Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03937
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 12, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03937

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
368, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N' 2242
*Vli ftitrirur,' ii le ma,, oi li
iortaic, ai la coadaile ire visible ne laal l'honmir ; mais
k seettarst intrieur rt hahilurl
H. TAINi
23me ANNE*. N' 6918
PORT-AU-PRINCE (HATI )
JEUDI 13 FEVRIER 1M0
ktt
Quelques facties de notre]Pour la
confrre Le Temps | Commission

Nous voulons chicaner quel-
que peu aujourd'hui notre
confrre Le '1 emps, la bonne
franquette d'ailleurs et sans
animosit, en vertu de l'ada-
ge : Qui s'aime se querelle.
11 publie, dans son dition
de mardi, la note suivante :
Les unements en cours. (1)
Le Conseil d'Etat sera-t il re-
mani ? C'est la question qu'on
se pose depuis quelques se-
maines. 11 semble que le pr-
sident de la Rpublique a vou-
lu donner une rponse cette
question, uue rponse affirma-
tive.
On nous dit qu' la visite
d'hier, il a dit ces messieurs
qu'il allait fermer le Couseil
d'Etal. Un Conseiller osa faire
des objections, trouvant que
ce n'tait pas le momei t, que
la Commission vu venir, qu ou
peut avoir lu-soin du Couseil ;
mais Nostruui liut bou.
A la sortie, les 21, trs ex-
cits, tinrent uue leuuion si
agite qu'ils dureut passer a
huis-clos.Qu'a-t'il t dcid?
Est ce que les vnements
vout se prcipiter? Et daus
quel sens?
Nous avons t tents de
souligner eu italiques les pas-
sages qui sout taux de cet eu-
trelilet; mais il aurait faliu
tout souligner : il est taux du
commencement lu fin.
Le Prsident n'a pas dit le
propos qu'on lui prte. Donc
aucun Conseiller d'Etat n'a
pu rien objecter. Par cons-
quent, ils n'avaient aucune
raison d'tre trs excits, ni
de tenir sance huis-clos.
O notre contrre se ren-
seigne-t-ii ? S'est-il mme ren-
seign ?
Et puis, d'ailleurs, qu'est-ce
qui interdit au Prsident de
la Rpublique de taire des
changements au Conseil d'Etat
quand la politique le lui coin
mande, mme si le Corps est
en session ?
il dit encore, propos d
danses de vaudouxqui.relate-
t-il.lont rage aux Cayes.au Cap
et a Jacmel,que (c'est une ma-
nceuvre de gouvernenitnl
pour obtenir une majorit aux
lections lgislatives...
Or, le gouvernement a dj
dcid qu'il n'y aurait pas d e-
lectious lgislatives cette an-
ne ; preuve que le 10 jan-
vier est pass depuis long-
temps, sans que ces Messieurs
s'en soient aperus.
Notre confrre ajoute que
quelqu'un qui a caus avec
un membre du gouvernement
nous assure que c'est la uarde
d'Hati qui tait revivre la cou-
iume abolie...
Ce c quelqu'un a sans
doute un nom ainsi que ce
membre du gouvernement ;
alors pourquoi les taire? Voi-
l un double vague qui pour
rait coter bien cher si le chef
de la Garde s'en mlait et exi-
geait la preuve de ces allga-
tions.
Nous nous empressons de :
dire que nous n'enlendons '
taire aucune suggestion, et '
que nous sommes les pre-{
miers penser que certaines
inepties sout destines a tom-
ber toutes seules.
Mais voici le bouquet : dan*
Son dition de samedi, uobe
tympathique confrre donne
la parole, eu aon ditorial
ramevva M. Millspaugh, an-
cien conseiller financier, el '
voici, entre autres choses, ce
3ue nous lisons sous la plume
e cet amricain, que l'Oppo-
< i ) Formait renom'ala Ut fiartigue*,
sition met iranchement de son
ct : 5
a A u eu ne 'administration
amricaine en Hati n'est plus
efficiente ou plus populaire
que le Service National d'Hy-
gine qui, etc.. Une telle
uvre n'est pas seulement de
l'administration pratiquer est
aussi la meilleure diplomatie
possible.....
Sans nouvelle action,nous
retiendrons eu Hati pendant
plusieurs annes aprs le trai-
t, uue forme de contrle fis-
cal pareil a celui qui existe
dans la Rpublique Domini-
caine... Mais uu tel contrle
ne peut assurer que le service
de la dette; il ne peut garan-
tir que les autres fonds pu-
blics seront dpenss sage-
ment et honntement. Il s-
rail peut-tre possible obte-
nir pour le Receveur gnral
des douanes des pouvoirs ad-
ditiounels pour contrler le
budget et couliler les depen
ses, des pouvoiis semblables
ceux qui sout exercs pr-
sent par le Conseiller finan-
cier amricain.
En ont e, il n'es: pas im-
probable qu'Hati veuille em-
ployer par contrat un nom
bre d'administrateurs amri-
cains pour la police, les Ira
vaux publics l'hygine publi-
que, l'agriculture, le commer-
ce et l'instruction publique.
i D autres pays, sans se sen-
tir humilis et sans rien per-
dre de leur souverainet, ont
agi ainsi....
La continuation d'un con-
trle en dtail ne peut tre
exerce de Washington d'une
l'don satisfaisante.
a Que nous rsolvions I.
problme, et comment nous
le rsoudrous, sera dtermin
en grande partie par le genre
et la capacit des nommes qui
nousieprsenterout en Hati.
Que le nationalisme hatien,
que l'opposition qui se r-
clame de ses ides, s'accom-
modent de ces dclarations
Je M- Millspaugh ; c'est leur
a fia ire.
Mais que, en mme temps,
ils nous en veulent mort
pour avoir dit et pens beau-
coup moins que l'aucieu cou
seiller, c'est n'y rien com-
prendre.
Au tait, sur quoi esl-on d'ail-
leurs d'accord au dehors ?
A vendre
Une automobile Oldsmo-
bile Modle 1927 en parfait
tal. Droits pays Quatre
Pneus neufs.
Phone Q. tf.
Sergent .TRAPNOLL
27-3
'Lvfc Camp d'Aviation.
RHUMES TOUX
CATARRHES
GOUDRON
GUYOT
A l'heure actuelle, {l'attention
gnrale est vivement sollicite
par l'annonce de la prochaine
arrive de la Commission d'en
qute qui vient d'tre forme
par le Prsident Hoover pour
connatre des choses hatiennes.
A la Commission, dont on se
plait dire le plus grand bien,
eu gard aux minentes person-
nalits qui la composent est fi-
xe, comme en appendice, la
non moins haute personnalit
du Dr Moton, qui doit, lui, se li-
vrer une enqute spciale et
parallle sur les questions d'en-
seignement.
Nanmoins, les uns poussent
dj des ens de victoire et les
autres, plus prudents, dclarent
que ce bloc enfarin ( malgr
la couleur de l'appendice ) ne
dit rien qui vaille .
Comment taire pour que tout
le monde soit contenl ?
D'un autre ct, je crois que
la Commission, un mois aprs
son arrive Port-au-t'rince, ne
sera pis plu- ^vamee qu'au pre-
mier jour. Pensez donc elle va
en entendre el sur lous lis Ions!
Le moyen de savoir la Vrit ?
Aussi, malgr mes l.-ihu-s lu-
mires, je me permets de lui
Ijire une suggestion. Qu'elle ne
se mette pas martel en tte pour
tirer su clair l'imbroglio actuel;
mais dcide simplement de
prendre pour alli le dieu Ha-
sard.
Aprs avoir enregistr toutes
les pices conviction qui n au- |
ront jamais pour vertu de lui
inspirer une dcision,e!Ie n'aura
qu'a inviter le peuple se ru
nir au...Champ de Mars (la pro-
vince se fera reprsenter par
des dlgus ) et l, elle tirera
au sort les tondions suivantes :
dputs, snateuis et Prsident
de la Rpublique.
Le> noms des candidats seront
dposs dans une vaste urne
par les intresss eux-mmes.
Les3(> piem ers bulletins sor-
tants fixeront la composition de
la Chambre des Dputs.
Les 15 autres noms seront les
lus de la Chambre haute.
Le dernier nom sorti sera ce-
lui du Premier Magistrat del
Rpublique.
Et tout le monde applaudira.
LA PIE
Le nui|iiant< n.iii-r de I ampoul
lectrique
En octobie 187U, Edison ra- [
lisait pour la premire lois l'ex- !
prience de lumire par lil in- |
candescent. L'ampoule lectri-
que tait ainsi invente. A l'oc-
casion de cet anniveisaire, la
ville de Pearbon ( Michigan) o ,
naquit le grand savant amri- |
r;iin, a organis des ttes en son
honneur.
Edison qui a plus de quatre-
vingt deux ans y assistait. Dans ;
le monde entier, plusieurs ;
grandes villes ont commmor, {
ce cinquanienaire par des illu-
mina ions teriques.
Mort
VJB&& DUNE
Centenaire
Les funiailles de Mme Vve
C. M. Cleslin, ne Mbrie Ma-
deleine Toussinette Nicolas,
dcde hier une heure du
malin l'ge de 100ans 3 mois,
ont eu lieu hier aprs-midi a
la Cathdrale.
Aux familles Cleslin, Augus-
tin, Dsir, Latortue et princi
alemen' notre ami el colla
orateur M. Seymour Clesli.i
dont la dfunte tait la grand-
mre, nous envoyons nos bien
sincres condolances.
Parrsana
CE SOIR
A la demande gnrale
UVMlKAtJORK
Avec Bnguu kieim.
Entre: 2, 3etf*>s.
i
OH EVITE
i' ': '" M.
TouU : ; Ma :.idioa
y tetSS BS3PIRATIHi ^)
Pusm^ VALDA
t::... :?T!QUE8
Mais le MMlM A i i/iis si on emploi bltn
PASTILLES IV.l: % VRITABLES^
Les EXIGER dau taa les Pharmacies
En DOITES
portant le nom ^1
VALDA
Les | ostilles Wdda |sont ea
vente
i btrmacu W. Buik Port-au-
Prince
Pharmacie Bourraine Port
au-Piiucc.
rh.ii mai-itf Commerciale Port*
au l'rince.
Pharmacie Bruius Jirimft
toutes les autres phamarcies.
Ce qui n'a jamais t (ait
Ce qui ne peul flre dpasse.
Kola Chamoaqne
F. SJOURNE
Prpar daus des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Picparaiion et Vente
Thabiiacie P. SEJOURNE
Angle des Hues Houe et du Centre.

rS
LA BIERE NATIONAL
DE LA
L'Idal Rhum
ALIX ROY
28 annes de succs.
,
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malar sa qualit
suprieure.
Frotqez votre poche el
votre sant en la buvant
toujours.
Lucien Th. Lafontant
1538, Grand-Rue
Accessoires, pices de rechauge. article" divers pour
Automobile* et Camions de toutes Marque
GAZOI.INE.-HUILES pour Moteur, poui tranm.sioas,ft
pour diffrentiel.
A la disposition de ses aimblcs clients. \\r. f.AFONTANT
? ient galement d'installer une pompe a air a 1 etftrtciM
usage- fccile et rapide. Tlphone :
... a vu. avant-hier soir, a Tur-
geau, un flneur qui brusque-
ment s'arrta devanl une des
villas du quartier d'o montait,
enveloppe le parfums de jas-
mins, la musique endormante
d'un ortophonic. L'instrument
jouait la clbre valse de La-
mollie Aux toiles. Le fl-
neur, un musicien, certes, se
mit, lui aussi, chanter la c-
lbre valse sur laquelle le pote
Moravia lit de si jolis vers nos-
talgiques. Mais les chiens du
voisinage ne l'entendirent pas
de cette faon n'tant d'ailleurs
fas lui In ns de tels concerts.
Is se mirent, ils taient bien
une dizaine, aboyer et si
ort que bientt on entendit plus
ni la voix du chanteur, ni celle
de l'ortophonic. Le chanteur
d'ailleurs eut peur lorsqu'il se
lendit compte, nuiIheureux or-
phie, que sa voix n'endormait
pas les animaux. H s'en alla
presqu'en couiant et quelques
seconde-*aprs,les chiens s tant
tus on put entendre encore Tins-
trument qui s'ternisait avec un
accent presquhumain drou-
ler la valse de Lamothe.
... a vu un chaulleur, lundi
vers deux heures, se poster dans
une des ruelles du Ilois-Verna.
Et l, cette heure, celle o
chacun prend sa sieste, sous
prtexte de rparer on ne soit
quelle punie, il se mit a ma
ncauvrerson klaxon. Le vacar-
me fut tel que beaucoup de gens
dn quartier s'avancrent prs
de la barrire pour voir de quoi
il retournait. Chaque lois ils
tombaient sur la tte btement
souriante de ce chaulleur nui
tout lier comme s'il avait d-
couvert le mouvement perp-
tuel continua l son petit man-
ge stupide digne d'un gosse s'li-
pide et niais. S'il y avait, cette
neure-l, un guidai me dans le
quartier l'imbcilit du chaul-
leur ne pourrait pas se donner
ainsi libre cours.

... a vu, Carrefour, lu cot
de la firochelte une scne des
plus tordantes. C'.lit un bain
mixte, l'n de ces messieurs au
lieu de laisser comme les autres
ses vtements dans l'automobile
o l'on tait tous monts avait
prfr les accroeher un ar-
bre. Pendant qu'ils se bai-
gnaient, tout a leur bain, un des
voleurs qui empes eut l'endroit,
moins que ce ne soit un tour
d'ami, alla paisiblement dcro-
cher le pantalon et sans crier
gare disparut avec. Lorsque la
bande eut fini de se baigner et
qu'aprs le petit djeuner an
boni de l'eau dcida de rega-
gner l'ortau Prince, noire hom-
me fut terriblement dsarcon-
n. On avait | ris le morceau le
plus important. Si c'avait 0|
encore le veston ou la chemise,
mais le pantalon. L'homme dut
s'envelopper d'une longue ser-
viette ponge tout humide en-
core et courir vers l'automobile
la joie dlirante de ses cama-
rades. Ce fut une autre a Ma ire
encore lorsquairiv en ville il
dut laisser lauto pour rentrer
chtz lui. Des gamins qui, cette
heure l, jouai, nt au foot bail,
dans la rue le . Im m ni de cris
vigouieux el p'.s et lui je-
trent, par deux ou trois fois:
Nous alloi s le dire No-I
tri-. il.
El ils ont, ces gosses, lanu i a-
iole.

... a vn que depuis quelquea
soirs des chaulleurs t'amusent
i Liie retentir leur Uaxou ou-
1 liant, sans doute, que dsora
1rs lglements, on ne doit kla-
xon uer que dans des cm d-
termins: an ccin des rues, ta
toi rient, etc. etc D'ulleurs*
i; en e an point de \, e tathti-
( i < ces ihi fleuik nuian m d
klaxonner le mo ns po>t ble,
cm: leur ioiU dolaniie ne sonl
pas ce qu'il y a de mitux n fait I
d'harmonie.
*v.



PA.GE-2
UNE ENCYCLIQUE
sur l'ducation chrtienne
de la Jeunesse
IV
Le reniions mire IBflUe cl l'Ilil |
Le sujet fc Nidiiraiien
Lu i n-', ou n< do | m i
Aprs avoir rappel, dnprb prdre 'le vue que la infel de
/.con A'///, te principe de M n7i
ttnction des deux pouvoirs et
kurrencontre en certaine ques-
tions. Pie XI ajoute
Or. rduction de II jeunesse
prcis meut une de ces clin
m qui appartiennent si l'Eglise
et .1 l'Etat '>ipn qoe d'une la
con diffrente > comme nous
l avons aipoa plus haut.Il doil
d me poursuit Lon XIII r-
gner entre les deux pouvoirs
I nne harmonie ordonne el celte
coordination est compare, non
a*' raison, A celle par laquelle
I me et le corps s'unifient dans
l'homme. Ce qn'esl c tte coor
dimlion, l'on ne peut en jugei
autrement qu'on rflchissant
co une nous le disons, la nature
de chacun 'I s deux pouvoirs t D
ml gard l'excellence et a lu
Doblesae de II lin ; comme il eai
d (' v o l u a l'un directement ei
proprement ie veiller il l'utilit
'1 s chose mortelles, l'autre,
au contraire, il es! donn mis-
sio i de procurer les bien* ce*
lestas et ternels Donc, loi ci
qui dane lea chose humaines,
est an quelque laon, sacr, loul
c s (|ui .se rap lorte au aalut dta
t i s el au culte de Dieu, que
"tes chose soient l< lit i par leur
I nature ou qn'eih t consi
dres < omine lelh s en raison
jJe la Hn laquelle elles tendent
Rout cela is soumis au pouvoir
'et aux dispositions de I Eglise ;
le reste, qui demeure dans l'or-
|i ivil i i politique, il esl juste
ju'il dpends le l'an :i
/le, Jsui Chi i il ay ml coin
n ind de d unei ;'t (.: qui
I >si Csar al Dieu ce qui est
i D eu. >. I).
.i liconque reiuserail d'admet-
h*e ces principes el d< lesappli-
' ruer ensuite I ducation en
' 'tendrait ncessairement nier :
tue la Christ a ton l son Eglise
', iour le salut ternel des hom
rues al a soutenir que la socit
, ivile et l'Etal ne sont pas sou<
I ois a Dieu et a -.i loi natui'elle
t divine. Ce qui est vident
nent impie, co itraue a la saine
Bison et, particulirement en
i na'iie d'ducation, eitrme-
nent pernicieux pour la forma*
ion droite de la jeunesse el cer-
tainement ruin ux pour la so-
I ll civile elle-mme..,
ieces.Mle el H Villages le lai.uni
i i i,dclare Pie Kl c'est abon-
lamment dmontrt o pur les
uits toutes les poque el les
p tlogistes ont prouv maintes
ois, que le. bons chrI 'ens
talent 1rs meilleurs citoyens
De mms que i Etat, a in s i
ussi h s ieuc la mth
sientifique.l.i riches e se i
i I i q u e n'ont rien :1 ci.iiu-
re du plein el p u rail raand .t
iucatil de I Eglise. Li a insii-
dions catholiques, quelque
?gr qu'elles appartiennent de
inseignern ni el de la science
ont p.s in toin d'apologie.
Le Pope voque ici, rapide
ent, leur clat el leur utilit et
ppelle que le Concile du Vati-
n, louant la endure des arts
des sciences humaine , leur
fssa une juste libert en
urvoyant d ailleurs <> d ce
elles ne tombent pas dan
.y / ne sortent pat (/c
t.s propres limites.
!etta i pgl de la |uate libert
pntiflque esl, en mme teups,
i e rgie inviolable de a i iste
ert didactique ou de la liber*
d'enaeis ie nent droitemenl
.i lise. El elle doit tre ob-
vie dans D'import quelle
nmnnication doctrinalc
ntres et avec une obligation
mconp pins gr.ive de fus i< e
g u d d li jeun ;sse tanl,' :
'jie, sui elli -ci tout m ii re
bhc ou privs un droit tu-
d non pas absolu mais dl-
, que parce que tout entant
adolts eut chrtien a un
ril stlit t i 1 enseignement con
lu loctrine de l'Egl
P Incation chrtienneeal l'hom-
me tout entier, esprit joint au
corps en unit de nature, dans
toutes ses I iculls naturelles et
spirituelles, tel que nous le font
connatre la raison droite et la
Rvlation ; p a r consquent,
l'homme dchu de son tat ori-
ginel, mais rachet par le Christ ;
et rinlges prternaturels de j
l'immortalit du corps et de l'in-
tgrit ou quilibre de ses incli-
nations.
// faut donc corriger , r
gler > "clairer et fortifier, par
< les vrit surnaturelle* et les
moyen de la grce.
Pauet iln naturalisme
pilagoyiqiie
Ces' pourquoi est taux tout
naturalisme pdagog que qui.de
n'impoi quelle laon,exclut ou
l'iluit la tormalion surnaturelle
hrlienne dans l'ducation de
t i inesse el eal errone tonte
nthode d'ducation qui se ton-
le, en tout ou en parue, sur h
ition ou l'oubli du pch
originel el de la (ira- s et, par
consquent, sur le^ seules lorces
del inture humaine.Tels sont
gn ralement ces systmes ac-
tuels ois divers qui se r-
u '.t d'une prtendue au'o-
noml 11 ! une libert illimite
de I entant...
Ce qui l'empche point com-
me l Eglise la t.jours fait
la coq ation active de l -
i < .< so i ducation > ni la
condamnation du despotisme
et de // violence chez ldu-
cateur.
M tis hla.par la si^mfi ition
obvie des tomes et parle lait
lui-mme, on veut, chez beau-
coup, soustraire l'ducation
toute dpendance de la loi divi-
ne, C t ainai que de nos jours
se produit la cas, en vrit lort
inge, d'ducateurs et de phi-
opnes qni se donne il h-au
. oup de peine la recherche
d'un code moral universel de
: i ducatu n, tomme si n existait
ni le D ie, ni la loi van
glique, ni mme 11 loi de natu
i p, scutp' p ir Dieu d ma le
oe ir de i ho n d s, pi omulgu e
par la dro i raison, codifie,
l.i is la ition positive, par
l) .u l lans la Dcalo-
. Et pareillement, hea cea
novateur^, on a l'h bitu le de
qualifiei comme par mpris,
< h ne , passive*, te-
rne e , l'ducal o.i chrtienne
parce [ i inde sur l'au-
torit divin i saint lii.
<>u\ i sa trompent misra-
blemeu qui onnent u ois
la pi : loi er, co nme
il. lise i enl i it, alo s qu'ils le
. esclave de son
o ;ueil aveugle et de ses pas-
aio is ds n locnea...
L'ocaliea sexuelle
S luver ii imnenl dangi reaxest
ensuite ce nitoraliame qni, en
nos temps, envahit le domaine
d l' 1 icaiioa en une m iii--e
li :ate que l'honi
des me i,s. Trs rpan i .1 - est
l'ern nr de cens qui, avec une
prtention dangereuse, ti sous
un vilain ino prco lisent une
prtendue ducation eeiuellepes-
limant i tu sment pouvoir pr-
mu r les |- unes vos contre les
ils des sens par des moyens
purement naturels tels qu'une
initiation tmraire et une ina-
ction prventive, pour tous
in iistinctemeiit, et mme publi-
quement, ou, pire encore, qui
ent pouvoir les exposer par-
fois aux occasions, afin de les
habituer, comme ils disent, et
comme pour leur e idurcir 1*8-
; prila.
i. est //^^o/|^(////l. la fois,
"la fragilit nati< < de la nature'
et "l exprience mime des fait* ".
Sur ce llicat sujet, si, eu
i I ton rconstancea, j
qu Iqne instruction individuelle ;
appareil ncessaire, en temps t
me a la loctnne ne r Eglise, -v^ ,,^u . u
loane et loiiiimient de la ?-lUT "{ ,a "' . '
eet que loi causerait un tort If* e
,*v quiconqm troublerait s:i
en a bu ml de !a confiance
i jeunae gans envers les
>, de leui inexprience natu
lia .-t de leur in rimait on de-
e ver une libert ab
lu., u aone, lauaaa.
) Encycliu n* hnmnrtnh <
-ewbre lie,
opportun, de la part de nui a
reu de Dieu la mission cluca-
e al, il laut ob-
m prcautions
bien connues a l'ducation chr-
tienne traddionnelle...
A ii de Detrl
Les dpches pour Cap
Hatien,New Voi k et l'Europe
par le Sleaiucri v.sti eu stiout
tei nies vendredi 14 du cou-
rant.
I i'oil-au-rrince,!! tv.1890.
Seuls distributeurs: HEHNER& C
Boule RouqeElole Houqe
Jacincl Tradinq C
Leur nombre des millionnaires aav
Liai Luis auyneol.' de 20t>
en 1928.
Washington. La prosprit
del nation en 1928. aUr bue
par la Trsorerie >a h Wail-Stieef, a lail 206 nouveaux
millionnaires pendant cette m-
me anne. Le lo al des revenus
n 's des particuliers fi atteint
21 milliards 625.488 17." dollars
en augmeniahon de 2 milliards
052 17U.2<)8 sur l'anne prc-
dente.
Les statistiques concernant
1,050 950 leuillea de taxes pour
1928 montrent que, sur h s
2,4.14 040 personnes qui o d pa-
y des taxes, 490 avaient des re-
venus nets de 1 million de dol
lars ou plus et 24 des revenus
de f millions de dollars ou plus.
La classe des millionnaires
avait u i revenu nel au total de
l 073,706.325 el a pay 178,525,
926 .loilarj, comme taxes.
Leurs revenus k0.it am i r-
pur1 is :
241 personnes sont dans la
classe de 1 million 1,500 000
dollars; 105 dans la classe de
1,800,000 a 2 millions dollars;
SW i.i i la classe de 2 millions
.'{ millions de dollar; 20 dans l<
classe 3 millions 4 millions de
dollars; 17 dans la classe 4 mil-
lions a 5 millions de dollars; 24
dans la ClassoaOe 5 millions de
dollars el au-dessus.
Le nombre des personnes
ayant un revenu net de plus de
3.000 dollars mais moins de
5,000 dollars a plus que doubl
pendant l'anne.
Le lo.al de 1 impt sur le re-
venu peru sur les pailiculiers
en 1028 a atteint 1,142.259,780
dollars. Les socits coin mer-
Ctaleaontpaye 1 059,3-2 096 ml-
lars.
Les statistiques montrent ga-
lement que ur 1 o a d s re-
venus moi vid utls,10,2od,,'{ 17. ^51
dollars provenaient des salaires
ei 3,288,963,184 dollars des al-
taires.
Nouvelles mesures sovitiques
Moscou. Ko vue d tablir
l'galile parmi les citoyens et
de hter l'avnement du pur
communism>, le gouvernement
des Soviets envisage l'adoption
de vlements et clnussures Ta
briqus en srie et vendus bas
prix, destins aux masses. Il va
adopter galement un lype uni-
lorme de maisons, de mobilier,
de lits et mme de nourriture !
D'api es ce systme, les niera
bras de la socit russe seront
enfin gaux et ne pourront pas
tre jaloux d'un voisin mieux
habill, mieux log ou mieux
nourri.
Propos
d'hygine
Les Salons le Coiffure.
Il est dsirable au nom de
la sant publique qu'on ar
r-ve bien t une rglementa
tiou et un contrle sani'.aire
des salons de coiffure, en vue d
leur installation plus convenu
ble et des sanctions appliquer
au cas o ils ne rpondent pas
aux conditions hyg'mq tes exi-
gibles ol ncessaires. Tout le
mon te sait que la teigne, la pe
lade, la phimase, la syphilis.
etc. s attrapent paifois chez I
co.ft -or ou le bai nier. Pour pr-
venir la propagation de ces ma
ladies, il y a un minimum d' -
pu cils a dsinteciion r-ipid.,
ainsi qu'un io' d Instruments
eu bou tat et de linge propre
interchangeable, qu en doit rt-n
conlrer chez le codleur recom-
mandable. Les ciseaux, rasoirs,
tondeuses, peignes et brosses
doiveni tre d^siulects aprs
chaque usage; les houppes la-
vables, les serviettes en papir
ou vulcanises les poudres,
crmes, savens et esstcea, ex-
traits de tubes p ession, de
vaporisateurs ou dbotes per-
c en pomme u'auuou. Na>
turellement les meubles, le par-
quet, le muter.ci. par leur pro-
pret et leur relui-a.ee, oiln-
ront aux habitus toute soi te
de scurit. C'est, d'ailleurs,
ce compte, qu'un salon de
coifiure sature une bonne cli-
entle.
CnOrsisa z bien voLe coiR.mr
el voire bai hier, il y va de voire
saule el de celle de votre la-
mUle.
LES FlXAMiSOi: (IIICAnO
lu qroiipc |ireja>e Or 10 millions
UllI AllU UN rJuilUtug Ma -
nageis Association, groupe d en-
l efre ieur>, vient de s'eng'gcr
A oftrir 10 mil! ons de dollars
pour le maintien d^s principaux
services publics (police, incen-
die e hygiut ). Cet engagement
a t transmis au CltiZeus' He-
liel Commi te, dont le p.si lent
esl M. ^ilas 11 Straus.-. Associa-
non auia comme garantie des
mandats de taxes.
.M 11 Wt .* ItmmtB
f V PII.l II . ,.r MALES
X \ in, .., . mm.
p -v ( ". oIb,
T wr-":-i* "....."" -'
\"< ji ./ - i B Uut t
WK\ "-n:- --<-. r }. K,< \ .-'.<.*
|\ ; . v. r tv.
*:>
L'incident
d'hier
Une messe de Requiem,com-
me on le sait, devait tre chan-
te, hier la Cathdrale en m-
moire des infortuns fils d
peuple tus lors du regrettable
incident de Marthalerre.
La crmonie r hgieuse ache-
ve, divers orateurs se firent
entendre sur le pristyle de la
Mtropolitaine, entrauires MM.
Rigal, Brierre, Victor Cauvin,
Moravia Morpeau. Au mo-
ment o ce dernier prononait
son allocution, au milieu dune
foule qui grossissait chaque
instant, la Police, alerte se pr-
se .ta sur les lieux. Il y eut une
bagarre au cours de laquelle
des arrestations furent opres.
Elles s'lvent au nombre de
trente el une. Par ni les person-
nes arrtes se troavent MM.
Victor Cauvin, Jean Brierre,
Lucius Bruius, David Jeannot,
Henri Durand, Justin D. Sam,
Ernest Sabalat.
Onze d s personnes arrtes
o vingt autres dposes en prison
sous la prvention d'infraction
la Loi sur las runions pu-
bliques, d aprs rapport fait par
les agents de la force publique
accourus spontanment sur les
lieux.
Funrailles
; Cet aprs-midi auront lieu
en l'glise Mtropolitaine les fu-
nrailles de Mme Vve Cligny
Ethart. ne Laure Archer, d-
cde hier Maison mortuaire :
Rue des Miracles, anciennemai-
son Brutus St Victor.
Condolances aux familles
prouves.
Publications
reues
Nous avons reu et parcou-
ru avec intrt le fascicule du
mois de Dcembre du Bulletin
Officiel des Dpartements de
l'Agriculture et du Travail qui
publie les matires suivantes:
Arrts dterminant les types
Standards de Caf, relatils
l'Ecole Centrale d'Agriculture
el dclarant d utilit publique
lagiandisstnient de l'Ecole
Volmar Laporie; Organi-
sation technique, Enseigne-
ment professionnel,l'Incident
l de l'Ecole Centrale d'Agricul-
'ure.
ALUM1NUM LlNE
Dpart rgulier de New-Orlans el de Mobile
pour Foit-au-l'iincc.
Le steamer a Mai i tyant laiss New-OrUans lt 5 F-
vrier courant seia n l'oit-aii Piiucc le 13, et continuera
pour PetiMSoAve, Oyee et Jeemel prenant du Irt.
Uu steamer laissera New Orlans le 15 Fvrier pour Fort-
l-Prince et les ports du Nord.
Ce 15 Fvrier 19.M).
A. de MATTEIS & to, Agents gnraux.
au
Le Monde
MAKIAGE. Nous avons re-
vu le f ire pari du maiiage de
Mlle Andie Desiandes avec M.
Max Brunner. La crmonie
nuptiale aura lieu dans les sa-
lons de Mme Edgard Deslandes,
le samedi 1er mars prochain,
5 heures et demie du soir.
Sincres flicitations et sou-
haits de bonheur.
"Le Forat"
Le jour appioche. Eneel
' c'est dtniain soir que sua te.
prseni Fansiun >f "cette
pice qui fil, il y a de cela quel-
que temps, sens.bon. L'auteur
a eulheuieuse ide de choisir
un titre qui fit parltr e sa
pice : LE FOHAT.
C'tait pour l'auteur une bon-
ne aubaine.
,.,..MgT Jan
Nous avons revu avec beau-
coup de plaisir S. Ci. Mgr Jan,
voque du Cap Hatien arriv
avant hier matin.
Mgr Jan n'est pas rest long-
temps parmi nous. Il est parti
aujourd'hui mme pour les
Cayes o d'imposantes crmo-
nias religieuses auront lieu le
14 fvrier 1 occasion de l'an-
niversaire du Sacre de S. G,
Mgr Pichon.
Lu r.hmnbre des Dpute, repr-
sentait elle la.Valioii? t
Noire conlrre Luc Dorsin-
ville, directeur de L'HEURE,
vient d'di er l'Imprimerie
Aug. A. Hiaux une intressante
brochure intitule : La Cham-
bre des Dputs reprsentait-
elle la Nation ? .
Voici la conclusion de l'an-
leur :
A ces p ges que nous Vf*
nous dttsion.
Celle ci tiendr.i en peu de
mo -, Tant il est tacite de la
Iromer : La Chambre des D-
puts, rsum rd-je, n'a jamais
reprsente la N lion. Si ces
temps ci on appelait brusque-
ment le pu,de, non encore
prpar, au'our des urnes lec-
torales en vue de la reconstitu-
tion -te la Chambre des Repr-
sentants, c'est la minorit po-
l tteienne seuls a nullement au
Peuple, que profiterait celte r-
volution d'un caractre spcial.
Nous remariions l'auteur du
gruciei'x euvoi qu'il nous a tait
de son intressant ouvrage d'ac-
tualit.
Est prescrit pour grippe, r'
froidissemenls, dengue, iiile, HeV
i vre et nalmlisme.
C'est le plus raoide rem de
POUR AVOIR UNE PEAU
VELOUTE
L'usage rgulier del Va-
nishing L'ream Bxelento con-
servera votre teint aussi doux-
el aussi satin que celui d'un
bb. Nous le garantissons.
I L'Exelento
Vanishing Cream
Est une crme sans graisse
que la peau absoibe. Elle
nourrit la peau et empche
qu elle se lne, se ride, se des-
sche.ou ne devienne i ngueu-
se. Elle conserve la peau eu
parlaite saDt.
| Procurez-vous aujourd'hui
un pot d'Exeleuto Vanishing
Crtam;en vente chez loue les
droguistes ou directement de
nous sous garantie, comme
vous le prterez.
Ecrivez nous pour avoir un
chantillon giatuit et un livre
de conseils pour la beaut.
EXELJiNTO, AHiDlClNK
COMPANY
ATLANTA, GEURGIA U.S.A.
Agents lemauues pour tous
nays.
Ecrivez pour renseignements.
DISQUES
"ODE
DEMANDEZ LA LISTE NOUVELLE


LE MATIN- 13 Fvrier 1930
/ *9
CE SOIH.
Grande soire de Gain :
les Orphelines de I iempele
La gigantesque reconstitution
de la dvolution Franaise,
avec les, fameux Gish Sisiers,
mont par 1). W. Gnllith le roi
des metteurs en scnes.
Sur les demandes ritres.de
ceux qui n'uni pu assister a la
1re reprsentation de cette su-
perproduction, ayant trouv
salle comble .
| Le plus poignant et le plus
artistique de tous les superhlms
dj exhibs Cin-Varits.
Entre : 2 et 3 gourde*. _
DEMAIN SOR ;H
Le Match de Boxe :
Tuonev-lleene) i-~-
Le champion du Monde contre
le champion australien.
Entre : U.U ; Loge : 1 gde.
Ce qu'il y a de prlnol
pal,c est le savonnage
ifl Nouvelle
crme raser Men-
nca base de menthol ra
mollit la barbe et donne
la peau la douceur ralraichis-
sante du menthol. R-'gar lez
sur le tube et vous
verrez le disque
rouge.
Eusji.e le
sment d*
i peau.
| La proehtiie euioa Criaiif Ne
Les Jurs
Alcius A.Alphonse, Auguste
Archer, Irne Annoual, Fer-
dinand Astre.Lon Angibeau,
Andr Alcegaire, Gesncr Au-
guste. Lysius Aratus, Celigny
Ardouin, Oscar archer, l'eiiv
sierAcloque, Lo Alexis, Jo-
seph Adam. Hubert Alexis,
F. Gabriel Augustin, Ren
Abraham, Marcel Antoine,
Pierre Joseph Alexis,Aristho-
mne Allen, Flix Audain
Hermann Benjamin, Lon
Butin, Andr Blanchard, Vie
lor Bngnol.Georges Blanchet,
Augustin lintfaut, Pierre
Baitly,Albert Bra.faul Bou-
chercau, Elie Beduuet, Roger
Blanchard,Dants Bellegarde,
Flix Baker,Alcxandre Brice.
James Benjamin, Georges
Barreau, Alexis Blain, Her-
nauu Barou, Molire Bordes,
Victor^Benjamin, l.M. Bredy,
Daniel Brun, Demuius Bo-
auventure, Llio Bounaine,
Constantin Benoit, Nemours
Biouard, Henri Bazelais, Al-
fred Barjon, Geo ges Bou-
> lie. te, Luc Beaubut,,Francis
B>iiS,Alphonse Bd thoumieux.
Robert toi vmgiou, Emile
Cauvin, Charles ...ourlois, Au
gustiu Cadet, Emmanuel Co-
meau, Evremout Carne, Dr
t'lix Chenet, D, .i'eiiou Cole-.,
GeoigesCorviugtoo,Alphouse
Caimau, bilvio Caior,M.uvei
o. in ois, Joseph Ciireuen,
Joseph Coles, Victor Cauv.u,
Christian Loicou, Puul Ca-
lixte.Nicolas Cordasco,Benoit
Couba, Fidric bhampague,
E louard Cassaguol, Maurice
Charlemers,>dment Coiueau,
.harieus Charles, Dr Charles
CauldVe,Yrech Chtelaiu,Hei-
maun Chamy.Viucent l>eidy,
Ren Charrier, Cnarles Ca-
nova, Lon Comtau, Aristide
Champonneau.
Feinand JJerenoncourt, L.
Dumerv.Lynce Denis, louis
Oui sinville, Joseph Delalour,
Emile Deieix, Marceau Lsi-
uor, Loiisianiiu Dunierve,Jo-
seph Uuplessy, Fabius L)u-
vielia.Luc D^raiuvilie.E g* u
Jucus&e, Ai ai ici l)onsinumJ,
,ioniroier Dejeun, FernauO
Dortaus, Aieiundre Uouby,
Constant Dasque, Fredenc
Deslouches, Fabie Duroseau.
F. augeul Dugu, Western
Dauphin.
Maurice Elie
Albert Foi d,Emile Fortun,
Au Radio
Voici le trogrannr du ioicrrt qui
mi.i ricute ee stir, la Sta-
tion II. H. k.
8 00 p. m. Orchestre de la Mu-
sique du Palais. (Dirig par le
Lient. Luc Jean Baptiste ).
1. Hymne du Centenaire.
2. Carolina Moon,
valse de concert.
S. Bullon up voui overcoat,
^SFox Trot.
4. Simple aveu, w_^ spcialit.
5. Elonore, Mlodie.
0. Broadway melody.
7. Si tu no me quiarts,
Meringue.
8.30 p. m. Lecture par le Ser-
vice National d'Hygine Publi-
que.
8.40 p. m. rUcital de piano
par Mme Felix.Lamy.
1. Chanson de printemps,
Mendelssohn.
2. Allegro de la Sonate No.3
de Beethoven.
8.50 p. m. Orchestre ds 4
Troubadours.
1. Griserie, valse.
2. L'Hypocrisie, meringue.
3. Rponse l'amoureuse,
valse.
1 Clair de lune, meringue.
5. Ain't she sweet, blues.
8. Lame d'amour.
Violette Athltique
Club
Ceiveciilioi
Les membres de la V. A. C
sont couvoqu s en assemble
gnrale extraordinaire le v|er-
credi 12 Fvrier courant,* 7 hres
prcises du soir, chez le Dr I'.
Savain ( Pont Saint Graud ).
Ordre du jour.
1) Rapport de la Commission
ch irge de reviser les statuts.
2) Questions d'mirt gnral.
Le Secrtaire Gnral
CINE VARITS
A le plaisir d'annoncer a :es
uuuibreux clients que l'acte do
sabotage infme et soigneuse-
j ment calcul dont son appareil
cinmatographique a t;l'objet,
samedi ou dimanche, a t re-
par. Cet acte lut dcouvert
trop trd pour qu'on ait pu y
remdier immdiatement, occa-
sionnant ce dtaut dans la mise
au point de la projection de :.
Une nuit d'Amour .
De plus un nouvel objectit a
t install, donnant maintenant
la projection une correction
qui n'a rien envier celle des
meilleurs appareils existant ac-
tuellement en Hati.
Gn s'en rendra compte ce
soir la reprsentation des
Orphelines de la Tempte .
Concoure de Denee
Gherapionat de
Port au Prince &
Terrasse (iaiden
Samedi, le l Fvrier 1930
Les concourant! sont pris
de s'inscrire chez W. Kahl
jusqu' Vendredi 14 Fvrier
1930, 7 heures du soir.
Prix de l'inscription
or 2 00 le compte |
L'Orchestre habituel
:{ Prix.
Le bal commence o 8 heures
; prcises Le concours corn-
I inri.ee 9 heures.
Danses: Foxtrot Blues
! Tango Valse anglaise.

LOTERIE
Di l'Association des ttemb :* du Qtu
enseignant et du Comit Hatien do
l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de celle loterie est fix au Dna,
2 MARS 1930, 9 heures dumttin, an Thtre Paris j.,
Le Comit d'administration est heureux d'aviser le public
que la nonvelle rpartition conipoit-rt m plus.;, j Mem-
bre de lots saunants
Il FHUr Je/ir0ge M;'rS W'miHsion CSI *" 4.000 bilicls ...1
ncii tic o,utKi.
e
i.
1 Gros lot Goordei
1
1 f I
:: Lots ,
3
1 lots
7.*> "
2 Apx.du 1er Gros lot de
2 ' 2me
2 Sme
2,100
600
160
9U
m
30
12
30
24
15
2.1C0.00
800,00
150,0(1
270,00
180,00
120.IM
r\900.00
' 00,00
48.00
30,00
117 lots se terminant par .les deux
derniers chiflres des 3 gros'lots ,Gds 702,00
Paiement des lois gagnants tous les jours de
dix heures midi au magasin de M.Simon VIEUX.
ME!.' ri'_'.'3
uen pour homme
enlve le brillant
qui laisse une
barbe parfaite.
Un peu de
nnie balsa-
inique Men-
uen rafrakii.l et empche l'ir \ PraicTKaie^TwTPr^
Ki? ,de rU peaU' P?U-r.iei! i cis, Franois (xaubert, Pan.a
lever a la figure son brillant. I ,o'n qJ^
un peu de poudre de talc Men .. _ ,
HiDiJGardeie,Ed said G -
biiei, Ldouurd Georges,Mar-
cel Glin, Auraste F.Uairaud,
Charles N. Gaeijeus, Frdric
Gaetjens, Victor Gene&te, Fils
Aime Gentil.
Emmanuel Hilaire, I^lio
Hertelou, Beuoit Auguste A.
Heiaux.urJuie. Hyson,Edner
Hyppolne, .Pierre Hyppulite,
Pierre Hudicourt, Max Hudi-
l'ser le Monnert I sourt, Frdiic Heyne.
qufl8 v fSg,? Dvid Jeannot. Abner Jo-
saphat, Llie Janvier, Alexis
Letelliei Jn Philippe, Devze
Jean Louis, Umeut Jacquet,
*
,'Eoa enlevez le o.n-
lr
lant.
M^nn^n
Aanacius Jean.
Georges Laroche.Dr Amose
Ler y, Emmanuel Lajoie,
Alexis Lysius, Pierre Eugne
de Lespinasse.Fernand Leroy,
Lon Liautaud, Edgard La-
roche, Ernst Lon, Lon La
leau, Christian Latortue, Ri-
chard Lf.eur, Manos Liau-
taud. Fdor Lon, Ren La-
leau. Elie Landrin.
Edmond Mangons, Magny
Mauiga', Nocls Mhu, Sar-
tuinius Mai lus, Alcide M. i
tineau, Ren Martin, Dmos
ihue iVtaiette, Mauiice Mille-
ry, Jean Menos, Arthur Mo-
rou, Hermann Malebranche,
lienhony Malette.Louis Mon-
tas, Emmanuel More!, Vted-
ric Morgan, Jean Mary Mose,
Franck .1. Martin, Saint Azar
Mills, Marcel Aluzae, Lelio
Malebrauche, Edmond Mon-
tas'
Pierre Nazou, Maurice Nau,
Dr Paul Nicolas, Edouard
Nelson, Mbert Noisette,Louis
N'icolas.Elie Noisette, Autoiue
Pierre Paul, Dieudonu Po-
mro. |
Alphonse Rousseau, Emma
nuel tiampy, H Iderei t Ruiz,
Louis Raymond, Numa Ri-
gaud, Ernest Rigaud, Joseph
nussoniello.
Maurice Scott, Salomon
Seldc*. Arthur St Lot, Louis St
Lot.
Perceval Tholy.
btnio Vincent, Dr juslin
Viard.
: Cours
Classioues
12me Philosophie inclu-
sivement.
Mthode sre. Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
' g aphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Angla'.s, de l'APemaiHl.de
l'Espagnol. Mthode sans
gale.
jeona particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulent
gagner du temps.
Cours de Musique (Soltge.
Violon, Piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresserRue Limant 1537,
ou tlphonez au No 2891
piur plus amples renseigne-
ments.
L INSTITUT
TU PBNHAUER
Reconnu de I niversit
H Tienne.
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
HOTEL F AVENIR
Aogle !<> Rues !*> IKfejlcs A itn fwiiiy
Chambres bien inlallees.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
The Royal Mail Steam
Racket Company
l.e lemtr Sm Viclory,,venant de Londres vi KIums.
Ion et les t orts dn Snd, en uilendu ici ver, le 2li l'vrit,
partant le mtac |our vi, les poils du Noid et pour p'Ku-
BBATin if ui'ini-'i ici uni uc iVI. i--------------" *------* ~.... iii.iI uuc l'it. IU'11
Lon Laleau, Abrviations au s,n Pour u" voyage exceptionnel pourNew-Vork.
prix de Cinq Gourdes I exem- Pour tous renseignements s'adressera
l',aire I. J BIGIO
Agent Gnral, phone : 2311
"W y
Toutes les Polices
DELA
RSRJCK h
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux
s EugJLeBo$ii#Co
mtmi
Agents Gnraux
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES" d'ASSURANCE
it
ur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Aaents Gnraux


*WS , **&<*. vrr-*: *> -:
. **^XV-. ~~" **
Jeudi
13 Fetrier 1030
Le-Malin
2Sme AV\>.!- X* 6918
- fort -au-Pnnce
Tlphone : 22-1
4 PAGES
DPURATIF I, D'MANGET
.l ? i va il
V,. .. <
Varie-
Ci, ." it
lac lu remma

0 '*.' 'tlfetet il'jt*'. tfltlf.-r
flolt ' M el *a-.'j [.-c'v'fi.
mirai i**i>Hrfv '&! ( n.v *jn. pom
untiiif sn|frJIt, It Mit fa
'1 'n. i, i| l'nftutnpliiu raj;u|ifrriiKnl. au prit ilu o'qdrr
"''' importa rtr.". J> Imil* fvtijpi r. qat la un|
*i< Il KM il ta ; m cvasqutrt.
l Rata*, parum : plaa tai i*siM. y r, .. i. j rwldiM rnrmuarann ai
I n \ r ralentir. ir. m>vi yoi cnnM9tU I I il i r, r 11., n'.ra ,.li.
If H i mdniru-l. -onl le r.M
1 ........Ki .ivui pain oiijrl Pvrai .1
J i I ruMuii ii.' a- K'hm! .11.11 1 i l il < i > n< .lr. Miia
/> i q il f t.il irialolrnir ta atuatr lu vang porr cl
I ' ni In ; M !i!l' il..... i.i trui ,i .-. .i Jjulourfjv.
i I'.' | .r 'r.urinmlr . illOJu-f-SQ , .- . .. r 1
ii ..' '<- ti r n 'i. i
Qu'i i i i.. -' Dorrroi Bani/ir, p..npj..
!. i|Ul- ? ' ; ..f '.i r';. lipautrlfc*,
ni i'i..i. i -...li itun i|lui''.#i r-ioia:.v.
a li i.nli) .. . ,r. r-\i lo'ia ! r'*n-tfki pour a*irr Vajll.i
li plu rll IJ l i >VIH.T|Ili ..>'.< . rn ui-p .-.'l rlvslr penr
.m -.i. I lll il .1 -.-.l'.lf I. '.an*
I'" i , qui nt l.qr ,.r-.i .,. ^r
3U1IH. DCI'I MTll OU I ICTEI > ... .mi ui'iMinini {.M? lllrf.
.*, vin v I -'. ' -III *
Voila cr l|u II r-J I..... r,iir i...... Ir i Cri..-;-, lac* a-f. I
tlab' C.*iai*tR CDAHRS PRIX, tmummni > Itaattaaj at
r V|. < i nr Part . ,' ..m
AVIS INTIME
{.es Tout les ont commen-
ce lu/. BAILEY. Que chacun
vienne M pourvoir de sa sa-
11 li jio n Id ftes.
I
COINS IM)H\M\I h
Ou trouver.! ;i h I r :i
[Imprimerie TELHOMME
Hue du Peuple, et chea Ma-
dame Anni Dachate'ler Hue
du Centre, prs de /Essor, le
Code i>>m niai fl-SOI l30)
par Maurice Nau, avoeti, et
Nemours Tel homme.
L'ouvrage contient les Lois
et Actes relatifs aux droits de
proprit en HUli, l'arpen
luttietau notariat.
Prix deux dollars l'exem-
plaire,
Les souscripteurs sonl pris
de rclamer leur volume
l'Imprimerie Tethorame, Hue
du Peuple.
BAI TERMINUS
Place Dessalines
Cal chic, Restaurahl
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plusd-
lieates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
PIHIULIPS

Plus (le
Pannes...
LeiDoubte Eagle >wt
le pneu des privil
qlK
I ; i V i ili' il -it plu s c'i 'r
que toni autre, mm il prt ieatea
par contre, un kilouietrage el
nn* garantie J lieurite plus
r-|n'sque ceux [uga neaaaai*
us pai lu majorit des Kutorno-
Julislt-s.
Le DOUBLE i vGLB eal an
pneu mm aucun t [uivalent, (<
superpneo dani toute la force
iiu terme. Il eil destin ei'u\
qui veulent Ignorer tout ennui le
pneumatiques el qui pensent que
le prix d'un pneu s'estime perle
cot Huai un i.ii imtre.
Rien i\>% poul se comparai au
nouveau r.\ Il UOODYI \i;
Dut mi l \ chose de spcial, do suparii nro
loin n qu on |rOuvml pr' oii
conune bon pneu.
111b. \\.sl LNDIES
t# l KaDLV. COMI A*\^
l)isliibiiieni puut
lu Liepubltque U'H Ui.
COCO
L'AK 100
L'merveilleux produit de
lu Quinaude dont on aprou
v les qntiftts remarquables
de roeousHitutioii est en vente
aux maisons suivantes :
u Bon March, Caves dr
BordeauX, aves d'Ilaitt, Vve
Douyon. .' Maisou Soh imlierg.
Prix; 3) oeutiiuea la bou
teille.

Pr'Cat Lan
Si vous avez quelques heures'de loisir, le soir, et que
vous dsire? les passer agrablement allez au
Pr-Cat-Tlan
o vous trouverez, la,plus belle saile de bal, la musique la
meilleure exoute par un orthophonie dernier cri et aussi
les bois.ons les plus fraches et les plus pures.
ahampagne, biie allemande ou nationaie.tiqueursde toute!
sortes.
S
Panama Railroad Stearnship Line
Service d> fret el de paysagers entre
NEW-YORK CT n. t. CRISTOBAL, lANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de i'AMuRlQUE du SUD.
plus rapide et le plusdiiect service de transport de pistigerj et dj Ir. outr^ Haiti
et les ports Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Jaae, Uthue de Panama.
Voici la liste de nos agents pour les principaux porta de l'Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs, G. W. SHELDOM & Co- 17 James Stre?t. LtvHP00L. Engl\np
V
fcN FR4M.K
Mi>. HHUN A D sont riertaeaiet
Par les luisons suivante : s
Grlatles HaN'MEY & Co
21 R lede lu Rpubli [ue
M oseille
! mi PaaoN &Cle Lt
53 Qu.u Georges V
Havre
Ht.isvi Pkhon & Cie. Ltd
Une du Moulin vapeur
Uoulogus/Mer
Hrrsu Pruo-jj Ct. Ltd
$\n i? fie Murais
fa ris
(Jaune i'FRON & Cie. Ltd
Rue le la Tranquillit
Duakernue
Hk^vu Pkron 5l Cie Ltd.
Rue Roy
leaui
i
COILNHAC.Ui:
Danemark
Mrs. L*. A. Bkndjx & Co.
21 Al'engade, Copeuhn
GEKES
Italie
MrsHKNRi Cof. lV Clers1
Pinza S. Mallto, No. 14
Genva. Italie
Oslo, Norway
|1ii tei national
Speditionsselskad^
Hambourg, German
Atlantic Freiglit Compati v
| Ballintraus, Hamburt,
(srnaay
Gottoubjce ^^frifr-iriE'j
"\ordiik Mvxprasj
otUHilHirge, Swoiton
Rotterdam. Hollandu
kMr. H. Vogemann
Rfvttetdum. Hollande
mm
&
i.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs