Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03886
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 20, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03886

Full Text
!

Clment Maqloire
DIRECTEUR
1358, RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE .N-224
3E
25me ANNEE N* 7261
PORT-AU-PRINCE ( HATI )
J'appelle Intolrant
par principe tout nom-
ma qui s'Imagine qu'en
ne peut tre homme dn
bien sans croire tout
ce qu'il croit
J. .1. 1101 l \i
LUNDI 20 AVRIL 1931
!' f '
Vrit Constitutionnelle

Personne n'a jamais ni lment. Il a dcouvert que
absolument l'existence du
droit de contrle des Cham-
bres. Ce droit de contrle
s'exerce par rapporta ia res-
ponsabilit ministrielle. Mais
il y a a distinguer la respon-
sabilit adminisrrative et la
responsabilit politique des
ministres.
A l'gard de la premire, les
chambres exercenl leurs pou-
voirs de contrle sinon plei-
nement mais dans une trs
large mesure, puisqu'elles dis-
cutent et votent le budget et
procdent au rglement des
comptes. Deux oprations l-
gislatives d'une importance
essentielle, du point de vue
de l'Administration gnrale.
C'est l'gard de la respousu-
bilit politique des ministiest mei
:on(role| con
que leur pouvoir de coul
6
est dtaillant, parce que dc-
ourvues coustituliounel-
emeni des moyens de l'exer-
cer. C'est cela que nous sou-
tenons.
Un docte juriste a crit le
contraire dans la PRESSE.Ce.il
videmment son droit. Mais
c'est aussi le ntre de ne pas
c'est seulement en thorie
que le droit d'interpellation
n existe plus dans la Constitu-
tion. Il y avait, parait-il, une
faon pratique de faire cela.
Les rdacteurs de la Constitu-
tion ne s'en sont pas aviss...
Tout de mme de l'avis du
savant lgiste, le droit d'inter-
pellation deconstitutinalis(\e
mot est de lui) cne survit-il
pas ncessairement, tel qu'il
est fix dans les rglements
des chambres ? On avait
cr, jusqu'ici, parce que la
thorie et la pratique parle-
mentaires l'enseignent, que les
rglements des Assembles
n'obligeaient que leurs mem-
bies. Notre juriste nous ap-
prend le contraire: ces rgle-
ments ont la valeur de lois
stitutiuuuelles.


;
C'est pourquoi il soutient
doctoralement que le droit
de contrle du Pouvoir lgis-
latif sur le Pouvoir excutit
reste donc entier dans la
Constitu ion de 1918. Mme
quand, en thorie, celle-ci a
supprime les moyens de
contrle?...
accepter 1 interprtation que,| Comm.ut alors cela se pr
du haut de sa transcendance,
il donne de certains textes
constitutionnels. Voici l'arti-
cle 16 de la Constitution qui
rgle les rapports des minis-
tres avec les chambres : Les
Secrtaires d'Etat ont leur en-
tre chacune des deux ch un-
bres, ainsi qu' l'Assemble
natiouale, mais seule eut
pour discuter les projets de
lois proposs par le Pouvoir
Excutif et soutenir ses ob-
jections, ou taire toutes au-
tre? communications offi-
cielles.
Ce texte est clair et net. Il
n'est point besoin de l'expli-
quer. Il se suffit soi. Mais
voici comment l'interprte la
juriste de la Phbssb: En d-
pit du mais seulement, qui
veut tre restrictif, reinaiquv.z
en quels termes gnraux est
conue la partie finale que
j'ai souligue. C'est pour taire
toutes communications offi-
cielles, quelles qu'elles soient
donc, sans en rserver eu en
excepter aucune, que les Se-
crtaires d'Etat ont leur en-
tre dans les Chambres. Or,
il est etilain que lorsqu'un
ministre, en vertu del res-
ponsabilit dicte par l'arti-
cle 87 de la Constitution,vient
fournir aux chan bres des
explications qui lui sont de-
mandes sur un acte de sou
Dpartemenf, autrement dit,
lorsqu'il va tre question,
ou interpell ; il y entre pr-
cisment pour taire des com-
munications officielles. Pas
autre chose,
C'est pourtant autre chose.
Les miuistres peuvent, en de-
hors des cas prvus, se pr-
senter devant les chambres
pour leur taire telle commu-
nication qu'ils jugent nces
aires. C'est l un acte dpen-
dant d'eux et que commande
leur seule apprciation. Un
acte de libre volont gouver-
nementale. L'Excutif le tait
comme il pourrait ne pas le
laire. Cest aflaire d'opportu-
nit pour lni. Notre juriste
veut que cela quivaille
fournir des explications qui
sente dans la pratique, c'est
ce qu'il est permis de savoir
par un exemple tout frais. A
une sance rcente de la
Chambre des dputs, M.
Descartes Albert proposa da-
dresser un message au Prsi-
dent ue la Rpublique pour
lui demander des renseigne-
ments sur les rumeurs dont
un journal s'est lait l'cho,
iuuokr.ni -.. uvgiciuiiuus
pour un emprunt extrieur.
Aprs discussion, la chambre
repoussa cette motion. Sans
insister sur le singulier pro-
cd du message au Chel de
l'Etat sur des questions de
politique gnrale, on peut se
demander pourquoi Monsieur
Descartes Albert, s'il a le di oit
d'iuterpeller.n'a t il pasusde
ce droit devant l'importance
de la quesliou qu'il a soule-
ve ? C'tait bien l matire
interpellation ou il n'y en ot
jamais. Mais la Chambre sait
l'tendue de ses pouvoirs, la
limite de son droit de con-
trle...
plutt que de se livrer
des exercices subtils de dia-
ler-.ique pour essayer dfaire
entendre autrement, que u'en-
visage-t-on pas la rvision de
notre Constitution anti-lib-
rale?
Victo THOMAS.
AVIS IMPORTANT
Nous avons l'avantage d'avi-
ser le Commerce que nous
ne reprsentons plus, partir
d'aujourd'hui, la Maison D'A-
gostino-Gabits Co. Inc., New-
York, Maison s'occupant de
l'Kxperlation des poissoaisals.
Port-iu-Priuce, le 9 Avri| 1911
L I'Bfiar/UAMN-Ar.f.KHHWLU &C.
Qie tois se prparait...
A venir voir et applaudir, L'A-
gonie de Jrusalem , jeudi
Haltiaaa .
C'est un film mis en scne
par Julieu Duvivier, interprt
par G. Mndys, Van Daele, Schulz
sympathique Gaston Jac-
et le
sont expressment demandes c,u, L
.....'- i >' >""iii C'est ane mouvante tragdie
an moyen de l'interpellation.
L'interpellation n'tant pas
pas admise par la Constitu-
tion, on ne peut concevoir
comment le ministre sera ap-
pel et tenu de s'expliquer
sui un acte le sou Dparte-
ments
Il est difficile, mme l'a;de
de subtiles arguties, de con-
tester cela. Aussi bien, notre
Juriste ue le conteste pas net-
moderne, tourne Paris d'a-
bord, Jrusalem, Bethlem, Na
zvrelb, Bethanie, Tibriade,
Cana, Jricho, Siloe, et le Mont-
Thabor ensuite.
Vous assisterez i l'imposante
procession du Vendredi S des ftes de Pques, a Jrusa-
lem.
C'usl le premier fllm qui a t
tourn par autorisation spciale,
Sur la Voie Douloureuse .
W>BII,,'3&.
y--;.- .' '
Facilite ia osnjm* lA formation dis
DONN LA FOPtCe ST LA SANTtf .
IxiGE* LA MAR^J* -' *. "'. ';'
R*f-*NOUr DANS L BUTIL !
"> IMITATIONS .-35 ;
r~n ii milita miiwiwm11 m Mi i irr-f:w^
ALIX ROY
29 annes de succs.
*' **.>**. .***
Comit
Hatien
Pur le 2enie Congrs inlernalional
de Pathologie loin parte
- o
t/est avec une joie trssin
cre que nous avous appris le
succs de pins en plus vident
PuvSq^JIPtt ter*fi tien pour le 2me Congrs
international de Pathologie
Compare.
Les dernires runions m
dicales organises les 21 Mars
et le 14 Avril dan* les saloos
de Tactil et dvou Secrtaire
Gnral, dans le but d'euten
dre e' d'apprcier les rapp ris
qui ont t prsents par le
Dr Flix Coic u sur le rle
des Blattes comme hte de
certains parasites intestinaux
et Msur jla douve observe
comme agent vecteur dans
l'ui de poule, ne foui que
hautement l'attester.
Le Dr J. C. Dorsainvil qui
les prsidait avec sa matrise
habituelle fit, la premire
sance, le compte-rendu de
l'entrevue que les membres
du bureau ont eue avec le
Chet de l'Etat, exprima sa
satisfaction pour la haute
marque d'attention dont ils
ont t l'objet, et rendit un
clatant hommage Son Exe.
le Prsident Vincent qui a
bien voulu accepter l'aimable
invitation du Gouverueine.it
franais.
Aprs qu'il et termin son
discours, le Dr.l.C. Dorsaiuvil
donna ensuite la parole au
Dr Flix Co cou dans les ter
mes les plus aflecliipux. Celui
ci. plus d'une demi heure,eut
l'honneur d'exposer sa thse,
parseme de considrations
personnelle-:. ^s sujets, quoi
que difficiles, furent dvelop-
ps avec aisance et dans un
cadre essentiellement scienti
tique. Les applaudissements
qui les salurent la fin ont
R^fl?aVe1^s*ft^yWal
toire. j
Des copies de ces rapporta
oui t ensuite distribus aux
membres pour qu'ils en don-
nent leur apprciation, A la
runion du 14 Avril, o d'im
portantes questions ont t
soumises et,,en mme temps
rsolues, ils en ont examin
les diffrentes parties par faite
ment intelligibles et on eut
iagran le joie de voir le Comit
1 unanimit, manilester sa
complte s itislaction.
C'est alors que le Dr Char-
les Cautave, dans une mou-
vante allocution, tlicita le
Di Flix Coicou, rsumi 1 ac-
tivit scientifique et morale
de l'oeuvre pendant ce> trois
derniers mois et remercia
enfin ses collaborateurs pour
leur prcieux concours. Son
discours, que nous repro lui-
sons plus loin, lut vivement
applaudi.
Tout en prsentant nos sin-
cres compliments au Dr.
Flix Coicou pour ses impor-
tants travaux, nous ue devons
pas aussi oublier, eu tenant
compte ^UrtOUt du rsultat
obtenu pour le bon renom du
pays, l'iuitialeur de cette u-
vre, un des membres actifs de
A vendre
lionne radio *F /M prit* di-
recte sur courant. lampes.
Un terrain au liais Vcrna.
S'adressera Mme (liambers
l.S.M.C.
Avenue Charles Camcau.
feu de Chose.
Attention!! !
Avec la nouvelle Loi sur le
Commerce, Ions les comn.er
a nts seront obliges d' voir une
comptabilit rgulirement te-
nue et en franais.
Jcan MAGLOIRE,
Comptable
Diplm de l'Ecole F
de Paris,
Offre ses services,pour fous
travaux et leons particuli-
res de dompta bilit.
Tlphone : 11241 et .1242.
'"
ce Congrs, le |)r.("h Cautave,
l'autorit et l'habilet de
qui l'on doit ces sances admi
rablement ordonnes, et qui
montrent clairement que le
Comit qu'il a form s'est di-
gnement acquitt de la lche
dlicate qu'il s'tait impose.
Nous attendons maintenant
la dcision du Gouvernement
pour la nomination des dl-
... voif, avec plaisir, que Le
Nouvelliste a annonc qu'
cause du dpart de notre sym-
pathique contrre Ernest G.
Chauve! pour l'Europe, noire
autre et non moins sympathi-
que contrre, Prsident de la
Commission (omiunnale de
Poi l-au-Prince, reprend eftecfi-
veinent la direction du dit jour-
nal, tandis que noire consul
Antilla, noire ami Marceau I)-
sinor.en redevient le rdacteur
en chel.
... voit que l'un de nos jour-
naux nationalistes vient de ren-
contrer le Brigadier-Gnral
Mussell, dans l'apprcialion de
la mentalit hatienne. On se
rappelle l'motion indigne et
profonde que produisit le rap-
port du Uaral Russell dans
lequel il disait que le peuple
hatien a une mentalit d'en-
funt de sept nns. Ce journal
dont il s'agit, propos del
sance o la ques'ion de I em-
prunt lui agite par le aput
Descaries Albert, n'a-l-il pas
crit : sance qui nous a fourni
l'occasion de constater le nom-
gus qui doivent reprsenter i bre de mentalit d enfants dont
rlaiti ce Congrs Inlernatio ; le Corps des dputs est en ma-
nal et nous osons toutefois t jeure pwrtie compos. Il ea
esprer qu'elle se lera tant resterait qu' fixer l'ge pour
tarder dans les meilleures
conditions
pays.
possibles pour le
Voici le discours prononc
ilcvifil)\>C~Srh "tafthe 'nariouui
pour le deuxime Congrs
de Pathologie compare la
sance de clture :
Chers Collgues,
Permettez-moi tant
nom, qu'en celui
en mon
du Comit,
envisageant surtout l'initiative
qui m'a t gnreusement
donne par le savant Profes-
seur Ch. Achard, prsident
du prochain Congrs de Pa-
thologie Compare, et sans
nullement prjudicier aux
droits de notre distingu pr-
sident le Dr J. C Dorsainvil,
d'adresser au Dr Flix Coicon,
pour ses remarquables Ira-
vaux adopte l'unanimit,
nos plus sincres llicilations.
J'ollre galement aux mena
bres de ce Comit mes plus
vifs remerciements pour le
concours trs prcieux qu'ils
n'ont jamais manqu d'appor
ter dans ces runions, el aux-
quelles je me plais ici ren
dre un clatant hommage.
J'en garderai un agrable
souvenir el dj je me sens
heureux et fier d'avoir t
savoir si les nationalistes sont
' tout lait d'accord avec le Haut
Commissaire. La Chambre des
dputs, comme le clbre or-
tphonlcG, //dt.s jours de mar-
di-gras, aurail-'lle chang de
chains de reprsentation / On
verra.

... a vu, avant-hier, comme il
y avait plusieuis aatomobiles
: qui attendaient, le patron, M.
lri.i\ (i. Diplbmy, venir servir
lui-mme ses clients pour acti-
ver le service. Bravo, patron I
On ne s'abaisse pas en faisant,
pour un commis dbord, ua
peu de son lrav.it1. \\i contrairel
... l'a vu tendu sous une ga-
lerie. Heureusement c'tait la
soir, car il tait positivement
nu. Mme ses clnussettes taient
absentes. Il s tait couch l
ap es une cuite srieuse. Et com-
me il roulait plaisir, desseins-
travail qui pistaient s'avanc-
rent et profilrent de son som-
meil pour travailler. l\-, le d-
shabillaient consciencieusement
et s'en all.eut emportant, tout
naturellement, le trait de leur
travail. El loisqu'il se rveilla,
d arut sincrement qu'il tait
chez lui, et tenta (.'e recommen-
ter dormir. Mail des voisins
Slerts le secourent, et le pau-
vre uemine, nouvel Adam,
rasant les galeries, se cachaut
de ses mains ce qu'il pouvait
cacher, gagna sa demeure en
ARTICLES
DS
Premire (Communion
Chez Flix Lavelanet
Brassards, Anmonires,Chapelets, Livres de prires.
Chaussettes blanches, etc.
Demandez galement les produit* suivants:
r Zomomalline : Fortifiant idal d'un got agrible.
[l Flnorofer : Euergique reconstituant, action immdiate.
' Antidote Malaria : Contre le Paludisnv, la M laria.
* "Notrope'*: Contre les Kystes, Tusneurs.Fib ornes et cancers.
Avec un traitenaeat rationnel par le 'W'otrope' vous pou-
vez viter les risques de l'Inlervenliou Chirurgicale quand
il n'y a pas urgence.
S'adresser feux ^AVELANEr
208 1 ; mv,-iv e, 'J08.
P. S. Nous tenons des ech iti'lo.is de nos produits l
* disposition des mdecins.
aussi l'objet de votre part jurant, mais un peu lard, qu'on
d'une si grande considra- ne l'y reprendiait plus.
lion.
*
*
... la vu, entrant dans une r-
daction d'un de nos |ournaux,
le front et les aisselles ensu-
ls. Il se pencha prs d'un des
eurs et lui dit l'oreille :
u ai pu
vous assure que c'est
Je n aublu-i j | pas non plus
dans quelle atmosphre de
sympathie el d'enthousiasme
vousavez travaill pour alltin
dre les buts que vous voustitz LJj-i
proposs, il m'est particuli- Je Qe m ,rouy M
rement agrable de prsenter therch partout le Bord-de-
au prsident et a ses dvoues Mer> je u>aj pu nen trouver.
collaborateurs les sentiments
d'admiratiou que va inspirer
uotre pays l'uvie que vous
avez accomplie el dont l'im
portance ne saurait chapper poiter. Une lois, il avait sppor-
personne. Avec votre colla- t la nouvelle de la mort dune
brfrajion. ^ |f" ~ K^lta^S&^S
constitue une uvre grandio- g ioQ du j0Urnl. on il-
se et considrable Elle est faJJa au Directeur pour lui
manifestement le la.it incou lt que ie morl tait ea par-
tesiable de vos eflorts, de |,:;lt sant. Et il fui dcid alors
votre dvouement et de vu.ie ()U'cjh u'aauoncerait les dcs
/olont. .uuavec, comme pice l*ap-
Ie
Ma>s je
vrai.
Le rdacteur clata de rire.
Et il conta l'hisloire de ce
Je suis encoreobisj, une.p
uuavtc, couitue pice a rep-
! pui le billet de laire-parl. Et l
\ dernire lois, Cher s Collgues, billet de fairt-parl qne le bon-
avant de nous sparcr.de vous Uotuiut avait t cherch tait
remercier du meilleur de moi SfW ^^* ^S
mme dnrolr puissamment .M SirNiC0iasLoQgworU. n
Iontnbue a un rsultat ^ lcomprend qu'U ne l'ait
i
k*
trente.



PAGE 2
#
MUmATEO
lElMATlN^ 20 Avril 1931
L'autre I Propos j La Loi sur le
prcsliael humides Commerce.
Sous la prsidence phni l '
de Mr Eugne Roy. nous Mi-
mes sur les boulevards de I a-
hstout un loi + "i^nts
d'Hati en Euro,, m-ruts gen-
tilshommes aux allures lourdes
trs peu qualifis pour la fonc-
tion. ,
Et ces nobles envoys, loin
de gagner leurs posl-s respec
tils, avaient, dans un inouve
ment d'ensemble, tabli d'em-
ble dans le Pans-lgant
ane suite de lige Boclel del
reprsentation hatienne en Eu-
rope. Us se promenaient per-
lant dans ia ville avec des
accoutrements ridicules, dco-
rs aux couleurs nationales
comme des perso- ig( d'opra
boufie.
Tri mus de cette boni..
nous avons e I eftet adresse
toutes lea peraonnalitl de tou
tesles villes d Hati la protesta*
tion suivante :
o
o.i me contait l'histotre (advenue
; ..lis un dput. Il tait question
d'une rectification a taire aa procs-
verbal de la sance prcdente.Notre
jeune dput, lgant.disert, enthou-
siaste, qal voulait montrer on talent
de parole, allait souvent la tribune.
Il ai mail surtout a discuter contre le
ministre des finances, esprit fin et
Ironique.Dn ton le plus suprieur, ce
jour-l, il lit :
Ce n'tait pas ncessaire de sou-
lever loi cette question. On aurait pu
ni Moniteur publier des erratum...
Le ministre, se soulevant douce-
ment de son ligi et rajustant son
monocle :
Des errata, M. le dput.
Confusion de l'orateur. Hilatlt g-
nrale. Le ministre avait marqu UU
point sur son adversaire.En ce temps-
.i.ii v avait en face le le Chambre le
caf de Nomie.Le dput alla s'y re-
monter...Il n'existait pas le prventif
ineitimabla, RHUM SARTHE CA-
CHET D'OU, qne nos Inviolables si-
rotent chaque ion axant d'aller en
tance. Ce qui permet au orateurs
de parler d'abondance et sans risque
que la langue leur fourche...
La Conque ou Lambi
A Jean-Joseph Vilalre
PROTESTATION
Les Membres le I Colonie ha-
tienne a Pai ls, mus des nouvelles
nominations d'agentdiplomatiques
et consulaires mites a Hati poui
riiKipc.se sont runis pour pi oies
1er avec nergie et indignation contri
ces nominations irrflchies.
Lse nouveaux agents nomra > ni
remplissent pas les condition con-
venables pour reprsenter la nation
haitienneea Europe, exception faite
de MM. Bellegarde ci (.aine pour la
France.
Les Hatiens qui habitent l Europe
eni doublement droit de demande)
leur (iouverurip.nl de mire res-
pecter la dignit du nom hatien u
l'Etranger, car ils sont les pvemlera a
en souHrir.
C'est pourquoi nous exprimons le
veau eue le Gouvernement tiaitien re-
vieniic sur ces nominations et r -
coinucnse si c'est Dcessaire ces
eitojeni dans les administrations
publiques du Pays, s'ils ont rendu
des services utiles.
Nous iccoininaiiilons encontre dp
ne nous envoyer en Europe une des
tiliments de forme ayant dj des
habitudes des murs europennes et
nul ont au surplus le sentiment de
la dignit pour remplir, attachs
leur*postes respectifs, les devons de
leur mission et non des llards ou des
.....- *. ,; ..li li.-nl Iniis cous
des soins de Clinique OU pour s pro-
mener sur les boulevards et dans les
boites de nuit.
Paris, le 1er Juillet 1030.
L'Espagne
dans l'anxit
l'ar sans-fil
MADRID.-L'Espagne esl r s-
es li lis jours daoa I anxit. Ls
; il.i ogne :< dcid de i ester
.ci ire de l i Rpublique d Es-
. |; i| i u que
U Parle-
ra .' dcide lu gouverneme t
I finiiif. La Catalogne devien-
. iomi, mais les deux
(publiques d Espagne et de
Gatalogo auront un Parlement
nixte p mr viter toute divi-
kjh (!:;):. celte nouvelle nation
u loroialion
Une srie de proposions ont
. t coi venues entre Iroia re-
prsentants du gouvernement
Madrid avec le Colonel Ma-
i ia, nota minent la suspension
la Rpublique de Catalogne
i isqu'aux lections.
Au moins 24 heures aprs
voir acclam le roi Alphonse
XIII. le gouver lement fi an
ais reconnaissait officiellement
nouvelle Rpublique d'Es*
pagne, comme membre de la
lli t pas' ( oifipte' m/'lmu'lY-nfi
gouvernement ; il a dil / "Je suis
ucore roi de toute 1 Espagne et
| crois que les lections nie
retourneront au pouvoir."
-~" ... s
Nous voudrions que pour
chaque Domination a l'Etran-
ger, on pense no. conseils qui
doivent tre, d'aprs nous, le
m tttiment de tout bon citoyen
Car beaucoup de nos chefs
d'Etal dans le pass, malgr
leur culture et leur conception
des choses d'Europe, avaient
trop souvent nglig 1 d o
lairo leprsenter h l'extrieur
fiai les lmen i convenables
llae I beaucoup di ceaenvoys
n'oal lais ! de tiistes s i
Venus trop pli int (i me U i
el de houle. Nous avons lin-
t- ieur dj i assez de ti iste
po ir De p b les expo ei l'ex- .
ter uiro notre couleur se d- I foc< upalions lc leur gouver-
igae l'attention publiques, ement sont diriges avec tasl
Horn-Line
Le Steamer i Frida Horn .
i nant du Sud, sera ici vers
le 22 courant, en partance
pour l'Europe via les porta
Nord, prenant du bt.
Port-au-Prince, 13 Avril 19:31
REINBOL & Co, Agents.
.e peuple les a
lonfiance. Dj
investis de sa
les premires
Maintenant la
et nous voila en
mu Ihode vt i le prestige et
s grands senlimeols qui lont
roue a lourn
late de nom- honneur dune nation. Nous
mes aux ides vraiment patrio ouvona donc que faire eon
liquea. Leur vie politique leur fiance a leur patriotisme.
tonlre un brevet de dignit. L'homme m: i.a hue.
Pendant tout le mois d' ivrU et l'occasion de
leurtranstert dans lea -s nouveaux magasins
Bonlos. Aboudi & C
Rues Courbe et. du Magasin de l'Etat.
t Ancienne Italie ftevest >
ORGANISENT UNB GRANDE VEN1E RCLAME
A DES PWX DFIANT VOUTE CONCURRENCE.
Pour marquer l'icauguintion di nos nouveaux locaux et afin
d'aider les iamilles lutter o i a crise, BOUS avons -
duit sensiblement les prix ,' s u articles el vous invi-
tons cordialement venir vi r nos Douveaui comptoirs
o vous trouvres loul ce >l i I vous poovex avoir besoin
en lait de : tissus de col m,T 0 tes, Crpe de chine Bas,
Chaussettes.Brodeiies, Dentelles, etc.et o le meilleur accueil
vous sein rserv.
Des prix exceptionnels de gi s seront consentis ail" corn-
Berants ainsi qu'a s marchai] les de la province.
Ne manquez pas celte mise t n vente sensationnelle qui ne
durera que quelques |o BOULOS, ABOUDI & Co
Speeialisb s eu tissus.
Ij-s magasins les plus Spacieux, les plus modernes, les mieux
assortis, et vendait' le meilleur march de Tort au Prince,
o
Pour\[r pondre au dsir ex-
prim pur et nombreux lecteurs
tant de lu Province que de Port-
ait Prince, nous commenons
aujourd'hui la publication de
l'importante Loi sur le Com-
merce, qui est actuellement
l tude, deuant les Chambres, en
mme temps quelle dfraye,
toutes les conversations :
LOI
STP.MO VINCENT,
Prsident de la li publique.
Vu l'art. 51 de la Constitution;
Vu les Titres I el II et le art.
620 et suivants du Code de
Commerce;
Vu lus ari.7, 8, 13,14, 16*27
de la loi du 27 octobre 1876 sor
la rgie des impositions directes;
Vu les lois des 2 juillet t 'in
septembre 192 conesrnanl l'ex-
ercice du Commerce intrieur
par les trangers;
Vu les art. 1 el 2 d la loi du
17 juillet 1029, modiflcative de
l'ait, 5 du Code rural;
Considrant que les change'
menta survenus flans les con-
ditions du Commerce crent la
ncessit de modifier certaine*
diapositiooi des lois sur le Com-
merce, actuellement en vigueur,
en tablissant une nomencla-
ture ou classification des dift-
renies classes ou calgerias de
commerants et en dfinissant
et en limitant leurs activits
respectives;
S'.r le rnpport du Secrtibe
d Eut la Commerce ei de revis
du Conseil des Secrtaires d'L-
la;
A PROPOS:
Et le Corps L/g slatil a vol
la loi suivants :
i.tre I
Du Commerce en gnral.
Ait. 1. Sont commerante
ceux qui exercent le Commerce
et en lont leur prolession habi
tuelle.
Art. 2. Le Commerce natio-
nal se divise en commerce d'ex-
portation et commerce U'impor-
Le commerce d'exportation
est l'ensetne'e des oprations
de circulation et d'cb inge des
produits nationaux sur les mar-
chs trangers.
Le commerce d'importation
est l'ensemble des oprations de
circulation et d'change des
produits trangers sur le March
National.
Ar\ ',i Le cumul des pioles-
sioos de Ngociant Exportateur
et Ngociant Importateur est
psrmia pourvu que l'exe cice de
chacune d'elles soit couvert par
une patente spare, cantonne-
ment aux lois fiscales.
Art. 4. Pourront nanmoins
tes Exportateur! et Usiniers im-
porter, en celle qualit des ma-
tires premires, instruments,
matriel el accessoires, mais seu-
lemenl pour les besoins de leurs
entreprises, en quanlit et de
genre en rappoit avec l'impor-
tance et la nature de leurs Eta
blisseaaen s.
Art. 5 Pourront galement
les Importateurs exporter, eu
celle qualit dis chantillons de
produits, des instruments, rci
pients, matriaux d'emballage,
etc., etc. rexporter des mar-
chandises ou produits trangers
admis prcdemment sur le ter-
ritoire national,sait en entrept,
soit dfinitivement.
Art. (>. Le Commerce d'Ex-
porialion est libre, seul les res
trustions qui y sont oa aaronl
apportes par des lois ou r-
g'euieiitsparliculiersde policeou
de standardisation.
(A suivre)
imilillU. llflMIi LIMK
Le bateau Feodosia, ve-
nant d'Europe, est atteudu ici
vers le 21 cri., en route pour
Santiago de Cuba, Kingston et
Sto Domingo, prenant fret el
pass ij;ers.
Le navire Amassia de re-
tour de Cuba, sera ici vers le
27 rrt, pai tant pour l'Europe
via iesportsjdu Nord, pien*nt
du Irt.
REINBOLD & co, Agents
I
Sur la plage, o la mer entrane sa rocaille,
La conque spirale, au baiser du soleil,
Tend ses lvres de nacre fine an ton vermeil,
Muettea soua les plis de leur grossire caille.
Puis sa voix, voquant le cri de U racaille.
A la vague plonge en son calme sommeil,
Sonne, telle un clairon, la tureur d'un rvei ,
Pour la iaire merger eu mouvante murant".
Et son timbre, l-bis, travera la lort,
Par la plaine torride, et lumant sans arrt,
Au berceau du vallon crnel de verdure,
Soulevant, comme un flot brutal d'aventuriers.
Les ngres dtachs de leur chane, pre et dure,
Pour d'piques combats, hurle des chants guerriers.
Fr. LASSUUE.
_ ii,MMij^ssaueBjBBejaaw-isS-nT-''v n*"** -g'*: Tkt-^f t^et-^^OZXdsWtWeWfsist^f's^amm
Rception
au Palais
DE LA
Prsidence
Vendredi de cinq a sept,
eut lieu, i la t'rs dettes de
la Rpublique, une rception
des plus d slingues. l'occa-
sion de l'ouverture de la S s
Mon Lgislative aciuelle.
Le Prsident dw la Rpub'i*
que, 1res simple, trs accueil-
lanl, Irouva, au cours la la r-
ception, un mot aimable pour
chacun des invits, et cra, par
cette attitude, une atmosphre
de tranche cordialit qui ren-
dit plus agiables encore les
deux heures vcues en sa corn
pagnie. Mlle Rsis Vincent, do
son ct. DST a bonne gica et
sa distinction, tendait ia la^he
plus facile au Prsident.
On sortit tout feit henieux
de cette aprs-midi de laquelle
chacuu emporta une excellente
impression.
Presque tous les membres du
Corps diplomatique el leurs
femmes, presque tous les offi-
ciels du Trait, assistaient
cette rception o l'on remar-
quait la plus'grande partie de
noire lite.
Ce fut donc, ainsi que noua
le prvoyions, un trs beau
succs et nous sommes heureux
d'en fliciter S. I. le Prsident
de la Rpublique, et sa sur,
Mlle Rsia Vincent.
#**.v*. ftMSfsptajaMvvsjsjP SSHBAa.
Ole mesure nciijiqae
prise par le tioinrrueiufni
Par un Communiqu du D-
partement de I Intrieur publi
dans tous les journaux de la
Capitale, le Gouvernement a
porte la connaissance du pu
blic qu'il a rvoqu l'auonsa
lion q i il avait donne a la Li
gue Nationale des Sans-Travail.
Celle dcision a t pnse la
suite d une publication laite par
leComil de celle Ligue, publica-
tion suscep'ible de troubler l'or-
dre public, et en vertu de la
Loi sur les Associations et les
Runions publiques prise sou
le Gouvernement de M. Louis
Berne.
Celle mesure d'nergie, pour
laquelle nous tlieitons le Gou-
vernement do la Rpublique,
tait d'autant plus ncessaire
que, depuis quelques jours, l'o-
pinion publique est assez sur
excite, ce qui d'ailleurs n'a
pour cause que la misre ac-
tuelle.
LES
Etats-Unis
ETLE
Nicaraqua
Par tant ft
WASHINGTON. Oea cc-m-
mentaires extraordinaires ont
conru i Wsshington quand la
secrtaire d'Etat Stimson a aD.
nonce que la protection gn*
raie pour les citoyens amri-
cains au Nicaragua a t levs
et que loutelois cette protection
n'est garantie seulement qnj
dans les villes qui se trouvent
sur le littoral.* Des dpches n,
Ministre Amricain au Niort.
gua l'informrent de cette d-
cision et de l'intention des lau-1
Unis de retirer tous les Marinetf
du Nicaragua dans un dlai
deux mois.
Le Gouvernement Amricain!
a dcid de laisser la Gardai
nationale nicaraguayenne la ti-l
che de combattre les insurgs il
l'intrieur du pays. Le croiseur!
Rochester a a reu l'ordre dt[
se rendre de BlueHelds Bal-1
bao.
i Le secrtaire d'Etat Stimson
I dans une noie la Lgation
Mi.nague, a recommand qui
tous les ami i n : ins qui nei
sentent pas en sret vacuei
( le Nicaragua ou de regagner li
: villes du littoral o les navin
de guerre peuvent leur accor
der une protection ou les ti
cucr en cas de ncessit. CeuJ
qui ne veulent pas suivre
ordre resteront leur propr
risque, car ils ne doivert
esprer que des forces serc
envoyes leur aide.
Har Terminus
PLACE DESSALINES
Caf chic. Restaurant
de premier choix o l'on
trouve toute heure les
consommations les plusd-
licates.
Sandwiches sans pareils.
CuraHaynie Gale TraasalliDli
Le SS. Matons parti
Bordeaux le U courant, est
tendu le 25.
11 repartira le mme jourp
Santiago de Cuba et les port
du Sud.
La suite de l'itiniaire
fixe l'arrive du paquebot, j
Port-au Prince.le 20 avril 1
E. ROBELIN A C", Agenl
Funrailles!
Au Sacr-Cur de Turgi
onl u lien jeudi dernier, tj
heures de l'aprs-midi, les
nrailles de Mme CksrlesSa
bonr, ne H be Pierie-Andfl
Noes prsentons nos silice
condolances sux parents pro
ves, particulirement not
ami Charles Saaabour.

Empchez
QUE
votre telnl so fltris
DEMAIN SOIR
Bufalo-Bill
(SUITE)
Mandrin
(SUITE)
Entre : 0,50; Balcon : 1,00
DEMAIN SOIR
Le Juif Errant
O Eugne Sue.- Le *pec!acle le plus gigantesque du monde.
Entre : 2 et 3 gourdes.
Cenaer>ex vetro teint Irais et II
Les tches de rousseur.
hle, les boutons, les po
noirs, les tches du foies
toutes les fltrissures sim
res qui dparent votre
teint naturel peuvent tre
leves par l'usage de
LExelenU
Pommade de la peau
// a t soigneusement eprot
d essay 1 // est un ongu*
mdicamenteux, scientity
parjait. sans danger et
usage Jacile.
Essayez-le; vous serez salit
de ses rsultats.
En vente chez tous les
gulstes. Pour o,30 centit
seulement, il est expdi
rception du prix.
Ecrivez pour avoir un c
tillon gratuit et le livre
conseils pour la beaut.
EitltBte.jMeieiie, (Csaue!
Allaata, Weergia ISA.
Agenti demands pour
Pa.V. ,
Ecrivez pour renseignemti
U Rhum Rarbanconrl
boni la
UN

i. ^
t

;


LE MATIN- 20 Avril 1931
Page9
OHO DE
THOBAZEAU
Les abus d'un
douanier
o
Rhum Champion

Loterie Nationale d'Hati
Il oeus est revenu que le
Directeur de la Douane fron-1
partie
cent, se livre, de temps en
temps* des visites domici-
liaires chez les uns et les
autres, et s'amuse laire con-
fisquer tous les stocks de mas
et de pois ou'il rencontre dans
]e cours de ces visites, sous
prtexte que ris article! oui
d traverser lu ttontire en
contrebande.
Aussi l'moi de la popula-j
tion est grand et tous ceux
ol pos deit ch z eux pois (
ou mas M'eut dans l'inqui-
tude. Inutile de dire que le
no.nbrc est grand de ci ux que
ce dooani< r vide ainsi. < tr
ce n'es' pas n::t:e tbo^c qu'il
lui, mme nu pn li du ti c.
Hais ces pauvres gens, tant
donn le sa r .ictre officiel de
'eu- refsen
personne
LE MEILLEUR parmi LES MEILLEUHS. !
Dpt Anale des Rues Dants Destouches
StnSSiMkSilet Maaasin de l'Etat..
Reprsentants : j
Michel GIORDANI, S. Cap-Hatih.
H. DESCHAMPS, St-Marc.
Pascal A. BRUN, Jacmel.
M. FONTAINE
^Deuxime tirage 3 Blai
billel :lDn Gourde. Coupon: Deux bourdes.
Premier Gros Lot : Quinze Mii! Gourde
Lois de 5,000, l,r)0(), JrSO, 150, 100, &#, 25, 0, 15 Cou I I
Trois Cent et un Lots t piants :
LA FORTU. E POUR TOUS.
Vouspoorcz gagner Trois Mille Gourdes avecJDem (ides.
La Loterie Naiiouale oflrc le placement le plus uvai IflfSOX
aux Commerants, hommes d'Aftstres capitalistes, dsireux
d'entreprendre ce gnie nouvenn il"opi'i:lions.
En achetant les billets de la loterie, vous renouvele,
race ii un escompte, votre cspHal chaque mois et le deublec
tous les six mois.
Adressez-v.>us vile la Di ection de la Loterie, car dj,
les demandes y atfuent de tentes les villes a localits de la
Rpublique. Kctenei d'avance voire lot.
416, Hue lionne-Foi, Phone 3815. Ponau-Prince (Haiti)
Royal Mail Steam Packet C*
I Le stsatner Gabooni venant de Londres, Kingston elle
Port-au Prince.
m
uukn*munl>:
^.'ilHff.^TVlfmtfV ME
! tendent
(Li
g' uverce-
l'agent, leu<1en
timent jnaqn'
des Me; bres
ment et de son respectable
chet.et s'imaginent volou i r,
grce aux nr.:nes des ad ver
Saiies et des mccontuils qn<
c'est le Houvcnemenl qui le j
traile ainsi it la p ur tradis
tionneile de IAutomt 1*
rduit au silence.
Le Prsident Vincent, qui h
honore l'antre jour lhom.*-
tenu de sa visite, -irait p
ire vite mis an minant d<
cet abus criant si, jusiemeul
durant tout le temps de sa
prsence dans le bourg, et
comme si c'lait un lait calcu-
l, M Innocent n'tait cons
tamment ses cts, le suivant
partout et eu imposant ainsi
ceux qui pourraient profiter
de cette visite du Chef de l'Etat
pour exprimer leurs dolan
cas.
Nous attirons sur cette
situation l'attention le I' ctit
secrtaire d Etat du Commerce
et de l'Intrieur, M. Turnier,
prcisment plac par cette
double fonction pour interve-
nir et remettre les choses au
point.
A5>
SWilhr
&esh
liyeAir
\1MTHMjSSS3S
18oul^K |Qlobu!es tbaud
I
Sud est attendu la M courant, partant pour le
Anvers ol Londres, prenant li
I. J. B1GIO, Gnral Agent
Nord, Havre
Tl. 2311.

Rsultat* "'! v-; [\i ux. IU pren*l :.. repaie
Toutei .,,. ,\eilce ,
U DAZ.IOHOUX, 1 ilu Victor-Maa*
UcW-Cc!c :

loto*

, '.
icogj 15
IUILUg.tr'
Les grandes chaleur ai rivent i
Dcidez vous ds maintenant a installer chez vous in
Ventilateur Electrique G.
C'est le eul remde
Conditions de paiement vraiment exceptionnelles.
Compagnie d Eclairage Electrique,
Echaugedes ratificaiieas du Trait"
de Commerce entre Hati et
l'illcuiagaf
16 Avril 1931
Hier a en lieu au Dparle-
ment, entre Monsieur Paulcus
Sannon, Secrtaire d Etat des
Relations Extrieures repr-
sentant le Prsident d'Haiti.et
M. Georg Reinbold. Charg
BIRE NATIONALE
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr sa qualit
suprieure.
Protqez votre ooche et
e
votre sant en la buvant
Lykes Brothers S S C. lue
7'exus Baiti Sauto iionalnajo Porto Rico
Le seul Mivice hebdomadaire tt rgulier paseatera *
li et antre les ports du Co;ie du Texas ^eHrecteneeut avec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapidi et lejnaniemeal habile de mm
importations, servez voua toujours dus navires de ' LYKK
UNE.
Les prochaines arrives a Porl-an-Prinaj nasal
o/SaAImeria Lvkcs 21 avril 1881
S/S Margarel Lykei 30 avril IM1
Bureau : Hue du Magasin de l'Etat, Boite Postale D
oaiLtr
I

d'Affaires a. i. reprsentant le 1^,, /-m t i-o
Prsident du Reica Allemand, IU U IU 11 I .
IVtrkanop rtps ratifrntinnc rin ?.
l'ckange des ratifications du j
Trait d Amiti et de Coin mer- $
ce intervenu entre les deux j
Rpubliques.
A cette occasion, rappelons !
ue ce Truite a t sigj le
0 mars iy.1t p a r Mr A. C
Sansaricq, ancien Secretuire
d'Etat, et le trs regrett M m- '
sieur Edmund Helmcke, .
Charg d'Affaires d'Allemagne.
ttaww '
MBBSSSSBssiinitimNMitiiiniimimtiNuuuirw
COMMENT
RAJEUNIR ?
Lw triTux de nombre* mfdeetna
franais t treojers entrepri depuis U
ommunication mmorabl* de BROWN-
SBOUARD ur la pOMlblllt d* ri.unir
Fetre hum.ln par r absorption de laodea
fratebaa d'animaux, ont conduit aatta
aonel nsion mainte* fol, Triflaa, qu'il oat
aaalnteoant poaaiblc. aai. avoir raconra
aux procd opratoire, (SIeinaeh,
Voronoff), de resUtuer l'organisma,
chai l'homme comme chez la femme,
on nergie et m vigueur perdue* la
vite de maladie*, de fatigue physique
M crbral*, de vieillewe prmatur*.
a* d'affacer le* tlgmate, de cette -
le I
5

,~>.
s-fc

^
i
L*aM|e rlu QUIN1UM LABARRAQUS
A la dose u'un vene liqueur .' cha en peu c'.^ tempa le, forces .ie :'.:
U rain contre le* acee* de nyic Ua .
l .-. iccs. Aussi les pcrscur.es faible .
lites par la n-alndic, le travail, io i ;
les adulte s j -, i-< par une ''
trop rapide; lea ieup..-, fille, qui ( l
'a peine ftc oi.nex et ce i -. I i
le dame qui relve-. >.'- eurhc*i te*
vii. lards, ; Ht p "t
l'ge; les :
le* iunna&* doivent
prcu.-.c Uu vin de

prcoca.
Brochure gratuite et vente :
SJOURN, W. BUCH. Porf-au-Prina,
et dan tonte* le* bonne* pharmacie*.
LI CLANDOPHILE"
S**li itributmr : A. THOMAS aV O*
16, Rue Martel, PARIS
Buiiimuiiiiiiiiiiuiiiiiiiiii'iiiiiumiHuiiiiiiiiiiiiiiua^
-
m
- ..-... fort rfii
l\ fu I ' I -1 i ''" .".
I '

REMERCIEMENTS
Madame Veuve Emmanuel
Merlin e1 .ses entants, Mr JIi
Korpean et ses enfantai Mille
Ccile Morpean* Mr et Mme
Thodore Beuna et huis en-
lantS.Mme V've Duhreuil Aine,
Mr Mor&Tia Morpeau et sa
famille et tous lea membres
des lamiiles Raynaud, Mor-
peaUfPt allis remercieut bien
siiH'rement les nombreux
amis t ni des Cayes que de
la Capitale et d'ailletira qui
leur- (inl donu des marques
de sympathie l'occasion le
la mort de leur regrette mre
gra:id'n:re, Iteile-u.re, sur,
belle sur, parente et allie,
Mme \ ue Paul Morpeau ne Zc
Une Hagnaud,dcc\c dans sa
81e anne, le 11 mars coul.
Les Cayes, le 5 avril 1931.
SIROPS
DESCHtENS
('Hmoglobine q
Heuuerotcur du Sann. prtacrlt par l'lltil mdlcalo.
Suprieur tTJ viande urus > aux ferruff/noux. A u..i itii". 1 * Hpitaux Je J**r.
Dtri i. .i ...u.. 0SCHII!'S. i u i i .
a..
-^ ****** fc.-ar.a4*'
r*r ,-*w- #y 'x*^*ftver
ALUMIMIM UNE
New-Orlans and Mobile to Fort au Prince Southsid
Hatiens Out ports Sanlo Domingo and Macamibo.
Porta Mardi SaillioflS April
Mobile, Alabama Sails Mar 26
Pnrl au 'rime, Hati Due ,\pr 2
Aux Cays, Haiti Due xpr 4
Jacmel. Haiti Duc Apr t
Santo-Domingn ('ty R I). Due pr 8
San Pedre ie Macoris R.D.Due apr fl
Macara:bo, Venezuela Due api 12
Al.UMINliM UNE.
Port au l'rince, le 16 avril 1931.
A. DE MAT l'EISA
Saillings MaySaillinff
Apr 'i.i May 21
api- :0 May a
May 2 May ;w
May 4 .lune ]
May 6 June 2
May 7 lune 7
May 10 June 7
Co
"I b
a I S

Agents Gnraux.
ALUMINUM UNE
miRTS DIRECTS DE NEW-ORLEANS ET DE MWLE
OUR TOUSLES PORTSDE LA REPUBLIQUE I) HATI
U steamer laissera Sew-Orlaua le m\ courent et Mo-
le le * directement pour Irt ports,du Sud,I'oit-*u-Priuce.
il Marc t lea (JoasiMS,
port au Prites, \& 19 mars 1W1.'
A. de Ai ATT Ml S Co., Aaeute Gnraux
I!
if*M

I
'^-^

m
t'a
m

Toutes les Polices
DE LA

u
g comprennent
Approuv par VAeairJe
Mle!.,* de Faris
Dpt : Maison FRK&
It, nsa Janb, VARI3
Vente on dtail : ant loutr.
"Aurr.ia. ics.
m
i
i
la Prolection contre la
Foudre sans auomcntation de taux
Agents Gnraux
M
'.
"
ao
n
Mosaques
ns
m
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
'*&phone : 26^




Lundi
20 Avril 1931
Le llatln
-i:*
4 PAGES
W
iai<
25rue ANNEE .. 7261
poil-an-Princc
tlphonie 2'i42
Panama Bailroad Stamship Linc
Serr' e t/e /r/ e/ de passagers entre
PlU rapide et plu diiect service de transport le passade ira etdu trv. entre Hai i la philoso|
[N oublie^
' jamais!
Qu'un bon jis i" umen' r.l.is'
sique, moderne, de I > l'iiiie A
hilosonhie I les portaEuropens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de l'un un
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre
Mm. G. W. SHE1 DON A
lli
Co-
Lcouae France
17 James Street, 1 ivlp.pool, England
In rflsce, Messis G.
lu i i.m nui |fl 'H- Afrati at Biimi|al pH in Europe :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Meean G. W. SHELDON & Ce,
17 James Street, Livcrpool, Englao
W. Sheldon A Co. are reprcseuteddby tli
t rapide mili >d 'I I* S no
Dactylographie ; de la Cou; ij
biliteti des Langues vivan'es
se rencoatrent L'INSTITUT
Ti^PENH/iUER.
N'oubliez pus lu pension sco- j
laire disaipli e et srieuse. .
1357, rue Lamarre.
Tlphone, .V 28U1.
FAITES RARGEWTER
VOSCOUVERTS
Chez .
H. BALLONI Fils
Poil-au-Prince.
dr.KlATLY Hknki:y & Ce
Il Une de la Repu diqUI
Marseille.
Hmnd Pbron & i ", Ltd.
SI Quai George V.
Havre.
Hbhmo Pbbon & Co., Ltd.
Rue du Moulin V ipeur,
Boulonne sur Mer.
Messrs E. A. Bbmdix & Co
21 Alleugade, Cop-. ubugen.
Oslo, Nohway.
International
Spedilioneselkap Oslo.
MM Atlantic Preioht Corp'n
allinhaiis, llainh rg 1.
Germa ny.
Massas Atlantic FiiKieirr
Corporation
Germa ny
Messrs^ Atlantic Fubinout
Coiip'n.,
24 Quai Jord.icns,
Antwerps, Belgium
Hern Pbron & C" Ltd
% Rue des Maris,
Parla.
HbRMO l'i.noN & Co Ltd.,
Hue,' de Trunquilit,
Dunkerque. '
Couverts argents
<
i
i
(
PRIX
120 grs la d >uz
% gra
8i gn
72 gis t
de
Hirno pnoM &-Co
Hue Roy,
Bordeaux.
Ltd.,
/
Gbmob, Italy. \
Messrs Hknhy Cm & Cubics
PiasZa S.Mattko.No 15Geno?
COTTBNBURG. SWKl>KN.
Nordisk Express,
CothenbuTg,
Messis AtlamIM Fheight
Cobp'm.
Kon Emma pi ein 3,
Rotterdam Rolland
Messsr Mkimann & Co.
Colombian
Steamship]
j Company inc.
Ce steamer liaracja) parti ., 1U _
de New York le 11 avril pour Petites caillera argent* a 18 gn.
Cap flellieB et Port de Paix, i <( AfjV*
est attendu ici le 18 avril eu (t lzb's-
0Obverts dessert arsnis
72 urs la do./, de
Louches argentes 18grs. lu pice
12 grs la pice
pures
m

pa i res
% or
!0.0
9.00
8,0
7,00
7, 3.(
V
3.00
,01)
la douz.
roule pour les pots de la
I Colombie et Cristobal, Canal
Zone,prenant trt et passage s.
, l'ort a h Prince, le 15 avril 1931
Colombian Steamship Co Inc.
GEli '.HA Go,Agents
or
c
Manches-le cou teaux argents 21 grs
i i 18 grs
a
i

12 grs la doufciine
Toute l'orfvrerie argente avec poinon
poinon de charge b/AbBBUC.

e
or
3.50
3,0l
3,40
4.00
3,5e
s,oi
de Mathb et
K! LO-RA
' Durant les mois d'avril, mai
et juin, des disques portant une'
inscription et un numro seront
place sera le couvercle de cer
laius (eulanca de beurra des
yrnees. Celui qui retrouvera
Ito disque devra la rapporter au
maga. in o il aura achet son
leurre. En change, il lui sera
mis une superbe: montre:
irgent d'une valeur de douze i
ollars.
N'achetez que du beurre Mas
i.i:t pour avoir cette prime utile
t agiable.
Simon Vieux, A. Boit, '" Au
ion March", la Boulangerie!
Nouvelle ( Chemin des Dalles )
MarcosTalamaecBazar National,"
u Bazar MtropolitaiotAlphoDse
air, H. N. Sada & Co, etc.
A vendre
J3Un_aaonlin vapeur mar-
que anglaise tat de ne ut.'
S'adresser
Franck N. GAETJENS
Tlphone : 2347.
Injection
infaillible
A vendre
Un ameubement de salit
manger complet.
Un Orthophonique Viclrola ;
arec 2 disques des mieux!
choisis.
Un Ionrneu gaz.
Do magnifiques miroirs.
Un chiffonnier, etc.
i onr tous renseignements,,
veuillez s'a Iressi r au
Major 0. H. GaDLDWBLL.
Maison (| u i se trouve j
aprs celle de Mr. Ferra d
Rivire Prs de I Eglise Si
Louis, Turgeau.
Port au.PrioceJe 9 avril l'J3l
a; base [ de blnargon et
d'extraits de plantes.Gurison
radicale de la blennorrbagie, I
des coulements anciens ou
rcents. Employe aussi coin
ne le meilleur prservatif
Pharmacie
Lbphanc Chhvallieu
Lalue, vis--vis du Kiosque
x 55
lestai.
Halle louer
En eutier ou en parti
grande halle a tage 4t
pieds avec grande roui, rue
du Magasin de I K ;:l a i <>'.'
de Mi AU id ooke.
, /-"//c. trs raisonna/,','.
S'adressera Mi HenrySTARK
I Rne du Qoei. en lace de la
i Gare,
Manufacture Ra'ilienne
ae Char et tes
GEBARA&C
LES CIGARETTES 1
Bat Bas Fantat-Lon
" Dessa lii ? ien n e
Colon
*l{publicaine*)
Porl-au-Princienne
lct - latin esse de lea urm : font les diiees
de> vrais pta : c urs
t%a-
(]iii/auo lilane
C'est le Vermouth le plus agrable, le plus torique et
par eensquenl le nlua api i i.
LE C1NZANO 1ILA.\C a eu les plus bau'es recom ,
penses toutes les expositions el se vend sur place m.
tria des plus raiaonnablea.
r En grs ch >s A. de UaTTEIS.*
Ce qui n'.i ja naU t fait
Ce qui ne eut tre dpass

Kola Ghampao/>'
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Venin
PHARMACIE F.SEJOURW
Angle des Rues Roux et du Centre.
GrHn// Caf de France
SaOJ la direction avise el intelligente de Monsieur Franois
Giraldi qui est eve ni l'associ de Monsieur Patrial. U oroer*-
laire de oat tablisse un qui n'* pis d'gal, le OUA* OAFr
DE FRANCE, oflr,^ ses aimables^et distingu* liants: )%
consommations les plu fines, les vins de toutes provenances" le
plus choisi, Cigres el Cigarettes, Sndwi;hes, vari, des prix
dliant toute concurrence. '
L'accueil le ulua symetlhique continuera 're ta mallleit
tirait du Grand aie de France.
i PATRIE! & CoJ( % ..Tlphone 2341.'
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
Se Perth ( Scotland )
Leria GENERAL X est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qai erabrasae le
inonde^
SesiPolices contie iuccudieiCOUVrentlaussi les dgU SJCOaaWBBl par la ieere.
Ses Polices poui AJtomebilee couvrent tla, ineeadie, malverllance, demmages
causs 'autrui dans sa ersenne ou dana ses biens.
Ses Polices Maritimes mise ur ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dans 1 univers entier. Toua les voya-
geurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre aeeidents
d'an moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 /. soit 20 dollars U. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
U^oAGENl^
Ver' Cnra! pnnrHaiti.
ror' au Pnucc. J. GILG
JEAN MJtNGHBf r
le
Insurance (h
Une des : plus fortes .COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSS & Co
Aaents Gnraux
ir^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs