Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03865
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 21, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03865

Full Text
llment Magloire
UiKKC'ltUK
me, RUE AMERICAIN 1HR
rBLEPH0NBtW.XW2
'30eANNlili|N*7M2
Ce qui n'aboutit pK
l'action, est sauv va-
leur.
G NORNLR
POKl-AlI-PHIN(^.(iHAITl;)
SAMEDI 21 MARS 1981
les chambres
?olitique" gnrale '
Dms un prcdant article
ir la Rvision, nous mar-
lniODi Je rle politique mo-
Ideste dvolu aux Chambres
rr rapport l'Excutif dont
Constitution a pris soin de
[contorter spcialement l'auto
liil et les pouvoirs. Rien vi-
demment n'a infirm jusqu'il i
Ici point de vue, le rgime
[constitutionnel n'ayant pas
Ithang. El il est ban certain
If ne la 30"'" lgislature n'en
Iloonaltra paa un autre.
Pourtant, on semble dire et
[croire que nos parlementaires
lie reviendrout paa avec le
sourire en Avril tout proche.
C'est possible Et avec pa-
jreitle Humeur, ou s'attend
des heaiis, des chocs, clats, des bris.. Cela, c'cs
noina certain. Encore que l'o>
prtende que certains mini -
1res ne seraient pas ds main
tenant sur des roses. L'appr-
euaion du danger. Et l'on
parle srieuse meut d'opposi
tion parlementaire...
L'expression sonne bien.Au
frai, sous le rgime politique
tabli par la constitution pl-
biscitaire, qu'est-ce qui peut
advenir daus l'bypo hse d'un
dsaccord sur la politique
gniale entre les chambres
et le gouvernement? Essa-
yons de voir.
Mais voyons d'abord com-
ment cela se passerait sous le
rgime antrieur. (1 y aurait
eu interpellation. Discussion
publique de la politique gou-
vernementale qui serait ap-
prouve ou dsapprouve
loua la forme d'un ordre du
jour motiv. Dans ce dernier
cas, la non-confiance tant
exprime, le cabinet se dmet-
trait et d'autres hommes se-
raient appels pour faire au
gouvernement la politique re-
commande par la majorit,
mettons de la chambre des
dputs. Solution correcte, r-
publicaine, dmocratique.
Mais actuellement?... La
session ouverte, si I Excutif
est pointilleux, il dposera
dans les huit jours l'expos
{en rai de la situation, le
udget du prochain exercice
at les comptes gnraux de
l'exercice clos. Renvoi aux
commissions comptentes. Le
dpt en grand apparat de ces
documents sera l'occasion de
ce qu'on appelle, dans notre
assez pdantesque langage
parlementaire, une prise de
contact entre le lgislatif et
l'excutif Aprs quoi, nos mi-
nistres regagneront leu.s mi-
nistres et nos dputs et nos
snateurs resteront leu
rgle constitutionnelle. |Le
gouvernement est prsiden-
tiel. Et c'est cela, la rgle.
A dfaut de cette prsenta-
tion volontaire, il faudra bien
attendre le vote du budget
pour voir aborder la tribune
la question de politique gn-
rale. Le vote du budget, c'est
In ressource ultime des assem
bles dpouilles de leurs
droits politiques. C'est ce
moment l qu'elles peuvent
taire connatre leurs senti-
ments. Toutes les questions
touchant a l'administration et
la politique peuvent tre
sou leves, l'< ccaaion du
vote des crdita budgtaires
in lispciisables au tonciioune-
ment des rouages g uiverna
mentaux- Cm! l'heure des
contrleurs.
Les chambres de la Kes'nu
ration, en France, en usreut
insi. M de M irtignac cmve-
i ait que les ministres na
vaient pas s ulement de-
tendre leur chiffres, mais
encore lf ur systme expli-
quer, leurs adversaires per
sunder ou combattre > Sous
le S-cond hmpire.l'oppositiou
rpublicaine se servit du d-
bti budgtaire pour critiquer
toute la politique extrieure
et intrieure du gouverne-
ment imprial. C'est un m >-
yen de | olitique. Seulement,
il ne parait pas dans la pra-
tique autrement dangereux
pour la vie ministrielle...
Les prsente chambres
hatiennes sont accules
l'employer, ce moyen qui
n'est pas dcisif. Car elles ne
peuvent plus que ne leur per-
mette la constitution plbis-
citaire. Rduits leur juste
proportion constitutionnelle,
les pouvoirs de notre parle-
ment apparaissent aiusi tort
modestes. Cela fait aussi que
le spectre de,! opposiiion par-
lementaire parait moins im-
pressionnant. De s'eu rendre
exactement compte, l'opinion
se gardera contre certaines
illusions qui engendrent les
dceptious.
Mxis aussi, il /vidente n-
cessaire de prparer la rvi-
sion de la Constitution afin de
redonner aux Chambres les
droits politiques qui leur re-
donneront autorit et in-
fluence.
Victor THOMAS.
Um Grand Corps
prpare pour la pro
cixasns ouverture
da Chambres
Lgislative*.
En mainte-4 fois nous avons
Kuaicurs rcaicrum a leur ,. - I --------.-
siges. Quelques joura sui-jeu l'occasion de rencontrer
vants, une commission dans
l'une et l'autre aaaembie,tera
approuver la rponse au mes-
sage prsidentiel accompa-
gnant 1 expoa de ia situation.
Ceci, entre parenthses, n'est
qu'une parodie vaine de dis-
cours du trne.
Et la politique gnrale ?...
Eh bien l la politique gn-
rale...attendra l'occasion pour
tre discute lia tribune.
Bien sr, puisque ne pouvant
ni interpeller ni questionner
les ministres, la Chambre et le
Snat, s'ils sont d'humeur
agressive, resteront l'arme au
bras... Attitude expectante
force. En attendant, la poli-
tique gouvernementale conti-
nua...
A moine que, entre tempi,
M. Sannon, par exemple, qui
tient prsentement le princi
pal levier de commande et p.r
consquent mne le feu
prouve le besoin de faire aux
Chambres quelques impor-
tantes communications. Le
"bat li-dessus pourrait ino-
i -nment s'engager. Mais d-
bat sans sanction. Confiance
plusieure.de ces .messieurs
prs de la Singer Sewing
Machine Company. Que pou-
vaient-ils bien avoir /aire
par la ? Je voua le doane.en
VINGT, je voua la donne en
CEiNT.Et bien ils allaient tous
chez VINCENT GAUD1NO
taire ample provision"< de
casimir. oabardine. etc. |Cea
messieurs aont. des finota
qui ont appris que Gaudino
venait de ^recevoir environ
250 .pices de casimir de
toutea nuances pour.compl-
ter son assortiaaent^dj re-
marquable; et ils te sont dit
qu'iUjdoivent tre impecca-
bles Ja Chambre comme au
salon,' voila.Bravo, Messieurs.
Vive Vincent GaudinoiVivent
las Chambre- 1
Cours Talisman d
Noua apprenons que, sur
la demande de quelques per-
sonnes intresses l'tude
des langues, le professeur
ba.il Zimmermann ouvrira
bientt un cours d'allemand.
Pour les renseignements
Boch, Place
Loterie Nationale d'Hati
o
Billet : Dix Gour.les. (Coupon: Deux Gourde*.
Premier Gros Lot i Quinze Mille Gourdes
Lots de 5,000, 1,500, UiO, 150, 100. 50, 25. 2%, 16 Coudes.
Trois ^Cent et un Lots Gagnants :
LA FORTUNE POUR TOUS.
Vous pou Vf | gagner Trois Mille* Gourdes avec Deux Gdes.
La Loterie Nationale offre le placement le plus avantageux
aux Commerants, hommes d'Ailaires.. capitalistes, dsireux
d'entreprendre ce genre nouveau d'oprations.
Eu achetant les billets de la: loterie, vous renouveler.
grce un escompte, votre capital ehaque mofe et le double/
tous les six mois.
Adressez-vous vite s la Direction de ! Loterie, car dj
les demandes y ntfluent de toutes les villes et localits de ta
Rpublique. Retenez d'avance votre lot.
416, Rue Bonne-Foi, Phone 3350. Porrau -Priori (Hati
Commission Commit
nale de Port au Prince
L'honorable Snateur Wil-
liam King .irriver a Port-
au-Prince dimanehff 29 mar
[courant, G heures du mutin.
Ce vaillant dfenseur de la
cause hatienne a droit la
plus grandiose rception. Il
conviendrait, cet gard.que
la population tonte entire se
porte sur ie quai, oour mani
tester sa sympathie et sa
reconnaissante l'Illustre
Visiteur.
La Commission Commu-
nale y convie la ville de Port
au-Prince.
S.adresser M
pu dfiance, se n'eat paa de\ Seftemrd,
Les Disques ODON
sonl rests
Matres de la place.
Demande la nouvelle liste.
Bazar Odon
J. KARAYANY
Angle Grand'Rue & rue Ferou.
'."i"
CAF HOTEL
SIDESlhFim
Place Geffrard En iaoe de Mattels.
Le nouveau grant F. H. 1. ULL1 >A salue sa bienveillante
Clientle et ta prie de lui taire le plaisir de voiler son ta-
blissement o il y a tous les soirs Radio Umcert.
Consommation de premier choix.
On patle anglais espaguol et franais,
Apophtegmes
phllosophiquei*
o
( Vieux adages orien
taux nouvellement a
daptes, qui servent de
tormulea ntressantes
pour se elsanflar soi
mme.)
1: y a quatre espces d'hom
mes :
Celui qui ne sait pas et ne
sait pas qu'il ne sait pas ; ces'
un ael, luis-le.
Celui quine sait pas et qui sait
qu'u ne sait pas; c'est un sens,
aiJ -le.
Celui qui sait et qui ne
sait pas qu'il sait ; c'eut un en
dormi ; rveille- e.
Celui qui sait et qui sait
qu'il sait ; c'est un sage, suis-le.
Le ramier se connat parce
qu'il paile de tiop et de tout ,
Le second se connat parce
qu'il ne sait paa s'intresser aux
choses;
Le troisime se connait par
son intelligence naturelle ;
Le quatrime se conaait par
l.i s;t gesse de ses principes, de
ses actes et de s s penses.
Om L1ND
Porl-au-Frince.20/31.
Les grands Spcialistes de Beaut
italiens recommandent l'emploi
s,
d'huile d'olive et de palme
pour conserver ce teint d'colere
Et dan le monde entier, 23,723 matres distin-
gue! conseillent leurs jolies clientes de ne
jamais te servir de savoi1. aatre que Palmolive.
-'i//.i, de Naplcs, dit:
"17 n'y a pas le femme
qui .lit droit une
ioiic l> .... J elle migl/ge
d'obstrver cette prati-
que, lu plus ir/por-
tante qui S'iit: se l.:v:r
la figure si.ir t matin
,/vec i'u Sai/cn l.:ht-
clive.''
f-^iUrr%A**%k v*e
>^^.
^i
i, Safli,. pwerit
Pilmoliv aux
ii <$af*litami fi
ttmUtm.'
EN Italie, tout conme
clans quinze autres
pays, les femmes dcou-
vrent le moyen de con-
server leur teint d'coli-
cre. Elles mectent pro-
fit les conseils d'experts.
Eugcnio, de Milan;
Pezza, de N aples; Andr,
de Paenne; S.Jvino, de
Venise! Voil det sp-
cialistes de beaut bien
connus en Ica'ie.
Et, lorsqu il s'fit de soins danaat au
visage, la jolies Italiennes qui frquentent ces
salons de bsaot appraooaot, tout d'abord, que:
"La peau exige, avant et par-dessus toutes
choses, d'tre nettoye bien a fond, deux fois
par jour."
Ce netteyage, si t;icessaiic, s'opre trs
avantageusement l'aide de Savon Palmolive
et d'eau chaude. Il s'agit de prparer une pte
onctueuse et d'en masser dlicatement 1 pi-
derme; on l'enlve ensuite avec de l'eau chaude,
suivie d'eau froide. Ce traitement dbarrasse,
d'une faon Crs agrable, les pores des impure-
ts dangereuse; qu'ils renferment.
Tous les experts en beautc de France parta-
gent l'opinion de leurs cor.fii.res italiens ci font
partie tant 23,723 membres) tt tous, sans exception,
conseillent Palmolive. Sa composition a base
d'huile d'olive et de palme, son ef'icacitc la
fois agrable et salutaire en font, au dire
d'expet :s, un produit unique. On le recom-
mande aussi pour le bain.
I-i raviiimtH liautti im/.-mu
au liint t/iw ctumum irur .-.
frahht H -ilouits m n imam
rtfuiitririitil il i'.ilmlin.
A Hollywood 16 des
80 experts en beaut
recommandent
Palmolive
A Hollywood, o Im ct\i-
bifi beauts conlie.K leur
cStrires tu :'. nipt-
(aau Jf cipu .. 1 am
protfuii ont.., ;. 80
calons de beaut recom-
inaideni PaJmoliM;. Cef
spcialistes ptlreiit Pilm-
o.ivc, dit-on, parce qu'il
est a la fois salutaire,
adoucissa-.t et d'une effi-
cacit remarquable. Voil
cequefait Hollywood pour
conserver ce (etiitd'ccolire.
K^OTXMMjfa ... a vii,;.vaiil-liif.rma'i.\de'ux
touristes qui, paisiblement ten-
dus sur un lanedu Champ-de-
Mais, prenaient un bain de se
tell. El cela, a h. grande joie
des Mossesqui s en levenhient
dfl la case de Saint-Joseph On
ne trouve pas de et soleil, a
pareille poque, ni a New-York,
ni Wsshin|ion. Aussi Notri
IL comprenait-il la grande sa.
tistat lion qui se pe-g.iail dans
les yeux e sur tout le visage da
couple amricain.

*
... a vu un homme qu circo*
Ull. sous le soleil, av,cune gros^
se dinde mm le bras Ce n al
P certainement lui, car il
vlpluit la lle de quelqu'un
q ''la chai.- d< s dindes ne con-
nat pas.

... a vu, dans*uii de 1 , aaa
deux de!,io- amis qu.cause.eur!
Le Matin en msins. Et nalu.
de nthb il. 11. I. |ls,i#nt
JMjbte Tont cnni itota
surent tomber le jonrnsl et se
regarde, ent. Lise posrent, eu
MM temps, la nn9 q^
Mais c'est loi, celte a flaire?
Us ditentrtni et rsolurent
ne *e rendre au bureau du ionr-
Ml o ils ont des i-mis permi
tei rdacteurs. Ce n'tait ni lu.
I autre, leur explique un r-
dacteur prsent. El fles bais-
ses, ils s en allrent, tout mal-
heureux que ce ne fut pas eex.
fc-t dire qu'il y d aulres per-
sonnes qui craignent Notke
U^il. Quesiion de goat.
s
. vu, avaut-lner, aux envi-
rons du Bote-Witty, comment
certaines gens de la plbe r-
glent le problme diflicila da
boire et du manger. Les wa-
gons de la Hasco qui portent
des t-liaigeineiiis loulus deisu
ns e pouvant pas tous enlrer
en ville en mime temps, la
transport est scind. Tandis qua
la moiti du convoi se diriga
vers lis usines, l'autre moiti
reste au liois-VN hitty, attendant
Uretour de la locomotive. Alors
autant la demi-heuie que dura
oeite attenta, comme une nue
de isulen Iles, ious les gens des
en vil t m sj |etient sur les wa-
gon. au lepos et c'est qui
pr Ddra le plus de boula de
ca nts. Nul ne manque ce
randez-vous huclueux, lemmes.
entants et \uiilaids. Mais il y a
tant et tant de tannes dans las
wagons qu'on ne s'aperoit pas
du larcin. La llasco, sana le sa-
voir, peut-tre, lait deux fois la
semaine, un* u-uvre de charit
publique.
, *
... a vu, dans une maison Ja
Bois-Verna.avfant-liiei soir, ans
peut lunion des plus distin-
gues. Vers dits divinement par
um |eunt hatienne de talent,
noiitaiix ut- piano classiques
excutes avec ono et aensisih-
l par une autre hatienne dont
la virtuosit est tout simple-
ment merveilleuse, et par an
uialtie doul l'loge n'est plus
Lire. Huniou des plus char-
mantes et qui m n soient dv elles
qui, uepuisque.ques temps, cous*
tituent .a mom.uie courante at
o le crole est Hoi et le Char-
lsion. PriOM. Il est bon que
daus quelques maisons hailiea-
nes soit garde la tradition da la
beaut, (Je la tenue et le l'l-
gance.
*
...a Tu 11 de nos anus qui se
ti cuvait .ans un saloi, pr-
texter un besoin pressant et dit-
parait ie dans ia cour o il resta
plus.que de raiaon. Il ne vint
que lorsqu'une lemme qu'il arait
vu s'avancer avait, elle, pris
cong. 11 expliqua, le fuyard :
l taintc uu lapagp. Le mot
dt Napolon rtste ie seul vrai
dans et caa : La lui te est la saala
victoire.


PACK
- 2
*. MATIN- 21 MARS 1*1
Panama et les Etats-Uni du Nord.
Le trait Hay-Bunau-
Varillaet le projet du nou-
veau traite de 1920
I'ai Camille l. LON.
Il
ce
Voici les points k.ssenliels de soient en contlit avec ceux ici
trait : concd! aux Ela'.s-Unis.en (juel
D'une part :
Le Gouvernement
Unie s'engage
cas les droit des Etats-Unis
des Etats- prdomineraient.
Tous le dommages caus*
A GARANTI H el A MAINTE- UI propriiaires de terres et
NIR l'indpendance de la Rpu-
blique de Panama.
A PAYER,* litre de comuen-
mtion ilrs droits, pouvoirs el
privilges qui lai onl t conc
cls par le Irait une 10
de dix millions ne dollar*,
l'changs dea ratification, el
unr annuit de Deux cext gin-
quantk MILLE DOi.i.vus pan lanl
) dure du Irait el neal si
aprs la date de l'change des
ratification!.
A DBDOMM VGER lea pro-
pritaires de terrai on de biens
aitos dans lu /nue concde,
aur la baaa de la valeur de ci
de biens particuliers relative-
ment aux concessions conte-
nues dani ce trait ou i occa-
n des travaux qu'excuter onl
lis Etals*Unis, leur ag--nl et
employ ou a l'occasion de la
struclion, de l'entretien, o*u
ii ionnment, de I essaini m -
d c' I < prott ction du 'lit ca-
i! I, ou dea Irav.mx ici stipuli s
ronl valus ei jugs pai une
omission mute nomme par
les gouvernements dis Eists-
i ii" el de I' uiams donl las d-
< Nions seront dfini ives el dont
i i sentences aeronl payes uni-
que ment par les Etat Unis,
A ICUQ retard, aucun ernpci'ha--
Ncrologie
Cette apri-midi auront lian
les funrailles de
Madame Charles Houzier,
ne Blanche de Madlung.
dcde hier matin huit heu-
res, t-n sa maison,sise au Cbamp-
de-Mars.
La dfunte qui s'tait atta-
che beaucoup d amis, par sa
culture, l'amnit de sou carac-
tre et la haute distinction de
ses manires, laisse beaucoup
de regrets dans notre socit
dont elle tait une des plus pr-
cieuses parures.
Le Matin s'incline devant ses
restes et prsente ses c.oado-
lanees mues ses parents
prouvs, particulirement ses
enfants, et son mari, notre ami
Charles Rouzier.
La rception d hier a
la Lgation de France
Kl le fui ollcrlr par Hr latii* es
honneur du MisNre Wiel.
Hier un soir n G heures,
dans les s<< uns de la Lga |
lion de France eu celle ville a
en lieu une rception ofirrlt
par le Charg d'Affaire* Iran
is en celle capitale, notre
distingu ami Mr .Vlarius
Malins, a laquelle imcnt
lovitl les mem res de La
Proprit!', seanl le t
valuation et
d'une commission mixte nom d I canal ou du chemin ue 1er
les deux Gouverne- 'i' Panama et autres travaux)
i. dits l'un ou l'autre tandis '
cjne seront pendantes les lorma-
C lonie Ir.muise et syrienne
la vrification meut n'arrteront aucune partie I de la ville pour ire prsents
S. E. Mr F. Wiet, E, B. et
mer par
ments.
D'autre part :
4.a Rpublique
mages. La base d valuation des
uriuiir .dommages sera la valeur des
le contrle dune zone de terre : bi sns avant la dite de ce trait.'.
de l'an uns
concde aux ritats-Uuia per-
ptuit l'usage, l'occupation et
le conliole
al de terre co verte par e
fiour la conslrui ion, 1 entretien,
'assainissement, le fonctionne-
ment et la protection d'un eanal
de dix milles de largi, s ten-
dai.t une distana de cinq
milles de chaque ct de la ligne
de contrle de la roule du lu
Canal, la dile zone commenant
dan; la mer des Carabes a trois
milles maritimes de la ligne
mdiane de la basse mer al '-
tendant travers l'Isthme de
panama, vers l'Ocan Paciflaue,
ju qui une distance de trois
milles maritimes de la ligne
mdiane de la basse, mer, les j
vill' s de Panama et de Coloo el
les baies adjacentes, comprises
d'MS les limites de cette /.mie,
n'tant point incluses dans la
dite concession.
La Rpublique de Panamt
concde, en antre, perptuit,
aux Etat-dnis l'usage, l'uupa-
tio:>. et le conliole de toutes au
trs terres et eaux hors de la
sona plus haut dcrit qui pour
ronl Ue ncessaires si conve-
nables pour la conatrnouon,
l'entretien, le fonctionnement,
rassainisseme.il, et la proie ion
du dit canal, ou de tous autres
canaux auxiliaires at autres tra-
vaux ncessaires et convenables
[tour la construction, l'entretien,
e fonctionnement, l'assainisse-
ment et la protectiou do la d;><
entreprise.
La Rpublique de Panama
hts de vrification t des dom-
t
BU, i Ls R
ic ;u :de
i i limi
lUblique de Panama
concde
en outre et de mur
manire, aux Etats-Unis per
ptud, toutes les liai qui se
trouvent dans les limites de la
zone plus haut dcrite comm
aussi le groupe de petites Iles
an la baie de Panama nomm
Prico Naos Cukbra el
Flauiencio.
La Rpublique^de Panama
concde aux Liali-Unis dans ls
zone mentioune et1, dcrue dans
l'art.jivte., ce trait et dans les
limites de. toutes les larres et
eaux auxiliaires menlionues et
dcrites dans le dil arlicle2;
tous les droih, pouvoirs el au-
torit que les Etats-Unis poss-
deraient el exerceraient, sils
taient souverains du territoire
dans lequel sont situes les dites
terres et eaux avec l entire ex-
clusion de tels droits, pouvoirs
et autorit par la Rpublique de
Panama.
Lescoucessions ici consignes
n'annulent ni titres, m droits
des occapants ou^propri lires
de terras ou de biens particu
tiers dans la Eone ineitiiouuee
ou en toutes'terres et eaux con-
cdes aux Etats Unis selon 1 s
stipulations de n'importe quel
article de ce trait, ni ne preiu
iicierom aux droits de circula
(ion par les voies publique qu
traversent la dite zone ou n'toi
porte quellts terres et eaux a
moins que lels/lroils de circa
lation ou droits particuliers ne
uux kitals Unis, dans
es des villes de Pana -
ma et Colon et leurs baies ad-
I i :entes et territoires adjacents
I droit d'acqurir par achat ou
dans l'exercice de leurs droits,
il s terres, difices,droits d'eaux
o i d'autres propnls qui se-
raient ncessaire! ou eonvena-
i) s pou r la construction,
l'entretient le lonctionneuie.it
ci la protection du Canal ou
ir tous autres travaux d'ai-
>a nisiement comme le ramone-
m Mit et la conduite d'immon-
di :es et la distribution d'eau
d lis les villes de Panama el
Colon, etc.. etc..
La Rpublique de Panama
concde aux Etats-Unis droit
ei autorit pour le maintien de
l'ordre public dans les villes de
Panama et Colo i et dans les
lerritoires et baies adjacente,
i is o, au jugement des
Etats-Unia, elle ne pourrait le
i are
La Rpublique de Panama
reconnat aux E s ta (Jais le
droit d'importer, en tons tempe,
dans la /une me \ et les
t irres auxiliaires, libres de
Iroits 1 l ; i mes, impts, co.i-
Uibationi ou autres charges al
res ri tion, tr lins, dragues,
locomotives, au omobiles, ma
chtnerie, larruras, 'explosifs,
uatriaux et tous articles u-
iassairas pour la construction,
l'entretien, la fonctionnement,]
l'assainissement et la protec-1
lion du Canal et autres Ira
Vaux aux lianes et toutes les
provisions, mdicamenis, lin-
ges, approvistounemenle, tour-1
ni tares ncessaires pour les |
h ;>, lea employs, lesbavail i
ieurs et ouvriers au service et '
I l'emploi des litats-Unis et
pour leurs lamilles, etc.. elc...
Si ces articles doivent re
Ministre Plnipotentiaire de
France en les Rpubliques
Dominicaine et Haitieune.
Les dames de ia colonie
franaise assistrent la tte
et elle prsenta son adhsion
au Ministre Wiel. fcl.Mathll
el la Graude Fiance.
Ce tut une lte billante et
spleudide au cours de laquelle
a rgn la plus linecourtoisie.
Maires, les Etats-Unis surot
le droit en tout temps et leur
jugement d'utiliser sa police et
SfS loi ces terrestres et navales
et pour tablir des lortifica-
tions cet gard.
Qu'aucun enaugement dans le
gouvernement el dans les lois
et traits de la Rmub^que de
Panama nallectera, stn* le
consentement des E'ats Unis,
un droit quelconque des Liais-
Unis, selon ce trait, ou d'ac-
cord avec n'importe quelle
stipulation de trait actuelle-
ment existant entre les deux
Pays ou qui peuvent l'avenir
existei sur une matire de ce
trait.
Pour le meilleur accomplis-
sement des ob'igitions de ce
trait et poar la protection etli-
cace du Caual et le maintien de
la neutralit, le gouvernement
de la Rpublique de l'anama
vendra ou affermera aux Etals
Unis les terres adjacentes et
ncessaires pour des stations
navales ou charbonnires dani
la cte du Pacdique et dans la
ce occidentale sur la mer des
Carabes dans certains endroits
qui seront coavenus avec le
Prsident des Lais-Unis
Camille J. LEON.
Errata
employs hors de la zone et
les 'erres auxiliaires, il, seront
su|els aui droits d'importation
el unpoift^que payent ces ar- i
actes selou les lois de Panama. I
La Rpublique de l'anama
convient qu' quelque
temps qu'il sou ncessaire
d'employer des lorces armes
pou. la scurit el la protec-
tion du Canal ou des navires
qui eu Osant, ou des che.nius
ie 1er ou autres travaux auil-1
L Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.

QUELLE EST CETTE MESURE 1^
On nous informe que sous
prtexted'viter l'embouteillage,
les autorits amricaines au-
raient dcid d'empcher l'ac-
cs du Quai par lea voitures 1
hatiennes, dimanche, larn- f
ve de l'ANCON. bord duquel
se trouvent le Snateur et Ma-
dame King. Que signiberait
celte mesure'Et dans quel des-
sein la prendrait-on? C'est ce
que se demandent les hsitiens, .
surtout les membres des asso- {
ciations qui dsireraient, ce
que rapporte notre Confrre La
Prksse, organiser une manifes-
tation grandiose en l'honneur du
Snateur King.
____l
Choses Do-
minicaines
o
Aujourdhul part poxr
Hnlit le ailnUtr*
Fraucala Wiet
11 imi a parl > m hiarw tau
r SiSlO ll*Biiyo.
Ce ma*in est parti pour
Poit-au-Princ-', Hslti, role
distingu umiS E b'crdiaand
Wiet, (Ministre Plalpo
lenti&ire de France dans la
Rpublique Dominicaine et la
l\ep. d'Hati, qui tait la
capitale depuis samedi.
Comme on lsait, Mr Wiet
tait venu Sauto-Domiugo
pour prsenter ses lettres de
Creauces au Prsident Tru-
jillo, mais la crmonie cor-
respondante ne put evoir lieu
a cause de l'operalioa qu'a
subie le Prsident, qui n-* lui
permet pas de sortir de ses
apparumeuts.d ordre des m-
decins. -,
;dr Wiet nous'a lait Jpart
que la circouslauce qui l'a
empch de prsenter ses
lettres de crauces.lui facilite
le grand plaisir de revenir eu
cet e ville, dans laqaelle il a
admiie beauco p de choses
intressantes, comme l'esprit
eutrepiena tt des hommes
et la beaut des femmes,
l'activit qui se dploie pour
la reconstruction de la ville,
etc. etc; et d'autres dtails qui
permettent de juger du carac-
tre travailleur lev des do-
imuicains.
Monsieur Wiet, comme
uous l'avons dit. retourne
uujourdhui Port au Prince
o certaues obligations lap
pelleui;la raison poui laquelle
il ne peut rester plus long
temps parmi uous.
Lu annonant son dpart,
nous preseuions nos rtspec
lueux hommages au distingu
diplomate tranaia eu mme
temps beaucoup de succs
dans sa mission dip.omalique
dans les deux pays qui parla
gent la belle ile de Saint Do
mingue el o la i rance j >uit
de tant de respect et dudmi
ration.
( La Opinion)
Propos
cachets
o
Nous nous congestionnons la iu -
moire d'un tas de connaissances inu-
tiles... t qui ne trouvent pas d'em-
ploi dans la vie.
Exemple : Je n'ai jamais gagn un
bout de pain, ni avec le grec, ni avec
le .a.m, ni la gomtrie, ai les raci-
nes carres ou cubiques....le ne
pourrais de amo.re nommer ni
les neuf Muses... ni les sept Mer-
veilles du Monde... Mon bonheur
n'en est nullement dtruit... car ce
qu'il importe surtout de savoir au
laonde,- c'est que la jeunesse n'a
qu'un temps, et qu'il faut se hter de
jouir des bonnes choses que la vie
nous offre... J'ai oubli mon cat-
chisme, mais je ne dsespre pas de
gagner quand mme mon salut en bu-
vant matin et soir du RHUM SAR-
THE CACHET lOlt la sant de
mes ennemis.
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT, Pharmacien,
HO, fi ilit-iiM,,
PARIS
C'BST LS MBILLIUR
DBS PUROATIFS
Dea Deata Blamcdae*
Souriante*
F OUI avoir de* dcou taises,
bUocbe, tiaoclantet qui sou-
rient lorsque vous ouvrez h
bouche, employs le Kolynos.
Le Kolyoos nettoie les demi et
les gencives, tel qu'elle devrai-
ent tre nettoyes. Son cume
antiseptique, au got agrable,
pntre dans chaque crevasse et
elle en enlve la vuaine pellicule
jiunltre ainsi que les rirrtllai
d'aliments ea fermentation. Bile
dtruit les germes daagereax et
neutralise les acides bwrauw
Desireriex vous avoir des deats
blanches souriantes, indemnes de
taches et de caries, '""iinrai 4
employer le Kolyoos.
CREHE DENTIFRICE-
KOLYNOS
PORT-ATJ-PHIKTOll
AlM.raTRU*; r>baraaeU ALBERT1IVI
- Phanaaeia Sa D* Ja'n VIARD
taut lea kcaaaa ^.drsxstata*.
CMMDCOHmWMAllOIlM
Prire noire collaborateur Camille J.
Lon : Panama t le Etats-
Unis . A la Un du 1er para-
graphe : Comme les motifs a*
yant rendu et mme inluctable
ce grave engagement interna-
tional.
Au lieu de :
Ces iuot'1 ayant rendu possi-
bles et mme inluctables ce-
graves engagements internatios
naux.
Au 2a paragraphe : si souple
su lieu de si simple
Au 8e oaragraplie : le 3 no
uembre au lieu du 18 novtm
bit.
En peu de temps ce
j- produit remarquable a
conquis de haute lutte
Il une renomme des plus
enviables.
f Demandez toujours le
| Rhum HENRI Gardr g
DEMAIN SOIR
A 5 heures matine :
Le Praident
Trujlllo.opr
Peur cette raiaes, il se propose
tde taire uu leur racel
.- Le Prsident de la Kpubli
que le gnral Halael L. Tru-
jlllo, notre (distingu ami, a
subi une opration de hernie,
el s'est retir daos ses habita
(ions o l'minent I)' Jos D.
vieil ia le soigue. Lelon ce que
nous disions hier, cette opra-
tion n est pas dlicate tuais si
eunuyeuse, quelle \ m pche
de sortir.
Avec cette opration, le
Prsident ne pourra p s aller
Laraeol, et les autres ltes
qui se prparaient pour le 19
mars sont renvoyes pour une
date ultrieure.
La Opinion" tormule les
plus sincres vux pour le
rtablissement deSE.Le Prsi
deat de h Rpuolique, le Gui
Trujillo, qu'il comptejdansle
groupe oe ses amis particu
liera.
{La Opinion du 17 mars 1931)
Titi Ier, Roi des Gosses
Entre : 0,50.
A 8 HEURES
Le superbe film da la Goldwyn :|
CHAINES BRISES
Enre : 2 3 gdes.
~a *-

DEMAIN SOIR
A 5]heurss : matine.
[.AIGLONNE. J
SU1TEJ)
L'ESPIONNE aux YEUX
NOIRS. 1
' ( SUITE )
Sntre : 0.50 ; Balcon^l.OO.
A 8 HEURES
Un super-cincomdie jou* par des acteurs favoris do pan*
. port-au princien
i La Merveilleuse Journe
D'aprs la dlicieuse pice l'Yves ra > et G. Qaioson.
Avec Andr Roanne.Doily Davis.Rene V "r et Sylvio de Pedrsllt'
Entre : 2, 3, 4 gourdes.
>
Le lthuiii Barlmucourl
Dont la rioriiiia est aaivarsaiie a gard sa artlnire place
Desaandes partout :
UN BARBANCOURT
5?1
** -
-
X
-va
r+7*



LE MATIN 21 MArlS 1W1
PAg S
'
Nouvelles
Etranqres
o
Par Sans '//
I
19 Mars
o

US FOUMIS Df.OlTAVlES
e |irn>ral plu livre tniid
vais iijtcifz du FUT.

Se faufilant, rampant furtivement
t rgulirement les (aurait aont
exasprantes dans leur attaque contra
vos aliments. Elles vont sur vos mor-
ceaux prfrs et vous ne pouvez
plus manger quand une fourmi en a
touch. Ne soyez plus ennuy par les
fourmis? lajectex du Flit.
gCy
Le Flit est mortel pour le; mou-
ches, moustiques, vers, puces, four-
olte mis. blattes, punaises et les ufs. In-
offensif pour vous. Ne tche pas.
Ne confondez pas le Flit avec les
autres insecticides. Pegardez le sol-
dat sur le lerblanc jaune avec la ban-
de iioire.
Prraitr oinrrirur ml arrricain
Il Un \ irrars
ST-THOVAS. Ile* Vierge.-
Paul M. Ptarson de Philadat'
phie a ete1 install corr.me pre-
mier gouverneur civil des Elats
Unis aux Iles Vierges.
Drn\ ferai
fuOO *)* tos
SHANGHAI. U:i rapporte
que Iroia mille paysans ont t
lues^daes une rvolte corn tru-
ande au long de la Iroultit
lkup-Szechuian.
Trrribls itentr
iaas le MaviulinifliN
*LYUN, Maaaachusatts, Deux
personnes "'-t l Li'.fes
uioit au cours d'en raceadn
qui dtruisit l'intrieur de l'H-
tel Lenox ici auiuiu"hui de
boui'e heure. Quatre md.vidus.
DANS LES SPORTS
Pool bail
Dimanche i -| heures p. m
iu Parc-Lecoota grand
match le football entre 1
lameuse quipe n Capitaine
P.Heker et nu nouvel onze.
On ehochotte que, choqu
'le I dernire ditante vic-
toire de l'adversaire du "Dra-
gon", des footballeurs ont
eoalia rene efforts pour
-abattre la fiert do... "'!
Qu'on ne se mpranu point
uotl-oi, om disparu laod ,n u ,
,|u quatre aiiiica oui t m | ,,, mf)( n l ^ ,
veitintiit biuiOs al un coupt".
profondment. ; r !' ''
Les u.oita ont l dcouverts
par les
dbris.
l's aairieaiae*
Missiiees ro fbine
PEIPINiDeux femme am-
ricaines ont t assassines en \ n ent.et.
Chine. Mrs Vara M VVhite tt
Mrs Victoria Miller, mission
rtairrs, on' ?*! lue>s pendai t
qu'elles dormaient. Leurs an
ciernes servanlea sont rechet
ches.On croit qu'elles ont rom
nus le rrime pror se venger
d'avoir t renvoyes.
pompiers looiliant les
Le feu coin aie n va au
champ de gott eu niaiaturt *!
bientt bal* va le building tu
Mahatma l.aadhi Uoeibav
Tua rapidement.
La ploa graille esaimantlr s acier
NEW-YOHK La plus gran-
de commande d'acii r t don- )
ne pour Ridio City.Un contrat y
de tO mil iona de dollars pour
125,000 lonnea va a le Coipora-
ti(>n de l'acier pour lentrepii.se
Rocketeller. O qui aignitie du
travail pour 8000 personnes,
ba bpagae ^^
MADRID Des dmonslra-
trations par les tudiants et au-
tre i iravars l'Espagne ont pr-
cd la commutation par le roi
Alphonae aujourd'hui de la sen-
tence de mort impose, hier sur
le capitaine Sediles.
BOMBAY.Mahatma Gandhi
dans un discours une loulc
tumultueuse au cur de la >
ville mardi noir aie qu'il ^aS
avait trahi les i lui uaiiou:<
ll&Us lUn- le liau de paix
qu'il ralisa avec Loid Iiwm,
vtitt-iui a Nrw-Dsliu.
"onse-Belcer" sont d'une 1er
met courtoise sur !e terrain
du jeu et tiati-rnisent avec
les autres copains en dehors
du "Perc-Leon te"
Nous chantons avec eux :
Buvons... Buvons... l'volu-
tion des sports, .'.buvons tou
jours.. nir de la Race.
F. H.
lavage Priis'tnl Veeter
WASHINGTON- Expdient
les eflaires en cours avac une
haie da la dernire miaule, le
Prsident lloover s'est embar-
qu bord de d'Arizona pour
une croisira dans les eaux
das Caraibes. Un nouveau type
de machines parlantas a t
install bord du baleau pour
contribuer l'amusa ment du j
Prsident.
Avis rin dp irl
les dnVhea pour New
York at l'Europe ( via New
York direct ) par le steamer
1 Sluyvesant seront fermes
aaniedi 21 do courant.
Port au-Princf.li 20mara l31

!
LE H H li11 S4RTIIE
CACHET OR- CACHET ROUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpt en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fts, en caisses, en bouteilles tt emporter.
Edmond (MIS
Double Traitement
pour Un Enfant
Enrhum
Laa enfants dtestent tra
"drogus", Lorsqu'on les frie-
MoauM avec du Vicks, il soulag*
laa rhume de deux faoaa,
mm "droguage".
(1) Sea vapeurs salutaires,
dgages par la chaleur da
eorps, sont Inhal* n tout droit
4a.ni les voch ruHpiiHLoirw;
(2) Il aouliitfo les doulonra
marne le eatanlaamc d'antaa.
VICKS
VAPORua
Un c mdale Inutile
Avaht-h l'on procdait en pr ode m.
lennit > rinatallatioo ,'- M\|
lolto Pierre-Audaio, Maurice
Etienne e' '*.< >-"e^ (|.- irdi-
Bes.li l.oge'. Etoile No S t ?
le lmo;n d'un laddent pro-
voqu per M. Hyppolile Sines.
Suspendu de ses droits ma-
onoiqnea ner l'anterit ro -
retenir, le Irre Stines, invie
a laisser le Te m nie, refus
dob'emt rer aax ordres du
Vinciahle, maigre les prires
el l'intiivention da nombreux
unis II provoqua t par son
ttitude dplace un vrai
dsordre. Kl la crmonie
dit trt aimelitle.
Ou aitend de srieuses sanc*
lions.
Hauburg %mrikaiiinie
Le luxueux bateau touris-
tes H^lian-e , venant de
New York, sera ici le matin
di 1er avril et partira 2h.
p. m. du mme jour pour
Kin^ilon,Colon et la Havane.
offrant une ojoaaion uniqae
pour passagers.

Le b.iteau M Georg'a ", de
retour du Sud, sera ici vers
le 23 courant, partant pour
l'Europe via le nord, prenant
du trt.
Le navire Amassia **, Te-
nant d'Europe, est attendu
ici vers le 2 courant, en
route pour Kingston, Santo-
| Domingo et Cuba, prenant
' Irl et passagers.
HEINBOLD Gie, Agents.
esse de requiem
Jeudi, 26 du courait,
(> 1/2 heures du matin, sera
chante la Basilique Notre-
Oame une messe de reqaiem
la mmoire du regrett
\h Gramnwnt Poujol
dci au Borgne
Les parenta el amis sont
pris d'y assister.
Lnyroupc (tamis.
DPOSITAIRE
f
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
et de la Rue Traversiit
OUVERTURE^ le 2 Fvrier 1931.
Fabrique hatienne
de Chapeaux
Marcelin Martinet & Co
- L'INDIGNE
Grand Rue No 2<0t.

BjBJia| g
Toutes les Polices
DE LA
-*&,- -.'-.jr.f
I
3
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de tau>
Km/JjpttosHfCo
Agents Gnraux
M EN A ..--.!* S!
Pour teiudro tous tissus :
" LAINE, COTON. SOIE, le...
ucun produit n'gala
*U MAURESQUE'
r.n Ttnit Ci-I nu Printf Phirmicie W BUCM
Phirnicit K i-m PEROr, 41. Place Vollirt.
M coulai bonnaa malaona dt ti-in
l hmiHHon grjtull tt franco ur tmant mrent
m V C FKRCOQ. ASNltRES (S.ln^ f,..,.
-
r
:
y
>
no
Golombian
Stearns hip
Company i
. Le steamer Baracoa p.rti
de Mew York le 14 f courant,
via Cap-Hatien et Port de
Paix est attendu le' 21 cri.,
en route pour les port; de
la Colombie etGMstobal C Z.
prenant trt et passagers.
Port-au-Prince, le 17 mars
1931.
Colombian Steamship Co Inc.
QEBiKA &(>. Agents.
Chapeau varis poni hommes, femmes et enfaaisfabr
par des maiaoii balliennai el avec de la paille en
quspays.
Faites cne visite i t L'Iudianpi.
ALUMINUM UNE
DB ARTS DIRECTS i E NEW-ORLEANS ET DE*MOtILB
POLii lOliLhSl LU- LA REPUBLIQUE D IIAITL
Un steamer lai era ?few OHana le 24 courant et Mo-
|Mle le ?b directe,n-. po ! mrt, de Sud Port-au-Prince
' et Ici ''-onaTes,
Port au Prince. \t* 1(> m ^ jgsj
A. de MATTEIS A Co., Afe nrau*.
Mosaques Hatiennes
e
H.
Charlier-Malebrnnche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
tlphone : 2S0
.. :
_
**
*
-. .*%,-;'
I


s*.-** .



i d ,
* w

21
Samedi
Mars 1931
Le
L>4me AWNtt ;, 7212
mrt-ao-i 'rince
r*Johon^ !?242
t-.aUe1
./; ir -..;.-..< BBW' - ''. - . -' ' nsaBBBB
4 PACIC8
mum i'a w

Pagol
Energique antiseptique urinaire
4fM viu et radicalement
Supprime lee douleur.
de la miction
Certte loate cmmplkatio
M i}!!! il It* IIMUt !
Ml ui >..:. IjU II m
Ml amplimrni 6 r>ul
I (ui'.l '.: loua les n>i
4ki# l f VAM / l > n a imi # la cm '
i
!-----.. I *-;
*- U
u ste**. ou *

\
' I S M> a* ....

i.
lAuv sa atfin*U
qnes,
..i
utK*t es OIM rt-
Dlr<*. rii'KiIU IM
Uuui trace 4 rt>
dee ccllulM !- Pariai
teurirler Ban seule-
meui pour I* fooocoqM
p*ruiPt o U BlMt.
Ml* aneore pour lova
taa autres BlCTVbM.
eniquaU n damier
rut s associer. eufUl
tout Il w U fonde-
Bunl. U base du irai-
Mnant de l'arthrite ou
du rfiumallaina bl"imor-
rejMoua. parce qu il aal
calul da la bUatiin*-
fM rUe-mrine
I / H; HTJlilB.
eu> i OtaWeta t r o *****>
Hanse i-r' r: >'* a**"
Le PiVU DfliNr
LOP est ie pneu
' favori desClvmi-
teurs.ofire toute
Si
(( I ,y
))
^ les conditions de
scurit, d'endu-
rance et le soli-
dit.
En vente chez
John H. WOOLLEY
Grand'Rue.
PHARMACIE
CANONNE
49, Rue Raumar
18-10. Boulevard Sbaitopol
PARIS .
vendant
U MEILLEUR fflAICMt N MORDE
PrNnlti du fpimilru RirsnM
si UUNn m oremire tnicirar
UNE SKULK QUALIT :
" LA MEILLEURE .,
LE MEILLEUR parmi LES MEILLEURS-
Dpt Angle des Rues Dants Destouches
el Maaasin de l'Etat.
Reprsentants :
Michel GIORDANI, S. Cap-Hatien.
H. DESCHAMPS, St-Marc.
Pascal A. BHUN, Jacinel.
M. FONTAINE
Port-au Prince.
Manufaclute Hatienne
ae Ciaai elles
GEBARA&C
LES CIGARETTES
Bat Bas Fantat-Lon
<(Dessalinienne*
m Colon
i Rpublicaine''
Porl-au-Princienne
rce laBncasede l^uriftow font le* dlice?
des vrais pma'eurs
POUR LES COLONIES
UROQUKRIB. HZUQItimilt
SPCIALITS
Franalies et EtrangeroS
SKI.3 DB QUININE PURS
Tous produite en flacons,
ampoule, comprim, cachet*
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
yANr*OES, CBBMTUetSS
a vas A VARICES
APPARIILS HTQltHIQUES
pour tons utaget
Appareil* Orthopdique
Sringue hypodermique
Ph-rmicil ai Pus*, il VtySfl
Coffres Phamaoeitiqiti
poir atimi. ciibhn. m

Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adreete
Ph.rm.cie CANONNE
49, Rue Raumur
88-90, Boulevard Sbaitopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni an Franc* si A l'Etranger
I
i
i
Injection
infaillible
A b^se de blnargm et
d'extraits de plantes.(tirison
radicale de !a b'ennorrhagie,
des coulements ancien on
rcenh. Employe aussi cors-
me le meilleur prserTatit.
Tharmacie
Lkfranc Chevallibb
Lalue, Tis--vis du Kiosque
postal.
C/m/aiB
C'est le Vermont I pi '"dhle, le plai tonlqua e
P rLrtzN()e 6^ /* .es plus h.-*-^
,,,,^.s toutes les exposWi ; et se vend sur plMt
i.iix des plus raisonnables.
1 Ro gros chei A. dt MATT1I8.
Tous les membrts de la famille se
sentent mieux quand ils commen-
cent la journe avec une cuillere
de ce fameux laxatif doux et ra-
frachissant.
ENOS FPUIT SAP
".-M
Gnm. Caf de France
S-ia la (iiroatioa .viasa al i.teltiaevte * Monsieur Franois
firaldi qi eo> diTtoa l'.woeH at M lumwr P.tris. le nroori*-
t.ire d ee| *maias*waei, le ttrWNU CAFiS
D FRANCE, otre s mn aiaibl^;." Wi-ti.is clients, las
eonso iimalioaa Im plus fines, les vins 4e toutes provenances les
pi a choisis, Cigares el Cigarettes, Sanawisbes, varis, \ des prix
uOant. toute concurrence.
L'accueil le plus sy atiiq i aeilimeriA tre :e nsilleif
lirait du Grand >Ai de France.
PATKIZI Co. tlphone 2S4.
, JSREZ-VOUS
la
General Accident Fiie & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pcrth (Scotbnd >
. r I aliKNEPAl est la des ploi uiiss.mlas m des plus va.!,:, -.-in^atia.s
iec^ genr. i, twM\ i cache JtanU m > danp -'..liai . embrasse k
mUX a Police 0M1 incedie(,M,vr,.i .OSSi les fafitl cee.i.aacs par {><**
S,', 'n s pou. utomobies convreit votai iweodta, malve.lhmce. MMSajH
mn.a uti li laoa M parsoon. ou dans basa biens.
s^'s Polkas S iritlmw tniiseri par es .chas .i Europe sont payables ea Ha.ti.
S^l'l > cootr ttideats sont valables dans 1 univara entier. Ious les voya-
.eurs d v, S doc P. eiidio t. prcaution le se unir dune jwl^ coo^ j^^
Su! nioios 4000 dolUrb, la prima auoue.lc n tant que de 1/2 /, soit .W dollars L. ^
Veuve F. BFRMINGHAM, Aux Caves
.0H> GE-
Apent fini l pouf ttaiti
lo: 'IL.^
JiiAN Hl^^HTrinic
Insurance Co
U ne des : plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE1& Co,
Aaents Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs