Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03863
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 19, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03863

Full Text
bernent Magloire
I OlRBCTBUli
tass, BUE AMKRICAUliriStB
TELEPHONE %Wk�2�
24�ac ANN^N- 7240
POKT-AIJ.PKINCE .(.HA�TI,)
La jssliee ft la Tent� Mil dnii
saisir� si Hublilr� qir nt- in l b-
air ais tout trop �me s�n la r y
louclitr rxarlemeul. Mik s arrivant,
ils eu tachent la peuiir ri appuinl
tout autour, plus sur le lau\ a,itr
tur le vrai.
PltCil
JEUDI 19 MARS 1�81
-rrr
Id�aux ha�tien�
Quelle est notre Mission?
Loterie Nationale d'Ha�ti

�o�

Le Temps, Dotre sympathi-
fue confr�re, nous donne
occasion de renouveler ici
certaines id�es qui nous sont
ch�res, sur l'avenir de notre
pays et de la race ha�tienne,�
par cette derni�re, nous en-
tendons sa race autochtone,
�all� qui y est n�e et dans la-
quelle sont repr�sent�es tou-
tes les nuances d'�piderme, de
la noire inclusivement � la
j Manche exclusivement.
P Nous sommes de ceux qui
ont toujours pense, sur ce
terrain ethnique, que le pro-
Sranime de l'�cole africaine
e Louis-Joseph Janvier est
trop large pour �tre assume
par no-, cpuules : nous ue pou
vona pas prendre en mains la
cause de toute la race noire
tans nous exposer nous-
m�mes � des r�troaction? re-
doutables, dont ri'ailleuis, eu
d�pit de nos progr�s sociaux
incontestables, nous avons
conserv� de vagues iustincts.
Nous avons au � le dire ail-
leurs, et sous d'autres iormes,
l'Afrique est derri�re nous, et
�on pas devant nous.
Mais, nonobstant nos ori-
gines et quelles qu'elles soieni,
nous avons la pr�tention de
constituer, comme race, une
entit� enti�re, compl�te, aussi
enti�re et aussi compl�te, sur
la terre d'Ha�ti, que doit �tre
consid�r�e la race fran�aise
sur la terre de Frai, ce, ou la
race allemande sur la terre
d'Allemagne. C'est ainsi qu'il
la ut concevoir qu'Ha�ti, com-
me tout pays a ses fils � elle,
n'ayant que cette filiation, et
qu'elle appartient � titre �gal
� tous ses fils. Mais, arrivons
A ce qui concerne le Temps.
Au sujet de la r�plique don-
n�e par le journal dominicain
La Opinion � notre contr�re
capois La Citadelle, le T nu PS
reproduit de ce confr�re do-
minicain le passage suivant :
S2� La presse ha�tienne �tant
e langue fran�aise, ne pou-
vait p�n�trer dans la cons-
cience latino-am�ricaine pour
y porter lo cri d'Ha�ti sous la
corde �trang�re, et ce fut
nous autres, de la presse do-
minicaine, qui nous donn�-
mes la l�che de combler cette
lacune sa nous chargeant de
la repr�sentation spirituelle
d'Ha�ti devant le tribunal de
l'opinion �traog�ie... �
Ce n'est pas a nous qu'il ap-
partiendrait de sous estimer
le concours dominicain du-
rant la crise que subit encore
Ha�ti ni de rechercher si .a
Opinion ne l'exag�rerait pas
quelque peu. Mais nous ne
pouvons nous emp�cher d'at-
tirer l'attention sur cette af-
firmation que la formation et
la culture espagnoles, dont se
r�clament avec raison les Do-
minicains, oui permis A leur
pays, � leur opinion publique,
� leur presse, de rayonner au
dehors, et de nous demander
pourquoi liai i, eutouiee
qu'elle est de peuples ptulaut
espagnol ou anglais, ne mel-
irait-elle pas � profit, elle aus-
si, sa formation et sa culture
fran�aises pour essayer de
ravoiiuer au dehors d d'atti-
rer � elle les intellectuels qui
Jesireraict avoir quelque
contact avec 11 civilisation
tran�aise, sans pouvoir r�ali-
ser un grand voyage ni subir
un grand �loignement.
L'exiguit� du territoire ne
saurait �tre pas plus un obs-
tacle pour nous, dans ce do-
maine intellectuel, qu'elle n'a
pu en �tre un pour l'ancienne
Gr�ce, toute petite perdue au
milieu de grandes agglom�ra-
tions europ�ennes.
Nous croyons que chaque
nation et chaque race a une
mission � exercer dans le
monde. Ha�ti ne saurait �chap-
per � celte L i de pr�destina-
tion, ei ses malheurs vieuneut
peut-�tre, en grande partie, de
ce qu'elle n'a pas encore trou-
v� en quoi peut consister
pour elle cette mission.
En attendant de pouvoir
mieux la d�terminer, r�p�-
tons que, � notre humble avis,
la race ha�tienne, d�finie com-
me nous l'avons fait plus haut,
ne saurait avoir une destina-
tion d'ordre africain. L'Afri-
que a eu sa splendeur ; elle a
d�j� eu � accomplir dans le
monde sa mission de civilisa-
tion. D'en �tre sortie en par.
lie, ne saurait emp�cher Ha�ti
de ne pas perdre de vue que
l'astre alricain est aujourd'hui
�teint et qu'elle ne saurait le
rallumer.
Avis Important
La Compagnie d'Eclairage
Electrique des Villes de Pon
au Prince et^du Cap-Haitien
porte � la connaissance du
Sublic que Mr. St Armand
iont�s n'est plus autoris�
par elle A faire de^iuslalla-
lions �lectriques et que par
cons�quent la Compagnie
n'assuaue aucune obligation
de connecter les installations
�ue pourrait taire Mr. Saint
rmand Mont�s.
Le sel 4a Ptlil Ge�re
i- Ainai qie toit la monde a'y
attendait, la bal dn Cercle 4a
Petit-Go�ve a �t� un tr�s grand
succ�s. La clou de la aoir�e a
�t� le sonper qni a eu lien en
barque. Musique sur l'eau, rires
des |oliei temmea, clair d'�toi-
lea, on passa eu excellente com-
pagnie de tr�s agr�ables minutes.
Nos �lac�res complimenta A
notre ami Maurice Ch�ries qui
�a d�pense tallemaat pour la
r�ussite des f�tes du Club de
Petit-Go�ve et qui, chaqae fois,
est r�compens� par ' un succ�s
qui va au-del� m�me de se*
vaux.
Lait bouilli
Nous livrons le lait bouilli
en ville dans les bureaux A
toutes les heures. T�l. 2183.
LAITERIE BA1LEY,
1*11, Grand'Roe.
Billet : Dix Gourdes. Coupon: D?ui Gourdes.
Premier Oroa Lot i Quinze Mille Gourdes
Lots de 5.000. 1,500, ^50, 150-, 100, 50, *i5, 20, 15 Goudes.
Trois Cent et un Lots Gagnants :
LA FORTUNE POUR TOUS.
Vous pouvez gagner Trois Mille Gourdes avec Deux Gdes.
La Loterie Nationale oftre le placement le plus avantagea* J
aux Commer�ants, hommes d'Aftaires, capitalistes, d�sireux
d entreprendre ce^genre nouveau dop�rations.
En achetant les billets de la loterie, vous renouvel�/.
pr�ce � un escompte, votre capital chaque moil et le doublez
tous les six mois.
Adressex-vous vite � la"i)irectioc de la Loterie, car d�f�
les demandes y affluent de toutes les villes et localit�s de M
R�publique. Retenez d'avance votre lot.
41o\ Rue Bonne-Foi, l'hone 3350.� Port-au-Prince (Ha�ti
Nouvelles
Etranq�res
Le) Grand Corps �e
pr�pare pour la pro
cha�ne ouverture
dis Chambres
L�gislatives.
En maintes fois nous avons
eu l'occasion de rencontrer
plusieurs de ces messieurs
pr�s de la Singer Sew�ng
Machine Company. Que pou-
vaient-ils bien avoir � faire
par li ? Je vous le donne an
VINGT, je vous le.don ne en
gENI'.�* bien ils allaient tous
cbes VINCENT GAUUINO
taire ample, provision de
Casimir, aabardine, etc. Ces
messieurs "sont des finots
qui ont appris qne Gaodino
venait de recevoir environ
250 pi�ces- de Casimir de
toutes nuanc�e pour compl�-
ter sou assortiment d�j� re-
marquable; et ils se sont dit
qu'ils doivent �tre impecca-
bles � la Chambre comme au
salon, voili.Bravo, Messieurs.
Vive Vincent Gaudino IVivent
les:chambres;i
Cours d'allemand
Nous apprenons que, sur
la demande de quelques per-
sonnes int�ress�es � l'�tude
des langues, le professeur
tmil Zimmermann ouvrira
bient�t un cours d'allemand.
Pour les renseignements
s'adresser � M. Bucb, Place
AeHrard.
t
CAF� HOTEL
SlDESTbFIN�K
Place Oeffrard � En tace de Matteis.
Le nouveau g�rant F. II. 1. UiXliA salue sa bienveillante
Client�le et la prie de lui taire le plaisir de visiter son �ta
blisseaaent o� il y a tous les soirs Badio � uncert.
Consommation de piemier choix.
On paile anglais espagnol et fran�ais,
Ma r�ponse
au professeur
Om. Lind
�o�
Monsieur le professeur,
Permettez-moi de vous faire
remarquer que votre �lire d'hier
au directeur du journal Lr Ma-
tin essaie de d�placer la ques
tion en discussion. Jen'ai pas eu
� critiquer le sujet de votre
premi�re conf�rence sur le Vou
dou. parce que je n'avais pas
vonlu aller l'entendre et vous
laisser, par cet acte,l'impression
qu'un grand nombre de Ulli�s
ha�tiens vous encourageait dans
votre entreprise, injunt use pour
la civilisation ha�tienne, de d�
fendre publiquement le Youdou
comme religioa.
J'ai cri i"u� principalement
votre deuxi�me conf�rence qui
traitait de la Femme et de l A-
mour.
Si voas voulez d'un d�bat
public sur ce sujet, je suis en
fi�rement � vos ordres et, com-
me vous le demanda z, la dis-
cussion sera courtoise, mais je
voua pr�viens que si, � ce mo
ment, voua tentez da parler du
Vaudou, je ne vous �couterai
plus et me retirerai de la salle i
Je comprends votre insistan-
ce � vouloir hwe de tous le-
ha�tiens des adeptes de la secte
infernale et r�trograde: Vou�
avez �t� en contact, d�s voire
arriv�e chez nous, avec de� gens
qui, quoiuua lr tir�s, n'exercent
pas d'influence spirituelle sui
notre �lite et notre masse.
Vona avesdonedas illusions!
Encore une fois je suis � vos
ordres pour une discuasion pu-
blique sur la Femme et l'Amour.
Avec mes civilit�s.
Lsc DORSINVILLE.
Le S�nateur
KING
On annonce que dimanche �
bord de l'ANCON sera � Port-
au-Prince le S�nateur King.qui,
comme on le aait.au grand �bu-
lnssement de certains Ha�tiens
avait trait� de marionnette un
Chef d'�tat Ha�tien.
Le s�nateur sera accompagn�
de sa femme. Naturellement des
r�ceptions vont manger les deux
ou trois heures qu'il aura a pus
ser ici. Ou le recevra an Palais
de la Pr�sidence, des |ourna
listes s'empareront de lui,et, s'il
n'a pas de veine, il n'�chappera
pas a deux ou trois conf�rences
qu'on lui fera, en compagnie
d'intellectuels ha�tiens tri�s sur
un volet sp�cial.
Ou�t dira le s�nateur lorsqu'il
regagnera le bord, comme d ail-
leurs l'avaient l'ait les intellec-
tuels am�ricains � qui on avait
servi un menu d'une demi-dou-
zaine de discours en moins de
iront heures.
F�te de Saint Joseph
Au|ourdhui IU mars est la
f�le de Sainl-Joseph. Il y a eu
en 1 �glise Saint-Joseph une im-
posante et belle c�r�monie re-
ligieuse. Tout le quartier est en
liesse et dans certaines maisons
il y aura r�ception et bal.
Dans l'apr�s-midi il y aura
v�pres et sermon.
Le Justicier
Nous avons re�u, avec plaisir,
les quatre premiers num�ros du
� Justicier�, journal que, com-
me on le sait, dirige M* Alphon-
se Henriquez. Le journal est
tr�s bien tenu et est plein de
mati�res int�ressantes. Nos re-
merciements et meilleurs v�ux
de succ�s.
I
H�tel Ansonia
Confortablement restaur�
a proximit� du Palais Nal.
Chambres de chois � l'�tage sup�rieure offrant la vue
la plua compl�te sur la mer et le Port... Prix Sp�ciaux...
Au rVz-de-chauss�e.les appartements comportent le plus
beau BAR de la place, toujours pou vu de boissous s�lec-
tionn�es et fines de tontes Us marques.
Pour les prolessionuels et les amateurs de Billard, une
chambre sp�ciale est reserv�e avec un Billard de 1�re classe
et toutes lescommod t�s modernes.
Cuisine, Bains, et tous lis conforts...
La vue la plusatiray-ute de la R�publique.
T�l�pbone ; 10/�
��o��
Par Sans m
14 M ra
Pasjjei nanti i�aeitlfi
Washington.� Les rumeurs
que la faillite �le� la llrnip Swnrf-
zell, Bfteem and Henry, de
Washington a amen� une porte
de 2.500,000 dollars � la Me-
tropolitan Lite Insurance Com-
pany et .") millions de dollars a
li Ntw-York Lite ont �t� d�-
menties par le s�questra qui a
dit que ces Compagnies n'�-
taient pas int�ress�es dans la
faillite.
Le Home Kule pour Hmsm
ri le styi Je telles. ]
Ualboa.� L'Augic erre sera
bient�t forc�e daccorder le
boni' iule au paya de Gallea e'
� (Ecosse, a d�clar� William
Qeorg . fr�re de l.loyd Geoige,
� la vi il!e. de son d�port pour
l'Ang'Herre ap es une vi^i i
aux Antilles Mr George a dd
que !� mouvement commencera
bient� pour la paya de Galle�
et l'Ecoeiri pour a\ on Uur pro
pre parlement.
Les liCHf lices de I America a
loliami Compati \
N<-w York,� Les gains nets
�te I American Tobacco Compa-
ny pour l'J.'U), api es avoir poui -
vu a toutes les d�penses de di-
rection, de d�pression et d( �
taxes se sont �lev�s a 13,435,370
dollar*, d'apr�s le rapport an
nuel qui a �t� envoy� a la
poste a tous les porteurs d'ac-
tions jeudi. Les taxes pay�e! au
gouvernement f�d�ral seules
uni �t� de plus de 150.000,000
vie dollars.
Institut de s�roth�rapie il Br�sil
Sao l'aulo, Br�sil.� L'IoatituI
Holautan, fameuae terme de
serpe .ts du Br�sil o� des s�-
rutni pour ia gu�rieon dea mor-
sures �le serpents sont fabriqu�*
doit tire compl�tement r�org*
nis�, i annonc�aujourd nui le l)r
Mania Do Amaral, directeur d
i Institut. Un nouveau leboi l
oire de s�rotlvi aplue o� les
m�thodes les pies avanc�es de
l'art de fabriquer le s�rum se-
ront introduite! eat maintenant
en construction. Le docteur
Bvan Klobusitsky, expert ehi-
miste europ�en a �t� eng g�
par le gouvernement pour di-
� iger le laboratoire.
lit-iiv iiiissioiiu'itirs am�ricains
capture� par des li.iinlils ehninis
W.i. bingion.� Le gouverne-
ment nationaliste chinois a in
torm� le D pa�t, ment d'Etat
qu'il fera tout en son pouvoir
pour efiectm r 11 mise eu libei '�
de deux millionnaire! am�ri-
cains qui sont entre les raaiis
de bandits chinois.
La r�solution en Argentine
Buenos- 'ires. Une d�p�che
de Lima � la �\ OIOU � aujour
d'hui a dit que l< s rhefs mili
lairea dans le Sud ont menac�
de commenter une nouvelle
i �volution si le lieutcnsnl co-
lonel tiustavo Jim�nes ne s'�
tuit pas d�mis comme Secn taire
de la Guerre dans la nouvelle
iunb da gouvi rnemeut.
ReVIC de la Cha�uhre dr Loiiiiatrce
fran�aise
Nous avons re�u le num�ro
de F�vrier de l'int�ressante B�-
vue de la Chambre de Com-
merce Fran�aise d'Ha�ti. En
voici le. sommaire, tout plein de
mati�res int�ressants : Chroni-
que, Commerce Ell�rieur, L'�u-
vre tran�aise � Madagascar.
L'Lxposilion Coloniale Interna-
tionale et les Pays d'Outre-
Mer, la foire de Lyon, L'asso-
ciation des industriels Fran-
�aiS| contre les accidents du
travail, B�ception de M. Dant�s
Bellegarde. D�veloppement de
l'assistance publiqut au S negul,
Le mois de \Ui � � aris, Ligue
mariiime et Coloniale Fran-
�aise, Communiqu�, Lie tout un
peu, Avis.
Ce n un �ro, comme on le von,
tsi �i� s plus inl�reaeaaJa �='
nsna en r ii>iiiiuj..dous vive*]
ment la lecture.
Nous lemerrioni le Directeur
M. t forges de Lespiliasse, de
bou uts giaoaux uuvot.
... voit, chaq e jour, vers dis
heures, ou dix heures et demie,
le patron d'une de nos grandea
maisons d'affaires se lever de
son bureau et se diriger vers un
de ses employ�s. Il le touche &
l'�panie, al paternel, lui mur*
mure:
� T�l�phone.. Kt regagne sa
place.
L'employ�, un peu g�u�, se
l�ve et comme c'est le patron
qui a pris la communication, il
b lisse la t�te et va � l'appareil, il
entend la petite voix douce qui
avait fait sourire le patron quia
r gagn� ta place tranquillement
M �j is l'esprit ailleurs il se cou-
tenle de sourire chaque lois
que l'employ�, emb�t� de sa
nr�aence, s'�neive de oe que
li-lias, au bout du iii on ne l'en*
tend pas. Et le patron sourit,
s 'inil g�n�reusement de cette
i lylle dont une des sc�nes, la
moins int�ressante, sans doute,
�a joue dans son terr� sous ses
yeux.

�� a vu, avant-hier soir, vera
les 7 heures et demie, ruminent
l'auto portant le num�ro 3258
n heurt� un pauvre homme qni
lui imm�diatement conduit A
I H�pital. Le chauftenr voulait
�viter un camion qui desceudai.
vera lui avec une li�s grande
vitesse et impiima � la voiture
un trop violent coup de volant.
� �
... a vu un voleur s'arr�ter
paiaib'ement devant la femme
qui avait lot chercher le. gi n
�I rma pour l'arr�ter. Le voleir
ne broncha pas Comme tous
ccui qui aasia'aient � la sc�ne
eurent l'air �tonn�, il murmor.i
paisiblement :
� Mais il n'a pas de mandat.
le gendarmai Et puis m�me s'il
h un mandat, s'il eal mal r�dige
[e ne nie IsisSS pas prendre.
Vous n'avez donc pas lu la cir �
culaire du Ministre de la Jus
lice?
e �
.. a vu que le Bhum Sarthea
renouvel� ses �iiqoetlss. Filas
sont tr�s belles et par une at-
tention d�licate voit qu'elles
sont ancadr�ea aux couleurs na -
lionalee. Bravo pour lu Hasco et
pour notre ami Celcis, qui.com
ni' on le sait, dirige le d�p�t
du Rhum Sort lie.
m
� �
... a admir� le joli m�daillon
qui oi re le dernier ouvrage de
M. Emile Marcelin . � La Beine
Anaeaonaa. Ce m�daillon est
du au Itient d'un art.�te cu-
ti, in.de li es grand renom.
e
.. a vu une petite fille qui
demandait � sa m�re, au cin�-
ma, si le (il m �lsil l'�uvre du
Pr�fet de l'or'-au-l'rince. Coav
rue la m�re n avait pa� l'air de
comprendre '.
� Mais il s'appelle comme le
film.
Vous devines naturellement
que c'est ePanfan la Tulipe�
(pion exhibait cette apr�s-midi-
la �HAiTUNA.
A la Cour de
Saint-James
A une r�caplion qui a eu lieu
� la Cour de Sain'-James, �
l'occasion de la lev�e du Boi,
nous avons eu l'agr�able plai-
sir, dans le compte-rendu, de
voir figurer le nom de notre
distingu� Ministre � Londres, le
Dr Louis Baron.
� La Reine Anacaona �
Noos avons re�u avec plaisir
le roman que sous ce titre vient
de faire �diter coquettement �
La Havane noire ami Emi e
Miictun. A cette �poque de ve
romain �e, de bibliographe a
antbousiaatcs, voici un petit
livre qui vital � sou heure.�
Nous lu repu lierons prcjtiaiae-
meot. En aiteudaut.nous remer-
cions l'auteur de son, tr�s gra-
cieux envoi.


' '.�r
�AGE - 2
L� MATIN- if MAM 1031
�� .iJiJMli
Voix d'un Etudiant
�o�
L'affaire
Colvin
L Id�al Rhum
ALIX ROY
29 ann�es de succ�s.
Suivant les informations de
Presse, il parait que le I) p't-
tement d'Etal in.[�ose Colvin.
Si cela est ainsi, que le Couver-
nsmenl Hailien lasse son de-
voir, parce qu'au Service Tech-
!�%^nto!�lil^aX;! ,isent qu'� �,�����"'"�" .dilUmmilw�tolfetoliUirtU
la, des gens, des riniitra qui ne , ,eup silualJon# Le v�rilau;e b|ul. 1
lont absolument rien touchent ^ ,. p,us souvenlt c.e8, n,a�.
dit
de gros salai; e*.
De plus des enfonts de lo a
13 ans, au Heu de rester au
Lyc�e vont � Dsmiens prendre
leurs titres d'�tudiants sta^ia:-
ies en m�canique. L'�cole Cen-
trale d'agriculture est-elle une
universit� ou un garage ? Il
is� temps que et ;a Unisse. Les
camions qui vont a Damiena
matin et �-oir, est ce de la g� �
xoliue, de l'eau o'i le syst�me d<-
roues libres qui les nut en
mouvement ? Ali ! mon Dieu,
quel gaspillage !
Cette question de Service
Technique pr�sente deux am-
bigu�t�s :
lo.�Mr lloover, en 1res peu
de temps a beaucoup lait pou'
notre Haiti et n en retour, lui
iiu-in.. il croit n�cessaire de
nommer Colvin et l'aurait re-
command� au Gouverne menl
liai'.ieu,celui-ci peui-il objectai?
nationaliste,
2a.- Il
du ,
l
va de l'honneui
Gouvarneiner.t de ne pjsrom-
toer Colvin, parce que le mon- J
de eulier sait que les hai
soi't hostiles a cette no
lion.
En tous les eau si Colvin doil
tien qui se
patriote int�gra
Le peuple teint ,de ae pas
Comprendra que ^'gouverne-
ment est embarrass� dans ion
action, il court apr�s des r�-
clamations qui sont lond�es et
qui pour le moment sont dans
un �tat aborlil. Le peuple sait
que l'amendement de 1018 dit :
constitution RooseTctt est m
vigueur,
Quelle difl�reoce y a i-ii en-
tre Us Gnasnb -s ei le Conseil
d'Etat ?
I.li bien, c'est un Conseil
d'Etal �lu par le peuple. Le.s
s�nateurs et les d�put�s so�l
des �deot�s, car jusqu'� pr�sent
ilk ne peuvent p;smoi �lie. S
le parlement ne s'entend pas
avec fez�cutil ce sers Loui pro
lit pour l'am�ricain.� Toute
nation.toute lone divis�e tombe
en ruine.Il est � souhaiter que I
parlement marche de pair
avec l'ex�cntil pour le bon re�
nom de la coop�ration ha�tien-
: nealinquecc dernier tranche
> avec pli i de facilit� les grau
[ des questions et conduite nor-
i mal: nient |� destin�e de la
j Itoiiiiiucjiiie.
"'Nous avons eu le grand plaisir
de recevoir, en nos bureaui,
l'aimable visite du nouveau Se-
cr�taire, de la Legatiou'Domi-
nicaine � Port-au-Prince, II.
Manuel M. Morillo. Il �tait ac-
compagn� de notre ami M, Sa-
lim Aun. Notre collaborateur
M. Camille J. L�on, anciea Si
c�iaue d Utat des Relations �\
t�rieures, �tait pr�sent.
M. Morill', � qui nouai isgns
uoa sinc�res v�ux de succ�s
ns le nouvea.i pusle qui vient
de lui �:re confie, remplace M.
IVniiou Gu /..du qui laisse en
il lin, o� il compte d'ailleurs de
n�s pr�cieuees amiti�s, le sou
venir d'un diplomate avis�,
plein de tact, ei u'uu homme du
monde aux mani�res avertie;-.
I AVIS
1�La Commission Minist�rielle
d'Etude et de Modification de
la L�gislation et du Tarit
Douaniers, lorm�e par d�p�-
che de la Secretairerie" d'Etat
du Commerce an date du 11
Mars en cours, sur les ins-
tructions de Son Excellence le
Pr�sident de la R�publique,
porte S la connaissance du pu-
blic qu elle tient ses s�ances
� l'h�tel communal de celte
ville, tous les jours ouvrables,
de cinq � sept heure du soir
La commission invite les
Agriculteurs, Commer�ants et
Industriels de Is R�publique �
lui envoyer leurs suggestions
et recommsndations eu vue
d'un ajustement �quitable des
(axes d'mporiation et d'expor-
tation, de mani�re � faire de
notre tarif douanier non plus
un simple instrument de fisca-
lit�, mais aussi un moyen de
protection pour la production1
nationale, agricole ou indus-
trielle, sans �branler toulelois
I �quilibre budg�taire, en por-
tant l'effort fiscal sur des pod
lions douani�res en puissance
do rendement, capables de sup-
porter les rehaussements co�-
pensatsurs.
l�oit-au Prince.leH "ars 19.11
Le Pr�sident. M EXILE
Le Secr�taire, Mai liai B COU-
LANGES.
5
�tre remplac� par an agronom M1 |c,
haitieo.au on e Iss.e. Un ri m , tUniph�M nQa4geilx.
ment, si ces! par ko i I en
la U'
blanc, il vaut m i ni x
U lards� blanc \ our
c'est la in�ire chose, cel i
)eut produite que le menu
{?eu
et.
quon
blanc

ei
Lecas PLAN
Quand la gr�ve lut d ; l.m
ch�e. Colvin n'�tait m�m p
en Ha�ti, ce n'est pas lui h�u-
teur et qutd mal y aun il il
pour le Gouvernement � com-
missionner Colvin ? Au d�but
de la gr�ve, il n'�tait pus qi
tion ni de Colfin.oi des experts,
ce n'�tait qu'une question de
1 ourse. On �tait m�me d'ac-
cord sur t eci, que ,ei Colvin
�tait en Haiti en ce mo nenl l�,
jamais la gi�ve aurai' pus ce lu-
tournure grave, lie n'eal que
quand las employ�s et les pro-
tesseurs de Damieni se sonl
mis � leur tour < n gi�ve qu'ils
ont�pouss�s par le-- politicien
�port� les �tudia ils � ne pas
accepter Colvin. Ce �ont eui
qui oui compliqu� la situation
en soutenant que Colvin l I .
certains sxpsrls ne sont pas]
dans les conditions requuu
pour occuper de telles l'one
tiens, dans uns �cole indu�- :
trielle et agricole, sauf Dougtr �
ton, Vin or. Bsrker, Ysabel qi i
ont �t� d�clar�s comp�tents. I
;ouraaux so H lu pour appuy* r
ce que |'avance.
Le peuple sait tr�s bien qi n
le Qonvernemi nt Ueitia i
li� au gouvermenl ; Grande F�te
Historique
Le Centenaire de la mort du
Pr�sident Alexandre P�tion n'a
Vanl pas �t� f�t� en mars 11)18 �
c us.- de la grande guerre, ei la
manifestation de l'ann�e dei
ni�re n'ayant pu avoir tout l'�
c lai possible par suite dos �vi-
nemenls, le Comit� Alexandre
P�tion�Simon Itolivar.en com-
m�moration iiu 113" annivei-
aaire de la mort de I illustre
Fondateur �le la R publique,
donne !e 27 mars courent une
grande manileslation bislon
que, � laquelle le Gouverne*
n.i nt de la lit-p il) Uj.it a bien
voulu heureusement s'aaeocier.
Celle maniteatstion h nori�
que commencera par une utesss
solennelle de requiem qui seia
(hant�e � la Cath�drale es j ni
du 27 mars � six heures et de-
l� malin S()US |� |. ,u|e
Sa Grandi m
oui
un,
de
p m un
it qu'il y n d%s] d�poiei une gerbe de fleurs su
bilat�raux liasses en \ M*u*0-a** de Dessalines et �i.- peu' prendre pius de six
trait�. Il sait qu'il y
un protocole sign� entre la
Gouvernement de Dartigue ir - '
ve avec celui de Wilson poi r j
la nomination des otflcit-'s'
du trait�, il sa
contrats
tre les deux gouveincmec a |
qui ont pi�c�d� le gouvern -
ment de Monsieur Vincei .
L'hadianisation i e se lera de c
qu'au lur et � mesure.
Que d'eftorts ce gouverueint ni
n'a-t-il pas d�penses pour emp�-
cher �jce que Colvin son nomm�,
s'il ne^r�ussii pas,il aura �choi e
les armes a la main. Si lou �
lois Mr Vincent rejette la nom-
minalion de Colvin qu.. d
l'heure de la d�lib�ration m i
grandes questions sonnera,
c'eat en ceiuoineut-l� que l'on
verra l'hostilit� des am�ricaine.
Le peuple doit taire confiance
au gouvernement. Lheure est
tr�s grave, le nationalisme, le
patriotisme en liaiti ne so t
que des fa�ades.� Il ne la' l
pas prostituer, ni profaner - s
mots. H y a plut�t des �quiii-
bristes que des nationansti
2ui s'attachent a leui p,l< -
in a vu leur conduits du
trois dern.ers fouvernemen
Ici, il n'y a que d*.s agiraUu �
Le peuple �lant inconscient
nue �'u ma
pi ssideoce
Monseigneur Le Gou i
prononcera une allocution.
A l'issue de 11 messe, l'assis-
tance se rend; a sur la Place du
Lyc�e P�tion .levant la statue
�I � P�tion, aux pieds de laquelle
uns gerbe de fleurs s ira d�) i -
. Pui�, Ma�tre Abel N. L�g .
sur la demsude du Comit�, p o-
n incei a un discoure.
Ensuite, le Comit� ira aussi
Le lllium S j n lu- n-miuti'lle
se� cliquettes.
Le IPium Surtb a luaiuii-nanl
de nouvelles �tiqueltes. Elles
portent la m�me marque, cachet
d'or, et autres qui mdiquent la
qudln� du lihu.il, mais ell.--
sout, eu outie, encadr�es aux
couleurs USllOnalee Cela lait un
tre> |Oli tfteh Nos f�licitations.

Le Concert
da Madame Clcvsca
Comme nous I annoncions
dans notre �dition d hier le eon-
erl de Madame Th�r�se Vieux-
CleeCS a �t� fix*^ au samedi 28
Mars courant. Di j.i les amateurs
le musique et deapectacle raie
s'inqui�tent de leurs places D'a-
)i e . Ce que nous SSVOU1 le pro-
, amme sera aussi vari� qu'im-
portsnl.Cs sera,A n'en pa* dou-
ler, un succ�s. Il n'en saurait
�tre autrement d'ailleurs. Lors-
que c'est Madame Clescs qui
chinte,le succ�s est toujours tri-
omphal.
Une merveilleuse
soir�e
Qjel est celui d'entre vuusqai
par ce temps de �raseurisme�
ne vouiirait pis gagner UN
MILLION. � Mais comment s'y
prendre ?.
Venta voir, dimanche soir de
truelle mani�re Biaise (Andr�
iXoanna ) petit commis phar-
meeiea gagne la grosse somme
dans �La Me veilleuse Journ�e�
qui sera pour vous la � Mer
Vi-dleuse Soir�e � puisque vous
11 ;>��.. 11 /. avec des artistes qui-
"/ou-* aimez : A. Koanne, Silvio
de PcdrelP, Uolly Davis, Hen�e
Viller.
Doue, lous, iiiiiii.lh' soir, a
�< Haltiana �>.
M
'.<�%
P
ropos
cachel�s
� o�
Quel beau si�cle quo le notre, gr�-
Cfl aux progr�s invraisemblables que
la science a faits dans tous les do-
maines.
Si�cle du phonographe. Si�cle de
l'avion. Si�cle du radium, de l'auto,
de la t�l�graphie sans fil. Si�cle du
jazz... des blues... du cbarleston... et
du bluckhottora...
C� qu'il taudra tout particuli�re-
ment retenir de ce si�cle, c'est qu'il
est le si�cle d�licieux du RIil�M
SAHTHE CACHET D'OR.
| En peu de temps ce ||
produit remarquable a
1 conquis de haute lutte
3 une renomm�e des plus
enviables. g
ft Demandez toujours le j*
g Rhum HENRI Gard�re |
FAITES R�ARGENTER
VOSCOUVERTS
Chez
H. BALLONI Fils
: Port-au-Prince.
PRIX
Couverts argeDt�s 4120 gr� la d "� 9j0o
1,00
7,00
guoranl, il
par certains
se 1. isse
a^UMeuis
..util
qui
� l
r
ut
P�tion, o� Monsieur J�r�i i i
adressera un souvenir aux deui
giauds Fondateurs de llnd�*
peudanci N lion le.
I.r a Hrii.iiiini aaara ici
Aiijourd liui, jeudi, arrive le
� Di-ranni' �, steamer de la Whi-
te Star Une dont M. Bigio esi,
en Ha�ti, I ag-n�.
C'eat au li�s grand navire qui
cents
passagers,
Dans les Sports
In r�gal sportif ru p>-r�pedive
----------MO*---------
Union Sportive Arcshaienne
Arcahaie. le 13 mars 1931.
Au Comit� de r�organisation de
Poot-batI
Porl-au Prince.
Messieurs,
Pour donner un nouvel �lan
au Sport et pour taire conna�tra
l'csiatenca de noire club dans'e
publie, nous du Comit� de l'U-
nion Sportive Arcahaicnne,
�VOUS 1 honneur de vous de-
! mander d'organiser un mnlch
' de loot-ball eulre une �quipe de
Porl-au Prince el la n�tre.
Nous sciions bien aise de
vous voir fixer ce match au 20
le ce mois.
Recevt-z, Messieurs, nca sa-
utatioas empraas�es.
four le Comit� :
e Capitsine Le Secr�taire
Volcy Bernadolte Midoin Avin
"N.D.L.R� Nous r�p�toron�
avec � La Press- � : cette partie
tera-t-elle plus int�ressante que
le match Port au-l'rince Dra-
gon'? � linateuri de loot-ball, lai �
es vos pariai
Pr�nons Garde'.
Ou nous signie de-, Ciye-,
Le Public esl coidialemenl l'arriv�e en celle ville, dune
invit� � celle grande l�te his�o- v�ritable arm�e de dominicains
rique qui est uue mauilestalion ind�sirables qui se sont enlouis
rsconnaissaoce nanonalel Uns les bas quartiers. Las gans
de celte villa du Sed se croi.-nt
en pr�sence d une nu�e de inal-
faiteura dangereux. La Police
lerait bien de doubler de vigi-
�ance aux lins de pr�venir, au
lieu d avoir � punir. Il est vrai
qu'il est Ir�sdiilicile maintenant
de pr�venir, �t presuu impassi-
ble de punir depuis les fameux
Bandais sans lesquels la i o-
lice ue peut plus agir.
de la
envers l'Illustre Fondateur de
Iti R�publique, il le Coantt
Compte sur la pr�sence de ion-.
pour rehausser l'�clat de celle
c�r�monie.
La Radio
Domain voir 1 Orchestre du 2-
R�giment U. S. Marin*� Corp
ex�cutera quelques bfaux BBOr-
ceaux. Il y ama ensuite uns lec
ture par le Se. vice Techniqu*
d'Agriculture,nn r�rital �* pia-
no par M. Efi" Tlmmer, p s
l'orchestre philhuimonique Irj-
i oseao Isndre l'ex�c tion desi
meillsurs morceaux le son r�-1
peiioire.
?"��>��%�
�iNayy-Bar1
Ailes au nouval �tablissement
situ� au bas de la rue de� C�-
sars, tout pr�s du Rhum Bar-
beoeoart. Vous y trouverez un
service irr�prochable t' les
ron-omma'ions les plus vari�e
et les pius d�licates.
Erratum
Dans notre arlir.|p d* tond in-
liKiM Une Opposition parlemen-
taire incertaine, lire, deux'�m�
� donne, 22e lig-ie, retent'ssanl
''nsticc�s au lieu de retentisBant
succ�s.
N�crologie
� Hier apr�s-midi ont eu lieu
� la Cath�drale les fun�railles
de Mme Vve Silencieux Zamor.
Vos condol�snecs aux paren's
�prouv�s.
� Oit eu lieu aussi, en l'F-
gltse du Sacr�-C�ur de Torgesu
les lun�railles de Jean-Pierre
Chochotte Excellent,dtc�d� hier
mali ; & su heures.
Le d�lunt.qui �tait tr�s"connu
el tr�s sympa'hique.laiss� beau-
coup de regrets dans Je monde
j de ses amis.
j Nous envoyons l'expr�s non de
[nos condol�ances �mu is � sa
famille, particuli�rement � .ses
; enfants et � sa veuve.
<
c


9b' grs �
84 gis �
72grs c


Couverts � dessert a; ft?nl�s
� 72 trs la do z.de paires
Louches argent�es � 18grs la pi�ce
� 1 12 gis la pi�ce
3.00
2,0�
Peti'ps cuillers argent�es u 18 gr.�.">la donz. or 3.50
� c . 15 grs * � 3f(X
� � ' . 12 gis. e t 2,40
Manches de couteaux argent�s i 21 grs � � 4.0t
t i c 18 grs i e 3,60
� t � 12 grs In douzaine or 3.0n
Toute l'or �vrerie argent�e avec poin�on de MaItrb et
poin�on de charge d'Akqent. *"
� .v�4�vi>r...
i t � �r 4-*-��*.-
CE SOIR
l-'.n l'honneur de la F�.te de St-Joseph, donne une matin�e sp�ciale
pour les entants � 5 heures :
Le m�decin des enfants
ET 2 COMIQUES
Entr�e : 0,50
A 8 HEURES
COLOMBINE
Avec Kmil Jsnning.
Entr�e : 0,50.
DEMAIN SOIR
Gaby Morlay dans :
Le Chevalier de Gaby \
Entr�e : 0,50.
CE SOIR
Aim� Simon Girard dans :
FANFAN LA TULIPE,
lei cavalier de"France.
Avec Claude France, Simone Vaudry.
O i on n^ncera par :
Le Fils de la Nuit
�Uktree : 0 .iO ; Ba cor : 1 00.
DEMAIN SOIR
Le somploenx film de L�once Perret :
K�NIGSMARK
En entier 12 partie� avec Jaque CateU;� et UugueUe Duflo�.
Enr�e : 1,00 ; Balcon : 2.00.
Le Hlmiii Barbaucourl
m
Dont la renomm�e est universelle a gard� sa premi�re place�
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
*>
:f
� � "*aaj��
1
'V* - -
."S


U MATIN- 10 MARS 1M1
��991

r*a* . a,- ' �.
Igi�MJ
iea-i
UN MILLION DE
B�TONS PAR JOUR
Une grande production c, :. e un grand d�boucha�
et, pour s'assurer un grand d�bouch�, il faut que
U plut fini qualit� l'uni-s� � la quantit� maximum.
Ce t pourquoi Ic� berona de Chocolat au Lait
Cadhury teignent le g'olc.
-^K '
t^J>

'-*-,
CHOCOLAT
AU LAIT
CADBURY

O
m
M'
c
O
P3
O
C
r
D�purez aetre Sang
par 1*
CUROMAL
Yotre saaa; est Impur, il iliarrie rtee aronaa.
ces uopur-eies se traduisent en irritations este-
rli'urst. en bobos, si d�sagr�able*, si douton-
rem souTcnt : clou�, furom l"�. boutons aius
d�mangeaisons Insupportables l'e sont enfin
tes Jlceros. le* tumeurs et 1rs llbromas qau
aur�i*iuient sur un organl'mc eiui ulsonce par
un *ar�> Ttci�. On peut �viter tout cala OU a �
fuefir rapidement pat une cure au CuromaJ.
C'est la m�dication 1* plus simple, la plias
normale et la, plus sclentill.iue. nul utilise lea
?ertus d� plus de tS plantas 11 nnuaa .1� ncM
Seras et lonsle.ir uimrp. pliarmaclan a. par .�� pro-
aadri niodernaa r�uni las su�a dans une fa:
mule qui lui a conte daa inr.tu d'aiparienraa
M de lra��U. I.e su. ce� a couronne sut aforta
�t la CuromaJ gu�rit la� malaise de la peau.
�Manias, denr�e, psoriasis. d�mangeaisons
rougeurs, furoncles, boulons, ulc�ra�, dau-
�aur� du Tantra. �ge critique.
La trallOTMl rumpremnl larea OU HO M AL
avar bollt pllulea greiulte et biWli��iii...
� TaulM bonnes pharnitriM. - ['repaie pnr la
r fleur 01 S* I M. pli.im.rtr., I �horai.liea eu ItieMe,
Bue Dolat. l.T0\ OLLUNS lFranaa<
Dipai a A., i tuPrlnm : t �� i � ���
DENT.OL
DtNTlFRICt
OJ - P�Tlt
POUDRE
RHUM "CHAMPION"
LE MEILLEUR PABM1 LES MEILLEURS
D�p�t Aoglc deg RBes Dant�< Desto c s et Magasin '� ! ;
Repr�sentant! : Michel GIORDANl S. > HattV-1
H. DfcSlHAMFS, Si-Marc � P cal \ BRUN, la- ,
M. FONTAINE, Port iU-Pri
Fabrique ha�tienne
de Clh ! l Marcelin Martinez & Go
� VIN >I08Y3 �
Orand'Ru W> � O 4
'< .1
frx
��:��-�
-, �

hH
.. - ��.-�.'� �
Mai'� FR�Rl
l9naJo(XaVll0
Journal LE MATIN
l'o't in-Pri"Ce
aMajMPssfnMsMsnMI IbOWeyajb'V
L�HHIII S A HT!
CACHET OR- CACHET ROUGE�CACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau D�p�t en Ville j
VENTE EN GROS ET EN D�TAIL
En f�ls, en caisses, eu bouteilles et � emorter.
Edmond CELCIS, d�positaire
PORT-AU-PRINTCE. au coin de la Rue du Quai
et de la Rue Traversi�n.
OUVERTURE: le 2 F�vrier 1931.
f
�wwifira*- �"-!
����vianAaj�MI
�^si�is���n!"^a-
m
m
Toutr�5 los�� Polices
DE LA
e



M
1
comprennent la Protection contre la %
Fondre sans augmentation de tau^l

#�
g
WSSf
Aqents G�n�raux
f�C^��>��ift��BP?^�i^^

ESTOMAC
y Rem�de nouveau j
GASTRQCALmm
adopt� par li� Sp�tialiitti et Paru
soulage imm�diatement :
BRULURES - CRAMPES
ACIDIT�S d, t ESTOMAC
ULC�RES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION P�NIBLE
6U�RIS0N RAPIDE
Prodnit du 1) CORNELIUS
7, av. CouUnt-Coqaelii, PAR1S-7'
KM VKNTM l
4 P�rt au-tnne� : Pharmacie W. ki'BM
et teatei kenaaa Pkarmaalaa
Chapeaux vari�e |> tut bouiroes, le m aie� et entants tabri
par des maisons ballienoaa cl avec de la paille da
que^pavs.
Pailea une vis'le � i L Indiens�.
�"�-'��. f - ^.....�- ' -, i - .

-aj
� �
1 �
Or. Benzu�,
La Meilleure Mani�re
�L a �t� d�montr� cUpuil plu�
de cinquante uns que j'huile
de loie de morue �mulaionn�e
est plus lacile � prendre et �
dig�rer que sou* la forma
ordinaire.
l'Emulsion Scott
est reconn .? depuis plus de cin-
quante ans comme la fa�on la
plus agr�able d'obtenir le� bien-
faits de l'huile de foie de morue
pour la sant�. Elle est mainte-
nant employ�e par des million*
de personnes.
Si vous n'avez jamaisemployi
l'huile de foie de morne
�muhionn�e, essayez la
sorte facile et agr�able�
l'EMULSION SCOTT.
�H.
Hamburg-Amertka Liait
Le bateau "Georgia". de re-
tour du Su I, sera i < vers le
21 courant, part ni pour
l'Europe vin le Nord.^pre-
oanl du fret.
Le navire ('Aniaasia ", v.-
nant d'Europe, est attendu
ici vers le 23 courant, en
route pour Kingston, Sauto-
Domingo ei Cuba, prenant
Ir�t et partagera
REINBOLD A Cie, Aflen�a.
i'ariSi
i iiifl, �
Noces d'or
Ce niitin, il y eut une ini .
posante c�r�monie en la cha
pelle des Boura du Pansicn
nal de Sainte Hose de CI un y
La'nc.
On c�l�brait les notes
d'or de deux religieuses
qui ont aujourd'hui cinquante
arjs dv sont la Cn�re S�ur Sup�rieu-
re de l'Hospice de Jacmel et
la C.li�rt SciMir Su[ �rieure de
l'Ecole Nationale de fi 11 e s de
Saint-lfarCa
Paisse Dieu garder encore
longtemps piiinii nous. Os
deux d�vou�es reliajteuF-es
tjui ont pass� parmi nous les
plus belles ann�es de leur
existencs
LIS EXOLUSafl
LIS I HAUTES NOUVEAUTtS
LIS SAENITURES CHANGE COUTURE
lo -.inuvent rha� :
CRFP��TH. GOULOT f. C. 8TRIUI8
*4.1, Uur Ht *il�5lO. *t.t - l'ARIB
i < � .t'*, i'liat(i,.< .ilion, lit
i� i.ii'ur. �<-ilrment. -�
. . I MM
pour jioT,: : i: ; � SE-.". it'Rr.
La� ti.M-D��it, A
HHJMi, �LUOOLS, s�6 i
ALUM�NUM FINE
NeW-OH�sns and Miblr lo 'ort au Prince � SouthsJd
Ha�tiens (lot ports Santo Domingo and Macataibo.
Ports Match Saiiiingfl
Sai!.'
Saii-
Due
Due
April Sailiings May Saillings
N� wOrl�ans, Looisiana
Mobile. [Alabama
Port au-', rime, Ha�ti
Aux CajS, Haili
Jacmel. Maitl
Santo Domingo City RD.Di
San Pedro �-t Macoris l,,D.h e ai r !)
atscaraibo, Veneaaela Di t *\�t 12
Au m u u Line.
Port au Prince, le 3 Mars PMI.
A. 1)1 MATTEIS4 Co'
A ents Ci�n�raur.
Mai 24
Mer 26
Apr 2
�pr 4
Apr fi
Apr 8
Apr 21
Apr 23
Apr 30
M.y 2
May 4
Mai (i
May 7
May 10
Mat 19
May 21
May 21
May Si
June 1
Joue 2
.lune 7
June 7
�'a^ffWSwg^iaTMdlWI ''�^*��*W�lfc-:�ria�y-�^ ,. ^w^jf.)
om�ques
l'jt '
Charlier-Malebfanche & Co,
1224, Chemin des Dall�s, 1224
T�l�phone : 2rj^0
��iOB-*e*�a-
*> -�*- * -**-�
�P.
v>
-��-�� ^


Jeudi
19 Mars 1931
Le Malin
4 PAGES
t.^,^-
,�-*.��- ���
G1LO
donne de la
OL
force
24eme ANNEE . 7240
k/ort-ao-Prince
r�l�ptaooe : 2 12
� MnttnnnfnniTtin
Convalescence
Neurasth�nie
Tuberculose
An�mie
1 ta� Car* �� CLOB�OL
ayajraaate la force nerveuat
tl rend aa� nerli rajeunit
�Mil* lavr �nergie, leur
a Uui viiueus.
;-'
remmJBieetUn
.1. Mecleelne
, u.i. 1(10
Maigre (oui Ut l'��U|M
au. t.eut preeenter U a*re-
Jkcrapie artificielle, dont m
a parfolt voula fclr� une
tnfUio.le capable dt remplt-
c�r la Iramfutlen tangnlae
e'Ie-meme et ceci avec avea-
laie, dltail-on, malgr� qu'il
faille toujouri avoir recourt
k elle, au moiDt dan, lat cas
argent�, nou� n� eroToat pat
5i.� la �(rothcrapla buIim
ODoer. en une foale de eaa,
laa r�sultait r,aara.aebLa
eni'on peut obtenir d'an* ta-
re prolong�e d� Olob�el Ba
face d'un urg.altane k rt-
,oler. k reviviltr. k refai-
re, t'ol loujoyra k ca dep-
� lei nu* '��""� donneront la
awtfcieoie
ri k Cnteter.
Licenci� �$ teirncea.
Lauif.il Je la Facult� de
�l�ilicmt de fruit
l_i�r.'.i*"-miM,ti Chatebua
Grarli Pria
Fournit �f H4i.lt de Parla,
X rue Va .ncle.met. Parla, et
faute, pharmacie�.
"GL'AHDOPH�"
II
SliYIU1N
Le PNEV DUxV
LOP est le pneu
\\ ivoridesCh mf
, urs,offre toute
I s conditions (1 �
�curi t�, d'endu-
rance et de soli
dite.
En vente chez
John H. WOOLLEY
Grand'Rue.
U �Miami a� b. GU.Ua.
El "QLANDOPHILa"
�a un eitrarto de gl�ndnlaa I
aalaaataa aaleaeie
tai�n flatta y aittta,
eclmleata raaaeal,
rollo dlflaU.
aapealea nki viaaraaaa ta il HaMaaka
an que la auracl6n gteadolar et aBBB)
animal., te halla tn m awlntt) e*e�-
�4a | M acooeeja en ampleo ta) lat ajaaa
tlguitoteei
Ut tmitornoe MHl� �
iBIOBIDlOI,
la depreit�n
�1 datcaeclm.
al deiarrollo
a ol raqultltmo,
laa retulua da flabraa
la rejet prtmalur
Ba al produoto da
lodot lot eatot 4a lin
eeiual tanto aa al
eomo ta la �ujar.
El "OLANDOPHILE
ner au aeclon rfcplda y daradara
al conjunlo da todat laa funciaaea
aiuye al reparadnr a�ko an� .
ea�a aecicm no �lamente aa traduea
uaa eeniadkn da Uanaatar il -
ftr aa ro|u�onoalatlaat�
organitrna.
Pidaa por eeulgnleata :
ai " iLAHDOPHILE " N
al � SUNDOPHILE " M pave M|M*
El "OLANDOPHILE"
na eonllana alnet� areetatttajftataa
epnode aar tomadn par TOM S
JatTMOO i ulnoe, adaltaa y aatataaa ta
amhti tente, ^
Pelleta aratla f taata �a
J. 0ea>.a#e: �IHCK f d'ktl, Aaarka* aj
y aa todat Ut buonaa
D'al�se dtitribuidure� : A. TaTOMAI * �
t> ifc, But Martel, PABIS
WUIIIalllllllUIIIIIIIIHIIUIWIIWlMWHHMWMMI
Est maintenant fabriqu� par ta Distillerie
de �Aiole� Port-au-Prince.
En vente au D�p�t de la Distillerie, an-
"o�e es ruesDant�s Destouches et Maaa-|
sin de l'Etat.
|GHOS & D�TAIL.
Prix de d�tail: G. 1,50 la demi bouteille
de G. 2,50 la bouteille.
M. FONTAINE
s.iiEStTSmauMm c.� m.....�, mMomo �-mm a. brun
Manufaclwe Ha�tienne
ae Ciaai elles
GEBARA& Gp
LES CIGARETTES
Bai Bas � Pantal-L�on
� Dessalinienne�
� Colon *
^R�publicaine*
� Porl-au-Princienne
Gr�ce lafioesse de leur ar�m~ font les d�lices
des vrais t>mate tirs
Injection
infaillible
A base de bl�oargoa tt
d'extraits de piaule-..Gucrison
radicale de 1a bleunoirhagie,
des �coulements anciens ou
r�cents.Employ�e aussi com-
me le meilleur pr�servant.
Pharmacie .
LarPRvNC Chevallier j
Lalue, fis-�-vis du Kio^qui
postal.
\ ASTHME
Suffoo�tioni,
Tout n$rttum.
Oukrtion otrwlna par laa
CIGARETTES CL�R�
.tu POUDRE CL�RT
Dr Cita/. t�, Rut *� �*�li ����*�*
e* tfmtm Phi �bukIm.
C'eat le Vermouth le pi i tgrlabit-ali plai tociqai si
Wir cons�quent le pics �Prl '' , , � _*,��,
P LE CINZANO BUNC n eu les ploi In'.'e, r,y> �
p.nacs � toutes les uralUoni et se vend su. pltM a uo
h \x des plus raitonoables.
P,n gros <1\ �/. A. ^e MATIT.1S.
Les Disques 0D�0N
sonl rest�s
Ma�tres de ta place.
DraaDdec la nouvelle liste.
Bazar Od�on
J. KARAYANY
Augle Grand'Hue & rue F�rou.
A
Gnm j Caf� de France ;
S^u�. la�iraadoa afifj�f tl i�tatli�eate de Monsieur Franco*
Sir-tldl qui �at devena l'aaaoci� 4� Monsieur Patnw. le �J�JJH
Jairr- de cet �tabliwamv�� qai ri* pa* -i�ga', le GRAND LArc.
DK FR\NGK, oir� � sas aimables at distingu�s clients, �
consommation� les plat Hnt�. Ie� vin� da toutes provenances iw
plus choisis. Cigares et Qfircltas, Sauiwishes, vari�s,!��� P�
d�fiant tonte concorrance.
L'accueil le oIuj sy a�''hiqia cjiliaa-ir�� �.-a � �sui�*
tirait da Grand ;jl� da France. |
PATK1II � Co. f �l�phoua 2341.
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pertti (Scott ,nd >
Uktr la �GENEPA1 l eal one des plot puissante*, et das wlas vasies urgaatsatiatJ
ie ce genre. L� soleil ne te ceuche |amahi sur soi cuauap d'action qui embrasse le
MOOdS..s Polie* COU) ! ilIC -Ofreoftiml lai d�#ta oceasionn�s par la foudre.
Ses Polices poi Antomobilesceuvrast fols, Inceinfia, BtalveHu�aca, dommages
caus�s iIjutrui dans se personne on dent Ml Kieoi
Ses Polir�- M �ri-imas �mises par ses hr bas d Europe sont payables en Ha�ti.
�aesPoHcea oontn accidents|sont friable* dans I univers entier. Tous les voya-
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
nFiurmitif.
Insurance
flo
SOUS%*�&-TS
n�r?l pour Ha�ti
t't�..--u-*.�ce. >�*. Gllau
JtAN fM^^rVCHEfer�mic
I
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co!
Aaents G�n�raux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs