, quel rapport y a i il
entre ce Deteard Borno et le
Borno Dlard de 18.">0, simple
Agent de police au Cap.exhum
pour la circonstance ?
NEMOURS.
Horn-Line
Le bte m iWaldtrnul Horn,
venant d'Europe sera ici sa-
medi 'e8 courant.en partance
ALUMINUM UNE |
Dpart rgulier de New-Orlans et de Mobile
pour Port-au-Prince.
Uu steamer ayant laiss New-Orlans le 1er Mars et
Mobile le 3 fera escale St-Marc, Gonaves sera Port-au-
Prince vers le 10 et continuera pour les porls du Su I.
Ce f>,Mars 19.t0.
A. de MATTEIS & Co, Agents gnraux.
The Royal Mail Steam
Packet Companv
Le magniftque bateau touriste S/S Araguaya esl attea
du Port-au-prince Mardi 18 Fvrier venant de Kingston e
partira le mme jour, cinq heure* de l'aprs-midi,via Ber
mude pour New-Yori, offrant ainsi une excellence eccasioaj
pour un voyage exceptionnel pour New-York.
Pour tous renseignements s'adresser
I. J. BIGIO
Agent Oarol, Phone : 2311.
i
*
Le steamer Burnhope venant de Londres via Kingston
el les ports du Sud, est attendu ici i* miinze coui
medi 'e 8 courant.en partauce tl les ports du Sud, est attendu ici vers ie quinze conraD
pour Kingston, Sto Domingo Pai tant le mme jour via les porls du Nord et pourlfcU"
etc. pren.mt lil el pissagers. !10pt'- .. ..J
REINBOLD & Co.Agents I.J. BIGIO, Agent Gnral.-Phone No 2SII
Mmmmmmcmmmmmmm&wmmiMismmmmfi
Toutes les Polices
DELA
(A suivre)
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
fiuy.LeBossfCi
Agents Gnraux


LE MATL\ 7 Mars 1930
l'A ; I

.
LIFE ASSUK.IMX cf Caomb
Etablie en 865
Une Grande liisliliilion Inleriialionale
Autorise par les Gouvernements suivants : Le Dominion du Canada, les
Etats-Unis d'Amrique, la Grande Bretagneje Mexiqueje Chili,la Colombie,
Cuba, l'Arqentine, le Prou, le Nicaragua, le Guatemala, Porto-Rico, Santo-
Dominqo, Hti, les Antilles Anglaises, l'Inde, le Japon, la Chine, l'Euvpte,
les Iles Philipines et l'Afrique du Sud.
I
ilKI
V?
h

ASSURANCE en force au 31 Dcembre 1929 Or 2,401,000,ooo
NOUVELLES affaires payes en 1929 Or 654,000,ooo
ACTIF au 31 Dcembre 1929 Or ft68.000.ooft
VALEUR en rserve pour les imprvus et plus-value Or 72,00(),ooo
DIVIDENDES Pays ou allous aux assurs,en 1929: plus de Or 22,000,ooo
DIVIDENDE SPCIAL D'CHANCE ET EN CAS DE RCLAMATIONS
POUR MORTALITS SONT EN CONTINUATION SUR UNE
BASE PLUS LIBRALE POUR L'ANNE 1930.
LE HAUT TAUX de DIVIDENDES de 1929 RESTERA en FORCE en 1930.
Sun Life Assurance (k>. of Canada
SIGE SOCIAL : MONTRAL.
)
LESLIE A. BRANDT
Directeur Division d'Hati.
T. B. MACAULAY F. I. A-F. A. S.
Prsident.
Agents Port-au-Prince: Joseph Nadal, J. Pierre-Louis,Sylvio CatorA HEINI.
Cap-Hailien Roney CHENET, Albert BELIARD.
Laye* Vvc JAN1NI.
jacmel Emile MAXIMILIEN.
k


;>*
v
.*=:

Vendredi
7 Mars |930
Le Malin
2etne A.VNiSE X UN
^ort-au-Prince
Tlphone : 2242
4 PACiFS
Pagol
Energique antiseptique urinairo
Agit vite et radicalement
Supprim les douleura
i!e Lt miction
tvlte trvte complication
m rniau
i i
!T.*1 DOI
m |u '
t. ni*
:
I

i
iB
,. ,,, |(|4 | ,vr loi gOIIOCi
I
>
. i^ NfM> congestionne le mu-
queute* rt"t voir* url-
DftlNt. riuouveile M
tliiua. Ki4f un ra-
jeunlssrnient coinoWl
u> cellules Le P*gol.
meurtrier non seule-
ment pour l lonocoque
partout ort II UIM
/g mais encora pour wui
lot autres mlcm^ev
auxquels ca dernier
rut a'atsocltr. eupt
tout. Il eat le fonfle-
ment, Ia inae du trai-
tement de rarthrlte ou
du rhumatisme blennor-
rmilg'ie. i-arce qu'il et
relui de lu bleunorra-
ta elle mme.
!>' BUtTRUB.
* Mal-tvilU
,. i otaieiata t ot *
cti m ; ari < i-i > ~
f\
Manama Railroad SejmjWo Ljne
?-n9vJeuT I Oo- 17 h... StTHt. M-* *" A,
MBNM ' "~ * -'""

iri'timtMwm
;i i.1
m*. .*
muvunce >
Une des plus forl.es 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur Sa VIE
,yUi, tA, xxion o* cx>,
Aaents Gnraux
El
il !
AVIS INTIME
i- s Tomalea oui t ommen-
t- c ii / BAJLEY. Que chacun
viennes* pourvoir dt su sa-
po ir li s ftes
NOUVEAU SERVI
DE RESTAURANT
Hors d'(Euv:e varis au
l Is du Jour
DESSERT
m*
J
a> foui pour Gourdes ,2,50
. -i I il- PP. ATlll/i
.-. ATIOM .
' hNTSl
,Ufi [
IL SUFFIT de prendre]
k l'un de vos rc?at
H ILbLL su 13 iSL
% 147,RHe uFaubonrgSt-Du:, PARIS
Ia!o iltsutcslgei' lesvi itabla
;'t qui vent tout fait blanches
cl lui ...acuiio daaquallea 'n 100I1
D^2AUTaPA^?8
If*-* l'i" <> noir
J*, p
Seuls iniAUciH.: fcJ INER& C
Boute Ruqelo Rouqe
Jcmel Tradinq
0 HUM
|n.81IBLD0<> son! rearfcW*
Par lr maisons suivante s
r,KIATLEYH\NMEY&CO
21 Rue de la Rpubliq ie
Marseille
rlBRNO PBR0H *CijU
53 Quai Georges V
Havre
HR-tNU Peros & Cie. Ltd
Rue du Moulin vapeur
Bjulogns/Mer
H-'RSO Pbron Cie. LW
9)i\ae de M trais
Paris
HFnNOl'RRos&Cie.Ltd
(lue de la Tranquillit
Dunkeraiie
Hfrnu PkRon & CieLt.t.
Hue Roy
Bordeaux
COPENHAGUE
Danemark
Mrs. E. A. Bendix & ( c
21 Allengade, CopenhaK
GENES
Italie
MrsHENRlCoEfcCLERS;
Hiazza S. Malteo, No. \S
Genva. Italie
Osi.o, NorWav
{International
Speditionsselskad
Hambourg, Gf.rmany
AMtntic FreigUt:<)n,)tny
Btllintraus, llamburg
ijsrinn/
Gottodrce Swumveden
Nordisk Exprt
Gottemburge. Swecden
Rotterdam, Hollandh
*Mr. H. Vocemann
Rotteidam. Hollande

(
N<
'ni
on
11
en
ro
A
>"
13
re
ii\
.1
n
US
n,
11
m
r
biii
n ta 12
Rien n'est plus ignoble IZ^fu
bouche. Nettoyez vos dent, asaainissez
votre bouche, parfumez votre haleine avec
les
iDtNTimiett
on >r
0
cri
ai n ait
Ri vente dnns les bonnes Maisons.
Puiir les commandes s'adresser
Mr Georges UNSTANTde PRADINt
Ancienne Maison Prsident Michel Oreste.
ne Dantcs Destouches. Port-au-Prince.
Access )ii es dautomobiles
Rue Frou, ci-devant c'ea Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
ele. etc.
Tlphone : 3454
Cours
j Classioui
12me lPhilosophie inc
sivement.
Mthode sre, Succs, co
plet contrle chaque anij
Cours du Soir pour Adu
et Jeunes Gens.
Coraptabilit^Stnograf
anglaise et franaise, Dact
graphie avec des spcialf
pour chaque conrs.
fEnseiguementftdu Jl-Van
e l'Anglais, de J'AllemaiM
l'Espagnol. jMthode "
gale.
Leons particulires
Lettres, Sciences et Math^
tiques aux levas ou en
tard ou ceux qui veut
gagner du temps.
Goursde Musique (Soll
Violon, l'iano).
Pension Scolaire, sriel
el agrable.avec annese (^
EtuJiints et Aliltes. J
S'adresser Rue Limarre.lJ
ou tlphoner ou No 3
pour plus amples renscij
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHA!
Reconnu de I Universit
Htiiicnne.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Lld.
de VHh ( Scotland )
aria < Gi hi ha. stune dos plus puissantes et des plus vaslas organli^|
tti rfienre. Le aleil io m comhe jamais sur saa champ d'action tjui enibra^
I i onde. .
Ses Policcs'contre Incehdf couvrent a usai les dgts occasionnas par la Wj
Ses Polies po:ii Automobiles couvrent vols, inaaadie, malveil!9 -ce. domnnf
uss autrui dans sa personne ou danses biau?. Ifl
Sas Polieas Maritimes mises par ses branches d'Rur >|>e sol piv *'** ,B|] '
InFoliOM contre accidentewat valables dans (univers eulier. fous le* !H
eurs devraient donc prendre la prcaution <(e se munir d'une pelice contre *& F?
ins 4000 dollars, la prime annnefe n'tant t>aa de l/'2 /. soit iOd
g
d au moi
;Ui*
Veuve F. BERMINOHAM, Aux Cayt
SOUS-AGENTS:
Agent ntrl pour Hati..
Pert-au-Pnn^ C. G1LG .
MN BL^CHBT Jr**


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs