Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03906
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 6, 1930
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03906

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242
T$i >Mij veniez que vos'-allains
se'fatsfet, llf/ > ftfwr.
MM uulfz l'as qu'Hit s M
lailf, eu\nu7->.
HU\hI.I\
23eme ANNEl N l'ieVO
PORT-AU-PRINCE (HATI )
MARDI 7 JANVIER 19S0
Clemenceau et
sa Foi scientisle
Som et Fin. ( l oir Lf. Matin du luttai6 Janvier ).
Sa philosophie ne l'ut cepen-
dant pas celle du nanl, mais
de l'action. Il ne fallait pas lui
demander pourquoi cette ac-
tion, pourquoi cette roue des
choses i, ternie emprunt aux
potes de l'Inde, et qui revient
souvent sous sa plume. Cle-
menceau ne s'est jamais pi-
qu de logique, encore qu'il
ne soit pas difficile de retrou-
ver une certaine unit dans sa
carrire tumultueuse. Cette
unit tut faite d'un petit nom-
bre d'ides qui animrent sa
politique, et plus encore de
passions passions de race,
passions hrditaires.passions
de partisan, qui explosaient
souvent avec violence. Elles
atteignirent, dans les heures
tragiques de 1917-1918, leur
point culminant, et ce fut tant
mieux pour la France. Il sem-
ble que pour confondre le pha
ri sais me d'un imprialisme
quiprtendait mobiliser Dieu
lui-mme et avait grav sur le
ceinturon de ses soldats Dieu
avec nous, la Providence ait
voulu se servir, comme ins-
trument.d'un mcrant qui ne
croyait pas en Elle. Ce ne sont
pas ceux qui disent : Seigneur!
Seigneur! qui entreront dans
le Royaume des Cieux... ^S
ht certes. Clemenceau tait
loin de dire: Seigneur! Sei-
gneur! Il s'en faut pourtant,
et de beaucoup, qu'il ait m-
firis, comme des esprits in-
rieurs, les hommes de foi et
de prire. Il en voulait plutt
aux chrtiens autre travers
de la vieille gnration repu
blicaine i du second Empire
de ne pas raliser intgrale-
ment leur foi, de ne pas tre
des kros et des saints. *"^r.
fAhl disait-il, un jour, a
l'aumnier de la Comraunau
t o il trouva des infirmires
au dvouement admirable et
celle qui, aprs l'avoir veill
dans les heures de souflrance
et d'agonie, eut le douloureux
devoir de faire sa toilette mor-
tuaire si tous les prtres
avaient dans les veines une
goutte seulement du sang de
Saint-Franois d'Assise...
Et je tiens de mme source
cette anecdote quijen dit long:
Clemenceau, en premire li-
gne, pendant la guerre, s'lait
emptr dans des fils de fer bar-
bels; quelques mtres le s-
paraient des Allemands. N'a
vancez pas, Monsieur le Pr-
sident! suppliait voix
toue le gnral qui l'ac-
compagnait. Dans les ronces
artificielles, deux cadavres de
soldats franais restaient sus-
pendus entre les lignes enne-
mies, sans qu'ont put les re-
prendre pour les ensevelir.
Clmencean regarda longue-
ment les deux pauvres poilus
tus. 11 revint en arrire pe-
tits pas. Des larmes roulaient
sur sa moustache blanche. Et
soudain, brisant le silence : ....
Il n'y a personne, dit-il,
qui soit digne de commander
des hommes de cette race !
Puis se ravissant :
Si, reprit-il, il y a eu un
homme dans notre histoire :
Saint-Louis. C'est le seul...
On a souvent rappel l'anti-
clricalisme de Clemenceau.
Je ne chercherai pas plaider
circonstances attnuant s. Je
ne citerai ni tels articles de
1903, quand i! redevint le col-
laborateur rgulier de l'Au-
rore, ni tels discours la tri-
bune du Snat, en faveur de
la libert d'enseignement.
11 me sera permis, cepen-
dant, d'invoquer le tmoigna-
I v*5^t religieux por
avoir le droit de dire que Cle-
menceau ne tut point le per-
scuteur inilexibie que d'au-
cuns se reprsentent tort. 11
avait t nomm prsident de
la Commission snatorhe
charge d'examiner les de-
mandes d'autorisation prsen-
tes par un certain nombre de
Congrgations, la suite de
l'odieuse loi d'exception que
Combes fit voter.
Le chef d'une de ces Con-
grgations -- que je ne dsi-
gnerai pas autrement pous-
sa la hardiesse jusqu' solli
citer de Clemenceau une en-
trevue, afin de justifier de vive
voix la demande d'autorisa-
tion. Jamais, il ne consenti
ra vouj recevoir, lui dirent
des conseilleurs de pessimis-
me, t Je verrai bien, rpon-
dit simplement le moine. Et
il s'en tut au Snat, pour voit
Clemenceau, il ne le vil pas.
Mais le prsident lui crivit
pour lui donner rendez-vous
son domicile personuel, rue
Franklin
Le religieux y fut exact. Cle-
menceau le reut, goguenard,
et se mit plaisanter froce-
ment les moines. Sou interlo-
cuteur restait intimid et si-
lencieux, f Les moines, les
moines... Ah! la bonne bla-
gue! raillait le Tigre. Mais,
quelle bizarre ide vous avez
eue de vous taire moine !...
Et il poursuivait sur un ton
moiti ironique, moiti cruel.
N'y tenant plus alors, le re
ligieux se dressa et regardant
en face son terrible adversai-
re : i Monsieur le Prsident,
vous jouez avec moi commt
un chat avec une souris... Vous
avez sur moi le privilge de
la situation, de l'esprit, du ta-
lent. Mais puisque vous vous
moquez des raoiecs, je vais
vous dire pourquoi je le suis!
Et dans une improvisation
o il mil toute sa toi, tout le
feu de son me, le religieux
dit les raisons de sa vocation,
les beauts de la vie de pri-
res, de travail et de sacrifices,
la noblesse du rle de ses
frres.
Cette fois, Clemenceau
M
anufactore /y,,,^
de Cigarettes
& C
GEBAKA
Les Ciqaretles
Dessalinienne
*Colon
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
l irce la
viais amateurs
finesse
de leur arme font les aeitces des
me a homme, comme si une
fraternit obs'ureel soudaine
rvle avait fait tomber entre
eux toute barrire de conven-
tion :
Tu viendras dire lout ce-
la, tout, devant la Commis-
sion .. Je veux que tu viennes
au Suat... Et I autorisation
*era accorde. J'en tais mon
affaire.
Les deux hommes se quit-
trent amis.
Quelque jours
f
,-!
i,
religieux tait^,admis plai-
der la cause de son ordre de-
vant la Commission snato-
te, et, selou la promesse de
Clemenceau, il eut gain de
cause.
Aprs Dieu, c'est Mon
sieur Clemenceau, ajouUs't-il
aprs m'a voir cont cette
mouvante histoire, que les
religieux de X... doivent d'ti e
restes en France.
Vous tes-vous revus? lui
demandai-je.
Oui, nous avons conser-
v les relations les plus cor-
diales. Quand le prsident est
parti, eu 1910, dans l'Amri
que du Sud, je lui ai crit que,
durant son absence, j'aurai
tous les jours, la Saiute-
Messe, uue prire sou inteu
lion. C'est tout ce que peu
un pauvre moine pour vous,
ajoutai-je dans ma lettre. Ne
firenez pas la chose tu riant.
I me repondit
Tant d'appels mystrieux
auront-ils t vains? J'ai
vcu de bruit, et voici que
j'entends les pas etoufls du
silence, crivait-il dans son
denier ouvrage... Dieu veuille
qu' la minute suprme de
1 agonie, il ait entendu une
aune voix, et que, dans sa
loyaut incontestable d'me
qui aima dans la science la
vrit, il tait entrevu i un
clair de quelque chose i, qui
occupe non pas seulement
une minute, mais l'ter-
nit !
Robert COKNILLEAU.
1res ainiabie-
ne I ment qu'il n avait pas ri, mais
ricanait plus. Il ne faisait plus \ au coutr lire que mou inteu-
Dernire
heure
Avec ce mouvement exies
sil qu'il v a
LA PARISIENNE
pendant les derniers jours de
l'Anne, nous vous suggrons
l'ide de laire vos achats^e
Chaussures et Costumes
du nouveau Stock que cette
Maison vient de recevoir.
LA l'ARiSIMtSE
'.laud'Kue et Miracles
ingle l'houe 200b.
i----- gqw
Les dettes compares
des grandes nations
d'esprit. Emu, boulevers, il
s'tait lev. Il saisit le bras du
moine, et, le tutoyant d hom-
tion de prier chaque joui
pour lui l'avait profondment
remu...
Aux Propritaires d'Autos
l.a \w\ irli i n ion Fire Insaraooe Sorietis I.M
Fonde en 1797.
U A le plaisir d'informer ses fid'es clients qu'elle a ouver en
s aili une Branche pour le MOTOR BUSINESS et les prie de
'adresser pour tous renseignements ses Agents Gnraux.
MM. JOSEPH NADAL & Co.
P. O. Box 91 Phone 2217.
Accessoiies d automobiles
Rue Prou, ol-devant c'ee Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454.
Le Journal des Economis-
tes a calcule iea charges que
rtprsente le service uVs int-
rts dans les grands budgets
d'Euiope et d'Amrique. Ces
charges atteignent respective*
ment eu lianes, et par habitant :
Grande-Iii etagne,843 ; France,
010 ; Canada, 328 ; Argentine,
260 ; Belgique, 25U ; Uruguay,
233; Norvge, 212; Espagne,
lfil ; htals-l'nis, 160 ; Suisse
141.
Le montant des charges aile
maintes qui dpend du plan
Young n'a pu tre tabli. L'en-
sembie des dettes en princi-
pal s'tablit respectivement
comme suit, par habitant en
Irancs:
km ope. Grande-Bretagne,
Uu.830 ; Belgique, 4.787 ; Norvt-
ge,a,U80; Pays-Bas,.} 408;Suiss*
2,637; Danemaik, 3.26W ; Sud.
J,u64 ; liice, 3030 ; Tchcoslo-
vaquie, 1,71*3 ; Autriche, 1.38S ;
Allemagne, 8 08 (non coin pus
rparations ).
Amrique du Nord.Canada,
5,679 ; Etats Unis, 1,733 ( avec
les Etals fdrs 4,389 ) ; Mexi-
Ique, 992 ; Nicaragua 936,Jama-
que, 050 ; Cuba, 037 ; f'orto-Ri-
co, 500 ; Honduras, 410 ; Rpu-
blique dominicdine,3UW ; Salv--
aoi, o.,j ; Hati, 210.
Amtnque du S~d.Uruguay,
1,730 ; Bolivie, 500 ; Colombie,
.)0 ; Peiou, 392 ; Venezuela,
12t.
Au Japon, la dette par !le te-
' ait de 1,067.
Pour lu France sur la base
u'une detle globale de 45.i mil-
liards et d'une population e 40
millions d'habitants, la de,te
par tl atteint 11.240 irancs.
Les finances
du Reich
B!.:;iJ\'r M. Hlterding.ml-
niire des finances,vien! de pr-
sentei ta dmission aa ;. rsident
i i Hindenburg, qui la screp
te.
M.Ufllerdiii,: a: depuis pin
sit r- setuaini s, l\>t>i ris vi
v<>, attaques, propos des r-
loi uns financires -t des >m-
prouts envisags par le gouver-
nement du Heicli.
i e prsident nomm M.l'aul
Muldeuhauer, ministre ite- 1 E-
conomie publique, ministre des
linances intrimaire.
Le prolesseur .lohannes Po-
pilz secrtaire d'Jitat aux linan-
ces, ,a*lui aussi, donn sa d-
mission, la suite d'une circu-
laire confidentielle crite par lui
et adresse, ai. dbut ri h se-
maine, aux gouvernements des
nflrenls Etats, circulaire dans
laquelle il laissait entendre que
le neich ne serait pas en mesu-
re de hure lace ses obligations
de fin d'anne.
La situation financire a l
rtablie depuis, gice des ar-
rangements avec certaines ban-
ques allemandes, et la circulai-
re en question a t retire,
mais non sans avoir caus une
vive alarme parmi les gouver-
nements des Liais fdre.
Le narioge du prince)
hritier d'Italie
0a attend Rome 4 rois
et (m uriii.es in gang
HOME Rome donnera l'hos-
pitalit, entre les G et 11 janviar
quatre souverains, soixanle-
cinq princes de sang et beau-
coup d'autres peisonnages. Le
public se demande de quelle
manire tous ces htes seront
traits et o ih seront logs.
Au Quirinel, un buieuu sp-
cial a t cr cet eflei, qui a
pris toutes les dispositions n-
cessaires, a commencer par l'or-
ganisation des logements. Une
petite partie des personnages
sera hospitalise au Qutnnai, o
dj quinze appartements ont
t amnags. D'auttee seront
les ho;es des ambassades des
nations auxquelles ils appartien-
nent. D'autres encore occupe-
ront des appaittments dans les
grands htels de la capitale. Les
repas seront tous pris au Quiri-
nel. L'n service d'automobiles a
cl galement envisage. Ou at-
tend une centaine d'automobiles
du dernier modle qui seront
mises par la maison royale la
disposition des htes.
\ aura-MI une loire mondiale
a Nf Vork en tttl ?
La Merchants Association de
New-York annonce qu'elle est
oppose au projet de loire mon-
diale pour lU:i2,destinte com-
mmorer le 200e anniversaire
de la naissance de George Wa-
shington. Elle soutient que les
foires n'ont plus de raison d'-
tre cause des progi es mo-
dernes tels que le cineaia, le ra-
dio et l'automobile .
Le lait que Uncago va avoir
uue loire mondiale en 1933 est
aussi un argument contie le
projet en question.
La lltgtl n'abandonnera pus
| lie luaiuint s>ieu
FAK1S Les troupes Iran .ai-
ses resteront en Syrie ei la Fran-
ce n'a pas l'intention d'abandon-
ner le mandat qu'elle dent d
la Socit des Nations.
LV.titude de la Fra ce a t
clairement dfinie la hambre
lorsque les partis de l'opposi-
tion cri tiqurent h cabinet Tar-
dieu et demandrent le retrait
ues -oldats franais en Syi
M. leginei, ministre uc h
Gurie, refusa carrment nie
gouvernement nota lu ojaeetioa
de confia.ice. Le i o] tint
une victoire par 30 voix con-
tre 247.

... a vu pondant la pluie du 2
Janvier, dans le crpuscule, par-
mi la foule qui courait cher-
chant o se igarer, un petit ga-
min qui soutirait sans doute de
ses souliers neufs. Il les enlev
carrment, et ses chau ttea
aussi, et les tenant d'une main,
de ta gauche, il se uii' t 'oiinr
de toutes ses jambes je ne et
souples. Il taui l'avouer, il cou-
rail mieux sans ses souliers
qu'avec.
ea
... a vu un petit avis annon
c/ant que Baileys lie ich r.t res-
suscit et s'est demand quand
Bailey's Bench Mvmi il [aman
t considr comme mort. L s
soirs do clair de lune- les autos
encombraient la petite plage, et
si elles taient moins nombrau-
s'es les soirs ou il n'y veil pas
de lune on ne peut pas dire
qu'elles ne s'y trouvaient pas,
lit ces soirs-l peut-tre y amu-
sait-on devant!
liaiky's Beach n'a j t
mort. Vive Bailey's BeachI
"

... l'a encore i\ vu ces jours-ci,
pantalon marron, gilet gris, ves*
ton kaki faune. Cigare leint
aux commissures des lvre*,
chevaux repass:., et reluisants
de graisse el de coups de 1er, il
s'en allait taisant des moulinets
avec le coco-macaque qui, ja-
mais, ne l'abandonne ... \'A com-
me il laisse crotre depuis quel-
ques jours sa barbe, c tait, par
nos rues modernes, et dans la
foule des pissants misa la dei*
nire mode, comme une dl-
gation des temps jadis vers"h
temps rapides m preliq ies qrj
nous vivons actuellement?
i

... a u, et avec quelle joie,
un fou qui paraissait tre I hom-
me le plus doux et le plus dli-
cieux qui soit. Il entra dans l'a-
telier du Matin et tandis que
les typographe.^ travaillaient, il
se nul, lui, chanter, imitant,
tour tour fous h s instruments,
depuis le saxophone et le haut-
boisjusqu'au trombone et la
basse. C'tait harmonieux et
touchant.

Notre il glissant un de se s
indiscrets regards dans une des
petites maisons de la ru Bonne
Foi y dcouvrit une [ lie tshle
sur laquelle taient tals un
certain nombre de colis, Ils
taient eu ralit au uoiubie de
six. Notre il qui devine tout
aussi bien qu'il voit se rendit
coaipte toul de suite que ces pe-
tits paquets taient uesties aux
paumes qui, I lendemain nia-
tin, viendraient solliciter leurs
trennee.
... a eu une minute d c-motion
heureuse devant i ette petn<-
maison o l'on n'oublie pas les
deshi ns du hasard.

... Hncore LuciSN i h. Lakon-
tant, dira-t on 7 Ce n'est pas de
la faute de NOTRE tate de ses prop;cs regards que
chaque jour augmente le nom-
bre de ceux qui se pourvoient
en gazoline et pices dtaches
daii ce magasin de la Grand-
Kuj o tout rellement est
meilleur nuanfi que partout
ailleurs et o l'on wst servi avec
une rapidit et une courtoisie
vraiment admirables.
*
... a vu passer mercredi et
jeudi soir beaucoup de person-
nes au Chauip-de-Mars. Des
femmes, des entants, des vieil-
lards se baladaient joyeusement
en chantant quelquefois dos
ciiansons un peu grivoises. Prs
ue la statue de* l'huipereur des
jeunes ho ..mes taient tasss
eu foule. Devant l'cran de Va-
rits on applaudissait tout
rompre, on j,uait des coudes,
ou secrasati, on as bousculait,
et uans les les eouples,
bra* de.ssas, bras ehssjusiitu
ba.cnt etlro>abieuienl. Dans un
Coin, presque cliaque fois, un
pauvre homme dormait, avec
au^coin de ses livres uj eigare
M


PAGE2
LE MATIN 7 Janvier 1930
ET"*1
Bu: ., ... .vv .. v ir
Seuls distributeurs: HEHNER & C
Boule Houqefttole Rouqe
Jacmel Tradiuq C
) I r i '
grefti .il ; la Cour
le
!t
;<> i sup-
L*i divorai CShtcago
.iii : \ ; ) 0 i paon* u
st us'! j i i --i livorcei dans i
eo m ide C) k, el il en rsulte
qu'ils o proa > ici la vi
teS; i i ititaa 55 mtautes
p ne |j liciiire. Le
nu abre t i 61 I 19.659, ioit
20 i ; i 1n l'anais pr
,1 | i. Le i "; o it l loui
m .
de
i .
Lssdivorces soit en m iyeu-
iie d'un ,' me 103 toyen. Us oat
Dans lu ma-
jorit ! s cas, ton dois, les di-
vorcs n'avaient pat d'entants.
[) ma Ir ' 'le,u
h,.' tai deman ssse. 'i' ; dis
que ion el uaat oui
t p a ipalemeat les mou s in-
voqus par les femmes, l'inlid
lu,-. ;, i 11 raison allgui e par
les raar s.
Il -v.,1' rail en outre des st -
tistiqui i 15 o/o seulement
des des Vuin-
caini de naissance (croyes4e,
ou ne le croyez pas I)
aooa M
La (Utie V Kyrti T. Herruk.
USM. Douniergue a ;>e-
'(, lenca d'un i omi
te ch i ir la municipalit d.
la vilU de Pans de procder
rfection d'un monument la
mmoire de M. Myron T. iier-
rick, i mbaseadenr amricain
dcd
M M.Tardieu, Briand eM'oin-
car ont aussi lait savoir.qu'ils
considraient comme un hon-
neur de I ue parue de ce. co
mile
M. d" uidign, prsident du
conseii municipal lanc un
appel la population paris tnnc
en laveur de la souscription, La
Banque de Frarce qui prta
rarement m nom ce genre
d'initiative, recevra les sous-
criptions.
OM0OB1
Le Gnral Butler
s'est expliqu
Le maji i gnral Soie lley D.
Bntler i ipliqu au se< i si lire
de 11 ma ine son rcent dis-ours
de Pitbburgh au lujet il
conduite de l'intanterie de ma-
rine nui; aine pendant certai-
nes lections eu pays tranger.
M. dams est maintenant con-
vaincu que us dclarations du
panerai onl < < dnatures. 0
avait pri n In que, dans son
discours d< P ttaburgb, U g.i
rai i il que infanterie dt
mari':' -.t vie les iec
tioiis pou laii e les candi
dais ou favorisait
a/jaoaa
Les rliarq. > ii>calfs eu Plaire el mi
4 autres piyi
PARIS- An cours du Con-
grs u< Fdration des syn-
dicats ei groupements de cou
tribu.i> a' comparant sui-
Pour on mme revenu de
0 i.On francs-papier, dduction
laite de charges de lamille, un
parlementaire paie 960 lianes ;
un I inclionnaire, 3.348 : un coin
merant, 8.280 franc*.
ou^r un gain d a 40 000 trancs
papier et avec une ch irge gale
, tU enl ints.un contre m
1.045 i .. soil 2 0 ojo ; un
rndeciu, 2.040tr.soii 5 oio ; un
commerant 4,402 Ir.soit il ojo;
une veuve qui a Lut des ecouo
mies, 7,200 fr.,soit 18 ojo.
a FAMSE I) HATI THOMAS
Nous aunrenons au il a l'-
apprenons qu il a
./28 octobre 1029
par
Pan .ilon

>OS I
. Llio Larochi i
Guilbaud industriels tablis
Port auPrince, une marque de
ique dnomme rarin
d Hati Thomas .
La due marqie s'applique
lana l'industrie et ie com nerc
des dposons ui\e tarioe nu-
tritive de leur tabrication.
Nous ne savons pas encore
exactemi it ce qui ennc dois (a
composition de cette l'aria
:e que nous pouvons affirmer
|ue ie pai i pti iserie
,1 ins li compos tion d s(|
aile est employe soni excelle s.
Le puObe sera a cro-
yons-nous, e.i m ; : -
cier.
CINKsi-N HAOVMQl BS
A la BUite d incident p vs
nant du bois qui i tai* d
MrSt-Legi ci un 2meGi m l
Maltre-adjo nt, enoi qui
pas t ratifi par l'Assemble,
le Grand-Matre e! -rend Com-
mandeur de l'Ordre, 4e Liio
Joseph a dpos s lmii lion.
Le nouveau Gran i Matre u
,1' R taten'rei en Ion -
tion le 27 J. tvier ouran ,
commission a l I irme poui
grerlInsu ut j squ a e
date. Cette co aies on esl com-
pose des ai eus Grands Mal
ires : Aug. A. Hraux, Brri, L.
L. Verrat et Kigal, ce dernier
rapporteur,
vaul a t prsent
rapport ai i n i eo i di i i '
tion, soin u France ds ^2 o/o ;
an Anglet re.de 20 o/o ; ti Al-
lemagne, 18 i/o; aux ivals-
Unis, de 10 o/o.
Sur i cession de 310.
000 lr oca r,l >enl il p ient :
en I' : ir. 10 o,o; en Angle
re, 7 Il m
en Bel 5 o/o ; en liai
u L les tri
de ". . F B>
ce, '! ; ; tu Espagne, de
26 o/o; en dlemagce d* 16 ojo ,
en Helpiqj de 2o(o;en \
gleterre, u.
{ mer :nt.msrie,p
de oii> iil.niis, pour un i
m: KKJ rancs or, \> de:
Fl mci ,13 o|0 ; en llali',11 o,-. '
an Bely que, 7 o|0 ; en Allenu |
gne, 6 ojo ; en AngJeterre,2 ojo. |
Comiiieneemeiil d'inceiidio
Aprs I incendie qui a failli
dvaster totalement les Magi-
Sins de 1 Elut, situes en face de
i dou me, incendie qui clata
veille du Jour d I lAn v< is
cinq heures de l'aprs-midi, U
i i noter an commencement
.i i vendredi
3 J .il, aux en-
virons >lii H l- Vi dans le quar-
CommunemeOl appel der-
rire le lyce . Un gendarme
trouvait celte heure
. environs donna l'alerte
ix coups le revolver.
rouf aussitt les pompiers lu
I Police et
ils arriv,en! avec leur ; ompe
lectrique. Heurt ut lin-
Une Page
de l'Histoire
du Christ
Par Giovanni Papini
Adapt du texte espagnol
par J. Chandler.
LE MEUpsT L'AHI
Les premiers qui adorrent
Jsus lurent des animaux et non
des hommes.
Parmi les lionnes il recher-
chait les simples, entre les sim-
ples les e,liants; e: les animaux
domestiqui s, plus doux et plu>
.impies que les enljuts.l'accueil-
Ureut. Quoique bnmbles, quoi-
que serviteurs d'eues piustai-
ules niais (nus teroces qu'eux,
tAneei te Bceul avaient vu s'a
genouiller devant eux les inul-
nu le.-,. Le peuple de Je,us, le
peuple de Jehvah, le paupK
sain! que Jeliovah avait dlivre
da la servitude d Egypte, le peu
pie qu-, le Pasteur avait laiiae
seul daSH ie dsert quant il
ijivjiita sur li montagne pour
parler 1 Eternel, avait ob.ige
Aaroa de lui fabriquer un Veau
j Or ,: >ui" l'adorer.
Li Grce, Ane tait consa-
cre i i <; eu Arts, a Dioniaos, a
Appototi Hypcibor. L'Ane da
lia . i u avn sauve un prophte
par u bonus rponse p!u>
aviae r\ ue celle d'un sage. Ucoa,
de 'erse, a van mis un ne
dans I. temple de Etah pour le
laue a >rer.
,1'm. d'annes avant que na
quit Jsus, son mal re luiur, Oe
ave, de icendanl avec sa floiie,
la veille de la bataille d'Azio,
avait rencontr un paysan avec
o,i ta. L animal s'appelait Ni-
con, le Victorieux, et .'pies la
Oatuiile, l'empereur avan fait
riger un eue de bronie dau*
ie temple en souvanu de sa Vie
toire.
Les H is al les Peuples s'-
taient jusqu'alors prostern! de-
v.nil les Buls et lesAuee. Les
louples qui prfraient la Mj-
ure taient rois de la Ter-1.
Mais Jsus naquit m pour r-
gner sur la Terre m paur aira r
le Manre. Avec Lui prendra Su
I b loration de la Ble, la fa -
blesse d'Aaron, la suparsttioo
d'Auguste. Les Brutes de Jru-
salem le tueront, osais, par co
tre,ceux de Bethlem lavais t
i ii 11 de leur souflh.
Quand Jsus arrive, a. poui la
dernire Paque, dans la ville le
la mort, il montera un ne. Ma-s
il est le Prophte, plus grand
que Balaam.qui est venu sauvai
mus les ho nmea et non p s
eulemen les Hbreux, et 11 ne
s el lut I changera pas sa roule mme si
titimmeu- '^ moles de Jrusalem
Le Monde
mariage.f.e 18 Dcem-
bre rou'anT, a (i heures du soir,
a eu i' u, jrmie, dans les
salo s de M. Nerva Nicolss, le
merise* nvil de me VveJhTi-
tusn Ai" O'civd.ive on
sieu Jom pti Lhi isson, VIagi^
Irai Commaual. Les tmoin^
taient du rle de rponses M
L. A. Timoth" ancien sna-
teur de la Itpub que,et \1 D-
vid Sanssricq fils, Recevenrcom-
munal ; du ct de l'poux : v.
Clri Latorest, homme de let-
tres et \1. Roger Rouzier, Con-
sul de Belgique.
Une belle rcep ion a t laile
nux invits qui se trouvaient en
fcrand nombre. Les d^ax pou^
taient au comble du bonheur.
Ils venaient tous les deux pour
la seconde lois.j n mettant fin a
'eur tat de viduit, de recom
mencer une nouvelle vie heu-
reuse.
Le lendemain, b heures 1/2.
a i clbr l'Eglise Parois-
siale, le mariage religieux au
quel assistaient les amis et pa
rents des poux.
Nous leur renouvelons no>-
souhaits de bonheur.
Funrailles Hier aprs
midi, 4 heures, oui eu lieu *
la Cathdrale, les lunrailles d
Me Villius Servais,dcd Ma-
ris, le 5 dcembre 1928.
Nous renouvelons son pou-
se, ses entants et tous ses
autres parents, l'expression sin-
cre de nos condolarces.
ViolruV Alhletic Club
Le Comit de U rectiou de la
V. A. C remercie Son Ex
oellence le Prsident de la Re
publique, Mr Jh. Geftrard, ^r-
sident de la Commission Com-
munale et les Membies, Mr Em-
manuel B. Armand, ancien Pr-
sident de l'U.S. S. H., la Garde
d'Halii, Mr Edouard Cassagnol,
La Presser, Le Nouvelliste,
L'Essor , Le Temps , Le
vlatin et le public en gnral
du grand concours qu'ils ont
donne a l'organisation de la
fie Sportive du 2 Janvier cou
rant organise en I honneur des
HEKOS de 1804 par iculi.e
ineni du grand Henry 1er et du
dvoue Courulien Coustard.
Le Prsident,
F. HEKAKD.
Ce3Jauvier 1930.
\ UU-H4 il
CE SOIR
l.llrep'ile Canadienne
l.-r. 2e et 3j pisodes.
Eitr^ : 0 7); Balcon : 1 gd->.
DEMAIN SOIR
LA
Patricienne
de Venise
Film italien en 5 pTties.
L'action se droule Venise
au temps des Doges. Meurtre,
ai restatiou d'un innocent qui est
condamn mort aprs avoir
subi la torture. Et autour de
eela une histoire d'Amour.
Entre : 1 gde ; B \!con : 2 gdes.
Fianailles
Nous avons reu, avec plai-
sir, la carte de fianailles de
Melle Odette de Catalogne
avec Mr Louis Sansaricq.
LE MXTIN prsente ses
souhaits de bonheur au jeune
et distingu couple.
il o il :lata.
lui lancent des ruades.
jLm Meilleur*
Pour Bbs
i
parce qu'ils ont moulut vc
un toin exceptionnelproprst,
dlicats et purs
CuiTS SANS FEU
AU MOULIN-PENDANT 12 HEUR*
Flocoxs ir Avoine 3 Mixits
I*^ grce de
M. Lon Daudet
M. Lon Daudet, le -< leader >
royaliste exil en Belgique de-
puis prs de trois ans, a tt le
nouvel An chez lui, Paris. Le
gouvernement de M. Tardieu a
dcid de lui accorder sa grce.
On sait qu'il avait t condam-
n pour diffamation Jet qu'il s'
tait va l ea |uifl 1927.
A vendre
1 Hudson coach 6 cylin-
dres trs bonne condition,
bon mareb.
S'adresser
Charles* BT.UN,
Pnitencier N dional
Tlphone; 2221.
\ Droit de Douane pay.
I L'Albatros
Tel esl le nom vocaleur el
bauoelaiiin d un petit ba eau
vapeur qui s i construit en
Hati, aux Caves prc sment
'lus la direction et le haut con
Irle les frres Bonuefil. Cest
un trs beau travail et qui d-
note, dune faon premptoire,
les aptitudes des hatiens un
tas de choses q ie malb tireuse
unni ils ne sont pas eu mesure
i apprendre tout l'ail. L. Al-
batros est une vraie russite,
ua coque, la boiserie, tout cela
esl trs prcieusement travaill
et loisque l'on SI ura que le pe-
tit bateau tient divinement la
mer on ne pourra mnager ses
llicitalions aux frres Bonnefil
qui ont pu raliser cela parmi
nous, fis comptent d'ailleurs,
avait de retourner aux Cayes,
oftrir une promenade dans la
baie de Port-au-Prince quel-
ques invits trangers et ha-
tiens. Oii se rendra personnel-
lement compte ainsi de l'ten-
due des ertorts qu'ils ont laits
Ide ce quils ont ralis. En-
suite le bateau ira St. Marc,
aux (jouaves, Port-de-Haixet
au Cap-llaiiien, p enanl frets et
passagers. Du Cap Hatien il se
dirigera vers les Cayes, en tou-
chant au pralablement Port-
au-Prince.
Nous prsentons de bien sin-
cres llicitalions aux frres
Bonnefil qui ont pu, de leurs
seuls moyens, obtenir un pareil
rsultat et nous sommes cer-
tain que les communications
commerciales qui taient si dif-
ficiles entre certaines villes du
Sud et les autres villes de la
Rpublique vont se simplifier
davantage. Il serait souhaiter
qu'ils ne sarrient pas l, et
qu'avec des capitaux qu'ils au-
raient runis en tchanl d'int-
resser d autres commerants
leurs entreprises, ils arrivent
avoir el organiser une ligue de
petits bateaux de ce genre qui
assurerait defiuiuvemenl le-ser-
vice du cabolage. (
Remerciements ,
Mine Vve Cicron St. Aude,
M. et Vline Denis St. Aude et
leur fille, M. et Mme Elle Les-
cot et leurs entants, Mlles Ma-
ria, Noeini et Jeanne St. Aude,
M. et Mme Joc.dyn St. Aude et
leurs enfants, les familles James
Tnouias, Zactiarie Chmas, Ehe
St. Phard, Saluave Si. Aude et
tous les autres parents el allis,
prient S. Ex. M. le Prsident de
la Rpublique, S. G. Mgr Le
Bihain et toui le clerg de Port-
de-Paix, les Filles de la Sagesse,
les Frres de l'Instruction Chr-
tienne, la Garde d il.uu et les
nombreuses personnes qui ont
bien voulu leur tmoigner del
sympalhie a l'occasio.i de la
perle douloareuse de leur poux,
pre, aeul, bisaeul oncle et
adi
Pierre Cicron St. Aude,
ancien Snateur de la Rpubli-
que, dcd le 23 dcembre der-
nier a lage de 82 ana de trou-
ver ici l'expression de leur gra-
titude mue.
Porl-de-Paix, 6 Janvier 1930.
/ Conseil
d'Etat
Les Secrtaires d'Etat des
i ravaux publics et des Fi-
nance sont prsents la
sance e obtiennent l'urgence
et le vote immdiat pour un
p ojet de loi prorogeant pour
unenouvelle priode expirant
le 30 Juin 1930 l'chance du
crdit de gourdes 102,500 al-
loues au Dpartement des
Travaux Publics pour cons-
traction de dispensaires ru-
raux.
Puis la sance est leve.

*''
Empresa Naviera
de Cuba S. A.
iCuiupayuie Cubaine de Navigation)
Le vapeur Prsidente Ma-
chado touchera le por' de
Jacmel vers le 10 courant,
prendra du fret et des pas-
sagers pour Santiago de Cuba
et la Havane.
Le steamer aGuantanamo
est atteudu Port au-Pnnce,
venant de Cuba, vers le \H
cri. en roule pour Puerto-
Plata, Santo-Domingo et Por-
to-Rico.
Les chargeurs sont pris de
noter que ce bateau accep-
tera aussi du fret pour les
porls de Cuba.
Ratael Cervino VASQUEZ,
Agent gnral.
Coin Grand'Rne et Dants
Destouches.
p. O. Box A-126 : lp.3250
01 6 -
Pour
crire vite.
Pour le transport
rapide, c'est l'aro-
plane. Pour crire
rite c'est l' stylo
Parker l'en.
Le Parker sans pres-
sion vous aide cri-
re sans ell'ort, donne
de la vitesse voire
main et vos pen-
ses.
Essayez le Parker
Duolold, la route de
l'criture. Votre four-
nisseur peut vous en
vendre de ces chef
d'uvres d'instru-
ment d'criture.
Pour hommes 8dol-
lars-PouidamesG dol.
.Icuncs gens G dollars.
Distributeurs
IffOHR A LAURIN
P O. BOX
Port-au-Prince.
iarker
'Duofold
LA LAME
DE
RASOIR
'fe&EN f~~ lCllli.
EST
LA PLUS
APPEC1K
'. '(Il /
TEL
ti
En vente partout.
, Distributeur Exclusif.
ERNST LUDERS,
Port-au-Prince.
T.'IDAL RHUM
AUX ROY
Doit sa rputation ses 2'
annes de S


****",~N-5""
LE MATIN
Janvier 1930
l'A
. .

Disques Odon et Salabert.
Phonographes portatifs.
Champagne de la Nuire,.
WHISKY Corby's Spci '.
SeJected.
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, SwealersPull-Overs,
Chles etc.
Tout aux prix des fabri"
ques dfiant toute concur-
rence.
BAZAR ODON
J.KARAYAhY
Angle Grand'Rue & Rue
Frou.



Avis
Vente
La Commission
Communale
Conformment aux disposi-
tion de l'article 25 modifi
la loi lectojale ou 4 Aot
1919, rappelle aux lecteurs
de la Circonscription Com-
munale de l'ort-au-Prince que
l'Assemble Primaire lecto-
rale se runira le Vendredi
10 janvier 1930, 7 heures
du matin, l'eflet d'lire les,
Membres du Conseil Commu-
nal de Port-an-Frince. \
La runion aura lieu danfc
les locanx ci-aprs dsigns
par Arrt de la Commission
Communale en date du 3 jan
vier courant, d'accord avec M.
le Prtet de cet Arrondisse-
ment :
1re Section de Vote :
1er Bureau : Tribunal de
Paix Section Nord.
Ume Bureau; Htel de Ville.
3me Bureau j Ecole de la
Croix-des-M issions.
2ue Section de Vote :
1er Bureau : Tribuual de
paix Section Sud.
2me Bureau ; Bureau dt
la Direction du Service des
Epaves.
3me Bureau ; Parc Leconte.
3me Section de Vote :
1er Buieau : Tribunal de
paix Section Est.
2rae Bureau ; Tribune de
la place Dessaliues.
3me Bureau ; Kiosque de
la place Dessalines.
4ne Section de Vole :
Bureau Unique ; Tribunal
de Paix de bressier.
Port-au Prince, le 6 janvier
1930.
d'un bien de mlneuis
En vertu de la dlibra'ion
du Conseil de famille des en-
tjnts mineurs de teu Franois
Mevs, tenue sous la prsidence
du juge de Paix de la Capitale,
section Es'.le dr-neuf dcembre
mil neul cent vingt neuf, et ho-
mologue par jugement du Tri-
bunal de Premire Instance de
^ort-au-Prince en date du tren- j
te dcembre de la mme anne, |
il sera procd, le samedi 18
janvier courant, 9 heures du
matin, en l'Etude et par le minis-
tre du notaire Louis Michaud,
commis cette lin, la vente au
plus offrant et dernier enchris
seur, des droits et prtentions
des susdits mineurs sur un ter-
rain, extrait d'une plus grande
proprit sise l'Avenu- M-
gioi're Ambroise, mesurant 36
pieds 4 pouces de t-de sur 353
pieds environ t'e protondeur et
born au Nord par Lda Al
phonse et divers, au Sud pai
madame Vuve Appollon, le res-
te de la proprit et divers,
l'Est par Ernest Malval fils et a
l'Ouest par l'Avenue M gloire
\mbroise, sans en rien excepter
ni rserver.
Cette vente aura lieu en p'-
sencede Mr Auiel Coibeil, su-
brog tuteur, et sur la mise
prix de Cinq Crnts Dollars fixe
par l'expert commis, outie les
charges de l'enchre.
Aux requte, poursuite et dili-
gence de Madame Veuve Fran-
ois Mevs, ne Francine, Chas-
sng, propritaire, demeuiantel
domicilie Port au Prince,
agissant en sa qualit de tutrice
lgale de ses enfants mineurs
Charles, Anne-Marie, Armel et
Fritz Franois Mevs et ayant
pour avocat constitu Vie Cle
ment A. Coicou avec lec-

'mritait**
-.- .? -. > : tintent parfait d<3*
raison de la
... tu fortifiants*
;>oe
FAI IERES
d:;s irm'tMdrJS,
, T.'-.RIS.
WKBB
,>#-- '. '#--
fm\ ;**-**
ALUMINUM LINE
Dparts rguliers de New-Orlans,
de Mobil pour Port-au-Prince
M NEW ORLEANS
Le 4 Janvier 1030
8 Janvier
1er Fvrier
15 Fvrier
1er Mars
15 M;irs
29 Mai?
DL7 MOBILE ATTENDU l'OHT All-MUXC
h (') Janvier 1930 le 18 Janvier 1930
26 Janvier 1930
3 lvrier
17 Fvrier
3 Mars
17 Mus
31 Mars
t our tous autres renseignements s'adresser
A. de MATTEIS & Co
Agents Gnraux.
27 .Luivier
10 Fvrier
24 Fvrier
10 Murs
24 Ma;s
7 Avril.
-
tion de domicile en von cabine
sis en cette ville, 15'6 rue Doc
leur Aubry.
Pour plus amples renseigne-
ments, s'adresser au notaire
Louis Michaud, dpositaire du
Cahier des charges.ou l'avor
soussign.
lJort-au-''nnce, le 7 Janvier
1930.
(S) Clment A. COICOU
vmm
La peau ru-
queusences-
site ce savon
teii
^Ihe kading minerai wt
La Boisson connue
dans le monde entier
EST UN
rafra:chissant
E UN
KECONSTITU NT
FROID
F.J MINERALE WHTB KOK
GINGEtfAI* WHIT3 ROCil
Le ^eul Ginqeral fait
d'eau minrale mire
des Sources
WHITK ROCK
DANS TOUS LES MEILLEURS HOTEJS
CLUBS, CAFS ET RESTAURANTS
Mohr & Laurin
Distributeurs Port-au-Prioce, ( Hait )
Avis Judiciaire
Par oidonnante de rfr
eu date du vingt six detm-
bre mil neul cent vingt neul
excut sur minute ie k>os
sign, Pelion Couitilien^Hi y,
u t nomm squtstre ,udi-
ciaire des biens et mmeo-
bles dpendant de la isucces-
sion de la telle dame Veuve
Ernest Dalencourt, ne fcmi
UeGaetiens,decede!e vingt
sept juin mil neuf cent vingt
ueut. En consquence, tous
ceux qui dtiennent OO
tiire quelconque des effets
mobiliers epeodaot de la
due succession sont invites a
les remettre sans tic lui au
soussign. De mme les lo-
cataires des immeubles com
posant la dite succession_ de-
vront verser au ioussigue, et
non aucune autre per-
sonne, leurs redevances men-
suelles ihues ou choir en
prsentant leurs dernires
quittances.
Port-au-Prince, le 2b D-
cembre 1929.
Pelion LCIURTILIEN BOY.

"wii i11 in*-'-'' vt'mtK
LA BIRE NATIONAL
DK LA
Il agit doucement sur les
pores de telle iaou qu'il (ail
mieux que nettoyer.C'est une
combinaison de savon pour
la peau, h dissout tonte trace
de sa'el et aide la peau
tre leudie et douce.
L'Exclcnto
Savon de la peau
Pioduil une mousse paissi
excellente
"U adouci) ci enlve les ru-
gosit* et tonifie le coir he-
velu. il aide donc maint nir
l'tal de lu sant.
lin venle chez tous I esdro
guistes. I our 0,30 centimes
seulement. Il est expdi ds
rception du prix,
EXELENTtMKDlClNti
COMPANY
MLANTA, GC0RG1A US.A
Agents demands ponr tooi
nays
Rcrivespoor renseigne me is
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,t\
le verre mal are, sa qua
suprieure.
Protgez voire poche e
votre sant en la buvoi
toujours.
AVIS INTIME
es Torn ; i | com nn
chi /. BAILEY. Qu 'ri
. ier rd
e !<> ;i les Fles
ASTHME
empHYSEUi
OPPHESSIOh
Soulageiciit imnMMlat i gui -ou par
Globules Rfeaut
Rsultais .nervellleux, su rfireuaiiMral
Toutes PharmaclO ^ maitutP Notice
B. DAMCHOUX, 87. Rue Vieloi lluu
I Bol-Colombes (Sein*)
MW.....WMPflW.il'"
m
Toutes les Polices
DE LA
L Th. LAFONTANT
Accessoires pour autonicbites
Gasofl'oe, Huile, Accessoires et Pices de Rechange pc
Votomobiles.
Les meilleurs pneus el Chambres ail p or looti ai
jU ramions.
Halle Gardiner
\o 1638, Qraod'Rue. P rt-an-Princ ilii)
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamontation de taux ^
_
Agents Gnraux
mranee t
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURAN^
sur la VIE
EUG. Le BOSS & Co.
Aaents Gnraux
^BfiAdHkM
i
! ^"*
K^l


' r L? "5t ".
Mardi
7 Janvier 1030
>*- .
Le Malin
4! PAGES
23rae ANNfE N 6886
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
MM
Si v iiile app
commun '<- (lve i >
pense dlienuu '-(i
s-iirit I ' rttir* < '
Itorno, h '''
du D : .1 a
Une ia de
[.ii v ni p la libi airie 11
< L-i Pie su km \ mes '
P iris, ;'i I i Rli un.' l'i i
G obe Dr loieou |, an
1 dollar l'exemplair
aaa ew
^
^
Odb
CHOCOLATE SANDWICH ES
Joe Woolley, reprsentant
En veale chez Boit, Simon Vieux. Dereix, B. & N. Sada
et dans les antres piceries de la place.
Panama' Railroad Steamship Line
Service* de fret et de passagers entre
mpw.vork r.ITv ,*. t.r.RISri)BAL.uANALZONh; et les PORTS de'.laj COTE
Est prescrit pour grippe, re-
rj laisse m'ut s, dengen, fille, tic
re et naludltme.
Cent le plus rapi'ie remde
NEW-YORK CITY n. i.CRISTOBAL, uANAL/ONE et les POKTS de;ia| COTE
OUEST de l'AMiiMOUE du SUD.
plus rapide ci le plusdiiect service de traup tri le passagers el du Irt entre Hati
et les ports Europens via New-Yard ^t Crist mal, !an il A >a \ Isth ne de Panama.
Voici la liste de nos agents pour les pril < irope :;
Angleterre Ecosse France
Mrs, G. W. SHELDOM & Co- 17 James Street, Liverpool, England
t*..\ IhWtl
Mrs. Mil l ION A OisitiYirMMtft
* ai Ira aistis raivsito : s
Gelatlby Hanmkv & Co
. i hue de la Rpublique
Marseille
j!i uNuPi ron & Cie Ll
.r)'5 Quai Georges V
! Havre
Hbrnc'Pbron & Cie. Ltd
Hue (in Moulin ?a] eur
jfeoidogus/Mer
[Hi uni' Peu ou Cie. Ltd
95&ua de Marais
Paris
Hebnc PlRDN & Cie. LU
.Rue de la Tranquillit
J Dunkeruue
Ufbnd I'eron & Cie Ltd
Rue Roy
Bordeaux
, PENHAG1 E
Danemark
Mrs, E, A. Baron, & Co.
21 Ail. Dgade, Copenhaj i e
GENES
Italie
Mis IhvMU CoE & ClfRS
Pfazza s. V dtco. No. IK
Genvi. Italie
I )S| 0, NoKVv AY
! ntemational
Speditionstelsked
Hambourg, Gkbm wy
Mi II. Vogemann
Hainl eui;/,(;rii anv
GoViOURCF SWM '.i! EDEN
Nordisk Express
Cuite mburge, weedeo
Rotterdam, Hollakdi
Mr. H. Vogemann
f Roi idan. Pollt'Ddt
^j^5^
!
,:>liis rie
Pannes...
L Double Eage est
le pneu des privil
gie.s
i i i- i.'ii . sensible menl pjua c >
11 i tout autre, m lia il pr icnl ,
par coutre, un kilomtrage el
Une garantie scurit plm
leve qaa ceux jugea uoeaa ti
ics par la majoiit des autoraa
btlietes.
Le DOUBLE EAGLE ni un
pneu ..uis aucun quivalent, le
uper-paeu dena touta la force
du terme. Il est deatin a ceux
lui veulent ignorer tout ennui de
pneumatiques si qui penaeni que
la pris d'un pneu a'eeiima par le
coul linai un kilomtre.
Rien ne peut se comparer au
nouveau PNEU UOObYEAR
Dot .n i. biaout. C'esl quelque
ohoee de spcial, ! auperieura
tout (Co qu'on pouvail prvoir
comme bon pneu.
IIIL WtiST LNDihS
l'uADLV. COMI ANi
Distributeur* pour
ki Upublique tiil.uii.

N^i
- iV
r-E-2-n
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Liie
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrth ( Scotland )
Car la . Grneful est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse
le monde.
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la touure. j
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
' Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre Accidents son?, valables dans l'uuivcrs entier. Tous les voya-
geurs devraient donc prendre la prejulion de se tnuuir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'lanl que de 1/2% soit 20 dollars C. C. {
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Gaves
SOUS- GENTS:
Agent Gnral pour Hati.
Port-au-Prince: . GILG
TOVAH & Co Miragone. JEAN BLANCHET Jr.nie.
V
y
cvntre
RHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro- ;co^t'pon
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom-'
mc des plus enviables. i
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
-----------------------------Cours
#
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacie,
U9, ftna SBtot-jKuloium
PAXjlIS
c'est le meilleur
oes purgatifs ^
pokt-au-princbj
Alex.PETRUS; Pbarmacie ALBKRTU1S
Pharmacie du D* Jaatin VI a H
* tout lg tonne* Ph irmao.
ALUMINUM LiNE
Prochain Dpart pour Hati.
Un steamer laissera New Orlans le 4 Janvier 19.40 pour
Jrmie.
Ce 2G Dcembre 192.
A- de MATTEIS & Co, Agents guraux.
The Royal MailSteam
Racket Company
Le vapeur Sca GLORY venant de Kingston et des ports du
Sud, est attendu la Capitale vers'le 8 Jauvier 1 *0, prenant
fret pour I Europe via les ports du Nord.
Port au Prince, le 23 Dcembre 1921)
I. J. BUIO
General Agent
Golombian Steamship
Company Inc.
Le steamer Baraco i venant directement de New-York
est attendu ici le lundi H janvier courant. Il partira le m-
me jour directement pour la Colombie, prenant fret et pas-
sagers.
Port-au-Prince, le 3 Janvier 1930.
Colomkian Steamship Company In,.
GEBAUA Y Co, Agents.
Classioues
<12me Philosophie inclu-
sivement.
Mthode sre, Succs com-
plet contrle chaque anne.
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit, Stnographie
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignement du Franais,
de l'Anglais, de l'AUemand.de
i Espagnol. Mthode sans
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma-
tiques aux lves ou en re-
tard ou ceux qui veulent
gagner du temps. *
Cours de MusiqueJfSoltege.
Violon, Piano).
Pension Scolaire, srieuse
et agrable.avec annexe pour
Etudiants et Adultes.
S'adresser Rue Lamarre,1537,
ou tlphonez au No 2891
pour plus amples renseigne-
ments.
L'INSTITUT
TIPPFNHAUER
Reconnu de l'Universit
Hfiitienne.
Htel International
Fonde Aux Gayes au 1890.
Transfr Port-au-Prince, an Champ de> Mars,
Proprit Emile Blanchard.
Veuve T. FKRBAND1N1, Pioprilaire.
Chambres ares. Cuisine Iranaiae, Pensiou prix modr
Installation moderne trs couiorlable.
| On parte anglais, tranais, espagnol, Italien.
L'AK 100
' eux produit' de
la Gu" i dont on aprou-
t les qualits remarquables
de reconstitution est en vente
aux maisons suivantes :
Au Bon March, Caves de
Bordeaux, i aves d'Uaiti.Vve
JDouyon, < unfiserie du Lion,
I Maison Schomberg.
Prix; 3o centimes la au-
tsjpe.



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs