Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03943
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 19, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03943

Full Text
Cl�ment Magioire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N� 2242
�m____"
23�me ANNEt. Ne 6925
Il est'sagr d� ne nettre uimin-
tejsi esp�raace dao.i lateair in-
rerlafi. (|*rini^ortf> m que les hem-
�es �foseront de bous ? Rm h a
im de t�moins et de juges nue
���9 ��'m. |
Anatole FRIME
PORT AU PRINCE (HA�TI )
L'Ex�cution du Trait�
ET LA
Politique Etrang�re
DES
Etats-Unis.
0)
III
Il importe de marquer main-
tenant, en quelques mots, le
r�le du Secr�taire d'Etat qui,
sans poss�der une responsa-
bilit� personnelle, � puisqu'il
est le subordonn� du Pi�si-
dent, � jouit dans le Cabinet
d'une r�elle supr�matie.
En 1789� apr�s l'�lection de
Washington, le Congr�s cr�a
un minist�re des Aflaires
Etrang�res ( Department oi
Fongu Aflairs;; mais la m�not
ann�e le besoin d'un minis-
t�re des A Maires int�rieures
(Department for Home Al
airs ) se fit sentir. Le Congr�s
fondit la nouvelle organisa-
tion dans la pi enti�re, et il
sortit de cette jonctiou le D�-
partement d Etat (Department
ot State ) sous sa lorme ac-
tuelle; c �tait tout au moins
son embryon, car ce Miuis
t�rc qui comprend aujour-
d'hui plus de 700 fonctionnai-
res, en comptait seulement (>
� sa formation.
Ces origines expliquent
pourquoi le D�partement d Lv
tat a des attributions qui re
l�vent, ailleurs, de minist�res
dill�reuls. Il � conserve et pro-
mulgue les lois � ; il a la garde
du grand sceau des Etats-Cuis
et des archives officielles du
Gouvernemental est charge�t
la publication des lois et des
r�solutions du Congr�s, il agu
comme interm�diaire entre lt
Pr�sident et les Gouverneurs
des Etats, etc. � i/autre part,
Je D�partement centralist
tous les services de politique
�trang�re. Les ditterents pays
sont repartis eu divisious.t. esi
le plus ind�pendant des mi-
nist�res vis-a-vis du S�nat. La
haute Assembl�e a r�ussi a st
subordonner lous les autres
services, � exiger d'eux toutes
les informations qu'elle peut
souhaiter, � ouvrir sur leui
fonctionnement enqu�tes sur
enqu�tes, � dniger presque
leurs propres a Ma ires. Mais
elle s'est toujours heurt�e � la
r�sistance desSecretauesu E-
tat qui ont d�tendu leurs se
crets et ne lui ont dit que ce
que le Pr�sident ou eux-
m�mes ont bien voulu lui d�-
voiler.
Gr�ce � ses d�licates fonc-
tions, le Secr�taire ci Etat a
[�ne intimit� particuli�re avec
le Pr�sident, il s'asseoit � sa
commissions parlementaires
au S�nat. Elle exerce un r�le
essentiel lorsqu'un trait� est
soumis � sa ratification par le
Pr�sident. Elle est compos�e
de 18 membres environ. Une
fois saisie du trait�, elle 1 �tu-
die avec tous les documeuts
qui lui sont communiques,
elle demande par �crit des
renseignements au Secr�tai-
re d Etat qui ne les lui donnera
Hue dans ta mesure o� lt L're
aident ou lui m�me le jugeront
convenable. La commission
>era ainsi rarement sausfaiie.
Elle peut se d�placer poui
euqu�ler � l'�tranger, mais et
u'ett pas dans ses habitu-
des.� Son Pr�sident actuel,
le S�nateur Jiorah, bl�mant lt
Pr�sident Cooiuge et son Se
eretaire d'etat pour leur ain
lude envers le �Micaragua et lt
.vlexique, proposa au Senat,eu
1927,d envoyer la Commission
les Relations Etrang�res eu
entier taire uue enqu�te dans
-e pays. Mais ni la commis-
sion, ni le S�nat ne mandes
l�reut aucun enthousiasme.
La ratification d'uu truite
exige une majorit� des deux
tiers qui uesdblieu. pas laci
lement. Si la Commission est
d�favorable � un trait�, elli
laissera dormir l'affaire.-- Au
sein de cette Commission il
laut taire une place priviligiee
a son pr�sident qui est h
ooite-paiole du S�nat aupies
lu Pr�sident et l'interpr�te du
Pr�sident devaut le Seuat. il
joue un t�le de liaison entie
l'Assembl�e et le Pr�sident
des Etats-Unis.
�at�^mmmm
A vendre
Un mobilier complet.
S'adresser :
Dr P. VV. DREIFUS
Avenue N pr�s de la 5e Hue
Phone 2815.
M"- Carmen Brouard
Professeur de piano
Nous croyons le moment lr�*
propice pour rappeler aux per-
sornnes qui d�sirent donnei
une �ducation musicale � leurs
enfants et aux pianistes qui veu
��tiesioeoi. il s asseoit � sa u'7:""f,r
droite dans les Conseil, de |,ent 8e P^t.onner dam leur
CShJiuki il .J.TTa jV�L.Z� ', arl Samuel, il pr�c�de les autres
ministres dans les c�r�mo '
J�es. � Le Secr�tariat d'Etat a
�t� souvent une �tape pour
parvenir � 11 pr�sidence. Jef
lerson, Madison, Mouro�,
An a m s ... furent Secr�taires
a Etat avant de pr�sider.
Le Secr�taire d'Etat peut.
Parla force de sa personnali-
t�, par sa valeur intrins�que,
d�passer le Pr�sident en in
�uence. C'est pourquoi on dit:
�pr�sident faible, Secr�taire
<1 Etat fort.
Le Pr�sident ne discute pis
j�ordinaire avec les diploma-
tes �trangers des probl�mes
Politiques. Le Secr�taire d'Etat
�en charge et lui en .eu�
J^mpt�. C'est aussi par *>
interm�diaire que le Pr�si-
dent communique avec la
Commission des Relations
Etrang�res du S�nat.
. Disons un mot de cette
Commission. Elle est l'une des
plus importantes des grandes
lionale, Mlle C. Brouard, exerce,
depuis quelque temps, le pro-
fessorat.
L'�clatant succ�s de ses deux
r�citals nous dispensent d'expn
quer pourquoi Carmen Biou�m
est plus qualifi�e que tout autre
pour pr�parer de bons pianis-
tes. Pour ceux qui veulent �lu
(lier s�rieusement le piano, I em-
barras du choix d'un profes-
seur ae doit pas exister. T�l�-
phonez d�s aujourdhui au No
.1212 pour conna�tre ses aveu
lageuses conditions el commen-
cez tout de suite vos le�ous.
Vous serez certainement �tou
n�s des progr�s qu'on peut ac-
complir, en peu de temps, sous
sa haute direction.
Nouvelles du
Cap-Ha�tien
Nous extrayons des � Annales
Capoises � : ,
tu am�ricain possesseur de lui�
millions de dollars Hait dans
nos mark
Derni�rement �tait dans nos
murs, M. Andr* I). Decoppet, I
un am�ricain qui poss�de 100
millions de dollars. Il est le pr�-
sident de la Soci�t� qui fournit
de* capitaux � la Compagnie de
Piles de Terrier-Rouge, de M.
rtobert Pelligre*r.
A l'Union-Club, une coupe de
Champagne tut offerte au mil- !
iionnaire et une r�ception eut
lise eu son honneur sur le do-
mains de la Compagnie de Pi- !
tes. Outre le grand nombre de
personnages pr�sents � crtte t�-
te, les danses populaires, les
multiples pr�venances de M.
tMtigrtw assist� de son inlati-
J, b,e collaborateur, Monsieur
wudovic Garas, il y eut un
eniaiquabie discours de bien-
venue de M, Volcy, le chel des
d�liera de la Compngnie. Le
millionnaire a du rendre hom-
mage au progr�s intellectuel et
moral de l'orateur, r�alis� gr�ce
J la paix et au travail r�mun�-
rateur.
l/aelioii des valeurs
Continuant ieuis m�lails, lea
volcut s ont rendu, cette semai- !
ue, une visite nocturne au Ma-
gasin de H. Charles Javaux o�,
da ont enlev� des marchandises
�valu�es a 350 doltara.
La viciime a d�pos� une plain-
te a la police.
Encore une lois, nous prions
1* Garde d'Ha�ti d'ouvrir davan-
tage les yeux sur les m�laits
rop renouvel�s des voleurs.
JEUDI 20 FEVRIER lttfl

Des �celles ou! ele mis sur Bajest
Il nous est revenu que la Jus
ice agissant d'olfice, d'apr�s la
rumeur publique, avait mis ces
|o�rs ci les scell�s sur I impur-
uinte habitation Bayeux, pour
cessation de paiement. Mais cet-
te d�cision, d apr�s nos rensei- .
guements, a �t� annul�e par un
lugement de notre Doyen Mar-
ceau Lecorps.

� �
iiraoaVs�rhcreise a Terrier-Itenge
el a I orl-Liberl�
Par suite de la raret� des
pluies, une grande s�cheresse
�echeresse s�vit dans les coin- i
munes de Terrier Bouge el de
l'oil-Libeit�.
Presque toutes les rivi�res ont
tari en ces endioils et les popu-
lations sont sur le point d'�tre
en proie au mal de la soif.
Nous implorons la piti� du
Gouvernement sur celte triste
situation survenue aux habitants
de ces deux corauiunes.
ii*i�.i
w G) Voir le �Urifi �o 47 et 10 F�-
GGG
Est prescrit pour grippe, re-
froidissements, dengue. Bile, ti�-
, vre et oaludisme.
Ces! te Fl** raoide rem�dt
i 11 �ni�ii �� ii n ! m ,
A Londres, l'alcoolisme
est en d�croissance
LONDRES�Cette nouvelle re-
mlte d'un rapport del� police
charg�e de la surveillance des
cabarets ; il y eit dit �galement
que ./am�lioration des condi-
tions de la vie et de l'�ducation
des habitants sont � la base de
ce nouvel �tat choses.
Le rappoit fait en outre cette
curieuse coutatatiou : � savoir
que les plus hobies parmi les i
londoniens sont des malfaiteurs !
prolessionels, les cambrioleurs j
n.j animent, et les bandits qui
op�rent en automobile. Ceux-
ia ont renonc� � toutes les bois-
sons alcoolis�es afin de conser-
ver leur pleine lucidit� r leur
sang Iroid au cours leurs op�ra-
tions t
�Mackandal�
Nous annon�ons avec plaisir
que �Mackandal� cet �mou-
vant et patriotique drame en 3
actes de M* Isnardi Vieux sera
repris le samedi SmaieSjffs�
ehatfl.
Les r�p�titions marchent avec
succ�s. Ce sera donc une belle
soir�e qui permettra � tous de
passer quelques moments d�li-
cieux et �mouvants. Il y aura
en outre une... agr�able sur-
prise.
Nosa en reparlerons.
d�lC bullt
V�RITABLES
PastifosVAiDA
BIEN EMPLOY�E, UTIliS�tT A PROPOS
C , o PRESERVERA
r^Jf^ *" �"�**Hi m. Poumons *
COMBATTRA EFFICACEMENT
vos Rhums, tf%mM9% CHpps, inflimza, etc.
MAIS SURTOUT EXIGEZ BIEN
LES V�RITABLES
fr$�llB VALDA
vendues seulement
en BOITES
portant le nom
VALOA
�W�
!3�j
*Les pet�U** V�lda sont eo
veute
i harma�ia VV. I3uck � Poil-au
Prioce.
Pharmaeio Bonrrains � Fort
au-IVitice.
Pharmacie Commerciale l'ort-
au-trince.
l'Inrmacie Brulus � J�r�mis
toutes les autres phomarcies.
!scsaign�a:'
i|? pris tes rhumes!
grnec mi Oeu�Mj Guyol tp�cifique par
eicallanaa des
VOIES RESPIRATOIRES
RHUMES .. TIIOUX
>\CII1TES . CATARRHES
/uiections de la Gorge
et dea Poumon�
son� combattu� avec �ucc�i par le
Mi
� - ;i� , ' ""'*kl* r',9l:|"�>''�l'YOT ,t ,fin
, " : �'��<�����*....."�.�/.����/,........
W�0**.....
u.
' '* * 'y :-ma
RHUM HENRI Gard�re
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
m�e des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gard�re.
Accessoii es d automobiles
Rua� F�rou, � o� devant <'�� MlcMiole�S
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres � Air.
etc. etc.
T�l�phone : 3454.
!
... a vu, .vendredi derniar,
combien un* fois de plus La
lontaine a raison lorsqu'il a
�crit de l'enfancs que est Age
est sans piti�. Celait apr�s l'heu-
re des classes. Des �coliers, en
pleine rue, s'amusaient � qui
mieux mieux, et trouvant par-
tout des pr�textes � rire. Sur-
vint une pauvre lemme dans un
vieux iiugjjy. La, la plaisaott-
ria devint presque sanglante.
Une pluie de pierres lanc�es
par ces gosses en ruptuie de
I an, tomba mu la vieille voi-
iine. On ne s'ophque pascom- ;
n.enl il n'y eut ni hlessuies au
visage, ni t�te cass�e, La fem-
me tuiieuse et apear�a courut
au | oste de police le plus voi-1
S1B et lit sa d�position contre
ces �colier*. Ma� P||(. s'expri-
mait lus mal en fran�ais, en-
core plus mal en cr�ole. C'�tait
une levantin*. Les �coliers s'ex-
primant mieux quelle eurent
Hain de cause, parait-il, devant,
la police.
,. N�� n,i �iLne nota pas moinal
celte altitude des �coliers com-
me de tr�s mauvais go�t,

< i
i
... i� vu, avant-hier, vers qoa<
ire heures, une 11 nu ir�ns ai<
bes coca� si. Un journalier iratuj
I ortaN sui sa inouetle lioiao�i
quatre grosses ha�nques vuk
il rongea, Llles �taient attach�e d
a la brouetta pur une ( orde qi>i!
se rompit en cours de route,
Les quatre bamques repiirsnj
ic m libert� it se mirent � rou-
ler tout le loi g de la lue. lh<-
gosses qui passaient eournreu]
.�ip-es elles, et tout ce biuii, .
toutes ces barriques remplir**.,
si bien In i i,e- que pendant que^
[ques minutes elle en fut obi-
Hu�e el que les; uloi et les pa&-'
santa durent stationner jusqn'aj
ce que les barrriquca fuient re-
luises cl ratlacli�es a leur brou-
ette.
� �
... a vu une peli e discussion.]
entre une dSBic 11 un e'liraiIle ui.
bile disait, avec ei.eigie: Chey.*
I.ICIIN Tll. I.AI OMAN i, chez Lu-J
eu n Lalonlaiit. J.ile lit huit el',
m bien que le e luiufleur dut al-fj
1er liiez Lucien I ; fonianl ache-
ler la pi�ce d�lai li�e qui lui;
manquait. El il piofiia de I oc-l
caaion pour faiie son plein de|
gazoline.
� �
... a vu mi coi ici i de samedi
un �tranger, nu sic un certain*-,
ment, qui s'exaltait i\ entendra
la glande artiste qu'est Made �
n.oise Ile Carmen Hiouard. Sot'
admiration au n.oinarit de I |
sortie atteignit jusqu'au d�lire^
et il s'en allait, l�p�tanl, � toil
le monde, m�n � aux gens qu'
Voyait pour la j lenu�ie fois: {
� Avez-vous remarqu� av*|
quelle mailria* elle � ex�cui
celle difficile bi llads?
� �
... a vu, elinu nche apr�s-mieI
au bord de la n.er, deuxtif
ioiiea lemmes, velues de co |
huis 1res claiieset qui sui
double fond bleu que leur lu'
sait lt. Mer tl le Ci*!, se la,'
saienl photogiaphier *n riaj
de toute leur jeunesse. De]
chiens avaient le bonheur d�t
pi es d'elles devint l'objectif,
peut-�tre, pour que ressoi
mieux, leur beaut� �gal* n;;
diil�ienle, une- lois, elles ni
renl entr'ellts le singe de la mil
son... qui en ciia de satisle.]
lion...
*
. * *
... avuquil^a eu foules;
u.edi soir au u; i.eiug de Te.,
iscfCardsn, Ce qui indiqi
. ailtn.eut que l'on ne dcrxaK
de qu'� s'amuse i malgr� e* qi
eiiant las �temels msatislait
Puisqu* l'on d�sire danser qi
ne oanse-t en Je pins scuvei�
| ossible. Ne icuirail-ou p,-|
(*ai sei iliaque >; n � di a le.'l
i;ee GaidenV Lenctioil este:*
ciller t, il y li.il hais et Ion ej
asaur� d avoir chaque lois uf
n.ondfcaussi bombieux que ai'
lecL


PAGE 2
LE M U1N- 20 F�vrier 1030
��n<�> - *�
Samdi 22 F�vrier 1930
*v
PARISIANA
a
�! Nouvelles
des Caves
OITIl
�i
;

!..
I), � Justifia �.
re�u 'a
A |)i opos
deChabancix
Dans I* 'les bel artiete �ni il
chante la luuanye de la conci-
sion, en �!�"�> acci ma no', la tu semblent voisins du
�ilence, l�- d< h :ai h lire qui a ea
la trop toupuleuse d�lica sse
de ne pas signet sa pag< parue
dana un di i o* quotidiens du 17
f�vrier com int, elle le joli po�-
rai* El�gie pour H�l�ne o� Phi-
lippe Lhab.ineix reprend, m i
avec plua d< discr�tion, elcom-
me s'il m�fait une sourdine aux
cord�e de son date, pour citer
Henry Du and, le th�me tini'4
par Lam.i' Une <\:\ s /.'� /. Hugo dan� i.i Tristessed Olym-
pia, et Mnsct dans Souvenir.
Le 'yi o :�, Mna doule, par
dis ractio > Il - ��� tomber un
vers, le sixi�me, ce. qui laii l�-
g�rement claudiquer J � d�mar-
che l�inimnedu petit < Ii t-cl (eu
vvequi i.'alise un tout qiU l'on
ne pt ul dissocier.
No i� pr�nom 11 Ithei !��'� de
reproduite le pot me, en r�ta-
bii s�ant If vers oubli� par le
typo :
t.lr.ii.' peur H�l�ne
Los colouih s u.'i.; � liv'iit sur les toits.
I Les ill�es
Etaient pleines d'essors de robes eu-
[ vol�es,
L'�lan clali des jets d'sau jaillissait
| des bassins,
H�l�ne, el le d�sir faisait battre tas
| seins
De vierge mus l'axar de ton joli cor-
I sage.
Maintenant c'est encorle m�mepay-
I sage,
Il y :i. comme avant, i ieaux
( dans le parc
Et des (leurs; mais l'Amour brandit
i ailleurs son arc.
PeuU�lra seiaii-it int�ressant
de faire remarquer � ceux qui
se lueni � chercher chez un �cri-
vain la petite b�le de;� reininie-
Mncea ii rapport 1res auggeatil
qui existe entre le deuxi�me vers
du petit po�me cit� plus haut :
Les all�es
Une lettre
dul
>,
ipe
Le
le.
Mirerai� piaille s'�l�ve Maire
irrsi ealiessrel i i B.*r en Rssxie
Cit� du V.iiic n� Dans une
| lellii oi vtfte au arrimai Ko n- {
piii, l< ape Pte XI d�plore lest
� Ions religieua s qui ont
lieu bcIi euement en Rossie, et ,
demanda que e!es pu�''s soient �
dues daoa toute la i hr�tianit�
pour nu lire (in :'i cal �lal de cho-
ses.
Le souverain pontife ajouta
que, depuis le d�but de sou r�-
v -, il s'est efforc� � maintes re-
prisis d'apporter rem�de a ces
aftrecsea perc�cu ions, e! ;i de�
mand� eux gouvernements, l�e
de la conf�rence de G�oea, de
s entendre pour adresser des re-
pr�sentatftona collectives � la
Huas b, ��he suj-i ; malheureuse*
visite de lous les � mit i ls am�-
Hcains.C'estd abord le (i ' Evans.
Le Brigadier Hussell a visit�
aussi les burei i � am�ricainsdea
Cayea.Sa pr�sence n'a tellement
p i �vti'le I attention que b m-
e.iup de gens avalent ignor� son
arriv�**. Les olficiels du trait�
avaieol *ouln le recevoir sur la
\Miarl en costume de c�r�mo-
nie, mais Itt!, voulant s; n-* doute
tester incognito, les avait ren-
voy�s rev�tir leurs m d�mes
ordinaire*. Comme bien on ie
comprend, il a �i� luire con-
� instance avec la Crois .Via.-i a-
l� e, mais n'a pusse (p.e deux
heures aux Cay**�,
*
� *
Il y a en ce inomenl aux Ca-
v, s des experto � n... ma: �ngoina.
Au heu de d�penser de I argent
inutilement, on aurait d� taire
ii <|U'.! demande l'hygi�ne. Il
h mirait d'abord dess�cher les
�tangs de li Havane. Quand la
b i-e M�.m loua les mariogoina
v i nael e.i vil e. Il I lUdrtit
ausai ' ommeucer le travail de
dess�chement de la rivi�re Ray-
naud, uelte rivi�re n'a aucun
io ri ; c'est une esp�ce d'�tang,
nne eau pourrie ; qua'.d c'est
le vent d ouest qui sou.lie, les
mari igoina envahissent la ville.
On n'a pus betoiu de.re expert
l�renls gouvernements a* aient,
ettX m�mes, respect� les lois da
meut cette requ�te a it� re-' pour comprendre cela.
pauss�e. |
�Le respect de la conscience,!* Le Ti ibunal do premi�re Ins-
libe |� du culte, el les biens de] lance de ce Ressort, jugeant en
l'Eglise �, dit le Saint l'�re, au- ! ses attributions commerciales, a
raient �t� sauvegard�s si I s ml- | d�chir� en �tait de faillite deux
tommer�unta syriens de la pla-
ce, meaaieora Noncent Petersel
Dieu.� i Ra.lchild Abouz�ide.
Le pape d�clare �galement que j Monsieur Lamartine Barrat-
la papaut�, gr�ce � aas envois, a ! teau a �t� nomm� agent del�
sauv� 150.000 entants d'une mort premi�re tulipe et MrQeorgea
hornl.il ; mais ces effbrla ont1
:l� cesser devant l'opi ositioo j
syat�matique des Soviets.
La lettre, destin�e A �tre r�-
pandue dani le monde entier,
Lut savoir que le souverain pon-
t ie si rendra a Saint-Pierre le,
lu mars, jour de la Saint Joseph '.
pour c�l�brer une messe piopi j
tialuiie sp�ciale pour ractitter'
Le Carnaval ! Mutation
ulli'e
al. Douyou,agent de la seconde,
vlonsieu- P te-,' lea lem n
du prononc� du jugement, u
pris une auto et s-est rendu �
Port-au-Prince. M. Abouz�ide
8*esi cache.
Riaient pleines d'essor� m. i ��' " � i'�mi"i�wi�.
A�adoinie Diplomati-
que Internationale
Notre ami Abei N. L�ger vienl
tes indignit� a commises contre J d'�tre inlorm� que le Bureau de
les chr�tiena. l'Acad�mie Diplomatique Inter- e�ii�re
Le pape s'�l�ve non seulement | nationale s'est prononc�e en fa-
coulre les pers�cutions, mais veur de son admission comme
Membre adh�rent de celle aca-
d�mie. I
Nous pr�sentons � Me Al bel
L�ger nos bien sinc�res l�hcita-
lions pour cette nouvelle mar-
.1 ,.\ u t en tout* humilit� que
ne com pi : . Ii mobile
qui pousse certaiuea peiaonoia
� vouloir boyci caroa v�i,
S il y ;i des Rena qui veulei t
a'amuser, de quel d� oit lea * i
emp�cher V i! me se nb!e luit d'exiger que (oui la ,: oude
p use et agis.se de l� m�ms le-
�on cet nne des loi mes ie^ ;>'u<
viotrniea : : tyi mute, Non
i hacun doit pouj ou ae payer le
luxe d'une lleuia de lo'ie, ne se-
rait �t� que pour oublier mo
m . tan�menl les mis�res de ci t
U ' M baflli une i| ii i-.t t'ai e de
ai lourdes trielesaes !
Aussi, je vous aakie, R ma
Iu'.m�, (j,n devis rousprocurer
ipit Iques heures le plaisir, pen-
dant les trois jours .. �ras
li taui lompre ht monotonie
des jours niaig'es que nous vi-
vons el nous apponer, a l�hut
u�. conanlatioua plus snbatan-
iielies, le rayonnement de votre
personnalit� de r�ve qui nous
aidera a nous �vader un matant
du . r�el.
Vive la Hein.- I
L\ PIH
A P�tionvilie
Notre charmant .site de vill -
gialure, P�tionvilie, a re�u hier
la visite des nombreux tour is es
qui �taient dans notre port.
(dAce aux travaux qui s'ex�-
cutent en ce moment sur la rou-
te f�lionville Kenseofi, de nou-
veaux centres d'attractions se-
ront oftans bient�t � set visi-
teurs de m-rque qui auront le
bonheur de trouver � 40 minu-
tes de Porl-au-Piince le climat
du midi de la France.
C est pour nous l'occasion de
demander aux pouvoirs publics
d'entreprendre des travaux de
restauration au tort Jacques. Le
chemin qui y conduit peut �tre
�HtSi l�par�, de ta�OO que les
touristes puissent s y rendre fa
cilement � cheval de Kenscofl.
Nous devons traviiller non seu
lement � attirer chez nous le
plus de touristes possible mais
encore � les garder parmi nous
pendant au moins une saison
contre toute tentative de porter
atteinte n u x convictions reli-
gieuses, d >s n itaes, pai la pres-
sion exerc�e indirectement par
le gouvernement. Il cite, eu re
ansiana
rill'li- i� i ------------ l----------.--------
( /,,s autres, les pa'n.lies d � e�remo- I que de distinction qui esl un
et ce vers d'Hugo ra pel� d.�na I niea rel gieuaea c�l�br�es par
la Louange de la concision : | '*� Soviets, qui lorcent les po-
7..A sentiers bran� (ehe mousseline, mtnl d'ath�isme, les men �aut,
Disons, pour li �ir. et d ma
'int�r�t des bibliophiles ha�
tieiH. que cette pi�je de Cha-
baueix es-' extraite de son re-
cueil D'une autre saison, pla-
quette de '| laiorz1 po�mes, ti-
r�e � 150 exemplaires � la Ro-
chelle p r l'imprimeur Je ni
Fouch�, le 10 Mars 19 '7. La p >
quel te esl sKi�meoi�e de c| i � i
gravures de Louis il lillaurt.

l
l'P
Les Jean OijajBiqaes
Ellea auM-ni heu cette lois, en
1M2. aux Klata-Unia d'Am�i-
||Ue. La ville choi.su- est Los An-
geles, Etal de Caliloroie.
Aux deux derni�res foia on ae
rappelle lea succ�s qoi ont �t�
obtenus p ir les lin uis et athl�-
1rs h �i' ns et quel bien t n e si
forli pour notre Pays aux yeux
(tu muni;* civilis�. 1! -�'..il �
�ouliaUer que no's puis i >ns,
tetie lois encore, noua I lira ra-
pu >i nier � i elle manil iMalion
aporiive imposante qui s lien-
dru �n Am�rique. C'esl i i
rasims, pli s que jamais, de ma
i�ii> �: iii- son p�ti iotisme, � n i on-
Iribuant, <'. une la�on ou d'une
autre, A utile oeuvre d c � ne
pou ri a m ^ lir que du bieu , i
noire l'ay. Que l< s ma leurs
de souscription se m< lient d< i c
� l'ipivir 11 qu'ils > 11 m II le ni
des .� i n;.M i es � i descotis l ma.
Pour cet'*1 oeuvre ils au � ni
avec eux i ul.m,imit� ik-s voix
h i un-, e-.
Lta deux deroi�re8 r�uniooa
o d eu lieu en 1024 i Paria, et
en 1928 * ko uterdam.
es
en cas de refus, de ne puis leur
t mrnir du travail et des vivres.
I.'- arejel d'sceard eeai h rrial eilit
les Etals I �:s et h Irauce
PARIS -L'ambassadeur Wal-
i Edg i esl occup� a Mabo
; i i un pi o[ei d ccoi .1 commer-
cial tranco-am�ricain, au sujet
duquel i! esp�re entrer d ici peu
en a %o< ittiona avec le gouvvr-
iiement tcan�ais,
Le minist�re Lan�ais des af-
i aa �'rang�res �tudie de son
iot� un projet dans le m�me
Ce nouvel accord remplace-
:. il le modo vivendi actuel que
les lvais l'i.s (t la Francs d�-
v lent voir supprimer pour Uire
place a un trait� d�finitif et con-
clu pour une longue dur�e, ce'
�l u �tablirait les relations com-
tiK rciales, sans cesse croissantes,
entre deux paya, sur des hases
plus satisfuisao
hommage � sa science et qui
s'adresse eu m�me temps a le
hle intellectuelle de notre pay>
dont il est un des repr�senta u s
les plus qualdi�s.
il est int�ressant di laire si
voir � nos lecteurs que le. Bu-
reau de l'Acad�mie Diplom'i-
que est compos� de M. le Vi-
comte de Pontenay, tmbissa-
deur de France, pr�sident ; de
M d.A.laici,ambassadeur du J k-
pon, le Duc d'Albe, pr�sident de
1 Acad�mie Royale d'Espagne,
Alvarez, d�l�gu� du Chili aux Con
l�rencea p a n-a m � r i c u i u e s,
Ren�s, Ministre des Allures
�trang�res de Tch�coslovaquie,
Bernhol'i,Ministre du Danemark,
Guerrero, Pr�sident de l'Assem-
bl�e de la S D. N , le vicomte
Poulie!, MnusUe d Etat de Bel-
gique.Tiiuieaco,Ministre de Rou-
manie, vice-pr�sidents.
L'ILE D'AMOUR,
dapr�a le roman B.cchi.
,l-*an Durand a trait� cette jo"
lie Irs'oire d'amour avec beau"
coup d'habitude it de charme-
La premi�re p irtie compor e de
s.voureux paysagee de Corse.
I.'s int�rieurs ont �t� li es soi -
g l�s, et on admuera surtout le
giand d�cor de la l�te qui est
d'uoe ampleur et d'une somp-
tuosit� sans �gales.
La F�'e en z le milliardaire
� le clou �l�gant du film �
nous vaut la surprise ut l'agi�-
munt d'une apparition de lus-
tingiiett dans un num�ro de
dun-e qu'elle ex�cuta avec le
brio que Ion sait en compa-
gnie de son partenaiie Karl
Ltslie.
LILFDAMOL'R esl aussi un
lilm bien interpr�t�. L'axquise
et regrett� Clesuda France ex-
prune, dans le nVe de Xenia
toute la tendresse dont sou pau-
A. F. Fi angulia, ancien minis- ' v.,e ,CU';J.1 bleas� y.brait. L Ile lut
Ira de lic�oe secr�taire g�n�ral '?� ^-fcnanle, pitoyable, simple
j dans I amour, dans la joie el
dans la douleur.
la
Grippe
^m Enr�ycej des
^55 le d�but
\y- Fr.etiotaxei votre
', �^Am poitrine avec Vlcke
^V JT^�l avant Que 1
^y\ 1 \P rhume rmpirt.
Vi e ks
VapoKoa
fouftbut Refroidissement
l^e Courrier
de Lyon
I s! la se naine prochaine �
le samedi 1er mari � qu'aura
s int-Louis de Gonxsgue,
[u i -i (tentation de ce di a me
sublime comme ie q�i.dillent
raui qui l'ont vu jouer il y a
vingt ans.
il n'est plus n�cessaire d'en
laire l'�loge ni d-- romeiller au
public l'v assister; n ils �*ora-
rjaea bit i c i ramena nue toui
le m m '�� d�i ^'oir c lie tner*
si tous ceux qui ont
e
p irp�Uiei.
Le but de i'A.ad�mie est de
grouper les personnes qualifi�es
de toutes les nations et s'int�-
ressa ni aux probl�mes d ordre
�ntei national.
. .N�e il y a trois ans � peine,
l'Acad�mie Diplomatique Inter-
nationale a pris tout de suite uu
spleudide essor.' e le s'est rapi-
dement d�velopp�e et d�ji son
renom s'est si bien i �p indu dans
le monde entier qu'elle groupe
aujourd'hui lea repr�sentants de
li| pays ou nations. Parmi ses
membres se trouvent deux a -
tiens pr�sidents de la R�publi-
que, 50 pr�sidents du Conseil
� i Ministres des Affaires Btran-
g�res actuels ou anciens, 30 mi-
nistres de ressorts diff�rents, 80
ambassadeurs et Ministres ple-
Dipotentiaires.
Nulle part encore, hors Pans
sa Ir'oUve pareille institution o�
Piei re Batchefi, est un Bicchi
sympathique, il interpr�te son
iole difficile avec beaucoup de
co npr�hension et de lalenl.
[Le Public aeleci qui aime les
i beaux filma Fran�ais passera
| dimanche � �PariaiaaasS bau-
' ivs de R�ve,
Vari�t�s
CE SOIR
Lily Datnila da i � :
La Poup�e
OVle pouvaient entrer � Saint- �� pens�e des diplomates peut
Louis pou. la l�t-, la cour de A�ra expos�e avec une hbert�
l'Ir.ati'ufon ne serait pas assez MJ- lemp�re seulement ls tra-
grnnde pour contenir la loule. �'�'on diplomat.ciue raapect�e
Oueceux nui le peuvent ach�- par ions ses membres,
te. I leur carte des maintenant ( t���it du discou.s du Vi- .
p� i ura d'avoir une bon- comte de Fpntenay. pr�sident,
n, pla urtes sont num�- Bulleiin de 1 Acad�mie, No d�c. j G, :
reiees. i �* r
ZJcj�
a� o
U.50.

de Paris
Entr�e: 2 & 3 gourdes.
DEMAIN SOIR
La mutation suivante a eu
lieu: Au D�partement de 1 Ins-
truction Publique Vt.PoulBou-
(hcrer.ii, ancien Inspecleur
(ii ncrnl des Finances de la
R�publique rhel de Service
de I Ordonnancement et du
M mdaternenl mi D�partement
dea Finances, vient d'�tre ap-
pel� par Commission de Son
Exe. le Pr�sident de la R�pu-
bliqre, chel de Divi-ion au
D( par baient de l'Instruction
I Inique.
Son installation a eu lieu
hier matin.
il remplace Mr B. Cass�us.
� Ce dernier ancien sous-
tnspecteur des Ecoles de la
Circonscription Scolaire d*
I � g ne. cl ef d � Division au
Duartcmu t de llnstruciion
Pub iq i a �t� commissionni
Chef d Seivice au D�parte
ment des Finances va tien ci
place de M. Paul Boucher eau
Choix des plus heureux cai
ces deux fonctionnaires ont
fourni une longue et fruclueu
se carri�re dans l'Administra
lion pub.ique Rompus aux
afluires sdminisliatiTeS, ils
sauront justifier, avec la m�
me comp�tence ci le m�me
z de, la confiance que, de nou
veau, le Cbel de l Etat vient
de placer en eux.
Meilleurs compliments � ces
deux amis de notre journal.
Au Radio
Voici le proqraiHim* du ceareti �ud
sera ai�ral� deaiain soir, n h srr
lion II. II. h
8.00 p. m. Orchestre du 2� r�-
giment l'. S. Marine Corps ( Li
Sgt. Frank Walcull, Directeur.)
L Sunny Side Op.
2. Swee�hearl \ve Need Eath
nther.
3 Wonldn'l il be Wonderfu.
4. Coll�giale Sait
6. Chaut of the Jungle.
{j Looking lor love.
7. I Actuallvam in love.
8 30 p. m. Lecture par la Di.
r�el ion G�n�rale des Travaux
Publics.
8 10 p. m. R�cilal de piano
par Mlle Jane Turnier.
1 Premi�re Valse de Durand,
2 Hirondelle Perdue, J, Hess.
8 50 p. ni. S�lectioea de vio-
lon avec accompagnement de
piano par Arthur et Fabre Ru-
roseau.
I. Deux Bonnes Amits, Valse.
2 Port-au Prince, Tango.
3 Un Secret, M�riugue.
U Cabinet Tari ion ni niiiiei�t�.
Les d�p�i lies de cette semaine
ent appoD� la nouvelle de la
mise en minorit�, devant lt�
Chambre, du Cabinet Tardieu.
Elles sont des plus laconiques et
l'on ne sait pas encore si c'est �
causa de la Politique Ext�rieure
de la France que le Cabine'
Tardieu a �l� mis dans I obliga-
tion de laisser le Pouvoir. On
se rappelle api es qaelles tracta-
tions ce Cabinet a pu �tre for-
m�. La ci ise avait dur� plus di
dix jours et plusieurs chets de
groupe avaient �t� vainement
consult�s.
Le Cabine' a �t� vaincu par
cinq voix de majorit� seule-
ment 11 est presque certain que
c'est Tardieu, � bien qu'il soit
actuellement soutirant, � qui
sera appel� par le Pus dent
Doumergue pour reconstituer
le Cabimt, � moins que ce ne
soit Briand.
CE SOIR
Titi 1er
(Suite )
Ktilialo Bill
( Suite )
Entr�e : 0.50 ; Balcon: 1,00.
DEMAIN SOIR
Pour r�pondre aux nom-
breuses demandas :
Belphegor
iLcFanl�ine du Louvre�
(Suite)
Entr�e : 1,00; Ralcon: 2 �des.
DIMANCHE
Une grande superproduction :
L'Ile
d'Amour
El�gance, somptuosit�,
sentimentalit�,
.-.ntr�e : 2, 3 et 1 gourdes.
Ce qni n'a jamais �t� (ail
O qui ne peut Un d�passe.
Kola ChamnaQne
F. S�JOURNE
Pr�par� (hais des conditions rigoureuse
DASE�'SIE
Pr�paration et Vente
F habmacie F. SEJOURNE
Angle des Hues Houx et da iUnlre.
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�ais*.
Le prochain tirage de cette loterie esl Fix� au Dimanche
2 MARS 1930, .� 9 heures du mutin, au Th��tre Parisiens.
Le'omite d'administration est heureux d'aviser le public
que la nouvelle r�partition comportant un plus graud nom-
bre de lots uaguants
Pour le tirage de Mars l'�mission est de 4.000 billet�! au
lieu de 5.000.
1 Gros lot gourdes 2,100 2.100.00
1 lit 150 150,00
3 Lots t 00 270,00
3 � 60 180,00
4 lots 30 120.00
75 " 12 v;oo,oo
2 Apx.du Ici Gros lot de 30 �0,00
2 '� 2me 24 48.00
2 3�me 15 30,00
117 lots se tcr.iiiuaul par ,les dctixj
dernierschlitres l)i i gros lolsG.fi ' 0702,00
Paiement des lots gagnants lois les jours de
dix heuree � midi au magasin de M.Simon VIEUX.
���BBBBSSSSSjBSBBSS
CARNAVAL 1930
e^F^

.�� -��

p^ POUR Melle.
�g
)


LE MATIN - 20 F�vrier 10�
�*.
CADBURY
CHOCOLAT BOURNVILLE
0&*^ � \
D�LICIEUX � CROQUER
. TOUJOURS DE PREMI�RE FRA�CHEUR
FABRIQU� PAR CADBURY, I m . BOURNVUXB, ANGLETERRE
Joe WOOLLEY
RFj>R tfSENTANT
En vente dans toutes les bonnes Fpiceiies.
LA BI�RE � NATIONAL �
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr� sa qualit�
sup�rieure.
Prot�gez votre poche ei
votre sant� en la buvant
toujours.
3o�concours entre jeunes
gar�ons.
Iptioni en vue de
ce concours seront re�ues au
Secr�tariat de la Soci�t� du
1er Mai au 15 juin prochain.
Le concours de diction fran-
�aise aura lieu le samedi 21
(oin, d�s 8 heures.
Le local sera ult�rieure-
ment d�sign�.
Un juiy pour chacun des
�Jeux concours sear form� par
le buseau de l'Alliance.
Apr�s clotnre de leurs d�-
lib�rations, chacun des deux
jurys remettra au Pr�sident
de la Soci�t�, avec ses obser-
vations, les noms des lau-
reats.La liste sera publi�e.
Des prix seront d�cern�s
au laur�at des deux concours
( livres ou objets d'art ),
Comme toujours les meil-
leurs copies de composition
fran�aise des �l�ves des deux
sexi s qui prennent part aux
examens officiels des �tudes
primaires et secondaires se-
ront incompens�es par l'Al-
liance au cours d'une l�te so-
lennelle.
Il y aura aussi des prix de
Bont� et de y oij. ut�.
Pour loua autres renseigne-
ments, priera de s'adresser
au Pi�sidtut du i omit� Hai-
liende l'Alliance Fran�aise,
1915, Rua Lamarre.
l'ort au-Piince, le 17 l�vrier
1930.
Le Pr�sid�e�,
L.C LH1-HIS OX
III
< CODE DOMA.MAL �
On trouvera � acheter �
l'Imprimerie TELHOMME
Rue du Peuple, et che! Ma-
dame Anna buchatel�er, Hue
du Centre, pr�s de FEs$or, le
�Code Domanial� (ISO4-11130)
par Maurice Nau, avocat, et
Nemours Telhemme.
L'ouvrage contient les Lois
et Actes relatifs aux droits de
propri�t� en Ha�ti, � l'arpeu
tageetau notarial.
Prix deux dollars l'exem-
plaire.
Les souscripteurs sont pri�s
de r�clamer leur volume A
l'Imprimerie Telhomme, Rue
du Peuple.
Colombian Stearns h ip
Company Inc.
Port-.u. Prince, le |g tVvricr ,,,�,
U&BARA & Cn, Agents.
i Emp�chez
que
voire tolnt re fl�trisse
!
Empresa Navlera
de Cuba S. A.
(ftattjiiir Gaiejae de.\n\iij;ilioH)
Le steamer � >uantanamoa
de retour de Porto Rico est
'attendu ici le lundi vigotqua-
lre('i4)courant,ei repartira le
m�me jour pour Petit-Go�ve,
Mirago�ne, Santiago de Cuba
et la Havane, admettant Ir�t
et paesaoers pour ces porta,
Agence lienerale.coin Grand
Hue et Dam�s Desiou� lies.
T�l�phone.- tlbQ
���**� --�*�?� il.
i i
L'id�al Rhum
ALIX ROY
28 ann�es de succ�s.
LA OUINAUD�E
Angle des Rues Dantes. Des-
tonches et de la R�volution de
G heures du m�tin� minuit.
Prix d�liant toute concur-
rence
Repas du midi: Gourde 1,00
INIUIII 11(11 iiil
LE NOM SEUL SUFFIT
Le Rhum Barbancourt,
consacr� par plus de 50
ann�es de supr�matie, n\
pas de rival.
L.Th. LA FONT A NT '
r� ,. Accessoires pour automobiles
^^Jt"1***^�*�� ^Hechang, pJ
.u^nons:CUrSPU;iUeiaU!,,,;VS�!i' �>l'1"- �����*
M t 'J�!le G rdi. er
No 1188, Grand'Uue. Port-au-princv,(|
ail
ON TROUVERA
Morale et Instrucliou Civique
� l'ns *<.;�� des �coles primaires
par l'elix MAtiLOIRE
� la petit.- Maison, rue du
Geutrcel chci l*aiiii� m Um |le
S' Cyr.
AVIS
Les
Caireen du Comit� HaHise
et lAlliaan' Pras�ahf.
Les Concours de reMe So-
ci�t� pour Pann�c 1930 sont
de dtux sortes :
lo � L'n concoi r. tic com-
position Iran�aise et
2o � Un concours de Dic-
tion fran�aise.
1� Le sujet du concours
da composition fran�aise est
celui-ci: Limon fail laboree
commentez cette fiere devise
des P�res de la patrie.
Conservez votre teint
frais et beau.
Les t�ches de rousseur, le
h�le, les boutons, les points
noirs, les t�ches du foie, et
toutes les fl�trissures similai
; res qui d�parcut votre beau
Pans une autre enveloppe teint naturel peuvent �tre en-
�galement cachet� se trouve- lev�es par l'usage de
^ L'EXELENTO
U
Hamburg Amerika Line
IU niv.re cCaba .. venant d'Europe, mi .-.-i. .,-�:� .;,..'�
� REINBOLD ft Cil, Agents.

root les nom et pr�nom de
I auteur. ' e dernier pli ne st-
ra ouvert qu'a pi es le classe-
ment des copies par le jury.
Il � Le Coucouis de dic-
tion Ifon�aiaa consiste dans
la r�citation : lo� d un raor
ceau ( prose), lo� d'un mor-
ceau (vers) par chaque con-
current ei 3) � dans la lec-
ture d'un morceau vers ou
prose. Les trois textes sont
laiss�s au choix de chaque
concurrent.
Les deux morceaux de r�ci-
j tation peuvent �tre du genre
Le travail de chaque con [dramatique ou du genre
current sera remis contre re- comique. Chacun des deux
GD au Pr�sident ci� la Soci�t� morceaux sera d'une �tendue
le 8 Ao�t prochain, au p.us'd'une pa^e environ,
lard, sous une enveloppe ca- J II y aura trois groupes ; lo
cnet�e avec an No ou une . Concours entre adultes ;2o~
"ev*se- concours entre jeunes filles.
Pomma�U'�le la peau
Il a �t� soigneu&ment �prou-
v� et essay�! Il est un on
auent m�dicamenteux scienti-
fique partait sans danger et
d'un usage lacile.
Essayez-le vous serez sa-
tisfait de ses r�sultats.
En vente chez tous lesdro-
' guistes. Pour 0.30 centimes
seulement, il est exp�die d�s
r�ception du prix.
Ecrivez poui avoir un �chau-
tillou gratuit et le livre des
conseils pour la beaut�.
r.XELLMO.MfcDIChNE
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents iemar.ce.s pour tous
Ecrivez pour renseignements
et
� Est arriv� un Iransporl
louveau des fameux PHoJ
VOGHAPHES porlatifd
�PEERLESS�
qui sont plus sonores que
^les plus grandes machines;
s'enl�vent vite comme le pain chaud.

Bazar Od�on
J. KARAYANY
An�jle Grand'Rue & Hue F�rou.
Toutes les Polices
DELA
comprennent la Protection contre la
I Foudre sans augmentation de kiu* W
s EugJLe�toss��Co
1 Agents G�n�raux

Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur lu VII
EUG. Le BOSSE & Co >
Aaents G�n�raux
i


/ -<
itm
Jeudi
20 F�vrier 1930
23eme ANNeE N' B924
rort-au-Pnnee
T�l�phone : 2242
4 PAGES
GLO
� �
f
'�'o.
M9
donne de la force
Ml
'O,
:


l. Cm i* CLonr.OL
�. ri r�nd �UJ "*"'� raj'ur.U
lr..,. I ; .'-.M�ir. i-->'
BUplMW H leur vir""'-
fo"1 M
*. � � � �
M '
. Il
. I

r !i Iran
ci r �� i ' m......� �.
�tfo.mei e i ' �*�e �� ">
,,.,-,- FMouri
� tllc, iu moim dtni le� en
orient*, ni'ii ne rroyon* pal
3 ne I� *�r'i< .i .'-r'ipie puisse
onne-, en UM foule tic e�V
Ici l�wlt�'.* rewsrqtwuWi
qu'on Mdt ol Iffllr .l'�n* rn-
,t | ,.,! ... �' '�! � ";- ''"
tare d'il......nJ,m*. * ,","
ii|..nlr'. " "" "IBtf, �* "2 ''"
r*. c"tit toujOUM � Cf iler-
nier tii'o non� -lonneront la
prUirtar.t,
[c il. OiuniTi
Ucem * t* �r/rn.-'s.
Laurfni M�teimt J* Pc/1�.
f. � "�umt*H f �' '"'"
1
. � �.ne
m tingniiM
Seuls distributeurs: HEHNER& C�
Boule Rouqc� �tole Houqe
Jaemel Tradi.nq L
Pau
a. tut ��
QL0B�01
'�
"* - ������------------- . � -.-��P- -�>�'�-*�
. n la i�rt�.
�an�, �t
Cours
C

Jassioues
t24Vmc � Philosophie indu
stvement.
M�thode & plot contr�le rhoqoe min�e.
Cours du Soir pour Adultes
cl .1� unes (iens.
Comptabilit�, St�nographie
anglaise et fran�aise, Dactylo-
graphie avec des sp�cialistes
jM)iir i 11 �que cours.
Enseignement du Francs!�,
de l'Angla's, l'Espagnol. - M�thode sans
�gale.
Le�ons particuli�res de
Lettres, Sciences et Math�ma-
tiques aux �l�vi s ou lu re-
tant ou � teux qui veulent
gagner du temps,
Cours de Musique (Soll�ge.
Violon, Pifl00 )
Pension Scolaire, s�rieuse
et agi�uble.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresse r Rue Lsmarre,1537.
ou t�l�phonez au No 2891
pour plus amples ienseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNIUUER
BUeonnu de i Universit�
Hbitienne.

i m
BAR TERMINUS
llace Dessalines NOUVEAU SERVICE
Caf� chic, - Restaurant DE RESTAURANT
H .____^ p,,ri)isT!iunanr.'..rittl
M C^ ^>3 lo� tAUX-Di-ViE, I
L^fci� D'ROY FILS A'.fl�
M i^v^uLHS � !
Fi - s; -f �* /i, ��> '��' M*tu,n I
.... � � � �� A f. i S
il
de premier choix o� l'on
trouve � toute heure les
consommations les plus d�-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bi�re � la pression.
Hors d'Oeuvre vari�s ou
piats du Joui-
dessert
Le tout pour Gourdes &.50
VINS TR�S SOIGNE METS CHOISI- P.P. PATR1ZI
Avis
jo�twr
Avis
Nous avons l'avantage de
porter � la connaissance de
noire aimable client�le, que
uous svom en i�tock les tu-
bes r�cepteurs suivants :
UX 2W) UX M\ UV 870
UV M\ UX 210 l'X 250
WD 11/12 UX 120 UX 11*0
UV 120 UX 222 l \ M'iA
UX 201A t'X I01A S,�'
nX200A UX240 UX1UN
Si�*. UX IH1 \ IX 220
V\ 227 UX '�."� HlSt l'un).'
sp�ciaU- rempla�snt �tag-'.
�i .iinn'ili � �tion
, llll.ll'S H \Dlo
Bai' �'.Restaurant
. La Coqnotto �
( n h � uver � :|" lt Innia " s l-a �*|in Hea �n�le
,!,� ; ruts s�1 Houm� �i Grand
Hue, No >70; t�l�pli me 2�tl.
des mets iueo pr�p u�s cl Q
�j port�e le toutes lei hour-
ses.
Un scr-u-c sp�cial as nre
� i.iutes - s heure�du j >mi et
(|.- Ut n� � : I � i.'s c iIl- cal�,
d � i hoc � o� K- tfr�n I * eric
,t,. | a'C I i � �u Inll c� glac�
p/, m : i uo li pie s .Uiin- de
m � ce U�me<
I ';,o niii " "S p iss'-e :'i ta
�� C >-j �i --� ; �� ' v �os y ronduir
t ij nf'i
Si vous avei quelques heures de loisir, le soir, et que
vous d�sirez les passer agr�ablement allez au
Pr�-Cat-Tlau
par suite des r�parations
n�cessaires que les TravaM
Publics vont entreprendre
sur le terrain de parade al
Champ de Mars, l'usage de �
terrain pour les Sports Athl�-
tiques sera discontinuer �
qu'� l'ach�vement de ces i*
parutions.- Avis sera dons
quand cette restriction pro-
visoire sera rapport�e.
| C. 1. MURRAY,
Major, G. d H.
Chef de la l ohee.
Avis Matrimonial
! Je soussign� Ksza Lopoinl*
d�clare au public et au co�
merce en particulier n�tre pli
responsable des r.ctcs et acina
de mon �pouse n�e S�ran*
Do-�lien. en attrndant quuj
action en divorce lui soit a
tent�e. 0,
Grand Bois, le / l�vnerW
Exza LAPOINTE.
o� vous trouverez, la plus bel'esa !e de bal, la uiu�que la
meilleure ex�cut�e par un orthophonie dernier en et aussi
les boissons les plus fra�ches et les plus pures.
Champagne, bi�re allemande on nationa!e,!iqueursde toutes
� oites
AVIS INTIME
I es Tomales ont comme
ce chez BAILKY. Que ebafl
vienne se pourvoir de �J|
lade pour les (�tes.
Abr�viations
On trouvera aux Bureaux du
Matin U dvni-r recueil de M
L�o* Laleau, Abreuiationa au
prix de Ciii'l Gourdes 1 Vxem-
p�etre.
VOUS TROUVEREZ
CHEZ H. BALLONI Fils
;j qr�nd�s marques de lit
#
en 1er.
Sinunons company
Laite Long Steel \^d
F�d�ral Steel Beed.
Les mod�les sont des plus
nouveaux, et � des niix
iibsol iiment exceptionnels.
HO�^EL 14VEN1R
Chambres bien install�es.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
t
ASSUREZ-VOUS
a
la
General. Accident Fire &;Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perlh ( ScotLmd )
C u ta u GbNBRaJ, � est une des plus pui-sunles et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrassi
Ir. Kl.w. lu .
le momie.
�7
Ses' Polices contre incendie couvrent aussi les d�g�ts occasionn�s par la ioudre,
Ses Polie, s pour Automobiles cou reul vais, inceadie, malveillance, dommages
uses � suti tri dans sa personne ou dans ses biens.
_ i__ .i__un_____ ___t �,__I.Uc PII liai1.
d au inoins iir/n uuiian, ia pnmc j'iuusm h�i�im >|�v�v ./- /0 .�..--------
Veuve F. BERMLNGHAM, Aux Caves
aiunl (��nArol nr.nr H.iili
SCUS- � GENTS :
Agaat G�n�ral pour Ha�ti.
Purt-au-Pnncs; G- CtlLG
JEAN BtANCHfiT J�ranm
IX


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs