Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03911
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 11, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03911

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
368, RUE AMERICAINE '1368
TELEPHONE N* 2242
Sm* cbafrjNiBs Boo'i-mtflhN, ft
il le |*ut assurer qu'il aiiarra
tenain ce |l il aime uiijeiird lim ;
aissi Ions Ma pio|cU 4e Miell
saur eelte >ie sent des chimres.
Jeai Jaeque ROI v* U
23me ANNEE Ne (91
f ORT-AJJ PRNCX (IJAITI )
LUNDI 13 JANVIER '
LES LIVRES
OCX3B3QU3
ABRlVIATKM par Lei Laleau.
librairie de Praire, 2o Frs.
Il est impossible de pousser
plus loin le souci de la perle
tion formelle. Pour y arriver,
Lon Laleuu a sacrifi, avec
une rigueur presqu'excessive,
le moindre dtail. Afin que
brilla, plus pur d'tre plus
nu. lossentiel.
Il s'impose, dfinitif, la
lecture de chaque pome.
Cb'icuu d'eux semb'e un tour
de force d'un hallucinant joail-
lier. Sertir en huit vers les
nuances des quatre saisons,
cela, certes, est d'un matre
artisan.
Mais en sa perfection ulti-
me, en sa concision iudpas-
sable, le pome ne serait
qu'une acrobatie merveilleu-
se, s'il ne vibrait d'une vie
profonde et intrieure, s'il ne
portait, inclus dans le dia-
mant du vocable, un message
d'humanit ternelle.
Ce message, chacun des po-
mes d'Abrviations nous 1 ap-
porte. Il y a dans ce recueil
de l'motion et de la fra-
cheur, de la passion et de la
cendre. Il y a l'Amour, la Pi-
ti, la Souffrance. Il dit une
heure divine ou un crpus-
cule vnitien. Il pleure une
amiti finissante, s'atten-
drit sur la douceur de l'inti-
mit familiale.
Et il contient ces vers .
,1e n'aime rien de tous, et pourtant je
(vous aime.
Vous ne ressemble/ gure cette beau
(t blonde
De mon re et voici que vous tes au mon
e,
Mon angois-e dernire 1 mon ; bonheur tu
prrne.
Et ces stances ddies Ri
chard Constant :
N.u'- \ on fait, chacun, use rsute contraire
Et cueiUi l'heure clo au parterre dn jour.
Je suii aile vert l'BtudS, v#us vers l'Amour
J'aTaii dttyeus d'orgueil, et vous, une me
litire.
Nou? avons puis, tous deux soumis au Sor,
Nos destins dirTre:>t aui distioctei ivresse~ :
J'ai, au filet des vers captt des rves d'ot,
l t .ii:* chair, contre vous ont bletti leur sou
plette.
Mais, un ssir, nous nous Jsommes revus.
Seuls ds pleurs
Ont t le rcit Mncie de nos vies.
Malgr la dissemblance des routes suivies'.
Nu. nous rencontrions au pii-d de la non
I *l)ans son beau livre Etape de l'Evolution hatien-
ne Price-Mars crit, entr'
autres choses,de Lon Laleau:
lEt j'ai remarqu que cha
cune de ses productions raar
que son ambition de se dpas-
ser chaque fois par la facture
plus riche du talent, le dsir
de montai- toujours plus haut
dans la gloire. De telles dis-
positions d'esprit nous rser-
vent une srie d'oeuvres infi-
niment propres placer notre
littrature parmi les plus
belles dans l'chelle des va
leurs.
Abrviations confirme l'ex-
cellence de cette critique pers-
picace. L'ascension dans la
gloire continue, dj maque
par A \oix Basse t La L lche
au Cur, Maurice Rostand In-
time, Le Rayon des Jupes.
Et la gratitude des lettrs
saluera me fois de plus, le sr
et prcis artiste dont l'effort
filace notre littrature parmi
es plus belles dans l'chelle
des valeurs.
Abrviations : une oeuvre or-
fvrie, semblet-il, sous le si-
gne valrien : L'opulence spi-
rituelle dans la perfection
eoucise.
Lon Laleau : un des pre-
mier dans la Course du Flam-
beau. .
T. H. L-
HATI
AVIS INTIME
Les Tomates ont commen-
c chez BAILEY. Que chacun
vienne se pourvoir de ta sa-
lade pour les Jfete
lu domisioB iulHIn-in.-l franais
Hati se trouve actuellement
dans une situation, je ne dirai
pas critique, mais qui exige de
tous ses entants un grand de-
vouement. Sans m'immiscer eu
quoi que ce soit dans la politi-
que intrieure qu'elle a suivie
dans tout le cours du XiXe si
de, depuis les jours de l'ind-
pendance, je veux pourtant dire
un mol de sa politique financi-
re qui l'a conduite au point dou
loureux o elle se trouve au-
jourd'hui.
f 'Comme tous les peuples sans
exception, mmeceux d'Euro-
pe, Hati a cout la voix de si-
rne des politiciens et des ban-
quiers qui ont lanc travers
le monde, au cours du sicle
dernier, cette maxime effarante
que plus un peuple a de dettes
cl plus il est riche ; ses dettes ne
sont-elles pas la justification de
son crdit ? C'est ainsi qu'Hati
a cout successivement les voix
des Anglais, des Amricains,des
Franais, des Allemands et je
crois,eu vrit,qu'elle et cout
celle du diable si le diable
lui et apport, sous forme
d'emprunts, des sommes qui ne
lui cotaient que la peine d'en-
gager le sort et les destines des
gi.i ations venir.
Qu'esl-il arriv ? Vous le sa-
vez. Un beau jour les Amri-
cains sont venus, sous prtexte
de rtablir l'ordre dans des fi-
nances qui ne fonctionnaient pas
leur gr ; ils onl dbarqu des
hommes, saisi les douanes, im-
pos leur gendarmerie et depuis
ce temps l'ordre rgne en Haiti,
comme autrefois Varsovie.Les
Amricains, comme chacun sait,
sont de grands moralisateurs et
de grands financiers, mais ils ne
sont pas de grands moralistes.
L'exemple de cette ile est une
preuve nouvelle que, hors le
cas de guerre, un peuple ne doit
jamais emprunter. Les impts
doivent suffire toutes les d-
penses ; ils sont le trein de toute
mauvaise politique et, je pour-
rais dire, de toute politique.Les
emprui ts, s'ils sont contracts i
l'tranger, sont, tt ou tard, un
prtexte intervention et, s'ils
sont contracts 1 intrieur, ils
ouvrent la voie la guerre ci-
vile, lorsqu'il s'agit de les liqui-
der.Conclusions : peuples.n'em-
pruntez jamais ; particuliers, ne
prtez jamais un gouverne-
ment quelconque, li-il le v-
tre.
Mais je ne veux pas rester sur
des paroles tristes. Le sort du
peuple d'iiaiti n'est pas perdu ;
il reste entre ses mains. Grce
aux comptitions qui, fort heu-
reusement, divisent les grands
peuples de l'univers, un
plus petit a toujours quelque
chance de recouvrer ou de con-
server son indpendance ; seu-
lement, il taut qu'il la prpare :
ce n'est que dans vos les 'or
tuues que les fruits mrissent
presque sans culture. Parlant
ici en historien plutt qu'en
homme mettant des ides per-
sonnelles.je pi is et je dois vous
dire que pour tout peuple qui
veut conserver son indpendan-
ce et sa personnalite.il y a deux
assises profondes : la religion et
la langue.
Je ne vous dirai rien de la re-
ligion ; mais parlant en homme
qui connat l'histoire et qui tient
compte de ses enseignements, il
ne m'est pas possible de ne pas
vous dire que quelques opi-
nions que 1 on professe n'en
professt-on aucune la reli-
gion restera longtemps encore
rassise principale de l'ide d'in-
dpendance et de patrie. C'est
elle qui, malgr le scepticisme
grandissant, entretient et fortifie
aujourd'hui, dans l'Inde, i'i fe
nationale et les plus incroyants
ne sont pas les derniers d-
tendre des rites qui reprsentent
ponr eux moins une toi reli-
gieuse qu'une foi patriotique.
Si nous remontons plus loin
dans l'histoire, nous voyons que
la rsurrection japonaise, au-
jourd'hui accomplie, a t pr-
pare vers le milieu du XVIIle
sicle, par des historiens aver-
tis qui ont reprsent leurs
i compatriotes qu'il n'y aurait ,
| point de grandeur ni scurit |
Bar Terminus
Place Dessalines
Caf chic, Restaurant
de pfHiicr choix o ion
trouve toute heure les
consommations les pi us d-
licates.
Sandwiches sans pareils.
Bire la pression.
pour les pays sM ne revenait pis
aux traditions des anctres. Ft
leurs avertissements se perp-
tuant de gnration en gnra-
tion, un jour est venu o, trs
simplement sans autre chose
qu'une rvolution morale, le
shinlosme, la religion du pass
a repris dans le cour du XIXe
sicle la place que le bouddhis-
me avait usurpe plusieurs cen-
taines d'annes auparavant. Qui
sait si des phnomnes de m-
me nalure ne se produiront pas
un jour en Europe chez certain, s
nations que je ne nommerai pas.
L'espril humain ne peut pas vo-
luer au-del de certaines limi-
tes et le dfi au pass est prs
que toujours suivi de dsillu-
sions.
Je suis plus l'aise de vous
parler de la langue. Avec nos
ides modernes.il n'est pas dou-
teux que celle-ci soit le fonde-
ment indiscut de l'indpendan-
ce ou de la rsurrection des peu-
ples. Or a Hati tout le inondt
parle franais. Je n'ai pas bt -
soin de vous dire combien cette
unanimit constitue pour vous
un picieux avantage. La com-
munaut du langage est la pie
raire ligne de barrage devani
l'invasion ; elle permet d'oignt-
ser l'arrire la rsistance, El
quelle langue n'est pas la vtre!
Elle conserve dans sa tonne of-
ficielle et littraire toute la pu
ret de la ntre. M. Morpeau m'a
fait remettre ces jours derniers
son posie hatienne , qui vient di
paraire. Je l'ai lue et je ne tus
pas peu supris d'y trouver.en un
moule lgant et harmonieux.tou
te la souplesse, toute la varit
cl tout le charme de notre pro-
pie littrature durant la mme
priode.Au dbut c'est I inspira-
lion de Lhnier, de Casimir De
lavigne et de Lamartine qui se
fait sentir : Victor Hugo parai
avoir fait peu d'adeptes, puis
vient l'influence de Samain, i la
ois fine et dlicate.
Mais, ne perdant point de vue
que la langue doit lre avant
tout une dtense de la pati ie, je
me demande si tous les peuples
parlant franais n'auraient pas
intrt s'unir dans une soi te de
coopration intellectuelle poui
pour former une acadmie
franaise de l'tranger, qui ta-
blirai er.lrt eux non seulement
un lien littraire, miis encoie
un lien politique, plus prcieux
encore. Haiti aurait naturelle-
ment celte place en cette acad-
mie avec la Belgique, la Suisse
romande, le Canada, 1' cadic, la
Louisiane et quelques agglom
ratious moins importantes.
Alfred M 4P1NEAU
Professeur d'histoire coloniale
au Collge de France.
( La Revue Mondiale )
Un prtendu Scandais
Port-an -Prince, 11 janvier
1930.
Aux Directeurs du Jouruul
Le Nouvelliste
En Ville
Messieurs,
Je requiers de vous la pu
blic&tion dans votre Journal
de la note ci incluse en rec-
tification de l'information pa
rue t.ans votre dition du 9
Janv.er tn cours
Civilits,
(S.; J. F. GEFFRARD
c Je dclare absolument
liasse l'information du Neu-
ve liste du i) janvier courant
relative un Prtendu scan-
dale la Coinnnino.il n'existe
aucun scandale la Commu-
nale ; et je n'ai aucun repro-
che adresser ni mes col-
lgues y t ni l'Administration
antrieure.
Civilits.
(S.)J. F GEFFRARD.
A propos du
Contrat
i
de l'Eclairage
Electrique
Noire ronlrre Le .\'ouot'llisle a
parl avant-hier l'un nouveau
contrat d'clairage lectrique
qui srail en ngociation, et,
sans mme eu connatre lis
clauses, il proteste et met en
garde contre toute prolongation
du dlai concernant le contrai
en couis.
Nous ne sommes pas. nous
nous empressons de le dire,
plus renseigns que notre sym-
pathique contire sur la teneur
de ce nouveau document. C'est
prcisment pour cette raison
que nous estimons, pour notre
pari, pi cm.11 m c d'en cure du mal
ou du bien.
Nous reviendrons donc sur
la question en temps opportun,
tenant seulement pour aujour-
d'hui mettre notre tour nos
lecteurs en garde contre toute
prvention et les assurer que
nous les tiendrons au courant
de la question au lur et mesure
que nos informations se prci-
seront.
<
humesdePoitrine
Cdent devant
ce traitement
- Frictionnez Vicks ;
: mettez-en sur la
langue, laissez
fondre lentement.
VICKS
VAPORUB
four Tout Refroid/svement
Il la Traasactiau roucet uanl
la P. C. S. ?
Nous sommes, par contre, un
peu plus renseigns sur le
compte de la P. C. S. On sait,
en etlet, qu'un nouveau contrat
I avec cette Compagnie a t pas-
s par le Gouvernement, qui,
depuis quelques jours, en a ef-
fectu le dpt sur les bureaux
du Conseil d'Etat, et nous cro-
yons savoir que ce projet est ac-
luellement a l'examen des sec-
tions runies des finances, des
travaux publics et de la justice.
Nous le publions aujourd'hui.
Nous en dirons un mot de-
main ou aprs-demain, en es-
sayant d'ici l de recueillir des
renseignements pour nos lec-
teurs sur ks points principaux
de cetle transaction.
Notre conlrre Le .Souvelliste
ncus voulons bien le croire,fera
avec nous assaut d Informa-
tions pour renseigner le public
htliea sur cette affaire certai-
nement aussi intiessante que
celle de l'clairage lectrique.
m\
Esi prescrit pour grippe, re-
roidissements, dengeti,Bile, fi
te et Daludisme.
Cest le plus rapide remde
de Cigarettes
GBARA &C
Les Cigarettes
* Dessalinienne
Colon
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
Grce la finesse
vrais amateurs
de leur arme lont les aetices des
L. Th. LAFONTANT
Accessoires pour automobiles
fiasoline. Huile, Accessoires et Pices de Rechange pour
automobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres air pour tonle auto
-n camions.
Halle G*.idir.er
No 1538, Grand'Rue. P -prince, (Halli*
a i
... n vu celte scne doul on ne
peul dire si elle es! ridkule on
attristants. Un chenfteur de le
Ligne tsil antre en penne, eu
plein midi, sous le plus chenil
soleil tropical qni ssil, Un peu-
vie homme passait un de ces
pauvres hommes le Is plaine
gar dans la fournaise tour-
dissante qu'est pour eus Port*
au-Prince. Le cuauAeur lit signe
a l'Iiomine de venu l'aider, ce
qu'il se mit en demeure de faire
Ue grand eienr. Et il lui dit:
- Pousse avec moi. Iles que
!.i voilure sera en marche je le
donnerai dix centimes,
Le pauvre homme n'en de-
mandait pas davantage, il se
mil pousser. Il sua, souilla, ne
se dcouragea pas, car au bout
de sou effort il y avait lei dix
centimes qui lui permettraient
de soupir peut-lre, ce soir. Il
poussa si bien et avec tant de
loi que l'auto SS mil en marche.
Il BOUTit, pouSM un long soupir
de fiert el de joie. Il avait vain-
cu la bits el allait enfin loucher.
Mais... il y a tqujouri un mais.
Le chauffeur oublia catg irique-
mentaa promesse it eu s'en al-
la a la bouline, sans avoti mme
un regard vers celui qui venait
de le sauver de la mauvaise im-
passe o il s'tait trouv. Quelle
morale faudrait il hier de celte
petite histoire, s: banale en ra-
lit?

... a rencontr, tiiuhani dans
une des rues de Port-au-Prince,
jeudi soir et eng... un huilant
ceux qui passaient, un monsieur.
Ou ne pouvait voir ni sa nuau-
ce ni celle du coalume qu'il por-
tait. Il avail un gros bton en
nu ni el il puait le clsirin a dix
mtres a la ronde. Il vocifrait.
Du fouillis de sa parole gluante
et que I on eut (tll passe nu c.i/u-
luu montaient de temps eu temps
les mots: lections communales.
Quelqu'un qui passsit, s'arrta
une seconde, le regard el mur-
mura eu s en allant :
C'eeta un lecteur...
Mais voil c'est ou lecteur en
panne car il n'y y p; s ou d'lec-
tions communales a Y eu-Pce,

...jeudi aprs midi, vers ies
cinq heures, juste au moment
olesolei! l'efface comme pour
laisser le Champ de Mars aux
couples qnl cherchent la Irai -
cheur de l'ombie pou; leur,
confidences ou des pressions de
mains, une foule corapsi le s'ag-
glomra sur le trottoir, juste
devant l'issue qui mena i el-
dorado. Des voitures elles-me -
nu s s'arrtrent. On croyait a
quelque pugilat ou bien i unr
de ces scnes scandaleuses qui
dressent quclquelo.s lune con-
tre l'autre deux mu. Mandes.
Ce n'tait rien de loul cela. Une
pauvre femme qui descendait
des iiauteuis de Turgsau, du
Mois Veina ou de l'u-de-Chose
o elle venait de vendre des lis-
sus el de la den'rlle gljssn sur
le trottoir et son i>w charg
chavira avec elle. Toutes les
marchandises s'talrent sur le
trottoir et sur l'asphslle de la
rue. La foula s'agglomra imm-
diatement. Des gens liaient,
d'autres se lamentaient. Quel-
ques rares, parmi lesquels No-
tre il remanie., un gentle-
iiimii en blanc, -i baissrent ai-
mablement et aidrent la mal-
heureuse ramassai par terre
ce qui pouvait elle ramass.
*
... a vu, l'aune jour, dee pins
lancs et verts qui semblaient
comme de grands vn'ails en-
tr'ouvertsventtr le ne! bleu. La
bri.-t tait lgu t douce, 11 les
pinSsel alanaienf rveusement,
i oinmesi ils taient mis en mou-
vement par une main fmi nine
pai fume et lasse. Plus tard des,
nuages senrou'eient leurs
feuilles et le tableau chnngc;< su-
bitement. Les pins n taient plue
des ventails mais de simples et
prosaques balaie qui parais-
saient net'oyei le parquet dn
ciel du fatras blana et gris des
nuages...

-.* -v


JAGE-2
Lt: MA UN- 13 Janvier HfO

GLOBEOL
donn) de la

Convalescc nce
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
La G.rr CL< BOL
MtynMrl ,-
.' Il

: ..... .
i
' cr tlcr.
i nt ||
V H OtUSWT,
Laut- Facult y.: mi .' loti.
ir.n'\ :" M. Iria
'
2. :. ' v
jk Paru,
HrH, l

Projet de contrat
entre l'Etat et la P. C. S.

/Vous [aoons /'// avoir /""//
flOf lecteurs le texte de ce pro-
jet autour duquel un fait tant
de bruit :
Entre l'Etat HalU n, reprsen-
t psu lea s. crtaires d l'a' di -
Fioancea l des Travaux Publics,
en vertu d'une dcision du con-
seil des Secrtaires d'Etal en date
du 17 Dcembre 1990 dsign
tantes ls Gouvernement, d'ui i
Fart, El la Cie. des Chemine de
'er de !:i plaine dn Cul-de-Sac,
dsiene ri-aprs la Cie., repr
ente par
d'autit part.
RArt. 1. Le Gouvernement e!
u Cie. dclarent mettre lin, par
les prsentes, aux contrais de
concession du chemin de (er
embrassant les lignes de la Plai-
ne du Cul-de Sac et de Logrn*
ainsi qui- les ligne de tramways
de Port-au Pi ince.
La Cie. renonce, en cons-
quence, loute garantie d'int-
rt; elle renonce galement a
toutes rclamations bases soit
sur une exploitation dficitaire,
soit sur la garantie d'intrt, soi!
sur toutes autres causes De son
cot, le Gouvernement paiera
en retour la Cie l.i somme de
Cent ( iiiquunie-cinq mille dol-
lars.
Art. 'i. . Gouvernement
renonce a tous droits de pro-
prit icquia <>>i ventuels n i
la Cie. y i onipris celui qui, d\
prs le eui, trat de concession lui
reviendrait A la lin du dit ton
trat, sa'i' i qui est rserv ci-
aprs; il renonce galement
toutes ri dem iules
contre 11 Cie,, notamment
toutes ri I imatiom prsentes et
tutuiev affrentes an rembour-
sement di a sommes dj versi s
parle Gouvernemenl titre de
garantie d intrt.
Art. I. La Cie. s'engage
ablir une voie nouvelle
proximit du rivage de la mer.
V Cl 'te tin, le Gouvernement
consenl assister la Compagnie
par voie d'expropi iatiou toutes
hs lois qu'il sera ncessaire
celle ci d'acqurir un droit d
ge continu ( sur des pro-
prits prives ) et lui pr'ei
loute aide ncessaire, si la nou
velle voie doit passer sur d's
terrains appartenant l'Eh
Toute dpense faite en vue d'ac
qurir un droit de passage sur
une proprit prive sera sup-
parle j>ar la Compagnie.
Art..). Le. Gouvernement
s'engagea effectuer une rue .il
lant duFortSte Claire au grand
chemin de Logane ei don
uer ;i la Compagnie un droit de
dans la dite rue. La
i ompagnie aura le droit de d-
placer la voie terre entre le
bureau de la Lie, d'Eelairagi
Electrique et la rue nouvi ll<
sus mentionne. La voie sera
iosli i pon .i i r en
rien la eir< ulation dans la dite
rue.
L assassinat
du Veilleur
On ne tardera pas tre fix
sur les dtails du drame qui
s-st droul au Muse du Lou-
vre car les enquteurs ont fix
Mercredi soir la reconstitu-
tion de cette trafique affaire.
Le mystrieui B< Iphegor est
rest jusqu'ici insaisissable mais
sou arrestation ne saurait tar-
der.
A l'h'ole des geiettes Appliques
C'est M. F. Fabollon, pharma
cien de l'Ecola Suprieure de P-
i licenci Es Sciences, que le
Conseil d'Administration d" I E
co'e des Sciences Appliques
vient de choisir pour tre Di-
recteur du Laboratoire et Pro-
fesseur de chimie au dit ta
b istemeni en remplacem nt du
regntt C Fernand.
M Fabollon n'est pas un nou
veau venu dans la carrire de
l'Eus ignement en Hati. Il a
milit durant de nombreuses
annes au Lyce du Cap Ha
tien o il laisse le souvenir d'un
professe i dvou et comptent.
CORRESPONDANCE
aOSBSB
Au D ecteur du j nia
Le Matin i
Port-au Prince (Ha
Monsieur le Directeur,
Nous.la population de Mais
sade, pour donner suite aux
correspondances que nous
avions adresses votre Offi-
ce, ayant trait a la Candidatu
rc de notre honorai) e ami
Mr Voltaire L. Foincy aux
lections communales du 10
.Jauvier 1930 de notre Com-
mune;
Nous avons l'honneur de
vous apprendre Monsieur le
Directeur que les lections
ont eu lieu dans le calme le
plus parlait, et que Mr Foin-
cy a t lu, eu obtenant
une majorit de quatre cent
cinq lecteurs contre quaran-
te trois de ses adversaires.
Ceci dit :
Nous vousjprions.Monsieur,
de bien vouloir nous pr er
encore votre efficace, concours
aux fins de donner publicit
la prsente et de vous unira
notre taibltsse pour que ce
fait soit port a l'oreille du
l Gouvernement et ce dans le
i juste but que nos suffrages
soient respects et garantis;
car l'iusu de Son Exe. le
Prsident de la Rpublique
ou I* il courir du Droit qui
d'une manire ou de l'autre
nos lections eront au.u es
pour donner satisfaction
quelques intresss trangers
de ia localit le pouvoir de la
grance de nos biens commu-
naux; e qui prouvera a Dieu
ne plaise une criante injus-
tice
S chant bien l gressistedu Gouvernemenl de
Monsii u Bo no, nous som-
mes certains que de pare ls
laits ne seront jamais admis
dans son Administration.
Veuillez agier Monsieur
le Direiiew avec nos remer-
ciemeo'- l'h minage de nos
sentiments d de-ou. ment.
mutila
LOTERIE
too l'Association des Membres du Corps
Enseignant et du Comit Hatien de
l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie est fix au Dimanche
Fvrier 1930, 9 heures lu matin.au Thtre Parisiaun.
Le Comit d'administration est heureux d'aviser le publie
que la nouvelle rpartition comportant un plus grand nom-
bre de lots gagnants est la suivante :
1 Gros loi
1
ourdea

f
t
de 50 0ai rdet
25 t
1,000
500
100
100
50
4 lois de 20 Gourdes
75 lots de 10
2 Ap. du 1er lot 26 Gdes
2 i du 2e lot 20 c
2 f du 3e lot 15
4 Lots se terminant partes S derniers chiffies de
1er loi Gourdes 10 40.00
45 lots se terminant par les 2 dernier chiffres
du 1er lot Gourdes 5,00 G. 225,00
80
750
50
40
30

i

( Suivent jm'-s de cent ein
qualit signatures )
tdnn
i
Art. U. I :i < s i Dgage
snlevei loute l'installation di
;ramu \ existant la roc dea
Jasein>. la rue 1 .ou et au
"hauip de Mars, ainsi que ]< s
iteliet> du Cham; le Mars, et,
. i ses ptopres fi aii el de i amet-
re 1Etat le lei n in o se trou-
vent les ('ils atelii rs.
Seront galement enleves de
a vill s \ frais de la Oie,toutes
tutre vo i s de dhi min de f r ou
le Irauiw iva, notamment celles
le la Ru Hpublic un., aussil
jue la nouvelle voie ci apr
ndique aura t construit,
'exception de la ligne relianl
lasco a la Gare lu No d d'un<
louvelle voie, via me du Q<
U cheni'it de Logne, d'autre
art.
La Cor !:nie s'engagecom-
encer i s travaux de construc-
nn sur la nouvelle route aus-
qu't'le aura acquis les droits
pass) ge ncessaires, et ter-
miner les travaux le plus lo
>ssible Elle enlvera les rafla
i ned. ivenl pas trr maint
j, ce, ii ses propres trais.
Le Gouvernement paiera la
le ddommagement
omit: de P. 55.000 ( Cin-
ante cinq mille dollars ) dj
-ire par la Direction Gn
e dea Travaux Publics pour
dpeins d *nlveme'>t de la
p t> e d Por -au-"r n el
01 < ion sur le nou
u trac.
A I. (i. Par les soins de la
Compagnie, le voie entre il eo
et la Gare du Nord sera main
tenue en bon tal el sei s pave
ou construite avec I s mmos
matriaux q>ie ci i x si rvant A
' ' ruciion de la rue ou
route pai i il passe la dite voie.
Compagnie ne lei ibli-
ge de 'parer les nes d'o
elle enlvera la voie terre se-
lon les termes du prsent ac
Corel.
La voie actuelle de Hasco
la Gare du Mord sera conserve
et la Gare elle-mme sera res
laure ci convenablen enl tenue
la Compagnie ses propres
trais. Nanmoins si la Compa-
gnie dcide que la voie ferre
entre Hasco et la Gare du Nord
el la gai e elle nu me. aucuu
mom< nt devient inutil i i qa*
elle dise atinue le trafic le
Funrailles
Dimanche m tin ont eu lieu
Ption-Ville. en l'Eglise St-
Pierre, les funrailles de Me
Labeoi Raciaowivoeal du bar
repu de port au-prince.
C'tait un jeune avocat plein
d'nergie et qui ne manquait
pas de talent.
Nous prsentons nos sin
cres condolances loute la
lamiile particulirement sa
U m me.
Il oH de passage entre Hasco et
la Gare do Nord cessera d'exis-
ter ci l'emplacement ainsi que
la tiare dn Noi i si ronl remis
I Etal libres de toute charge.
Art. T. Le Gouvernemenl
accepte (pie la Compagnie ;iit
la proprit, possession el ad
min stration du chemin de fer
existant avec le droit de passa
i. les stations, les constructions
i ai.i:es dpendances.
Ls compagnie reste soumise
aux lois et rg emenlsde police,
de scurit gnrale et d utilit
publique, sons rserve qui- le
chemin de fer sera libre de fout
contrle ou intervention du
Gcavernement et qu il n si ra
requis de transporter m passa
gers ni fret autres que ceux in
tres*ant ses .iltaiies l'entl
discrtion de la < !omp igm'e.
Art. I iij lions pr
ns l'ai contrat
ian ion < i du 15 sep
...hre 1988 ne couluniei ont
que jusqu'au .'U juillet 1860. |
II reste entendu que ce exemp
ions seront restreintes aux
stricts besoins du Chemin de,
Fer.
Art, 9. L'Etat s'engage ne
,ii r 'i l'-
d( sut, risds la Compagnie
re d une- confiscation
spciale, par \oied,->loi, dcret,
arrt ou rglement.Cependant,
lEtal maintient l'entire libert
de sa politique et de son action
en ce (pu concerne (ea mesures
d'inirl gnral.
j An lu L s questions le h-
| niques t |*s conditions rgir
men an! l'enlvement des voies
et btiments et la constiuction
j de 11 nouvelle voie, dans la vil- i
le de I oi tau-Prince, sont pr
vu dans le Cahier des Charges
inexi et les passages ni-
veau en dehors de la ville de
Port-au-Prince devront t r a
maintenues en bon ttatparla
Clfl et ses Irais.
il. 11. 11 est entendu que hi
Cie P. C. S. continuera fonc-
tionnel en tant que Socit bai
lienne anonvine du ilil pub'
queavecles d'ci's ei obligitio
i mitant le cette qualit, ses
rapports avec le gouvememen
demeurant rgls parle prseni
( ontrat.
I VJl Le prsent contrat,
sanction par le Pouvoir
Lgislatil deviendra excutoire
: m. Itra li i au procs actuel-
lemenl pendant au Tribunal de
ton entre l'Ktat et Cie i.
C s
Art. 1.1. Le prsent coi tr
et exempt de tous droits de
; Ombre et d'enregistrement.
Art. 14.Pour l'excution de*
pr nies, l'Etat lit domicile au
Bureau de la Prfecture Port
au-Prince; et la Cie en ; p-
Bureaux Port-au-Prince.
Toutes significations quel
conques seront faites aux domi-
ne ci dessus fixs.
On trouvera
la Librairie n oderne liseuse , rue Thomas Ma-
diou ou Pave et l'imprime-
rie Edmond i bent rue du ,
Pou oie No 1810 Port au-'
Pii.ce 'e volume o le rnr.il
et onseils Communaux.
Lgislation Connu nale et ru- ;
raie, Recueil des Lois et Ar-j
rts en vigeur. Conte-1
nanties nouveaux rglements,
relatifs la circulation des
vhicules.-Et les rglements
reiatits la circula'ion des
bicyclettes.
Promulgus au Moniteur
du 16 Dcembre 1929.
l'JIAMEMEVT DUHIKVSH
L'An lei du laid, ur Eugne
Coradin est iraie-bi la Hue
Prou, c'-devanl Rov des Mira
cls, n face de Le Bosi et o.
OCCo.C/O
AVIS AUX BOULANGERS
A vendre une ma'lune pour
biscuits en pari.il e at.
S'adr sser au Bureau du
Journal.
LIQUIDATION
A partir de ce joui- la Mai-
son
H. BALLONI Fils
met en vente, prix rduit,
pour liquidation de fin de
srie, et pour faire place
des nouveaux arrivages, un
bon lot de Lits en fer de tou-
te beaut.
Le public est invit en
profiter.
CANADIAN PACIFIC
STEAMSHIPS LIMITED
AVIS
I.e superbe bateau touriste Duchess of Bedlord ayant
s New York ta 10 Janvier courant sera a Port-au-Prince
le 31 Janvier en route le mmo jour pour Nassau, rJavaua
& New-York.
Port au-prince, le 11 janvier 1930.
J. DAALDER Jr.
Agent Gnral
.T '
Nouveau Cours pratique
o HYPNOTISME
SUGGESTION
*" ' Pp'- J. SIMARO
Umwg* bsoloment nouveau, qel n
erun, compte d-1l6l.Uv,r,,,;..:.
tfc la Sclenc. a su mettrr rhypnotlsra.
li U8ie?i,0 "" '""1''' ''""*
lodli usable i eeux Mui veulent ru.sir
'.r-.o\um.mUt,r.r.,r ,>WmmA
___ ^***' aa Frnnw
TRAIT DEJORCELLERIE
MAGIE PRATIQUE
*** u Prot' ** * *"*A*
StuJ anprnfuQdie et ,loeummV
d Grands SbvUjm
L'OeeuItUmc d#Tolleotlren*uf
Rrtaci aj t-rt,.,cm
jat aWnl r.<( .. a f*,, rn,
iimandeiel manduti a
L|*rilrt. ST*, kt, m t, Chairol,
.....
. ..:..!.
Foie Intestin
EHF0ICE2-I0US BIEN CECI DANS Ut TTE
fr .lgor,3r fa. aliment, pour o^ter h lourdeur. rU-
prokiiod apri les .6pa, nauiraliaer Paci-
ttM stemaca!.-, lin0r les mirruinea
i--.l/vT ^^"?'fses digestions, dsin-
feater ljutestin.il suffit de orendre res
SSaECVJEQE
taalrHaj
Entrites
Aigreurs
Breleeae
Vomissements
.- .lin vu tw I """*" """a, u sumt de p
indigestions | poucpts oc cok
Uorolr-d,.,atlM Or OOOK. U..ONT (Fe.n^,.
k.v Vf v/;-; t,AHs Toutes pu ikj
tMACIFS
''-"-..:. i'hr.rinacle W. BU CM.
L'IDAL RHUM
ALIX ROY
Doit sa rputation ses 27
annes de succs.
'-! ,.


~H
5
LE MATIN 13 Janvier JH30

Kttt
Disques Odon etSalabert
Phonographes po lalls.
Champagne d la NiivJ
WHISKY Corby's Spcia
Selected.
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, S\veaters,Pull-Overs,
Chles etc.
Tout aux prix des tabri"
ques dfiant toute concur-
rence.
RAZAR ODON
J.KARAYANY
Angle Grand'Rue & Rue
Prou.
"ASoIR.
En vente partout.
Distributeur Exclusif.
ERNST LUDERS,
Port-au-Prince.
A. *
&S .Vadame, mme dans un tat qui
demande un trait ement dlicat,vous
pouvez vous df ? i re de la torture des
nauses, en prenant ce laxatif,quoi'
que doux et inorTcnsif, cependant sr
. ENOs-FPUIT SAIT-
SIROP de
DESCHIENS
(Hmoglobine
VIT
i'OSGES
flffatMWttlHS
ACTION LECTIVE SUR LE REIN
Cure complte de l'ARTHRlTSME
Saison du 20 Mal au 25 S-;-i .r.hre
OOUPSES TENNIS' OOLF POLO THATttE 0A9INQ
PARO SPCIAL POUX Ll'fi rtirANTi'
Train llrec-r* l'ARIS !nr , vr.ri) A V'.lTrr
Kn TMit* dm la urlnclpoles Ph*riu*o>, Dro*urir t>\ M!-o-m .' ..'iir.'W.
dfar.Tmaiwi nam'jnm wvhmumi
Colombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Bogota* venaul directement dp New-York,
est attendu ici le 14 janvier courant. Il partira le mme
jour pour les porta de la Colombie prenant trot et pas
Prt-au-Priuet, le 10Janvier 1990.
Colombian S:c GEBAllA & Co, Agents.
ffitfli
7CTL~ 1____11._____*____
il* E **prea Naviera
HXnOrtrUlOIl de Cuba S A.
1- DE FIGUES-B NANE Le steamer Ciuantanamo
s est attendu fort au-Prince.
verant de Cuba, vers le 18
m c\ m lM4r**a cri. en rouie pour Piteito-
lac n effective porter une
solution la situation cono-
mique nous avons dcid cl a-
eheter et d expdier les F gnes
Bananes de porl- vuon les premires semaines
de Fviicr, celles du Cap-
Hatien, environ la deuxime
semaine de Fvrier et ensuite
chaque quinzaine api es rgu-
lirement.
tes intresss de ces r-
gions, ayant des ligues a ven-
dre, peuvent s'adresser a Mes-
sieurs C. Bien-Aim &tils de
Port-de-Paix et Monsieur
Jacques Laroche du Cap Ha-
tien
Nous achterons n importe
quelle- quantit, livre PoH
d'embarcation, on bon tat.
Pour les expditions a Port
au-Prinee, et tontes autres r
gioi s.veuillez bien s'adresser
directement an Soussign.
W.Quintin WILLIAMS
Prsident de la
CARI BBliAN TRADING G0 Ltd
Ton au Prince,
ON TROUVERA
Morale et Instruction Civique
'"usiiie des coles primaires
a. Flix MAGLOIRE
la petite Vlaison, rue du
Centre et chez l'auteur Ru Ile
St Cyr
ports de Cuba.
Ratael Cervi: o VASQUEZ,
Agent gnral.
Pour un nifin lustre
de la \ Le velu ro
^Thekading minerai u
La Boisson connue
dans le monde entier
EST \JS
RAFRAICHISSANT
HT UN
RECONSTITUANT
FROID
EU IWIVERAI.E wHIT; OK
OINGERAL WH1TE BOf
SA)
jeu! Ginacral fait
d'eau minrale pure
des Sources
WHITK ROCK
DANS TOUS LES MEILLEURS HOTEfS
CLUBS, CAFcSir RESTAUR fS
Mohr & Laurin
Distributeurs Port-au-Prince, ( Hati ).
/***
??. r .
LA BIRE NATIONAL
DE LA
Brasserie Nationale
A vendre
1 Hudson Catch <> yllo-
dres. trs bonnes conditions,
bon march.
CHARLES KLEIN
( pnitencier National I
Ou Tlphonez au No IU\.
Droit de Douane pay.
TKgiorHenT dn BHp, praaerlt par Ulite mdlc]e.
apar/tu- la 'nrM orna ' aux fwru.m.u Admit rfa-i> la* Hiltmax da PT1%
Il MO QtMtuL: DIICHIINI. .tu* Fini Baudrr. Tt&Vi .1 Plvbiioiw.
Les chimistes de l'Kxelcnto
dj renomms pour leurs
remarquables contributions
apportes la toilette, vien,
n nt de couronner leuruvre
d ns
Lhxe lento
f.LOSSINE
Une petite quantit de cette
dlicieuse prparation appli-
que sur les cheveux lait res-
sortir leur brillant naturel et
leur vigueur, en leur corn mu
niquant un nouveau lustre qui
vous vaudra d'tre admir-
ar les messieurs et envi des
emes.
Kn vente chez tous les dro-
guiste. Pour 0,30 centimes
seuil ment, il est expdi ds
rception du prix.
EXELENTOi MKD1C1NJ,
COMPANY
A t NTA, GEORGIA U.S. A.
IAg ;nti -emandes pour tous
irnys
Berivaf pour rei.feicnemenls
Se vend partout Or 0,10
le verre ma Ici r sa qualit
suprieure.
Protgez voire poche et
votre sanl en la buvant
toujours.
i:

m
!
p
Toutes les Polices
DELA
jjb comprennent la Protection contre
Foudre sans auqmentation de taux M
Il Rgne au Bal.
Rires bruyants et gais. Vacarmes nocturnes..,
Par'nul des coupes vides s;in*s cesse des uni. ..
Pleines d'une liqueur qu'on d< mande toujours,'
Pardta hommes sont portes des buffets vers les cours.
I^es couples aux gestes ItOgDU eux el lubr q ;< .
l'ranspoitsnu monde des plaisirs Grntiqaes
Sous I eflet magique de cette boisson des bu ux.
Des I lideurs humaines ont dtourn les veux.
Dans l'ombre propice, ils lonl -lianler leur rva...
Les verres se dvident et se remplissent n ins Ir'Vc
Vers la source de vie, c'est la rue sans fia :
C'est 'a course lolle vers cet alcool divin
^inil^"'^^^ *T H LACOULEE l)()I< qui grise,
L lDhAL d Alix Roy, qui prime en celte nuil grisa.
?k '
Aqents Gnraux
Une des plus fortes COMPAGNI lS
CANADIENNES d'ASSUPAM.
sur la VIE!
EUG. Le BOSSE & Co.
Aaents Gnraux
mmmmmmmmmmimm


I- -r*d
Lundi
13 Janvier 1930
Le Iliiliii
4 PAGES
2mt'ANNt.& .Y 6891
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
\i,%
HonrLinie
Le n /> Consul llorn ,
venant d'Europe, sera ici vers
le 16 courant, partant pour
Kingston, Santo-Doralngo et
Curaao, prenant trt et pas.
sagers
HBINHOU) & Cie^gentt,
The Royal Mail Steam
Packet Gompanv
Le ai ig nitij,ue bateau l>fit S '\raguiyi est attendu
porlau-Pnnce mardi 11 j i \* v i mt de Kingston et
partira le mme jour, cinq heun de l'aprs-midi, pour
New-York direct, offrant ainsi une excellente occasion pour
un voyage exceptionnel pour New-York.
Peur tous renseignements s'adnsser u
I. .1. BU 10
Tlphone, 2311. General Agent
Seuls distributeurs: HEHNER & C
Boule Rouqetole Rouqe
Jacmel Tradinq C
(> ipii ii'ii jaiu.iis t fait
Ce <|iii ne jiriil tre isaig.
Kola Champaqne
F. SJOURNE
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Piparation et Vente
riiAHMAciE ! SEJOURNE
Angle dm Hues, Roux et du Centre.
ASTHME
Oppnssion, Catarrhe,
SufTocatiom, 4
Toux niroitsis.
; .m ortavln* par !
CIGARETTES CLRY
m. POUDRE CtRT
I Dr GLRY, 58, Bol. t-Kearlin. Fart*.
of toutes* 1*1 ^rnia*W*
Plus de
Pannes...
Le Double Eagle> est
le pu u de** privil
gis
U cote lentibl oient plus eb >r
que tout autre, mais il prsente,
par contre, un kilomtrage et
une garantie <1<- scurit pins
levs que >t-u\ mus nrcpssiii-
rea par la majorit dea automo-
bi listes.
Le DOUBLE AGLE Ml un
pneu sans aucun quivalant, le
Huper-pneu dans toute la force
qui veulent ignorer tout ennui de
pneumatiques el qui pensent que
le pris d'un pneu s'estime par li-
ront linal un kilomtra,
Hun m- peut se comparer au
nouveau PNEl UOUDYAR
Doublb i.Ai.ii-.. C'eal quelque
eboae de spcial, de suprieur a
tout [ce ,uoii pouvait prvoit
comme bon puuu.
iUL WiaST INDlfiS
i" RADIN U COMPANY
Dislribu leurs pont
Ui Rpublique d'Hati.
*3f,
GOI>D
^0-11
^
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Car ii General "v<\ une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'agio 1 qui embrasse ;
le monde }
S-s Polices contre Incendie couvrent aussi les dgts occasionns pjr la tondre ]
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillauct;, dommages
anses autrui dans sa personne OU dans ses biens.
Ses Polices UariUmes mises par ses branches d'lvir.p sont paytbles eu Huti
Ses Polices contre leci tenta sont valables djns l'uuivers entier. T.nis le v n .1
gcurs devraient donc prer Ire la prcaution de se munir d'une polie-; contre accidents
d'au moins 4011O doll ira, la prime anuuele u'taut que de 1/2 /, soit 20 dollars U. C.
Veuve F. RERMINGHAM, Aux Gaves
SOUS- CENTS :
Agent Gnral pour Hati.)
Port-au-Prince: G. GILG
.TOVAR & Co Miragone. JEAN BLANGHET Jrmie.
\
>^
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour
DESSERT
Le tout pour Gourdes t2,50
VINS TRS SOIGNE METS CHOISI P.P. PATRIZI
ALUMINUM LNE
Piochain D art pour Hati,
Un steamer laissera New Orlans le 18 Janvier pour
Port-au-Prince et Us ports du Nord.
Ce 9 janvier I9.t0.
A. de .MATTEIS &. Co, Agents gnranx.
Avis

Si vous voulez apprcier
comment s'est dveloppe la
pense hatienne de Tous-
saint Louverture Louis
Borno, lise/, le rcent ouvrage
du Dr Phick-Mars.
Une tape de
l'Evolution hatienne
En vente la librairie de
La Presse Aux Armes de
Paris, la Pharmacie du
Globe Dr Coicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
Cours
Lucien Th. Lafontant
1538, Grand'Rue
Accessoires, pices de rechange, articles divers pour
Automobiles et Camions de toutes Marques
QAZOLINE, HUILES pour Moteur, pour transmissions.et
pour diffrentiel.
A la disposition de ses aimables clients, Mr. LAFONTANT
vient galement d'installer une pompe air 1 letricit
usage facile et rapide. Tlphone : 3383.
Pr-Cat Lan
Si voua avaa 4uel au* d Saura* Ion passai a gre blment alla* an
a)Ui<
Pr-Cat-Tlan
o vous liouverer., la plus belle falle de bal, a nrusiqua k
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les plus fraches et les plus pures.
1 hampagne. biie allemande ou nationale.liqueurs de toutes
itriaai
Classioues
12me Philosophie inclu-
sivement.
Mthode sre. Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Anglais, de l'Allemand.de
(.Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulent
gagner du temps.
Cours de Musique (Sollgc.
Violon, Piano ).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable,avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresser Rue Umarre.1537,
ou tlphonez au No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Reconnu de I Universit
Ht, i tien ne.
L'AK 100
Laerratllavii. produit de
la Caluauda dont on a prou-
v l9% qualit* remarquables
ratMusJtution est an yenta
U maisons suivantes :
An Bon March, Caves de
Bordeaux, (>ves d'Haiti, Vve
Douyon, Conserie du Lion,
Maison Schomberg.
te *> senUinaa la bou:
L
>m-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs