Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03942
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 18, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03942

Full Text
Cl�ment Magloire
DIRECTEUR
35a, HUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N'2242
Quelque cheminqu'ait suivi la pen
��e de l'homme pour peu qu'elle se
soit �lev�e au-dessus des int�r�:
des pr�occupations vulgaires, �Ile
Vestreudue plus capali!.'iS'
(a mprt �an� laiDl
lort d'esprit vers le e,ran�� et vei
beau re�eit.cejour-lM� r�compense.
Pr�vott-PARADOL
2j�me ANNEt N' 0023
PORT AD PAINGB (HA�TI )
MERCREDI 19 FEVRIER 1�0
a-TiJL g
�JLJUl�
L'Ex�cution du Trait� [L'Enqu�te
ET LA ri ...
n iu;*. ~ ut * sur Ha�ti
Politique htrangere
DF.S
Etats-Unis.
n)
11
Les s�ances de Cabinet n'ont
Id'aulre but que d'�tablir une
iaison entre les diff�rents d�-
partements. Elles ne sont pas
lestin�es � arr�ter la ligne dt
conduite que devra suivre
'Ex�cutif. Le Pr�sident peut
donc prendre ^es d�cisions
es plus importantes sans cou-
mlter ses ministres. C'est ce
que lit Lincoln pour l'acte le
plus grave de sa pr�sidence:
l signa la proclamation d'in-
d�pendance des noirs sans d�-
lib�ration pr�alable des mi
Diltres. � Tous les Am�n-
cains connaissent celte anec-
dote qu'on a rapport�e de
leur grand Pr�sident. Lu jour
qu'il proposait au Conseil des
ministres une mesure � la-
quelle il tenait tout particu-
li�rement, les sept ministre*
pr�sents, apr�s discussion, se
prononc�rent contre sa pio-
position. Lincoln alors, avec
sontlegme ordinaire, pronon-
�a: a Sept contre, un pour, la
mesure est adopt�e�.
Le principe de la s�paration
des pouvoirs est garanti par la
Constitution de fa�on telle que
le l'i�sidei.t ne doit pas de
comptes au Congr�s. Il ne peut
jamais �tre renvers� par lui,
puisqu'il n'est atteint par au
cun vote. Mais il peut retarder
les lois du Congr�s par sou
droit de veto, imposer aux
Chambre* une nouvelle d�li-
b�ration et, par l�, peser sur
leur d�cision, tandis que le
Congi�s ne peut rieu contre le
Pr�sident. � La seule arme
dont dispose le Congres � la
mise eu accusation ( empea-
cbinenl ) � est inutilisable a
cause de son caract�re exc�s
sif.
Son man l�t expir�, il est dt
tradition que le Pr�sident soit
r��lu. Il a donc des pr�occu
patious �lectorales. Si, � la lin
de sou second ma mi; t, l'usage
veut qu'il ne soit pas candi
dal une troisi�me l'ois, il n'en
songera pas moins aux iute
rets politiques du parti doui
il est le chel. Oui, il ne reste
pas indill�rcut aux int�r�ts
politiques de son parti, cai
s'il est chel de l'Ex�cutit, �i esi
encore le g�n�ral d'une troupe
dont il doit assurer la victoire.
La iacult� qu'a le Pr�sident
de se retirer dans sa tour d'i-
Voiie est une des garanties de
l'Ex�cutit am�ricain. Ses mou-
Le Pr�sident peut entre-
prendre des n�gociations con-
tre le d�sir du Congr�s, allant
� rencontre des vues de la
majorit� et engageant � fond
les Etats Unis comme le fii
Wilson. H usera de pression*
diplomatiques, il ordonnera,
comme chel des arm�es de
terre et de mer, des interveu
lions militaires. La responsa-
bilit� de ses actes sera � Ion
gue �ch�ance puisqu'il ne doit
des comptes qu'aux �lecteurs.
Rien ne le forcera � donner
des explications au S�nat.
Le texte d�finissant les pou
voirs respectifs du S�nat et du
('r�sident a �t� ainsi �tabli
par la Convention :
4f> Le Pr�sident sera le chef
supr�me de l'arm�e et de la
uariue des Etats-Unis, ainsi
tue de la milice des divers
Etats...
o. 11 aura le pouvoir, sur l'a-
vis et du consentement du
S�nat, de conclure des trait�s,
pourvu que ces trait�s r�unis
sent la majorit� des deux tier.s
des S�nateurs pr�sents; il d�
signera et, d'apr�s l'avis et le
consentement du S�nat, nom
niera les Ambassadeurs et
autres raiuistres publics, le*
.onstils, etc., etc. (art. % sec
lion 2).
� Le Pr�sident devra ren-
seigner de temps en temps, le
Congr�s sur 1 etut de l'Uniou
et appeler son attention sur
les mesures qu'il croira n�ces-
saires et couvenables ( art. 2,
section 3 ). �
Comment s'acquitte t il de
ce devoir de t renseigner de
emps en temps le Congr�s
sui l�tat de l'Union�?� Par
un messjge qui s'adresse au
tant au pays qu'au Congr�s.
Comme le Pr�sident ni le Se-
cr�taire d'Etat ne sont pas
oblig�s par la Constitution de
para�tre devant le S�nat, ce-
lui-ci ne pourra demander un
suppl�meut d'iniormationque
par requ�te sp�ciale.
Mais nous dira-t-on, le Con-
gr�s preud parlois des r�solu
lions d'une haute port�e au
point de vue de la politique
�trang�re des Etais-Uuis.Cda
est incontestable. Eu 1916, le
Congr�s prit une r�solution
par laquelle il tffirmait son
d�sir de ne pas faire la guerre
( � l'Allemagne. Mais ces r�so-
utious, comme on le voit,
H- I iimer �111 I m tirs Domine
|HTMil�iii de In �nu mission
WASHINGTON, 7 F�vrier �
M. Cameron Forbes, de Nor-
wood, Massachusetts, est nomm�
pr�sident de la c o m m i ss i o u
charg�e de laire uni� enqu�te
sur lu situation en Ha�ti.
Les autres membres de la com-
mission ^ont :MM. lieniy P.PIet-
cher, de Pensylvanie ; Elie Ve-
zina, de Khod I lin 1 ; James
Kerney, du New-Jersey, et Wil-
liam Allen While, du^Kansas.
Le pr�sideni Hoovei a d�cla-
� qu'il y aurait peut-� re en
outre un membre de la Cham-
bre des repr�sentai) s et un du
S�nat, bien que pour le moment
lu chambre et le S�nat h�sitent)
� approuver une pareille mesure
La commission punira pour
Ha�ti enlre le 20 et le 25 l�vrier.
Le pr�sident lloover a de-
mande eu outre au Dr. H. E.
violon, pr�sident du Tuskegte
Institut*, de taire une enqu�te j
tr�s compl�te sur l'instruction
publique en Ha�ti et de lui sou- j
mettre ensuite des propositions.
L'accueil du projet de M. lloover
en Hum
PORT-AU-PRINCE 7 l�vrier
�La ptesse ha�tienne a accueilli
tavorauletn-Mit le piojet de M.
Hoover pour la nomination
d'une commission d'enqu�te
charg�e de d�terminer quand et
comment les Etats Unis cesse-
ront de participer au gouverne-
ment d'Ha�ti.
Le �Matin�, ( rgane gouverne-
mental, dit que cette enqu�te
est une aftuire de la plus haute
importance. La presse d oppo-
sition appr�cie la d�cision de M.
tluover comme un acte d'�quit�
internationale el de r�paration.
Elle d�clare que cet �v�nement
sera une date m�morable dans
1 histoire d Ha�ti.
M. Percerai Thoby, pr�sident
de i Union Patriotique, u donn�
aujourd'hui sa d�mission � la
suite de dissentiments politiques
avec les membres de son giou-
pe. vi. Anionie Rigal, avocal, a
�t� �lu � sa place.
A
vendre
Un mobilier complet.
S adresser :
Dr P. W. DREIFUS
Avenue N pr�s de la 5e Rue
Phoue 2815.
venaents en sont rendus plus.
ais�s 11 n'est pas g�n� par ^l^eDMe^"pwV�� lift**"
constances interpellations qm lent**ue n'importe quelle
je visen parlois qu a la chute expression de l'opinion
KL�1 dL,at* commC e"! publique Cela ne l'emp�che
pas de continuer � aller de
l'avant.
A LA
Commune
Les nominations suivantes
ont �t� faites � la Commune.
MM. Charles R�gnier. Cais-
sier; Antonio lirutus. directeur
de l'Abattoir; Louis Hyppohte,
inspecteur du service de l'Abat-
toir �t Cic�ron Dimanche, ins-
pecteur des constructions.
France.
(1) Voir le Matin du 17 F�v. 1930.
Ili__u� .....
The Royal Mail Steam
Packet Company
U steamer � Sea Vicloryi^venant de Londres ria Kings-
ton et les porta du Sud. est attendu ici vers le 26 F�vrier,
partant le m�me jour via le. ports du Noid et pour l Eu-
rope.
Le Moniteur
Le num�ro de lundi du jour-
nal officiel � Le voniteur � a
paru avec le sommaire suivant :
Arr�t� commuant en 15 ans de
travaux forc�s la peine de mort
prononc�e p^r le tribunal cri-
minel de St Marc contre le sieur
Alb.rt Mervilus Blanc; arr�'�
par lequel est commu�e on dix
ans do travaux lorc�s la peine j
des travaux forc�s � perp�tuit� j
prononc�e contre les sieurs Flor-
ville Bl�me ot Jonaus Dorc� ;
convention sign�e � La Havane
le 2n l�vrier 1929 et le code de ,
Droit International y annex� I
(suite); proc�s-verbaux de br�- j
leratnt de 150.000 gourdes ue
; billets d�t�rior� de la B.N.R.H.;
ration g�n�rale des con
�ion pour un voyage exceptionnel pourNew-ior*.
Pour tous renseignements �'adresser a
I. J. BIGIO
Agent G�n�ral, � Phont : 2811.
KOLYNOS est d�licieusement ra-
fraiclmsante, sa mousse tonifie les
gencives, dissout la pellicule,
assainir toute la bouche.
KOLYNOS d�truit les germes
dangereux qui provoquent la carie.
Aucun autre dentifrice n'est aussi
frai il hibonclu.il suffit d'en employ-
er un centim�tre sur brosse s�che.
CR�ME DENTIFRICE
OLYNOS
vu
p...
�*�^.*-�� '
ManU|aclur6 H�llienne
de Cigarettes
G�BARA &C�
Les Ciqarette �
* Dessaliniennes
�Colon�
�R�publicaine�
� Porl-au-Princienne'*
< ia�ee � la finesse de leur ar�me lont les aetices des
vrais amateurs
I- ���!�
RHUM HENRI Gard�re
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
m�e des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRfGard�re.
Assurez-vous contre accident j
. � la � General Accident Fire A !
! Lite Assurance Corporation Li- !
mited �.� Vve F. Bermingbam, j
l4*at �Hs�aeJ pour Ha*.
Accessoiies d automobiles
Rue F�rou, � oi devant <*�� Miraotos.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres � Air.
etc. etc.
T�l�phone : 3454.
... a lu dans |� Ha�ti Journal �
une petite note o� il est dit que
c'est une man�uvre du Gouver-
nement, (il s'agit du Carnaral)
qui vaut montrer � la Commis-
sion d'Enqu�te, le peuple ha�-
tien a'auiusuut tandis qu'il pr�-
tend crever de faim �. Jusqu'o�
peut aller la passion '/C'est done
le Gouvernement quf a fix� la
date du Carnaval ou est-ce le
calendrier loi �m�me?
a
... a vu, dans une auto de la
Ligno une belle jeune fille qui
esquivait des yeux las gens qu'-
elle conna�t comme si elle avait
d�cid� de ne pas se laisser sa-
luer. Lt pourquoi? D'ordinaire
elle est tr�s avenante et d'un
sourire toujoui s divinement lar-
d� elle encourage non seule-
ment les saillis des passants
amis, mais aussi leur hommage
et leur admirai 1011. Suris doute
quelque chim�re l'avait, cetle
apr�s midi-l�, brouill�e pour
une heuie avec celte chienne de
vie et ce sont ses anus qui pa-
yaient, pur un peu de souffran-
ce, cette petite trahison des des-
lins.
... a vu uu |eune hun.me qui
s'en allait acheter des litres a
la Librairie de �La Presse�.
Comme quelqu un lui demande
quels sont les cuti �ges qu'il
allait prendre il r�pondit cr�ne-
ment :
� La mort de Phttae par Paul
Val�ry et G�nitrix pur Francis
Mauriac. Comme quelqu'un lui
taisait observer que ces deux
ouvrag�e sont plut�t I un de Lo
ti et l'autre de Mauriac, il �clata :
� Vous ne pouvez pas savoir
uela mieux que le Libraire lui -
m�me, voyez, c'est dans le ca-
talogue de lu �Pusse� que j'ai vu
ces deux livres avec les noms dr
leurs auteurs eu 1 �gard.
Et il brandit un num�ro de
La Presse qui, apparemment,
lui donnait raison.
*
...a vu deux opposants qui
sous une galeiie discutaient
avec un grand renfort de gestes
et de cris. D� quoi discutaient-
ils ainsi? Du �oBM il d'Etat dont
pourtant ils ne reconnaissent
pas la comp�tence comme As-
sembl�e DB lions le ou l�gislati-
ve? Pourquoi discuter avec
tant de conviction d'une chose
qui, � vos yeux, n'existe pas,
Messieurs? Ne serait-il pas plus
sage de ne pas t 11 parler?
� �
... a vu un iptclaeh qui de-
puis des temps et des temps ne
tombe plus aoua ses regards,
c'est celui d'un p'tH moune cir-
culant avec des souheis qui lui
font mal. Cela se voyait autre-
fois aux approches du jour de
I an et tout le loi g de la fin de
l'ann�e lia loi man ni une th�o-
rie, ces gosses gnant, se plaignant Quelques
uns m�me fatigu�s quelquefois
de souffrir el n'ayant rien de
l'entant spaitiate enlevaient car-
r�ment leurs souliers et les por-
taient, a la main, comme un pa-
quet inutile. Oui, Nui hk (En. a
revu ce petit spectacle... Le pe-
tit gar�on en avait les larmes
aux yeux et ses joues �taient
gonfl�esdessanglolsqu'il se tuait
� contenir. Fatigu� de souffrir
il fit signe � une Ligne qui s'ar-
r�ta. Il s'y jeta, li y �tait a peine
qu'il enleva les deux souliers et
poussa un tel soupir de soula-
gement que le chauffeur crut
que cela venait de sa voiture.
S
... a vu, i la lue Bonne-loi,
uu commer�ant gros et rouge,
ci leur� d'un grmd ncmbit de
ens qui semblaient �ire loua
e la niasse paysanne. Ngtjue
lia jeta sur eux un regard des
plus curieux et itiounut le
commer�ant. Celait notre sym-
pathique an.i Fr�d�iic Gaeijena
qui payait leur stnimne aux
travailleurs qu'il emploie �
moudre ce mais qui lait les d�-
lices des palais les plue diffi-
ciles.
"St


PAGE�2
LE M A UN- Itf l�vrier 1930
..*
Saiiid

22 F�vrier 1930
PAHISIANA
a
Parisisna

Le For�a;
*
CE SOIR
Pour r�pandre aux
breuscs demandes :
nom

Pour le
Carnaval
Tontes les dispositions sont
prises poui que les t�tes du Car-
naval aient l'�clat des ann�es
pr�c�dente.*', depuis qu'a com-
mune ce qu'on :i appel� la Re-
naissance <;e notre Carnaval.
Moire conlr�re La Presse �crit
avec beau', oun de justes.se et de
logique :� Nous consid�rons
que* les f�tes oiganis�es depuis
quelques ann�e* par la Com-
mune de l'ort-au-Prince et quel-
ques villes de la Province, i
l'o 'i-asion des jours gras, c�ne*
lituenl un progr�s qu'il est n�-
cessaire de maintenir et m�me
di l�velopper, car ellea s'eftor-
(cul de r�aliser ce qu'on voit
dans tous les pays civilis�s ei
purticnli�rement chez uns voi-
sins les Dominicains el les Cu-
bains. La Commune de Port an-
Prince a entrepris en cela une
�uvre d'�ducation populaire A
laquelle nous ne devons pris res-
ter indiff�rents. � Votez pour la
Reine.�
Nous sommes absolument de
ravis de noire confr�re el pen
sons, nous ensai, qu'on ne doit
rien n�gliger pour avoir mi Car-
Beval d�cent, �l�gant, propre �
taire valoir les excellentes qua-
lit�- qui nous dUtingU nt aux
jours de liesse o� nous savons
organiser nos plaisirs � l'instar
de tous lee peuples civilit�s.
La menesuvro de certai ni
groupes laisserait entendre que
cest le Gouvernement qui a fix�
le Carnaval ; non,Messieurs, c'est
le ( slendrier. Si vous ne voulez
pus, vous, vous amuser et vous
distraire, pourquoi essayer de
priver le peuple de ses t�tes fa-
vorites.
Attentat
au Br�sil
!'� nrs-ar�aidrnt Mello \iiniia
alleiot de trois salles
7 f�vrier.-
vice-prt'si
Rio de Janeiro,
On annonce que le
ce m Mello Vlanna a �t� bless�
et plusieurs autres
tu�es ou bless�*s, dans
I i.sonnes j
une ba- '
garre qui s'est pioduile � Montes i
, Claros, Etat de Minas Geraes,
| nu cours d'une violente discus-
sion politique engag�e durant
j un banquet.
jjj Le vice-pr�sident a �t� atteint
de trois balles, mais son �tat
n'est pas consid�r� comme s�-
rieux. Il a �t� Ireneport�, ainsi
que les BOtres bless�s, � Bello
llori/.onte, capitale de Minas
Geraes, pour y recevoir les soins
n�cessaires.
M. Washington Luis, pr�si-
dent, i< quille imm�diatement sa
r�sidence d'�t�, a Petropolis,
pour se rendre en h�'e � Hio de
Janeiro et y conl�rer avec le
ministre de la justice et d'au-
membres du cabinet.
On laisse entendre que cette
attaque contre le vice-pr�sident
trouverait sa cause dans l'ad-
ministration d'Etal actuelle de
Minas Gerses qui s'annonce
0 urne devant fournir un gros
cenliugent d'opposants dans les
prochaines �lections pr�siden-
tielles. Depuis quelquKS seinai-
li s ou p triait dans certains mi-
lieai de l'�ventualit� dune in-
tervention l�d�rale dans le Mi-
taa Geraes�
Belphegor
�leFait�ue du Loutre�
les �l premi�res perdes.
Entn e : 1,00 ; Balcon. 2 gdes
DEMAIN SOIR
Tili 1er
(Suite)
Maie Bill
( Suite )
Entr�e :0.50; Balcon : 1,00.
� DIMANCHE
I L'Ile
d'Amour
Grande production.
*
� COUR DOMINAI. �
Ou trouver.� n acheter �
l'Imprimerie TEL HOMME
Rue du Peuple, et chea Ma-
dame Anna Duchaielier Ru<
du Centre, pr�s de lEssor, li
iCode Dom.-mial� (1804 1930)
par Maurice Nau, avocat, el
Nemours Telhommc.
L'ouvrage contient les Lois
et \ctes relatifs aux droits de
propri�t� en Ha�ti, � l'arpen
toge et au notariat.
Prix deux dollars l'exem-
plaire.
Les souscripteurs sont pri�s
de r�clamer leur volume �
l'Imprimerie Telhomrae, Rue
du Peuple.
Le Courrier
de Lyon
Que personne n'oublie la
grande soir�e du 1er mars, a
Saint-Louis �le Gooisfus, o�
dan�� un th��tre de verdure de
tonte beaut� les sc�nes terribles
du Courrier de Lyon se d�roii
leiont devant les spectateius
�blouis.
F�te incomparable i>our les
yeux et les oreilles, � laquelle
to is Us an i leurs de billes cho-
ies voudront assister.
Prenez vos cartes sans re-
tard, � l'Institution des Fr�res,
chez Lnee Lafotesi et � la Phar-
macie Leys.
\3\\ dollar la carie. Places
r�serv�es : six gourdes.
L'Ind�pendanee
des Philippines/
MANILLE�M. Gabaldon, en-
voy� �xtiaordinai/e � Washing-
ton de la Ligue pour l'ind�pen-
dance des Philippines, annonce
| qu'il y a de grandes probabilit�s
que le Longr�s actuel accoide
nue iud�pendance compl�ie si
les euetl politiques des Philip*
plnei savant pi �senter leurs ar-
guments. La propoai ion d�po-
i par la s�uutaui BiSgham au
Bl am�ricain demandant lu
aomiaalion d'une commission
compos�e de l�gislateuis anieri-
cains, philippins et dt repr�sea*
:i!s personnels du pr�sident
des Eiats-Unis,ponr d�cider du
<>t dut tutur de� Phiiippinea.pro^
voque des commentaires vari�s
i louveui opposes �uirts ies lea-
ders poli tques d< * hilippioss,
certain! croyant qu'une d�cision
I tluitive (ulerviendra dans un
avenir prochain, d'aunes cm
gnant'que la commission soit,
ju comraire, cause de long� re-
tards.
Accident mortel
S ir la roule de P�tionville�
Kenskofl un pauvre campagnard
a �t� bless� par l'explosini de
la dvnami'equi servait a miner,
vendredi, lis endroits difficiles
df la route.
Transport�e � l'H�pital G�n�-
ral, la victime expira quelsjoes
instants apr�s.
La loterie des �uvres
Qu'on se bats d'acheter uq
billet de la loterie des (Envies
de r'Asoociation des Membres.
du Corps Rnseignsnl at du Co-
mit� Haltii n �aise.
t.e prochain tirage jura lien
� Parisiens 'e dimanche2 m>is.
Pour faciliter les chance le
nombre di ; billets s �t� dimi
nu� . t les lots gagnants i
mentes aiiv.i que leurs vn!> urs.
1 )�c�s
i ,i iil�f. .."unie du Cap an-
�i DCsia niorl en cette ville de:
Madame Lugard l'ierre-Louis,
n�e Lucie Manigat.
Nous pr�sentons nos vires
condol�ances aux familles Ma-
nigat, Hosemond. Pierre Louis,
Dub�, Firmin et aux autres pa-
rents et alli�s.
Empresa Navlera
de Cuba 8. A.
' taiiaqmr t ab�me de iXavifaHea)
Le steamer ct�uantananio�
de retour de Porto Rico est
alteudu ici le lundi vigntqua
tre(24)courant,et repartira le
m�me jour pour Pelil-Go�ve,
Mirago�ne, S inliago de Cuba
el la Havane, admettant lr�t
el passugeis poar ces porta.
Agence G�n�rale,coiu Grand
Hue el Dam�s Desiou.hes.
T�l�phone : 82o0.
�r L. t LflftRISSMi roiaete
�.'i aiiuei % da n r I eiiseiyueinenl.
Vendredi apr�s midi, Mr L C.
Lh�rissons a rappel� 0 sei �l�-
ves qu'il compte 45 an n�es dans
I? belle < t d�licate carri�re de
lEnseignen
Ses anciens �l�ves des deux
sexes uni offert en 1927 a notre
ami une m�daille (fer. Le gou-
fernement bsltiep l'ann�e anl�
�tante lui a d�cern� la m�daille
Honneur et h�rite. On se rap-
pelle que l'ann�e derni�re la
France lui a en\oy� la Croix de
la ! �gion d'Honnour.
Celte a-'n�e, M. Lh�risson.
sans solennit�, a distubu� des
r�c ompenses � ses meilleurs
�l es et leur a adress� quelques
conseils d'un ordre �lev�.
R�sumons c� t entretien : �La
jeunesse, c'est (esp�rance, c'est
la r�serve. Demain est � elle.-�
Elle doit �tre ob�issante, dis. i-
plin�e, pers�v�rante dans l'U-
nion Sacr�e. Elle doit aimer le
travail, le travail pacificateur,
lib�rateur. Le seul peuple tort
est le peuple qui travaille, et le
travail seul donne le courage,
l'Ind�pendance. la prosp�rit�, la
Fol... Aimez l'ordre, la science,
li justice, mais ch�risse� plus
encore la Vertu.
Mr Lh�risson rapp lie � ses
�l�ves le mot de Frederiik Dou-
gl s-., notre cong�n�re, ancien
niinishe des E a�s-Unis paimi
nous: � Civilis�e ou sauv: ge.
quel que soit le loi que I Avenir
iui reseive, Hait! est la Patiie
de 1 homme noir, maintenant et
pour toujours �.
Nos obligations sont donc
d'un ordre th-v�. � D.boid ai-
mons beaucoup, aimons fid�le-
ment, aimons toujours Ha�ti,
terre de la souffrance, noble
terre dont les entrailles sont f�-
condes et les destin�es immor-
telles... Il cite les beaux vers de
l'ommeyrac sur Ha�ti... Mr Lh�-
�isson insis'e beaucoup sur l'o
b�issance, la discipline et l'a-
ir.our de l'Etude qui sont les
lact�ure n�cessaires de-^ progr�s
scolaires.
Tout cela constitue le pr�cepte
salutaire de l'Evolution d'une
race et d un peuple. Mis,en pra-
tique, cel admirable pr�cepte
loi me des Hommes. Soyez de-
main ces Hommes l�.
Les �l�ves saluent ces paroles
par les cris de Viue Ha�ti ! Vive
le Directeur '.
Toutes les punitions sont le-
v es et les m�mes cris se lont
encore entendre. Quelques �l�-
ves .se rendent � la Diuctionet
adressent des compliments au
Directeur.
Sinc�res f�licitations;. M. Lh�
risaon pour ses 15 ann�es.
Il ) a Irais milliaus �le rhoiueiirs
.in\ Khlt-lnis
NEW YOKK- Au eoursd'u-
r�union du conseilexcu'il
�e Ij F�d�ration am�ricaine du
r.ivail, le pr�sident de celle f�-
d�ration a annonc� qu'il existe
actuellement aux Etals-Unis
ulus de trois millions de ch�-
meurs.
LOTERIE
De l'Association des Membre� du Corps
Enseignant et du Oomit� H ��tieti de
l'Alliance Fran�aise.
Le prochain tirage de cette loterie est fix� au Dimanche
2 MARS 19M). � i) heures du matin, au Th�at'eParisiana
Le omite d'adriiinisiration est heureux d'aviser le publi-
que la nouvelle r�partition coi'poilaut un plus grand nom
bre de lots gagnants
Pour le tirage de Mars l'�mission esi de 4.000 billets au
lieu de 5.00().
1 Gros lot Gourdes 2,100 2.100.00
1 � � � � 800 OOU.OO
1 1 < � 15) 150,00
o1 Lots t 90 �,:70,u0
3 � 60 180,00
4 lots 30 120 00
75 �� 12 yoo.oo
2 Aux.du 1er Gros loi de dO 60,00
2 2m e 24 18.00
2 3�me 15 30,00
L'hymne
de la paix
Une soci�t� am�ricaine pro-
i sse un prix d? cent dollars � t
l'auteur d'un hymne de la paix
un retiendra le iury. Un prix'
�gal sera offert ensuite A l'auteoe
de la musique. Il est fait appel,
pour ee concours, aux po�tes
de loin l s Dation**
� ta i � me : I que
�I -.se insi aux,
disciples d'Appolou de tous les.
pavs. La premi�re tois, ce lot '
ir leur demander nn hymne i
de l'aviation. La seconde l
ils durent composer l'Hymne !
des missionnaires.
L'anonymat est exig� des can-
di� sts qui ont jusqu'au mois de j
novembre pour envoyer leurs
manuscrits. j
117 lots se terminant par ,les d� ux
derniers chiflres lei3 gros lolsG.6 6702,00
Paiement des lots gagnants tons les jour-- de
dix heures � midi au ma; sin de M Sinioii VIEUX.
.�iJTOr/"""
LE NOM SEUL SUFFIT
Le Rhum Barbancourt,
consacr� par plus de 50
ann�es de supr�matie, n'a
pas de rivai
Le Soleil del� Nuit,
'�mpe (oie ma n vous rendra un
tel service que vous vous en f�lici-
terez ve us m�me de son acquisition.
Sou torrent de lumi�re blanche
et brillante vaut l'illumination que
vous ne pouvez obtenir que d'une
centaine des vieilles
lempes � k�rosine. Pas
de lubes � nettoyer, ne
pioduit nigiaisse.ni lu-
m�ej il u elt pas n�ces-
saire de couper la m�che. S'al- __
lume inslunlau�ment avec une seu e allu-
mette. Piot�g� contre le veni et la pluie
par uu tube en mica. Fait d'acier et de
taiton et recouvert de nickel. Op�re avec
Je la gazoline ordiuaire e' a uu prix si
r�duit qu'un litre vous �clairera pendant
15 heures d une lumi�re b- illantc
SON US\GE EST INDEFINI.
Vente en gros et en d�tail.
WEST IND1ELTRADING Ce
�'ort-au-Priuce.
C tic ri�Tlelamt Gillette, ' / rend la barbe
V journali�re poonlairt.
\vaul la belle invention de la lame Gillette a dou-
b| tranchant, oa -ie risait rarement en d�pit de la so-
ci�t� et du prestige des affaires. Mais, main-
tenant, oillctte donne facilit� el plaisir �
l'homme de se raser tous les jours et lui
BA permet de vaquer � ses affaires sociales.�
: ���' l..-s hunes (.iilette sont vendues [Mitout,
chez les distributeurs. � Regarder la f�'.
meuse marque mondiale : ^g^. Il 'j a
Aux Vendeurs des services complets eue/, votlt
Envoyez votre distributeur au plus bas prlX eonnn
nom et adresse pour un service aussi partit.
nour �tre publi�s Pour la meilleure *^arbe connue
sur nos annonces serve/vous du raS9\r Gillette,
oi Mette safety|Razor c"
Boston, U.S.A. p� . .. ,
*-fft M4X�aix a co.
� ,n Ml -, H tUGAINI �
ii . i � �IMCt
Genijixk
AU�^u,
�'���:.'

UME^B
Qu6��on ItacSlasUi .d� �
Or. Bengu�, u, rm m*, . paris.
CARNAVAL 1931
POUR Mellb.


LE MATIN- 14 F�vrier 193(1

CADBURY
CHOCOLAT BOURNY1L1
D�LICIEUX � CROQUER
TOUJOURS DE PREMI�RE FRA�CHEUR
FABRIQU� PAR �ADBURY. l'SIKB � BO B VILLE, \N0IETIRR1
Joe WOOLLEY
REPU �SENTANT
En vente dans toutes les bonnes Epiceries.
LA BI�RE � NATIONAL �
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malax� sa qualit�
�o�concourt entre jeune�
gar�ons.
Le-; Inscriptions i n vue d
re concours seront re�neaaa
S�cr�ta ru l de la Soci�t� du
1er Mai su 15 juin prochain.
Le coaconrs de diction Iran
caise aara lieu le samedi 21
juin, d�s 8 heures.
La local sera ult�rieure
ment d�sign�.
Un ju�y|)our chacun des
deux concours star form� par
le biiseau de l'Alliance.
Apr�s doture de leuss d�-
lib�ration?!, chacun- des dam
jurys remettra an Pr�sident
de la Soci�t�, avec ses obeer
yations, les noms des lau-
reais.La liste sera publi�e.
Des prit seront d�cern�*
au laur�at des deux concours
( livres o;i objets d'an ),
; oranie toujours Its meil-
leurs copies df composition
fran�aise des �l�ves de� deux
sex s qui prennent part aux
examens officiels des �tudes
primaires et secondaires ie-
roni r�compens�es par l'Al-
liance au cours dune t�l� so-
lennelle.
Il y aura au�si des prix de
Bont� et de / oy-iulf.
Pour tous autres renseigne
mente, priera de s'adresser
au Pr�aident du � omite Ha�-
tien de l'Alliance Pian�aise,
1315 Rue Lamarre.
i o- t-au-P.iuce, le 17 f�vrier
1930.
Le Pr�sident,
L. C LHLRJSSON
> �
suDeneure.
Prot�gez votre poche el
votre sant� en la buvant
toujours.
I
�*�������� �<
Le visaae
connut une peintur*
d'artiste�
L'Id�al Rhum
ALIX BOY
28 ann�es de succ�s.
AVIS
Les lanrouri du Comit� Ha�ti ta
�e l'Alliance r'rnn�aUe.
Les Concours de cette So
ci�t� pour l'ann�e 1980 sou;
de deux sortes :
lo � Un concours d�com-
position fran�aise el
2o � Un concours de Die
tion fran�aise.
I� Le sujet du concours
.de composition fran�aise est
celui-ci: VLnion fait laborcr
commentez cette fi�ie devise
des P�res de la patrie.
Le travail da chaque con
current sera remis contre re
�n au Pr�sident de la Soci�t�
le 8 Ao�t prochain, au plus
tard, sous une enveloppe ca-
chet�e avee an No ou une
devise.
Dans une autre enve'oppc
�galement cachet� se trouve-
ront les nom et pr�nom de
I auteur, te dernier pli ne se-
ra ouvert qu'apr�s le classe-
ment des copies par le jury.
II � Le Concou s de dic-
tion fran�aise consiste dans
la r�citation : lo d un raor
ceau ( prose). 2<>� d'un m< r-
ceau(vers) par chaque �:o -
current et 3o � dans la lec-
ture d'un moi ceau vers ou
prose. Les trois textes sont
laiss�s au choix de chaque
concurrent.
Les deux morceaux de r�o*-
tation peuvent �tre du genre
dramatique ou du genre
comique. Lhacun des deux
morceaux a�ra d'une �tendue
d'une page environ.
Il y aura trois groupes ; lo
I Concours entre adultes ; 2o�
Iconconrs entre jeunes filles,
PHARMACIE
PRINCIPALE
H. CANONNE
48, Rue Reaumur
88-00 Boulevard 8�bastc:-jl
PARIS
vendant
LB MEILLEUR HA*^"* DO SIOMlE
Produits des Premi�res Marques
et toujours de premi�re IroLheur
UNE SEULE QUALIT� :
�LA MEILLEURE�
������
RAYON SP1 � IAI,
POUR LE8 COLONIES
DROQUKIUli, BBRliORISTBHlU
SP�CIALIT�S
Fran�alMR et �trang�res
SELS DE QUININK PURS
Tous produits en flacons,
ampoule�, comprim�s, cachet \
BOUJTIONH HYPODERMIQUES
BANDAGES, CEINTURES.
BAS A VARICES
APPAREILS HYGI�NIQUES
pour tous usages
APPAREILS ORTHOP�DIQUES
Seringues hypodermiques
PHARMACIES DE POCHE. DE VOYAGE
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projet� de Factures
et tous renseignements
sur demand� adress�e �
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE R�AUMUR
M-M, BOULEVARD SL3ASTCML
_ PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en Isaaoe ui s llteaugav.
�3 AVIS INTIME
Les Tomates ont comroen-
c� chez BAILEY. Que chacun
vienne se pourvoir de. s> sa-
lade pour les f�tes |
Protection
m
\


m
"iy \l!t>m .. mi m .. i t � .
qu'un s�ment furtivement
\l urnei voire lampe de po
be. Inondes la chambre d'uni
lurai�ie brillai.te e infaillible,
("ne lampe Evenady avet
des batteries Everei ly prot�ge
votre vie el ce que vous po�
t-il vi'.i� /.. Ind�pendante, durable.
M aitr: yanie.Lvereaiiy est la plus
bi ilcla.npcdu monde peisoni-
iiani tout perfectioniu un ni mo-
de i ne. VOUS en trouvi r< z ches
loua l� s distributeurs de'.pre-
mi�re classes.
Evites les Imitations*,
f L
LAMPES & BATTERIES
Elles durent longtemps.
�MEHIC�N EVEREADY WOHhS.
30 Kast 43 mt Street. New-York.
Une poudre qui est aussi
douce qu'une plume l � �g�re
comme l'air Duveteuse com-
me un �dredon! Voil� ce que
disent ceux qui se servant
(de la poudre Exelento- File
[s�tend doucement sur la
! peau, laissant une fine pelli-
; tule de poudre qui rend la
peau a ut-Si douce qu une pein-
ture d'artiste.
Ukxelento
Est on triomphe pour la
toilette. Elle am�liorera nim
porte quelle compltxion. Et
' elle est d�licieusement | artu
ni�e. Elle est livr�e en quatre
teintes.Bruu tonc�.Rose.Claire
et Brunette.
En vente chez tous les dro-
guistes. Four 0, 30 cts. seule-
ment. 11 est exp�d.� d�s r�-
ception du prix.
EXELENTO, MED1C1N*.
COMPANY
ATLANTA. GE0RGIA U.S. A.
Agents ieaiandes pour tous
P*v,> �
Eerivet pour ranseiftnemenis
Hamburg Amerika Line]
Le btteau � Idalii �. venant de Kingston c* des pu
du Sud. s.ry ici if 24 rentrant, e rou Eur pe vl
Nord, prenat ( du I cl.
Le navire � Cube �, vennni d'Lurope, est attendu ici ^
le 28 courant, parlant pour StotitQO de Cuba, Kingston]
prenat |r�l et passage. �.
KKINHOLD * (lie., Agents.
!
Est {arriv� un transpd
nouveau des fameux PH()
N'OGRAPHKS portati
� PEERLESS�
qui sont plus sonores q
aies plus grande� machin
et s'enl�vent vite comme le pain ehau
Bazar Od�on
J. KARAYANY
Anqle Grand'Rue & Rue P�rou.
aWatta^ManTi�I i I aaaajaaaaaanaaaaaaa^l
Toutes les Polices
DELA
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux
a
Aqents G�n�raux
insurance Ca
Une des plus fortes ICOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANQE
sur ta Vil
EUG. Le� BOSS� & Co]
Aaents G�n�raux
mmmtw


mu fc �!�! �A
Merci �ili
19 F�vri 1930
t
L�
:3nllti
4 TACiS
-3�n;e A.V.N't,^ %\ 6923
rort-au-Pnnce
T�l�phone ; 22?2
~�M..
1
Pag
Energique antiseptique urmair*
L� COMMERCE de cott9 vl�ill� ... , , ,
pr�sente aujourd'hui un nvivnu


A�ii otU et radicalement
Supprime les douleur?
de la miction
Elite toute complUtttiot* .
r
t* Pif">i iccoft�e�tion�e
�� rtftu .: \r% ih'h* .����
rus� iicnaiM* (,u:i r*.
�n� fo. � i iiemeni q r�<-uf
et� �gujvii iou� le� h.,.
� "�IANlNi;
3 � ---�... i v a � _�
1 1 ' h
i
t Le -'.ujeol, IJUI <|�
F<"->' 1.1 mu-
queue*-� d.t vjIm url-
unlres. -euouvella i-%
Umu�. �fice � un re,
leiinisse n-'nt complet
des celh ,-s Le Paaio).
meurtrier oon seule-'
ment pour le gonocoque
partout oi. || exlite.
f^Ctf �nul� encore pour tout
'Ct\ '"� �"'��� microbe*
i*6/ �ujqualr. ce dernier
rui t �tsocler. aurai
tout il est le fonde-
ment, ii. \>nse du trai-
tement du rtiun.rtiisme bli->
r*j�lc|ue, jiarce Qu'il est
crflui ci* .� bleunorru-
�*ie rl�t-mtmt. >
11- liCNtn.ftO,
� Vain
�PNEU
Lours
Classioues
I i '' J'hildM.: hic indu
li \\ ment.
''�"I" � i*i t? � r� . rorrj
fl �' <'">'i . . cli ujtie mm ,
' ' s I i S >�(' pour A lnl.es
<�: (���Mrs fi en*.
" �',;' : l� St�no (raphie
:1 '.;'�" ��' �� IVn �;iisc. Dirlyl -
ffrapfre avec des sp�ciilisles
pour i li iq�i � r�tira
Em - ; mm� ��)! du Fran�ais,
�'" I \ �:.!'� r| � l'Allemand.d �
I E�paS i"�. M�thode sans
IUR iERMINUS
/�/wT(: Dessalines
I� Caille.
L� <; mis parti eu li�rea de
''"" s�����������s ci Math�mn
liques aux �l�ves tu ro re
lard pu � ceux gui veulenl
gagner du temps.
I ^ Cours tic Musique ( Sol t�ge.
|> Violon. Piano ).
Pension Scolaire, l�rieaac
el agr�able^avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
I S'adresser Rue La marre, 1537,
ou t�l�phonez au No 289]
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPPNKAUER
Reconnu de I t Juive, ii,
H iMen-ic.
Cuf� chic. ftestauianl
Je premier choix o� l'on
trouve � Ion le heure les
coi.sommaUons les plusde-
licates.
S;in(l\viclios sons pareils.
Bi�re � ta pression.
All-Cord


i/ecoiio h e ijQe vois r�alisez sur les
l'ilrc* pi eus est 1res p itivrc, e ��../ �/.-[
pneu Mit ALt C')!',I).
H vous donnera 11 valeur exacte eu ^"y
nulles pour chaque dollar qu'il vous
a.ira (oi.i�, et voua aurez la satisfac-
tion de rouler sur de bons prieQS.
Ces pneus sont arri\��, essay�e les
aujoutf�'hnF.
'�
Passez chez le
Distributeur
P1SK RUOOED �
� -A.
/
Fanck J.MARTIN *l
PL\CR GEPFRVRD.
Phoat : 253 K
P)rt-t�-?rio�, (Hrfii )
�v-.�>-!
� *


Avis
Nous nvons ra?antage de
porter � la connaissance de
notre aimable client�le, que
nous avo �s en stock les lu-
bes r�cepteurs suivants �
U.\ 28(1 ( X 281 UV 876
UV 88fi LX 210 t;x 25()
WD II 12 rJX 120 U\ ]<)(,
UV H'' IX 222 UX 1I2A
^UX 201A IX 101A Spl
lTXJ)i\ 11X240 I'X1I2A
Spl. UX 181 A [IX 220
f lk PlB5 UOEK! ,r U KB&TKia
IWECTI88 PErBlllip
^f5^) D'ALCS2H
OI
tYRUtOi-t
Oufrlmmmm* la
numnm
M TOI
SfMiKMi ru;,e.D. �. m s* cruiiit, mais
Pr�-Cat Lan
Si vous avez quelques heures'de loisir, le soir, et que
vous d�sirez les passer agr�ablement allez au
Pr�-Cat-Tlan 1
OU nous trouverez, la.plus belle saile de bal, la musique la
meilleure ex�cut�e par un orthophonie dernier cri et aussi
les Ixnsvoiis les pins fra�ches et les plus pures.
� hUmpagne, bi�re allemande ou nationale.liqueurs de toutes
rortes.
- jU
c-------�
jriim|v!irii' ition
PHILIPS RAUIO.
�w�eaH
�-~~�>��v
VOLUS TROUVERE
..................... �Hfife H. fiALLONI Fifa
te l.'n;,';:,,,!;1-;^:' ,>> qrandes marques de lit
.en 1er.
Siuuiions company
jLaife Loikj Ste- I �eed
F�d�ral : el Hcl(\.
Les s-; d�les sont des olus i
'nouveaux, el � des prix i
"absolumont exceptionnels.
"^
U-* � el R a si .i urant
La Coquette .1
1 'n .MMi^t:' 1 �.,( i; ,,.� , | |;,.s
hiirn d u l.'l t '.,;;,!;. ,,
'�- f f �� "v (fonrji, ej : Jraiitl
:' ' . \-- "'. ,11
R . nie.l nien pr p 1 �s el .1
a porter de tou es i.. � bour-
Un m iee �pi. ial as me
'1 Iou! �> . >. heure du jr>nr el
le la m. 1 : I* o�s-e etc cal. .
d'' choc : ; . m 1. ... ., t vern
� te I'aK I ' > '�� '.m el glnr
po.i.- la .in li ]!i- s inine de
10 1 51 ai , centime*.
�' l' i � s pnl*.�e � ! 1
"-'� |uell � vri ;y conduira
toujours
Abr�viations
>n trouvera au\ Bureaux du
Mai in le dernier recueil de M.
L�on Lai eau, Abr�viations au
prix de Ginj Gourdes l'exem-
plaire.
HOTEL T AVENIR
Aafie im liisrs �fwiiawiiUi �1 Jtt Cf�ifit.
Chambres bien i siall�es.
Concluions avantageuses.
Cuisine excellente.
ASSUREZ-VOUS
' ^ � la
General Accident Fire &;Liie
Assurance Corporation Ltd.
de Perl h ( Scothind !
le moud j*���� sur son enamp d action qui embrasse
Sea Polices �Mitre Incendie couvrent ausai le* d�g�ts occasionne, par la touore
Stsi\.,u r Antomobilea couvrent vota, incendie malveilho,^ h,
cause* a auti ni dans sa personne oj dans ses biens mahe,I,auce- dommages
Ses IV., s Maritimes �mises par ses branches d'Europ, sont payables en Ha.t
3 M moin Kl S do��rs, la prune So^�t^
j Veuv, F. BERM1NGHAM, Aux Caves
SOUS- GENTS:
Agent G�n�ral pour Ha�ti.
rort-an-Pnncei g. (�ILG
JEAN BLAWCHfiT J�r�mie
V
�^
L
MUTILA]


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs