Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03946
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 22, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03946

Full Text
"
Clment Magioire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N'2242
^T
23me ANiNEfc N- 092
Kecamif la'ssriri dcru* nx-
quel* s'acharne la calomnie, et dii#
toi qiil (aut qn'un trr humain oft
<1u te qualits eninenlis pour que
la larde des fiipoo^ el dos mdia
cres le poursuive de sa haim- rt do
Ma mie. Ftriaid HIBKKIt I
PORT U-PRINCE (HATI )
. MARW 2 PBVRIJSR \W
Uue confrence au Club-Union
A l'Ombre du MATIN
La jolie .conlrence El dite
ivec lui de douce motion el
de calme modestie. Lo grand
crivain qu'osl hichard Cons-
tant tl qui, comme nous tous, a
passe par l'cole indispensable
eu journalisme, voquan,devant
une salie conquise, ds les pre-
miers mots, une salle tellement
conquise qu'elle an semblait re-
cueillie,les quelquas hatiens de
marque qu'il rencontra jadis et
nagure dans la belle rdaction
du Matin. Croqu en dix lignes
au plus chacun, ils passrent
tous sous nos yeux, en moins
d'une heure, oui,tous ou presque
et chacun, grce 1 habilet et
au talent d'observation du cont-
rencier, passait de telle faon
que sautait aux |yeux, prcis-
ment, la qualit qui le distingue
de son voisin.
Et ce lurent Kernand Hibbert,
mort trop tt hlas, et qui por-
tait .encore en lui des (uvie.-
quieussent, peut-tre, dpasse
les prcdentes. Stnio Vincent
qui sous des apparences distan-
tes portait l'intrt Le plus Ira-
terne I aux jeunes et taisait ruti-
ler sa culture et son esprit dan
des chroniques tincelantes d<
lorme nouvelle et de mots rare.
Charles Moravia qui Tous con-
sultait a l'art des vers api\
trois conversations et Voua prou-
vait, eu taisant trois sonnets d.
suite sur un su|el donn, com-
ment il esi lacile d'crire en.vers
tacites, clairs et harmonieux
Constantin Mayard, ardent dt
vie, d'espoir et qui d'un bono
sautait d une question politiqui
pour se jeter dans la Ktonm
du Code Hural el de la s'en allei
a Decayette 4 la suite de quel-
que Mu--e tropicale pour revenir
Quelques jours plus tard, avec
dans ses mains brunes, toutes
les roses touflues de Dcayette.
[Auguste Magioire, silencieux et
[rave, et qui n'avait pas l'air d
'inteiesser a ce qui sa disait au-
tour de lui, et qui de temps en
leps.lombau de m tour d'ivoii e
un causait avec Deuiolin.pom
laisser tomber de ses levres.ue-
jligeinineut.quelques moisspin
ueiiemeni cinglants et relire un
semaine qui finit comme pour }
Couver lu suj> i de la piocluim
chronique. Feux Magione, aim
icaube de son dsir de s efLeei
il de sa culture prolo idequi ne
[endimanch pas et qui tiiesau-
Wait, dans des sonnets cons-
peuseaieni ci&els, des senti-
lents sous lesquels ou sentait,
Mquelois, craquer son me de
N>yant. Thomas H. Lechaud,
igre.des yeux globuleux.sous
Uiorsure.juste au haut desen
|s en bec d oiseau de proie, de
jn pince-nez qu'il enievait dt
p en temps pour l'essuyer
c un morceau de papier tin,
une larme l'embuait quel-
jofois, en coulant chacha qui
lisait trs mal, par ce que
mu lui-mme, uue de ces
cessions qui tait comme des
rceaux saignants qu'il s'arra-
M de son ccaur. Lon Laleau,
lt jeune encore, le plus jeuue
de la bande, qui faisait dj de
vers, mais s'en cachait, et por-
tait l'uniforme de la prose pour
ueuas s'entendie appeler pote
par les petites jeunes filles d'a-
lors qui n'aimaient pas plus les
vers que celles d'aujourd'hui.
Tous passaient, l'un a la suite de
l'autre, comme dans le droule-
ment du plus amical des films,
Flix Courtois, portant dj aa
cur l'angoisse Des deux pau-
vres petites tilles, Ludovie La-
mothe qui, en des tudes sur la
musique brosses^de main de
matre, montra un rel talent
littraire.Paul Laleau, presqu'ua
niant,hene Laleau touftaui de
sant et pastichant, ses mo-
ments perdus, des pages de Le-
chaud.ious ils passrent et avant
^ue leurs noms ne tussent ci es
nous les reconnaissions, de m-
me que nous sentions s agitei en
nous ceux que Chacha n'avait
pas cits pour ne pas alourdir sa
eonterence.et puis les morts aussi
eotr autres Lovelace, ployant, ou
dirait, sous la lourde couron
ne de ses cheveux noirs, Surles,
vtu de kaki et pench sur le
lait-divers qui doit tre sensa-
tionnel, car il est vendredi et
c est ce soir la paie.
Et parmi eux tous, les domi-
nant par uue connaissance ap-
profondie de sou mtier, de son
milieu, el de ses amis, et t une
autorit qu'il s'ellorce de velou-
ter de la plus charmante des
canuiadeiies, Clment Magioire,
celui que Plaisir appelle i)irec,
qui ta^e l'paule du dernier de
aes lypos avec la mme |oie
qu'il a a serrer la main du plus
important des rdacieurs, qui
conte uue blague la porte du
pauvre commis de recouvre-
ment d'un des cafs o il a un
compte payer, puis la seconde
d aprs cite Rostand, Banville,
ilugo, et ce qui est plus rare,
sans les trahir.a moins qu il ne-
vuque pour la joie dlirante de
tous un de pisodes de sou en-
tre dans la vie : son premier
iuei allionle avec la rtdmgo.e
iuu camarade, ou le premier
rticie arraclie a Milliard uuj-
lant ou Victor Thomas.
I Retour de
M. irummon
igPsr le navire de la Ligne Pa-
nama qui est entr dans la rade
dimanche matin huit heures'
est arriv M. (irummon, Charg
d'Affaires des Etals-Unis d'A-
mrique. Monsieur (irummon
tait parti en cong* il y a de ce-
la deux ou trois mois
Noas lui prsentons nos meil-
leur souhaits de bienvenue.
Tous ils passaient sous nos
yeux, divinement voqus, par
tlichaid Constant, dans une for-
me incomparable, simple, com-
me est simple le vrai gentleman,
me forme d'une allure de lou.s
es jours et qui, par mom ni
.mulait s'tre eciiappe du c-
ornent de quelque Livre de mou
ami qu'eut crit un France
qui aurait pass par l;> rdaction
du Matin. En vrit une trs
belle conlrence dlicieusement
pretace par Camille Lon qui,
pour prsenter Richard Cons-
tant au bel auditoire accouiu
malgr la pluie pour l'applaudu
a trouv les mats qu'il tallau,
dvoilant, ce soir-la, pour la
premire lois devant un si grand
public, des qualits d'homme
j de lettres dont seuls ses vrai.*,
amis ont euy jusqu'ici, la rv
lation.
L'Fxcution du Trait
ET LA
Politique Etrangre
D|>S
Etats-Unis. >
V jsj doue bien tabli que
f rsident des Etats-Unis,en
[fo de la Constitution, jouit
I i'rrogitives lucuntesli-
V au polat de vua de la j
?" trangre.
J*'tenant, il importe de
[peter aux piliticiensoppo-
s- qui rvent du boule-
;,n<:nt de l'ordre de cho-
Cl.uellement existant, que
rS'^e pilitique sous le-
s vivons et qui pro-
cure au pays des rsultats po-
sitifs est issu des obligations
rciproques dcoulant des sti-
pulation ^ expresses et de l'es-
prit du Trait conclu entre la
Rpublique d'H a 11 i ei les
Etats-Unis d'Amrique. Ce
Trait est la loi qui rgit et
3ui ltrmine les relations des
eux pays. Sans doute, la
situation ainsi cre a un ca-
(1) Voir le Matin 17, W, au et
UPrrler M*.
ractre transitoire. Mais jus-
qu'en 1930, les engagements
que comporte le Trait de-
vront tre loyalement et res-
pectivement excuts par cha-
cune des deux hautes parties
contractantes.
L'un des principaux objets
du Trait est l'aide que leGou-
vernement de Washington
s'est oblig nous donner
pour le maintien de l'ordre
eu liaiti. Comment peut-on
ivoir la folie de supposer que
te Gouvernement des Etats
Unis puisse se soustraire
une obligation si positive?
Aucune manuvre souterrui
ne, aucun mensonge, aucune
iuteryentiou de Snateurs
ainiicains, d'ailleurs induits
eu erreur, rien ne saurait lo-
giquement empcher la com-
plte excution du Trait et
mettra une fin prmature
la sincre coopration tablie
entre 1 e s deux Gouverne-
ments.
La bonne M vidente de
Washington vis--vis d'Hati,
les obligations contractuelles
positives provenant du Trait,
l'intrt de la Rpublique
aussi bieu que celui des Etats-
Uuis d'Amrique, les rsultats
apprciables obteuus sous le
rgime actuel, tout nous in-
terdit de craindre que ce pays
puisse tre encore livr aux
mmes aventures dont le
IVaiia prcisment poui but
d empcher le retour. Notre
vie politique, lsorm.iis mieux
ordonne, ne doit plus tre
expose aux mauvais coups
du pass.
Uue lection prsidentielle,
sous le rgime du Trait, ne
doit plus nous rserver les
amres dceptions d'autrefois.
Au 14 Avril prochain, le Pr-
sident de la Rpublique sera
iu, par l'Assemble Nationa-
le, comme au 12 Aot 191,
comme au 10 Avril 1922 et au
12 Avril 1920. Voil les avan-
tages inestimables et intangi
Oies du rgime actuel.
JDea agitateurs ambitieux, il
s'en trouve eucore, uous le sa-
vons. Mais leur action mal-
faisante, hier sans frein, la si-
tuation actuelle oppose la
force irrsistible du droit el
je l'ordre. Les prescriptions
lgales et constitutionnelles ,
seules doivent prvaloir.
Que le pays ne s'meuve i
point des clameurs intresses i
d'une opposition impuissante
et noioirement incapable de ;
changer le cours normal de |
notre vie politique. Qu'il ne .
se mprenne pas sur les com-
mentaires fantaisistes et les
luterprctations ridicules don-
nes aux nouvelles de presse
venant des Etats-Unis. Qu'il
soit bieu pntr de cette v
rite que l'attitude, bienveil-
lant*, sans doute, dt quelques
Snateurs amricains m a 1
renseigns, ne peut faire dis-
continuer l'excution du Trai
t rgulirement conclu entre
les deux Gouvernements et
expressment ratifie par le
Snat amricain..
L'aide amicale solennelle-
ment promise la Republique
d'Hati lui sera fidlement con-
tinue par les Etats-Unis, la
coopration loyalement ta-
blie entre les deux natious ira
jusqu'au terme du Trait. Les
nlei et* mutuels des deux par
ties coutracunles le veulent
ainsi.

La fin de la Grande Arme
i^e^'4S,i diss"u,ion d<
m-i....Atgi
...... .,u. tlcs numros nouveaux
Livre* donc bravement et au pius tt n h-,
contre les superbes bataillons 81 M . de"er assaut
Boom, Ninon Valu,, Sletti tJvSSS"' %**
Rues, Sohs, Orchestrs eu h6 Vlcnno,se. Jazz, Fous
plus trouve; a Y^a?Atlj^n^l ^..^retterez de ne
parfaite coJiXjfoS^JgT^ T * Une
de la race ont porte dans tout f. ? S ,? allinil*
joie et du olpjiir dl cat ** 'laa de ,a 8rande
BoS.VrtArX7|^L%0.Ph8 >***** chez
machines. """* aussi sonore W* 'es grandes
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle liraa'Rue et Rue Ferou.
rf
AVIS
Viennent d'arriver par les derniers vapeurs.
Kn E?E e,;,^isst' de W Bouteilles Or 10.25
En venu che* V CQ c,issedt: b0 boul- or W0.
L. Prbktzmann-AGGERHOLM & Co.
Rue du Quai.
-*** -.i
Mvitlvur*
+
parce qu'ils sont digrs faci-
lement; l'amidon est dj
crase parce qu'elle a t
CUITE SANS FEU-
AU MOULIN -PENDANT 12 HEURES
Flocons 'Avoine S Minutes
*& m
%i
La
Un massage la Crama Simon ast una
araasa pour le vlaaga. NI saoha, ni grasse,
mais d une onctuosit parfaite pour pn-
trer dans las pore* de la peau,
ORME SIMON
vivifie l'pldarme, l'assouplit t rehausse l'clat naturel de votre teint.
iSSLS^^aSL T ***-*b W tnoor* moui/l* .prs
sichez Sc une serviette. Elle (en tenir MM poudre... lt
POUDRE SIMON pap.q
E EnSRSft 5JCT; if^l
LA BIRE NATIONAL
DK LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Frotqez votre poche et
votre sant en la buvant
toujours.
RHUM HENRI Gardrc
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
... a vu un jeu ne lieu n.< en-
Ithousiaste qui s'est airltl- avant
hier aprs-midi devant un vieil-
lard encore a^se/jeune. A brle
pourpoint, et tendant vers lui
un crayon et un papier, il lui
dit :
Avez vous dj lign.
Le vieillard lira de sa pipe
deux normes bouffes qu'il l-
cha veloureusenunl dans l'air,
puis, trs calme, rpondit :
Quoi, s'il vous plat! ?
Le jeune homme se fit mil-
vaincant:
t elle ptition pour les lec-
tions lgislatives et la dsoccu-
nation de noire cher Pays.
Le vieillard sourit. Et philoso-
phiquement il rpondit au | u-
ne homme qui en devinl rveur
Ecoutez, mon ami, par prin-
cipe tl par temprament, je n'ai
jamais rien sign. Car, au bai
de toutes les pits que je vois
ligner, je rencontra loujouri
des noms qui hurli ni d'tre rn-
Betnble, el des noms de gens
qui se dtestent. Alors i quoi
bon. Je lais des vux poui la
dsoccupation el les lections
lgislatives, el e'eet.eroyez moi.
aussi platonique, qae voir, li le,
... i vu une auto qui :I fail
plus de Vingt t'ois le tour d* la
slalue Dessalons, :ui Champ-
de-Mars, el ce, avec une vitesse
tonnante. Celui qui tait aa vo
lant conduisait d'une main r-
veuse, tandis que de l'autre il
taisait de lgers bonjours a des
jeunes filles parpilles sur le
gazonduChamp de Mars.C'tail
dans le clair de lune de ces
derniers jours...
*

... le voit passer chaque api o-
midi, la mme heure, antre
quatre el cinq dans sa luxu
use voituiael qu'il conduit lui-
mme. Il va un amant, peut-
ire par prudence, el pourvi-
in de contrevenir uux rgle-
menta de po ice, (l peu! cire
aussi, pour pouvo i mieux ad-
mirer les jolies ilhouelles qu'il
GToiia en panant Toujours trs
frais, il arrta ss voilure devant
le Grand Htel de France. Il y
pntre el assis une table il
tire des grogs avec quelques ca-
marades choisis, et antre deux
punchs exquis voque pour t ux
des souvenirs de Parti o il a
vcu presque la moiti de sa vie.
De temps e:i lemps, dans sa
voix, passe, au milieu de ces
vocations, quchp es petites bri-
sures nostalgiques qui disent
bien qu il a la jrrand'ville dans
le sang et qu'il se sent mourir
ds qu il en est loign...
i a
... le voi't passer, toujours Irais,
malgr ses quai mie mis pass.-.
Le matin il est ; ii Bord -de-un i.
s'intressant la politique bien
flnen'entaisan pas ceqn'ildiU
Et le soir, attabl au Bar Ter-
minas il l'enquierl des nouvel-
les du jour, critique une m< su-
re qui ne lui lait pas plaisir ou
culbute ses intrts, el rentra
chez lui heureux de sa journe
avec l'espoir que celle de de-
( main lui apportera du nou-
veau... Car il connait le pro-
verbe et quelque lois mme il
le rpte: Les jours se suivent...
*
... a vu.au bas de la rue t'avt,
une jeune femme velue coquet-
tement d'un rose qui sembla
avoir l vol au printemps c l 4
l'aurore. Jolie, lgants mme,
mais pourquoi au coin de ion
sourire avait-elle fich celle
norme pipe d'o elle tirait pour
la lcher dans l'air cette Ionien
paisse et qui lenlsit si mauvais?
*
... s rencantre.jeudi soir, tteV*
i c avani ou apie la pfuie? une
bien jolie femme qui condoieail
son auto btlenaamanl emmnou-
tl i- dans un manteau d'hrver.A
l ;iouv alors le legrets de n u-
voir jamais pos ses regards sur
Un des Imitons de la belle capi-
tale o,dil on, en hiver.lts fem-
mes sont plus accortee, plan
sveltes et plus belles.


H\GE2
LE.MAT1N- 25 Fvrier
19)
W%l
Un movi
avec un
l'nits i'tiere
I u ivimi avec u,i
>|\|l llll II V|l\ 1,1 |l|i"
ilii Parker de bureau est
lit HthtN 'I Ifl In
Iran. La ilinimir lu
l'in ki'i iMiwlol le bureau
csHiIrrnmrrlie n stylo
de uoclir.
Ihuiauih'/ .i *!r-' ilhin-
bulfur |miir celle fonne.
nclusnemcnl ater le /^
l'iirkenle BlTMl
it\l0S fcOIll
dans le
|>ri\ in.
Ferme tara de la session E\tnnordi-
uaire du Conseil d'fclal
llfef au m, a 1<> lienres, le
Cabinet se pieseiilait au complet
au Conseil d'Eu t. A l'ouvtilure
de la se a uce, le Prsident du
Corp donna la parole au Secr-
taire d'Etal de l'Intrieur qui lut
un Arrt du Prsident del H-
publique.met ant lin ;\ le session
Extraordinaire, ouverte le 2U
Novembre dernier.
Aprs l;i lei ture d cette pi-
ce, M. Charles de l);lva. Minis-
tre de riuirieur, dans un bref
discours re.nwrciiiles Conseilleis
du Concours qu'ils ont prt au
Gouvernement au couis de ces
mois de travail et les assura le
loute la considration dans la-
quelle les tient le Gouvernement
de la Rpublique. ,
Le Prsident de l'Assemble
M. Kob.nson se leva alois et d-
clara qu'en vertu de. l'Arrt
dont lecture venait d'tre donne
a (Assemble, les travaux du
'.ohm il < iit.it sont clos.
*
..
fbtkerT)uofold
Parker liuoiold d Bareau.
LA
Commission
d'Enqute
VathingtoQ 15 lvrier. Les
principaux membres de la Com-
mission pour l'tude de la si-
tuation hatienne partiront du
Key West Fia., sur le croiseui
Hocliester le 25 lvrier et
plusieurs stnographes et assis-
lauU'ftnogrepnei I a s s e r o ni
New-York sur le steamer Ancon
mardi prochain.
Les passagers de l' Ancon
seront: lies II. Harkalow. un
ancien ollicier du service tran-
ger, qui sera le secrtaire de la
Commission; Kernand L. .1. Du-
mond, mi traducteur prouve
des Cuntrencea et Commissions
internationales et cinq stno-
graphes du Dpartement d'Etat :
Sera G. Nierling. Marguerite II.
Roddy, Merlene Everett, Giee
N. Carliste et Germain Tougas.
A bord duRocheeter se trou-
veront : W. Cameron Porbes,
prsident de la Commission;
Henry F. Fletcber, Elie Vezma.
.lames Kerncv et William Allen
VVbite.
Voyageront avec eux : .lames
Clment Dana, du Dparlemsm
d'Etat, Conseiller de la Coin
mission; Dr Victor G. Heiaei d<
la Fondation RockUller, qui
sera le Conseiller mdical del
Dlgation;Charles II. Marshall,
de la Maison Butler. Herrick
and Marshall New York, qui
conuait partaileraanl le tren lis;
Werren il. Kelchner du DApar
ttment d'Etat, qui sera secr
taire-assistant de la Commission
Robert C. r\edmayae,secrl i re
stnographe et Richard R
Slrong, au're aecrleire-stno
graphe.
i. |, u iagi ra de IAncon
annoncs il ma c le dp :he
sont ariivi i ivanl hier diman
che.
Qu ;l | les uns so.il a 1 Htel
Excelsioi.
uArrt
BORNO
prsident (te la Rpublique,
Vu l'arrt du 2U Novembre
1929) convoquant le Conseil
d'Eiat en session extraordinaire;
Considrant que les diveis
projets de loi ou Pouvoir Exi-
cuul exigent des,etudes approu-
londies que le Conseil d'Etat
n'a plus le temps de laire avant
l'ouverture prochaine de la ses-
sion ordinaire, et qu il devient
par consquent, mutile de pro-
longer la session extraordinaire;
De lavis du Conseil dis Secr-
taires d'Eiat.
^AURhTE:
.aTlIc!. La session extra-
ordinaire du Conseil d Etat ex-
erant la Fuissance lgislative,
ouverte par Arrt du 20 No-
vembre 1929,est ferme le lundi
21 lvrier 1930.
.|Art. 2. Le prsent Arrte
sera publi et excut la dili-
gence du Secrtaire d'Etat de
I Intrieur.
Donn au Falais National,
Port-au Frince, le 21 Fvrier
1930, an 127eme de l Indpen-
dance.
BORNO
Par le. Prsident :
Le Secrtaire dElat de 1 Int-
rieur et des Travaux publics :
Cn. DBDELVA.
Le Secrtaire d'Etal de la Justice:
Cn. RIBOUL.
Le Secrtaire d'Etal les Fi-
nances et du Commerce,
F. SALGAUO.
Le Secrtaire d lai des lU-la-
tionsl'^xtrieures et des Cubes:
A C. SANSARICQ.
Le Secrtaire d Etat de l'Instruc-
tion < ubbque, cl l'Agricul-
ture et du Travail :
Eue LESCOT.

Le Monde
\aissance. Mr Dieodoon
Pierre et M il une. ne Gabriel
fout le plaisir d'annoncer a leurs
amis la naissance de leur ti s :
Grard.
Vcrotooie. Une dpche
adresse au MATIN annonc la
mort du 1> Li'.on Cabch qui
hisse de profonds regrets d ns
la so ii g meleien le.
Sincres condolances aux
to oui < i.
L lied amour
Parisiana
belle Bfclle dimanche soir
Parislana. On pouvait peine
circuler l'entre-tilm. Cela se
:o nprend d'ailleurs. Le film que
la direction nous otlrait est un
V! ti chet-d'uvre de tout pre-
Dier ordre. .'.//< d'amour c'est
a Core. La plnsgrenda partie
la film se , isse en eftel a \j icio:
.laude France y est ingalable.
I |ue ce soit en se promenant
Bichi, qur ce soil dans sa
belle ville, aux moment | d'an-
liese comme aux instants de
volupt etdamour.elk'lulsaisis-
issante de vrit, criante de
beaut et la salle qui s'y con-
nat ne lui I rien mnag du
succs qu'elle mentait. Michi lut,
lui aussi, ingalable, et Mistin-
itdans la scne de la Revue
le soir de la tte inaugurale de
i il ispice. Un film que Ton ne
peut pas se rsigner ne voir
qu'une lois et qu'il taudia bien
nue Taldy sur les nombreuses
,1 n m les qu'on lui en fera, re-
donne cette semaine mme.
"Macknndal
Comme nous l'avons dj an-
nonc, ''est irrvocablem-iii le
samedi 8 MerBjprochain que se-
rs repris sur la scne de Cin-
Varits, par un groupe de ta
lentueux acteurs,, l'mouvant et
patriotique drame de Me l*oar-
din Vieux : liackandal dont 1 -
loge n'est plus leire.
Qu'il nous sulfii d'ajouter qn-
les rptitions vo t Fur train t
que les principaux rles sont
tenus par des artistes dj con-
nus et aims du public.
^Les cartes aux prix de 2 et .>
gourdes seront mbes envitiu
ds demain.
HorirLine
L : S S a larie Horoi.venant
de Kingston et des ports du
Su.J. touchera Port au Prince
vers le 3 mars a.o.tle pas
pour l'Europe via le Nord,
prenant fret et passagers
RE1NBOLD & Lie, A^euts.
Potion-Ville n'a pas
d'iieure
A !a suiie de notre entrefilet
d'hier, le sympathique Admi-
nistraleur de la paroisse de I i-
lion-Ville, le H -v. Pre V m
I ipbqu qu'une
e importante use dan,
F horloge de l'Eglise rie St Pierre
l'eel casse et que jnsqu'iciil D a
pu trouv.-r un ouvrier pour la
rparer.
II sera ob'.ig, nous dit il, de
demander cette pice l'Etran-
mi, pour quelque temps,
,on:Ville sera prive d heure.
Un accident
k la Hasco
. Hier matin, la Hasco, un
ouvrier du nom d'Erik Polch
tut victime d'un accident mor-
tel. 11 tait quatre heures du
malin.au moment o il se pi
parait s'en aller chez, lui, car
n tait de garde pendant la BUit,
une barre de 1er se dtacha du
plalond et le l'ruppa en pleine
poitrine. La mort lut Instante*
ue.
Les constatations d'usage tu-
rent laites par le Juge de Paix.
Le Dpartement des Dbouclas
publi la note suivante :
ATTENTIO.V EXPORTATEIRS
bfc loto* :
Nous venons de recevoir de
noire Coneul Puigoid a Liver-
pool la, note suivante concer-
nent le, COtOD d'Hati a Livei-
pool : ^...
Je prends cette occasion
d appuyer sur votre Dparte-
ment 1 avantage de taire votre
possible I gard de l'aruck co
ton, pour supprimer le mlange
de pile S f intrieur ,des balles.
u C'est d entirement au
manque de som ei non la
iruue,cai i article pesc ns peu,
mais d aune part pendant la 11-
lature elle se mlange avec le
coton et c'est presque impossi-
ble du la sparer, ce qui milite
ires loriement contre l'intrt
croissant que le coton d ttaiU a
^iodut dans ce pays ptudanl
vs quelques annes uussets.
u Dans mou avis celle plie
Vleui, dans piusmurs cas, des
cordes que 1 on use poui alta-
bttel lessi.es el les Ualics Uans
lesquels on embalie le colou
quuiid il arrive sur le mai elle,
et une Mleuuon koigneuse a
celle atlttire parai raii certaine-
ment ua uesiiaDle.

A partir du moiiem o elie ltu sa
premire app.ri.ion dans n'iap.rte quel
,)aysb PACKARD p.e..d une lois l'or-
gueil de la Place.
Aucune au>re automobile n'ijamau
discut l'autorit avec laquelle la Pu.
kard maintient sa position Et, il est
tout fait certain qu'aucune autre aulo
dans le monde ne p ut offrir la mme
valeur quelque chose se rapprochant
du prix de la PAl KARD.
ASK THE MAN WHO OENS ONE.
PACKARD

Anton KNEER
Distributeur
RUE PAVE. (Port-au-Prince, Haiti). PHONE, VU.
MM
U MEXIQIE
L'UI d prsident. Le port du
roeher.
Mexico. Lee mdecins soi-
gnant le prsident Kubio d-
clarent que sonlal est satisfai-
sant. Us lui interdisent toujour
de parler jusqu' ce que la bles-
sure qu'il a reue la mchoire
soil gurie.
La police de Mexico a som
mene A arrter les civils dan>
les rues pour s'avsurer qu'ils n
portent pas de revolvers. Seul*
les militaires, les agents de po-
lice et les personnes qui ont une
autorisation spciale, peuvem
avoir des armes sur eux.
Pari
CE SOIR
Titi Ur
(Suite)
Rufialu llill
( Suite )
Entre : 0,50 ; Balcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
Belpheqor
iLe Faiiioiiir du Leurrei
( FIN )
Eulre: 1,00 ; Balcon : 2.00.
Messe de Requiem ,
Les RR.PP. du baint Esprit
et I*Amicale des Anciens lves
du Sminaire foui chanter, en .
la chapelle du Sminaire, le
mercredi 36 du courant 8 j
heures du matin, un service
de Requiem en mmoire de
Charles M. Dupuv, Je son vi-
vant, le dvou Trsorier de
l' \ssociation.
Les RR. PP. et l'Amicale
prient les anciens lves du
Sminaire et les amis du col- ;
lge de bieu vouloir assister |
celte pieuse crmonie.
Port-au-Prince.le 2 Fv. 1930.
i
Les malfices
du chiffre 30
Les annes qui se terminent
par le cbillre 30 semblent tre
destines connatre de grands
changemenlsel des vnements
tragiques.
Lst en 1830 qu'clata la R*
volution qui dtrna Charles X
et celle qui valut on indpen
dance la Belgique.
'est en 1830 encore quVcla
trent des rvolutions au Brun
swick, en Saxe, Varsovie.
C'est en 183o, encore, que lui
proclame lin dpendance de In
Grce.
Jeanne d'Are lut captaie en
1490. L'empereur de BosbIk
Pierre II, lut dpos en U3Q,
Ku llSO, un tremblement de
terre se produisit i Canton, qui
conta II vie a 6.000 personnes.
La France lut ravage par lb
peste en 1630.
Enlin.d'aprscertains calcul.
c'est en 313j.avant notre r qu^
se produisit le pire cataclysm-
qu'ait connu notre plaute : k
Dluge.
1rs Neaibres le la Cliitmbrr de
toiamerre le lleulen ion! reus
a la l'i sidi'iirc
Lundi matin, accompagns de
vi>l.Estve,de Matt^is.G barra,
e Boss-!, des membres de la
membre du Commereede Hous-
ton ont t conduits au Palais
le la PrsidenccHs taient deux
cents peu pu-vils turent reus,
lans le grand salon de rcep-
tion, par le Prsident de la R-
publique Un comit choisi par-
mi ces merabr. s s'entretint pen-
tantquelquts minutes avec le
'rsident de la Rpublique.
Deux speechs lurent prononcs
et tous deux lurent trs vive-
ment applaudis.
AVIS
Les cranciers du sieur
Elias A Massih, commercent
eu tuile depuis le 23 Avril 1920,
sont invite une dernire fois
se prsenter an greffe du
Tribunal de Ire Iust uce de
Si Marc, le madi 18 Uvrier
lV.30. 9 lie tires du matin, aux
lins de procder au partage
! la valeur deh-iteeut vingt
cinq dollars (or 825) mise en '
dpt au magasin des Reim |
bofd Co de StlUr contor '
memeut au dispoe. il d'une
rdonnance de Monsieur le
Doyen du Tribunal de Ire Ins- j
ta uce de St Marc, a prs la vente J
les marchandises inventories [
au magisiu du sieur Elias A.
Massih.
( Sig ) R I, rc');.'
, ,. M. I ilm a i 1 ;<--
lii.ioS. ]
W
Assarcz-vous centre accident
la General Accident Fire &
Lite Assurance Corporstion Li-
mited . Vve F. Bermingham,
\gent Gnral paur Hati.
Nouveau Cours pratiqua
D'HYPNOTISME
SUGGESTION
^ par I* Prol. . J. IMAIIO
Jn\Tagr absolument nouveau, qui, en
Senaii compte iUh dcouvertes rcnlti
le l.i Science, su mettre ITtj pnotlsme
et I lUtgestlon la porte de tous.
Indispensable eeiix qui veulent riusiff
J beau volume i.'luslrr, par polie iwwimM*
_______Prlu aa Franc
TRAIT BEJIWCELLEII
MAGIE PRATIQUE
par Prol. M. J. SIMARD g
Klude approfondie el dorunicmW
des Qrandi Mystre*
l.'Occultisine dvoil cntl(',r""'roa
U. Un* N> V> mint **3
/ (min volume lliutri. par pot' '*"
Prix t a a Franc____J
l.e catalogue gntrnl i i Int "/"' ""-
Adresser enrnr'HIFI(fea Librairie MTR. 12. Rut ii Chtrai. P"*
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes <2A
\ INS TRS SOIGNE METS CHOISI' P. P. PATR^


le n>t- :: itM ( in<
L BAZi4/ METROPOLITAlh a le
plaisir dannona sa Clientle que son
"Stock est renouvel chaque mois.
En ce moment elle a en Douane les articles suivants qui seront
en magasin au moment o cet AVIS paratra
l-Biscuits Jrais de la fameuse marque t LOSah WOfc "pi diifrentes varits
nouvelles, sans compter tes autrts varits connues. "trt:n'es ^arwm
2 Des bonbons et chocolats d'une plus grandes marque LOFT. fcV. ce moment no s
sommes les seuls a avoir un Stock de bonbons absolument frais, y compris les fumeuses
boites de rroiti coulas lianais en boite dnne livre,se vendant un pri.v dfiant toute concur-
rence.
Z,~l>ource qui concerne les cravates ; nous ne les avons nos encore vues, mais par 'et
six prcdent** expditions on peut juger leurs nouveaux dessins, et nous pouvons affirmer
quelles seront encore plus pmes et plus lgantes.
1-Chemiscs et hiujt Lols de la marque sans rival .IDE, l'une valeur spciales qui viennent
d'arriver nu prix de Or 2,50 avec deux cols.
_ hou recevons par chaque bateau des marchandises fraiches (Fruits [et Lequmes),
sans compter notre stock d articles d piceries.
Actuellement nous avons les ptes dentifriee de la marque ADS fabrique, s avec du lait
de magnsie l'ancien prixjtail de 30 centimes pour la pde seulement, maintenant vous pouvez
avoir un tube plus une brosse pour ;es 50 centimes. Garantie absolument fraches.
Visitez noire comptoir de Boissons
C i cme la glace, Kola, Coca-cola,
j Orangeade etc.
m
V\
' - .
AUC
s
ALL
ven-
La peau m- Hamburg Amerika Line
(JUCUoC IlCCLv>~l Te navire Cuba , venant d'Europe, est attendu ici vers
" .< le 26 courant, partant pour Santiago de Cuba, Kingston etc.
site ce savon ,)rcDat ,rt cl p*"8^-
REINBOLD & Cie., Agents,
II agit doucement sur les
porcs de telle laon qu'il tait
Colombian Steamship
Company Inc
Ce pneu dpasse en du-
re toute garantie, niais
nous le garantissons en
tiremt ni comme tous
les PNEUS FISK
COUDS que nous
dons.
Ds qu'il vous,
'audraunpneu
passez chez
FRANCK J.MARTIN

Distributeur
PLACE GEFFRARD PHONE: 2139.

L. Th. LAFONTANT
I
Le steamer Martinique venant de New-York via les
ports du Nord est allrndu Port-au-Prince le 26 Fvrier
ourant. Il partira le mme jour pour Petit Gove.Mirasone,
corn^ ereraie, < ayes et Jacmel Le steamer au retour ter.? tous
a Dean il rii.. .T f - L* por,s "^rmdiaires route pour New-York, olrant
ia peau. 11 dissout toute trace du til.
alet et aide la peau | Le steamer Bolivar venant directement de New-York
est attendu Port au Prince le 25 du courant. II repartira
! mras jour pour les ports de la Colombie, prenant trot et
passagers.
Port-au-Prince, le 21 Fvrier 1980.
Mmlombian Sleumship Company km
GEBAUA & Co, Apot.
tre tendre et douce.
L'Exelenio
Savon de la peau
Produit une mousse paisse
excellente. K
l'adoucit et enlve les ru
51 f.etHton;lie ,e cuirche"
veu; 11 aide donc maintenir
Watde lu sant.
En vente ihez tous 1 es dro
JO'Sles. | our 0,30 centimes
ulement. Il e*t expdi ds
pilon du prix.
AElE^TUfjVjtDJC|Nt
lr,AK, COMPANY
U^J GE0RGIA U.S A
X ^mands.. pour tous
^Pourrsm,e,.ns.;ents
Accessoires pour automobiles
tiasoline. Huile, Accessoire*et Pices de Hecnange pour
Vutomobiles.
Les meilleurs pueus et ChambresL airfl pour toute anto
uU camions. I *
Italie Gardiner 1
No 1638, Grand'Rae. Port-au-Prince. (Hati
Iiatb M tir/Ha*01'"':'S'hnsX
BoulMK^niont imiu^Jiat t j(ii0.is< sji les I
Globules Rb&ud I
Rsultat! ni<-rv-lll"iii,siir|in'iiani-. m 1
Toutee Pftarmacie> OemuvM-r Mottco
C DAUCHUUX, .7. Hlk t ct il
Bola-colouibaa (IiImI
F r IJ
* chez b?i'pv^ tommn-
4PIH l'WI,
il SI IIUIII U(
LE NOM SEUL SUFFIT
PLe,Rhum Barbancourt,
consacr par plus de 50
annes de suprmatie, n'a
pas] de rivai
Toutes les Polices g
DE LA '
The Royal Mail Steam
Packet Companv
Le steamer a Sea Vicloryi venant de Londres via Kings
ton et les ports du Sud, est aitandu ici vers le 20 Fvrier,
partant le mme jour via les ports ilu Nonl et pour l'Eu-
rope.
Bit prescrit /unir grippe, i
froidissements, dengut, /lile, lit
vre et naludltme.
Ciil bi pllti r i > / en ff
>*

Le magn.q.e bateau toimste S/3 Araguaya 1 est.atten
du dut-au-t'rince samedi 15 Fvrier venant de Kingston,
et pai tira le mme i ur, cinq heures de I aprs midi, via
Nasiau pour New York, ollr inl ainsi une excellente occa-
sion pour un voyage exceptionnel pourNew-York.
Pour tous reuseiguemeuts s'adresser
I. J. BIGIO
Agent Gnral, Phone : 2811.
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
4e OELORT, Pharmacien,
U9, Hue Sint'A.ntoina
C'EST LE METI.EU"
OES PURGATIFS I
PORT- ATX~1=XH ISTCTTS
Ait.PETRIS; Pharniaele ALBFHTim
Phau^cin AaD* Joatla /Iai
f tOHl
comprennent la Protection contre la
^ Poudre sans euam^ntationde taux
II?__I.B.,.^!,./).. ?
I
Eug.LeBoss$Co
Agents Gnraux
S A. de MATTEIS & Co, Agents Goi^uJ


'^rJ../ s ; "**-<%
Lundi
25 Fvrier 1930!
?3emc ANNisE 1^8929
t uii-au-Priuce
Tlphone : 2242
4 PAGES
' Pagol
Energique antiseptique ur in aire
4 --
4jf/t o(t et ra?scolemnf
Supprime ! douleur
rf te mtet'oit
vite toute
V* PafffD) dKon i rajeunit !<* tisue de*
voir urliiniri-v qu'il re-
met cocnpN'irtneni ft oeuf
T. lUguUtlt I0U3 In ir.
c ta* qui le* h aiment.
VAMIANINC
Lfftr'. MktlitlM ** la P4u
pro4u' i< ifat/iewi

H' >\ M.
I |M Mllllk >>.
PAf.EOI. est sans pill poux les gonocoq1:*.
hoirs Ind.'.-.liatle dos voira urins'it
. Le PauAol. qui d-
congestionne les mu-
queusi-s ii> voles art-
nuire, renouvelle les
tissus, (rrc* S un ra-
jeunissement complet
des cellules Le Pagol.
meurtrier non seule-
ment pour le gonocoque
partout o 11 asiate,
mala encore pour tous
loa autres microbes,
auxquels ce dernier
rut s'associer. sufOt
tout II est le fonde-
ment, la base du trai-
tement de l'arthrite ou
du rhumatisme blennor-
raglque. parce qu'il est
celui de la blennorra-
gie elle-mme
D' HkBTmsn.
et ilalrivilU
ruM Chatetaav 3 v*,,n
Panama Railroad aSteamship Une
Service de fret ei d &**&*$
WWYOlWCIT ,..'usr0BVL.uANAL.ZONEeUPOKrSdela COlh
nf.wyohk.ci a. r*jwjwoE jsua c(r2
'

Insurance Co
Une des plus foi les COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Aoents Gnraux
i.\ FRAM'.E
Hfs.Slll.Li.mi A l> son! rqrseul^:
Pjrf les misons s-m h nie : 8
IGrlatley Hanmey A Co
21 Roede lu Uepuhli J i
Marseille
HbrnoPbron ftCieLt
[5'. Quai Georges V
Havre
Hkhnu Pehon & Cie. Ltd
l'.ue du Moulin vapeur
IJoulogn s/Mer
Hf.hnu pFRONCie. Ltd
rl\ue de Mirais
Paris
Hkunu I'f.ron & Cie. Ltd
Rue de la Tranquillit
Dunkeraue
Hernd Prron & Cie Ltd.
Bue Roy
Bordeaux
COPENHAGUE
DanemnrW
Mrs. E. A. Ben dix & Co.
21 Allengade, Copenhague
;genes
Italie
Mrs Henri Cbt & Clers'
Piaz/.a S. Matteo. No. Il
Genva. Italie
Oslo, Norway
(International
SpeditionsseJskad
IlAMBOCRO, (jERMVNY
Atlfttific Freight Connny
Billintraus, Hamburg
erai any
k Gottource Swn-vrEnEN
Nordisk Express
Gotlemburge.i fcweeden
Rotterdam, HoLLAsna
:Mr. H. Vogemann
Rotteidaro.' Hollande
Pou.'
DENTIFRICES
is a ee. J 1 la
SOULAC
,..us les bonnes MatrtMM.
les commandes s'adresser
Mr Georges UNSTANT de PRAOlSE
Ancienne Maison Prsident Michel Oreste.
ue Dants Destouches. Port au-pnnee.
A vendre
Un mobilier complet.
S adresser :
D. P. W. DREIFUS
Avenue N p es del 5e Rue
Phone 2815. _____
On trouvera
On trouvera aux Bureaux dtt
Matin le dernier recueil de M.
kon Laleau, Abrviations nu
prix de Cinq Gourdes l'exeni-
aire.
Cours
JCIassioues
JfSe.ne iJPhilOBOphle inclu-
sivement.
Mlhode sre. Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Cens.
Comptabilit. Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
giapli e avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Fianai^,
de l'Anglais, rie l'AllemaDd.de
I Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Matin ma
tiques aux lves ou en re
tard ou ceux qui veulen1
j|aguer du temps.
Cours de Musique (Solige
Violon, Piano).
Pension Scolaire, SCTU IM
et agiable.avec annexe pour
tndiantS et Adultes.
S'adresser Hue Lamarre,1531.
OU tlphonez au No 2891
pour plus amples renseigne
nieiits.
L'INSTITUT
ITIPPFNHAUER
Mconnu de i rniveisit
Hatienne.
Avis
VOUS TROUVEREZ
[CHEZ il. BALLON! Fils
3 qrandes marques de lit
en fer.
Si minons eompany
Laite Long Ste 1 Beed
Fdral Steel Beed.
Les modles sont des plus
nouveaux, et des ut ix
Nous svons l'avantage de r^^lo
porter la connaissance dl oKe() j|mpi]t CXCCDUO11 LlClS.
Soire aimable clientle, que cl I )>>* > I *^|*^^ \____i__________________
a> m*, en stock les tu-|---------------
I*s u epteurs suivants :
,X 280 CX 281 IIV J7i\
CV XV UX 210 H XOJ
WD 11 12 U 120 U l
UV ii U>222 UX 1I2A*
HOTEL 1AVLN1R
v&^nF$Chambres bien installes.
t-AVt^ Conciliions avantageuses.
sueuaie remplaant 2 tages I .//^//
^aSBwswa [Cuisine excellente.



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs