Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03944
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 20, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03944

Full Text
;iment Magioire
DIRECTEUR
35S. RUE AMERICAINE 135*
TELEPHONE N-2242
9fi------
""L'ei te rep"ol rarement le par-
ler pee.tre* iftvwrt il Iran parler:
mine B9r> el tri>iiir ii- loul !'
uitfidcttil,fl que loul l monde n'en
iralifif pas.
I \ BRI VI RE
,**
23eme ANNEt N 092ri
potT-AU pmwcK aum )
VENDREDI 21 FEVRIER iD '
La Liquidation du Trait
del915M
D'APRS LA DCLARATION DU
PRESIDENT HOOVER (1)
Depuis le trait de 1915, le
gouvernement capable et
table dont parle le prsi-
dt Hoover. et qui est d'ail-
leurs en\isag dans le trait
ui mme, est ralis dans le
lays, peu importe qu'il y
it des gens qui en soin encore
attendre. Ainsi que nous
'avons dit dj, ce passage dt
a dclaration prsidentiel!
'est que la reproduction dt
aiormuledu trait.
Mais, quaud il s'agit de ter-
mes emprunts une langu>
trangre, il la ut se gardei
contre ion le t lusse acception
possible.
QuaDii nous disons,en fian
fais, de (el individu qu'il es>
capable, nous taisons de cei
iniei e condition d un gouver-
nement digne de ce nom, ci
taisant en mme temps allu-
sion aux conditions antrieu-
res de la vie politique hatien-
ne, o, il importe de le rap-
peler, aucun gouvei nemeut ne
pouvait s'occuper srieuse-
ment de faire uvre adraiuis-
rative, en raisou de nos fr-
|uents bouleveisements.
} 11 paratra, certes, tout na
turel que le gouvernement des
ttats-Unis revendique le m-
rite d'avoir insUui dans le
yjys une administration co
eieule et la stabilit gouver
ementale. La Dclaration rsident Hoover ne s'est pa~
propos autre chose: elle a
enregistr une ralisation, au
bjectil le synonyme dins lieu, comme le croient que'-
l Les traits
du Latratt
Clbration du premier anniversaire
de leur sigaalire
Cit du Vatican Le premier
anniversaire de la signature des
traits du Latrm a t olbr]
le 11 fvrier.
Le comte de Vecchi, amba^sa |
leur d'Italie auprs do. Saint-
Sige, s'est rendu au Vatican
ivant midi pour prsenter au
Souverain Pontife les flicita-
tions de son gouvernement. Il
lui a remis en outre un prsent
magnifique, un rochet en vielle
dentelle de Venise. L'ambassa-
deur s'est entretenu galement
avec le cardinal Pacelli, le nou-
ve u secrtaire d'Etat.
Toute la ville de Home est
paviae et pour la premire lois
on a vu le drapeau papal flotter
sur le Castel Gandolto, qui sera
utilis comme rsideuce d't du
pape.
Le roi d'Italie a contr l'or-
Ire de i'Annonciade au cardi- j
al G.isparri, qui a qu li hier j
es toiiclious dt-seeiiaire d'B-
tt papal, Les titul iivs de cet
ordre sont Irai sde cousins par
It roi.
1
ruit, d'avis. En ralit
e terme comporte un sens
essentiellement relatif.
Daus l'espce, s'appliquani
A un gouvernement, il ne peu.
que signifier: runissant les
conditions ncessaires poui
fouverner. ,^-
Nous le rptons, un t e I
(gouvernement est ralis.dan^
esprit de Washington, de-
puis 191"); car, s'il en tait au-
trement, le trait, qui le pr
voit, aurait failli sur ce point,
et le prsident Hoover aurait
introduit une estriction, sur-
tout de cette importance, dans
les heureux effets du truite
numrs dans sa Dclaration.
II est donc enteudu qu'il
lagit, dans sa pense, non de
tels ou de tels personnages,
comme certains se plaisent
"insinuer, mais bien d'un or-
drede choses susceptible d'ad
raiuislrer convenablement les
intrts nationaux. Etcommt
celle administration est, de-
puis 1915,commuue, eu gran
dpartie, entre les deux pays
depuis 1915, une condamna-
tion du systme par le prsi
dent Hoover atteindiait K
gouvernemeut des Etats Uuis
ussi bien que le gouverne
ment d'Hati, qu'on le consi
dre prsid par M. Dartigue-
nave ou par M. lioruo. Mais
personne ne saurait voir uni
telle condamnation dans la
tyon dont le prsident Hoo-
ver a eu s'exprimer au sujet
de notre pass depuis une
^uiuzaine d'annes. Au con-
traire mme, dirait l'autre.
jues-uns, d avoir exprim lin
lesideratum.
Cependant, il taut un peu
considrer comme un defide
ratura la pense suivante : a U
y a lieu d'y assurer l'existerne
i un gouvernement capable et
.table, afin que les vies ci les
proprits puissent t p ot-
yes aprs te retrait. Nou* de-
vons savoir, par consquent,
quelles mesures subsquentes
devront tre prises en coop-
ration avec le peuple hatien
alin d'arriver ce rsultat le
plus tt possible.
Le prsident H oover se
ioule bien que cette adminis-
tration cohrente et cette sta-
Diht sont l'uvre de I inter-
vention amricaine et que, de-
puis 1915, elles sont la cons-
quence directe du traite.
Mais il sait aussi que, le trai- ( original. .... .
.. .(>.)/; ,i I.....I te expirant eu 19.fo.il y a lieu CO[nb:fnj.Htaisnatidetoutcla,
jonc ma bonne amie comme
toutes les jeunes filles que je
tic que ni.lis, tandis que son ad-
mirai 10a pour moi lpasssit de
b_'u. uup celles des au'ras, si
bien que je tinis pa.- me pers-.a- ,
der qu'elle m'aimait un peu Nos
relations taient particulire- i
ment cordiales. Vu soir que
nous dansions ensemble T< r
rasae Uarden, elle me dit, sur
If ton de la plaisanterie na'u-
relleii'ent,( mais pourquoi avait-
elle rougi V ) : C'est dommage
que vous soyez dj fianc, c'est
un homme comme vous que
j'aurais pous Cette phrase
a laquelle j. i*' gure d'uue jeune tille si rococo
dans ses ides me paru), la
lois, bizarre, ose et troub'ante.
J'en ai t trs touch. A partir
de ce moment j'tais absolu-
ment certain dtre aim de
.Vielle X. Qui n'aurait pas pens
comme moi ? Mais, tu vas le
voir, ce lui un amour tout--lait
Voil donc ce que veut dire
J* prsident amricain quand
parle de gouvernement
capable . En ajoutant: et
stable , il considre la pre-
i/r ) Voir le Matin de 8, 10, 12 et
lo fvrier 1930.
de pieu ne des mesures poui
que les brigandages qui ont
marqu notre vie antrieure
ue se renouvellent pas aprs
le retrait de l'actiou amri-
caine.
Ce que nous venons de re
produire ne signilie pas autie
chose, et c'est a tort que quel
ques uns croient que l'exprs
sion en coopration avec le
peuple hatien puisse sigui-
tier que le gouvernement am-
ricain se proposerait, contrai
rement la lettre et l'esprit
du trait, de venir se subsli
tuer au gouvernement natio-
nal, de dcrter, eu sou lieu
et place les lections legisla
tives, de faire lire un candi
dat tu de l'opposition. Uu lel
plan donne la mesure de la
force d'imagination de ses au
leurs.
Non, ce passage ne peut et
ne veut pas dire cela. Qu
veut-il doue dire? C'est ci
que uous allons voir.
CO\TE M "MUET
La fatale
dclaration
de m'assecir la
l'Eldoredo, quand
l* vtnais
Terrasse de .
Iperu, mon ami PieneGr
cut qDi ge djr,geait Ver8 |
""e de billards. C'tait un jeun*
otnme d'ime vingtaine d'an-
H ai8' aPPartenaut une tamille
ute et qUi s'tait fianc a une
aetnoiselle plus ge que lui
ais vraiment sduisante. Il
comptait, parmi ses nombreuses
u*i*i ***nne extraordinaire fi-
tll* inspire par le grand
f noor ea'iT nourrissait pour m
fiance. Je lui fis signe de la
main et I invitai vider un verre
avec moi. J'avais a peine coin
mand deux bo. ks au gaion
que Pierre me dit d'un ton ton
tidentiel : Jean, je vais le re-
conter une histoire assstE dile
dont j'ai t le slupide hros.
Il y a de cela quelques mois,
j'avais lad la connaissance d'une
.eune fille tts intelligente mais
k i rocoi o. Je la voyais tort
souvent, C r ayant quitt le Cap,
..a ville natale, pour habiter
Port-au-Prince, elle tut revue
dans notre groupe. Je l'appeile-
i ai Mademoiselle X..., bien que
tu sois
Tu
meTcamarades m'en tont ton- un pr
ionrs loges, j'en ai souvent re- perdu.
seulement flatt. Et la vie con-
tinuait.....
Cependant, peu de temps
prs ce tameux soir de bil, et
par une circonstance imprvue,
|e me suis trouve en tte--tte
avec elle. Me rappelant ou plu-
tt n'ayant jamais oublie son
trange dclaiaiion, et quelque
diable me poussant, je donnai
une petite entorse ma prover-
biale fidlit eu lui faisant,
mon tour, une dclaration, une
dclaration assez significative,
je dois l avouer. Brusquement,
ans prononcer une parole, elle
,ne tourna le dos et senluit. J'en
lus tellement surpris que je res-
tai plusieurs secondes suis pou-
vo.i bouger, a.irs quoi, je par-
as de mon ct dans un clat
de rire.
Je pensais, naturellement,
que l'incident tait clos el que
nos tis bonnes relations n'en
souftnraient point. Pourtant, je
ue trompais. Depuis ce jour
elle vite de me regarder en
lace. Son amiti et sa grande
admiration que je prenais pour
de 1 amour s'vanouirent a ja-
nais. C'est toul de mme
drle....
Bien de plus clair, mon pan-
ne vieux, lui dis je, avec une
lianthise que me permeltiit
notre vieille amiti, ce que Va-
demoisell. X aimait en toi c'-
tait ton extraordinaire fidlit
qu'elle croyait intaillible. Par
ta talale dclaration, elle lut
convaincue du contraire et en a
t tellement due qu'elle ne
voult mme pas te conserver
ManuK*
ure Ha,
aitie.
de Cigarettes
nne
GBAHA&C0
Les Ciqarette
Dessaliniennes
Colon
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
Grce la finesse de leur arme tout les uetices des
vrais amateurs
son amiti qui,
eviui minent,
n'avait rien y voir.
Aprs avoir aval d'un coup
son verre de bire, Pierre lin-
tourt a jouta, comme en s'adres-
sant lui-mme : Je n'ai pas su
,is un homme trs discret. comprendre le noble sentiment
usds que je suis excessive- que j'avais inspir a cette jeune
t fidwle en amour et que < provinciale et voulant en tirer
rmarades m'en tont ton- ; un profit palpable j'ai tout
palpable j ai
J.l
Co
F, A
mmission
d'Hati
Mlle senilni'|ii ra jnoL,il>;.-tuc-ni U
22 !.'niT a tl .un on h -\ West
WASHINGTON 10
M. Henry P. Platcher, ancien
ambassadeur en Italie, a d lire
aujourd hui que la Commis i>o
prsidentielle charge de t-ir
une enqule sin- la situation en
Hiti, s'embarqu-rait Miami
ou Key West l 22 lvrier
pour se rendre dans l'le.
Il est possible cependant que
cette date soit lgrement modi-
fie car les membres de la Com-
mission n'ont pas encore pris de
dcision dfinitive au sujet du
navire qui les transportera.
Bien que la Commission doi-
ve passer par la Floride, ses
membres ne verront pas le pr-
i ;ent Huover. M. i" tih.r a
d c are que \i. Camra i Foi bel
uresidenl de la Commission et
lui, se s'int entretenus longue-
ment avec VI. Hoover et con-
naissent compltement ses ides
.. |au sujt-1 d'H ti ; parconsquent
' d est inutile pour eux de trou-
bler les vacances prsidentielles.
Les autres membres ddCODD t
MM. I*>e Vxina, James K rney
et William Alleu White se ren-
contreront avec leur prsident
et M. rietcher Miami avant
le 22 lvrier.
AVIS INTIME
i ,es Tomates oui rommen-
c chez BAILEY. Que chacun
vienne se pourvoir de sa sa-
lade pour les ttes.
Len Meilleur*
i*wtr Adolescent*
parce que l'avoine entire
ichc en lment nutritif
a t
CUITE SANS FEU
AU MOULINPENDANT 12 HEUREC
Flocons d'Avoixb 3 Minutes
m*****
...a vu,'lundi matin, traver-
sant nos rues, des trangres qui.
appareils photographiques en
mains, s'extasiaient devant les
lbrmesjjmajestueuses du Palais
National el d\iulres qui adttt*
raient l'tendue ponctue d'ai-
bres du Champ de Mata. El'es
s'en allaient l'une derrire l'au-
tre et malgr les coupa de kla
xon rpts des chaufteuisl "
la Ligne, eliea prfrrent con
Imuer pu d leur proruonadv
jusque sonna I heure de rega-
gner le Vulcania le grand na-
vire touriste italien dont les for-
mes formid..:-! s se profilaient
la-baa sur le ciel d'un bleu dor
de soleil.
*
... a vu d m ne i r -midi
j |a Plai i Le n rlnre des en-
lania qui Iravtisaient d'un trai-
toir (autre juste au moment
oc pai i dea aulomobilee
(|>a dans ce quartier vont le
jptuasonvea i a vitesse stricte-
' u.. ni rg e iie Notoi il
[ verrait ave, p .. i les | i.
[mettre un hou .1 ces jenx dm-
I g,M, u ; u ji i;. ni avoir p mr
I pilogue nnac 1 kntquipeullui
! finir par Jue 1 it pr n.i'ur .

... a regard oint ml v< 11 1-
ciel ges flches un palmier l
raldique. S. mes bruis aient
aux bruits dl ieni du vent et
; c'tait comme une happe qu
exhalait des aons inattendus 1
modernes soua l'archet deque-
que artiste fantaisiste. Mais ni n-
lot le vent se lit plu > fort l
le palmier ne ressembla |>!
! qu' une dsespre qui sang' -
tait perdra haleine sous K s
ont elle n'tnlrevoyai! pas 1
fin.
... a vu un p. lit gosse qui si 1
allant l'cole m.ait un de s s
doigts, le ponci pour Olie plu*
exact. La bonne qui l'accompa-
gnait voilait jouer A celle qui .1
Se rantorit commena par lui
crier dessus <: .(.mine renia ni
rveusement continuai! euccr
ses pouces, la d gra Inl adra -
nistra deux bonnes taloches qui
culbutrent l'enfant. Sauvagerie
paysanne, dira Ion. Certaine-
ment. Mais insouciance etsi
des parents. Commeut peul un
confier un enfant de cet Af
cette bringue atupide el niane V
"
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRfGardre.
*
Accessoii es d automobiles
M FeVrou, ei et* vant e*aa Mlraol a.
Ga/oline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454.
... l'a VU, ehel un de ses ninis.
Il avait me folle envie de jm> D
dre un Rhum Gardre. El l'ami
n'oft'rail pas. Trois fois il se le
va, fil le geste de saluer potu
prendre cong t les trois fois
sous le prtexte de eoi.ter une.
histoire nouvelle il se rassit. A
la fin l'ami devina son mange
tt sans lui run dire fit appoiter
la carafe pansue de Gurdn et
deux petits varies. les deu^e
sourirent comme deus uuguies
et ils se mirent a boire petits
coups sur petits c oups.
... a vu, dimanche soir, Va-
rits, tandis que sur l'eran se
droulrent Us pisodes de I a
Traite des Bit n< hi i un hom-
me plutt mr, 11 qui ronflait,
la bouche ouverte, sur son fau-
teuil prolor.d, : Unmauviiisph.i anl s'avisa din
Iroduire alors ime cigarette al-
lume entre iee lvres entre-
billes. Tout eussitot le or-
nui 1 se rveil'a, surpria et lit n
t< ux, tandis qui de la salit n o 1 -
(aient des rires dboutonns el
des gestes de pn-tonde gi .

... a surpris, d mrncha ap. es-
midi, dans la mIi ncieuse et n -
luncolique Cit > is Morts un
ptUTIt veille ; me qui o;-
Diait sur une icn>Le joi.chte de
fleura aux plaleo diveis l.lle
teit venue, sans doute, pleurer
Suelque cher disparu, row
Kil alors nia son chagrin
une lainie de Iriatese et d-
tourna tout ite suite ue sa dou-
leur m s ugaids habitus dea
apactacles qui d ordinaire non.
rien dmler avec les chose
I aacrea.
s


-
" / N


l'ACiE-2
LE MAliN- jtl Fvrier 1930
.of*>C>y.J.4.44 ,. i
Demain 22 Fvrier 1930 k\ Une vaste I
PARISIANA
"Le Forai"
afair
e
Vuicien auelt termes a t /-
latr dans les journaux unie ri
cains l'incident de ces jours der-
niers lu Cathdrale de Port-
au-Prince :
Troubles
en Hati
Trcnta-el-uii' arrestations
Ml awH-ss INirl :iD -Prire
Port-au-I'iince, VA fvrier.
Tronte-et-unc personnes ont t
arrtes aujourd'hui an cours de
dsordres qui s sont produits
aprs une runion commmo-
rant la mort des IInitions tus le
ti dcembre, dans une collision
vec les soldats de l'intantene
de marine. L'ordre a t rtabli
par la guide nationale.
Une messe commmorative
eu lieu d'aborS la cathedra li
en souvenir des liaitiani tus I*
6 dcembre ; ensuite des ore-
leura ont parl une foule I
400 personnes devant l'glise <
insistant sur la misre du peu-
ple et en blmant le gouverna
ment qui es! soutenu p ir l<'s mi-
trailleus ami il Ils ont
exprime l'espoir que la commis
sion Hoover leur permettrait
d'exposer leurs ides suis avoir
craindre les mitrailleuses.
Des dsordres ayant eu lieu,
uu petit dtachement d sarde
ationala a dispers la loule ei
opr 18 arrestations. 1 es pri-
sonniers ayant t inrnrcis
dans un poste de police,un deu-
xime groupe s'est runi pour
munilester et 13 arrestations ont
l opres pour entrava la
circulation et relus d'obir aux
oidres de la police. Les dsor-
dres ont dur une demi-heure
environ.
Les chefs .de l'onnoitian **-
eu se ni fa police d avoir agi avec-
brutalit et de s'tie servit de
ses btons.La police, de son c-
t, prtend qu aucune des per-
sonnes arrtes n'a eu besoin
d'tre envoye a l'hpital.
Quatre lemmes, arrtes au
Des bandits
oprent
Dimanche inatin,;pour emp-
cher qu'un wagon lut pill, un
gardien se livra une vraie lut-
te avec des vagabonds. A la lin
il rat bless, l>i tte, d'un cour
de pierre, tandis que le chef du
train, M.Arthur Georges tai'
atteint, lui, tu net, Cela se pas-
sait la llasco.
On pensait que c'tait fin1.
Mais dans la soire les bandits
oprrent encore. N'tait-ce le
s ng-lroid du mcanicien, on
eut pu enregistrer un trs gravi
accident.car ils avaient manu
vr l'aiguillage des rails et ainsi
escompt de laire dvier le Irain
de sa roule, ou de la l.iire tou'
simplement chavirer. Ils u'en
avaient pas fini. Ils voulaien
quand mme arriver un r-
sallat dsas reux. Dans la nuit.
ils mirent le Lu nu lot de Unis
d'une valeur de Quatre mille
dollars qui se trouve dans les
ita de la llasco. L'humidit,
heureusementi entrava rvolu
lion du l'eu et ainsi on put s ,n-
ver une bonne partie du bois.
Mais la Police veille. Nous
sommes certains qu'elle posera
la main,un de ces jours, sur ces
h indea de vagabonds et de mal-
faiteurs auxquels la Justice infli-
gera la correction qu'ils mri-
tent.
Chambre de) Commerce
Franoo-Hatienne)
A 1 Assemble Gnrale leum
ii fans le 21 Dcembre 1929, ta
Chambre de Commera Franco-
Haiienne,3r> Faubourg Poisson
niie h yroeed m r*vull
uiMiit du l nsed iTaministration'
lin voici Ij composition : H M.
Louis Teinturier, i rsident, An-
toine Iterviu et Maurice Henantt,
Vice prsidents, Uuy Zuccareili
Secrtaire Gnral, Ernest Fign-
De contrebande
aux Etats-Unis
CHICAGO Le grand jury
ldral vient de mettra en accu
salioo 31 socits et 135 per-
sonnes pour en'ente ayant pour
but de violer la loi de pfonibi-
tio i. Cette dcision, communi-
que M. Oarpenter, fj"Ue ld-
ral, est base sur le dtourne-
ment illgal d'un million de gai
Ions d'alcool de source s gou-
vernementales.
La dcision du jury a t pri-
se sitt que le service de la pro-
hibition a t sulflssmment clai
r sur les agissements d'un gi-
gantesque syndicat existant de-
puis plusieurs annes.
La plupart des personnes et
socits compromises s trou-
vent dans la rgion de Chicago;
cependant il se trouve aussi ds
omplices Ne*v-Yoik, Saint-
Paul,Sint-Louis ei autres villes.
Parmi les entreprises impli-
ques dans cette atluire, on cite
la Standard Laboratories, de St-
Louis ; la Nipola r.omrany, de
Saint l'aul, et les socits sui-
vantes d? N( W Voik :
Allied Drug and Chemical
Company, JoubertCie Inc. ; K.
M Laving Co, Norda Essentiel
Ol Co. C. il. Sehck, Inc., Due
D ug (o et M.iidcn Lane U.ug
Company.
Panama Rallroad
Steamship Lin a
S.S. ANCON est iiltendn
Port au Prince, venant de
New York, le dimanche 23
Fvrier avec :
27 passagers
^j a sacs de correspon-
dance, et partira dans l'a prs
midi du mme jour, directe-
ment pour Cristobal, ('.anal
Zone, prenant fret, malle et
passagers.
Por -ui-i'rince, le 19 F-
vrier 1930.
Jas. U. C.VAN REED.
Agent Gnral
ANNONCE
DU CAMION 1930.
WILLYS SIX
Tr
eassr

ro Thibault, Secrtaire-adjoint,
cours des dsordres pour avoir! Franck FranccsIn.Tre.sorier.Lui
attaqu des agents de police, ont j Nemoius, Cons= 1 juridique.
t remises en libell.
Parmi les personnes alines
on remarque : MM. Victor Cau
vin, secrtaire de l'Union pa-
triotique ; David .leannot, Jus-
tin Sam, lils de l'ancien prsi-
dent Sam tu pendant les dsor-
dres de 1916, et Moravia Mor-
peau ; ce dernier a l relch a
cause de son grand ge.
La ( iiuiMiN-iou ilempile
Washington, 12 f. vrier. La
commission d'enqute pour Ha
ti nomme par la prsidant Hoo-
ver pour tudiai la situation en
Haiti. \ inbarquera le '2."> lvrier
de Key West, Floride, .sur U
croiseur < Uoehester .
La corruption dans les
tribunaux aux
Etats Unis
M. Tho n is C. i C aia A !or-
ney de dis rict, taisant pat du
i lit .i d< a rechei b tir la
corruption qui exisl rail dans
lea tribunaux, vient d'annonci i
que certains avocats v* r 8U S
exerant dans las tribunaux de
la ville taient arrivs ralise
des gains allant juaqu' 1.0011
dollars p >r eemaine.
R, Grain a mme indiqu que
des preuves contre trois de ci
afocata seraien) soumises au
grand jury.
Lescha gea releves co a ren
draient : ai l m t illgale d lour-
nisseun e eau'ions pro saio-
nels, co iptioa de i i icuon-
natras de i |tist)ce et de police
men .
Un nouvel
ouvrage
De Salins AUN
Ce lut, on se le rappelle, un
vritable lte dans le monde la*
'.utiles, quand parut I ouvrag
de noue uni tri co laborateu
.Salim Auu prface par Ulemeni
M 'gloire qui, en des lignes pe-
nlrantes, prsenta le tiuvail o
se rvle il chaque page le ta-
i ut rel te l'auteur.
( I ; apprendra avec plaiaii
ji/une nouvelle sried< Feuilles
puises a'impi iuie e ce d ornent
ci a livre au public proba
blemeni l< mots prochain.
Lu prseuiant nos siucres l
natations a Salim Aun pour
son nouvel ouvrage qui, certai-
nement, aura le succs du pr-
cdent, nous le recommandons
d'ores et dj tous nos lec-
teurs.
Avis Postal
Il est porie la connaissan-
te du uUtiitu que la mou cte j
la NEW TOHK MO & BUE-
NOS iRc-S LINE dsign
pour accomplir le vol inaugu-
ral de Buenos- lires, Miami,
Fia arrivera porlsu piince
dimanche 2S Fvrier courant
1 h. p. m.
La malle i i Ctii
uxasion pour Santiago,' lama-
guey. La Havane et .Miami,
>ejra ferme samedi 5 lues
p. m. piecises.
Taxe affranchissement ;
pour Cuba, .5 centimes de
liourde chaque 10 grammes
Four L. U A. 50 ceut.de Gde
chaque 10 grs.
port au Prince, le 20 Fvrier
1930
POUR AVOIR UNE PEAU
VELOUTEE




'.-!!lBLi!im?'
Une femmn accoucha
sur la route de
Potion Ville
Avant-hier matin sur la roula
de Port-au-Prince Ption-
Vdle une brave et robuste pay-
sanne lut prise soudain dis
douleurs de l'accouchement.
Deux jeunes hommes, accou-
cheurs improviss accoururent
.u \ cris que poussait la future
ma moi > I lui ml assez heureux
de cou ue l'accouchemen'
se hisail dans les cond liona
nom Het, (|i atones
inulet aie in galion venait
u monde.
llseiailde toute justice que
tb accourbeurs improviss fus
i ni toi s deui i ai raine de l'en
. Niais ils
nuand li m
I oin-
ux I.iideau
L'usage rgulier de la Va-
nishing Cra m Exclenlo con-
aervera votre teint aussi doux
et aussi satin que celui d'un
bb. Nous le garantissons.
L'EXELENTO
Vaniehing Cra m
Esl une crme sans graisse
que la peau absotbe. Elle
nourrit la peau el empche
qu'elle se lane, se ride, se des-
sche,ou ne devienne rugueu-
se. Elle couservela peau en
partaite sant.
Procurez-vous aujourd'hui
un pot d'Exelento Vanishing
Cream;en vente chez tous les
droguistes ou directement de
nous sous garantie, corn m.
\ ons tp prte i ez.
Lu nez nous pour avoir un
chantillon gratuit et un livre
de conseils pour la beaut.
E.NELfcN h s mdiun.
O M PAN Y
';;! P-1**? AiLANTA (EoKGIA U.S. A
sr A*e uauciespour tou^
egiibitsi ues, ccom-1
J pau>ieede sou picieus l.adeau. ] l,aVil
(bien tmwaiUoU, J Isftivas pour r
D'UNE TONNE ET DEMIE
ansmission quatre vil esses
Arbre coud
Contre balanc.
:
SUCCEDANT le Camion WIPPET SIXJ la
nouvellejdcsignation du modle 1930 du Camion
Wiilys' Six ajoute des lauriers ses prdces-
seurs par les nombreux perfectionnements
mcaniques.
Un plus puissant moteur, ayant un arbre
coud coutre balanc, avec de grande dimen-
sion, coussinets extrieurs, d'o rsultent, une
plus grande vitesse ef une meilleure perfor-
mance qui sont la dsignation de ce genre.
Votre plus proche distributeur de la Willys
Overiaud sera heureux de vous donner d'au-
ties explications et de vous en laire une d*
monitration de ce, nouveau et .meilleur camion.
Anton KNEER
Distributeur
RUE PAVE. (Port-KuPrince. Haiti). PHONE, 2tlt.
LONGUE VIE
CONOMIQUE
-*-*
-aMaal
Vente par autorit
de Juetico
On tait savoir tous ceux
qu'il appartiendra que le sa-
medi viutft deux lvrier mil
neuf cent trente, dix heures
du matin, il sera piocd
Digneron, Grande Place, sec
liou l'etit Bols, dans la com-
mune de la Croix des liou
quets, la vente au plus ot
lrant et deruier enchrisseur
des effets mobiliers consis-
tant eu une machine biscui's
en 1er, deux ptrins, trois lam
pes tilus, une ple neuve,une
l>o>jUiiie eu tle | roia moules
a biscuits, une coupe p e,
nue boite en ter. un coffre
en 1 ois bise uita, etc.
Les dit; objets seront ven-
dus en vertu dune ordonnan-
ce du Doyen du Tribunal de
lie Instance de Port au Prin-
ce, en date du dix neuf dcem-
bre mil ueulcent vingt neul,
enregistre, la requte du;
sieur Jules Hyswn, dentiste,
propritaire, demeurant et.
domicili Port au Prince,
agissant en sa.doubje quali.
de tuteur de la mineure Car- j
men Lambert, fille lgitime j
le leu Emile Lambert et de j
mandataire geneial de lada- i
me Sylvia Degand, Vve Emile
Lambert, propritaire, de-
meurant et domicilie a Port
au t'rince, assiste du sieur
Louis Cailard, subrog tuteur
de la sus dite mineure, et
ayant pour avocat, M Ed
utr Hvppolite, avec et lion
de Uuiii'Ciit eu .son cabinet.
la charge par les adjudica*
aires de payer comptant le
montant de leurs adjudica
lions sous peine de Jolies eu I
e hres.
i lit ; on a (
i.
AVIS
Les cranciers du sieur
Elias A Massih, commerant
euluitedepiuslc23Avril 1929,
sont invits une dernire fois
se pisenter au greffe du
Tribunal de Ire Inst. nce de
St Marc, le mardi 18 fvrier
1930. 9 heures du matin, aux
fins de procder au partage
de ia valeur de huil cent vingt
ciuq dollars (or 825) mise en
dpt au magasiu des Keini-
bold & Go de StMarc, contor-
niment au disposi il d'une
ordonnance de Monsieur le
Doyen du Tribunal de Ire Ins-
tance de St Marc a pi es la vente
des marchandises inventories
au magasin du sieur Elias A.
Massih.
( Sign ) Heimbold, Gebara,
Ant. M. Talamas, Kawas Hei-
manos.
/ |/
CE SOIR
Pour rpondre aux
breuses demandes :
non
CE SOIR
Ziciano
Grand tilm de
cape et d'pe.
0.50.
Belpheqor
(Le Fantme du Louvre
(Suite) L
Entre : 1,00 ; Balcon: 2 gd
DIMANCHE
Une giande superproduction
L'Ile
d'Amouil
Elgance, somptuosit,
sentimentalit.
entre : 2, 3 et 4 gourdes.
PaSBU CAIKf.lt\T '." .-.NCUES SOI*
l
^.^nETt?E?ATIITtl
<#'v*>7''l :.N0Ua
menltic tauftt *%

,"i&',,".'ir"1 '.iu.I'r,
"n.r,Sr..<:....;,,.-.t.i,ini.lii.
i*
MM
-!,,''-'" * -i>HF. ibHU ronts te S"?-!
'fle/- '.i s.Hariaon:a$.Ht.0i:h>'.'imirafO--**fZ

11 ,
:

r>;

se
it mieux q .
journe av
imeux lax^f ii>t*Y. et
ni

IV
RUIT SALT"
rei^e4#nefjaaois ^ 5*|*.*; L<
.01"


LE'MATIN- 21 Fvrier 1930
PAG ?-3
m LIFE ASSURANCE or nmh
Etablie en \W.
M
>

lue Grande lnslilulioii Internatkmale
Autorise par les Gouvernements suivants : Le Dominion du Canada, Jes
Etals-Unis d'Amrique, la Grande Bretagne.le Mcxiqueje Chili,a Colombie,
Cuba, l'Argentine, le Prou, le Nicaragua, le Guatemala, Porto-Rico, Sanlo-
Dominqo, Hati, les Antilles Anglaises, l'Inde, le Japon, la Chine, l'Fuvpte,
les Iles Philipines et l'Afrique du Sud.
I
ASSURANCE en force au 31 Dcembre 1929 Or 2,401,000,ooo
NOUVELLES affaires payes en 1929 Or 654,000,ooo
ACTIF au 31 Dcembre 1929 Or 5(>8,()00,ooo
VALEUR en rserve pour les imprvus et plus-value Or 72,000,ooo
DIVIDENDES Pays ou allous aux assurs,en 1929: plus de Or 22,000,ooo
DIVIDENDE SPCIAL D'CHANCE ET EN CAS DE RCLAMATIONS
POUR MORTALITES SONT EN CONTINUATION SUR UNE
RASE PLUS LIRRALE POUR L'ANNE 1930.
LE HAUT TAUX de DIVIDENDES de 1929 RESTERA en FORCE en 1930
LIFE ASSURANCE p flF
SIEGE SOCIAL : MONTRAL.
LESLIE A. RRANDT T. B. MACAULAY F. L A-F. A. S.
Directeur Division d'Hati. Prsident.
Agents Port-au-Prince: Joseph Nadal, J. Pierre-Louis,Sylvio Cator.A HEINL
Lap'Haitien Roney CHENET, Albert BELIARD.
Cayes Vve JANIN1.
Jacmel Emile MAXIMILIFN.
i

>


*>l I li
1 -.'. I ..',.

Vendredi
21 Fvrier 1030
Le
tenu V.N>. N692(i
, on au F rince
.^ v/xtitB
.>**-."*

... i.

DPURATIF au Dr MANGET
Vice! in San|
Varice, Glande
Mauvaise cirruUiio
Retour i
-.
combat
les Maladies de la Femme
SI > lunlHt. crl mMiirl
. wrtMiW. rp4- "">ur '''*.' ""*""
SI .. r.. c.r.iin .jhi ..JF^VlJCi^l de ...;hrraw..
' XL S
___......., ^' TRr* r '.
i.b C.h.r...i. GRANDS PRIX. Piwrt** MftMaM P-*
2 r Vli-no.i.no>. Prt ci i r->*'-nv><"'

I


1
I1IH
: MI II
'M
; If -.7a
3.
isurance to
Une des plus toiles COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
war la Vil
G. Le BOSSE & Go
Aaents Gnraux I
AV. \

Ce ptieu dpasse en du-
re toute garantie, mais
. 0, s |e qaranlissons en*
linm'nr comme Ions
les pneus fisk all
COUDS que nous ven-
dons.
Ds qu'il vous
faudra un pneu
passez chez
FRANCK J.MARTIN
Dislributeur
PUCE GEFFRABD- I>H0NE: 2139.
'' >&& wi
4%m
... ... -..-. nrw * -

Cours
Classioues
12me -.'Philosophie inclu-
sivement.
Mthode sure. Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens. _
Comptabilit, Stnographie
anglaise e'. franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Anglais, de t'Allemand.de ,
l'Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
lit(ucs :>nx lves ou en re

j



B&Tfe


*:*9BBBB
VOUS TROUVEREZ
StT- yM{ CHEZ II. BALLON! h il
Cours de Musique(Soltge, i^,_* l .
3 qrandes marques de
Violon. Fiano)
I ....... i S ol lire, U\ i< 's:
(.| agr, ,| |e,H c annexe poui
)( !-i an i et Ad iltes
s li ni rre.153".
,. |lt : ; *il N '-'s''1
p,ir plu ampli renseigne
l.'l
Hun
TU PI
i de 11 rnivi rs
i : e.
il
Avis
Nous 9 p lage di
port' i a ll> d
noire an b clentli
q0 < n stock les tu-
bes r ' : s s,,n U1
en 1er.
Simmons eompiuiy
[.aile LonqSte I Beed
Fdra! Sfcel Btd!
Les modles sont des plus
nouveaux, et des n
absol 11 ment exceptionnels.

HOTEL r AVENIR
stle frws* j ux I \
nV m X 210 i *
WD l! 12 UX I"" yx
|5X ,:;; c J. '^ Chambres bien installes.
1X2'. UX240 UX1J
^2;,Jrx8,.5 .'m-- Conditions avantageuses.
ipciale rtmp'atnt ^Mrgei II^.^I^
dau""u^r.psRAu/o 6witc excellente.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs