Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03918
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 20, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03918

Full Text
Clment Magloire
DIKECTEUR
358, RUE AMERICAINE '1358
TELEPHONE N*2242
23me ANNEtS N 6898
Il l'y i rira ile>u> loi.\ une
la Mil. cl il lanl ir *eveeirei
la baise do plus petit animal, a*
fol-il aa'uoe fourrai, est *pall- l'1
aire quelque fois mieiiv ticllf
a* saurait tre lile .rifn.
* PAS4-\|
PORT-AU-PRINCE (HATI )
MARDI 21 JANVIER 1930
Ma Hoover
T LA
Confrence
navale
LE GOUVERNEMENT
DU PRSIDENT RORNO
<3D3 303
WASHINGTON M. Hoover
a dclar qu'il considrait la
contreace de Londres comme
a la plus importante., des ru-
nions internationales qui aient
eu lieu depuis un grand nom-
bre d'annes, et probablement
la plus importante pour bien
dts annes a venir.
Les progrs de la paix mon-
diale reposent, dans une grande
mesure, sur les paules des 5
dlgations. Chacune d'elles tau
preuve de bonne volont l'-
gard de la conlerence dont l'im
portante et la gravite ont ete
reconnues dans les.memoran
Juins adiesss uondres pai
les dirigeants des nalionainte
rs&sfiS
Je suis sr que tout le pays
souhaite bonne chance la d-
lgation amricaine qui part de-
main pour Londres. Le peuple
et les gouvernements des cinq
nations qui vont se runir soin
sincrement dsireux de von
conclure ces accords qui doi-
vent mettre lin a la rivalit et
aux constructions navales.liran-
des sont les dillicultesde trouver
une base acceptable par les
cinq nations, niais non pas in-
surmontables.
Les conclusions de la con-
frence doivent procurer un cei
tain sentiment de scurit et de
satialaction mutuelles a chacu-
ne des nations.
La technologie et la com-
plexit du problme sont tels
que nous ne devons pas esprer
des rsultats immdiats et rapi-
des. L'achvement de la conle-
rence en trois ou quatre mois
serait en lui-mme un grand
succs et nous ne devons pa^
nous attendre des conclusions
rapides .
Le prsident a mis ces di
verses considrations la conli
rence habituelle de la presse qui
a eu lieu aprs le lunch auquel
il a rencontr une dernire lois
avant leur dpart les dlgus
amricains.
Il n'y a pas de doute et aus-
si, il faut bien qu'on le pro-
clame tout haut, les huit an-
nes de prsidence de notre
actuel Chef d'tat constituent
ta ralisation ta plus concrte
dans la vie nationale, s'il faut
les comparer a nos cent dei-
uires annes d'existence po-
litique.
IgCeux-l seuls qui sont gui-
des par la passion lveront la
tte pour soutenir le contraire.
Jou d'un fort esprit de d-
cision, vite servi par une cul-
ture gnrale intense, Mon-
sieur borno, comme le mde-
ciu avec son scalpel, a mis lu
main dans la plaie qui ron-
geait notre malheureux pays.
C est que, iiati tait b.en
malade. Aussi, dans l'tat ac
tuel de la politique, pour bie.
caractriser cette situation
uouvelle.il devient urgent que
chaque hatien ait le courage
civique ncessaire pour ex-
primer sa pense comme il
convient en prsence du tloi
envahissant des ambitions
inconsidres. Certains ha-
tiens considrent, avec un
sans-gue trop marque, Nothk
Devenir.
Hati compte peine trois
millions d'individus. H est
donc inexplicable que son
problme politique et social
toit si compliqu et prsente
tant de difficults tre rso-
lus. 11 n'y a rien d'autre que
la palabre. Reconstitution des
chambres Lgislatives, elec-
latoriales. Soyons loyaux el
Je bonne foi. La Convention
Je 1015 doit prendre lin en
11)36, Vos desiderata ne se-
ront considrs qu'en 1984 ou
en 1930 l'expiration du
mandat du futur Elu. Par al-
.eurs. il importe galement
de b.en raisonner la question
naitienuc. Je n'oublierai ja
mais ces paroles profondes de
notre grand.penseur Jremie:
Le publiciste rclame ca
fqu'il laudrait; l'homme d'E-
L'IDAL RHUM
ALIX ROY
Doit sa Rpulation ses 27
annes de succs.
tat fait ce qu'il peut, Il iaut
donc tenir le maillet pour sa-
voir o et comraeut porter
les coups. Toute la question
est l. Pour ma pat, j'envi-
sage inoins un changement de
personne que les intrts su-
prieurs ue mou Pays. Les
phrases grandiloquentes ne
sont lien devant l'orientation
nouvelie donner a la Nation.
Que nous importe nous
qu'un homme passe dix, vingt
ans au Pouvoir, surtout en
tluili o nous sommes jeunes
et nexpeninenis si, le prin-
cipe qui sert do directive sa
politique est bon eu soi. Mon-
sieur lioino reprsente uue
ide; iixe une poque. Il n'ex-
clut point les ci niques rai
sonnes, embrassaul, dans
leur gnralit, les nlerts
immdiats du Pays. Il n'en-
icnd exclure personne du
pouvoir si la prsence de ce-
lui-la doit tre pour le bien-
tre gnerai.Ce qu'il repousse,
c'est ce camoullage des ambi-
... a vu, samedi soir, com-
ment ili Terrace Garden, on s'a-
muse maintenant. L'orchestre
tait, v i :i i ut t- n t des p ti < n-
Iralnania et II jeunesae qui ne
demandait pas mieux se laissait
entiaiuer au son de la musique
descharlesloDfl el les fox Irol.
Et au dehors, le clan le lune
comme une prsence silencieuse
ol invisible mettait connu, une
irrelle posie celle posie ar-
dente des jeunes qui s'amusaient
a danser dans celle vaste ricom-
tnode selle de danse.
i
VOYAGES
LES voyageurs expriments se servent de
Chques de Voyageurs. Ces chques ont
la mme valeur que l'argent et se transpor-
tent beaucoup plus facilement.
Avant d'entreprendre un voyage, achet:
des Chques de Voyageur a la Banque Royale
du Canada et rendes ainsi votre voyage plut
agrable.
La Banque Royale
du Canada
KWttt
non du futur Chef d'Etat pai UuM personnelles masques
s snateurs:'3us ,oinle Ue dfense na-
les dputes et des
Voila le terme du jour. Tout
cela est trs bien. Mais, y a-t
on bien pens ? L'est donc la
dictature que l'on demande ;
car tous ceux-l qui raison
uent ainsi sont des gens ius
iruits et ils savent bien que
la Constitution actuelle q u i
Les Etats-Unis seront repr-[ nous rgit prvoit le mode de
sentes S Londres par: les am- convocation du peuple dans
Jiassadeurs Dawes'et Gibson,
MM. Henry L. Stimson, secr-
taire d'Etat, prsidant de la de-
lgation; Charles Francis Adams,
secrtaire de la Marne : Hobin-
son, snateur de l'Arkeneai ;
Reed,snateur de Pennsylvanie ;
Dwighl W. Moirow, ambassa-
deur Mexico.
Apis le lunch, auquel assis
taient toutes lus personnalits
cites, M. Si mson a pris la pa-
role en cei termes :
C'est une occasion favorable
pour le Etats-Unis de rencon-
trer la Grande-Bretagne, le Ja-
pon, l'Italie et la France. Cela
nous permettra de voir si nous
ne pouvons pas ajourner ou di-
minuer les dpenses navr.Ies.
En mme temps nous nous
ettorcerons d'arriver un accord
satisfaisant pour limiter la cons-
truction des croiseurs, conlre-
torpilleurs et sous-marins, el
aii si. nous accrotrons ce sens
de la scurit, essentiel la
bonne voloat internationale.
Il y n hait ans, le trnit de
Washington a mis fin toute
comptition en m-nire de cm.
resse entre les Etals Unis, la
Grande-Bretagne, ia Fiance. l'I
alie' et Te Japon. Depuis lors
ajeun btiment n'a t construit
dans le mo; de, exception laite
ptr ceux dont la construction
ta t en cours.
i Durant celte priode post-
rieure la trait, un sentiment
de scurit s'est dvelopp qui
n'existait pas auparavant. Il en
est rsuli plus de srnit dans
les rapporta mtoi nation us .
ses comices. C'est trois mois
tiouaie. Nous sommes a un
autre temps et Hati veut
vivre. Malheureusement, le
spectacle qui, ces jours ci,
Mili.cn uous, constitue la n-
gation des tuiitl de la col-
lectivit. Ole toi que je m'y
mette, voila tom le progiar-
me. Est-on coutieM. lioino?
est-on contre son systme de
eiiliu est-
guveruemeui ou
avanTia7e~ou(7de"s assembles^ contre I amricaine
primaires et par Dcret prsi- lllscu
hatiens et dominicains qui
vivent m unten ml c o m m e
frres. Tel est notie bilan; le
reste certainement viendra
aprs et hu furet m. sure.
Le parti National Progressiste
est donc seul dans le vrai,
sans phrase sonore Soutenir
le conlraiie, c'est laire preuve
de passion et de mesquinerie,
ce qui n'est pas de mise dans
un moment si difficile. Face
donc vers demain: demain
c'est l'avenir et l'avenir seul
(bit nous intresser.
A. GL1N. av.
Empresa Navlera
de Cuba 8. A.
(U.oinpaquie Cubaine de V-myatiou)
Le steamer tiuautaiiarao
venant de fca.nto Dominfpet
Tort Rico, est attendu ici le
27 Courant, et repartira le
mme jour directement pour
Santiago de Cuba et la Ha-
vane, prenant Irt et passa-
8Htael Cervii o VASQUE*,
Agent gnral.
Coin Grand'rue et Dants-
Destouehea.
|>. 0. Box A12I. Tlp. 3260.
primaires et par Dcret pre
deuliel que la constitution des
Chambres Lgislatives don
tre envisage. Nous savons
cependant qu'il a t dcide
par le Chef do la Nation que
les lections seraient exclusi-
vement communales: ce qui
vient d'avoir lieu.On ne veui
pas du Conseil d'Etat poni
procder aux lections prsi
dentielles prochaines; mais
ceux l q u i combattent ce
corps, ne savenUls pas gale-
ment que c'est encore dans la
Constitution qu'il puise sou
mandat. En attendant b cons-
titution des Chambres Lgis-
latives, dit un article de notre
Charte, un Conseil d'Etat corn
pos de vingt et un membres,
remplira les fonctions du
Corp* Lgislstif. Le Gouver
neineut des E ats Unis a so
lenuellemeut dclar gu'eu
vcrl#i du Traie de llJC">, il
entend garantir le ..ouveinc-
meul constitulionnellem.nl
ssion s'est egaiee et on
en arrive ne pou oir rien
comprendre dans 1 argumen-
tation de ceux qui piepareut
leur ascension au i ouvoir
plutt que d eu vis .ger le pro-
g. es matriel du pays A ce
compte-la, il faut qu on rpte
et qu'on continue a rpter
que le parti national progres-
siste s'est uettemeul affich et
est, le seul qui, jusqu'ici, com-
prend I actualit. Jusqu' ce
que 1030 arrive, il laul qu'on
aise que la mthode politique
adopte par son Chel est la
ooinic et la meilleure. Te
moiu, les rsultats incommen-
surables suivants accomplis
pendant un court espace de
temps; Service d'hygine or-
ganise dans toute retendue
te la Rpublique; tablisse
nient de dispensaires partout,
aboutissant a l'abolition pres-
se de l'esprit supe sUieux;
ctabliss iueii de lei mes co-
les dams les derniers coi ;s et
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corp
Enseignant et du Comit Hatien de
l'Alliance Franaise.
Leprocbain tirage de celle loierie esi fix au Dimanche
2 Fvrier 1930. 9 heures du niatiu.au lheatic l ansinna.
Le omit d'administration est heureux d aviser le public
que la nouvelle rpartition ccmpoi tant un plus grand nom-
bre de lots Raooanta est la suivante :
1 Gros lot ourdes 2,000 4 lote de- JO Gond
e
i
1
1
2
2 t

500
HO
100
meut tuiiMiiuiiuuucusuiwui,---------
tabli Que lui demande t on I recoins du pay*: larcti icc-
._ i_____ a I. ,i, l.,.iia ik mi h.
ON TROUVERA
Morale et Instruction Civique
l'usage des coles primaires
par Flix MAULOIME
la petite Maison, rue du
Centre etefeez fauteur KuilU
St Cyr.
doue? De violer I engagement
qui le lie au Gouvernement
Hatien par le Trait sus-parle.
Lu eflet, comment en pre
sence des textes si clairs et
si prcis de notre Constitu
tion, lui suggrer de faire d-
crter, les lections lgislati-
ves l'heure actuelle. Il n'y
a sourde l. La lormui
e l'opposition tendant de-
mander la leconstitulion des
Chambres Lgislatives ne pi u
tirer son principe que dum
mesure dictatoriale. Voit oi.
-tonc I incohrence, la lgre
l? Tandis qu'on lui rciam-
le respect des institutions na-
tionales, on lui propose ea
mme temps ues mesures dic-
ture to te moderne des mai-
s u> desvrivaBl les ai e < o-
les tant la preuve la plus
irrfragable du lait avanc :
dans dix ans d'ici, tous les
jeunes hatiens de campagnes
sauront lire et crire; rfec-
tion d<'s routes publiques: les
dernires bourgades du pays
retiens esitre elt^s euani
par ainsi am COUBinuu ation
plus iapide entre les divers
entres ; L'ordre public garan-
i, la paix des rues et des cam-
pagnes assu e; les vols con-
sidrablement diminu- ; ei\-
liu, le rglement si souhait
el t ml i*Uei du de la vieille
quastion des frontires arae-
uant la vie normale entre
75 lois de 10
2Ap. du 1er lot'i&Gdtn
de SO Gourd, s K'O 2i du 2e lot 21)
25 50 21 du 3c lot 16 4 Lots'se terminant jiaijes 3 demicis ihiil.es de
1er lot Gourdes 10 40.00
45 lots se terminant par les 2 dernier chillies
du le. loi Gouides 5,00 (i. 22o,00
80
750
50
40
30
Man|cL.rc Hllienne
de Cigarelles
GBAIU&C0
Les Qqarettes
Dessalinienne
Colon
Rpublicaine*
Porl-an-Princicnne
Grce la finesse de leur anime tout les aeiices des
vraie amateurs.
*
* *
... ii vu que, jeudi soir, il y
avait toule devant Varits al
foule eu dedans. On allait ap-
plaudir ci e seconde li ia ce
beau fil Ramona, qui, connus
ou ^e le i appelle lii courir lanl
de monde le soir da la pre-
mire.

... :i v., bu bi mp'i e Mais,
toujours j la mi me place, aux
environs d<- la sti lue ae i Em-
pereur, une pelitt si a (k ux
places, en panne. On croirait
qu'elle n'a pus chang d< places
puisque par un hasard mexpli-
quahle elle prend sa troisime
panne juste nu m me endroit.
Ce hasard, lui aussi, ; t.
On ne peut pal inventer perp*
luellement.
*
'... a vu un gendarme e jeter
sur un des bancs du Champ-
de-Mars tout pi es d*uu bonne
qui pour filer le parfait amour
avait laiss sur le gazon les deux
petit gosses qui lui laieul "n-
ns. Le gendaime s- taisait lin-
dre, et ses lve s habitues
transmettre des ordres stricte-
ment militaires,trouvaient com-
me par enchantement les mots
qui l'onl qu'on aime mieux. La
petite bonne, lgrement rustre
et qui n'avait rien a dmler
avec la dlicatesse, avait des
attitudes de grande amoureuse
pourtant, Norm lL alors se
rappela une petite idylle, en
vers de Coppe qui l'achve
sur ce vers:
Et j n'ai pus trouv cela -i i Idicule...
*
... a vu une pente fillette el un
petit gosse de douze ai s au plus
qui avaient leur double minois
plong dans une icvue. lia
taient tellement ce qu'ils li-
saient qu ils a'entet dieut ni ne
voyaient rien de ce qui se pas-
sait autour d'eux. Notre il.
voulut voir quelle histoire en-
fantine et plaisante captait ainsi
l'attention de ces deux cosses. Il
s'largit dtoni.einent loisqu'il
eut lu sur la couverture de la
Revue ces trois mo s Vie Pa-
risienne. Vraiment o allons-
nous, comme disait l'autre? El
si cet ge ces enfants lisent
des publications pareilles que
liront-ils lorsqu'ils auront vingt
ans.'
*


i
...voit que, depuis quelques
jours, le vent reprend sas acti-
vits. Cela commence ds le jour
et M S'arrte que bienavar.tdans
la nuit. Ces femmes circulent dif-
ficilement, Heureusement pour
elles que depui quelques mois
les tailles ont remont el que les
jupes sont descendues. Clles ne
risquent mainiin.i. qu'un peu
de leur mollel e jiu pis aller leur
genoux. Ce qui n empche e-
peudunt qu'elles ^oiit dans leurs
petits soulieis lorsqnune vague
de veut passa. Il IfW faut pro-
lger leurs y u* di la poussire,
assurer laui chapeaux. Alors le
> i qui et lies habile s'en
< nu ce monicut-a leur
jupe. Ci c'est un tableau an-
goissant. Edta ne s. \ en plus
te Qu'il Lu. nLan i.n er.u>tnt
les lu veux eu la |up< Et quel-
quefois lanois c|u'e..ts_\ itfle-
chisscni le vent s eu piciid aux
deux : leur toitlore s'cnevlf
et, di.-pcau de lamoui ou de la
volupt, leur jupe claque au
vent.
Y
- -
-^"


, **x
../ s W-. -**rJ ** *-.-**'
KGE--y
Lh MAWN ~ il ioavMU- ItoO
Dbat sur la
I Prohibition

au Congrs
WSHINGTt N La prohibi
lion est toujours u loidre du
joui.Cttt ainsi qu'a lu Cbambrt
des reprseii!ants,.M. Ll Guardin
'est livr ^ unt attaque directe
contre le snateur lioruh.t.eder
nier qui s est lev deroire
ment contre l'insuffisance de
l'application de lu prohibition
prend sur lui-mme, d'aprs
M. La Guar iia.de critiquer cette
Bppiicail 90 dans les autres Etats,
quand il pourrait aussi bien
commencer par l'idaho . Cet
Etet.toujoori J'aprc m.Lu Guar-
dia, ne m.ppoi ternit pas m coin
Faraison avec ses voisins di
Est en uiatiie de scheresse
L'ancien candidat maire de Ne*
Yokadil du snateur Borali
que c'tait le gentleman k
plus distingue de l'Ida ho et poui
l'opinion duquel il avait dhabt
lude le plus grand respect.
Les garde-COtea ont eu leui
part des critiques de M. La
iuardia. Vlais M. lieedy, lepie-
enlent rpublicain en Maine,
s'est lev pour prendre leur de
le use et dclarer qu'ils consti-
tuaient a une spleuuide organi-
sation d'il mimes, solide commt
un roc . Pour le reprn nlan
du Maine, les ni de-ctes appli-
quent la prohibition, non pain
qu'elle les intressi tpciale*nent
mais parce qu'il est de tradition
chez eux d'accomplir leur de-
voir lrieueement et eonscieu-
Cl'usement .
m
Washington
WASHINGTON Le gnral
Perehing a envoy ses amis
du N'ehraska un tlgramme d
claranl qu'il ne dsirait pas tre
snateur pour le Nebraska. Le
gnral, tout en reconnaissant
le grand honneur d'tre snateur
spcilie nettement qu'il ne veut
aucune lonclion publique eljque
sa dcision est dfinitive.
Un document lu devant la
Commission d'enqute du lob-
byisme rvle que M. l\. L.
Purdon, expert pour l'industrie
su cri re au dpartement du
Commerce a t charg pur la
Maison Blanche et par le sna-
teur Sraoot de l'Utah de prpa
rer pour les droits du sucre une
chelle dcroissante.
Le commissaire de la Pro
hibitiou Doran a autorise i'admi
nistraleur Penmnglon de Pi Us-
DUrg a dlivrer trois distille-
ries des permis pour distiller
du whisky dans un but mdia
nal.
MMB
Encyclique
papale
S. S l'ic \l rclame les laques
pln> il'actmte religieiM
Cite du Vatican .Vi Saintet
Pie XI. dans une encyclique pio
mulgu<'e hier aprs midi.recoin-
mamk instamment aux. laque
les retrarea dans le silence, la
contemplation et lu prire coin
me moyen de combattre agi-
tt ion, les discordes et les pi\ oc
cupalioiis modernes.
b Le Souverain l'outife qui.il
ly a plusieurs jouis, terminai!
une semaine d'isolement, a in-
dique que les exercices spiri-
tuels tle la retraite constituaient
pour U' (acuits humaines ont
cole remarquable a laquelle l'es-
firil apprend a n flchir, la vi-
onte M tortifie et les passions
se doiniu. nt.l activit reoit une
direction, une igle et une im-
pulsion tflcace, et l'me entire
n'lve a sa noblesse el a sa
grandeur natives .
Le pape a condainine <> cette
poursuite continue et livieust
de ce qi i est extrieur, e> i ap-
ptit immodr pour les riches-
ses et les plaisirs qui petit pe-
tit aftaibl1'. en 1 me tous les plus
nobles idale.
ll a, de mme, rteommand
U partie .ration la plus grand
des laqu'-saux oeuvres religieu-
L'eelion catholique la-
uella le papt a tait allusion
ls son encyclique, d'aprs
d*?s per son1 fch.LS eccic- lafctiq
mei icamt-, est probableunii
. <( L Aziuiie ci 10I.eu grouj i -
incni iialuu qui a pour but une
pius grande participation des
laque* uu/ atiauee catholiques (
Bienvenue
Nous avons reu la visite en
notrt office de M. Camilo Suero
Heureaux.Chefde la police mu-
nicipilc de Las Matas. H. I>.
M. Heurtant, qui tait recoin
pngn de notre ami Roger An-
selme, est un homme aux ma-
nires agrables, jeune et dis!in
gu qui nous a dit l'excellente
impression qu'il emp niera de
notre Capitale.
Nous lui prsentons nos sou-
haits d'heureux sjour parmi
nous.
MM
Rception
AL PALUS ll LA l'HISIlUVlL
La rcepton du 31 Dcembre
au Palail de la Prsidence qui
avait l renvoye, parce que
cette poque Madame Borno
avait t soutirante eut lieu le
samedi 18, de f> 7 dans le
grand salon de rception. Com-
me toujours ce fut une belle
runion mondaine o I on avait
plaisir remarquer les repr-
sentants les plus distingus de
notre lite tant sociale que po-
litique, les diplomates accrdi-
ts a Port-au rlince et leur fem-
me, ainsi que ses reprsentant
du haut commerce.
Le Musique du Palais, tout
le loii> de la runion, se lit en-
tendre da..s des morceaux aus-
si varis qu'harmonieux.
Son Excellence M. le Prsi-
dent de la Rpublique et Ma-
dame Homo trouvaient un mot
aimable pour chacun de leurs
invits el l'atmosphre vibrait
autour d'eux dautant de cor-
dialit que de respectueuse sym-
pathie.
Celui une trs belle rception
et chacun en emporta la plus
agrable des impressions.
CflD CtOZUJ
UNE
Confrence
DE I. TIOTIIf B.PARET
Un.grand nombre de mem-
bres du Club Union et quelques
dames qui rehaussaient de leur
toilette et de leurs sourires la
reunion, avaient bien voulu r-
pondre l'invitation du Comi-
t et assister la conlrence
qu'au local remis neuf du
Club donnait dimanche malin
10 heures M. Timolhe Paret,
crivain et Conseiller d'Etat
Pour donner une nouvelle
marque de l'intrt qu'il porte
ce cercle et au Parti National
Progressiste qui sont tous deux
sou oeuvre S. E. Monsieur le
'rsident de la Rpublique as
sisiait a celte confrence qui fut
un vrai rgal littraire.
Le sujet : Pourquoi devons-
noua garder le Pouvoir?
Dons une langue vivante et
claire, et avec des accents vi-
trranl d'un patriotisme avis el
tincre M. Tunothe Paret lit
ressortir les rsultats obtenus
par le Prsident liorno aucours
les d.'UX mandats dont ll fut
wtu parle Conseil d Lit, in
terprtant ainsi la volont na-
tionale. Il montra ce que repr-
sente l'ide qui prsida a la for-
mation du Parti, une ide des
mis patrio iques, le rAle qu H
>ui reste jouer dans les pro-
. Iiains vnements d'o la vic-
oire sortira pour lui, parce
|ue celte victoire, chacun des
leinlnes du P. N. P. la porte
n soi. La confrence fut trs
ipplaudie et le succs du con-
lrencier trs grand.
Nous lui prsentons nos corn
pli monta les meilleurs et sai-
issous cete occasion pour feli-
iter le Comit directeur du
lub Union qui u eu l'excellente
i le d'organiser ces confrences
!i mensuelles qui ne peuvent
< ae rendre ds plus en plus
; greblea la frquentation du
Club Uaion.
Dcs
I l icIUl.Cst
VI clor Andr,
Les lunrailles auront lieu au-
jourd'hui i 1 heures de l'aprs-
midi, en l'Eglise Cathdrale.
Le convoi partira de la mai-
mor'uaire lie rue Monla-
de I Ecole Indus
trielle J. ti. Dmiier.
Nos condolances sou pou-
a sis entants et a tous ses
autres parent.
Pour le transport
rapide, c'est l'aro-
plane. Pour crire
vite c'est le siv lu
Parker Peu.
Le P n l.i r sans pres-
sion voua aide > cri-
re saiin effort, donne
de lu vitesse votre
main et vos pen-
ses.
Essayez le Parker ,
Duofold, la rouie de |
l'criture. Votre four-
nisseur peut vous en I
vendre de ces chef !
d'oeuvres d'instru-
ment d'criture.
Pour hommes x dol-
lars. Pour dames 6 dot.
Jeunes yens ti lull.is.
Distributeurs
M OH H 4 LA lit IN
P. O. BOX
Port-au-Prince.
iarker
t.+Jtt*
H!
rcahaie
Jeudi 10 Janvier courant, le
Juge de Paix a procd Tins
lallation de la nouvelle Com-
mission Communale, compose
de M. Clairius Georges, Pierre
Cambronne et Eugemo Uyppo-
lite. La rcep'iou a t cordiale
l'Utel de VilL o sa sont
runis les embres de la der-
nire Commission las autorits
locales et les nombreux amia
du nouveau Magistral.
Le Juge de Paix avait les mots
heureux pour les nouveaux ti-
tulaires auxquelsil souhaite qu'
ils sauront rpondre l'attente
de lu populanon. M. Clairius
(ieorges exprima sa joie de se
retrouvera la tte de cette int-
ressante Commune qu'il a dj
dirige en deux lois.il s vertue-
ra S donner pleine satislaclio
au Prsident llorno et 1 j popu
lation. Me Pierre Pyrhua Agnanl
porta un biillaut toast sou
successeur ; dans une allocution
bien tourne, il rappela les sou-
venirs qu'il emporta de la fruc-
tueuse besogne de l'Administra
tiou du gnral Georges pen-
dant .'} annes successives, il est
COBVainco que la nouvelle Coin
mission . mettra la h.tuteui
te la situation pour rallier tous
lee ciis et ratlermir d ivanta
ge la politique du''rsident Bor-
no que mnent ici dj les non-
b eux amis qui lormen! le B-oc
National et la filiale du Paru
National Progressiste. Vive le
lagistral Georgea, Vive, l Pr-
sident Borno.Vive lu Po,uIjIioh
le I rc.thaie, tels sont les cris
|ue pousse la noinb ruse aseif
lance et que salue la Musique
. e -lugislrat repoud eu dea te
mes choisis, l ticitant la Cou -
uiss o qui s'en va pour la fi-
vreuse activit dont elle a lut
preuve pendant ces lti mojs,
mritant pur ainsi la couflanct
et l'admiration de lous.lt en ap
pelle a la conscieuoe de tout le
monde pour lui faciliter Ij l-
che et lait un vibrant appel a
1 Union pour la prosprit del
Lommissinn et le triomphe de
la politique du l'isident Bot no,
Vive Georges, crie-t on dans
le public et la Musique salue.
ASSISTANT.
Parsiana
CE SOIR
Lielrpide Canadienne
( Suite )
Entre : 0,50 ; Balcon : i gde.
DEMAIN SOIR
Un drain trange :
Belphegor
Le Fantme
du Louvre
Avoc Ren Navarre,
.'le chapitie.
h^tre : 1 gde; Balcon:2gdes.
Une Page
de l'Histoire
du Christ
Par Giovanni Papini
Adapte du texte espagnol
par J. Chandlcr.
VIII
LE PERDt RETROl'VE
L'exil en Egypte lut court. J-
sus lui transport dans l*-s bias
de la Mre, berc duiant toui le
long chemin par le pas lent de
la monture, vers la maison pa-
ternelle .de N.zueih, pauvre
maison et aielier o le marteau
Irappail et la lin. grinait jus
qu'au coucher du soleil.
Les Evingelisies canoniques
ne donnent pas de dtails de ces
annes mais les Apocryphes en
donnent beaucoup, mats pres-
que ditlunidtoires.
uc, savant mdecin, se cou
tente dcrire que l'entant
croissait et se tortillait ; qu'il
n'tait plus alors d bile el lile.
Garon bien dvelopp, sain,
plein de sant, comme devait
I tre celui qui dviait donner
du soulagement aux autres eu
les touchant seulement de la
main.
Tous les ans, raconte Luc,
les parents de Jusus allaient a
Jrusalem pour la Fte du I atn
Sans Levaiu, en souvenir de la
sortie d'Egypte. Us allaient en
toule, les voisins, les amis, les
pioihes, afin de faire le voyage
en compagnie, pour mieux se
tromper sur la longueur et ia
monotonie du chemin.
* Ils y allaient contents, plus
comme si ce lut une Fte d'a-
musements qu' la soUnnil
mmorable d une souftram e,
fjui ce que la l'que s'elau con-
vertie Jrusalem, en une im-
mense conscration, en une
junte de tous les Juds disperses
dans l'Empue.
Doux Pques s'taient passes
depuis la naissance de Jsus.
Cette anne, aprs avoir quille
la ville sainte avec les voisins de
N..zereih, Marie s'aperut que
sou lils netait pas avec eux.
Tout le jour elle le chercha, de-
mandant toutes les connais-
sances qu'elle re icotitrait si
elles n'avaieo pas v.. sou fi s,
Jinuis perso me ne put ia rensei-
gner. Au OUttiu suivant, el e re-
vu t sur ses pas, relit toute la
route dj parcourue et se diri-
gea par toutes les rues et les
piuces de Jrusalem, eu fixant
ses yeux nous sur chaque d-
itai quelle rencontrait, uiter-
rogeant les mres sur les pas
des portes,demandant aux com-
pati iules qui n'etaieii p s ei-
coie partis de l'aider a suivre
la piste du perdu. Uue m qu
a perdu sou entant n se r. pose
pis jusqu' ce quille le ieu-
cou re : elle ne seul pas l.i tau
gue, la sueur, la luim; elle m
eecoue pas la pojssire de lue
vlements, ne sarrauge pas la
. oilluie, ne se soucie pas de la
unosite dea ttaugerS) et ses
yeux hagards ne voient que 11-
njge d. c .ui qui u'et jjIus
pies d elie.
Fiualem ni,au troisime |our,
Ile monta au Ti nple, surv^-ilia
ious les couloirs el vit tulin a
l'ombre d'un poi tique un 00 i
cOUra d anciens qi-i parlaim;
lie s'a, pr< eha lion eu^e.nent
mi ce que ces gi; mis manteaux
et ces longues bnbes lui pa-
.iiss.iii-nt des gens d'i.npoi"
lance qui ne daigneraient pas
couler une pauvre l'emm de
Craltle et elle dcouvrit au
nilieu du cercle les cheveux
bourrifl^s. ies yeux lesplendis-
s.n s, la bouche trati he de ion
Jteus. Ces anciens parlaient
ouiine son fila de la Loi et des
Prophtee; ils l'inteilogeaient
k t il rpondait, t aprs avoir
Q mIii, il questionnait son
tour, et ceux-ci t'instruisaient,
i-tii" rveilis de ce qu'un enlant
de si peu d'ge connaissait si
bien les parolea de l'Eternel. Il
s'tait ressouvenu des Livres [
qu'il avait entendu lue dans la .
petite synagogue de Natareth '
et sa mmoire n'avait pas perdu
une syllabe.
Matire pend ni quelques.
no oeil'- li cont-mpler et elle !
ne pouvait croire de ce que vo- ;
yaieni aesyeux.Son coeur qui,un
nomenl aupaiavanl battait d'an- j
goisse, maintenant battait phi3 ;
Unt de stupeur Mais ik ne pu, [
lus rsister e sansn tlei hir.elle i
l'appela, pr.r son nom, haute
voi>; les anciens s'loignrent et
I mre pressa son fils contre sa
poitune et l'Utiuu fonement4
r
Messe
^JPontificale
ij \Toccasion de la fle patro-
nale de Notre-Dame des Vic-
toires il y a eu dimanche matin,
ds huit heures et demie une
splendide messe pontificale
la Cathdrale. C'est Monseigneur
IConan, Archevque de Port-au-
Prince qui officiait. Son Excel*
lence M. le Prsident de la R-
publique assistait celle impo-
sante crmonie, ainsi que M.
A. C. Sansaricq, Ministre des
Cultes.
en silence, en lui mouillant le
Iront des larmes que jusqu'alors
elle avaitjretenues.
Elle le prit, l'emmena pour
oujours, sre de l'avoir avec
elle, de l'avoir recouvr, de l'a-
voir prs d'elle, de ne l'avoir
plus perdu. La mre heureuse
se ressouvint de la mre dses-
pre.
Pourquoi as tu hll celn ?
Voici ton pre et m< i, ngoiss,
nous marchions ta recherche.
Pourquoi me eberchieg-
vous ? Ne saviez vous pas q i*
je dois m'oceupef des affaires
de mon Pie .'
Paroles graves, spcialement
qua.id elles sont dites pur un
enlant de douze ans une mre
qui a sou Huit trois purs pour
lui.
Et eux continue lEvan-
geliste ne comprirent pas ce-
lui qui les avRit dites . Mais
nous, aprs tant d annes d'ex-
prience chrtienne, nous pou-
vons comprendre ces paroles
qui paraissent, premire vue,
dures et hautaines.
Pourquoi me cherchez-vous
Ne savez-vous pas que je ne
peux pas m'egarer, que je ne
serai jamais perdu par person-
ne, ni par ceux-ta mmes qui
m'auront mis dans la tombe!'Je
serai partout o quelquun cron
en moi, quoiqu'on ne me voit
pas avec les yeux; je ne serai
jamais perdu par quiconque
m'aura dan-, sou cur. Je ne
seiai pas perdu quand je serai
seul dans le Dsert, quand je
serai seul sur tes eaux du Lac,
quand je serai seul dans le jar-
din des Oliviers, quand je serai
seul dans le Spulcre. Si je m'-
clipse je reviens; si je meurs je
ressuitc; qui me perd ne peut
fane autre chose que retourner
ma rencontre.
Et qui est ce pre dont vous
me parlez? C'est le pre, se-
lon la loi, selon tes nom mes.
Mais le vritable Pre est ce-
lui qui est dans ies Cieux,
c'esl le l're qui a parle aux
l\itriaiehe> face lace, qui u
misses partes daus la bou-
che des Prophtes. Je dois
savoir ce qu'il leur a dit de
Le Berceau
Les rptitions de ce beau
drame awrehent grands pas.
C'est le 8 lvrier que les ama-
teurs du Beau uont jouira
Cin-Varits de la reprsenta-
ition de ce chel d'oeuvre o liri-
,eux montre comment le maria-
ge est indissoluble lorsqu un
reniant est n, comment l enfant
'est la preuve vivan e des pre-
mires rvlations et par cons-
quent, la cause de l'impossiblil
de la cration d'uue famille en
econdea noces avec cet entant
qui est le portrait anim du
pie. .
Nous avons pu avoir la l-ste
des acteurs, lu voici :
et. Gerdes ( le premier mari et
pre de l'enfant.
Mr Paul Fils Aim (le second
man> Melle Pauletle Pasquis
(la lemme,,mre de l'tntant),Mr
ti e o l'g e s ; D u p o n t ( pre
de la femme ) Me'deJ.Maude Pas
quis(mrc de la le m me), Mr
Hoger Ureylcs (le docteur qui
trauc Ventant malade ), Melle
Yolande i asquii ( l'infirmire ).
Les cartes pour les places r
serves sont d|a en vene au
pnx de tiois gourdes chez
I. Ger lui o Ion peut, en con
sult.inl un plan du Thtre,
choisit a place qui sera rser
vce. II y a aaaai des cartes de
lieux <; rurdea pour les places
non rt rvees.
MH
Nouvelle arrestation
Hier aprs midi a t sur man-r
dal du Juge d'instruction arrt
et tenu a la disposition de la
justice M. Chrest Surpris, im-
pliqu dans 1 altuire de la Ban-
que Royale du Canada.
M. Surpris avait t une pre-
mire lois arrt el mis en li-
bert.
\ Avis de dpart
Les dpches pour New-
York et l'Europe (via New-
York direct) par le. Steamer
f Gristobul seront fermes
mercredi 22 du courant.
Port au-Prince, 20 Janv.l9oU
moi, ses volonts leraelles,
les lois, quil a imposes
sou peuple, les (>actes qu'il a
signs avec tous. Si je dois
taire ce qu'il m'a command,
je dois m occuper des choses
qui vritablement lui appar-
tiennent. Qu'est-ce que c'est
qu'un tien lgal temporel,
compar un lien mystique,
un lieu ternel.
VOUS TROUVEREZ
CHEZ H. BALLONI Fils
3 grandes marques de lit
en fer.
Simmons company
Laife Long Steel Beed
Fdral Sleel Beed.
Les modles sont des plus
nouveaux, et des nrix
absolument exceptionnels.
'-'^xr*jm2^ScK?SL.-
^


U MATIN- 21 Janvier 1930
i A
Poetr un oouvdav lastre
de ia chevelure
r****
Nous avons le plaisir d'annoncer
notre aimable Clientle, qu'
partir du 1er Fvrier,
Notre Maison sera transfre au
local du Bazar Mtropolitain
Grand Rue.
Le Garage restera au mme
endroit.
Nous esprons que vous continuerez,
nous favoriser de vos commandes et d''
vosacha's.
Le mme bon accueil vous est rserv.
HAITIAN MOTORS S. A.
Phone : 2379.
mi feRock
^Ihe itadmg mncralw
hous venons de recevoir un fort lot
GOODRICH SLVERTOWNS
de toutes dimensions.
Prix dfiant toute concurrence.
de
Les chimistes de I hxelento
dj renomms pour leurs
remarquables contributions
apportes la toilette, vien,
nent de couronner leuroeuvre
dans
Uhxeleho
K GLOSSINE
Une petite quantit de cette
dlicieuse prparation appli-
que sur 1rs cheveux tait res-
I tortir leur brillant naturel et
leur vigueur, en leur commu
niquaut un nouveau lustre qui
vous vaudra d'tre admne-
pai les messieurs et envi des
femmes.
En vente che* tooi les dro-
guiste. Pour 0,.0 centimes
seul ment, il est expdi ds
rception lu prix.
EXELENT* . MISDICINI
COMPANY
ATLANTA, GEORGIA U.S.A.
Agents demandes pour tous
pays.
Ecrive* p.) ir renseignements
La Boisson conn
dans le monde en
te
i
n
EST UN
CH
El' UN
RAFRAICHISSANT
RECONSTITUANT
FROID
EU MINERALE WRITE AOK
OJNGERAI, VVHITE ROCk
Le .seul Ginaeral fait
d'eau minrale pure
des Sources /*&
WHITI ROCK n
DANS TOUS LES MEILLEURS HO I El S
CLUBS, CAFSET RESTAURANTS
Mohr & Laurin L
Distribut, urs Porl-au-Prii ce. ( Hnili ).
HENRY STARK
Rue du Quai, es. face de la Gare.
VIENT DE RECEVOIR :
Balance main de 50, 60 et 100 kilos pour spculateurs
en dnies.
Robinets eu e7i/pour barrique.
Robinets en bois.
Mtres polies pour nutos,
Pare Brise ( coindshield) pour autos.
Miroirs biseauts pour meubles.
Miroirs encadrs pour salon.
Encadrements pour agrandissement de Photos.
'tableaux \ our salon et telle manger.
Grand choi 4 pour moulures pour cadres.
Marbni polis pour tombes.
Lampes de nuit -'.c, etc..
La Maison se cha'ge de la rparation de Miroirs lchs.
AVIS
(ififi
A qui les lunettes ?
Il a t trouv enlre les rues
St Honor et des Casernes deux
paires de lunettes qui sont d- j
poses au bureau du journal.
Elles sont la disposiuon du j Est prescrit pour grippe re
propritaire aprs qu'il nous! froidissements, deiigue, Bile, fi
en aura taif la description <" I vre et naludisme.
acquitt le co du prsent avis.1 C'est le plus rapide remlt [
Je soussign dclare a"
public et au commerce eu par
ticulier n e pas responsa-
ble d'aucune dette ou affaire
qu'a contracte ou pourrait
contracter Mme Brutus Jac-
ques, ne Anna Antoine, mon
epouse.sans monaulorisation.
Port-au-Prince, le 20 jan-
vier 1030.
Brutus JACQUES
~-tre
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
a DELORT, Pharmacia,
il, Hua SD-An#in
C'EST LE MKILLEUP
DES PURGATIFS
xoit-a.tt-3p:ri*c:i
Alan.PETR'JB,'Pliai -nacia ALBERTUti
Phannoeie du IV Justin VIARO
t tentt Ut rifinnoa .Pharmacies.
Toutes les Polices 5
DE LA
ompaanie j|4n'rale
Tran> atlantique
Le steamer AudlWs alten
du Jacmel, le 21 courant,
repartira le mme jour pour
la Martinique et La Guade-
loupe.
Il prendra des passagers et
du lrt pour France eu trans
bordement a Fort de France.
Le steamei Carimarcparti
de Bordeaux le y cil. esiatten
dll le 21. \
Il pjf lira le nu' ne jour pour |
Santiago lie Cuba ai la ports
lu .S..il j
La suite de iiiinei^ire sera
lixec a l'arrive du navire. 1
tort au pnuce.le 15 janvier]
1010.
h. ROBEL1N, &Co, Agents.
Halle Louer
Moiti de lu graude halle,
fige Hue du Magasin ct de la Maiso.. Altred
Looke, rcemment occupe
par la Gendarmerie duaiti. .
S', dresrer
k. Henry STARK
Rue du Quai, eu lace de
Gare Mac-Uonald.
To Let
Balasse i!iii|i.i-
Attractive modem country
house, with or withont lur-
nilure, beautitully situaded,
splendid view. nuit traet,
ba'h. garage etc.
For parlieu 1er H address.
Henrv STaRK
Ave.A ci'y No 1917 opposite
National Railroat.
La Commission
Communale
Informe que dornavant,
la venie du poisson de sera
permise qu'au Mai eue spcial
edili au Port Saint-Clair.
Toute coulravemion sera
rigoureusement poursuivie.
i'ort-au l'nce, le^ljauvier
1930.
i A vendre
j Une salie ;, n nger. i ne
chambre. Un phoi ujtraplie.
Un Lampe pied, i ne tabla
pour ptisserie. Un grand mi-
roir.
,llphuiuz MC-162-2 de
neui heures a.m a ;in.
Suivies d'Hygii m
A vendre
Un buyyy Mur ay au trti
bon tat.
S adresser au Bureau
Journal i ^e Matin .
I' .m.

lu
IaTaas) J mPmJ&<"'P'H~SS/O.Vs\
Soulagement luiiu aut gu.ison pu lui
Globules Rbaurl I
B4aul tais marrellletix.aiirprrannw marnai
fout PHarmao/tt Dtmnn'tf Hollc
m BUOBOUX, 27, Rue V,ator-Hugu ,
ciU.alomUa (() W
*.r*
-. vr-T-st^Kti
y


\
X ) ^^cj




>"---.


t
La clbre farine alimentai:
LA
PU 51
E
qui d-t.r.e ftnx enfants dj '^e de 7 h '
force -t la ca.it, est aussi l'albnant pai
an.'. crs, convatosccnt;, en raison
facils. ; ds sa tigeation t de ses vertus fv.. ' i:fei#
-l ga la grand* marque dpose
PHOSPHATINE FALItRES
* de rapatadon universelle rt se mfier c!t3 imita'
F'hc.rr-acif tt sMasori J'Alimentation. PAHii..
L'jcXi.^i:!Sfeli>
TS"^"
illli; lllMUiiilimlJ J U in
comprennent la Protection contre la
S Foudre sans auqmontation de taux
j Eug.LeBosi>$Co
Agents Gnraux
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE!
EUG. Let BOSSE & Co.
Aaents Gnraux


Mardi
21 Janvier 1930
y Malin
PAGES
23mc ANNJSE V 68v)8
v'ort-au-P rince
Tlphone : 2342

LE COMMERCE d C3lt vieilla >n('4a
prsente aujourd'hui un nouveau
*f
Cours
Classioues
.PNEU
&
$
Atl-Cord
L'conomie que vous ralisez sur les .
autres pneus est trs pauvre, cssayez-ie
pneu PISK ALL CORI).
Il vous donnera la valeur exacte en
milles pour chaque dollar qu'il vous
aura cot, et vous aurez la satisfac-
tion de rouler sur de bons pneus.
Ce? pneus sont arrivs, essayez les :
aujourd'hui.
12me Philosophie inc'.u
sivement.
Mthode sre. Succs coin- :
Flet contrle chaque anne. |
Cours du Soir pour Adules
et Jeunes Gens. j
Comptabilit, Stnographie ,
anglaise et franaise, Dactylo- t
graphie avec des spei distes
jjour elnijue cours.
Enseignement J du Franais,
de l'A-igUis. de rAllemand,de
1 Espagnol. Mthode sans
gale.
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour -
DESSERT
?S$*?iS Le tout pour Gourdes ,2,50
tiques aux lves ou en te-
PASSEZ CHEZ LE
t.

Distributeur
.jques _
tard ou ceux qui, veulent
gagner du temps.
Cours de Musique (Soltek
Violon, Piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable.avee annexe pour J
tudiiui-j et Uiltes. '
S'adresser Hue Lamarre,1537,
ou tlphonez au No 28'Jl
| pour plus amples renseigne-
! rnents.
L'INSTITUT
TIpPFNUAUER
Reconnu de l'Universit
Hbitiennc.
VINS TRS SOIGNE METS (MOI?: F. P. PATRIZl
!
F1SK RUOGED
Fanck J.MARTIN
PLACE GEFFRARD.
Phone : 163.
Port-au-Prince, (Hati )
'I -
v,. SW^;,
O qai ' i iSMis H l*M
Ce qui or .jm! Hit .1 i "ss
Ko/a Champale
F. SJOURNE
Proai dans d< d i ditior rigoureuses
D'ASEPSll
Avis
i
pi/-p.ir.iii>:i '< Vente
PBABMAdE SEJOURNE
Angle, des Rmpi Kouv e* du >. i*.
" V M
U 1J J i I v> Y M
Si vius voulez apprcier
comment s'est dveloppe la
pense hatienne de Tous-
saint Louverture Louis
Horno, lisez le rcent ouvrage
j du Dr Price-Mars.
' Une tape de
l'Evolution hatienne
En vente la librairie de
La Presse Aux Armes de
Paris, la Pharmacie du
Globe Dr Coicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
L Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobtles
insuline. Huile, Accessoires elfieces de Rechange pour
Automobiles. . .,..,n
Les meilleurs pneus et Chambres* air pour toute auto
ju camion*
Halle Gardiner
No 1338, Orand'Rue. Port-au-Prince,(Hati)
...
j Panama Railroad Steamship Line
Service d<> fret et e pa*m (jers entre
BW-YORKCITl iv . UUSTOBAL,<,ANALZONE et les PORTS de;la]XOTE
OUEST de l AMERIQUE du SUD.
plus rapide et le plusdii cl service de transport de passagers et du trw entre Hati
tles ports Europen via New-Yord et Cristobal. Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos gents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Ecosse Franoe
Mrs. G. W. SHELDOM & Qo- 17 James Street, Liverpool, Englanp
m litWti
In MIIIHOM O sont reprit**: I
l\tr lei SHtta is njvuto : s
(F.LATI Y HANMEY &. Co
'21 Ruede la Rpublique
M nasille
risHNC Psrom ftCie Ll
58 Qu h Georges V
Havre
rnu i nos & Cie. Ltd
Rue du 1 oii 1 in vapeur
li ulogns/Mer
HURND 1i:uon Cie. Ltd
95 Rm le Marais
^Paris
rlBRrti :iom dk.Gie.Ltd
Rue i i Tranquillit
DwDkertfue
Hf.RNU I ROM X. fie Ltd
te Roy
il ! 'i COPENHAGUE
Dauemark
Mrs. E. A. Bendix & Co.
21 Allengade, Copenhague
GENES
Italie
Mrs Henri Coe & Clehs
Piazza S. Matteo, No. 1.1
Genva. Italie
Oti o, Norway
International
Spcditionsselskad
Hambourg, Germany
MrH. Vogemann
"Hambourg,- iermanv
Gottourc.e Swi^mtehex
Nordisk Express
Gotteniburge. Sw< e ! ,
RorilliUAM. HoLLA.VU
Mi. !!. Vogemann
HntU'iiiuiii. Hoilfin 1^
^
S
toloirtbin Steamship
Company Inc.
tj&Uamei < BridfletoW > venant de New-Tork directe-
ment, est attende ici le '" janvier courant. Il parti le
mmo jonr pour les po-ts d la Colombie prenant fret et
l' 18 lanvi. 1 ;o.
w-...ii>tii Semn>hip Company Inc.,
GbKAiiA & Co, Agent*.
L'ILE MAGIQUi
Pah
W s;Seaiii-ouk
Traduit de lanalais par
Gabriel des HONS
Prtace de
Paul MORAND
En vente aux bureaux du
M'tin 2 Dollars.
J

**<,^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs