Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03904
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 11, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03904

Full Text
"""r-
k
*
-
Clment Maqloire
358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N* #43
U plns~'nfflr Nuflrr lr filf i>fiiM'> ; ie ptttt
istrablr est relui qui >eat le
iHftiH de plaisirs.
Jeso-Jarqufs RO1 SSEA l
23mc ANNECN-6884
PORT-AU-F
S.WEDI 4 JANVIfcR 3 1. <>
.-JtL" l-
ET
Piquetlisme
Des confrres se sont mus
de nous entendre parler de con-
cert entre des agents du bo'-
chvisme aux Etats-Unis et cer-
tains promoteurs de la grve
initiale de ces temps derniers,
vile dgnre en protestation
ouverte contre l'ordre des cho-
ses tabli.
On a protest de la puret de
ses intentions, on a rejet l'ide
de toute affinit avec les repr-
sentants moscoutaires au de-
hors. Mais nul n'a pens nier,
ni mme expliquer l'automatis-
me avec lequel des manitesta-
tions bolcheviques ont, New-
York et Washington, rpondu
sans quivoque possible aux agi-
tations, prolonges dessein, de
Port-au-Prince et des principa-
les villes de la Rpublique.
Est-ce dire que nos contra-
dicteurs ne sont pas de bonne
loi ? Cela est loin de notre pen-
se. Mais, tout aussi bien, com-
bien la grve de Damien, con-
sidre en elle-mme, fut tran-
gre la pense de la grande
majorit des agitateurs et n'a
servi que de prtexte leurs
menes !
Oublie-t-on la quasi meute
du 4 dcembre e>. que, tan.lis
que le Comit des grvistes ne
cessait de parlementer avec les
reprsentants les plus auiuns. >
du gouvernement, on ne dsar-
mait pas au dehors, occup
mettre en chec toutes les pro-
positions conciliantes plutt que
d'observer une attitude de natu-
re en faciliter l'acceptation f
On est donc oblig d admettre
que,pour le moins,des lments
trangers toute proccupation
de grve scolaire ont t dcou-
verts dans les laits rcents, n'en
aurions-nous comme preuve que
la sympathie entire et la pr-
sence compacte de l'opposition
sous toutes ses loi mes.
Maintenant, qu'est-ce qui s-
pare vraiment, dans de telles
coiidilions.qn'est ce qui dmar-
que la mene bo'cheviste et les
bruyantes protestations de l'au-
tre jo contre le gouvernement
et co lire le rgime actuel ? Qui
ne convient sans ..m liages que
la rpression n'aurait qu'a man-
quer pins longtemps pour que
les foules crussent la possibi-
lit d'essayer d'abattre les le.as
et de tout remplacer par l'anar-
chie !
Tout le monde sait aujour-
d'hui que, sans la pousse des
agitateurs des villes, la pro a-
gande anarchique avait fini par
Sagner les campagnes et l'inti-
ent regrettable des Cayes est
l pour illustrer le lait et tablir
quon n tait pas bien loign,
disons le mot cru, d'une leve
piquettisie.
Or, pour qui connat bien no-
tre histoire, y a t-il dans les
origines de notre piquettisme
autre chose que le levain bol-
chevique ? Les Accauu, les Denis,
les Claude,les Moline, avec leurs
pr tendons de reprsenter le
peuple souffrant et kur pro-
giamme de spoliation couimu-
nisle.taient-iis aulrt chose que
des bolchevistes avant la tete ?
Sans remonter .s; loin et en
nous en tenant aux laits et aux
hommes contemporains, n est-ce
pas hier que .loliboi-, cherchait
raliser le programme d'une
collaboration extrieure, dans
l'espce le Japcn, d'abord sejl,
puis par le Mexique, en vue de
dtruire notre difice politique,
et de saper ensuite nos institu-
tion! sociales ?
Nous comptons revenir tau la
question.En attendant, aux bons
entendeurs, salut !
Munu|<*"'' <%
de Ciga relies
GBARA &C
Les Ciaarelies
Dessalinienne
*Colon
Rpublicaine
Porl-au-Pincienne
Crce la finesse de letu arme lont tes neiices des
?rais amateurs.
PROCLAMATION
BORNO
Prsident de la H publique
CONCITOYENS,
Au 15 Mai prochain, mon
mandat prendra fin; je descen-
drai du pouvoir.
C'est donc aujourd'hui la der-
nire occasion qui s'oflre moi
de commmorer avec vous, en
mes hautes Jonctions, la daie sa-
cre de notre Indpendance Na-
tionale.
Notre dette envers les Initia-
teurs de cette Indpendance,
Og et Chavannes, Beauvais,
Pinchinat, Maie Borno et leurs
hroques trres d'armes; notre
dette envers le plus grand de
ces Initiateurs, Toussaint Lou-
verture; notre dette envers Des-
salines, envers Ption, envers
Christophe; notre dette envers
tous ces vaillants de notre po-
pe, ceux dont les noms nousl
sont tamiliers, et ceux, innom-
brables, qui restent les anony-'
mes; notre dette, envers eux
tous, est lormidable. Nous n'a-
vions rien; ils nous ent cr une
Patrie nous. Nous n'tions
rien; ils ont lait de nous un
Peuple, un Membre de la Gran-'
de Socit des Etats.
Saluons-les bien bas; tom-
be ns genouxdevant eux;
oublions qu'ils commirent des
taules; ne nous souvenons que
de ceci : nous leur devons notre
existence nationale, nous leur
devons d'tre des hommes li
bres, les citoyens d'une R> pu-
blique Indpendante.
CONCITOYENS,
Dans le mme amour des An-
ctres, travaillons tous, d'un
mme cur, rectifier les ti-
reurs du pass, prparer l'a-
venir, un avenir de paix, de
concorde, de progrs et de di-
gnit.
1er Janvier 1930.
Colombicrn Steamship
Company Inc.
Le steamer Baraco venant directement de New-York
est attendu ici le lundi 6 janvier courant. Il partira le m-
me jour directement pour la Colombie, prenant fret et pas-
sager!.
Port-au-Prince, le 3 Janvier 1930.
Ctkmbian Steamship Company Inc.
GfigHA Co, A#*ats.
auevs
Beach
EST RESSUSCIT I
Le public apprendra cerla -
nouent avec plaisir que
Batley'sBeach, promena-
de rie prdilection des l'ort-au-
Priaciens. est ressuscit.
Colonie

Aux Propritaires d'Autos
La lonirh Lu ion l'ire [isarsiee SfcitlisUi
l'onde eu 17117.
A le plaisir d'inf mner sesjid os clients qu'elle a ouvert en
Hati une Branche p ur le MOTOR BUINSESS el les prie de
s'adresser pour tous renseignent nls ses Agents Gnraux,
MM. JOSEPH N.M)A1. & Co.
P.Q.Bo*91-phone22i7.
Les Ftes du
1er Janvier
1930'
La fte du 1" Janvier qui est
eu mme temps la Fte Natio-
nale de l'Indpendance'd'Hati
ml clbre ccte anne avec
il'.aut d'clat que les annes
pr cedeutes. Comme chaque
loi', le Palais de la risidetu e
fut adranablemeni dcoieei
ceux qui, dans la soire.
'aient dans ses environs on
pu admier le . 11 antes iilu
millions qui er. embellis
saient la faide principale.
Le 31 Dcembre dis lOhrs.
du m,'.in. d mis la salie de r-
ception, Son Exe. Mr Louis
Borno, Prsident de la Rpu-
blique, entour des membres
de son Cabinet, du Chef de
Cab n t. du Uief de sa Mai
son Ai il Maire, reut, tour &
tour, le Corps diplomatique,
les consuls accrdits l'ort
au-Prince, le bureau du Con-
seil d'Etat, la Magistrature, le
Lhef de l'Occupatiou et son
tat major, le Chef de laGardi
d'Hati et ses officiers, le Cou
veiller Financier Receveur G
arai des Douanes, le Chef di
Service Natioual d'IIygiui
Publique, le Diiecteur du bu
reau des Cou'ribi tions, le
Haiu Clerg de For -au-Priu-
ce, la Commission Commu-
nale de Port-au } rince, puis le
Corps administrant dans lu
personne des chels de service,
des dilrents dpartements
ministriels. A chacun de ce
i.orps venus l'occasion du
nouvel an lui presentei leurs
vux, Son Exe. le Prsident
Borno rpondit en des terme-
aussi choisis qu'appiopris
la circonstance, et au corps
administratif il dit la fiert
qu'il prouve de voir tant de
comptences qui l'entourent
et se flatte de sentir auluur/le
lui la vraie lite du Va s. ;
Dans l'aprs-midi, se con.
fermant aux traditions, le Pr
sident de la Rpublique ten-
dit visite M. Robinson.Pre-
sidenl du Conseil d Etat ei
M. Emmanuel Lthari, i rsi-
dent dnTribnra! de Cassation
de la Rpublique.
j Le lenuemaiu a huit h.uns
jet demie, en la basilique
Notre-Dame, un 'h Df.um peu
nissait les personnages Im-
portant tant hatiens qu'-
trangers tandis que la foule
encombrait l'Eglise o l'on
admirait les toilettes claires
- UMelles et les costumer,
tombants neufs des gosses. Le
chur tait tout toit rempli
par les invits qui avaient
tous rpondu l'appel du
lOuvcrni'iiKiit et le Rvrend
Fn Scherer, en un beau ser-
mon, plein de vie et d'mo-
tion et au cours duquel il
vaua le gesle hroque de nos
aeux, lit ressortir que l'ide
de Patrie ne prend toute sa
force et toute son importance
que lorsqu'elle s'appuie l'i-
de de Dieu.
Aprs la crmonie religieu-
se le Prsidant Borno, tou
jours entour de son Cabinet
et des fonctionnaires hatiens
se rendit au mausole de Des-
salines-Ption. H y dposa
une helh gerbe de fleurs tan-
dis que la Musique saluait F.s
dpouille-, des deux grands
hatiens qui nous devons
une Patrie et que lepatriolis
me clair du Prsiden: Borno
a runi dans une mme tom-
be, pour donner aux hatiens
le haut exemple d'union qui
leur est si ncessaire.
Et le Prsident se icud t
aux tiibunes du Champ-de-
Mars o il assista une belle
Uevuede la Garde d'Haiti.Eu-
fin avec quelques amis il se
rendit au Palais de li Pr i-
'ence o une coupe de Cham-
pagne lut verse hn manire
de ioasl le Prsident Boroi
lut la belle proclamation qu'il
i f;nte l'occasion de la rti
Nationale de l'Indpendance
et o une fois encore il vo-
que l'uvre lormidable des
.deux el tixe l'tendue de
notre dette envers leur au-
guste mmoire.
Dans l'aprs-midi, suivan
une autorisation qui leur en
a l accorde par le (ouver
i em< n! de la Rpublique, en
'a personne du Secrtaire
l'Etal au Dpartement de l'In-
trieur, quel |ues jeunes geir,
organisrent une manifesta
tion patriotique dont l'heuu
et le parcours leur ont .i
donns par le Gouverne
men lui-mme. Partis du
Pare Leconte 'ls se rendiren
devant la statut de Dcssalmes
o ils diKisicnt une gerh.
et se dispersrent.
Franaise
l'n banquet sera offert par
la l'olnte Franaise au Com-
mandant et ofliciersde l'AVito
Franais Antars le lundi
0 janvier 19111) '20 heures
SEA SI DE 1NN.
Les Franais et protgs
traniiis et leur famille!' qui
dfMcnt vpnr!''-nH>rs()i)t pries
de vouloir bien s'adresser
avant le .'J janvier W) au soir
k. Georges de Lespmasse.a
son bureau en ville de 9 lires.
h midi.
Costume blanc.
Dans la soite la Musique
du Pains se lit entendre au
Kiosque Occide leauty dans
une srie de beaux morceaux,
tandis que non loin du Kios-
que, une sance de cinma
public organise parParisia-
ua attirait toute une toute tre
pidantc et murmurante. Des
leux d'artifice entre temps
rayaient la clart bleue el
poinlille d'toiles du ciel, de
longues tranes de llammes
qui s parpillaient ensuite eu
cIimtII'S multiples dans l'at-
mosphre qui rsonnait en-
core du bruit lormidable et
rpt des bombes.
i^s receplious avaient t
organises dans plusieurs de
nos Lgations, la Lgation
de France; a la lgation des
blals-L'uis d'Amrique enlr-
anires. lii l'on y remarquait
beaucoup d'officiels et beau
coup de ressortissants de ci s
1,galions,
Le 2 Janvier
Sous le Haut palronna^c
d honneur du Prsident de lu
Hepublique, el la prsidence
du l'isidrnt de la Commis-
sion (..ointiuiuaiede Port-au-
Prince, les membres de la
Violette AthllicChih avaient
oigau.se une belle tels athl-
tique el,Sporli\c en l'honni ur
des Hros de notre Indpen-
dance. On remarquait dans la
tribunt'.auxplacespfficicllcs.le
Gnral Marcel hzeau.i bel
ne la Maison Militaire du i r-
si lent de la rU publique el qui
reprsentait le Prsident, M.
JosephGeftrard, Prsident de
ta Commission Communale
de l'url-au-Priuce, entour
de ses deux collgues MM.
tdouard Ijaussanetlicunann
Robin, le Charge d'Allah es de
Sa Majest Britannique et Ma-
dame Magowau, M. Etienne
Boutsnd, Commissaire du
Gouvernement eu l.e Ins-
tance. M. Auguste Maglolre,
Conseille] d Etat,M. Luc Bor-
no, Chet du abinet de S. E.
le Prsident de la Hepublique,
M. Robinson, prsident du
Conseil d'Etat, M. Lon U-
leau, chel du protocole, etc.
etc. La Musique du palais se
fil emeuire dans diflrentcs
mciingues et pas redoubles
qui lurent BDpuudisctbi
pai toute lu foule enHionsiasli
quis'laii dhsminsinrtous
le:, gradins des liibi.ne.',
I es jeux et.itut uasuccs
ri tuai quable.En voici lis lau-
rats :
100 mtras plats 1er Mus
en il mondes 4.
Voir suite en 8'
page.
... lo tlphone avaii
ment sonn. Il a x-i i I lve*-
itt Bon Uuillis <1* lM>r<.I"
de lettres de ctin n y.**. de _- S
l'air ennuy de quelqn
l'on venait de dmni^; i" -
.-oudnin son front s'cla -:
yeux palpitrent voix qui venait le l L>ia >*
elle A ce point sym |>atli i *~
elle avail l'ait Vvancm k
lesvoucis qui, une
assombrissait le
commerant? Qui
le dira ? Mais elle
ch. Un reVe le
longtemps sur son vis
soi lit apn tuj .-i i^n -- S r
prit une, l'ail ii**s et ?>g
lumer rveusement. laisr;o
vanouir dois la famsl
qui montait (It- ses lev
les petits ennuis dtm ce c-< .
Vaut. Ce que pont. |>t-n
(Ki. une voix de itrini'"
ou tou'. simplement dsi re

... 1rs a vu.s. tout'
avant hier soir, jus4~fa*4 unt
re 1res avance, dni"i Ic u e~
auto, telles taient seun1
il pourrait en llisoigi ** i
si ne comprit-il pas I*-1 ^es^
ces jeunes gens qui les BU i ^S
en riant, comme si mt
leur automobile ell'
cach deux hom mrsn<| n"< I
portaient avec tll**s, li~
ville, au bord de cette
rabe qui mmliint "V u 4
... a vu la rue "
hier soir, sons .
personnes qui roi 11 i
joie. Chacune dlies tai
modment lentne tisns
de ces con fort a h i es cha i^
I sues quel on api lit des c
Va bruii rythm rie *euc___
ronllement faisait conim
loin'ain accompsijn^SDaen t
musique ininle .m m pue qu
saient dans le soir !<_-s h. laiosi
voitures qui menti en t et
cendalent la nie, s.ans iixt*
bon Et par moments, c
rappelait aussi ilui cjujc
peioit par certaines nuits
reines et qui vient. en cle^"^
du nt par i es coiiines. sni* 1
de la brise, du tbine- d'til *
mornes trou (fa Ixuicans
lillanU...

...a assist Dne cii^eiasa
littraire qui s'ternisait 1
un salon, peu'tre le <1^ r
salon o l'on cause. On d quel jeune homme instruit.
emball de litiratusna mode
vanta la prose de Mosra i-l ^t
vers de Ma Jacob. li ne fut
hu, parce que tout simplein
beaucoup de ceux qui se t*
valent l cet h minule n'avai
presque rien iu de Moranc
ignoiait totalement M^ x .!*
Trs intelligent if vaarxte
Maurice Dtkobia, les cil
que de Cleo.. D \ ; ci tel. le
mer roman de Bonieau. 1
jeune fiIle pour qui Vaulel
le dernier mot de l" i*t I'j 11J i t
sauter au cou. 11 s en allu. .
que personne vi< le sourire
dgot mrit ju'ii ai-vaiit j>
des gens m obstin ment lei-
anx arimifestations nouvelle
Tari et qui continuert si"
crouler dans l'auu i'M lion
vieilles gloire |ii imes ...
*
... a surpris avant-hier
sur le Wbail aux tli i>es quo t
jeunes ^g*na [Ui .->'* mus i*^ m
C'taient certaiih ment des f^e-
cultivs. Ils s'e'ietenuint
posie et dissertaieot de cho
e.\* lusivement htlfreiressi.
toup l'un deux s'arrta
i i.e c-t M mil vociter
vers trs beaux et que? 1
DtreS subileuaii sileucieu x.
tendneiit avec une pit v
mant tonnante. L'un qui coutaient eu te |^e*rte
rvle nn article fins : i s>e
convri-. La e l'on cl
il i en' Oc \ er 11. e. C "
i.a s'arrta pai li. l'ou to
utrtssc n.ieiit, esjcsft aus
dclamer ou mu
?s,t
ira
1er


'lui njpl
UL MATIN- Janvier 1930
i.in.M^...
P#bi ld t*nintf
Vous n'avez jamais Gout l'quivalent de Kay.
Ce/fc nouvelle el dlicieuse jarre de verre hermtiquemen1
fa bncaliun de kraft apporte un ferm ce qui prserve son exqui-
nouveau got de sandwiches se saveur.
Quoique vous ne pourriez jamais
le deviner.kay est en grande
pai tic riche Ue fromage blanc,
crmeux et duveteux auquel a
t ajout dans la juf te mesure
des coudimci ts (pus de viande
n d huile ) pour en taire un
pioduit entirement nouveau
avec une sauisanlesaveur nou-
velle.
Comme tous les fromages et
aliments de kraft, kay est scien-
tifiquement pur et pasteuris et
bien prserv. Il vous arrive en
KRAFT
T ofre premire" bouche de
kay sera un vrai {festin Essa-
yez-le aujourd'hui votre pi-
cier en a. Seulement soyez
%r de legarder la marque de
fabrique et d'provenance
iKRAbT FOODS
Distributeurs
PAVLEY SALES
COROPATION
Port-au-Prince
FOODS
La beaul
du nez
lie
'*!

bmes 11 y en eul de fou'es leR
Joies. Toutes les pices choisies
forent avecgoilt el il semblait
ie aide c -Mains momenfs'que
mil se faisil pins silencieuse
lu'sereine comme pour s'im-
?nco'"t de plus de po-
is d'motion...
Les Prix
littraires
isiana
DEMAIN SOIR
Ai lis: Matine :
Le Fils de la \ ml
(Suite)
Ravenijar
(Suite)
Entre : 0.50 ; Balcon : 1 gde.
A 8 HEURES
tilm d'art et de luxe jou par
Lily Dainlta.
Aventurire
lise en icne de Robert|Wiena.
L'action se passe dam les mi-
ieux d'affaires, el montre la ri-
valit entre doux tis impor-
tes maisons de produits cM-
liques d Paria et de Londres.
10 projet d'entente t envi-
sag, qui b t rejet par la mai-
son, de Paris : bien mieux un
les [ennos chats de cette mai-
son, Lon Vigier arrive a Lon-
Ires, et ii conclut vuw affaire
lui peut rainer las Lowell, la
laiso'i conenre ite. Mais Lowell,
kne Bile ! H i ssanle !! C'est
llle qui est charge de sduire
jeune Franc i s. Le rle est
ilerprt par Lily Damita La
rrainle Av nturi e v.i accroi-
re la popularit de cette artiste
e l'on a applaudi dans Dan-
ise Passionne ce nouveau
ta, lui permet de se prsenter
is en valeur el dans toute sa
fcaut. La Grande Artiste
elques scnes que le total de
beaut, de sou intelligence,
le son Ai l rendent inoubh bls.
Entre: 2,3 et4 go i des.
L'Enigme
Parisiana
fjue 1 o i n'oublia pis qu>
loir, VUtfana, un groupe
facteun ai I lalanl, repr-
inten 'ENIGME la drame
Knouvsm et puissent d'Hervieu.
.'entre ^Giale est deT-o.s
lourdes. Nul n- \o> liti, nous
.pions du mon s, ii cr cette
occasion de p-sser une excel-
.ite soire et en compagnie
Hervieu interpit p;r quel-
1-uOa u*i nos muilleurs ac-
Pri\ lituroh M
Le prix Concourt pour 1929
a t dcern M. Marcel Ar-
land pour son dernier roman
L'Ordre qui i paru la nouvel-
le Revr.e Franaise, Editions
Gallima d. Le laural l'a ?* m por-
t six voix contre une Hen-
ri Ghon, une Biaise Cendrars,
une Lo Gaobert el une,
Maximillien Qau'hier.
M. Marcel Arlend a 31 ans
tant n en juillet 1898 11 a pu-
bli les ouvrages s u i va o f l ."
Etienne. Monique, les Ames en
pe/ne(iomana) Edith, \lnlernitc
(nouvi c ) l.n limite obscure.
Etape, J ( ivur partag (esaa s)
M.Marci! Arlend est proies
seur.
Prix Ilit(i[ilu.. if hViisintlsl
M. Mai ici \\;uii qui obtient
le prix Thopbiaste-itenaudot
est aussi un jeune. Il a inoins de
30 ans. Son ouvrage qui a t
couronn est un roman intitul
La Table-Liux-Crevs. Monsieur
Marcel 4ym s'tait dj fait re-
marquer il y a dj deux ans
par uu livre de tout premier
ordre Aller Retour.
Priv tmius \ir llrureii-e
C'est M. Georges liernanos qui
obtient cette anne le prix F
mina-Vie-Heureuse par 11 voix
contre 9 qui sont alles M.
Paul Hangot auteur du Cavalier
seul. Le roman pour lequel M,
Bi rnanos a eu celle haute dis
tinc'ion est une uvre de 1res
h iu'e valeur e> .s'intitule: La joie
M. Bernanos est l'auteur de ce
roman qui a t lanc Dar Lon
Daudet : Sous le Soleil de Satan
el qui a remport la succs II
,)lus vd et le plus mrit. H e-l
aussi l'auteur d'un autre roman:
l'Imposture.
* Prix Jean Moras*
Le prix de Jean Moias a l
al ribu six voix contre qua-
tre an'poie Phileas Lebesgue,
lequel est sexagnaire. Les con-
currents de M. Philas Lebesgue
taient Raoul Boggio. Pote al-
grien, Marcel Ormoy, Andr
Salmon et Am* lie Mural. On
se rappelle que ce prix qui m
dale que de deux ans t d.
cern en 1927 a tiuy Charles
Cross, et en 1928 Philij.pt
Chabaneix.
Prii liera ni de Reflal
Ce prix qui est une des plus
haut e s distinctions potiqms
IU quelle s peut aspiier un
jeu e pote le lalenl sera d
eern au courant de ce mois.
Sur les lit recueils manuacria
qui ont t prsents au Jury il
en s gard douze parmi lesquels
sera i hoisi la laurat* Parmi les
manuscrits conservs pour l'ai-
Urbution dfinitivi du pris il y
a ceux des i x'-ies suivants :
Paul d'Ain m. Hi urice Che
vrier, lle.iry D> aux,Lon La-
| liiillMin Ofii'iel du Dpartement de
riostriidion Publique
Le Bulletin Oificiel du dpar-
tement de l'Instruction Publique
lascicule Novembre-Dcembre
1929 vient de paratre avec le
Sommaire suivant.
| Circuiaires.procs verbaux des
' examens de la session ordinaire
de juillet 1929 ; Statistique des
Ecoles (Avi il Juillet 1929), rap-
port de la direction gnrale de
l'Enseignement ; nouvelle orga
niaatioD du dpartement de
l'Instruction Publique ; le nou-
veau Secrtaire d'Etal de Tins
traction Pubique, Ncrologie;
livres recommends.
I
V
a
1 "Janvier
l'Arcahaie
J a nais depuis 1915, la fte
de l'Indpendance n'a eu tan'
d clats; le Prsident de la Com-
mission Communale avait tenu
ob enir ce succs sans prc-
dent comme il n'aura pas peut-
tre l'occasion de clbrer cet
anniversaire l'an prochain.Nous
publieronsun compte-rendu
rs dtaill, mais disons poui
le moment, que le programme a
ete lidlemenl excut. On noua
i signal le succs de la Veille
dis Armes laquelle prirent
pari la Garde d Hati et toute la
population tant urbaine que ru-
rale. Les cloches ont carillonn
a fi heures,au Dgonde 10 heu
res, minuit, avant l'assemble.
Li population en joie, par les
i ues, aux cris de Vive 1894 1
Vive Hati I Vive le Prsident
Moi no a manilesl son culte
notre gloiieux Pass. Un vi-
brant discours prononc par M.
Agnant, l'issue du Te Deum
lut plusieurs lois entrecoup de
vils applaudissements. Nous le
publierons bientt. La Musique
municipale a l admirable au
Concert et dans 1804 qui a sou
lev des hourras prolongs.
A bienl' les dtails qui nous
noiiI promis par notre corres-
pondant.
De tous les attributs de la la-
ce, le nez est sans contredit ce-
lui qui se prsente sous les as-
pects ks plus fantaisiste*, di-
sons vite : les plus imparfaits.
Jugez en vous ra.ne. Voici les
conditions de beaut exiges
par les matres de l'art pour cet
organe qui aflronlc audacieuse
ment Sous les regards : le m z
bien fait, runissant l'harmonie
de la forme, des proportions el
des rapports, doit avoir une
longueur gale celle du Iront
el prsenter un lger enfonce-
ment sa racine ; depuis sor.
point de dpart son extrmi-
t il doit oflnr use ligne droite.
L'pine du nez, parallle des
deux cts doit tre lgre-
ment plus large dans son mi-
lieu. Le bout du nez, celui par
lequel, suivant un mchant dic-
ton, on est gnralement con-
dait, ne doit tre ni sec,ni char-
nu el son conlour, ni trop lar-
ge, ni trop troit. Les ailes du
nez doivent se dessiner avec
une lgre dpression rgrable,
enfin, vu de profil, le bas du
nez doit paratre simplement
le* tiers de sa longueur totale.
La cloison di nez doit parta-
ger les fosses nasales en 2 par-
lies gales et les narines.exacte-
tnent semblables, devront tre
arrondies la naissance, cin-
tres au m lieu et termines en
pointe*
^ Voila la description trs pr-
cise du nez par excellence, du
nez qui ne se contente pas d'-
tre absolument b eau, mais qui
indique, en plus selon les sa-
vants, un caractre tout tait
distingu et un moral compl
ment excellent.
Mais pour un nez bien pro-
poruonn, bien haimonieux
un ntz impecable, combien de
nez ma I 1 i t s I Combien
detiop giuns, trop longs trop
gros trop larges, trop ihirnus,
trop pats trop carrs ? Com-
bien de trop petits, trop courts
top minces, trop plats, trop
giekv trop pointus? ombie.i
de nez pinces et rabattus? Com-
bien vagabondant, en dehors
de la ligne di oite a vtc une pine
trop concave ou trop convexe?
combien de narines trop troites,
tropserres.trop trangles.lrop
larges, trop chancres, trop
ouvertes? Combien de nez cio-
chus, tordus, bossus, en bec
d'aigle, de perroquet ? Combien
de nez finissant en boule, de
couards, de retrousses, d'en-
oikiB :i rogns? onibien de
oug. s, de bleus.de coupeioses,
UN RHUME
NEGLIGE
(;V rt lu maladies
rKU90RI CitDEsPOUMOIII^
NE Hl l PAS UU RHUMEI
SOIC i Z-LE en srgiquement itm be
PASTILLES VALDA]
ANTISEPTIQUES
Mais surtout n'employez que le
Bastilles VALDA
VRITABLES
Tendue SEULEMENT en BOITE?
portnt le nom
VALDA
Les pastilles Valda sont en
vente
Pharmacia W. Buck Port-au-
Prince.
Pharmacie Bourraine Port
(BU-Fiince.
Phaimacie Commerciale Port-
au-Fiince.
^Pharmacie Brutus Jrmie
'toutes les autres phamarcies.
Un hommage
Clemenceau
de rogneux.etc? Je ne sais com-
bien il me laudi ait de lignes, si
je m'avisais de vous signaler
toutes les varits du nez ; aus-
si je m'arrte, persuad s,ue j ai
au moins indiqu les principa-
les.
Vous pensez bien que le nez
esl un organe des plus bavards
et qui pis est des plus indiscrets:
Ainsi le nez long et pointu in-
dique la finesse ; le nez gros et
court, la simplicit ; le ntz min-
ce, effil, la moquerie ; le nex
epsis, l'esprit lourd ;lenez nqui-
lm, l'orgueil, le courage, l'auio-
ril ; le nez rond, la bont ; le
nez retrouss, l'inconstance ; le
nez pate, la violence biutale !
les nez lordus, de travers, uu
esprit parait eux. Le* longues
nanin*-. indiquent la tmrit,
les petites, la timidit. Je n'ai
point parle du nez droit dont le
profil se courbe peine, et que
des statuaires de la Gice pi
talent aux desses parce qu ib
le considraient comme l'indice
le plus paitait de la srnit de
l'esprit. J ai remarqu et vous
l'avez srement remaqu com-
me moi, qu'il y avait trs peu
de nez pailaitemenl droits. Tan-
l ils inclinent a droite, tant>
gauche et bien que leur d-
viation soit peu apprciable, il
n'est pas moiusvrai qu'elle ex s-
jrs v.fcva
FT'*i.
Accessoiies d automobiles
Rue Frou, ci-devant ''es Miracles.
Gazoline, Huile, Graisses,
Pneus, Chambres[ Air.
etc. etc.
Tlphone : 3454.
Pri'-it Lan
i
f vim, UfUlV l/C'ltUA,L^uu w- -*--- --- -,-
: leeu, Pierre Lslj-roujoljsts. ate. Jres de I aprsa-midL
Pr-Cat-Tlan
.o vous tiouvtrez, la plus.belle salle de bal, La musique la
meilleure excute par un orthophonie dernier cri et aussi
les boissons les plus fiatchs et les plus pures,
i.hnmpagne, bire allemande ou nationale.liqueursde toutes
sortes.
Si vous avsx quelques heurearde' loisir, la
vous dsirez les passer agrablement allez au
Bis plaque la nmaireHniTigre
VI tre inatigtfrl .Vw-Yerk
Le gouvi rneU"- Kooseve't et le
gnral John J. l'ershing pro-
nonceront des discours la c-
ninonie vjui marquera l'inau-
guration d une plaque la m-
moire de Clemenceau, au She-
ridan Thtres, 7e avenue et Lie
i ue, 00 s'levaitauretos la m-M-
oii qu occupa Clemenceau, lors
rie son sjour New York, en
1870
u'ide de II plaque comm-
o.oiativ. serait due M Nicho-
! Ni Shemk prsident de I
Lo-Wi Tl eatres.
aire du Sh< ridan
La crmonie d'inauguration ^
.un l.eu aujourd'hui a 3 heu aiMCCS (jC 6UCCCS.
soir, et que
L'IDAL RHUM
ALIX ROY
nc:"propri ;j)0jt- sa rpulatioii ses 27
^
te et porte prjudice la beau-
t du visage.
Cela, jeune coquette, qui re-
grettez cette tantaisie de votre
|oli nez, est un peu de votre
laute. Je prends en considra-
tion votrejsouci et vais vous in-
diquer le moyen de le mettre
en luite. Mais avant tout, per-
metiez-moi une question trs
indiscrte : savtz vous vous
moucher ? Oh 1 ne vous bau-
dissez pas I c'est avec une trs
bienveillante curiosit que je
vous demande nouveau : sa-
vez-vous vous moucher ?
Vous riez et vous me rpon-
dez avec une confiance assure :
mais certainement je sais me
moucher comme toute personne
bien leve, t.'est qu'il y a peu
lu personnes bien leves qui
sachent se moucher comme il
imui dans l'intrt de leur beau-
t. Ecoutez cette petite histoire:
u y a longtemps de cela, j'tais
encore lis jeune fille, une de
mes amies, tort joie pei sonne,
se dsesprait de la dviation
droite de son nez qui eut t
tout tait charmant sans cette
lcheuse disposition. Un vieux
mdecin-major qui avait pris sa
retraite dans la ville o habitait
mon amie, Irquentait chez ses
parents, h eut connaissance de
on chagrin et lui dit :
Ma petite, si vous voulez
rediesser ce nez qui vous cause
du chagrin, mouchez vous A gau
CBS,
Elle prit tout d'abord ce con-
seil pour une boutade qui la fit
rire, mats comme toute jeune
fille est coquelle et qu'elle rve
de tous les moyens possibles de
corriger ses delauts physiques,
elle suivit sans mot dire le con-
seil du major avec une persv-
rance .exemplaire et au bout
u'une anne, sa grande joie,
son ntz tait parfaitement re-
dress.
bU appert de celte vridique
histoire qu'il faut savoir se mou
cher,c'est--dire ne pas prendre
l habitude dont on ne s'aperoit
pas, de se moucher et de s'essu-
yez le nez toujours du mme
ct.
Les pai i nts vigilauts.s'ils cous
tatenl chez leurs enfants une.
tendance du nez s4dvier d'un
ct, doivenl donc combattre ce
detaut naissant en les faisant
moucher du ct oppos jus-
qu'au complet redressement du
ntz. Jeune-, filles et jeunes fem-
mes peuvent veiller directe-
ment sur elles-mmes, maie il
ne laut pas laisser passer trop
Ue printemps. Malgr tout, ius-
qu la trentaine, avec une pa
tience plus longue, on arrivera
a bon rsultat.
i nos ucium et u plus efficace
INJECTION PENAUD
D'fGBR
contra W
BLENNORRHAOII
> m
inbsiie*
rm
L tniMRKBl
I pi*, pu U
ORAIES PEYRARD ri et la KITIRE
qui calment U dooW. rUriCcnt ! ariu*.
punStnl le tuig et gsthunt U cylile.
OWIWi BOKHXa PHARMACIES
SPECIAlinS PEYRARD. M. m k Grnelle. m.

I


\TEO
1
Disques Odon et Salabert
Phonographes portatifs.
Champagne de la Nuire,
WHISKY Corby's Spcia
Selected.
VERMOUTH Dolin.
MONTRES Suisses.
Gilets, Sweaters,Pull-Overs,
Chles etc.
aux prix des fabri"
ques dfiant toute concur
rence.
jBAZAR ODON
tlJ.KARAYAlSY
Angle Grand'Rue & Rue
Frou.
Y c\ T un commencement de pluii
I ,P .l^nVlPr fit s'cailler tout le mon Je
JLlC * UdlIVICl aaxg|missemfnls divers de
* Suite de ia premire Page
iTout
2e Antoine Nol, en 11 se-
conde 7.
Lancement du disque : 1er
Daniel Rouzier, 25 m. 50.
2e Mondsir 15 m.50.
Saut en hauteur; 1er Maza-
riu 1 m. 70,
JSaul a la perche ; 1er Daniel
Rouzier 2 m- 85.
Il faut prsenter des llici-
tations toutes spciales M.
M-Daniel Rouzier et Mazarii.
qui ont t pour ainsi dire les
hros del tte athltique.
Ensuite ce fut le match de
tout-bail. Arbitr par Me
Edouard Cassagnol il tut bien
jou. Un peu tlasquue au d-
but, il se ressera vers la fin
de la premire mi-iemps et
la seconde mi-temps il fut
tout fait sans reproche ; L s
passes se faisaient sans so ici
de vanit personnelle et c'-
tait le beau spectacle sportif
de l'effacement de savperson-
nalit au profit du groupe
dans lequel on se trouve. La
Violette Athltique Club ga-
gna la partie par trois but
deux a l'quipe coalise qui
lui fut oppose.
La foule, une foule dense,
compacte et bigarre ou Ion
remarquait autant d'enfants
que de grandes personnes s'-
coula vers le Champ de Mars,
entoura d'une treinte souple
le Kiosque Occlue Jeanty o
un nouveau concert lui tut
offert. Cette fois devant Cin-
Varits tntofiei te au peuple.
Malheureusement vers les 8h.
k axons et aux ronflt menis
puissants des moteurs dt s
milliers de voitures qui st
trouvaient cette heure B0
Champ de Mars.
En rsum ces deux jou-
nes tureut tout a lait plein- s
de distractions sans nrnbn
et ceux qui elles ture;
offertes ne s eu sont pas p i
ves. On {ua pas, heureuse-
ment, enregistr daccideui
cette anne. El c'est pour
nous l'occasion d'en tiicitei
ceux qui avaient t confie
le service d'ordre et celui ne
la circula'ion qui pendant Ces
deux jours fut d'un- iutensitc
que ton n'avait pas vue.
m^mmwmmmmmmmmmwmmm*^mmWMmmt^^m^mmmw
CONTRE-A VIS
^La petite tte de Charit
qui devait avoir heu sous le
Haut Patronage de Son Ex.
le Prsident de la Rpubli-
que et avec le concours des
Membres de la Commission
Corne uaie sera plutt don-
ne dans la Cour du palais de
la prsidence toujours la
mme heure le ^Dimanche 5
Janvier.
Madame Borno en profilera
pour distribuer des JOLElS
aux eulauts pauvies.
L*"_____________________________________1
BELLE mWkl
en deux moi pa* let
PILULES ORIENTALES
1m senles qui direloppeat, raffer-
missant, KvoruMueut les Mina,
ttacent le sailllee osmium des
paules et donnent sa bas** u
graclrnx embonpoint.
Bienfaisantes pour le. MWMb
Mvprou'ict rar!ttci'brftitmdloalm,
J. hAl It.ph~.45, R. de l'EcluiriilaTjWli
.i l'art .'i Prlncti
M BKRTINI ci touiei
pburnacies.
LE MA'UN 1 Janvier UNO

'f**m,> *,.-.
Ncrologie
La 2 Janvier, huit heures
civi uiatifi ont eu lieu les fun-
railka ds M.Censtaul Vientqol
a succomb une assez, longue
ma ledit.
C'lail une des hautes figures
de notre lite et il complait par-
mi nous un gr. nd nombre d n-
n.ls. Cett ce qui lui a valu ci s
imposantes funrailles o l'on
remarquait les plus hautes per-
sonnnlits du Pays.
A sa Veuve, ses enfants, et
particulirement noire ami
Conslanl Vieux fils, l'expression
sincre de nos condolances.
La peau ru-
cjueusences-
site ce savon

"'i-
^ mi L
m
or-.
N V
- .piwri
tm
h
2
agit doucement sur
il
I
r
n
i
lilC iCih f HUiiCii Vii i
Ln Boisson c<
cl ni s

e
ier

les
tml
re-
Est prescrit pour grippe
raidissements, detgeujtite,
re et paludisme.
C'est te plus rapide remd
Vente par suite de
saisie excution.
On fait savoir tous ceu ;
qu'il appartiendra que le ma r-
di sept janvier mil neuf cent
trente, dix heures du matin,
il sera procd port du-
prince. Rue des Fronts Port*
au Migasindu sieur Alfie '
Nicolas la vente au plu^
offrant et dernier enchris!
seur, des mar< handises e*
effets consistant en toffes de
diffrenlesqualils.taux cols
mouchoirs.servietf s de bain
etc. Les susdits objets on!
t saisis la requte des
situis Dev et Laroche, com-
merants dment patents,
domicilies au Cip-llatien
ayant Port au prince pour
avocat constitu M< T.l.ahi ,
sur ic sieur Alfred Nicolas
commerant de ni eu ran t
port a orince.A la charge par
les adjudicataires de paye
COOiplant le n oi tan! des ad
jUdicelions ^ou.^ peine de folh
enchre.
tort au prince, le J janvier
1930 L'huiler (sfgne)
Lonce Ll lBOtlRS
pores de telle faon qu'i
ini. ux que nettoyer. Ccst une
j combinaison de savon pour
la peau. Il dissout toute trace
de salet et aide la peau
tre tendre et douce.
L'Exclento
Savon de la peau
; Produit une mousse paisse
excellente
tfIl adoucit et enlve les ru-
gosits et tonifie le cuir clic
velu. Il aide donc maintenir
l'tat de la sant.
En vente chez tous 1 es dro
guistes. I our 0,30 centimes
seulement. Il en expdi ds
rception du prix
i EXELENTO, MtiDICIN
j COMPANY
AlL^NTA, f.OKOlA U.S.A.
Ag'n's lemanOee pour tocs
' pays.
Hvecpour rei seignen'enis

Panama Railroad
Ste niBhip Lin
RAFRAICHI!
E
RECC cSTiri
FROID
su a
CI!VG U VVH
Le ^eul Giricicral fait
rfeau minrale pure
des Soin ces
WHITK ROCK
DANS rOUa LLS MKli i. rTErS
( l,UBS, CA1VS ET RESTAUP
"Mohr & Laurin
DisIribnN ms Pw I
NT

i
>-
Avis Judicit.ii e
l'ai or^ouni.ait oe lelr
en date du vinrjt six dcem-
bre mil neul ctut vingt neuf
excut sur minute le sous-
sign, Ptiou Com tilien^oy.
a t nomm squestre udi-
ciaire des biens et m meu-
bles dpendant del Iwnces-
.viou de la feue dame,Veuvi
Ernist Dalencourt, ne Emi
lie Gaetjeis, decede le vingt
sept juin m.! neuf cent vingt
ueui. En cousqueace, tous
ceux qui dtiennent un
titre quelconque des effets
mobiliers dpendant de la
dite succession sont invits
les remettre sans dlai au
soussign. De mme les lo-
cataires de: immeubles tora.
posant la dite succession de-
viout veser au soussigu, el
non aucune autre per
sonne, leurs redevances men-
suelles ihues ou choir en
pisentant leurs dernires
quittances.
Porl-au-Priuce, le 26 D-
cembre 1929.
Ption LOJRTIUEN ROY.
1. Les cha>geurs snt pris
de noter que le steamer Au- ;
(on es' attendu t'oit iui-
Princi, venaul d<- (". i^t ha
anal Zoru le n>( rci edi 8
J ii\i r 193C.
2. Lts permis d'embar-
quement si mut dlivres po
le fret a des in., ion de New
Yoik el des PortsEuropenii
sut demande ta le ce bu-
reou.
3. Ce steamer partira le
n me jour, 2 lires p. m. di
reclement pour New York,
prenant lil et passagers.
Jas. H. VAN REED
Agent Gnral
I
Une ondfl ?Irt moriii^ r|* oommo "t.
Ecole des Sciences
Appliques.
Il est rappel aux tudiants
de l'Ecole des Sciences Appli
ques que Ks cours seront
repris la date rglementaire,
Mardi 7 janvier 1930.
Port'au-prince,le 27 dcem
bre 1929.
La Dii ection
froup Spasmodique
&i Rapidement
I s;z If MeniHii c'est user
ci' quil j a Je mieux.
in
la poud
I z soigneuse n
Toutes les Polices
DELA
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux
Eug.LeBoss#Co i
Agents Gnraux S
Arrt
, j Vicks, frictionn
J oufondudansl'eau
- chaude et inhal
Moulage vivement.
CHS
V A0 RUS
. i .i- Rafrojrfj vrpment
Po 11 -ez votre !i
que M EN N'EN. Eten
les replis de sa tendre pe ni. Kl le ah m-
midit, calmera l'irritation el vitera les intec-
lions.
C'est une poudre pure et fine, scient if]
borique et |ue les mde:insrainentfl
entier rrcom *n nul ;nt depuis un demi
AI UMINUM LINE
Dparts rguliers de Vlr-w O Ven.n,
ci Blobil* pour Pci't-an-Pi > <
DE HIV OU l\\s DE IdBHJi AI 11 \m ;l 0t M Pl||\r
le 4 Janvier 1930 1. 6 li viei 1930
kc.i;;ir ier 1930
!i I"\ i ici
17 Fvrier
3 Murs
17 Mars
B1 Mars
lour tous autres renseignement! s'adn sser y
A. de MA1TE1S & Co
Agents Gnraux.
8 Janvier
1er Fvrier
15 Fvrier
1er Mars
15 Mars
29 Mars
le Ifl lanvfer I9S0
27 Janvier
10 Fvrier
21 Fvrier
10 Murs
Mars
7 Avril.
Insurance o
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUrUNCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co.
Acients Gnraux
I
\ i
i


*? & ^ .
nmfcmtiiri
Samedi
I Janvier 1930
ratTimu
S* -: '~w-J ..r V
Le Malin
41 PAGES
28me ANNfif: .\ (H84
Port-au-lVi.i
Tlphone ; 221''
V.oa die paratra
Si v i mlez appr 1er
C'min-'.i ,1 lveloppe la
pcase l. titienne de Tous-
saint I. m /erture a Lo.iis
Borao, li le rcent ouvrage
du D' Phi -Ma
Vnt tap le
i Evolution hatienne
En vc: !. \ la librairie de
La Presse Aux Armes de
Paris, la Pharmacie du
Globe Dr oicou). au prix de
1 dollar l'exemplaire.
AVIS INTIME
Les To n les > u comena-
c clic/ BAILEY. Que chacun
vienne se poarvoirde la te*
lade pour les lles.
mwmmn iraiiir- m m
Cours
Classiques
12me Philosophe inclu-
sivement.
Mthode sre, Succa com-
( let contrle chaque anne
Cours du Soir pour Adultes
et Jeunes Gens.
Comptabilit, Snogtphte
anglaise et franaise, Dactylo-
graphie avec des spcialistes
pour chaque cours.
Enseignemeni du Franais,
de l*Augl ils. d l'Allemand,de
I Espagnol. Mthode sans
^ale.
Leons particulires de
Lettres, Sciences et Mathma
tiques aux lves on en re-
tard ou eeux qui veulent
gagner du temps.
Cours de Musique (Solfge.
Violon. Piano)
Pension Scolaire, srieuse
et agrable, i
Khi i. ils ttl V 1
S'adn s !! e ,.;;, ;
{MnMHV-

^
/^7?
L'enfant doit prendre
soupe de
m FALIRES!
i
j>'-}*
la faiine alimentaire incomparable d laquelle des
millions d'enfants doivent la force et la sor.'\
Cxlncr la grande muQya
PHOtPHATINC FALlRES
ti'. rvpUatlon wnlver .Weict &e mfier des contrtffOru>
Ph.rmjcicr, rt MaiMn* d'AU.-nenMtion PARIS.

-, ^^3paBBJSJBJB|
.
TONIQUB i:- m RECONSTITUANT
Contre ANMI
aMl >pfi .Mjicw,
travail in'iellsctul ou corporel.
naeeutlva an Maladies eigus,
. :, Cl U(ii
' ' du TUei DIGKSTIP.
menu reparution
" ..- D juillet pour gurir l'.Vinu, .. In
' '"' i i . i i..;. [,, uill,
M:;r>l O'CMI'LO.' : i aatlj. terre . Ila i ,i Mrt la repas.
,,e Pav*, 13 paris >
.'.i! rU MU !.
Mxmiim 1 11 iiinm
enseig i
i 1
f (JT
TIPPFNHAUR
nu de l'Universit
Hatienne.
towanu ^^,,.
Te.;
->-n-'-> 1 l'iiUn,. .:, los
CIGARETTES CLy
on r3RE CLiii
Farta. !
Gdburys
CHOCOLATE SANDWICH!*
Joe Wo )1 y, reprsenta ni
En vente '-: ? ''> l Simon Vieux. Dcreix, B. & N. Sad*
et us les ai les de la place.
fm.-. .sr< MK
ME ; :/;ss
p>'.. ....
-MA
aui-i.n produit nVgale
'la fAVEESOVE*
En ventes J-r 1 kuPrwie: Pharmacie W Kl il
Pharum I PEROU, Il l'I
cl loutai bonne, ni if.,tn
IIntoatUJea . ..wit. ,,i.elge,
[k V C FKUCUQ, ASNi: RFS (S, ,) H...c
BAUME. BEHOUE
Crui'laon 3R.adio.le
GOUTTE-L$|HJMATISMES
NEVRALGIES
Dr. Bengu, 10, Rue Baim, Paris.
Panama Railroad Steamship Line
Servieei d* fret et de paasayers entn
VEW-YORKCIT n QWSTOBaL, UWilL^ONB e* les PORTS dejta] COTE
OUEST de l'AMUOUE du SUD.
plus rapide et le plus lit cet service de transoorlde passager et du tr entr. Hati
elles ports Europens via New-Yord et Cristobal, Cinil Zone, sthme de P. manu
Voici l. liste d i a >s igents pour les prlncipia* parts de I Europe :,
Angleterre Ecosse France
.Mrs, G. W. SHELl'OM & Co- 17 James Street, LlVERPOOL, Enolanp
m IKAMI
n. m I OM i (> sonl reprseiiU^
l'ar lis saJsfBl siihaule :
GSLATLI v I lANMEY &. CO
21 hue de la Rpublique
Marseille
HeknuPf,ron ACieLt
,|53 Quui Georges V
! Havre
lil RNU Pi HON & Ge. Lit!
luie du [ plu:
jBoulo i
jlitHNU If.RON Cie. LU
95Rus de Marais
Paris
Hebkd PtaoK & Cia. Ltd
[Rue de la Tranquillit
Dunberque
Hfpkc i'i bon a. Cie Ltd
Rue Roy
P1 deaui
1
COPJ NHAGUE
D; i emark
Mrs E. A. Ben dix f.o.
f21 AllencMle, Copenha^ce
GENES
Italie
MrsilfcNM Coe k Clers'
Piaxtv S. Matteo, No. 1K
Geova. Italie
OSl.O. NORWAY
Jlntei national
SpediUonssilsiEed
lUMfOM Q, GlRMANV
MrB- Vogamann
Hamhei ry,GermaD"y
GoTTOcr.d: Swi-pMTBM
Noidif'k Express
Gottemburge. Sweeden
RoT-iFRDAM, HoLLANDfa
Mr. K. Vogemann
Rotieidam, Hollande
Plus de
Pannes...
Le Double Eagle est
le pneu des privil-
gis.
U cote sensible ment plus cher
{lie tout autre, mais il prsente,
par contre, un kilomtrage et
une garantie de scurit plus
levs que ceux jugs ncessai-
res par la majorit des automo-
bilistes.
Le DOUBLE L \U est un
Daeu sans aucun quivalent, le
super-pneu dans toute la torec
du terme. 11 est destin ceux
qui veulent ignorer tout ennui de
pneumatiques et qui pensent que
le prix d'un pneu s'estime par le
cot iinal un kilomtre.
Rien ne peut bu comparer au
nouveau PMliL UOOLALAR
DotbLE k-AOLt. t^'est quelque
chose de spcial, de suprieur a
toui [Ce qu on pouvait prvoir
comme bon pneu.
Tilt. WU|ST INDlks
THADLNG COMPANY
ih&Uibuieura. pour
la i\cpuOiique u'tiati.
IV-2fi-M
HHUM HENRI Gardre
En peu de temps ce pro-
duit remarquable a conquis
de haute lutte une renom- ';
mec des plus enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre.
iiiirrissMiiiini i a* b JtH
RIMMEL
if :' ' ''.
CONVERTiSSEZ en AitGtNT
vos TIMBRES-POSTE
CO.OOO dlsponlblee
S vol., pbtsdei des Timbres rurew 3M
', >iu, ") des grandes quantit!
' . ou aux Ere-hres, envoyez J
THE CITY OF LONDON PHILATEUC
AUCTION MART
1 A 2, George Street
Mention Houte
LONDON (F.nglend)
Ht p.n nvor-r i TiaiWw iicVatt d mrtiU*.
Uiwtf lu liii virai Timbras or !ear I*)
D-V'i.'tr cliirnuiat le nltai ir cb<)na coto.
ALUMINUM LiNE
Prochain Dpart pour Hati,
Un steamer laissera New Orlans le 4 Janvier 19,10 pour
Jrmie.
Ce 26 Dcembre 192.
A de MATTKIS & Co, Agents gnraux.
ON TROUVERA
Morale et Instruction Civique
l'usage des coles primaires
par Flix MAGLOIRE
la petite Maison, rue du
Centre et chez l'auteur Ruelle
St Cyr.
The Royal Mail Steam
Packet Company
Le vapeur Sea GLORY venant de Kingston et des ports du
Sud, est attendu la Capitale verse 8 Janvier 19M), prenant
fret pour I Europe via les ports du Nord.
Port au Prince, le 23 Dcembre 1929
I. J. BUIO
General Agent
Htel International
Fond Aux Caysa an 1800.
Taanstr Port-au-Prince, an Champ tia Mars.
Proprit Emile Blanchard.
Veuve T. FERRANDINI, Piopritaire.
Chambre ares. Cuisine franaise. Pension prix modr
Installation moderne trs coulortable.
On parie anglais, franais, espagnol, italien.
Le Purgatif idcal<
PILULE 10ET
147, Rue du Faub. St-Donis. Paris
Facile ,\ prendre,
Ne ncettant aucun preparatif,
elle ae provoque jamais de dejot.
Supprimant la dite,
elle ae dbilite pas le malade.
N'exigeant paa de repoa a la chambre,
clic ae cause aucune perte de temps.
Plu active nue tout lea similaire*,
elle est, par consquent, moins chre.
'5 jKa^SaaSPiUaU.
) LAXAnVE, 1 Pi'.ul.
t
L'AK 100
L- ,-iiieuxjproduit de
laGni ('ont on a prou-
v les qualits remarquables
de reconstitution est en vente
aux maisons suivantes :
Au Bon March, Caves de
Bordeaux, Caves d'Haiti.Vve
Douyon, Confiserie du Lion,
Maison Schomberg.
Prix; 3o cealimes la bou-
teille.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs