Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03866
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 23, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03866

Full Text
Iciment Magloire
DIRECTEUR
1368, RUE AMERICAINE 1M*
TELEPHONK%N\2342
Ix urefcleaic 1 plus ithcilf '
rjaatre rat a>rae oestrer ra,klp
r TivrtBtlhtdi^ienril, i|*ait
cil BMk ptlllil ni eir<
paillait e lraiale, >|*nlaL4<-to
I apaisa*, pour nu r>flopK
mit assial an araii i* lais <\ it
rhaca.
tcarffs l.ll.Ul.Mlil
Mme ANNfciE N 7243
POR t-AU-l,hlNi;B.(,HAITli)
LUNDI 23 MARS 131
REGARD sur le PASS Loterie Nationale d'Hati Chronique

A Candrlon H Ul AI I).
(1 y a, dit l'Ecclsiaste.Jcli-
batau c dont le philosophe
lenan se plaisait souligner
a sagesse dsabuse et le lou-
:ier niysogiuisnic, il y a un
emps de se taire et un temps
le parler, et c'est l'unive de
:e dernier que l'opiuioc pu-
blique aime prcipiter parce lest
Bu'ellc a un extime besoin tiei
e s'clairer sur touus choses.
|jlus spttalement s r la poli-
que qu'adoptent li s gouver
faeiueuis vis-a-vis de I en.se m
>le des citoyens doit ils sont
appels a garantir la scurit.
A cousiderer en particulier
avec une impartialit entire
l'attitude qui lut prise par la
majorit des membres d'un
ouveruemeul d'hier, du gou
cineuieui lem, uiaire.el daus
quelle ils piludreut a leui
sogne ardue de buns ber-
;ers, il semblait qu'ils eussent
ravi quelques rayons du loyal
divin, et que, paies de cette
lumire surnaturelle, ils lu%-
stut en mesure dapporlei
des solutions d'quit et de
raison toutes les inextrica-
bles questions de l'heure, saus
eu excepter ce.le qui concer-
nait et qui continue concer-
ner le sieur Colvin, et qui,
aprs avoir t examine sous
ses aspects pineux, tut juge
sioguliremcnt piq ua u le et
laisse pour compte au natio-
nalisme intangiole du gouver
nement qui suivit.
En ce temps-la, pour rester
impassible, 1 honueste homme
comme feuiemL.it le dix-sep- Jqui. quoique avocat, tut capa-
y en aval eu un, d stingu et
ebarmaut garon, qui, s'eant
naturalis baltien, de tralcbe
date, s'tait trouv dans 1' ni
tossibilit de remplir sou
maadat, en vertu de la dispo-
sition de notre charte speci-
tiuutque tout tranger auquel
coulre la nationalit ha
une ne saurai occuper nue
looctiou dite ele>tive que la
tiu d'uue priode de |UI connu, uce a coin ira par*
tir du joui o fan t de na-
turalisation a t insre dans
ie Moniteur*, Journal Oli-
iel de la Rpublique.

Telle est PirrvoCab lil de
celte disposition de no e loi
loudameutale, et il tait par
alternent su pu fin d'culie-
piendre de ta trausgiesser.
l'ai tout ailleurs la lui, mais
ici l'autoritI s'criait l'uni
UOUif Courrier, en apprciuut
ivec desiuvolture la situation
le son pays sous le rgne de
iharles le dixime. Comme
mur notre part nous avions
toujours daus le sang cette
sublime France, la lu mule
premptoire de l'illustre pam-
phltaire ne pouvait elle n< us
tHre galement applique? A
ce compte, il n'tait point ex-
traordinaire que les iutolra-
>les bavards dont se compo-
rtent presque eu totalit les
nintsties du prsident de la
Rpublique, et parmi lesquels,
au dire de personnes bien in-
formes, il n'y en avait pas un
I
time sicle tait oblig de
briser les accs d'impatience
et d'irritation dont il tait se-
cou de temps en temps eu
prsence de quelques iniqui-
ts qui se commettaieut, et qui
l'eussent dispos franchir
les voies de contemplation
douloureuse et de prudence
dont il n'aurait point voulu
s'carter pour tout l'or du
monde.
Le pays avait une peine
considrable admettre que
la plupart^des collaborateurs
auxquels, sous son irrespon-
a b i l i t constitutionnelle,
avait Idit appel le prsident
de la Rpublique dout lesqua
lites morales et intellectuelles
ne sont point contestables, se
moquassent des uns et des
autres, en essayant de leur
t lire prendre des vessies pour
des lanternes, et en leur tai-
sant croire surtout qu'on tra-
vaillait en leur laveur, alors
qu'il tait avr qu'on les des-
servait et qu'o les compro-
mettait sans dfaillance.
Certes, i entente de ces d-
licieux citoyens devenait tout
coup cordiale et touchante
souhait, lorsqu'il s'agissait de
torpiller quelque touctiou-
naire mrite des loyaux ser-
vices duquel 1 Etat se voyait
contrarie d'tre priv, lorsqu'il
allait substituer l'ancienne
cette lameuse quipe diplo-
matique q u i aurait mrit
d exercer la verve de nos d-
tracteurs et dont la petite his-
toire gardera le souvenir. Si
lou et dsir se taire une
ide plus complte de ces nii-
nents hatiens, il n'aurait t
besoin que de regaider de
quelle maniie sommaire et
vindicative leur capacit i-
olvait d'autres problmes
Pins graves qui intressai
au plus haut point la conser-
vation mme de notre socit.
1'mim les conseillers d'Etat
dont le choix tait discat au
Conseil des Ministres prside
par le premier Magistrat de la
Rpublique dout la voix comp-
tait pour deux, parmi ces ma-
jestueux reprsentants du
l'ouvoir lgislatif que le jour-
ueliate Cuatvet, eu son mdul
geiitc et savoureuse ironie,
avait dnommes tour de
Joie: Zouaim et Trappisw, il
o
billet : Dix Gourdes. |Coipon: Deux Gourdes.
Premier Gros Lot i Quinze* Mille Oourdas
Lots de 5.000. 1,500, *0t 150, 100. 50. 'AS. 'it, 14 Goudrs.
Trois' JCent et un Lots Gagnants :
LA FORTUNE POUR TOUS.
Vous pouvez gagner Trois Mille Gourdes avec Deux Odes.
La Loterie Nationale offre le placement lopins avantageai
aux Commerants, hommes d'Attirs, capitalisk's, dsireux
d'entreprendre ce genre nouveau d'oprationi.
En achetant les billets de la" loterie, vous renouvel*,
race un escompte, votre capital chaque mois et le doublez
tous les six mois.
* dressez-vous vile la Direction de la Loterie, car dj
les demandes y affluent de tontes les villes et localits de b
Rnuhlique. Retenez (J'avance votre* lot.
4lo\ Rue Bonne-Foi, l'houe 3350. Port-au-Prince (Hati
trangre
oie d envisager avec science
et conscience les consquen-
ces qu'aurait entranes la
violation de notre pacte, si un
complice silence ne s'tait lait
l-dessus, et c'tait tre d-
pourvu de toute g note que de
ue point sourire la vue de
es messieurs dout l'impor-
tance crmonieuse tait exa
gre a plaisir, il n'tait
,,uiut extraordinaire, dis je,
que des hommes aussi clai
i es se tussent oublis au point
de contribuer dsigner com-
me devant laire partie de
notre haute assemble quel-
qu'un qui n'tait point sus-
ceptible d'y appartenir?
Aucun spectacle d ailleurs
n'tait comparable celui que
prsentaient l'troitessa in-
concevable et l'infrangible
mesquinerie qui les signa-
laient nos infinis dgots et
aux toudres de nos terribles
colies. Jamais ils n'avaient
t anims un instant de l'es-
prit de justice, et dapais qu'ils
taient attels & la voiture na-
tional q u' i 1 s conduisaient
sans s inquiter des oruires
accidentes dans lesquelles ils
ia taisaient verser, cochers ap-
pesantis d'ivresse, il n'tait
point rare qu ils provoquas
seul le dclenchement de notre
rate.
Aperus dans le vague avan-
tageux de l'loignement, ils
avaient, paru tre quelque
chose; vue de prs, ils n'-
taient poiut beaux, je vous
prie de le croire, de quelque
prestige qu'aspirasseut les
entourer les illusions d'uue
opinion qui dsirait tre p us
que bieuveillaule leur gard,
ci quelle que tt leur prten-
tion tre la page quand ils
n y taient point.
Entre cea personnages qui
avaient surgi de la cohue, et
dout le pass n'tait recom-
mandante aux yeux de l'hts
ton .n que par l'paisseur de
la roture q il'encrassait, yen
rpondit point dans uu cer-
taine mesure a ce sigualemeut
pouruvoir sejurue aux irais
de la princesse dans des ceu-
ires de progrs et de civilisa-
ion ? Un e&auiea mthodique
d rationnel des ltes mu ni-
que qui difiaient sons, uos
Les Disques ODON
sont rests
Matres de la place.
Demandez la nouvelle liste.
IaZa Oiion
J. KARAYaNY
Angla Grand Hue Jt rue Fcrou.
Les dernires dpches nous
apprennent que loua les pri-
sonniers politiques dans ITnde
ont t mit en liber'. Au nom-
bre de plus de qniuze mille
Les engagements pris par
l'Angleterre entrent dans la voie
daa rai'sationt. L'Inde no sera
b-ent' [qu'un non va i donn-
nion.
C rsultai n'a pas l obtenu
coup de (oeils, Cest sur ce
point qu'il si ail bon d'attirer
l'attention, rien que pour mon-
J Irer que le monde est travaill
actuellement par des lorces co-
nomiques qui sont tout aussi
ellieacesque les lorers arnii'es.
Dputa la lin de la grande
guerre, la Grande-Bretagne lia-'
verse une crise douloureuse. '
tille a perdu nombre de mar-
che!, ex enturs : la ltusie, mal- j
gr le* tractations avec lesSo-
... a vu dans un salon nu cou-
ple qui se van*ait. le mari, de
paaaei pour amricain, en Fran-
ce, et la femme pour brsilien-
ne. Quand on n'a pas. dans un
pays, la fler' de sa race et da
sa patrie, on peut dire que tout
est fini... surtout lorsque de tela
travers se rencontrent parmi
ceux dont oa dit qu ils consti-
tuent l'lite.
*
... a vu un de nos camarades
3ui * plaignait de ce qu'un
e ses amis parti pour l'tiorope
n lui a pas donu signe de via
depuis plus de quatre mois qu'il
a laiss la !' \ il avait telle-
ment promis, pourtant, qu'i
vttts, l'Allemagne, qui, pendant : crirait...
ou isolement a appris s* | Mais, lui dit un antre ca-
f aulflre davantage, l'Amrique du marade prsent, comment veui-
Sud o 'a place t prise par (u qu'il t'
les B'ata-unia qui antendenl la
criv VTu ne vois pas
comment les journaux racon-
gsrder Elle s eal d'abord barce lent les uauis personnages qu'il
ne. l'i! Ukion que la prospril visite en Europe. Il n'y a pas d;
*.". i'
Lykes Brothers S S G lnc
d'antretoia allait revivra; mais
les annes ont piss et les g'
ves. amenant une angmentattou r
croissante du chmage. l'Angle-
terre peu peu a fini pat com-
prendra que le temps des vi-
chs grasses est aujourd'hui da
) domains da l'histoire.
place pour le cur, an cours
d'an vir pareille.
L'antre comprit, El, sans re-
gret apparent, sans souffrance
BVOle, parla d'autre chose.
.
.. a vu un de nos anus assise
la tabla de rdaction du Matin
feo
is Hati Santo Domingo Porto Rico
La aanl service hebdomadaire et tgulier passagers et
fret entre las porta du Golle du Texas directement avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de *>s
importations, eervex vous toujours des navires de ' LYrvBkV
UNE,
Les prochaines arrive Port -an -Prince ae '
S/5"Ru h ykes" 27 mars 1M1.
S/S Margiret Lykes" 2 avril 10S1.
Bureau : Rue de Magasin de l'Etat. Boita Postale B
regards n'auraient point per-
mis de rsoudre la question
par la positive.
*

Et le plus dtestable esprit
dirigeait ces politiciens dont
les faits et gestes eussent i
dignes de la touche iugala
ble de Balzsc.et il n'tait point
tonnant que cet esprit, le
moment venu, clatt ou s
dchsint de faon a mettre
nu la comp'exit de toutes ces
mes qu'embroussaillait ce
tas de ronces et d'pines que
sont les astuces et les suites
de ces dernires.
Envelopp d'une atmosphre
aussi pnile et sufiocante
qu'tait celle qui l'oppressait,
uotre paevre pays s'tait ac-
coutum prendre les pr-
cautions les plus minutieuses
pour n' tre point pousse, au
bord de l'abme o Ion COIN
piraitMe vouloir l'amener, et
c tait pour Iw prvenir contre
une nouvelle leve de piques
3ue dea homme de cur et
e toi, rsolus laire abn-
gation de leurs intrts et,rie
leur personue,avaient pris le
parti dangereux d'intervenir
daus ses atlaires.
A la laveur du mcon emenl
gural, il lallaii.ne c ssaient-
ds de ciier eu eur patrio-
tisme alarm, i! (alleu (aire
chec une administration
dout (as mauvaia eets etaieut
notoires, et.qui, loin de lavo-
riser les aspirations lgitimea
du peuple, s'tait arrange
pour les empecher,Jde sa pro-
duire ; il (allait en un mot
s'lever contre tout groupe-
ment ractionnaire, de quel-
que coin de l'hori/oa que ie
circonstances le fissent mer-
ger ou de quelque pelure de
sdwtcuou qu'il se revei.t pour
tenter de (aire dvier en de
secrets conciliabules de philis
I-e Grand Corps
prpare pour la pro-
ohaiaia ouverture
d a Chambres
Lgislatives.
En mainte* I >is nous avons
eu l'occasion de rencontrer
plusieurs de ces messieurs
prs de "la,Singer Scwiug
Machine Company. Que pou-
vaient-ils bien nveir a faire
par l ? Je vous le donne tn
VINGT, je vous le donne en
CB.Sr.Et ben ils allaient tous
chef VINCENT GUUiNO
taire ample provision de
casimir. uabardine, etc. ;Ces
messieurs ..sont des BoOtl
qui ont appris que Gauuino
venait de ^recevoir environ
250 pices de casimii da
toutes nuances pour compl-
ter son assortiment dj re-
maiquabU;et ils se sont dit
qu'ils doivent ire impecca-
bles a la Chambre comme au
salon, voil.Bravo, Messieurs.
Vive Vincent GaudinoIVtveut
les ChaaabreSfl
Goura d'allemand
Noua apprenous que, sur
la demande de quelques*per-
sonnes intresses l'tude
des langues, la professeur
ivnil .Zimmermanu ouvrira
bientt un cours d'allemand.
Pour les renseignements
S.adresser If. Buch, Place
tiettrard.
Compagnie Gnrale
Traneatlan tique.
,\,Le steamer Carimarc
parti de Borde iui le ! ;crt.
est attendrie 3 avril/'
Ilrenaitira le mme iojrpoar
Santiago ue UiDa et les ports
du Sud.
Regardant les ralits en lace, 1 t qui feuillett! de vieilles col
les Anglais ont vu que la spu1'J lchons de notre journal. Et |
solution qui soit susceptible |
d'aaaorer le salut du pays est
ds lur la lorlune de la Grande-
Bretagne celle de l'Empire.
La Grande Bretagne et lea
Dominions et possessions lor-
int un vsU Empire qui grou-
pe un quart de la population du
globe. Les importation* et h s
exportations totales de l'Empire
correspondent au tiers du corn
mres international du monde.
E, si I a changea de la Grande
Bretagne ont d nrnu, ceux de
l'Empire, dans son ensemble.ont
augmente de 25* o/o.
La solution qui m lait iour,
c'est une Onion britannique,
c'est- dire un ensemble de na-
tions libres dcidant en plein
accord lorganieation conomi-j
que qui corraapond le mienx
ni intrta da lou.Lea nahona
dermpira n il des po lchons
varies et qui se compltant
Iles sont en mesuie de, a* f ou -
Unir muiu Ilemmt.Lea finances
mdiocre de I Australie, la m-
vente de* bls du Canada, pojr
ne perler que deux Dominions
qui ont atteint leur majorit,
fout qu'aucuns d'enlra elles ne
peut se passer de l'appui de
^Angleterre. Tous ces elata de
mme souche anglo-saxonne
sont laits pour s'entendre et
nous ne serions pas sur pi is de
voir mme le Canada tourner
I dot aux Etats-UniI Dana ce
conditions, l'Angleterre n'a pas
intil perdre sa belle colonie
de l Inde. Pour lonse ver Bettfl
povse:>sioa, le* Anglais accepte-
ront qu'elle aoil aur le menu
pied que les DomintODB.
Depuis l'an n deinire, et eu
vue de la lulisalion Ue I Union
britannique, lea Dominions Ont
l'assurance qu'ils sont aussi li-
bres qu un Etat put l'tre.
- L'Empire ne p ut tre qu'une
] union li lue m ut consentie d'E
\ tais places sur le mme pied
d'egahie ; car, c'a t seulement
entre gux que l'on peut par-
ler, aeea l'ombra d'une errir
pense.
Une telle ralisation crera un
tat de (choaes facile opposer
j aux prtentiooa exagrus de
l'impirialiite amricain et m
, me aux tulurea activita de la
i Fdration europenne.telle que
! l'imagine le ministre Briand.
La suite de l'idnraire sera
Uns, la droituie inflexible de j tixe l'arrive du navire,
quelques bous seiviieUis de | .'ort-au-1'rince, le^l7 mara
11a p*tiiel tldl.
MaanceC, B'UN | ROBELIM kCo, Agenta \
Petite requte
la Commune
Les hab tants de la rne JoSOp
Limolh prient I' -\dmiui >li ai u i
Communale de p use laur
quartier dans le projet horattuo de l'ciairage vide. Ce quartier est plong
disait, bien qu'il ne soit pus en-
core o I ge o un homme se
penche sur son pass :
Vous n avez pas ide du
bonheur que l'on prouve S
l'unilleter ainsi ion prisse 01
assiste A sa propre volalion, i
revoit des tages de sa vie pas-
se, et puis, on ne pense plus
ou prsent trop giis, et l'av -
nir si prolondment unir...

*
... a vu un tranger qui, assis
la table de notre rdaction,
crivait un avis qu'il devait (ai
insrer au journal. A un m
ment donn.on le vit lever so.i-
dauii'inen. de dessus son pap r
son grand nez et renifler In*
odeur que les autres narines !
asreava eut pas encore. On ei t
s le dOS DO peht Irisson. Mai
l'tranger au fur et mesure
qu il percevait davantage cepar-
luni, devenait plus souriant. On
se reaanra On le fut davantage
lorsqu'on l'eniendit dire :
Mais o es'-ce qu'on MO"
are ce chtcantn voisin? Est-.e
dims le voisinage J aurais ta. t
donn pour v go'er.
C'tail une pauvre lemm qui,
dans une dea cours d' ct
prparaitaon djeuner, un ha-
reng-ianr qu'ella luisait bouca-
ner.
Nui ri; n. constata que l'-
tranger pet dit compltement h
tta et que lout le temps qae,
dans l'air, stagnait le parfum du
hareng-saur il ne put achever
son petit avis. Dire qu'il y de.
balliana qui aiment la hareng-
saur et non seulement ne l'a-
vouent pas, mais laissent en-
tendre qu'ils n'en oiangant ja-
mus l
... a va un de nos coufrrea,
Sui le cki d i Maison Henri
ardre, ru Bosn-Foi, evait
promis une bouteille de aen
rhum spcial, pntrer dans le
m g.suis de eelui-ci. Mais VI,
Henri (. irdere s'tait pas pr*
aaat. Le journaliste, qui avait
une envie folle de reboire de ce
rh i qu'il avait got a\ena-
coft. prfra attaudre au lieu de
revenir. II a tendit exactement
'2 lis. 10. mais enfin il eut aon
rhum. Il fallait voir son bon-
heur!

;.., voit que, malgr tout la
bruit que l'on lait autour de L-
nomination, ou de la non-no
minaiioa de Colvin, le Gou
verneuienl actuel l'en a naa
M onlcteltemeal touch. La L-
git.on Aineiicaine, jusqu'ici,
ne se couleulc que de la pro-
messe laite pir M. Eugne Roy,
pensant qu'elle eugage le goa-
dans ia plu. empite obscantel scrnemaai aciuel, puisque dana
et le voIeu-N ei malfdiieura eut es allaires de I h.U< il uy a paa
proiiienl pour loura coupa Us 1 o aoiuhea d conunuit.
plus audacieui,


PAGE 2
li MATIN- 123 MAKS l9:il
!^
Panama ai les Etat* U.a du Nord.
Le trait Hay-Bunau-
Varillaet le projetdu nou-
veau trait de 1926
l'Ait CUULU J. LltON.
III
Dea vingt-ils articles de e
trait \t n'ai voulu Iraotcrira
que le* plus important! parti-
culirement ccun dont l'appli-
cation et l'interprtai j:i oui eu
a provoquer Panama de la
aurprise d'abord, des prolt ta-
lions ensuite.
Il est biaa vrai que dani kl
conditions o lut proclame
cette indi p.':jilaT( e et !' cir
constances qui l'ont provoque
il fallait signer et eu iclUTC au
lus press.
las ambarraa du comrnarca pa-
namen.
Mail n 1W21, It gouverne
ment amricain dcida de met-
tre (in au rgime Tati, ce qui
produisit une aorle d'afloli-ment
du commarce national de Pi
nama, qui an .appela ton
gouvernement pour une aolti
tion urgenta et salislaisaate.
Dj touta la zone des porta
d'entre aat envahie par de
tabliismeuts amricains de
toutes sortes : Htel Trivoll, et
Cad g ace l'art. 1er qui Waslnng'on.; Bilboa el Cns-
jeo immdiatement, qu! le gou lol)l, layaodariea mcanique,
remanient Colombien l'ait trou i niigaaim de vente datouaarti
v dan* I impoaaibilil de rpri-
tttr I rvolta de sa province du
Sud Attention*) car le gojver
nemeni Amricain) dam i el n
iicle. avant garanti l'iudpen
dence de la nouvelle Rpubli
\ i - netlemenl pria poaition, *
l'avance, en paraljaanl habile-
ment le mouvement des troupes
ColoiiiOiennes.
Lea Etals-Unis exeraient un
dra't de baptme, devant lequel
il n'y avait plus qu' laisser
taire.
Mail an in aprs, le gouver-
neur du Canal Zone a dicta
une ario de mesnrei commer-
ciale! qui provoquaient la itn>
plaction Panamenne.
Les ports aie lialboa et de
Cristobal lormant les points tel -
minus dei villes de Panama et
Colon dam la lone du Caoa
taient livr au connu- ru
sous In mise en vigueur du lai il
douanier Amlie, i-, appel
c Tarit D.ngley i> et des do i-
pes et des bureaux de poste in-
dpendants taient galement
lublis crant une vritable CO
oue commerciale ayant des
magasina de vente aix prii el
au systme a laainislralil tinu'-
ricains.
Ce lut une relle peu q le el
dea protestations furent adres-
ses au goaveroement imri
cain.
C'est cette occasion ont
Monsieur Tait lut dlgu l'n-
nama pour entendre ses do-
lancea.
Selon la thse Panamenne, les
concessions de la zone avaient
t laites pour l'otage, l'occupa
tion et le contrle, -n vue d'un
but unique et ipciflqae : 11
construction, le lonctionnemenl
t la praervation du Canal et
que lea activits des fonction
aires amricains devraient s
limiter ce qui tait stricte
ment ncessaire a cette fin el
non convertir la dite lone en
une entit commerciale qui
anantirait la vie conomique
de la Na ion.
Selon le Dpartement d'Etat
les Etats-Uni ont acquis pat
le trait, le droit d'exercer des
pouvoirs souverains sur la /.on-
du Canal et que l'exercice de
tels pouvoirs est sajet uniqut -
ment au jugement et la dis-
crtion des auton'a constitues
des Etals-Unis.
La note du gouvernement de
Panama concluait de nouvelles
ngociations pour lea deuxcon
sidrattons ittivanl :
1".;que le huil du 18 No-
vembre iWU.'t, selon l'itilerpn-
lutiou du ^ouveruement dis
Ltaa-Unis imposerait la R-
publique de Panama des obli-
gation tellement oureuso
qu'elles compromettraient s-
rieusement le bien tre el le lu-
tur dveloppement du Pava.
2 2*. Que la politique dclare
du gouveruement des Etats-
Unis, maigre aoii iuteipietation
du trait a t de ne pas i'apph-
uer, ni de leire fonctionne? k
anai.de manire portei pr-
judice aux iutrtslnalionjux de
Panama.
Monaieur^Tatt, aeertaire d'E-
tatdela Guerre,en change d au-
tres conceaaions, dicta une l-
3islation proviaoire soua tonne
une srie dee D'ordresexcu
tils appels Convention Tati
3ui, en atteiidaut ia couclusioi
ea nouvelle ngociatioua en
trepriaea, adouciaaaieut un peu
des, installation de cinma, et
de maison de plaisirs avec un
personnel import des Etais-
Unis comme les girla de Mary
En l'honneur
du Snateur King
(Eu l'honneur du Snateur
King qui, comme on le sait, est
enti Port-au-Prince, bord
de l'ANCON, Monsieur le
Snateur et Madame Pierre Hu
dteoert organisent une rcep-
tion, demain, 24 de ce mois, en
leur villa de Turgeau, prs du
Sacr-Ccetir.
Cette rcepliou aura, certai-
nement, beancoup de succs, ce
que, daiheurs, nous souhaitons
de tout cuaur.
o
Qaio Vadio Hati?
Nom avons revu, avec plai-
sir, la livraison de Fvrier de
cette anne de I intressante
Hevue^de notre contrre Fl x
Magloire, Quo Vadis, Hati?'..
Ce lascicule, comme les prc
dent, est tout plein dimit
Ou y lit avec dileclion les le-
ons de Droit ivil de M. Flix
Magloire, prot'eseur l'Ecole
de Droit, et lea aouvenirs hii-
'onquvi do A. Madioa, Sni- j
leur.
Nos coinpliuieiits et iios re-
merciement'.
o
Un nouvelle Gogra
phte d'Hati
M. le Dr And CaMiUj nous
a lait le piaistrde nous envov^r
1
:
Ivelly ; toutes ces entreprises if. Cours Elmentaire de Go- !
s'allongeant, l'encbilnant jus- g raphle de la Rpublique d Hati,
qu'ft encercler Panama et Coton, qu'il vient, l'usage de. bob
y absorbant iodes les activit! Ecole!Primairea.deTaire cJei
possdi ts pour elles, voil la a l'Imprimerie La Puisse
pnible situation de la vie P* j L'ouviag, qui a 71 |>age<< et
namenne. I eit coquettement prsent, co- I
C'est donc dan l'eiprinci te quarante centime! orarun
d'.ni" amliort io i qui quivaut cain, soit deux gourdes
en lommi un peu moins io il Par dcision du Dpartement |
tnr, que les Panarneena ont ac de I Instruction Publique en
c-p certiinis modifications J date du 4 dcembre 1920, l'ir.-
au trait! te 193 et le remplace- i traduction de cet ouvrage' a ' i
ment des textes de ia Convrn- autorise dan! les cole! pri-
au dou- niaiffii de la Rpublique.
! Nous rmr oi.s le Dr Andr
Cassus de son gracieux envoi
lion Tait, aboutissant
veau trait de 1920.
Le '..m Trait
Il est intervenu, du le praui
bule, en vu* du dsir des
Rtiti-Unii et de Pjnimi de r-
gler certains | oints de diver
geince existant entre le deux
l'uys et qui ont surgit I o Ta
ion de l'exercice par les lvat-
Unis, de droits lonvillinidint
la ione du Canal, en vertu du
trait du l;> novembre 11)03 et
dlirant galement rgler cer-
tains iipecll li't leurs relations
futures, provenant de la couti
IA 1*24 ftfV wnrtin*
r\& M Fil i0'l','"r.ssioNs\
Soulagemeut Immdiat .t gurison ,.r I.. I
Globules Rbaud I
Rsultats mrrvrl;ir ux.uii rprenants mme I
foutu Ph E. OALICHOUX. 7. Hue Victor-Hugo
I Boli-Colooibaa (Sciae>

Avis
Uldami TaMy a le regret
d'aviser les s oec I a t e u rs qui
iveient commenc l
gu.te de H Rpublique de Pa-\"V?UM,U 1com,e-c* le ^,nl
nsmi et la zone du Canal. "n,iiBl } T 5w!.va^n
Sign en juillet 1926 i We-I P8*0!*^la*. *[k t oblige de
sluugton par Meiiieuri les Doo-
teurs Rtcardo, J. \iliro et Eu-
sebio \. torele! pour Pan.m
et Mr Franck li kellog, seci
tairai dlitat et Mr Francis
VVhile, cb^l de la division de*
allancs Latino Amricaine! au
Dpartement dEat.
Ce trait dispose dan ses
textes essentiel :
lo.-que le gouvernement det
E'als Uns, au caa eu il jugera
neessaire d acqurir, par ex-
propnalion des terrains ou pro
prits, suivant l'article '2 du
trait intrieur, qui est aussi
modifie, devra donner avia
la Rpublique de Panama, psi
11 voit diplomatique au moyen
dune note qui lera connatre
intention des L'ai Unis, d .h-
qurir ces lerrei ou propn
t -s, et que en .chaque ca il se
ra entendu que le titre du pro-
pritaire des biens aura pass
aux Etal Uni ds le moment
o l'avis sera mis. Le Couver-
n. ment de Penami adoptera
immedie'ement les mesure
ncessaiiea pour le traiislert de
juridiction, eu accordant la
protection due aux intrts des
habitants qui se trouvent dans
le territoire dont la juridiction
aura t ainsi Iranslrie.
8o. Que l'estimation des
terre et proprits et des dom-
mage! cause aux propritaire
ara laite par une coiaiuis.si.in
en n,. d'un Magistral prui
Cipai de la Cour Suprme d
Panama, dsign par le Prsi-
la relirer de I a!R lie.Elle prie
le pabHc de bien vouloir l'excu-
er et l'assure que c'est en toute
b mua loi qu'elfe avait donn ce
film, nn pouvint pss luppoier
que l'ayant pay si cher il tait
en si preux tat.
dent de la Rpublique e du
juge du district du Canal Zone ;
et r>n cas de divergence, les
dni gouvernements nomme-
r nt ui tiers arbitre qui pro
noncera *ur la sentence.
3o. Que l'valuation de
proprits particulires et des
-l.iiu ii ^ sara pour base, la
valeur des biens au moment de
l'eipropi iation.
4o.Qu! Is loimili'! il
la Commiaaion et de l'Arbitra
ne peuvent ni retarde*, ai
contrarier, en aucune part les
traviux du Canal ou du Cbemin
de fer.
-*5.Que les tota Unis con-
viennent de limiter l'importa-
tion dea articlee et d'objets
divera pour les seuls besoina
lea Chell, des emnloys et ou
vriers du Can! ou du Chemin
de Fer et leurs lamillee, ou
nceasairas eux travaux dea
entreprise et ne permettant
qu'aux agenta dip'omaliques
et consulairee ur demande du
Gouvernement de Panama d'a-
cheter dana les magasins de
vente,
CamixB J. LEON.
( La (In demain)
L idal Hlimii
ALIX
29 annes
ROY
de succs.
La Question
des Mandats
o
Ans abonns ont certainement
vu qu'') plusieurs reprises, soit
srieusement, soit en souriant,
nous sommes revenus sur la
question des mandats autour de
laquelle on a, d'ailleurs, beau
coup caus .\otre ami M Adh-
mnr Auguste \iinislre de la Jus-
tice qui nous en avons per-
sonnellement parl nous a fait le
plaisir de nous donner les ex
plications suivantes qui, nous
l esprons, feront ressortir aux
yeux de nos lecteurs, I ide ex
cellente qui a prsid la cir-
culaire du Grand Juge :
DEMANDE. Monsieur le
Secrtaire d'Etat, L" \tattn it'a-
cli! assez d'imoo; ta i ' aux cir
culairei du Dpartement de. la.
Justice, pour vous prier de pr-
ciser la p.'rt*e de ses instair-,
lions aux OOmmiseaim du (i > i-
vei.iement ors les Tri bu ne OS
d rem r-< Ins anc-'.
KE OMSE. Ah! les Inieux
m mdais ? Et bien, vieil eboett, I
ds l'ofig-ne du Malin, jei lu t
retenu la api rituel le critique qu'il
I te d>m le Numros 'es
ts. 19ai 2.') mari coocernin' les
laineux inandils qui on' eu
le bonha m- de provoquer ta
Qrie ironie d^; ce que, !f*ur
!ije', votre m*I a vu au grand
Ho el, ptobab ement dini la
journe du 17 maji,
S ns tiop m'attarder sur |?s
con aiisam es ju idiqiei d cet
insp cleur de police.je dois vous j
dire qu aucun mandat ne lui
iH:.it ncessaire d ns I cas cit
E i .11 I, la Garde dll ti n'i
pis jug utile d co f tmnna i-
sr le dlit d'e embtem-n.
M lis lorsque, sous le pret-x e
d'avo r vu la eii eu la ire du M -
ni re i!e la Justice,le qendarm
a 11 luv d'arrter le voleur iur-
uiis au mo Beat o il comn.e -
>i! le i it d eol, c'eil qus e
gendarme cet nntactieox per
tonnage qui a voulu, dp propos
dHib-ts, ou suivant l'ordre de
see suprieure, s* payer la !e
de la I irme devant laquelle se
tenait pa Mb e lient le voleur,
enhardi par des manuvres
occultes pratiques pour con-
trarier les rsultais de! circulai-
re! fidlement calque! sur des
t' x'< s que la Car.le d'il ii!i cou-
n it autant qu^ vous et moi.
Demandez un peu ce mme
gendaime,i'il s'tait embm-as-
dei a laineux mandate, quand
dans U matine du 18 et dans
celle du P.), il prociait !*-
restation de Ira nie-cinq mal*
beureux bailiem ?
DEMANDE Soua quelle
prvention ?
mv'ONSE- Vgabondige.
Q loique arrts le 13 v-rs les
10 heu es do ma'in.vnig'.qustie
lurent exp-d.s en pri^o \ en
vio'aioi I-? la toi. Oi hs y re-
u', en violation d* | loi.
DEvIANDl En vertu de
quel ordre, je veux dire de quel
mend d ?
REPONSE Simplement : Le
directeur de la Frison de celte
ville recvra en d of, aut or-
dres de la Police les prvenus
des noms
Suivit |*g 24 noms et la si-
gnature d'un Mme lieutenant
G. d'H.
DEMANDE- Et aprs ?
REPONSE Les prvenus
srrt! pour dlit de vagabon
dage dont 21 d'sbord dposs
en prison lurent exp lis aux
trois tribunaux le paix oas de
prvention diverse.
Jimaia les gardes ne se mu-
nissent de mandats pour casser
les ttes oi loger dea balles au
veutre ou ailleurs. |
DEvJWOE-Amsi. Mr le Se-
crtaire d Eut, vous tes cou-
fllnau qu; ta Giide d'ilaili ne
se troupe pas sur la vritable
porte de vos circulaire ?
REPONSE J suis con-
vaincu.
DE-IANDE- Alors comment
r,R|.: n^el ,a' ,,e choi" ?
REPOMsh Avec la loi com-
me bou.sole ; I. patience, le
dvouement au service de la
Patrie et le vit sentiment de
solidarit envers nos concito-
yens comme moyens, le Gou
vernement triomphera de la
mauvaise volont de tous.
Nous avons remerci le Secr-
taire d Etal dea lummeuseaexpli-
calions qu'il a bien voulu nous
PHeftTI
'U
NE
US
Facilite la DGMTitiOn et la tormation des os.
dcnnc la force et la sante.
ExiGEM la marque Dp 33C' "Pkojpmatine Faliere.s"
"':- r \ -y. DAN E i JTl ER E T SE MLFIER DES
e IMITATIONS.- 5E TROUVE PARTOUT.- PARIS.
3 En peu de temps ce
3 produit remarquable a H
conquis de haute lutte
1 une renomme des plus
3 enviables.
i
S Demandez toujours le
|RhumHKNRI Gardre
.- Mlt.MM,, .
DEMAIN SOIR
Le Fils de la Nuit
3e, 4* e 5ii piso les.
Mire :<) dO ; 13.coc : 1.00.
CAF HOTEL
S1DE&7EP IMS
Place He>Hrard. En tace de Matteis.
"Le nouveau grant F. H. 1 UL.L )A salue sa bienveillant
Clientle et ia prie de ui faire.le plaisir de visiter seu lJ
bliaseneot o il y a tous les soirs Kadio oncert.
lionsoinmatiou de premier choix.
On parle anglais espaguol et franais,
t
donner et nous avons souhait,
en prenant conge de lu,, que la
t'olic donne au Gouvernement
le concours qai lait d'ailleurs
partie de ses obligations, non
seulement pour le maintien de
la pan nubtique, mai* au- pour la sauvegiiJe Jet le respect
dea lois.
Amicale du Sminaire
Collge St-Martial J
L'AmiCdie de &1 Ut Martial a
l'honneur d'intormer ses meni-
brr que les iiuirucuoa prepa-
raloirea a la commuuion pasca-
le commenceront la chapelle
du Sminaire mercredi soir 25
mars a (i h. 30 et se continue-
ront a ld._uie.ne heure |eudi et
Vendredi.
La retraite sera prctae p^r le
W.P. Schneider.
Samedi matin aura lieu % [a
clture de.la retraite p*r la mes-
se de Communion qui sera dite
par Sa Qraudeur Mgr i Archev-
que de i'ori-au-t'nuce 0 n.30
Hamburg Amerlkau
Le luxueux bateau tour
'es Heliance , Tenant
New York, sera ici le maL
lu 1er avril et partira 2b.|
p. m. du mme jour po
Kingston,Colon et la Havaa
offraat uae occasioa |Uaiqi
pour passagers.

Le bateau Georgia 1
retour du Sud, sera ici v
le 2-4 courant, partant pal
t Europe via le uord, prt
du^iit.
*
Le navire /* Amassia ",jW'|
nant d'Europe,,est attendaf
ici vers le 25 'courant, el
rouis pour Kingstoa, Sautoj
Dj uiu^o et G iba,; preuafltl
fret ci passagers.
REltfBOLD & Cie, Agent

Le liliuiu Barhuiicourl
Dont ia leioumuee *ec feeitefaeiie a gard sa aremiere place'
Demandes partout :
UN BARBANCOUHT
D*P 4


H
LE MATIN- MARS 19S1
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande productif un grand dboucha!
et, pour s'assurer un dbouch, il faut que
la plr. fini i,' .'u. .i la quantit maximum.
C V t pourquoi le btona de Chocolat au LaJf
Cadbury ceignent le j-'ole.
CHOCOLAT
AU LAIT
CA
x
*
P
o
X
X
O
r^^
5*

X
o
Pour un nouveau
lustre de la chevelure
FAITES RARGEWTRR
VOSCOUVERTS
Chez
H. BALLONI Fils
Port-au-Prince.
Les chimiste de i'Exelento \
dj renommt pour leurs ^
remarquables e ut r i h u t ions
apportes In todeltc, viennent
de couronner leur uvre dans.
PRIX
-^ Couverts argent* 120 gra u Joue, de p.ires
or
L'Exelento
GLOSSINE
91 gr.-
Xi grs
72 gra
<

M) (M
>.0n
7,00
ouverts dessert argent*
72 VS II douz. le
'Louches argentes Itgra. la pice
c 12 g s la pice
O
ES
O
o
r
r
Lne petite qu mtilJe celleM- p^ cmllerefargsntesifci 18 grs.ll
Itcieuse prparationapplique m m t.."..

u
I
Manches de couteaux ai gants 24 grs
i 18 ara
Toute l'orfvrerie argente avec poinon
poinon sur les cheveux fait ressortir
mur brillant naturel et leurui
giiitir, m leur communiquant
un non, eau lustre qui vous uau
lira dlie admir par les me
sieurs et envie femme),
En vente chez tous le dro-
g liste Pour0.30centimes stu-
| tentent, il honda Prix. j Mme. Vvc Justin Orn cl
fcitUBlt, Meieiac Uaaaij se, entants, M ne Vva Bugoe
Aiiauu, Qeerfia l S. \. Qarri at ses en tan ta, M me. Vva
Agents demande pour tous Alexandre l-ouch.Mr. & Mine.
paijs. \ paillire tds et leurs entants,
Ecrioezpourrenseignemeuts, ^me. Vve. Tllamon Bouche-
raau et ses an tan ta, Mr. la Or.
et Mme. Vve. Bouchereau el
leurs entants, Mr. et Mme
Emile Bouchereau, Mr. st
Mme. Edgard Mose et leuri
! eutants, Mme. Vvc. Alexis lion
1 > gra
VI gra.
sa ires
a I m/.
i
2,(
*
r
(
*.
12 gra la douiiine
c
or
3.M
*2,40
4M
:L5h
3,0t
le Ma! nu et

. ..

-j*jf*.,.aTri
LE R III
S
CACHET OR- CACHET ROUGE-CACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpt en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fts, en caisses, e i bouteilles et emporter.
\ chereau et aes entants, ainsi
I que tous les autres parents,en
volant leurs sincres remer-
ciments aux res du Saint-
Eaprit,aux Surs de St Joseph
de Ciluny et aux nombreux
amis qui ont bien voulu leur
donner dea^tmoignages de
aympalbie l'occasion de 1
perte de leur regrette.
Aime \un ArlUhur Rgnier
ne Marie Bouchereau, et leur
en gardent une protonde
reconnaissance.
Avez-vousde
la mmoire ?
Si oui n'oublie pas que le
''DIABLE", le bon diable en.
ve les cors aux pieds en 6
jours pour toujours.
Envoi par posta contre 3
gourdes.
II. DESCHAIIFS
Saint Maie.
EiinioiHf cii
DPOSITAIRE
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
el de la Rue Traversiez
OUVERTURIv le 2 Fvrier 1931.
lasso de requtene
Jeudi, 20 du courant, a
(> 1 2 haures du matin, sera
chsnte la Basilique Notre-
Dame nue messe de reqaiem
la mmoire du regrett
Me (irammont Ponjol
dcd au Borgne
Lea parents et amis sont
pris d'y assister.
in
groupe d'ami*.
I
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Martinez & Co
T INDIGNE
Grand-Rue No2014.
&!>*
'XMHWS-*.
..**
I .....l !!!
-w*wn
sa^fliife^Jii!alB*^^sWWW.^^wcpss-^tf
Toutes les Polices
DE LA
Moka du
Travailleur
-Purgatif au eit dlicieux
Pharmacia 8t Franois
Dr Victor MATULHIN.
(.iasd'Rua %a face de Smith,taillrir
comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de tau*

Navy-Bar
Allez au nouvel tablissement
situ au bas de In rue des C-
sara, tout prs du Rhum Bar-
bancourl. Voua y trouverez un
aarvice irrprochable et les
consommations les plus varie*
et Ita plus dlicates.
Chapeaux varis pour hommes, femmes et enfaaisfabr
par des maisons hatiennes et avec de la paille du
quspaji.
Faites une visite L'Indigne.
MU
Agents Gnraux
WsMWsmimisWkwmm'c mvwmmsmmmmm***^
s*
Lait bouilli
Nous livrons le lait bouilli
en ville dans les bureaux
toutes les heures. Tl. 2183.
LAITERIE BATLBY,
1313, firand'Rue.
ALUMIMJM UNE
Un steamer laissera New Url^us le 24 courant et Mo-
bile le 26 directement poar les port,du Sud,Port-au-Prince
et les ioaaTes,
Port au Prince, la 19 mars liai.
A. de MATTBiS Co., Agents Gnraui.
^ .-.
Bam
a*
Mosaques HaWennes
Charlier-Malcbrnnche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
tlphone : 2680
- m. m
-**.-*- -^.ee* ^"W.-*-
*esv^


Lundi
23 Mars HKil
'J4efflc ANtfftS
'. ortao-l'nnce
riohonc 2242
7243
4 PAGES
MM! ii i n"---1- W
i
.ainniiiiiniiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiitiiiiiiuiiiuiium
COMMENT
RAJEUNIR ?
Le PAU DVft'
LOPest le pneu
favori des Chauf-
feurs.ofretoute^
les conditions de
scurit, d'endu-
rance et de soli
dite.
En vente chez
John H. WOOLLEY
Grand'Rue.
LE MEILLEUR parmi LES MEILLEURS
Dpt Angle des Rues Dants Destouches
et Maaasm de l'Etal.
Reprsentants :
Michel GIORDANI, S. Cap-Hatieo.
H. DESCHAMPS, St-Marc.
Pascal A. BRUN, Jacmel.
M. FONTAINE
Poii-au Prince.
Le* travaux de nombreux radacltj
franais et trangers entrepris depuis U
communication mmorable de BROWN*
SEQUAilD sur la possibilit de rajeunir
l'tre humain par 1 absorption de glandM
fraches d'anlinnux. ont eondnit cette
concluaion maintes fols vrlOe. qu'il eet
maintenant possible, sans avoir recours)
ux procds opratoires (Steinach,
Voronoff), de icstituer l'organisme,
chex l'homme icmme chez la femme*
ton nergie et sa vigueur perdues a la
uitc de mnladles, de fatigue physique)
on crbrale, de vieillesse prmature,
et d'effacer Un stigmates Je cette di<
hance prcote.
Brochure gratuite et vente :
SJOURN, W. BUCH, Port-au-Prtnr,
et dans tout les bonnet pharmacie.
LE GLANDOPHILE"
Stu's diitributturt : A. THOMAS G
15, Rue Martel, PARIS
tRtii!!;:<:i!::i):;;":i;i::iiiii;i!!iiiifiiiiiiiiiiiuiiiiiiiii#f
Avis
Manujachue Hatienne j
ae Lia ai elles
GEB ARA & C
LES CIGARETTES
Bat Bas Fantal-Lon
Dessalinienne*
' Colon *
Rpublicaine
Vorl-au-Princienne
race h luGuesse de leur arm*! font les dlies
des Trais pma'rurs
(Biiii) m d > C.li^iiui "Y t'er
de le Pis'lU ii Cul it S.jr.
.vi.Vi las BCioU Sires de la
C'j'ap.ift i< son' i-''- o'i ea
itksinblfs gnrais ordinaire
.( buieeu ua l.i 'i.ii|j -v nie,
Porl au 1 rince ( laiti ), le
Hindi 18 mi 1931, 9 hres
du matin.
Or ire dfl jour :
1. Lecluic du procs*
rerbfll de rassemble prc-
dente ;
S. ({apports du Conseil
d'Administration et prseDta-
lion des comptes.
3. Election du Conseil
d'Administration ;
i- pilaires couiarte*
Port su Prii ce, le l'mars
1931.
Le Ctneil iAdminilratien,
assswtessssswssi
POl RIRE * SOCIT
i T Dnwln U srilles iftun J.
fy^^*nv F""**-l5' "" "' Pim,"''':*
A ^T. gj iiiu, Mom!ofU Ch.aKi. *-''
O^jf Jj ,'r- ** ',lr* *""sr- apsrtntrs sel
V^fts^* I tessr Imefsi 2 fctiolIniBrte
Jk^twr/ wtmx AKlSlStN, ios. dm
W>ii ru:eo.\KiKie faius *"
Injection
infaillible]
A base de l blnargon et
d'extraits de plantes Gncrison
radicale de la blennorrhagie,
des coulements anciens ou
rcents. Employe aussi cou*
me le meilleur prservatit.
Pharmacie
LmuHC Chevallier
Lalue, vis- vis du Kiosqui
postal.
mm. -, .T'.'t
* O*-*-*'
Cordonnerie Mont-Ca rmel
Hyppolilc R. Jeudi}
GmnJ Caf de France
C'est le Vermouth le r agrable le plus \o iqoa cl
i>,r consquent le pi sa '
LE CINZANO BLANC u eu les pins beu es rcom
,*ascs toutes lea expotiti us et se vend sur place un
i> ix des plus raisonnables.
Kn gro chei \. de M.UTKIS.
Son* la lireftte* avtee * iitel'ieja'ite de lloaeienr Franchie
ftiraldiqmi iwmi Pteaeel* i M">w _. taire d* ce' **ibliae"ne' i n*a ae* fftl, N GrUMD C\Fr
Visst d'armer Dl bel et grsed as*oiti ia?nt ce LDSSaSU DE pa\NC8> otra a *s aimab'ea et 4itite* clients, la
raa de toute fraicheur et de tuu'e b'aufe. consomna-iions tes plus I its, lea Tint H tinte* proveoiiieas les
On y trautera, en outre.das bretel es. ra-a tae.rhiaeajiHss (,iK choiti, C giree el Cigrettee, S>4w ;hee, vii<, i i pris
Cftapeaai,ets, etc. et tout aatrea ar iclea de tSeix. oStet bon Bjarchfc. L'ac:ueil le a' m -.y >< ni 11. c,'iiara\ '..j
isellas,MeadansM. ai esaiears ne yisi'e .manee Hrail dj Qraed Um**fgne.\ mm^
I, CORDONNKRll MONT CAHMIL. PATrtlZI A Co. Tlphone 2341.
a>Wl f
1 Met de i
I
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (ScotLnd
^
Ljar la cGBNBFAL i es! un.-des plus puissantes, t des plus vastes organtsatit)M
de ce gsaire. [a soleil n se couche jamais sur sos cke*p d'action .nt embrasse te
Ses Polices contre imcmln, coutreut'aussi les dbats occasion ns par la tauure.
Se* Polices poui A lomuhi es couvrent vols, incendie, malveillance. dMMMgSI
causs autrui dans sa permnt on dans tm biens.
Ses Pohccs Maritimes mi-es ar ses branenes u Europe sout payables un Hati.
ItS Polices contn accidi mt valabk-s dans I univers entier. Tous les roya-
oeurs devraient donc prendre la pneaution de se munir d'une police contre accidents
Tau moina 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 '/. soit'JO dollars 0. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves,
Agent Gnr>' pour tiaili. j
**LANCHBTrtm#e ]
insut
i
Uneides : plus fortes, COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur 1 VIE
EUG. Le BOSSE & Co
si
Auents Gnraux
L


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs