Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03858
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 13, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03858

Full Text
Clment Magloire
OlAfiCTfiUll
RUE AMIRICAUM 13
TELEPHONE K*.tt42
(jsaad le no7ui d'eiisteas
seul uilif, la i-vHiiiiitiH ut tsiit I*
musas ei ItlIMH" Beat e 4*1 lad
buo MM wuft uuv |uei.i e
ht au U tlialrutc.
Liieuad ULM0LI,\S
24oie ANNEE N* 7235
port-aij-prini:e:(;haiti )
VENDREDI 15 MARS HM
Heure Crpusculaire l|*aRMwiafe&iA5J^***m^
Le soleil Tenait, gnreux,
!tf nltimes lueurs Ta surface
iiqoite : c'tait la couchant ;
pbebus contribuait la beaut
txebrante de l'heure clasai-
qte ou tout est art qui mer-
veille et blouit. L'heure de la
mditation et de la prire
paenne, moment o ae paie
tus dieux de la Mythologie
lu tribut d'admiration fait de
Sieaaai penaes qui s'lvent
'un autel fervent aux im-
mensits de l'espace. Autour
de la couronne de feu se
groupent, en dsordre, les
couleurs bleu-ple et ros qui
'appartiennent qu'au majes-
tueux ciel indien qui teint ses!
eaux de jaune, de rose et de'!
vert. Les petites embarcations]
lui s'taient loignes le mal
Un revenaient silencieuses, et
apportaient chacune d elles un
Cm plus de vie i la nation,
odis que mer et ciel, en r-
compense i tant d'humilit,
Erodigusient leurs voiles le
m nacr des coquilles et
l'orient polychrome de leurs
perles.
Les eaux plisser s, remues
Cr la presque imperceptible
isede l'a vaut-soir eu tonnent
ne chanson qui berce l'esprit
en mille suavits ; ce sont les
sirnes qui noua endorment
en un repos protond, vaincus
p$r la magie dn spectacle et
exaltent notre fantaisie jus-
qu' nous taire rver i quoi
elles rvent et aimer ce
qu'elles aiment: la libert de
leurs mers.
Ohl le couchant dure peu !
Resplendissements, jeux de
couleurs, beauts souveraines,
uitude, magie, illusion,tout
isparait avec lenteur de
notre vue rassasie de plaisirs,
quand l'empire des ombres
revient de par ses privilg s
ravir la lumire du ciel sa
splendeur... La mer devenait
grise... couleur ta taie des in-
vitables tristesses. Les mon
tagnes allaient, se cachant
derrire elles-mmes pour
s'envelopper des tnbres de
la nuit a la recherche d'un re-
fuge phmre ; elles aussi ont
besoin de rver: elles ont une
me qui a vibi Quelquefois
des loge que fit de leur
beaut la dernire Heine libre
qui lea avait tant aimes,
comme dea filles ternelles de
son royaume sans pareil plus
tard mutil, sans que sou
grand amour ait inspir de la
piti aux durs cousquistado-
res. Torture par cette tris-
tesse infinie des souverain*
qui assisteut l'agonie de leur
peuple, dut mourir l'auguste
potesse ; et dans l'heure cr-
pusculaire quand le jour au*si
expire, l'ombre de la Reine
aime caresse la nostalgie de
ces souvenirs historiques plus
humains que virils, plus mal-
heureux que coupables.
^Un moment de vie me re-
tourna i la ralit: c'tait le
dsordre des dbardeurs du
quai, le grincement des cha-
ne remues et tranes d'un
lieu i un antre par lea formi-
dables grues des vapeurs de
charge, et les ordres du chef
qui commande la section, dur
travail o souvent surgit le
dsaccord ^ntre ceux qui di-
rigent et ceux qu; doivent
obir, bateaux qui partent
pour un long cinglage ; les
sirnes d'acier avec un grand
bruit lanaient leur c adios
franc et aimable leurs com-
pagnons retardataires et la
ville Je Port-au-Prince. Je les
vis partir vaillants, srs et
fermes; un d'entre eux mon-
trait le nom de Bolivar;
t'ombre du grand Libei lador
croisa, rapide; le pont du l-
ger navire aprs avoir parl
une ultime fois au idle smi
Alexandre Ption dant l'ter-
nelle amiti rpond la m-
moire immortelle des deux
fameux hros.
Les ports da toutes les mers
sont l'Arc de-Triomphequela
\ature a lev l'histoire de
tous les temps pour donner
entre aux laits les plus no-
tables oui dterminent une
nouvelle civilisation, aux
hommea les plu hroques,
au retour des vainqueurs et i
la remise des vaincus; il est
impossible de rester long-
lemps prs de la mer sans se
souvenir que l'homme a lut-
t, infatigable, aprs la con-
I qute ou la libeit et que la
cte a toujours t son point
Ide dpart. Il est certain que
ta mer inspire toujours la
pense et le dsir du tau-
deia > iuvitant franchir les
limites du lointain horizon
qui nous indiquent prudem-
ment un terme; et par im-
puissance, nous devons re-
noncer pntrer l'indchif-
frable parce que n'appartient
pas aux mortels la gloire im-
mense de la divinit. Rester
comme avant, c'est notre mi-
srable condition en la vie;
cependant, nous devons au
silence de la Cration ces deux
heures d'intime plaisir, de
doux enchantement, de vrit
suave que diflici enn-nt nous
prouverons de nouveau le
chemin pineux de notre
pauvre existence.
Quand je revins en la cit,
le trau-traiu journalier, les
lumires, les boutiques, les
vhicules, tout me parut d-
testable et ennuyeux, accou
tume comme jetais la p-
uombie contorlable des dou-
ces mditations qui s'attachent
au souvenir des gnrations
mortes.
Alicia AVINS.
( Sept mois en Hati ).
SAT.OV DE BEAUT
Boauty Parlor
Mme Zpur, 1108, avenue
Vilmenay.Bois vVrn."xpeTtr
KjptW^ff *^ iliptome de New Yo'k
fjMJ B* m 41 elle a rsid 10 annes.
1*1 BaT S aT al iii A 14 A Revenue de New York btc
W m 11 I Illl |I un matriel perfectionn,M-
lsfl^;l &w!!>5A"lU 111/ \ des cheveux, le Shampoo. Ii
Ibouclage.les ondulations,tous
les soins du visage, le massai
lectrique ou la main, d'
tO* ', prs les mthodes modernes.
jg. Klle est aussi experte cl lir
i T j tir le teint.enlever les taches
Ult remarquable a g et lea acns-lfaooenre.-
1 Crmes et huiles pour les
soins de la toilette.
Je n tel dames et demoi
[selles,accourea en tuulecbei
(Madame ZEPrlIH pour vous
refaire une beaut dont vous
serez merveilles.
En peu de temps ce
procL..--------,---------m
Ta
conquis de haute lutte g
une renomme des plus &
enviables.
Demandez
| Rhum HENRI Gardre
^*MS_aaft^aaanaBssianaas\^aassasiBtASaanhAahiB^ak ~~^bm asbt.^
toujours le
1

Le Dr Erik Lonard Ekman
Injection
infaillible
A hnse de bl mrgon cl
d'extraits de plantea.Quris m
radicale de la blennorrhagie,
des coulements anciens ou
rcents.Employe aussi coco
rae le meilleur prservalit.
Phsrmacte
LlFBAlff Chevallier
Laine, vira-vis du K'osqus
postal<
ET
les pluies d'Hati
Avis
par le professeur et gographe
Luc Dorsinville.
(")

SOUVENIR
-------1
En ralit il n'y eut a et l que quelques rires...
Philippe STERLIN.
Par ces rires qu'on dut tonner, dea arbitres
D'un got dont s'tslait la neuve vilenie
Voulurent, an brisant avec clat Isa vitre,
Interrompre le fin d'nne crmonie
Imposante qui dans ce parc, aut veux des>itres.
Inaugurait avec une pompe infinie
Le monnaient portant lea c. ndrea runies
D'Alesandre et Jean-Jacque, aims tant de titres.
Blendes perles qui dans l'sir ttes grenes,
Et qu'aux doigts de ces chets l'on svait destines.
Vous nous ltes ce jour par les grces donnes, ;
Et tontes vous ayant lait enchsser, l'histoire
Qui de l'instant qui luit prtend fixer la gloire,
0 rires, vous assure une longue mmoire.
Ufnm G. BRUN.
L'observation Isite propos
de La Selle pourrait tre rp-
te propos de La Hotte, si
celle-ci ne s'levait au-dessus
d'une troite bande de terre
qui, sur les versants sud et
nord, licihte l'arrive jusqu'
la chane de montagnes de la
totalit des vapeurs d'eau mon-
tant des mers environnantes.
La rgion des Cayes est plus
arrose que celle de Jrmie,
parce que le vent souillant or-
dinairement avec plus de vio-
lence du c. de Jrmie, les
nuages s'amonclent avec plus
de facilit sur le versant sud
que sur le versant nord de la
Hotte, de la uae plus grande
Irequence de pluie du ct des
Cayes. Mais, empressons-nous
le remarquer qu il n'en est pas
de mme Aquin, situ pour-
tant sur le versant sud et
quelques lieues des Cayes.
L/eioignement des hautes mon-
tagnes et les directions que
suivent tes vents dans cette
localit sont les seules causes
de cette anomalie I
I Quant La Selle, elle n'est
mieux arrose sur le versant
sud-( dans la rgion de Jacmel
principalement que sur le
versant nord parce qu'elle re-
oit directement, de ce ct, le
vent numide qui balaye rgu-
lirement la mer des Carabes
et que lacondensalion se lait,
par consquent, normalement
je ce ct.
Remarquons en outre que le
Dr Ekman s'est gslement
etonn que la rgion de Mire-
balaia reoive la plus lorte chu-
te de pluie, dans toute la R-
publique d Hati... Je ne lui en
voudrai pas, parce qu'il n a ja-
mais usurp lui-mme le titre
de gographe. Je lai dj dit ;
il n est que botaniste et la pro-
Rouge* et l'ouest par le mor-
ne (tes Orangers ; entre ces
mornes des valles par o se
prcipitent les vents I
Vers le nord-Ouest ce pla-
teau de Mirebalais qui (orme
une vraie cuvette se coutmue
par celle de Saut d'Eau ou de
Ville Bonheur de 280 mtres
d'altitude. Les montagnes qui
bordent ces deux cuvettes bri-
sent et arrtent les vents.
C'est ^mrae pourquoi il tait
trs chaud Saut d Eau en t,
en dpit de 1 lvation des
lienx t
D'o condensation rapide al
prcipitation intensive I
Les donnes scieiititiques mil-
le lois farines trouvent donc
Mirebalais leur application et
ne laissent pas de place a une
thorie nouvelle, tausse du
reste.
Mais si j'avais besoin d'un
supplment d argument, je le
trouverais l'Ile de la Gonve
elle-mme qua visite le bot?.
msir l'.kma ..Ls cles Est et
nord-est sont plus desse bes
que les autres et les pallies
ouest et nord ouest de I lie sont
mieux arroses que les sud et
sud'est, parce qu'aprs avoir
abandonn son humidit
sur le versant nord du Puil
bureau ( Ifassil du Nui d) le
vent aliz inflchit vers la plaine
des Gonaives,o,aprsavoir tr-
l les montagnes du nord-Ouest
i au-dessus desquelles il a a mon
' cel son trsor de vapeur d'eau
il s'eogoufire dans la mme
plaine des Gooaives, cet aliz
devient trs sec et partant trs
desschant, puis coutt tr pp. r
violemment, quelquelois durant
plus de quinze |ours cons-
cu ils, les ctes nord et nord
est de la Go .ve. Alors' dans
le canal dit du nord ou de
bit naturelle qui le carat ter i- { Saint-Marc, c'est le Nord, sui-
sait l'emotherait toujours de vant le langage du marin. Au-
cun voilier de laible tonnage ne
sait l'empcherait touj
revendiquer quoi que ce soit
qui ne soit de son apanage.
' On lai a arbitrairement attri-
bu une qualit qn'il ne recher-
chait pas et c'est ce sujet que
son ombre s dsvoir dj lanc
le grand;clat de rire joyei.i des
Scandinaves dans le Wa.lhala.
a chacun son mtier !... La
Bonhomme n'a jamais tant rai-
son. Le Mirebalais est un car-
refour de valles qui s'ouvrent
sur un plateau torienuent ma-
melonn de 3 a 350 mtres d'al-
titude I ce plateau est bord an
I" nord et l'est par le morne
d'Hati ou morne-a-Tonuerre
au sud par le emotsu--Terre-
peut plus voguer de l'Ile impa-
vide vers les Gonaives, Saint-
Marc ou l'Arcahaie. Sur les r-
cils-barrires de la Gonave la
mer mugit, gronde et gicle
*n lune ; sur les cotes, le vent
hurle sauvagement entre les
branches des arbres, les ploie
ou les brise. Dans les villages,
il taut tenir les portes des
chaumires constamment ter-
nies, parce que le sable sou-
lev ou la pouire envahit
leau potable desjaires, le pot
au leu, ou s'tale en Souverain-
autocrate sur la couche de nuit,
fendant ce temps le canal dn
Voulez-vons voyager pour
Santo-Domiogo ?
Lantomobue de a Poste
p;rt tr six heures du matin. Profilez
en
Ache'ez voire ticket
1" IOTEL BSPAN4
Rue des Iliraclee.No 121
a I elatfe du Syndicat les
Agents de change.
l'hene : 3398.
U r;05 A!.C1EIU ET II KK CfRUQ .
INJECTION PEYra
D'ALGER
i
DRAGES PEYRARDn'l
Ourinmmitt la
BLENNORRAGIE
TOIT PHAI" ACI S
Sfcuitta MTRW. i. n: t> GnMlll PK.!'.
* mur..... mu iwjarma*
;
Sud ou de Ltagane iou'! a"u'1
ealme pr sque splat i la vent
n'y est qu'au pauvre surot /
Lorvqu'enfl ,' ligu.a/eeorpa lui
faisan* mal > rom p fi|' i"s,i
laire, les bonhomme Nord >
tombe de lassitud- et dort, <>i
vo't se tormer eu-deseuj 'In
Lofoou de 700 mtres en-
viron d'sltitude, au centre, r!
au-dessus de uLa Baleine corn
munment appele Dh ileine. de
ios M mgle el il<- (i and Vi le
respectivement situs l'Ouest,
;iu nord-ouest et au sud-ouest,
on voit, dif-je, se lormer de
i uitent bientt en pluies torren-
i elles sur ces lieux de prdilec-
tion
Le Docteur C. Pressoir a cer-
tainement compris maintenant
1" rrenr du Dr Enk Lonard
I.Lin n |
A|outerai je toutelois que les
grands arbres des lorts de
Grand-Vide, de Gros-Man^le et
de Dbaleine puent toujours
leut' rle naturel, eu fixant la
vapeur due l'vaporation des
eaux de la surlace de la mer en-
vironnante. Ce phnomne se
renouvellera rgulirement dans
le cours de quelques nou-
velles annes, mais aprs ? ...
Je ne crois pas, p; rce'que l'E'at
ne s'intresse pa i l'Ile et p -
met aux paysans ignorants de
briser constammt nt les lorts,
en se lanant la recherche de
terres plus fraches. Ifesl le rgi*
me sous Itqu I vu Isngutaaam
meut cette te-re malheureuse
qui le vent ainsi el il laut une
lois de piu. pleurer avec moi
>nr les richesses an peidiiiou de
1 liupjVidi Goi avo.
... a vu un de nos amis faire
la blague suivante quelqu'un
qui Usai* puisiblement un mar-
nai : Il se pencha vers le lec-
teur stu lieux, et an tuyau de
l'oreille, lui murmura, fausse-
ment eray :
Avez-vous vu Bont?
<"Lho'n ne perdit contenance
immdiatement, chancela, se
gratta la tte, eut un rire jeune
et a la question rpondit par
une autre question :
Pourquoi me cherche-t-il ?
Co nme l'autre clsta de rire,
il dfvma la blague at immdia-
tement alors prit la tte d'un
homme qui n'avait pas t tou-
ch par la plaisanterie, n'ayant
i in ii. -cliqua dmler avec
h Police.
...a |et un de sp regards sur
une brouille qui divisait, l'A-
venu-? N'. deux gesses en bas
naa son camarade en ces ter-
mes:
Si tu continues, je porte
plainte ton papa. Et tu sais
avec quelle nergie il te resserra.
Mais, calme, l'enfant rpondit
son interlocuteur:
Qu'est-ce que cela pourrait
faire? l'apa ne bat-il pas ma-
man presque chaque jaur?
Mi! nos enfants...

... voit que continue, toujours
I iCiu-Tsldy, le mange de
la jolie jeune fille qui vient ou
cin avant son flirt et lui r-
serve un fauteuil prs d'elle.
Mais au lieu de mettre, comme
par la .>.%. son sac main
ou so'i rlvirpe sur le lanteuil
rserv, elle y place carrme t
; sur qui s clipse ds qa'an i-
v' |p jeuie mnage. Comme >i
Notre (Ei l qui voit tout ne ver-
rait pis ce petit changement
(bus la str.iigie amoureuse le
la belle jeune fille!


... voit que, contrairement
ci' que taissient entendre quel-
ques lueurs naturellement in-
tirsss. les masques ne sont
ns sortis pour Is nv-carme.
l-.ii I usant courir lebrnit qu'ils
allaient sortir, ils espraient
i linemenl renouveler le coup
du mercredi-gras qui consiste,
connue on le sait, dans le fait
qu'ils ont lait circuler La nou-
velle que le Prsident del li-
publique qui l'avait refuse pour
le n.- lliiiirn, avait donn
l'autorisation aux mardi-gradda
Porl-au-Prince de bambiler le
mercredi des Cendres. Ce qui,
une fois, a russi, ne russit,
pas forcment l'au're loin.
Et c'est tant mieux. En tait
de carnaval il n'y a que le bal
travesti du Club-Union et ce-
lui qui se donne samedi au
Cercle de Fulit-Gove .

*
... voit que jusqu'ici l'affaire
du crdit d'un million quatre
cents mille gourdes n'est pas
effectivement rgle. Puisque,
d'aprs ce que nous savon,
I Ingnieur Duncan, Chef de la
D.G. T. P., s'est rendu eux ides
du Ministre Thoby,pourquoi ne
coinnience-t-on pas immdiate-
ment les travaux et aux quatre
coins de la Mpublique? Ce qui
ferait circuler dans 'ont le peu-
ple quelques gourdes et, par
consquent, attnuerait la mi-
sre qui partout treint lea Ha-
tiens.
... a vu s'snter devant le fac-
teur de dix heures du matin
une petite dominicsine, yeux
couleur d'eauf visage couleur
pche en maturit, et des che-
veux o tou'e la nuit tropicale
a t prise au pige. Elle ques-
tionna en ui crole hsitant
l'homme de la poste. Il n'avait
rien son adresse. Elle s'en
alla, comme crase par cette
rponse. Longtemps, elle re-
garda s'en aller de sa dmarche
rgulire, pareille celle du
Dm i i,1 homme e plac sou d- ruier e*poir et qui,
. comme le Desliu lui-mme, ne
lai avait rien apport,


PV13
\M MATIN-- iS MMtt
'
1931

\J \.%J'jlJ
(jrniid
kclcr
combat le.rhumatisme
URODONAL ne'.t ; i rein,
ltv le foie et le articula-
tions. Il MMUpitt le artie
t vite l'ob.it.
Nvralgies
Gravelle
Artrio- Sclrose
Obsit
JUMlmminn chtelain
| pMintuMur* asi //<)/'" " as /''""ii
1S GRANDS n
*, tu, ru Valoncu , l'.Uw>
* et toulu piuri. .'>.
!7> Il
f .1' au il jvui Hitler, i
iw -.iui'ii lenlr eontii i
Sol\.1lll il iiiii'ii i..i'i' I" -|>. I I 1 I
i g rh i M ''" (viiloui, in 01 iM
inii.ijhiii'- dei ptroia i(ifiiu qu'il klour*
iiirn iIoh tum<|U"t rnvuliiri- '< -
ru-Ile <|u il inrrutfi' du ilrrin" i|u il ri*.
I- tir ruiMiK do, lvi-o!i's pvtlMiiairt*M iwi
'ii'iiicni ihtk'iix i|u il mprrgnr. D'M l'aa
otl i.i inuiUaUrltdXfeU blnUi -i.ii.nii du Mv.iyp -nul i-Nuinc H coiinilo Uni dlndrollaiM
Ihrapouliqura, 0U " U pu wjli^foiu ta
dl i r, iV i Mtaux ; il ne wnbU plu.'
I le I noire traque, d'en iiuvonnaitro
l il i u coulrMer la valniir.
H' mun,
it lu h'iiriltr Ar H.i(/.m.
ra.l ilr m.M 10 n... lOM
Arl iMiri.nMiUik.' IWt
CORRESPONDANCE
Jacmel, le 10 Mare 1931.
MoDS'Clir ('UMINT Mai.i.oiiu.,
Directeur du Journal La Matin
' 135S, Rue Amricaine
Port nu-l'rince.
^Mnionaieor le Directenr,
rer.ent admirateur de votre
iuti essaiit quotidien, je liens
A >* rpuliition lgitime de
loyaut, comme A !a mienne.
J'ai vu avec une relle douleur
que dam l'ai ticle p ru sous la
fabrique l.c Ministre de
riat'.icur pris partit" ,
qutl ues ei reura i e tout glis-
ses. Je vous en deu amie bien
panl' n, mais, vous me per-
meltuz de vous apprendre,
Monsieur le Directeur, que
Biion et Ikaulieu u'onl pas
' i:rf !f fui:rllonntmi 'il RADIO CONCERT, STATIOIU. Il
Part-ai l'riaee, iUli
i
-------o------
Vendredi Vi mars !9ff,
PROGRAMME
8.00 p. m. Orchestre de la
Musiqie lu Palais. (Sou la di-
rection du Lieut. I,uc Jn-Bap-
lista).
1. Retoar des Strie, Marcha.
'2. Srnade des Anges.
3, Cavatine le Barbier de Se-
ville. Solo de Cornet.
LMyDear. Va!e.
5 Tha Weddlng of lha P.in-
led Doll.
8, Von Wheia Meanl tor Me,
Fox Trol.
7. 20 100 20 coeurs, Meringue.
8.30J) m. Leclme par l'Ofli
et u Conseiller Financier.
8.40 p. m. Sleclionade chant
tait la grve,tant durant celle par Mlle Carmen Tarniar. Ac-
piiode de rnovation brol- compagoemenl de piano par VI.
a ne, employe au service d hy- Eric Timmer.
ojne l< L'Ombre du Pass.
Comment comprendre, di-: 2. Stances Ninon (Rcitation
lesvous. qu'un Jacmlien N'H- Camille).
, M 8.50 i) m Monologua crole
puisse .sen prenilie a un autic :, v ..
v ', par ru nu Youlle.
porce que Bimplemenl rMrifia Retoanin".
ii 50 p. in. Solo de clarinette
par le Lient. Luc Jn-Baptiste.
( Accotoeagoemenl d^ piano par
Mme M. Morgan.
1. ''as de Deux, aolo de C. S. [
Thornton.
| 2. Auld Sang Syne.
I ds W. M. Slolbe.
tout
cet autre eat membre d'un
gouvernement qui u est pas le
gtiuveineiiienl qu'il avait d
su avoir? Erreur, troia lois
erreur, MM. Tuiuier.tieaulicu
et Biron. dans la plue parfaite
harmonie ont lait campagne,
autour du mme candidat la
E rsidence et out eu le rare
iuIuui de voii leur rve
commua se raliser. Ces tal-
ressunts citoyens ne se Boni
brouilles < unpi. i i .. Beaulieu pitea 1
(| nr Monsieur Turuier l'aurai! I
empch d arriver une si-
Uatiou.
Ce n'est connue vous le
vjyez, Monsieur le Directeur,
qu'une petite querelle de J.i-
nille, il n'est pas jusie qu\ i
lui donne une plus gianw'e
&rle. Je vous prie d'agrer,
onaieur le Directeur, lex
pression de mes seulinients
trs distingus. ^_,
EnuAiii) ETIENNE.
L Ruisseau **
attana, dimanche
Le Kuisseau , giand dira
romantique d aprs la clbre
pice de Pierre Wolt.
Si le ruisseau charrie tout
pour aboutir l'gol, il arrive
parfois qu'une petite fleur y
tombe, jets \, par ou ne sail
qui et trop souvent, hias, psr-
sonne r.'ist l pour la redrea er
aur sa tige t lui rendre la vie.
Cette image est toute la vie,
particulirement celle des gran-
des Cits o la nmere doie est
si poignsnte, l'hoiizon si sora
bre.
Admirablement interprt
par Louise Laareoge & Lu-
cien Oalsact ce film sensation
nel de H. Bervil est appel
connatre ici un succs sembla-
ble celui qu'il a connu dans
toutes les salles qui l'ont projet.
0 ga Day est dcidment la
coquette voluptueuse et fantas-
que que nous connaissons ausai,
Flix Oudan, Tony d'Algy et
Andr Nicolle compltent trs
heureusement cette distribution
de premier ordre.
Les Sporls
Parc Loconte
La le marna qui fimi a l
fertile en vnements sportif a
digues de retenir I attention du
public; nous allons essayer d'en
dgager tout le pioflt pour l'U.
S S. H. et aussi stigmatiser le
geste de cea jeunes gens dont
labsence a entran la dfaite
de l'Equipe du Dragon . L*
lecteur comprendra aisment
qu'il s'agit ici du <> onze qui
dtendit brillamment Us cou
leurs nationales, souilles deux
jours avant. Mprenons le fil de
nos ides : les journaux de la
attmaine rapportent qua les
moins dt quinze ans se grou
peut pour apporter aux sports
Ces qu'on an avait espra.L'orchestre
COMPAGNIE EUROPENNE
Aujourdhui vendredi (Ghamp-de-Mars)
A 8 heures et demie du soir,
DBUT EXTRAORDINAIRE
DE LA TROUPE
La premire compaqnie parlant le fran-
ais qui v site le pays.
Un Jaz extraordinaire faisant partie
de la troupe.
Ce Cirque s'inauqure ici et la reprsen-
tation de ce soir est la premire qu elle
offre.
PRIX DES PLACES:
LOGES de 4 chaises
Places rserves
Chaises
Gradins

(Enfants)
Or 4.80
0.80
0.60
0.30
0.20
fantaisie
Comme on le remarque, les prix sont
la porte de toutes les bourses.
Propos
cachets
o
c'el la
*,Le Monde
Di'cs Avant-hier ts<
aaorle aux Cayei kadame
Paul korpeau, ue Ztlmie
liuaud, ge de 80 an*. ;
Les KiDraillesSont ea lieu
hier en l'Eglise des Caves
"Noua envoyons Dosaincres
condoleat ce aux latnillea
prouves par ce deuil
particulirement notre on
Me Moi.-Mil IlorpeaOt doit
|a dfunte tait a bellc-soeui.
tait de tout pramlar onlre.il est tout
naturel qu'on ait dans jusqu'au joar.
A l'taga laacplui i/c ooarantaa.poar
se consoler cTavolr t et de ntre
)lus. N'taient groups, qui pour un
>ridge,qai pour une tbtea et les ba-
farda pour parler politique.
La Praidant dn cercle,visiblement
bauroax, Dilaail avac Mme Magloira
les honneurs du salon nui invits...
et mme il poussa la courtoisie jua-
qa' fhtra honnenr au fox-trot et au
cbarlestoa. Remarqu dans l'assis-
tance qaalqn'un dguis an champ de
giraumona... c'tait d'un apritif trs
ruaai... et d'un bucolique fort senti-
mental...
Remarqu Celris..dguis en RHl'M
SARTRE CACHET D'OR... Il faillit
se repentir de son imprudence, car a
un momeul donn... il se vit entour
de verras menhanta... et sur le point
d'tre bn u soda... (irAce l'nergi-
(iue intervention lu Prsidant du
i 11. le. les choses Unirent par se cal
nier... mais tout le mme. M. Celcis.
quelle drle d'ide que celle d'aller
provoquer la soif des gens...atde B*ei-
POSar tre... dgust !
i?
le
atif
eau
Estomac surch g? Soulagez
im mdia ictnent Prenez ce
doux et rafrachiaeanf dans d
rroide ou tide.
ENOS-FkUIT SALT-
.
cocit. L union fait la force,
cette dnomi lation est sigruti
caiive 1 ces tout jeune-, nom
mes n'ont peut-tre pas compri*
la p irte de ce mot qu'ils on
jet dans les dbats sportifs
actuels. L'union lait la force.
Four sauver l'U.S.S. H. du pril
qui la guette il faut l'union qui
fortifie, annihile les dissenti-
ments striles.
beaucoup de clubs dit
un communiqu de la semaine,
se sont organiss et d autres en
voie de se constituer sous le
signe du Comit de Rorgani-
sa ion d. U S. S. H. et cenains
sprita mfleihia, chagrins du
prolo.id changement op-r dai.s
le cadrt spoiui, diront quil or-
ganise seulement des malt hes
tandis que l'on i si loin de I.
HaorgamsaUon de l'U. S. S. H.
A i... d z, chei s anus, palienct
et longueur de temps font plus
que violence w, que pensez vous
de la tu m.i mu du Club des
Vtrans ? Ne serai'-ce pas i un
indice de la puissance de l'ac
ion coQslructiva du Comit?
L'tat actuel du Parc Leconle
devrait vous taire rgchir avant
de voua jeter dans l'aventure
des critiques iolresses dont
le but u i napperait personne.
Nous vous demandons d'as-
siatar le Comit de vos consei s
salatairaa durant ce le pnode
de transition, car il vous stra
fLc Purgatif idal
PILULE
147, Rue du Faub. St-Danis, Paris
Facile prendre,
Ne ncesjitant aucun pre'paratif,
elle ne provoque jamais de dgot.
Supprimant ta diite,
clb ne dbilite pas le malade.
N'exigeant pa, de repo, a la chambre,
elle ce caus; aucune perle de temps.
Plug clive que tout Ire liimlauree,
c!!e est, par consquent, cj< tus chre.
^
( rLRC'.TrVE, 2 a 3 PiluU*
1 laxatif, i r;iui
parler ofliciellement dans quel-
I" ques semaines encore. Pa-
tientez,nous sommes en mesure
d'aflirmer que le Comit de R-
organisation soupire aprs le
moment de l'efiaear en excutant
a dernire parti? de son projet:
lec'ion du comit dfinitif d<
U S S H i) -|i des clubs s.
mettent en rapport avec le Co
mit,en vue de la prochaine
onvocat'on de l'assemble g
'i*raleeVs dlguas pour l'lec-
on du comi'que voudriez-
vous de plus%?
Sur ce chapitre, nous sommes
quiets et pouvons dire qui
veut l'entendre que nous ne vou-
'ons coin' nous terniser a la
tire on gnral*- de l'U.S S H.
La tcheest diticile.nous l'avons
bravement paule, et accompli
notre;devoir; aous peu d'autres
noas;.remplaceront et souhai-
tons de tout coeur qu'ils n'aient
rien a se reprocher. Nous vien-
drons nrochainement sur k
fiasco du match de dimanche
En attendant, clubs inscrivez-
vous au a Pare-Leeooiaa pour
le prochain championnat.
.._ ..-------...-----,----. ., ...., un* | iv j... ... iiiwii^iuiimiiI.
donne peut-eire i occasion de Vienne le championnat !F. H.
CE SOIK
CARMEN
(FIN)
Candio & Papayoute
Dans leurs dernires crations et chansons indites.Entre: 1Q.
DEMAIN SOIK
Gala Spcial en l bo neur de la Femme Hatienne.
Confrence par le Prolesseur Dr Om. Lind :
Aoerus sur la Femme et l Amour dans l'Inde.
Entre : 1 dt 2 G.
DIMANCHE A 8 HEURES
SPARTAGUS
CE SOIR
Pour la dernire lois le'Merveiilenx Film:^*?
LA DANSEUSE
ORCHIDE
Avac Louise'Lagrange dans aea Danses "en couleurs et le.bei se-
leur Ricardo|Cortez. Mise en scne luxueuse. Dcors teriqoaa
Enre.lOO; Bdcon:200.
DIMANCHE SOIR A 8 HEURES
Un film sensationnnel et dramatique d'aprs la clbre pice dl
Pierre Wolt
LE RUISSEAU J
Interprt admirablement par : Louise Lagrange, Lucieu Dalsat*
et la coquette et lantasque Olga Day.
Entr? : 2, a, 4 gourdes.

Le Hliuiii I larbaiicouri
Dont la rearaiiie est universelle a gard aa premire place
Dtnn.r.utz pertout :
UN BARBANCOURT
Pf^'itlue^es" >%
r


LE MATIN- 13 MABS MM
PAGC S
Le meilleur
Est maintenant fabriqu par la Distillerie
de l'Aiale Port-au-Prince.
En vente au Dpt de la Distillerie, an-
ale es rues Dants Destouches etMaa-
sin de l'tat.
GPOS & DTAIL.
Prix de dtail: G. 1,50 la deiti bouteille
de G. 2,50 la bouteille.
M. FONTAINE
Reprsentants :
Saint Marc, H. DESCHAMPS Cap Hatien. Michel GIORQ .M- Jacmel, Pascal A. BRUH
Au Cirque
KELER
Monsieur Artaro Perei, pro-
pritaire da Cirque heler, est
passe hier malin en not bu-
reaux pour nous prier de l'ex-
cuser sspi es du public et da
hnforrasr que le temps ayant
manqu la troupe pour mon-
ter la lenie f i taire 1rs prpa
r-tifs nect*saires,eile n'a pas pu
dbuter hier soir.
A ie soir dou, sous ia lente
du Champ de M-r*,o l'on pas-
sera des heures agrantes.
MAO
i

yiMS
Da*> > fli>i< *r- Snp i, I-. drflnUI^_fer
rtmgO do UOImS y.,. .,.. mum tue*ibf mm*.
Cjilmt iiist:intanoinpn '* aoniervaMefidaa 4eBla
Chaque botte contient le l'ohtunMIoi ri 1 | li. Seul, Ir Doum. Timttirf Mirln tnr le nrrf dentaire ileliiilllvement. ! *e
BAUME TUE-NERF Ml RIO A
[akeratolr* du Docteur QIRAUD, l'hurnin. I ;< 8. Rua Dolet. LTOK-OVLXIMS |Sas
Dopoi Port-ftu-Priao* : rhanaecia IH.CS.
Avis
Panama Railroad Stamship Linc
Service de fret et de passaqers enlie
NEW-YORKC1TYN. V. CMM'OBAL. ANAi /ONt et les PQBTSdela COTE
OPESTde lAMjiRIOUE du SUD
Plos rapide et le plus diiecl ser\ tee de transport de passagers etdu tri. entra Haiti
\ Its ports Europens vis Viw-Yord et Cristobal, Canal/one. Isthme de Panama
Voici la liste d( no sperlspour h s principaux ports de l'Europe :
Anyietittiej BOOM* France
Un. g. V. SHELPON TIip ullosimi nu tir Agents al p> nripat ports id Lurop*- :
N(.| AND SCOTLaND IHA\< E.
Mess s'.. W. SHt i DON $ Co.,
17 J mes Street Lnerpool, EogJan
In rance, Messrs^G. W Sbeldoo &C represeiiteddby the l >w n 11 r ms
OniiBiHjiiir des Chemins se Fer
de la Plaise du Cul de Sae.
MM. les acli(nnaires de la
Compagnie sont convoqus en
assemble gnrale ordinaire
au bureau de lu rompasnie-,
Port au Prince ( Hati ). le
lundi 18 mai 1931, 9 hres
du matin.
Or lie du jour :
1. Lecture du procs -
verbal de Iassemble prc-
dente ;
2. Rapnorls du Conseil
d'Administr ion et pisenta-
liou des comptes.
3. Election du Conseil
d'Administration ;
4 A llaires COOrai tes
Port au Prince, le 12^mars
1931.
Le Conseil d'Administration.
Pourlabeaut
DE LA
VU kJBm i *
te* dlicats
des b?^nclaas
il tout donnai du Cou Aon Ouirt
fiqoe par SMSSSg eee
VOIES RESPIRAIT
RHUMES THOUX
BRONCHITES CATAUUU9
Affections d lai
et det Poumoni
combnnua avec laieai pm fel
11
Estai u w-itsUe r.oimou:inroT **w
f t-f mai* .rrm. egarUaj ruaswrB celle et V
niabU C*. I* nos* Garpol insawlaW
.. ^ SBNBSSlfcrM ( * xignatmrt e* fW#s fMhm etfav
V. i, -f,v tt m 't's. asnsi qua rasasse i Misas s
HUJU. IV, rjejaoub. Puis.
Iliiiijill i||||i|i|i|||
illHiin
-'- .

Glelatly Hknki.v &Co
21 Rue d' la \\< publique
llarsailli s
IliRNU ERON& . I M.
53 Quai 6e rge V.
Havre
iIebnu Peron S: Co.. Ltd.
Rue du Mord in Vaneor,
Boulorae sur Mer.
Mettra E. A. Bbndix & Co
21 Allengade, *Copepbaget.
Oslo. Noi way.
Inlei nstii nal
Spediti O.|o.
MM.Atlantic Prkioht Corp'n
Ballinhuis, Ha nbupg 1.
Germa ny
Messus Atlanti : Freight
Corporation
Germany
MessrsJ stlantic Kreingiit
Corp'n.,
24 "Quai Jordaens,
Antwerps, Belgium
Hbrn Peron & C'-Ltd
95 Pue des v'arii
Paris.
Herno Peron Si Co Ltd.,
Une D.iiikerque.
,'Iehnu Peron & Co Ltd.,
9 tiae Roy,
Bordeaux.
Gbmob, Italy.
Ifessrs Hbnr '.o~. & ^lbucm
Piazza S Matji ().\'o lCenop
COTTENBURO. S\VEi>i N.
Noinsk Express,
Cothenburg,
Messrs Atlantic Freight
Corp'n.
Kon Firnian'em 3,
Rotterdam Holland
Messrs Steimann & Co.
Suivez les traces de Gladys
May, actrice pleine d'entrain
dan'Sfluglin Som dethlaba-
ma* qi'i du qu'elle a trouve
C Exe lento la plus dlicieuse
pommade pour les cheveux
quelle ait jamais employe
L'EXEj tMO
La Pommade de Quinine
est la pommade authentique;
elle atteint les racines des che-
veux et aonne un brillant na- )
turel qui demeure.
Elle arrte la dmangeaison
du cuir chevelu et rend les che
veux doux et soupirs. ') 3 '
hn vente dans toutes [les
pharmacies. Seulement pour por[9
0,30 centimes par poste directe-
ment.
DBS HORIZONS NOUVEAUX
DES horizons nouveaux s'ouvrent h l'homme
qui de l'argent. Avec $1,000 conomiss
et dpose en banque, vous pouvez envisager
l'avenir avee confiance. Commencez ds main-
tenant pargner an suivant uns dee mthodes
ei-deeeouat
91,000 en quatre ana, proviennent de SMS.I4
en nrminenti habooinadeirca de M-B
SJ ,000 n troie an*, proviennent de *'*?> M en
vereemente hebdomedairee de $6. U
St.OOO en deuz ene, proviennent de S970.1S en
vereemente hebdomedairee de 99.M
, La Banque Royale
du Canada
... -^.-.
ALUMINUM LINE
New Orlans and Mobile to ort au Prince Southsd
Hatiens Out porta Santo Domingo and Srfacaraibo,
IArlriito Mdicine Coupsay
Atlanta. Gt-oryia, I S.A.
Agents demands pour tous
March Shillings
Aprii Shillings May SailliogB
pays.
NfwOrlans, Louitiana
Mobile Alabitma
Porl-au-f rini-p, Hati
Aux Caya, Haiti
Jacmel. Haiti

H?' ._______*_____~e- Santo-Dominu > Cily R I). Due pr 8
kentez pour renseignements ^n Pt.dr.-fKM;lcoyris MiI).|)l!C pr ,
ToittM les Po'icps
DE LA

Avis de dpart
Les dpches pour New-
York et l'Europe ( via New
York direct ) par le steamer
i Flora seront termes ven-
dredi 13 du courant.
Port au Priuce, le 11 mars
1931.
comprennent la Protection contre la
m Foudre sans auqmentation de tau>
JJ>fiimCo
ne
Agents Gnraux
rail mm mi mi.....i' -^mm^mmwmmimw:
Colombian
Steamship
Company l
Le sieamer (Bolivar"parti
de New-York^le 7 mars crt.
pour Gonalves et St Marc est
attendu ici le 14 courant. Il
repartira le mme jour di-
rectement pour les ports ds
la Colombie et Cristobal Ca-
nal Zone, prenant trt et
passagers.
Port-au-Prince, le 11 mars
1931.
Colombian Steamship Co Inc.
6EBARA av Co. Agents.
Snill Mur '24 Apr 21 May 19
Saiis lar 16 Apr 'U My ^1
Oui' Ap< 2 A'>r 80 May 2t
Dus pi 4 May 2 May 3
Due Anr G Mat 1 June 1
8 May (J dune 2
!) \Iiiy 7 .lune 7
Macara;bo. Vcinziiela Due pi 12 May 10 -lune 7
New Orlans Vnd Mobile To Port au rince Nortuside
Hatien Ootporta San'o Domingo and Macaraibo.
Ports March Saillings Apr il Saillingi Msy shillings
Mir 10 Apr 7 May 5
Mu- 12 Apr 7 May 7
',, r 19 Apr IH May 14
Mar 21 api 18 May 1G
Mar 22 pr 19 May 17
pr 21 May 19
aprii May 20
at 25 May 23
w^ .
New-Orlans, Lmiisiana Siils
Mabde, Abbama Suis
Port au Prince, Haiti Dur
Cap-H iiien, Haiii Due
Puerto Plata, R. D D le
San Pedro de M a cor il R I) Mar 24
Sanii) I) m ngn City.R D ne Mai 25
M^sarailx.', Ytinauala Duc Mar28
Aluminum Line.
Port au Prince, ! \S Miisl9.il.
A. DEMATTEISA Co-
Agtntt Gnraux.
Id
Ml

29
ALIX
a n nes
HIiiiiu
ROY
de succs.
sst
ei'Si
/. oeEe
Most>
Hatiennes
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
tlphone ; 26&)
>

**
' *


1
Vendredi
13 Mars 1931
Le Matin
4! PAGES
24emt ANMB ff
Port-a-Prme
TMohMc : 2Mfi
RWMMtfH
vv
*3P
l're le budget
de mes pneumatiques \
?
A cette Question, que tous les Propritaires d'Automobiles se posent
jours-ci, la RPONSE est celle-ci:
QUIPEZ VOTRE VOITURE OU CAMION AVEC DES PNEUS
Anitm^n uil.l/HW11""'
ces
(
u
:-:,


< .
i* \ .-' /'WWW.-
mk ."
' M '"
g
r*:-***
'*.
!-d
.'..

." TMi PLAT1 (.-LASI TIST fttmng iki. 6#) /' tgsmii a* r>4 iwi i** *. # #f ** ***#* *rfr
iaarf 7"*# ^*f ">** ;**' thm mf i>tm-i-; Aiwrftm tin tk*tf+dp m/t'y bk*t grtf i grmmd, #
TOUS
CES AVANTAGES SONT RUNIS DANS LES PNEUS ET CHAMBRES'
GOODRICH SILVERTOWN
les meilleurs en fin de compte
HATIAN MOTORS S. A.
Distributeurs.
5)
PORT-AU-PRINCE
TLPHONE 2379.

(
linza
r
fi
,.
il
j
C'est te Vermout le pi i >Un o> Ique e
Itf consquent le j i
LE CINZANO BLANC m Mu* toute* retoa
penses toutes les expotiU i. el se rend sur place ui
pi ix des plus raisonnables.
En fwcbei A. 4t MATTEIS.
I ..(.'M
VITTE
GRANDE SOURCE
VOSOES
(Franea)
ACTION LECTIVB SUR L REIN
Cure complte de l'ARTHRITISME
Saison du 20 Mai a 25 Septembre
COURSES TMMI OOLF POlO THATRF. OAJHM&
PARO SPOIAL POUR LES ENFANTS ^
Trains direct : PAHM Inro de l'Kss> VMTMi
En ronti tUns les principal! !]..- t tilM, Drosv-Tfwi et M (or s d'.*.".-^i:?*. "
Grand Caf de France
Siis la direction avise et inteltigeate de Monetenr Praneois
i'tldi qui et* devenu l'amoci de Monaienr Patrie*, le proori*-
isirrd* cet tablissement qai n'a oa d'gal, le GRAND CAPA
DE FRANCE, offre i aes ainnbles at diatingai* eii-ots, U
'onsomrnttions les plus fines, las vias de toutes proven iMM la
ulns choisi. Cigares el CigretL, Sandwich*., varis, de* aria
dfiant toute concurrence
L'accueil le olu* sy n nttiiq i co tiiasrai tre le jUU*t
trait du Grand '.jf He France.
PATR1X A Co.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotl nd )
ISir la (KNEPAl. s es! une de: plut poiuanlM et dis pins wultt nrylailian
ie ce genre. Le soleil ne M couche jamais sar son champ faction qui embranae i-
Blonde
Ses Polices "contre in < ouvn issi les dbats occasionus pur la "toutfre.
Ses Polices poui Automobiles couvrent ^jIs, incendie, malveillance, dommng*,*
causs autrui dans sa peraonoe ou Iaps ses bi.-ns.
Ses Polices Mpritimes mises par ses branche!"d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidentsisont valables dans Innivers entier. Tous les voya-
geurs devraient donc pien Ire la pjrecaul n de se aiumr d'une police contre accidents
a"au moiv.' 4000 dollars, la prime auuuellc ueiant que de 1/2 / soit 20 dollars U. C,
Veuve F. BERMINCiHAM. Aux Caves
fcOu&i.tiENA'*
~>
" (jnr i- Haiti.
i'on-u-i'iince. ij. i,ILG
JEAN L\.\GHfa>taic
I
Insurance Co
Une des : plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux'
%.
^L


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs