Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03876
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: April 7, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03876

Full Text

Clment Maqloire
I1IRKCTRIIB
MaV *W AMRHICAINE 19SS
TELEPHONE 1*1242
f Le peupla n'a'ni or,n I
emploi donner, malt
il lirpsse dt? unel et
y pice des ei ux _
Alexandre LUMAS pre.
ANNEE N* 7253
PORT-AO PRINCE ( HATI;)
MARDI 7 AVRIL 1931
... -j-t
Actions parallles
On avait annonc qae I hono.
rb'e snateur King dt potr
soixante douze .questions aux
leader hatien*. Chiflre irapo
Mai. liait la auateur eat parti
aenc avoir aoumis on question-
naire. Je ne aaia ce qui IVn a em-
pch. Il noua a laaa toutefois
on diacoara de, Kenakoft qui
tait encore couler de l'encre
j'ea prends,mon propre tmoi-
gnage et, ce qu'il semble,
aurait proroqu bien dea larmes
aecrtee...
Il apparat, ilmapparal, que
l'ide d'un questionnaire qui ft
t impressionnant par aa Ion
da vue daa principes,rettc con-
dition reat'ictive parait olieuse.
Ma s qu est-ce lea pocipea.dan
l'ordre international, devant lea
exigencea dea intrts particu-
arietee nationaux ?
Dana son damier meeag ans
haftiena, la snateur Kmg dit :
Soy* z patienta et courageuse.
Ce conseil enferme tout nn pro-
gramme. Si noua savons corn*
prendre. Le vrai malheur aemt
que nous na comprenons pas*
Nous suront.ee* annaa venir.
a crie un thapi're dhistoire
qui ara en compte de gnra*
lions actuel lea. Celles-ci dcide-
Llda! Hlnmi
ALIX
29 annes
ROY
de succs.
CORRESPOND VNCE
fjueur ne procdait pas de la|ronl de aa Inclure salon qi'edes
wnlaisie ni de l'huinonr. Elle 1 comprendront leurs responswbt-
accompl
trahit une proccupation a-
rieuae. Mme une srieuse in-
quitude dont on petoit la m-
lancolique expression tout le
long du discours simre qui a
au la vertu d brouillai bien de*
cervellea nationalistes... Il t ut
regretter que le snateur am-
ricain ami n'eil point pos l-s
oit
prendront
Ins praenlea et
leurs devoirs.
Mais, il faut quitter l'obscur.
Une politique de libration doit
irec- nu-, dfinie, et se pour-
>aivre jusqu' complta ralisa-
lon. Elle rrlme une double
acu n diplomatique pour obte-
nu | vacua1 ion du territoire, la
c-----
questions qu'il avait en vue. (liquidation du rgime conven-
E Us euaaent t p'obible-| tionnel. le relation du conble
ment tort difiantes et l'inli et financier ; aclian administrative
a'en fut acci par lea rponses | pour une organisation mihodi-
ou y aurait tuiles nos leaders, que '
me marnera d'enqute qre
notre dfenseur au Snat Fd-
ralil en a bien le droit
pensait faire auprs de ceux
qui reprsentent l'opinion ha-
tienne. Pourquoi le auateur
King s'esl-il ravis ?..
Il aa pouvait heuieneemenl
paa ne pas piononc r son dis-
coure de Kenscot. Il le devait i
ses hies edmiiau's et enlhou- ~_ -
ateatea, jmque l.. Etquel ca- I la preu
u, quelle atmos-1 Noua
dre plus beau, quelle
S hre plus apaisante, quelle
aura plus panchante, cette
apivmidi l o M. le snateur
Wil tara H King. un ami pro;
V.au milieu desieprsentams du
peuple hl'ien et pour eux. p rij
ea toute liant hiae pui daim.... Il
de l>i onomie nationale.
Celle exprese on prise ici dans
sa plus laige acception. Actions
pu Hles, celle-ci aidant celle-
la aboutir. Parce que, bien
entend'e ce que l'on nous du, il
noua taut taire la dmonalralion
de nos lacnba conatructivrs
auxquelles on ne croit pa Le
anaieur King lui mme, malgr
sou bon vouloir, n'< happe psa
ou'- tail ce doute.Nous avons
ve f ire.
aonimea donc en face
de fioa reapon-abilba na'ionn-
lea. Ce si le moment de conbon
ter dos aapiraliona et nos de
voira. Mais celle politique de
1 bration nationaleexig.rn ux
volont, ront'nuil, fta'hode.
Giand deaaa n devant h quel
C Basai', faire ainsi, qu'il taisait doivent capituler lea pet ils aou-
len. H lit lie bien. j cia de notie habituelle c politi
Cal e maniie ne va touletois
easaes contre-roup.Cest peut
Ira l un malheur. Mai ni plus
ni main grand. Cela ae mesure
l'tendue da nos illusions..
Qi-oiqu il en ait, le moment
da la siupUclion paas, puis-
que ca mom nl-li tut, il i en-
vient de maintenant regard, r
an lace notre ailnation prsente.
Incriminatiooa st rci iminalior s
ne raoudion lieo du tout. D
noua y complaire,noua parvu n.
drona seulement eaaceiber
nos nerls. Et cela, il ne Uut p./
Certaine a piob'mes auxqiele
U me sen.bte on ne peut fihap
para,c'est le snateur Ki g qui
parle aina, ont t envissg
par Ini d'une t*on qui n'a m*
pl en certsina milieux cl'oi
aaiclama du nat onalisme in-
tgral. L, on altend un solu-
tion immdiate,ii conditiunnelli.
Mai qui donc ne voi.drait pas
de la libration sujourd hui me-
na de le Patrie?
Seulement il y
que h Itieuuee.El tout le monde
.i convie la haute tache ; Gou
vernemant, chambre, lite,
peuple.
Lea Dieux soient avec nona I
Victor THOMAS
Propos
mouills
A Monsieur Clment Vagloire
Directeur du Journel LE MA-
TIN.
Eu aes Bureaux.
tiher D recteur,
Usine a ides, loyer d'esprit.
Journal-tol- qui faonna beau
cou,: de p'um-s el nos meil-
leures, Le M line lemb )* et
rayonne par sas mIuui res et
l'eut.r* llemer.i de so.i pr si ge
Le Mdinee-i lu par ions amis
ou non, et s'impose sournoise-
ment l'admiration curieuse
de sas ennemis mme. Journal
d'attaque et de contre-altaque,
la force projectile de Le Ma-
tin est fantastique el lea con-
trevallsiions de sas toi auand on l'a^sig, aont laites
e le ciftneue at du courage
dea siens
Journ-I de thses el d'anti-
thses, de souplesse et de rai-
deur, cl* Matin accomplit par
fou ce tour de force d'tre
grand dans hs pelles thoes,
sani j;inais dimn-uer en lace
des grandes. Le Malin es' un
chevalier avec q ilques minces
repioches, p ut tre, mais ssns
peur el qui porte, avec lgan-
ce et noblesse, l'pe et le jl
bot.
Mon cher Directeur, svec de
paens tire ei un tri p.nuche,
I immoralit eat sa ure
voire |ournal. Eh I oui !I vmgi
cinq annes, u est peu d~s
sicles vous comtemplem et..
moi aussi I
Paul FILS-AIM
je.
argemenl ou-
l'ai toujours
Port au Prince, ce 1er
1031
avril
Je le rencontrai avant-hier aa-
madi. Frais dbarqu du camion. Il
courut moi, enthousiaste.
Il y a longtemps qu'on ne s'est
vu. Qu est-ce que tu fais dans u pro-
vince f
Ce qu'on y fait ordinal ; casent :
commei ce, spculation ci...
.. un peu de tripotages locaux ..
Il sourit part lui, il dt pcnei la
malice du port-au-pi iucien.
Four si longtemps qu'on ne
C las faits, le | s'est vu. si nous allions prendre un
jtrog, me glissa-t-il, la manire
province.
J'orientai vers cher Florville puis-
que nous tions tout prs. Sur le
point d'y entrer, il me toucha le bras,
et conlidentiel :
Il y a un rhum nouveau dont on
parle. Je ne connais pas encore.
- Ah lie devine I... C'est le RHUM
SABTH CACHLT D'OK. le seul
dont on parle et qui mrite que.vous
fassiez sa connaissance...
Et ils entrrent au grand tablisse-
ment si bien frquent : Aux (.ave.s
d'Hati o ils prirent successivement
une srie du dlicieux RHUM SAfi-
THE CACHET D OR.
a faits brutaux. On peut rame
ner troia lermea pnncipru
le problme qm noua tngoiss*
tous ; l'occnpalion militai e, la
convention, le conlile flnsn
cier. Tout le reste est ac< easoire.
L'occupation militaire, que l'on
confond trop souvent avec la
convention, ca qui eat tra ine-
xact, ceile-ia n'tant j-otnl lonc-
tion de celle-ci. Il est tempa qu
nos yeux ne voient plua lluttei
la banciie loile au-dtaaua d a
exaeroa* beaalinea... La con
veniion qui noua tient dans ces
fils barbels et attente la sou
Veramet administrative du Pou
voir national. Le contrla fir.
cier, rapport la dette unifie,
qui ats'cte l'indpendance 'poli-
tique de I Etal. Voil da quoi
noua dtvona noua librer.
Nous dvoua roua lib rer ;
c'eat bien une alla ire Bons. E
ca sens, *t l'encoolie da ceux
qui cio.eni qie le pian I o b-
a toui rgle ue ce ihvl quand i>
n'a fixe que lea conditions de
reconalilbban de Chambres
lgislative, nous devons lutter
pour atteindre no Hua. Ou ne
nous concdera qu'amant que U>L
ou puissions menltr lea cou-1 _-* P'orbier,
awisa, fevid^si^aat, da point | i^atfifiU KAj>4J?Y
Ordre don AvocaHa
Measieura les avocats du
Barreau da Port au Prince
nsi que ce x dea autres jnri-
I < non prsents la Capitale,
ont invits la ^contieuee
contiadicloiir qui ae fera m-
ire deux jaunes a^ola au
parais de tustue le n eitiedi
8 aviil prorbaiD. 5 bnits
prcises de l'apis-midi.
Port au Prince, U 27 ilsis
Mon cher Clment Magloirei
En ce jour d'anniversaire du
"M-.tin il m est ag'-b e de noua
rappeler qu'au soutira du ma-
tin davnl 19 4 noua nous con-
naissions a paue Cher qun du
Nouvelhatea me connaissait
p )ur mon an de sur S^ymour
Fradel, en ao li/12, qu: lut
un premier oit u Pnncien,
uu autie du 5 Novembie 1UI2
aur Wilson tomme ,po- biiie
prsidentielle et une lude
m 'iris me lurent
ventes el depuis
eu ma place au loyer du -.Nia
tint/ sous le pseudo"yme de
Fruf k SHtitire. Des cet*
poque je me suis tonn d
vous uu* ide qui n'a pas
chang depu s 17 ans :
Clment Vlagloire aie roorage
d* ses actes e' d' ! En il . il la'l 'il un rp| cou
rage su Xwtin pour donner
as'le aux opinions neutralisles
de Frank Saint l're, e'act*A
dire ne pas considrer les v
MMOtS avec passion, mainle-
nr >n aens objectif, en un
mot, planer au dessus d- la
ine'ee Nous disions que l'Aile,
m-'gne tait lorte, qu'elle avait
de^ chmees de victoire. Les
vnements nous -uraient do i
n raison n'tait-ce la rentie
des Et:'s Unis dans la guerre
du ct dea Allis, E D'eu seul
ssi' comment ('notoire serait
crite aujomd hui. E' nous sa-
vons q,|. ( b en tcanl la guerre
d- T oie et la lutte enlie Kome
et Crthage.c'eal le vainqueur
qui crivait et qui continue
crire I btr1< ire. Cet les ce n'est
u s que nous n'aimions pas la
France, m i m nous craig pour Ile. O Franc! tu sais
que nous l'ttmo >s ; nous l'a:-
mu s pour la grandeur
et la noblesse de les .les, nous
t'a mon- pour >out ce que lu
as d- gnreux dans lesaspira-
tio is 1 M.u- notte amour nous
obug'- a ne pas dda gner.
conu 1 re ceux qui peuvent tre
ts adversaires ventuels!
Nous voulons te voir lorte,
g'ande et prospre car seule
tu Irai Isa no're race d'gale
ga'e au banque! de la civilisa-
tion.
B'ef, }'vaia voyag en de-
hors a*HHt, mats |- sais peint- Port*au"Princa et
qua-'d j'eus fore conn ostn-
cr le visu avec le D-reeteurl
l'en ig nul rpoa lai' ass z exac
temeiil au tab eau qu'on Ul'aveil
l*ii de ici au rhy qn co uiue
au menial.
Clinem VI igloire. quelle me
soit l'avalanche de l'opinion
prsidentielle et une lude su> coure nie mainit touiours son l p' '7,' *""! r"v;"" Pa
le Mex que. intitule: Ce qu'il point de vue du moiuent ou .1 : unndo1 b,e '"Sson d,va?1 voir
taut savoir du Me q -e a Ce cou a sa jus.esse, touiouts p i b' "'ornidansla |o.ir
j qu'il croit tre le bon. allant au
' devant d'une dfaite immdiate
mais certain d'une victoire id'o
logique dans I venir.
Vu peu radical par tempra-
ment, nous ne sommes pas lou-
jouis d'accord ; mais depuis
ltfl a ce jour, chaque 'ois que
la maison lait l'spoel.je ne mai
que pas de rpondra : Prsent !
Maigre tout, pendant toute une
priode qui vit-ni de finir en
1930. LE MVTIN lut l'homme
lui itiidenl cette justice que
Sjmson rompait souvent les
mailles de sea cordes" Et aur ce
point nous avons I op mon du
Prsident Vincent lui-m:ne qu
s'exprimait tin! : Nous som-
mes heureux d'avoir pour con-
trepoids dans lu mle I opinion
du Malin Dchan ( ne pj-s
prendra te moi dans son sens
crole ).
ai t-.s lempa que nous ira
venons, remplie d ecueile poui
es un comme poui les autre,
eue ) nl> e de coii'radic our les BAS comme pour le
'U ras, un <> g me d'eq lilibre tel
que L M iT N est a app' i. i
surtout quand lis eveuem. n!s
< n COUrS semblent lui dOUOei
raison devoir maintenu son
point de vue envers et contre
tous.
Je vou irais vous souh liter en
cet anniversaire de pouvoir res
1er toujours au-naasua de la
mle. Disciple d'Epicure, vous
i y gtgnenxpaa beaucoup mata
I opinion en profiterait la'ge
meut Si le public lit ces ligne,
]' lui demande d'wnteudie le
mol picurien au sens antique,
c'esi-a dire modem ( l'autre
sens est plui settoleetique ) :
co loi t, byg eue, tan el le
reste dans ie'le vie en sus de CC
qu'un pouna obtenu- dans l'an
h, eu.- la miaia doit couduue
lrement en enter.
Eu iiMi-i.il.m, vde !
Joseph Cil VNO" ER
alias Frank Saint C.e.

*
Il M.'IMIi I II
Journal officiel de lu Rpublique
An notai du MOMl'EUK n,
journal o'Ii tl de la Kepubli
que, le soussign e^l beuieux
d adresser son v-i> rli.q ie el
distingu eontire Clemeul Via
gloire ses plus chaleureuses l-
licitations l'occasion du vingt-
cinquime annivi-nHiie di: la
loudatioo du MATIN .
Maurice C. liKl'W
l'orl-au Prince, ce 2 avril 1931.
Port au-Prinre.le 1er avril 1931
Monsieur lmeni M .g'one,
Directeur du M TIN
Mo i cher D leceur.
Je i e vous le ai pas d sou
hi s Je ne sais pas en faire
car je suis un ralude Cepen
daol comment rester indiffrent
quand on sppsrtienl au MATIN'
pour ne pas se sentir env:.|li par
voire
... a vu, samedi soir, Is re-
prsentation de la Revue dm
Chaenp-de-Mars qui d'aii'eurs a
eu du succs, le public ne pas
applaudir el rester visiblement
lis Iroid A la lec'ure d un son-
n-1 vengeur, crit par quelque
mauvais pote que Notrf il.
peut-'re, avait vu, certain seir,
n mauvaise pos'ur. La salle fut
Uilement froide ce moment
que le compre, acteur rude-
ut nt intelligent, passa imm-
diatement une autre sca. Il
u'v a ru n f tire, cher Matre,
Votre CBil. eat choy du public,
t vos sonnets annuels a'arri-
vernnl pas lecr ver. L'aulear
de la HiVue qui a le sens da
lu re la 'el'ement compri
ij.i'a I reprsentation de ce soir,
ce sonnet, p'omb l'aile de ces
deux se es, ne sera pas dit, m'a-
t-on dit I


... a vu avec quel entrain, di-
manche son* des couples s'a-
musaienl au Club-Uniea dont
le lot-11 av-it ' mis courtei-
I tnen a la disposition de quel-
ques daines pour une fte de
i' au profil du Scr-Cour
de Tnrgcau. Apres la tombola,
autour des deux sexes se sont follement
a mu es, le grandes personnes
prirent d'asaaut la s.-lle dedan-
se, et l'on s'y uinuvi jusqu pas-
sa minuit au son d'un jazz de
'oui premier ordte.
ptnddui eu septembre lbl-lvo-. su r seul dans
l<
clieiinu
DEM HORIZONS NOUVEAUX
DIS heriaon nouveau s'ouvrent l'homme
ejui de l'argent. Avec $1,000 ccmceniaa
et dposs en banque, voue pouvez envisager
l'avenir avec confiance. Commencez daa main
ssaieut pargner an suivant une dea mthode
t
SI.eat ea euetN an*, pro'.m.cne I rmmtni* hebdomadaire da M J2
SI.000 mn trail an, proviennent de $4*6.28 ma
Ifaaritentf hebdomadaire* d* S6.13
$1.000 en cleu* M, proriennant de 1970.33 ea
au hebdomadaire de 19.33
ndisme en Hati durant ving '
cinq ^us V
i Lcnfanl prcoce dleinl nu-
jourdhui sa majorit el malgr
ce bel ge o l'on se croil plus
nomme, on sent qu il veut res
1er le mnie.c es> a due eue ce
qu'il a t.
Je ne vous lerai pas de son-
haite, mon cher Magloira, mus
pour ne pas rester goste aux
yeux de vos collaborateurs.pouT
qu'en gui^ed'un "" j......le
pas une dent du MATIN, je
vous ollre, vous el a vos bra-
ves lypoa, une bouteille,d'A K
lUt) au lad de la (juinaudee me
cootautani d'un gracieux souri-
ra do directeur double touri
re de i homme et du journalieia,
bimitment \ le,
Ls Leho LAVUUB.
... a vu, su> la table de fa r-
daciion, un Notre (E l expdi
par une m tin anoi yme. Notre
tlL nous n'y a vu que du
bleu, m >lg' lou'c l'indulgence
lient il a voulu se rendre capa-
ble. V.dla ce qu- c'est que de
s'i s^iyer dans un ^< nie qui ap-
paremment es* luile mais r-
clame quelques petites qualits
qui, pourtant, ne courent pas
les tues !


...a lu dans les Annales Ca-
poises de notre ami Carmilus
lliaaain lie cettepe'ite no'e pour
le moins malicieuse : On nous
apprend que le Sna eurKinga
poil en triomphe aur les
paules les jeunes filles son
;i rive l'or -au-l'nnce, di-
manche Tout de uainel...
*
*
... a vu que. le vendredi saint,
con raueinent la tradi ion, le
drapeau du Palais Ns'ional n'a
pasl mis en bine Les bon-
nes femmes qui d> firent, da-
ranl ou e la journe devant le
dus National pour aller aux
offl s ou ra r vt-nir. trouvrent
la chose tonnante, et naturelle-
ment, elles parlrent et se
plaignirent. Vlaiscenal cer-
taiiienient qu'un oubli que l'on
pourra rpirer i anne pro-
chane.
... a vu un de nos amis qui
dsnai' rendra un de ses ca-
marades une politesse ."qu'il lui
a van fjiie qu Iques |oara aupa-
iava.it. Il attendit pjiieinment
que son ami eut bu deux OU
iroia itiums et quatre ou cinq
citronnades pour lui oftrir nne
tourne, croyant,en sou me et
conscience, quil aaraii 'refus.
Mais il comptait sans la capa-
cit, c est le cas de I dire,de
sou h'.e. il accepta le grog. U
filial! voir alora la tl de celui
Port au-Princa.le 1er av. d 1931. S*} V-'Jl^-l* ".!fl! d*"f*P*'
Mon cher Magloire,
I "
La Banque Royale
ci u Canada
Puisse LE MATIN rcolter..-
un mois-on ri vrils..
Et vivre, contrauaui a la
l'ose...
L'espace...ne millier' d n k.h .
1 va i blme n .
TulbbAINT
Assurex-vou ooaire accunl
e la ijeueral Incident r'ii\ &
t.ile Asusiance tei^uuiiuii oi
uited . Vv r". llajIiiinaa.Ua ",
.ie>a^> j -udia. ^ jai UeuU.
re, tandis que l'autre, l'invit,
ae tordait intrieurement, et
prolongeait son plaisir, en eiro-
inut divinement i ieutement la
h ; .eui Mue qu'il s'tait fait ef-
f'ir. L'inventeu paya, et sur
sou il.-. ht,soui grei t nioui-
f.-a v. u g.huwj de-ueiec tt
icveidiin.es.
a
.. avu.avau -ui t soir, il'ait
exac eiiKui .iiiiiuii, au beau
ni,ucu delj ue .\uiencj ue uUtf
v^ticvio i punaaai la .V t*. 3o5.
l_c..e \ Oi ul ubi 1 auliywaiuVO*
i mtai lM c^cuiauon.

'


BAtifc 2
tt*im>'tTA*
pue
>g;,T'
H
i
S#*
PRETISIOS ASTR0N0IUKH
DU TE1PS
le Mit rifril 1^31 t la
rfiia dr Perl M Pritee
Pair

GRANDES VALEURS
l/lMldN valeuri de 11 Nniv1l> Do 'e
liuil c' rie II NottVlH* PrHge Six ne Dan* ce*
voitures vous trou"f/. une p-rto-m.' ce prog esuve. un confort *xrppiinnn*l nnur
la courte et la conduite ; la Do !g** i '"oire Il Dodge est eonom'qui et darable Des cars avc .les Irait* de valeur, inconUi-
llblei tel i la Hi-et. Il rarross^r e d*(MI seul* pice en acier, e des Ireins hydrau-
liquaa action intime et i"4pr*uve de l'iM Ausii !>>d!" |,'-'h'- toljitn
laineux en valeur B : jf-m*ia
cftert topittTfDl dtelles va
leurs.
DGDKE
Temprature.- Le mois sera
lgrement plus chaud v|ue
normalement, miii c'est sur-
tout a la fin du mois, a par
urdJ 23, qu'il lera trs chaud.
Les priodes tralches s'cou-
leront autour du "7, 12, 16 et
40 du mois.
Pression ba> omtrique
La marche du bai ometra
suivra dans ses grandes lignes
celle de la temprature-Il sera
surtout trs haut la fin du
mois, plus haut aussi au com
mencement et autour du 17.
Les premiers jours apporte-
ront beaucoup de vente. Le
baromtre sera Je plus bas du
8 au 14.
Pluie La pluie sera en d-
ficit d'environ 15 mm. (uor-
mal 161 mm. )li y aura trace
de pluie vers le 1er, puis des
plus lorles pluies entre le 7
elle 10,1e 17 et le 20 et .du 22
u 25, (race vers le 13 et en-
core des plues du 2/ au 29.
Les priodes des pluies se-
ront toujours accompagnes
d'un p'us grand amoncelle-
ment de nusges,surtout cuire
le 17 ei le 2U. Les priodes
de beaux temps se g'oupe-
rout a dour dts 4, 14, et 25.
L. G. Tll'Pt.NHAUtK.
S I X
A IV D
El 1HT
KhbhirS GARAGE
Distributeur
IJE PAVEE PORT-AU-PRINCE ( HATI )
PII ONE: 2234 x'MH.
t.*~4/mm-*'m*
La Rentre I
DES
Chambres
Hier matin, dite cons'i-
lutionnelle, nos Chambre et
Snat se sont runis au Pi
lais Lgislatif.
Nos Hres Cons 'ri's son' SI
grand compU t 15 prsents.
l.es pouvoirs du Snetonr
Pierre Uudicourt sont valids
l'unenimit sur le rapport
du snateur Ant. Thlmiqua
Puis on prorle au renou
vellement du Bureau de la
Haute Assemb e, Menteurs
Fouchird Martin..u Dr Paul
tre et Dr Le'ortue, sont r
lus. Prsident leret '2cme s-
crtai'ts du Bureau du Snat.
Et U aance est leve.
A il Chambre, l'lection
prsidentielle s'annonce chau-
de, en juger par les alles et
veuuesdes uns et des autres,
Veis les 10 u-. 90, ou pro-
Cde l'appel qui accuse 3d
prsences sur 3ti dput..
Le quorum tant attei',1.'
aance est ouverte sous la
Prsidence du Doven d'A
M. le dput Etienne Morallle,
assist de ses 2 pins panes
collgues. MM U. Estim et
S- Zamor,
Le Dput Brdy demande
U parole et met l'aise ses
collgues finli.i i is es sur le
choix du prsideol de l'Aseeni
ble entre ses amis, MM. les
dput Loubeau, Chietain
et lui,en leur demandant acte
de ce qu'il n'est pas candidat.
Les bulletins recueillis. Us
acrutaleuis Edward Ner
Numa et Mresse Wooley
dpouillent, le scrutin ,ui
donne lu rsultats suivants :
Loubeau 20 voix, J.ulos
13 voix.
La dput des f Cay s, Dr
Joseph Loubeau, est lu Pr-
sident de li chambre aux ap-
plaudissements nouriis de a
lento.
Aprs avoir prd senne* t,
le nouvil lu, dans uu tia
beau discours remercli *es
collgues de l'honneur qn'ili
lui on' fill en l'appelant la
i c ion le lem s irav mi, Il
i vu d.ins leur voie une S'ipii
fication clo j'iente, in lnsoi
gn;g non quivoque de la
considration, le loaMme et
du crdit (luit il croit j >uir
dins | tssewb e< Il remuliri
s. t iche av ic cour >ge, uis
cie ce i'i dig i', i abri de
lo .te I iblesse co mue de lou
te exagration Intem .estive.
A li croise des chemins, il
pren lia loujo irs le senti r
du bi de l'ho in il' ei de
li vrit quelque S0 le eri .
l'ill laDb U l< li t Me l?OCa
( c mou la J'.M lui Lo ibs m
j rapp 'a, d ifis. un loquent!
i oa d'hi loiri, I s pv >ne >*n j
v| u ont abouti iu 17 i lin 1917
a choit lui pi i s represen
(unis du iienule de h dissolution
plut j-e d- l;< capllu'ation
E ifln, iv ml bi' 'e b ln
de Irisles'l' de nos 14 d.-rn'-
rei anne)*, l'ontenr 11 > un su
p Ima i'pp I a "l'entente, la
concordi et la (union de tons
Ira eiui'u's haitiina, Ris d'une
m ne t qui pumtiin de ralise
et isuvi r Hati.
D nouihr. iix ai-pl md'S e
menti aalnenl le i ouveau Pc
ident dp la Chamh qm pren
possession de son ':u.t*,uil.
Lci secrtaire! |). Kdim al
S. Z'Hio.- Sont leu*. 1er I 2
ecrtiiras, lv la smea e-
leve.
ERREIP
En rponse
un coup
iiaiia
MAHDI
Gnhi ho ou le Calvaire
d'un entant.
Bniet Oii; H-1. on : 1,00.
\'l K l'DI
le u .il. ue
Entre OU. i bIcqu 1 gourde
JEUDI
Pour les pei sonnes qui noul
pas tiouver depl e.reprisedt
u littUI
Mcm "i f 'ion musicale
Entr e 0,50, Bakou 1 G.
de tlphone
Lart et la critique
A II autp de s e-diqu m
I ic de diieou erl de Vlm Veux-
Clesca, pub'il .lins 1^ Miiim
de mercredi 'leimer, Midame
B 0 iar t-Vl ;lo -i- t t appele
u 'lponc par une wx ,a n>.
ni'-- pou'- s ente'd e viem-nt
in u' er.
|> cni befiaio q le es ins dtes,
qui >e l'a! g'"- u' d'..illeU' pa>.
sont U lai* dune personne m
lraiie VI j s quand en anal
d'e ii hime sinalion ocinli
d-s fiastraniM du prog'umme
musical lu eoncert de lande
I >ur, on et- pnible une nq lii H
d'Ida fi r l'iuinl euse tlpho-
nique.
Vtnis le point de vue est tout
Hu!-e qui nous porte enlrele
nir no er urs d'- cet incileni
li.tnge { ce que nou voulo
est blgasli r cet ac-e hot <
rb Ilion centre la critique,, oo-
tri M principe mme de ciio
I e ; rir I inci.l< n' ne peu'p o-
a lir que de cet eipeil,
Mme Broaard-Magluire, qui
. si eli -mme uiif p ol'ession-
i I e de la uni iuu a, aen
l..u --ou ?ap es ehicunde
ri rcitals, tou|ouis dploie i
OH ^ard le mI.nce d la cri
iu. m un sentiiDeet d'amour*
.i|.r -.n|f lieiel a i la DOf'*f
i se rjouir di rouip e*r nJui
parement lauda il>. Kl pro
lVse lopmon que I er i |"e
es', pour l'or', un cnble et uu
.mm iiii> i...li|)--i'ab'es, et s'en
-si luu|ours voulu de ne pi la
incon'm sou ses pas.
Lu courageuse t> l< pliuniste de
l autre jour ne \> v %> sans
Ion . p.is une le'le opinion,
es m.ul VO >'. ie a de toute ci u .que comptente.
Cest tant imaux pour elle at
(ant pis pour no re milieu; car,
le pei f.( icmnement, en art com
me en (oui autre domain, est
insparable de la critique lech-
n que et mme du d oit qu'a la
pub le d xp linfr se o, luiuos.
Tribut de
reconnaissance
1.1 S m leur W KlNG a t
nomm M-mbre Honoraire
de l Association H.tienne
poi'r la Socit des Nations.
C'est un hommage rendu
u courageux apot'e des
droits de la Rpublique
d'ila i.
Loterie Nationale
Le piemiei ir aae> la Lo'er'e
a -u li u 11 ii . h 5 v il i 8
h >iret du m< t", au indn-u
il une nombr. use ai sisnee.
Le gro* lot de (i 15.000 a t
g-gne pat le N<> 2517.-Ceux de
G 5 OoOei d* G.l 50op*r les Nos
4 4>8 e 5 616. -'.- Ns Itfl
l 7^8 2 704 3 363 3557 al 5010
g i e h on G l"tl
T ul se p t r-'g'i i m t
et le pb ic < e s i lu ira
lirantlel de contrle qui ont
entour ca premier tirage.
Tous nos cemplimiuli.
''m
\
Ncrologie
Simedi soir ont en lieu les
fu radles de Jem Hor -ncius
S.oiuon docteur en mdecine.
'..e lel'u tt qui 'aii d'un com-
merce trs ag sble, a laiss
b-HUcoup de rgie s.
Nous envoyons aux familles
|ue ce deuil prouve, et parti-
'iilirement Vies leurs le Dr
' -ul S .loin ia. Je ne S du un \
a notre Col bo ateur Ku
n nid t amanle I expies*IO I nos si n. res condolances.
Nous enregistrons \ec
pein- 'a orl de
ht E'imnnd Pressoir
qui s'est teint hier oritin
ao'i "ne courte oublie. L"
leluut Lusse d'uoaniliea re-
grets tans la soci No is
no is in linons respectueuse-
ment I van ses dpouilles
mortelles et offrons sa eu-
ve p'oree ainsi qu a sa le-
ntille nos sincres condoi-
aQces.
L'olce lui h e sera ci-
b e celte api is-mi li au Tem
pie We levau.
Nous enregistrons avec
regret |a mort de n Ire ami
Louis Gustave
dout le lu.ieriaillcs ont eu
lieu dimanche aprs-midi
Nous prsentons nos sinc
res condolincesiux parenls
pronvi et particulirement
Madame Vve Gustave, tfjf
Josepu et Antoiu Du ton la
itfi et .* ne i.* tfres*
La Revue du
CHAIPDEIAPI
Elle a eu, ainsi que tout le
monde s'y attendait d ailleurs,
un trs grand succs. Salle
comble et distingue, acteurs
de valeur, jeux de scnes de
tout premier ordre, tout a t
trs bien et nous sommes cer-
tains que la deuxime repr-
sentation de ce soir sera aussi
un trs grand snecs. I Va il-
leurs de nouvelles scnes ont
t ajoutes la Revue, des
scnes lou les aussi spirituelles
qoe lel autres.
Le compre et la commre
M. Serge V-iilint et Mademoi-
selle Mercedes Ihird, ont
lait positivement la conqute
de la salle. Jeux aiss, sobri-
t des gestes.inimiqu- s appro-
pries, dicioo sans accent qui
deiunne, ili oui jo paiam
ment. Les autres scieurs aussi,
entr'autres Melle Odette Che-
vallier, aielle Cueb-i, Mon-
sieur Heurtelou et le dlicieux
Mano qui n est pis, comme on
a pu le voir, qu'un spirituel
cbioniqueur.
Les scues qui ont surtout
t applaudies sont celles du
chat, de la ballade de fro-
mage, de la bauJeortophooic
et de notre reprsentation
l'Kxposition Colonule In-
ternatiouale.
Ce soir, il y aura sille 4*om
ble. Depuis dimanche prs-
midi on commtna louer
les premires loge et le* tau-
teunsdorche toutes les places se oui prises
Cest pourquoi nous couaeil
Ions a ceux de nos amis qutl
n'ont pas encore vu la revue [
et quides.iieraieDt lavo r du-
rter. eu cours de matine,
leun places.
Nous presentous nos com-
pli.ueuis les meilleurs i Mon
sieur Andr Chevallier, l'au -
teur de cette spirituelle et
dsopilante levue, o sus
mchancet on a blague l ml
et ous, au iiiili* i dujiite
de la salis! .cliou d'ut pub u
o se remarquaient les rep
sautants les p us autoris de
! notre lite, du journalisme, de
la politique et des lettre*.
La etatlon contrle* des
Pompier* garde mi
Ittairemamt
tuer manu eu passant de-
vant la Station des ^ompieis
t.ous avons t sui r s de
coustater qu'elle tait occupe,
pu des agents de la pu ice.n
uoate tait plac iu barnie
et un garde semblait prol-
gei lemaliiel et les pompes.
D' pi es les rense guemenls
que nous avons pu r^coe Ile.
nous avons t informs
qu'une g ve avait clate daus
le corps des oorapier* au sujet
d'un ordre pass par l'offi 1er
amricain.
Nous dplorons vivement
ce malheuteux incident qui
n'est pas lait pour rassurer
'Kl familles de fort au prince
Le veut de grve continue a
so"fil r uvec rage.
Qui 'me le vent reolte
la tempte a, dit le vieux pro
verbe.
L'Occident,
Hatiana
Dimanche loi r, HaItuna
regopgeait d'une foule nom-
breuse. Cest qu'on exhiht
le chet d'oeuvre de Hinri Kis-
temscaers. a L'Occident a. Lie.
tion ie pasae au Mire au mo-
ment o la France achevait de
pacifier n colonie. Ces! l'hit-
toire d'une jeune marocains
Hasitm; les devins lui ont
prdit qu'elle serait un jour
l'pouse d'un Emir. Dans sa
marche travers les d arts
elle aperoit un jeune officier,
le gurit le la morsure d'un
naja et le prend pour celui
u nie1 le sort l'a destine. Cet
ofiier n'est qu'un lnnais,
Jean C dire, costum en ma-
rocain. Ils se jurent fidlit.
B entt la guerre clate et
apra de dures preuves la
France est victorieuse. Jesi
Cad 1re part avec Hassina.
Entre temps, le grand Taieb,
s Vint appris les relations de
il idicre avec la jeune maro-
caine, s'empare de Is petite
soeur d'Hassina, Fa.hiras, et se
venge sur celle dernire de ce
qu'il appel e-a infidlit et
trahison a. Il tait passer Fs-
ihim pour morte et crit i
Hassina lui prsentant son
amant comme le meurtrier de
as sur Le jour des fianaillest
Hassina luera Gadire : c Le
Coran l'exige, lui dit Tiieb i.
Hassina don s'y soumettre
et tait sur ..adicre une tenta-
ti e qui choue. De plus, un
officie. A- nauld de S .liuild,
pris d'Ilassina, l'encourage
excuter l'ordre de Ta iab.Mais
Fa hima est retrouve par un
matelot. T ucb avait ment et
dsornui* es deux amoureux
vivront heureux.
Ce film a lape avec des d-
rors somptueux a t inter-
p t par des acierrs de pre-
nne ordre: Cl mdia Victrix,
admirable dans le rle d'Has-
si a l'a i..lise avec un talent
sob'C et sur les traditions oc-
cidentales, Lucien Dalsaci, on
b 1 offi ter loyal et volontaire
incamait bien son personna-
ge, Jean Gui e; enfin Jaque
Caehin(Arnault de St GuiM,
i un des : cteurs tavorii de
P blic puri au-primien, l
eucore soulev 1 admiration
des spectateurs. Un nan
Tel .y.
m a n terre hatienne et qoe,
,.. r consquent, les hatien
loivent tre protgs. Ssni
q oi il ne nous reiten plui
qu'a nous naturaliser, pour
ponvoir jouir les privilges
qui. pou ant, n'auaient dl
ctre dvoulus qu'aux hatiens,
va
A priais de eerlilicats e Beriis
Il p irnit que daus certains
oiic s amricains des certifi-
cats ligus de meiecin le-
lien ne sont pal consi 1re.
Nous ne comp. enous pas,
vraiment, le sens de ce'te me-
sure. es mdecins hatiens
ont des diplmes de l'univer-
sit haititnue, les certificats
qu'ils signeol auraient (t au
to traire avoir plus de va
leur que ceux signes par des
me lecins trangers qui u'out
qu'un simple permis de pro-
fesser eu Hati.
Nous esprons que le Gou-
vernement mettra bon ordre
cet abus en rappelant ces
offices imricains au senti-
ment du devoir qui leur in-
combe. Qu'on n'oublie pis,
oui de uiaic, que uoussjob-
ESTOMAC
Birnde nouveau
BASIROCALMIliE
pt4$ptki SfttMtlutHrk
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS *. r ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION da FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDE
rraA* W COfumiW
7, av. CaaatoatCaaains, PA-T
IS VtNTM i
Le Hlium ttarbaucourl
Dont la rinomnta a*t anvaraeile gard n nranra plaos*
l>aaaaui pa.riout :
li^ JtARUANCOUiT
1.
*

B>aas,^. ^ .. < iaa.
m- :



HE

LA MATIN 7 AtrM 1961
Page 3
Dbarrassons la
rclame dentifrice de
toute fiction
Vous llrr.-voue *
Ire ple dentifrice
ur Taire 11 besoin*
voire dentiste 1
Lee revendicallo
que rertaios de
lilricei sa perm
Unt causent, au
dires des plus hautt au u-
rits m la matire, bien du
mal. Des millions de gen*
mettent leurs dents et leurs
gencives en danger tout sim-
plement parce qu'ils croient
an pouvoir d'une i Me denti
trie* pour guiir ceci ou cela.
Deux ou trois visites chez
le dentiste et il est certain oui
tout irait de nouveau bien.
Et pourtant, des mois ei de-
mois de traitement la i 4<
dentifrice a ne peuvent rit u
taira du tout.
Une pte dentilrice n'est i a
un mdicament. Elle est un
agent purement mcanique et
elle ne devrait s'employer que
dns un seul but celui de
tloyer les dents.
ou n enie rside
ut licou Juin
accomplit cette
unique loin lion.
Nous prtendons que le Cob
leniilrice nettoie les dents
tond, car il possde une pro-
prit unique ( une base iteu
-ion superficielle ). Lest
ourquoi il pntre dans les
lus minuscules fissures qui
S d'ordinaire bloquent le
. h mm aux dentifrices pais
e 'ourdo.
D ns ces minuscule- fissures,
invisibles, l'il nu, les parti-
ules d'aliments se logent. Si
un permet qu'elles y restent,
a ri.rie s'rnsui-. Le (oiga'e
les noie dans eu t seux hyginique ; et de celte
laon il olrela pleine protec-
i< n d'une detersion complte
et fond.
1463
REMERCIEMENTS
M. et II ie L. V .Iney (ar-
me, leurs entants, beaux-en-
fants et petits mfai'is ; Mr cl
Mme N. i.hassugne e leur
fille, Melle Anne Jeime ;
telles Lame et Lut.ise br
tage, Mi et Mme A'iitoiiine
Smison ei eur fille ainsi qur
tou lesauiiefcpuieutse allies
remercieul bien simremeut
loua les amis tant de Jerinie
que des autres villes de la
Rpublique qui leur ont t-
moigne leur sympathie a loe
casion de la perle qu'ils vieil
neni d'eprouvei en la personne
de
Mme \uelressoir Jrme
leur regrel'e mre, g-and ni
ref hetle-nirt*, an i'< grun I'
ni et sec ir. t inle.eic, decede
en celte ville le 1(> jurant a
l'a g de 8 ans.
Il les prient de C'Oire tnule
leur giali udt.
Jert-mn 23 mais 1931,
| LA FTE DU 11 AVT.IL i93l
'- Repondant a la genreus*
Initiative de .Vieili [{. Viuceut.
nos meilleurs artistes appor-
leiom leur talent si a liuir
d'i public, au pinfl des
uvres de l'eulauce ncessi-
teuse.
Les nombreux amis des
petits se i(|uuiront de telle
ouvel e occasion de leur pr-
ter une foit de plus une assis
'aoce etticaee.
Monsieur Choufleuri reoit
--.... 1931 a 11 ut-V i ritif-s.
V bieu t le rogranime.
Enue:3el 5 gourde-.
PRESSEZ JlaTI IE ItOIITOV
... et votre Parker
Duofold prend 17,
" lit! 4 0/0 d'encre de plu
que la contenance de
la plume. Vissez la
couverture et ce bou-
ton de remp iasage-
palanl est s elle lier
iiit-liiju.rn nt. Il ne
peut pas jeter l'encre
mme accideulelle
ment. Il n'y a pas de
lewi-r <|iu puisse-'uc-
c Oi-ln r .i ver liiif,'-
Demandez voile dis-
tributeur pour les
ombreux utres p r-
i fectionnemenls du
eaiker.
La force d'un Buf avec
le ZOMOMALTINE.
Zomosialtinb (Jnnde Vian Extrait de ce* des.
HTOllMANg: Comprims gyneol igiipes
QoiifOPYnoL contre la Gnope. Nvralgie fa H Va et dentaire.
Lithimask ; coure Coliques H aiiqu s et Nephticjue*.
^ARAPOrthflME : 'lonire las demmge osons et Eczmas.
Blbnnot jxyl : Contre les m dadies des eins et de la vessie.
NioSPBnMiN8 : Traitement rationnel du jy-lme nerveux.
Cm produites' nlvent passez vi e chei :
Ftux LAVEL.\NEI\ 208 Rue Travers re. 208.
En vente egalemeui a la Pharmacie MarcL.EYS.Rue du Centn .
l^rker
Duofold
Incanditionnellement garanti.
Distributeurs :
MOHR & LAURIN
P. O. BoiiMi
Porl-au-l'nuce.
cepl oi chez le
Prelei le Part il Prince
l) heu e- i dix, e I rel d s
non isaemenl<< d P.iii-au-
'riii'-e. le Miribil;iis et de
asca o as. et Mme Kd^:>rd
Kant>tni, recevaient en leui
rei lence prive Peu de-
'*ho e. < . tut une i hamiante
uni'in a laqutlh p eutout
m t beaucoup le peTSOn ail-
es ii Nilique* el le nomb "eu
sej l | 'lies leiiunes de nuire
el |e.
O lit quelques toiirs le
al m", on (ioisi beaucoup, h
n pien;ioi contf vers le di*
heure* tu eym pat bique relet
de Port-a-Prlrce el de Ma-
dame Fantanl, hacun des in
Vtes n'a pas manqu de leur
manilesler sa salislaction des
quelques heures agr bls
qu'il venail de vivre en leur
charma nie el accueillante
c mp-gnip.
Nais- ne
Les pi ux Auguste Magloira
fils ml t 11 naissance de
leur premier.n, Adeline Elle
est venue au monde le samedi
4 Avril 10 heures du malin.
La mre et le bb se por-
tent merveille.
Vs compliment* cordleui
a M. el Madanu Auguste Ma-
gli iis fil el nos rn iilturs
souhaits au joli poupou.
44
contre
CONSTIPATION
prnez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
HO, Au* Sin*-Aatsta
PARIS
C'EST LB MEILLEUR
DBS PURGATIFS
poserr- a o-Basi wtobi
Umt.PETRUS; l'Urmiow ALBFRTI1II
_ Pharmacia du D- Juatln VURD
I loiil laa bon.iw I'hiirmmciB.
*SiBPBJ.V..9
Toutes les Polices
OE LA
tsBffivviai
1
HOME IUMNCE [
g comprennent la Piotection contre la l
a Foudre sans auqnu ntation de tau>c<
l KuqJjpBos&iCo
Les Publications
AuijuMt- Hglolr
w----
Nous HVOOI nu It- l'in.io
d' Fviur t I Mupor'aiile et
D ttksol itvut n,i n utile :
t* |'i>p ica'ionfe AiBbbh M-
.lin i lOOJOH tu it. a.u, A
6' ii> itji i iiit !:- HDpo'tauts.
i y in itltve da* n Hennis
v#o< n ni.*> du mois.
L<* fstiiuli i(iii- nous ve-
nons de ifnvor lontunt la
uiie du rs-i j.oil d-- la i nmins-
sion du buogii 1U2U n3U D
MlteQitnl Ot-s Hii.hOis \:\
rit-urft, ConnuissiuD dmii M,
i_gLi.su M g ont- tlail lu s le
apuoi II ui.
(' nuiiii io si aussi irnpoi-
tani que If pi mur, el i.ou.s t-a
rec('iiiin>iiido(iS Mvemeul la
IfiH'ii a ceux qio snlen-ei.i
aux qi.ci.OK' poli qui-, lit e
ralit-s (iiii.iiim.iumi flu..ii-
cieies Inum .m -.
NlUh II lin lllOIII IKiMi cou
lier*- Afgu le M.iglowe de soa
grainux tnvoi.
Anm; [ bllit
Convalescence
F&vri; Patudfsmii
QUI HUfal
I
S
Agents Gnraux
' jil , pui.. anl
tonique:
RBoastituant
j Maison FRtffl
I m >1 19 r. Ja^ob, ?>~Hl%
_ k .
Bfii
mm
Prochain
Congrs
de Mdecine
C'tsl le 8 avril prochain 8
heuies Sa i*a ma'in que souvr
ra l'aniphi>h re danatoinie
.le l'Ecole d- Mdecine el en
mSi-ih-i dr Son Excel en< e h
Prsident de la Rpublique, le
4me Congrs Anruel d de Me.ii c ne I II I i il se
i ouiiiivi ;i le- 9e' iO vll Coili-
inc* les piiltns ce Congrs
coinpor'eiu dt ssauci sau couis
lesquelles seiom discullts di
verses qoaaltoni le mdecin',
le cil i in nie, elr, el des saiu < 8
e oav ux pra i pies il Hun*
ques. L s piemieies s^iout U-
ui s le nri'ii, le s coudes, I
pret-midi.
| La li- e nmline s ta consa-
cre a I indi fine, la 'Jme a
la chirurgif el a l'obatirinuei
.. 3eme a la Ihrupcuijque,
I hygine el ;.ux diverw s pci -
I 'e* ( ophiiiliiiolog i-, elr. )
| La leie apits-.u di scia cou
s.i i' * la Vieilli de> u ;ivaox det
Laboraioirca de l'E oie le *-
dacini ei de la Lltnique L) n-
lanv; li 2 ne lu visie Mes di-
rra k lal'ei le i llo i i Gn*
i. ( lu u gi<* r y X m le-
CliiS o.lii Imologi | i-u.) o
des cas rai es e inenssans se-
roiii pisiiiles el discu es; la
3uie aurs-inidi sera consa
cre une vise de ceiiaius
ravuux iliyg'ne effectus dans
Pori-ju-Piince el ses ravirons.
Le iih'hhiIi 8 avril, 8 heu-
rei 'lu son, mira heu a l'amphi*
he r<- o'.-lia otnie de l'Ecole
ie Midacina une seauce sp-
i le da cinma, au cours de
aqualla seronl txibs des filins
nontranl le fonctionnement du
aei vice sanitaire de la zone dt
Canal da PanaaM.
Le public y est cordialamant
invit.
Le |cudi y. de A 8 henresdu
o i, se tiendra I Ecole de M-
lecine, une soire d'Hygine
Oenlaire Sco aire organise par
e Uparteinenl Dentaire de iE-
ole de Mdecine an cours de
qui-l i- serom exhibs des films
locumenta res du plus haut in-
eil.
Enfin un banquet de clture
unira tous les Congressistes
e 10 avril i 8 battrai M aoir.
Loiniue on peal s'en rendra
oui pu- par cet aperu, le pro-
gramme csl copieux et rien n'a
de nglig pour que ce Congrs
n le iiuiesuccsque ceux des
picdtntes annes 11)27. 1928
el l*J3n.
De nombreuses personnalits
lu monde politique, (udicaire,
..diiiii.istratif. du Barreau, du
terg, de la Presse, du Corps
hnseigimnt et tous les mdecins
xeinit leur art en Hati eat
eie invits ce Congrs, aaqual
sont convies galeoieut tous
ceux qui s'inlresseat aux di-
verses questions kcieatiflqaes
et mdicales qui y seront sou-
leves.
M
r
\
M RDI 8 |i uies'
La Revue du ChampdeMars
Hevue corrige et augmente
Entre: '.i et 4 gourdes.
MERCREDI 8 heu.es
Rsurrection
D'pp'n 'e rlbreroroH de To'-'oi et la pice d'Henri Bataille.
Entrs : 0 50.
JEUDI-Lu. JOXl-UR ML'SlLlEN GUERRIER*
Ennee ; l el 3 guutd s.
RHUM BARBANCOURT
Paul Gardre & C
Nous no. s l'a' ni ge ;i l'occasion dta ftes de Pques-
,,e port, i la tonuwiesaicedc i oirc nomb'e usa Chenilc
e du public en gnral, Ici nouveaux prix du ihura Bar-
b m on i
En bouleille:------iGourdea 7.50
5,00
En pin s :
.
*
2.50
6.00
3.00
1,50
N'oubliez pus de pti Ire otre BARBANCOURT le
Rhum que Ion ne d seule pas.
l ykes Brothers S S Co Inc.
Texas Baitt Santo uomlngo Porto Rloo
le seul mivii. brldomadaiie el leguller passagre et
Irl enlie les lois du Golle", du Texas diietttmeut n^ac
l'or {u Prince. Hati.
i Pour in rception inpide et 'e maniement habile J^*
importations aciVez vous lutijiMirs des navires d? l LYnBa
L1NF.
Lei prcchainei arrivaa a Porf-i-PrinM son1 *
S/S Velma l.vk .V/S eGei.exivt I ykea 17 avril tifSl.
h/Sa A'mcris L^ k s. 24 avril 1931
S/S Margnret Lyke- 30 avril 1931
Bmeau : hue du Magasin dt- l'E'ai hoite Postale B
Parents et Instituteur!
Encouragez les coliers
participer la
soiie Dentaire.
r
Du 9 Avril rouran sur la pelouse de l'Ecole Kationale
de Mdecine de 6 i 8 p m.
L.TUSJMV'
Mosaques Hatien ns

Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chrmin r!os DnHr^ 1224
tlphone ; 2ti^
4



Mardi
7 Avril 1931
Le Malin
"

25ese ANNHB N* 7263
*iart-ao-**nnce
2112

4 PAOZS
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande production exij'C un grand dboucha
et, pour s'assurer un grand dbouch, il faut qua
la plus fini qualit s'uni se la quantit maximum.
Ce t pourquoi |ts btions de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent le globe.
CHOCOLATE
AU LAIT
C/5
">*

&'
X
va"
&m%t&m&M*M&t*z*$x
Avis
fi
^En peu de temps ce g
produit remarquable a g
J conquis de haute lutte
% une renomme des plus
0}
f
h enviables.
L*i
G A
URY
o
c1
c
Demanlcz toujours le |
Rhum HENRI G:ir 1re J
Je. soussign, donne avis
au public, mi commera m
gnral et aux chaufleurs et
particulier, que j'ai inshll
me station a g isolme rond r-
ue au c ii de la rue de I K|t
lue. prs du Parc Lacoute,
laquelle ioatalialion comir.an
cara i fonctionner i partir
du merci ed le- vrii ltfSl.
(iasuline. Kratine en drurai
al e eeissa* ei huilet pour
auto d la Compagnie Snell.
Air et eau se eut livrai
gratuitemeat eux chaule.
Thlmaque SOUVENIR
AVIS
la aouss g ie Lucien Th. La
fontant donne avis au public
que durant mon absence ^r.
D.niel Th.LatonUnt st m iai
de ma procuration gnrale et
qu'en consquence il est char*
g de g'er Ion les mas aflai*
res et de race voir toutes les
son mes qui me sont ou
iMMrro.it m re dues
P i-t 11 r*fu:s, e 21 a ri
1*1.
Lucien Th. LAFONTANT
Avis
Balances pour Tabac
a. boucaut
Nous venons de recevoir-
nu assortiment ne balances
Fairbauks, capacit 6 et 8 li-
vres expressment arran tes
pour la vente du tabac en
boucaut.
Prix 701 Or 15 50
70* "fc 13,50
L. P. AGGERHOLM & Co.
Agents.
A via important
La Compignip H Eclairage
Electrique. rlfsV'llesde Port
an V \< ce t du Cm> Hatien
j>fr te la cnrnaiasnnce du
pnblic que .Mr. St A itiand
Mon es n'es! plus autoris
par elle f Ire des ii si illa
lions lectriques el q"e pi r
consquent la t < mpg:iic
j n'assume aucun* obligation
dt connec er lesins'aHalions
que pourrait fiiire Mr .Saint
Armand M ou'es.
I
Injection
infaillible
o
a hise de W^arg m et
dVxtr-itsle i.Unles.Gur n
radicale de 'a b'ennorrhagie.
ds coulement* anciens u
r enh.Employe nsaM com-
me le meilleur prleva' I
Ph irm-cie
Lefranc Chkvaixif.r
Lnlne, vis- vis du K'osque
ros'al
Manufnchue Haihcnic
de Citiar elles
GEBARA& C
LES CIGARETTES
BafBas Panlal-Lon
Dessalinienne
Colon
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
race rtlaflaesaede leur arA-n* font les dlicat
fi-es vrai"- em.it ura
% vit le
S tfa et en uses.
Ph m.; M 04 M Centre 9
1 et 10 heures a. m
| FOR SALE
Pai-i'el -loutile bel, large
l?Miand.hir.Cid M. C. M
betw.eu 9aud 10 a. m.
A vendre
(Jne ado Chrysler an par
tait tat Prix: 175 dollars.
S' dresser au bureau dn
journal.
i
St
lit une prescription 4s
Mdecin pour les Froide M *
Maux de tte. eat le remens
co'nu le plua rapide.
Mb' en tablettes au
. -.
Ciiizaiio
l
C'eet le Vermouth le plus agrable, le plus loi que el
p-r eonaquenl le plus an'i .
LE C1NZANO BLA\C i eu les plus hautes rcom
peascs i toutes les expositions st se vend sur plaee nu
prix des plus raisonnables.
En gro-; chez A. de MA T l'EIS.
Kola Champaane
F. SJOURN
Pr^.d.nsd^yndUionsr.gour.u,
UAStl'Mt.
t'riw.li'i'i Ve"!?
PHAUMACIE P.SEJ0UR'
Augla des R m l^ux et da Ceilre

Grmr i Cafde France
S u* i i di. c lM iviaae el iitelli^itfe ! M *tsis>ir Prsafl'a
ji al II (|ii aa dvaai l'associ d- M i-*inr P^trifi. i orov^a
**r* de o t taotMM amt f a* s's oas t'ats1. I- OU IMt C t'tt
DU Ft i.M-S, oJ j a aaa ai -t b< dtia< as alitaia lea
< ia ii n io.i* ^luiiiti la* vins li.ati< iivimnik
lui cneiei Ci^iraaiCig ea'ti*. Si i lafija i n ii. ici m prix
ds" i n iu.ua e-j icurreactf
L 4caeii la tMia #/ *<"llt is oitiiaiii tra ta aittUir
tirai, du Graai uta de bran e.
PATHIZI k Co.
Tlaohooe 2311.
ASSUHliZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lif<
Assurance Corporation Ltd
de Perl h ( Scotljnd
\
ijar la GENERAL J est une des p'us puissantes rt dea plus vaaes organieaiiaak
Je ce genre. Le SOI il ne se couche jamais sur son -haanp CraaHiou qui eiulrafcfce --
moude
Ses Polices con rejiojea i ^couvrant aus lav da^pts aeaasiouns par ia aauaia.
Sac Polices" po-jr Automo des convient vohi. ineUadia, maJve^lUaee, damaaagas
causs autrui dans sa personne ou dans ses Biens.
Sas Polices Maritimes uii s par ses braiehes d'Europe sont payables en HalL
* Ses Polices contre aceidenuJjsont valables dans 1 univers entier. Tous lea voys-
cenrs devraient donc prendre ls prcaniiuu de se munir d'une police contra accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime auuuelle u'etant que de l/'i /. oit 20 dollars C. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
iOUS-. GEM&'
Agent Gt>i^l pour Hati
l'ort-au-i'nL.ct; G. GILG
Insurance Co
Une des : plus fortes,tCOMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur1 VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
r

-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs