Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03922
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 24, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03922

Full Text
ll�ment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE '1358
n i * � f i
TELEPHO.\h Xn2242
droits se ;m".\�!K �fDUi qu'� une � nndttion c est q<:
resteront eilrraes � disits l�,!ini''
qii kir esi ini| (i-< �� par l< principe
�ta? ll'ttll [18 Hrrolili i � h ilioihli
cbacii de lest sait l'srreter dc-
>ait le 4i.nl d'aiilrui.b libert�**,*!
���s^apiwiln-nl dstl siiKinHr svw
rrllede nossi-otblidilrv M. MAMH
23�me ANNE*. N* 6902
PORT-AU-PRINCE (HA�TI )
SAMEDI 2." I AN MER 19M
Enterrement j Impressions d'Athl�te
aai
cax�xsfQ
Le S'ouuelliste, cet nimable
rontr�re a parfois'des mani�res
vraiment surprenantes et qui
touchent m�me � la t'ac�tie.C'est
ainsi que, avant annonc�,en son
�dition du !2.'? Jmivier.qu'il allait
accoler ao nom de chacun des
nouvepux membres du Club
Union la (onction occup�e par
le titulaire^! le lad comme suit:
�Daniel Brun.gendre de Mon-
sieur Borno ; Maurice Etienne
lils, conceasionoairt du contrat
d'Eclairage de l'�tion-Ville ; Ph.
Charlier, associ� du gendre de
M. Borno ; Pierre" Agnant, ex-
pr�sident de la Commission Com
munale de t'Ai eu haie. � Com-
ment le trouvez vous?
u Ce n'est pas tout. Tout le
monde sait que le mandai pit-
sidentiel expue k l� Mai pro-
chain et que c'est la Constitution
qui ledit. Cela n'emp�che pas
notre confr�re d'�crire : * .Nous
aurons l'immense volupt� de sa-
voir que nous avons conliibi�
� lui arracher le pouvoir...�
D'autre part, escomptant ce
qui se dit a Washington selon
lui, il avance cari�menl que�le
temps de la coop�ration est pas-
s�, j� Nous le voudrions bien
avec lui, vr.i�t il De nous rensei-
gne tu nen sur la question du
tiail� que nora croyions, nous,
devoir venii | �ch�ance en 19.%.
Notre confr�re va, d'ailleurs,
plus vile que les �v�nements et,
arm� de sa foudre,voici ce qu'il
entrevoit pour ses adversaires :
� Encote un mois ou deux,
qi.aud Husstll lui-m�me ne
pourra plus soutenir personne,
quand d'autres que Hussell, se
Li�senteront avec des instruc-
tions pr�cises pour r�tablir la
ru publique dans ses droits sou-
verains... alors chacun verra
bien... Ministres et Conseillers
d Etal savent trop ce qu'ils vont
perdie au changement heureux
annonc�. �
Et tout cela s'appelle... sonner
la charge.
Mais, sonner lu charge.ee n'est
pas encore charger. On a le
temps de reprendre ses sens et
de revenir de Ja frousse que
� Le Nouvel li�t e � essaie de pro-
diguer � pleines colonnes, nous
allons due en colonm S serr�es.
Il laui U d�re cependant : en
d�pit de ce lit), notre, tonh�ie
n�' manque pas parfois d'atten-
tioni.
Avec une m�thode renouve-
l�e de� La Poste �, de brillante
m�moire, il compte pour Mr
Homo les jouis qu'il lui reste a
� admirer du balcon du Palais,
le lever du soleil derri�re le
l*'ort -National �, sans s'aperce-
voii que � La Posie � inventeur
do syst�me, uvait encore, sans
s'en douter, moins � vivie que
le Pouvoir qu'il pi �tendait en-
terrer.
Et, passant des attentions �
la tendresse, il s'inqui�te que
M. Borno n'aura peut-�ire pas
le iemps d'arranger ses petites
aflaires. � D'ici �\ la fin du mois,
dit-il, Mr Boino pourra m�me
commencer a mettre en ordre
ses elleis personnels, et F�vrier
le comptant que 28 jours, il
ouia a peine fini qu il verra le
moment o� il descendra du p�-
lestyle de ce palais. �
C'est � donner vraiment la
chair de poule. Pauvres de nous!
Aussi le courage nous manque
pour continuer; � nous aussi
d'ailleurs, nous avons des meu-
bles � pr�server et des petites
aflaires � arranger et cest la
1-irrne� l'�il que nous mettons
* '"et article si galment coin-
ou nc� le point... lun�bre... par-
don, final.
L'Or en France^,
I'aris � Avec la r�cent�
irriv�e de 216 millions de
Iraucs en or par le i tic eng.
�a �, la France est actuelle-
ment le pays qui poss�de le
plus d'or par habitant.*
Chaque Fian�ais poss�de
Ibcoriquemeut 1,000 francs
en or dans les caveaux de la
Banque de France Les Etats-
Uaia viennenten s< cou le ligue
avec � . 37.50 (environ y-AO lis)
par habitant.
LES JEUX DU STADE LECONTE
Le stade est une chose h�-
tive, cr�� a torce d'amour et
de foi, entre des maisons en
planche qui l'emprisonnent,
d'ann�e en ann�e, davantage,
mais qui n'empi�teront pas
sur lui.
Les vestiaires sont approxi-
matifs, taill�s en plein veut et
� coups de hache. Les dou-
ches, il y en a une- le confort?
vous avez les cand�labres qui
enclorent le terrain.
Mais vos habits c tomb�s�,
vous avez par contre l'air li-
bre, la piste, o�,tout � l'heure,
vous �lancerez le jeu souplt
de vos muscles, vous avez I es
pace � vous, teint�e de soleil
et d'azur, l'espace o� vos pou-
mons, d�j� se dilatent.
La piste est une mar�e
i'heibe rase, baroque, �lasti-
que, �tir�e comme un anneau
le Neptune, mais prinlani�re.
Vous couru sur celte verdeur
epuen�e.
N'oubliions pas dans l'her-
be, le p�tillement, tous p�-
tales �clat�s, de la langueur
d'un caya taya, fleur jauue et
pench�e,tri>te de n'avoir poiut
Je compagne. Ni d'un arbre �
l'autre, d�coch�e, la fl�che
horizontale d'un oiseau� Ho-
rizontale et chantante, ni �
une feu�tre lointaine, l�-bas
v-etle t�che cuivre et bronze :
une lemme.
Trois tours de piste, un
hors-d'�uvre.
Et voici les jeux techuiques
lu corps.
Voici le buste qu'il faut in-
fl�chir, rouler, virer lente-
ment, violenter, pour l'obliger
� plus de moelleux et d'allant,
voici la jambe qu'il faut ten-
dre, maintenir, allonger de-
vant soi, puis, prognssive-
ment, ramener au sol : le bras
qu'il faut, poids de lonte � n
main, hausser en ligne verti-
cale, dans le prolongement
strict de la k'ie, puis, par un
boudissement de tout l'�lrr,
projeter en avant, sans que
les pi-ds s �vadent du cercle
inflexible : voici la flexion
i>i les avj.nl-bias, sir h i pu-
iei>: voici plaqu�� lene (oui
le corps raidi comme un ca
laviti qu'il tant, � la force des
poignets, et en s'acciodiani
le dos au sol, hausser, d�-
coller, brandir, les �alors ru
HCi��a � la terre : voici, de-
vant la corde Impitoyable, l'a-
� iimal r�ti! et Ir�ni.ssant, qu'il
la Ut, par-dessus cette corde,
projeter, avec ou sans �L.n.d*
tace ou de c�t�: voici la bar
ri�ie �paisse de bois, pai-des-
sus laquelle il faut s'enlever,
vant dalerrir en soubasse-
ment...
Voici Ions les jeux et toutes
les lassitudes furies.
Et le soir, la fen�tre grande
ouverte, dans le lit qui sent
la lavandeel l'eau de la rivi�
re froide, au fond de lobscuri-
te transparente d'o�emergcul
vaguement des dos de livres,
respiier. l�espirer les pou-
mons grands ouverts, l'ail
vous euuant dans la poitrine,
largement, profond�ment, el
toui le corps bris�, mollement,
d'exquise fatigue... HOBEH�.
�.�����.��. r*
Vente d'une Bible
de Outhenberg
Varsovie. � On annonce de
VydgosZ(Z que la fameuse
b ble de Guthenberg poss�d�e
nar les p�res Berna clins de
Lubawa. a �t� vendue pai eux
a un Am�ricain pour une
� mime de 132.600dollars en-
viron, (.'est une des dix bibles
dlribiu'es � l'inventeur de
l'imprimerie.
L'association des bibliophi-
les polonais a protest� contre
ette venlc aupr�s de l'�voque
int�ress�.;
Lue manifestation
�u isntor de la u;m
Berlin. � La � Reigs ban-
ner �, organe hebdomadaire
d'anciei s soldats r�publicains,
annonce que la �Rtichsban-
ner �, la soci�t� elle m�me
d'anciens soldais, a I intention
d'organiser cet �t� une r�u-
nion d'anciens combattants
allemands, Iran�ais et belges
sur les champs de bataille du
Chemin des Dames de Verdun,
'.ette manifestation aurait
pour but de consolider la paix
entre les troia nations.
8MBMB
l.a baisse de la prwln
Madrid. � L'Espagne va in-
viter un groupe d'experts �co-
nomistes et linanciers �tran
gers, � venir faire une en
qu�te sur place pour �tudier
les moyens de stabiliser la
peseta.
M. Calvo Solelo. ministre
des Gnances, a d�clar�, apr�s
un conaeil de cabinet qui a
dur� trois heures, que le gou-
vernement avait adopt� � di-
vers moyens �conomiques, fi-
nanciers el moraux� pour re-
m�dier � la crise.
Le gouvernement va s'ap
pliquer � restreindre les im-
portations et � encourager les
exportations.
Choses de Belgique
Le rai \llirrt ira pan assist� a la
ipvm- militaire ilalit iim-
BKL'XELLES�'.es journaux
belge� oui i ubli� des d�| � In-s
de Hume i.laiant m e |� loi Al-
b il 1er n'a pas assist� � la re-
VLe militai'e qui a suivi la c�r�-
monie du mariage de a Prin-
cesse ai ie Jos� el du Prince
Albert.
Le souverain narail pris celle
d�cision par su;te de la pr si n-
ce du ,>nr�ce Hupruhtde Ba-
vi�re, qui commandai! lea trou-
pes allemandes lois (te l'inva-
sion Leba on L on C; � el, direc-
teui d'uni (i� s plu. anciennes
b�inquts de Brlgique, vient de
mounr, a l'Age de 70 ans. Il �uit
( une des flguies lis pllll eu vue
i dans les milieux de la finance
inleina�ion.'de, et �tait connu
comme amateur d'�; t tionneur 0e lableuux (!�� valeur.
� . lusiturs nntluis d i.u-
vriers dts aieluis de 11 p n-
tioi.s dea chemins di 1er, A Me*
hnis.se sont mis ( n g<�v e, i n
deniuudani une ai giiitnlaiioii
de salaire.
Le bruit court que.ie sumI
un signe avant cuuitui d'une
gl�ve g. i.�iblc, qui serait d�cla-
l�e la veille de louveilure de la
foire mondiale � Anvers tl Li�ge.
Reatricilon
de l'Immigration
WASHINGTON- M Jolu.son.
Pr�sident de la Commission de
immigiation de la Chambre et
le repr�senta ut Box du Texas
proposent des mesures de n stric-
tion s�v�re contre l'immigra-
tion des pays de l'h�misph�ie
occidental.
Ces m 30.000 par an les iixi� ; n s
venant ou Canada, du iqu#
et des p^ys de l'Am�riqn ten-
trale el du Sud, seront soumis� s
� la Commission.
Assuuz-vous contre accid* ni
f* la u (�< ntrat Aiclden Eut i
Lite A'->uia.u i raiioi
miled �.� Vve t.Btinunghanj
| Afaut Ci n�rai pour Ha�ti.
L'ID�AL RHUM
ALIX ROY
Doit sa R�[3iilation � ses 27
ann�es de succ�s.
LOTKRIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�aise.
Le prochain tirage de cette loierie est fix� au Dimancht
2 F�Ancr 1930. � 9 heures du matin.nu Th�atie l'arisiana.
Le� omite d'adminisiraiiou isI�Ihuicu\ d'aviser le puhlit
que In nouvelle r�partition cempi riant unplusgrand nom-
lue dt luis gagnants est la suivante :
1 'Jros lut > ourdeS 2,o(K) 4 lois de 20 Gourdes 8o
75 los de 10 . 750
2Ap. du 1er lol25Gdes 50
2 t en 2e lot 21) i 40
2 i du Se lot l� � 30
4Lots.se tel luisant ptu les ,'i d�mit is *. 111fl, t s de
1er loi Gourdes 10 40.00
4f> lots se ttrininaiii par les 2 dernier chiflrei
du 1er lot Gourdes 5.00 li. 225,00
1 (T � . 00
1 i � 100
> , de 50 Goor�ta 100
2 < 25 t 50
de Cigarettes
G�RARA-& C�
Les Ciqat cites
* Dessalinienne�
� Colon�
"R�publicaine�
� Porl-a i i-Princienne
fir�e � la finesse de Uiir aiorne lont les oences des
vrais amateurs
Accessoii es d automobiles
Rue r�rou, � ci devant c^es Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres � Air.
etc. etc.
T�l�phone : 3454.
MErlACiSRESf
Ponrto. .���: ia&us:
* LAINE, OOrUif, SO E,
*�. un ;..<,� � t
'La MAURESQUE*
En�tmtJK->rr �v f ri-, � 'II
eii�r.. icMi mi . 4i n
-III
4c*4�"~" �'' --i ..... '�� ir./ fJ'l^]
4 V C. IT.I 'OU. k ,.' �TRI ? f! ... � �.�

PENDULES, " !\-" REVEILS
- *x8*r W "*p>ef
e
HOTEL F AVENIR
Aaglr des ilurs des Minn-lrs et du Tralrr
s
Chambres bien ir slall�es.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
i� , lundi soir, sur
la n l;i llasi o A 1 u*i -de-
Ti ioiiijiIh' du Pont-Houge une
droite i dea
Di ! i lurt,
I Ulll ;�
ai i �rai�
IL l Unta de
uvatl !^- 11 inpa-
i.ilt (U SI ItT-
squ'il vil sortir de
derri�ie la voitura celui qoi
pour n'�ti i p.'S re-
connu ' i.i. .-i pu
quoi la I� mme,
plus le ri �i di us
la Voilure, laudia que I homme
dis|i. i i ; il i i que la
femn i Ui e profi un lia
tl 11 un dea gi �|U'
D'util ';a-
Innte eoniu Voil� un i
bl�ra Ion ne pourrait
udn qui si l'on avait pa
?oii il tdonl �>ii n'a pu
qu'eut i evoii la foi me ind�i
�ana loi de du aoir.
� �
... an la mi me |
P nervemei � petit
sliiin , ive, on au
voluptueux plai -il', A longi i lou�
les lea bv nues du \'>
i deux l�ei lidi,
eu fui tant i onii >u\an-
table, i M bro&sea il
Ihiii t loi Ir lempa s i g oste
botte, |.....!>� petite c!i -
chette lin te un bi oit f�W
dana ^ main gauebe, ai ce pr-
iit ahini nplem< ' con-
trai du
qua; lui n n ;i qu'� le m, r. | ,
u cette heure personne u� fait
cirer aaa botti i el puis lea ifa -
n�s n'ont -ila \>;<* une fa�on pi ta
disci �t< de ligna 1er leur paaaagi ?

... s'est {i �joui de von- au <
queilr � ,ui, � autorit�
un avocat d n vue fai-
sait i �loge d'i i... i, tnar�
quable qui i ut la santi:
lu force 11 la - igaaur. Il atnia
muit que on uugmentalioa et
son t uquenre �taient admira*
blea, intai isa iblea, quand il pre-
nait qu< Iqui s pelit� \ ei rea du
RHUM ALIX KOY avant ds se
rendre au �i ibunal.
... ;i i onfclal� que loua ceux
qui ( a, approuvaient avi c
convn lion.
*
... .i \ u m, d u.. hoi i mes de
goo maia la tr�a Bin-
es qu'un de ses
uiiiis parlai! de commander des
carti i en �uropa, Il
s'�criail :
� Sans blagi s. Pourquoi di-
re clien loin d< s * m tes
quund troua avez i p, �a une
u aison o� i n lea (ail i bien et
si vite o� Ion confectionne
des travaux de i\pogiaphie uni
loi t lient di [I s pr�s |io^sible
laperfi i �n.
ti de s main sortant de la
poi liai � de .i t � nui t-, il oaoo �
na�t la nia�ai d inuble o� loge
lu CoMi'AOMi: Ha�tienne d� li-
TBOORAPHIE.
* �
... il deviulpui tir pour Cuba,
aiabaucb� comme �migranl
par un deasgentt d'�migration.
On lu. un beau costume
et de jolis souliers, el. d
son portefeuille, on a gliss�
qni-lq � IC� �. Il se w ni
si bien ei si heoreox ((u il ei l're
duns un endroit o� l'on joue
aux la corne < I comn eme � |uuer�
Pi 6a de la I y a une t>ou-
ttille de claini,. Na�uiellemeat,
� il, i i :. boit pius que
de raison et, a un moment don-
D�, il s'endort, lu corne� en
Il s'endort si bien que
loiseju il se i. veilla il st rend
il n'a ptui
luis I < .S |
pioti . i.
I <
uiiiti.x ans souliers et len d�-
barrassa.
-<


l'V
LE MATIN- 25 Janvier 1930
ife.
��jluKRAn
nira. Go�ter celle
saveur d�licieuse du Suisse
nb illa i � enp ipi i fi m fol are-
C // :ai"ur du Suisse el
Il '/ / //'i noifVC ii i' �'< i i m 11 lun
l'iur i>� : , ;, , , ',. / |
/< > � i, � Saisit k,
L * richesse, la � 10 ur.fon I mtec > n ne
/��nu n'en ai'rz jaiii lis i) mil- an tut,
tion ds combien etl bon I* front i /
/ ' viiMii diitinctivi diff�rente est
acheo�jpar U choix adroitement com-
bln � des fromages Suisse le tous 1rs
�ges.
Alors proprement pr�par�, tout le
m�lange eefparfatt dans la d�licieuse
saueur du Fromage Suisse Kraft qui
est un dehee pour les jutais des con-
naissears de /romwjes.
KRAFT
v
pont l'apporte Intact en morceaui ou
n i fi 11 il fr >'/i i />� S lis* ' Kraft. Il t�t
aussi frais et lui nlde. Pat de ger�ures,
pa i cro�te, Pas de peau. Chaque
m >r,- � 11 est fr lis et h tn i manger.
Essayer ce surculcnt fromage Suiss �
Kraft, ootre�picteren a. Soget bien *�r
que le fromage que nous achetez a la
marque de fabrique KRA /�'/' CHEESE.
Distributeurs:
PAULEf SALES CORP
Port-au-Prince.
CHEESE
i.\
Prohibition
AUX
Etats-Unis
\s ashington. Les leaden r�
publicsina ;i la t "I� irabre se mon
trant dis] os�s � accepter que la
question d� la prohibition .soit
soumise " l'examen 1 une cmn-
mille de Congr�s, le Pr�sident
Hoovti s d�cid� de transmettre
au Congr�s, le premier rapport
de lu Commission d'application
de lu loi de prohibition.
M. w ickersh im, pr�sident de
lu commission pour l'applica-
tion dtJ lois, a d�clar� que la
violation de la prohibition, les
vols d'automobile, la traite des
blanches et d'autres infractions
sont en nombre tei que le lonc-
tiunnemenl r�gulier de la jus-
tice en esl compromis.
La commission, dit-il, a don*
n� une attention particuli�re �
la fabrication et 8 la vente de
l'alcool industriel.EIU s'est �ga-
lement occupe;' .1 s pi oposilions
relatives a la prohition.
*Le probl�me, si compliqu�
qn'il soit actuellement,pourrait,
assure-lou. �tre r�solu par les
commis1-!!) is ordinaires de la
Chambre, qui s iraient saisies de
la qnesti >m directement et im-
m�diatement. La M liaou Blan-
che ne se sou ie gu�re de la
proc�dut � p itaire el d�-
sire aim a ": que les pu.jets
de loi soi ni ipjd ri tide-
ment.
Le i-1 enlanl Schaler, du
Wiaconsin, 11 tin, a pro-
nonc�, � la Chambre, un vio-
lent r�quisitoire contre la pro-
hibition qui, dit-il, � a amen�
une �re de ( orruption, d intt tn
p�rance, de m�pri i de la loi � I
des autorit�s cou �, com-
me jamais � peuple am�ricain
n'en a � i histoit i �.
� Coin i d, une nation
peut tlh < spe < i une < onsti-
talion �| * lait de lu li mp�rance
un ci im< � II l mt i h un entre
la prohil......i el la i oligion
chr�tienne, li e.t impo Bible de
ment oppos�es el le seront �ter-
nellement. Biles sont s�par�es
l'une de l'autre par un ab�me m
franchissable, d'un c�t� Dieu el
le Chrisl, de l'autre les secs �.
Il s'est violemment attaqu�
aussi aux s�nateurs Harris, Bo-
rah, Sheppard el Howell, �secs�
irr�ductibles, qu'il a surnom-
m�s .< les quatre cavaliers de
l'Apocalypse �.
Le s�nateur a cil� plusieurs
p.-issages de la Bible eu laveur
de la < onaommation du vin, d�-
clarant que pour les secs c qui
Ont plus de respect pour Vols-
tead (|ue pour l'aulo'i'� divine,
CCS passages de la Hiblu� n'ont
pas plus de signification que
leur religion n'en a pour Dieu�.
i
chr�tienne, n esi impossible de
les obse ! toutes i s deux � la I
lois, eat Ih -> sont diam�trale- '
Une reeette
ooerocra
Pal les U .ii r, aclu ils O� l" ti-
ge *-t se l'ait si rare, il faut avoir
recours � toute sorte 'i' strata-
g�me pour arriver � jori lie les
(leux bouts. Dans de pareilles
condition, les recettes prati-
ques permettant d'�eonomi
un ppu �l'argent, scqui�n ut un
prix ineatim ible.
J'en connais de biiaes; mus,
celle que je vais vous passer su-
i lurd'hui est plus que bonne.
Pensez �loue, elle apports un
ours aux malheureux p�res
de famille qui ont plusieurs en-
I mts I
Il s'agit d'une rec< lie pour
! rendre les semelles des illius-
sures presque inussbles, el d une I
. Ile facile, � la port�e de
: tous : � Appliipier sur la se-
melle : �lu vernis cop il. jusqu'�
compl�te p�n�tration �lu cuir et
ne Se servir des ch masures qus
quand elles sont bien se Ins. Il
ne laut pas, bien entendu* que
:uir des semelles ail �t� pr�a-
i iblemenl noirci, p ir le cordon-
ni t. El \ oili. �
I i v�rit�, an risque �le me
i:. ' n: !e dos tous les cor .
donniers �le la R�publique, [et
aande que la r< cette soi! pu
ie, au son dp tambour, su.
le leri non e.
LA HE
AVIS
Il est porte � � la connais
sanre du public, que, par
suite de la cl�ture de l'ex-
p'oit liions tics IM intelioSf de
SI Michel de i'Attulaye, Mr
Henry Morales u laisse le ser-
vice de la United West Indies
Corporation.
Ceux qui ont des r�cla
mations contre la dite Cor-
poialioo sont invit�s � les
pie se n ier. sans relard, � Mr
li �les M. DUri'Y, eu sou
Bureau, nie �lu Quai.
l'ut au-Prince, le 1.) Janvier
1930.
i
Un homme
s�rieux
BAR TERMINUS
F lace Dessalines
C//Z0CO7O
Parisiana
DEMAIN SOIR
A 4 hs 1/2 : Matin�e :
Le Fils de l;i \iiil
( Suite )
Rif�ifar
(Suite)
Entr�e : 0,50 ; Bdeon : i gde.
A 8 HEURES
Un* superproduction qui en
Juin dernier taisait salle com-
bla � Paris :
�LES AILES�
Pourquoi � Les Ailes � vous
plairont ? Parce que tout vous
�tonnera, vous surprendra, vous
plaira, vous �molionnera dans
Ce film dont les sc�nes ��nt �'�
rev�cues, reconstruites avec uie
grnn le conscience par ceux
m�mes qui les avaient v�cues
durant la grande guerre mon
d de.
Parce que c'est un roman qui
entra�ne des aventures hale-
tantes, c'est un roman v�cu,
dont les aventures ont dur�
des ann�es.......
Amour el Gloire voil� � Les
Ailes �.
� Les titres sont en anglais-
espagnol la Iredoction sera laite.
Pri�re de r�server d'avance les
places de Balcon el oge.
Entr�e : 3, 4 el 5 gourdes.
^Monsieur le Directeur,
J'ai entendu raconter l'his-
toire d'un am�ricain qui vient
I mourir, conform�ment � la �
devise qu'il avait adopt�e, c'esl- I
A-dire : �Vivre heureux et mou-
rir gras �. Elle est sivoureuse |
et je m'en von Irais de vous en I
priver, mes bons lecteurs du '
MATIN :
; City, rirha � plusieurs millions,
�tait arriv� il s'adjuger le records
du ooids. Il pesai', en el�et, pr�*
de 000 livres. Mais, apr�s avoir
al/eint celte p.-ntomance respec-
table, il tut subitement pris
d'inqui�tude. Il alla consulter
les m�decins sur sou cas. Ceux-
ci, sans soirciller, lui donn�-
1 rent seulement un an � vivre.
� Mr Emmy Tdman ne lut pas
d�mont� par ce diagnostic bru-
Ul. Il prit h�ro�quement la d�-
cision de manger sa tortune en
un .in. Il fit tant et si bien qu'il
moui�t � point nomm�, un an
apr�s, � la sui'e �l'une indiges-
tion. Le reliquat de sa tortune
fut tout juste suffisant pour sol-
der son traiteur et l'entrepre-
neur des pro n ies lun�hres. -
Ne trouves vous pas, com-
me moi, que M Emory T.tman.
m�rite d- la consid�ration ?
Ceal un honni1 s�rieux qui est
rest� cons�quent avec lui-m�-
me. .
Caf� chic,
de premier
� Restaurant
choix o� l'on
trouve � toute heure les
consommations les plus d�"
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bi�re � la pression.
Pognon
bavait pas �t�
�lu
Sjus le litre: � On drame san-
el oit � riiD n i/eau � et le do a
ble s >us- itre : � nhc�d -uls du
ii .une.�Les Elections Commu-
nales �, notre conlr�re La Presse
publie un article qui n'est pas
Je le propose en exemple �
mes concitoyens.
Bien � vous,
CHARLES.
I encore d ailleurs � sa fin o� il
Vari�tes
DEMAIN SOIR
e i Matin*? :
� 4 hs. 1/2
Keiue Lumi�re
l> Tiyiv-Saer�
0 50.
A 8 HEURES
L'� nom seul suflil ! | !
DOUGLAS FUIUNKS
l'inoubiiable � Giucho � dans :
Robin
des Bois
La plus formidable reconsti-
tution du Moyen-Agf. Le plus
l�litieux, roman de Chevalerie.
Le plus grand neteur �le l'�cran.
Le seul film qui a:t �t� jamais
exhib� � l'Op�ra de New York.
Succ�s colossal dans le inond
entier.
Entr�e : 2.00; Loge : 8.0�.
� -* - i>mmm�>+*>r%ms*qHm*WmlumWsWiWmWsW*\\\W
Abr�viations
On trouvera aux Bureaux du
Matin le dernier recueil de M
L�on Laleau, Abr�viations au
prix �le Cin | Gourdes l'exem-
plaire.
essaie
es mobiles
l'assassinat
ont pr�sid� �
t M. Christian Lebon, Pr�si-
' �.
Hallo � Louer
M liti� de la grande halle,
Bise Rue du Magasin de l'Etat,
� c�t� d�* la Biaisa i Allred
Cooke, r�cemment occup�e
par la Gendarmerie d'ilaili.
S'adretrer �
h. Il nry STARK
Rue du Quai, en f.ice de
'iarc Mac-Donald.
d'expliquer
qui ont pr�:
�lont M. Chris
dent de la Commission Commu-
nale de Thomazeau vient d'�tre
viciiine.
Les renseignemenls tournis
par notre conlr�re sont tout �
tait d�nu�s de fondement. S'il
esi bien vrai que MA. Polynice
i'ognon et Christian Lebon s'�-
taient lous les deux pr�sent�s
aux �lections communales, il est
fonci�rement inexact que ce so.t
l'oi vuice Pognon qui ait �i� �lu.
Monsieur Ciris ian Lebon a-
vau, .u contraire, �t� �lu � une
ir�s forte majorit�.C'est la Com
mission de recensement qui an-
nula ces �lections parce qu'ayaai
trouv� qu'il y avait, pour le tai-
re, de> motifs flagrants et suf-
fisants, bien que M. Christian
cebon soit un des Membres du
. N. P. Il nous semble que no-
tre conlr�re aurait d�, au heu
le se laisser prendre � des ren-
seignements pour le moins in te
'-res��s,re �dre plut�t hommage
> cette d�cision qui ne peut que
f tire honneur au Bureau de re-
censement, compos�, comme on
<" saii.du ''relel.dii Commissaire
du Gouvernement cl �lun nota-
ble, M. Alph.'e Alphonse.
Quand on pense qu'apr�s le
rapport du Bureau de recense-
ment, annulant les �lections de
M Christian Lebon, le Pr�sident
de la R�publique a d�sign� le
m�me \1. Lebon pour pr�sider
li Commission Communale de
Tno.nazeau, on ne peu que se
rendre compte que le Bureau le
recensement de Port-au-i'nnce
na jug� l'allure, qu � un pomi
de vue strutement co.ilonne
aux textes de mis qui r�gissent
la mati�re,
Notre confr�re La Presse qui
se dit si renseign�, aurait d�, d
nous en semble du moins, con-
tr�ler les frits q ion lui rappnr-
�e avan� de leur issjrer si gran.
�le publicit�. Thj'nizeau n'est
qu'� quelques minutes de Port-
au-Prince et roici qu'� \>rl-au-
Prioce un grand journal ignore
qui a �t� �lu \ldgistrat Commu-
nal dans cette coin nu ne voisine.
Si c'�tait no js qui avions cou-
mis celte erreur, impardonnable
1 d'ailleurs, ou nous l'eut imput�e
�crim-. Ds Putre c�t� on la
commet. Nous, nous avons la
' courtoisie de ne pas nous en !a-
t cher, el celle,plus grand?, de ne
j pas en vouloir � notre conlr�re.
Documents Diplomati-
ques Fran�ais
Son Excellence Monsieur Fer-
nand W'iet, E. E. et Ministre
Pl�nipolentiaire.nous a tail 1 ex-
tr�me plaisir de nous taire avoir
un exemplaire de la publica-
tion contenant les documents
relatilsa�uorigiues del� guerre
de 1914. � e sont des documents
diplomatiques qui partent de
1871 pour s'arr� er � Juin 1875.
Cesi une publication qui com-
prendra plusieurs tomes.L'exem-
plaire que le Minis'.re de France
a bien voulu nous taire parve-
nir est le tome premier de la
premi�re s�rie.
Les documents �pi-,.Ion y a
recuelhs sont des plus int�res-
sants et des plus importants et
l'on gagnerait � les lire. Aussi
en recommandons-nous la lec-
ture � tous ceux l� qu'int�res-
sent les questions d'histoire rou-
lant sur les origines de la der-
ni�re guerre.
N jus rem -rcio.is bien sinc�re-
ment S E. Monsieur Ferdinand
W'iet de son tr�s gracieux en-
voi.
Los finances
de Chicago
Le d�ficit >a imposer la bn&etIN
des �coles
CHICAGO- II. H. Wallace
Caldwell, pr�sident du Board
ol Eiucation, a d�clar� que le
manque de londs allait imposer
prochaineuiint la fermeture des
�coles.
On avait soig� � emprunter
de l'argent sur les imp�ts � re-
couvrer, mais il a �t� reconnu
que cela ne pouvait se laire.
�Dans ces con Liions, a dit M.
Wallace, � moins que l teurs ne veudlent bien travail-
ler pour rien rendant plusieurs
mois, jusqu'� ce que les feuilles
dimp�.s aient �t� envoy�es aux
contribuables et que ceux-ci
aient pay�, il tau Ira terraei les
�coles. J'ai tait tout ce qui �tait
humainement possible pour vi-
ter cela, mais je suis mainte-
nant � bout d'exp�dients et je os
sais que faire �.
Il a ajout� que les difficult�s-'
actuelles sont insurmontable�
en raison de l'attitude duSihsH..
Strawn Citizens' Committee.
� Ce petit groupe d a r�to�-un-
leurs s'oppose � tout emprunt
sur les imp� s � recouvrer �, a-
t-il dit.
� voir � |Miriir de Samedi
f ouranl, an Magasin dp l D. HAWXELL | Co
HIIOGraAe,
l'hoimr e� la leninie les plus hanls
K^.


LE MATIN� 2 - Jainiu 1
BBgggggg��*��*��--------!�
HMM

Disques Od�on etSalabert.
Phonographes portatifs.
Champaane d? la Muire.
WHISKY Corby's Sp�cial
Selected.
VERMOUTH Polin.
MONTRES Suisses.
Gilels, SweatersPull-Overs,
Ch�les etc.
Tout aux prix des fabrr
oues d�fiant toute concur-
rence.
RAZAR OD�ON
J.KARAYA�SY
Anqle Grand'Rue & Rue
F�rou.
LA BI�RE �NATIONAL�
DE IA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malar� sa qualit�
sup�rieure.
Frot�qez voire poche el
votre sant� en la buvant
toujours. M
HENRY STARK
Rue du Quai, en face de la Gare.
VIENT DE HE^EVOir. :
Balance � main de 50. GO el 100 kilos pour sp�culateur
en denr�es.
Robinets en �tain^pour barrique.
Robinets en bois.
litres polies pour autos,
Pare Brise ( coiudshield) pour autos.
Miroirs biseaut�s pour meubles.
Miroirs encadr�s pour salou.
Encadrements pour agrandissement de Photos.
Tableaux pour salon et salle � manger.
Grand choit pour moulures pour cadres.
Marbres polis pour tombes.
Lampes de nuit etc. etc..
La Maison se charge de la r�paration de Miroirs i�ch�s.
Pour la Chapelle
de Saint Alexandre
coaoao
Port ;iu-Prince, le 'l'A Janvier
1990.
Au Directeur du Quotidien
i Le Matin �
En Ville-
Monsieur le Directeur}
Quoique mes multiples oc-
cupations ne me donnent pus
le loisir u'tcriie; rependant.
je suis oblig� de perdic quel-
ques minu'es pour vous
adresser ce tire lettre afin
d'attirer l'attention da qui
de droit sur l'�tat malhcu-
teux de ,1a CliapcPe de Saint*
Alexandi'e qui se trouve
situ�e � la Crnixdes Martyrs.
I autre jour, �tant alic lui
iendre une visite, je fus tou-
ch� de compassion en entrant:
je vis ses murs qui sont en
passe de s'eftondn r et quant
� �es fen�tres, elles n� �aide-
ront pas � tomber. N'est-ce
pas que son �tat lait piti�?
Sans nul doute.cher Monsieur
le Directeur.
Du reste, tous ceux qui ont
pour coutume d'aller en ce
lieu, ne peuvent pas nier le
fait que Javanc�. Votre jour-
nal, entr'aiilies.est au cour, ni
de et la : il 8 eu en plusieurs
occasions, � meltie l'�tat de h
chapelle sous les yeux du pu-
blie. Mais lu las! il a parl�' n
vain, puisque, jusque* cet'e
heure, p�rsonm , patsit-il, ne
dit pas un mol au sujet de
cette aflaire.
Vous ne voudriez pas en ire
la peiue qucpiouvtnt certai-
ne* gens, en constatant l'�tat
d�plorable de ce saint lieu.Ces
personnes-l� voudraient aiutr
la gardienne de la Chapelle,
malheureusement pour elles,
leur pauvret� les emp�che de
satisf ire leursd�siis
Mrle Directeur, si ou arri-
vait � vous dire que c Saint-
Alexaudie n'est pas fr�queu
t�, il ne taudiait pas que
vous prissiez ce pr�texte : nm-
tiu et soir, ou usit� la Lha
pelle.
Moi qui vous parle ainsi, p
suis dans la plus grande mi I
s�je ; n'�tait -ce cela, croyez-
moi, je serais aile � la gar-
dienne de St-Alcxandre pour
lui oflrir ma cotisation, en
vue de sa rcconstruc.io...
Tout de m�me, quoique,
moi aussi je ne puisse salis
faire mes d�sirs, |e nie de-
mande est ce qu'on va laisser
� tout jamais la Chapelle dans
ce malheureux �tat, ou bien,
si daus quelques jours, on
pensera � sa reconstruction.
Mieux vaut lard que jamais.
I aus L'espoir que ma lettre
attirera l'attention de qui de
droit, je vous prie d'user de
votre born� en voulant bien
la publier pour moi sur le
plus prochain num�io de
votre bieuveillaut journal.
Avec mes remet ciements.
Recevez, Mr le Directeur,
mes tr�s respectueuses saluta-
tions.
ABONN� du �Matin�'
Pr&�rralanie du 0�n. M dn Diman-
rhe 26 J*im Musique du fa lai�
Sais lit liante direction du Lieute-
nant Lue Jn Baptiste
1. Vn Ch�ur ds nos H�ros,
Marche.
2. Jeanne d ti Ouverture.
3. Biii b < i de S ville,
f..iv ii'iiu*.
4 Un ftonge passionn�, VaUe.
5 Bedzebule, Solo tuba.
6. Shine, Pos Trot.
7. Serrons nos rang*�,
M�rin�i:e
I
i
jj[jR^**vKt&*
H- Bb
Ponama Railroad
bteam^liip Lin*�
Le sic an el �< Ai con � e* t
attendu � � oit-au ! i Ince, ve-
nant de N-Y le Dfmam hs. � t>
janvier UYM). av< c : 'l'I passa-
gers, 88 sacs de correspon-
dance, it partira dans l'a pr�s-
midi du m�me jour, directe-
ment pour Oistobal, Canal
Zone, prenant t#�t, malle et
passai ers.
.las. |j. V\N REED
Agent G�n�ral

>�����*
Le visaqe
comme une peinture
d'artiste
!y ***.
Toutes les Polices
-
DE LA
Une poudre qui est aussi
douce qu'une plume! �g�re
comme l'air. Duveteuse om- i
me un �dredou! Voil� ce que
disent ceux qui se servent
de la poudre Exelento. Klle
s'�tend doucement sur la ,
peau, laissant une fine pelli- I
eule de poudre qui reud la
peau aussi douce qu'une pein-
ture d'artiste.
Lhxe lento
Est un triomphe pour la
toilette. Elle am�hoi cra n im-
porte quelle complexion. Et
elle est d�licieusement parti]
ni�e. Elle est livr�e en quatre
tein et Bru nette
Lu vente chez tous les dro
guisies. Pour 0, 30 cts. sei le-
menl 11 est exp�di� d�s r�-
ception du prix.
hXELEM'Ui MEDh INfc,
COMPANY
Al'L/vNTA. GEtlRGlA USA.
Ageuts demandes pour tous
pays.
Kr.ivezpour renseignements
Empresa Naviera
de Cuba S. A.
(Compagnie Cubaine de Vauyalion)
Le steamer �liii.uit imno �
venant de San>o Domingo et
Port Kico, est attendu Ici le
27 courant, et repartira le
m�me jour diuctement pour
Santiago de Luba et la Ha-
vaue, prenant tr�t et passa-
gers,
ftalael Cervi. o VASQUEZ,
Agent g�n�ral.
Coin Grand'rue et Daut�s-
Destouehes.
P. O. Box A 126. T�l�p. 3250
VOUS TROUVEREZ
CHEZ H. BALLON] Fils
3 grandes marques de li
en Ter.
Simmons company
Laile Lpng Ste< 1 Beed
F�d�ral Steel Beed.
Les mod�les sont des plus
nouveaux, et � des ijrixl
absolument exceptionnels.
Robin �� Bois
A VARI�T�S
Ainsi qu'on le verra au pro
gramme que nous publions ci -
apr�s la direction de Cin� Va-
ri�t�s offre � s;i belle client�le
demain soir le grand tilin � HO
BIN des BOIS�. C'est une des
�uvres les plus belles qui aient
�t� cr��es par Douglas l'aiibank.
H y a, dana celte �vocation
d'une des croisades, un tour-
noi d'une v�iit� saisissants et
d'une �motion vraiment angois
sanle. Jamais sujet historique
n'a �t� mieux film�, et jamais
acteurs n'ont �t� plus a la taille
de Uur r�le.
Ces! une des rares occasions
que nous avons de vivre une
minute de beaut� et nous som
mes cei tains que, celte minuta
d'art, nul ne voudra la rater.
Est prescrit pour gripi e, n
froidisscmcnls, dci . ti,
rc cl naludisme.
Ces! le plus ravide tcm�itl
avis intim�;
Las Tomates om corn mail
ce chez BAILEY. Que < liacui
| vienne se pourvoir de s i si
lade pour lis U
The Royal Mail Sleain
Packet Company
Le steamer �flulcbra i venant de Londres via Kingsl
et les ports du Sud est attendu ici vers le I pat �
le m�me jour via les j orts du Nord et pour '. Europe
. �
La magnifique bateau touriste S/S �Araguaya� est atten
� Port-au-Prince vendredi 31 janviei venuut de Kings
et partira le m�me jour, � cinq heures de I apr�s inidi.p<
New-York direct, oflrant ain>i une excellente occasion p<
un voyage exceptionnel pour New-York.
pour tous renseignements s'adresser a
I. J. BIJIO
T�l�phone, 2311. ('.encrai Agenl
9 comprennent la Protection contre la
S Foudre sans auqmentation de taux �
EugAeBoss�tiCo
�qents G�n�raux
mmmmmm&mmmrmmmKv^mmm aramm*\�__
Insurance Co
Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Anents G�n�raux


vV-
--/�^ t^;
N*




Samedi
25 Janvier 1930
illiltill
MUTJli

4; PAGES
r� *|
23eme ANNtE Xr &9��
Fort-au-Priuce
T�l�phone : 2242
� f��'
? r �
rD�PURATIF fl-u D'M�NGETn
combat
les bSaladios de la Femme
Vktt i� Sasf
V . ,ii.i, Glanda�
KabT�ii� dtraiailiaa
Ki n ir ii'�g�
tl la '. r- � � c. .-.- ". iiiini-f

:� ip'iV w. .|.�i n. �fi'iir M'*r>), t'HiMrr
voirnif :i �irl�<< -. tanl d' milhiunuix.
> � � n.T.,1 r,-i I.-..HI1!) v.,nl |i�iwi � *�i tl�a� fi �<(r> prolongea,
i � ' ' �' ' i� ���.....ua-m�in� Mlmt �tutbX**, c'ef p�rcf que. poo-*
� -i"� >�� i - .m i{|( fdimUUc une i.roi'ilr iuumIIi-, . I� moi tt
I �. ir .; � ,r . 1, v il . �'�cwwpItaM IflMll�mMM, �n prl� du moindrr
' ��< I Fltoll :>cl .� 1! impnrt- dm.: i- |.. n* rvl. nrr. ,,�� Ir �toi
<""�''il' ' ' mu� .1 jlmi;ir �| de- iu->:dltr. il lis' p*r t-o.?4ufiriit
un � > �.�m. iti'Ui. parlant It alui pif puciiilt. Qu'il
1 - � - ' iaaa u MpalMif. r. -.r ctmrgvr il.- raalJun �'iH.-uoibraaia o.
� ii-i, lr � La-. M vi � .� ralintU. �f� n�"4'.��.-, vont ar roiii{H3?ii-aQrr.
1 rl�uiia ar i t <:>i rtaHftfff*. rl^n n':ia plu,
1 � . I *ti inl ( .� � rrs :,i|i� ajuf le .lit inriiil. u.|, dont la roi�
. rv m, v.i d' |'it|�llji, -.�Hni|..nrf. :iyanl ; mr i.l.J.I r.,.rm�l
h�ll r�t'CMet* de d*M�luillatlMl. .Ii. . humtiirv lire
'i m lil d . vl.n 'I dm nuhMMI du -.�u�
" �' ��. q.i'll f�!il inal"trm- U cium iM uni; piir ri
f'�>!��� �� I �� . I "i !��� Jeune, ni*'* af��l I. fori.intlu'. r,| dattlnurtuir,
I" '� ' �'�! � ..... I"- Ml .jnf 'o.irimn r I- iifimliii-, K (i(�il*�r.t 4
'�-> * - ' : �� 'u ('l"l> A!>r 1(1 f-CTt!'� IJAPi i;.
| ' "il� l# MNUTIr DU OO-�TEOlt BAMCT, eo.-nju."
d � lui ii pl/MUM �.�[.niera il ton* t�nv � i> �/� !e.ia� M.tu* d�pur�t.-le.�,
1 J -ii'-i 'iri.--nt<-|:t l'l,Ui>l� Vil, leurl 1|! .,'� r � l.ttVCI
ii'i :� % i . . ,1.114 io>i, t.. t-tmmt� ptui ('�!,:�( t'ajUoo
.'� � Il � .11 -i' ii Min^i. '......,'in'fiiic?�.* -...ni ilvale t.unr
loul pi 'l'i' i 'i dt rinrlHrl <� il .� ��. i I iani
l'r. |i .i � ' m. i -, ,. i,. r., i.,..( s ,1,. rt'RPPn-� . rr �� .1 m! uiw UraiiHi d-
JtiallM, I� DCPU��1ll DU ROCTEII I IHNi.tr . rt� MmemaM � JuMf lllrr,
p� �on ..,11,1111�.; i- : im \ Depili.iM .
Voit* tr vu II *m I...11 i.ur �t^'.r� in 1.1.II.-I�. �aclp-� 1 ^
itlal iSM.i.n ' CRANOS PRIX. nmirnut>�ii an l..1|,iij,u de parla
2 r V�ii*M�',"i.r> ��. r��i� *i 1 " T'i^'-ni. � ���
A
vis
Scicliiii. ri,- il H il ilr I In-liiitliiMi
r.ili'i(|iu-
Lu S � �< i.'n-, ried Btatdt '�n<-
Iructiou Publique �vise l-sj:i
i^n--s s �|-i--. i!< s.) m us, les lu-
leurs uaiionauz de livret clira*
niqut'S qui d�sirent avoir, coi-
luriDi int ut � la loi, l'approbi-
lion iln S*< r�taire d'El il poui
I admitsion i!>' leurs ouvras s
dans Us c n'es dfl I 1 K�pilb i-
�I u, devront loumeltre les m i-
n iMai ils �le � ea ouvrages en do -
Mo copie a I.� Uireetion G�n�-
rale Aines le II ipport de la Dinc
lion I � n�rnle, une copie Bel i
ri'ni'si' ,1 l'auteur tt l'autre gai-
rt�e aux \i di �> s Ou Servi< e
lv I gogique - 1 D�partement.
Po/t-nu Prince ce 21 lanvU r
l'.I.IO.
�-Cat Lan
Si vous avez quelques heures de loisir, le soir, elj�qiU'
vous d�sirei les passer agr�ablement ailes au
Pr�-Cat-Tlan
o� vins houvertfs, la,pli� l.eile sa-llc de bal, la uiHsiqttfl la
meilleure ex�cut�e par nu ortl.ophcnic dernier cri et aussi
les boissons les plus flfltch�l �t les plus pures.
Champagne, bi�ie allemande ou nationale.liqucurs de toutes
or tes.
Cours
Classiauesil
12�me � Philosophie inclu
sivement.
M�thode sOre, Succ�s com-
plet contr�le chaque ann�e.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit�, St�nographie
anglaise et fran�aise, Dactylo-
graphie avec des sp�cialistes
pour chaque cours.
Enseignement �du Fran�ais,
fje l'Anglais, de l'Allemand.de
I Espagnol. � M�thode sans
c8a,e- . T..
Le�ons particuli�res de
Lettres, Sciences et Math�ma-
tiques aux �l�ves ou en re-
tard ou � ceux qui, veulenl
gagner du temps.
Cours de Musique (SolbNge.
Violon, piano).
Pension Scolaire, s�rieuse
et agr�able.avec annexe pour
ttudiants et Adultes.
S'adresser Rue Lamarre, 1537,
ou t�l�phonez nu No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Reconnu de l Universit�
Ha�tienne.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'�uvre vari�s ou
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes $,50
VINS TI\�S SOIGNE MCTS CHOISI� "P. P. PATRIZI
Ce <|ui l'a jamais pli- lail
(> i|iii ir arul pIi-p d�passp.
Avis
i
Hamburg Amerika Line
Le vapeur � Ad a lia �, venant d'Europe est attendu ici
vers le 27 courant partant pour Suiiiago de Cuba, Kingston
te, prenant U et et passagers.
Le bateau � Irasssta a'vcnant de Santiago de Cuba, est
attendu ici vers le (i f�vrier su route p >ur l'Europe, pre-
nant ilu |i et.
RLINBOLL) & Cie., Agents.
Si vous voulez appr�cier
comment s'est d�velopp�e la
pens�e ha�tienne de Tous-
suint Louverture � 4 Louis
uorno, lisez le r�cent ouvrage
du Dr Phice-Mahs.
i'nv �tape de
l Evolution ha�tienne
En vente � la librairie de
� l^a Presse � Aux Armes de
Parts, � la Pharmacie du
Globe Dr Coicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
Kola Champaqne
F. S�JOURNE
Pr�par� dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Pr�paration et Vente
Pharmacie F- SEJOURNE
Angle tes Rais Riur �J i'i nt",\ r�.
L. Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
* i-� v.� 1
Gasoline, Huile, Accessoires et Pi�ces de Rechange pour
Vutomobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres � air pour toute auto
>u camions.
Halle Gardiner
No 1538, Grand'Hue. - Port-au-Prince, (Ha�ti)
ALUMINUM LiNE
I".. i>.im) |i, ; i,: |,m,r Hali,
Le Mesmer �Christian K (,hg � o va 11 laiss� Vew-Od� n*
le is j : ivici coaraut sera A Port-wi-'Wuce le i ">. et cou i-
ntie a . ou Ll-Vatc picoaul du li�.
Un ,-teainer laissent NewOrl�.ins le 1er F�vtler puir
Port n -l\ inee < i i. s porta du Nord.
Ce 24 j.invier l'i, il.
\. tic MA ITI'ils \ Co, Agents g� l�rfltis.
ASTHME
Oppmsslon, Catarrhe,
Suffocations, �
�< >u�x-l9cm ocrtal�o T>�r le�
G!6ML��TES CL�RY
et,. POUOBE CLERY
0' Ci r SY. T;S, BooV S. M mtin. P�ri�
r
r
^


ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Lile
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Sc�tl.tnd )
!-t !.. *Gjjneh,\l< Vvt une des plus puissantes et .les plus vastes orgoatat] �ns
'u; ,; "'� '-(' VlkMl ne 8� Ponehe Jamais sur son champ dfurUon qni embrasse
' ,'"1"'ls lontreioci m| ivrentausM tes d�lais occasionn�s par la baare
�it-s Polices pour Antomobiles e tuvre.it vols, iuctodie, malveiUaoce. dom^sass
cm** a autrui dans sa ] rsonna on Htns ses biens.
tfS ''""��*� 'I "�� 'iu. . : ii >.;,;, ,,; i,..., , �;,., i,;,-,,. S)l( payables en H�iii
Si i Polices contre A�tMehta so it valantes, d.tus l'univers entier. Tous les voya
. devraientdone prend..- i i pr�ciulion .le se munir-l'une police contre accidents
Bbu in pins MX*) dollars, la prime annuelle u'�tanl que de 1/2 �/. soit 20 dollars l'. C.
Veuve F. BERMINGilAM, Aux Cayes
V
�.

"�v.
Plus (le
Pannes...
UDoul.le Eaylei est
le pneu des prlvil�
gl�s.
Il i! i'i'i- u fitV.atm.it t>' n c'i.t
que ta tt autre, mus il j>r� l�.ir contre, un kilom�trage et
uno garantie do s�curiti plus
�lev�s que ceux jug�* n�oessai-
rea par In majorit� dru automo-
bilistes.
U noUKL'; EAGLE est un
pneu sans aurun �quivalent, le
super-pneu �tans toute In force
du terme. 11 est destin� � ceux
quL� fuient i^uorer tout ennui de
pneumatiques et qui pensent que
te prix d'un pneu s'estime par le
l'OUl liu.il uu kilom�tre.
Hien ne peut m comparer au
nouveau l'Ait L' UOOUVtAlt
Douile fc-AOLE. C'est quelque
itiosu de sp�cial, �le sup�rieurs
tout comitu* iihii pneu.
lHt; WbST 1ND1ES
TRADING COMPAQ Y
Dibtnbuieurs puur
lu R�publique d'Ha�ti.
t
sots GKNTaS:
Agent G�n�ral pour Ha�ti.'
Port so-Pnnce: G. GILG
JEAN BLANCHET J�r�mie.
^
s
-4



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs