Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03935
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 10, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03935

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
358, KUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE W2242
23me ANNEt N-91
li fant rire avant iiiicil'en-e Iumi-
rstx, dp penrtif arii ..,n
ri.
M IIIIMIH!
". < *!
PORTAU i'RlNCK (HATI)
Le Berceau
MARDI 11 FEVRIER i
Pau Eugne Bmn \
Samedi soir, Varits, de-
vant une salle c mible, un
groupe d'amateurs repris" n-
tait fa lis mouvante pice
de Brieux Le Be>ceau. Celte
pice, connue on sait, roule
sur le divorce, et le dsarroi
qu'il jette dans une la mi Ile
surtout lorsque dam celle fa
mille, il y a un eofVinl encoie
en bas ge.
Uu tel sujet plait naturelle-
ment au public en gural. Il
le prend aux entrailles et re-
mue les libres les plus pro-
fondes de sa sensibilit. Et
lorsque, pour interprter les
sentiments exprims dans un
drame pareil, on trouve, com-
me c'tait le cas, samedi soir,
des acteurs pnis de talent le
succs est certain, et des plus
sincres et des pins grands,
En eflet les cinq acteurs
principaux qui interprtaient,
degrs diftereots on i ions du
talent, un talent \ i i, ag
ble.el ce qui est encoi e m eux,
c'est que chaque cleor s eu
la bonne fortune d entrer dans
le personnage qui tai le plu
I lui le de ses moyens.
Mademoiselle Piulene 'as-
q :i. a t une mre rem ir
qu t) e et lorsque dans cer
tauies i les cris de cette
mre vibraient plus que ceux
de l.i li mine, lite a l vrai
ment admirable. Au dernier
a-;le surtout, dans la scne qui
met aux prises les deux hom
mes qui lurent Lias la vie d.
la te m me divorce et renia
rie, elle a atteint des efiel--
auxquels nous n'avons pas l
jusqu'ici habitues. Ses jeux de
physionomie lurent au dessus
de tout loge et la discrtion
de ses gestes ce moment-l
expiimaieut parfaitement les
angoisses de son cur d fi
cilemeut contenues entre
l'homme quelle aimait, son
premier mari et celui
qu'elle avait pous la suite
d'un divoice na il et comman-
d par son pre.
Mademoiselle Maud l'as-
ciuis, a t tout-u fm aussi
dans son rle en interprtant
le personnage de la mv^v chez
qui se relugie la divorce.Dis-
crtion de sentiments, so-
brit de gestes, voix claire, ei
pure, auiant de qualits pal
quoi elle lit la conqute ih\
public ds qu'elle parut sur la
scne.
Les rles d'hommes onlt
aussi lis bien tenus. Mais
ceux qui les tenaient nous
Sont de trs vieilles connais
sances et dont le talent a t
j dj cons. cr par des sries
de succs, vais on peut din
|que jamais MM. Paul Fus ,\i-
iUi, (iherds ne se sont mou
trs si en possession de. leui
art. Tour tour suppliant,
nerv, hautain, dispos a
tout pour dtendre et gaidei
la femme qui n'avait pas cesse
de l'aimer. M. (in ds a lai'
passer dans la salle et dans
Iles curs des amateurs d.
belles choses qui remplis-
saient la salle des Hissons iju.
Isont la preuve que l'acbui
**est enfin substitue au hros
ju'il reprsente, ans la s^ut
le sparation l'motion elai
telic qu'il a semble, par mo-
Wnts, que des bruits de sou-
pirs ridaient le proloud si-
lence de la salle. Quant
M. Paul Fils-Aim on ue peui
lue lui adresser de sinc c
ton.pliiueuis pour la i eo
pathtique dont il s'est m ,
le de son rle, il a d'ailleurs
] habitude de ces persouna-
|es. Mais cet.e fuis il tombait
lur un heios pas sympathique
lu tout, l'homine qu'une fem
^e a pou par lassitude et
>is I aimer. Pourtant, a force
Y ,alent, il a su si bie lane
[fortb ''honntet et la droi-
li Problme
-V '
Y
La Commission d'Enqute
est forme
WASHINGTON, 7 Fvrier.-
Le Prsidanl Hoover a annonce
la nomination d'une Commis-
sion de Cinq membres, pour en-
quter sur les Aftaires d'Hati.
Celle commission est prside
par l'Honorable \V. C. Forbea,
x (iouverm ur-Gnral 'les Iles
"hdippines ; et les antres m. ni
- en ou< UM lien i y Pli hf-r, ex-Ambassadeur IRorae;
Blii V z 8, d- Rhod I ai.H ;
hmes Kerney, de \ \v Jcis y;
William Allen Wlufe.'le re-
noivm jour aliste de Kansae
Washington, 7 Fvrier
'.e ''l^dent Hoover a Hnnonc
qu'une lude, sur la question de
l'enseignement en Hati, sera !
faite concurrement avec l'en-
qute sous la direction du Doc-
teur R. E. Voton, le Prsident
Ne^ie de l'Institut Tuskegee, de
l'Atabama.
WASHINGTON, 7 Fvrier
Le Prsident HooTi n annonc
que I onrrii son partira pour
li ''' p< n ris ; mus aprs 2f) F
v i Il dit >> oiiir qu'il est
n ii;iin IVcIi uiger de cony r-
c les membi i s du Se- I
nat. avec I ide de noinm
d us membres adddionni ls.
(adburys
CHOCOLATE SANDWICH ES
Joe Wooiloy,reprsentant
lui v nie chez Boit, Simon Vieux. Dereix, M. ftN.Sadl
et tant les autres p!ce
RHUM HENRI Gardre
... s vu. jeudi joir, |.,;, ,|e
Chne, juste dsvanl .cal du
Club Union, une colli nu de
quatre voilures. Ci rail du
servir d'exemples aux chattf-
' LUX | ,,!,.
's rei i., ,,,,
andis que s v,,'
yail i ne aulie (Hive-
rnent, par deirii ., cn.
rosseri Lea .. urca
taient en lorl. Ai qu'il*
jenl 'i' Un 11 Ol ; | ; ,!,-,.
cnauftei
sa cur : angoissi .,
gir un gend irine d
de i m .s.
<
(/ nited Press)
CE SOIR
Titi 1er
3e < hipitre
Il ilia'o Bill
4e i lp-sodea.
Entre : 0 5U ; Balcon : 1 gde.
DEMAIN SOIR
'our les ami'eurs de spor'.s, le
grand Match do Boxe :
Kid Chocolat
AU Singer
Kn're : 1 gd ; bai. on : 2 gdes.
On commencera par un
Eclair-Journal .
(
ture de cur de s >n person-
nage qu'il a loi au .si conquis
le public. Kl c'est pour u\\ ar-
tiste un lis beau succs que
lie faire accepter ainsi les si
(nations dlie tes o se four-
vo eut un personnage qui
n'est pas le plus sympathique
d'un drame. Car en somme,
c'esi lui la cause de tout ce
Irame qui autour du berceau
l'un pauvre gosse mal..de et
qui revient a lu vie fait se je
1er dans les liras de l'un et
le l'a u Ire nue le m me el un
iioiuiue entre lesquels la vie
ei les lois avaient plac l'irr-
parable.
M\l. Dreyfus el Dupont sont
remarquables de naturel el
le sobrit et une bonne part
leur revient du trs beau suc
ces de celle soire.
Nous sommes cerlain que
cette ns b- Ile pice,irs bien
interprte 'aura pas nue
celle unique reprsentation
comme c'est malheureuse-
ment ici 1 habitude. Le succ>
ibtenu samedi soir prouve et
le man.re irrcusai le que
l'on peut encore rejouer cette
pice cl qu'a chaque nouvelle
'ep'sentation ceux qui l'ont
si sincrement app audie iront
I applaudir encore. Aussi cro-
yons uous taire plaisir a Ion
le monde en sollicitant de M
Gherds qui est celui qui a
l'honneur d'avoir mont ce
drame de nous le redonner et
au plus tt.
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables,
les uvres Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
... a vu. d;in \ ; i,.
." lu u-
' ics de !
leurs lis I
(i
m do i
La lolerie
I) i ii; i t mlei ami hoiatioos
ou l apportes la loteiie des
uvres de l'Association des
membres du orps renseignant
il lu Comi hatien de lAllian-
(e f anajaa,
Four lo tirage qui doit avoir
'lieu ''.nisiana le 2 m rs pip-
Chain le nombre des bill ls a
t rdq't de 5000 a 1000. Les
lots gagnants ainsi que les va-
leurs ont t, par contre, aug-
ments. Le billet se vend main-
tenant lroi> gourdes ; il est di-
vis en tiois coupons d'une
gourde ( hacun.
En achetant un billet de celte
loieiie on court 211 (hamis de
gagner l<; gios loi qui est 2.100
l es loti secondante! soin de
no, lO, 90, 0, 12 gourdes, etc
etc.
Une dernire chance est en-
tore rserve a l'ach-'eur par
l'augmeniaiion des appioxim;;-
iils au nombre de six pour les
liens premiers gros lots et de
117 terminale', pour les billels
e ieiunn.nl par les deux der-
nier chiftres des trois gros lots
Ave. cts nouvelle* conditions
avantageuses leS qua-re mille
billets nus en ciicula'ion depuis
lundi sont lis recheichs du
public.
La deuxime du
Berceau
#
M. Oherds vient de nous
annoncer qu'une deuxim
repr>eulalion du Berceau
aura lieu lemaiu mercredi.
Entre gnrale : 3 gourdes
Pour que les enl'aols puissent
s'atuiiscr
La municipalit de T km a
pris en I veur des enlanis j ipo-
nus uiu curieuse mesure. El-
I y. e de voir ciotlre cha an.e le nombre des accidents
le la reu ion dont sont vie-
nnes les entants dans la capi
laie nipioie, elle a dcid que
200 rues seraient lservesaux
bambins, qv\ pourraient s'y
amuser sans d.uiger qua're heu
rea par jour, car la cuculation
de lous les vdiieuks y serait
interdite pendant les mmes
heures.
I.r> dcs itmiIIjuiI le l'akaolimur
^u\ Etals-lois.
Les d> es iesultani de l'ai) 0 >-
I suie sont .six fois plus nom-
breux qu'en 1920, premire an-
ne de la prohibition. C'est ce
que vient d'annoncer la Mtro-
politain I.de Insurance Compa-
i y api > t nquie auprs d es
li' millions .souscripteur oe po
Ucm industriellSi L<* ' nx '<
1929 tait d^ 3 4 pour 100,000,
el pour 192S de. 3 3. En 1U2H
651 assurs sont morls d'alcoo-
lisme; l'anne prcdente, 599.
Le taux de mortalit le plus
bas pou. l'alcoolisme a cotis-
ai? la premireaunc de !.. pi >-
bibiUon. L' pj isleva t enre-
gistr l'anne dernire : Il avait
doubl en neuf ans.
de Cigarettes
GBRA &c
Les Ciqai ette
<( Des sa Hi ? ien n es
"Colon
* Rpublicaine*
Porl-au-PHncienne"
%+&?* ,,eleur "*""lon,les '";"" >**
me
n-
leil
l ait
I que
(Isv 'n>tfMW
'taa-'.'
<*7J
f.^iiKn -snx -x^. yejf ; '
iB5^ ^s?
Por A dohwmta
parce qu'ils sont moulus de l'avoine
de choix mrie au soleil Vitamins
par des Procds Naturels.
CUITS SANS FEU-
AU MOULINPENDANT 1? HEURES
Flocons irAvoivi; :i Murons
OAT FLAKE5
* 4
la IIII
y
Accessoii es d automobiles
Bue Froup ol devant c' Miracles.
Gazolino, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
elc. clc.
Tlphone : 3454.
11 paisi i ,,.
-m pi lern < :, |.
sembleii ni d< , .;Jii_
gnanle, el elle jupes
m coui les q lie be
baissa poui llxi i | re
on remarqua p mol.
lels.

v,)l1-i!( i joura,
une ds nos p lrang
res, belle taille, ,< rire agra-
Me, dmarche i qui
circule lana n| BU
soleil pour qv i n/,' ,
ses mollets pail ;U|S [
blancs qne la ni


... a vu uu 11 l;lii con-
doisi it H unese n sa voi-
ture el avei 11 la il l sail di ,'y
vitesse. Sa ni doute unile-l il
est romancier Iram i |bre
jiii conduit lui uui v oiti r
BUI le.s belli s rou i eut il
i lame. Mats t ( i, |,;in.
v:hs m mam : i i uis les
lgleinei.K di | & |',|.
' U lJi une pi i ,lU; |,
pli jne villi du . dni a
" !l111 i gl ,;. ni ut i n faisant
de la \ il: m (-n Majs
le ebauflt m dont n si question
Bita i c n boi i i nue
Je son BUln n an. i i i ,,|,,e
il .se lissait la n oi
*
... n iu, en | li u ( c.
tuii : Grand Rk une dea
ruis les plu: [ ville, Ullf i m : \ ; il au
beau milieu du chei .11 est
viai de dire I < bai lit u d mie ion
j pouvait su| pcs.(i m. paons.
f Mais celle SU| | > ne put
plus li iii debout oi qu'on vit
un di ni Blgai jcunei gtna
lortir d un i.'ei i du
quailiei entiii du voitu-
re, la n i IIh in. i et s'en
?lier...

... a \n ii. u ii qUi
cherchait uni i pren-
dra la &;; r.olim I dsirait
lie mivii au | lua l Elle n'a-
vail pas de un | re. Le
ihauni m la (orduisil iinin-
| (liait ii.i ut chez I L'CIEN 1 II. I.A-
IONIAM.
... a vu t < n.enl l'amour,
combien le lli fois de
n : nvi ia t(>m n de*
cm tin i i-ne
pel idylli .- v. ais-
' ' i 'et i .l'un
Uisladi Cela ia Lien,
li bien qu'il j > et
ri i on n^a il M1 jft
ttin on u i ,jue le Di-
. ' t i <;> sn
J < i l lerf
us. Ft esta tout
d'ici, dana ui FsrtiN
tel elbtes dea AntillVa.
'
j AsM)ii/.-Miu conlic Lcident
i la <- ( i >al Aie i tu 1 ne 4
'" '' a Coili q u.
miled . \\e 1-. btuiiiughainf
Ag*nt Gnral pour iJaiti.


PA.GL-2
Lt MA IIW- 11 Fvrier 1930
UNE ENCYCLIQUE
sur lducation chrtienne
de la Jeunesse
ii
C'est donc de plein droil que
rFaiif* ,,: v0*,,e Pomou
IcsletUe., le sciencea el lesarta
en tant qu'ils KODl ncesai ires i
ou util's I l'ducation chrtien- |
ne eo d me temps qua tonte
son uvre pour lesuh:! de* Aniea
memeen limdant I enrennntdes
coles et des institutions propres
dans tout Kcnre de science | a
tout degr de culture (1). Lt il
ne laul pas estimer irang.e a
sou mng's-e maternel mme
l'ducation physique, comme on
l'appelle, prcisment pareeque,
elle aussi, tonatitue un moyen
qui peut aider OU nuire a I du-
cation chrtienne
El relit' if livre de l Lyiise,
aide Immense pour les familles
et les nation* . ne gne en nen
la socit civile,
parce que l'Eglise, dan* sa pru-
hence mi ernelle, ne sop
pas ii cequf ueecolea et ses ins-
titutions educamees pour I l<
itconlorment, dans chaque na-
lion, aux ditpoai mus de lau-
lorit civil* -; quelle il l,u
|01|S ,,,. i s'accorder avec
celle-ci el rgler da commun
ac.ord les dilAcnllei qui pour-
raienlaurgir.
Ivi outre, c'esl an droit ina-
linable de il g i i et c'est on
mme m nps pour elle un de-
voir auquel elle ne pi ni se sous
traire, d veiller sur toute l'du-
canon de wa tnlsnts, les lidles,
dans n'importe quelle instito-
tiOD publique ou prive, non
eu le me ni quant A l'enaeigne-
metit religieux qui y est donn
m.iis pour toute autre science et
pour toute autre matire en
tant quelle, ont rapport avtcla
religion et la morale (2i.
Et l'exercice de ce droit, loin
dtre* une ingrence indue .
est une providence maternelle;
qui apporte une contribution
efficace l'ordre et au bien tre
des familles et de la socit ci-
vite .
Quant l'tendue de la mis-
sion dui ativede I Eglise, celle-
ci s'tend loutea les ni liions
sans iimitatiou selon le mandai
du Chnst : Enseignes toutes
les nations (17). Et il n'y a pas
d,- puissanceterraalre qui puisse
lgitimement la contrarier ou
1 empcher. El d'abord, elle a-
tend loua les Bdlea dont
elle a la gaule diligente en sa
dualit de Mre trs tendre. El
c'est pour ( ela qu'elle dois
loua les sicles cr et encoura-
g leur intention une miiluiu-
de innombrable d'coles et dne
Ululions danu toutes les bran-
ches du s voir.
ti) Code de droit canonique, i mona
1381 el i
v (j) Mathti u XX\ m. 19
Pape rappelle qu'au Moyen]
\i/c, ion te institution religieuse |
tait un foyer scolaire
i i on esi merveill
que I Eglise ail au.en lout temps
i n i'ier an'our d'elles dea
centaines! des milliers et des
millions d lves de sa mission
ducatrice, on ne doit pas l''re ,
moins qna d on rflchit i ce
qu'elle S su laire non seulement ;
dans le domaine de l'i ducation, j
mais -jussi dans celui de I ins-
Iruction vritabli et piopre.Car
m i .u de trsors de culture, de
civilisation, de iltratura ont
pu se conserver, on le doit
cette attitude par laquelle l'E-
, mme dans Isa lemp !< s
plus Ion lains 11 lea plus barba-
res, a su taire biilh r une si
grande lumire dan* le domai-
. s,de li philosophie,
de l'arl el par'irul en ment de
i : i lu pelure (3j
Cette mission s ttei d d ailleurs
i ou.; non tbiil s tous les nom
nus tant appels entrer dans
le Royaume de 1) eu et l'if Xi
voque ici I ouvre des missions
Aiii&i s- douve i i bli bolide-
menl et de leon vidi Dte.com-
bi< n de droit et de tail appar-
tient l'Eglise de lson*surmi-
uenta, la mission ducativeet
bien tout esprit dnu de
p jugea ne peut voir aucun
motil raisonnable de contrarier
du d'interdire l'Eglise cette
mme uvre dont le monde re-
cueille maintenant lesfruitabian
taisants.
Ilaiiuunir de droits de l'r.ulise avec
ceux de la Famille el de i I i.il
li.iiii.iui plus qu'.ivec cette
surminenee de l'Eglise non seu
lemenl ne sont pis eu OppOSI"
ho" iiinis, mu contraire sont en
i faite harmonie les droits et
del famille el de l'Etal el mme
deux dea individus par rapport
i la juste libert de la science,
-, mthode* scientifiques et
de toute culture profane eu g-
ni i d. .u. pour indiquer lout de
suite la raison loud:uneniale de
i etie harmonie, l'ordre surnatu-
rel a uqu c I appartiennent les
droits de 1 Egliae, non aeole-
mem ne dtruit pas et ne dimi-
nue pas l'ordre naturel, auquel
(appartiennent les autres liions
ni onns, mais, sa contraire,
il i\ lve el I' p i lecl onne et les
'2 ont; es se pi '".eut une Bide mu-
tuelle et comme un complment
11 ipei livemenl pro| ortionn
la nature et 'a dignit de cha-
cun, prcisment parce que i un
el l'autre procdent de liieu qui
ne peul pas se contredire : Lea
ouvres de Dieu sont parlaitea,
UNE
Insinuation
calomnieuse
EN DEHORS DE LA BEAUTE,
SRET, ACTION PUISSANTE.
LA WlLLYS BWGHT GREVT SIX 1930 fffjm
iadividualit dis'ioctive qui la met part ****"X
autres belles voilures.Cette individualit est rvle par
gracieuset dai lignes qui sont ullra-rpolei ns dans leur
Deant leur grce dans la richesse harmonieuse de ses
uouve les couleurs qui sonl instantanment uppliantea el
jamais attractives eu luxe de fini et I exquis rafineroent
de dtails.
sfce
X?&<' ry I :
*>-*/
9m

.
- .*." ^SfMVtV^kt^^^
*&
>si-.
y

l(y
.jV*i
l\ v
,. vA i '';-
m
."SSB
En perterma. ce, aussi, lu WILLY* KN1GH1 GBEAT
MX t9() pose son p.opie type Sou grand moteur i atent
aiiua soupape, s. uotab.c pour leQT la grande vitesse et
une acceleraiioo rapide; a auwi de la douceur en acHOO,
uue rude lorce et un ba: prix deuirttien.
Ueinauiez votre proche distributeur de la WILUYS
OVEKLANU pour de plus amples iulormations.__
mm'
Th
Wi I lys-
GREAT
Anton KNEER
Distributeur
RUE PAVE. (Port-au Frioce, Haili). PHONE, 2311.
Les Belles Autos de la Willys Overland.
i i
m uavid JCANltOT
Dana une latre A l'adresa du
Haut Commissaire, publie par
le tournai L'Action . M Da
vid Jenuol a entrepi ia de jue
fier sa conduite comme Mi-
nistre de 11 Justice el par in-
trim du Dpartement de l'in-
trieui au uiouinl <>., eut lieu
Port-au-Prince le masa u
des priso : liera, la -< i i
191. Personne ne peut ,
contester M. Jeanno le
droit qu il a d'tablir i on
participait! i un acte >| n a
provoqu i i rprobation ., n-
raie. M ia on droit de dle iae,
si inconb Blabla aoitdl, ne com-
porte |"' el ne saurait co.n-
fiorter i < d insinuer une ca
omnie qu. d'ailleurs, ne i>eut
attemdie !i parsonnaliti du
Haui le Knga-
dier J. H. Ilussell.
Nous voulions G e p e n d :i n t.
da.i. l'an < la vrit, re-
|rxer ^i ualion relative
e i i ment de la so n
m ,1,11)0 (soixante ilix
Bulle) dollars au lr*oi pui>uc
hatien.
Sur la bienveillante initiative
cju Gouvernement des tab
tous aea chemina sont justice
(I)...
i n Discours du Pape aai lves du
ga de Mondragone, I i naai 1929.
o
I nis de nous procurer des pis
visions diinentan es nous avon
l u (\ happei au risque de la la
mine bu moment de la Guerre
europenne.' La vente de cet
provisions a donn lieu ncea-
uremenl une comptabilit
tenue par les agents de I 0c
i upation amricaine. Lea comp-
l< si i..hiis. le versement ii- lonte i
valeur revenant a l'Etat hatien |
ne pouvaillogiquement s'effec.
t hm que sur un ordre du Cou-1
vernement amricain. Cet or-'
dre reu, les comptes une lois
rs, le remboursement des
.o.niii dollars s est donc opr
automatique ment.
Lea prtendues dnoncia-
tions du journal Le Cour*
rierHatiena n'emt pu exercer,
en ralit, aucune influence
quant >'U versement da cette va-
leur qui, du res'e. ne se trou
v.dl pua 'luis la caisse du Haut
Com nissaire mais pluift des
agents de i Oecupalion chargea
de tenir les comptes.*-- Comme
on le voit, l'insinuation de M*
Jeaunol est pui meut gratuite,
i ) i doil se rappels, en outre,
valeur, rem-
l), ... hatien, a t
affecte a la instruction et
l'a uenagement de I un posant
difice queat l Hpital de Hin-
che.
prlat ion une,
d'au ia pai >. M' Je.ni' ol a }*>
i a de i .m i Cons< i -
1er Kiuaucier. M alilispaugh,
esl geti inen de m v d tout
lomleinaut et ne saurait, non
| plus porter la plua lgre atteinte
A la bonne rputation du Haut
Commissaire Nulle pari, en
effet dans les opinions mises
par M. Millspaugli.on ne trouve
la moindre insinuation contre
l'Iionorabili' du Brigadier J. H.
Russell ni une allusion bls
s:i le pour sa haute personnali-
t.
On pourrait, sans doute, trou-
ver a redire d< s propos de l'an-
cien Conseiller Financier; mais
ce n'est pas le sujet de notre
article. Nous avons voulu sim-
plement dmontrer que les in-
sinuations de M. Jeannot ne
constituent, en somme, qu'une
faible et gratuite tentative d'en-
lamer une rputation respec-
table A tous gards. j
Le nationalisme outrancier
Kcul ne pas accorder son appro-
et ion I uvre de progrs ma-
triel et moral qui s'accomplit
sous l'empire du Trait conclu
cn'rela Kpubhque d'Hati et
les Klats-Unisd'Amrique, mais J
les insinuations calomnieuses,
d o qu'elles partent, n'auront
aucune prise sur le caracire
d'absolue sincrit et de par-
faite honntet du rgime ac-
tuel.
En faisant spontanment celle
recldication conforme i la v-
rit, nous voulona aussi expri-
mer, encore une fois, au Haut
Commissaire amricain en H il
li, le Brigadier J. H. rtussell. la
profonde gratitude du peuple
hatien pour l'aide loyale qu'il
donne au Gouvernement d Ha-
ti en cooprant l'oeuvre de
civilisation et de progra que
constitue l'excu'ion sincre et
intgrale de toutes les fins pr-
vues par le Trad qui lie notre
cher pays et sa grande el glo-
rieuse nation.
mMmou d'autos
Le Courtier
de Lyon
Nous rappelons que. c'est le
1er mars quaura lieu, au lli
ti e de Saint Louis de Gonzague.
la reprsentation du fameux
drame : Le Courrier de Lyon .
nMaUaW POLILIQtE
Tel est le litre d'une brochure
que vient d'di er le Di Edouard
Uepestr avec comme aoua-tilre:
Pochiines E e tien* Prsi
denlielles .
En remerciant l'auteur de
l'envoi gra< ieux qu'il nous a lait
de son travail, nous lui prsen-
tons nos llicitalions pour le
consciencieux eflor qu il a tent
pour le triomphe de ses ides.
U FORAT
C'est dfinitivement vendredi
14 du courant que sera interpr-
t sur les scnes deParisiana,
l'mouvante pice de Domini-
que Hyppolile. Le public ne
perdra rien k assister cde
tte quipromet d'tre trs bril-
lantes
Avant hier dimanche, vers 9
heures el demie du soir, ia voi-
ture portant le No. 3 020. une
Chevrolet,conduite parlai h ml
leur Rp" Lavelanet et rev.-mmt
de LfOgAne euira, en collision,
Uartieaant, aeve une Buuk
Roger el portant le No 008. Ce
lut un choc d'une violence ex
t me qui mil hors d'tat les
deux automobiles.
Oi ne peut s'expliquer les
inous de cet accident ni pour-
qui les ueux hommes qui taient
aux volants avaient perdu le
contrle de leurs machines.
I n emprunt de Li milliards pour
les coloim> Irauaises
Paris. un emprunt national
de 5 milliards de Irancs, pour la
mtropole el les colonies, sera
mis prochainement. Il sera ex-
clusivement consacr au dve-
loppement des colonies Iran
aises.
M. Pielri, minisire des Colo-
nies, a annonc celle nouvelle
cet aprs-midi pendan' la dis-
cussion du budget. En Indo-
chine, Madagascar et en Alri
que occidentale, on construira
des chemins de fer, des routes
pour auiomobiles et des usines
d'lectricit. La France prendra
70 pour cent des souscriptions
et toutes les colonies le reste.
Iieuijviiuu du Maire de Berlin
Berlin. Le Dr Gustav BofJ
maire de Berlin, a donn sa d-
mission.
M. Boess tait en cong de-
puis le 2 dcembre pendant uni
enqute sur une question de
pota-de vin concernant les con-
trats de la ville de Berlin. En
annonant sa dmission data
une lettre la municipalit, il
dit qu'il esl convaincu qu'il sera
acquitt mais qu il donne sa d'
mission dans l'intrt da II
ville .
Liquidation
d'Almanachs Vernot
^tides 2.20 lt* volume.
Envente l'Imprimerie
du Commerce.
Les el or b es > glise* seul il**
rieuses chez les *> iclv
Moscou.- Ou n'entendra plu*
Moscou le son des cloche'
des glises; ainsi en a dcid H
gouvernement qui prtend tk
les ouvriers ont dclar que P
cloches troublaient leur soru
meil el avaient d'autres incon-
vnients.
De semblables ordonnance
sont en vigueur dans d'autre;
villes. On pense que le gouver-
nement a l'intention de aernpii
rer des cloches pour les conver
tir en bronze, cuivre et arge-"
qui seront utiliss pour le coi
merce.
DISQUES "ODEON
DEMANDEZ LA LISTE NOUVELLE
fi


LE< MATIN 11 Fvrier 1930
POIDS l-Ll MES
- y
S
y,
Ceux qui se servent de
la Parker Duojola admi-
rent son tsatis pression,
l'unique perfection de la
Parker qui en fait le stylo
le plus doux et qui faci-
lite l'criture. Au moment
ou lapoin e et le papier s-
renconti ent i coulement
de l'encre commence J> cu-
re pa heure le poids l(ter
comme une plume seule
conduit le stuio \ ous n'a-
vez jamais conscience de la
fatigue de la main quand
vous crivez ai ce un
Parker Duojold. En cri-
vant, l'eftort et la crampe
sont comp lment limi-
ns par la Parker Duo-
fold sans pression.
Pourhom.8 dollars
'pour (liiiius 6 doi.
Jeunet gens G dol.
MOHH a LAURiX
Distributeurs
a SAS S PKESSIOS
Aujourd hui, demandez
votre distributeur de
vous montrer un nou-
vel assortiment de stylo*
Parker Dnofold et les cra-
yons assortis avec, ces sty-.
los. Examinez les perfec-
tionnements uniques et exr
clusijs. Essayez la pour
vous mme la Duojold
suis effort. La route de
l'criture. Alors vous sau-
rez pourquoi le stylo mar-
qu iGe< S.PARKER DIO.
OLD.esl
h t vori
J de tout
ceux qui
crivent.
Ibtker'Duqfold
Stylos Crayons pour tfureau.
Messe de Requiem
Les parents el min de
fomiJle JOSEPH La OAIb.
ont pries, de bien voulu.
assister a la messe de H
quiera qui sera dite en I E
gliss du Sacr-Lurjde Tu
geau le jeudi 13 lvrier ci i
6 heures et demie du matn
pour le repos de lame du re-
grett.
JOSEPH LACOMBE
Panama Rallroad
Steamshlp Lino
Les chargeurs sont pris de
noter que le steamer i Cristo-
tohaUest attendu Port an-
Prince venant de frlatobal,
Canal Zone. Ictmercredi 19 I
Fvrier 1930.
Le$> permis d'embarque-
ment seront dl'vrfa dowt le
Irt destination de N.-York
sur demande faite ce bu-
reau.
Ce steamer partira le mme
jour 2 he"res n. m direct'
ment pour New Yc k.prenant
fret, malle et ras -gers.
Jas. H. C.V\N REED.
Agent Gnral
VERMOUTH
CINZANO
Avis

Le meilleur apritifcest
TORINO
Nous svohslavantage de
porter la couuaissauce de
notre aim ble clientle, que
nous avon& eu .tock les tu-
bes rcepteurs suivan.s :
UX 280 UX 281 UV 876
UV 886 UX 210 UX 250 | -r t ,i /-.
wSPulL^uxiffl le Vermouth Unzano.
UX 20ia UX lolA Spi.
UX200A UX240 UX112A
Sol. UX 181 A UX 226
UY 227 UX 245 613 lampe
spciale remplaant 2 tages
d'ampliflcstion.
PHILIPS RADIO.
Violette Athltio Club
CssBpisusal inter-scalaire l.>30
Hier ls int inbies-dlgusdes
tablissements scolaire runis
avec la oaiil d Direction de
la iV.A.C s ont pris 1rs me-
sures suivantes, pour la reprise
du rhompionnat Inlrr-Stolaiie
n) Une commission compose
d'un membre de i II. S. H, un
membre de Kacintf Club et un
membre de In V. A. G. , est
charge de trancher les iilte-
rendsqui ^ ou ri ont exister en-
tre les clubs ; -lie dsignera les
arbitres.
b) Chaque tablissement aura
ses couleurs distinctive*-
c) Les ma'chei se jouvronl les
samedi at dimanche.
d) Une coupe ou un oli I
d'art sers otert 11 ''abli. saillent
qui aura remport l< clian.pioi:-
nat.
e) La championii.it commen-
cera partir du samedi '12 F-
vrier devant les Inbutus lu
Champ de Mais.
N. B. Li s pre el met. .!t
lamille ainsi que les Duec'eiiis
des tablissements qui prennent
part au dit championnat, sont
pris de nous piter tout leur
contours Jpoui {mener A bonne
fin l'uvre dsintresse que
nous voulons raliser pou r le
grand bien de la p-uesse scolaire.
La liste des diflrentes ren-
contres sera bientt publie et
esprdie aux Directeurs des c'a-
bliaatments intresss.
Le Comit
I-
LfMEMPHYStME
'%* UPPRtS IONk
Soii:n.m. t immdiat .. p.i i*.
I l.lol.iil. Rbttllfl"
HM.iiiii rts*r,l,i. sa *rljpin..|. m>~*
*" " I fi . Il Ir......KO, $.m .'!..
llLiCHOUl.n.r 'm.' Kna on aiuaw. _
Le visaqe
comme une peinture
d'artiste
: v.
A. cfe MATTEIS & Co,
Agents Gnraux.
Toutes les Polices
I ne poudie (|tii est sues
doucequ'une plume] epre
comme l'ali In wtei se c m-
nii un dredoi 1 Voil ce que
disent ceux qui se erveiv
de la | oncfi t Ex< l< ni<> "e
*> tend di im nu ni sui
peau, laissant une fineptlli
cule de poudre qui rend la
peau nu si d( mee qu'une pein-
ture d'artiste.
L'hoce lento
Est un triomphe pour la
toilette. Elle amliorera n im-
porte quelle complexion. Et
elle est dlicieusement par lu
me. Elle est livre en quatre
teintes,Bi un touc,Rose,Claire
et Bruuette.
En vente chez tous les dro-
guistes. Pour 0, 30 cls. seule-
ment. Il est expdi ds r-
eption du prix.
EXEIEi\T(t,MEDIClNh
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demandes pour tous
pays
Ecrivez pour renseignements.
\
JOE LA
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
s Eug le Boss $Co
I
s
I.OTi-.IK
De l'Association don Hem

Enseignant et du Comit Hati
PAlliance Franaise.
Le prochain linge de celle loti
2 MARS 1930. a 9 heures du mu c
Le Comit d'administration est ne
que la nouvelle rpartition
bre de lots aatxnants
Pour le tirage de Mars l'missio esi : I CM 0 bi
lieu de 5 000.
.iii.hi
Mina
pnhlii
n im
lets ai
1 GrOS.loi Gourdes
1 <. n
1 I
S Lois
S <
4 lots
75 M
2,100
600
!
90
60
30
12
2 Apx.du 1er Gros loi de .'50
2 2me 2-1
2 Mme |5
1 10,00
IS.-i
(KM)
: ii,
fill.Cafl
IS (l(i
; 111K i
117 lots se terminant par les deux
ierulers chiflres des 3 gros Iota Gd* 702,00
Paiement dis lois gagnants lois les jours d
dix heures midi au magasin de M Simon VIEUX.
iiftiiniiHiriMcrful
NOUVEAU SERVICE
D RESTAURANT
Hors d uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes k2f5(
VINS TRS SOIONB METS CHOISI I P. l'ATRIZI
mus-,
Un mt,,.,. I. Crme Simon est une
C.re.se pour le visage NI sche, ni grasse
mais d'un, onctuoelt. parlai pour pn-
trer .ans !.. pores de la pe-vi,
CRME SIMON
vivifie l'pldarma, l'assouplit t rehausse l'clat natur-pi il v>''.: terni
0 O G
MODE D'EMPLOI. Ettncei-H sur h peau encore mtlI/Ut aprs
voire toilette. Fenea-lepntrer dene les pon? par un ig->r m$$ge,
sct.ei avec une serviette Elle fera tenir votre pt
POUDRE SIMON PAI
The Royal Mail Sieam
Packel Company
Le steamer Ses Vic'oryi venant de Londres via Kin
ton et les ports du Sqd, est a'Iendn ici veis k 2 parlant le mme jour via les poils du Notd el pour t'Ef
rope.
Le magnifique baleau touriste S/S \i ^aseatatfa
du Port-on r-ince samedi 15 l7\r!er veuai de Rinaaq
e partira le mme l'OP. cinq heures de Iaprs midi, \
Nassau pour NewYok, oflmnl ainsi une ex eel tente occ
lion pour un voyage exceplionnel ponrNew-Yrk.
Pour tous renseignements s'adrr-^ser o
Agent Gnral.
I.
J BIGK)
Pliom
2311.
Insurance t
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
Agents Gnraux
EUG. Le BOSSE & Co.
Aoents Gnraux


Mardi
11 Fvrier 1030
4 PAGLS
2Sme \\:Vr,; \ 6916
t'iri-au-i'n :c
Tlphone J*2t2
0
Page
'"
I I
-ja.-;mH
Tl
Energique antiseptique urinait *>

i
Agit vite et ratfL-aiement
Sep. frime le douleur i
>u la miction
Evite tmtte cmmpUcatmm
et rec n'i il-
rMM qu'il re
met esnn 'iiwri i :
en juk 'i ; loua !





I


MGE M. i ta piil* pci. .:-.
i ' lei rtft va
I- . i. vu "
COBfwtluo'ii les nu
queuee a -.ii- un-
oalre. r-nn-iTUe ]
nui. *r." A un rs
)*unl:tmc.t compte!
dea ciiiitf Le PaooL
meurtrier u-Jfi ieule-
i.ienl pour le gonocoque
partout o i II ealtte.
mai* aocote pour toua
lea autrea microbe*.
auiquela ca damier
rut a'aaaocier. aulDt
tout II est la tonde -
mant. la t.aaa du irai-
lement de i'arthrtU) ou
du rtiumaii*me blennor
nwlque. p.rce qu'il et',
celui de la blennorra-
ia elle-mme
O' Ramum.
Ai UalituiOt
r . rnatrtain r oe Taie
Paru ; >" pfc**
AVH INTIME
Les |o nales oui coin nu r.
ce chez. BATLEY. Que chacun
vienne se pourvoir de si sa-
lade po ir les fles,
(OhK DOUWIll.
Ofl Irouvefi :i 'heter
l'Imprimerie TELHOMME
Hue du Peuple et chez Ma-
dame Anna Duchalelier, Rue
du Centre, prs de lEssor, le
iCotJe I) nninial (1.SIII 1930)
par Maurice Nail, avocat, et
Nemours Tel homme.
L'ouvrage contient les Lois
et Actes relatifs aux droits de
i proprit eo H l'ii. l'arpeo
[ge et au notari t.
Prix deux dollars l'exem-
plaire.
Les souscripteurs sont pris
de rclamer leur volume
l'Imprimerie Toi homme, Mue
du Peuple.
BAH TERMINUS
Place Dessalines
Cal chic, Restaurant
(le premier choix o l'on
trouve toute h< ure le-
consom ma lions les plusds
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
i
Plus de
mines...
Le Double Eagle est
le pneu des prtvil
gi
Il ' ) I I lj Il l! |)!,l ; |
i|u>' toul antre, in lis ii prsente,
par contre, an kilomtrage el
une garantie do scurit plus
levs que cous jugs ocessai-
res pai ii majorit les antorao-
biliste i.
." DOUBLE I.Uil.h est un
pu tu sana aucun quivalent, le
mijii'i-pu.>u (Lui. tonte la broa
lu terme. Il o>.i destin cens
nui veulent ignui ei loul ennai de
pneumatiques < i qui pensent que
le |n\ d'un pneu s'estime par le
cot llnal un kilomtre.
rlien ne peu! ic comparer au
nouveau l'Nli OOUDYEAR
Dm ni i Kaui.i.. C'est (jueliiue
chose de spcial, le suprieur a
Loul ce qu'on pouvait prvoit
comme lion piutu.
Il IL WhSI INDIEN
lUADh\(i LOMI'A.NV
Distributeurs pour
m HepuMiqiicd'Halli.
J
GOOQ
-28-H
i'UUT AL-I-hl.S^L
lll.li, Kll i.Oi ,WuS.I.
ju,,i |^ci ' oui .wa % ^-
i, a t>uu >UkB u. u. ioiio .m
uc v-- a.- Ukb t- u nu, i i <|Uuu
i la* uea i.i.j/'/Ji'J.iJJ ui.ii.j*
piieilqutS.
Ulou iMU-UUlJ
l'HlLll'5 l\AUtO, foi. un rVhlu"
iluMwaal .No, UiiO

1
H
I 's ..
*>
Mre
CONSTIPATION
prenez le
COMPRIMS
. SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
Si vous avez quelques heures de loisir, leU{soir, Jei"qe
vous dsirez les passer agrah'ement allez au
tl9.
Jttir SmiBt-AntOiif
Pr-Cat-Tlan
C'EST LE MEILLEUP
DES PURGATIFS C
AIu.PKTh'JS, Pb^rmiicla Al BEBTini
Pker^neio ou D" Justin V.aRD
o* < i '.,-",* i~;. krmaaje*
m vous trouverez, la.plus belle salle de hal, la musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
ies boissons les plus fraches et les plus pures.
ha m pagne, biie allemande ou nationale.liqueurs de toutes
o; les.
f*
\
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire &;Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perfli ( Scothtnd )
Car la
de ce geure
le monde.
u Gkxlh.m. >>~est nue des plus puissantes et des plus vastes ornunisatious
e. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse
Ses Polices contre incendie couvre! aussi les dgts occasionns par la tondre.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommaces
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens ommjges
Ses Polices Maritimes mises par ses br an -lies d'Europe so'i payables en Hait-
Scs Polices contre Accidents sont valables dans lunivers entier. Tous les vova
Veuve F. BERMINGH A M, Aux Cayes
SOtJS-'GENTS:
A^ul Qnr*>l pour Hati.
Port-an-Prince: G. GILG
JEAN.:BLANCHET Jrmie.
V
_



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs