Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03915
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 16, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03915

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
368. RUE AMERICAINE '1354
TELEPHONE N2242
Si i'of joeii rend oeVitv k^raniK
Iflleols, il rend Mm rielfita ta
sols qui sol au plus lu- elatjiv
JtuJacnei lioissn
l

23me ANNE* N* 6896
PORT-AU-PRINCE 'HATI l
VENDREDI 17 JANVIER 19.'k>
--------=3*
PROGRESSISME
ET
Au moment o deux sys-
tmes politiques s'affrontent
et vont lutter, en un corps
corps, sans merci, pour la pre-
mire place prendre, il est
bon de dire, ici, quelques mots
sur les deux partis eu prsen-
ce, ea action, le Progressisme
et le Nationalisme.
C>ue veulent eujelTet, lec-
teurs, cas deux partis qui,bien
que diilreuts, par le pro-
gramme et par les lments
dont ils sont lormes, se rcla-
ment d'un principe, voire
mme de la nation ?...
Le Parti Nationaliste qui est
u au lendemain de 1 Occupa-
tion est, notre* avis, l'Incar-
nation de l'ancien rgime Gou-
vernemental avec ses routi-
nes, ses coutumes, ses insti-
tutions dmodes sur les-
quelles, comme trompe 1 n
on veut asseoir le prestige ei
le souvenir de la politique des
anctres.
Tout, dans ce parti, e s t
pour la tonne, le but espre,
voulu, 1 objectif atteindre
tant de ramener le peuple a
l're d'aman qui. ou s'en sou-
vient, nous a valu 1915.
Le parti National Proyr, $
iisle, antithse du parti Natio-
naliste, sinspiraul, lui, du
passe dont il u'a garde que ce
qui peut aider i volution du
{>ays, a sou fondement daus
a politique nou relit: dcoulant
de l'intervention des puissan-
ces dans la vie intrieure des
peuples faibles et rtractaires
au progrs.
Celui-ci, donc, reprsente
l'Ordre et la Discipline, les deux
facteurs de t volution, taudis
que celui-ia, cest-a-dire le
parti nationaliste, pour leur-
rer le peuple et dans un but
d'egoisme alliche un patriotis-
me d'occasion et par tous les
moyens, eu sou pouvoir, cliei-
che uniquement a briser taxe
sur lequel doit doreuavau
voluer le pays c'est--dire le
trait de 1915...
Pour arriver ses fin, U
Parti Nationaliste qui ^e dn-
on se croit ion parce qui
n'est compose que de citoyen.-,
geueialeiueol vinces de.
cnaiges publiques, a peu pie
tous des intellectuel, touc-
tiouuaires de 1 ancien rgime,
caresse comme il l'a tan lois
des dernires grves, les pas-
sions qui soiuiueilleui daus la
masse etentieiieut et alimente
ces iusliucls deraisouues in-
conscients, qui nagure, pous
saient les villes a sarmei
contre l e s Gouvernements
coustitutionneliement tablis
et les paysans nolleusils a
abandonner leur loyer poui
entreprendre uue guerre lon-
gue el saugtaute seluu la stra-
tgie spciale au caco.
uvre donc de la passion,
le parti nationaliste ne peu.
qu'tre dsastreux pour le pays
puisqu'il ne lutte que poui
laire rtrograder le pays a
l'anne 1915 qui a abouti, on
le sait, au massacre des pri-
sonniers et a l'assassinat du
Prsident Vilbrun Guillaume
Sam...
Le peuple a donc tout int-
rt combattre ce parti qui
ne vit que du passe et pour
qui l'avenir ne saurnt comp-
ter...
Le Parti National Progrs
aisie au contraire ne travail!
comme l'mdigue son non
que pour l'avenir sou uni-
que but est de restaurer Hati
et de laire, voluer le pays a
l'instar des pays nos voisins,
notamment de Cuba qui gict
a uue excellente oigauisuiiou
* pu, en queiqut annes, Uc-
vcuir i un ut pays le plu
riches du monde.
RHUM HENRI Gardr
NATIONALISME! fn "J0U duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
Pour cela, le P. N. P. a la-
bor un programme qui a
produit des rsultats heureux
comme il est facile tous de
s'en convaincre.
Sans dou'e, tout n'est point
encore parlait, mais au moins
tous peuvent constater que
tout dans les villes et les cam-
pagnes a chang d'aspect et
que le campagnard d au jour
d'hui n'est plus le campagnard
d'hier l'espce d'ilote la mer-
ci du plus fort ou du plus ra-
pace.
.^Lorsque des modifications
auront t apportes certai-
nes lois q u i en dpit des
prvisions et vu les circons-
tances, n'ont point donn les
rsultats voulus, tous les ci-
toyens honutes en qui la pas-
sion w'a point tu l'esprit de
justice racounatront alors
combien le Parti Progressiste
a droit l'admiration pour
avoir beaucoup fait pour la
restauration du pays victime
de l'anarchie...
Four leurrer le peuple, les
partisans du nationalisme
outrauce dclarent q u'e u x
seuls doivent tre couts et
suivis parce qu'ils veulent
d'une Hati intgrale. Il y a l,
dans cet argument, un leurre
pour tromper les nafs et se
moquer de la logique.
^.Vouloir en eflet d'une Hati
intgrate,sans greffe politique,
est une folie comme le prouve
l'exemple des petits peuples
vivant de par le monde, dans
l'orbite ou plutt dans le sil-
lage des grandes nations.
De mme en eflet que les
individus sans ressources out
besoin pour vivre de l'homme
luit une; de mme les peuples
qui ne peuvent vivre deux-
mmes et tel est le cas d'Hati
ont besoin du concours et de
..i protection des peuples plus
puissants.
G est une^loi de ^nature
laquelle on;ue peut se sous-
traire et dont dans l'histoire
on peut constater la ralit
Donc, comme les autres
peuples Hati a besoin du
concours d'u..e nation amie
qui avec la paix lui assure les
moyens d'existence...
Ce que nous disons et affir-
mons la est admis par tous
mme par les plus intransi-
geants du Parti nationaliste
qui teignant de ne point com-
prendre continuent spcu-
ler sur les uaits el a faire des
souscriptions et des qutes en
s adressant aux Liais-Tins
dont ils combattent les fonc-
tionnaires..,
Nul dans ses conceptions,
puisqu'il n'a point de pro-
gramme, le l'en u nationaliste
l'est encore et surtout par sou
manque de discipline.
fc.u eflet, alors que le Parti
Progressiste a un chef recon-
nu, obi, admire, une hirar-
chie reprsentant l'ordre Lla-
bli, le rai u nationaliste n'a
pas d'existence relle puis
qu'eu dpit de tous ses me-
neurs qui s'ignorent il n'a ja
mais reconnu de chef, mme
pas Georges Sylvain le fonda-
teur du parli, sans parler du
pasteur Auguste Albert tombe
victime de ses propres colla-
borateurs.
Or, un parti qui est acpha-
le, et o tout le monde com-
udc ne saurait constitue!
an groupement politique, au-
trement dit un paiti...
Compose, au contraire, de
tou le partisans de l'ordre,
ue tous Lcux-ia qui fui eut le
paitisans ue Salomon, de ba-
zetais, de ru min, ie'p, n p.
ioi me uu bloc qui, par la so-
iiuite uspiie coubauce au
point d'attirer lui chaque |
M. Taft
est ma In de
Mm
W aSHINGTON-M T.dl, pr-
jour ceux qui hier avaient 'j
ses pires adversaires...
Aussi tandis que le Parti
National Progressiste,pers n
nificulion de .'ordre, trouve
partout des amis, des admi-
rateurs, le Parti nationaliste
qui de plus en plus scllrite s.dent de h. cour suprme ede-
. i n ,. ra e, a d interrompre brusque
es. rduit a allumer ses innu- ses occupilllos ,r ,m,e
de son allaissement physique.
Le hief Justice est dans un
tat nerveux extrme caus par
la rparation d'une maladie de
vessie dont il avait dj .souflert
il y a quatre ans.
La tamille Ue M. Tait et ses
collgues de la cour supime
ont lait savoir aujourd'hui que
mises tendances en se met-
taut sous la bannire duCom-
munifie comme l'a si bien
dit Le VI tin dans son ar-
ticle lu Dangereuse AlUauce
paru le 24 Dcembre I oc-
casion de la Nol.
Donc, qu'on le veuille ou
qu'on ne le veuille pas, le sa-
lut ualional ne
dans
sisle parce que expression de
alional ne peu re' que *n.at nta.t pngrave
, .. M f i ,, i M. lafl suivra un traite
icPaitiNa.i nal Propret- d.une ,, ho it;
U
temenl
hpital de
se rendra en-
Washinglon.
l'ordre et non point dans le suile Ashevihe pour y passer
Parti nationaliste personni- deux ou trois semaines,
lcalion de la haine. j Voici le bulletin publi p t la
A tous dsormais de le
comprendre et d'-ider le
Parti Nu ional Progressiste
rsoudre le prob-me n
des vnements de 1915 qui
ont influ si lourdement sur
la lamille el le collgues de M.
Ta h ;
Le Chili Jasiict a rcemment
t allecl par son travail et la
maladie et la mort de son fr-
re. Il en est rsulte le re'our
i d'une allection de la vessie dont
notre vie de peuple libre et avaitVja soulk.rl d v a qua
ndpendant que sans le sa-
voir laire de nos 2 derniers
prsidents, sans la s gesse du
Prsident Dartiguenave. sans
le tact tt U doigte du Prs deot
Louis BarBO comme l'Hit
toire du reste un jour se
plaira le reconnatre, notre
pays aujourd'hui ne serait
plus aujourd'hui ce qu'il est..
Volvick RICOURT
Les Annonces
tre ans, mais qu'il n avait pu
sur monter gi ace a un traitement
appropri.
La maladie n'es ps eon*id
reecomme grave pur le docltur
Haguer ; elle demande seule
ment un traitement destin
viter toute gne.
Assurez-vous contre accident
la General Accident Pire &
Lile Assurance Corporation Li-
mited . Vve F. Bernnngham
Agent Gnral pour Hati.
lUir Terminus
Place Dessalines
Caf chic, Restautanl
de premier choix o Ton
trouve toute heure les
consommations les plus d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
LOTERIE
De l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit Hatien de
l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie est fix au Dimanche
2 Fvrier 1930, 9 heures du matin.au Thtre l'arisiaoa.
Le omit d'administration eat heureux d'aviaer le public
que la nonvelle rpai i ion c<> m portant un plus grand nom-
bre de lots gagnants es la suivante :
2,000 4 lots de 20 Gourdes
600 75 lo>s de 10
li-O ; 2 Ap. du 1er lot 26 Gdes
100 2 du 2e lot 20 c
50 21 du 9c lot 15 a
pel les 3deiiiitischiH es de
40,00
1 Gros
c
oui des
lot
a

de 50 Gouidis
25 i
4 Lots se termn
Itx II t Cm des 10
4 Iota se terminant pai les 2 dernier chiflres
du 1er lot Gourdes 5,00 G. 225,00
80
750
90
40
30
Washington
aoaaao
Siyiialurr iliiir/oiiwiilitm mire le*
tlals-tnis el rAmjItlmr
WASHINGTON* Le secr-
taire SumMHi et sir Lsme Ho-
ward, ambassadeur d Angleter-
re, ont sign une convention
passe entre les Etats-Unis et la
Grande-Bretagne pour dlimi-
ter dlinitivement la frontire
entre l'archipel des Philippines
et 1 Lit de Borno. La conven-
tion confirme la Ironlire ta-
blie par la Grande-Bretagne et
l'Kspagne, du temps o celle-ci
possdait les Philippines, avant
les traits de l.v.s et de 1900
par lesquels les Liais-Unis ac-
quirent les Philippines,
i Les bureaux du prsident,
incendis dans la nuit de Nol,
seront reconstruits avec des ma-
triaux a l'preuve du leu, ex-
ception tuile pour les plancheis
et les cloisons du premier ta-
ge.
Pour les rceptions de la jour-
ne du 1er Janvier, onja tabli
que M. et Mme iloover avaient
tenu 0348 mains. Le dfil a du-
re d'une trois heures de l'a-
prs-midi. Un interrompait de
temps en temps pour pei mettre
au prsident et a Mme Hoover
Ue se reposer. Pont la premire
lois depuis bien des annes, le
Chiel Justice Tait tait absent,
appel a Cincinnati par le dcs
de non hre.
On se demandent la que-
relle mondaine entre M""Gann,
sur du vice-prsident Curlis,
et Mme Longworth est apaise.
Api es leur rception par le pr-
sident Hoover, le Joue de 1 An,
on les a aperues en conversa-
tion anime et apparemment
amicale, Washington a ainsi un
nouveau sujet de poiiuage.
M. J. Pierponl Moigan a
ollert au gouvernement son lu-
xueux yaclil priv, le Corsair,
pour servir des recherches
d ocanographie. La ceimome
du transteri a t tis simple.Le
yacht a t baptise Oceano-
giapher .
c/ooaaa
Les rouimuiiislfs allemands
el la polirt-
BERLINPlusieurs collisions
se sont produites entre la.poli-
ce el des communistes au cours
des funrailles de deux coinruu-
n stes de marque.
Les agents _ont employ co-
pieusement leurs btons tandis
que les communistes leur lan-
aient des pierres et des mor-
ceaux de charbon. Deux agents
ont t blesses ; iiualemeut la
police a tir en l'air plusieurs
coups de revolver.
Cinquante-deux communistes
ont ete arrts ; 42 ont t i m
eu libert aprs la conslation de
leur identit.
MHB
Une statue
au colonel
Lindbergh
ST-LOU1S M. Viclor J. Mil-
ler, maire de Si-Louis, vient de
proposer d'riger dans celle vil-
le une statue au colonel Chailes
A. Lindbergh.
L'ide ue M. Miller est quelle
plus grand nombre d'habitants
de Si -Louis k- vn.it contribuer
a crer un londs destin l'a-
chat d'un monument, el il sug-
gre que les dons individuels
soient fixs un maximum de
5 dollars. Il propose galement
que leurs eul..nis contribuent
leurs nickels et dmes .
Au Palais
Nalional
Le Prsident de la Rpubli-
que et Madame Louis tiUHN'O
recevront au Palais National
le Samedi 1H courant de .5 ?
heures p. m.
Portau-Prince,UJanv. mu
... a vu deux de nos plus lins
gourmets qui parlaient des ini-
tn.lives haiiennes au point de
vue alimentaire. Aprs avoir
longuement parl du mais mou-
lu labriqu par Frdric Gaet-
jens ils s'entrelinrent, avec li-
vie, de la Socit Hatienne de
pales alimentaires qui vient le
se tondar sous la directi n de la
Maison Joseph Nadal \t.ie. Ces
pales disait l'un d'eux, et l'au-
tre surenchrissait, nui ne les
distingua de celles que nous re-
cevons d Italie ou d ailleurs. La
prsentation en est tout aussi
pratique et coquette. Et ;tu got
ces pales sont des plus agra-
bls. Et puis labnquees i'ii Heti
mme elles cotent moins cher
que toutes celles que l'on im-
porte de l'Etranger.

...a vu quatre lerrassiei s qui
en damant l'une dea ruellei tjui
traversent le Boit-Verna, discu*
talent de mariage. L'un deux
prtendait que tout mariage qui
n'est pas religieux n'existe p 11,
et est tout uiuplemenl an pla-
cage. ^L'autre prtendait que'le
lait de se prsinler devant 1 ol-
ticier de l'tat-civil et d'pouser
une femme tait suffisant et qu-
aller a l'glise n tait plus qu'une
formalit. A souri devant cette
discussion, d'un sourire o il y
avait du boniieur. Si le mariage
lait l'objet de discussions entre
nos larraaatara cal que pour
cette classe sociale, ! mariage
devient une question, peut tre
mme une obligation. Tanl
mieux. NoTRC CL.i. a nott- cela
avec satisfaction.
? *
...a vu un gentilhomme rude-
ment embt. Il Btail jet dans
uue automobile de la Ligne et
descendait en ville son bu-
reau. H ne s.tait pas :ipercu
que lechautleur qui conduisait
la voiture luniaii on cigare am-
ricain. Il tait i peine dans la
voilure que la fame de ce la-
bac commena l'incommoder.
Au lieu de si-n allt plaindre
au chaull'eur el de rclamer de
lui qu'il |etal son mgot il se
contenta de soi tir son mouchoir
et de se l'appuyer aux lusses na-
zales. h note ce manque d au-
torit. Demain les ciiaulleuis
stopperont leurs voitures avec
des passagers dedans, sous le
pitexte qu ils ont des I soins
pressants a salislauc. Le cliaul-
feur de la Ligne qui conduit
quelqu'un est son chuutr'eur
pendant le temps ou il est dans
la voiture. Si le tabac incom-
mode celui qu'il conduit, celui-
l a pour devoir de le rappeler
l'ordre el s ils rouspte il lui
reste de pouvoir laisser la voi-
ture.
... a vu deux jeunes filles qui
se promenaient braa dessusbraa
dessous et qui se disaient des
clioscs tellement dlicieuses que
pailois elles le niaient sunulia-
iiment les yeux pour pouvoir
mieux en |ouir. De quoi par-
laient-elles ainsi ? Srement d'a-
mour. Il n'y a que ce sentiment
qui lasse tanl plaisir jusqu'au
jour ou il prend sa revanclie en
laisaut sangloter.

... a vu avam hier soir dans
une Buick deruiv r modle trois
jeunes liomuie-. qui, dans le
clair de lune et la Iraicheur du
veut, .e promenaient, ne sa-
chant o aller, lis montrent au
ChalUp-de-Miiis, ue.ieeiiuiient
veis le Ljuai, le montrent vers
les liants quartiers, s'en allrent
veis Sea Suie lun, et loui le
rong de la route, ils s arrtaient
ii.aijue lois qu'ils voyaient une
petite temme. lis I interpellaient,
causaient un moment, puis re-
paiiaieul eu ecialaul de lire,
Avaient-ils besoin dune jupe
entr'eux ou bien tout simple-
ment samusaient-ns en ayant
l'air uoihii un peu d amour
louiea i.e.les qui, t ar ce sua ue
fiaielieui el de cUir de lune,
taient nmles seules mjuM* clar- |
letoiie du ciel?...
r-^

<
r->


PAGET2
LE MATIN- 17 Janvier 1930

La Danseuse
Dimanche Parisiana

C'est l'mincnt ralisateur de Kni'.'smaek Lonce Pn ret qu; .*>
mis en scne ce grand film. Il a l tourn ion I itf et excui'
par un de nos matres le plus justement aims par nous ef pris
dans le monde entier. Il y a dans cel'e blouissante production 772
scnes 55 dcors diffrente, il y a Paris, Nice, Si-Jean 'le l.uz.
A cot de ce gnial mstleur en scne, il Fallait aussi le talent
d'interprtes dt choix, ils ont ' trouvs et co ace ravis-
sante constell ition dans La Danseuse Orchide Ils son'
l 25 astres de premire grandeur, parmi le< | : Louise La-
grange, Rie ar lo Curiez, G iston Jicqt ef, X I ti.Marcv Capri,
Daniele Paroli, et tant d'autres, que tous vous viendrez voir
Dimanche soir a PARISIANA.
Bibliographie
LIMPtHIALIvMt AHIKII \l\
C'est le titre d'un nouvel ou-
vrage de M. Octave iiomberg.
Les franais auront grand int-
rt a le lire, car aprs avoir dit
les origines historiques de l'im-
prialisme nord-amricain, les
raisons conomiques de ses pio-
gra, les manilestations de l'em-
prise nord-amricaine sur notre
vie, l'action du Prsident Wilsoo
au cours de l'laboration du
trait de Versailles, le r'le des
Etats Unis dans les premiers
accords ielatits aux rparations
et dans l'laboration du plan
Dawes, aprs avoir parl du
plan Young, de la confrence de
La Haye, il conclut que si les
Etats-Unis commettaient ,1'in-
gratitude de taire maintenant
peser sur les nations allies.
meurtries pour la cause de Ihu- j
inanit, un tribut crasant peu- j
dant G2 ans, cet acte, sans pr- J
cdent, marquetait assurment'
un tournant dans leur Histoire
et instillerait tous les sursauts 1
de la Conscience du monde 1
Pour nos a un d'Amrique la-
tine, nous croyons devoir don- )
ner quelques extraits de son
avant-propos .
Au titre mme de cette bro-
chure, certains opposeront la
question pralable et diront :
Mais vraiment existe-t-il un
imprialisme amricain ?
Sans doute, en elle-mme, la
doctrine de .Ylonro est une n-
gation presque directe de l'iin-
Fnalivne lorsqu'elle s gnifta :
Amrique aux Amricain! et
tes Amricains indiffrents
tout ce qui n'est pas I Amt i ique.
Mais il y a beau temps q.. celle
doctrine a t dtourne du sens
que lui donnaient Monro et ses
contemporams,ou plutt qu'elle
n'est invoque que lorsqu'elle
'accord'* avec l'intrt et dli-
brment laisse de ct dans
tous les cjs contraires. Les An-
glo-Saxons prennent tacitement
de ces liberts avec les princi-
pes.
L'extension de la doctrine de
Monro a i Amrique nu Centre
et 1 Amrique du S i j lui d ail-
leurs une premire mandi U
tion de l'imprialisme des L
Unis. En ttte comme entra la
grande Rpublique du Nord,
dune part,et le Honduras,voire
mme le Prou, d'autre part, il
ne pouvait s'agir de rcipiocil,
l'appln aiion de la doctrine de
Monro aux deux grands conti-
nents caint ( ces deux
couliuenis qui se trouvent s-
pars par un canal creus et ex
ploit par les Etats-Unis en terre
trangre, iortili et contrl
aussi rigoureusement que possi
ble ) allait exactement signitier
la tutelle des Etats Unis sur
toute cette partie du monde, tu-
telle soigneusement dose sui-
vant les circonstances et pru-
demmeut progressive mais s'ex-
erant plus ou moins partout :
elle est ou avoisine le protec-
torat si Cuba, Saint-Domingue
ou Hati, taudis qu'ailleurs elle
n est encore que pntration
conomique.
Mais c'est surtout avec le
formidable enrichissement qu'a
valu aux Etuts-Unis leur longue
priode de neutralit au dbut
de la guerre mondiale et aus-
si en raisen mme de cet enri-
chissement que cet impria-
lisme s'est dvelopp et a pris,
riour certains, conscience de
ui mme, encore qu'on juge
utile de le tenir dissimul aussi
longtemps qu'il sera possible de
le laire e. de laisser l'opinion
publique du monde entier dans
l'ignorance et d.ms la quitude.
C'est pour cela prcisment
qu'il importe de fane tomber le
masque et de montrer les Etats-
Unis dans la vente' de leur rle.
Envoy NeW-York en sep-
Lembre L915 pour y ngocier et
coacli '. ivec le
dlg | Img,
l'empi uni ang. frau i s qui l'ut
naalh n te a ul a
de \ re
entre les A je pus, aptes
deux OU trois s dob-
sei trati ju, co .i Guuver-
nemeut C aaats qu'eu i'tai d'a-
lors de l opinion amricaine il
n'y avait gure plus de 10 pour
ltM> de chances d'une interven-
tion des Etat* Unis dans le con-
llit. Revenant en France un au
plus tard, en octobre 1916, je
pus annoncer au mme Gou-
vernement franais une telle
volution de l'opinion aux Etats-
Unis que jesiiuiuis mm pro-
uosiic an rieui reuvers et qu'il
ivail de-, lors 90 pour 1 :
Chances pour que i ,1s-
l pisentrassenl i 1res bief d- '
lui dans la guerre, a nos
Que s'tait-il donc pass qui J
Parisiana
CE SOIR
l'n dram^ trange :
Belphegor
ou
Le Fantme
du Louvre
Avec Ren Navarre.
'Je chapitie.
Entre: 1 gde; Balcon: 2 gde>
expliqut un revirement aussi
rapide et aussi comp'et? San
doute I hroque rsistance de
nos troupes Verdun avait sus-
cit l'admiration de I lite am-
ricaine. Sans doute aussi lei
torpillages de paisibles navires
mai chauds ou de paquebots
chargs d moffensifs voyageurs,
VOire mme de navires hpi
taui remplis de blesss, par les
sous-mat ins allemands, avaient
piovoque 1 indignation aux
Et a s Unis de tous ceux que n a
veufl lie I pas leurs sympathies
pou > ign. M lis iadmi
on et l'indignation ne sont
1 que l'autre, des
seni politiques et ces
pu raisons que se d-
er les hommes dEtal
1 | s a une sorte d'gosine
> irds par dliuition
n'est |>as Vintrt du
I ont reu mandat de
gouverner.
Nous regardons de plus prs
le rle des Etats-Unis depuis
l armistice. S'inposer en arbitre
lana les ngociations d'un Irai
de paix, comme le fil le Pr
sidenl Wilson, trancher presque
souverainement sur des pro
blmes compltement trangers
LUS Etala Unis, refaire la carte
le IEurope, intervenir en fa-
veur du vaincu dans des ques-
tions o il allait de la scurit
mme dts vainqueurs, et cela
en vertu dune garantiequi dail-
leurs ne devait jamais tre don
ne quest ce donc si ce n'est
de l'imprialisme et celui que
condamnait le plus directement
dans sa forme originelle la doc-
trine de Monro? C'est pour ce-
la d'ailleurs, pour chapper
ce devoir Aentuel d'interven-
tion que le Snat amricain re-
fusa de ratifier le irai de Ver-
sailles; mais comme le trait
nVii subsista pas moins, l'Ame
rique rendit par ce n fis mme,
sa m i m l'est ion d'imprialisme
plu-, choquante encore : en ef-
fet, ce qui avait pu paratre l-
gitimer son arbitrage, c'tait sa
garantie; celle ci disparaissant,
sur quoi pouvait donc se fonder j
cet arbitrage sinon sur l'orgueil-
leuse et gratin e prtention d'-
tre plus prs que I-s autres de
la vrit et de la justice, moins
que ce ne tt sur le sentiment
le r gner par le dollar!
Une contradiction aussi cho-
quante aurait d. nous semble t-
d. inspirer aux Amricains quel-
que gne et les dterminer, pil-
la suile, une complte rserve.
Mais les Anglo Saxons n'ont pas
la mme pudeur que les Latins
la lirait film, uae production ler-
i::Miaule Cin-Varils :
Pre et fils
Un sujet qui vous prend et
vous absorbe. Un film d'a-
prs guerre, -y Un employ qui
s'engage, part pour le front, re-
vient, trouve son emploi donn
un embusqu,sa femme qui
a pris un amant. Lutte dans le
coeur de cet homme d honneur
Tel est en rsum ce film, qui
vous laissera une impression de
beaut et de puissance. j
Ne ratez pas cette occasion.
U
Un miiMgi a la Crme Simon est unt
MrNH peur I* vteege NI eche, ni graase,
mol d'un* onctucalt parfait* pour pn-
trer dan les pert* d* la peau,
ORME SIMON
vivifie lepidarm*. l'aetouplH et rehaut* l'cla* naturel d* votre teint.
a a o
MODE D'EMPLOI. EteeOu-h tur II peau tricote mouillt eprs
votre toiIIt. Fe/iee-la pntrer dent loi pont ptr un lger massage, puis
letiu ereo une eervlette E'ie fera tenir rot ri poudre... la
_______POUDRE SIMON ^^ PARib
Le Monde
si y estiment quil devrait y en
a/oir une. Toutes les nuits, out-
ils ddai, leur sommeil tait
troubl par des ronflement
inous jusqu' notre poque.
C'est pourquoi ils ont cit |es
ronflenrs devant le juge Max
Luxier.
En outre les ronfleurs pas-
s tieot si longu-mps la salle de
bain que nul antre n'avait sa
ell i ce.
ail n'y a, dirent les iuculp s,
aucune loi ni co tre propret,
ni contre le ro.ifl m. nt .
finettet rpliqua le juge. Vos
eonnuiseancei .sont pu : tiques
ne vous trompent pasmais elles
sont ncouip aient, car il y a une
loi trappaul orna qui touillent
la paix Le co e i 3 dol ar -,
plus les trais. En outre je nom
me chacun de Voua" gai dieu de
l'autre. LotNqu-- l'un entendra
son camarad io fie il lui don-
nera uue bout iddc telle qu'elt-
devra faire cevr soji.iiu le
roidl ment. E1 puis, soyez plus
i le quand v >u-> preu l tz un
bain*.
M
U Prohibition lait> le I iseachus II
BOSTON ue reprsentant
Roland D. Siwyer, dmocrate
et ministre cougrgatio lalis.
a dpos la Ohainbre deux
projet- de los trs svres re-
lanls la Prohibi ion. Le pre-
mier prevou le vo e de crdits
de 2 000.01)0 lollars pour appli
q ier la loi le l'Etat; te second
P'Opo^e qoe la posses-uon de
Spintieoa, en quantit de l II
tre ou plus, son coudi-re co li-
me preuve de 1 intention de
vendre .
MatSaV
Le gnral Weiyanil est iiiimnchel
letal-aujar gnral
P \RIS a gnral Weygand,
considr comme le successeur
nortn il du m irchal Foch. vient
l''re nomm oftic llement chel
de l'taUmaior gnral.
a perspectives de celte no-
mination tait plus ou moins i
connue d nuis le mois de mars
dernier, car .e g .moral VVeygand
tait considr par le marchal
Foch comme le chef militaire
en activit le plusc.-.pable que
la France possde actuellement. |
Peu de temps avant sa mort, le i
marchal avait dclar.au cours /
d'une conversation : Quand'
['aurai disparu, si la France se (
trouve menace d'un pril mili-
taire quelconque, faites appel j
et c'est l d ailleurs que l'on voit j Weygand, et vous pourrez tre
l'imprialisme amricain l'em- j tranquilles.
Le gnral Weyfead tut ds
1915, chef d'tal major du ma-
rchal Foch.et il assis'a, en 1921 j
Couine membre de l.idlga-j
lion tranaise la confrer.ce de
VV isnington.
Il s'est acquis un renom im-
pnsssble par sa campagne de
Pologne, en 1920, lorsqu il prit
i nnmd. ment de l'arme p
' laiso, el repoussa lea Russes
BBS portes de Varsovie.
Dfense de ronfler
Sous pi-ioe de n dollars d'amende Mariage Mardi a;>rs
v.HiC\(iOPour leurs icdle midi a en lieu le mariage civil
>nenta, deux individus nomms de Mellc K'yaue Dorc avec
i). ont t condamns a dollars Les tmoins taient, pour
d amende et aux trais, si tran- |a niari6e : M. Llio B muy
g. que eda paraisse et Louis Scott. pour le ma
i n a pas de toi interdisant de .. .... ... C ...
ronfl.r, mais M. et Mme Arthur g* : MM. Sieyes Guillaume e
v. .. ....... .... ,i.Uri. x, n hrauois Zphyr.
Les maries out l accom-
pagus le lendemain matin
l'autel par Mme Franois Z
phir au bias de M Franco^
Gaubert.
Ncrologie. Les fun-
railles de Madame Vve Oesaix
Morel, ue Uiysette Laleau ont
eu lieu avant h er aprs midi
eu (Eglise Ste Ai ne.
Cotulolances aux familles
prouves.
Au Cercle
Po Dimanche dans sou ires beau
local du Lhjinp de Mars le Cer
cle Port-au-Princien a procd
au renouvellement de son bu
reau. A cetie occasion un nom
bre incalculable de membres
avaient repond i a I appel du lo
mite son,Mit. Voici le resul ai
de cet e lection:
'residen : Albert Lthart, tre
sorier: Rn Liton aut,Secrtaire:
Henri Reihe-, Conseillers : Ui
M M.i h,i- i, Maurice Client-/.
PieneEjg. de Leapinasae, Car i
Yueger.
Conseil de discipline : Louis
Roy, Rod. Barau, Edmond de
Lespinasse.
Comit d^ec ion : Edmond
Riccardo, Antouy St. Cyr. J. L.
Dul'ort, James Ewild. Hubert
Alexis. F. Run Reyuaud, G.
Gilg. uou Muos, Cii.Gaetjent
Nous prsentons nos meu
leurs compliments 11. Alben
E hart qui a tout ce qu'il faut
pour dmger ce grand cercl
uiondaiu et nous tuisous nu:,
bien sincres flicitations tous
ceux que les hasards de l'uni,
lui ont donn pour collabora
tours.
porter sur les scrupules. Sim-
i>l nenl pireeque le dollar est
le nouveau roi du monde, les
Amricains contine ont fane
quisi souverainement des r-
glementa dont ils ont refus
l'iccepterlea consquences pour
eux ou-mes. tout comme ils ont
invent des cocktails pour les
intei lire ensuite chez eux.
Y vis
i
Violette Athlettc Club
i no i if s Comits d
de Fo. Ba>l d \th
m
i Ima e la rid, e ii 17 [an-
't 7 h'iii :>es
d i soi. cbea le U Petion Savain
| 'ou S -Graud ).
Ordre du jour :
lo Installation de nouveaux
memb
2o Echange de vue sur le fert
ornera m me des maehes ou con
coure u'hitiques organiser
|ae dimanche devsin' les
lu D mes du champ de *fars.
Le Secrtaire Gt'nra'.
BONCY.
N. I' Le9 .u res membres
.. ii invits aaaialer la
runion.
Le gnral Weygand est n
druxelles en 1S0/, d
CE SOIR
Les Trois Mausqurtaires.
Le Batailleur do Texas
0,50.
DIMANCHE
en Matine :
4 ha. 1/2
Reine Lunire
Le Tigre Sacr
0 50.
\ 8 HEURES
Les belles toiles : Alice Joyce
el Anna Missen dans :
Pres & fils
Unique reprsentation.
Entre : 2 g les ; Loge : 3 gdes
Rixe
sanglante
Au cours d'une discussion
ns rarme
franaise, comme sous lieute- .
na il daus an rgiment de dre-'qai dpassa les bornes de la
courtoisie, le nomm Matthew
**!_
I
Empresa Naviera
de Cuba S A
(Ceseafaie Caaiif es VaYifttiaal
Le steamer Gnantanaino
| Ht attend a Port-au -l'rioce,
jveuant de Cuba, vers le 18
en route pour Puerto-
Plata, Santo Domingo et Por-
to-Rico.
Les chargeurs sont pris de
noter que ce bateau accep
tera aussi du fret pour l'es
ports de Cubt.
Hatjel Cervi, o VAnQUEZ,
Arne U blessa d'un coup de cou-
ttau l'abdomen, son adver-
saire Dhivid Delaney qui fui
transport a I Hpital.
Arnelt .i t dpos en prison.
Agent gnrai.
Etat-Civil
L'Ofli. :e de l'Etat Ci vil de Pt-
au-Priu. :e Section Nord a enre-
str po-ur le mois de dcembre
ernier cinquante naissances,
22 dcs, et 1 mariages.
t'our I .asc-ihobns. il y n eu 4
naissanc es et 8 dcs. Pt>s de
niuiage.
Arcahaie
Une nouvelle commission com-
munale a t installe l'Arca-
haie. Elle est compose de MM.
ClriusGeorges, pi'aidant,Pier-
re Cambronne et Eugenio Hyp-
polite, membres.
M Clrius George, a t Ma-
gistral Communal el prsident
dune commission. Il avait t
remplac, il y a dj quelque
temps, par M. Llio Cassagnol.
Cest dire que la population de
l'Arcahaie et le Gouvernement
lont dj vu I csjvre.
Nous prsentons n.^s corapli-
uents la nouvelle commis-
sion
Vente par Convention
Spciale
En ve tu lo d une obliga
tiou hypothcaire reue au
rapport de Me Flix Housseau
et son Collgue No aires
i> ut au prince en date du
dde du vingt quatre lvrier
rail neut cent vingt sept.
Et 2i D'un Commandement
en date du quatorae janvier
ni! nenl cent treute signifi
a la darae Beiaire Sira-m et
le demeur intructueux ;
Il sera procd le mardi qui
tera vingt et un janvier rail
neut cent trente 3 heures
tu soir en l'Eiude et par le
ditusire de Me Hetmann
^asquier, notaire port au
prince,Rua Roux.
A la vente au plus oflrant
et dernier enchrisseur. La
moiti, cte Est.
D'un immeuble, fonds et
b disses, sis en cette ville,
mpos pour l'exercice en
cours au No -1103 laquelle
iropril mesure trente deux
oieds de faide sur trente
leux pieds de protondeur; .
Dorne au Nord par la Rue
les Remparts, au Sud par
'euna, l'Est par Lencide
fkuuache et l'ouest par
Louise (Belotte, suivant plan
et procs verbal d'arpentage
le Exilus prophte en date du
ueut Novembre mil nt ut cent
vingt trois, enregistr.
Telle d'ailleurs que cette
proprit se comporte et se.
poursuit sans aucune excep-
tion ni rserve.
Sur la mise prix de quatre
cent trente cinq gourdes,outre
les ch rges de 1 enchre et les
honoraires des avocats pour
suivants.
Cy G. 435 00
A la requte du sieur iieor-
ges Lahens, propritaire, de-
meurautet domicili port
au prince, ayant pour avocats
Mes Eraraauuel Trouillot et
Maurice Alvarez, avec lection
de domicile en leur Cabinet
Port au Piince.Ruedu Fort per.
Coutre la daine Beiaire Si
mon, propritaire, demeurant
port au prince, dbitrice
hypothcaire.
pour plus amples renseigne-
ments, S'adresser aux avocats
sus dits et soussigns ou au
Notaire llermann Pasquier,
dpositaire du Cahier des
,haiges.
(S.) Emm. TROUILLOT, av.
*
En vertu d'une obligation
hypothcaire reue au rap-
port de Me Hermann Pasquier
et son Collgue notaires
port-au l'iincc,en date du 30
Aot 111*28.
Et 2o D'un commandement
en date dn, quinze janvier
mil neut cent trente signifi
au sieur Justin Etienne et
Jeraenr iutiuctueu c :
Il sera procd le lundi qui
sera vingt janvier mil neut
cent trente trois heures du
soir, en l'etnde et par le Mi-
nire de Me Hermann pas-


LE MATIN 17 Janvier 1930
PAG
I
Disque*; Odon et Salabert
Phonographes portatifs.
Champagne de la Muire.
WHISKY Corby's Spcia
Selccted.
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, Sweaters,Pull-Overs,
Chles etc.
Tout aux prix des fabri"
aues dfiant toute concur-
rence.
BAZAR ODON
J.KARAYANY
Anqle Grand'Rue & Rue
Prou.
mica le du Sminaire
Les anciens (lves du pe"
tit-Sminaiie Collge sont
cordialement invits assister
la messe solennelle qui scrn
celbic le dimanche H) jnn
vier courant, 8 heurts pr-
cises du matin, en l'I.oi neur
de Notre-Dame de la Victoire
titulaire de la Chapelle de
l'Etablissement.
Le Comit.
uier.notaire port-au-prince
Rue Roux.
A la vente au plus offrant
et dernier enchrisseur :
D'un immeuble, tonds et
btisses, sis en cette ville de
l'autre ct du portail de L-
ogue sur le Grand Chemin
Emmanuel Trouillot et Mau
rice Alvarez, avec lection de
domicile en lerr Cabinet
Port-au-prince. Rue]du Fort
per.
Contre le sieur Justin Etienne
propiiiaire, demmruni
port au prince, dbiteur hypo
thcaire.
four plus amples n nseigne
ment.,S adresser aux avocats
sus dits et soussigns ou au
Notaire IJermann Pasquier,
dpositaire du Cahier des
Charges.
(S.) Emm. TROUILLOT, av.

Vente par Convention
spciale.
En vertu lo d'une oblig
lion hypothcaire reue au
rapport de Matre Eustache
Edouard Knol et son coll-
de port au prince Logue; gueNotaires Port-au prince
laquelle proprit impose en date du vingt Avril rail
poi
No
our 1 exercice en couis au
4905, mesure vingt cinq
pieds de taade sur cent pieds
de ptotondeur et borne : au
Nord par le dit Grand Che-
min, au Sud par qui de droit,
l'Est par Mme Duquella
Duclair^et 1 Ouest par Gus-
tave, ainsi dsign pal le d-
biteur.
Telle, d'ailleurs que
neiil cent vingt huit ;
Et 2o o'un commandement
en date du quatorze janvier
mil neut cent trente signifie
au sieur Luziucourt A. D-
jean, demeur infructueux ;
It sera procd le samedi
qui sera dix-huit Janvier mil
neuf cent trente dix heures
^du matin, en l'Etude et par
cette le Minisire de Me Hermann
proprit se comporte et se Pasquier notaire Port-au-
poursuit sans aucune excep-
tion ni rseive.
Sur la mise prix de Sept
cent quarante quatre gourdes,
en ce, non compris its Irais
des enchres et les honoraires
des avocats poursuivants.
Cy Gdes. 744.00
A la requte du sieur Georges
Lahens propritaire, demeu-
rant et domicili port au
prince,ayant pour avocats Mes
lJriuce Rue Roux .
A la vente au plus offrant
et dernier enchrisseur;
D'un immeuble, fonds et
btisses, .sis en cette ville
l'angle Sud-Ouest des rues IV
tion et ,Borgella donnant sur
la Place du Lyce, mesurant
vingt cinq pieds de faade sur
la r ue Pet ion.trente neut pieds
de l'Est l'Ouest et sur la
rue Borgella. Elle est bor-
IS.< mu
Accessoiies dautomobiles
Rue Frou ot devant c'en Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454.
ne au Nord par la rue Bor-
gella longeant la Place du Ly-j
cee, au sud et l'ouest par
la proprit de Mr Lo Souf-
frant et l'Est par la Rue P-
tion.
Telle d'ailleurs que cette
proprit se comporte et se
poursuit sans aucune excep-
tion ni rserve.
Sur la mise prix de sept
cent quatre viugt sept dol.cia
qii.mt'e ceutimes or am.Outre
les charges de l'enchre et les
honoraires desavoiats pour-
suivants. . Cy Or 787,">0.
A la requte du sieur Henri
Desrue, propritaire, demeu-
rant Port au 'rince et do-
micili a paris (Erance).ayant
pour avocats Mes Emmanuel
Trouillot et Maurice Alvarez,
avec lection de domici e en
leur Cabinet port au prince
rue du Fort per.
Contre le sieur Luzincourt
A. Djean, propritaire, de-
meurant port au prince
dbiteur hypothcaire.
pour plus amples renseigne
ments. S'adresser aux avocats
sus dits et soussigns ou au
Notaire Hermann pasquier,
dpositaire du cahier des
Charges.
( S. ; Emm. TROUILLOT,av.
Remerciements
Madame Veuve Th. Romain
et ses enfants bien touchs i
des marques de protonde
sympathie que leur ont don-
nes les amis de Port-au-Prin-
ce et de la province l'occa-
sion de la mort de leur regret-
te fille et sur.
Marie-Rose Aim Ih. Romain
viennent leur prsenter avec
leurs sincres remercraents,
l'assurance de leur reconnais-
sance mue.
Port-au-Prince, le 13 jan-
vier 1930.
ompacjnift j4n; Transatlantique
Le steamer Antilles atten
du Jacmel, le 21 courant,
repirtira le mme jour pour
la Martinique et La Guade-
loupe.
Il prendra des passagers et
du Irt pour France en trans
bordement Fort de France.
Le steamerCarimarciparti
de Bordeaux le9crt. estalten
du le 27.
H partira le mme jour pour
Santiago de Cuba et les ports
du Sud.
La suite de l'itinraire sera
fixe l'arrive du navire.
port au prince,le 1")janvier
1910
E. ROBELIN, & Co, Agents.
unaitf
Le visaqe
comme une peinture
d'artiste
Le Purgatif idal
c'e si la
n
f4f, Rue du Faut. St-en/t, Paris \
Taule prendr.
Ne necruitant sr.cun prpart,
elle ne provoque jamais de dgot.
Supprimant la d'.cte,
| elle ne dbilite pas le salade.
N'rxigeant pm de rrpot n la chambre, |
j elle ae cause aucune perte de tepi.
Plu activa que tau ! aimilalrw,
elle est, par consquent, moins chre.
FURCATIVL, 213 PiluW
IAXATTVE, 1 Pilula
do:
Toutes les Polices J
DELA
Une poudre qui est aussi
douce qu'une plume 1 Lgre
comme l'air. Duveteuse com-
me un dredonl Voil ce que
disent ceux qui se servent
de la poudre Exelento. Klle
s'tend doucement sur la
peau, laissant une fine pelli-
cule de poudre qui rend la
peau aussi douce qu'une pein-
ture d'artiste.
L'Exelento
Est un triomphe pour la
toilette. Elle amliorera n im-
porte quelle complexion. Et
elle est dlicieusement parlu-
me. Elle est livre en qujtre
tein'es.Brun tonc.Rose.Claire
et Bru nette.
En vente chez tous les dro-
guistes. Pour 0, 30 cls. seule-
ment. Il est expdi ds r-
ception du prix
EXELENTO, MEDIC1NE
COMPANY
ULaNTA. CEORC-IA U.S.A.
agents demandes pour tous
"faVS
rtvel DOOf ter? nj rf n f r 's
roici le Pneu vioous attendiez... ilr
frienl cltablir le
'^nouveau rceora de
MILLE
.
.' i upc i l
puise en i n r el
ion ta garantie, maisj
pour le garantissons]
tntirciieut comme]
tous les pneus FIS!
ALL COUD que
uous vendons.
K.J. AlA.il lN
CHOCOLATE
fr- CREME
SANDWICH
(adburys
Jo
e
En v
CHOCOLATE SANDWICHES
Woollu\. renrsenInnt
nie cbuz ii
et dans les
cy, represen
t, Sin on VU i\. T en ix,
antres pU et h: di lu ,
B., S: la
*
La Commission
Commuriu.'e
Informe que dorn&vai f.
la vente du poisson de se i
permise qu'au March spcial
difi au Fort Saint-Clair.
Toute contravention is i
rigoureusement poursuivie.
Port-au Price, le
1930.
o janvier
A vendre
Un buyuy kurray ea trs
bon tat.
S'adresser au Bureau du
Journal i Le Matin .
A vendre
Une salis manger. I ne
chambre. Un phonographe.
Une Lampe pied. [lue fa hit)
pour ptisserie. Un grand mi-
roir.
Tlphone/ MC-162-3 de
neul heures 8.m 3b. p.ra.
Service d'IJyoini
AVIS INTIAIJK
Les Tomati .. oui rommena
ce chei BAILE\. Que chacun
vienne se pourvoirf s.i M
i,ine pour les lles.
:
I, t'M Meilleur*
i'itiii lihth-Ht Itt
parct qu'Qi aimait leur got
distinct et apptissant. Ils
i Laisst quand toute autre
dth choue.
CUITS SANS FEU
/iOULINPENDANT 1? HEURES
V.nr r ;. ; v/Avmsu :i Minute?
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux
g Eug.leBoss$Co
Aqents Gnraux
c
8*
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE!
EUG. Le BOSSE & Co.
Anenls Gnraux
T~n


Vendredi
17 Janvier 1930
Le illutin
4 PAGES
r'3me ANNtE Ne 6S36
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
jaaaajH
*mt*vmm
S
\
Ct
REGARDEZ WEN CE DESSIN
Ilvous conduira directement ragent
de FIRESTONE qui est un connaisseur
de premier ordre en matire de pneus.
Cet aqenl nous expliquera pourquoi les
PNEUS FIRESTOIfE,dans le monde en-
tier, sont le Standard de la Scurit, du
confort el d [ conomie.
Ainsi nous noiiiserez de l'araent et
serez mieux servis.
Le plus de kilomtres par dollar
L PREETZMANN-AGGERHOLM & C
Agents Gnraux,
Rue dn Quai,
Panama Railroad S'teamship Line
Se^vii'i il* fret ci (l t> i a ujerx entre
NEW YOHK CIT ;%. ,. ,;ilISI\)inL ...W VL/.0\K et les POK tS l-; OUEST de rAMRtOUE du SUD
n|,ls rapide et le plus lie l service de traii$p>i-tde paittgera et du tr\ entrj Hati
es ports Europeni vu Sew Yord et Cristobat, Canal /, >a\ Isthme de Panama.
y ,i ; i lisi-.? .le wt* ugeota pour le* principaut p >rta de l'Europe :.
AuyloLerre Eco* France
Mrs. l-*- vV- ^HfclLU ).vl & Go- 17 James Street, LIVBBPOOL, Enqian.;
!\ HI-WI".
In.MIELDOMiC1 NU PftfaealH:
l'ar les u>;ihius salvaiUS I
liI.A'LtY IlANMEY&Co
21 Hue de la Rpublique
Marseille
.! RNU PEROU & Cie Lt
63 tjuat Georges V
Havre
Hehnl Pehon a Cie. Ltd
Kue dn Moulin vapeur
lion loges/Mer
Htrnu I fron Cie. Ltd
95Hue de Marais
Paria
fetBRJfU Pehon & Cie. Ltd
,Hue de la Tranquillit
Dunkcrque
HbBNC Pehon & Cie Ltd.
Rue Roy
Bordeaux
COPENHAGUE
Danemark
Mrs. II. A. BendIX & ",(..
21 Allengade, Copenhague
GENES
Italie
Mrs Henri Coe & Clers|
Piazza S. Mattco, No. X
Genva. Italie
Oslo, Nohway
International
Speditionseelakad
Hambourg. Germa s y
Mr IL Vogetuaiui
M-iambourg,Germany
GoTTOunr.E SwnvrKDEN
Nordisk Express
Gottemburge, Sweeden
RoTTEKDWI, HOLLASDi
Mr. IL Voftamano
Rotteidam, Hollande
\
hr*
Plus de
Pannes...
Le Ooublo Baglav est
le piinu d-s privil
gltm
Il > i: s 'Il !j 1 -II! p|u ; | .
q i il "' Autre, ..i mn i. u ||
|i i i outre, un .:..> uetra je el
une guranUo ! ac u plus
li ra que ceo u [s ncessai-
res par In naauoi le dea autou
bklutea.
La DOUBLE I iGLE -.i un
pneu s ma aucun |uivuiont,
tuper-pneu dan i toute ;a forc
in terme. Il eal destin ,i ceux
qui veulent ign i tout ennui .1
pneuinHtiquaH .. ml que
le pris .l'un pu 1 'estimi p ir le
OOUl Muai nu I,
Bien ne peu) comp irer .m
nouveuu i-.\ . liiimii. \,,
ooiui 1 i \<.i k. CV| quetuu(
enoae ilt* spcial, 1 upcrieura
loul ce (|H on | ,,h
conme boa p ieu.
llifc vVLS'l LNDlfcS
iUADiAl. l.(i', .\\
U tribuu.'uj > | a.
lu lil-plllMHjln NOl IVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varis ouj
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes %2,50
VINS TRS SOIGNE METS CHOISI- P. P. PATRIZI
t
ALUMINUM LiNE
Piorhain Dpart pour Hati,
Un steamer laissera New Orlans le 18 Janvier pour
Port-au-Prince et les ports du Nord.
Ce 9 janvier 19.10.
A. de MATTEIS & Co, Agents gnranx.
Avis
Si v >us voulez apprcier
comment s'est dveloppe la
peuse hatienne de Tous-
saint Louverture Loui*
Borno, lise/ le rcent ouvrage
du Dr Piuce-Mai-.s. '
Une tape de
l'Evolution IiatienM
En vente la librairie dt
. La Presse >> Aux Armes de
Paris, la Pharmacie du
Globe Dr oicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
Lucien Th. Lafontant
1538, Graud'Rue
Accessoires, pices de rechange, articles divers pour
Automobiles et Camions de toutes Marques.
3GAZ0LINE, HUILES pour Moteur, pour transmissions,*t
pour diftrentiel.
A la disposition de ses aimables clients, Mr. LAFONTANT
vient galement d'installer une pompe air 1 letricit
usage facile et rapide. Tlphone : 3383.
f#ff
oi-*a-ii
? am\
.....
Pr-Cal Lan
Cours,
Classiaues
12me Philosophie in< lu-
sivemeut.
Mthode sre, Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit. Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
^Enseignement^du .Franais,
()e l'Auglais, de I'Allemand,de
1 Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui, veulent
gagner du temps. &
Cours de Musique (Soltge.
Violon, piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresser Kue Larnarre,1">;{7,
ou tlphonez au No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPENHAUEB
Reconnu de l'Universit
Hbilienne.
Si vous are* qtielquesjiheuresdc loisir, la ioir.S'eaJqo*
vous dsire/ les passer a^reablemeat allai au m^ '
Pr-Cat-Tlan ~
o vous trouverez, la, plu* belle ralle de bal. la msTqua| ta
meilleure excute par un ottl ppbonic derrier cri et aussi
les boissons les plus li;.ales el les plus pures.
< hampague, bite allemande ou nattonale.liqueursde toutes.
sries.
L'AK 100
L merveilleux produit de
la Guinaudr donton a prou-
v les qualits remarquables
de reconstitution est en vente
aux maisons suivantes :
Au Bon March, Caves de
Bordeaux, t aves d'Hati, Vve
Oouyon, Confiserie du Li n.
Maison Schomberg.
l'rtx; 3o ceubuiea la l*ua;
uj*
!.'-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs