Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03896
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 31, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03896

Full Text
Clment Mao loi re
136' RI F AMERICA NE 136*
rFl.KI'HONH M-?;
25me ANNEE N 7271
Politique Constp-yctive

L& politique actuelle du
Gouvernement ne doit tre
qu'une politique COUStrUCt ve.
Laissons lui d'abord le temps
de dmolir tout ce qui a t
lait de mauvall contre nos
intrts et contre notre digni-
t. Il travaillera sans rancu-
ne, MOI haine. L'ponge est
paser.
Dj l'hatianisation d i s
services publics se profile
sous dis aspects heureux, le
formidable bndgi t de Da mien
sera adapt non ressourcer,
le retrait des forces tranger s
qui pitinent noire sol ri
troissent notre orgue il est ad -
mis en principe. Un nouveau
trait devra dsormais condi-
tionner nos rapports cono-
r iques et financiers avec les
jtats Ui is d'Amrique.Quand
toutes ces questions seront
mises pu point et rgles,
onques n entendra plus parler
tant toute notre attention
devra se diriger uniquem nt
vers de nouvelles orienta-
tions. Les hommes feront
moins de discours et les di-
rectives de la vie serf nt vers
les champs et les industries
natre, ht je ne cesserai
de le rejeter : l'homme qui
plantera un caJier ou un
cotonnier de plus sur cotre
sol rendra plus de services
au Pays que tous ces fai-
seurs de discours acadmi-
ques et tous ces livresques,
pris dt littrature, qui veu-
lent quand mme appliquer
notre milieu une organisation
europen! e.
Et puis, il y a toujours les
ternels mcontcuts.amui* urs
de collusion, les profession-
nel! de la comdie, tiuubh urs
qui crnent dans les lieux
communs et qui invenient
toujours des motifs d'amer-
tume et de surexcitation. Ils
critiquent tout afin de profi-
ler une sorte de personnalit
dans le tumulte des ides. Ils
perdent leur temps un tas
de broutilles. Ils sont plus
diplomates que Mr Talley-
rand, plus financiers que
Colberf. Usent plusd'espiit
que Mr de Voltaiie et ont le
monopole de toutes les cou-
conceptions vraies. Ils peu
vent mieux faire que per
sonne. "Inconscience et stu
pidit. Grimaces et comdie
!
Tel le paysan hatien qu
ne voit Jrien en dehors di
l'ombre de son r dier. l'ha
tien moyen, dans &a snffissna
boufloune, me frit le mmi
eftel. H ne voit rien en dehors
de sa littrature dclamatoire
et de sa prtention. .
De grce, tLcIii.s ors 0!
peu. Sachons que toute notn
vie de peuple est eu danger
Nous jouons gros jeu cettij
heure historique. Tout notn[
bonheur est cotre >os mains
Tachons de le mnager. !'ai
bien peur que no're turbn-Pj
lence ne gte tout. U lantMj
net de raisonnement. j'i
Pensez que les p'incipau;-
facteurs qu'il nous aut pour
organiser une nouvelle orien-
tation sont la paix trieure
l'union des espii et def
forces de la nation. Nous sa'
vons, la vrit, que cette,
paix nous est garautie par
trait; mais s'il est vrai que;
les langues d'Eusope ne peu]'
vent p ta l'branler, elles uousi
fatiguent avec leurs ragots de!
concierge. Elles dcouragent'
les efforts et ne peuvent quel
retarder notre avancement.
Car nous ne devons pas l'ou-
blier, la misre s'est dj ius-,
talle dans nos foye s. Nous
avons des familles qui ne,
mangent pas. Et celles qui le
peuvent peu ou prou sont
lorces de tout c Uulerau
compte goutte. Il y a autant
d'avocats sans causes que de
mdecins sans malades Le
pouvoir d'achat du peuple est
tomb zro. Commerce nul.
La situation est grave et pas
dsesprante. Un seul cri, si
je m'abuse, doit sortir de
toutes les lvre: l'Union. j|
Unissons donc i. os efforts '
dans une cordiale h; nome,
patiemment, et tci om de
diriger toutes nos forces, !j
toutes nos activits ers un !
seul but: une politu e cous
truclive... ;
L'Homme d* a Rlk
WAr>-MIH-V
Dvouement la Vrit,
Guerre l'Erreur.
o

On a fai, depuis une anne
environ, au Service Technique
Agricole, un procs de tendance
que lui vnut sa :hance ou sa
destine d'accapareur des londs
public.
En eftet une sollicitude larga
ment dispendieuse des Pouvoirs
de l'Etat ayant fini, eu raison de
sa constance, par blesser la
pauvret des citoyen, et des
autres institutions, ses parents
dlaisss, a dress contre lui de
nombreux adversaires.
Regardant les dotations ifui
ont t laites au S. T. A. comme
dnues de toute justification,
issues du bon plaisir des gou-
vernants, la critique, acriuio-
oieuse,'ne s'est pas; garde de
tomber dans l'excs.d'outrepas-
ser quant au mrite mme de
l'Institution qui pour tre trop
choye, si cela se pouvait
ne rpond pas moins; une in-
dication de notre tat d'organi-
sation.
Comme le rsultat eut t dif-
frent si l'opinion et les Pouvons
dirigeants, pntrs de, Peicel*
lence du principe de celle :
?re, avaient recherch depuis
longtemps, pour y obvier, les
causes qui l'ont empche de ,
donner le maximum de sou ren- _
dment 1 I
Prpos des flV 'lotit l'en- ;
semble lui impose ('eux la lies ;
dncstionnelles bien distinctes, j
le S. T. A. les a-t-il remplies i
toutes deux ?
Pour y rponl'e, dfinissons
d'abord ces lche*. La pis
raire consiste en une action ^
immdiate (qui devait natre]
avec le Service mme ) sur les
massts rurales au tr vail en
vue de l'augmentation constante
de la production. Li econde
est l'oeuvre scolaire do' les ef- '
fats ^sont ncesiairemei t loi- j
gns'et portent sur le-nnir.
La mthode pour l'accomplis-
sment de la premire tc* j
doitVraliser des I. ons orati-
ques"pour former t'eipnenc* j
scientifique des paysans : pro-
pritaires, fermiers mtayers.
Ce qui mne des dinonsira-
lions dans le; champs dite-J
rentes poques des cultures, a
l'aide d'quipes instruites cou- ,
duiles par un agronome et j
appeles donner dt-s journes, \
des semaine?, d-s quinzaines de
prestations en nature.
Entendes enouire le >"hl de
cea contrats tous lesdonasm
dans lesquels il convient d^inter-
venir pour initier les %u\l*
l'administration de leurs tablis-
sements, toutes entreprises ta-
II
Ci I
;.!
i
dit
" I
1 i
d
!
vil
t i
i



Clment Maqloire
135*! RI F yiERICAlNB 186*
TFI.KI'HONH M-M2
----------------------.

,.........I....... >
cl vu

*"> i
ItVVI l-
//,s/i Ul "'""
//i/cr/jc'""1"'-
Droit
25cme ANNEE N 7271
pORT-Al-PRINr-M: ((HATI )
samkw
2 MM 1**
rv ?
~rr-----
',-i :?
Politique Conslruelive

La politique actuelle du
Gouvernement ne doit tre
qu'une politique construct ve.
Laissons lui d'abord le temps
de dmolir tout ce qui a t
fait de mauvais contre nos
intrts et contra notre digni-
t. Il travaillera sans ranu-
conceptions
vent mieux
vraies. Ils
(aire que
peu
per-;
Sonne. "Inconscience et stu-
pidit, ftiimaces et comdie
...............I
Tel le paysan hatien qui
ne voit '.rien en dehors de
l'ombre de son catier. l'ha-
ne, KM ti;inc. L'ponge est | |jen moyen,duus sa suffisance
pasef. i boufloBiie, me fait le mme
Dj l'halianisation d s ; eftet. Il ne voit rien en dehors
services pnbHci se profile de sa littrature dclamatoire
sous des aspects heureux, le | et de .sa prtention..
De grce, rflchissons un
formidable budget de Damien
rare adapt Dos ressourcer,
le reliait des forces tranger s
qui pitinent noire sol froissent noire orgiu il est ad -
mis en principe. Un nouveau
trait devra dsormais condi-
tionner nos rapports cono-
r iqnes et financiers avec les
Etats Unis d'Amrique.Quand
toutes ces questions seront
mises su point et rgles,
onques n entendra plus parler
tant toute notre attention
devra se diriger uniquement
vers de nouvelles orienta-
tions. Les hommes feront
moins de discours et les di-
rectives de la vie sert nt vers
les champs et les industries
natre, tt je ne cesserai
de le rpter : l'homme qui
plantera un cafier ou un
cotonnier de plus sur aolre
sol rendra plus de services
au Pays que tous ces fai-
seurs de discours acadmi-
ques et tous ces livresques,
pris de littrature, qui veu-
lent quand mme appliquer
notre milieu nue organisation
29
ALIX
annes
llhiim
ROY
de succs.
vorables la prosprit de leurs
flaires. Ils deviendraient ou-
veils de celle manire l'cspr if
d'oeuvres telles que syndicats
chambres d'agriculture, Banques
agricoles, etc.
Jusqu'ici un i< programme
n'a pas t excut par le S.T. A.
qui) pour agir sur notre produc-
tivit agricole, n'a encore fait
que distribuer les *< menes et
dis bom. C> s gratifications o..-r
leur bon eftet. Mai* elles sont
I eu de chose dans l'tendue d
devons d'une tutille qui doit
recourir L toutes le.' leons de
choses, tous les moyens ra-
pides et pratiques pour ger la mentalit et relever I*
condition de fortune du travail-
leur du sol. Celui-ci doit avoii
h perception de ta prsence
constante de celte bienveillau'e
sollicitude et tre mme de la
provoquer son profi'. au mo
m*-1 t du besoin,
de ses I erre S, de
la place qui lui est ncessaire
pour permettre l' ve d'ire
i ./.instruit pratiquement. Tara
ta fin le ses annei d'colaga,
dans la connaissance du mtier
qui! s'< si choisi.
L'( sprience qu'a maintenant
le Service T< ehnique de la mar-
che de l'enseignement manuel
l'Ecole des Arts et Mtiers lai
permet dVfteclucr ce dosage
ponr m cerveau moyen avec
les donnes qu'il dlient.
L'cueil uu tucca du systme
a adopter sciait de dispenser
l'enseignement profession nel
mme l'cole pi imaire uilninr.
S> l'on se borne y apprendre
aux lves travailler
UKZ
Nationalistes
o
Sous extrayons dun bel ar-
ticle de L'OwHien /(' conclusion
suivante :
voit aue le conflit a dfini*
"t visims que ... ti^men,Mis fln, U cabinet en
ionslistas cherchent taire di- |]vemenp n(< jeudi ma
peu. Sachons que loule notre
vie de peuple est eu danger.
Nous jouons gros jeu cette
heure historique. Tout notre
bonheur est entre nos mains.
Tachons de le mnager. !'ai
bien peur que notre lurbn-
i lence ne gte tout. U tanti-
net de raisonnement.
Pensez que les principaux
lacteurs qu'il nous tant pour
organiser une nouvelle orien-
tation sont la paix intrieure,
l'union des esprits et des
forces de la nation. Nous sa-
vons, la vrit, que cette
paix nous est garaulie par
trait; mais s'il est vrai que
les languesd'Eusopene peu-l se.plantes, i amliorai. de l N baoinde pla-
ventpisl branler, elles nous race dcsaniu.auxqu .1 lee..etc. T.nniera, de tanneur?,
fatiguent avec leuis ragots de Lceuvre scolaire du . I. A. de |orgero de tiaseraod>, de
concierge. Elles dcouragent ns. pas moins 'P^n' potier* etc. L'apprentissage d-
iesefiortS et ne peuvent que Toutelo.s elle saiile encore g chacun de ce, mtiers
H prenne, stade : la P***- seral, tributaire d'un centre sp
lion des tMever-m l'.es |, .S d'enseignement national,
pro'esseurs de I ordre technique ^.."nn.n. industriellement.
re ma i
Il est visible que les na
t
version. Triques pir l'opinion
publique qui leur demande la
ralisation de leurs promesses
mensongres ils se retournent
tantt contre le Gouvernement
Borno, tantt centre la Conssil
d'Etat, comme si i-la pouvait
faire oublier les i i gageaient s
pris par le nationalisme et qu'il
se trouve dans l'impuissance de
raliser.
Les Dationaliates sont arri-
vas au pouvoir avec un i
tendu progi anime tt, chose
bisarre, c'est de l'amricsia
qu'ils attendent l'initiative .cal-
cule de sou esCUliOfl En pr-
sence de la grande dcepli
gnrale cause i laillite,
iN cherchent en vain des r<
ponsables, ce qui ne lait qu'i g
aver le mal. Ils lalonnen".
** de sens, des
lin, devant le Snat de la Rpu-
blique.

a vu,

dans une
maison de
mmede lorce des ; pprenlls pour
eux. >
trieis,
aille cette scne des plus co-
cosses et qui montre assez
comment les domestiques comp-
tent servir sous le rgime pro-
ltarien donl ks prodromes s'an-
ooncenl dj. Une bonus lut au-
pele par la matresse de mai-
son qui devait l'expdier chez
un picier du voisinage La pe-
tite nonne demande a la grande
quelques minutes aprs avec sa
robe du dimanche.
El comme la patronna avait
l'air de s'en tonner, elle lui ex-
pliqua qu'tant d bonne famille
elle n'aca piait pas de traverser
la rue lans tre mise qaatie
Ogles. Le paMon clata de
rire et quelques seeonoes aprs
indiqua la petite bonne Irop'
coquette le chemin de la porte.
a vu BOUe une des galeries
ious'its lo- du Bo t-de-Mer quelques un-
vers, coin ne l'a i
Prsident de la Rpublique, tel
est jusqu'ici le bilan nationali
>
"es Des diseouis vu'.es
main;, tout compte tenu des II ; pioposiMons ridicules, des pro
mites respectives des deux or- je( incohrents, la pur des
dres d'enseigne men>, la rus- rf gp008,ibilits, une politique
site est certaine. Un immense j quivoque, le souci de plas
bienfait, une grande ralisation [rnner pour la galerie au mi
s'accomplit. Mais i! tau', cela va |jcU de [t nusre qui s'est ins
noui l'aaalvse ue sol (IUC ,e* m(i,,e,,s devenir laI|ee da B presque tous les lo-
sroUdiesde soient honore et qu'on recrute -e COUl ,'u. pa COnstat( > M.nis'req^ui causaient
retarder notre avancement.
Car nous ne devous pus l'ou
Et c'est
Fiou lever la
lu pierre au
avec frnsie de la
hite ucabine! actuel par l ou
qui autorii !M qui a cla' iHre le Snat et
Ministre Toby. Lu deux
Gouvei oein ; fail it mourir se dci lors-
blier, h misre s'est dj lus- " ^,, u ,. 'hfnfie d'ini- lonclionnant industrie
talle dans nos foyers. Nous 'r 2 ttS? ea*2!i?t" *- ?*&" *? t l * ^
avons des familles qui ne) vHieaetdaoampsgoca a la con- C,B^monstiauoi.s
-, csmsrsde qui p-issan leur
fflrm qn ,ou( ' <:al)!llcl ela,t
depuiadixhenrea du matin sur
les bancs de 1 hxecutif.au Snat.
europenne.
Et puis, il y a toujours les ,
ternelsmconlents,amat(urs compte goutte. I-
mangent pas. Et celles qui le
peuvent peu ou prou sont
forces de tout c Kuler au
a autant
de collusion, les profession- d'avocats sans causes que de
oeil de la comdie, troubleurs mdecins sans malades. Le,
qui crnent dans les lieux
communs et qui inventent
toujours des motifs d'amer-
tume et de surexciUdion. Ils
critiquent tout aliu de profi-
ler une sorte de personnalit
dans le tumulte des ides. Ils
perdent leur temps un tas
de broutilles. Ils sont
di
ran
C
M
monopole de toutes les coii-
pouvoir d'achat du peuple est
tomb zro. Commerce nul. j
La situation est grave et pas
dsesprante. Un seul cri, si
je m'abuse, doit sortir de
toutes les lvres: l'Union.
Unissons donc, nos eflorts
dans nne cordiale harmonie, J
patiemment, et tchons de
ipsg
oaissance des arts manuels. L*
grande laute tu Service a t
prparer la mise en train le
l'enseignement des mtiers dans
les coles pi imaire s urbaines
-: h une ralisation pr/hb!e
qui lui amort Ij cou fi a ace
populaire. Ce fat un d o
complet quand i fit passer au
premier plan, toutes afiiireS
Cessantes, la question dis co irs
piaiques dans les coles des
villes. Juste au raotn n de
cette ralisation ou un peu
so i occasion, se dclenche la
mai itestatio.i d'hostilit qui le
Ces considrations exposent
le modua Vivendi pratiquer
par les deux euseigne n nts et le
domaine a embrasser par les
cours manuels.
Elucidons maintenant com-
ment doit se rgler la question
pdagogique qui se rattache la
constitution cours de l'cole primaire ur-
b'ne. Nous redisons qu'elle est
essentielle cette question. Le
soin de la traucher revient
une commission de matres du
primaire. Il n'y a point d'autres
qui puissent galer lesT.C. Fr-
res de l Instruction Chrtienne.
Borno. L'on air a beau din i
beau faire, le vi sidi ni Borno
;. su gouvernai I I are montre
d'esprit de suite. Si politique
qu'on est libre de discuter
et mme de critiquer a t une Voi' que rP l]ii un ,oll M1
politique cohrente et bien d- inmeirable lo,s1ue le pauvre
fioe. lia lenu lte ses ad dput Durvil1 Jesn-Frsnois
versaires, il les acculs, har- [monta a la inlul
^ il ^ux-ci dsaronns, hre pour dem
vaincus, I i 'ont eu que la
seule res mrce de < lire B|
l'amric lin qui, pour des ti 11
d lui seul coanui s. les i
talle au [;uuvoir. Et voil.

LES
Chambres
hatiennes
de la Cha-m-
>m'ander ses col-
in i si re
de cin-
Dvouement la Vrit,
Guerre l'Erreur.
Plaignons le S. T. A. d'tre
Irop svrement pris partie
sur cette rlorme. Car les cra-
tions introduits par lui dans
noire enseignement primaire
urbain ont t, de toujours, r-
Publique e'associaroot leurs,
travaux.
Le mme plan iera suivi omis
tard lorsqu il s'agira de ci oi
donner dues les :o!':s pi imjires
0 I garde qui avait vivement de-
! mand la londation de ces cours.
Prpos des fi is dont l'en- Nos propres conseils aussi ont
clames par l'opinion hatienne ruraies l'euscign jinent dassiqu
et n'y sauraient tre les mal ve- e, jeg courg pratiques dagricul-
nnea, Dernirement La Presses tur#
reproduisait un magistral article Quant aux coles protession-
de notre regrett Windsor fiel-
Ona fai, depuis une anne
environ, au Service Technique semble lui impose deux la lies
Agricole, un procs de tendance ducationnelles bien distinctes J
que lai vaut sa :hance ou sa le S. T. A. les a-l-il remplies!
dtstine d'accapareur des londs loqtes deux ?
public. Pour y rpondre, dfi lissons 1
En eftet nne sollicitude largn d'abord ces lches. La pre
ment dispendieuse des Pouvoirs mire consiste en une action f
de l'Etat ayant Hni, en raison de immdiate ( qui
d y pousser quelque peu si
nous voulons nous rappeler les
lignes eoivantei d'un mmoire
communiqu avant la tonne
qui de droit : Chiqua col
primaire aurait ses cours prati-
ques l'enseignement prolession-
nel obligatoire. L'elvw choisirait
l'tal auquel il s destine, le jour
mme de son immatriculation
Ds lors l'apprenti-lve ne sau-
rait on'er pour un antre mtier,
mme s'il chang- d'taWlisse-
ment.
Aujourd'hui que nous dfen-
dons les cour pratiques de _
mtiers devsnt le grand pu-j
blic, nous ne pouvons pas
laisser dans l'ombra certains
cts de la question. Nous
devons appeler l'attention sur
au uoint important dont dpend
l'eflicacit de l'heureuse fusion
des enseignements dsormais
obligatoires, que contrleront
duiles par un agronome el deux dpartement-; ministriels
Comme le rsultat eut t lit appeles donner des journes, j diftrenis. li s'agit de l*c1'
trentsi l'opinion e' les Pouvoirs des semaine?, des quinzaines de nation au point de vue JJJ1.
dirigeants, pntrs de l'escel- prestations en neture. de 1 enseignement class qu- ei ,
lence du principe de celte os Eateudss nontre le proB de des cours pratiqa.s proies on
vre, avaient recherch depuis ces contrats pus les domsinei nels Un,, tmilieu eal:trou
les dans lesquels il convient dinter- ver pour que luielier uair
ipche
sa constance, par blesser la
pauvret des citoyen, et des
autres institutions, ses parents
dlaisss, a dress contre lui de
nombreux adversaires.
Regardant les dotations iftii
oot t lailes au S. T. A. comme
dnues de toute justification.
issues du bon plaisir des gou-
vernants, la critique, scrlmo-
nieuse,*ne s'est pa^ garde de
tomber dns l'excs.d'outrepas-
ser quant au mrite mme de
l'Institution qui pour tre
l'Institution qui pour tre trop Ce qui mne des dmouilra-
chove, -si cela se pouvait lions dans le champs dil.
ne rpond pas moins'. une in- reules poques des cultures, a
dicatioa de notre tat d'organi- l'aide d'quipes instruites con-
evait tndlie j
avec le Service mme ) sur les
raassts rurales au travail en
vue de l'augmentation constante
de la production. Li seconde
est l'uvre scolaire dont les ef-
fets ^soat ncessairement loi-
gns" et portent sur l'avenir.
I.a mthode pour l'accomplis-
sement de la premire lche
doitj'ralieer des leons prati-
que puor lormer l'exprience
scientifique dus paysans: pro-
pritaires, fermier^, mtayre.
Ce qui mne des dmoustra-
' dite

Relies proprement dites, elles
sont attendues par une clientle
trs vaste que reprsenta la d-
perdition qui survient dans l'ef-
fectif de l'Enseignement Secon
daire, laquelle se chiftre comme
|e l'ai tabli ailleurs environ
1^7,473 adolescents et adultes.
Poneons-nous nous dsint- ]
resser de l'avenir de ces jeunes
conciloyens qui, s'ils sont ins-
truits dans les srts manuels,
formeront l'lite de la classe
ouvrire ?
dh dbrosse.
lgus, vu nte lle
gnrale, de diminuer
qnante dollars lurs ;ii>pointe-
nSents et daftecte.r cette valeur
soulager les famllles n u"
tresse. Les dput lailliren.
presque tous en chur, de leur
sige comme s'ils rvaient dal-
ler iraiigler, dans un bel en-
ble, cet imprudentqni.aprs
. le Conseiller Financier (histoire
j des frais), avait dcid de sert
prendre leur ventre, lostsar-
;ea. Le calma revint lors
que le prsident de. la Uiambre
-o- annona que ce'le pi-oposi ion
'qui part, il faut l'avo"*r. dun
Port-au Prince.Hati. 21 Avril bon naturel, ne seiait Pas ex-
DP- La lgislature hatie me mine puisqu'elle tait mconsti-
n'a rien accompli durantles deux Jutionnelle, notre pac,tt ,0H9"
premires semaines del ses- J mental ayant port
sio.i du printemps m dgr le fail quanta dollars les ...
que la situation prsente est des Reprsentants du peuple,
considre comme conomique- ,%
ment la pire dans l'histoire de ... voit q e chaque jou' arac-
la Rpublique. De nombreuses ne sur les bureaux de la Cham-
lois diriges contre les Etrangers biG soit une nouvelle isolu
cin
demaits
'
Attention!!!
ont t suggres par le gouver-
nement et l'Assemble, mais
! aucune action n'a t mise.
Un lort sentiment anli amri-
, cain est vident aux runions el
l'Occupation par les Iroopei
amricaines est assaillie de tou-
tes paris.Les rsidents ir ng
craignent le vole possib de
[ quelques-unei des lois propo-
"ses.
Le ''rsident Vincent S sou-
mis aujourd'hui la Chambre
des Dpots des suggestion!
pour des changements la
Constitution que la nujoril d
sapprouvera, selon son senti-
. ment. La lgislature a besoin
'dun changement eoostitation-
. nel qui permelti Coi pa
' d'i mender la iun au
i lieu d'avoir h lire les
tamendeme:!? au vote populai-
re, comme il est msinteu ml
lion, soil une nouvelle prop081'
lion de loi. Du train o vont,es
choses, d'ici quelques joars "
ivsra au chiftre mille. Ou ','
i ilor6 nue croix et l'on recoin
meocera. El pendant te feulas
le pauvre peuple soulire el ae
sait comment s'arranger pour
hou-1er celte chienne de vie.
/oinine dnait un de nos sages:
Dep'iis Irop long'einps on
nous menace de nous sauver.
Je finis per ne (>:.s y croire.
* ....
... voi* que la rconciliation
entre le Snal et le Cabine', en
I urrenc M. Thoby Renia-
it, s'est laite sur un terrain
'.e Cabinet ne l'est pas
rendu a Snat. Ma
lue, au local de qui
i conciliation a eu
i haut
t iance
'u.
sation.
Avec la nouvelle.Loi, sur,le
Commerce, tous les commer k 'prvu,
antsseroutobligsd'avoirune Mobninu Tnisuns s,
comptabilit;rgulifement te- j (Vein Orlemns)
nue^et eu franais. .*,.-----....^..^-^.^
fa-*^S?* j A vendre
Diplm de l'Ecole Pigier
Qe Paris,
La Solide
?re, avaieni r^enen-nc u*r~------------- ... ...... .. ,- '.imnh.e -
longtemps, pour y obvier, les dans lesquels .convient d.ntei- ver pour que 1 atelier u:l/n i
cusesqui l'ont empche de venir, pour inilier lea sujets pas 1 enseignement clesaqne. ai |
donner le maximum de son ren- 1 administration de leurs tablis- ( rciproquement, pour qne
OITre ses services pour tous
travaux et leons particuli-
res de Comptabilit.
Grand lit double, peint, grand
Sofa et chaise*
l'hone; ko64 M C entre 9
et 1" heuics . UtR SALE
it
Socit il Asdslauc' )\u Ile
1 nn pressant appel lous
les membres indistinctement
lu'ila prennent pari la
|-f r ii a le diman-
i ;; n u le l'ipre-
i Boa d odre nne
importo \mmunieation du
prsident d r I >
n tte la Commission de V-
dment 1
Isements, toutes entreprises ta-! lai-ci mnage son comms* ^Tlphone J241 et J242.
Paintui doubk lied, /urr/r !rification des livres du trso-
So/a and clair. Cait M. C. o'/ trier pour le 1er semestre de
betaeen 0 and 10 a. m, i/exercice en cours.


PAGE
LE MATIN- 2.Mai 1931
baume TUE-NERF MIRIwA
BleSJ"t{-' ^0.: nMM ULOM.
-- --*

1
Le 1*111 llM.MIIlf
Propos
humides La ^qonde
de la Violette
o
Lon Daudet a racont qu' la mort
dt Victor HttgO, su JL'iuies potM I"
rtnt draKn^H pour Miller, certain
oir. l'iluttre mort. Cm meteie-ura
taient !:" graves <'. silencieux. A an
certain moment, Pan d'eux soititde
la chambre mortuaire. Sun doute,
un motif urgent. Comme il tardait
revenir, an autre s'en fut toir. Loi
aussi, s'attarda I':i troisime et liien-
tt les six abandonnrent le mort
Voici ce qui s'tait pass. Le pre-
mier, fureteur,avait dcouvert les en-
tes de la maison. Le second son
tour l'y dcouvrit. Un sr instinct
les y dirigea bientt tous. Lt les six
copains de se retrouver ensemble
vider jusqu' la dernire bouteille
jusqu' l'aube...
O l'on volt qu'on peut faire d'excel-
lent travail dans les caves surtout.
Si lea ex-membres del commission
de rvision de notre tarif douanier
s'en taient aviss, loin d'en sortir
avec fracas, ils auraient opr tran-
quillement dans les caves de l'Htel
de Ville bien pourvues de Km m
Sahi mi.Cm ni D*0B.On n'eut pas nus
fin prmaturment leur missiou,
elle et fini d'elle mme, tans Ch,
sinon celui des Terres.
o
Dlicieuse confection i
de fromaae
... le dlice de votre famille
Page rbtkoivi.
I
!>'
Les Hatiens
en France
o
Nosconlu rt'.s lladi-Journul
et La Pressas ont, tous les
deux, parl du ces lies intres-
sant du jeune Hatien Haymond j lanterne
Dorel qui, propos pour_ !re J p|us, 1,
i
Protesseardans un Lyce Fran-
ais, ne fui pas nosnm, pour lu | j ,,
raison qu'il n'est pas citoyen j(1
franc 's- K' pourtant M.Ray-
mond Dorel esl licenci s-
scienec s philosophiques el a,par
eonsqneot, des litres nniver
ilairea plus que suffisants pour
occuper la fonction pour la
3uelle ses suprieurs l'avaient
sign.
Et La Presses aprs avoir
fait le rcit d<- celle : flaire la
jouter: Si eiaii un Franais
en Hati, et qu'il y postulat unu
fonction publique, il eut '
Un* violette la ligne d'tre
seuleUe. voulait avoir pour mie
un* toile La rhote vous pa-
ri Ifra trange ou'une humble
flear modeste comme a vio-
lette soit prise d'une toile;
pourtant cela s'est vu : Une vio-
lette adorait one toile.
Ironie! Comment faire! L'
toile ne peut pas descendre et
la \iolelle ne peut pas monter.
Alors, dans un geste sublime,
gele de dsespoir... geste d'-
inou l'humble Heur eut re-
cours un petit oiseau qui ms
lin et soir chsnttil pour elle.
Gentil rossignol, loi dit-elle, je :
'nrire mon cur si lu m'apportes
I Kjnir* de l'toile. i
L'oiseau, fou ivre de bon-
heur, partit pour'a vo'etoile;
mais il advint que Sainf-Piarre
tait de garde ce soir. Pour en-
lever la Vnus, il fallait aussi
chanter pour leportnr.
Qu'importe, dit l'oiseau,!
c'est pour mon amour Le voi- :
l qui chante, et l'aptre, gris
nar cette nslodie, s'endormit en
Isigtant choir sa clef L'oiseau
la saisit, ouvre vile la porte et
s'envola avec la desse.
Pins tard Dieu qui voulait ]
faire sa ronde vint chercher sa
; mais elle n'y tait
anterw du bon Dieu.
Irril, (I congdia Saint-Pienv !
p're.poui sedfendre,accusa
lossignol. L'oiseau a son tour
dnona l'humble fleur.
Dieu, alors, malgr sa grande
bont, ne se laissa point atten-
drir: comme II fit po'ir la pre-
mire femme. Il jugea la vio-
lette el son vivre toujours cache.
Ilio LAVILI l.
(Mai 1912 )
asBBOiBssaiesasBBBBac>asassssBsaaaaaaBBKSaBM
lit
de l.von
srrv; au i!elr:u i
(I panvn
Ha tans, m* me i'iI n'avail su
cun de* litres comme la Chin i si un Pays
oharnii.nl.
Oui, coufrre, an psji plus
que charmant o les lois et les .
rglements servent A trapper les
humbles, el o avec la compli
cit des grands homme, ils sol !
pitines tout si m pli ment ds i
qu'il s agit ds faire mo ilar aux !
plus belles fonctions de inca-|
pables, ce qu'on peut encore
tolrer lorsqu'ils sont Haitiens. J niste qui aura lieu le mois pro
Mais lorsqu'ils sont trangers. cliain devant combattra l'exlen
c'est le comb's . sion du mouvement de prohibi
___ ----- J lion, '.es distilleries du Cognac
_ Franais ont vot des fonds
Exposition vonte |lOU,. soutenir le c' anti du
rli lil i
l'or i ms hl
LYON L'ex-premit r minis
Ire Rdousrd Herriot a t rlu
Maire de Lyon par le Conseil
Municipal. It ?ivait dmissionn
n mars dernier la suite d'une
querelle avec le parti socialiste.
o -
lu Ctlffl I n h' ni I li suai
de la prohi bit ion
Par sans fil
PARIS. Au moins '22 na
lions prendront part au long es
International An ii prohibition-
des Nollstes
Si vous avez quelques minu- \
tes de loisir, nous vous conseil- (
Ions d'aller Us passer a l'Eco'e
Elie Dubois, les 2 et 3 mai, le '2 |
toute l'aprs-midi, el le 9 toute i
la journe. Vous pourrez admi
rer les jolis lr vaux d srl p
pars par las Noliste, ouvia
ges d'arl el i b| ls utiles Et SI
le. dsir vous eu prend, tous I n
achterez ci d-s prix qui vous .
tonneront, tellement ils d-
fient rellement tonte concnr-1
rence.
combat.
. .r ,
Le
ministre de France
en cong
Nous avons eu l'a gr ibis plai-
sir de recevoir la Visite de S. E.
| M Pardinand Wiet, Ministre de
France l'cl-au-Prince qui
, laisse pour Pai is sujourd hui
par le MAi'ORIS Pt-ndant le
cong de M. Wiet, qui sera de
s;x mois, la Lgation sert diri-
I ge par le Baron ; Consul de France Porto-Rico.
A M. Wiatqui S su acqurir
l'estime de lous dans las dh-
s fonctions qu'il ooeupe de-
La Fte de ce soir
Il y aura fou!,1 la fledecesoir
qui sera, n'en pas douter, un puis deux pus, noua oftron nos
trs grand succs Lu prograin J souhaits de bon voyage, et fai-
me que nous avons publi dans J sons des vux Ni. de Camss
notre prcden numro est des: pour (jue son adminislration
filus varis el des plus rares Kl soit tout aussi fructueuse que
es arlisles qui vont l'eicuter celle de son prdcesseur.
aoni de tout premier ordre.
On a ajout au programme
un fragment de la Clopdtre \
dllemy Durand, avec adapta*
tion musicale de .Justin Elle.
Mlle Lu-, ie Dfly sera au piano
A ce soir donc. Il reste encore
quelques caries II serait pu-
dent de se procurer la sienne
au cours de ia journe.
1ASTH
:: ::.toua|
I .. r> il' tH 11161110 I
ibaufj

> 3AIZCNt NOUYI UH
h or rions nouveaux s'ouvrent l'honUM
de l'argent. Avq $1,000 conomiss
dpaaaa en banque, vous pouvee enviseflw
-oir avee confiance. Commencez ds muin-
tnawt pargner en suivant une de mthodes
ci-dessous:
$1,000 en quatr* ans, pvovlennent d $940.1
en versements hebdomadaires de 14,52
$1,000 en trois ans, proviennent d 3^56.30 en
versements hebdomadaires de 6.13
$1,000 en deux aeu proviennent de |v70.M an
versements helidomaduirss de S9.M
\ 'JMi
\\ ','ev /. vos
m^'s iva* le
trom-ce
KrsH.
i.;-!
La Banque Royale
du Canada
Ponr la Voierie
o
Nous attirons] l'ullenliui
du service de h Voitri.-sur
l'tat du la nouvelle rue qiii
conduit du Cliump de Mars
l'Hpital amricain. Ifn face
de \i maison du Dr Pares M
trouve une vritable cuve'le
qui a recueilli toute l'eau les
dernires averses et qui esl
translorm.ee en un bourbier
difficile traverser, tant par-
les pitons que par les autos.
Hu attendant que celte rue
soit acheve, il y a lieu de
pratique quelques travaux
d'urgence par l.
- Rue du Magasin de l'Etat,
eutre les rues des casernes
et Dents Destouches, est
impraticable ces jours ci
- Il en est de mme des
rues latrales passant de a> t
les maiso is habits par M. Jli
Vivons et les hritiers Jean
Alerte.
La deuxime tue qui COD
duitau monastre va devenir
uu vrai loyer de palodism
Que tail le service d'hy-
gine ?
Activit des voleurs
A\ '.ni hiei sait- des voleui i
ont pntr dans la cour de l
maison habite par la tan I
Bthart, l hs opde Mors.Aprs
avoir visite les dpendances,
ils onl enlev tontes les pro-
visionr slimentaires qui se
trouvaient dans UD oliiee.
(les laits se reptent trop
souvent depuisquelque temps.
Que la police exerce une
surveillance active I
Ncroloiie
Le jeudi 30 ;i.o il dei nier ont
eu lieu s la Cathdrale les tu
nrailles de Jean Lous Vrit,
anetan Commissaire du Oou
varnement, ancien Jugi sa Tri-
bunal de Cassai on de I Repu*
bliqne.
Nos eondolanc tilles
prouves
Le mme i eu lieu en
l'Eglise Cathdrale i. lunn t
les de Me!u I< Solages,uoe
des persoui p|as esti-
mes de notre socit. Nuii-
prsenlons nos condolances
aux familles S liages, Duplessy,
kiagloire, C rri Sjoui a el i
lous les autre parentl de la tl-
gn lis dfui :
Dcs
Nous enn ejstrODl avec r (fret
In mort ri'npp des personnalits
les plu*: distinguas! de notre so-
cili1,' Madame Emmancbi. Flor
ville, ne Fils-Aim, enleve
l'pflection des siens hier, 8
heures du soir.
Les lunrsilles auront lieu cet
aprs midi, en l'Eglise Olh-
dralp.iVl8ison mortuaire : Ruelle
Jardines.
Nous prsentons nos sincres
condolances notre ami Em
manuel Florville. notre colla-
borateur Psul Fils-Aim et
ou? les autres parents prou-
s.
Apptissant, vraiment 1 Un
plat exquis et dlicieux lait
avec du fromage Kralt, pour
quoi De pes le donner votre
Inmille aujourd'hui mme ?
Trs facile prparer,soi
vez seulement la recette
droite et employez du tromnge
Kraft parce que avec ce fro-
mage vous obtiendrez une
saveur dlicieuse. Le tir mage
Kraft est pasteuris, parlai e-
ment sec et prpare spcia-
le ment pour tous les climats.
Il s ngit de faire attention la
marque
Demandez toujours le fro-
mage Krati Que ce soiti Suisse,
Amricain, Pimentofet le nou
veau Vclveela, mais toujours
VOICI LA PRPARATION
Faites bouillir les macaro- ;
Iliade dans Peau sale jusqu'
ce qu'ils deviennent tendres
el laisser dgoter. Mettez un
peu de beurre, tles oignons et
un piment vert. Ajoutez des
tomates, du sel, du poivre et
faites cuire 10 minutes. Melan
gez la sauee et ajoutez uns
lasse 1 2 de fromage. Mettez
dans un plat enduit de beurre,
ajoutes le reste de fromage et
mette/ dans un four chaud
20 25 minutas.
t
Kraft.Aucun nutre fromage
ne le vaut en frslcheur et
qualit,
PAWLEY SALES CORPORATION
Port au-Prince, Hati
KRAFTflOQitESE
En Espagne... les Spcialistes de Beaut
insistent sur les huiles d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colire
Les spcialistes de beaut . en France de
mme qu'en Espagne : ; i conviennent de
ce moyen pour conserver la
peau sa beaut.
Voici et qui corneille Ttiero: "AMiliquit
uni fine ple de Palmolirt sur tfjtit/erme
lt masses illkutainnlainsienlevez
alors avec de l'un pun et ftakbe- /;"
avec de l'eau de plus en pius froide.
Ajoutes un peu de crme {si vous voulez
donner adhrence la poudre}. \ 'oil!
Cela rend la peau duce, frache et
ttloutte."
. S/0Att|
' ]" I
Haa*
I.'Amour plus fini que | Honneur.
Toute ' flamine de la JEU
NESSE,
Toute Parti ur d l'A M OU fi-
lou te laloli< rfuDESESI OIH,
Toi tes i mes d la DOl'
LEUR
passent dans l'admirable film :
LE MENSONGE DE NINA
PETHOWNA.
avec firigiiie Helm qu'erlsllianas
passer.) .sur son lum ueux cran
demiui hoir.

Tijfrc, dcni lt la!m
ia biai.il ut jri-
aunii fjr lu plu
iranilti dames
d'Eipaim.
G nattai votre Spcialiste
de Beaut
I! n'y a qu'un expot, qu'un pro-
I < qui puie vous Uounci
'I un aJiquiu. Prenez l'habi-
dtac rgulirement
..!i>tedc bejut. N't-
leiioez pas qu'il loit neussaire de
s dlais. Conservez
l .-ur et votre beaut en
'<'" I v.iins appropris.
\ Ottf mus aidera.
EJERO, le clbre spcialiste
,'
beaut de Barcelone,
se
f.ichc tout rouge lorsque ses gen-
tilles clientes ne suivent pas ses
conseils. "Comment osez-vous
abmer ainsi votre teint, s'crie-t-il
avec la fougue caractristique des
Espagnols, quand il est si facile
d'avoir recours, deux fois pur jour,
ce ir/ucraect!"
La licitement auquel il fait allu-
sion est Lnconis par 23,723 spci-
fie beaut, dans le monde
entier. Ils appuient, avant tout,
Ftir leniploi d'un savon pur et
d'eau frache pour la toilette.
Tous, sans exception, s'accordent
i dire que Palmolive est sans gal.
La prtun. d* cl teint d" (coltin si rmcmtrm ai dt
multiplet npriut dans it thami colorit lt lt tt*
ellvi dis cbarmintM smoritts npa^nalts.
Les spcialistes s'en servent che
eux et dans leurs salons de beaut.
Ils en conseillent l'emploi domi-
cile leur clientle. Les crmes ec
autres prparations de beaut
au'ils recommandent se composent
e ses mmes huiles cosmtiques
.. d'olive et de palme.
Appliquez tout simplement sur
l.i ligure et la gorge une fine pAte
de Palmolive et d'eau chaud.
Massez dlicatement, puis rincea
l'eau chaude et ensuite l'eau
de plus en plus froide. Ne raan-
3nez jamais A cette coutume avant
e vous mettre au lit.
Epiez ensuite le retour de la
beaut frache et veloute de ce
teint d'colirel
C'est parce que Palmolive cote
fort peu que les experts le recom-
mandent aussi pour le bain. Il
empche les peaux dlicates d
s irriter.
KjmMhA^-cz lnP A! JUctiVu^""
Le litiiiiii ikrbaucoTt
Donl
la renomme est universelle a gud sa premire place
Ueuiundez narleut :
UN UA1J3ANC0U&T
a -Rue mtesm.


Page-*
LL MATlKf- 2 Mai 19b 1
WP
***mjmmgmm
**_
p. y i
SIKTIE
e
[CACHET OR- CACHET hougecachet bleu
! An nonce l'ouverture do son nouveau Dpt en Vill
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fts, en caisses, e i bouteilles et emporter
D E N T O L
* otNTiraict
IP? ANIISCPTIQUC
imd
r
CAU-PATC
POUDRE
Y -^ySAVON
* I
S
V 10) .MawfRR8
Journal LK MATIN
Tort-au Fiir.ce
DPOSITAIRE
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
ei de la Rue Traversiez
OUVERT! RE : le 2 Fvrier 1931
A

gOm* nil'iV > v^-\**w*sm
*mm
**&A
KKJ4
.VIS
la Lotbrib Nationali)
d'Hati nvise qu' l'occasion
du tirage radindiflus du di-
manche 3 Mai, qui aura lieu
au local de la Loterie, 81/2
heuies :i.m.,ure radioColum-
bia scr.>. installe Cin Vari-
ts ainsi qu' la Km -r\> (!o-
lumbia Music Hall ( Garage
Kneer ).
Le Public e^t invit.

Lolene Nationale dhaili
THOISMS TIRAGE DU 7 JUIN DJ31
Rpartition des ois
DEMAIN SOIH 5 hrs. MATINEE
Les Misrables
.
dfi Victor Hugo
e, 6e, 7e pisodes.
ET UN COMIQUE.
Bntre: 0,50
A 8 HKUBES
RAYONS ROUGES
Atc Marie Prvost 'Alice Lake ; Kayu.ond Griflih Johuny W;lker
Entre : 1 et 2 gourdes.
Vous entendrez et pourrez chanter aussi lu dernire cration
, Josphine Baker dans la revue du Casino de Paris.
1 gros lot de
1 gros lot de
1 gros lot de
1 lot de
2 lots de (iourdes 500
10 a 100
80 50
50 lois de Gdes 4i
80 30
Gourdes 20,000,0e
0,000,00
1;000,00
1,000.00
1,000.00
1,000,00
4,000,00
2,000,00
2,400,00
8

hmesdePotthn _
Cdent devant
ce traitement
- Frictionnez Vicies;
mettez en sur in
langue, la
fondic lentement
V A F
Pour Tout RtfroklisttmtHl
Panama Railroad
Steamship L,ino
Le steamer ristobal est
attendu Port au-rMnce, ve-
Daol de New York le dimau-
che 3 mai 1981, avec: 16 pas.
sagers, 84 sacs de correspon
dance, al partira dans l'aprs-
midi du mme jour directe-
4 aoprox. du 1er gros lot alious aux
2 NMantrieurs et post: ieurs G.250,00 G. 1 080,00
4 approx. do 2e gros lot allous aux
2 Nos antrieurs et postrieurs G.150,00 G. 000,00
4 approx. du SegtOS loi allous aux 2 Nos
antrieurs et pos'rieurs Q 50,00 200.00
Tout numro se teiminsnl par les 2
derniers chiffres du premier g es
|< i Gourdes 20,00 6JM00.06
Tout numro se terminant nai lei 2
demies cbiflres du 2e gros
lot Gouides 15,00 G.1,200,00
55 0/ en lots
Avis
o
Madame D. H. iABBlKL
Sage teuanie de 1re Classa
Laurate de l Ifaternil
de Paris.
Diplme de la Facult
Mdaciue de Parti, da retour,
Port-au-Prince, reprend j
l'exercice desa profession.
Eile se tient chez Madan
Frdric OATJBNS, Peu
de Chose, vis vis de Mr.
Lonce Qualo.
MTHODE CYTOPHYLACTIQUE -
DU PROFESSEUR P. DCLBEf
CAMOISl:
4!, Rue Ranmur
K'vurfl S-mstopol
PARIS .
vendant
LE MtUlEUR WBL DU .MOI
Produits des fremirus immois
j et touiours de Bremlsra iraUfieur
uni; seule qualit :
LA MEILLEURE
Uyon Spcial
?0UR LES COLONIES
DROOUKMB, HKRBOKI8TEK1E
SPCIALITS f
Franalae et Etrangvea
SELS DB QUININE PURS
r is produits en flacons,
ampoules, comprims, cachet-
SOLUTIONS HYPODERMIQU1 S
I PA.Nr*OES, CEINTURES
O *AS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareil Orthopdiques
p|fOM hypodermiques
Pharmacie di Poche, de Voyage
Coffres Pharmaceutiques
oour Usines, communs*, eic.

-j


i
DELB

I
[Comprimas aux 'ogns de|
M AQ N 8 IUIV1
Racommand dan le affections de la
c PR08TATB
[PRVENTIF ou CANCERl
projeta de Factures
'mis renseignements
Htr demanda adtmi fl
?hwm.cie CANON NE
M, Rue Raumur
m), Boulevard Sbastopol
) PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ai w France ni l'Btrengei
Horn-Line
Le si i 0>
aoi i E ro| e, ist attendu
. \, 2 mai, en roule
od, S'" D
i (... ,- enail Ir1 et
si >g< r
REINBOLD Co, agents.
SIROP
^"~" Rgnrateur du Sang, ptxeorlt par l'llle miidleao. .
Sujjcncur'lu viar.iie rua. i >ir .' rrugfi ax. Admis ...:; '> Hpitaux am .
>Ai.:OtTSOH)Ct:a.. r.uol>a...l B.-. kY, i
ment pour Cristobal, Caual
Zone, prenant Irt, malle et
passagers
Port au Prince, le 30 avili
ltSl.
Jas H. C. VAN REED.
Agent Gnral
deschiens Pour '"beaut
(WHmoglobinc # __ ..
LE LA
f^CHEVELURE.
DEMAIN SOIR
A 4 heures 1/2 : matine.
La Nuit de la Revanche
Avec Lon Malhol et Sylvio de Ptdrelli.
Enire : 0,50; Balcon : 1 00
A 8 DEL RI*
Le beou et grand film t^nt attendu :
Le Mensonge
de NINA PKTROWNA
Avec la clbre actrice : Brigitte Bal H).
Entre : 2, 3, 4 gourdes.
'Le Purgatif 1%
c'eat !u
y 147, rfiio du Faub >:, Paru,
}j Pacl cie,
i elle m fttnt |. j El de diget.'.. %
L'uppriruanl la f-" '
. vx dcbiiis [
H N'< /e?cnl pas *.'
ncomaasc iij rUdeteo
PIm activ9 qi-r. 1-J la rimi
le esl, par ccr^qutat, i^
ncE \ P'-fCA:..t:.:!3Piiuit.
' ( if.umz, i p;'.uia
vjnsaMm
Emplo
contre'Ie3 l
la
11LE..VGUIRLS/
hUalidiaaduFOIE.dtL
\l'ESTOMAC, dis //f-E
TESTINS.duCUR,'.
CONGESTIONS, PA-fr-
L l/D/SME, FIE VUES, P"
RHUMATISMES.)
Exltar U ii..alurc. :
PeLl QAQt
rARlS,32,R. et louiti Pharm
"- - ,
contre
la
Constipation
eiioz les
COMPRIMS
SUISSES
,1, DF.LORT, Phurmacit-n,
Hua Snint-Antoina
C'EST LE MEILLEUR
j PURGATIFS
1
.'.
. - .:- -i

T.. '' ":' '. -.s&siv
(Srance)
^85T- ACTION LECTIVE UJ-E "N
Cure complote de IARTHR1T36ME
Saison du 20 Mai au 25 Septembre ...
OOURSF9 rr-avajfS OOlf POLO THt*\TKK_zJ>**!*Sj
----------------PARO SPCIAL POUR LES F. MF A UT 3 ^
Suivez les traces de Gladys
May, actrice pleine d'entrain
dans "Shuglin Som de l'Alaba
ma'* qui dit qu'elle a trouve
fl'.xelento la plus dlicieuse
pommade pour les cheveux
qu'elle ail jamais employe
L'EXE ENTO
La Pommade de Quinine
est la pommade authentique;,
elle atteint les racines des che '
veux et donne un brillant na
lurel qui demeure.
Elle arrte la dmaujeaison
du cuir chevelu cl rend les che
veux doux et soublcs.
Eu vente dans toutes les
pharmacies. Seulement pour
0,30 centimes par poste directe
ment.
Iirteal#, NMiciae injnnn
Miaule, dreriiia P. I i.
Agents demands pour tous
pays
Ecrivez p$ur renseignement

-
S
t
%
9 mm^mU'SM^mmmsmmmi
Toute? I s Polices
DE A
al
V
comprennent II Proteotion contre l
Foudre sans auam niation d<* tau

> 4? i
t.
Aqents lineraux
R;
KMS
siPjiR:-a)ari
WBttaatkaa
f
Charlier- < alebi anche & Co.
1224, Chemin des Dalles, 1224
^e%phone : 2680


Samedi
2 Mai 1931
4 PAtS
25me ANNEE "" 7271
p\jrl ..n-l'r"i'-.
hone : 2242

,.***. *rniinmmntm ALUMINUM UNE Injection
Rduction
!
DEPARTS DIRECTS DE NEW-ORLEANS ET DE MOBILE
POUR TOUS LESPORTSDE LA REPUBLIQUE D'HATI
On steamer laissera Ntw-( Irtatl le 24 courant et Mo-
bile le 26 directement, pour les parts, du Sud,Poil-au-Prinre.
St Marc et les Genaives,
Pi .. u.. rince, la 10 mars 1931.
A. de MATTEIS & Go., Agents Guraux
infaillible
i
SUR LES
Avis au Commerce
La Pauan a Hailroa .t Sle: naship 1 ine a l'a\antuge dan,
BODCer le* dparts suivants de New York pour Portsu Prince
Haiti, diitcUnjent, durant Ir nuis de Mai 1981.
t\ base deMrlnorgon et
d'extraits de plantes.Gurison
radicale de Ma blcnnorrhngie,
des coulements anciens ou
rcents.Employe ainsi corn
ne le meilleur prservait
I'harmacie
Lrkkanc ChCVALLIBR
LiIlc, vis--vis du Kiosque
postal.
pices Ford
: s p'oori-
dls T. et
de mettre
----- j -------
bparti debsew lor/c.
Steamer"Cristotal" Il

'Buenaventura-
'Arcon'1 le
"Crisiobal" le
e 2>->Avril 1931
Arrivages fort au Prince
le7 iiai 1931
12 Mai 1931
26 Mai 1931
le 3 Mai 103]
le 13 Mai 1931
le 17 Moi 1931
le 31 U(i H! 1
JAS H. C. VAN REEI)
Agent Gnral
'**
tsm
Panama Railroad Stamship Linc
berne de frl et de passagers en lie
Plus rapide et plus direct service de transport de passagers etdu trt entre liai i
et les pcrtsEuropens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Paoama
Toici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre
Mrs. <; w. SHELDON
In rauce, Messis G.
Kcosse France
& Co- 17 James Street, Livkhfool. EnlaND
The folloaiiig lit ssr Ageuls at srisciMl ports iu Eurepe :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Meurs (i. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, Knglan
W. Sheldon & Co. are renfesenteddby tbe tollowinfl ttiios
Glklati.y HbNKBY & Co
21 Hue de la Rpublique
Marseillcs
Hbjrnd Peron* C*. L'.d.
53 Quai George V.
Havre.
iIkhnu I'khon & Co., Lld.
Hue du Mon!in Vapeur,
Boulop.ne sut Mer.
Alsera E.A. BiNnra Je (
21 Allengade, Copenba^eu.
Oslo, NorWAY.
International
Speditionsselkap Oslo.
MILAtlanTIG PnBIOHT CORP'N
Mtini sus. Hamburg 1.
Germa ny
^Messns Atlantic I'ukiqut
COHFORAIION
Germa ny
Messrs \tlantic I'ukinght
Corp'n.,
24 Quai Jordaerrs,
Antwerps, Blai uni
Hirn Peron A CJfLid
9 Hue des Mai is,
Paris.
Hernu pBRON & Co l.id.,
Hue' de Tranquilit,
Dunkerque.
Pour faciliter
tairesd F >rd M
leur permettre
leur voiture ,,Fordu en par-
lait tat de servies, nous leur
accordons un escompte de
39 1/3 o/o sur toutes les pie
ces Modle "f ', sans excep
- ........ a tio .
N'hsitez pas pour rparer
A VENDRE votre Ford, voiture ou ca
....... mion, et les avoir en bonne
Nii-nble.Ji-sjeud..sa on ei. condition de fonctionne-
osier, rhig^raleur leclnque,
chaises en acajou. ment
S'adresser au capitaine G. D Nous avons aussi rduit les
acksor. prix de nos accessoires de
T rg-aa, en lace de la me U. tt i /o, l Is que :
kLonsses.Csdenas ds roues,
Ciment pour Radiatear Gas-
kcl Cernent, Blow Dut l'.it-
ehe. Capote poursrigsi sr
rire Ko-idstor et Coupe.ete,
ste
Qran le Rduction su" las
di nensions de Pneus Goo
drich
29 x 4:7 6 PryStt5 8|)ly
83x4 Heavy Dey 34 .41/2
lleavy Duly.
35 x 5 lleaty Duty 32 x 4
Heavy Duty.
SI x 4 1/2 Heavy Dut .
33 x 5 Heavy Duty.
jvus est tmem tant garantis
N'oubliez pas que mdia
Garage est le mieux quipe,
excute les meille rs travaux
et aux plus bas prix, par
exemple: (uaissage complet
par air comprim Or 1 50.
HAIT1AN MuTORS S.A
Grand'Rus- Phone-2379
FAITES RARGENTER
. VSCOUVERTS
Chez
H. BALLONI Fils
Port-au-Prince.
PRIX
Couverts argents 120 gis la djU4.de paires $ or 10.00
t \h\ grs ! 9.00
i 84 grs
s 72 grs
.


8,00
7,00
Couverts dessert argents
11 urs la du /. de
Louches argentes 18./ s la pice
uaires
Petites tuiliers argentes a 18 grs. h doua.
1} grs
u .< 12 gis.
or
c
4
7,00
3.014
2,00
3,50
3,0b
%4
Mauubtsiiecoatsauxargfatsagrs 4.00
i i c 18 grs i 3,5o
v 12 grs la doufciioe or 3,00
Toute l'orfvrerie agence avec poinon de Matre et
poinon de c barge d Argent.
I
Iemnu Peron ft-Co
9 Rus Roy,
Hordeaux.
Ltd.,
GlNOB, Italy. "
Messrs HlNRY COB & CLBRirj
Pia/za S.Mattbs) No 15Genop
, COTTHNULUG. SWEDBN
Nordisk Express,
Cothenburg.
Messis Atlantic FrBMJUI
Corr'n.
Kon Km m a olein 3,
Rotterdam nolluod
Messsr Steim asn A Co
! N'oublier
jamais!
Qu'un bon jnseignemeir clas
siqae, moderne, de la l'ime
ila philosophie, qu'une srieuse
' rapide mdiode de Ij S t'-no
Dactylographie; de ia Compta
bilil ei de Langues vivantes
se rencontrent L'INSTITUT
TIPPEN'HaUER.
N'oubliez pas la pension sco
laire discipline et srieus".
1357, ru- Lamarre
Tlpheoe, N 2801.
Manufactuie Hatienne
ae Ciaoi et les
GEBARA&C
LES CIGARETTES
lit Bas Fantat-Lon
"Dessalinienne*
- Colon *
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
e laftoeste de leur aran jfont les dfies
des vrais ^m r'c nrs
^WS"
Km*
*!S-~
(liii/aiio
Co qui n'aja xaU t tait.
"iGa qui ne eut tre dpass

i
C'est le Vermouth le pins agrable, le plus toi iqua al
P''T consquent le plus ap i i.
LE CINZANO BLANC s eu les plus hautes recom ; '
Ptnses a toutes les expositions et se vend sur place un
Prix des plus raisonnables.
En gros chez A. de IfATTEIS.*
Kola Ghampaqnc
F. SJOURN1
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
GthrJ Caf de France
S>i> la direction avise et iolellitaei* de \1 laaiaur Praneoi
iral ii qui es' deven i l'auoci d< afoosicur Patnsi, le proori-
raira de eet atiblissement qui n'a nas(4'xi', Ii GRVVD CAFiS
DE FRVNCB, oil i ses ai-nib'j et dutnigi* elieats, les
itioui Im plu* laas, le; vins l toutes proveatn
iv, Ciga.ee ul Cigerattes, Sislsfisliis, va is. d
ces les
es prix
l>rpar,ti(iU et Vente
PHARMACIE P.SEJOUQW:
Angle des Ruus Houx el du Centre.
i ivi i nul
p1 i< choisi
difit it iou(i so>icuri"!>;".
L'h ue I Io |>!u, *y u iiqu oiimrn e> e Is neUISSi
tir i t ' ra^t! .t d Pranee.'
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland \]
utr'da GENERAL a est une des pins puissantes et des plus vastes organisations
Je ce genre. Le teleil.ne se coin be jamais sur son champ d'aeiios qui embrasse l
monde^
SesjPoliccs contre incendie (Couvreiit'aasei les deuils occasi >u lj par la toujlre
Ses PoMces peur Antoruobilaa couvrent vels, incendie, melveilb.Dee, dommage!
causs 'iiti ni duus sa perseune ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables ea HaiO
*"jSes Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
^urs devraient donc prendre la prcautiuu de se munir d'une police contre accident
au moins 4000 dollars, lu prime annuelle n'tant que de 1/2 / soit 20 dollars U. C
Veuve F. HKHMINGHAM, Aux Caves
Agent Gnral pourliaiU.
SOUSAGENTS ^ort-anTitinse, C. GILG
JEAN BLANCHETr mie
HATKIZI & Co./ T.lphone 2341.
'- .- ^mmwff/mjsgmy... mmmm

r
i 1 tlljm
us uru tue
i lue des plus lortes, COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSUHANCE
sur la VIE
EUG U BOSSE & Co,
*
Auents Gnraux
Aieiwwrf


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs