Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03952
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 2, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03952

Full Text

~--
Cment Maqioire
directeur;
358, rue americaine 1858
telephone n'2242
23me ANNEE N* 30 & 6836
La paarret*/ett plu/tier qie
lente* 1rs rieueeee , car on ae pent
) arriver qu-rn deaiaal tau m
as'ea .
UlVtUKWUS
PORT-AU-PRINCE (HATI )
M..RDI &MERCREW44k6MAjyi 10
LA POLITIQUE
Nous recommandons ceux
w la livre de ces derniers
urt'a d empcher de les lire,
lire"srie d'articles sur la li-
udatiop du trail de 1915 et
r la ussion dont peut tie
velue (a Commission d'enque-
que 6> population pori-au-
incienpe.a eu l'honneur de re-
voir vendredi dernier." -.^
Ces articles ont pu avoir t
jet d'un certain parti pris
jrs que nous les avons crits
ce la plus partaite bonne.toi ;
oarti-pris peut avoir t ma-
re par une certaine propagan-
injuate et prconue, sortie
e-mme de cerveaux ,aur-
aufls*- le tout parce que la
immission tait attendue.
Aujourd'hui que celle attente
pria lio et qu elle eat l avec
ma, qu'elle a pus contact avti
bonne, hospitalire et dduit
ipuiauon de la ctpilale, qut
i rapports B officiels avec le
,-ernenient, national et les
nctionnaires^du liane s oui
augurs, il, est tout naturel
M ces ralisations aient quel-
M peu influence les espi ils de -
lia vendredi el c es! cette i la-
tente que nous escomptons
vsua recommandaut ue reli-
ces articles du Matin.
lia ont t crits d ailleurs >
ira intention, et vous savez
e notre maison n u pas accuu
me &es anus au bluli m la
mvaise information leodan-
iUt:eiie n'en veut pour prt uve
Ucliui uclaiiuu.i.Muiiu pit-
Dtr, que telle, singulirement
utniniaiiie, de tau dgrade
20 ou les mtcoiilenls aciucit,
jins cependant quelques ui.a
ictaieui a ce inomciit-i du
rll couseivaicur, c esta due
uTtiueUitin-i, avaieul piovo-
I une euqule bruyante uu
lai amricaiu sur les chose*
BU.
tous rappelez-vous q u e le
ft, quoique lias loigne u -
|uuviueuieniaiaa celle po-
, ut i courage, au milieu
M tllei Vescewce pareille a
ci, si elle n eluu pire, u<
'lier, sous le titie : Un peu
plomb,un article loui de puu-
uou, de conseil, de sagesst
le rmsouneiueul ? Noir
ne loi eiatl d'autant plus evi-
ile que nous avions beaucoup
diuteii qu* nombre u'op-
nis un changement ue ta
lion d'alois. Qut dis je ?
^passions mme, lou eau
quelque raison, pour tre de
l'opposition, bien que cette op-
position lt dirige plus contre
la politique gouvernementale
que contre le principe du rgi-
me de collaboration haitiano-
amncain.
Mais bien au-dessus de notre
dsir et de notre intit parti-
culiers, uous avons su placer le
devoir de renseigner nos lec-
teurs dans toute la mesure de
notre information et de dduire
pour eux, des evnements,ioule
la conclusion dont taient capa-
bles notre ogiqua et un |uge-
ment dea choses dgage dt tou.
ce qui pourrait les altrer ou
les attnuer.
De pu ia.no us n'a vous pas chan-
g. Si nous avons, d'une pari,
nos convictions auxquelles nous
voua l haDitude cl le courage u.
rtsiei hcic.ee )usqu'a la lin,nous
ue peidons jamais de vue, dau-
re part, que uous avons poui
Jevoir de rester digne ue la
confiance de nosamis et lecieui s
en les renseiguaut combien -
lueul et sans arrire-pense u
eu n imprimant ici a leur mien-
iou que ce que nous croyons
tre la vrit.
Une chose nous a toujours
eioune de la part de ceuuins
individus : c'esi le peu de credn
qu ils accordeui eux-mmes a
icurs pi oui es gestes el a leuis
piopres parole. c.eu.iueui,uoua
disons-nous souvtni, lellespei*
so.aics qui prolessaieui lu. r
uue opiuioii donne ei la uel i -
dtueui avec enthousiasme, utc-
vtul-tiiesavoir au|ouid heu lut-
luce de penser le toutraire et
de utlenuie celle aulie opinioi.
avec la mme etliuuterie? iuiii-
oienl un (outualtsie ptul-u lui-
ie Cela, tui aussi, sans n&quci
d encourir .la mehauce de ses
iecieui?Commeui peui-il sciem
uieiii imprimer uue fausse in-
loimaiiou V ei comuiaui peui u,
te temps ayant uemonue cette
iausete, se retuser au devoir
piiuiOiuidl d'uue leetiticauoi.
nonneieet sans quivoque?
Nous ne voudi ions pas que cet
aiiiclc prii les aliu.es dm.e le-
on Uunl la pense tsl absolu-
uieni loin de noire nienliou.
.Nous u'eiiteudous dfinir qut
noue attitude a nous sans incri-
miner les autres ; et plu l dt
uous voir exposes a eue ma.
compris, nous aimons mieux ai
.ici la nulle chiouique.
Un incendie
A POKT-AI -pi \{i ,
Lundi, malin.I , S heures, le
leu eclala a la Bue Si Honore,
bloc compris enire la Rue de la
liunion et la Hue de la Rvo-
lution. Les pompiers alertes se
sout rendus immdiatement sui
les lieux et malgr les co iscien
cieux tions qu'ils dployrent,
ils ne purent circonscrit loui
de suite le flau. Cinq maisons
lurent la proie des flammes. C*
sont celles de Madame fcudoi,
tudre, de Jacmel,qui a subi de
pertes impur tantes,l'cole Mon-
piaisu.Euphiasie Celestin, Haii-
duma Sanuaire, Hodolphe Dun-
tred el Henri Etienne Hernaru.
Nous compatissons de tout
coeur au malheur des victimes
de cet inceudie qui clate juste
du moment o ici, comme par-
oui ailieuis, les atlaiic sont
dans uu marasme pioioud.
It Louis de> tionzague
1 Le Courrier de Lyon
par MM, MOREAl, IIRAID1N et DELACslK.
Wedi soir, les anciens l-
et les lves de l'inslitu-
Saint Louis de-i.onzague
naient leur grande soire
trale et musicale,
ons tout de suite que
01'RRier de Lyon, drame
IUlt tableaux et dont l'ac-
fouet claque. Le courrier des-
cend. Les bandits l'assassi-
nent, se partagent 1 argent
qu'il apportait. A ce moment,
1 htelier se prsente pour de
teudie le courrier. Il reoit
uue balle qui le blesse, et au
milieu du tumulte, il croit re-
se passe en l'an 1796, eut connatre son fiis dans laatair
s^and succs et souleva sin.
tes reprises l'motion et
ration des spectateurs,
''heures la musique ex-
one fantaisie, Les Trom
f de Jricho . Puis, les
coups sont trappes. Le
JJ se lve sur la restau-
ardouyi, Lieursaint,
!u qo noua prsente le
Dubosc et ses hommes.
basique joue ensuite
Pastorale, m Le serment
ire i. Le a^e ^bj^au
'nosporVe l'auberge d
Jnl chea l'htelier .i.
?ni *in bsence, aon
7.55 daD maiaon. Sur
'b,. il dpose de l'ar-
pour son malheureux
:ei reliie. Entrent Du
1 troupe. Ils atten-
'coanierdeLyonqui
^sceudre KiaubiV Le
* 'hev.l rsonne. Le
Le rideau tombe sous de
longs applaudissements. La
musique joue ensuite une
maiche. Quelques instants
aprs, nous sommes Pans,
3e tableau, dans un magni-
fique salon, chez Lesurques,
le fils de l'htelier. Le juge
Daubenton vient enuutei sur
le crime. Ou appelle des t-
moins. Deux des assassins
sont mats. L'htelier soup-
onne son fils d'tre le com-
uce du meurtre. Lesurques tes spectateurs.
arflNfc
est
ne loyal qui hurle son inno-
cence a un juge se\ie, qui
appelle eperdmeut son se
.ours, uu peie inflexible.
Lu musiciue excute une
brillaute lanlaisie de Maillo-
jhuud. Llle est trs applau-
die. Au cinquime tableau,
le crimiuel se.reud chez l'ac
cuse el anantit toutes les
pieuves de l'innocence de ce
deruiei. Cependant, au 6e
.ablcau, tes complues de
Duoosc reconnaissent i inno-
cence de Lesurques Lest Du
nosc le seul coupable, el si ou
accuse Lesurques, c'est parce
que le basa cl a ouue les
lueuics Halls au plus loyal et
uu plus sceleiul des liuinino.
Alors c'est le leuioidsduu
pre qui emnrasse son bis,
d'un juge qui demande pardon
a laccuse. L'innocent va
eue eiargi... mai. trup tard 1
Le luijuuui a dj rendu son
verdict. Lesuiquas est cou*
amue a mort.
Les spectateurs, mus, ne
se lassent pas d applaudir.
A la prison, 7e tableau,
l'euiouou est telle que des
larmes se deviueui dans l'as-
s Biafice, Le tableau produit
une uoulou.euse imp.rs i .u
sur les speciaieurs. Le cou-
daiiinc qui va a la moi t et qui
iiiilMassc sou In, le pre qui
sanglote, le juge uu dsespoir
qui use d uu suoiertuge pour
sauver l'innocent, le prtie
exhortant le condamne, tout
cela loucha graudeme.it les
assistants.
Le Sme tableau est sinis-
tre : le crimiuel regarde jo-
yeusement la place de Gieve
i u l'on va excuter un inno-
cent. Le pre se prcipite sur
i assassin et crie qu'on lui
pargne sou fils. Mais le cou-
peiei a dj lait son oeuvre...
Le juge en appelle a la pos-
leine \
Les acteurs furent tous la
hauteur de leui s i lcs ; uerard
Desiouches lut vivement ad-
mire et applaudi dans ie llc
de Lesuicjues pre, L. Ouery
ne le tut pas moins uans celui
de Lesuiques bis. Yves Des
touches itiupussaii a mer.
veille le tle du juge Daubeu
ion. Andr Lamarque, pour
un dbutant, meute des teli-
citations : ses gestes sout na-
turelset il parie avec aisance.
Le jeune Wooley se surpassa,
et recueillit de nombreux ap-
plaudissements. Saint Lot,
lneaid, uautaud amusrent
Le Je une ua
yar dalle mente aussi das
ou .
lo-|
An 4eme tableau, laa t- gcs.
moins accusent Lesurques.Ce- i A 1 heure du matin, i'assia-
lui-ci avoue avoir t chea Uuce se dispersa, tauuia que
son pie, mais il ignoie le
crime uonton lui pane, cue
pathtique et poignante o
l'on assiste au desespoir cruel
d'un homme qui sait qu'il
iorchestie execu.ait uue mar-
che de Labute.
.Nous renouvelons tous nos
compliments aux lieres de
Si Louis de (joiizague et aux
n est pas coupable, d'un hum- 4 luieroeaaiuu acieura.
DEVANT LA
Commission
d'Enqute
Les travaux de.la Commission
ont commence le lendemain m-
me du jour de son arrive. De
samedi a lundi Mes Pradel, Hi-
gal, Hudicourt, Georges Lger
oni eu des .enireiiens avec les
oommissaires a la suite desquel
des memones oui dpos
par eux,
Dap. le programme tab .
par la Commission eile-mm,
ses membre se rendront aui
lionalves la y de ce mois.
Bals populaires
interrompus
Les journaux avaient anuouce
depau ues muis a l'avana que
trois oal populanes aur lieu au Marelle Ue la Plaee Vai-
lieic a i occasion du c.uua...
Uimancl'c, eu clltl, louie Une
louie aviue de s'amuser et ds-
leuse d oublier leurs peine.-
miseies quouuiennes au sou dv
la musique ei au iymme ... .
daue locales, s e lait i eudue au
aielle de la fiace Vall.eie.
L.Oiclicslie aVait, depuis quel-
que* m auis ue|a, commeuce a
excuter des moiceaux el la lou-
ie s n dounaii a cceui |oie de
danser quand des cailloux mm
oereui eu gicle sur le ion Uu
maiche. Ou crut a une uicue al
i ou commua a danser. Mais les
paellas continuel em a tomber,
uou sur les ton, mais uaus lu
loule mme. i\iiuielleuier.i des
|BBS se mutin a 1 abri. Dauiies
pnreul h lune. Mais la musique
coutiuuuit a |oue-r encore. c'ei
alors que UuSquenic-ne les am-
poule eeteiguireuLUa desoidie
lui aluis a .-., comble. Une d-
bandade s'en suivit qui mu Uu
au bal.
Le plus petit
volume
- '-----Al
Ls Etats-Unis baltent.tousles
record. Au point de vue typo-
jjrapnique.ils vieunent d'eu bat-
ne un autre.c'est celui de la pe-
utease. Ku ellei, ou,vient.d'y
dater uu loui peut volume de
a Huila d'un, umbre-posle ha-
tien. Il conueni quatre precla-
.uations du Prsident Lincoln.
est uu peut ouvrage^ artisti-
quement prsent et que de|
tes mbliugraphes rectrerclient
avidement. Les lettres enasont si
petites que seuls les myopes les
usait facilement. *Lenx qui ont
de bous yeux, chose curieuse,
aoui oOuyc de e servir.id une
loupe.
Le recueil dit par le iviiigs-
pon fies lue. cOOlieat lftd pa-
ges. Le Praident boruo eu pos-
>ede un exemplaire que uous
vous eu ia Lionue lortune de
paitoutlr.Caai un 1res beau vaii de la Miniature dition et
nous nous sommes tendus
- omnie imiueuiaieuienl de tou-
tes les dillicul. qu il a laliu
uiiiiiuinei pour ratiarr cetie
merveille typographique.
aux deTt
Soulages
sans "droguer
-^ Frictionne* Vicks
1 sur la poitrine.
Souvent une ap-
plication 8Ufflt.
VfCKS
PourTout Refroidissement
BAH TERMINUS
Place Dessalines
Cal chic, Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plusd-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
SPECULATION
QI nos jours l'appt du gain rapide en
sntreine plue d'un dans le tourbillon des
jssleUcaos foUse. Demain Le atfpaTjpe de
f DaVtUA asau brutelemaca 4M|b1
Qaaai m *oea part ateM qualouas umk
m arcRt en Bsaqua in tarse sa nt ou ds wfr^
La Banque Royale
du Canada
... a vu, vendredi matin, use
li mine du peuple, qui vendait
de petits drapeaux amricains.
Qu est-ce que cela veulait dire?
Se trompail-elleoubieny avait*
il un peu d'humour dans l'es-
prit iU celui ou de celle qui loi
avait confi la vente de caa in
signes?

... a vu, anx boraux du Ma*
TUI, placard r, titre an tableau(
le labli au sur lequel on inscrit
les noms m s nouveaux ubou-
ns, un petit carr de papier
sur lequel ou pouvait lire, en.
uai ge : 1. dernire de .. ici le
nom d'un des plus brillants r
dacleurs. Ce!t dernire c'esf
tout simplement une erreur ty-
pographique, le rdacteur, pan*
saut a attira chose, a laiss pas-
ser l'inlveibe momentanment
en lieu et place de :n< essutn-
ment, sans penser, peut-tre
que ce n tait pas la mme cho-
se.

... a vu an homme, lgre-
ment vot, qui descendait
avant-hier, le Oiamp-de-Mars,
la tle baisse el il avait l'air
de regarder si ses souliers taient
suffisamment cirs. Mais il n'en
iail rien cependant, il hassait
la lte pour ne pas attirer l'at-
tention des passants et profitait
de eela pour conter fleurettes A
une petite bonne qui descen-
dait, elle aussi, en ville, avec
son pan km sous le bras.
,. ...
... a vu,dimanche aprs-midi.
quelques icnine-, gensqui aprs la
manifestation causaient avec on
membre de la Commission qui
parle, peut-tre, franais, puis-
que cas jeunes ^ens eux ne par-
lant pas inglaiN. A moins qu'ils
sa soient exprime en espranto.

* *
... a rencontr un petitfgoase
qui demandait sa mre pour-
quoi on lui avait donn congf
puisqu'il ne vovail pas les mas-
ques circuler dans les ruas. La
mre n'eut rien rpondre, se
comprenant elle mnie pas coin*
mtiii on peut interdire aux gens
de s'amuser, sous le prtexte
qu'ils n ont pas le ceeur eela.
Comme si on n'est pas mieex
plac que quiconque pour sen-
tir si l'on doit ou non se dgui-
ser.

M
*
... a vu, dimanche aprs-midi,
au Chainp-de-Mars, un hoanme
?|ui avait au cou une cravate ea
orme de papillon bleuet ronge.
D'aucuns portent les conlenrs
nationales sur la poitrine, lui il
les arborait au cou,comme une
cravate de commandeur.
.., a va, hier malin, uu |euue
homme s'anlir devant la sta-
tue de Dessaliues et pntrer
jusqu'au socle de la statue. U se
baissa sur l'une des pancartes
qui se penchait comme si elle
voulait rouler par lerre, la re-
dressa et puis s'en alla sous les
jeux ahuris des passants. Cela
se passait, sous le soleil, . oeuf
heures et demie.
a
i
... a vu, avam-hier soir, un
homme se rendu dansuneguin-
Suetle du Wharf aux Herbes, 0
emanda un paul blet, sorte de
boisson nouvelle puis ua petit
rouge qui est aussi une boimoa
rcente. Apres avoir dgost
les deux petits verres il s'cria,
et sa voix s'enllait alors de fie
t:
Mi i, c'est dans n.ou
n ae qne je porta la drasepo
bleu et ronge de ine Patrie.^ t
... a tu la jrur de l'arrive ft
la Commi'ion on petit fsoua
qui se livrait, c tait bien as
moment, a des exhibiiioaas
chorgraphiques d'uu caractre
tout a Lu aiiicain, el cela, sosa
les jeux amus uuue Imimsj
t partie de la foule.


-^
'- -.
:
LE .VAliiV- 4 *C Mars 1930
.
New-York
Un lient tiltrairt I La
i airie
vie
I. ... ///,
jrflchi et ! milite
U,m i qui sait i m
. ;id, oui;
1rs
I f"/n
I/ea pius mullip
l Jk Cl
Ryue engii ', 7 .' r/ow
|co//i.// 'isfo/i apocfflyptl
>l ...ii
'i iciions le pusiuye ci-dessous:
j^C ml a longer la
qui. m me, je dbou
Bans Harlem.
^Cest le gouvei J'.uyve
Jaa.u qai lu k1 i, j^,. le miliau
(la XVlii .sied", le >'/lh*ge h
lau.i US (I I H i m,
^sur un CS dp
Baient lard. Washing livra !
taille. Ua sicle aprs les emi-
rs allem u. Au-
lourd'iun, oui ei
uuuiu.i. I m prin-
pipaie.t, l.i Cmquu
1. nox Aveuui
tiu.i -les Jiuls, puis i
Sudois, enttn a p rtir de
C ui vingi-cinquime me, des
{Nous.
Le sout les beau
j que tea tulipes, qui ;
la rputation mondiale du nom
d li.niera. Les esclave-sienus,
la.iieui'S au H
pAui u i' u" la Comp
il i les, u y Tauili pas pro-
I, r autant q i ans le sud :
ii tucoup n'e
poiic h .nui i eux, il
U -s ou peu
d .lois de ta gr.m .
lion U.s esclaves, au XV il
le; .<, ipation,
1*182/, lia avaient dtoua-
ru de .\ w-Yotk. Au XXe, hn-
Idusi i<, lea hauts ailettes, unt
plus grandi tou
pttiri i u de nouvi u
*de couleur vei i le nord; peu
'daul la gu< 1917, les pian-
stations sudistes se
Beiirii des DSI m I I -i pi ohl-
p>iuoii avait enrichi
i%ei taii ses membres tai
Devenus million
'coin..... e fana
:j;dl J. A 1919,
'l'qui gagna vingt cinq millions en
''jinvcnta.il i pacauo
fcrpel I ni.s
fat in lent du ,n. On sait
que l'opposition des ra<
^Amrique se traduit p
sour.i guem dans la
[;'.cp.
rea de couleu pro
gie r que bl
' soi pai in M
negio ont, 1.011 ou
[sou par tnacit, soi
[de < 1
des im
[eerteui aussitt
il .1 lut .1111 1 pu : [l l(
rafabord grou
tr
mo. peu .
ICeni
Ma 11 h
h
Cinq., tute-u
[lonji EttlU
dans I ;'
Ouest,
Met dad
Vte-: te 0
Ide la lin (
nu
pram,
preux <
Lorsque le p si
l'o
fi New-York
;;a..
ave. .1 et q
1-" v
Oir, dan If 1
n
.i\ <
li >
.n
Pires.
Jes .\. \.
[Noirs !
Ile..

,
res .1 ..
pfc. tp "
ne 1 ir une
n
'
gi
.

t.
1
I
llades I
Le Cabinet
franais
Les dernire 1
. intoi m ni que w, l'a: Il u
/ lonc 1 >'i du nou
: C ibi'l
il Mini Intrieur; Raoul
! du Coll-
et Ministre de la Justice;
a 1. Ail ni ''tes ;
s Louis 1. 1. ..! me;
ii, Guei ii Kcjraet,
inces; (iermaiu Manin.Iiud-
l'ieiie M .rair.i, Instruction
iqae; Piet 1 i indin, Com-
rnand David, Agn*
it ire; Pierre Laval, Travail;
Franois Pietri, Colonies; Lau-
rent Eyuaj, Aronautique,
npelier, Pensions; Mail.u-
Postea el Tl^gfaphes; L)-
Perry, Hygine; Louis Hol-
ini, Manne Marchande;Georges
ot, Travaux Publies.
jjdvcoi ..-n,
Rpublique
Dominicaine
On mande deSanto Domingo
tranquille et que
Il tires vont leur train regu-
. La olupart des rvolution-
es sont partis, mais des
ipes continuent encore
rouiller les uoiuu straig-
s et conflsq I 1 armes
ivt 1 en la po on des
.yens.
liaiiques trangres ont
vert leurs guichets. Les :
Lionnaires ont remis, aux
Dis municipaux les revolveis
raient pris et ceux-ci ont
ommeni nier le ser-
Ou annonce la dmission de
., Ministre de la R-
ique Dominicaine VVas-
bington.
\f\0 M mi!0OPPHESSIONs\
I 80 rt guArlsoii pat lu I
I Globules Rbaud I
I Rsultats nii'rvi'illpuz.tiui prenants mime I
Hollci
K. UAIUJHUUX, 2; r Huij M
lioli-eolnuibrt iScicl W
olice 1 d 1 laines
aux voitmea pour que les
lo 1 ri la
[resses d-
an-
canl leu monjeuse-
un In 1
a n Bse
' [uel
r* de m*
pliant, pi reillc 1 quelques
vierges no tuturs r-
iruann

1, ou trouve noi
(corn m -
r York J le
r sr >e divi nu g le
des aie;
I ,,,k
m .1
jour
ml ne unis
i I cou-
1 sou-
, il tauU ni
I :'.
1 Tro
. sx-
ns se touchent : bouii-
l'esthtiq gan-
. en v li ... te,
banjos et de cou
1 ipra un
1 chinois, tien ne
m il ngn \
I tritu ml di leur ma-
dettes de pepsine,
inu d une
. >r-
11 mx ira-
it ligures
. u
joues
1 ,1.11 >
11
mi lier re-
ut ga
le ryib-
|UC et
II
peu an c en
^Au
de
,'0-
1
; lt
len-
te, il VI e au
lUit 01 aone
M I 11 ,
PaulMOHAND.

MlilLAIEl)
Moteur Stins soupapes
Acclre h livraison et rduit le cot.
Tour obtenir le meilleur prix par lonne et par mille, pour
la vitesse, bi scurit, un transport profitable, les conHnctenrs
progressistes de camion se sont tourns vers la W1I.LYN
KNICHT.
La puissance de celte unil moderne commerciale est je
moteur patent sans soupapes six cylindres, rput pour tenir
la grande vitesse, d'une endurance rude et d'une opration
ci nomique.
Si cela vous pl.it de voir le camion Willys Kright et de
l'essayer dans vos propres alfaires, visitez le distributeur.
LONGUE
VIE
ECONOMIQUE.
WIILLYS KN1G IT
VA T03I TatUCK
MO>EI. T-IOU
Anton KNEER
Distributeur
RUE PAVE. (Port-au Prince, Haiti ). PHONE, 2S1S.
1 (illl)t 0FPORT AL PWNCE"
La Compagnie Lilbographi-
que d liai i que dirige avec tant
de comptence et de gm'n M.
Kuliaid Widmaier vient d'edi-
un coquel volume portatif
iniitul : Hati.77ie lieauty.
Guide of Port au-Prince. La
Couverture est orne d une gra-
vure reprsentant la rade et la
ville de Port-au-Prince enca
dres de be ux spcimens, de
palmiers et de bananiers, le
tout tonnant un ensemble ra-
vissant.
lin ouvrant le prcieux guide,
0.1 trouve lout d'abjrd la pbo-
logruphie du Palais National,
puis celles du Quartier Gnral
d la Garde d Hati, de la Statue
de l Empereur Dessaluies, du
Pal us des Ministres, du Mau-
sole de Petiou et de Dessaluies;
de I Ecole de Mdecine, ensuite
le March de la Place Valnre,
la Cathdrale, 1 Ecole de Da-
m en, le Pidais de Justice, la
Douane, l'Htel de Ville, la Ci-
ladelle, le Grand-HO tel de
France, le Bar Terminus, l'Epi-
ie et Restaurant de Dereix, le
lace Hoiel.
Le Gaide ol\Port-au-Prince
oilre, en outre, se lecieuis
1 ux superbes cartes ; 1 une de
la Rpublique et l'autre de la
Capitale. Puis, d'utiles rensei-
gnements, une partie Piston-
que, etc.
Nous lelicitons vivement la
Compagnie Lithographique pour
ei Us bonne et sauie propagande |
qui lera connatre el^apprecier
noire pays mieux que ne saurait
le faire aucune autre campagne
mal dirig ou organise sans
t.ne connaissance srieuse des
moyens de publicit.
Les Lainage* Exclusifs
Les soieries hautes
nouveaut
Les garnitures grande
couture t_ ^
Se trouvent cbez :
CttePATIE, COULON & C.
S1RAUS>
* .Mue, Ureneta, 43 Paris.
Lnvoi d^ Catalogues gralis,
;.ux 111; ^a.sius.aux Ngociant
et maisons de coutuie seule-,
ruent
Loteiie
des uvres
Avant-hier dimmehe 2 mira,
9 heures du malin, devant un
public assez nombreux a eu lieu
devant l'arisiana le tirage de
la Lo'erie des Oeuvres de l'As-
sociation des M.inbres du Corps
Enseignan' et du Comit Ha-
lien de l'Alliance Franaise.
Le gros loi d.- G 2.100 a t
gagn par le No, 2890.
Celui de lilld Rou'des a t
gagn par le No 2!>b7, celui
de 150 gourdes par le No 1319,
ceux de 90 gourdes par les
numros 080, 272 et i960,
ceux de 00 ^our it-s par les nu-
mio, 1018, 2028 et .'{754 et
ceux Je 30 gourdes par les nu-
mios42. 1180. 3102 et 2060.
Le paiement des lois gagnants
s'effectue tous les jours de 10
heures a midi au magasin de
Simon Vieux.
Mackandal*
Cette belle pice patriotique
de M. Isnardm Vieux sera re-
prsente samedi prochain, 8
mars, Cin-Varits.
Les ro es sont remplis par des
acteurs dj connus et appr
cis du public. Un tableau vt
va ni symbolisera I union sacre.
Les cartes coulent 2 et 3 gdes.
Nouveau Cours pratique
D'HYPNOTISME
SUGGESTION
m par I* rrof. R. J. SIMARD
Ouvrage absolument nouveau, qui, en
tenant compte de dcouvertes recuites
de la Science, a su mettre l'hypnotisme
et U suggestion a la porte de tous.
IndWpttusabk- ceux qui veulent rusair
i beau volume illustr, par poste recommand
Prix 1 aa Francs
TRAIT DE SORCELLERIE
MAGIE PRATIQUE
par la Prol. R. J. SIMARD
tude approfondir et documenter
des Grands Mvaterea
L'Occultisme dvull tntirtmeuC
lh Um prUwi tmm nu u bal SAVOIR
/ *nii vohtmf Illustr, finr ju.str recommand
Prix t az Francs
Le cat'oyur gnral e\t joint h rAa^ne envol
Adresser eoaunsVufa et nHtli
UWalrle STIA,. 12, Rue il Chabrol. fARlS-X-
La i otuiuissiaa d tuqulf
a l'Hlai e Ville
Hier, 4 heures p.m., les Ho-
norables Commissaires MVJ.For-
bes, Fletcher et Whiie de la
Commission d'enqute amri-
caine ont rendu \ ,ue a l'Htel
da Ville o nne r ceplion com-
toise maquee au coin de la plus
giaude Uisiiuction leur lui aile
Ser la Commission Communale.
U Champagne, le Ui Lescou
flair en des ternit s levs qu'on
lui connat renouvela les sou j
haus tu- bu ; .- ium de la ville j
aux cOO>n m v s qui lormrent
eu leioui oea V03UX pour la
prosprit de non e capitale. I
La rception chez
le Haut commissaire
Samedi aprs-midi, de cinq
heures sept, il y s eu une
charmante rception chez le
Haut Commissaire Amricain
et Mme John H. Russell, I el-
fet de prsenter les membres
de la Commission Amricaine
actuellement Port-au-Prince
certains officiels et ceux des
membres de notre socit qui
dsireraient prendre contact
avec eux.
On remarquait cette-rcep-
tion pendant laquelle une ex-
cellente musique se fit entendre
dans des morceaux divers et
habilement excuts,|les mem-
bres des Corps diplomatique
et consulaire, des personnali-
ts du inonde officiel et des per-
aonnages.de la socit de Port-
au-Prince.
Central Bar
Tflfsieir : 3164
Angle les rues Rpublicaine et Freo
Insttdtation moderne
Service irrprochable
Consommation de choix.
Le Bar tel qu'il est siiu^, est au
centre des aflaires.
Prix mouc.
Manifestation
Dimanche aprs-midi, vers
les cinq heures et demie, une
foule noi ma sortit de Sacr-
Cur ou un office religieux va-
nait d tre clbr, office au
cours duquel Madame VveCles-
ca, na Thrze Vieux.se fit en-
tendre dans des cantiques de
circonstaace. Puis, la foule, an
chantant, descendit l'Avenue de
Turgeau, s engagea dans la
ruelle Saint Cyr, et se rendit
devant 1 Htel Excelsiorqei est,
comme on le sait d'ailleurs, la
rsidence prive des commis-
saires amricains.
L, elle chanta a La Desaali-
nienue, el avant da se disper-
ser se dirigea devant la statue
de 1 Empereur o elle dposa
une pancarte o on pouvait lira
ces deux mots crits en lettres
normes : Justice et Libert.
Cette manilesialion eut lieu,
sous les yeux de la Police, et
dans le plus grand calme.
. .. ..-ii.i.i...... i iiiai
Assurez-vous entre aeoialeBt
a la General Accident Pire A
Lite Assurance Corporation Li*
uiued . Vve h. i>wi lauoflb**'
Vgeot General pr HaBST
aaasaa-a^-'*aaBwaBa*AM***a"aT'a"M
Arrt
BORNO
Prsident de la liepu blique
Vu les ai ticles 1) de la ion';
liluliou et 3 du Dcret du '
Avril 1916. rafj
^ Considerant^qu'il' y a lieude
pourvoir au remplacement au
conseil d'Etat, d Mr Thimote
Paret, appel d antres lame*
lions.j .c.^.' :jS3
ARRETE : '. "V^S
, Art 1er. Est nomm t-on-
seiller d'Etat le citoyen Agnor
Dbrosse.
Art. 2. Les prsent Arrt*
ara publi et excut la dili-
gence du Secrtaire. d'Btst dt
tltiierieur. r.r *
Donn au .T^i^Netional, *
Port-au-Prince, le 4 Mars 19*'
an 127me de l'Indpen dance.
BOKNO
Par le Prsident :
Le Secrtaire d'Etal
de IIntrieur:
Cn, n| DELVA.


~*-
Jne poiute pour
Chaque
criture.
tE MATIN- 4&5 Mars 19*

YEUX!
nummim'* 'i#w
VEUX!
WHtWVv,.:

MTwcc professionnel.
lire pour
monde,
es yeux.
let SKLifSJ Jh5i 1 miDerarae"l eliicace dans
i.rc tu. belle plume p0n- car* de Ja corne atT!? ',,eu<,ha8ques, queratites, ul
a a Ire!du ., T".' Cldc bk'"dc n*lhyl*ne. et
I U"2 TSkfa? r,doult5' "' dans le, cliniques !
M.ri.J^.I'P".^''1* .I soufl-renl des veux
Le stylo Parker Duolbld
conTieat chaque mai.
et en dessin moderne noir et
(perle. Pour hommes S or
'pour jeunes gens (1 or. Pour'
dames (> dol.
Distributeurs ;
MOHR LAl'RIN
Port-au-Prince


63.?j

Une varit
Pour
h
en
U|UC
uuojo
Arrt
BORNO
trsident de la Rpublique.
Va la dmission de Mr Charles
liboul. Secrtaire, d Etat de la
lice ;
Va les ar<:rles 75 & 78 de la
lontilulion.
ARRETE:
Arl. 1er. Le citoyen Thimo
e Parti est nomm Secr-
irs d'kfat de la Justice.
Arl. 2. Le prsent Arrte
ira publi au Moniteur.
Donn au Patois ;National,
ort-au-Prince, le 4Mars 1930,
127me de l'Indpeadance!
BORNO.
SBaaaaSaBBMalMiidoaM||B
Le ceueeri a* s liuianch
Diuiam.he| soir, au moment
n. tous la direction du uiaes
Occide Jeaniy, l'orcbetr<
s la Garde d Hati excu ail son
rogrimme, des cris hoslil. s
aitiraut de la loule. La muai
us, malgr cas eus continu-it
excution de son programma
jnd des pierres lui eut lanits
M le Kiosque
Dmnt cette attitude le Cl t
la Musique, apis avoir lait
oerdeux morceaux, put la i
ilntion de regagner les caser
o les musiciens lurent im
Maternel t licencies.
prissent mm mme ^avoir ach^v
remiar Uacon du
datif!,' i i------h"^.h- sou emploi, leur vue
Ivec lPe "w-"7 pluV " qu'avant .e tra.lement.
verres' 'd^uLz O a P* be-ui., Y.tuir recours aux
Pier la .i'wi h CU,is,e8 e< ^ "* ** **** em
de i ml 'e(.des h n i,ribul 'I si important.
ue ia muqueuse conjorfctivale.
cauaVde(te;^!!,rZ,> ?1 Ml '^P^ d, nitrate ci'urgen.
3T ccrtrur,M pa,ieulset aus$i cauM d'UD ff^
iMlSrS^i e$t comP,t^n i^fleSll et produit
Le "prouigauz- arrte U myopie progrewite
pJ2teei^r?.r^ ^JKT**oi -rez
p^oiuptemeut gu,is eu employant ctlt. me?vaillequi sap
r
N !r Wt* Ir q- .1,.,. A
1 i I eu *. iv, ,
'.'. i larn i
0-! P.
' < liaqiK II i
IV 'I *i i aqui dans du ui ir .irj i
lmp< m.'.d.le ;i |'i ir pour le pro*
I
/
' arc et la ircur i
du Kraf i. Pas ri m r;ure ou
Pas de croule I ,
he el lia ae
V otrepici .i loul
lu i Kraft, l'
i'i i Soj. ..i- que I i
(luette pon, i:i marque de
flkriAi i Cm i
I isti ii)iil( il ; s :
PAW1 RY SALES
( < IRPORATION
I ort-au-' rince (Haiti )
QS "Si
KRAFT (f QMSE
proau't sas
a moindre
GARAGE CENTRAL
Ludovic CHENET, prop.
Grand'Roa Port an-Prince ( Haiti ).
SPCIALITS :
Rodages des soupapes
Dclaminage des Moteurs
l'lectricit par le systme
" Black et Decker
ED,;<" ^EES^'^et b ma,qe| \Si&%&& S^*"*
Niaai eut chm dioiaiiehe
Dinjaiiihe soir les deux tine
de toit au Piiuces nom
15 lonciionne .R nseigot ment
" il nous a t dit que c'est
l'inuaiiie demande oe
unie de leurs clients et aboi.
quilsse sont arrts celle
paon. On i.ous a mme dit
a point de vue des retelie*
dtux mit nias n'ont pus pu
|f8nd*those tant donn qut
1 annes prcdentes l'assis
in(f avait i lis rtdune a
des l es du cm naval.
oSe tatr !*****h ,aim oste, ieitie ae change ou chque.
KNrrKTrii^MK-,C/!ADK,D0 WRBYHA. SANTA
MuHACIA, No 62, terctro drecha. MADRID E PAGNE
T h O D 1 d A L u z
INIQUE DAiNS TOUT LI MuNDEl

La peau ru-
nueusences-
COtfe f DATION
prej.)e is
COMPRIMS
suasses
de MLORT Pharmacien,
a^Artjqaa
C'EST LE MEILLEUP
QgS PURGATIFS

ii
JEUDI \ 8 tEURES
site ce savon CANDI O
fna-mr.cio du > Juntin VIARD
CK SOIR.
Rosa Maria
: g iv, .' .
ai.
Ce tilm n'eianl pas du rpertoire
de l'i-n- am< les i arlaa de la-
veurs sont suspendu.... aoul
ce'le de Pri' e.
'.ni'e : t, n et 1 gourdee.
dans ses dernires crations.
G. 2.
Il agit doucement sur les
pores de telle laoti qu'il tau
mieux que nettoyer. C'est une
combinaison de savon pour
a peau. Il dissout toute trace
le salet et aide la
lre tendre et douce.
peau a
Lhxelenlo
Savon de la peau
Produit une mousse paisse
excellente.
Remerciamemts
Mtoiis;tui Edgar i a combe,
Mousieui c Madame Charles
Lacomba, Mousiaiu el Mada
nit Ak-xaiidic Rohaits. Mon-
sieur el Madame Louis Cbe-
vulier Ou Eau. Monsieur et,1
Madame VV Worral, Mella
Eliane et Moutieu Robert '
Kavart,Mme lis Lapone ne
Mare Lacombe, Mr. Edgar
chs. Lacomba, MAI. Mi< bel-1
Hauri, Wiluam MaxenceRo*
hei ts, Mcllcs. ^olauge et Co.
telle Chevalier du Fan, Mons
Jacques Woiral. Les familles
Lai ombe, Duval, Carn, Kar-
. nisant, Woal, Lauccloi, tous
Il adoucit et enlve les ru |les aulres parents el allis,
^osi ts et tonifie le cuir che j pro oudeunut louches des
velu. Il aide donc maintenu In .mbieu.NeMiiaq.e-. d s>m
l'tat de lu sani. | pathie qu il> olI ttUaioC
En veule chez tous 1 es dro aaaion ue la mort de leur iia
Les
Metlieurs
M**mr Bbs
m
Empreaa Navlera
de Cuba fc. A.
M!nie Cubaine |L steam r Guantauamo
pntntde la Havane et San-
'8 de Cuba est ; tteudu ici
w couraut en toute poui
1 Ports de la Dora mica ne
Porto Rico p enaut Irt et
lgers. De retour de ces
F*, il touchera Fort-au-,
paceveis le 22 et lepani.a I
aime jour pour tut Go-I
[tuba, admetlaul tilctf
Bgers. Iguistes. pour 0,30 ceutimes : regrett
lace gnral: Rue Repu- (seulement. Il est expdi ds Joseph Lacombe
IJJ>e|etDants Destouches I rception du prix. dcd l'an ( France ) le 29
f. Box a-125 T-hone3250' EXElMM Ut K LDIC1NE Janvier deraier.euvoiaui leurs
1 COMPANx [ rermeciements .G. Mgr J.
leraeni
1
cun
AU MC
Dernire
Heure
Par radio
w ISHINQTON -John Wil-
la Willya Overlacd, a t
' lu Dmbasaedenr '*n
ion nom a l env >v
1,1 v ; m n u Polonais D iiir
> 'i.
EW YORK- Lecolllerendla
t que N'apoloa llrit .i '-' lemi i< I ait laneie
ice de il ugionalear Rlaai
. I i police apprit que
le i nll vendu a D M .
Mitcbell pour 00.(00 dollars qui
est la valeur des diaroanti qu il
coTilicnt.
Charles l iwseod i qui ta ver-
ts s l ii disparu, L e -
archidui i iold H'Aatriehf dU
il tail tmoin le la vente < collii > | our lui (out esl
BERLIN Tt les les lots '*
rparation y ompi i** la d( Ita
1 ricaioe ont *-te
i ecomm n< i - l'Adoption du
t omit du B ,- > i Heichsti d
par l<- ministre eitrieures. Les dlibralioas
' oui eu .'i u pendant ci s deun,
si m ninee.
! WaSIIIvj,TON-Le snateur
Hamibon I sh poussa le Con-
gr protester ionlre les Iro
ciis qui se commettent en
| Ku use des perscutions
re igieuaea qui n'ont pas d'gn
les depuis la gueire de Trente
eus.
b OS OU Une banquise a
emport 137 p beors dans la
e. Un avion a fait
recherches et n'a trouv
edet m; lluureux.
BERLIN c, i apporte qu'une
centaine de payi ans tusses re
Insenl d'obir i ui nouvelles lois
du syi ine co h dit.
wmwmmmm-i
Toutes les Polices
DELA
ul
J

0
l'-'-'-jy
unrailles
2pi,aSr*i,le de Mroe Em'
lx L B,,Sfc". ne Alice H-
T.nr 0l,eu hier, 4 heures
or in,,di ,a Cathdrale,
louv ol*"nces 8UX 'amilles
lfmo;? ,par ce deuil, pnnci
WTl M,s Hermnn H-
I or, Tmanutl bnssonpere
r,rx^!rdtnnte.
ATLANTA, GLORCIA V.S.X.
Ageabi ie^andt* pour tov
y,
aatlvaapa ijr raiaesjsieeaants.
aeaBeaaiBaeaB'*>^T**<*aak^a>*vaM>a^*t ** aat "* ^m,
Adaiiiktralies Garale ses Peslss
AVIS DM DfAKT
Les dpches pour New-
York et l'Europe ( via New
Yoi k direct ) par le steamer
Ancou seront fermes mer-
credi 5 du courant.
Port.-nu-f nuce, te i aiar lU3o
C uan.S.G. Mgr.LeGouaat.au
R.f. Christ, suprieur dii t-
miuaire Collge, au It ilip.
poliie bupeneur de &. L*>uis
de Gonsague, aux Fille de la
bagtase du ^aci e-Loeur d* Tur
geau et ue Leogane, au* i.mis
ue Fori-auPrince, de Leoga-
ne af dek auties villes t la
Rpublique et les pr nt de
bien vouloir trouver ici. l'ex-
pressiou de hui aiuccit ra-
u>audi2auce.
coiupreuueul la Proteclion contre la
g
uudresuns au^ur, atati* i, uV Uua
->.
'

Agents Gnraux
? iaSteiil i'iB
ItSUl *>!
? i
t J


-
^w/^i^.-; Or-rN*^
Mardi & Mercredi
4&5 Mars 1930
Le Matin
PAGES
/berne AXNEE N- 6935 A 0936
rori-au-Pnuce
Tlphone : 2242
> Mjw m h 111
HUMIU1
Pagol
Energique antiseptique u ri navire
<4j^i vit* 9t radlculement
Supprime les doultrc
d* ta miction
Evttt rouf compti,
ld Pnz* I ni'ii il ici huu* <
** urinairta. qu'il r
ia*t ci- n.i-ni a neuf
n jufiii'tni fou! le* m.-
< "" lu habitent
N.-*-*.
i IflANI
.... .. *.*

i 33*
f lu
' Ml uns pilla pour le. gamcqi.ee.
i u Page* eul a*
coosaatkmfie In mu-
4UMM* e TOtM -
oalras. roouaUa ta
UUU. traa t >IU [
jOTAtaMfneni
4M dallulea L
maurtrtar ooa
r IcgoDMMjat
oft II aitau.
ocor* pour oui
"M SMdWSSi
MuquaU e* dantlar
roi l'uwHr. curai
Hat II m I* foodo-
MV U r.aaa du Irai
mmi di l'arthrti* ou
du rtumiuimt bUnoor
atiqvv, i>arce qu'il '.
ul da la blaonorrv
fia *Ue-fn*ma.
* UalrtvilU
r. '"in-!in t t ai Vajro-
Panama Railroad teamshiD Line
Service de trt et de passagers enir*
NEW-YORK Ol . ..^lOBAUo^AU^ t, pO.CS d. I. COfE
OUEST de 1-ASId.RiaOE daSOft
,.,,r,, i ,,i..u.n...j--;;;;;:?,;*# i^
Ancflet1*1**
Franaf
iUv)M 4 :>- 17 li oWS&Mt. UfStfjau .^H^ff

Une des plus fortes ICOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Aaents Gnraux

- n'.-m

LE COMMERCE tW *>U9 vlellu nv^n"
prsente aujourd'hui un noivftau

*.PNEU
r
All-Cord
L*conoin e qu
vous ralises sur
le* autres pneus
est lits pauvre,
essayez-le pneu
FISK ALL< O! !)
li vous doaoeia
la valeur exacte
en nulles poi.r
chaque dollar
qu'il vous :iina
coule.et vous BU-
k /.la satisfaction
de rouler sur le
bons pneus.
Ces pneus sont arrivs, essayez les
aujourd'hui.
PASSEZ CHEZ LE
Distributeur
dfcW

n*. k M'or.En
,ck .1. MARTIN

huons M
PM-iau! niti. ( HsfU >
v;:.,^dfcX
r. Mini M 40 Miai iissssitHi
Par !<* lasHsiu aiMuir t
GSUTUEI Hanmey A Co
21 Rue de la RepuDliq.ie
Marseille
IernuPeros ACieLt
|53 Quai Georges V
Harre
rirVJft) Peron Rue Ju Moulin vapeur
iBoologns/aiar
"dtfKSU Pron Oie. Ltd
9 Hue et Mirais
aris I i;|
Hf.rnu I'eron & Gie. I-W
Rue de la TraujiiillU
Dunkerque
Hbrno I'eron Cie Ltd.
Rue Roy
Bordeaux
UJJ hNHAGl'E
i>aiiMuark
Mrs. t. A. bhNDix cV < IC
21 AllenuaUe, Copenhague
GENES
iluiie
Mrs Henri Coe & Clkrs
Psbjsm S. Matteo, No.l!*
Ganva. Italie
Oslo, Norway
(International
Spsditionsselsknd
Hambourg, Germany
AtUuttc Fraigut i>U?any
jj Baliintraus, llainburg
.ior.niuy
NordTsk Hupre*,
Gottemburge^ Swacden
"fTloTTERDAM, HOLLANOh
Mr. K. Voaeraann
Rotteidani, Hollande
V

n ri t> ri e? ci c: ci
Rlin l'Kt plis MMI ^^t
bouche. Ntttojez vos dents, SS votre bouche, parfumez votre haleiae avec
les
Cours
ftClassioues
\ 13me iphilosophie inclu-
sivement.
MNTimiCtS
i oiaaaa*
DICJ
|NS
SOULAC
En venle dans les bonnes Maisons.
Pour les commandes s'adresser
Mr Georges LINSTANT de PRAD[\E
Ancienne Maison Prsident Michel Oreste.
ue Dante Deslouches. Poitau-prince.
t'
Acce ss oii es dautomobiles
lut Frou, 4 UvcNat c'M nHrttdj|dj.
Gazolinc, Huile, Graisseto,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454.
Mthode sre, Succs cora-
let contrla chaque anne.
ours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec dea spcialistes
pour chaquucours.
Enseignement?du -Franais,
de l'Anglais, de rAHemaud,de
l'Espagnol. ~tj Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques sus leve ou en re-
i tard ou ceux quiA veulent
gagner dujtemps.
Cours de Musique (Soltge.
Violon, Piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrabla,avec annexe pour
Etuaiauts et Adultes.
S'adresser Rue Lamarre,1537,
ou tlphonez au No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Reconnu de 1 Universit
Hhi'ieDne.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
t
de Perth ( Scotland }
Car la GmsjiilUL est une des plus puissantes et das plus vastes organisations
teMS?"' DC SC C0U J*BB"i8 8Ur 9m Chimp d'acllon V* embrasse
Ses Policesjcoutre incendie aouvmit aussi les d#ts ec^atonna psr la toudre,
olices pour Autousobils, aouwent vok, indie, u*|veim,rr-V dommsi*
parsouoe ou dans nm biens. *^
Siis-
i ni daue
oas Maritimes niaes par nea heanekes rT&iroV soo ncavabst n U il
as nMai. Tous lasj vofs*
unir d'une point entre aosidanifc'
Usa PobVes contra accidaata asnt valahaea daaa 1 unvaa* en
aura devraient donc prendre la prs n Ho n de
d'aa moins 4000 dollars, la prime annusfte n'H I t>s 4c m */. toit' d afg U. C
/t
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
SOU4V-A< bN U
Absent Qnful pour HeM.
Perf-au-Pnoca: G. GILO
** SljlsNCt|g dVa I


V


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs