Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03921
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 23, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03921

Full Text
�l�ment Magioire
DIRECTEUR
368. RUE AMERICAINE '1358
.TELEPHONE N�2242
.leas �lev�es avsir seor nminie
de se sa* eees �teeier drs difficul-
t�s tf�aettts ��� sis� 4'� >f si qui
stase luire qu\ avec us peu �le | lifice, �a les verrat* riHwIsrr: le
Iras* � hatnje taal.
Saiat rraarois dr SA Us
23�me ANNEu N* 6901
?'ORT-U� tKINCK (HA�TI)
VENDREDI 24 JANVIER 1930
La liquidation du Trait� j
Ue 1915 et les man�uvres
pour l'emp�cher
Nous lisors, dans des d�po-
lit s venues, de Washington hier,
ue le Comit� de* affaires �tran-
�res du S�nat a ajourn� la dis-
ussion de la r�solution relative
la nomination d'uue comrais-
lon charg�e d'enqu�ter sur les
flaires d Ha�ti, cet ajournement
:anl d� a une opposition sortie
e la d�claration du s�nateur
loi ah concernant la nomination
un gouverneur
Cette information confirme ce
ue nous avons dit du caract�re
Eivergent et contradictoire des
)Oints de vue qui se font jour �
ashington sur la question liai-
ienne.
four notre part, apr�s ce que
lious avons eu � dire prec�dera-
nent, nous n'avons qu � nous
�jouir de ce statu ouo.qui nous
ir�serve provisom meut el du
ouvemeur cl del� commission.
Mais notre satistaction pou-
vant �tre mal interpreh e, nous
enons tout de suite � nous en
expliquai, en lace d'adversaires
qui, sur cette question, sont �n-
Vis�s a commission d'enqu�te et en
ceux qui donnent leur pr�f�-
rence au gouverne ur,cbercbant,
p.jur t acquit de leur conscience,
un cuntcitl acceptable dans
tuptiemisme: � civil �.
� � A quelle sauce voukz-
vous �lie maug�.� la sauce blan-
che du gouverneur ou � la sauce
noire ae la commission ? � A
cette question insidieuse, bien
peu sont dispos�s � r�poudre :
� Nous ne voulons pas �tre man-
ges du tout. �
Or, c'est cette r�ponse qui est
pr�cis�ment le n�tre.Ce n est pas
le Parti national progressiste qui
a amen� l'intervention am�ricai-
ne dans les affaires du pays et
nous avons le droit de nous
�tonner de lire, dans le A'ou-
vetliste du 21 janvier, cette phra-
se a la lois malveillante et stu-
pide, � son intention :
� Plus que jamais nous de-
vons crier le plus lort possible
Dour que ceux qui ont �tabli la
force �trang�re dans ce jhiijs
puissent coiupr. ndre, etc. �
Si nous ne r�pugnions pas
aux personnalit�s sur un sujet
si grave, il ne nous serait pas
difficile de chercher quels gens,
�gar�s aujourd'hui dana le jour-
nalisme, pourraient passer pour
Ne jouez pas
avec le chat
Derni�rement.causanl avec un
vieux o tigre � qui connait bien
tous les d�tours de la politique
ha�tienne, je ne lus pas peu sur-
pris d'entendre mon vieux ca-
marade exprimer des appr�hen-
sions graves, au sujet de la si-
tuation ha�tienne.
� Je trouve dangereux. (lisait-
Il. le jeu que lont actuellement
nos hommes politiques �> el,
comme pour mieux pr�ciser sa
pens�e, il ajouta : � Pas jamrri
iou� ac chatte �>.
Ce proveibe cr�ole r�sume
toutes les craintes du vieux sage
qui tremble devant l'inconnu
vers lequel nous poussons le .
paya de toutes nos forces
beaucoup ne voient pas le
danger et alors, ils essayent de
compliquer une situation d�j�
ai lourde de p�rils de toute sor-
ie.
Mais, senle.la sagt.sid du peu
Pie peut faire avorter le� com-
binaisons qui s'amoncellent dan<
le cerveau de la plupart de ceux ',
qui ne pensent qu'� leurs int�-
r�ts personnels.
Et cette sagesse populaire
�clate lumineusement dans no-
tre savoureux aphorisme cr�ole :
� pas /amm jou� ac chatte �.
LA FIE
avoir, en 1915-1916, aid� � la
force �trang�re � � � s'�tablir
dans ce pays. �
Mais nous croyons plus d�cent
de proclamer, en toute V6*tt�
d'ailleurs et a l'honneur de la
communaut� ha�tienne, que nul
ne peut d�signer des Ha�tiens,
dignes de ce nom et ayant quel
que renom, pouvant justifier 'e
soup�on, malgr� les mis�re- et
les souffrances patriotiques d'a-
vant lbl�, d'avoir appel� ou fa-
voris� 1 �tranger.
Quoiqu'il en soit, nous avo iS
le traite et, � sa suite, tout un
cadre d'olficiels am�ncains.Sans
m�conna�tre les imperfections
de ce r�gime et Us froissements
d'amoui-propre patriotique qui
en sont sortis parfois, nous lie
saurions nier l'ensemble des
am�liorations qu'il a piocur�is
; Il n'est pas moins vrai qu'il
n'est que temporaire et provisoi-
re et que chaque ann�e qui s'e-
coule nous rapproche de sa fin.
Le programme de.l'inleivtntion
s'est accompli, en outre.progres-
sivement, � t la demi-douzaine
d'ann�es qu'il nous leste � vivie
sous ce r�gime, doit elle pru-
piement une p�node piet-que de
liquidation.
Or, est ce vraiment e moment
de chercher � le perfectionner ?
' Est-ce le moment de laire in-
tervenir avec tracas d'autres lac-
tturs �trangers que ceux impli-
qu�s dans le trait� ?
Ne comprend on pas que, au-
tre lut le cas dominicain, o� le
gouvernement am�ricain avait
assum� sans �ch�ance la res-
ponsabilit� de l'Etat voisin, et
autre est le cas ha�tien o� il s'a-
git d'un trait�, de son objet et de
sa fin?
Mais la question se complique
malheureusement d'un change-
ment de pouvoirs et ceux qui
ont aiguis� leur app�tit en vue
d'en piofiter, n'ont m la patien-
ce m le patriotisme de laisser
les choses aller � leur liquida-
tion naturelle.
11 leur faut encore du Wa-
shington, d�t l'avenir du pays
servi.* de ran�on pour quelque
temps encore, et cette circons-
tance donne la mesure v�ritable
de leur sinc�rit�.
Eh bien, tout en luttant,� el
la lutie nous est lamili�ie,�
uous sautons veiller.
Une lettre du
pr�sident Hoover
ctook m
Le* Etals-lais iroot loujoors vers
de pins hautes destin�es
Colombus, Ohio. � Dans
une lettre publi�e le 15 jan-
vier, Monsieur Hoover d�-
clare que les Etals-Unis vont
toujours vers de plus hautes
destin�es depuis la d�clara-
tion de l'ind�pendance, en d�-
pit de ceux qui souhaitent
l'�chec du pr�sident, m�me si
le pays doit en souflrir
R�pondant � une lettre de
v�ux du DrW.O. Thompson,
pr�sident de l'Universi � d'E-
tat de l'Ohm, le ,t �siil i,' f r
un portrait complet de (eux
qui voudraient le voii �chouei
dans sa �che. '1 a cependant
trouv� une giaudt compensa-
tion dans le fait que la m jo-
i�t�, sans consid�ration de
parti, souhaite l'aider � r�us-
sir.
CflBV1,v^1*~:VMi'wtr4pia> �*�eetnn j^*t *�* v
�L'ILE MAGIQUE
Pan
VIT . B. Seabrook
Traduit de l'anglais par
Gabriel des HONS
Pr�face de
Paul MORAND
En vente aux bureaux du
Matin � 2 Dollars.
L'ID�AL RHUM
ALIX ROY
Doit sa Repu la lion � ses 27
ann�es de succ�s.
LOTLRIL
1 � � �<
1 � � t
i � de 50 Gourd-, s
2 ( 25 i
ManuKll,re f*�*
nne
de Cigarettes
ARA & C�
Les Ciqarettes
wDessalinienne �
* Colon�
� R�publicaine�
� Porl-aii-Princienne
��r�ce � la"finesse de leur ar�me lont les aeuces de6
?rais amateurs
___il � � tflJL
VOYAGES
| ES voyageurs exp�riment�s se servent de
"V Ch�ques de Voyageurs. Ces ch�ques ont
la m�me valeur que l'argent et se transpor-
tent beaucoup plus facilement.
Avant d'entreprendre un voyage, achetez
des Ch�ques de Voyageur � la Banque Royale
du Canada et rendez ainsi votre voyage plus
agr�able.
� La Banque Royale
du Canada
HOTEL l'AVENIR
Angle des Rnrs des Miracles et du Ceitre.
Chambres bien install�es.
Conditions avantageuses.
Cuisine excellente.
De l'Association clos ]te.r.iires du Corps
Enseignant et ciu Oo un - Ha�tien de
lMUi^nce Fran�aise.
Le prochain tirage de celte loterie isl fix� au Dimanche
2 F�vrier 1980, � i> heures du ip itin.au Th��tre Parisiana.
Le comit� dadmiuisrralion est heunux d'aviser le public
que la nouvelle reparution comportant un plus grand nom-
bre de lots gagnaUta es� la suivante :
1 Gros lot oourdee '2,000 4 lots de 20 Gourdes 80
500.75 Iota de 10 � 750
lt<0 2 Ap. du 1er lot 25 Gdes 50
100 2 i du 2e lot 20 i 40
50' 2 i �lu 3e lot 15 � MO
4 Lob se terminent par le s �derniers chill es de
1er loi Gourde* 10 40.00
45 lots se terminant par les 2 dernier chitfres
du le. lot Gourdes 5,00 R. 225,00
Washington
�MMH
Washington, 10 janvier* �
Le pr�sident Longworfh a d�-
clar� aujourd'hui que � la ma-
jorit� � la Chambre soutient
avec fermet� M. Hoover pour
toutes les mesures qu'il esti-
me n�cessaires � l'application
de toutes les lois des Etats-
Unis. 1
� Le s�nateur La Follette
s'est d�clar� oppos� � une ma-
joration des droits sur les
sucres. D'apr�s loi, les laits
ne justifient pas une hausse
qui d'ailleurs ne profiterait
pas aux producteurs natio-
naux.
� La controverse au sujet
des droits applicables au su-
cre s'est poursuivie au S�nal
entre r�publicains et d�mo-
crates, les premiers plaidant
pour le maintien de tarif ac-
tuel, les autres r�clamant au
contraire leur rel�vement.
� M. 0. L. Bodenhamer,
commandant n tiouel de l'A-
in er.ican L�gion, estime que
le service militaire obligatoire
est un des �l�ments essentiels
taisant d�faut � la d�fense na-
tionale des htals-L'nis.
Caract�risant l'arm�e et la
marine comme �l'assurance
la moins ch�re et la meilleure
pour la sant� et le revenu na-
tional�, il a d�clar� que les
organisations de v�t�rans
sont en faveur de l'acte de d�
leuse nationale de 1920.
� Pour novembre dernier,
les Etats-Unis ont une balance
commerciale de 103.729.9b2
dollars eu leur laveur. Le
chiflrs des exportations s'�l�-
ve � 442.28L995 et celui des
. importations a 338.552.833.
� Pour novembre 1928, ou
| avait enregistr� 544.912.294
pour les exportations ei 236.
565.183 pour les importations.
W(
Autos et mortalit�
aux Etats Unis
Washington. � La Compa-
gnie m�tropolitaine u'assurau-
ces sur la vie de New V01 K,au
nonce que sur les 19 millions
de d�tenteurs de polices don.
elle tient registre, les acei-
uents d'autos en ont tue 3 079
au cours ues dix premier*
mois de 1929, soit 19,5 sui
KM) mille. Il esta pr�voir que
le chiffre total au bout de l'an
sera le double de celui de 1919
el le d�cuple de celui de 1911.
Les Accidents mortels par au-
tos comptent pour un tiers de
tous les aeeiucnts moi tels u
forment 2 0/0 dis uec�s pal
toutes couses. DsOS la seule
semaine finissant h 2uo\�ni
bre, on a compt� 840 moi ts
par accidents d'auto* dans
l'ensemble de 78 villes des
Etats-Unis. La cause piiuci-
pale de ces h�catombes est la
vitesse exag�r�e.
A. C. J. H.
S�onr� exrmordinotre
Les Membres de l'Associa-
tion Catholique de le Jetioes�i
Ha�tienne sont pri�s d'eue
ton- pr�sents et ponctuel* � la
r�union qui aura ttaii � l'Ar-
chev�ch� le dimaLcne 28 jan-
vier � \0 heures pr�cises du
matin.
Ordre du iour :
L� De 10 heures ail heu
res, Commentaire d� l'Evat.-
aile par Mgr Le Gounze ; Con-
f�rence par le jeune Ant< nio
David, �tudiant en rr�detine.
2. -De 11 heures �'� llb.45
Elections pour le renouvelle-
ment du Conseil d'Adiimus-
Irai ion ; Divers.
Les Anciens soj l cordiale?
ment invit�s � cette seauce.
Le Pr�sident
Un
... a rencontr�, lundi, enpleia
midi, sens le s>olcil' dont les
rayons w tablaient m< Ib e � d t'en
les toits des maisons, une jaune
lemmc blanche qui grelottait,
c�i dirait, dana la chaude ca-
ressa d'an chandail. El ses �am-
bes pourtant �taient mus. \ no-
ie cette note originale d'une
femme qui avait froid dana sea
parties sup�rieures, tandis qu'-
elle a\mt chaud dana ses par-
lies inf�rieures.
* �
...a vu comment, samedi soir,
la f�te a r�ussi a Ter race Gar-
des. Comme toujours le monde
qui y �tait des j.ius s�lects el le
service tt les consommations
servies �taient nu-dessus de tout
�loge. On n'eu peut malheu-
reusement pas une autant �le la
musique qui fui molle, distraite,
�L, par moment, d�sesp�rante.
Quelqu'un eut ce mol ci ut 1 :
� C'est l'orchestre qui tua le
bal...
.

...0 rencontr� t n d<- nos an-
eieus barabocheurs qui d�atn
bulait, lundi soir, pur lesqust*
tiers o� vers le soir !< pai fum
et les couleurs des robes dominicaines metient comme
des pi�ges a la volupt� qi 1 sbm-
tneille en chacun de nous il
a'en allait, clsuaicanl un peu,
affreusement amaigri. Les yeux
ailleurs.il nepa�aissait �tre plis
qae l'ombre de lui-m�me. Quoi-
qu'un qui passait expliqua ainsi
sou cas :
� Il buvait beaucouna El
brusquement, un jour, suivant
les conseils de son m�di tin, il
cessi de boire. Et voil� pour-
quoi il a subiteu.eiit vieilli ait -
. si. On ne change p:is .11-si brUfri
quement de r�gime sans que sa
sant� en soit �branl�e. S'il veut
redevenir ce qu'il �tait il faut
qu'il lecoinmei ce � I oire el s il
veut apr�s t s de b ire il faul
qu'il le lasse gi dm ||< ment On
ne m B�che | s d'un seul
coup.
... a reiuontie une �laine das
plus cultiv�es �t �ion; le go�t
est des plus avertis �1 qui a en*
ihousiasmait encore duuim que
dimanche soir l'on exhibait �
Parisiana. Elle disait, et � tous
ceux qu'elle rencontrail :
� Si on redonne �La Dan-
seuse Orchid�e �ne la raies pus.
C'est tout simplement un coef-
d'eeuvre. Moi. si Taldv, la re-
donne, j'y retourne imm�diate-
ment. Le <;ui rend la chose plus
R�confortants � est que ce n'est
pas la seule pu sonne que No-
11,1 �:l renci Dire el manifeste
ainsi son tnlli usiusine.

� �
... a n�.le, mardi aoir, un pe-
tit l'ait tr�s original. Quelqu un
avait �t� rendi - une visite � une
daine de ses anus. Il �tait dune
iiaiclieui vraiment liiiaie avec
son joli it clan costume, de
paJm-beacb et ses soolieurs �
nuan�a double, bon sutomobi e
tus propre, coquette m�me,
et;ut devant la barri�re, avec a
son volant un jeune et diligent
efiuulltur. Noriu il.11. qui sait
que l'homme n'a pas de chaui-
teur per�ut quelque chose. 11 at-
tendit �11 e'embutquant dans la
quartier. L'embrc �tsil ��:iii-
pl�te loisque i om.i.c aciou.-
pagin de rues iras et escort�
de dtniande de retour sortit de
la maison o� il avait pass� toute
l'apr�S-midi. Il p�uclia dans sa
voiture et dit au chauffeur:
� A la maison.
fc'lundis que d une main uni-
cale il fais: il un dernier bon-
p. ur � ses omphytrionnes. Mais
a quelque seconde de la maison
la voilure stoppa. Le chauffeur
en descendit. Le Monsieur qui
�prtit de visite pi il le volant et
avant de s en aller il prit de son
point�unie un binet de cinq
gouidts el le leliilu ou j e,it
ulltul doiibsion ij � lui �ie-
bAatid il...... 1 ...... <|u.iinj
est Ct qu il auiiiU besoin encore
de ses services.
%


P*.f�E-2
LK MAKN- 24 Janvier 1930
Une ii uvelle
encyclique
h- St.n ...: . parle
ilr le EariliM �le II jfB
Cit� .1 \ i Le p 1':'
XI vitn de li an nouvel
le mej 'l �� de
l'umu< del Ktliu.i
tio i cl " Dans ci icyclique, le Sou-
verain tXDOM :>;' polti-
gue concernant [�ducation de
uienne i qui,dit-il,appartient
ovmt Joui ;i l Bglise, puis � la
famille, tt finalement � l'Ktat.
L'encyclique, le document <>l-
ficiel le plus copieux, concer-
nant les bfliiref du monde en
g�n�ral (jn. lit paru depuis deux
ans, esi r�dig�e -n italien, et
non en la lin, comme c'�tait la
tradition. C'eat la premi�re fois
que le bit annales de la papaut�.
L'aocycliqa -.que seia traduite
dans les difl�ronti a langues mo-
dernes, vise, dans plusieun
pasaagea, la conception lasciste
sur l'�ducation de la jeunesse.
Elle ne s'a liesse pas uniqne-
a l Italii, mais s'occupe de la
question d � l�ducaliun dans le
monde 1 mier.
Parmi lea choses que con-
damne |e Souverain Pontife li-
gurenl : l'educaliou miite, ic-
ducation sexuelle de la |euuesse,
l'exag�ration de l'entra�nement
pby uq exhibitions publi
ques des jeunes fllii s dans tes
concours de gymnastique, l'en
voi pr�mature des enfants trop
jeunes � �cole, le nouveau mou
vement naturaliste dans l'en
�eianemenl, les litms conirairei
� la moi de et ie. programm�e
de T fc. I�'. malsains.
asjMMB
L'Allemagne revondi
que la Haute Sil�-*ie
lilu'ii.l.N� Au lendemain m�-
me du jour o� le drapaau l'ran-
Vais cessait de tloliei sur Co-
blence, s'ouvrait une campa-
gne en Laveui.de retour a l'A�le-
magne �les territoires d'tiupM
et dallalmidy. Maintenant c'isi
le tour de la ilauie-�il�sie.
Une association de Haut Sik-
Siens vient, en ellet. d'nrgam
sera Berlin une Omyanle ma
niteslahon un cours ue laquelle
de nombreux discours ont ail
� onnncee. Le bourgmestre de
Rilinoi .. adress� un appel pa-
tlielujue a la confiance ou mon-
de cl a la raison �les /.lais vaiu-
3Heurs, Abordant la question
es r�parations, il s'est �cri� :
� 11 est absurde de VOttiOli
imposer de si monsirueses obi:
g�tions de r�parations .1 uni
A lema.11 que l'on a allaion.
par le rapi de la llaute-.Siksie.
� La llaute-Su�sie est l'on Ue.�
deux poumons de. l'Allemagne*.
Puis, en mani�re le p�rorai'
son, il a conclu en ces termes ;
� Le rapi de la Hau t-�iksu
constitue un scandale mondiai
auquel il laut nu tire lin �.
les HVnfN |��l�s �'� PftlM
D'apr�s les tables inen iuelles
des nouveaux ouvrages pu
bli�a en novembre dernier e
communiqu�s au Comit� bal
tien de l alliance fran�aiae
par l� minist�re des Aflaires
b'rang� es de Paris, cinq ci ni
quarante deux volumes oui
paru eu France (542).
Comme toujours, ils ont
trait a l'agriculture, lea beaux*
art . l'ai m�e, li� marine, les
Colonies, le Commerce, les
Finances, le Droit, l'histoire,
la g�og apbie, les Industries,
toutes lessciencea, la tltt�ra-
tuie g�n�rale, la morale, la
philosoi.il e, les ipor.lt, les
voyagea, etc.
La parit�
navale
UUMI-:.� Fogli > dOrdini...
l'organe du ; �risle, d�-
e que I I all� demeurera ni�-
branlable sur la question de la
parit� navale avec la France,
i ajoute que ce n est qu'� cause
i situation �conomique ac-
luelle, qu'elle n'insistera pas
pour avoir la parit� avec l'An-
, etterre.
t.article, dont le ton affecte
UBO vigueur iuusnee, d�clare
que m�me si in conf�rence de
Londres �eliouait pu- suite de
l'insisianea de II alie dans ses
revendications, le peuple ita-
lien ne s'en soucierait pas le
moins du inonde.
L'article, Faisant une tompa
raison entra l'Angleterre, dont
la puissance r�side dans son in-
sularit�, et l'Italie, tait ressortir
que celle-ci e�t compl�tement
emprisonn�e dans la M�diter-
ran�e.
� Nous souhaitons sinc�rement
qu'il.i accord son couclul a Lon-
dres .), d�clare le journal, � mais
nous ne uOUS leurrons pas sur
la difficult� des obstacles a vain-
cre. L.'un de (-ertx ci, et le plus
t liimiiipii' sii(,Mttt1i|li*'
�Gomment
conserver
ses dents�
Certains individus, parfois
bien avises pourtant, attri-
buent uniquement le mauvais
elat tic leurs dents a l'tiere-
dll�, ne se rappelant pas qut
l'�tui antihygi�nique o� ils
tiennent U ur cavit� buccale
estjla cause p redispos nue la
puis traquante.
L/hygiene dentaire l )iit en
consistant dans la toilette de
la bouche,a I aide des brosses
et des p�tes dentilrices, n�ces-
site aussi des, nettoyages du
collet souveut.recouvert d'uu
en luiljaoirftire ou tarira, sur-
tout chez les lu meurs.
Dans cet etut, il arrive que
les particules alimentaires
introduites sous le cohet r�-
sistent a tous brossages,gnice
a cet induit leur servant de
recel, jusqu'� lonner le tar-
tre dentaire d�finitif qui d�*
termine la stomatite larwique
grave, est la question de la pa- | se deg�ueraul a latin eu pyor-
nt� navale avecla France.�
Apr�s avoir fait ressortir que
la parile avec la Franco a �t�
obtenue � Washington, en ce
qui concerne les grosses unit�s,
le journal pomsuit :
� Toute reuonciaiion � cette
parue est inadmissible. Qu'elle
-.ou bas�e sur un niveau, soit
sup�rieur, soit inf�rieur, soit
l'�galit�, il importe peu. L'es-
sen ici, c'est que le droit a la
parit� soit r�serve dan� le nou-
.eiu protocole qui terminera �
ou devrai! terminer� les tra-
vaux de la conf�rence de Lon-
dres.
Le journal insiste sur le fait
jue llulie, non seulement main*
lient int�gralement sou droit �
la parit� navale avec la France,
mais exige encore en th�orie ce
droit, a m la lace del� puissance
navals la plus.grande au
monde a.
Lea forces navales
dans la baitique
MOSCOU � L'ollicieuse �la-
�vesiija o a publi� un article sur
la situation r�ciproque des for-
ces navale:, dans la mer Balti-
que.
u'organe sovi�tique s'�l�ve
contre les bruits de plus en plus
�pandus au su| ! du dangfi
1 unejguerre provoqu�e par la
itussie et montre, qu'eu r�alit�,
a Hotte rouge a devant elle lis
forces ^navales de nombreux
�.�'a , . "sans parler des lorces
linlandaisee et des autres Etats
halles. Ou ne saurait pis-
ser sous silence celles beau
coup plus importantes de l'An-
gleterre, de la Su�de et de la Po-
logne.
Ce dernier Etat aurait l'inten-
tion d'am�nager a Udungen un
grand port militaire, qui servi-
rait de base � des .escadres an-
glaises, Irancaises, polonaises.
Quoique l'Allemagne pr�tende
qi.e ses turces navales, d ins la
Baltique, n'aii ni d'autre bul que
de parer � une attaque �ven-
Ile de la Pologne, il n'est un
ai � I pour personne que si 11
n h construit di nombrem
iroiseurs c'est pour i on rena
incerla puissance maritime de
la Russie dans la Baltique,
Halle � Louer
M titi� de la grande halle,
Rua du Magasin de l'Etat,
a c�t� dfi la Maison Altml
ke, r�cemment occup�e
p ir la l�end irmerie d'ttiiti.
s' drearer �
],. Henry STAftK
lluc lu Quai, eu face de
Sa [ac-Dooald,
rh�e^aiveoio � dentaire.
il est donc incontestable
que des que l'on l'aper�oit Ue
ce d�p�t noir�tre dont nous
avons parie ,'oa ait recours
an chirurgieu-deuliste, seul
apte � faire cette op�ration
d'enl�vement des tartres.
Cette premi�re condition
n�glig�e, tous les^soins ap-
portes a ula bouebe resteut
sans ellet.-- Brossez-vous ies
Jeuts autant que vous4vou-
Jrez. Servez-vous des paies
dentilrices le plu* que vous
pourrez, votre bouche restera
quand m�me un loyer l'inlec-
tioo qui finira par vous g�
1er I ua.eiue, jusqu � rendre
votre compagnie aiuou insup-
p niable, du moins d�s igre-
able.
Ne vous eu laites pas illu-
sion, le go�t et l'odeur agr�a-
bles que vous laissent dans lu
bouche �les Oeuiilnces ne
sont que passagers et n'att�-
nuent en uen ia marche pro
greShlve de cet enduit uni
r�tre.
l. nygi�ne, science relatiyi -
meut receute, prend des pro
portions telles qu'il est du
devoir de tout prolessiouuei
conscient de son r�le, de I i
propager le plus possib e
dans sa sph�re daciiou.
Propiger les id�es d'hygi�
ue, les fane pratiquer, pj
todo, c'est nous aider dans
l'exercice de la prolessiou :
uu patient qui se pr�sente �
notre cabinet pour un travai
bucco dentaire quelconque,
une extraction simple, par
exemple, avec la bouche pro
pre, d�j� nous rassure sur
tous p�rils d'inlections.
La campagne que nous me-
nons est int�ress�e, certes
parce quefes lents ainsi entre-
tenues sont plus pre lispukees
a uue gu�ri on rapide (|" �
if . �les i ,i ics dUfcs U
la propagation des divers mi -
crobesqui pullulent dans la
bouche, elle nous laciliie la
tache et n his garan it uu ;
succ�s qui ne peut que cou- j
tribu :r a augmenter notre ;
client�le et partant nous en
COUrager � augmenter aussi
nos couu�tssancea, afin rie
pouvoir toujours justifier
la ( 0 li inoe ue celte client�le
deve tue >i p�nible e: si llouc
de p ii � quelque temps.
Dr Gaston il. SALOMON
A PAKisiAPIA
L� �i�' intiiif d�* ioialeun resr�-
seit�e dans le Iniaeiii film :
�LES AILES�
l."s spectateurs pourront su
vre, pas-� pas, ia vie de ces
guerriers de l'air depuis le mo-
ment o�, se levant de sa cou-
chette �troite pour r�pondre �
uu appel urgent, l'aviateur entre
dans son hangar, monle dans
son appareil et se lance, rapidr,
dans l'espace, jusqu'� ce qu'il
retourne � teire, sa mission
remplie. Assis a c�i� de lui le
spectateur s'�l�vera � des hau-
teurs impr�vues �prouvant tou
te-, les eiuo ions du vol avec ses
d uigers, ses angoisses et ses
moments glorieux.
t^eite production extraordi-
naire, � Les Aie > �, a �t� laite
par par des lu.mines dont les
connaissances dans l'an de vo-
ler sont indiscutables :aWiluam
Wellinan, le .directeur Jet John
A. vSauuder, .1 auteur de 1 argu-
ment, priraut pari a la grande
guerre�comme aviateurs,le pre-
mier dans les lorces am�ricai-
nes ci dans la llottile Irau�aise
le second. Iticiur Allen, luiides
principaux interpr�tes, lut mem-
bre Uu Corps Koyal d'Aviateurs
d'Angleterre ; Charles liogers,
qui lait le r�le de Jack PoWell,
le compagnon de Richard, t�i a
apprendre a diriger uu a�ro-
plane pour taire uue exacte re-
pr�sentation de.� sc�nes dout il
prenait pari, et au moment de
terminer le lilm, il suit rest�
plus de 16 heures eu l'air.
fous les laineux aviateurs du
inonde qui ont pasa� derni�re-
ment par New-York ont eu soin
de visiler le The�ne CK1TE-
KlL'.vl, o� se fait lexhibuioa de
ce lilm, ei ions, sans exception,
en koui sortis �merveilles de la
r�alit� ei de la peiteclion de ce
travail colossal,
a Les Ailes � sera exhib� le
dimanche 20 de ce mois, � � Pa-
ris.ana �.
M- QR�VY JEAN
t oisaissaii��� ilti liouverni'meul
�s 1�re Insinue-
Nous apprenons, avec grand
plaisir, Jean vient dette nomm� Com-
missaire du Gouvernement pr�s
le Tribunal de Premi�re Ins-
tance de Port-au-Prince, en
remplacement de notre colla-
borateur et ami, M' Etienne
tiourand, d�missionnaire.
Lest un choix des plus heu-
r ux. Me Gr�vv Jean a eu � di-
riger le l'arqu�"! de celte ville et
de l'aveu de lous.il l'a fait avec
au ant de comp�tence, de dis-
tinction et de dignit�. Inutile
donc de dire qu il remplira les
m�mes fonctions � la satisfac-
tion du Gouvernement qui vient
de lui redonner une nouvelle
preuve de haute confiance.
Tout en regrettant le d�part
de W liourand du Parquet de
Port-au-l'rince o� il laisse d'ex-
cellents souvnirs, nous pre-
nons un r�el plaisir � saluer le
retour � ce� fonctions de Gr�vy
Je.rn, et � lui pr�senter, � cette
occasion, nos f�licitations les
plus sinc�res.
j! i i- < ���
D�c�s
Est d�c�d�e hier � 3 hs 1/4.
Mme FiF.iRiNE Dorsainvilu,
munie des Sacrements -c YM
glise. ,.
Les fun�railles auront heu cet
apr�s-midi � 4 hs. en l'Eglise
Cath�drale.
De la part des tatnilles U�-
ment Beauger.M�n�las Cl�ment,
Henfort, Bastien, Dorsainville.
Nous pi�sentons nos condo-
l�ances aux lamilles �prouv�e!.
A vendre
Un buggy kurray en Ir�*
bon �tat.
Sadress$r au Bureau du
Journal t Le Matin �.
��*�'
,�-.
Nouveaux caryes de la Compagnie
aeaerslr TrassaHaalifac
^Lk .iavre. � Les noms des
vil es de la Caldoruie et du
Texas vont �tra donoaa � six
uouveiux cargos ine vient de
coin nan ter la Compagnie G�-
n�rale Tranaatlautique.
Ces bateaux seront d�nom-
m�s i San Mateo�, �San Pe-
droi, aSaoJose�, t San Die-
go� et i San Antonio�,
Un septi� ne buleau sera
oo in m a u d e prochainement,
qui sera baptisa �Alabama�.
tous ces navires jaugeront
8 230 tonneaux.
Assurez-vous contre accident
� la � General Accideni Fire &
Lile Assurance Corporation Li-
miied �.� Vve F. Bermingbam
Agent G "n�ral pour Ha�ti.
Parisiana
CESQ1H
Un orarn� �trange :
Belphegor
01'
Le Fant�me
du Louvre
Avec Ren� Navarre.
4e chapilie.
Lntr�e: 1 gde; Balcon:2gdes
A vendra
A l'Imprimerie
Aug. A. H�ftAUX
Le Code d'Instruction Cri-
minelle avec les derni�res
modifications.
Prix Or 1,50.
m
^���RP
Nousavons le plaisir d'annoncer
� notre aimable Client�le, qu'�
partir du Ie' F�vrier, J
Noire Maison sera transf�r�e au
local du Bazar M�tropolitain
GrandRue.
Le Garage restera au m�me
endroit.
Nous esp�rons que vous continuerez, �
nous favoriser de vos commandes et de
vos achats.
Le m�me bon accueil vous est r�serv�.
HAITIAX MOTORS S. A.
Phone : 2379.
hous venons de recevoir un fort loi
GOODRICH SILVERTOWNS
de toutes dimensions.
Prix d�liant toute concurrence.
de
IGOI�KEZ pour voir �
le Samedi 2i> du
eourai
m
m
lias i
m
fasiude 1610 GrandRue,
l'hoiuiue e� la leoinie les plus liants d'Ha�ti


LE MATIN- "^ hh\M V
3
Disques Od�on etSalabert.
Phonographes portatifs.
Champaane de la Muire.
WHISKY Corby's Sp�cial
Selected. \
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, Sweaters,Pull-Overs,
Ch�les etc.
Tout aux prix des fabrr
aues d�fiant toute concur-
rence.
BAZAR OD�ON
J.KARAYA^Y
Angle Grand'Rue & Rue
P�rou.
r�te de Charit�
Les Filles de la Sagesse du
Pensionnat Notre-Dame du
Sacr�-C�ur ont le plaisir
d'annoncer qu une � t�te de
i harit� � sera donn�e par les
�l�ves de l'Etablissement, le
dimanche i) F�vrier, � 7 hres
du soir. Elles comptent sur
tous ceux qui aiment le bien
et le beau pour r�pondre �
leur invitation et se procurer
ainsi une d�licieuse soir�e pur
(audition et la vue des diver-
ses parties du programme :
dame, com�die, �volutions,
chants, po�sies, etc.
,------------------------------------------------------------------------1------------------------�
Empresa Naviera
dt> Cuba S A.
(Ctaaaflto tebsiae �Je \a>igaliou)
Le steamer �Guantanamo �
venant de San o Domingo et
Port Rico, esl attendu ici le
27 courant, cl reparti-a le
m�me jour directement pour
Santiago de Cuba it la Ha-
vane, premni ir�t et passa-
gers.
i.atad < ervi o VA-Ql'l Z,
Agent g�n al.
Coin Grand rue < l Danl�s-
De-tourbes.
P. 0. Bo� A12fi T�l�p. 3: 30
**m
LA BI�RE �NATIONAL*
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malcir� sa qualit�
sup�rieure.
Prot�gez voire poche ei
votre sant� en (a buvant
toujours.
HENRY STARK
Rue du Quai, en face de la Gare.
VIENT DE RECEVOIR:
Balance � main de 50 80 et 100 k los peur sp�culateu s
en d�ni�es.
Robinets en �tain pour bair que.
Robinets en bois
litres polies pour autos,
Pare Brise ( coindshield) pour autos.
Miroirs biseaut�s pour meubles.
Miroirs encadr�s pour 6aIon.
Encadrements pour agrandissement de Photos.
lableaux pour salon et salle � manger.
Grand choit pour moulures pour cadres.
Marbres polis pour tombes.
Lampes de nuit etc. etc ..
La Maison se charge de la r�paration de Miroirs t�ch�s.
mmwmm
Avis
/>/�*
^-�tre
<*
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIM�S
SUISSES
de DELORT. Pharmacie*,
119, Jlw Hxfit-AntOiB*
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS C
JPOEt'.'r" A�7-I�jWIMCJ"H�
AlMbPBTRVB; Phenrace >L.BERTin;
V
rPwWr�fn
K� C0HSTIPATI0II
1C0KGES" I0N5 �TO'JSnbSEMENTS !
3j EMBA?JtASCAS.lUQUI
H IL SUFF1F c!a prendre]
t t'vn i� v>3 repee
M�JIEli�l
l47,Rn�du fttbbtfurgSt-DeJ�s.PASIS |
HtRMaipr htf�rttaMH
qui sont tout � fait blanches
et ior ciacuM �le�ctuol)�� le n.il�
DKMAUTaPARI*
?
I
\ :<<>'.�
�ool tr^t Y.i'b'. ment lmprim&
L'AK 100
I ."�merveiller. \ produil df
le iulnaudVe Jonl > i n�prou
vi' h s q do If tes remarquables,
de reconstitution est en ventt '
aux maisons julvantes :
Ac Bon March�, Caves de
Bord aux, i i"e� d'Ihiti. V\e
DOUVOD, t tudisere du Lion
Maison Schomherg.
Pi ; '.'m centimes� '*� buii-
leilfe.
Panama Railroad
Steamship Line
l.e stiar er � Ai con * ot
iii:i i l�li Jilbl
Accessoiies daulom �'�>Ile,;
Rue F�rou, ci de vont r'es B�i: .<� I* :,
Gazolinc, Huile. Graisses,
Pneus, Chambres � Air.
etc. etc,
T�l�phone : .'i!.")t
The Royal Mail S team
Packet Company
Le steamer �Culebra i venant de Londres via KiuasM
et lea ports dq Su.f est sHen-iu ici vora le I I*>vrn
le mrtue jour via les ports du Nord et pour l'Eun ; i
m
Le magnifique bateau lomiste S S �Areguaya* i si ii,n 31 janvier venan'l de
� Poit-aL'-"ri!i'e vendredi
Seer�tairtrie d Mat di^i�nsiruciion
hililajue
La Secr�luu-erie d Elat i.'ei'ln -
truction Publique avise it-s in-
l�rcssJs que, d�sormais* let au-
teurs nationaux de livres cli'.�-
�iques qui d�sirent avoir, con-
form�ment a la loi, l'approba-
liondu Secr�taire d'Etat pour
I admission de leurs Ouvras/S
as les �coles de la H�pub'i-
que, devront soumettre les ma-
nuscrits de ces ouvrages en dou-
ble lopie� la Direction Uen�-
isle Ut {Enseignement.
Apr�s le Rapport de la Dircc
lion G�n�rale, une copie sera
remise a l'auteur et l'aune gai-
i�e aux Arcb Ves au Se i vice
P�dagogique m D^parienient.
i'oit-au Prince ce 21 janvier
1830.
AVIS
Il esl porte a la tonnais
saine du public, que, par
suite de la Cl�ture de fex-
ploitaUOUS des Plantation� de
MMiclnlde rAttalaye, Mr
I teury Morales a laisse U ser-
� ice lie iu Uuited West Indies
corporation.
Ceux qui ont des r�cla-
nialions contre la ilile Cor-
poiation sont invites a les
pr�senter, sans relard, � Mr
h irles M DU1 UY, en sou
bureau, rue du Quai.
1 ort au-lJnnce,le l� Janvier
1V30.
alteudu� I ort-au-Hrince, ve- et partira le manie jour, � c nq heures de l'a pr�s ividi.not
nantue N-Y, le Diunmchs. 26 New-York direct, oftrant aimi une excellente oecasi m do
lauvier 1SI30, avec : 22 passa- �n vowge �cepiionnel pour New-York.
tiers, 88 sacs de conespor- Pour tous reisoignc un nts Redresser h
inffslq
P
gers, o� sacs de cones|
dan.ee, et partira rlann l'apr�s-
midi du m�me jour, directe-
ment pour Cristobal, Canal
Zone, pienant �;et. n aile et
passagers.
Jas. IL Van BEED
Agent G�n�ral
.1. BIJIO
T�l�phone, T.'>\ 1. i ieneral Agt ni
C�lombian Steamship
Company Inc.
P/*!!!�** K^'llllp Le steamer �� Mai Unique* venaDt'de \\ v. i.il, via i.-
I CIU1 UCauit ports du Nord est attendu ici Je . janviei co rant.
UE LA
CHEVELURE
s �
*?�'<-�
partira le m�me jour pour l'etiUGoftve, Mirago�ne.J�r�m
Caves et Jacinel.
La suite de son itin�raire sera nll�rieuremenl i.\..
rort-Hii-l'rinee, le 22, Janvier 193(K
Geiombian Steamship Company Inr.
GEBAHA A: Co, Agents.
or*
E.FBTRUB; rhsm�ce >LBF.RTIML \
Phanvai i� �aL'- JocUn VIARU
iont't i^.* ^ >>.p*t .fJhnrr.ioci��,
M��i�^^ ...'-.-.jj nwi�u�I
i*a?
�'A
m
Toutes les PoJices
DELA
iww iiiuumimtju U
comprennent la Protection contre la I
Foudre sans auqmentation de taux $
Suivez les traces de Gladys
May, actrice pleine d'entrain
dans i Shufllin Sam de l'Ain
bama� qri ditqu'ellea trouv�
l'Exelento la plus d�licieuse
pommade pour les cheveux
qu'elle ait jamais employ�e.
Lhxetento
La Pommade de Quinine
est la pommade authentique,
elle atteint les racines des che-
veux et donne un brillant na-
turel qui demeure.
Elle arr�te la d�mangeaison
du cuir chevelu et rend les
cheveux doux et souples.
En vente dans toutes les
pharmacies. Seulement pour
0,30 centimes par poste direc
tement.
EXELENTO.MEDIC1NE
COMPANY
MLANTA. GEOPGIA U S.A.
Agents lemandes pour tous
pays,
�crivez pour renseignements
7oui le Pneu que
vous attendiez... il
vient d�lablir le
nouveau record de
MILLE
i �
!
C- � uper Pneu de
psi�e en Ou�e si
louie garantie, inaisj
pour le garanliss'uiH
anti*M'e.�icnl coin nu
tous les pneus il^uf^
ALL CClRD que
nous vendons.
I. �>. lUAitiUS
llisli Ou... i.i . ,

S
i Agents G�n�raux
Insurance Co
Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE, & Co.
Aaents G�n�raux


Vendredi
24 Janvier 1930
Le
4; PAOES
�r'*.TV.3*'*�i0iv�*v*- i?. JE*
� i ��
?3�me ANNfcE N#�901
rori-au-Pnnce
T�l�phone : 2242
.
.......
*
J u


�nsaoaas
r � � d u q u e 1 ' � n : e s t i n
Constipation
Ent�rite
Vertiges
Dyspepsie
Migraines
I
rgttalBritatih CHATEUUN
roumi' � j � i
aftAND! PRIX
...., / �,.

Pour rester en bonne
sant� prenez chaque
soir un comprim� de
JVBOL
L�"� r�nr|t roliqui
laxatif. M�|| |� U�h.i i
\r Juto.l vm'rit U i�i.
leur il'lll-r .��"luili m.
H,| lll .|l"l._.|.-,l i J. |'�;
.. ii> n plu m>lnoM|ur i
� I KlMlilulMT) � .liu< -t:
�u. i ni .Iil. r� |.f i_
l. i un. Hlrtl J. U' "
li II |.i .n. i| tliiinii;
� n nrvIIK) .u ni e,i
� 'iii.ii ta qui fait du
�le iuitUrt)� �4 iim iMMUl
I1' Pamui.
4. . u�i f/w/ rfr r/mi
Iii Vu�*/. Kiminc
r ri U fliWtlIr
MptUoa .i I� u
inique (/...i.ii"
tl B0t*) 1*1 il'lll..
%lr.iil� liiliiir -
�(�lui ti.lli'.dnK
�If I.' I' :l. Il".i.
i - ..i. lu. In.n
Il......irit .ni a
'i �le �- ri-.iipi'
Jutol li IjvjI
I� . iifaiit". .!��-
;�i' mMirttlt
Voil� '-� di l'IfttMtla
��.,�-.
Cours
Classiaues
jmfrrr-^vf

12�me :i Philosophie .Belu
sivement.
M�thode s�re. Succ�s cum)-
blet contr�le chaque an! te.
Coins du Soir pour Adultes
et Jeunes Gcus.
Comptabilit�. M�nopraphie
anglaise et fran�aise, Dactylo-
graphie avec des sp�cialistes
pOllf chaque cours.
Enseignement du Fran�ais,
(je l'Anglais, de l'Allein:'inl,de
, Espagnol, � M�thode sans
g�te.
Le�ons particulierts de
Lettres, Sciences cl Malheur
tiques aux �l�ve� ou en te-
Laid ou � �.eux qui. veulent
gagner du temps.
(.ou�s de Musique(Soli�ge, .
Violou, piano).
tension Scolaire, s�rieuse!
et agr�able.avec annexe pour'
Etudiants et Adultes.
S'adresser Hue Lamarre,l">iV7,
ou t�l�phonez au No 2891
pour plus amples renseigne*
n.cnts.
L'INSTITUT
TIPPFNHALER
Reconnu de i � niversite
H�ilienne.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d �uvre vari�s ou
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes t2,50
VINS TR�S SOIGNE METS C'IOISI� P.Ps PATl'.IZl
i> qui a'.' jamai- Ht iail
Ce ',''i n<* jM'tlt Htt ilfyHM.1-.
Ko lu Champagne
F. S�JOURNE
1 iei>- n dui s ?�(! i tu ms i: :� ureose�
D'ASEPSIti
.. .....r, ~- ,*� wmmmmm

t
Vvii
s
f
Pi�paraiion et Vente
�H-vBM*cie K. SEJOURNE
Angle i'< �' m Rmt ;'� U >"- s,
Seuls distributeur^ HEHNER & G0
Boule Hquqe��tole Rouge
Jacmel Tradinq C�
Si v ms von!'.''/ appe�ci \t
comment s'e^t d�velopp�e U
pes�e baitienn� de Fous-
saint Louverture � Louis
Ltorno, lisez le r�cent oovra y
nu l)r Piuce-Maus.
Uni �tape de
l'Evolution ha�tien,>e
En vente � la librairie de
� La Presse � Aux Armes de
L, Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
Gasoline. Huile, Accessoires el'jPi�cea de Rechange pour
Vulomobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres, � air pour toute auto
Paris, � la Pharmacie du ' .m camions.
Halle Gardioer
Nj 1538, (Jrand'Rue. � Port-au-Prince, (Ha�ti)
Gobe Dr Coicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
i
A vendre
Une sul�e A manger. Une
marubre. I Tn phonographe.
pue Ltftnne a pied. Une table
iour p�tisserie. Un grand mi-
roir.
T�l�phona MC-162 > d �
v il heures a.m � 3h. p.m
SEft' i E !>'liV'.ii:\r,
l�*U-1. . � . �WWj
Hiimbtira Am�rika Line
� i
Le vapeur �Adolia �. ' erant d'Europe est attendu ii
vers le 27 cou l parla ni pour Santiago de Cuba, Kingston
< t.-. preunnl . et cl passaavrs. w-T?i>
RE1NB0LD ^ Cie� Ageuts.
(*
S
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation LUI,
de Porth (ScotUirid >
'- i lu q de ci ,., 'lire, Lr . ., . ,.��.., ��.��.>, ,| ,< � , � <
le ai
E Se.� ices ,�',�' ( i
J OUUS( .i � ii -,
Si-. �' ; , � , . , , , , ( � , . , , ,j . , , -n , t ,
5 �* :es i.Kiirc V . , .,i ii,, � uier. Tous les voy^
feun levtaient ont pre�id ar�ca.ut�on : �' �<� 'ontre accidents
3'au inoins 40(>0 dollars . �/. soft 20*dollars L*. G.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves

-

PORT Al -i KL\CL
\ciic-z VO�I nos Magasius Oc
liHUJJiil UUUM UJllliia ci lOu-
gu�.s isuub nous uouueions uue
Vil 1..11 .^.i.iLH-'U U U llUl;Ul IC i(l.l.li;
ncuic.
tUu de� interf�rences utmot
pti�rtque�,
-...Jl- IUIUUU14
SOI s i.ENTS:
Agent <>iiei�d pour Ha�ti.
Port-an Prince: G. GILG
JEAN BLANCHET J�r�mie.
V
^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs