Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03907
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 7, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03907

Full Text
Clment Magoire
DUUSCTECB
368, RUE AMERICAINF 1358
TELEPHONE N2242
r
rie tritab'e selairt du si n t't
4V l'agir lui!, et il ') a luus de
la >ertu aucun prix iw Mie.
Analolc^FlUM i
28me ANNEfc N 68*7
PORT-AU-PRINCE (HAIT! )
MERCREDI S.1 ANVIEH 1930
UNE
Rception au
Club Union
En l'honneur du Prsi-
dent BORNO
camedi 4 Janvier, de six
sept heures p. m. l'occasion
lu renouvellement de l'anne,
les membres du Club Union el
ceux du Parti National Progres-
siste, ont organis une runion
en l'hor-e r de S. K. M. Louis
Horno, Chet du Parti et Prsi-
dent de la Rqublique. Dans 1
vaste salle des ltes qui vient
d'tre acheve on lait plusieurs
centaines, et, sur tous les visa-
ges on voyait se reflter la joie
d'apporter au Che d'Etat un
nouveau et vibrant tmoignage
d'attachement sa perkonne et
de fidlit son programme de
relvement national.
Le Prsident del Rpublique
arriva six h- ures juste. D un
seul mouvement, tout le monde
se porta vers lui. Et tout le lon^
de la soire, autour de sa haute
et accueillante personnalit, s<
manifestrent des tmoignages
d'enthousiaste sympathie.
Auchampagne.c'est M. James
Thomas, t onseiller d'Etal, qui
eut l'honneur de prendre la pa-
role au nom de la si nombreuse
assistance. En termes harmo-
nieux et purs, il fit l'loge du
Prsident Borno, de sa politi-
que, de son temprament, de
son nergie infatigable, et de
cette confiance en soi qui est
une des lorces les plus puissan-
tes qu'il ait son service. Et
avec des laits irrfragables, il
montra quel rle de novateur
intelligent et tenace, joua, pen-
dant les sept dernires annes,
Celui qui, en janvier 1030, voil
expirer le second mandat que
lui avait confi la nation elle ;
mme. Des applaudissements
nourris et vibrants de sincrit
couvrirent les dernires paroles
de l'orateur.
Le Prsident de la Rpubli-
que, visiblement mu, rpondit
en une improvisauon remar-
quable tant par sa tenue litt-
raire impeccable que par les
hautes penses qu'il exprima. Ii
redit sa confiance en son uvre,
sa toi dans l'avenir de son Pays,
sa reconnaissance envers tous
ceux qui, quelque titre que et
soit, l'ont aid dans la ralisa-
tion des multiples points de son
merveilleux programme natio-
nal, et il m?rqua hautement sa
joie de se voir entour l'occa-
sion du renouvellement de l'an -
ne de tant d'amis dont le d-
vouement et l'attachement lui
son, un si doux rcontort.
Ce discours got par toute
l'assistance qui I couta d'ailleurs
dans le plus religieux des silen-
ces, un silence o l'on ne perce-
vait plus que le baUement heu-
reux et confiant des fivreusement et longtemps ap-
plaudi.
Et l'on but ensuile.ht Son Ex-
cellencele Prsident Borno ;alla
de groupe en groupe, trouvant
un mot aimable et souriant pour
celui-ci, une boutade lgante
et spirituelle pour celui-l, tan-
dis que de temps en temps,
car mme dans de telles rcep-
tions il songe ses devoirs de
Chet d'Etat,il rappelait l'un de
ses collaborateurs un rendez-
vous pour le lendemain o fai-
sait penser quelque dcision i
prendre. H lut entour de ces
divers groupes jusqi.'au moment
o il dcida de prendre cong
de ceux qui venaient de le tter
ai cordialement et qui, en l'in-
vitant cette petite mais ami-
cale rception, avaient voulu lui
donner la preuve publique de
leur attachement opinitre tant
sa politique qu' sa per. nne.
Et c'est sous de vriluol s<
ves d'applaudissements que le
Prsident Borno partit.
La tte continua jusque bien
avant dans la nuit et s'acheva
par un dtner de plu3 de cinquan-
te couverts.Menu excellent, vins
sr, tout contribua ce que cet-
te agapo tut une minute excep
tionnelle.
LE BAL
de la
Lgation do Franco
I.e bal oflert par Son Excel
lence Mr Ferdinand Wiet. E.E.
et Minis re Plnipotentiaire
de la Rpublique Franaise,
dans les vastes salons de la
Lgation de France, en l'hon-
neur du Commandant de
VAntars, fut un succs sensa-
tionnel. La cour avait t,
celte occasion, illumine a
giorno avec le got le plus
averti, et les salons, dcors
de fleurs avec au ant de grce
que de dis;iuction.
A 21 heures quarante arri-
vrent la Lgation, presque
simultanment, le Comman-
dant et son Etat-major, et Son
Excellence M. A. C. Sansaricq,
Secrtaire d'Etat des Relations
Extrieures. Ils lurent salus,
l'un par la Marseillaise et l'au-
tre par la Dessalimenne.
Le bal commena immdia
tement aprs, avec Uii entrain
enjou qui dura jusqu' une
liert du matin et n'eut pas
une seconde de trv.
C'est l'une des plus belles
runions mondaines que l'on
ait eues depuis tris long-
temps. L'Elite de Port-au-
Prince y tait reprsente
parce quelle a de plus distin-
gu et de plus lgant. On
peut affirmer, sans crainte de
se tromper, qu'taient l
presque toutes celles dont
notre socit se fait une
parure unique. La colo-
nie trangre Port-au
Prince tait, elle aussi, trs
dignement reprsente cette
fte somptueuse o au son
d'un orchestre harmonieux et
entranant une jeunesse svelte
et ardente dansa, dans une
atmosphre de parfums, d'l-
gance et de gaiet.
Nom ne pouvons pas mal-
heureusement citer les noms
.*ma*mmi

Le Specl re
Roiiae
Ea&ploy^ea me Brosse
Sectte
KOLYNOS emi elit et blanchit
les dents. Elle dissout la pellicule,
tonifie les gencives et dtruit les
bactilc i dangereuse* qui engen-
drent la carie.
Essayez Kolynosun centimtre
de crme sur La bfoise sche suffit
donner aux dents l'clat du nacre.
CRMt: DENTIFRICE
Le deuxime alina d l'article
paru sous ce titre a t dfigur
par lu ngligence du correcteur.
Il huit le rtablir ainsi : L'on
comprend bien qu'en certain
milieu l'on ait t qu'que peu
surpris et dsaronn devoir,
au milieu de la fivieuse agita-
tion de ces temps, les amis du
Gouvernement conserver ataffl
leur sang-Iroid pour poser cou
rageusement, etc. >
IL.
de toas ceux et de toutes
celles qui prirent part ce bal
qui marquera heureusement
tans les annales mondaines
de Port-au-Prince, tant par
son entrain et son service qui
fut parfait, que par le monde
chic et distingu qui s'y tait
rendu en foule.
Nous flicitons trs sincre-
ment S. E. Monsieur Ferdi-
nand Wiet et Melle. Stella lia
uoka qui ont su prsenter de
cette faon merveilleuse notre
socit au Commandant et aux
officiers de VAntars qui, nous
en gardons du moins l'espoir,
emporteront un agrable sou-
venir de nous et de cette tte.
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-
me des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
L Th. LAFONTANT
L'Etat des Affaires
en France
Pakis. Une stabilisation
effectue dans d'excellentes
conditions, la consolidaliou
des csultats obtenus et la
p.p rai ion pour l'avenir, ont
t les trais dominants des
allairs de la finance en Fran-
ce pendant l'anne 1929.
La continuation de l'appli-
cation de la politique finan-
cire de M. Poincar a plac
la France dans une situation
montaire suprieure celte
de tout autie pays europen
etqi'inepcut eue compare
qu' celle des Etals-Unis.
L'tablissement du plan
Voung et la ratification des
accords sur les dettes avec les
Etats Unis et la Grande Bre-
tagne ont couvert! uu rgie-
raeui de guerre en une tran-
saction commerciale de paix.
Les affaires, eu France, en-
traves par une taxation qui a
pris 22 pour cent du revenu
de la nation et par le fluc-
tuations des marchs tran-
gers, se soni dveloppes
nanmoins dans une atmos-
phre saine pendant les der-
niers mois de 11)29.
La grande industrie a conti-
nu amliorer lentement sa
situation pendant l'anne.
... a vu/mercredi dernier, des
centaines ;e! des centaines de
personnes qui s'taient rendues
devant le Palais de la Prsiden-
ce richement illumin i\ l'occa-
sion de la Fte Nationale de l'In-
dpendance pour assister au lan-
cement des feux d'artifice qui
rayaient le ciel toile d leurs
Ils mines courbes et pourpres,
couronns d'un paquet d'tin-
celles multiples. Les enfants
battaient joyeusement des mains
aux dtonations formidables r-
percutes par l'cho, les vieil-
lards appuys de tout leur corps
uss leurs cannes semblaient
tre en extase, des jeunes filles
extriorisaient leur joie an proj
poebbtesel niais, tandis que
le-, jennea hommes laisaienl de
mauvaises plaisanterie! et pro-
fitaient de l'occasion pour glis-
ser leurs mains sur les liras et
les paules de celles ou'ils ac-
compagnaient. Notri il que
n'aveuglait pas la profusion des
lumires se dlectait ce spec-
tacle divertissant et inattendu.
*
Accessoires pour automobiles
Gasoline, Huile, Accessoires et Pices de Rechange
Vutomobiles.
Les meilleurs pneus et Chambres- air .pour toute
au camions.
Halle Gaidiner'
No 1538, Grand'Rue.- Port-au-Prince, (Hati)
pour
auto
LOTERIE
CCQODC99
An
Palais de la Prsidence
des foaeta sent distribus
aai entants pauvres
De l'Association des\Membres du Corps,
Enseignant et du Comit Hatien de
l'Alliance Franaise.
Le prochain tirage de cette loterie est fix au, Dimanche
2 Fvrier 1930, 9 heures du matin,au Thtre Pansiana
" UComit d'administration est heureux d'aviser le public
que la nouvelle rpartition comportant uu plus grand nom-
bre de lots gagnants est la suivante
1 Gros lot ..ourdes 2,000, 4 lots de 20 Gourdes S(.
Dimanche aprs-midi, de
quatre six heures, ceux qui
passaient aux environs du Pa-
lais de la Prsidence ont pu
voir toute une foule d'enfants
et de curieux qui s'accro
chaient aux grilles. C'est qu'
l'intrieur une petite fte ru-
nissait un grand nombre d'en
tants de familles pauvres ou
ncessiteuses. Fidle une
tradition qu'elle a inaugure
depuis la prsidence de son
mari, Madame Louis Borno,
soutirante cette anne, et ne
pouvant pas le faire elle-
mme, taisait distribuer des
jouets ceux que le Bonhora
me Nol ne visite pas C est
Melle. Simone Borno, fille du
Prsident de la Rpublique!
et de" Mme Louis Borno qui, '
cette anne, remplaa sa mre '
et fit la distribution des jouets. '
Elle le fit avec tant de grce
et de simplicit que les petits ;
Iqui tendaient vers elles leurs
petites mains ne sentirent j
plus, pendant une minute, la
cruaut de leur vie malheu-
reuse.

c
i
;>001 76 lots de 10
100 2 Ap. du 1er lot 25 Odes
de 50 Gourd* s 100 j 2 du 2e lot 20 i
25 c 50 21 du 3e lot 15 a
4 Lots se terminant par les 3 derniers chiflres de
1er lot Gourdes 10 40.00
45 lots se terminant par les 2 dernier chiflres
du 1er lot Gourdes 5,00 G. 225,00
750
50
40
30
Accessoiies d automobiles
Rue F. >u, ol-devant c'os Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc..
Tlphone : 3454.
Le Vin de la Consiliulien
Home, 29 dcembre. Au
cours du rcent plerinage du
diocse de Vercelli, Mlle Ma-
riettina de Nicola ollrit au
Souverain Pontile deux bou-
teilles de vin de la rcolte de
1870, anne de la prisa de
Rome
Ce vin aurait t mis en
bouteilles par l'oncle de la
donatrice et conserv 59 ans
pour tre remis an pape qui
rglerait la question romaine.
l^ie XI se dclara trs satis-
fait de ce prsent; aussi peu
aprs son retour, Mlle de Ni-
cola recevait un paquet por-
tant des timbres de la Cit du
Vatican. A l'intrieur, elle trou-
va d'abord trois mdailles re-
prsentant le Souverain Pon-
tile et ses armes. Lnsude un
gteau dispos sur une assiette
aux armoiries de Pie XL
D'autre part, le St-Pre avait
tenu faire accompagner sou
envoi d'une lettre pour lui
dire qu'il avait trouv le vin
dlicieux et que ses prsents
taient envoys en remercie
ment du vin de la Concilia-
tion i.
La situation des grandes banqie*
fruafaises
3
L'un des fai'a les plus remar-
uablesde la situation des g'ni-
Jes banques franaises su 30
juin 1W29 est la diminution des
comptes de dpt et des comp-
tes courants crditeurs. Ou peut
en conclure que, dan:, la plu-
fiart des enin prises, s'est mari-
est le pins grand besoin de
irsoreric. Il est, r'autie part,
trs certain que les taux rmu-
nrateurs pratiquas en pays
trangers ont entrain une i
gration de capitaux assez consi-
drable.
... a vu, la veille du jow de
l'an, vers les cinq heures, tan-
dis que l'incendie continuait
dans l'une des halles dei Maga-
sins de l'Etat, son d',,vie des-
Irucirice, une jolie lemme nui
se faufilait parmi la foul des
curieux. Cheveux bouriff! et
blonds, hanches dansantes, elle
allait les jambes osteniatienae-
ment nues. Soudain, elle s'arr-
ta. Un homme courut vers elle.
Et l, en prsence de la foule
dont les regards, il est vrai,
taient ports vers les flammes
pourpres qui sortaient de Ij
halle en feu. Ils l'embrassrent
pleines lves. Notrk OSlL en
sourit longuement et pensa que
ce n'est pas d'aprs ce que l'on
croit un indice de civilisation
hatienne, carie couple qui s'ex-
hibait ainsi tait un couple de
blancs. Un couple d'hatiens
n'aurait jamais la franchise de
s'embrasser ainsi, aussi crne-
ment, en public...
*

... voit, depuis qu'il est bruit
qu'sst ouverte la campagne pr-
sidentielle, les ternels candi-
dats qui, pourtant, disent le
plus de mal du Conseil d'Etat,
arborer du haut de leur auto-
mobile, le salut souriant d'usage,
qui veut l'aire croire qu'ils sont
populaires. Des poignes de
mains s'changent au cmma
avec effusion, des saluts cor-
diaux se font au moment o l'on
s'y attend le moins, entra geus
que l'on s'tonne de voir sou-
rire aussi heureusement. Tout
cela durera jusqu'au 11 avsil et
puis les jours reprendront leur
cours normal. Les sourires se
feront moins gais, ils se distri-
bueront avec puis de parcimo-
nie et beaucoup de mains qui
s'tendent avec une gnrosit
inaccoutume rintgreront
comme par enchantement l'at-
mosphre chaude des poches.
_
... a vu, mardi soir, avec quelle
lgance, l'lgant propritaire
du grand bar Kldorado offrait
de jolis cigares ses nombreux
amis et clients A vu la joie avec
laquelle ses am s et clients ad-
miraient le geste du patron. D-
cidment Qalraud sait ce qu'il
faut faire pour ie.'enir chez lui
ceux qui d'ailleurs ne deman-
dent qu' y rester.
... elle voulait savoir pour-
?|uoi Notre 06h. parle chaque
ois de Lucien Th. Lafontant et
de ses employs. Elle alla ache-
ter son magasin d la gato-
line et on ne sait plus quelle
pice qui marquait sa belle
voiture ueuve. Et depuis, elle
en parle autant que NoTBB q,
qui la v.nt chaque lois qu'il y
jette ses regards en passant la
... Voi.s voyez, Ma-
dame, ce n'tait pas de la r-
clame, comme vous lepniiejtH

4
i

*


:-3fct.
I- ',1.-2
LE MA UN- 8 Janvier 1930
.
REGARDEZ BIEN CE DESSIN
Ilvous conduira directement l'agent
de FI1STONE qui est un connaisseur
de premier ordre en matire de pneus.
Cet agent vous expliquera pourquoi les
PNEUS FIRESTONE.dans le monde en-
tier, sont le Standard de la Scurit, du
confort et d'Economie.
Ainsi vous conomiserez de l'argent et
serez mieux servis.
" Le plus de kilomtres par dollar
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & C
Agents Gnraux,
Rue du Quai.
fCode pnal
I mexicain
Suppression le la priue de morl H
du jury. Le du H
plica lion.Une commission tech-
nique s'occupe actuellement de
mettre nu point un nouveau co
de civil qui sera galement pro
tnulgu parla praident.en ver-
tu de pouvoirs exceptionnels.
r. GK30IO
.Le Gav li:nl Vordior^,
ceiatcr Aii!ii\f|ii de Paris^"
Hit du Vatican. Le ca -
dinal Verdieral consacr
de moi et le systme des |u- archevque de Paris par le
s, et prvoyant d|autrea rlor- pape Pu: XI dans la chapelle
MEXI 0 -Le nouveau code
pnal tdi il, abolissant la pei-
ne
ry
mes radicales, entre ea vigueur
aujourd'hui dans les districts et
territoires I drauz.
Le nouveau code stipule qu'-
aucune p ine nu sera inflige
pour l il d'une personne
marie surprise dans la coin
mission d'un acte portant attsin
te l'ho ineur du conjoint, ou
pour I inat de |a tierce
Fersonne, la condition que
assaisr.i n'ail pas dj assassin
pour la ni<- ii" raison. Un pre
aura le droil d'immoler sa llle,
s'il la ; end en flagrant dlil
d'alleu 10 code moral, et i
sera autoris supprimer
gak'iu. ni le sducteur.
Tonte personne qui, pour lu
premire lo i, v il< ra pour salis
laii e ou celle des siens,
ne sei ie.Ln peine
de moi el .o isul dsn -
certains cas de icheliion et de
crimes po itiques.
L* Us jurys est rem-
plac pai un verdict prononce
diieeie d it par les juges, saut
tre i suite soumis la cou-
Brmatioi lu conseil supime de
dfense cl de prvention sociale,
tabli pa le code, et compose
de trois ocats, un nliniste et
un mdecinLea juges du tribu-
nal de mre instance tu-
dient u moiguages prsent*
et put- i la peine, laquelle
est ensii e soumise au conseil
8Uprm< IUI fins d'examen, et
de continuation ou rejet, selon
le cas.
Entre autres rlormes.le code
stipule tuel, U adversaires dotvmt,
u\ se battre, soumettre
leurs gin un tribunal qui
s'eftorc<. i de les amener 4 con-
eili ins effusion de sang.
m lis qu ne pou ri en aucun
Sus, s le 'uel.
l^oii.ilie ce COde t l;dx
en venu de pouvoirs ntraordi-
BSiresi s au prsident, h
Long es na pu laire quoi quel chez L. Bauce eu tact dt
et aoi! pour en empcher l'ap-| bkcire.
Sixtine.
Cette crmonie a t la der-
nire et l'une des plus iinprcs
sioini uites qui nient eu lieu
eo 11)29 au Vatican.
SBCJMB
Les mmoires
de Clemenceau
A la mort de Clemenceau, on
:i trouv ses mmoires 'joinpl-
lemenl termins, except les
derniers prparatifs en vue de
l'impression.
il courait tan' de runi urs sur
l'tal de ce manuscrit, que plu
. urs amis intimes du dlunt
unes l'avoir lu,ont sign undocu
ment et; laissant que rien neres-
i u taire, si ce n'est une r^vi-
i lin le avant l'impression, el
l'insertion de quelques docu-
ments confis par Clemewceau
sa lille, Mme J icquemaire.
'.'est cette dernire qui a revu
le manuscrit.
Les mmoires ont t envoys
i H.ircourl, Orace nid Co., di-
teurs amricains ; ils paratront
la fin lvrier ou en mars.
Concurrence
dloyale.
Pour mettre les consomma
leurs l'abri de la con Ire fa-
on le Guinauden nous prie
d'annoncer sei amis et cli-
ents qu'il ne dbii, plus son
AKl i >n le trouvera au local de
laGuinauds 531 rue Banne
Foi, au Bon March Aux
Caves de Bordeaux Chez
Vielle Garcia, litir Pave,
ticerie Henaud. faille
i la l'liai mai ie ( uniille et
Le Commandant de
1' Antars > chez les
Surs de la Sagesse
Dimanche aprs-midi, vers
les cinq heures, le Comman-
dant le ['Antars quittait le
bord. Il rencontra sur le quai
S. b. Mr Ferdinand Wiet, Mi-
nistre de France qui etai^ ac-
compi gae de M. Kobert Cam -
I) min''. Chancelier de la Le
g il ion le France et de M. Du
fort, Inspecteur gnral des
C mis liais et des Lgations de
Franc Les quatre personna-
ges se reudirent au Pension
mit Si'ut-J une kimesse. Le comman-
da.il y resta assez longtemps
puis regagua sou bord d'o
il ne redescendit que le soir
a 21 heures quarante pour se
rendre au grand bal qui se
donnait en son honneur dans
les salons de la lgation el
dont nous avons donn plus
haut le compte r> ndu.
Un rcital Chopin
I e samedi 1^r Fvrier 1930*
Melle Carmen Brouard, dont
l'loge n'est plus taire.nous
donnera un nouveau rcitai
de piano.
t e publie n'a certes pas ou
bli la soire du 9 Octobre
de l'anne dernire au cour
de laquelle la jeune artiste
s'est rvle la meilleure pia-
niste hatienne, et ceux qui
pour une raison ou pour une
autre, n'ont pasassist cette
tte de la musique, ont pu se
rendre compte par la voie des
journaux que ce ne fut pas
un mince succs.
Onconnait dj avec que'
got sr, Melle Carmen Brou
ard monte ses programmes,
et lorsqu'on apprendra que
son choix, celle lois, se po-
ter i uniquement dans les OS i
vres de Chopin,le matre pr
tr d'ici, ls joie sers s son
comble.
La soire commencera par
une (onlerence de n >tre mi-
nenl collaborateur M. wignste
Maffloire qui parlera de l'au-
teur des chef d uvre que la
charmante artiste inlerpr-
leratavec son rare talent
Une Page
de l'Histoire
du Christ
Par Giovanni Papini
Adapt du texie espagnol
par J. Chandler.
II
LES HtHI.IIIS
Aprs les Btes, vinrent les
Gardiens des Btes. Mme si
l'ange n'tait pas venu leur an
noncer la Grande Naiivil; ils
seraient accourus lE'ablepour
voir le Fils du Nouveau Venu.
Les Bergers vivent presque
toujours sohlaiies et loigns
Ils ne savent rien du mondi
lointain, ni des l'tes de la Terre
N'importe quel vnement, si
petit soit-d, qui arrive prs d'eux,
les meut. Ils surveillaient leui
troupeaux dans la longue nui'
du solstice quand ils lurem
Irapps par la lumire et les
paroles de 1 ange. Et peint
aperurent-ils dans le peu d<
lumire de lEtable une femmr
jeune et belle qui contemplaii,
en silence, son Bb; ils viien
alors Tentant avec les yeux ou
verts, les joues loses et deli
cales, et sa bouche qui n'avai
pas encore got d'aliment leui
attendrit le cur.
Une naissance, la naissance
d'un nouvel homme, une me
qui vient de s'incarner depuis
quelques minutes peine e
vient souffrir avec d'autres mes,
esl toujours un miracle si dou
loureux qu il meut les plus
simples quoiqu ils ne le corn
prennent pas. Et ce nouveau-n
n'tait pas, pour ceux qui taient
avertis, un ignor, un entant
comme tous tes autres mais
celui qui, pendant des milliers
d'annes, tait attendu par son
peuple soutirant.
Les Bergers oltrirent le peu
qu'ils possdaient, ce peu qui
est si considrable quand on le
donne avec amour; ils apport-
rent les blancs prsents des p-
turages : le lait, le fromage, la
laine, l'agneau. Aujourd'hui en-
core, dans nos montagnes, o
sont en train d- mourir les der-
niers vestiges de la Iraternit et
de l'hospilan, peine une mre
a-i-telle accouch, que las soeurs,
les tommes, les lillcs des bergers
accourent,e personne le.s mains
vides : qui avec deux couples
dos il frachement pris du pou-
lailler, qui uvec une bouteille
de lait chaudement trait, qui i
avec un morceau de liomage '
qui commence peine a pren-
ne croate, qui avec un poulet _
pour taire du bouillon l'ac-
couche. Un tre nouveau vntnt
d'apparatre el a commenc son
vagissement. Les voisins, com-
me pour consoler la mre, lui
apportant leurs offrandes.
Les bergers auiiques taient
pauvres et ne mprisaient pas
les pauvres; ils taient simples
comme des enfants. Ils taient
ues d'un peuple engendr parle
Pasteur de Madian. L-.s Pasteurs
avaient t leurs premiers Hois:
Saiil et David.C'taient des Pas-
teurs de troupeaux avant d'tre
des Pasteurs de tnbus. Mais les
Bcrgfis de Beihlem inconnus
du inonde n'taient pas orgueil-
leux L*ii Hauvtt VtUall de liai
ie parmi eux et ils le contem-
plaient avec autour et lui don-
nrent, avec amour, leurs p.m-
vr> s richesses. II. savaient que
c-1 Entant n de Pauvies dans
la Pauvret, ne Simple dans la
Simplicit, n de la Populace au
milieu du Peuple, serait ie Sau-
veteur des Humbles, de ces
Hommes de bonne volont a
pour qui les Anges avaient in-
voqu la Paix.
l3e mme le Boi Inconnu, le
Vagabond Odysse, par aucun
autre ne lut accueilli avec au-
tant de joie que par le Berger
Fume dans son E'able; mais
Ulysse se rendait a Ithaque pour
se venger, retournait son fo-
yer pour mettre mort ses en-
nemis. Jsus naquit, au con-
traire, pour condamner la Ven-
geance, pour demander le Par-
don de ses Ennemis. Et l'Amour
des Bergers de Bethlem avait
relgu dans l'oubli en le sur-
passant, la pit hospitalire du
berger d'Ithaque.
Ans de Dpart
Les dpches pour New-
York el l'Europe ( via New-
York direct ) par le steamer
Ane >n seront fermes mer-
credi 8 du courent
Port-au-Prince, le G janvier
1930,
L'IDAL RHUM
ALIX ROY
Doit sa rputation ses 27
annes de succs.
tes Evnements
des Cayes
Commu nique
Il a t demand un rapport
brel pour tre publi, relatif aux
vnements des Cayes du 6 d-
cembre 1929.
L'enqute tant termine et
les derniers rapports reus, les
faits suivants sont tablis :
Une ioule d'environ 1300
15 ivres marchunt sur les Cayes et
venant des environs de Toi be< k
fit rencontre avec une patrouille
de 20 Vlannes au passage de la
rivire et lut arrte par la pa-
trouille.
La loule consentit s'en re-
tourner chez elle si aucune gr-
ve n'existait aux Cayes. Les lea-
ders de cette cohue lurent ad-
mis entrer aux Cayes afin de
s'en assurer el s'en retournrent
leur dclarer que la g<*-e tait
termine. La loule viola sa pro-
messe et relusa de s'en retour-
ner chez elle. Nombre de lonc-
iionnaires et d'hommes minents
de la ville allrent au devant de
cette foule pour les ramener
la raison et les enjoindie s'en
retourner, mais ils n'y russi-
rent pas.
Alors elle commena par en-
velopper la patrouille ei celle-
ci tira pardessus leurs ttes et
dans un remblai aliu d essayer
de les arrter.
Ils firent halte, mais s'avan-
crent de nouveau. La patrouille
fit encore feu par dessus leurs
ttes et ne parvint pas les ar-
rter. La nuit s'approchait. La
foule alors enveloppa la pa- j
trouille qui, en lgitime dfen-
se lira pour de bon. La premi-
re dcharge fut laite avec des
fusils, quand ceux-ei ne purent
les arrter, on fit usage de ma-
chine-mitrailleuse et d'automa-
tiques,la machine-mitrailleuse
tirant seulement 24 cartouches
en posi'ion fixe. La fusillade
cessa ds l'instant o la loule
arrta son attaque. Le lir avait
t dirig bas vers les jambes
dans le but de les tenir en chec
et d'en tuer le moins possible.
Les rapports d'hpital dmon-
trent que toutes les blessures
faites au corps taient dues aux
balles en ricochet.
Les premier rapports avaient
accus cinq tus et 25 blesss;
les rapports dfinilils d'hpital
cette date accusent 10 morts
t 24 blesss. Il est peu probable
q .'il y ait de i hangement ce
rapport dfiuilit. Si la pa-
trouille l'avait voulu on si elle
avait, en aucune faon, l'inten-
tion de tuer, '.rois ou quatre
cents personnes pouvaient tre
tacitement fauches.
Les munitions utilises taient
du type Gouvernement Standard
tel que celles dont on s'est ser-
vi durant la guerre mondiale.
Il n'y en a plus d'autres ici.
Il n y a plus d'autres dsordres
aux Cayes ou dans ses environs
depuis. Comme beaucoup de
rumeurs sans londement et des
rapports perturbateurs sont mil
en circulation,il estdsirque ce
court expos de l'aflaire publi.
R. M. CUTIS
U. S. M. C.
Colonel, Commanding Ist. Bri-
gade
U. S. Marine Corps.
--------1A
74ATRADE HARKI
Gtnuln OlIUt
AUX VBNDBUR8
E.voyez votre
non et adretu
pour lre publier
uratis.
GILLETTE
Sakty RazorO
15 o^lnn. MtCc
nialribulor,
J D. MAXWELL CO.
Mit il uruniCAiNS
'"rusa
' '
Lu voilette rase tac /le
ment nimporte.quelle
barbe.
Voil la laison de l'pouvantable
croissance de la popularit du rasoir
de sret Gillette.'
N'importe quelle peau tendre ou
dure, n'importe quelle barbe souple
ou dure sont les mms devant la
Gillette. Il n'est pas ncessaire d'es-
sayer plusieurs qualits de rasoir pour
fixer voire choix sur la marque qui
convient voire peau ou votre barbe.
Achetez une oillette.
Vous serez tonn du service partait
qu'il vous assurera et pour le plus bas
prix connu dans l'histoire.
Pour la meilleure barbe connue ser-
vez-vous de rasoir oillette avec les
lames (llette.
CENUEVE
En vente partout.
GiUettelttS
LA LAME
DE
RASOIR

M
/' -.M
...
. &
Kj [V*.
m. '' **
.W TV-.;
EST
LA rLUS
APPEC1
' *; .^ ,
En vente partout.
Distributeur Exclusif
ERNST LUDERS,
Port-au-Prince.


t***:- ; .
LE MATIN- 8 Janvier 1930
.:,..
- .
Disques Odon et Salabert
Phonographes portatifs.
Champagne de la Nuire,
WHISKY Corby's Spcial
Selected.
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, SweatersPul l-Overs,
Chles etc.
Tout|aux prix des fabri"
ques dfiant toute concur-
rence.
BAZAR ODON
J.KARAYAhY
Angle Grand'Rue & Rue
Frou.
Parisiana
CE SOIR
LA
Patricienne
de Venise
Film italien en 5 parties.
L'action se droule Venise
au temps des Doges. Meurtre,
arrestation d'un innocent qui est
condamn mort aprs avoir
subi la torture. Lt autour de
cela une histoire d'Amour.
Entre : 1 gde ; Balcon : 2 gdes.
DEMAIN SOIR
L'Intrpide Canadienue
( Suile )
Entre : 0 50; Balcon : 1 gde.
VENDREDI
four la dernire lois, le li'na
devant tre retourn :
La Da nseuse
Passionne
Avec Lily Damita.
Entre : 1.2, 3 gourdes.
r.___iljji_____- -- .-.'
9
Empresa Naviera
de Cuba S A
(donipapie Cubaine de .Vmqalion)
Le vapeur Prsidente Ma
chado touchera le port de
Jacmel vers le 10 courant,
prendra du fret et ues pas-
sagers pour Santiago de Cuba
et la Havane.
Le sieamer Guantanamo
est attcudu Port au-Prince,
venant de Cuba, vers le 18
crt. en roule pour Puerto-
Plata, Santo-Domiugo et Por-
lo-Rico.
Les chargeurs sont pris de
noter que ce bateau accep-
tera aussi du fret pour les
ports de Cub.t.
Kalael Cervi o VSQUEZ,
Agent gnral.
Coin Grand'Rne et Dants
Destouches.
P. 0. Box A 126:Tlp325C
A vendre
1 Hudson Coach G cyliu-
dres, 1res bonnes conditions,
bon march.
..Voir le lieutenaul
CHARLES KLEIN (
( Pnitencier National )
Ou Tlphonez au No 2221.
Droit de Douane pay.


1?

, il
vendant
TtXEmi MARCI Ml imite
: lui'.s des PiwtWra llarQees
et toujours de pranin fini
UNE BEI LE QLALI1
LA MEILLEURE a
'
;<>
i
R_WO:\ BPEOIAIi
POUR LES COLONIES
DR< .OUEIUE, HEIVOQBIS
SPCIALITS
Franuires et F.trangv'
SKLS DE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprims, cachets.
SOLUTIONS HYl'ODEnjIQVES
BANDAGES. CEINTJl .
BAS A VARICE3
APPAREILS HYGINIOOES
pour tous usages
APPAREILS OffTHOPfMQUEl
Seringues kypodermp
PHARMACIES DE POCHE, DE I0TAGB
COFFRES PHARMACEUTIQUES
pour Usines, Communes, etc.
Projet de Factures
et tous renseignements
sur demanda adresse
PHARMACIE PRINCIPALE
49, RUE RIMfIffll
8-90, BOULEVARD S3AST8PSL
# PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni T Etranger.
;
v,.
I
I
t
fi
La suppression de l'ex-
territorialit en Chine
NANKINLe conseil d'Etat a
proclam olficiellement l'aboli-
tion de l'exterritorialit, c'est--
riire du droil pour les trangers
d'lre jugs par leur propre tri-
bunaux, celle mesure est appli-
ble partir du 1er janvier.
,La dcision comprend deux
parties : dans la piemire il est
dcide que les trangers"vivant
sur le territoire chinois seront
dornavant soumis aux loi-des;
autorits centrales et locales
la deuxime annoi ce la promul-
gation immdiate d'un code r-
gissant les litiges entre Chinois
et trangers
L'indpedance
de l'Inde
LAHORELe comit execu-
tif du Congrs national panhin-
dou s'est dclar pour l'indpen-
dance compl e de l'Inde, avant
l'ouverture du 44e Congrs.
CE SOIR
Les Trois Mousquetaires.
0,50.
Dcs
Est dcd avaot-hier matin,
Tlmaque Darbonne.
Ses funrailles oui tu lieu
hier aprs-midi. Nos condo-
lances aux familles prouves. I
BMlMt BEN6VJE
GHiriBc
GOUTTE RHUMATISMES
NEVRALGIES
Dr. Bengu, u, rm mi, Paris.
Les Etudiants de l'Eco-
le des Sciences
Appliques.
1. Considrant que leur
Ecole est une uvre d'ini-
tiative prive hatienne,dont
l'existence doit tre sauveg r-
de, au bnfice des gnra-
tions luturss.
3.Cousidrant que la pro-
longation de leur grve ue
peut pas ha'< r a solution des
difficults qui ont motiv l'at-
titude de protestation de tou-
te la jeunesse universitaire et
leur lerait perdre inutilement
une aune d'tudes ; et que,
d'autre part, leur prsence au
Cours ne les empche pas de
rnanitester, tn t< ute occasion
leur sympathie ta cause de
leurs Camarades des Ecoles
de l'Etat.
Dcident de reprendre leurs
Cours, le mardi 7 jauviercit.
en affirmant les sentiments
d'troite solidarit, qui les
unissent aux Etudiant! de
I Ecole de Damien.
Port au-Prince, le G jauvier
19. 0.
Le Pisidentde l'AlBOcia+ion'
Lon DALENCOUR
HorrrLinie
Le m/s Waldtraut Hor.i,
venant de Kingston, sera de
retour vers le 10 coiuant.en
route pour l'Europe via le
Nord, prenant Irt et passa-
gers.
Le m/a Consul Horn ,
venaut d'Europe, sera ici vers
le 16 courant, partant pour
Kingston. Santo-Domingo e
curaao, prenaut tri tt pas
su sers.
RE1NBOLD & Cic, Agents,
PourIa beaut
DE LA
CHEVELURE
.-
.._


i
i
4
U I
t

' I
10
o
mmm.1
Toutes les Polices
DELA
comprennent la Protection contre la
S Foudre sans auqmentalion de taux g
] EugJ,eBoss$Co
1 Agents Gnraux
mmmmmmsBsmmm^' "

*- ,i..-."".V
... to
.:Y.U'
*****
,S<

***
sVERBABy
RADE M\KK
LAMPES DE POCH BTFH i S
.lin. mi Ifl / lui l<>ii,lrtii/'i
AMERICAN EVBREADY WORKS
IOI I. i " ""V. VY.,1 "JC.l'i.i.
IWW
r.KMpm^fcatm.nii anm.muwaun
*.'. '*.* /*
Suivez les traces de Gladys
May. actrice pleine d'entrain
dans c Shufllin Sam de l'Aie-
bama q'i ditqu'ellea trouv
l'Exelento la plus dlicieuse
pommade pour le? cheveux
qu'elle ait jamais employe.
L'Exelento
La Pommade de Quinine
est la pommade authentique,
elle atteint les racines d< s che
veux el donnejun brillant na-
turel qui demeure.
Elle arrrMc la dmangeaison
du uir chevelu et rend les
cheveux doux et souples.
Eu vente dans toutes les
pharmacies. Seulement pour
0,30 centimes parpos'e direc-
U ment.
EXELKNTO. MEDIC1NE
COMPANY
ATLANTA, C,EOBIA U.S.A.
Agents demandes pour tous
pays.
E"-ivezD'.nr renseipnen ents
LA BIRE NATIONAL
DR LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr, sa qualit
suprieure.
Frotqez voire poche el
voire sant en ta buvant
toujours.
ALUMINUM L1NK
Dparts rguliers de New-Orlans,
de Mobile pour Port-au-Prit.ee.
M(lEW-oain.vs m hoium mi\ii ;l l'oiiru i-him
Le 4 Janvier 1990 le 6 Janvier 1980 le 13 Janvier 1930
8 Janvier 26Janvier 111:50 '21 Janvier
1er Fvrier 'J Fvrier
l Fvrier 17 Fvrier
1er Mars 'A Mars
1") Mars 17 Mars
29 Mars 31 Mars
pourtous autres renseignements s'adresser
A. de MAI TELS v Cn
Agents Gnraux.
10 lvrier
24 lvrier
10 Mars
24 Mais
Avril.

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANgE
sur la VIE1
EUG. Le BOSS & Co.
Aaents Gnraux
h
m


Mercredi
8 Janvier 1930
Le Malin
4 PAGES
-.v*|
23me ANNuE N 6887
Port-au-Prince
Tlphone : 2242

^i vous voulez apprcier
c >n neni l'esl (ivel- >. I
, r- sc tienne de Ti
1 >i.t L'nv< rlufi
). )pno la rcenl oa i
du D' Purr.E-MARS,
il ne tape de
l'Evolution liallenn
lin venle i la librairie le
La Presses Aux Arnica de
Paris, .'i la Pharma le du
G obe Dr !oicou), au prix de
1 dollar l'exemplaire.
!
Est prescrit pour grippe, re-
roidisseni'nts, dengeu,Rile, fie-
re]et oatuditme.
Cest le plus rapide remde
(dburys
CHOCOLATE SANDWICH!*
Joe Woolley, reprsentant
En venle chez Boit, Simon Vieux. Dereix, B. & N. Sada
et dans les autres picerie! de la place.
Panama Railroad S'teamship Line
g
Servies d4* fret et d< passagers entre
NEW-YORK GIT Y rt, i.CRISTOlUL.^ANALZOSii et les PORTS deda^COTE
OUEST de l'AMuRIQUE du SUD.
plus rapide et le plusdiiect service de tra .ponde passagers et du trl entre Haiti
et les ports Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama.
Voici la liste de nos agents pour les pr.nc paux ports de l'Europe :;
Aagleterr Ecosse France
Mrs, G. W. SHELDOM & Co- 17 James Street, Livkrpool, tiMLm
>
~
f\ UIWIL
In.SUEDOI \i. nu lytstrtft
lui les eaJiMi Mihnntc : S
Gblalsy Hanmei &Co
2] hue de lu Rpublique
Mai si ille
Hefnu Pi ron & Cie Lt
|68 Quai Georges V
^Havre
IIkrnu Peron & Cie. Ltd
Kue i\n Mouliu' vapeur
;gBo:logns/Mtr
.UtHNU 1 F.RON Cie. Ltd
96Rue de Minais
Paris
Hfrnu Fi ron & Cie. Ltd
;Rue de la Tranquillit
Dnnkerque
IIfrnd If ron & Cie Ltd
Ane Roy
Bordeaux
I
COPENHAGUE
Danemark
Mis. E. A. 13endix& Co.
21 A Ni ugade, Copenhague
GENES?
Italie
Mrs Hbnri Coe & Clers
Piazza S. Matteo, No. t
Genva. Italie
Oslo, Norway
International
Speditionstelskad
Hambourg, Gkjwam
MrH. Vogemann
JJhaml Ourg,Geimany
GoTTOUP.f.F SWIil '-HEDEN
Nordisi Expreea
Gotterobuige. Sweeden
POTTEBI ...M, HGLLANLh
Mr. li. Vogemano
li lu dm oilaniff
ma*
vtiy.-tiw.vj,.
..-3K..: 1. .JMtJ
4
POHT-AU-PhlNCl
Venez vou nos Magasins uc
radijpar omles COUI'IM el lon-
gues Noua nous Uoiiueiuus une
UeiUOUbUailuu a u Uli^ul iCijUcUe
heure.
Pliia dts inltrfmaca atmot
MlftUlOUcuUI'i
PSlUM lUUlO, i'OTi au Pnuc
I iwp'io.it .no, 'ilQ

U

>1
i
;
V

p"'-a
S
^
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotl.ind )
Cjt la a General ~est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
le ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse
le monde.
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre j
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes tatises par ses branchs d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices coutre Ac^ideuts sont valables dans l'uuivers entier. Tous les voya-
geurs devraient donc prendre la nrcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollar, la prime annuelle n'tant que de 1/2 / soit 30 dollars L. (..
Veuve F. BIRMINGHAM, Aux Gaves
SOUS-'CENTS:
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince: S. GILG
TOVAR & Co Miragone. JEAN BLANCHET Jrmie.
S.
T"
y
NOUVEAU SERVICE
DE RESTAURANT j
Hors d'uvre varis ou
Plats du Jour j
DESSERT
Le tout pour Gourdes ,2,50
VINS TRS SOIGNE METS CHOISI]'P. P. PATRIZI
ALUMINUM LlNE
a Prochain Dpart pour Hati,
Un steamer laissera New Orlans le 4 Janvier l9iK) pour
Jrmie.
Ce 26 Dcembre 1929.
A. de MATTEIS & Co, Agents gnraux.
The Royal MailSteam
Packel Companv
Le vapeur Sea GLORY venant de Kingston et des ports du
Sud, est attendu la Capitale vers le 8 Janvier 19 10, prenant
fret pour I Europe via les ports du Nord.
Port au Prince, le 23 Dc.embre 1929
I. J. BUIO
General Agent
Pr-Cat Lan
v vont anfl quelques heures de loisir, le fsoir, et*que
tous dsires les passer agrablement ailes au TZZ^Z
Pr-Cat-Tlan I
o vous trouverez, la plus belle salle de bal, la musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les plus fraches et les plus pures.
Champagne, bire allemande ou nationale.liqueurs de toutes
ANMIS IMPUISSANTS
PUISS
MALADES J Vou eut (Uprlmfe L sommeil ou
fut*, la mtaoir* nu fait dtfaol et votr*
*j.rfl disparat. Voua tat us talbla.
l ELIX1R ZIDAL
va raoottltuar la eallula narranaa,
ratrouTaraa voira vlrucur, oa aerva
rjnr.
Bncwri fratuHr W 9 tt 64 pag<,
W rmt imr 4 S SAUIS, 11. * *t fera,!** PAMS
i\ vtir D*irs n>iirs /.e* miHutcrn
Cours
Classiaues
12me Philosophie inclu-
sivement.
Mthode sre, Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
rie l'Anglais, de l'Allemand,de
l'Espagnol. Mthode sans
gale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui, veulent
gagner du temps. kmm.
Cours de Musique ( Soltge.
Violon. Piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresser Rue La marre, 1537,
ou llphcnez au No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Reconnu de l'Universit
Hbitienne.
L'AK 100
la G.
> ux produit' de
" 'in on a prou-
v les qualits remarquables
de reconstitution est en vent
aux maisons suivantes :
Au Bon March, Caves de
Bordeaux, ipves d'Hati, V/e
DouyoD, Confiserie du Lion,
Maison Schomberg.
Prix; '6o centimes la ou*
iie.
%-,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs