Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03901
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 7, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03901

Full Text
Cl�ment Maoloire
DIRECTEUR
1368, RUE AMERICAINE 135ft
TELEPHONE N"22<2
Avoir presque xtusUiuneit |t�-
*eotea l'esprit la doslear d'iulrni,
songer qa'a l'heure ou l'en est ���-
re�l, d'antres ne le sent pas, et se
proposer relie l�cie �le premlre
�inelque elioM1 sur son bonheur per-
sonnel poir (liminner la doulour et
la aalheir des autres, je r�duirais
bien volonliors toute la morale a
tels, l�oit lilH �ii:t��iH

�K
.18�-� '-J.V.' �L1"
25�me ANNEE N\727<>
rORT-AII-PRINGE (;HAITI )
GOSSES MAL �LEV�S ?
�o�
Il ont bien entendu que nous
sommes dos enfanta. Dos oaprits
judicieux comme Joje> ou dou-
lemont fac�tieux � la mani�re
du g�n�ral Husoeli l'ant observ�
�t �crit.Le viens Pl�aanc� noua
traitait qaelqnetoia de � peupla
de b�tiseurs �, mais ces |ouio-
l� Pl�sance �tait de mauvaise
humeur. Au tond, tout cela eit
aflectueux et t�moigne � coup
ifer de la plus touohante solli-
citude. Tout cela s'harmonise la
plus heureusement du monda
aouvenir des t�tes cic�ronien-
nes de la belle �poque lib�rale,
que celle-ci se r�duisait � ces
anodines aaanilestations d'opi-
nion dont la iitt�rstuieolficielle
a coutume d'assaisonner les
compte-rendus de s�ance sous
les rubriques : d'hilarit� g�n�-
rale, mouvements, applaudisse-
ment, rumeuis eucore que ces
annotations soient plut�t sens�e
traduire les sentiments des d�-
lib�rants.
Certes aux temps h�ro�ques
LES
avec nos l�gitimes aspirations; de la Gironde et de la Monta-
an selt-eovernment et le para- gne, c e r�le de la galerie �tait-
doxe, s'il vaut en semble, eat J il autrement actil et retentis-
dIub apparent que r�ei.alaia en- ; sant; mais ces pratiques sont
fin si nous somme� des gosses, ! devei.ua� lort d�mod�es et re-
�sot-il encore que nous soyons > l�gu�es d�finitivement an ma-
gasin dos curiosit�! r�volution-
naire?. De nos jours, sur les
bords de la Tamise, de la Seine
ou du Potomac, l'atmosph�re
des tribunes est d'une r�serve
� ce point de rafraichissanle
que les orateurs novices ou ti-
mides en sont quelque peu ge-
desgo'ses mal �lev�?...
Or c'est l'impression aasef peu
flatteuse que laissait l'attitude
�m pnblic � la s�ance du S�nat
de jeudi dernier.La tanle en tut-
elle aux r�v�lations sensation-
nelles du Ministre Sannon on i
la chaleur communicative da
l'�loquence do son coll�gue des
Finances? Mai� l'auditoire se
((
))
ARRIVENT BIENTOT
les.
D'autant plus que personne
i i� iiv�� i ����- .---..~.. - --i n'ignore comment les choses
changea soudain en voli�re ani- se pa8Sent, Seuls quelques ro-
u�e, peupl�e d'oiseaux ailfleuis, raantiques g�n�reux et naits
piailleura et piaulenrs. Quel- p|us ou moin� �gar�s dans le
ques-un� m�mo parvenaient � i:�c|e se lont illusion sur les
tirer de leur g�sier, sans effort tauses protondes des succ�s et
apparent.des sonorit�s �tranges, des m�comptes de tribune.par
riches en harmoniques, d'un |ementaire et veulent y voi
111_ 11 c .-> t� ����� ��*��....j-�-�----� if iiicuiHir e ci veuicin y �un
tflet aussi neuf qu'inattendu. Kt autre chose que le r�sultat de
qui mieux est, nul ne songeait dispsotions pr�voyantes, g�n�-
� tirer vanit� de ces gracieux | ratrices de manifestations admi-
talents de soci�t�. j nistratives ou r�probatrices sur
Tout cet aimable tapage avilit commande,
pour cause prochaine l'innoc en-' Monsieur Charles Fombrun
ta pr�sence a la tnbune de cer- S�nateur de l'Ariibonite, repr�-
tain ancien ministre aux yeux sente une portion notable des
verts aujourd'hui rev�tu de la �lecteurs de ce d�partement,
dignit� senateiiale.et pour ci use Qu il s'avise, eu mani�re d'�-
lointaine, les attaches no.oiro� , change de bons proc�d�s, d'op-
du jeune P�re conscrit avec le ' poser � ce� initiatives purement
Gonvernemeit de Mr Borno. Il porl-tu-princiennes, des r�ac-
est bien entendu que les servi- j ions arliboniennes vigoureuses,
tours de celte administration j charg�es d'�lectricit� contraire,
gooient encore les charmes d t et nous risquons d'oflvir � la
cette agr�able p�riode pO�t� condtscendance amus�e des
P�le-W�le.
�-a -
LE CODE Cl\ Il SKKAIT IL
MCWeTITtTIfWlEl ?
�o�
Depuis qu'un proiet de Loi
r�glementant le Commerce a
�t� d�pos� par le Gouvernement
surl��s bureaux de la Chambre.
les discussions vont leur train �
savoir si cette Loi e?t inconsti-
tutionnelle ou pas.
Je voudrais donnar.moi aussi,
mon humble avis sur la ques-
tion. (>e que je vais en dire,
bien entendu, s'adresse i ceux
qui discutent loyalement et non
aux autres qui plaident pour
leur paroisse, comme on dit la-
tuili�remenl.
D'apr�s celte nonve'le Loi. le
Commerce de d�tail de certains
articles de premi�re n�cessit�
est r�serv� anx seuls haitiens
d'origine.On pr�tend qu'elle est,
en cela, contraire � la Constitu-
tion qui dit, en son article 8, que
� les hailiens sont �gaux dtvant
la loi �.
Sans parler de l'in�galit� de
I homme et de la femme consa-
cr�e par notre L�gislation, ce
qui constitue un argument irr�-
futable en faveur de la loi sur
le commerce, et pour rester
dans 'es comparaisons d'indi-
vidus de m�me sexe, je vous
!
rappellerai la distinction qui eat
laite, loojonrs par le Code civil,
antre la femme mari�e et celle
qui ne lest pas. Il y a mieux :
l'ha�tienne d origine mari�e �
mains de droits que l'ha�tienne
naturaliste non mari�e.
D'autre pari, l'article 183 du
m�me Code civil est ainsi con-
�u : � La loi distingue deux s�-
n�s d'h�ritier�, les h�ritier� l�-
gitim�e ��! les huiliers naturels.�
Ella tait eucore une distinc-
tion entra deOS ha�tiens.fussent-
il$ tous deux d'origine, parce
�jU� l'un est entant l�gitime et
I autre entant uatucel.
Partant de ce principe, la loi
peut �galement distinguer l'ha�-
tien d ongma d* l'ha�tien natu-
ralis�,en aonaid�rant le premier
comme enfant l�gitime d'Ha�ti
et le second tomme enfant na-
turel. Ce dernier, en veitu du
m�me principe, doit donc lais-
ser cei tains privil�ges � l'ha�-
tien d'origine qui repr�sente
l'enlant l�ginne.
Je voudrais bien admettra
que la Loi sur le Commerce
n'est pas constitutionnelle ; mais,
du coup, je me verrais dans
l'impossible obligation de re-
conna�tre que la ^ode civil ne
l'est pas d'avantage...
Je n'ai donc pas l'embarras
du choix. Libre avons d'avoir
le choix de l'embarras,
RUDY.
gouvernementale au cours de
Jaquella les r�gimes d�chus soet
vou�s aux g�monies et chaig*��
p�lo-m�le de tomes Us erreurs de la
d'nn pass� plus ou moins im- .lort bien ; mais au moins que
m�diat. L'intention �tal de ro- notre musique indig�ne lan-e
dieux �trangers les plus d�li-
ceu�es sc�nes de tohu-bohu.
Qui
u'il nous chante de jouer
a fl�te parlementaire, c'est
yer.ious lei Ilots d'une orches-
tration plu� oi ageuse qu'ha� mo-
niinse la voix de l'ancien cui-
nis'ie borno�ste. Il tant avouer
d'ailleurs que l'entreprise a pas-
eahlement r�ussi.
Les journaux nous enlre'ien-
nenl beaucoup depuis quelque
temps de traditions parlemen-
tairfcs ha�tiennes. Mais ces tra-
�ni.oiis sont � tout le moins des
plis discr�tes quant'� la ,>aiu-
cipatiou du public admis dan�
en sorte de rester dans la note
et le rythme des produc ions
�irang�res du m�me genre au
lieu de verser dans les fantai-
sies cacophoniques. Pour Dieu,
n'ayons pas l'air de ces gosses
aux mains desquels on h�site u
reconna�tre un objet qu'on y
aura laiss� quelques instants.
Les Chambres se doivent �
elles m�mes d'entourer leurs
d�lib�rations de touies la bon-
ne tenue qutxige le souci de
las enceintes du parlement. ' leur dignit�.
Nous voulons croire pour ie I Honneur oblige.
D'
FOMBRUN
ET
THOBY
_0-
Aous extrayons de notre ex-
cellent confr�re I'Opimion du '/
mai courant la note suivante
relative � t incident survenu au
S�nat entre le ministre Thoby
et le S�nateur Charles tom-
brum, incident relatif au cr�dit
de 1 million 400.000 gourdes :
L� man�uvre employ�e jeu-
di dernier contre M. Kombrnn
fiour l'emp�cher de formuler
ee question� auxquelles devait
r�pondre M. Thoby sor l'em-
ploi dn cr�dit de 1.400.000 Gd�
an�rite d'autant plus d'�tre r�-
prouv�e qne ces deux person-
nages ont an point d� vne poli-
tique deux situations absolu-
ment diff�rentes.
M. Fombrun est s�nateur �lu
dn peuple. U a derri�re lui ses
milliers d'�lecteurs de l'Art i bo-
nite : il d�tient un mandat.� M.
Thoby ne doit aa position qu'�
la senle faveur de M. Vincent.
U ne repr�sente m�me pas un
groupe politique, ayant eu soiu
de dissoudre �l'Union Nationa-
liste� an lendemain des �lec-
tions.
U eat vrai que par une active
propagande on laisse entendre
que c'est M. Thoby qui r�siste
A l'am�ricain et qui emp�che
M. Vincent de suivie une poli-
tique d'entente avec l'am�ri-
cain. Mais l'on se garde de dira
quels sont les r�sultats que pro-
cure au gouvernement et au
pays la m�thode die de r�sis-
tance de M. Thoby. Ce n'esl
que de la poudre aux yeux.
Le lait est que, appel� pour
s'expliquer sur le cr�dit de 1.
400.000 gourdes, il n'a fourni
aucune explication satisfaisante
et c'est la claque command�e
qi i � r�pondu aux questions
du S�nateur Fombrun. Voil� le
nationalisme an ponvoir. C'est
parfait. Messieurs.

Dixie-Bar
Angle des ruas Abraham
Lincolne et Roux.. � En
lac� da Castera.
Propri�taire:Tiberius St Juate
Ortophonic tous les soirs
arec les airs les plus vari�s.
Consommations de choix.
T�l�phone : No 3393.
Attention!...
HAITIANA annonce pour di-
manche un film chatoyant com-
me un manteau de cour.
DBS HORIZONS NOUVEAUX
kB6 hetrftacma nowewu �'ouvrent � lliwei�ie
qui � �U rangeas*. Avec $1,000 Uaacmi�hSk
at d !>��*� en banqvat, vaue pouvec aawfcBBBf
l'avenir avec or�tWi�. Crmymmvnir ���" snain-
tenaatv � �pargner an eu�vaevt une dee aaaMiadcs
�i-deesous :
SI,000 �� quatre a*�, pacnaaimawt ll<' SeeO.le
eet vm-mihmM hebdomadaire, de $4.fl�
$1,000 en traia ana, prcri.au.eat de �'-**� .H en
vereeaaeata hebdomadaire, de la. 13
$1,000 en deux ans. an�riattn�at de $�70.32 aa
veraeenurta hebdemade�ree de $0.00
F MOI
. La Banque Royale
du Canada
I
L'Id�al Rhum
AUX ROY
29 ann�es de succ�s.
VENDREDI � MAI WM
Propos
humides
�o�
Gemme l'un deaoue� non* �tions
quatre autour da la tabla� (lisait
que t'�tait l'hoore iIe.jourualii.taa,
puiaqee fua d'eux ooeopall la pre-
mi�re plaee �lans la R�publique,
quelqu'un a use tabla voisine inter-
vint :
� Ceet une erreur. L'heure n'est
paaaux jourualiitea. Klle estant...
agent� do eliange.Exact.L'an damier,
l'un d'aux �tait pr�sident de la R�pu-
blique. Il j an eut aa Conseil d'Etat
A U t�te d� l'adiniimtiatioa g�n�ra-
le de* po.iov�. la Commune. Kt mi-
me l�, ils t. �uce��euL laeontasta-
bl�mant, lia *out en baosee.
On dut convenir que tonteela �tait
vrai. Le plus euthouiinsta d'entre
non� panaail d�j� � changer de pro-
feasion... Bn a'.fendant. aomme noue
�tioni au Grand Caf� de France, on
commanda du RHUM IARTHE CA-
CHET D'OR (jui produit toujours
ell'at r�parateur.
i
!
J
Changement d Adresse
La'soussign� a I'konueti; d'iDlormer la public en g�n�ral
et sa'bienveillante client�le^en parliculier7qua, pour cause
d'agrandissements, le D�p�t du
Rhum � Champion �
sera transf�r� � partir da 15 mai prochain, dans la' halle
eontigue aa Haytian Tourist Bureau, rue du 'uMagasin de
l'Etat.
Porl-au-Prinee, le-7 mai 1931.
M. FONTAINE
Les cantines
scolaires
�0 �
An nombre de treis, elles
onl commenc� � fonctionner
depuis mercredi de celte se-
maine. En attend inl l'instal-
lation d'une q atri�n e, elles
sont ainsi r�parti*! :
Cantine Nu 1, directrice
Mme Aui�e [{�rtrd, rue des
Fonts-Forts, ancienne mai-
son Fernand Soiilli c�t� nord
de l'ancienne Cath�drale. Elle
dessert les �coles nationales
suivantes: Richard A/.or. Isi�
dore Boitrond, Pierre FaaV
berljlU'lmaiu l./pine,Car dine
Cbauveau et J F. Cauvin.
Cantine No 2 directrice Ma-
dame Orig�oe, dans le quar-
tier �le Saint Joseph, pour les
�coles Snntli Duplessis, St�guy
Villevaleix, J. B. Dehnnx,
Joseph Courtois.(Charles Wil-
liams et Victoria Phisaoct.
Online No Sa direcltice
Mme Fran�ois Desgrottes, No
1128, rue da la B-�volulioD,
pour les �coles Guillaume
Mauiga', Daiius Denis, Tho-
mas Madiou, len�lon l)u-
pltssis at M�re Euslochie.
Chaque cantine ne devant
recevoir que vingt cinq � �-
ves, il B �ie demand� � cha-
que chef d'�tablissement d'en
voyer seulement que quatre
�l�ves.
Des bons portant la signa-
ture des directeurs et Unec
trices de nos �coles primaires
ont �t� remis � cette fiu aux
int�ressai p�r les soins de
l'inspection Scolaiie et sur la
demande de la Commission
Communale.
Cal�-H�lel
4 Side � Sttep� fon.
j G�rant: F. H. i. ULLOA
j Hua du Bdagasia de l'Etat, 1626,
Tous les soirs Radio 0DCCl*t.
Consommations de 1er choix
hnglish Spoken, Spanish
Freneh.
Le 18 Mai
�a�
Le 18 Mai prochain sera la
t�te de l'Universit� f t mi Dra-
peau. Il est � souhaiter que
le Gouvernement revienne sar
la d�cision prise depuis quel-
ques ann�es de ne f�ter qne
le dimanche suivant. La c�r�-
monie perd de son int�r�t
du moment qne la comm�mo-
ration de celle grande date
historique est repoit�e a une
date ult�rieure. Et d'un antre
c�l�.les �colea l�tent sans en-
flhousiasme, parce qu'an �
d'air de les liasinr ci ua jour
jde cong� traditionnel.
Nous demandons au mi-
nistre Carr� de taiie diligence
Ipour que la derni�re Ici staut
modifi�e en temps utile, l'U-
niversit� puisse l�ter digne-
ment le 18 Mai prochain.

1
... a vu un da ses amis fui
su�! larh� rouge parce qu'an de
� �-s camarades vouluut lui taire
un compliiii.-at lui dit, � u pi*
seaoa d'an public asaez nom-
breux :
� Mon tier, couiine ta ra-
jeuni�!...
Il r�pondit lt-s veux hagarde,
les jnuea en Ijratnes, Us doigts
ne. vriKf 111 �- ii t ertap�a'
� N'en, Monhienr, je ne ra-
jennis pus. Il n'v a que ieaTleax
ejui rajeunisse il. Sms-je doac
vieax, moi?
... a va, aa cours d'ans ion-
versation, quelqu'un qui sortit
son earaetet nota quelqueeaose.
Celte chose �tait iont aimplo-
ment un proverbe erOole qae
l'on pourrait tradnire, IrOa pau-
vrement d'ailleurs, �n res ter-
mes: On peut savoir aell*r un
cheval sans saveir le monter.
... l'a vu qui tout tnste cher
ctaait un moyen de revoir la vie en
rose, comme disent les maoviis
po�tes. On l'invita i ��/ Gairand,
ou lui erf il nu rlhum Sarthe,
Cachet� or. Et NoTRB CElL lo vit
qui souriait.
� �
... Q /ils soient bien reli�s et
qu'ils parleut damoar! disait le
t'rine�' d une dos eain�diea de
Shakespeare. Qu ils parleat d'�
nienr, sala d�pend de vous
Qi ils soient bien reli�s, cela
d�pend �lu relieur. Il y on a
d'ailleurs un srai peut vous aider
h r�aliser ve�tr�� r�ve : lvriBK^K
Cautllb ru�- Bonne-Foi, pr�s de
la Pharmacie S�journ�.
*
� �
... a vu un indiscret qui d�-
posait un pli a la pesle � l'a-
dresse de notre joarnal. Quel-
ques minutes apr�s, If pli uoa>
�lait apport�. 1/ mli-eiel noas
y d�nanfiil quelques se�nes
qni �e paasSBi � l'Avenao de.s
Dalles e' (|ae noas ne noterons
pas. Si l'on nons situai� dei>
�liosea qne nous ue voyon� pv�
�n doit avoir le counge da au
faire conna�tre, surtout si l'on
met en cxuite des personnalit�s
ha�tien aa�.
*
� �
... a lu avre plaisir dans l'Im-
portant |�urnai m�dical de Pa-
lis: �Les Echos de la M.�e
� inc �, un li�s savant ailielo de
notre compatriote Georges An-
dam, Chirurgien de l'H�pilal
D�pattemeutal Stell, article in-
titul� : a La Chirargie fiastriqao
peut et doit �tre b�nigne�.
... voit que depnis ! 'meuleni
Hntlei-Bellegarde lent le mande
a'est p't� dans Us diverses his-
toires d Ha�ti pour aavair qaol
l�lajoua (Lin. le pass� la fa-
meux Fort Kivi�ie dont quel-
ques-uns pr�tendent qu'il n'exis-
te pas et quelques antres que
non seulement il exista maio en-
core qu'il joua un r�le dans
l'histoire de la Hrpublqoe d Ha�-
ti. Ln an.-1.11,1111, ita suppositions
se lont sur 1 issue de cet �aci-
dant. Souhaitons que (ont cala
inisse paisiblement at eo pour
la pins grande joie da taua les
bans Ha�tiens.
... voit qu'il conliaaa � n'entrer
chez lui qo'� des lieuree indi-
gnes. Mais il a fait un petit pro-
gr�s et qui a trait sartont ans
gens qui le voient regagner si
tard ou si l�t sa maison. Le
progr�s consiste � p�n�trer ebea
lui en back. Alors eenx qui pas-
suit se mettent plut�t � l'id�e
(ja'ii soit et qn'il est devenu un
p�re de famille s�rieux.
� �
...j vu deux hommes qni a*ex-
lOMaienl � la ledure d'une pago
de i'ilitt Caille de Justin Lb�-
i (n. Conteur locale, acoit�
d'cbaeivauon, ils y trouvaient
tout cela et leur admiration leur
d�bordait tellement lo coeur
qu'ils voulaient qu'on la parta-
t > la ronde, autour d'eax.
Ce qn on Ht d'ailleurs.


PAGE - '2
I E MATIN� 8 Mai 1931
��iy*** .�**-'
LES LIVRES
CHRONIQUE
PARLEMENTAIRE
Un sur-civilis� et nous CHAMBRE
�o-------
C'est bien vrai, Horatic.qu'il
existe sur terre, plus de cho-
ses) que n'en r�ve notre phi-
losophie.
Andr� Maurois vientjdr
faire para�tre un hallucinant
chef-d'�uvre: Le Pes �fAmes. Un �avant r�ussit �
capter, quelques instants
apr�s leur mort, le fluide vi-
tal de tr�pass�s, on pourrait
dire leur �me. Au jour le
ballon de verre est tern� qui
contient la lluorscente ma-
ti�re, d'ailleurs invisible pres-
que � la lumi�re solaire. Mais
la nuit, dans l'ombre, sous
l'iction d'un rayon ultra-vio-
let, le ballon resplendit, d'une |
lueur miraculeuse.
Je me souviens d'une table
d�j� vieille, qui me fut con-
t�e. Un homme avait �t� vi-
siter un initi� de la haute
science auquel l'attachaient
des �tudes communes. L'autre
lui montra une �trange fiole
aui contenait quelques doigts
'une myst�rieuse essence
Myst�rieuse, en v�rit�: blan-
ch�tre, inadh�rente, avec une
lente ondulation, et conti-
nuelle, provenant, de toute
�vidence, d'une vie int�rieure.
Cela donnait une impression
de peut, d'angoisse comme
devant une insondable
�nigme,
Et le masque,devant le chef-
d'oeuvre r�alis� du peseur
dames! Il n'y avait pas, dans
la maison, plut�t humble.
d'appareil scientifique. Un
rayon, iutra rouge ou ultra-
violet, ne passa sur le banal
flacon. La myst�rieuse es-
sence qu'elle contenait ne tut
livre de
p�rience�. Les lois de l'ac-
contumance loi permettraient-
elles de mener, sans sombre
i ,. la tolie, son existence
double : rire avec les vivants,
leur parler.s'int�resser� leurs
gestes, et dans le myst�re de
sa maison, reprendre le col-
loque avec le mort ressuscit�?
I�is encore : Si, le cerveau
chavir� par ses travaux, il
plaisait au ravisseur dames
d en int�grer une dans une
b�te ? Les b�les ont, parlois,
des regards humains, d'une
telle tendresse; des cris nu
mains d'une si d�chirante cl�-
tresse! Quelle angoisse serre-
rait le c�ur si devant le
d'un
DES
J myst�re d'un de ces cris, d uu
j, de ces regards, on pouvait
songer � quelqu'�me empoi-
sonn�e criant d�sesp�r�ment
un appel incommunicable?
Dans les plaines et sur les
monts, l inqui�tude des pau
vres gens courbes sous le
joug des superstitions mi l�
naires, hal�te devant le mythe
de telles menaces murmur�es
d'une voix qui tremble, du-
rant les longs soirs mouol -
n�s. C'est douloureux privi
loge de uos races mytiques,
des �mes simples, de peupler
de forces int�ress�es � leur
sort, l'univers indiff�rent.
La rencontre est curieuse
et m�ritait d'�tre signal�e, �j
c'est l'excuse de cette note, �
entre ces �pouvantes coll�e
tives et l'hypoth�se oppres-
sante d'un des plus magni
tiques �crivains dont s'honore
la pens�e moderne.

rs �lecueas
huim
�o �
es
pas, comme dans la livre (._
l'auteur de Climat, un dia-l*� irtestiltt
niant mouvant d'une indicible
splen leur.
On aimerait imaginer quel-
que chercheur, d�moniaque
divin, qui, gr�ce � quelque
d�couverte myst�rieuse OU �
la mise au point d'acq
tions transmises par les tra-
ditions secr�tes, serait parve-
nu � lentement aspirer le
fluide vital des �tres El l'a-
gonie lenle de la victime I
La mort apparente; l'imp�-
n�trabilit� du Mage
la douleur des proches. il
* Prince avec une majorit� �cra-
sante. Ou parla aussi de M. lti
Si la campagne S'esl pas fout
i lait ouverte, ou ne .saurait due
qui lea candidats ne sont pas
i i mouvement. On cite quel-
ques noms, et parmi eux, il en
exista qui jouissent dune tr�s
gran le popularit�. Eu effet,
: ? irmi les candidats prol ibles.il
( � �;t question du sympathique
! Dr Auguste Lechaud dont la po
; polarit� est formidable et qui
levai Isous D.iriiguenave lut i-!.i Boa-
s'rot Communal de Port BU-
D�passant l'hypoth�se d An-
dr� Maurois le pesenr dame.-, c|w|j yM�ume qai |omUl" ne
qui se penche sur la chair j(|.,s �.inde estime, non seule-
p�lie mais O� demeure, irn-1 meul dans 1 �lite o� il compte
iwMi'f-iililiif OO VllI DEPUTES
S�ance du mercredi
6 mai 1931
D�s � tix heures, un nomhreux
auditoire hi salle d'audiences, et les d�-
put�s que la clochette de l'huis-
sier invitait � prendre si�ge
d�f�raient un � un � la mono-
tone invitation.
Le pr�sident Loubeau est pale
et grave quand il annonce l'ou-
verture de la s�ance, il consulte
l'assembl�e � savoir s'il doit
avoir recours � la pr�sidence
du doyen d'�ge pour l'�lection
du nouveau bureau de la Cham-
bre des D�put�s. Le trop scru-
puleux pr�sident est pri� deres
ter en si�ge et ses coll�gues lui
t�moignent une nouvelle lois
leur enti�re confiance en le
nommant pr�sident de la Cham-
bre pour le reste de la session
en cours. Les premier et deu-
\ �me secr�taires D. Estim� et
s. /. imor io t aussi r��lus et de
ceit � bcon c'est � l'ancien ba-
ron tout entier que va la con-
fiance des d�put�s.
ue deuxi�me point de l'ordre
du jour s'ach�ve sur la sanction
des p; o. es.verbaux, il y en avait
de pi es cette fois-ci et l'audi-
toire qui lie s'int�resse gu�re �
ce genre de travaux parlemen-
taires g �nait insensiblement
les galeries o� l'air Irais �tait
moins rare qu'� l'int�rieur.
Le d�put� Elias Elie donne
lecture du rapport de la Com-
mission du Travail charg�e d�-
ludier la proposition Cauvin, le
d�put� Woolley le suit � la Iri-
bune pour proposer que Tho-
monde soit �rig�e en commune
de5eclasse� La question du vote
du Budget est soulev�e par le
d�pute Lio�ai qui, appuy� par
ses coll�gues Vaugues et Joli-
bois, demande � la Chambre
d'�crire au Ministre des 1-inances
pour que le d�p�t en soit lait au
plus t�t. Celte demande, sou-
mise � la consultation de la
Chambre des D�put�s, est vot�e
imm�diatement. Des modifica-
tions au Code Rural son' pro-
poses par le d�put� Elius Elle,
et des �changes de vues abou-
tissent � ta nomination d'une
Commission de neuf membres
pour l'examen du proj d.
Le d�put� Br�dy demande
d'�crire au Ministre des Travaux
Publn s ;; i sujet do la r�fection
des routes du Sud, le pr�sident
lui do me l'assurance qu'il sera
lad selon son d�sir et l�ve la
i nce apr�s avoir arr�t� le pro
ebain ordre du jour.
perceptible ou vulgaire, une
imperceptible chaleur. Le ll.i-
con est tout pr�s de la mys-
t�rieuse esssem e. El tandis
qu'elle s'infuse dans ce corps
brun d'adolescent paie d'une
beaut� surhumaine OU dans
les formes de la vierge qui lit
r�ler les m�les de d�sir, t'ap-
fiareuce de la vie qui revient,
a souplesse, puis l'�tirement
des membres, une teinte do-
r�e, un soupir,� et le regard !
On aimerait imaginer les
rapports entre le savant mons-
trueux et sa d�mentielle wex-
de puissantes et solides amiti�s,
mais aussi dois l� masse. D'au-
tre pari on eue aussi les noms
du Dr Rarapy, tr�s populaire
aassi,el de M. Darbonne.
Des gens -| .i si- disenl bien
inform�s affirment que l'actuel
pr�sident de la Commission
Communale, M Fr�d�ric Duvi-
gneaud, tenterait lui aussi ses
chances. Cela menace d �tre des
plus int�ressants.Et� partir du
mois d'octobre la cie ha�tienne
deviendra aussi tr�pidante qu'�
l'�poque des �lections d'octobre
et de novembre de l'ann�e der-
ni�re.
Briques LaBaudiij Briques
La Manufacture de Briques prend plaisir d'aviser Mes
ug�nieurs, Architectes et propri�taires, qu en vue
ililer la construction en Briques � La Baudry i,
nos nrix,�� partir d'au joui d'hui toni-
sieur� les I
de leur lac
nous avons r�duit
me suit:
Grosses Briques '2.
Petites Briques
c r*
4 .
L 7/8 9
A part les Briqnes o dinaircS.noM avisons notre clieu'�lc
que nous manufacturons toujours-(> qualit�s de
Briques de d�coration �La Baudry �;Or 1,60 le cent.
Driques devantes "La Bandry a jOr 1,-10 le cent.
Jamais les Briques n'ont �t� aussi bon march� qu'au-
iourd'hui et sans aucune conteste. Les Briques "La Baudry"
iout le mat�riel de construction le meilleur m ireh� eu me-
tte temps que le plus solide.
En vente en notre d�p�t � l'ort-au-l'rince.ou sur demandes
exp�di�es � tous les poiuts.de la R�publique, soit en tout
par voilier.
Manufacture de Briques, S. A., "LA BAUDRY'1
M. Ilsf�sleir lires�et RtrtH
ff Nous avens eu le plaisir de
recevoir site de M. l'Ing�nieur Grasset
H�rard arriv� la semaine der-
ni�re � Europe o� il a s�journ�
sept ann�es cons�cutives.
M. H�rard sort de l'Ecole sp�-
ciale d'Electricit� et de M�ca-
nique eu il a obtenu avec suc-
c�s son dipl�me. A tir�s ce suc-
c�s, l'Ing�nieur H�rard partit
pour l'Allemagne o� il fit un
long et fructueux stage dans la
fabrique bien conaue A. E. G.
Il a s�|ourn� quelques mois aus-
si en Angleterre.
Parlant el �crivant � mer-
veille l'anglais et l'allemand,
sans compter ie fran�ais qai est
sa langue maternelle, l'Ing�nieur
H�rard a jug� utile, et nous l'en
f�licitons, de venir mettre si
science au service de son Pays.
l'urqin! �it question d'haitia-
nisation, o.i verrait avec plaisir
le Gouvernera-nt de la R�publi-
que employer des �l�ments de
cette valeur.
*
AUJOURD'HUI, SOIR�E DES DAMES
Rose de'Nice
Avec le Carnaval de Ni�e et la F�te des Fleurs.
Entr�e : O.�O.
Vous aurez aussi I* plaisir d un audition radiuphonique rado-
diffus�e par le Garage Kneer.
� Toute dams accompagn�! d'un cavalier entrera gratis.
DIMANCHE
Un gda de la Itala Film avec texte Irai cais :
La Fabrique de l'Impr�vu
Fantaisie en trois journ�es M une nuit de Luigi Barzini
avec Fnretta Gaia; Lidia Quarante � Piergirwani Etlore
Gemma de Sanetis�Francisco Sciarra,
F�lix Minotfi�(�iergio Caracciolo.
Entr�e : 1 et 2 gourdes.
"�*"�.*� ��
�\ 'W/. ts
In scaadsls � la cour de Sylvsiie.
O� rapporte sous touies r�-
serves qu'un scandale serait sur
le point d'�clater a la cour d�
Sylvain? : le Piince Paul de Syl-
ranie, dont les fian�ailles avec
la Princesse Elena �taient an-
oonc�es officieusement, aurait
chereb� � s�duire une des da-
moieelles ci 'honneur de la Prin-
cesse et seule l'intervention d un
.h,ie de camp aurait uns obsta-
de aux desseins du Prince. Mais
la Princesse Elena, dit-on, au-
rait appris l'histoire; et ou craint
qu'une rupture bruyante ne soit
le r�sultat. imm�diat de l'im-
prudence princi�re. Quoiqu'il
en soit, et si nos lecteurs d�si-
rent suivre de pr�s r�volution
de cea tomplications diploma-
tiques el sentimentales, qu'ils ne
manquent pas d'aller admirer
les grands artistes Su/.y Vernon
al Willy Putsch qui leur leront
passer a fHa�tiens�, une �mou-
vante soir�e dans leur grand
film � Le Derni�re Valse a.
A vendre
Mobiliei complet, consistant
eu salie de r�ception, salle �
manger, meubles de g* le rie
en osier, balan�oire en 1er et
sommier, Frigidaire, automo-
bile, etc.
S adresser chez le Lieutenant
G. C. THOMAS, USMC
Bellevue � cote de M�dsen,en
face de Mme Nord Je Joseph.
T�l�phone 111�3 M.C.-
Monanl Hardie opte pour lu ii;i-
lieaalil� lia�tieaut- I
Le Moniteur des j*udi 30 arrii }
dernier et lundi 4 mai courant
publie nn avis du D-par'eraenl
de la Justice annon�ant que no
tre jeune ami,apr�s avoir com-
muniqu� des pi�ces attestant
qu'il est n� en �aiJl e' de m�re |
naitienne, a opt� pear la natio-
nalit� haitieaue.
Nous f�hci'onsno^re ami bien
sinc�rement de cette d�cision,
qui ne t'ait que r�gulariser d'ail
leurs sa situation, car il s'est
toujours consid�r� comme Hai- j
tien et j s mais dans le pasa� n'a j
eu � faire acte d'�'ranger.
C'est un jeune Iravaillear plein
d'�nergie et d'initiative. On ne
peut donc qu'�tre heureux qu'il
ait spontan�ment choisi la na-
tionalit� ha�tienne.
Colombian
Sleamshif) i
Company inc.
Le steamer c Bolivar� parti
de New'York le 2 mai cou-
rant est attendu Ici le samedi
9,via Gouaives et Siint-Marc.
Il repartira le m�me jour
pour les ports de la Colombie
etflristobal "�. Z.
?5ss manifest�e re�us par
avion pr�c�dent l'arriv�e de
nos navires de trois � quatre
jours et sont � la disposition
d,.'� chargeurs d�s les premiers
jours �le la semaine.
Colombian SUanuhip G> lue
GEB RA *Co, agents.
laibiia
CE SOIK
Un grand et b*au film :
Peau de P�che
Sc�nes de la vie cruelle avec Jean Porest.
Entr�e : 1.00; B>l-on : 2.00.
DIMANCHE
La Derni�re Valse
Entr�e : 2, 3, 4 gourdes.
mpni "���>� �� i . �wf�
Fabrique Ha�tienne
de Chapeaux
Marcelin Martmez & Co
� L'INDIG�NE �
Grand'Rue No2Q14.
AVIS Dfi DEPART
Les d�niches pour New-
York e' l'Europe ( Via New
Yord direct) oar le steamer
v Asti �a � seront ferm�es le
Vendredi 8 du courant.
Port au Prince,le 8 Mai 1931
r �d-
**~"
raaiMtfut^MdNHaM
levas se la Chanare �le Ceasiere*
Praseaise
Nous avons le�u avec plaisir
le �unir rode mars 1931 de l'in-
t�ressante Kerae Commerciale
de la Chambre de Comaieree
fran�aise d'Ha�ti Ca fascicule
est tout aussi charg� de Beii�-
res importantes que les piuc�-
dents. Ou eu jugera a la lec-
ture du sommaire que auus re-
prodaisons ci-apr�s : Chroni-
que. Commerce Ext�rieur. Droits
d Exportation d'Ha�ti. Ixposi-
i OvJ Co ouiale Internationale
'i'it-i'i : la c tA in ei-nationale
des informations. L�loquance
d'un Dioramai l'Expisitioi Co-
loniale de Paris. Le Cr�dit co
lonial. Paquebots � muicur Die-
sel. Keglauicul uuitorme sur 1rs
cr�dits docsnneataircs. Corres-
pendanca. Politique agricole de
la France au Cameroun. L'agri-
culture en l'.ochinchine. Le co-
ton des �..o,ou�es I-rancaiaes. De
tout en peu. Avis.
Nous remercions du grjcieux
euvei de cette fUvue dont noas
recommandons vivement la lec-
ture.
Chapeaux vari�s pour hommes, femme et en fants fabr
qu�s par des maisons haitiennes^et avec de la paille do*
pays.
Faites une visite � t L'Indift�nei.
Pendant tout le mois d'avril et � l'occasion de
leurtranstert dans leurs nouveaux magasins
Boulos. Aboudi & C�
Rues Courbe et du Magasin de l'Etat.
( Ancienne halle Revest >
ORGANISENT UNE GRANDE VENTE R�CLAME
A DES PRIX DEFIANT TOUTE CONCURRENC�..';^
Pour marquer l'inauguration de nos nouveaux locaux et afin
d'aider les familles S lutter coutre la crise, nous avons r�-
duit sensiblement les prix de tous no articles et vous invi-
ious cordialement � venir visiter nos nouveaux comptoirs
o� vous trouverez tout ce dont vous1pouvez avoir besoin
eu lait de : tissus de cotou.Toiies Unes, t.r�pe de chine.Bas,
Chaussettes.Broderies, Dentelles, etc, et c� le meilleur accueil
vous sera r�serv�.
Des prix exceptionnels de gros seront jconsentis4aux com-
mer�ants aiusi qu'a.ix,marchandes de la province.
Ne manquez pas celte mise en vente sensationnelle qui ne
durera que quelques jours seulement.
BOULOS, ABOUDI & Co
Sp�cialistes eu tissus.
Lee magasins les plus spacieux, les plus modernes, les mieux
assortis, et vendant le meilleur march� de Port au Prince.
� �-v-j-ri r-1- -'���"�*"*?*"�> :
Le Rluitu Barbajieourt
Dont la renomm�e esi universelle a' gard� sa premi�re p'ac�
��manuel partout :
UN BARBANCOURT
B�p�t -Avtt du Ceeurs.


LE MATIN � 8 Mai 1�3�
^�Ml
m
Mi....
Pa-je�3
Trading Company

A l'honneur d'annoncer � sa charmante Client�le aua partir du 1" Mai et en vue
de lui donner pleine et enti�re satisfaction; la Direction a pris la d�cision de trans-
f�rer le D�partement Victor de l'anale des rues Dant�s Destouches et de l'Ecialil� � son
magasin principal situ� au coin de la rue du Centre et de la rue Dant�s Destouches.
THE WEST INDIES TRADING COMPANY profite de l'occasion pour remercier
ses aimables clients du concours qu'ils n'ont jamais cess� de lui accorder et leur
Garantit de trouver du personnel la m�me amabi'il� et la m�me courtoisie.
Foil-aii-Prince, le 30 Avril 1931.
�*U*mm**r--~r*' ��*
�mtw-' vt~*m >*~. �~ �
* �.���?�. �.�
. PiMl"------"*.......��"�-�"�-�"^�.t^-a^w^jM......... t.�anijiiii mi ���� la�inM -......mi n
I
:*K Wi�
CAHET OH - CACHET ROUGE�CACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau D�p�t en Ville
VENTE EN GROS ET EN D�TAIL
En f�ts, en caisses, en bouteilles et � emporter.
D�POSITAIRE
POHT-AU-PRLXCE, au coin de la Rue du Quai
et de la Rue Traversi�rt
OUVERTURE- le-2 F�vrier 1931
jfc-;T �-�<�.: S'ii ...'�, uns �iJ>�r�auwKHSBSBhna�aaaMafAm .-. m bmmw SNMniapi �MMMMHM�MMHAiiMBKaiM
Loterie Nationale dhaili
TH0ISI�M1 TIRAGE DU 7 JUIN 1931
R�partition des Lots �

1 gros lot de Goi rdes 2i.0tt0.0i
1 �i os lot de U.OOi.OU
1 g��s lot de 2 000,00
1 lot de 1.010.00
2 lots de (lourdes 500 1,000.00
10 � �� 100 mou.ut
80 " 56 4.000.00
50 lots de Gdes 40 a 000,00
80 SO 2,400,00

4 ftopros. du �irgiosiot allou�s aux
2 N'" Hnt�i ieurs et pott�l ieurs fi.250,00 G. 1 010,00
4 approx d�i 2b gros lot �'lou�s aui
2 Nos anl�i ieurs et post�rieurs G.150,00 G. 000 00
4 tpprox. du 'Ae gros lot allou�s aux 2 Nos
ant�rieurs et post�rieurs G �i.oo 200.10
Tout num�ro se terminant par les 2
derniers chiffres do premier {40s
lot Gourdes 20,08 G.'.l.MO.O�
Tout num�ro se terminant par lei 2
derniers cl iffres do 2<> gros
lot Gourdes 15,01 G.l,200jN
55 �/� lots
z. r*.� r3*trtr*-*C3o
Pour avoir
une^Dcau
velout�e.
Olfra do
Repr�sentation
Ou demande quelqu'un
ayant de bonnes leleiences
pour repr�senter la plus h -
cutive magasine. Ecrive a A
V. W FAHIS,
1'. O. Bux llJ�7
Ciistobal, C. Z.
hmm����i�St �f�Tiir "���"- saaja�a�

l'usage r�gulier de la
1 anishlng Cream Exelento
conservera votre leinl aussi
doux et aussi saline que celui
d'un b�b�, toous � le garantis
sons.
fcl/EXELENTO
Vanishing Cream
v>&R LES CO�'�PR!MlS �
! 1�R�YL
Un savon sup�iieur
Unt 1 aie ('once, ooctoeufe,
Qui confient � la peau d�licate.
Usa femmes et des b�b�s
l eut "e Savn Essayez le j our vous rendit- compte:
Votre premi�re visite
A
Le Sit!"..cr;,.i' <��" contint le� troi�
ipbciGquM dont l'action
. . Hcitinifiquement
��ii- -�'. I''' tai tiawaui �� plut
... �|, m��m�ii�, rua -une action
i |� � ..- Ici � ciJcr.t� de la
. I- Min;; � tCJlte* i�ft
1 .' il 1 Malwfit.
� , � b� iwi-tcrls pour rtilt Ttie,
1 ... �.r lia '�-�:; :-i-n� �conomique
. .", ce e(G�tc�lt�MfLA�ANT
eL.- PRES.
I A elmcja� I fc� �� ocr.cice enc
;. : ioi.ii.H-- :ur la mathada.
As/ une cr�me sans graisse
que, la peau absorbe. Elle
nourrit la peau et emp�che
qu'elle se fane, se ride, se
dess�che, ou ne devienne rue
gueuse Elle conserve la neau
en par/aile sant�.
Procurez-vous aniourd'hui
Un pot dExelento \ anishing I
Cream; en vente chez Ions les
droguistes, ou directement de j
nous sous garantie, comme I
"vus le pr�f�rez. ,
Ecrivez-nous pour avoir un
�chantillon gratuit et un livre
dAconseil nour la bbaute.
l�elenlo, Ihiliciiit Compauv
Allaita, titergia I S.A.
egenls demandes pour tous
pays
Ecrivez pour renseignement
:~2WSRV<
Fn vente � Port au Prince chez:
A. BOLTb, Gaston R. M xmiN.l'aul^F. AIJXII A,
� I� J l.MlTU'tiC W( 11,
� lMi!-GcnYc;ohe2Savinien MARTIN.
Nous donnera raison, cemlirmera voire bon jugeappat rt
iustliera la coniiance qut vous 1:011s aurez icford�f *�
nous garantissant votre appr�ciable phtronage � 1 H�tel le
plus !<�lect de Port-au-Prince.
Nous vous sugg�rons d'arr�ter votre cha rabra � l'avance
Bi�re � la pression.
� ~ ...wi � ,.-
L�t "�u�'J'-�n. y,, '
� DEROY FILS AIS� �".*-
^'3 Ci'MiBLtrain M i\ j.
76, rut tu TMitn,76 I ' Bj2
PARiS
I
GUICE PRATIQUE iiBirtflltuwrt�W*� l� |
Tit, �g*EI!C).S �le MANfi�L 4o T'< -i��irt �> {| I
'. �l V.""F IUUSTH� (ilFMCM ;���� , j
POMARITl
,'��l$|
' L �'.t �� ���'� ���n6 t��rt"� a
-� * ,. - r.^jrm-alo> d'Ha�ti.
a /�o/i-u�-/'-"�' �( F. S�JOUnx�, Hiarmaa
ia�a*i'J�T��jr3n�i�ia �-�*..�>#�
iacPorfttif id�al
c'est la �
contre
CONSTIPATION
prenez les +
COMPRBI^�S
SUI33E6
de DELORT, Pharmacien,
UO, Hua Saint-Antoina
FAHIS
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Toutes les Polices g
DE LA
port- a TT-ra.3 : �ers�
Ale�.PETKU3, Pi.arm�." ie AI II"H ����
- Pfcarmaci�-� �� D- JuaHn VIARD
r.� �eutaa la� bosnaa PtwM� g^.
inLuiXii
747, Hua du Fcuj. St-�anis, Puni
Facl.a a pranaca,
Na ���:� �il..ni Kueon p-*',.�, atif,
j elle ne p;0..'�-, :c j-..,....� de dego�t.
Sappr�matit 1m d��ti,
elle ns ucl-i�l�c pss le na�ade.
N'exigeant >�� elle et cause tstaw perle de icmpi.
Pin� ncl�Ttt que lo-j� Ut nicllalrat,
tl� es!, par ctuiftpcul, m�ini ch�re.
1 n� f \ NtCA-nvE, 2*3 ra-u.
l'u~*- ) LAXAnVL I niula
comprennent la Protection contrt la
Fondre sans nuamentation de i*1?*
... ; r. .277', jftiTscaaasjsji
ss�UCo
I
Agents G�n�raux

Ha�tiennes
Charlier-.Ytalcbranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
t�l�phone : 20*^


V


Vendredi
8 Mai 1931
Le latin
5*114 ANNEE *�� 72/G
Pnrt-too-Prtnot
T�l�oko�ic : 2842
4 rA�E�
trr^-�-.�-�;�-
��W�!
�*���
ALUMINUM LINE
DIRECTS DE NEW-ORLEANS 1T D*. !
J US LES PORTS DE LA RUPUBUQUI D'UAIT)
Dai�RT' DIRECTS DE NEW-ORLEANS 1T DF. y#glfx
Ua llciaer laissera New-i trlcans le 24 eonrant cl Mo-
bile le 26 direnteuient^pnur 1rs parts, du Sud,Pert-au-Prince.
tft Marc et les Gona�vei�,
P< /.mu r rince, le 19 mars 1981.
A. de MATTEIS � C�� Agents G�n�raux
ARTICLES
�a
Premi�re Communion
Chez F�lix Lavelanel
Hrassards.7Auinoni�res,Chapelcts,'LivreR de pri�res
Chair selles blanches, etc.
Demandez �galement les produit* suivants :
W
:mm*M�k*&&*��&i$&x
Avis au Commerce
La Panama ftailroad' Steenssbip Une g l'avantage d'an,
aeacer les d�parti iivants.de New York pour PortlO Prince
Ha�ti, directement, durant le mois de Mai 1931.
'^ff�purts dr New )�/�/.. Arrivages � Port au Prince
�'Huenaveatuiv !< 7 �*ai \\YA\ le 13 Mai 1981
�� -Anron" (3 12 Mai 1931 le 17 liai 1831
"Criitobal" le 26 Mai It�l le 31 A�.il!.i
� ZoniOBMlliota : Fortifiant id�al d'an go* asir�ah'e.
� llnoroler � : Energique reconstituant, action imm�diate.
� Antidote Ma la ri I � : Contre le Paludiama, la Malaria.
' Neolrope'1: Contre les Kystes, Tumeura.Rbromes at cancers. �
Avec un licitement ratiannel par le "Ntelrepe* tous pour�
yez �viter Iti risques de l'Intervention Ch rurgicala
il n'y a p?s urjeoce
Sadreaaar i Fbux 1 AVELAVEl" "

JAS H. C. VAN REED
Agent G�n�ral
5'2�S Hue Traversi�re, 3*8.
P� * � Nous tenons des �chau'illoiis de DOS produits � I
lit position des m�decins.
eas�
. � �
^Panama Railroad Stamship Linc
Service de fret cl de passagers en Ire
A TENDRE
Plas rapide et plus diiecl service de transport de passagers etdu IrK, ontre Mai*
et les portsEurop�ens via New-Yard et Criitobal, Canal Zone, Isthme de Panaana
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Bcorra France
Mrs. G. W. SHELDON & C<>- 17 James Street, Livf.rpool. Knm.anu
The iitllowinq arr sgr Afleltl al pi*ifirip:il ports iu Khi ope :
ENGLAND, SCOTLaND, FRANCE.
Messrs (i. W, SHELDON & Co.,
17 J.unes Street, Liverpool, Englan
J In rance, Messrs G. W Sheldon & Co. are represcnteddby the folio wiaf firms
\m
liaublaa, li's, jeu de aa!on tu
osier, r�frig�rateur �lectrique.
chaises en acnjou.
S'adreaeer au capitaine t�. a).
ackion.
Torpea, en laee de la rae U.
En peu de temps ce
produit remarquable a
'""1� conquis de haute; lutte
une renomm�e des plus
enviables.




Demandez toujours le
Rhum HENRI Gard�re
m * f * * ?** vvmmmmm
GlhlatlY HV.nkky JtCo
21 Hue de la R�publique
Marseiltes.
Herns Pbrom i C� Ltd.
�S Quai Gcorga V.
Havre.
Mkrnii PajRON & Co., Ltd.
Rne du Moulin � Vapeur,
Bonlor.se sur Nier.
Messrs E. A. Bbndix & Co
31 Allengade. Coptnha^en.
Oslo, Norway.
[�ternational
ftaeditionsselkap Oslo.
HH AflLANTIG FaBIOBT CORP*H
MHnnaua, Hamburg 1.
Germa ny.
gftlessRS A'iLANTn: I-'ui.ikiit
Corporation
(iermany
Messrs Atlantic Erkingiit
Corp'n..
24 Quai Jonl iens,
Antwerps, Belgium
Hern Pbbom & C'VLtd
1)5 Hue des Maris,
paris.
NhKNL' P�rou & Co Ltd.,
Hue de �ranquilit�,
Dunkerque.
Ubrxu Pbson & Ce Ltd.,
- 9 Hue Roy,
fc Bordeaux.
JGbnob, Itai.y. J
Messrs Hbnrt Cor & Clbrtcj
Puiza s.Matno.Xo 15G�noe
^COTTENBURO. SWEDBN.
Nordisk Express,
Cothsnburg,
Massis Atlantic Friigut
Corr'n.
KoO Einmaplein 3,
Rotterdam tlolland
N�esssr 9TRIUARM & Ce
� VAFOCARIPHOL �
La nanrella pr�paration, la i
plus eMcace.conhs la grippe,!
toex. ies retroidissements. ,
On ne devait jamais mail
qtiar cette pommade c
En voyageant ou dev;
joiri avoir on tube da � Va-
pocamphol �.]
Le tube ne co�ts que 71
ceatimes Initiai. \
Pkarmati� \
1 elranc f rivai Lien
Lilue vis �-vis du kiosque!
postal. A-x Cayas, �rand'Hue !
N oublie
S?S Manufacture Ha�tienne
ae Ciaaielles
GEBARA&^C0
LES CIGARETTES
jamais! Bat'Bas �\Fantal-L�on
Qu'un bon jihw ignempnl alai
aique, modaraa, de la l'J�ine �
la philosophie, qu un� ��i ikiic
�t rapide m�thode da la St�ne
Dactylographie; de la Compta
Milit� et daa LangtiM vivantM
sa rencontrant � L'INSTITUT
TIPPENHAUER.
N'onbliar. pas la pansieu se*
lairc disciplin�e et a�riauaa.
1357, rue Lamarre.
T�l�phone, N� W�l
[*Dessatin ienne*
m Colon >
�R�publicaine*
� Porl-au-Princicnne
�� lafls
da laar ar�m* fout I
daa ?raia rran �urs
d�licat
"-���
C'est le Vermouth le plus agr�able, le plus lorlqoa el
par cons�quent le P,11S aP ' '�' , . ,
LE �nEANO BLANC a eu 1rs pins hautes r�tom ,
pflBlafis � toutes les expositions et se veud sur place a un
p iv^Ns pins raisonnables.
En jaras chez A. de MAT1T.IS.
Co qui n'a ja lais �t� tait
Go qui no eut �tredoptse�
Kola Champaqne
P. S�JOURN�
Pr�par� dans des conditions rijfoHreuae^'
D'ASEPSIE
Pr�paration et Vente
� PHARMACIE P.SEJOURW!
Augle des Ruus Roux et du Seule*.
Granj Caf� de France
S)0� la iieeeuee afis�e et intelli|>�nt� �te Moataieur Fran�ots
Siraldi qai *w> �c�e\io l'iMoci� de Moneiear PatrljL la profil�-
(aire do c^ri �P-Ri^euaeat qui a'a pu.d'�fal, h>. ORAJUl flTFi�
DE fHANut:, ortre a ��s ainabia, et dteRng'i�^ �henta, fea
coasoi�.uaoe-a� �es plus fi-ifa, les vi is da twutea proveaan:>es la�
plas ehoirte, Ligara* el Gif �relie*, Jhn4wich.es, vari�, � *w j>eti
d�liant tcruie euacuiTeaee.
' Li�ecceut plu� syia,>jlhique CiiMoatriA #>ra> naeUiv*'
trait �*� raati ,At �e tranee. a i
PATKlEt A ta*
Cai�paoue MM-




ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
uar.Ia �GEN'EBAL > est une des plus puissantes et des plas vastas arjaoMaaioas
i% aa genre. Le seleil nefse coucha jamais, ser son chama d-aaaaa a.ei eaaboaase te
nwude
SaaiPilicci'contro �aeoodie foo*vre4ieaaaoi \w d�^ta ooeaaaooo�a aai la to�RRf.
Sfes Polices' pour Aatomobafos couvroU v-o^s, ineoadia, am^Ueilleaco,
caus�s � aatrai daes si perseaue ou dans ses biaus.
Ses reli�es -lariaUBOI �aaisoa par ses branabas d'Eurape soat payables ea ItaiVi.
� Ses P-�li�es contre aeci'ients.sout valables dans i univers eotier. Tous las voya-
geurs devraient donc prendre la pr�oaution de se munir d'une poKee contre accident*
d'au moins 4000 dollars, la prima annuelle n'�tant que.de 1/2 �/. soit 20 dollars M. fi.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Gaves
se usagei r$
rACTIl
Agent G�n�ral pour liait�.
i'orl .u -�:il. c. G.
^EAK
Insurance Co
Une des; plus forte^COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSS� &1 Co.
Aoents G�n�raux
ir� n t
-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs