Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03862
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 18, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03862

Full Text
Clment Magloire
01RECTKUII
tjM, RUK AMKRICAiAir
TELEPHONE H'.ZHl
2ie ANiNtL.N 7239
Chaque homme un
obscur respect du cou
rage d'autrui, du cou-
rage moral surtout qui
est le plus rara et diffi-
cile.
Gievssi P4P1NI
PORT-AU-PHINCE < m
- I V
>] i 1 I
MERCREDI 18 MARS lWt
UNE
Opposition Parlementaire
Incertaine
Il n'est brnit, depuis plu- s'appuyer sur le Gouverne-
sieurs semaines dj, que ment. Que le Gouvernement,
d'opposition parlementaire, sur eux. L'est pourquoi des
D'aucuns, qui s'illusionnent po i tiques aviss, habiles au
ejsur le sens des roots, et ec maniement des groupas et
prennent leur aise avec la dans le jeu des passions, se
syntaxe, osent mme une ex- sont tonns que dans la r-
pression plus nergique. Ce loi me qu'il a entreprise le
se sont que des mots. Quel- rsident de la Republique
ques-uns les prennent au tra- aii tait uue pari si belle aux
gique. Quelques autre* on mandataires du l'euple. A
riant ca misses claques . quelques uns d'entre eux, du
Des deux cts l'on a tort. Car. moius.
si en politique, rien ne se doit j Toute opposition parleraen
envisager avec une pense taire, a cause mme du peu
(contracte, cela ne veut pas
dire que tout doit tre pris
Is blague.
On seut. une certaine at-
mosphre fumeuse, parfois ir-
respirable, et qui monte des
confidences surprises, ou des
conversations que font entre
eux certains de nos lgisla-
teurs qui pes une oisivet
qui menace derapiflrer les
trois quarts du temps de leur
mandat, que la politiqne en
treprise par le Cabinet actuel
est pas toot- tait celle, il
l'en tendrait mme de beau-
coup, qu'auraient souhaite
es diffrents leaders de la
Inambre basse. Les snateurs,
eux, sont, parait-il, plus cir
conspects. 11 est difficile de
lavoir ce qui mijote s o u s
leurs fauteuils.;.
Mais cette Chambre, suivra-
t-elle, aveuglment les leaders
mcontents, qui ne cachent
>ap d'ailleurs leur dceptiou
le voir les ministres actuels
l'engager dan* uue voie qui,
l'aprs eux, ne nous nioeia
me par la chemin des co-
icrs. le plus long, vers la ds-
occupation intgrale de uotre
erritoire et la rintgration
otaie du Pays dans sa sou-
verainet et son indpendan-
ce? Ces leaders seront-ils as
lez convaincants, leur verbe
ara t-il asses- efficace pour
mnexer uue majorit immo-
bile leurs points de vue qui
est que les ngociations n'au-
i'.raieui jamais d eue entre-
prises sous le double signe
de la Convention et de la
Constitution, ananties par le
PlanForbes?
Nous le croyons difficile-
ment
S'il existe, parmi nos dpu-
ts, de jeunes patriotes ar-
dents et belliqueux, enrags
d'indpendance et de solu-
tions catgoriques, quel-
3usa noms viennent au bout
e la plume, et qui sont
disposs sacrifier leurs co-
cardes au triomphe de leurs
opinions, .ia victoire de leur
de temps qui nous spaie des
nouvelles lections legislaii*
tes, les inscription s'ou-
vrent eu O: oore de celte an-
ne. nous parait, d'ores et
dj, voue au plus retentis-
saut des succs. Et puis a-t-
on song ux ajournements
qu'autoiiae la Constitution ?
A ceux q u i p ittuient 1
on'.ei vaiiu.i de leurs cocardes
et que, pour les avoir daus sts
manches, faciliteront le Pou-
vuir.ne convient-il pas d'ujou-
er les quelques amis sincres
que le Prsident possde par-
mi les dputs, et/ju comme
lui, croient qu'en politique, la
ligne droite .n'est pas force-
ment le plus court chemin
lui va d'un desideratum a sa
ralisation, et qu'avec de la
euteur ou arrive quelquelois
plus vite. On pourrait citer
ce sujet un vers du tabulista
qui leur donnerait raison.
tiret, une question se pose
tout de mme: \ssisterons-
uous un automne miuist-
iiel prmatur, amreinent dit
un eeuillemeut de porte-
Lui Iles? Le Cabinet actuel tel
qu'il est compos, pourra-t il,
en entier rsister l'assaut
des dputs nationalistes ou-
trs ( un mot prendre dans
les deux sens) qui trpignent
dj des foudres amasses
dans leur cur et qui ne de-
mandent que l'A/acuer, dans
une rhtorique pathtique,
aggrave de gestes iudigns.
Attendons le printemps. Il
1 quide quelquelois les bour-
rasques oublies par l'Hiver.
Ou, ce qui est plus dans ses
cordes, ramne l'espoir et le
soleil, tout simplement.

I*e Grand Corps se
prpare pour la pro-
chaine ouverture
de* Chambres
Lgislatives.
o
En mainte fois nous avons
eu l'occasion de rencontrer
sentiment qui a en horreur plusieurs de ces messieurs
toute transaction, on rencon
Ire aussi, parmi eux, comme
il advient d'ailleurs toutes
les assembles politiques,
des hommes d'exprience,
minemment pratiques, pour
qui le terrain le moins .mou-
vant est encore celui sur le-
quel l'intrt gnral, peut
concider avec leurs intrts
prive. Et je crains tort que
cette deuxime catgorie se
oh la plus imposante, la plus
agissante.
Beaucoup de Dputs pen-
sent dj, qui sonnerait
leur eu tenir rigueur?
leur rlection, bans vouloir
envisager la possibilit d'lec-
tions officielles, M. Stoio
Vincent ne descendra jamais
* , on ne peut pas ne pas
reconnatre ce que reprsente
de chances de succs pour un
candidat ( 75 o/o au moins;
Me sympatuie gouvernemen-
tale avoue, un exemple dat
d'hier seulement : Le triomphe
crasant de notre sympathi-
que ami le Snateur Pierre
tludicourt.
A notre sens donc, les
Chambres ont plus intrt,
feous disons bien intrt, 4 1931.
prs de la Singer Sewing
Machine Company. Que pou-
vaient-ils bien avoir i faire
par l ? Je vous le donne tn
Y1NGT, je vous le donne en
CNT.Et bien ils allaient tous
ches VINCENT tiAUDlM)
taire" ample provision de
casimir, gabardine, etc. Ces
messieurs sont des finots
qui ont appris que Gaudino
venait de ^recevoir environ
250 pices de casimir de
toutes nuances pour compl-
ter son assortiment^dj re-
marquable; et ils se sont dit
qu'ils doivent tre impecca-
bles la Chambre comme au
salon, voil.Bravo, Messieurs.
Vive Vincent Gaudino (Vivent
les.Chambres J
Administration G
des Pestes.
Avis de dpart
Lee dpches pour Jevr
York et l'Europe ( via New
York direct > par le steamer
'Cristobal seront lermees
mercredi 18 du courant.
Port au Prince, le 16 mari
Loterie Nationale d'Hati*
Propos
cachets
o
L'influence prpondrante du (l-
nral Gobmi a assur au Venezuela
une priode de calme politique. Apivs
avoir gard le Pouvoir assez long-
temps pour se dbarra > de sr>
nombreux ennemis, il eu I adresse
O
Billet : Dix Gourdes. Coupon: Deux Gourdes.
Premier Gros Lot i Quinze Mille Gourdes
Lots de 5.000. 1,300, 250, 150, 100, 50, '25. 20, 16 (ondes.
Trois Cent et un Lots Gagnants :
LA FORTUNE POUR TOUS.
Vous pouves gagner Troie Mille Gourdes avec Deux Gdes
La Loterie Nationale oflrc le placement le plus avantageux
aux Commerants, hommes d'Affaires," capitalistes, dsireux le fair nommar a sa succession le
d'entreprendre ce genre nouveau d'oprations. > ,,,.....
En achetant les billets de la loterie, vous renouvelt.,
grce un escompte, voire capital chaque mois et le doublet
tous les six mois.
Adressez-vous vite Is Direction de la Loterie, car dj
les demandes y affinent de tontes les villes et localits de la
Rpublique. Retenez d'avance votre lot.
4lr, Rue Bonne-Foi, Phone 3350.Port-au-Prince (Hati
MISS EUROPE 1930
AU PAYS
DES DOLLARS
Dlaissant pour quelques se-
maines les rives enchanteresses
de la Grce qui l'ont vue natre,
Miss Aliki Diplarakos, U toute
jolie ambassadrice du pays d A-
phroditr, ''c-os et de Pgase,
qui porte le titre envi de Miss
Europe pour Tanne 1930, vient
d arriver Dtroit pour y pren-
dra livraison de aa voiture:
Une Coaduite Intrieure Hup-
uaobile Gant Chevaux monte
sn roues libres.
Jamais auparavant Miss Eu-
rope n'avait eu l'occasion de vo r
de prs les rouages de l'norme
industrie automobile qui lait la
gloire et la fortune de la tameuse
Motor Gity. (Juel ne lut pas son
tonnement udmiratil en pr-
sence des merveilles de techni-
que et d'organisation que pr-
sentent les grands ateliers de
montage et mise au point de la
firme Hupp Motor. Alerte aux
moindres dtails comme un ex-
pert, elle suivit attentivement les
explicationsduguide.Son intrt
tut plus vit encore quand ou lui
*4a .-. In nAimull Kntto H
vitesse liupmobile avec sou dis-
positif roues libres.
Comment ? s'cria-t-elle,
c'est a les rouas libres 1 Depuis
ai longtemps que j'en entends
parler 1 Mai > quelle s rusticit 1
Avec uue telle aisance des chan-
gements de vitesse, n'importe
qui peut conduire une voiture, o
C'est Athnes, sa ville na-
tale, que Miss Diplarakos fut
d'aboi d p ocluii .' reine de
beaut. B.euit dclare Miss ,
Grce.elletu'envoyeconcounr
centimes. Pa
le plaisir. J.. .-. v.....^.. ..
laisse le soin de cracher.
Partageons quitablement
e mi' charge du boire et te
mande l'anne av.-e le litre et l'auto-
rit du Gnralissime.le Docteur Fe-
rez n'est en somme que Prsident de
faade. Cela me remet en mmoire
l'histoire de* deux charmants cama-
rades qui. disposant pour toute for-
tune dr cinquante centimes, prou-
vrent il la mme minute I envie tv-
i :i il i t 111. de s'envoyer un bon coup
de RHUM SAItTHE CACHET DOll,
Fais le Docteur Ferez,suggra le
* /plus malin, moi je ferai le gnral
classique et del Grce mo- \ Exjiiqut.to|1 exigea l'autre,
deme. Aprs plusieurs annes C'est bien simple, on ne peut
'l'lu tes linguistiques, 8_vant ob boire qu'un Terre avec tes cinquante
tenu ses diplme-, u dveraif aires
Athnes, elle alla poursuivre
a Paris ses tudes le mylholo-
gie grecque.ti'le d'ailleurs l'in-
tention de continuer ces ludes | TWT il t
pendant encore au moins deux 1\ O I VP I lO^
ans. Miss Diplarakos pnrle, outre i
si langue maternelle, l'anglais, {
l'allemand, l'espagnol et le Iran- j
ais.Comme distractions part
la musique, elle fait du sport,
particulirement du tennis, de
la natation et de l'quit dion. Sa
mre l'accompagne dans son
voyage. Son pre est avou la
Banque Nationale de Grce.
Rserve mais brillante au
besoin dans la conversation,
Miss Earope a largement misa
profit les quelques mois seule-
ment qu'elle a passs an Etats-
Unis. Un des trails les plus char-

... voit qu' ANSONIA, de.
paie les embellissement* qui y
ont t apports il est trs diffi-
cile jsinon impossible, de trou-
ver une table o l'on puisse
consomiaer, les soirs de con*
cert et de radio, sutout. Les
salles, les j:iI ries, sont encom-
bres de visiteurs et de con-
sommateurs. La maison pr-
sente un trs bel aspect et la
situation es excellente. Comme
les boissons sont de premier
ordre et le service irrprocha-
ble, nul ni s'tonne da succs
chaque jour grandissent de cet
tablissement.
*
*
... voit que malgr les con-
seils que nous avons donns,
maintes reprises, on s'obstine
ne pas organiser) (Uns lescir-
do rMKi qoes de passage Por-ao-Prl.
V 'MUcl : es, un servies de police. Des
gens s'opiniatrtnl a donner aux
spciale;!, s des chaleurs quel-
ques l'ois tus indiscrtes et trs
inconvenantes Dimanche soir
la suite d une de ces chaleurs
Une bagarre clats qui s termi-
na en nu violent pugilat qui
laissa sur l>- parqnst quelques
pauvres hommes parfaitement
knockoulis, D'antre pari verrait
sves piaisir les gendarmes af-
in es u maintien de l'ordre
s'occuper plus sriensemeni de
leur service au lieu de se poser
en spectateurs.
Selon une proposition prsen-
le la Chambre des Reprsen-
tants d^M iJals-l'nis. il est de-
mand que la lgitimit du pou-
voir du Prsident \lachado soit
soumise une enqute, et que
soit galement vrifie la lgiti-
mit de I actuelle Icqislalure eu
haine ainsi que celle de la poli-
tique fiscale de ce pays

...a vu au Grand Htel de
Fronce si lgamment tenu et
qui porte si bien sou enseigne,
un de nos amis qu'embtait
positivement un iudividu
vue.
a pi e
lgile-
Miss I) p i ..k sconples'em
barqufr pour la Grce ds le
dbut de cei l.
Pans o elle clipsa ses cou \ "s" er " preuve* d un mo
curreutesolaatomn dernier et I teur lonct.o nant unetemp-
devini ainsi Miss Europe. Le i ""*......" de '
gouvernement grec, saisissant
uue aussi belle occasion de pro-
pagande nationale, dcida d en-
voyer Miss Diplarakos aux Etats-
Unis dans le but d'intensifier
encore et de cimenter les cor-
diales relations qui dj exis-
tent entre les d ux pays. C'est
sous le patronage des associa-
tions grecquts aui Etats-Unis
que la tourne a t organise.
Piquante brune aux yeux
noirs, lance et statuesque,
Miss Europe a le sourire spon-
tan et plein de charme. Excel-
lente musicienne, elle s'est ac-
3uise une rputation mrite
ans l'interprtation des uvres
chorgraphiques de la Grce
La nouvelle Hupmobde Hait de Cuba occupe ou non lgale-
Cylindres ofterte Miss Dipla- ment s:i fon:lioi, et si
rakos l'occasion de son sjour sente lgislature a l
aux Etats Unis est dcore en ment constue.
duco noir avec filets ivoire. 2 j si le goovei neini*nl actuel
La tourne d inspection des de Cuba agit en contormit avec
Usines Hupmobile comprenait les traits en vigueur entra ce
une visite aux laboratoires tech- pays et les EtaU-Unis et d'ac-
niques. Miss Dipl plus grand intrt la chambre dans ses oprations financires
froide. Elle tint revtir un relatives a des emprunts et dans
surtout iourr d'avnteur pour les unpo qm g / ni les ci o-
Monsieur Mac Padden, pisi-
mants de cette reine de beaut dent du Comit de Banques et
de dix-neuf ans est son souci de Finances de la Chambre des
d'viter la publicit. Les stu- Reprsentants des Etats-Unis, |
dios d'Ho lywood se sont heur prsent une molion sollicitant
ts ses lus mais elle ira les fO*il soit procd une investi*
voir, dit-elle, et compte passer galion par le Congrs Amri-
deux mois l-bas. Tout rcem- cain, relativement lu politique
ment encore elle a refus des lise le de Cuba. ,. ,,, ,.
sW^frfaigrtoS'dTft*pWtb ce^rytJfnyJWflf'Tfim^lniflbV'Vi j mandk H ilh :n.s,ieY de rV
dterminer si l'actnel prsident \ lice, par hasard, prsent, d'in-
tervenir Mais celui-ci, taisant
une allusion discrte la cii-
cula i e du Min strs de la Justice,
Mc Adh aai Auguste, lui rpon
dil an souriani avec une fi; e
ironie:
- J u puis psf, il me leu -
drail d abord avoir un mandat
d i Ji'ge do Pais.

...ne pos>e j. mais devant la
pompe u g-ixoline de Flix*;.
Dupi.nssY sans admirer lintel-
ligence de celui-ci. En effet, s'a-
t-il pas eu l'ingnieuse ide de
placer U pompe un mtre
juste d une. picerie si bien
pourvut qu: les huiiffeuraaprs
avoir fait leur plein de gazoline
y trouvent lout ce qu'il faut
po r une santecollalion V
Aus-i le chiffre de ses Maires
a- -,1 doubl. I! y a dea chaal-
f un qui se feraient tuer s'ils ne
devsieut pas aller prendre leur
gBSOliUS a ba pompe.
yens cub uns.
Celle inlormalion ;i U corn
muiiq ie par cable, dit le Lis
tin Dinrio d a ni ion numro du
2 mais courant.
LA'IIAVANE n rs. (Presse
Unie ).
L i cornni'ssioo natioi: I* pour
le maintien de l'ordre publies
entrepris une campagne contre
les poseurs de bombes explosi-
ves al a ordonn que des pa-
trouilles armes dp. mitrsilleusi i
Avis important
La Compagnie d Eclat rage
Electrique des Villes de Port
au Prince et du Cap Haitieu
porte a la connaissance du
&ublic que Mr. Si Armand
lonls n'est,' plus autoris contrlent les rues et excuter
par elle faire des installa- les dynamiteurs.il agitateurs et
tions lectriques et que par fabricants de bombes oui t
consquent la Compagnie arrts.
u'assuaae aucune obligation --------------------------
dt-'Counec cr les installations
que: pounait la ire Mr. .^aint
ii iu i 1 Mouls.
^^^ .T-JlV -.
UlMTClU tyL
: - .y v -
TRAOI KARK RE6lSTSir|
IFLASIKiLOslra
MATIOMAL CARBON
uwit or
UNION CARB1 DE n MADE IN USA
u
l\
ES VKn..i I ils t.MlUiir.s
111 MOMli
Les piles L'nji Ever<
lAT'iril[^"[donnent e P'" long s- -
vice.. Elles sont huai .
ules... les plus conj m
! es.. ti t- k t r me m
n .
tn vente assa luus |
bons oslribuleurs.
Lvitez les nuil.ilions.
^AlWTtOCEUS SH0U10 SE remov'0!
BT*'
tKK.VOY
ist l'-'n I S'rcT
^-Vork. U. S V
Le Buduct
Franais
^ar sans /il
? PARIS 14 MarsAprs trente
quatre heures de sessions prs
que continuelles, la Chambre
des Dputs, par un vote de
160 contre l'iO a adopt le bud-
get de deux billions de dollars
i > u la prochaine anne fisca-
le et l'a envoy pour tre con-
sidr au Snat. D'aprs les
calculs actuels du Ministre des
Finances le budget prvoit une
balance de quelque chose de
moins que 500.000 dollars, mais
les i. ies finals ne seront pas
(Oiinus avant.) i CbatOBTS
Haute ait raptat le > u u u
I eatitr et que. lapprob m -
? Date soit donn pai l'un
i l'autre Chambres de rviser le
I pri grsnuns*
...voit, chaque soir, de*
vaut l'Ecole do Mdecine, ds
dix heures demi, tente
une celles ivil de mules, de
bourrique* et de chevaui. A
quoi devons-nons ce spectacle?
Peut-tre ':e petit gazon vert
qui entoure comme o'an lapis
de jeu noire facult. Tout de
mme ceux qui ont charge de
bles auraient d pouvoir les
nourrir d'une autre faon, sinon
les paves un de cea jourslea
rclameront, les bles, bien es-
tcudu.

... voil que n puis pieux os
trois jours les vols ont pris,
Poit-au-i'iince, une proportios
qu'ils n'a va lea t jamaia juaqn'ici
connue. Cela concide avec l'ar-
rive en Halli d'un tas d'im-
inijui- i Lu*) d'eux a mme
t arrt en flagrant dlit.
~Notrb il v i rait, avec plaa)
sir, la Police llecler quelqota
gendarmes act i.s et nergiques^
a u suiveill. ce de ces cher
va ' vo de l'eflraction
et de escalade, mme sans le
mandat exige par le Ministre
Aducuiar.
i
*......' e
Lait bouilli
Sous livrons le lait bo
en ville dans les bureaux a ,
toutes les heures. Tel. 2183. 1
uilli j
HiTEHIE BAilXY,
1313, Grand'Eue.
^ssule/-vous contre ace denf
fL U. m rai Accident Etre ex
uif Asusiauce Cuipoiatiou L
. odted . Vve t. bexi
:ruusj
" "V


p.\t,e
uv MATiN 18 MAft* **
c*-. >*
Muwm

MM
i

IMMONS
A LA MMOIRE
DE
GRAMMONT POUJOL
-o
Le minir demenre, malgr la sparaliei
par la mtrt ou par TindiRrence.
U.C.
f
l.ITS
SOMMIERS
Le sommier
repos qu'il lait
n'y a pas de nu
MATELAS
est caractristique pottf sa
OREILLERS
*olidil et
!
il
rompu.Le eommi
Ktng Bottons
Ir.nivi r. .11,1
nllenr reconstituant qu'un nom;n il paisible ei non nter-
r King Bottom tons 'era jouir de ee eomraeil rgn-
| votre MQi, Sj fabrication scientifique vous assure
ne lt pas de bruit, il n'est pas oxydable, e! ae nettoie
riteursi essentiel a votre an'. Sj ranncauon cirnHU4w TT^T S
sommeil paiaible qui laiHronver an corpequi! rclame aprs une lournee
de rude labeur.
Il est hyginique
^Ucadreeat bil en acier prose et il peut 're employ sur n'importa quel Mi
Examinez wigneuaemeul un sommier et vous verrai qu .1 est lait pour
donner toulea lei *ailactrone possibles.
En \ente dans tous lea bons magasin* dimcuuic-iiiem.
Reprsent par :
Victor N. MANSOUR & G
B P. O. Box A-88 ; Phone 3417.
Port-au-Prince, Hati.
La Lgation Amricai-
ne recommanderait
des Ingnieurs Ha
tlsns au Gouverne-
"T?af*"C*use n un utra im.iuvmf
qui avaien' divis M. Paroi val
Tboby d'avec la I) G. T P.,
c'est que noire Mims're les
Travaux Publics avait insis-
t, avec raison, pour que la di-
rection des travaux, quoi se-
rait affect le million quatre
cent mille gourd-s, fut conQt
a des ingnieurs hatiens. A h
fin, ce poml de vue du tan <
Ministre Tboby triompha.
Mais une chose laquelle on
ne s'attendait pas, c'tait de von
la Lgation Amricaine recoin
mander elle-mme des ing-
nieurs Hatiens pour diriger les
ti..vaux en question. On a re-
marqu, avec naturellement un
pelM sourire qui en dit long,
i|ic presque ous les ingnieurs
i. omm&nds par la lgation
Amricaine qui, en somme n'a
vmt rien l'aire l-dedans, sont
dos ingnieurs de cinquime OU
cl* quatrime classe el qui ne
sont mme pas commiaaionn
par le Gouvernement de h l\<
Eublique. Pourquoi, puisque la
Agation Amricaine veut quand
-mme s'occuper de cala, et qu'il
existe des fonctionnairaa bal
tiens qui trouvent la chose na
tnrelle, paralt-il, pourquoi la
Lgation n'a-l-elle pas recoin
mand, de prfience, des in-
gnieurs d. prein.cic chsv, *
ayant l'exprience de ces tra
vaux?
Mais que pense le Minii'ie
Perceval Thoby de cette allaire
qui relve de l'un des dparle
nient* ministriels que le Pr
aidant de lu Rpublique a con-
fi i son patriotisme' Ei aw
penseut ou! de celle im-
mixtion amricaine dans 1.* al-
la ires ministrielles ceux qui
n'avaient pas assez de li i pour
fltrir ce qu'ils appelaient iio
nique ment la coopration Iran
cne al loyale?
, mSSSSimmmmBammmmm
BJBSS
Le concert
DE
Hxa. Casera le M mars cou
rant, a huit heures du soir,
Cin-Varits .
Dei artislaa de grand talent
ont bien voulu prter leur con
coursa Madame Thrse Vieux
Clesca, Ceat ainsi qu'A part la
grande cantatrice on aura le
plaisir d'eutendre des morceaux
de piano et de violon.
Ce sera un succs de tout
premier ordre. Les cartes de c
OOncarl dont on en a jamais eu
un de pareil depuis des temps
et des. temps, sont dj en ven
te a aCinrVsritas, Cin
Tsldys chez Simon Vieux, rue
Bonne-Foi, et chez Mie Claire
Vieux.
I.K JOUI IM.\ lURICM
Salon une dpcha de la l'ran
ss L'uida du 8 mars, le Prai
d< ut Hoover a dsign le 14
avril comme date de la Jour-
ne Pan-Amricaine a deman-
dant aux coles, aux associa-
tions publiques e- au peuple des
I. ats-Unis d observer cette date
l'une faon adquate pour mar-
quer, de cette I on, l'esprit le
solidarit continentale et lea
sentimanta le coi diable et d'*
initi qu'prouvent le Goaver-
nament et le Peuple des Etala
Unis vais les Gouvernement*
et aia Peuples des aubes H
publiques du oublient.
|Navy-Bar
.AIles au nouvel tablissement
situ au bas de la rue des Ce
ssrs, tout prs du Rhum Bai
bancourt. Vous y trouverez un
service irrprochable et les
consommations les plus varie
at Je* plus dlicates.
Une Lettre
du|Dr Lind
firopos d
e VoCDC
Monsieur le Directeur,
J'ai bien lu la presque criti-
que qu on m'a taite dans le nu-
mro du Matin d hier
de mes impressions sur
?DOO OU BODOO, qui ont
plutt l'air d'une oftensiveque
d'une dfensive , et une r
ponse bien dissimule au lieu
d'une analysa difiante.
On m'. cvusL' *ii encourager pu
bliquement les ftichistes et les ;
s. / litturs de teurs ifAgoi Bouuignangnan I
Cette admirabla pice de criti-
que qui se vlu.ge de ne pas
laire honneur la Vri' m'a
lut no Olment rire, il appert
que mon interlocuteur n'a
pas l'air dtre lis su cou-
rant de ce cpie j'ai crit jusqu'ici
.que eY'pmsdjffirqWe^YHfj
vile dbattre publi(pjement
la contre-thse, condition que
ce soit toujours dans le pur
esprit scientifique et chevale-
resque pas avec des hypoth-
ses ou selon des dogmt s qui
luyeut la laisonXette invitation
)e l'tends tous les lettrs
bai i ns et trangers, et non pas
pour n jongler avec des ides sur
le paganisme , mais pour d-
celer its pures lumires qui
gisent sous les boisseaux de
I ignorance et de l'hypocrisie.
Sic Lboremus.
La science, la philosophie,
l'histoire s'offrent nous en
merveilleuse apothose. Qui se
dcidera d'en faire la connais-
sance, aux dpens mme des
plus chers prjugs et des en-
gourdissements mentaux ?
Veuilbz agrer, mon cher
Directeur, toutes mes c vilits.
Professeur Om LIND.
Port-au-Prince, 18 mars 1931.
Exploits He Xllf II s
Palm Bescb. -i.es vnhursqui
avaieut enlev le d.recteur local
de Cbarllon and Company, bi-
joutiers de New York, l'ont
lorc A remettre les cls el la
combiuaison du coftre tort, ont
pille ie magasin et se sont en-
lu.s avec au moins G'i.OOU dol-
lars en pierre. prcieuses.
Laa employs de la 'orapa-
gnie oui lit qu'un plus soigneux
contrle de la bijouterie vole
pourrait rvler sa valeur A un
million de do lars. Les voleurs
ont travaill sans interruption
et se sont enfuis sans que l'a-
larme lut donne.
^'attacher ce souvenir cor-
respond pour moi s une obli-
Sation que m'impose le devoir
e l'amiti envers celui qui me
soutenait de ses conseils, mme
dans l'ordre des questions de
lamille.
Intimement li Uramraont
Poujol parla pense el par cer-
taines tendances rciproques
quant la religion, la politique
et jusque dans le domaine si
dbeat de la pure amiti, il me
plaisait de constater qu'il d-
passait de beaucoup, par le ca-
ractre et la grandeur d'me, les
limites restreintes qui rendent
l'homme incomplet dans ces
diffrents domaines.
Durant nos longues annes
d'intimit, et au cours de nos
heures srieuses de mditation,
les plus gros prob mes de la
vie hatienne n'chappaient
son jugement. Les vnements
d'avant 1915 et ceux de nos
jours passaient souvent au creu-
set de son jugement pour con-
sidrer la part de responsabilit
el de.mnte des uns et des autres
dans l'ordre de ces vnements.
A vrai dire, il me laissait l'im-
pression d'un esprit suprieur
sondage et son poque, tant
par la logique de ses raisonne-
ments que par sa mthode syn-
th'ique de considrer avec net-
tet les questions les plus dli-
| cales de notre politique el les
! problmes de la sociologie dans
leurs rapports avec notre men-
talit.
Etait il compltement raliste
ou voguait-il larges brasses
dans le domaine de l'abstraction
pare? Mieux vaut rpondre que
Grammont Poujol avait de la vie
une conception base sur^son
toud de mys'icisme, ce qui do-
minai* les moindres de ses actes
et l'entranait S la simplicit el
la modration. Comme s'il se
savait (faVanCe condamn a
quitter un peu tt celte existen
ce, il avait sans doute pens
comme ce Marquis Costa de
B >auftgard qu il fau! fermer la
celle du ciel , ou comme ce!
autre pote, Gilberi, je crois,
dont le vers reste empreint de
la mlancolie d'une me enleve
trop tt : Au banquet de la vie,
infortun convive...
Protondment mystique, ses
conversations taient toujours
empreintes de sa toi religieuse
et de sa grande rsignation; il
vous parlait des plaisirs mat-
riels comme des fi:s insulfisan-
tes la satisfaction d'un idal
pur. Les chag'ins infimes lui
rongeaient le cur, e! comme
s'il avait pris ausi son parti des
choses, il tait devenu pireil
un exil, vivant presqu en marge
de la tourbe hypocritedu monde.
N'est-ce pas l'occasion de lui
appliquer celte belle pense de
Bourget l'endroit de Franois
Coppe o le psychologue parle
de la plainte invoion'aire
d'une me en qui la matire
gmit, mais sans que la loi en
Dieu soit branle, n
Puis je me permettre de faire
mention, ici.de la vie foule sen-
limentale de ce tourment de
beaut?Il tait loin d'avoir une
Ame laonne pour les lutes.
S'levant au-dessus des vilenies
humaines et considrant de haut
ies laideurs et les faussets dont
il tait souvent victime, il don
nait son cur par amour pur,
pour en cristaliser les lans, et
retrouver, en retour, un peu de
cet e b. aul des choses dans les
panebemanta et les lendreaees.
Je voudrais d un mot prciser
foui, s ces nuances dlicates d'un
temprament si subtil, mais je
tombe sur celte phrase a pro-
pos d'Edouard Hod, qui semble
traduire A peu prs ma pense :
-^
L Idal IiIiiihi
ALIX
29 annes
.
ROY
de succs.
ON VITE
ON SOIGNE,
ON COMBAT
EFFK ACKMirNT
rToutes les Maladies
des
VOIES RESPIRATOIRES
p r l'emploi de*
Pastilles WALDA
ANTISErVIOUES
Bals ta succs n'est assur qut si on emploie bit
LES
PASTILLES VALDA VRITABLES
Les EXIGlI dans toutes les Pharmacies
En BOITES
portant lo uoot
VAL0&
En vente la Pcic Buch
& dans toutes les
bonnes Pharmacies
U voudrait que sa phrase
s'louftAi comme un soupir,s'at-
endrit, comme un regard, ex-
primt l'inexprimable ie la tan-
tiresse el de la douleur . I >
els tempraments u'out pas
manqu.Jcertainement, d'endu-
er bien,des souffrances et bien
des dconvenues. Et ma'gr
cela, personne ne peut lire
avoir jamais relev.une iaibteaai
. hez cet infortun; de la vie. A
part les relations personnelles
que | ai entretenues avec lui, il
m est permis d'avancer que je
lui ai connu bien peu de vrai-,
amis, touie exception faite du
Docteur FouteneUe Bois chez
qui nous savions nous trouver
aux heures tendres des aprs-
midis qui nous runis ai nt la
comme en un petit cnacle o,
en compagnie de deux ou trois
autres amis, nous d vi on. de
la situation et des hommes d<-
notre malheureux pays. Faul-il
ajouter q ie Maurice Desroule'tux
son Irere d'adoption,ne le quit-
tait jamais ou plutt lui ne le
quittait jamais, ayant eu aussi
leurs heures et leurs jours de
*...... r. I <.* 1' '\(J t 1 I ,> >* i rt i -J (, (|..
plia-macie de la rue Tliom i
Madiou, sur les pelou~.es du
Champ de Mars ou quelque par
ailleurs, dans l'intiiuites. la plu
parlaite et la plus sincre.
Mais voici qu'il est pa< li avant
moi, cet ami, laissant un vide
assez profond autour de mou
existence dont il connaisssait
certaines par'icularits. Rien
n'chappe cette loi de la s-
para iioD;:I taut qu'on s'y rsigne
et qu'on 'accepte avec une cer-
taine'lgance d'me ces sont*
Irances qui naissent ,,de ces d-
parts ternels d'amis ou de pa
rents.quels que puissent tre nos
chagrins et; nos pleurs. Quoi-
qu'on pense que toute douleur
s'envole surJes ailes du temps,
il reste vrai pourtant que le
souvenir demeure, malgr la
sparation par la mort ou par
l'ind ftrence, car le _souvenir
n'a pas d ailes.
J'ai beaucoup aim l'ami que1
tut Grammont Poujol, A la m-
moire de qui j'adresse ces ligues,
ay^nt vcu, lui et moi, dune
initi qut nous liait presqu'l
frderniljet qui tait comme u.
culte pour nous deux. Le son
venir demeure, malgr la spa
ration par la mort ou par fin
d.ftrence.
Hugues CASSEUS.
l.iiiji.'iiHl ira rirais a la Pologue
Paris. Uc.it ne gociaitoai
pour u.i emprunt banats a la
'o og ie da peu p;s u.i mbioa
d ; fi unes oui t acheves et on
>.'s,).e que le coulrat sera sign
dans quelques jours.
0
IIIMl
CE SOIK
L'ECUYRE
Avec Jehan Angtlo*
Enbe : 0 50
DEMAIN SOM
COLOMBINE
Avec KmiJ Jxnning.
Enh> :0,50.
VENDREDI
Gttby Morlay dans :
Le Chevalier de Gaby
Entre : 0,50.

t***' *rtm f .
CE SOIR
Un beau lilm gai :
La Petite Bonne^lu Palaci
Avec Andr Roanne et Bel y'Ballour.
Entre : 0.50 ; Balcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
Aim Simon Girard dans :
FANFAN LA TULIPE,
let cavalier delFrance.
ivaSjCtauda France, Simone Vandrv.
On commencera 'par :
Le Fils de la Nuit i
mire : 0,50 ; Ba.coc : 1.00.
?
%
Le Hliuiii liarbaiicourl
Dont ia renomme est universelle a gara sa Ma e place
Demandez parfont : r
UN BARBANCOURT

"*--
ai *>-



LE MATIN- 1H MARS 1*1
i'.\,..: :
.......IS&fep '
\
fmv>\ -
'//mm""**-1' U fi i
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une gn r la production exige un grand dboucha
et, i .un .-'.,. |ur : i | ;.. dbouch, il faut que
laphufini f'uni o a la quantit maximum.
Ce t p< urqui i les bStoni de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent ic ; obe.
%
CHOCOLAT''
AU LAIT
Si
fl
33'
Empchez
QUE
voire teint se fltrisse

('.osrrmvilivl'iiiMiui* Jl bfim
Les lche de routeur, lr
tuile, les boutons, les points
noi>s. les tches du foie, et
tonte* les fltrissures simiku
res qui dparent votre beau
teint naturel peuvent tre en-
leves par l usage de
il LExelenlo
O

CADBURY
o
g
r
Poumade de la peau
// a d soigneusement prouve
il essuy Il est un ongu nt
mdicamenteux, teienlmam,
parjait. sans danger et Hun
usage jaeile.
Essuyez le; nous serez satisfait
de ses rsultats.
En vente chez tous les dro
guisle.s. Four o,30 centimes
seulement, U est exvdi ds
rception du jirix.
Ecrivez pour avoir un chan
tillon gratuit et le livre des
conseds pour la beaut.
txrlcile, leielae, ('.sapai?
Allaita, eorgia l.S.A.
Agents demands pour tous
pys'
Ecrivez pour renseignement s.
LE
l
S \ R T II E
:
CACHETER CACHET ROUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpt en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fls, en caisses, en bouteilles et emorter
Edmond CELCIS, dpositaire
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
ei de la Rue Traversiez
OUVERTURE: le 2 Fvrier 1931.

Toutes les Polices
DE LA
0
1I1U lllUliltriilUU U
comprennent la Protection contre la
Foudre sans aucjnu ntation de tau>f
71.
Ft .LplhisaptiCo
Agents Gnraux
ESTOMAC
Remde nouveau
6ASTR0UIE
adopt* par lis Spieialutit d Paris
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS &i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDE
Prod.it do D CORNELIUS
7, C.MUnt-Coqlii, PARIS-7-
KN VENT* |
i <--.. im I f hirwicn W. SU6H
M '"! k*MM PfllruMiti
:
Cacher Mriga
antlnvraljfique
Supprime en ru.'lqiH* minute* rivre. Grippe, Migraine,
Rrii matleme Mdicament il,- eltot foq/< u ^ rfficact ri an
! ii>!iiu- l'h1"
Ub1)r;tJi.-'ln<>ofPrrGIRAUD.Pfc.ri.n.il.ON.OULLINS(Frit.)
i Pert< h-i rim . i karmm I
Rduction I
SUR LES
I
pices Ford
l'our faciliter les propri-
taires de Ford Modle lTs.fi
leur permettre de mettre
leur voiture "Fora" en par-
iait tat de service, nous leur
accordons un escompte de
315.1/3 o/o sur toules les pic-
ces Modle "! \ sans exeep
tioj.
N'hsitez pas povr rparer
votre Ford, voiture ou ca
mion, et les avoir m benne
condition de fonctionne-
ment.
Nous avons aussi rduit les
prix de nos accessoires- de
50 /o. Us que: ....".-'.TJ^
housses.Ludenas'de roues,
Ciment pour Radi deur. Gas-
ket Cernent, Hlow Ont l'at-
ches, Capote pour siges ar-
nie HoudsltT cl Cou|)e,elc,
elc.
Grande Rdaction sur les
dimensions de Pneus Goo-
drich :
29 x 4:75-0 IMy30x5-8 ply
33x4 Heavy Duty-34x41/2
lleavy Duty.
35 i5 Heavy Duty- 32 x 4
Heavy Duty.
32 x 4 1/2 Heavy Dul}.
33 x 5 Heavy Uu'y.
Tous ces pneus sunl garantis.
N'oubliez pas que DOtrc
Garage est le mieux quip,
excute les meiile in travaux
et aux plus bas prix, par
exemple: Graissage complet
par air comprime Or 1,50.
HAITIAN, MuTORS S.A.
Grand Hue Phone : 2379.
CORRESPONDANCE
Croin-di.-Bouquets,le 12 Mai*
1081.
An
Directeur du juin al Le Matin
Monsieur h Duecteor,
ilelalivemcit la note parce
dans voire intressant jourm I
en ce qui concerne la dmis*
ion des membres du Conseil
CommunsI de la Croix-decBou-
qatts.
vPoar ce qui me concerne per-
sonne IU ment, je me luis un vrai
devoir de vous informer qae
jamais aucune suggestion de ce
,;enre ne m'a jamais t taite
par aucune haut tonctionnaire
comme vous le prtendez ; vous
iiv-z t nt8l renseign.
.l'avais donn purement et
simplement ma dmission com-
me membre du Conseil Com-
munal pour des raisons lgiti-
nus qui me sont absolument
personnelles. En attendant, Mr
la Directeur, je vous saurai gr
le bien vouloir donner publia
i de mu lettre dans le prochain
numro de votre journal.
Vanilles recevoir, Monsieur le
Directeur, mes salutations dis
tiuguee.
Chrest CASSUS.

I
Moka du
Travailleu
Purgatif au got dlicieux
Pharmacie 8t Franois
tu and llii./n lace ilr Siuilll.lailltil
Hamburg Amarikai tait
Le bateau "Georaia". de re-
tour du Sud, sera ici vers le
21 courant, parlant poui
l'Europe via le Nord,,pre-
nant du trt.
fJLjl navire "Amassia ", ?e
nant d'Europe, est attend.,
ici vers le 2'i courant, en
route pour Kingston, Santo-
Domingo et Cuba, prenant
trt et passagers.
REINBOLD A Cie, Agents.
Ncrologie
Un cablogrumme a appor-
t la nouvelle du dcs
Paria, le 12 de ce mois, de
M llenii Letvre de Gassion.
Le dfunt tait bien connu
Port-aii-IVince o il avait
pous Melle Dina Courtois
Il irshl m depuis quelque
temns avec su ta mi Ile Paris
o il travaillait! comme ar-
ehitecteen chel de la Ban-
que Nationale de Crdit.
Nos condolances la ti
mille.
e e
Hier est d de 4 heures
de l'a prs midi Mme Veu\
SOeociem Zamor, ne Emilii
Boisblanc.
Les funrailles auront liea
aujourd'hui 3 hrs.de releve
la Cathdrale.
Maison mortuaire, Rue d"
Centre, prs le Tribunal fdo
Paix Section Nord.
Nos condolances a la fa-
mille, principalement notre
ami William Zamor, employ
i la Banque Nationale dont I
dbilite tait la mre.
4 rirls de yaivfrneaieat es 8 jem -
LIMA. Le Doc'eur David
Su m a nez Ocampo, g de t>S
ans, a succd au lieutenant-
colonel Gustavo Jimener.comm
chel du gouvernemen' piov-
soire, il est le quatrime t
prendre le gouvernail penda.ti
ces derniers huit )ours.
CAF HOTEL
S1DES1EF IN\
Place Oeifrard. En tace de Mattel*.
Le nouveau grant F. 11.1. UULOA salue sa bienveillante
Clientle et la piie de lui laire le plaisir de visiter son ta-
blissement o il y a tous les soirs Hadio Concert.
Consommation de psemier choix.
On paile anglais espagnol et franais.
ALUMMIM UNE
New-Orlans and Mobile to Port au Prince Southsid
Hatiens Out ports Santo Domingo and Macaraibo.
Ports Mardi Saiilings April Ssillinga May Saillings
S ils Mar 24
Sa ils
Duc
Dit
te
Mar 20
Apr 2
pr 4
Apr 6
Apr 8
NewOrleans, Looiaians
Mobile/Ala bama
Port-au-'.rince, Hati
Aux Cays, Haili
Jacmel. Ha
Santo-Do.nii gn Cilv I. \) I ue
San Pedr -e Macoris !; h.|)i e Apr 9
Macaraibi Venezuela Due apr 12
Allminum Lixk.
Port au Prince, 'e 3 Mars lWfl.
A. DEMATTEISA Co
A vnts Gn^raur.
Apr 21
a or 30
May 2
May 4
May 8
Mav 7
Mav 10
Msy 19
May 21
May 21
May 4
Jnne 1
.Ii.ne 2
.lune 7
Juuc 7
-

r .
*~w**>
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dall* 1224
Tlphone : 21580
i

-


Mercredi
18 Mars 1931
24erae AW-VBK jv 738
Port-au-Prince
Tlpb *e 2242
jv~rNe.*VH4(MWiiT4MMr>V'>
^AMM
fDPURATIF du D'MANGET
Vieil ii S"|
V^rirei, Glandes
uvaite cirri1 .'.'1
"..'.eut d'ge
combat
le* Maladies de la Femn
M ta t DMA a t'MMl itmirnli tpwbV le. '|xg i*t. rrlear eVftge), eeajaf/r
ttstljwsira im u ou prou, v me rue. iwrm li irntf taei de uelheejreti%e.
cta vi rw" *tl |*V> Mr le* tntr *-tce ui-mhnr> eoleail pentfMev '! parce i-ipr au h populaire ut (ennuie tattteMvt, le e*e>i h
l'imr que ce travail a'ercmupiiaae rcgultejvauai. as pe* 4 aaajaaat
CTurl *1r In inuliulrr >r:nr. Il il. port* donc, de leulr vlilear*. ejae le HM
circule wir li mnx1muia uVlk>*nre et de raplefltr II liai pas euaatejaeen.
qu'il reete om'ainruent le pie fluide, paruot la piua eer peaelble. 0'lt
*!.< a i.u.iv 'i e'palealr, te charger \t reaiUua rMuuuirmii m
loal'l'i^i. lr travail m ralentir, laa orgao voal aa irejealieii i -t
Ira- loiiciimii se pervertir ou 'altrer, rien a'ira plue
< .-il m/me d'autant plu craindre que le Au rnemreeirl. dani la rle
esl multiple, ea1 unr aurle de purtalloa apruilanc* avaul pavr uli><-i naraaal
l'limination 4 aleaiiell realduel de deiM\%liuMatlriu. dea> BHrawnn pet-
cunit-s . .iuti-rinf>l ihl df> vlrea el dea puis* m du *,
l'on rrllr eoHftuftlo*). qu'il faut uialulrnir U enuet* du eitp parc el
[irouee. c'est p*HirejBl lee Jeune Bile* il..... ta format h>u cal doailourauar,
ra femmes ..... renl-e nu qiir 'ourmrritc < niAnupaaae, ta trouve/Il
nar-nllr llu DCPtlMATlf Dl 0-CTCOH ASCET
Uu'on tunyr ni rii,i que le PCPUlaTP DU DOCTtOI MHGCT. tvmpoi*
|f quliiae plmile rpute* % laaie Um1" pour leure vertu* u>purafrTeee,
m* in' A de* mr|n jui*n iru*> himiI choisis ajiujf leur juali'i r4idali*aa.
nll-lualqiiai ptiaftogtnev retitiriu lo-i* lr* risnenie par eirrr Va-tlon
la plut tout <* qui <-I dr dpurer, rtr il'Hier ri d a%aa*lal| U aavuL
Prapnrr il.ma In L iu-'->'<--rs i l'UNODOaaL ^ qil eT une or"*'t" **'
Iualln. le bLl'UMTH a DOCTCim ANCkT m* eaieeenaa j.. u lllrv.
ea i " j||uf il mu if llui dea Dcpurutlf
VaM ce qu'il e^* lawi que taul*- le Ifi.ui-
9 Churivi.1 GRANDS Pftll, -,.
2 r Velrneicona. Pau * !* l'^rfrana*''
itaaiau a Pan
SHV RUM I A. DEMATTEIS, & C AGENTS
dos Anti
Es! maintenant fabriqu par la Distillerie
de Aiale Port-au-Prince.
En vente au Dcpl de la Distillerie, an-
ale es ruesDants Destouches etMaaa-i
sin de l'tat.
|GHOS & DTAIL.
Prix de dtail: G. 1,50 la demi bouteille
de G. 2,50 la bouteille.
M. FONTAINE
S .iMair. II. DBSCHAUPS. >p Hiltien, Uit-lwl GIORO.'.Nl- Jcme), PMeal A. Bnun
Manufacluic Hatienne
ae Ckmi elles
GEBARA& C'
LES CIGARETTES
Ba( Bas Fantal-Lon
Dessalinienne*
Colon
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
Grect lafinesse de leur arm' font les dlices
des vrais pma'ciirs
Injection
infaillible
A base de blnargou et
d'extraits de plantes.Gurison
radicale de la bleonorrhagie,
des coulements anciens ou
rcents.Employe ainsi com-
me le meilleur prsertatU.
Pharmacie
LeeiUMa CaafalubbHI
Laiue, vis-a-tis du Kiosque
postal.
uxdeTet'
Soulije*
sans droduer
.^ Frictionnes Vick
j ^ sur la poitrine.
K Souvent un* ap-
^\ plication suffit.
? VA^oRua
Pour Tout Refroidisstmt*
(
M/M
II
C'est le Vermout i I- p1 , 'jM.-. 'le plus loDiqua ei j
p ir consquent le plus ; '
LE JCINZANO BLANC m ea les plus haute reom
peafae toutes les axpositii us el se vend sur place un
prix des plus raisonnables.
En gros ch?z \. 'I<- MA \VF.\%.
I
Les Disques ODON
sonl resls
Matres de la place.
Di a amies la uuivelle liste.
Iazvr ODeN
J. KAlUYxNY
Angle Graud'Rue A rue Frou.
Gr*nj Cat de France
aV>as la direatiou avis* al iatailigeate 4a Vlnasiaar Praneoia
ra|(li qai aet devsna l'sasoei 4* Moasiear Patriai. I n^on-
laira % c-t tabliasacnaat qai aa "aal. la 6RAND CAFe.
DB PRANCBL uftra a uim^blM al diatiaeus clients, les
consommations les plus Huas, les vins de toutes provenanoes les
plus choisis, Cigiras el Cigarettes, SaaJwdi -, varis, des en
dfiant loute concurrence.
L'accueil le u1u< tyan'liiqie cillilCri a Y.:s '.) CIMUeaJ
ttra-t du Grand Jjl" da Frun^p.
PATKIZI Co. Tiepaeue 3ML
ASSUREZ-VOpS
la
Gnerai Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pertb ( ScotLaul )
Uai la GNEPA1 ( esl une de plut puissantes et des plus va&iea-oigaaisatieas
iv ce genre. Le sol i se co iche jamais sur saa ehatap 'aetiau ^ai embrasse le
noode
Ses Palieaa eant'a iac od ouvraaitfeaesj ie Se Polices peuj automobile eraeraai vols, iaoendie, aielveilia.aee, demmages
causs autrui dans sa eeraanna on dans es bien.
Ses Police M.irilimes mises par ses branches d'Europe sont payables ea Hati.
Set Polices contre aeeidenta'aont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
geurs devraieid donc pre dre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prune annuelle n'tant que de 1/2% soit 20dollars U. '
n
Veuve F. BEi\MINGHAM, Aux Caves
iOLS-._iv\''li
Aient GnrI p< ur Haiti.
i'uit-tfU-i nue. G. GILG
___________J|AN bLAWCHETrmic
Insurance Co
Une des plus tortes, COMPAGNIES
CANADIENNES., d'ASSURANCE
sur la VIE
m -
EUG. Le B0SSE> Co:
Aaents Gnraux
, i
t**
1


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs