Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03920
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 22, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03920

Full Text
Cl�ment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAIN*. '1358
. TELEPHONE N* 2242
Uwflfitrtnct altiif.la perception,
restitse � 11 stases �ou tynocrno
priauthe. i* l'�ne sa passion do
>rai. Par elle, si �osipri ad loal.no
�cprisf font, sans lou.b� r |om
dan� IVgssuie st�rilisant : e'fel I�
�ace de celle vilaine viaudr qu'o�
appelle la > ie.
23�me ANNE*. N' 6900
PORT-AU-PRINCE (HA�TI )
JEUDI 23 JANVIER 1930
CHRONIQUE

Les Sup�riorit�s f�minines
J'ai toujours �t� frapp� de
l'impuissance de la litt�rature
a discr�diter la femme. Les
�crivains ont entass� contre
elle des P�lion de satires sur
des Ossa d'�pigramme?. Mal-
gr� tout elle a gard� son pres-
tige, et elle est demeur�e par-
tout d'autant plus respect�e
qu'elle se trouve muimeuuui
dans un milieu plus afflue ei
plus intelligent.
En r�alit�, elle poss�de sur
l'homme une incontestable
sup�riorit� morale. Pourquoi
est-elle morale? Parce qu'elle
est plus sentimentale. Tout ce
qui est pur, noble, d�licat,
s'appelle seutiineul. Suppri-
mez le sentiment, vous verrez
ce que fera la logtque du ma-
t�rialisme anti-sentimental.
Les femmes sont donc meil-
leures que les hommes parce
qu'elles sont plus sentimen-
tales. Elles aiment davantage.
Elles prennent l'amour au s�-
rieux. Quand elles se ma i ient.
elles n'apportent pas, en g�n�-
ral, � leur �poux et, comme
ces derniers, un c�ur hypo
th�qu� on l�zard�. Leurs ser-
ments soui moine souvent des
mensonges.
Il y a plus. Le sentiment t�-
miuiu est U'uue qualit� parti-
culi�rement sublime, puisqu'il
est maternel. Quel que soit, en
el�et, l'�ge ou l'amour d une
temme, soyez assure qu'au
tond sa maternit� veille. Pe-
tite fille, c'est avec son c�ur
de m�re qu'elle embrasse ou
gronde sa poup�e. Et l'homme
m�me qui devient, par le ma-
riage, son ma�tre, nt tardera
pas � s'apercevoir, en d�pit de
ses pr�tentions et de son or-
gueil, que durant toutes les
heures du jour, il est lui-
m�me aime et choy� comme
un grand enfant.
Le progr�s semble apporter
� la temme un avantage que
le pass� lui refusa, Ct)aoy�
fort avait dit : i Les femmes
ont une case de moins dans
la t�te, mais une libre de plus
dans le coaur. � A ceux qui
exaltent a la libre de plus �,
on pourrait saus doute oppo-
ser a la case de moins�. Mais
le temps pi ogresse: la case
vide se remplit...
Un spleudide mouvement
intellectuel pousse aujour-
d'hui le monde f�minin veis
plus de raison, plus de cul-
ture, plus de lumi�re. Serait-
ce la le signe providentiel ue
l'av�nement prochain de la
temme? L'avenir le dira,
Nietzche, ce tou de g�nie
qui a quelquefois vendu de la
sagesse �crit : c Si les femmes
avaient eu la morale,In ir plus
grande puissance, � quoi de-
vront elles se prendre pour
reconqu�rir cette puissance
|u;.nd elles auront d�laiss� la
morale ? � Il est bien �vident
n eftet, que lout ce qui est
contraire � la morale tst dc-
�istreux nom la temme. Si la
femme n est plu respect�e, il
st pu�ril de vouloir que
�oient respect�s sa faiblesse,
a maternit� ses droits. M.us
n est encore plus pue ni de
supposer que ta femme sera
respect�e, si elle ne commence
pas par se rendre elle-m�me
respectable.
Cela est vrai collectivement
el individuellement Collec-
uemenl? On a dit en iflet et
lort tristement que certaines
leinme� sont les ennemie.� de
a temme.� IndiviouelUmeut?
Ou se plaint toujours de la
gi�ve des maris et l'on repro-
vhe � l'homme sou manque
ie courage devant la tamille a
londer. Pour �tre tout a lait
juste, il faut reprocher aux
jeuues tilles de mettre parlois
ce cou.�ge a une trop ruue
�preuve. 11 sutiil partais a uu
jeune homme de voir com-
ment une jeune fille esi h.,
onlee. chapeaut�e, pour deci
dei, s'il est sage, qu'il attendra
une occasion meilleure.
Les modes ne sont pas seu-
lement ten �ble.s parce qu elles
peuveni eugtoulir des foilu-
ues et des vertus, elles le som
encore parce qu'elles r�v�-
lent votre pens�e intime a
quiconque sait voir et qu elles
d�shabillent votre �me encore
plus quelle ubabille voue
corps. Tel v�tement pio-
i laine non seulement le
go�t tr�s dehcal de celle
qui le porte, mais encore
ta tierie pure de sa conscieuce
qui se lefuse aux aduii j
ions malsaines, et la lorce de
M pens�e qui n accepte p.� ��
Je 1 asservir a de co�teuses
vulgarit�s, et la richesse u uue
lulelligeuce dont tous les sju-
cis ue soui pas limites a la
circonf�rence U'uu �lu peau et
a la longueur d'une jupe.
El puis, la sobneie uaus le
v�tement n' i jamais porte pi e*
judice a la beaut� pnysique.lt
tant �lie velue ei cenll�e sim-
plement quand ou est jolie
poui avoir pius de gr�ce, et
quand ou e>i laide, pour avoir
moius de laideui...
j L'ID�AL RHUM
ALIX ROY
Doit sa.R�putation � ses 27
ann�es de succ�s.

HISTOIRE
De la Captivit� et de la Mort
DE
Toussaint Louverture
Mous croyons faire plaisir �
nos lecteurs en reproduisant
pour eux l Introduction du r�-
cent ouvrage palpitant d int�r�t
de notre collaborateur le Colonel
Nemoun :
INTRODUCTION
... Accompagn� de ma temme,
un drapeau ha�tien pieusement
enroul�, j'ai lait le p�lerin ge du
tort de Joux. Sous fa sainte & ir-
de de la Famille, qu'il a tou -
lours voulue ches son peuple,
torte et respect�e, je lui appor-
tais un peu de la Patrie que, le
Premier, il a con�ue et r�a is�e.
Je suis all� lui pr�senter �
loi, le Pr�cuiseur, qui ne le
i mnaissaii pas, notre Diapesu...
Il y a des buts nobles que
l'on se fixe, des devoirs saints
que l'on s'oblige de remplir.
Toute vie humaine doit �tre
une ascension. Le fort de Joux
est un des sommets que je me
snis toujours eflorc� d'attein-
dre...
Je voulais apporter l'hom-
mage de ma^pi�t� fervente au
plusgrandjg�nie n� de ma Race,
jailli du soi m�me de ma Patrie.
Je voulais aller, pr�s de lui,
prier, c'est-�-dire essayer de
comprendre, communier en la
seule haute pens�e, rapporter
l'enseignement qu'il n'a pas eu
le temps de donner en entier,
qui s'est perdu.
Assis sur la Colline sacr�e, �
l'ombre immense du monumeni :
Tunple ei Ton beau qui terme
l'horizon tomme faisait l'Acro-
; p�le, je me aou recueilli.
f�dburyi
CHOCOLATi SANDWICHES.
LOTERIE
De l'Association des Hembi es du Corps.
Enseignant et du Comit� Ha�tien de
l'Alliance Fran�aise.
Le prochain tirage de cote loterie �si tixe au Dimanche
2 F�vrier liKJJ. � 9 hcuics du matin .au l'h��tie Parisiana.
Lei onut� d'administration est heureux d'aviser le public
que la nouvelle r�partition comportant un plus grand nom-
bre de lots statuants est la suivante:
2,000 4 lots de 20 Gourdes
500 75 lois de 10
li.O! 2 Ap. du 1er lot 25 Gdes
1001 2 i du 2e lot 20 �
50* 2 � du 3e lot 15 �
4 Lots se terminant par.les 3 derniers cliifl.es de
1er lot Gourdes 10 40,00
45 lots se ttrmioanl par les 2 dernier clnflres
du 1er lot Gourdes 5.00 ti. 225,00
tri:
1 Gros lot ourdes
1 or �r �
1 f � i
2 � 2 c 25 i
80
7-50
50
40
30
Je me suis rappel� les som-
orts mois poiguantset si �voca-
euis, d�j� dits � Pantagruel, les
toulouieux mots p.oph�tiques :
. � Lors, gel�rent en lair les
(Miroita �l eus... A cette heure,
ta rigueur de 1 hiver pass�e, ad-
venaute la s�r�nit� et temp�ra
du beau temps, elles fondent et
sont ouiea. �
La rigueur des mois durs de
frison est pass�e, le saci if�ce
st accompli. Lea boum aux
ont tous mors, la victime ex-
pir�e : lous les acteurs ont dis-
paru. Les lieux t�moins de la
,ilus sombie trag�die ont re-
trouve leur calme et leur s�r�-
ne, le beau temps est revenu...
J'entendais se lamenter les
leires et la Terre tl le Vent.
lis i aion aiei.l...
Toutes les � paroles gel�es �;
fioles de bouftiance, de loi, de
fiert� d. �a visu me ; parole s de
lOUSOialiOll, Ue doUCeUl � tlOp
vite etouflees � du serviteur
tid�le ; paioles de haine, d'in-
culte des ge�liers, paroles mieil-
leuses, uompeuses du Tenta-
�cur Caratelli ; paioies de re-j
pioche, peut-�tre du m�decin, ��
venu une seule lois ; paroles
ivinees et gouailleuses des sol-
dait de gai ue; paioles sourdes
de la telle qui tombe sur le cei-,
ueil. Tout* s ces paioles � g�-
nes �, depuis un sieele conser-
v�es, vibraient pour moi. Ma j
loi avait r�alis� le miracle pro- ,
mis. Bnsaut leurs v�lures de |
glace, les paroles ail�es avaient 1
lepris leur vol...
jje vais redire toutes celles
jailiies des Pieri es, de la Terre
et du Veut, que mon �motion a
leteuues...
La disselulioo de la ligue fasciste
aui tlitls-lais
Le coulis l^natius de Revel,
Les droits
SDB LES
automobiles
Le� Ltuts-I mis appos�s S l'�l�vatiss
de� droits d'entr�e su I ras�e
PARI S� L'ambassade des
Etats-Unis va laire flotta pru
des repr�sentations au iginlat�-
re des affaires �trange"' �. sur le
projet d'augmentation \- -- droi's
sur les BUionioh,,fs.Ce,t ' mojr'-
lelion nu tr.oi fin � tou rotB'
inerce am�ricain de ce genre en
lYaiu
C'esi le gouvernemeift lui m�
ine qui fi (t�'po�� ce projet rte
loi pour l'augmentation des
droits sur le* pi�ces �;< .icn�is,
Cel'es-ci seraient d�>r�n��H� t
frapp�es non d'apr�s l� ur valeur
maisd'api�s leur poid9.
Lon sait, d'aune pai 1, qu'ur'e
loi est en pr�paration pour l'ai g
mentation des droits ior ies a>-
tomobiles compl�tes par la m�-
me m�thode.
L'ambassade des Et Is-L'nis
va s'efforcer de montrer que ces
mesures auraient un elM con-
traire en entra�nante ch�mage
de 6.000 ouvriers fraudais em-
ploy�s par les maisons am�ri-
caines et en augmentant les d�
penses de nombreux importa-
teurs trau�ais de pi�ces d�ta
ch�es.
La Compagnie Ford, croit-on,
serait la principale victime de
cette nuqoraiion de dioits.
Ford est le quatri�me gros
producteur en France avec 1500
voitures par mois.La Compagnit-
Fordjlabnque en France un cin
qui�me seulement des pi�ces
3ui lui sont n�cessaires et les
roitsqui vont �tre appliqu�s
l'obligeront � augmenter son
prix de vente d'environ un�cin-
qui�me ; les fabricants fian�ais
auront ainsi une marge suffisan-
te pour tenir Ford eu �chec. La
nouvelle loi sera applicable �
tous les pays mais les .m�ri-
c;iius consi'iereut qu'elle est sur-
tout dirig�e toulre eux.
Ce piolet de loi est un � r�a-
pr�sident de a ligue lasc.s.e de u^jy � de droi,8> accord-ni
I Am�rique du Nord, inform� _____a,4..�,,�� a �.',...... �,a
que
que le senateu.- Htflin consid�-
i ait la dissoloil�a de la ligue
comme une mesure �illusoire�,
a d�clar� :
� La dissolution de la ligue est
finale e< compl�te. La ligue a
rempli sou objet Ses dnigeants
accueilleront toute enqu�'e pos-
sible; la plus compl�te sera la
meilleure p�rc� qu� leur cons-
cience est nulle.
� Je nie demande si les orga-
nisations anli'ascislesvont main
tenant �lre dissoutes ou si elles
seront soumises a une enqu�-
te ti.
On saii que le comte avait r�-
cemment annonc� que la ligue
serait dissoute le 31 d�cembre.
une r�duction � quelques pi�-
ces peu importantes n'�tant pas
fabriqu�es en France et frap-
pant plus lourdement des par-
ties essentielles telles que les
essieux, la transmission,les bol-
tts � viiesse et les moteurs.
La Commission
Communale
Informe que duieuavant,
la vente du poisson de sera
permise qu'au Marche sp�cial
�difi� au Fort Saint-Clair.
Toute contravention sera
rigoureusemeu pouisuivie.
l'ort-au-Price, le l�janviei
1930.
����*.#�,.�*��-�� ..
� Ou trouvera l'ouvrage chez;
E. Robelin. Vve M. Velten, au
prix de 1 dollar.


V. Cnarea Surpris
Nous avons re�u la vi-ite de
M. Lh�rca Surpris doit notsf
avions annonc�, par erreur.l'in
carc�ration. M. Cb�rez noua a !
dit avoir �t� r�elUment appel�
devant le Juge d Instruction
pour lui donner quelques ren-
��eignemei.ts au sujet de Isflairs
de la Brique du L;�nada. Ces
S renseignement�denses, MiSur-
I uns est itntr� chez lui. Tant
| mieux. t

l.*M*3Si�
�^^rr
% ^
^o^Ds^nt ies Rhivmes
Kct�H s orenieht
J.'i.rn souvesl les m�decines in*
fceriMS d�rang ait Ptstcinsc d�-
. �i^s enf� .t.:. C'est pour*
auol I m�res modernes scig-
nent les rhumes ue leurs enfants
al msnKxe externe- avec Vicks
R ' nguent vepon-
. iln'yarien�ava
1er; on fr'ctionr.e simplement.
Pourobi. -V^intilion gratuit,
. ,� ' \ ��'. Cbeaaicol
�unpeny, Ko. h Milton Itfeeti
. ro N. Cm U. S. A.
9M�|
;-��;

MUTILATED
... a vu un de nos hommes
les plus en vue qui, vendredi �
dejjx heures de l'apr�s-midi,
Qtusait tus li�vreuse.ueut avec
une boniK-. L- soleil �tait
dent et ses rsyons lombaienl
connu du point) fonda r
i i p. ule de la pauvii pi .i-
ne qui fermai) iespaupi�res,co .-
me pour pouvoir iniiu\ savou-
rer ce que lui disait 1 �l�gant
notnine. Mais a ce moment l�,
une auioiuoO'ie d�boucha n
eoiu de l Avenue Joi.n Browu.
Liioinuie basas la t�l�, ntsem*
Oliiiit de clieicher u ses p. >ls
quelque chose qui! n'ivatt p m
perilu, taiulij. que la petite h <
ne qui laissait 1 entant qnou lui
avait confies je ne sais plus quel
jouet courait apr�s lui, en pous-
sant des Cita. Mais celui qui riait
au volant voulait que I nomme
vil quil l'avait surpris. Il lit
semblant de s en aller, lit un
tour, revint au point o� il les
avait,, laiss�s, ei les trouva, r.�
ettel, qui venaient de ivpmi 1rs
leur conveisuiion. L'homme
alors ne pui que sounu cl taire
un geste qui semblait vouloir
dire : Cela pourra bien \ous u
river aussi, quelque jour.
... est entr�, par une tissure,
duus le bureau duo de nos
grands commet cants qui tra-
vaillait � sou buieau. A uu mo-
ment donn� le commer�ant se
uni � lancer de lelsjurona, d'un
caract�re lelleiueni vigoureux
et obsc�ne que ses employ�s
crurent qu il en avait avec quel-
quuii el qu ils tirent irruption
dans son cari�. Aux regards ef-
frayes de ses employ�s, la coin
mer�ant, dit. subitement calme
� C'est le veut..., le vent qui
enl�ve les papiers sur lesquels
J �cris. OUI, le veut, connue dan
la cliauson ...
Oui, peusa Notre �ii, au-j
tant en euipor e le v�ut.
e
� #
... a vu, diuia..che soir, trois
gentilshommes qui, apr�s svoi
d�pos� leurs femmes au cin�-
ma, sont partis pour Sea Side
Lan. Il� caus�rent longuement,
a^ii�s avoir uuuiii� la trahie de
uianee que la Lune laisail glis-
se i sui le chatoiement de la tuer.
luis, ils regagiieieul la ville o�
ils tirent le tour du Champ de-
Mais plus de dix lois pour chi-
ner un camarude qui prenait la
t�te dun homme en bonne for-
tune. El leur auto s'arr�ta, oans
une ues all�es principales. LS,
les trois amis se muent � pai-
siblement dormir. Us dorunrer.t
longtemps, et bient�t les ron-
flements �nergiques du chauf-
feur luellaieul un accompagne-
ment loiiuidiibie a leurs nro-
�onds soupns. A un moment
donn� 1 un des bois se reveilla
en sursaut, ciia:,
Messieuis le cin�ma est �
sa fin.
Le thanfleur du coup fut sur
pieutt, tes deux . un es camara-
des compl�tement i�veilles et
lorsque l'auto sari�ia devant
t'aiisiaua, les dames commen-
�aient d�)� � s'�nerver d'atten-
dre ...
*
* * ...
...a vu une de nos jolies mon-
d�mes pi ol'ondi nient abtniei
dans la lecture d'un livre aux
couleurs �voca nces. S'est pen-
ch� sur son �paide pour voir
quel �tait cet ouvrbge qui cap-
tait ainsi son attention et se!
regards qui semblaient s'�tre �
tout jamais termes aux beaut�s
du paysage qui s'�pkoyait � 1 en-
tour. Ce livre n'�tait autre
que l'�le kiayiyue de beabiook
uont la tiauucoon eu lran�aii
est en vente aux bureaux du
M.ST1N.
.Ma vu comment est devi uut
impraticable la toute uc la tioi-fl
sieme avenue de Bolo- e. V ci-
rait avec plaisu le seiv.ee com-
p�tent mettre une �quipe Uansl
cet, enviions el rendre ce quar-
tier accessible en lin a i .u'cics-
ssnte population qui 1 habite.


PAGI
"____i�IL."
LE MATIN- 23 Janvier 1930

LA LAME DE
RASOIR
LA PLUS
AFFEC1�E
En vente partout.
Distributeur Exclusif.
ERNST LUDERS,
Port-au-Prince.
Chez les
Soviets
�MMB
La lutte antireligieuse
La �Vie catholiques relate lei
tr�s iiiiu es. i ils renseiga menta
que vient d'appa ei Mgr d'Her
bigny sur I ilioa religieuse
en Russie, i. > Soviets, pal leurs
d�cr�te des 26, 21 et 28avril, oui
inaugure une nouvelle of!ensiv<
contn- le i croyauci s religiea c .
La loi ne recon i ill plus la libel-
le decon&cn n i. Elle permet l.>
propi ; mde mais
interdit lu propagea I religieu-
se. Est puni >�ab ., � icllel, loi
piopagmde pouva ii i amenei
des nct< ��� religi " . ainsi, les
pouvons puiiius peuvent i i�
rer leurs eul ita aux parenl
qui engag i jx ci � te
rendre .i l'�gli . ils peuvent
emprisonner les pr�ln a quit;i*
gageraieni leafid�lea a fr�quen-
ter les offices.
Les pr�tres i laienl d�j� priv�s
de ions droits civils et politi-
ques, il en esl de m�me d�sor-
mais de t * � �j ^ les employas et
ouvriers au service de I Eglise.
L'Eglise elle-m�me ne peut
subsister (j. .i ii condition qui
vingt personnes s'engagent a
en assurer l'entretien, chaque
groupe ne pouvant assurer ien-
tretieo qu d'une seule �glise.
Cela loin mi a 1 autorit� autant
de li�tes de vingt suspects, si
l'ou sait tout ce que ce mot �m-
p iquc actuellement.
Les Soviets transforment les
�glises--n cin�mas ou en salles
de r�unions pour clubs d'ath�ei
En 1928,602 �glises lurent aie-
si form�es , mais, depuis avril
1929, on active le rythme de te-
destruction. Les Soviets locaux
pruvoquem des p�titions en ce
sens, � I C0 nui. les lignai
n'alflui-i:! pas,on �fait marcher
les entants d< s scol< a.
La population, cependant, n
�JSte : 80O( 0 des parents | le
religieusement leurs enfants.
Dans le DonetJ aux termetures
d'�glise, le san coul�,
A l'approche des l�lesde No�:
l'Union ukrainienne des Sans
Dieu s'est montr�e extr�mement
assidue dans la poursuite de �
campagne contre No�l. Sa di
vise est � Tous au travail le joui
de No�l ? �
Le derniei mouvement anti
religieux A Kharkol est la publi-
cation d'un nouveau journal in-
titul� � 1. Sois D eu belliqueux�
qui esl d�j� lire I lOO.OOOtxi ni
planes.
D'autre par', on mande d-
Londres :
Une grande manifestation s
pr�pare � I Albert Bail de Lon-
dres, O! g mis�e par les Egli-a
chr�tiennes de Grande fin
ils cherchent par-dessus tout
1 assistance d'une vraie inter-
vention morale de l'occident.
'� li a*t uiiliwtie pour mm,
comme �tranger, ue parler de .a
question de la reconnaissant�
jour voire pays du gouverne
meut des Soviei>,qui esl une at
taire de politique int�rieurs,
bien que poui ma pari je sois
en lavciu de celle reconnais
sauce, comme un moyen Ui
montrer te gouvtrneujeui 50
v.einpje dans toute sa laideui.
.vlaia que celte reconnaissance ui
lUU ou uon,|e uuai avec la pi..^
graude tores possible qu'u.te in
ici veuuo 1 morale, par l'inter-
m�diaire d'une proiStteitOD de
bglises d Occident, esl de la
pi us grande nnporiauce pou.
le peuple lusse. Lu reahle, e�
1 1 pis trop de dire quel eu
lOlt de� 1 � |auous luiuies en
ire le peuple russe ei 1 Occideu
Uepeudia graudeineui de ta
luice et de la naluie de cel..
protestation ".
*^m. -.w � .....-�v -"mu
�fl*
s�e,
Mr Luc Dorsinville
Membre de la Soci�t� des Erritaiu.s
fruii�.iis de l'rsuuce.
Noire conlr�re et ami Luc
Dorsinville vient d'�tre l'objet
l'une nouvelle distuiciion, le
la |)art d'e rivams Irau�UlS d.
renom qui lui oui outill� l'a
voir �lu. .\jiiiibrc de U( So
ci�t� des � 1 iuaimt fran�ais de
Province.
Apr�s l'�lecti 1 1,l'ann�e
de porsiavilie, comm<
membre de la Soci�t� de G�-
ographique de France, ces
aiijourd nui un nouvel encou*
rarement � coni. uuer sestra*
vaux G�og ipnique qu'il re-
�oit.
w i. in� >�, il y a viogl
ans, ses premi�res produc-
tions ont �t� accueillies, lui
c ses plu*] vives f�lTCI -
tations.
Un crime �
Thomazeau
SJNMD
Monsieur l hristian Lebon.r�
cemmenl nom n�, un � uouvell �
tois,Pr�tident de la Commissio 1
Communale de Thom iaean, ?
�t�, avani-burt soir, � 0 tieures
victimes d'une agression. Il a
re�u plusieurs coups de man-
ie a I 1 l� e et au cou.La voi-
lure ambulance du Service Na-
tional d'Hygi�ne Publique s'est
rendue a Thom izeau avec deux
m�decins. Monsieur Christian
Leb�O a revu les premiers soins
1 Thomazeau m�me, puis lut
conduit � Port-au-Prinee o� il
gne, pour protester contre le- l'h�pital.Les blessures pr�-
�ars�cutions religieuses eu Rui , v,.�(.,,. certaine gra-
v ' ) isd'ui igeonl
l m '. uharlea Aiberi,
>ur qui p�sent des soup�ons, a
arrt et g irde* aux ordres
,1 Jus l<
Nous atleudooa de plus am-
ples d�tail�, sur eelte sanglante
Qairt.
Anniversaire
Dl TRAIT� DES FRONTIERES
BAITlV>0-UOMIMt;\l.\tS
SJBeSMBB
Avant-hier, 21 Janvier cou-
rant, �tait 1 anniversaire du Trai-
te qui met detiuiiivtiueni lin �
la vieille question des fi oull�-
rei qui depuis des temps et des
temps divisait Ha�ti el la R�pu-
bnque Dominicaine. En eltet,
on se rappelle que ce Trait� fut
sign� � .Vwiio-Douiiiigo, le 21
janvier 1929. Cest M. L�on De-
|ean, E. E. el �tiuiatre Fl�.npo-
tentiaire de la r�publique d liai
Il a Saulo Domingo qui signa
pour Ha�ti.
Ces pour nous l'occasion,'
une fois encore, de rendre hom-
mage a la sagacit� et au patrio-
Usine des (r�sidents Vasquez
et rJorno, qui ont rendu possi-
ble le r�glement de ce diff�-
rend et cr�e cette nouvelle si-
tuation, pleine de s�curit� et de 1
s�r�nit� el qui ue peut que res-
serrer davantage les � .^n.mien,s
d amiti�s et de cordialit� qui
nous lient � nos voisins.
SJMMB
Le Ministre du Reich
sera � Port au Prince
Parle steamer Aucun arnve
le 26 de ce mois, venant d Aile
magne, via New-York, le Dr F.
C Zitelmann, E E. et Ministre
'l�uipoleiitiaire du Reich Aile
nand � t'ort-MO-Frince. Mon
s sur Zitelmann rentre d un vo
y �ge de cong�. Il pass�es quel
pies |uurs a Fort au Pr uC�'
pins il se rendra � Saiiio D >
mingo o� il est accr�dite aussi
en qualit� de Ministre, et d^ la
il ira � La H vmiv o� il a Isa
sa r�sidence () 1 sait que le Dr
Zitelmann est aussi Ministre a
La Havane.
Pendant son s�jour que nous
ouliailo :s des plus agi�ables
et des plus fruclueax a t'oit au
Piince, le Dr Zitelmann sera
l'hote de M E 1 nund ri el incite
le sympathique Charg� 1 Ait n
res du Reich et de Mme E1
iiiund Heimcke.
OBVJSMB
QQ .ivre de charit�
1 a Direction de Vari�t�s offre
� l'�uvre des Daines de Sauil
Fran�ois de S des une s�a ic�
in� natographique. Bile convie
le-- amis de Va n� l�s et le pu
blic e.i g�n�ral � contribue
'avec �lit � aider celle �uvre
loul� deCliaril�. Accourez dom
eu foule assister � la repi�sen
abonde s l'�re et Plis s ejui au
ra lieu le samedi 2.) janvier cou
r mt a 8 heures du soir.
OU. CBOOO
EH RESPIRANT
avec uuo
PASTILLE VALDA'
EN BOUCHE
tous vous pr�serverez
I du FRCID, do l-HUMUUT�, ^
dei MICROBES
U� �manation* tmUnftlmmd� et ma* Il �xprouint ]
IrnDrSvwront le� racolent Ira i-lui Innceesaibh et . ��* rendront rifracUlrt* � tonlt inflammation,
� toute congestion, � '">?<""�
ENFANTS, ADULTES. VIEILLARDS
Procurer-vous de suite. Ayez toujours sous la main
LES V�HITABLES
PASTILLES VAIM
t ndoM �*ulemettt
en LOITES
la t i� aom
V/.LDA
.
.

.
Gu

mer
sie.
l-i � Morniag Post lui
lanc� Fid�e de c tte m lesta
tiou, a mteiview M. K ensky
qui est sctuellemenl e > Angl�-
terre. L'es-chel du gouverne-
ment provisoire russe a d�clare
notamment :
�A mon avis, les Eglises d Or
rident l� � lient protester I
toutes . n-s torres, no . se
ment intre les p�rs�cution-
auxqu* les s� livrent aujoui
d'hui le* Soviets m.iis �u^i
�o itre ! s en ion n..-
qu'ns I la lit)
cous, ienci
� Plus gran
testai 1011 plus gra< a I
pr�juge lie 1. mis d'Occideoi
en hussie. L� s huants sont I
tement un peuple religieux cl
L'ILE HIAGIQUB�
Pal
Vif . B Soabrook
�o�
Traduit ugjaia par
G�bri Bons
!'i de
Pau MORAND
En vente 'tireuuxdu
Matin � 2 Dollars.
CIIIHI'ION �tl l.\ NHtlIMdlr
D un t�l�gramme re�u de Fort*
le France nous apprenons que
noire compatriote Guerrier a
eu u grand m dch avec Gif
lord Rose, champion de box
le la Martinique. Guerrier �� >
soi ti vainqueur de celte ren
outre. (Jliffo'd a �t� battu aux
points.
Noua faisons nos bien sinc�
res l�lici allons A notre cham
pion Guerrier et lui souhaitons
de nouveaux succ�s.
Pan
CE SOIR
L'incomparable r\nn*ky >1an> :
Jim la Houlette,
Roi des Voleurs.
6 parties.
Entr�e : 1.00 ; Balcon : 2.00.
DEMAIN SOI H
Un dram- �trange :
Belphegor
or
Le Fant�me
du Louvre
Avec Ren� Navarre.
�> chapitie.
Entr�e : 1 Rde; Balcon:2gdrs
Les pastilles Valda sonl en
vote
'^hnrmRCia W. Buck � Port-au-
Pr nce
Ph armacio Bourraine � Port
a n-rince.
Plurmacie Commerciale Port-
an rince.
Pharmacie bVntni � J�r^mie
toutes les autres phamarcies.
Au,Radio
Voici le |ir(�'|i' liiuiie 1)11 riineerl qui
sera Pt�rit� �sasta soir, s II 81a
lion II. II. K.
8.00 p m. Orchestre du 2* r�-
giment LT. S. Marine Corps ( lst
Sgt Frank Waleutt, Directeur)
t. Collegi de Sa n
2. Song ofthe Mile
3 Si.igoig m h.- liathlub.
4 Sweetheart \ve need Each
Other.
5 Turn of Ihe Heat.
6 Sunny Si le U,>.
7 Singing m Ihe Rain
8 31) p. -n Lecture par la I)i
rectiou G�n�rale des Travaux
Publies.
8 10 p. m S�lections de chant
lar Al. Phillips. Accompagne-
nenl de piano par E Devon
shire.
1 Youtre ;i real sweetheart.
2. Waiki g a 10 a n I m Circler.
3. Ai ut she sweet.
8 50 p. m. M inologue cr�ole
par � l'apa Youte�.
1 M'Tiba He ournin .
8 55p m R�cital de piano
par Fabre Duro^c-u.
1. Il Trovature, Fantaisie.
2 Tayador, Ta igo.
� Eaoycllque Incendie,
Pyramide, Vermicelle
A rendre
A l'tmprira rie
Aug. V. H�RAFX
Le Cod�* d'Instruction Cri-
mine'le avec les derni�res
modifications.
Prix Or 1,50.
lu m 1 1" : ae m m :�e
Jiie ep�rntion
de Justice
Lundi 'J0 courant � 5 b. .'10
11 m Mi:', es passants ont pu
C nistater 1 I encoignure d
viagasin de Rw'u� M i\ ingutte
�ut un attirail jud ci lire :
11 lisnier uge de Faix de la
Lection Su 1, Fonde de Pou
voi- et un jeun^ avocat se
, r�paraient � envahir la de
ineuro 1 un homtlltf paisible
et respectable, h bitaiit la rue
des Caaet nea, pour une sim
p eatl.i.c d'accident d'auto.
Ces hommes, n'ont m�me
pas atteudu le lever du soleil
et une heure plus prooict
pour proc�der � uue con-
traint, pur corps contre un
propri�taire d autos de louage
; enla.it la visitt rien n a
�t� oubli� depuis ks cham
ores a coucher jusq i'au W C.
r�veillant les personmi qui
dornidieut encore tranquille-
meut dans la maison. L'avo-
iit, habitant � Lilue, �laii
sur les lieux, aontr�teot la
coutr.tinte p.r corps.
Bien tuneux, iis sout tous
partis bredouilles, comme ils
�taient veuus, n'ayant pas
trouv� leui proie.
Ah Messieurs! pour un lundi
malin, vous hIIpz un peu trop
vite et le jeune av >cat rien
que pour la d�cence 1 le pres-
tige du m�tier aurai pu s'abs-
leuird�re sin les lieux.
Ln Pagsant matinal.
A vendre
Un buggy Murray en tr�s
bon �tat.
1 S'adresser au Bureau du
Journal < Le Matin �.
Dans son � 1 i t ion du lundi
l'A Janvier. 2�flt6 ing �, notre
confr�re � La Presse� a dei�
b�r�noenl chang� le genre du
mot � ency li.jne l. Tout au
long d'une d�p�che de 11 Cit
du Vatican, ce mot est rai-
au genre masculin. Soy m
justes, dans son �dition les
mardi U et mercredi l� j�n
vier L'Essor eOiB net a ra�-
111 erreur.
Au sujet de cet erreurs sur
le genre de ert.ins n-�ms,les
oetnes h slones d o es toi
son ueu1.
Diboid, loi sait que c'est
par une lau'e de Lo us XIV
q le fut ch ng� le genre lu
mot �c>rr vaut �tait du teiumio.
t'our le mol � incendie �,
il y a cetie petite his'oire
dont lm. de G"-r i � luti'h�-
lo�ue: O� l'iuccudie a-l-elle
eclaie ? � lui deuiau lait,louli
111 n�e, une de ses auilCS.
�".le ne puis vousrense guei,
un ch�re, tout ce que je .a�s
�si qu'incendie est du mas-
culin �.
ii y a quelques ann�es, un
de nos Secr�taires d'Etat de-
l� Justice, un premier Inudi
d'Ocloore, � la r�ouverture
les Tribunaux init.sans sour-
ciller pyramide au masculin,
h comparait nos trois ordre'
le cours de |ustice � un de ces
f umidab es 1110 luments�gyp
liens et il disait solennelle
nent ; "Nos tribunaux res
semblent a " un " pyramide.
te ce pyramide se trou
vent uos justices de paix,
��us haut, n is tribunatu de
iremi�re Instance, au milieu
le "ce" pyramide se trouven'
nos tribunaux d'Appel et au
sommet "du" pyramide, est
plac�e Notre Cour de (las
satlon.
Le discours tut public.mais
e correcteur d'�preuves, b�-
l�vole, mit pyramide au f�-
minin.
Et ce commer�ant de Port-
iu Prince qui tra�a, un jour,
en grande lettres � la craie
sur le battant de sa porte:
�'Vermicelle "fra�che".
Il y a encore ce prolesseur
de botanique du Lyc�e qui,
annon�a on jour ( il y a long-
temps) � ses �l�ves que "la"
p�tale est uue des pi�jes de
la corolle.
Et pour finir, rappelons cette
spirituel e boula te de I un de
uos vieux pioce-sans-iire :
U disait que nous avions
encore du bonheur que ce
ne fut point ia France qui oc-
cup�t notre Pays; car, l'Aca-
d�mie Fran�aise, serait cha
que matin, oblig�e de d�cr�-
ter la loi martiale contre les
fautes et tes r�v Ites contre la
laugue.
11 faut dire, que les pins
Le Courrier
- de.Lyon.
"Cette 'ann�e, .la saison s an-
nonce brillante pour tes t�tes
th��trales. Nous en aurons en
f�vrier, nous en errons en mais,
et le r�pertoire des dramaturge�
fran�ais va �tre largement mis
� contribution.
Nous rappelons que c'est le
1er mars que � Saint-Louis de
Gonzague � va donner le la-
meux Courrier de Lyon. Ceux
qui oni vu jouer cette pi�ce en
lu in, n'ont pas oubli� le sujet.
Quatre brigands arm�s assassi-
nent le courrier_.de Lvon et son
postillon, pr�s ftdu village de
Lieursamt.
Or, les t�moins, (rompes par
une ressemblance happante,
croient reconna�tre le chet de
la bande dans la personne d'un
pail.ni honn�te homme, qui est
arr�t� el conduit � la guillotine.
Il y a dans ce drame, tous les
genres de path�tique, et le cy-
nisme grossier des bandits se
m�le aux sentiments les plus
cieves el les plus d�licais de la
lamiln- Lesurques.
Tout le monde ira voir cette
merveille a fa Saint-Louis de
Gonzague, le samedi 1er mars.
V PARISIEN A
C'est ce sou que passera sur
l'�cran de Pansiana, � Jim la
Houlette,roi des Voleurs �, avec
Nn holas Kimsky.
Un auleur ue vend plus ses
pi�ces ? Q ic- hue ? L'�dite�
Uevy a uouv�, il s'agu de tigu-
. 1 le voi du plus r�cent ma-
nuscrit Ou romancier ei d atti-
rer par la sur sa pei sonne et ses
Ouvrages l'attention du Public.
Noluchet ( K.mdty ) se d�-
voue poai� jouer le personnage
l'un bandit et il s en tire si bien
qu'il va en prison e. aux assises
a la place de �Jim la Houlette�.
Venez assister aux d�bats,
vous rirez, et vous ipplaudirez
ftimsky q u a iro iv� dan* ce
li m son jIus b au r�le.
lue ch�mage �ugm^nte
en Allemagne
BEttulN � Lavi o.>2 millions
de personne* dou piu.> 'le l 100
000 re�oivent dei secours sont
sans oavail en llemague. om-
- rativemen au commencement
i. 1929, l'augmentation est de
900.000.
Les raisons donn�es pour cel-
e situation regrettable sonl la
oncentrabon de l'industrie, les
lai liles de nombreuw s firmes et
a ddfioull� de.trouve) du tra-
vail pour la |euue g�n�ration*
Aux maisons
DE
REPR�SENTATIONS
Un groupe de manMfaclu-
ne s Anglais les plus gran ts
lans leur lignes d�sireut
�tre repr�sent�s eu Ha�ti. �
urs marchandises qu'ils ma
uifactureut sont de cousom
nation universelle et sont
1 uu int�r�ts sp�cial pour les
n ig isius, la quincaillerie, les
vendeurs le peaux.e c.etc.etc.
Les demandes de ceux qui
peuvent seulement lournir
les r�fttrences satislaisanles
le maisons Anglaises ou Eu-
�>pci iiiu's seront prises en
consid�ration.
T. B. BKOWNE'S ADVER-
IISING OPbli.ES.
103. -Queen Victoiis Street
Londou ElC. 4 (Angleterre)
1 f m f
CE SOIR
Andr� Roanne et M idy Chris-
ti in dans un film rao terne :
ta Bdcliessc des Fades Berg�res
Entr�e : 1.00; Loge : 2.0t�.
Halle � Louer
M.itie de la grt-ude halle,
sise Rue du Magasin de I Etat,
� c�t� de la Maison Allred
Cooke, r�cemment occup�e
par la gendarmerie d'Ha�ti.
S'i. :r s 1 r �
Al. H-nry STARK
Rue du Quai, en face de
Gare Mac-Uouald.
grands orateu-s.les plus c�l�-
bres �crivains n'en sont � l'a-
bri et qu'on a lait de gros
volumes avec leurs erreurs
et leurs fautes de syntaxe, '


BWiiMW
LE MATIN� 23 Janvier 1930

Disques Od�on et Salabert.
Phonographes portatifs.
Champagne de la Muire.
WHISKY Gorby's Sp�cial
Selected.
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, Sweaters,Pull-Overs,
Ch�les etc.
Tout aux prix des tabri"
aues d�fiant toute concur*
rence.
BAZAR OD�ON
J.KARAYA1\Y
m
Anqle Grand'Rue & Rue
P�rou.
P�ta d* Charit�
! t s Filles de la Sagesse du
Pensionnai Notre-Dame du
Sacr�-C�ur oui le plaisir
d'annoncer qu une � l�le de
� harite � sera donn�e j-ar les
�l�ves de l'Etablissement, le
dim;i> i lie 9 F�vrier, � 7 hres
du s( ir. Elles comptent sur
tous � eux qui ainn ni le bien
et le beau pour r�pondre a
leur invitati(>n et se procurer
ainsi une d�licieuse soir�e par
l'audition et la vue des diver-
ses parties du programme :
drame, com�die, �volutions,
rhatits po�sies, etc.
La peau ru-
gueuse n�ces-
site ce savon*1
r ; *
�S
\
U y| Il
a
Empresa Naviera
de Cuba S A.
, (CowpatjiHf (.11 baun- deiNavigation)
Le steamei �(.juantanamo �
venant de Santo Domingo et
l'oit fcuco, est aitmou ici le
27 couiant, ei repartira le
m�me juLi directement pour
Santiago de ( uba et la II
Vi.ne, prenant li�i et passa-
gers.
� haluel Cervho VASQUEZ,
Agent g�nerai.
Coin Grand rue cl Dant�s
Destouches.
P. O. Box A 126 T�l�p. 3250
v^ � ����......^
| � il RIS AICIEUJIE ET LA PLUS EHIUI . {
INJECTION PEYRARO
D'ALGER
�unU* Il
RUNNORRHAOIE
M lou� fanUnaii
Mm �� iaaaiai.
IrabBs DM�i-M
sur 239
kH� m M�ata l'Ua�
La irait�mit
DRAG�ES PEYRARO N' I et II KITINE
qgi eaJawil la douleur, cUriSrm ina arinei,
pnrifienl U ftang et gu�nttenl la ayarite.
tout�� aonrcajs PHARMACBES 0)
SP�CIALIT�S PETRARD. 46. rat il Grtntllt. HW
La Foodatioo Wooilron Wilson
11 la M� Y
GENEVE- Le prix de 25.00)
dollars ae la fondation Woo
diow Wilson ayant ete d�cernt
� la Soci�t� des nations, on si
d onire eitr�memenl satisfait d�
cette d�cision � Gen�ve. Ui<
nouveau roomumenl tonim�mo
ratit au pr�sident Wilson teri
�lev� dans le nouveau pala�
des Nations.|
Assurez-vous contre accident
� la � General Accident Fire &
I il� Assurance Corporation i i
iniud w� Vvt- I . Ht i miuj.li; �
vgnii G' m'-i ;>l poui Ha�ti
HENRY STAHK
Rue du Quai, en face de la Gare.
VIENT DE HEUEV01R:
Balance � main de 50, 60 et 100 kilos pour sp�culateurs
en d�ni�es.
Robinets en e�ai/i^'pour barrique.
Robinets en buis.
litres polies: pour outos,
Pare Brise ( coindshield) pour autos.
Miroirs biseaut�s pour meubles.
toiroirs encadr�s pour s;ilon.
Encadrements pour agrandissement de Photos.
Tableaux pour saloh et salle � manger.
Grand choit pour moulures pour cadres.
Marbres polis pour tombes.
Lampes de nuit etc, etc..
La Maison se charge de la r�paration de Miroirs t�ch�s.
:
Il agit doucement sur les
poies de telle la�ou qu'il lait
mieux qm nettoyer.C'est une
combinaison de savon pour
la peau. [J dissout toute trace
de salet� el aide la peau �
�lre tendre et douce.
j Accessohes ([automobiles
Rue P�rou. � ci-devant c1�* Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres � Air.
etc. etc.
T�l�phone : 3454.
LLxelenlo ! Hamburg Amerika Line
Avis
A qui les lunettes ? I
Il a �t� trouv� entre les rues
St Honor� et des Casernes deux
paires de lunettes qui sont d�-
� os�es au bureau du journal.
Iles sont � la disposition du
propri�taire api�s qu'il nous
en aura tait la description el
acquitt� le co�t du pr�sent avis.
<><;<'>
Est prescrit pour grippe, re-
froidissements, dengue, ///7e, fi�-
vre et naludisme.
Cest le plus raoide rem�de
Srcr�tairrrif d Liai de ^Instruction
l'ubliquf
La Secr�i air�, lied Etat de l'Ins-
truction Publique avise les in
(�ren�e que, d�sormais, lesau-
u uis nationaux de livrts'das-
�iqaea qui d�sirent avoir, ,cou-
lormenieot � la loi, l'apj.ruba-
non du Soci�taire i, Khi pour
i admission de leuis ouvrages
dans les �colci de lu R�publi-
que, devront soumettre les ma-
nuscrits de ces ouvrages en dou-
ble copie a la Direction G�n�-
rale de l'Enseignement.
Apr�s le Rapport de la Direc
non ucni'i aie, une copie sera
miiise a i auteur et l'autre gjr-
ue nui Archives ou Seivict
'' �1*'o<'fc"ll" t,u '�* �'�" Ci"
l'oi fou l'i iiive ^ � 21 i iu\
AVIS
il est poi it a la io< aaii
saii-e du i.ubic. �,ue, pai
suite de la ci�tuie de l ex-
ploitations des Plantation! dt
�>l Mu lui de l'Altalaw, Mr
ileury Morales a laisse h- ser
vice de la United West Iudies
orpoi atiou.
Ceux qui ont des r�cla
mations .on le la dite cor-
poiarioQ sont invites a Us
pre>eoier, sans relard, � Nu
hailts M. DLl'UY, en sou
Bureau, rue du Quai.
lort au-Pnnce.le 15 Janvier
1930.
AVIS
Je soussign� d�clare au
public et au commerce en par-
ticulier n'eue pas responsa-
ble d'aucune dette ou affaire
qu'a contract�e ou pourrait
contracter Mme Hrutus Jac-
ques, n�e Anna Autoiue, mon
�pouse.sans monaulorisation.
Port-au-Prince, le 20 jan-
vier 1030.
Brutus JACQUES
Savon de la peau
Produit une mousse-�paisse
excelle ae.
11 adoucit et enl�ve les ru-
gosit�s et tonifie le cuir che-
velu. Il aide doue � maintenir
l'�tat de lu sant�.
bu vente chez tous 1 es dro
guistes. pour 0,30 centimes
seulement. Il est exp�die d�s
r�ception du prix.
bAtLfcuNIU. AtEDlClNL
L.u4tir�Ai\v
UL.*N1A, GhuKulA U.S. A.
Agents ieruauUes puui tous
H-VS.
�crivez pour i enseignent 11. is
Le vapeur � Adnlia �, venant d'Europe est il tendu i< i
vers le 27 courant partant pour Santiago de Cuba, Kingston
etc, prenant Ir�t et passagers.
RE1NBOLD & Cie., Agents.
AVIS INTIME
Les loiuates oui coinmen
ce chez RA1LEY. Que chacun
vieune se pourvoir de sa sa
lade p�ui ks l�tes.
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer � Martinique* venant de New-Toik via les
ports du Nord est attendu ici le ?"� Janvier courant. !
partie le m�me jour pour Petil-Go�ve, Mi ragoftneJ^ rcirait
Cayes et Jacmel.
La suite de son itiu�raire sera ull�riciircincnt I
Hort-au-Prince, le 22} Janvier 1930.
Cmlombian Steamship Company Inc.
GEBARA au Co, Agents.
j routes les Polices -
\ A. de MATTEIS &Cof Agents ti�n�raux
s
DE LA

t
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmcntation de taux
.LeBoss��fCo
Agents G�n�raux
XMmmsms�Mm�mmMVKMmmvm^maaMmmm
Insurance (Jo

Une des plus fortes 'COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE'
EUG. Le BOSSE & Co.
Aaents G�n�raux
ni� maju
I.
V
i


Jeudi
23 Janvier V.YM)
Le
4 PAGES
23�me ANNcE .\ 6900
fort-au-Prince
T�l�phone : 324?
�MWM*
l�<*d&f� -fi --i-i'i tmiiri ��***�
W� ni� IM �UM�



.


lk
�-

f"


: -


'�


."


-
S'.
�3
� '� � ' ' ' ' �
I . .. ... , . juo ....-........ MWO�
t la Goutte
.... i �. ir
j vkions
\K\ '. . .�rt�ies
et ivi t i b�!t�.
., \ ,i '.� ! i � ision il' *
1I� | 'il!' .
i � . i � . i i :� ' �
� j . .,,.'� |. -,
les. ri �� � ^'"|- rtun-
i ,i. .-. du
,. iilillu �.
i , , . . v .��'�: �
.,, I li. ,-i parmi�
: ��' Monnu
n r.-i�ri�
i . � ���
Seuls distributeurs: HEHNER & C"
Boule Rouqe��lole Rouqe
Jacmcl Tradinq C�
S
\
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Lld.
de Peith ( Scothnd )
Car la � (J ni u.vi. �""e->t une des plus puissantes et des plus fastes organisations
de < ^ genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'actioa qui embrasse
te monde.
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les d�g�ts occasionn�s par la tarare
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
es n�s :< ;iiitiui dans sa |ursooue ou dans ses biens.
Ses P dices Maritimes �mises par ses bran :lies d'E : me so�l payables en Ha�ti
v . Polices contre Ami. nts sout valables dans l'univers entier. Tous les voya
I uturs devraient donc pre : ire la pr�caution de se munir dune police contre accidents
i dan moins 4000 dollars, la prime annuelle nVl.mt que de 1/2 �/� soit 20 dollars L\ C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes'
?

Agent G�n�ral pour llaiti.
SOUS-.* GENTS : Port-au-Prince: G. lilLG
FOVAH A Co Mirago�ne, JE\N BLAXCHET J�r�mie.
V
a
The Royal M Sleam j A vendre
Cours
Classioues
Vi�me A Philosophie inelu-
trvement.
M�thode s�-e, Succ�s com-
plet contr�le chaque an��c.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit� St�nographie
anglaise et fran�aise, Dactylo-
�rapole a ec des sp�cialistes
pour chique cours.
Enseignement du Fran�ais,
de l'�ngla�s, de l'AHemand.de
i-Espagnol. � M�thode sans
f-nlc-
L l.��ons particuli�res de
Lettres, Sciences �l Math�ma
tupiesauv �l�ves ou en re-
Utrd ou � ceux qui. veulent
ongper du temps.
<.curs de Musique(Soll�ge.
Violon. piano)
| ensiou Scolaire, s�rie ose
et agreable.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'udresser Hue |.amarre,153<,
ou t�l�phonez au No 289jl
pour plus amples renseiyie-
ments
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Refontm de i � nivcrs-te
11 i ienne.
NOUVEAU SERVICE j
DE RESTAURANT
Hors d'�uvre vari�s ou
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes $,50
vlNSTR�SSOHJNEjUErS UO:*�JP.P. PATRI/I ,
. mtmtt&m���
Ce qui �'� jamais �-t fait
Cl <| ii K peft �tre d�passe.
Kola Champaqnc
F. S�JOURNE
[ ;cr are dans t'es ronditions rigo/^regses
D'ASEI'SIf
Avis
I
i
Pi�paraiion et Vente
HABMAC1E F. SEJOURNE
Angle les fti-n ' ai v uis voulez appr�cier
comment s'est d�velopp�e la
pens�e ha�tienne de1 Tous-
saint Lonverture � Louis
lioruo, lisez le r�cent ouvrage
du Dr Phice-Mahs.
Lite �tape de
l Evolution ha�tienne
En vente � la librairie de
� La Presse � Aux Armes de
Paria, � la Pharmacie du
Globe Dr iloicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
L Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
f.asoline, Huile, Accessoires etjPi�ces de Rechange pour
Automobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres � air pour toute auto
u.u camions.
Halle Gsrdiner
No 1538, Graod'Rue.- -Port-au-Prince,(Ha�ti)
"
- r m r
! ^
Plus de
j Pannes...
Le i Double Eagle� est
le pneu des privil�-
gi�s.
Il o�te sensiblement plus cliep
que tout autre, mus il pr�sente,
par contre, un kilom�trage et
une garantie de s�curit� plus
�lev�s que ceux jug�s n�cessai-
res par la majorit� des automo-
bilistes.
Le D.)i MA:. EAGLE est on
pneu sans aucun �quivalent, le
super-pneu dans toute la force
du tenue. 11 est destin� � ceux
qui veulent ignorer tout ennui de
pneumatiques et qui pensent que
te prix d'un pneu s'estime par le
co�t tinal un kilom�tre.
Rien ne peut se comparer au
nouveau PNEU UOOUYfcAR
Ooi nu l-.Atii.K. C'est quelque
chose de sp�cial, de sup�rieur a
tout ce qu on pouvait pr�voir
oominc bon pneu.
l HL WbST 1ND1ES
TRADING COMPANY
Uistiujuieuis pour
Ui UepuDiique d'Ha�ti.
i
I
Packet Companv
Le stelmet'fGufebre'i venant de Londres via Kingston
e.i les port� du Sud est attendu ici \ers le 4, F�vrier, partant
je m�me jour via les ports du Noid et porr l'Europe,
I. J. BIJIO
T�l�phone, 2811. dictai Agent
Uns salle s manger. Une �
ehambre. Un phonographe.
Une Lampe � pied. Une table
pour p�tisserie. Un �ranci mi-
roir.
t�l�phones MC-162 2 de
n.ul heures s.m � 3h. p.m.
Servi� d'Hygi�ne
GOOD
06-as-t'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs