Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03902
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 8, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03902

Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR
iSfiSJ'RUE AMERICAINE 1858
^TELEPHONE N' 2M'i
WWmt n'est ,pai nf peitr tre
hfiirciix.mais il ni l paurlie m
bommr a *cs risque? et prils. I'
laul doit aller a la >ie comme on
m an len : bftftaot, *ais >* lt"
iHnulrr cannieit on eu r.ien4ra.
lil ItSOT
-T*
25mc ANNEE N.7277
I____!. 1,
PORT-AU-PRINCE (;HAIT1 )
SAMEDI MAI 1931
Les fossoyeurs de la Patrie
LES

Nous avons l'air de ne pas
comprendre les devoirs de
l'heure prsente. Nous ne
lommes pourtant pas des en-
fants. Serait-elle vraie, cette
opinion de Mr Russel qui
nous prte la mentalit d'un
niant de 7 ans?
et tablir notre statut dfi-
nitif avec les Etats-Unis d'A-
mrique ?
Les faits politiques qui se
droulent actuellement nous
laissent la pnible tristesse de
constater que le Pays, malgr
tes blessures et toute la honte
dont on l'a couverte durant
15ans,na pas eompris les le-
ons du pass. Nous avos
t horriblement mutil s,
touills dans notre dignit
jusqu' nous taire croquer le
marmot et personne n a l'air
d'avoir souflert. Tout le mon-
de recommence la comdie.
Impnitent, on retourne au
jeu des basses intrigues, des
exagrations dans les tripots
malsains. Et tous ces protes-
aionnels incorrigibles qui
veulent renouveler dans notre
socit le ferment de discorde
ne sont que des fossoyeurs de
la Patrie. Car le Gouverne-
ment tabli par la volont du
Peuple ne sera nullement
branl. Je me demande si
on doit encore conserver l'es-
poir d'un relvement natio-
nal. Car les hommes que je
prenais pour des intelligen-
ces ont montre dans les le
dernires annes et. en ce
moment encore, qu'ils n'ont
qu'une rputation u s u i pe.
Sans ides. Sans conceptions
des ralits. Nullits et sans
valeurs. Et le Pays conti-
nue dans le chemin des er-
reurs sans comprendre que
nous jouons nos dernires
chances en ce moment.
Nous avous rorganis
notre mcanisme constitu-
tionnel. Nous avons le pou-
voir de lgifrer tout seul.
Nous avonsquoique limi-
tes certaines liberts d'a-
gir; mais il me semble que
l'on veut en user dj pour se
chamailler et se manger le
ntz. l'ourquoi ne pas travail-
ler plutt dans la fusion des
esprits, dans une haimonie
patriotique conqurir le
reste de notre indpendance
Ple-M4U.
Les chefs d'Etat haitieus,
daus le pass, taient habi-
tus changer de masque et
de personnalit. Quand on
les surprenait.ilsrpliquaient,
comme Jrmie, que des rai-
sons d'Etat modifient tes prin-
cipes sectaire. Ils se com-
portaient comme les mde-
cins de Molire. Ils avaient
|l'art d'endormir le patient
ave*: des mots doux et sa-
vants. Mr Vincent est mont
au Pouvoir avec sa mme
physionomie, sa mme per-
sonnalit, sa mme vertu et
sa mme bont. Ses premiers
gestes ont t aux pauvres et
il continue.... Sont ils beau
coup dans ce Gouvernement
comprendre le tond des
choses et travailler, comme
lui. au grand problme que
prsente notre situation ? Je
crois sincrement que non.
Car la collision du Parlement
et de l'Excutif ne devrait
pas avoir exist tant il est
vrai que la concorde indis-
pensable aurait d rgner
pai tout.
Si. en rpublique, les Minis-
tres ne sont responsables que
devant le Parlement, ce par-
lement dmocratique lui."
mme, devaut qui est-il res-
ponsable? Devant le Pays?
Mais le Pays n'est consult
que tous les 2 ans et ses ar-
rts sont bien souvent so-
phistiques C'est donc, a nous
de la Presse, nous qui expri-
mons chaque jour la pense
populaiie, nous qu'il ap-
partient de rappeler nos
lus qu'il est uu senti'eut
qui doit toujours prsider
Jtous leur* actes publics, celui
I de l'entente. C'est pourquoi,
! nous ne cesserous de leur r-
j pter que leurs dlibrations
'doivent tre enveloppes
d'une pense d'uuion et de
I coucorde et de toujours se
! rappeler que c'est cette union
qui est la force symbolique
de nos armoiries ei de notre
((
Avion

ARRIVENT B1KNTOT
BIBLIOGRAPHIE
iVem extrayons du livre de
Blair Mies, crivain amri-
cain, intitul Black H\iti. qui
paru il y a quelque temps, le
passage suivant -.payes lOU et
3/0).
I
mPeu peu les laits ont b-dav
l'espritet l'ont Hairci des mau-
vais** ieformationa accumul* s.
Les Hatiens se sont montra*
non pas comme des *nuvnges
impossible ni entirement
comme de justes martyrs, mais
comme nnc nation ayant, ainsi
que nous*menus, des difficul-
ts terribles mettra en pra-
tique : les ides dmocratiques
qui sont In lois notre esooir
et notre dsespoir, lgalement
l'occupation amricaine n'est
pas com >ose de brutes ni
d'hommes entirement ges.
H 3 i t i non plus n'esl pas
unanime dans joii opposition
contre eile. Au contraire il y a
un tort parti en sa laveur, com-
me il y en a un d'opposition. Il
peut elre argu que le parti en
sa lavi-ur est compos des
ins qui sont naturellement
pousss par 1'iotft person-
nel, mais cela p.'ut rsoudre
aussi dans un autre sens, puis-
que vous pouvez aussi bien
raisonner que l'opposition est
compose des tente*
Et la dclaration de l'un et
de l'autre ne peut tre entire-
ment vraie, bien qu'il y ail des
hommes de conviction honnte
dans les deux partis.
Les gnralist! .s s l'gard
d'Hati sont mme plus sp
cieuses qu' l'gard d'astre
pays, ftt quand il but louer ou
blmer pour les progrs ou Us
grosses erreurs constat! depuis
191b, 00 devait toujours se rap-
peler que la responsabilit dot
tre partage pai I occupation
et le gouvernement Initier.. En
attendant, comme partout ail-
leur?, l'opposition nergique a
provoqu la correction des
abus et des erreurs.
Mais la question est plus
grande que le cas concret des
allures hatiennes et d'une oc-
cupation ayant le pouvoir de
conseiller. C'est la question
mondiale de savoir si la civili
sation europano- amricaine
est justifie ; si nous n'avons
pas cr nn lardeau de dsirs
matriels trop lourd pour Ici
durante humaine, si, except
pour le Service d hygine et la
icience mdicale nous tvous
beaucoup oflrir dans la voie
du bonheur.
BfHBii ..rrireqaM^
Propos
humides
J'ai trouv admirable m mol qu'on
attribua Alphonse JUI1 : ta raubli-
put espagnol,Ile "sl aussi mlean..
C'est a peu pr la propea tenu par le
ci-tlevaet roi. N'est-ce s ara il est
intelligent, ce souverain t Si tous
l'taient u mme degr que eelui-ci,
liiee des malheurs saraint pargns
aux peuples. Il pourrait, Alphonse,
s'appeler h- Roi-citOJTtB, coiwme ja-
dis l'aeul de s#n cousin Vitloi io
Km manuel s'appelait le Het-SOldot.
Grandiaaima soldat!
Alphonse, lui. est un graad peel-
Rata.Ja l'ai toujours admir. Mon ad-
miration l'est accrue ds l jour o
voulant adopter une boisson tropi-
cale, .1 adopta le RHUM IARTHE
CACHET D'OR, le meilleur tonique,
au surplus trait d'union entre mus
qui sont en liant et cenxqui sont n
lias.
Cal-Htel
Side Staep Ion.
Grant: F. H. I. ULLOA
Hue du Magasin de 1*Etat.lt21
Tous les soirs Radio-. ODeerl
Consommations de 1er choix,
iiglish Spokei, Spaniih
i Frenrh.
(
/
tri
^?i
lyn:

[Tenir... ht aujourd'hui plus
1 que jamais.
!
Paresseux,
mais
innocents.
o -
Notre intressant, conlire
t L'Opinion rapporte qu'au
coura de la sance dn laadi der-
nier, la Chambre des Dputs,
une discussion qui dora plu-
aieurs minutea s'leva entra
deax dpute sur la correction
grammaticale ;d'une phrase dea
rglementa.
La sance du mercredi G Mai
courant ne tut paa plus tertile
en travail srieux. Ces Messieurs
perdirent encore on temps pr-
cieux essayer de dmontrer,
presque tout la long de la san-
ce, qu'ils taient prta travail-
ler |Ours et nuits pour le Pays,
mais que l'Excutit ne lenr four-
nissait aucune besogne.
La bonne blague I Cela me
tait penser aux coliers pares-
aeux qui, rentrs chas eux, d-
clarent leurs parents que le
prolesseur a oubli de leur don-
ner dea devoirs. J'eus mieux
aim, comme preuve de leur
bonne volont, que Messieurs
les Dputs se missent, sa us
plus tarder, au travail qui ne
lenr manque, gure, plutt que
de continuer bavarder inuti-
lement pour la galerie.
L'Homme de la Rue.
Prenez garde, braves dputsj
Les mauvaises langues disen
( comme si cela tait possible! )
que dj voua travaillez, joui s
et nuits, un deuxime manda',
les plua mchantes vont jusqu a
allirnier qu'il s'agit d'une... pro-
longation de celui que vous d-
tenez maintenant.
Quelle stupida calomnie Un
coup d'Etat? Pouah.....c'est bon
pour les Conseillera d'Etat.
N'est-ce pss, honorables Dpu-
te ?
RUDY.
Dixie-Bar
AngleUes rues Abraham
Lincolse et Houx. En
tac de; Castera.
Propritire:Tiberius St Juste
Ortopbonie tous les soirs
avec les airs les plus varis.
Consommations de eboix.
Tlphone : No 3JM.
U teWiire Taise llatiaaa
Un sujet clbre. Une ra-
lisation somptueuse. L'Ameur
plus lorl que le Pouvoir.
jLA DERNIEKE VALSH
est nu drame dont I action aitue
dans dea palais et des sites
grandioses, se dveloppe autour
d'une intrigue de eour, dresse
l'un;contre l'autre un prince et
son aide de camp. Une temme
avait pass...

.V- .
switei
LiveAjff
Les grandes chaleurs arriveut!
Duidez-vous ds maintenant a installer chez vo
Ventilateur Electrique -G. E
C'est le seul icmJe.
Londitious de paiement vraiment exa pliouuelles.
Compagnie d Eclairage Electrique.
Fre
un
Changement d'Adresse
Le soussign a l'honneur d'informer le public en gnral
et sa bienveillante clientle en particulier que, pour cause
d'agrandissements, le D| t du
Rhum Champion
sera transfr i partir dn 15 mai prochain, dans la balle
continue an Haytian Touritt Bureau, rue du Magasin de
l'Etat?
Porl-au-Prinee, le 7 mai 1011.
M. FONTAINE
9 !> IIHIes
DontN IIjiihIms
Di BELLES denti blanche tu-
rent tous les reprds. I>e
Uem jaune sont dsagrables
aux autres, elles offusquent et
elles enlvent tiut le charme.
Si vous dsirez que vos dents
soient plu blanches, indemnes
de taries commentez etUployei
le Kolynos. Son cume antisep-
tique unique pntre dan chaque
crevasse.
Tilt ml* Il pellicule vlljint I
jauntre de I surlace, et tue lei ennei
buccaux dangereux uui pmToqueni la
cari, l'iuyci le Kolynotvous 1
comiaterci et vous kuiiici la ditl-
fence.
*CREME DENTIFRICE"
KOLYNOS
Mle Saint Nicolas
Notre correspondant de cette
ville noua inlorme que les rou-
te, dans sp rgion, sont impra-
ticables, il pleut snns disconti-
nuer depuis le mois dernier. Le
courrier postal suive avec deux
ou trois jours de retard. Tontes
les afliiies sont paralys, s.
Kr.tre le Mle et Jean Rsbcl,
il y a l'endroit appi l la Rivire
des Ctes-de-ter, qui est un pas
sage montueuz et dilficile. De
puis plusi* urs mois, il y s nn
type envoy par la D. Ci. T. P.
pour miner la dynamite le
petit morne uni r^> la circula*
tion. Cet individu f il clater
une bombe par semaine et le
reste du temps, >1 est ses plai-
sirs. De cette laon, le travail
n'avanct* pas. Mais l'ouvrier dt
la D.G. T. t'. touche des 100 ou
120 geurdts par mois. Il con-
vient qu'on mette fin cette
plaisanterie.
On dsire...
On dsire acheter un camtOO
pour livraisons, de p.t.'cV.nce
marque FOBD.
Ecrire Bol te postale A 169
ou tlphoner: No. 8378a
Attention M!
-
Lidal ttliuiu
ALIX ROY
29 annes de succs.
Avec la nouvelle loi sur le
Commerce, tous les comn.er
antsserontobligsd'avoir une
comptabilit rgulirement te-
nue et en franais.
JeAN MAGLOIRE,
Comptable
Diplmj|de l'Ecole Pigier
qp Paris,
Offre ses services,peur, loUI
travaux et leons particuli-
re* de Comptabilit.
Tlphone : U41 et 324Z
. voit ua homme trs impor-
tant du ce Pays qui, chaque lois
qu'il descend en ville et c'est
deux ou Iroie lois par |ooi
vi ic pn'-'sr mi coin d'nae me,
juate devant un immeuble dont
une deschambie* de l' uge est
hab'te par me Dominicaine.
iiile n'es1 paa jolie, la Domqi-(
r nu e. Mais elle est trs bien
faite, b de i etits Hirs imper'
lioents qui retroussent on nt,
font trembler ses hauebes, et ti-
tiller ses regards. L'homme a
honte de l'aboider. Elle, alors,
sentan1, dans se Rr'tlee, le pau-
vre homnie.s'acceudeau balcon,
et lis distante laisse parfois un
de ses regarda, o ne passe m-
me pas 1 clair d'un sourire, le
l'oler l'espace d'une seconde.
RI le bourgeois, heureux, s'en
va ses nftnrts, se promettait
de revenir le soir. Mais il ne re-
vient jamais et iliaque jour, deux
ou trois lois, il recommence le
petit mange, i la grande joie
de ceux qui savent de quoi il
retourne lorsqu'on le voit laire
le pied de grue devant l'immeu-
ble en question.

... a vn U Prsident Vineeut,
vanl-hier aprs-midi, aller vi-
siter la cantine scolaire de la
iut de l'Enterrement. Le Prsi-
dent vea rendre compte ptr-
so'-n lleineiititulonctiounenient
a ces ean'ines qui doivent at-
tnuer la niiseie qui contraint
certaines Familles B garder chez
elles leurs eul nts en Age pour-
tant d'aller ;i *c< le.
... voit que sous l'gide du
Monde < olonial Illustr, dont
noire roi i re I ne Dorainville
est la correapondanl pour Hati
et la Rpublique Dominicaine,
aura lien bientt un concours
de beau'. Les deux plna belUa
jeunes fillea de ce Pays seront
dsignes par nn Coeaitda da-
mes cl leur photographia para-
tra dans l'importante Revue avec
une petite note biographique.
*
...a vu la l le eftare de la
i nie femme qui, au tlphone.
;. I lion-Ville, cbZ Kahl. avait
demand de lui laireavoir, out
d* suite, sans une seconde de
retard, du KotttX. L'empley
lui apporta quelques instants
plus lard, lundis qu'elle tait ea-
corelouta trpidante, un kodak.
N'a pas pu s'expliqoer pourquoi
elle reut si mal le garon, et
parut si mcontente.
" *
... a vu, mardi aprs-midi,vers
les cinq heures et demie, un de
nos amis qui passait dans la
Grand'Rue. jusque du cot de la
rue du Ckmi -de-Mars, dan
un vieux bnss. Pench la por-
tire, il regardait une jolie fem-
me grave et d slnte qui tait
paisiblement assise sous la ga(
lerie.
Allez doucement, lis dou-
cement, venait-il de dire au co-
cher. Et pench par la portire,
sourire aux lvres il regardait
la femme. Hconcilialioa ou
. tu naissance? Non il ne
l ut s'en rendre compte, car soit
timidit, soit peur de dpiaiie,
le basa tait a peine devant la
porta que le galant s'adressent
au cocher, s'eria :
Non, ne restes pas. Tapes,
lapez.
Le cacher tspa, en efel, meis
il avait peine lait fsiredixpas
>tn ihtval que le gentleman Ini
t i,n.mandait :
Tournez I
Kl pendent fout ce n nnge.la
[en ne, toujours lis dis'ante.
.-.nbitit regarder en foin qnel-
di e c hosr qu'elle ne voyait pas
t qui lAteil nullement dans le
Lis.
Assuree-vous eontre aeatditit
t [$ General Aocidenr F'" *
Lile Ajaerence orporatio Li-
mited . Vve F. BermnsaV aan,
Agent General peur Hati.
-j


PAGE 2
i E MAT.N 9 Mai 1931
**.*
MAUX e
'JS2HTS
"MB.
Chambre
des Dputs
i
f
Choiss e'K ti
o
iVou* eximij ;,.. du Herald
tribune ,
Les dputs d'Ht.l
attaquent la service
amricain des fermes.
lia dfmindtal^dcs nslicatieei
sir le fait par Ml pcriuniicl le
arrreTsir IM ulairei qiutinl
l'cole esl ferme.
Port-au-Prince, 2.'$ avril
Le Service Technique diri-
g par des Amricains ou le
service d'ducation de l'afri-
culture est venu aujourd'hui
tous le leu lgisiatll quand
la Chambre des Dputs aprs
ne longue discussion, rut
lormellem t reqi ..s ie gou-
ver ement d'eipliquei pour-
3aoi le pet onnel amricain
a seivice n evail ui salaire
quand i < o il me esl
tanne. Le gouvernement
fut aussi requis de levler
quelles mesures il pro] ttede
prendre c re Cari Colvin,
Amricain, qui a t d'rec-
leur du tei vice pendanl l'a' -
na dernire el contre cjui il
v a eu beaucoup d'animosit
ans les cercles politiqu
La rponse du gouven ement
probablement sera laite la
Chambre lundi prochain pai
le Dr Albert V. Carr, Minia-
tiede l'Agriculture.
L'oppsition a la direction
amricaine du Service Tech
p pels etotger la vie des
cltoyi ns amricains Jacmel
et -, v-.- Cayes. Le sentiment
[ populaire outre les Amri*
', raina, soulev par des tu-
diants mcontents du service
atteignit un tel point qu'une
tuole menaait les rsidents
de Aux Cayes. Les marinai
dispersrent le rassemble-
ment en taisant teu sur le
groupa, tua ni nu certain nom-
bre d'Hatien.
La session actuelle ;de la
Lgislature, la premiers se
i runir depuis !4 ans, a t
dvolue beaucoup de discus-
sion ant-amriaalnaa et anti-
trangres.
ne<> du 8 Mai 1631
La sance d nier de la Cliara-
di ^ Dpul ta > ant t rs
long i n'est ers les
quatn heures que noir.' lei i pu nous donner ses loi-
ions d'*rdienc<.
Nous publierons dans notre
protliain numro le compte-ren-
du dtaill de celte importante
s.-iDCi qai n'a pas manqu
d'io'rt.
Ofire d'emploi
Nous cherchons on jeune
aide comptable qui a dj
travaill dans le Commerce
ou qui a d s notions COBQ -
pits de eomptabilit.
< )ffre p ir crit la main
adresse
L. Prbbjtzicoim.AGGERHOLM
& Co. Kue du Quai.
Bellegarde nv.-in t dsign p r
, I iii'f rvii w des joui mai com*
Diane a rsult en une bataille lne BVsat dclsri que le Go rai
oui eut lieu dans les dernier*, Bu ;;. a re> ,, mdaille du
mois les i Cot grs pou i avoir captur un
tort qui n'a i i niais ei
^e Cabinet dovant la
Chambre des Dputs
La ^snee d'hier a t par-
lieulirement mauvais* pour
MM. le Secrtaires d'Etat. Le
rejet de la loi sur la libert du
Commerce dans les campa-
gnes marqua un premier chec.
et l'incident que provoqua la
demande de rouverture des
Tribunaux de premire Ins-
tance de Fort-Libert et d'A-
quin lit valoir l'honorable Se-
> ire d'Etat de la Jostice des
reprochas amers de son an
rien colistier nationaliste le
D| ui Descartas Albei".
Le Ministre Thoby lut aussi
rudoy par le dput Descartes-
Aibert quand la question d al-
L'incirient .' location ButlerBellegarde i,. e pour les Tribunal* ou-
Par sans /il Ivrtr. Le dpul Jolibois fit, lui
WASHINGTON, 7 mai. Le {aussi, ses reproches au Secr-
Dpartement d'E'al annonc i.ore d'Etal *dhoiar \uguste
(pie li note du Ministre B Ile qui serait moins inlransig'am
garde d'Hati me! fin d'une faon comme Ministre que comme
satisfaisant.- l'incident qui avait \vocat. L's questions du de-
us la protestation du Major pnt V Cauvin sur 1 affaire
gnrais. D. Butler, suppos d- Colvin elles rponses du Mi-
nigr par le Ministre Moi ieur niait e Thoby, lurent une sorte
de 1120, quand
mannes des Etats-Unis lurent
S_i~
Les grands Spcialistes de Beaut
italiens recommandent l'emploi
d'huile d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colere
Et dan le monde entier, 23,723 matres distin-
gus cousei lient I leun jolies cliente! de ne
Jamais se servir de MVQfl aatre que Palmolive.
i*t ''pics, dit:
"II//> .//,.., de ft mme
qui ait i une
lotie peau si elle nij
il'ol' prati'
(*.-. ..'/>>-
;.'//; m i.itcr
/./ j. .
Km Un i*m Palm-
olive."
-^>*?Uv fi^'/.
E
mt Naf Ui, pr:SiTit
. Sm
mmtl n.jf ,tl..irut fftf
kirmi ..ii.. a tunt
Jh.,m
I
; I xou-
d de c.Hi-

re. I
I
I
' de
Ii iner au
! nteoteo)
saloi
.ii toutes
nj, deux lois
pu jour."
Iji tmiumttu Itmult itulwmt
mu ,'tmt cuii ccmirrnni limr *4*v
fi*kl* it nltuiit tn st nrvmt
rifJilrmmt ,U Ps/mtllm.
I
Ce
SYaottgcasem; . Palmolivs
,.rer une pAce
j
et d'eau chaude, il a a^n
onctueuse et d'en m..
. h
A Hollywood 76 des
80 experts en beaut
recommandent
Palmolive
A HollywooJ, o ici cil-
brn bcuifs uwl.rnc le un
chtrmei tu u'.-n compt-
Hntl du rv;,-. i .. heauii
professionnel*. M Jt
alont de hcmite rteom-
nu:.dent PaUBom O,
Dtdaliit | tRrtt Plm-
oli*e. .'*rce qu'il
est i 11 toi Sltiuire,
adouiiHant et d'm.c elfi-
cacit rcmarqiuible. VotU
roue
co.4i tce.cmu! tolira.
...cnt rri-
derme; onrealretuuitea^ l'eau ch
suivie d'eau froide. Cl
d'i ne i.'s .'...,
tia d icsqu ili it.
loi Iea rperts e i- n de France
gentl'oL
parti* i atJOLU (<
iani exception,
cooaeilleut t'.. ion a base
d'huile d'olin caci .- i
fois agrable et salutaire en >m au dire
d'experts, un produit unique. On le recom-
mande aussi pour le baa.
(uonteMtfw <& fajbnp A. cciiiAJL
Le Riiiidn- TMOitV
et Iaf(airet0l.\l\
S'adrtsj.ant au Secrtaire
d'Etat des Finances, le dput
Victor Cauviu lui demanda
des explicatioas sur le bruit
qui circule propos de la j
nomination probable de Col
vin.Le dput Cauvin, qui dit j
avoir lu une correspondance
oflicielle.prtend (|ue la Lga-
tion Amricaine a entrepris
des dmarches pour que
rtroagisse la nomination de
Colvin depuis la dmission
de Freeman. ( juillet 1930).
Le Ministre Thoby. prie de
taira une dclaration le Cabi
net pour dmentir le lait, en
rfera le dput Cauvin au
Prsidant de la Rpublique. .
La responsabilit minist-
rielle lut invoque par le
dput qui dclara n avoirrien
dmler avec autre que les .
ministres. L'auditoire dsagr
ablarnent impressionn par la
rponsa du Miuistre,m:milesta
bruyamment son mconten-1
teiucni et acclama le dput
V icw.r Cauvin.
DEMAIN SOIR A 5 bras. MATINEE
Les Misrables

-de Victor Hugo.
( SUITE ggSJi
BT UN COMIQUE.
Hi.iivr: 0 50
A 8 HEVRES
Un gala de la Ilida Film avec texte franais :
La Fabrique de l'Imprvu
FantaisM en trois journes et une nuit de Luigi Baiziui
avec Knraita Gaia; Lidia QuarantPiergio;ani Ettore
Gemma de SanctisFrancisco Sciarr,
Flix Minotfiis)i*g$a Caracciolo.
Entre : 1 et 3 gourdes.

le Minislri' de la Joitiecet
I'iiickIi'iiI le la fisilC
Mis en demeure par le d-
pute Jolibuis de fournir les
ixpcations promises relative
DEMAIN SOIR
A 4 1/2 Heurts : Matine
Mandrin
sant d Oscar Strauss.
La Dernire Valse
Interprt e par : Suif Vernon. Willy Fri'ach, H. Von Sch'ettow.
"Entre ; 2, S, 4 gourdes.
coup de t' e port la
confiance du C ib
Les Secret a in s d'Eiat quitt-
m il' k- banc ci.-' I Eu'cutil sous
i H h c'" s du public
Sic transit ..
LE JUSTICIER
1 & 2 Ei)icnde*.
A 8 H ELT\ES
l'a lia ire de la Gonve, le Se- ; Un sujet clbre.Une ralisation^ somplususe la plus
crtaire d'Etat Adbmar Au-
gusta dut avouer sou impuis
sauce devant le Roi de la
Gonve, qui n'e^t qu'uu tdli
cicr amricain,
Le dput Jolibois l'inter-
pella vivement, lui disant qu'il
ne reconnaissait plus en lui
L'avocat de 192;} qui luttait
avec tant d'nergie contre
l'amricain.
Mr le Secrtaire d'Eiat de
la Justice.visiblement assom-
m.ne rpondit rieu, ramassa
sa servielte et s'en alla.
}.a li sur le Ccm'iiiciTe
diin les Caaaansi
A la sance d'hier, la loi sur
le Commerce dans les cam-
pagnes dpose dernirement
par le Gouvernement a ,t
rejete d> la mise eu discus-
sion de son principe.
Malgr les tions du Secr-
taire dEtat Turnier une ma-
jorit crasante vota dans le
sens de la proposition Ciuas-
Numa.
Pour un dbut, ce n'est pas
mail r
sdui-
LiCaifirtMe des Pupilles
e SI Antoine
On nous plie d annoncer
que la contrence que devait
prononce le jeune Daniel Th
ard ;m t ClUO Union*) demain
est renvoy au dimanche 17
mai coulant.
I esKovali.sies contre l'elecliou
de llriaud
Par Sans-fil
PARIS. Le crainte d'assas-
lioal a t djoue autrement
quand la police plaa des gar-
des aulour du ministre des
Allanes Etrangres aprs l'at-
tentai les royalistes de donner
l'assaut la C ha.nbre udes De-
pu'g.
Les dmonstrations qui on,
lanc la police et leu dpn's
dariB une p.nique arrivrent
juste au moueut on Hriaad, au
bans du gouvernement coo
taii le commancamant de 1 in-
terpellation au sujet de la qus-
tion Anchlms.
Une foule de plusieurs mil-
liais de royalistes el d'ludiunls
partie du Houlevard Sl.-Micbel,
b: isa un petit cordan de gen-
darmasqui essayait de l'arrter;
une d uzaine pot rentrer
la Chambre et '.signala le
dpart du Ministre. Brian d s'ar-
rla la porte et vil uni troupe
d'au moins dujx cents indivi-
dus qui se battaieat avec la
Police'Jdans la cour. A mort
B. Ism A mort Bnandl cri-
rent les lUrratietes quand ils le
virent.'La Holice le mirent dans
ne auto el aissi il tut hors de
dangar. L'avertissement de trou
blea possibles a oblig la Po-
lice placer un triple cordoa
de poliae autoare la Chambre
avant l'ouverture de dbats.
_ ie toutes lek uaies itreces eMfmDW.
La Qvra jaae, la malaria, et les au-
trui maladies mortallea fienaant de
leurs saoraure*. Ns laissez > toucher
aux nue tous aimez. Injettes du Flit.
FUI ast mortel pour Isa posas, las
inou | .r.. les vers, laa founnia. las
ravala, .e-. puaaise^, laa moualiss et
leurs ufs. Inollansif poar tsus. Ne
tclie pas. Ne O0D.foo.dei pas la Filt
avae las autres .iosectieidea itegardaz
la soldat sur le laralaiia jaune avec ta
bande eoire.
MARCA K.jUTB.n
TUk,RiPIDtullINT
Pendant tout le mois d'avril et l'ooeasion de
lewrtransievl dans leurs nouveaux magasins
Boulos. Aboudi & C
Rues Courbe et du magasin de l'Etat.
( Ancienne halle Revest >
ORGANISENT UNE GRANDE VENTE RCLAME
A DES PRIX DFIANT TOUTE CONCURRENCE.
Pour marquer l'inauguration de nos nouveaux locaux et afin
d'aider ies familles a lutter contre la ciise, nous avons r-
duit sensiblement les prix de tous : o ar icles et vous invi-
tons cordialement venir visiter Jnos^Jiouveaux comptairs
ou vous trouverez tout ce dont vous^ponvez avoir besoin
eu lait de : tissus de cotou.Toiles lines, Crpe da chine.BaV
Chausseties.Brodenes, Dentelles, etc, et o le meilleur accueil
voas sera rserv.
Des prix exceptionnels de gros seront jconsentis4aux
menants ainsi qu'aux^marchandes de la province.
,Ne manquez pas cettejnise en vente sensationnelle qui ne
durer que quelques jours seulement.
BOULOS, ABOUDI A Co
Spcialistes en tissus.
Las magasins les plus spacieux, les plus modernes, les mieux
assortis, et vendant le meilleur march de Port au Prince.
com-
aaj*;i >i m
r*W*
ru'r rwi'**^..^,.^^
boni la renomme est universelle a gard sa prani c place
Demandes partout :
UN BARBANC0UHT
Dpt itWe date liesars.
^oV .


-


LE MATIN U M:ii ltKf1
B"1. iiJl JJj MllejB*P""l""
Pa.e3
T!ic
g Gom|iaiiy
A rhonneui -d'annoncer sa charmante Clientle qua partir du Ie* Mai et en vue
de lui donner pleine el entire satisfaction, h> Direction a pris la dcision de trans-
frer le Dpartement Victor de l'anale clos nus Dan tes Destouches et de 1'oalit son
magasin princinal situ au coin de la rue du Centre et de la rue Dantcs Destouches.
THE WEST INDIES TRADING COMPANY profite de l'occasion pour remercier
ses aimables clients du concours qu'ils n'ont jamais cess de lui accorder et leur
Garantit de trouver du personnel la mme amabilit et la mme courtoisie.
Fot l-au-Prince, le 30 Avril 1931.
- M
!-*."-
'ii m
M.|>."JIHllJtH--?
.
LE P.
S
rm '
.......il
CAHET OR CACHET ROUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpt en Ville]
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fuis, en caisses, en bouteilles et emporter.
ItHIllAEHl I jT 1 I 1^ DPOSITAIRE
| PORT-AU-PRINCIi, au coin de la Rue du Quai
et de la Rue Traversiez
OUVERTURE- le 2 Fvrier 1931
Loterie Nationale dhaili
TU01SIMB THUGE DU 7 JUIN 1931
Rparlltioo des uots
Gourdes 2l,()00,()u
t.()0*\(K)
2 000,00
I.OiO.OO
1.000.08
1,600,04
4.000.00
2 000,1 M)
2,400,00
nr&
Briques LaBaudiy Brio ues
La Mai tut s lu ta le Hti uesmenl L>iaisir d'armer Mai
licur* les li guu un., Aii'hitecttl ei proprii taire*, qu'en vue
le leur ciii'Cr a construction en Briques L Itsudiy >,
ni.iui futM rc( i it nos |.r;.\B paitir me suit:
tirasses Mriq es 2 1/4 or 10
Petit*! Briques 1 7/8 9
A pat :es [j i mes o .liiiciires.uoLS atisous notre cliei.t'e ^
que nous u.annf;,it nous icujoursb' quslils de i
Ii 'ii|Ufi d rirtoralio i La Bnudry it Or 1,00 le cent.
lirit|iies de Nantes "La Bandry a Or 1,40 le ceni.
Jamais les Briques n'ont t aussi bon march quau-
jomtt'kni et sans aucune contes'e.Les Briques **La l>.mdi\"
\hii*tt&mmaaLzjM)mt ui:nnm'*ta*m:/<.*i*r.,wu,t-. .*t+Jtr'*.-mr. ;www
Un savon supiieur
Ui ple douce. ( DCtuetuc,
Qui convient la peun dlicate.
1)9 femmes al des bbs
"est Saon de SU llhr&t 4r lEnUml Jcsus
Essayez le pour tous rendre compte:
Eu ventera Port au Prince chez:
A. BOI/I h. Gaston fi. MARTIN, Paul.E. t [JXILA,
I* I I aimacie BK H,
Petil-Gove;cbc2Savinien MARTIN.
1 gros loi de
1 g< os !ot de
1 g'os lot de
1 lot de
2 lois de ( urdes 500
10 100
80 50
50 lois de Gcles 40
80 30
4 anprox. du lir gros lot allous aux
2 X-'untrieiiis et postrieurs G.260,00 G. 1 080,00
4 :i|),)rox d 2e gros lot allous aux
2 Nos antrieurs et postrieurs G.150,00 G. 600,00
4 spprox. du 8e g antrieurs et postrieurs G. .").()() 200.a
Tout numro se terminant par les 2
derniers chiffres du | ramier g os
loi G urdes 20,00 G/.1.6IMI
Tout nun ra se le -minant par les 2
dernieis chifl _ s du 2- gro-
lot G m ides 15,06 G.l,2GO,0i
55 / lois
. ~ fc

Votre premire visite
A
1
sont ! mstr.e! derontrueitoa le meilleur march en m-
me temps que !e plus solide.
En vente en noire dpt Port-au-Prioc ,ousur demanda
expdies tous Ici points de la Rpublique, soit en tout
par voilier.
.Manufacture de Briquer. & A., "'LA BAUDRY '
Nous donnera raison, en lirmera votre bon jngea'rat et
jusi liera h confiance qi e vous nous aurez. SCaorda ea
nous garantissant voira apprciable patronage a i Ilote! le
plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'.iriler votre chambre a l'avanre
Bire la pression.
!! !L I'#."
[Uw*j s LaJ -, --'w *,r'*tl
Soulagement .t SuoriMB 00 Olf I
|(i.'luCI8iS2TTUb?CUnE E^r ** I
U Irtmii fn In Wjirici 1 'im.1' *i ^'.ni! *
! | p^n ETRE EPATAIT ::;
' ]!M. a'AMt'SBR Hn MOIS
F vi.i.i i.ntk uSoolaSt d< la
6AITE FRAICAISE
I 5, FlUb. SI DenK. PARIS 10-
1 tnroit ORATUITKMEtuT
1 NOUVEL ALBUM mw-Ui
M/du, fareti,*/., itiagit.Qur In l:vititi:ii
Wtallon wuatleiiiMjln (tai Vrilt S..r, M
MlMM COlItM.
Otfre de
Reprsentation
On demande quelqu'un*
r.vani de bonnes rlrences
pour reprsenter la plus lu-
cative magasin p. Kcrivpz
V. W.F4RIS,
P. (). Box 197
} Ciistcbal.C. Z.
: sa g'V RE*. HBffl "ui'as&&BBKlttHK
Toute. les Polices
DE LA
a-
r


A vendre
&3
FAIBLE&SI
DBILIT
;-v. m
SITlOPf--.
; Mobilie complet,cnnsistant
i ta aal.e Ue raeptiun, selle
j manger, meublas de galerie
i en osier, balanoire en ter et
sommier, Frigidaire, tutomo-
. bile, etc.
j Sadicskai sbez le Lieutenant
G. C THOMAS. USAIC
Bellevne ct de Macscu.en
lace de Mme Nord Jo Jc.sepb.
Tlphone 111-3 Mt.
rXImcglobiue
P.AjrOr,-' u ''J Sine p-tairlt pjr IT. s n-'-.:'c.-V.
ufi)rjtiirA'ii Timndi> itu. t ui ft'ru jibuj% Actnua Jn.n ; Hflpltn-J* J erU
Di.ji l s: .- tUCKICIO.: H..- M-il C.-.a^rr. fA'.,.', i-i .--i.r
DB.3SH!H I Globules Rbaud I
I B4ltatinrrr.lea3t.urprnn*iinB> Il
I FtHN fliarmatim Dtmanfr *" f>
S B. DA140BOUX, 11. .u V-cior-Hui jA
Ul Bol-colooji (Suad *^
comprennent la Proteotion contre la 9
Foudre sans auamentation de tau*^
Eug.LeBoss$Co
Agents Gnraux
: mmmmmm&mimmmmm
Tniiaidam ga wsssl
et
mmque
Charlier- Ma le branche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
tlphone : 280*


Samedi
9 Mai 1931
Le Matin
4 PAGE
Sente ANNF-E N' 7277
P.H-tao-Pwncr
Tlphone : 2242
*******
IWi<
ALUMINUM UNE
.1
rs DK NEW-ORLEANS IT DE MOBILE
O^OUS LES PORTS DE LA RMPUBLIQUE MURI
VQ steamer laissera New -, Irlans le 21 courant et Mo-
bile le 26 direr.te.eoi:Pour les ports, du Sud.Porl-au-Pnnce.
Si Marc et les Gonuves
Pi du rrince. le 19 mars 1981.
A. de IIATTIS & Co., Agents Gnraux !
ARTICLES
M
Premire Communion
Chez Flix Lavelanel
ImWmmVmwWtimmmmmmim
Avis au Commerce
Brassards/SAumonires,Chspelets,"Livres de trires
Chaussettes blanches, etc.
J Demandez galement les produits suivants :
r Zomomalliue : ForlilHnl idal 't'an ayn agra b'e,
Muoroler > : Energique reeonetitnant, action immdiate.
| Antidote Malaria : Contre le Paludisme, la Malaria.
Penst Railrari Sleeiostaip 1 ire a fa va otagei d'an,
1 riradPirts .oivantsdeNtwYok tour Port en Prime
S5d cleK dut.DtJe moi.de |i.i 1931
"ml i i. \,n, Sark. Arriiuitirs a I orl a
^r'".' tue ivr. u :!. 7 ;.ail9:i le 13 Mai 1931
Amou' le 12 Mai 1931 lel7Mail981
Critobal" :i 26 Mal 1V31 kr 81 Mal ISil

i ......... ." .-..... .. -........... -.....-
.. "Notrope'*: Contre kl Kystes. Tumeurs,Fib ornes e' cancers
Avec un lrsHienl retienne! par le 'fotrene*eona pour
vfz viter les risqers de l'Intervention Chirurgicale quand
Arrivages I ort au Prince il n y a pas unstpce.
sa dresser Peux 1 AVEL.WET
PN.Rue Traversire, M8.
JAS H. C. VAN REED
P. S. Nous tenons des chantillon! de nos produits ls
disposition des mdecins.
Agent Gnral
- -x.-jje.iy
tPanama Railroad Sta-mship Une
Servie de frl el de passaqers enlie
du* ronide et plus di.ect service de transport de passagers etdu Irll Jtre Hai'i
J pc1 sEunPe.is via New-Yord et Crstobal, Canal Zooe, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de 1 Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs G W SHELDON O- 17 James Street. L.yerfool Kngland
The lellewiii in sjeeti at principal ports m nreee :
KNGLANI), SCOTLaNI). FRANCE.
Mcssrs (i. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, Englan
Inrance Mcssrs G W Sheldon & Co. are represeuteddby the loUoeriag firme
A TENDUE
aieahlee, li**v jea de talon ee
osier, rrrigfraleur lectrique,
chanes n acajou.
S'adreeeer eu capitaine G. D.
ackson.
Turgvau, eu taee dj rae l*.
Bn peu de temps ce
produit remarquable a
conquis de haute lutte
m une renomme des plus
enviables.
S Demandez toujours le
Rhum HENRI GarJre

ii
VAPOCAMPHOL
La netivelie prparation, la
plus etrace,contre la grippe,
toux, ies retroidissements.
On ne devait iarosis msn*
(ji.hi.vn.v Hr.NKKY & Go
lii Rue de la Rpublique
Marseille*.
IlEHNU PER0H& G,L'.d.
53 Quai George V.
Havre.
Heu no I'hron Co., Ltd.
Rue du Monlin Vapeur,
Boulor.ie sur Mer.
Mcssrs E.A. Bendw & Co
\>\ Allengade, Copenba^eD.
Oslo, Norwsy.
International
Saeditionsselkap Oslo.
MM-Akantic Frimstt Corp'n
Minhaos, Hamburg 1.
Germany.
Mcssrs Atlantic FrbiHT
Corporation
Germany
Mcssrs Atlantic Fkkinght
Corp n.,
24 0"sl Jordaens,
AntwerpR. lielgiuni
j Hern PlROH & CPJUd
95 Hue des Maris,
Paris.
Hkrnu Peron & Co Ltd.,
Hue' de Tranquilit,
' Duokerque.
HBRMO PERON& Co Ltd.,
^ 9 Rue Roy,
m Bordeaux.
'Gbmoi, It.vi.y. J
Mcssrs Hknhy Coi & (leric.i
PlAZZ* S.Matte,No 15Geno?
*COTTINBUR0. SwEDaW.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Mess;s Atlantic Frbsght
Corp'n.
Kon Emmapleln 3,
Rotterdam Hollaad
Messsr 5TBIMANM 4 Co
pocamphol .
Le tube D* co'e qn
ceetime^ batie..
Pltarmai*
l elranc Lhbvau.ibr
Lalue vi--vig du Rioaque i
postal. Ani Cayes, rand'Hue t
On ne devait jamais msn- r\ i
quer cette pommade chez soi. M fi II 11 I(CLL1I C tlClltlCilllC
En voyageant ou devait teu- iUUilU/ui/iw'
j.).r,.voirimtcd..va-: ae Queues
GEBARAD& C
LES CIGARETTES ,
Fanlal-Lon
Dessalinienne* j
6o/on *
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
N'oublier
jamais! Bal'Bas
Qu'un bon jnteifnpmenl eias
siqut, moderae, de la l'iine
la philosophie qu une srif eue
't rapide mihoaa de la Stne
Doclylographie; de la Compte
bilit et dex Langues vivante*
se rencontrent L'INSTITUT
TIPPENHAUER.
N'onbliec pas la peasieu se*
laire discipline et srieaae.
1167, rue Lamarre,
Tlrphene, N 38P1.
lifta
de leurar'ii' lout las dlie
ds vrais pini urs
CiDzano Blanc
le plus tt ique et
est le Vermouth le plus agrable,
*"** iTSISIb extVosItion. el se vend sur place a un
Ht*atee pln^ raisonnables.
P ibei A. d MATTMS.
Co qui M'a j- taie t tait
Ce qui no eut tro dpass
Kola Champaqne
F. SJOURN5
Prpar dans des coditions ridonreaies
D'ASEPSIE
Prparation et Tente
PHARMACIE F.SEJOURNE
Angle des Hues Ronx ot du teasee.
GraRj Caf de France
S)ns la fl''"'n avise et intelligente de Monsieur >vafle*s
airaiali qei ^ Asvewa l'aeaoel de ftoiwfieur l'atrte le ^r aire le evt *%a*il*cnaen! qrni n'a i>as .d'iei1, Pj ORA-^B oS>
DE PftANud, oilre a eee aimable** et distiajSa** dlievJai, fp
i cii.ij.oiu.nuiie.i-' ir pias lues, les vins de toutes provenants* P
los ehoie% v-igfiea ei Clairettes, 9aadv'9baa, va.is,a *ss psft
delant toute euaeurreaee.
L'aeeaerl le plu lyinpathique eoatiaaera A 'e ^e awSllaatf
Irait ('' ">' "* * Cr.nM " i
ran-. _.jle de Franee.
;;WI*paoe,e *W.
En gras
ASSUREZ-VOUS
a
la
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland I
ieMm-mT. I.e-.leilncrs. couche jaMMis sur KM chaa* - W ---
uioade u ^ -...- -------1-----^.- .^
Saa.P'tlicw coutie laaeaidi- tOuevreutManeaiee ^je l,*~TtaeeL
^a Hues pour Autoinabe couvrait eep, uis.e, ?ipb.
Sri; M S i a.eidcn^nl v.l.bl dans r..,r, te. ^'^r-
sSe^aXCI^-tat^^
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
A nat; t I 1 aet amo t Skai\lir r MLflC.
laMiS
S0VS.A#(3ENK
Abtit Gnrol pour liait.
JEAN BUSm\ETtr
Insurance Co
Une des ; plus fortesvCOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE,,
sur la VIE
EUG. Le BOSSE Co,
Aaents Gnraux
lie


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs