Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03903
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 9, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03903

Full Text
Jl "
bernent Magloire
m DIRECTEUR
i68 RUE AMERICAINE 135S; ,',
1 TELEPHONER-22^
36me ANNEE N-.7278
Travailleurs Etrangers


La proposition de loi de missiou modifi dans le sens
i Tictor Cauvin tendant que nous venons cl iudiquer
glementer l'entre et le se- est admissible. Mais il n'ex-
Kuren Hati des travailleurs dut pas ceux des arts, o il 4
rangers a ' large .liant mo- de la proposition Cau vi n.
1 Saul augmenter le dlai de
fispar la commission du
ravail de la Chambre des
(ptes.
Od peut cet gard ex pri-
er un reget celui de ne
H savoir les motits des ch.m-
oiente faits par la commis-
n. Son rapport chet di-
8 jours accord aux trangers
dj employs an Hati pour
itaster contrat avec leurs em-
ployeurs.
La Commission a supprim
l'art, qui contient une dis-
position excellente : in'eidi*-
lion de travail l'tranger
ire de sobrit, tiert en
.oins de cinq lignes. Sur une Jjl a moin de 1 / ans dge.
uestion de I importance de )e mme elle a supnnme le
1er a ina de l article 6 qui
oblige l'enregistrement du
contrat de travail eutie le
travailleur tranger et s o il
employeur. Evidemment,
tlle-l, on peut trouver exa
re tant de coucision. Le
puorteur aurait pu lcher
n peu la bride sur le cou.,
'autant que cet'e proposition
t loi est la premire mesure P'*qu elle a repousse le pr.n-
ancrtede protection sociale M du contrat obligatoire
ouvrire envisage par les f salaries trangers et
avoirs publics. Si elle est leurs employeurs. Disposition
ote, comme on peut esp- eAa7i,I'" ,,, .
er qu'elle le sera, elle ter ^fcZ.! **?. re.h~
ha pitre de po'isabilile civile de lemplo-
uut ,, station ou- Yenr autant q u e celle de
rire. Elle inaugure une po- employ en cas dmexecu-
tique sociale qui s'intgre ,des, lorumlitcs dictes
sormaii la politique gn- gf' *. lo modilie. La
aie. Tout ceci n'a pourtant Coroiniaeion a sans doute
ien inspir .u rapporteur. Ironfi sa rduction pri-
Mais voyons les modilica- nitive tait hop prcise, bile
ons de la Commission. Elle supprime le 1er alina...
prime l'art. 1er de la ero-i Comme .1 n y a aucun expose
osition Cauvin estimant <* vues CQ it pas
ans doute inutile ce qui y pou.quoi elle modifie, sup-
at dit. C'est pourtant le prin- prime ou ajoute. ^
ipe de la rglementation qui est ainsi qu elle prsente
at formul dans ce texte, j u" texte- art- 7 ** projeta
.'objet mme de la loi quiyj**. exigcantde I employeur
t indiqu. Comment cela}uiie de /oO gourdes par
wrait inutile? l,e d rangera employs par
A l'art. 2 devenu art. 1er,
je p vu da 17 ans pour
bue la loi s'applique pu tra-
vailleur tranger est port
1. Jusque-l celui-ci restera
ibre de concurrencer les n
res. H y a une majorit de
ravait qui ne correspond pas
ircisment avec la majorit
ivile. Ainsi l'entend la lion-
realion sur l'ge minium*
'admission des enfants au
rrvail industriel adopte la
remire session de la Coul-
nce international du travail.
Ile prcise qce les enfants
Ma moing de quatorze ans ne
peuvent tre employs ou
travailler dans les tab issc-
ments industriels, publics ou
prive... El renloraut, elle
dict que tout chet d'ta-
blissement industriel devn
tenir un registre d'inscription
de toutes les personnes ue
moins de seize ans employes
par lui...
Tout ceci pour montrer
qu'on n'a point besoin d'at-
tendre que le travailleur
tranger embauch chez non
ait atteint 21 ans d'ge pour
loi appliquer noe rglements.
La Commission a remplace
les arts, a et 4 de la proposi-
tion de loi par un art. 2 qui
oblige l'tranger ayant inten-
tion de rsider plus de trois
semaines dana le paya de
e'inscrire la Prlecture et
de taire le dpt d'une cau-
tion de 500 gourdes la tr-
aorerie nationale. L'est l une
disposition trop rigoureuse-
ment gnrale. Elle ne peut
'admettre sous cette tonne.
C'est l'trenger qui se pr-
sente avec caractre d'ami-
grant. la recherche du tra-
vail, c'est de celui-l qu'on
peut, qu'on doit exiger la tor-
S"alit de l'inscription et le
pot de la caution. C'est un
{ans-travail, ce qui le place
Provisoirement hors le cadre,
i/autorit nationale doit pa-
rticulirement le connatre, ht
'inquiter de savoir, avant
qu'il puisse mettre le pied sur
le territoire, ses moyens
d existence pendant un certain
temps.
Donc, le texte de la Com-
lui. Il ne parait pas qu'une
telle disposition soit nces-
saire, ds l'instant qu'on a
lglement les cou litions de
travail des trangers. I a Com-
mission a peut-cne ici cd
des < onsidrations d'ordre
fiscal. Mais la loi tan e est
d'ordre social. Ut doit tre
laite dans cet espiit.
lia rsum, la proposition
de loi Cauvin n'est pas s >i lie
amliore du creuset de la
Coin m selon du Travail de la
Chambre. On verra ce qui en
advieudra aprs dlibration
en same publique.
Victor THOMAS.
ire***-*- .
'.HT.'-'* **
Uriuu defead ia jelilif.se
devant les tbai
Par sans fit
KI
PARiS, 8 mai- A la veille
de t'annonce tonnelle de si
candidature la Prsidence,
le Ministre des Alaires Etran
gres Briand a tait une vigou
relise dfense de sa politique
la Chambre des Dputs.Il
a dclar que chaque pas
qu'il a tait dans ses relations
avec les gouvernements tran
gers l'a t eu vue de la paix.
11 est aussi dur de taire la
guerre maintenant qu'il ne l'a
ins.ll t dans le pass*.
, ; .and a t vigoureusement
applaudi quanti il dclara
que personne ne peut all-
guer que la' France des ides
imprialistes .
U a donn sa terme con-
viction que la paix dont jouit
actuellement le inonde sera
maintenu.
Sa us IhoDBCMd, MM le mft*\
du reU,saas le alla du eveir.MM
l'iBetr ils pr I vfrtii. loul esl menac ft Inul
croule. FI M M oal si les lettres,
Irserlf.lf le\r. le eradarme en le
douanier qui peinent soutenir eell
1rs airs l'diiire qui peiie jiai la
base. eWtt
'.. '.
La Rpibhque espagiele abaeei-
aerait les possessions de lerroco
Par Sans fil
Paris, 9 mai Le geuver-
nement de la nouvelle Repu
blique d'Espagne considre
srieusement l'abandon des
possessions espagnoles de
Morroco o taui de soldats
perdirenl leur vie en voulant
y maintenir l'ordre.
PORT-AU-PRINCE (iHAITl.)
LUNDI 11 MAI 1931
"j e?xM
LES
((
))
ARRIVENT BIENTOT
L'Accumulateur
des Aviateurs
Des milliers de pilotes d'avion
comptent, pour la sauvegarde de
leur vie, sur le rendement infaillible
des accumulateurs EXIL>G. Le9
mmes qualits exiges pour l'avia-
tion, sont dans les accumulateurs
EX1DL que vous mettez dans votre
voiture. La dure de leur rende-
ment fait des EXIDL'S l'accumu-
lateur le plus conomique sur le
march.
,'j,T.i/> pour I '.:.,
KNEER'S GARAGE, Port-au-Prince
THE BLBCTRIC STORAGB BATTERY CQ.. PhM.d.lphi. E.U. J'A.
Ad. 308

xioe
L'ACCUMULATEUa OS
LONGUE VIE
AUX ROY?.-=
>tti ~
29 annes de succs.
V -
O
SvV&t
csa.j
L^ *-*
vm
.+ Ma
Les grandes ihaUurs arrivent]
Dcidez vous 'es matolenant ii.s'rlier che* vo
Ventilateur Electrique G. E
L'est le seul renidl.
(.onditious de piicmeul Vraiment exceptionnelles.
Compagnie d Eclairage Electrique.
un
Changement^dAdresse
Le'.eoueeign a l'hennetir d'inforuer le public eu gnral
et ee bienveillante clientle en particulier q-ie, pour ceuse
d'egrandiecementa, le Dpt du
En passant...
Je r mie
i
o
jYi vu ona tou'ei lts raee
oet drenceee. pettant deaaf.
fouilltnienl cauif par les pluies
isconlinuM qui leur tombent
du ciel... Il aa'a t ehtqua bexa
ronp d'argent a t dpens il y
u quatre oo eiBeJ us | t-ni la
lfeeiien rien t ra ie.
J'.ni tu des oioaceeai de d-
iri'n sur lu pleee pibtiqee,
inAm ce. Oo s'rxplique quil y :'it ac-
tuellement leat d moustiqats,
et nu li grand uonabra de cas
tie livres paladeneiee. Jrmie
aelubre de l areftaee ne l'est
plu... Est-elle ce pot/it nban-
donna qoe l'on ne s'occupe
plus d'hygine?... Pauvre ville t
Pauvres gens!

J'ai lu q M le Mafliitra Com-
munal dsne son Bulletin d-
nonce la eereaee du Serviee
d'Hygine el met le voeu que
le Seivice de la Voirie toit re-
mis al Travaux Publics .. Pour-
quoi pas a la Commun*-'/Je me
joins aux Jrmiens poer r-
clamer avec eux : A la Com-
mune la voirie... Les veeux
seront bien gai ds...
J'ai msisl an duel, un v-
ritable duel... On se bal encore
Jrmie, et en duel s'il vous
platl I Dire que depuis le COU)
Bat singulier de Moravie et de
Sylvain, les pea et leurs four-
resux ne font |lus ajo'oe sont
la soudnre de la reuille I Un
Commerant, S. D.. t an ma-
tre charpentier, L 1).. la suite
; dune dispute se sont jet ces
mots : A la premiers rencenlre.
' I e charpentier revin a"ec un
espadon et le eommereent, le
ioi de lu farne, aucien matre
charpentier, avec un petit Le
franais".. Un coup de Uu Un
coup d'eepaoD. Blessu'ea r-
ciproques. lis ent Iradui'a eo
police coirecllonnella soaa la
double prvention de i-ori d'ar-
nus illgal, ei le blcwores, a la
dilngei.ee dn Chef du Parquet
qui ne badine |tea bv c lea d-
linquants... 11 (si i la hauteur
de sa ibe.
I hp leioliilum (! nom h le
au l'ortuyal
Par sans fil
Lisbonne La police du
louvernenit'ut :i dcouvert
ii n Douveuu coinplot rvolu*
liODuaira et e saisi nue grande
quantit de bombe et d'ar-
mes, Aleobeca ;i 17 millea
au nord-est de Lisbonne.
Caf-Htel
Side Steep Inn.
(..rant: F. H L ULI ()A
Wut du Ma| Tons lee eoire Radio t.oncert.
Consommations de 1er choix,
[.^iish Spokea, Spanish
Frcnei.

Rhum Champion | On dcsiie...
ara transfr i partir de 15 ai prochain, dans la balle
contigue aa Haytiau Touriit Dureeu, ree du Magasin de
l'Etat.
Perl-au-Prine, le 7 mai 19*1
M. FONTAINE
I On dsire acbeUr an camion
pour livraisons, de prtreiite
merque Foni).
Ecrire Botte postale A 163
ou tlphoner; No. II87H.
i
I
%
"Madame, mme dans un tat quiN
demaudeuat aitena* ,v eus
pouvez vous dfaire rie la toi tare des
nauses, en prenant ce laxatif, quoi'
que t'.or-s et K'jf&nsif, cependant 6r
ENO'sVRUiTSALF

Hjl^Sm
Dixie-Bar
Angle des ruas Ara lie m
Lin; oine et Roux. Bu
lac de Lestera.
Propritaire:Tibeiius;St Jukte
Oitophonie tous les loin
avec les airs las plus varis.
Consommations de choix.
Tlphone : Ko 3IH.
...a vu des choses assez drles
se passer la maison loucbe
rinomm e Paris-Bai qui vient,
dit on de cli-nger de propri-
taire tout de suite aprs lea
j"sles meeurei prises contre
elle.
Allons, un peu de pudeur t...
a %
... a vu cetK chose qui. si alla
n'tait ps rvlatrice d'un tat
d'me mauvais, aurait t6 trs
cocasse. N'ayant pns ' correct
avaria petite madieiuMise qi-i
vil de sel 'h fines, eallt*el sui-
alt la clef de son a itnmeh le
(No. WM)). Il snat va. Mia
aprsMea eseSo"tel il put met-
tre h' moteur su merch#i et fc'n
alla dans sa guimbirde >OUl fier
d'avoir t le plus tort, tar.Hia
qu'il eut : si simple el m loyal
de ne passe montrer goujat.
... voit que des gne qui se
disent informs affirment qu'ea
Rpublique Dominioaina tela
ne marcha pae lis bien. Il se-
rnit bruit que le Gnral Deei*
derie iias aurait pri las ar-
mes et qH Sento-Doanlnge II.
Lnis Fernandiz et la Onral
Miguel l'uulina auraient t tas.
Seiaitce exact?
... vail (pie I < chaleur aug-
mente chaque |ottl davantufle.
Si cela suit une courba aseen-
dan'e, on se demande, devant
la chaleur de ce prinlempe, ce
que sera, cette ann>| notre t.
Si cela cenlinue, la fortune de
Kenakoff atteindra son apoge
pendant l't 1031.
*
... voit qu'an moment o le
Gouvernement ins'ilue une o
lilique d'apaisl ment, quelqtus-
uns de eslonclionnairas.qui i e
peuvent tre 1'uit.e que dsi s
Pegilalion. est-aient, par des ex-
ts maladroite, de vontreriet
cette ouvre, lisl-ce un moyen
de pi ou ver qu'on sable (|ne tnnt bout du thamp le spectia
du P. N.P.?L chose devient de
plus en plus me ouiprchensible
lorsqu'on sait que de hauts fonc-
tionnai! et sont mls cette
manuvre.

... voit, chaque samedi, 'aas
les mendigotede Porl-au-Princa
se concentrer devant le Collge
Saint-Martial. Dans un grouille'
ment oui i e sent que de loin
l'eau d'Vlung. et un broahaha
d'expreasivea teateisieu, cette
Cour de Miracles, trs I aise
dans la rue du mme nom, et-
! tend l'aumne hebdomadaire
(jue distribua l'Etablissement,
le geste est tout A la louange
des Prs. Mais l'hygine n'y
trouve peut-tre pas son compte,
et les dvales anatineuaea obli-
ges <'e se fauCler parmi ve
bepu monde peuven redouter
de rapporter chef elles, avec la
grce sollicite, quelques ktea
indsirables.

... voit que le Service de la
Voirie ne ramasse seulement
nue vers dix heures du matin,
e;uandl ae n'est paa deux lier-
res de l'aprs-midi. les dlrilue
dposes devant Us maisons.
Pour an kedak de touriste yen*
kee, le spectacle, sans dou e,
ne mauejue pas d'intrt. Maie
on peut aussi le lion ver sans
! raut. Aussi kouhaiterait-eu
voir l'enlvement de cea dtri-
tus se faire i une henre flxt et
p a'inali.
. i \u in de C08 amis qui
in i| cl'art on sutie r uni tara
de rdactirU lui demanda car-
ie ment ;
__M.M- tnlu.n on ami.CjUtlIe
s! votr situa'ion? Fles-voia
pour u cou.e U (. onvtrLe-
irent?
L'iii'.ci; ill belbntla, *ourit,
H matta i;- ttr, d, la In, Lre-
itcUlH uielquea n.cts v gus
eu oa ne pi t rien dni.cr,


PACif
ie Matin- h Mai iu3i
CHRONIQUE
PARLERIENTAIRE
CHAMBRE
DES
DPUTAS
- o
Sance du vendredi
8 -; i 1931
La sance est ouverte i'heu-
re rglementaire, les deux pre-
miers points le l'ordre du jour
sont vite puiss par In rapide
sanction dis procs-verbaux et
la lectara d'une correspondance
peu intressante.I,es Secrtaires
d'Ettl de l'Intrieur et du Com-
me-ce, et de la Justice Bon1 d( j i
au banc de l'ElCUtil quand,
patient nu troisime point de
l'ordre du jour, le prsident
Loubeau dclare mettre en d s-
-ussion I* Loi sur la libert du
Commerce dsos les campagnes
Le Secrtaire d'Etal du Corr-
merce < iplique l'econo nie
.. i ,'ji i un lait reasorl r
avantage7, il la recommande
vole d l'asj emble. Le dput
Cilies i il .1 li iribuoe.il dcl
la Loi mauvaise et en vi dation
do. tous ks piMicipes conomi-
ques modernes Elis fiole Is li
berl individuelle et est an i
ilerno i iMijni', alfii me le d|
d i Lingb'i il lail If prots du
p iysan qu a toujouia t trust r
pjr le ( iladin el lad reetorlir
i.-s avenlagi i d< s m rch i ru-
taux L* ministre Turnrr bu
rpond pour lui dire que lu
Loi n'es! pes contre les marchs
ruraux m sis bien contre le co a
merce des denres d'exporta
Uon dans cea mai i lis ei ci la
m vu? de protger le paysan
l'Mitre les treudes I! lei a ne eu
disant que lu dput Cin ta
n'est pas bien imbu de la quas-
lion, tant sxclasivement peut-
tre un bomnie de cabinet, L'
dput Ed. Niiina est, lui aussi,
contra la loi.parce qu'elle vio'e
la libell individuelle. 11 lail lui
aussi lu procs du pauvie pay-
san qu'on Semble vouloir prot-
ger malgr lui avec la loi en
question. Il trouva qu'il si iii
prfrable de dvelopper les
marchs ru roux el d'o (miser
ees centres rnroox. S; vous,
Pouvoir Exc dit, vous n i pro-
tgez pas le p yan i
vous n'anraz pea encore lail
voire devoir , d< I
pul Nuina.
Le dput Bellerive annonce
qu'il est du mme avis (| i io i
collgue Nu ma tandis dput Victor auvin es
l'avis <'e son c Hg i. nas
qu'ilriclare i e bien nu cou-
rant del que itioi Il est mo-
rnlei.ieni en blouse . dcl -ie. le
dput. Ceuvia (| li di m i ide le
rejet de la loi pn caehe i u| d I
piges. Il i spp 'lie I il de
Cemp-Pei in qui D'est e en-
core sol ui ion n per le lait de la
fantaisie du Prlet, et conclut a
ce que les ehose* resh nt en tat
ls premire loi tant pins il a ire.
Les dputs Burr-Raynaud et
Jobbois sont on contradi
au au|et de l'exportation ducale
et de aa valeur l'tranger.
Barr-Itayraud demande de ren-
voyer la loi a l'examen d'une
commission tandis que sou con-
tradicteur se rallie i.i propo-
sition Nums.
Le dput Piou demande la
parole, mais son collgue Vau-
gus demande de consulter l'as-
semble savoir si elle est suffi -
aammant claire. Le dput
de Daine-Marie parle quand
mme de la coustitotionnalit
do la Loi, de la prparation du
cal si de la bonne eruv e qae
lait le Gouvernement.
La discussion menaant de
s'lerniser, l'assemble se d-
clare euiflsammeul claire el
on passa au vole du principe
de la loi. I.t dput Vaugr.es
demande de voter par appel
nominal,tais le prsidait bi an
dissaut les lgkiments, proc<
a deux ioniuitj .n par assis
< t debout ; de noiiibieu.ses cou
tentations avani .i, i la pio
position Vaugues est adopte
ipso lacto.
Le principe de la Loi e re-
jet par IS toulre l. Le pr ai-
dent Loubaau, Iroiss des insi-
nuations de et nains to'guea,
dclare conduire les dbats a vec
impartialit et iuJpendance.La
proposition C iivifl modifient la
Loi du 22 dcembre 1922 sur
les armes el munitions est vols
ensuite par l'assemble ainsi
Ollro d'emploi
\'o is cherchons vn jeun* i
aida dable qui a dj
travaill dans le Commres
ou (|iii a les DOt'otH com-
plu! es de comptabilit.
Offre pu- ecril s la raeifi
adresse
L Prbitzmanm-AGGERHOLM
& Co. Hue du Quai.
qu ; la proposition Pion p
les lusils de chasse des paysans.
La proposilioi des dpote
Descartes'Albert el Leuie-Jac-
nues tendant a ls rouverture
des Tribunaux le 1re Instance
sYAquin ut du l'oit Libert est
mile en discussion.
Le Secrtaire d'E'at de In Jos-
tice,Me A Ihmar Auguste,r"
immdiate mat la tribune.Il e1
contre la rouverture de ces tri
bunanx et croit qj J esraii pr
trable d'amliorer ceux dj
exis'aat, d entant plue que le
hudgat est dlicilsiri et qu 'y
tendance actuelle est de dimi
n.i"r les e venu de 1 K' t. H
pou; li question aux dputs
Loais-Jecques el Descartes-Al
b ti i i voir quels aooi les mo
trs (pu i o .! poil, sa produ<
cel e rclami lio .
lput Louis .la |USf p < '
\quin et Descastes A'bail pour
Forl-I ibert ' dmontrent l'ubi
de la ,>' n h ne novartOM
d i ea 11 ibunaux. Le premier
n >. contenterai! de.-, miells que
1 r las compressions
du budiel tandis que le se <> il
i ippelle au Ministre les pro-
me6S< s au peuple, p nd.mt la
nriode lectorale. Vous tol-
r s les experts du Servi e Tech*
nique si vo is d'ea qu'il n'y
pai d argent luit rem rqier le
dpul Albert.
Les Secrtaires d'Etat des Fi
n rues el de h justice, lour a
lour,rpondenl aux dputs, en
lais .i il co orne d b ibitude mou i
ser leurs pelilea personne i
Le dput Zs m r n'aime pas celle
ernelle leon de rpondre, li
Veut des prcision! dans les
rponse! et surtout que ee
ce le habituds de toujo us par-
ler le c qu ou a lait. Le dt
l Daacartea-Alberl revient
11 cli irge.m lis plus violemm '
cet in s, il i idique nu minis
Ire des Financi s co im< nt il
doil agir corn q ? fciiuiati e n
lionaliste.
L' 11' ire min i ut des m il
tourner quand le leu mil
aux voix la rsolution en dis-
cussion, elle est to e l'una-
nimil.
Lis ministre! demandent
pi i Ire cong mais le d|
Cauvin les retient pour ci ri ii
nea qi estio
li di man ie nu ministre Tb ,
by de lui dire ce qu'il y eu ej|
de ,'. flaire Colvio,car il se dil i
puia quelques jour \ qu'un I
saction serait ii
le Gouvernement et la Lgal
Amricaine. On dil mme qu' i i
ton,Irait tore rtroagir la no u
mi lation de Colvin la dmis-
sioi! dv Fcee'iian.
Le irini u s des Finances en r
1re le dput Cnn m an ministre
! Nlre an HiTIV
Autour
du Concours
de Beaut
o
Port-an Prince, 7 Mai 1931
Mon cher Directeur,
J u t 1res heureux de lire,
^e matin, dans la journal La
Presse . que Monsieur Luc
Dorsinvilla doit organiser, ae
mois-ci, un concours de besut,
pour savoir quelle tst In p|u,
belle de nos |eunea filles. Plu-
sieurs numros de la grande
revue de Paris Le Monde Co
'onial Illustr , dont Mr Dur-
sinville est l'agent -I le rorree-
pondsnt, m sont tombe sous
les yen, et, j'ai conetal, avec
plaisir, (ju'il y Idt de la bonne
propagande pour le Pays. Bien
que ne le connaissant pss per-
sonnelleme il.jetieM cependant
a m pree er publiquement
toules mes |< licitetio is.
I si assurment un* ide rx-
1 que de vouloir dsigne!
Msd smoissi Ile Hati 1031, som
ne cela i piatiqu dsnsles pays
civiliss. A remarquer, que j j
empl yle verbe dsigner e\ non
'/''v. .ceci i dsin, car lou
le monde sait c unuieul se |cnt
ces sortes d'leC'ion c-u II Iti Les
lections des reines de beaut
du Livie Bleu t cel des ri-
i*->iu carnaval sont des exem-
ples, qui se pas u ni dco nmsn
laire I...
II est temps que < h z nous,
Maladresse
ou
perfidie?!
LE Nouvelliste de jeudi
dernier, dsns une noie qui
rve d'tre une snchsceet,
mais ne ralise qu'une ma-
ladresse, dans le genre du
clbre pav de l'ours,
se, annonce que l'Ex Prcsi-
dei.l Borno sonnerait ren-
trer en Hati, et que, sur ses
directives, le P.N. P. voudrait
sere constituer. Ce sont deux
inexactitudes volontaires et
cabules.jct'.s dans le public
comme drivatits, parce que
depuis djj quelques jours
on s'est rendu compte qu'on
ua encore rien lait de tout
' u i|U on avaitpru i is de taire
Ou uc dfaire.
Les i rsi lent Borno est
I b e de entrer pu Hai'i, n'en
.i .'lais au \orv m.i t s 11-: e' y
rentrera quand b m lui sein -
blera. Et quand il so 'gra
etectivernenl If faire nul
ue p mrra l'en smocher.
Le P. N. P est libre aussi
de se reconstituer. Et si tel
lait sou dsir aucun article
sur l'inutilit des partis poli
tiques ue le lerait hsiter.
Ces petites tnaa ivres du
genre de celles qu'enlre-
prend aujourd'hui Lr Non
triomphrent
DEMAIN SOIR
Sur demande :
La Rue vers l'Or
Eftlffl :0,a0; Balcon : 1.00.
Dcs
Samedi minuit et demi,
est dcde Ptionville. l'ge
de 69 ans,
Mmk Pi.vmit Ta lu y
tante de notre confrre et ami
Charles Moravia.
Si s lunrailles et l'inhumtion
ont eu lieu le lendemain
Ptiosville, aprs la grunJ'
messe.
Nous oflrons nos vives con-
'ote mes a Mme Vve Geor-
-s Moravia, notifl tonlri
Moravia, Mr et Urne Baille
Talnv ^t leurs entants, Mr
et Mme Ludovic Ambroise
et leurs entants, Mr et Mme
Fer! Teluytl Irurs entants,
Mr et Mme Main i -e de Ver-
leuil, Mrs Men et Louis Mo
ravia et aux iamilles T'Iuy,
Moravia, Lanture Moral,Hous
seau, Muzae, Pierre-Louis et
aux aubes parents et allis
| VIL liste et qui
si tacilemeot cie la bonne toi
comme parlo.u ailleurs, on laeee de l'Ex Prsident Eugne Roy
aussi l.s choses srieusement et eurent pour premires vie-
Ha Jam .,, i com- times ses p.opres amis, n'au
ront j un lis le mme ellet
sur l'actuel Prsident de la
Rpublique II juge leur juste
valenr les uns et les autres et
ii a u\i trop grau 1 souci de h
n ni l'on procde : quelques
nuis avant la date lixe, pour
la slection de la reine, on
convie, pir la voi des jour-
naux, toutes lis b-auts de ille
4 s'inscrire. Celle inscription
co s t- tout lira le uerd laire
n venir aux b iroaux du jour-
nal The Oleanei , qui a eu
I initiative de ce concours, il y
q itrs ans une pho'ographia,
vec sou adresse an verso. Un
li y est tonn, compos de uo
tab lits masculines el fminines
d Kingston. Au jo:ir indiqu,
dm-, la vaste cour de Myrlla
Bank Hlel, sous les regarda at-
lenlils des membres du jury,
di li ent toutes les beau ts
i iscritea. lin^uite, le |ury,
son tonr, examine soigneuse-
ment chaque jeune fille. Apis
del o i ition, six ou sept d'entre
elles sont choisies pour prendra
pari i concours final. Puis
iui ml sensationnel :
i o i i la plus belle d en-
Wv les belles. Ces jeun, s filles,
i |)!us attrayantes par
de l'i motion l'altentv, dploient
toute leur g ;'ue, dans l'espoir
d'obb mr le sceptre phmre,
mus combien dsirable, que
eontre la beaut. Enfin le jury non. Mais depuis quan i donc
choix, et la reine est at I hiss, ce n'aurait pu tre
A chacun son tour
A la sance de Vendre ii
dernier les tiois Secrtaires
d'Etat prsents au banc de
1 Excutif et tout particulire
ment le Ministre Thoby, tu.
rent chahuts et hus parla
l'on'e.
chose publique, et il est si pea Hconvlejntde noter que cette
,,!.- .__ nmiM ..NI -.ii___l_ IaU.! J- - __: ______
aid. pour qu'il s'attarde
i pi er i'oreille au vrombisse
ment de la m niche du coche.
Si o i veut se faire bien venir
de lui on n'u qu' remplir
honntement, proprement,
avec comp cncc(dansle sas
o on le peut) les obligations
de sa lonetin i 0 i lui dplai-
rait souverainement si l'on
croyait poivoir revenir aux
procdas qui n'laieot d'ail-
leurs que tolrables
que des lections et o on
;iv.;it quelqu'intrt a connal
tre les laits et gestes de cer
tains gr lupements politiques.
Le ct lidicule de cette
afl iire c'e opisiAIretqne la petite histoi
reqni soudrait isuEsieue
de sa ivetage, n t fionquce
et apporte au
par ie Ministre
ois-ci l'audit! ire a agi spon-
tanment, indigne, parait-il,
de l'aPitu le du Cabina.tandii
qo' la sinre des explica-
tions sur les 1,400,000 gour
des, il y avait use claque de
commanda
L Trait des Fron-
tires ls Chambre
dss Dputs
A la sance de vendredi
lepo dernier, la Commission char -------,, ,,, aiIvlI...5l
gae d tudier la rsolution du dnanrva de toute qualit pour
Dpul Limartinire Lery,^. 'Temalir le i!e di4yen/ de la
>ort sr l>ulic* judiciaire en Hati, et
1...1. .<_________________ij______._?.
Propos
humides
o
Uae trsjfpave question diriie l.s
Heiiiens. Depuis plusieurs nn.
on en discute, on se dispute autour!
Lors de le dernire caiepague lec-
torale, c'tait qui mieux mieux
Pour ou eoatre. OuTcrture ou 1er-
luetiirts ?
Cette pineuse question, vous ayez
.... doute devin, c'est celle des
mareaa ruraux.A moiaa que vous ne
prteriez dire eu excellent langage
le eeiiimeree dans les eampagne.s.
Nous ne lein mes de i les de moins
.Menacs avec eette querelle eigue
que d'une guerre sociale ; les ruraux
contre les eitadim.
Je Bi'al pas, aussi moi, d'opi-
nion l-dessus. Si j'tais reprsentant
du peuple, au moineal de voter ter
la question,Je mahsliendrais. Apres
evoir, bien enteedu, fait reosarqaer
pie le seul article dont la libert
commerciale est admise pu tout le
monde, c'ed le !!U'\4 IARTHB CA-
CHET DOR. terrain Neutre d'unioe
eatrete ville et laeampagne, le bour-
Kis et le proltaire, le riche et le
pauvre.
| Dpartexaenf
de la Justice
COMMUNIQU
Le D p i r t ment de la Justice
rappe'le que, su v.uil les rgle-
menta cons'i'uiionnpllemant et
lgalement or\t, psr -..rrt eu
11 avril li)31. de Monsieur le
Pr*sid b'i au Moniteur Ollii iel du 20
du dit mois.env ru de l'accord
ss" l.i G-n armoir du 2-1 aot
IWlo et dont le S h- laired'Eiat
est tenu de taira respecter les
prescriptions, aucune persoune
de nationalit 'ronqre ne peut
re employe i on niie quel-
conque dans les BureaUj de la
Gjrda d'Ha i, et i plus torte
ra>soa n'est habile k exercer nn
r'e qa l'iu'il soit dans la-Po-
lice JuJiuaire.
Il sensuit que Mr Adolphe
Honte, ressoitiylant Iranaia.est
v
OfVBLLISTR
Panlus San*
.' V|r-U ^, u i 11 i -- i i iA
fi-it dpt de sou rappi
Isa bureaux de la Chambra
des Dnots. Il a t dcid
d'appeler le Secrtaire d'Etat
fdea Relations Exlriaoraa de
vjnt les i Jisrabrea,pour four-
nir les reajscigrjeinjola que
ncessiie ne si impotente
<|uesiioii. Mous attirons de
nouveau i'aitestion de ceux
d saigne.
Je lail ces suggestion, esp-
rant que Monsieur Dsrsiaville
---,--------------. ... _ .......... ^. ,....., ,|,,v nuiilieui l'.l.liuville
Carr de I Instruction l'ubliqneleu tirera profil, pour que Ma-
pour plus amples renseigne-1 demoiselle Hati 1031 ssoit rel-
ments. lemenl la plus belle de nos jeu-

nes filles.
Veuilles agrer, mon cber
Directeur, l'aasurance de mes
meilleurs sentiments, avec mes
remerciements pour l'accueil,
que vous leres.l cette lettre.
Lacis G A ROUTE.
Ledput'1 Cauvin lui lait re-
marquer que ce n'est pas une
question de dpsrtement minis-
triel qu'il pose, mais bien une
aligne concernant tout le Gou-
vernement. L demande au Se-
crtaire d'Etat Thoby do laire
une dclaration publique d-
mentant le lait qui d'ailleurs asl
en opposition afee les dcl a-
talions antrieures du gouver
neineiil sur cette afl^ire.
Le min stre, embarras l, cou
eille de voir plutt le Pi. sidenl
de la Hpeblique, et le dput
Cauvin de rpondra qu'il n'a
rien dmler avec lui mais
bien avec \i Cabinet qui est
p pour i ueignerlea man-
d tea du p i le.
Le di put Jolibois rappelle
au Secrtaire d'Etat de lajua-
tice ..m promesse de rensei-
.,'" s : ait -o de la Gonve.
K cela Mr Adiiumar Auguste
it pond qu'il ne peut rien devant
l omnipotence du lqneetream-
rieaio qui est un vrai Roi de la
Gonve,
(Jette uponse asl comments
par le Uepul Jolibois qui lait
une comparaiaon entre le na-
lionalisla avocat d'Octobre lU2,'i "is ueures. Des coin
qui taisait condamner le gelier j taires se tout bruyammeet
del prison du Cap et 1 actuel | *ou.- les galeries du Palais L
Sei rt
qu'incognito, l'office pour les
salons... de rdaction?
Eu tout cas. tlicitons-le de
son nouveau nationalisme
(l'autre n est plus qu'un mau-
vais soutenir, puisque cette
fois il a foit de l'action dira:te
et ddaign de se servir de
l'habituai intermdiaire exo-
tique.
partant, pour procder ou hire
procder,! ce titre,* dea arres-
tations en mitirs de dlits ae
droit commun dans les fone-
lions du Juge d'Inatructien.
Il peut encore moins s'im-
niscer, lui ou n'importe quel
Officier militaire, en se liftant
des p.nqulea jndieiaires dans
un Bureau qualifi e de recher-
qui snrout a diaculer ce Trai- ches criminelles a.d'ailleurs nou
t, sur le fait qu'il s'est opr e,r.vu paraecune loi.
certaines transactions qui ne
sont prvues paraueun article
de ee trait des Frontires,
sauf recours d'une Commis
sion d'Arbitrage qui n'a ia-
" S.....'' WIU ! m,.
Assises Criminelles
Vendredi a t enlendue
l'affaire du nomm Cajus
Le Tribunal tait prsid
par le Juge Luhens.
Le Parquet lait reprsent
impuissant devant un petit lieu-
tenant du Manne Jorps. Je suis
prt ainsi
renouveler le g
che, Jit le dput Jolibois, qui
semonce vertement le Secr-
taire d'Etat de la Justice.
L'auditoire manifeste bruyam-
ment contre lee Secrtaires | par le SubYlitut SaiivT
t^as$r*dt ,a j hues el iris de la louleemp"- SieUr .S,Tel Perwra. aTant
chenl d'entendre. rpondu affirmativement la
Le dput Cinas concluant j pour la Commission ebarge d'-
tudier la proposition L. Leroy.
sur la queetion des Frontires
A telles lins que de droit, le
Dpailement eroit ncessaire de
rappeler aussi les dispositions
ci-aprs du Code Pnal :
Art. 217 Quiconque, sans
titre, se sera immisc dans las
maie inn-ii. ii uire, se sera immisc dans las
neliv/nr-J l\? nol >n- tondions publiques, civiles on
naissance. Dans un de nos militaires, ou aura lait lea actes
cterniers numros nous noua d'une de cea fonctions, sers pu-
laisionsj cho de certaines r- ni d'un emprisonnement d'un
! n liions d'individus qui "* trois ans.sans prjudice de
qui
arbi-
auraient t dpossds
trairemeut de leurs terres,
par te lait de certains accords
la oeine de taux, ai l'acte porte
le caractre de ce crime.
- -.. wC v,,.:ii,, accora Art.218.--Toute personne qui
i que nies collRuee Umre' *ccus de meurtre qui seraient intervenus entre *Ura Publ,(Iueraent port nn
lier le geste de Cab- v010"1"^ sur la personne les Commissaires hatiens et ^',um' uniforme ou une
s dput Jolibois m de Louis Franois. dominicain d* i. a___:a-_ eoralios qui.na '"> PI
deaaande d'appeler le Secrtaire
a Etat des Relations Extrieures
pour fournir des explications
ncessaires ce sujet.
La sance est leve, il est prs
du trois heures. Des co
circonstances.iitenunn tes.l'ac-
cusa t coudamn aux tra-
vaux forcs perptuit.
"'n eondau.u.r le gelier j la|res se font bruyauameed
prison du Cap et I actuel [sona les galeries du Palais L-|
lie dltat qui se dclare i gislali. J
Attention!...
Aseurec-voua confie sceselnl
la e General Aeeideat Kire A
Liie Assurance Corporation Li-
mited . Vve F. Bertnagham
Agent Gnral peur Hati.
dominicains de~la"Tenr a^Tallon lIUI.n lui apparie-
Commissisn des Frontira. SLiK U Su M "" r**!**
Non P.nrn. i dea titres puoliques qui ne lui
Ip u! H,,proQ ^ue d.6 tou" uraient t lgalement dte-
ls les dtscuseions qui pra- rs.aera punie d'un empnson-
cdaineraent mettront un peu nement de 3 mois a un an. r****.
de lumire tsur cette tn- Port-au-Prince, le fa mai lEF,
breuse question des fronti* ''-',-?*^L^***y*9&l*mmam+A
res, il rsultera un bien quel
conque pour les malheureax
qui depais un au dj oui t
mis hors de leurs loyers sans
aucuu ddommagement.
l'at riolulies prebable
en Arqrntiur
:, *ParSvns-M
".MONYBVIEO.- La situa-
tion politique en Argentine, au
lire des touristes arrivs ici,
est voisiee d'une rvolution.
IL'ne slriete censures t tablie
sur les journaux et lea tlgra-
phes ,
I1WJI
util Bai
a i uie-iarnae eat eaiv
waandei partent :
Ctf ^BAIICO.UrT
DfrnYjl aAea eke Csars
sV. .
le a fard sa premire place


LE MATIN- 11 Mai Ml
Pa !3
""M
ft
m
m
laii
FriMliii^ Company
/
A 1 honneur d annoncer sa eharmanle Clientle au partir du 1er Mai et en vue
de lui donner pleine et entire satisfaction, la Direction a pris la dcision de trans-
frer le Dpartement Vfcfor de l'anale des mes Dantcs Destouches elde l'oalit son
magasin nnncmal situ au coin de la rue du Centre et (te la rue Dants Destouches.
THE WEST INDIES TRADING COMPANY profite de l'occasion pour remercier
ses aimables clients du concours qu'ils n'ont jamais cess de lui accorder et leur
Garantit de trouver du personnel la mme amabilit et la mme courtoisie.
foi l-au-Prince, le 30 Avril 1931.
..."WW
MM ,.
LE

>
J Jl k> (% il 1 1M WJ
CAHET OH CACHET ROUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpl en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fts, un caisses, e i houieilles et emporter
Edmond CELCIS, dpositaire
PORT-AU-PRINCI, au coin ,1e la Rue du Quai
et de la Rue Traversirc
OUVERTURE: le 2 Fvrier 1931


I
|B>aMBdBKiM w-
Pour un nouvoru
lustre de la chevelure
ifw. HHBHKIb- v'
f" chimistes de xelenlt
^ U PLUS ANCIENNE ET U PLUS EFFICACE k
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
JDRAGES PiTRARD n* 1
Gurlnmmnl la
BLENNORRAGIE
TOUTES NJARMACIFS
m:i't$ PERAro. (S, rai U Cmt.t PARIS
c/iis
5
il
1
Attention!!!
fa nhonht Vot,r leurs r*Z* !t nuve,.le Loi 8r ,e
minmnhi... ,,.,/,!;).....-,.... Commerce, tous 1rs commer
Y/
"tinnrquables o n tribut ions
'f orbes lu tnilclft viennent
couronner leur uvre dans.
L'BXELENTO
GLOSSINE
Ine petite qu ntil de cet te d-
pense prpu ution app'iqutt
tor les cheveux fuit ressortir
eurhriUuil nalutel el leurvi
Ueuruen leur communiquant
n non eau lustre qui vous vvw ,,.,,.,
Ira d tre ad ir par les mes r*'pnoiie 324:i
Hun et envie d- s femme*.
En vente chee tous les dro
mes Pour 0.30cenlimees seu
ment, il est expdi dis rcep-
'ofi du Prix.
Nto, Nt4iit i oh:: nin.
AMaai ^tenls demands } ou tous
h *' ezpuir re.) mgntme il
ta von supeneur
U; e ; e l'eiue, oniturr'f.
Qui convient la prt) dlicate.
l)e* (emmff el det bbs
''*%{ Saima ('e SU lli r*e de l Enfant Jsus
btuyr le |oi r v< us rendre compte:
I n vente Tort au Prince chez;
A BOLIfe fasloti R. MARTIN, Pau! B.ADXIU,
la M nrrntie BDCH,
r? (:'-Ccftve;chejr Savinien MARTIN.
^ uiditbelles XV dihDencoL
U DENTOL ,eau. pAt. p^.
ao. aavon ) eat un dentifrice a la foi*
r,eT"":'c",' "i'P"q.ie el dou
au parfum le plus agiable.
Cr d'apr. lea travaux rie Pa-
leur, il raffermit le* genefre. En
Pou e jour. .1 donne a. dent, une
blancheur clatante. Il purifie ITia-
WM et a*4 particulirement recom
mande au. fumeur. Il LlvM dan.
bouche une aen.ation de Irai-
cheur delicieu.e et perualante.
Le DENTOL trouw Un.
toute, le. bonne maiaona rendant
2 ' parfumerie el dan toute le
pharmacie..
___P'P"' nral i
MaUon IRF.RF, 19. rue J.oob P..*,
CADEAU-';
our recevoir
mrnl ri franco un
U.I..n de DENTOL. .1 ..A. de.-.
U M.won FRRE, 19. ru. J.^T
fan. .ou. enTrlp|)e .f M adrewe cxicte el bien lia.Uav m
t jo4gnat U pfMoi. aaaoa. *
Votre premire visife
A
cents serontobligsdaToir une
comptabilit rgulirement te-
nue et en franais.
JeAN MAGLOIRE,
fr.mptable
Diplm/de l'Fcole Pigier
Qe Paris,
Offre ses serM'ces pour tons
traTitiix et lcens r>;utictili-
re de Co ptabili .
3242
Nous donnera reison, confirmari ?our-hou jugeaieal n
msifera le contianee que tous i:ous aurez aceordf ea
nous garantissent rotre Apprciable patrooifl l'Htel le
plus seleet de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrter votre chambre I'avauce
Bire la pression.
atarrhe
du Hqz ou
de la Ccrfe
Mettre x'icks dan
le nez ou le iaire
fondre dans l'eau
'5^ chaudeetl'inhnler.
? VAPORul
PourTout Refroidissement
VI
Ire de
Reprsenta tion
C) de ma rt(t e quelfiu'un
)'ani de bon ri s rdreners
' repie.stutir In plan In-
T|;l\t niag lEii.r. Ecrive* a
v. w faris.
P. O. &* x 1957
k CrlUobeJ.C.Z.
.. ......CN1
^eyiLLi!
Lmplojdrpuis iSia fcO
codl-c les maladies r"^i
pro-uites rr ! Paa
B!LE..b.6LJil!tS J^\
(Kulac/n du FOIE, ,.'.f/.\V ^ *3*M
rcsTOMAO, des '-kasjaarii
TeSTIMS.ij CUR,hSsxi::Xz.~\
00:1GSTIlH$. PA W.**3>-.>4
LUISME.FIEVncS,r^-J-iX^^
RHUMATISMES.) LjZ
Ktlcar la i ' i g
Paul QAOE -
|PAi.',j;.K.d '...-l;.
rt Toiitet /"iJrma.-l^t
Nin
iNM*'i.?!Sm[iai*fiBe^i3PIJNj^
Toutes les Polices f
DE LA
tri
SxDAR
RAg;a*rat*nr modem*
SUPER-DEPURATIF
/. plut 4r, la plu complet
Le plus pratique aux Colonies
Combat : Maladies du Sang, de!
la Peau, du Foi. Conitlpation,
Age critiqua et PALUDISME.
LABORATOIRES S A r FAR
39. Rua de la Chapelle, PARIS |
i A^eri oi-^r/..PBarm6t UCH.
VH1KIIJJ M f
comprennent la Proteotion contre ia
Foudre sans auomentation de tau
,.,
stJr(Ji
KM.AT'aflIMn.Sl
Mosaques Hatiennes
Agents Gnraux
IW IjljpBBWBstMIsWgSt
-TU TJaaMtMaaB^iM^CTMiiMaM^idaafc
Charlier-Ma le branche & Co,
1224, Chemin eephoiie : 26^n


H
Lundi
11 Mai 1931
Le llalin
(fe,i*i ANNEE N* "278
Portas-Prince
Tlobone :
4 rAfii*
iJWfl
imW-A-^brA' RI. I
-
ALUM1NUM UNE
DEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLEaN* T DR MUlill.K
POsJR TOUS LES PORTS DE LA RIPUBUQUE D HATI
lu sUu.se. laintera New ( irlaus le 21 touranl si Mo-
bfle le 26 diretement>our kl ports, du Sud,Port-nu-l'riuu\
Kl Marc et les Gonaves,
Pi t.a t rince. le 10 inars 1081.
A. de HATTB1S &. C., Agents Gnraux
ARTICLES
D
Premire Communion
Chez Flix Lavelancl
Br;ssirds."Aiimonires, Chipelets,*Livres de prires.'
Chaasseltet blanches etc.
V*
1 **
Demandez galement les produit* suivants :
a Amionulline s Fortifiant idal d'an * a* agrab'e.
Kluorofer : Energique feeonatitnant, action Immdiate.
Antidote lia la r fa : Contre I* Paludisme, la Malaria.
/\V1S c\W v^iUITllIld l/C "nn'ime asaiarra : i.onire le rauaiSTte, la amarra.
- i i n .i : i ;., ., r. Mni.M r. "Notrope'1: Contre les Kystes, TuBBeura.FBbromea etcancers. '
i Panama ReiLroad Slfan^lnp ,no I:<^'utage an, l " ,
La Panama fleilroa.l Mesmsmp une lavamage au, y
tenoer les dparts suivant* de New York pour Port tu Prisse Avec nn traitement retienne! par le "Notrope* tons pour
Hati directement. durant^Je mois de Mal 1931. tes viter les risques de l'Intervention Chirurgicale ejaaad
iMaaHa davJteay lerfc Arrioagu Port au Prina il n'y a pas uroenre.
a BoenaTeatura" le 7 Uai 1031 lelSMtilMl S'adreaeer Flix LAVELAMT
-Ancoa'- le 12 Mai 1931 lel7Mail9tl j pM.Rue Traveiiiere, W,
"Cristobal" le MMaJ 1931 le 31 Val |981 r. S. Nous tenons des ,/h u'ilo s de nos produits* la
JAS II. C. VAN REED
Agent Gnral
jfiwjlir i.r-t* >-- *wiwvmtnmmautsvwtmatmrixtmat*
Panama Railroad StamshiD Linc
Servie de fret et de passagers enlic
plu rapide rt plus dhect service de trsBsportds passagers etdu ir* entra laid
et les pr.HsLuropcns via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de l'anrata
Voici la liste de ncs agents pour 1rs principaux ports de l'Europe :
Angleterre* Ecosse Frawce
Mrs. (J. W. SHELDON Co- 17 James Street, Livebfool. Enoland
Thr lellewili tft as iettlll priieiasl ports in Europe :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Messra (i. W. SHELDON & Co,
17 James Street, Liverpool, Englan
s* In raace, Messis G, W Sheldon & Co. are reprsenteldl>y ibe toUowiog flrms
P. S. Nous tenons des ch u'illo s de nos produits la
disp( litiondet mdecins.
A TENDHB
Meuble, Ha, jet de aa!on as
osier, rfrigraieur lectrique,
tl) !" * acajou.
S !i*?! au oapitainc t). FV
'sefcaoe.
TargtSB, n lie d 1 rne U.
VAPOCABIPHOf.
La ue.ivelle prparation, la
plus eafeace,contie la grippe, '
toux, ies rtrcissements.
On ne dsfsfl |amail min-
En peu de temps ce
produil remarquable a
conquis de haute lutte
une renomme des plus
enviables. v
Demandez toujours le I
Rhum HENRI Gardre
On ne devait punis nun- j / r, /l'orinfl
qttsr cette pommade chas soi. M r? 1117 IflCAlU C Ofl Juf Ilf?
En voyageant ou devait |#!1 1UU/(U/U^"
jd""",ir""""lde,Va- ae Cicjaielles
Glblatlt Hsnkkv & Co
lil Rus d la Rpubliqus
Mursrillt s.
Unit nu PbronA C, L'.d.
58 Quai George V.
lia' rr.
(taajwa Pbjkm Jfc Co., Ltd.
Rae du Moulin Vapeur,
Boulo''.sr sur Mer.
Msssrs K. A. Him ix & Co
9,1 Aliensads, Copenhagen.
Osi 0 NORWY.
{tel i :ili< ;ial
Raeditionssi 'kap Oalo.
lesTJfLANTie l'i.EK.ur Coitt'N
EMahaui, Hamburg 1.
dei meoy.
piessea Atlahtic Fumht
Co O1UII0N
Gerruany
elsssrs Atuktic Frbinoht
Cour n..
24 Qusi Jordaena,
Aniveips Belgium
i
Hbhn PsnoM & Cl#'l.td
(J.") Hue des Maris,
Taris.
Mkhnu pERON & Co Ltd.,
Rue' de Tronquilit,
Dunkerque.
Umrnu i mon& Ce Ltd.t
- bue Roy,
a Bordeaux.
pocampho! .
Le tube ne coA'e que 7
Seatimsi htie..
Pharmatii
Lelrauc f.aavAi libs
Lalas via -vis du kiosqns
portai. A x Cayaa, rand'Rus
GEBARA& C
N'oublie/. !
! jamais! BciBas
LES CIGARETTES
T-aillai-Lon \
i.
1 BOB, llAI.Y. J
[Cl

Messrs rlflMBT Cob&Clbb
Piaxza S.MAnae.N'o 15Genor
JCOTTBNBUHO. SwilnkN.
Nordisk Express,
Ci thenburg,
Msiaia Ailamtic I'ubighi
Cobp'n.
Kon Emma plein 3,
Rotterdam Holiand
Messsr Stbhiabv ft Ce
Qu'au bon jnesignensnt las
tique, moderae, d li '>: -
Y* philosophie qu un s4i'ieeaa
t rapide mthode de U Ptne
Defitylographie; de la Compta
bilii e< m LanguM vivenlea
sa rencontrent i L'INSTITUT
TIPPBNHAUIR.
N'oabliec psi la Bseaisa a o
laire ditsipline at srient*.
1857, rue Lnmarre*
Tltpheae, N" 2SS1
{ DessaHmetme*
- Colon *
tRpublicavie*
Vovl-aa-Princicnne
iltneew le le-ir area \ (ont les dUeBM
m vrais prna turs
'"W*K n .^*rmm~*~mn
m
u*&r*
"*ano
Ce qui ' Ja
Ce qui
tmla t fait
eut Atra dpaas
Cas! le Veraaont^ le plal BgrsWe, le plus loriqM el ,
^WtSwO tec'fe. le, pi. h.ote.rcom:
JjL 7Vmitca 1rs expositions et se eti I sur place un
pu* des pins raisonnables. \t
En Bios ahef A. de MATTafS.
Kola Champaqne
F. SJOURN,
Prpar dans d.s eoEditiom rigoarease
D'ASEPSIE
Prparation *t \"e ,|(.
" PHARMACMT.SEIOUR l.v
Anftie des Riujs Roux t du flealae.
Grand Caf de France
9)as la i'uiw *vie e4 iatelli

Jellijaaa't de M wjnr Vmi
ualdi qoi *'- Ateaa l'eaioel de M-)n-4*>r Patrm h Be
ire de ei flt*J'*-aeat q*> n'a pes^'sk', k OTV.VO
DE FKANue, uff^a see aiaitbtes et liaf.e^-i** eliaafj,
loasommsuee i* pis fies, les via. <\ te rt p-'oveai-resa
plos choisi, v-ifi. ei QgtrettM, Si i twstui, virils, h As pars
dfiant louie eocunenee.
Laecir i 16 pu o^mjjihiq i4 euatiauii ,ra \s ssilleit
rail i " i*m- ^.ji* le France." '
PAVt\lW & C< | 'j -\Wpacsie '**
s ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance orporalion Ltd.
de Pertli ( ScotLwid \
yar ,la GENERAL est une des plui puiasautei et dasplsa esntes ergasaons
Lee genre. U leleil nsfee eoecbe jernaiesr soe hseip d'aahaa bjbm1 eaeaaesse n
moade.
,i^.Poei^outraiBsaadia\a.uvraitaSBB les dJU < IIIBJIBJ. y ^JBSSjB^
V, rto pour Aatensaiilea couvraat vate, nieaaala, aaatvattlaes, cftAaBJBBr,
cauKa aakftli aas ia aeaeeaae deos aes biens.
aSfises MBTifiBss. aams pr BBS braushaa d'fiarape saut pavaSles e. liait:.
Ses Polices centre naeidents.sout valables dans I univers eoavar. ^om lesveyB-
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Gaves
Agent CiBa?l peur tWL.
:wsifit.M '" Ia"'i'^-juaHiJlBBrr Me
Insurance o
Une* des, plus fortee^GOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANGE^
surlaVE

EUG. Le BOSSE &1 Co,
Aaents Gnraux

I


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs