Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03900
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: May 6, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03900

Full Text

lment Maqloire
DIRECTEUR *
ul RUF AMERICAINE 1358
TELEPHONE N" 2>
| 25n
3=
25me ANNEE N- 727i
PORT-AU-PRINCE (JHAITI )
La rifMir corpori'll' 'M "<>""
et la iiiurur iiiffllntuelle rst
meilleure encore. Mai* l'irn an-
dessis de l'uie et 4e l'astre est la
vigueur du caractre.
Th. HAOSFAEL
JEUDI 7 MAI 1931
___i._i
LE
Prsident de la Rpublique,
le Corps Lqislatif et le
projet de rvision
constitutionnelle
o
J : H tenible quoi n'ait passea-
fr li, dans certains groupements
I llitiqms.et un pea aussi, dans
J ne partie du aonds parlemen
* lira,tout* l'importance du pro-
J at de rvision constitution-
y telle du 20 avril dernier, di i
^ 'initiative du Prsident de la
| lnubliqae. On n'y aurait va de
5. a part de l'Ixeutif, qu'une fa-
it on de reconnatra officiel le-
** aent la Constitution de 1918, de
f> a lgitimer cimme si cela n'a-
l rait pas t dj tait par eeux
* qui ngetirent le Plan Forbes
5* svec la Commissioa Amricai-
ns lorsqu'ils acceptrent l'lec-
tion pour six annes, par le Con-
seil d'Etat ruui ea Assemble
Nationale, da Prsidant provi-
soire; co sa me si l'Assemble Na-
tionale elle-mme n'avait pas ta-
citement ratil le travail du Co-
mit Fdrt if lorsqu'elle pro-
cda l'lection de M. Stnio
Vinceat la Premire Magistra-
ture de l'Etat, aprs les quatre
tonra 4e serotins prvua par
l'article 44 de cette Cons'itulien
dont on voudrait, avec tant de
taataiaie, nier aujourd'hui l'exis
tenee. |
Il est pour le moins tonnant
qu'on n'ait pas saisi tout do suite
la pense qui a anim le Prsi-
dent del Rpublique dans son
projet de rvision constitution
Belle. Elle est pourtant claire.
C'est un hommage an Corps L-
gislatif dont les prrogatives,
avec le vote de cette loi, et sa
ratification populaire au 10 jan-
vier 1932, seront tendues
les que prconisait la Cons
titntion de 1889 La pense du
Prsident de la Rpublique, il
l'a d'ailleurs purement exprime
dans son Message au Corps L-
gislatif dont il ne serait pas inu
tile de pntrer le sens vrai :
L'exprience a dmontr que
les prescriptions constitution-
nelles actuelles relatives cette
rvision ne cadraient ni avec
nos moeurs et nos traditions po-
litiques, ai avec l'tat intellec-
tuel de l'ensemble do notre corps
lectoral. ~~1 J ~*f
Dans ces conditions, au lieu
de soumettre aux assembles
primaires, leur prochaine ru-
nion Biennale, des amendements
dont l'importance et les cons-
quences peuvent chapper au
plus grand ombre des lec-
teur, nouscioyons qu'il serait
prlrable de demander au peu-
ple de dcidt que le soin de
modifier ou de supprimer etr-
tains articles de la Constitution
soit dsormais laiss aux seuls
mandataires de la Nation, ru-
nis en Assemble Nationale.
Moite donc cette anomalie
qni voulait que fut ratifi par
le peuple un vole dj donn
par ses mandataires, comme si
dans les graves questions de la
solution desquelles dpend le
sort mme de la Patrie, ie peu-
ple prouvait le besoin de con-
trler ceux qui il a dlgu
ses pouvoirs. L'instrument est
done mis en voie de perfection
par le Prsident de la Rpubli-
que. On pourra dsormais s'en
servir, et de part et d'autre, avec
plus daisance. En pleine cons-
cience.
Aprs la restauration du Corps
I gislaiif, la suite d'un accord
intervenu entre les Amricains
et nous, le Prsident Vincent a
jug ncessaire, pour la totale
dignit de ce Corps, de lui r-
lit BOT une de ces plus belles
prrogativee, celle de rviser,
dans des condi ions dtermi-
ne, aolre l'ace fondamental,
sans avoir en appeler ensuite
l'inconscience des foules, '/est
une importante amlioration ap-
porte notre rouage politique.
Un hommage de lExccu'.it au
Lgislatif. Et il serait injure
quoa lardt davantage lesi-
gnaler.
Lok Lallac.
Le Bureau du Snat n'a
jamais eu aucun entretien
ni officiel ni officieux
avec Mr THOBY.

bne Lettre du
Prsident Marlinean

Port ou.PriDce, le 5 Mai 1931,
Mr le Directeur du Matim'
En son Bureau.
Monsieur le Directeur,
Je viens de lire, dans l'di-
tion de votre intressant Jour-
nal du 4, No 7272, l'entrefilet
suivant:^
Nous publions avec plai-
t sir la lettre que le Prsident
c da Snat de la Rpublique,
( Mr Fouchard Martiueau, a
c adresse au Prsident de la
C Rpublique relativement au
r conflit jui avait divis l'Ex-
tcutif et le Lgislatif. Cette
t lettre transmet au Prsident
de la Rpublique le Memo-I
randum par lequel le Snat, I
d'accord avec Mr Thoby, I
a fixait le protocole de la re-
prise des relations.
Je tiens rectifier que le
Bureau du Snat n'a jamais
eu aucun entretien ni ofTicieI
ni officieux avec Mr Thoby,
entretien qui d'ailleurs n'a
t recherch ni d'une pat ni
de l'autre.
L vrit est que :
Le Samedi 25 Avril, 7 hrs.
du soir, ce que l'on m'a dit
chez noi, en mon absence,un
Message caractre plutt
priv tait dpos chez moi
ainsi conu :
t'ort au-Prince,Ie 25Avril 1931
A M. te Prsident du Snat
de la Hpubliqne
Monsieur le Prsident,
J'ai l'honneur de vous in-
former que |'ai une commu-
nication importante faire
aux Bureaux du Snat de la
Rpublique et de la Chambre
des Dputs.
(1 me serait particulire-
ment agrable de recevoir
cette fin le Bureau du Snat
lundi prochain, 27 Avril no- d'ordre absolument priv, les
rant, vers les neuf heures du deux Bt sans M retirrent,
matin.
tmoi disai }*v >e Prsident
Je saisis avec plaisir cette'que je aorltiaii '^ lendemain
occurence pour vous renou-
veler, Monsieur le Prsident,
les assurances de ma trs
haute considration.
(Signtl Stnio VINCENT
Lejjlendemain dimanche, je
faisais prier Mr Deje.ni, chef
de Bureau aux Archives du
Snat, mon voisin, de venir
Chez moi s il le pou ail. Un
moment actes, je lui dictais
pendant qu'il dactylograj niai:
le Message suivant :
Port-au-Prince, 2<> Av.il 1931
A \tr le Prsident de la
Rpublique
palais Natio tal.
Monsieur le Prsident,
J'ai l'honneur de Vous ac-
cuser rception de v'olre Mes
sage du 25 courant par lequel
Vous voulez bien m'informer
qu'ayant une communication
importante tan c aux Bu-
reaux du Snat et Je la
Chambre des Dputs,il Vous
serait particulirement agra-
ble de recevoir cette fin le
Bureau du Snat demain, 27,
vers les neuf heures du matin.
C'est avec plaisir que je me
ferai le devoir de rpondit) j ttooal un coup de tlphone
avec mes Collgues a Votre Lie la part de Mr le Prsident
aimable atlente tout eu sai-
la question au Snat : Je me
trouvais dans la litoatiOD
d'un eonciliateur.le Prsident,
dans celle d un Arbitre.
Ayant plus tard, le moine
lundi, trouv une majorit an
Snat, je fil part m tout
mes Collgues et des propo-
sitions furent tuiles dont la
dernire f u t unanimement
adopte; et, sur ma demande,
rdige sous la tonne morandum que vous avez
publi.
U.ie entrevue lut alors sol
licite de Mr le Presi teut de
la Rpublique q 0 I fixa
3 1/2 heures de I aprs-midi
du mme jour la rception
des deux Bureaux.
A l'heure dite, tu compa-
gnie des mmes Loi lgues, je
lisais au Prsident le Mmo-
randum en question; Celui-ci
y agra et me demanda s'il
pouvait en prendre copie. Moi
de Lui rpondre: Vous pou-
vez legnrder. Mr Le Prsident;
puis nous primes cong, ac-
compagns jusqu' l'escalier
par Celui qui venait de nous
recevoir.
Le lendemain, peine arri-
v chiz moi revenant du Se
Dit, je recevais du Palais Na-
lissantcette occatioo d Vous
renouveler, Mr le P s'dent,
les assurances de in i haute
considration.
(Sign) P. MARTINI:.AU.
Le lundi matin, je me ren-
dais au rendez vous avec les
deux Secrtaires du Snat et
le Bureau de la ( hambre des
Dputs qui avait bien gra-
eieiisemeul rpoudu ma de
mande.
Mr le Prsident fit appel
notre esprit de conciliatiou,
l'entente qui doit exister
entre les deux Pouvoirs n-
cessaire la bonne marche
de ngociations en cours, etc.,
je demandai Monsieur le
Prsident de bien vouloir me
dire sur quelle base il propo-
sait cette entente. A quoi le
Prsident me rpondit Mais
ie Sual crirait une lettre
Mr Thoby. ..et moi de r: on-
dre: Eu cas que le Suat n'ac-
cepte pas de faire cette d
marche, ne poi rrait-on pas
proposer que ce soit Mr Th sby
q c i crive . L-lessus, au
cours de la conversation sur-
girent bien d'autres consid-
rations qu'il est iuuiile de
transcrire ici, lesquelles sout
L'Idca! Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
Sou extrayons eu Nsw
York Times du 4 Avril l-
dittirial suivant :
Hati
anxieuse

le la Rpublique me deman-
dant si je pourrais me p:-
seuter dans l'aprs-midi 4
heures avec les deux Bureaux.
A quatre heures prcises,
nous gravissions l'escalier du
Palais, et presque immdiate-
ment le Prsident nous reut.
Celait pour, d'abord, nous
remercier chaleureusement de
noire bonne voloule, tant de
la ntre que de celle du S-
n it, nous dire que le Ministre
I Thoby avait certaine crainte
dt se prsenter. Sur quoi je
Lui donnai toute assurance
qu'il ne pourrait se produire
quoi que ce fut d'i U tempes-
tif. U me demanda quand
mme de bien vouloir Lui
coulirmer le Meraoraudum
par crit; ce quoi, lui dis-je,
je ne voyais aucun inconv-
nient. Nouveaux remercie-
ments absolument cordiaux.
Voil, Monsieur le Direc-
teur, l'exacte vrit. Un point,
c'est tout.
Avec mes remerciments an
ticips pour la publication de
ce Communiqu, veuillez
agrer, Mr le Directeur, mes
bien cordiales salutations.
Le Prsident du Snat,
F. M\KT1NE\U.
ChangementAdresse^
Lo^soussign a l'honuour d'informer lo public on gnral
et sa"bienveillante clientle^en particulier que, pour cause
d'agrandissements, le Dpt du
Rhum Champion
sera transfr partir du 15 mai prochain, dans la halle
contigue an Haylian Tourist Bureau, rue du Magasin d*
l'Etat.
Porl-au-Prinee, le 7 mai 19X1
M. FONTAINE
o
Avec la lgislature hatienne
maintenant en MBtioa il y a
Us rapports de Porl-au-l'rinre
du mcontentement prouv
dans le mouvement qui se tait
pour remplir les services do
Gouvernement par des indig-
nes.
Le Prsident Vincent a t
un critiqua de l'occupation am-
ricaine avant sou lection.Ce tut
la raison pour laquelle il lut ap-
puy dans l'urne. Une large ma-
|oi ne des candidate ayant triora-
pu a la Lgislature lui oppose
*u maintien de l'occupation. Le
Prsident de la Chambre des
Drats est un nationaliste d
lei min el avant que la LgislatU
ro se rnnit au (i avril il requit
dans une lettre ouverte au Pr-
sident Vincent que le la' il des
douanes de lt)2(i lut revis
pour prohiber l'importation
des marchandises l'usage du
gouvernement, l'exception de
celles qui ne sont pas pioduiles
dans le pays. Une lgislation
contre les importateurs tran-
ger* fut prconise dans une
ptition au Prsident par dei
commeic. mis indignes. Le
mouvement anti-tranger >. a
dit une dpche d- PoH-Stt-
hrince du 1 avril sans doute
rsultera dans le vote par la
lgislature de nombreuses lois
et recommandations pour d-
courager l'immigration.
Mr Crnesl Chauve!, diteur
du "Nouvelliste1 maintenant a
N w Yoik.se plaint que malgr
que le Prsident Vincent de bon
oe heure, on dcembre,euI pr-
senlun plan complet, dfinitif,
di l'hailianisation o: donne des
divers servicesrorganisation
qui fut requise par la Com-
mission Forbes, les Etats-Unis
ont i lents excuter l'enga-
gement qui leur est attribue...
Une de ses provisions est le
tianslert du commandement de
la gendaimerie des officiers
indignes vers 1933. Bile lirait
en dernier ressort de l'actuel
couseiller financier seulement
un administrateur du paiement
de la dette hatienne. Les Ha-
tiens remplaceraient graduelle-
ment les Amricains ('.ans ht
service public.
Le plan, dit Mr t'.hauvel, n'a
pas t jusqu'ici, accept par
les Amricains, et au lieu de
cela, nous avons presque cha-
que jour des ngociations sans
lsultat.
Le griel principal a trait au
Service Technique et est dirig
contre Cari Colvin, sous cbel
que les Etals Unis voudraient
voir nommer sa tte. Il lut
regard comme trs capable oar
le Haut commissaire RusseM.
Le Praident ne lient pas taire
la nomination. Mr C hauvet
pense que les tudiants se met-
traient encore en grve si le
Gouvernement de Washington
insistait sur ce point. Sans
doute, le chmage et la p8C
vret en Haili sont des facteurs
qui causent de l'anxit. La si-
tuation devii tre rgle avec
la diplomatie qui est la carac-
tristique du ministre amri-
cain Dana Munro.
Confrence
! es pupilles deSaiin-Anloiiie
ont dcide de reprendre la srie
j de leurs confrences. La pre-
| mire de cette seconde srie se
. fera dimanche 10 de ce mois,
' 10 heures du matin, auLluh-
' Union, par M. Daniel lliard.
; Sujet : La psyclioloyic fml*
mne.
Caf-Htel
Side Sttep Inn.
Grant: F. H. I. ULLOA
Rue du Magasin de l'Eta 1,1626,
\ Tous les soirs Radio ooncert.
Consommations de 1er choix
Lnglish Spoken, Spauish
French.

... voit que les potes dont on
a dit les vers, la mmorable
soire de Madame Jacqueline
\\ ienei-S Iveni. sont vritable-
ment ei'clnn'.. L'un d'eux di-
sait \\n de nos rdacteurs:
Je me suis demand, lors-
que Madame Si liera disait mas
ver*, tellement ils me poruis-
saitnt beaux en passant par sa
voix, si vrai m ni c'tait moi qui
U s avait crits.
Voici les noms de c reui : K'zer Vilairo, Lue Gn-
mard, t.;h irles Moravia. Ja?ques
Roumain, Lon haleau. Damo-
c's Vieux. Kmile Roumer, Du-
lacin Vaval. LoU s lleury l)u-
raud, Andr lia teaud.
*
... voit qns la campagne lec-
torale a commenc. Des stndi*
datares s'annoncent, lollea la
dpbtation, telles la eeininu-
ne. Les jours ne son pas loin-
tains o recommencera la d-
bauche d'alcool et d'argent
d'o les candidats, vainqueurs
ou vaincus, sortent moins bien
qu'avant.
*
... a va avec plaisir noire con-
frra La Presses approuver
notre suggestian d'introduire ici
le systme pratiqu dans les
pays civiliss duscar'us d'en-
tre au palais lgislatif pour
pouvoir assister aux sances de
l'une et l'antre rhambret. Notre
(O frre jug 1res justement
q ie le dsordi e clui I (pie pro
t me dans nos assembles la
mauvaise tenue de la plupait
de ceux qui y vont ne poBVS't
pas continuer.


... voit (pie la Chambre de
Dputs b'osI donn des rfgli
ments qui ont, ontrautros d-
tails intressants, coasse r les
innovations de sonouprsident.
N a pas vu ces innovations qu'on
n'a pas montres et qu'il sera
peut eue difficile de Hier dans
te fouillis des textes.
*

... vod que la Lotarie Natio-
nale tait des heureux. Cluqett
fois que le tirage se tait, qul
ques personnes,et pas des moins
mritantes, attrapent'quelques
centaines ou quelques milliers
de gourdes qui sont toujours 1rs
bien venues. S'en rjouit avec
les gagnants.
#
... a vu des lettres veaoes de
la province o l'on sa laiaeut*
sur I tat dplorable des routes.
Verrait avec satislactioa Us tra-
vaux publies tourner leur acti-
vit vers les dpartements qui
sont en passw d'tre isols de lu
Capitale, faute de bonnes roules.
I
Propos
humides
o
On rucoate qu' UDt raaatfl san-
( sl0imrll du Snat, le granit
rorpi %'tait transport pour la cir-
ronslanco au louai plat vaste de la
Chambre des dputs, lequel sait
mieux cette premire-premire ;
le. l'iekidenl Martiueau ne satait o
donner de la tte pour olitenir la
i :.> tenue des (tenait. Ce n'tait
pas que les snatears eussent perdu
la sagesse. Non* Us taient eorreets,
les Pre. Mais il y arait le publie.
S'est dire les oisifs qui forment l'aa-
ditoire habituel de nos assemble.
Ce jour-l, Ha taient plut dchan
qaeiamaia. Il y a un degr de la b-
tise bamaine... Bief.
Si l'honorable prsident Martineau
avait pens, il aurait us d'un nio-
vt n qui eut donn aussitt la paix au
Snat. De faire annoncer il:ini la fou-
it- nnon servait eralia la Cuinaude
, ,, uni M SAtVTHBCACHE! D'OK.
la eul fait illiro vider les lieux d'au-
i |ue toute les gorges sa SOI liaient.
o,; avait ta"' ri :
Apurez-vous contre aceideat
4 la e General Arcir'ent Vrr ft
Lile AaUMiuice orporatioi. Li-
rai'ed Vve F. BwsaipphaB,,
A

PAGE 2


I E MAHN- Mai 1981
W
Briques La Baudi y Briques; L'AFFAIRE I Colombian
BUTLER Sleamship
Company lac.
0
La Manufacture de Brique prend plaisll d'aviser Mes
sieur^les Ingnieurs, Architectes et propritaire, qu'eu vue
de leur faciliter la construction ? Briques L Jiaudry ,
nous avons rduit nos prix partir d'aujourd'hui com-
me suit :
Grosses Briques 2 i1/4 or10
Petites Briques 7/8 '
A part lesBriqut Iiuairea,tt0lf avisons noire clientle
que nous mauulaeturons toujoan 6 quel i tel de
Briques de dcoration L Bau lry Or 1,60 le cent.
Briques devantes MLa Bandry Or 1,40 le cent.
Jamais les Briques n'ont t aussi bon march qu'au-
jourd'kui et sans aucune conteste. Les Briques "La Baudry"
sont le matriel de construction le meilleur mircW eu ra
me temps que le plus solide.
En vente en notre dpt a l-ort-au-l*rinc?,oii sur demandes. ,
expdies tous les points de la Rpublique, soit en tout Marins Corps Jwi'
mi'iimii iliHt s'adresser ITnvotr
d'Hati |miiii- il h c rSOISt a limier.
o
Le Irtticamicale- du Secrlaireolirr
une oppoi-luiiilc d'expliquer
la laeaea sur le ruerai.
o -
par voilier.
Manufacture de Briques, S. A., "LA BAUDRY'*
Washington, 27 avril. En
i.-i-.au. taire un pas (ta plu u
dernier incident international
o se trouva en cause le major
Butler, du
Corps (!.' Etals.Unis,
L. Stimaon, Secrtaire
a projet au]ourdhai
htm promu plaisir rt I non aux intrigues trangres.
produire les logieuses apur-1A ete dtl atrocit. commi
dations suivante de la lient 1 et par Daesalines et par Sou-
tirerai de llroil international pu- louque, loyalement meutisn
lie et de la KeTiie d* rtaieri^ii
Latine sur le dernier ouvrage
de notre ami toe Abei A L ger:
I
histoire diplomatique d'Hati,
par A bel-Nicolas Lger. I Vol. ||c tome 11. M. Lger nous par
n es par l'auteur, combien
semble ple l'actioa diplme-
ti'iue de la IVanet ou de
l'Etpagne lointaines, mme
lorsque des menaces^'accoin-
pagoent. Mail cet laits appar-
tieunent au pusse, attendons
e91930 ivante et pleine!Patri W [0 "**.**
fnons a entretenus juaquici,
ce ai de l'emprise noid-smri
c.Tiie;nul doute qu'il nedonne
alors libre cours sa lgitime
indignation.
Louis BAUDIN
328 pagM
TtI-qu trince
Relation vi
d'enseignements de l'histoire
d'Hati. On y voit, ds le i\r-
but, la rcente indpendance
de la Rpublique noire en
kutte successivement I soi!i
citude particulire de la
Grande-Brelagae, puis celU
qui ne l'est pas moins des
'als-Uuis, tandis q e la
France s'vertue vouloir ^
rtablir son autorit dans l'an
cienne colonie. L'expos d
ces vnements conduit l'a
teur jusqu' la priode d<
1818-1813, priode de pacica
tiou du pays, d'incorporation
de 1 lt arrach aux Espa-
gnols, de rec mu tiss o e par
l'ordonnance de Charles X de
l'indpend in :e li iltienne ( 11
avril 182 > l, dans dr* i co
lions qui, dj lourdes ;i I a
mour-propre du jeune t'.1 M
( p. 142-11)) 'i vaienl s'i
ver de toute I h nei un I
liera d'un nouveau danger,
Ple-I*Ile.
n
au
o -
ne sance
au Snat
-o
Ce lut une bien belle sance
q le celle qui se i ni an Snat
le jeudi .'M avril 1931. Tous les
[Snateurs taieal prsents et
r. i (iloire dbordant.
Lee cinq Secrtaires d'Etat se
trouvai ni BU bine de l'Kxcu-
mise a l'ecarl pa la volon i " ',"",1 :i;>"x S?n.enel
" ... . ,, les tutres pour assister leurs
de Washiimon Longn
de Panama(\\ 146*152) Le'j Le Secrtaire d'Etat des Rets
chspitre X nous trausporte en j |jon ^Extrieures tait appel
pleine difficult eutrs la R le Snateur Hudicourt et le
i:
publique et l'ancienne me e
itrie qui svail h ibile m
l la reconnaiss ince d'iod -
peiidance, l indemnit et Uue
con ention commerciale'
Le trait piutiq ie du 12 !
frier )HSH devait sceller la
rconciliation d i deux peu-
ples. Il y eut p'us de tirail-
lement po r la signature du
trait Qoaccier. Tout se ter-
mina par la rception, aux
Tuileries, le i) juin, des envo
ys hatiens en vue de l'chan'
ge des ratifications.
Puis vint, avec l're des
5rsident es phmres(ch pitre
LUI), celle des preuves du
ct de Saint-Domingue, la
rvolte, la campagne militaire
et la sparation s panouissant
dans la reconnaissance par
la France, le 22 octobre 1848,
et la chute de l'Empire.M t.
Il
histoirediphmatiqm tliaiti,
par Abel Nicolas Legr,lnme 1
(Port-au-Prince,1930 )Ce livre,
clairet document, voque nn
demi-sicle de l'hiatoiie d'Ha
ti. Il est d'une lectuie attris-
tante, car il constitue un
vritable rquisitoire contre
l'Europe, et en particulier
contre la France. Les Hatiens
ont-ils su cependant si bien se
gouverner eux-mmes ? La
Rpublique de S; Domingue
est la preuve vivante des
XCs ou ils ont commis, car
elle doit sa naissance !a r-
volte d'un peuple exaspr et
; Seci i e d'Etat des rinanci
I et des I >v us Publics par le S
i il ar X sphyrin.
Cette sance, tort
cause, aaaa donte, de ri iciden
(jn1 eu! lien ntre le Se lai et
l Excutif, .lu a plm de trois
bates.
Ipri le amples renteigne-
menti fournis par les honora-
bles Sicitaiies d'Kal \l. Pau-
lua Sannoa et IVrceval Tho-
by. les deux Snateurs qui les
avaient sollicits se dclarrent
aalistails.
Cependant, le Snateur Pa ul-
tra ne le lut pas et il Ib.t
le dire^ li monta la tribune et
dclara nettement qu'il tait
contre la Politique Extrieure
du gouvernement. Pourquoi ?
Parce que, prtend le Snateur
de l'Artibonite, le gouverne-
ment amrieain nous attendait
au osalon pour entendre nos
revendications et nous nous
sommes prsents la cuisine
(sic).
Le Seci taire d Etat lias Rela-
tions Extrieures voulut s'en
formaliser ; mais l'honorable
Prsident du Snat, avec un
sai ;-froid e reptile, dclara
qu'il n'y voyait qu'une sim-
ple mtaphore.
Pour ma part, je ne suis d'aa-
ord ni avec, l'un ni avec l'au-
<< El |: pene, puisqua les
Hatiens crvent de faim du
lad de l'occupation amricaine
que i l n ii'nii est toi t l>ien choi-
si pour rgler nos aflaires.
L) ailleurs, peu importe le
lieu o se lent les ngociations.
^e qu il est bon de dire c'est que
notre Pays est en de trs bon-
nes mains, je vous en demie
Lia parole.
HUDV.
Henry
d'Etat,
d'adrasser une lettre a Dants
Bellegarde, Ministre Hatien aux
Liais-Unis, pour Ini demander
d'expliquer tea abusions qu'on
lui attribue concernent l'exploit
du Gnral en capturant un tort
en Hati.
La lettre sera de nature mi
eue el probablement ne rsul-
tera eu aucune action de de-
maader au gouvernement ha-
tien le rap >*d de son M nistre.
Eue apportera, espere-t-on,
llrBellegarde l'occasion de faire
officiellement une explication
dis citations lui attribues.
Dans une dclaration faite
la p c s samedi dirnier, le
Ministre a dit qu'il naposi
ci! exactement dans l'article de
journal qui souleva le ressenti-
meut d-i g ;,iral IJjtler.
Le Ministre a expl que qu'il
ii'.-rliMiil.nl pas dire plus qu'il
n'avait jamais appris la locatiou
! du lorl que le gnral avait cap-
tur, exploit qui lui valui la m-
daille d'honneur du Congres.
Lus inexactitudes, dans l'inter-
view, a dit le Ministre, ont t
(tues au tait qu'il pal le peu l'an-
glais et que la reporter ne par-
isit pas le franais.
Le Secrtaire Stimson a la
i aujourd'hui la lettre que Charles
\ Francis Adains, secrtaire de la
Marine, lui a crite aprs avoir
reu la plainte du Gnral Hu-
iler contre le Mniistie. La lettre
n'a pas t rendue publique. Mr
Stimson a dclar, cependant,
qu'il n'avait pas de rioub' que le
fort existt et que le gnral
3a(ler avan gagn sa mdaille
e' s'tait sondait ares une bra-
voure excessive dans sel te c-
lioo. il a dit qu'il n'avait paa lu
l'explication un Ministre dans
la pi
vVill Roger?, humoriste, tait
la co dreuce de la presse ?u-
|ourd'hui ..u Dparlement d'Etat
at ri iiii son mol pour Bppu-
jer le gnral Hutler. La lo-
c.liou tu toi lui avait t dai
M sur-
i----.-... UJllUU nu iu i lui u.imci
[ ^ i." dans I air tandis qu'
Btiendo { ,a dl. j||ti a-t-ildit.
(Me York Herarld )
f~~ *T
m *.*^Ffpr^r* "~*t> \
Uentionl..
HAITIANA annonce pour di-
manche un film chatoyant com-
me un manteau de cour.
L's eil plus belles
etjtiseUsf dllaii
Dans la prparation des
ouatre pages que. Le Monde
Colonial Illustr k de Paria
doit puolier bientt sur Hati,
tir-Lac Dorsainville a prvu
un concours de beaut entre
les plus belles demoiselles du
pi'ys.Uue noire ou brune et une
multresse ou'quarteronne se -
ront choisies par un comit
de dames defnotre socit.
Ce comitrj recieillera les
votes en hii jour tonn et
proclamera les lues qui rece
front poar prix la reproduc
tiou en grand de leur photo-
graphie dans Le Monde Colo-
nial Illustre.
;,' Nous donnerons les noms
des dames choisies pour for-
mel le Comit,ds que M.Dor
siuville aura l'approbation
de celles dont il dsire solli-
citer le concours bienveillaut.
Les candidates (probables
peuvent d'ores et dj se pr-
parer a se faire connatre.
Le steamer i Bolivar parti
de New-York le 2 mai cou-
rant est attendu ici le samedi
9, via Cip Hatien et Port de
Paix.Il repartira le mme jour
pour les ports de la Colombie
et Cristobal 0. Z.
Nos manifestes reus par
avion prcdent l'nrrivt de
nos navires de trois quatre
jours et sont la disposition
des chargeurs dlies premiers
jours de la semaine.
Colombian SUamihip Co lue
QEBARA ^Co, Agents.
)
CL SOIR
A la demande gnralej
Chanes Brises
Entre : 1 gouide.
DEMAIN, SOIRE DES DAME!
Rose de Nice

.Avec le Camav A de Nice rt la Fle des Fleurs.
Entre : 0,50.
Vo il aurai atsi li plaisir d'aa snditiod ri liophon;qu* rado-
diffuse par le (arage. Kneer.
- Toute dame accomp ig i-^e J ui cavalisr entrera gratis.
^w-m.,*-a* ...-#.. m . r. *****

*>.-
AVIS D DIv'AH1'
Les dpches pour few-
York e' l'Europe ( Via New
Tord direct) par If steamer
Astia seront fermes le
vendredi 8 du courant.
Port au Prince,le 8 Mai 1991
Attention!!!
Avec la nouvelle Loi sur le
Commerce, tous les commer
a Qta seront obligs d' voir une
comptabilit rgulirement te-
nue et en franais.
Jcan MAGL01RE,
frunplable
Diplm^de l'Kucle Pigier
oe Pniis,
Offre ses services pour Ions
travaux et leons particuli-
res de Comptabilit.
Tlphone .Vil et 3242.
*.
Allez
La Coquette
Salon de coiffure de M. Sa-
muel Pereira d'o l'on sort tou
jours satisfait.
Tlphone: 2544. Anglees
ruesSt.2HoQor et Rpuklicaiae.
A La CoQUBTTE sont annex
un Bar et un Restaurant orga-
niss de ficon donner 'oute
salisfaetion lu clien'le.
Ml,le Lissade,
couLuriOra
A I honneur d'ofl'ir A s i cl e -
ti et autres un riche choix le
luaus de oie, voile, e'c, e'<",
fournitures pour robes el autres
tissu de tou'* Leaul. Des tons
de modo arrives par les ternie s
franais.
Bois-Verna, ruelle Jrmi .
A vendre
Mobilie; complet, co issla ni
en sa Le Je reeption, salle
manger, meubles de galerie
en osier, balanoire en terei
sommier, Frigidaire, automo-
bile, etc.
S'adresser chez le Lieu tenant
G. C THOMAS. L'SM ;
Bellevue c e de Aladsen.en
lace de VIme Nord Jn Joseph.
Tlphone 111:i M c.-
Il il
o
*f S i i MI
fciii&ijill'gi
CF. SOIB
Le grand le'ear Emil Jsnrings di ns :
Othello
Entre : 8,10; Balee-u : 1,00.
DKMAIN SOIR
Un j;rand al h -nu film :|
Peau de Pche
Scnes de la vie cruelle r.vec Je-*n Forest.
Esire : LOI); B?li on : 2 00.
Fabrique hatienne
de Chapeaux
Marcelin Mariniez & Co
L'INDIGNE
Grand'Rue No 20 '4.
" *** 'n
.
4*
. **..^
\
i&fr^
'.'.' -I
..->.
Chapeaux varis pour hommes, femme et en fauts'-labr
lues iKir des maisons hatiennes el avec, de la paille du
pays.
Faites une vis'te a t L'Indigne.
Se Digre Facilement
QE n'est paa la quantit ti'Lwfa
cir foie de morue que voM
prenez sinon la quantit qa
vous digrez efficacement qui
ompte. L'Emulsification rrjnsl
l'huile de foie de morue plus
aisment digestible.
If
ion Scott
r r
est de l'huile de foie de morue
emulsionn* si parfaitement que
des millions de personnes l'em-
ploient et reconnaissent que c'est
la manire la plus agrable et
efficace d'obtenir les bienfaits de
l'huile de foie de morue.
Quand vous prenez de l'huile
de foie de morue, assurez-
vous qu'elle soit mul-
sionneeque ce soit de
VEMULSION SCOTT.
{ Pendant tout le mois d'avril et l'occasion do
? leurtranstevt dans leurs nouveaux magasins
Boulos. Aboudi & C j
Rues Courbe et du Magasin de l'Etat.
( Ancienne halle Revest >
ORGANISENT UNE GRANDE VENTE RCLAME
A DES PRIX DFUNT TOUTE CONCURRENCE.
Pour marquer l'inauguration de nos nouveaux locaux et an
d'aider ies familles lutter contre !a crise, nous avons r-
duit sensiblement lea piixde tous nos articles et vous invi-
tons cordialement venir visiter nos n mvenux cotnpteirs
o vous trouverez tout ce dont vous.'.pouvez avoir besoin
en fait de : tissus de coton.Toiles fines, tope de chine.Bas,
Chaussettes.Broderies, Dentelles, ele, et o le meilleur accueil
vous sera rserv.
Des prix exceptionnels de gros seront consentis aux coin*
luerenis ainsi qu'a ix marchandes de la province.
Ne manquez pas celte mise en vente sensationnelle qui ne
durera que quelques jours seulement.
BOULOS, ABOUDI & Co
Spcialistes eu tissus.
Les magasins les plus spacieux, les plus modernes, les mieux
assortis, et vendant le meilleur march de Port au Prince. '
*
t)nt la renomme est oaiversell I guid sa pi.mure p;ace
Demandez parfont :
UN BARBANCOUR
Dpt :Rue des Csars


LE MATIN "' Mai 19111
Pa;e-3
*W.....ii"|i q 'fg"1
: Company
A l'honneur d'annoncer sa charmante Clientle au a partir du 1er Mai et en vue
de lui donner pleine el entire satisfaciion, l Direction a pris la dcision de trans-
frer le Dpartement Victor de l'anale de* rues Dants Destouches etdc 1'aalit son
magasin nrineinal situ au coin de la rue du Centre et de la rue Dants Destouches.
THE WEST INDIES TRADING COMPANY profite de l'occasion pour remercier
ses aimables clients du concours qu'ils n'ont jamais cess de lui accorder et leur
Garanti! de trouver du personnel la mme amabi'il et la mme courtoisie.
Foil-au-Prince, le 30 Avril 1931.
% "" **> ^*B , <..v>v,^.tww v*-.,,H^ jm*s
*rtf^WV.K.*miK-JWW.V.-lt*m VU*****- WW|taflWWBWWlMWll|ia|BBW|1|t- gBWIjgiBi^gppHWlIWMBMIM
MM
y ij &t
s
/ C
CAHET OR CACHET ROUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpt en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fuis, en caisses, en bouteilles et emporter
-. ,B1.I il
Loterie Nationale dhaiti
TROISIME TIRAGE DU 7 JUIN 1931
Rpartition des ;.ois
ilOIll! LE.Ll.lf*
t DPOSITAIRE
I
1 gros lot fie
1 <." 1 gros loi de
1 loi de
2 loti de urdea 500
U) * 100
80 0
50 lots de Gdes 40
8D 30
Gourdes 2i,000,U
O.OOt.OO
2 000,00
l.OtO.OO
1,000.00
.oeo.oo
4.000.00
2.000.00
2,400,00
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
ci de la Rue Traversiez
OU VERTU REv le 2 Fvrier 1931
.--*- mmm psiaaTalaaaaaa*aBaaMse^MlBaaaaB^
4 8P| roi. du tr {nos lot allous aux
2 N- anti ieors et post, ieurs G.250,00 G. 1 000,00
\ apwox. du 2e groi lot allous sus
2 No* solrieurs et postrieurs G.150,00 G. 600 00
4 apnrox, du 3e gioi lot allous aux 2 Nos
antrieurs et postrieurs'G 50,00 200.00
Ton' Dumro se terminant par les 2
derniers cbifires du premier g'oa
lot Gourdes20,00 r..;i,t;oo.()0
Toi : di n i o s- le minai t par les 2
derniers chiflres du 2e gro
Gourdes 15,00 G.1,200,00
53 /" lois
*-T^5
; art;
Votre premire visite
COMMENT
RAJEUNIR ?
Lti travaux de nombreux mdecins
franais et trangers entrepris depuis la
communication mmorable de llHOWN-
SKyUAUO sur la possibilit de rajeunir
l'tre humain par I absorption de glandes
fraches d'animaux, ont conduit cetta
conclusion maintes fois vCrile, qu'il eit
maintenant possible, suit avoir recours
aux procds opratoires (Steinach,
Voronoff). de restituer l'organisme,
chez l'homme nomme chez la femme,
son nergie et sa vigueur perdues la
suite de maladies, de fatigue physique
ou crbrale, de viaillesse prmature,
et d effacer les stigmates de cette d-
chance prcoce.
Brochure gratuite et Vente :
F, SJOURN. W. BtJCH. Vort-au-Prinet
et dans toute* les bonnes pharmacies.
LE "GLANDOPHILE"
Siu/t distribuHurt : A. THOMAS & C'
15, Rue Martel, PARIS
fllllllltllllllllllllllllllllll|IHIIII!!!!|||||||U||iJUU|||||||||||!
Annn.e . : s
61 C3
ES ' istT.t
'ij '-' ' '

U plus puiisartl
TONIQUE
Reconstituant
r^saPq Maison FRRE
[(!!):_;;<$ ' r. Jcob, Paris
Un sauon supneur
L'i e pte (.Once, ooclueuse,
Qui convient la peau dlicate.
Usa femmes el des bbs
.est Savon de SU hr* de IKiiUmi h su*
Essayas le | oui tous rendre compte:
lui vente Port au Prince chez:
A. lOI/lh, fission P.MAHTIN.Iaul.R.AL'XILA.
* l 1 ha marie BUCH,
Petit-<5cve;cber 5avinien MARTIN.
| <, >: i <\ *
v< i k..
.fat Hkl
A
il

Nous donnera raison, coiniiiin votre bon iugemaal I
justifiera h contianee que vous rvus aura* ereords en
nous garantissent votre apprciable patronage i Htel la
pus saleet de; l'oi t-aul'i inee.
Nous vous suggrons d'arrter votre cha mbra l'amit
Bire la pression.
HtU-M
1 '
iv,*fl
AM

e
PASTILLES '
Ml RATON
. ull rnurcl* d. CMATtL OUVO.^
Avis
en daux n-.olt
PILULES ORIENTALES
' les seules qui dveloppent, ra -
termisseni, rf>consrituent i' i
seins, effacent les saillies osseu-
ses des paules el donnent i i
buste un gracicui embonpoii t
BitnfaltanUs pour la tant .
pprouvtts parit cUlHtt midicat 1
. i. *kT}i P-".45.R. aVVEcyeoar.PAU
Wl .iPcri rti-Printr Pi." A(.lltiniN,
at in-w B'-itt.j pliarnjukiea
I
^;
jS8t*

^ -. ^..
u^vw.-k-'^.^^e^^.. a -. :~*m
I
. i rc^m
Entrltnj
Aiqreur
Br6ture*
Vomlaaamaata
lestlone
Foie Intestin
LNFOBCEZ-YOBS BICH CECI OSHS I TTE
Madame D- H. OABKIIL
$ft Itaame de 1re Claasa
Laurafa de l alaltruit
d- t'aris.
Diplme de la Facult de
Mdecine de Paris, do retour.^
i ort an-Prim -, reprendifl
l'exercice desa proicssloo.
Bile se lient char Madame
Frdric lAETJlUfS, Pn J
de Chose, vis vis de Mr. j 5
Looce Qualo. | B
! -.;
: s
i*
our digrer facilement n'reniiorio quel
-.:', p r viter 1 lourdour. I oi>-
irer-io'i aprl learop.is, n> a t i;iser 1 "-
"llt toiuucale, supprimer les iiiR-'ir.es
uo aux mauvaise digestions, disin-
.aou-r l'iotaattn, Il uft ') nrBfl *
POulDNE.i DS COCK ^
Labartf.zie* Ht Pi UORE3 Cr OOi *b*tt (Trmh
VBN ': D '
Ihunies&rveau
Sou la ds avec
des Vapeurs
L'inhalation des
vapeurs le rend
plus supportable,
r.cuver.t '.'.-.mliore.
li i i m ... I .
Toute?: les Polices
OE LA
comprennent 1 Protection contr la #
Foudre sans auamentation di l*ux
PO RUB
Pour Tout Re-froidisrzmer.i
1
idi
ss:
Agents Gnraux S
:iTfcSrV.
t
smque
t3
i enns

Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
_ tlphone : 26#' *


Jeudi
7 Mai 1931
Le
Um ANNEE W 7275
Port-an-Prince
TlDhone : 2B42
4 PASER

, wr mur^xudurM-, mm i
1 '
ALUMINUM UNE
nEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLEANS RT DE MBlfJR
jfVft roUS^LES PORTS DE LA RMPUliUQUE D'HATI
Un stcaruer laissera New Orlans le '24 courant et Mo-
|*ie le 26 directemenpour Ici pris, du Snd,Port-au-Prince.
*H Marc et les Go naves,
P( * du s-rince, le 19 mars 1981.
A. de MATTEIS & Co., Agents Gnraux
;
Avis au Commerce
La Panama PnilroaJ Steamship T ine o l'avantage d'an,
noncer les dparts suivants de New York pour PortSti'Priltee
Baiti, directement, durant le mois de Mai 193t.
Baaiisd Sew lorA. Arrivage Port Buenaventura1 le 7 iai 1931 le 13 Mal 1W1
-Ancon- le 12 Mai 1931 le 17 Mai 1931
"Cristobal" le 26Mai 1V31 I. SI a.ailiM
JASH. C. VAN REED
Agent Gnral

ARTICLES
M
Premire Communion
Chez Flix Lavelanet
Brassards. Aumonires, Chapelets, Livres "e prires.
Cbauseettei blanche, etc.
Demandez galement les produits suivants :
Zomoaullinee: fortifiant idal d'en gntl agrable.'
Plnorofer -. Energique reconstituant, action immdiate.
Antidote Malaria : Contre le Paludisme, la Malaria.
"Notrope": Contre les Kystes, Tumeurs.Fibromes e cancers.
Avec un traitement rationnel par le 'Notrepe,,vous pour
vez viter les risqnes de l'Intervention Chirurgicale qnaad
il n'y a pas urgence.
S'adresser Flix LAVBLAKET
l&n.Rue Treeeraire, m
P. S. Noua tenons des chantillons de nos produits s 1
disposition des mdecins.
eti
mmtM&.-*mmsm8Mx
laMats&nUMmu^ : uAivausm
Panama Railroad StamshiD Linc
&erv>e de jrl el de passaqers enlie
Plus rapide et plus diiect service de transport de passagers et du tri entre Hati
et les p Voit i la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Ecosse Franco
Mrs. G. Vf. SHELDON <* Co- 17 Jamaa Street, Livf.rpool, England
The lellewiM are VU Agents et eriicipal ports in tui-opr :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Messrs G. \V. SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, Englan
'.' In rance, Messrs G. W Sheldon & Co. are representeddby the tollowing ttnas
A TENDUE
Weoblee, li-*, jeu de salon eu
osier, rfrigrateur lectrique.
chaiaes en acajou.
S'adresser au capitaine G. E>.
. 'ackion.
[ Turgu, en tace de Je roe U.
En peu de temps ce
produit remarquable a
1 conquis de haute* lutte
% une renomme des plus
a*

enviables.
I Demandez toujours le
1 Rhum HENRI GarJre
Ci}
Gl.KI.Ml.Y IIkNKi.Y & CO
21 Hue del Rpublique
MarseilU s.
Mkknu 1M;iu)n& C,L.d.
53 Quai George V.
Havre
JIkrnu PgRON & Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulo'Mie sur Mer.
Messrs K. A. BENDK & Co
% Allengade. Copenha^en.
Oslo, Norway.
lntci national
Speditionsselkap Oslo.
MuI.Avlantic Preioht Corp'n
BMMinhaus, Hamborg 1.
Germany
Menes Atlantic Freioht
COR'ORA1 ION
Germany
Messrs Atlantic Fhhnoiit
CORPN.i
24 Quai Jord 'eus,
Antwerps. Belginm
Herx Peron & C/Ltd
95 Pue des Maris,
Paria.
Hbbnd 1i mon & Co Ltd.,
Hue de Tranquilite,
Dunkerque.
UneiNu [ i:ko\ & Ce Ltd.,
9 Hue Roy,
. Bordeaux.
[Gbnof, TALY. I
Mt'ssrs IIonsy Cor. & l'LERICl
Piaiea S.Mattm,No 15Genoe
^COTTaWBDRO. Sw HokN.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Meesu Atlantic Fumai
Corp'n.
Kob Emmapleln 3,
Rotterdam nolland
Mcsssr Steimanji . Co
VAPOCAMPHOL
La nouvelle prparation, la
plus efficace contre la grippe,
tonx, ies rctroidissements.
On ne devait jamais man-
quer cette pommade chez soi.
En voyageant ou devait tou-
jours avoir un tube de Va-
pocampliol .[
Le tube ne cote que 7
centimes haltie s.
j Pharmacie
l.elranc CbiYALLIM
I^alue vis--vis du kiosque
portai. Aux Cayes, ftraod'Ruc
N'oublier
jamais!
Qu'un bon jnseignemenl elas
aique, moderne, d la 12me i
la philosophie, qn'nne lrienee
t rapide mthode d la Stno
Dactylographie; de la Compta
biliti et des LsDgaee viventes
s rencontrent L'INSTITUT
TIPPENHAUER.
N'oabliaz pas la parisien se*
luire discipline et srieuse.
1357, rue Lamarre.
Tlphone, N Mtl.
Manujacluie Hatienne,
ae Ciaaielles
GERARA& C
LES CIGARETTES
Bat Bas \Fanlal~Lon
."Dessalinienne*
a
Colon *
Rpublicaine
\>orl-au-Princienne
lafia
m
da lew srme ^lont le dlies*
de vrais nu, eurs
H!

C'est le Vermouth le plus agrable, le plus loi IqUS el
par consquent le plus ap-i le.
LE ZANO BLANC a eu les plus hautes rcoin ,
pjptgs toutes les expositions et se vend sur place nu
p^jrjjdsn pins raisonnables.
En grs cher. A. de MATTBIS.
Ce qui n'a ja laU t tait
Ce qui ne eut tre dpai
Kola Champaqne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
PHARMACIE r.SEJOURNE
Angle des Hues Roux et dn fente*.
Grar, j Caf de France
S>Qs la direction avise et iatellieonlt de Monsieur Franois
-.,-,,idi cjui an afevaua l'associ, de Bonelear l'ntnA, U projSrj-
taire de est efablnneasent qni n psaadesniU te QRAM OAF&
DE FttaWiA oto* ses aimibles et iatin^un clients, les
cousu.nniiUiO'i' les plas i.uw, les vins dt toutes provjnjuoes les
pins chois), Ci^aiw l Ggtrettes, Ssndifishss, vari, 4es prit
\ dfiant loulo eoneunenne.
!
L'aec&e 11 Plu8 arvonpalhiqae eoitinoira >''i !i meUleai
j trait ** >aBii .jt de fcrn*- _^" ...
I ?kWm io. AfnWpkoue JnVU.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland \
i.ar la eGENERlL est une des plus puissantes et des plus vastns orgensonheus
de es genre. Le seleil ne'ee couche jamais nr toi champ 'soins .m oa#flese te
mm Ses IMlictw contre mossidis {oonvronkan*e Lee d^jais otxmomam inr js **4%_
W Polices pour Antoinabilen couviout veis, maman i a, nsaivsnisannae, fjesnning^
causs AffJaiBi dans s*i peisnnun ou dans ses biens.
Sbs rLliaas MariMiaa nsisoR par son brauctiee d Europe sont pa^aelea en n*W.
Ses Potioos eontre acoidents sont vatnbles dans 1 univers lier, fous las vtryn-
geiH devraient donc prendre la* proauhon de se unir d'une sete ^-"5?
d au moins 400 dollars, la prime annuelle n tant que.da 1/2 /. soit 2 eoilars t. S.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Cayes
Ageat Gnral pour iW*,.
SOUSKW ^- * JEA|, l^iftU^ ic
Insurance Co
Une des4 plus forte^COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux

SJ
jr<..t ~rpt* j -


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs