Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03857
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 12, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03857

Full Text
dment Magloire
01RBCTEU1I
BB, RUE AMUUCAUIU' 1968
TELfiPHONB IP.2M2
-Htm ANNfctt N* 7234
Tente rrrtar e il lUfC11 , u -
(il eu uialine tlrjini'tir* ; suis il
| ru a poifll de pu- |irr| iln tildr.
i da um> pt ruidiUM- 4 a ut se
.suilik, tpl celle qui il data JJS
|ti-iiti| kcui . <{ui ftel la ceeseirsee.
UUIHUALULfi
PORT-AII PKlN .h.(2HAI 11 )
JEUDI 12 MARS !!
Le Nationalisme
BT LA
Volont Nationale

Noos avons expos l'eutre ldu 18 novembre, se retrouve
joar an essai d'inventaire du
nationalisme qui montre com-
bien serait lgitimemen1 per-
plexe celui qui, pour se ren-
dre compte du mouvement
nationalistei'actuel, voudrait
considrer la valeur indivi-
duelle des convictions.
Nous avons montr com-
ment,alors que Dartigue-
aavistes et Bornolste* ne peu-
vent, en principe, tre en ds-
accord que sur des points qui
affectent pas essentiellement
lejrait de 1915 ( puisque ce
dernier les a trouvs comme
collaborateurs tour de
rle ), nous trouvons bon
nombre des premiers ayant
en mains le drapeau rouge du
nationalisme et n'ayant pas
assec de fiel pour l'exercer
contre le rgime de Borno.
Et nous mettions le prsi-
dent Vincent en garde contre
ee manque de sincrit qui,
enjaucun cas, ne sautait tre
le, gage d'une collaboration
loyale et sans quivoque pr-
judiciable pour l'avenir.
Aujourd'hui qu'un nouvel
ordre de eboses est sorti du
mouvement nationaliste, d'un
nationalisme ainsi entendu,
nous n jus proposons de mon-
trer sommairement que, si le
rgime actuel est le triomphe
du nationalisme, il lui reste
beaucoup i taire pour ire,
en tous points, l'expression
de la volont populaire, et
pour taire la preuve que nous
avons autre chose qu'un parti
au pouvoir. Notre dmonstra-
tion ne sera pas laborieuse :
quelques (ails et quelques
noms.
Puisqu'il ressort de la na
ture dea revendications poli-
tiques qui ont triomph dans
la consultation populaire du
14 Octobre,que le rgime que
le peuple a entendu tablir
dans le gouvernement du pays
est un rgime dont ses repr-
sentants doivent tre les sup-
ports, comment expliquer la
prsence Mans le gouverne-
ment du pays Je MM. \dhe-
mar Auguste et Pauleus San-
non qui sont des vaincus du
scrutin solennel du 14 Oc-
tobre?
Comment I c. s Messieurs se
prsentent devant le peuple
avec leurs programmes; le
peuple leur prtre d'autres
candidats et d'autres pro-
Jrammes,et/:ette consultation
puise, ce sont prcisemeut
eux-mmes.que nous rencon-
trons dans/un gouvernement
qu'o aveui>etre issu du sul-
trage^populaire 1
Nous nous empressons de
proclamer, pour notre part,
leur patriotisme, leur grande
comptence spciale et leur
irtaite honorabilit. Mais en-
n, dans cette conjoncture, ce
n'est pas notre sentiment,mais
le sentiment populaire, qui
devait prvaloir.
Pour tablir notre parfaite
bonne foi et notre impartialit
dans cette expression de notre
faon de voir, nous devons
l'tendre notre Constantin
Ma yard que sa dfaite lecto-
rale a {conduit la tto ;de
notre j principale reprsenta-
tion extrieure^! M. Jantes
Bellegarde qui, aprs avoir
signe la ptition, au prsident
Hoovcr, do la .Ligue eu laveur
des lections* lgislatives, u'a
pas attendu ces lections el le
sort qu'elles lui reaervaieul
lans le gouvernement avec
mme la vellit, dit-on. de
taire la pluie et, le beau
temps ?
Encore une'tois,1 nous nous
dtendons de toute intention
hostile l'gard de tous ces
noms synonymes de lumires
et de moralit. Il ne reste pas
moins vrai que ceux qui .les
portent ne peuvent ;tre," a
leurs poste* respectifs, des re-
prsentants qualifis du peu-
ple. Nous dsirons cependant '
qu'ils y restent au nom de j
leur valeur personnelle.
Il ressort de ne petit inven-
taire que le seul qualifie, et
hautement qualifi, du gou-
vernement, reste M. Slnio
Vincent,Je prsident mme de
la Rpublique, doublement
lu par te peuple, puis par ses
reprsentants.
jCe n'est, d'ailleurs, p s plus
pour lui dplaire, qu' d'au
ires, que nous crivons cet
article, mais pour taire res-
sortir,an rsume.que lui st ul,
dans le pouvoir excutif, te- ;
prsente la volont populaie.
Et, en cela, il n'y est pas a'l
de sa faute: qui ne se rappelle
que, lors des laborieuses n- i
gociations dont est sorti le
cabinet actuel, il a fait ex-
pitatneot appel des sna-
teurs et a des dputs et qu'ils I
turent unanimes ne pas
vouloir changer, contre des ,
portefeuilles passagers, leurs
fauteuils contoitab.es?
Ce calcul nous a valu cet
tat de eboses qui, p nr n'tre
pas en ha monte avec la vo-
lont populaire exprime le
14 octobie, u'eet ainsi impu-
table qu'aux rtpisentants
mme du peuple.
Cette situation exception-
nelle cre pour le Prsident
Vincent des devoirs spciaux
sur lesquels nous nous ten-
drons la prochaine fois, ayant
simplement voulu, aujour-
d nui, porter le lecteur intel-
ligent distinguer entie na-
tionalisme i et volont du
peuples, que l'on est trop
tenta de confondre prsorap-
tueusement.
DANS LA
avant de setaire.au dehors in recourra
porte paroles du ^peuple.
| Rpublique
Dominicaine
Enjwtre de Is Loi Martiale
qui a l dcrte ces jours der-
nier SantoDomingo, le Con
grs National a vot le 21 l-
vrier l'importante loi ci-dsssous:
Au nom de la Rpublique, le
'.ongrs National a vot la loi
suivants :
Art. 1.Sara condamn i la
psine de dgradation civique
fout citoyen Dominicain 'qui,
d'une faon quelconque, .aura
sollicit, invit ou excit, soit
directement, soit par interm-
diaire d'un employ i ses or-
dres, tout gouvernement tran-
ger i s'immiscer, intervenir ou
s'entremettre dsns les problmes
d'ordre politique ou adminis-
tratif de la Rpublique Domini-
caine, mme si cette interven-
tion ne sa ralise poin*.
Las trangers qui se seront
rendu coupables de pareils laits
seront immdiatement expulss
du territoire de la Rpublique.
Art. 2. Sera condamn
la peiae.de.la dgradation civi-
qae.qui ne pourra excder cinq
ma ni tre moindre da trois,
tout citoyen, Dominicain qui
un Gouvernement
I tranger ou. la.Lgation d un
Gouvernement tranger pour
se pUi.id.e de n importe qui
citation, M. Perceval Tdoby
qai, vaincu, lui, sinon daus
eonsuttaiiou populaire qu'il
n'a pas voulu braver, au
ui.nus devant tes reprsen-
tant* du peuple a la |ourac
acte officiel accompli par u'iux
porte quel fonctionnaire Domi-
nicain, ou, en gnral, contre
le Gouvernement, de la Rpu-
blique,
Donn, etc. etc.
i
& ,
SB
PHOSPHAT
FA Ll
'fa IT&. Sa *W
FaCIUTE t.a. DENTITION fT LAfORMATlON DUS OS.
D0NNS LA rr LA SA ; -
EllGEW LA MASQUE C" "Pw(
I REPANDUf CANS
:-;Ia:'Cn;.- SC 1 I
i4&*ft*.ta*&M*A*4i** %&
En peu de temps ce !
produit remarquable a g
conquis de haute lutte g
Un cas qrave
o
Uu client va trouver son
mdecin et se plaint d'avoir
des insomnies.
A quelle heure vous cou-
chez-vous ? demande le mde-
cin.
A dix ou^onze heure-.
Parfois un quart "d'heure plus
tard, mais bien rarement.
Et lois, vous n'arrives
pas vous endorm r ? Vou
vous tourne el vous.relourrez ?
No.i, docteur.A peine si je
mis lu tte sur l'oreiller que je
m'endors.
Ah ah lait le mdecin.
Je vois ce que c'est. Vous vous
rveillez au bout de deux ou
de trois heures, et le sommeil
vous luit jusqu'au matin. C'est
bien cela ?
Mais non, docteur. Je ne
taia qu'un somme jusqu'au ms
tin.
CVst donc que vous vous
rveillez'ds 1res bonne heures?
Ma loi non. docteur, je
D'OUVTS jamais les yeux avant
neuf ou dix heures du matin.
Le dimanche elles jours fri*,
j.- m'oftra mme la luxe de
dormir jusqu'su djeuner'
Mais alors, nom d'un chi< n
tail le docteur, qu'est ce que
vojs mchantes av.?c vos in-
somniea ?
Rtcusez-tnoi, docteur, tait
le client, j-> dors trs bien I i
nuit, c est vrai, S ulement, j
dans la journe, il m'ai ri Va de ]
vouloir faire un somma et de
ne pas pouvo.r y arriver...
.. a vu, auz environs de la
Poste, un homme d'Etat, qui,
avant-hier encore, tenait les r-
nes du Pouvoir se plaindre prs
d un journaliste de quelques pe-
tites noies o il avait, paratt-il,
trouv des pointes dirigescon
(re lui. Le journaliste qui est ne
ses amis ne sut comment se d-
tendre. Mais une lueur subite
lui vint l'esprit et se penchant
vers l'homme d "Etat, il lui dit: 2
Vous savez, mes rdac-
teur*, quand je leur fais 1re-
prochejde a en] prendre vous,
savea-veus ce qu'ils me rpoa
danl? Ils ma rpondent que
vous spparlenes l'Histoire.
Ah! voyei voire veine, l'His-
toire ..
*

une renomme des plus m
enviables. $
Demandez toujours le E
| Rhum HENRI Gardre |
Nouvelles
de St.-Marc
o
H Mars 1931
Ici on est au normal. Bien ne
arche. C'est un vritable
marasme. Les affaires sont
mries malgr la rcol'e. Une
petite animation (le gros public
aime cela) il y a de cela qu< I
Sues jours, une grve inigui-
anle de travailleurs s'tait pro-
duite; suivie de certaines pro-
pagandes ridicules en pleine,
vite rprimes el tranches, g>
ce au tset du Prfet Hbert
Haullre, qui fait de la bonne
besogne dans le sens des ides
du Gouvernement. -Ou n'a que
des loges A lui faire et la po-
pulation est satisfai e de sou
tael et de son se ivu H m-
me des flicitations. Ensuite,
ce tut 1 iucide.nl de M' Deuies-
var Alexis et du Commissaire
du uoavernemenl. L'indigna-
tioa est au comble. Un attend
une solution dans le sens de
l'quit; mais jusqu'ici le Gou-
vernement u'a pas encoie dit
sou mot. Ou attend la sanc-
tion , dans le aens du vrai, lin
que chacun puisae savoir qu il
a prtend que le mot de Justice
et de Satisfaction arrivera bien-
tt. C'est une question sociale
et le Prsident Vincent ne man*
quera pas de traucher lall*iie
uau le sens que tout la inouue
prvoit. Les li ibnnaui fonc*
tionnent, mais de nombreuses
flaires ne peuvent pas avoir de
soluliou, pa u argent, le clieuts
ne fouvaui paa Uire les Irais.
Eu iouI c*s, un eapere loujom*
u des ioui meilleurs. Et *
dbut du KhuinSarne sa Cl -
chei dOr, on se console, '
buvsnt une ooune lsse de la
cJaneUo, le cale a 1 aiase d-
IALO-* DE BEAUT
Bsuuty Parlor
Mme Zepnlr, 1108, avenue
Vil menay, Bois Vf nia.ex perte
1 diplme de New Yok o
' el le a rsid lt annes.
Hevenue de New York avec
un matriel perfectionn,M"*
1 Zphir pratique le dtrisuge
des cheveux, le Shsmpon, le
h )iicl;igc,ics ondula lions, tous
les Soins du vi ^e, le massage
lectrique ou la main, (l'a
prs les mthodes modernes.
{ E'Ie est aussi experte i clair
elr le teint. enlever les lches
et les acns Manucure.
Crmes et huiles pour les
soins de la toilette.
J Jente dames et demoi
selles,accourez en foule chez
Madame ZEPHIH p < u r vous
refaire DM beaut dont vous
serez merveilles.
Lait bouilli
Nous lurons le lait bouilli
en ville"\lans les bureaux
toutes les heures. Tl. 2183.
LAITERIE BAILEY,
1313, (irand'Rue.
Injection
infaillible
A base de hlcnargon cl
d'extraits de plantes.Gurison
radicale de la blennorrhagie,
des coulements anciens ou
rtenls. Employe aussi com-
me le meilleur prservatif.
Pharmacie
LtFHANC Chevallier
1.alue, vi.N-a vii du Kosque
postal.
Rflexion? allemia le*
Sur I entre if M. LMtfU in M h'
laitire Inaeaji
B&RUN 16 lvrier, L< s
nationalistes allemands ont pr>
lil de la no.niuitioi de M.
Biaisa Ditgaa au sous-secrta-
riat d'Etat aux colonies poor
t.iler contre la. France, tl.nis
leurs touilles enauviaes, des
entre fileta qu'ils ont pris l'o*
dieoae peine de taire illustrer
d caricatures Imbciles.
Co nbian pins belle et pins
humains est l'atiitud d'.- nocrate Gazetli de Pranrfort,
duui on connat les mritoires
silorts en laveur de l'osuvre
de paix.
Il lau crit ce jo trnal, avoir
le courage de le piO :lamer : c'est
rcllemenl beau de 11 psrl da
la Fiance d'avoir ;;!li' tn aussi
erani uen, eu intronisant M.
DiBgoe dans les co s lu
gouverneint-ut q l'aile ne cou
ti.ii-.sait p.i d'abimt en re les
race.
L'organe dmocrate! ii"-
avoir (ait ressortit la conli i
but ion que la dput da Sn-
gal S Spporta a la cause fran-
aise, ;<|OUtC :
La reconnaissance politiqne
de l'galit tle tous It i hommes
I au partie de l'ht il .^e qu'
laiss la France la grande
Rvolution, dont l'enthousias-
me sacr pour les droits da
citoyen rpudia d< l'abord
lojte diSreace m aie entra
les races. G.U.
L
a monnaie
dut
i
pe
licieux, <|ui remonte, car il esl
viv.tuui ; e' fut oublier les mi
sere de l'heure prsente. <
Sx.-aUscou. "
O
Le souverain de l'Etat du
Vatican a reconquis le droit
de battre monnaie depuis i;'
conclusion du traita de Lslran.
Lt*s nouvelles p.cts seront
lits ni lies, par It-il, '.' les
ii u s.lites les sUendent tvec
impatieuce. Le plus impatient
de tous est peut-tre le roi
d'Italie, dont la collection est
une des plus riches du monde.
Le protil;;du tjpape apparat
sur ,11 pice de 100 lire d'or,
ainsi que sur les pices d'ar-
geui de 10 el 5 me. Sur d'au-
tres, o^ ne voit que ses arm s.
A l'ave, s, on a grav toute une
srie de tableaux religieux re-
prsentant le Llirist.la Vierge et
l'Fntant Jsus, saint Pierre, le
jjo i Pasteur, saint Paul, aaim
.vliciiet, etc.
Les rares j commerants du
Vatican leroul sQ/ameal d'ex-
cciienies atlsirai avr*j ces pi-
ces qui a'tirerout la clientle
... a va pour la vingtime fois
l'attroapamtn1 chezFLix o. I)-
PI.KSY o chacun se r|ouiasait
aie laccusil charmanl du pa-
tron offrant ses excellentes mar
ohandisas...

... voit qu'une dpvhe de
Wsshing on dment edgo-
riqiieui ut la nouvelle que les
cinq Paissances e>ui ont pris
part au Irai naval de Londres
sigaeraienl l'accord Prancvlta
lien. Le Dpartement l'I'.int af-
firme n'avoir reu aucune non-
vetle de cett* sorts.

... voit iii depuis la pe de
note que noua avons publie ici
et o nous annoncions qu' la
lin du mois de mai Madame
O*. a, ne Thrse V eux, don-
nait a Cin-Varits un rcital
de chant, on ne cesse de rece-
voir au i .m! des sries de
coup de tlphone, El c'est Ion-
tours la mui question soos des
tu,mes difirentes:
- Mais a quand donc le c > i-
cari de Madame Clesca ? Ella
data du concert ? Savcc-rous ce
queilr chan1 s?
C'esl o| succs, le grand
SUCCs SU quel d'ailleurs Mal i-
me Olesca oftt liab'tue.

...voit qu'au Club-Union ,
presque cinq ie soir, de trs | .
Ii!s dames,vers les neuf bsire,
vi uneiit couter la radio. C'o ,|
encore ce qu'il y a de mieux t
taire des soires qui SOOl 'e!: -
n. i. longues en Hati, com n :
si, aous les tropiques, les heu
res, A partir du crpuscule,
avaient pins d< soixante mm i-
tta rglem intairea,
...voit qu'a ioccaeia de h
tni-carme, noire confrisAgt-
llion 11 S| dans une de aes ebro-
ni | i> I (< La i'resse , deinan
de: (juo.i donne aulorisatio \
sus Koil Uoi dit, d voluer, no.i
s ulement et plaine, mais aussi
di is le* rues i i grandes villes.
Non- coatrre, cruel ses heu
rai, demanda mme jue 1rs
Uneis soient reus, uen -.e
msnt lllit-l de Ville, ma.i
dius nos cerclas mondains el
au i'alais de U Prsidence.
.i. a ro.ico.i!r u l'AvanueBel-
levue, v.-.idradi dernier, au
groupe compact d'coliires qui
organiasii en vritables gr
flStea. La grve eat. coiame o i
ou la sait, une maladie conta-
gicuse. On avait dcid de don-
ner cong le jeudi a cause dea
funrailles de l'ancien Ministre
S oit mais T'iablisseraent au-
quel elUs .pp irtaaaieat n'avait
pas obtempr la circulation
immatrielle.
Neas ne^terone pas no.
devoirs, proposa l'une.
Nous ne rciterons pas un ,
leons proposa une autre.
Une troisina, encore pi .s
tarages, de s'crier:
Nous pousserons des cru
de btes pendant l'tude.
i.t cela coatiauait, comme k
la miaule qui prcde le d-
cl.tellement d'une grve.
Asurez-vous contre accident
.le Asusrance Corporation Lt-
i lajd . Vve F. BermjOjiOaaB
,-\ieal oiisal pour Mai<.


1
PAGE
U MATINS 12 MAftS? 1931
la Cure au
.*
CUROMAL
VOILA
VOTRf
guri t^^
ic mal m
Mauvais sang, Humeur, Eczma. Artrio-Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
La OUROMAL des Laboratoires du RhAne, I \mw renfiTuii1 loul i < une la nature a produit de illlaur pour ifiirrir le mal Le plu* puissant
dpuratif purificateur et rgnrateur du sang, l'.ir son artlon auu.se|itic|>ie et laxatlTa,
Il gurit In cuiistipali'iii. entretii'iit 11 lihrrle I Intestin. LK COHOMAL si un dl iri'tii|u puissant. Il dissout lande un<|iie, expulse les
toilnen. nettoie les fini et 1. v, ..!< Il mi< ru I Eczma. 1rs Maladies de la l'eau et du Saur,
Varies, l'Ietres. les Rhumatismes. Maux il reins. Lumbago, Douleurs articulaires,
les Maladies do la Femme Age critique. Hmorragies, Douleurs du ventre, Fibrome
Je viens 4e terminer mu rura 44 curomal. le ittiJ n/urcu 4e tu affirmer m MSistaw. fifiur 4e i entre, vertige, etuuritiuemfntt, nutux 4e reiiu. tnut a litiparu, m jilaie que ftent 4 Im
lams sf etmml/temrnt cumtriife. Hou mari atteint 4c i humiitumei va 4e mieux en muux aipvn qu'il j rend
ettCLHllHA) M~ S PKItlilN. .1 I li. n
U tnettiamt cwaprtnani ncon CUflOMAL nvrc oolt* 4t illule gratuits et brnrhura npllcatlnm
mtW sjsi la li ni pfearruaclM. Prrire |wr I. iMctrui WRaVi. pharmacien. Laboratoire, <" HbSa
^~ t, Ru, llotet. LVOSOL'LLINS (Praacai. t>
0W> HHtemenne. I fUMUIAds ktUCM.
/ '*<- '
Le Dr Erik Lonard Ekman
ET
les pluies d'Hati
o------
par le professeur el gographe
{.ne Dorslnvllle,
(I)
En trois lonRs articles qui
mitaient de choses diverse,
le Docteur C. *re son s'es der-
nirement cons'iu le pan-
gyriste du Dr Rrick Lonard
Ekman, sava it sudois, mort
en terre hatienne.
J'prouve un plaisir exlr
me noter que c'est pour I
premire lois qu'un hailis
s'empressa de rendre nom m
un homme qui ses. oci i
en son vivant, d> dcrire i
Ile nn titre quelconque mail
ce plaisir net malheureuse
ment sur mis lvits un gol
de cendre, lorsque je pense
qu'avant Itranger, un Dan
ts Forlunut ou un Du h
Jean Louis n'avaient pal M
uigs digne de pareil hoi neur.
Tou|ours est il, il y en a qui
s'tonneront que tel crivain
d'outre mei ait leinl d'ignorer
destiavaux auxquels ils be sont
eux-mmes adonn !..
Voyez*vous, c'esl ainsi dans
la vie pour la punition des
humains.. Mais, l n'est p
la ques lion I Je me suif
donn a ta- he de rfuter /<(
thorie nouvelle des pluies aui
Antilles mise par la Di Brick
Lonard Ekman, et rapport-
par le DrC. Pressoir et je
gaie sur un sentier parsem
de cailloux \ ointua !
Il est vrai que cet garemenl
t'explique en ce aens que le
Dr Ekman n'avait jamais pris
la qualit de gographe. H
n'tait que botaniste II ne
senti) paa pour le i pater
tout venant. C'est plut !
Dr Pressoir qui lui a dcei
la qua'.il posthume de Go
giaphe de I lit dHati H SVi
one pleine conscience de
capacits et savait qu'. ni i
ci il e m me a I si en cout
d'excursions dans les mon!; -
gne.s, des notes descri| \\\
sur les rgions visites, :'li
d'expliquer la rauss d'une v.
gtaiion, n'est pas propre me I
parler taire acte de gog'aph
On n'est u^ is ces cooditloi
au'un essayiste, dsna lu
e la description et de IN ipli
cation de la Teire, a ors qi
peut tre un savant docteur i
aciences natun i s.
N'ayant p iroenl p
temps oe discut r ton
hypothses sdu vea pti
C. Pressoir pari mt au notl
DrErick L. Kkman, |c n I
attention qu' la dei uli
tant des pluies sui Antu
Si je me rapporte la h id u
tion du Or C. Pressoir, l'air
chauil par les rayons du so-
leil du matin slve, dtrai-jr et
d'aprs le Dr Ekinan, au J-
sus du centre des les. Un lis
que l'air Iroid venant de la
mer coule vers la terre dan
une direction centripte. Quand
l'air chaud est mont sutlisaui
ment haut, sou bumidi se
condense et se prcipi e. La
chute de leau Sipira l'air en-
vironnant et l'entrai ne en bas
?ers la terre, c q n se lut len-
tir par un violent oup de veut
rayonnant de l'onde eommi
centre dans tontes les di
tions. Cet air entran remonte
bientt en hau' et en arrire.
..n touibillon. Ainsi se forme
ce qu'on peut appeler un orage
annulaire.
i Le corollaire de retle hvpo-
thse,c'est que dans les Antilles,
/es cotes sont gnralement ari-
des, el plus une Ile est petite,
plus elle est aride. La localit
qui a la plus torts pluie dans la
Rpublique t'Hsiti* c'eal Mire-
h liais : 11.1715 mm ; cependant
Mu ehalais ne reoit pas les ven's
alizs ou eneo-e : les mon-
lignes du nord d Hati sont
abondammsnta roses sur leurs !
verssnts nord tandis que celles
du sud d'Haiti.la Selle notam-
ment, sont bien mieux arroses
sur leurs versants sud ; ce lait
est d'iccord avec l'hypothse
ci-dessus tandis qu'il esr dl licile
expliquer pour ceux qui veu-
lent adopter comme explication
l'action des alizs.
Bien que la forme dans
laquelle tout cela est dit soit
UO peu lourde, je comprends
l'enthousiasme du Dr Pres-
soir pour la thorie du Dr
Ekman, dans le lait qu'aucun
defl ihu.iessii/isles en grog a
ph'c n'a tenu cunpie du re-
lie! du sol dcrit. Car,si d'une
maniera gnrale el comme
Ions lis manneli de science
renseignent, la pluie en un
phnomne rtsu tant de la
condemation de fa impeur
d'eau des nuages en gOUtU
lettts qui tombent sur la terre t
et que cette vapeur deau ne
s.lit pousse que p rlesvenls
auras de la sur lace de l'o-
vert le sommet des mon
Itignes o se (ait la conden
lation, il y a lieu de deman
der aui mnes du I)' Ekman:
le Mle St-Nicolaa et Moult
istia sont ils couronn! de
mont ignea ''... Je n'en ai pas
trouve par la, Dr Pressoir,
taul i des distances respec
tables !
Il est remarquer d'autre
part cm i I arrive du \
h d Lst sui le vers i nord
il plus haut s-.......
, ce vent s', -t dl h I
li ouille, en i trs le
ni ite Joui II
n en irg,
pass .m lessua
du .Massif du Nord, au-
Icssus des Milliciix et des
chanons lionlauide La Selle
elle-mme !.. C'est donc trs
sec qu il atteint le versant
n H de la liai e de Monta
pies, Ou conviendra avec moi
i que dans ces Conditions, la
condensation des Duageadcfl
vient laborieuse et les pluies
sa tout relativement plus
rares sur le versant nord que
sur le versant sud qui revoit
lui mme directement les
envssi i du vent de la mer
des Antilles.
Je voudrsis.SQ surplus.qne
le Dr C. Pressoir aille ne
couserve, avec moi, un jour
de revenir, sur se versant
no I d in St Ile.Je lui ferais
ton lier du doigt ce sol com
pos de roches basaltiques
Titres
insuffisants
------o-----
Il n'est pas toujours facile de
servir ses arni., me disait l'antre
jour, un ancien Chel d'Etat, Te-
nez 1 Un ancien camarade se
!>i mi'.- un matin au Palais
pour m'exposer sa situation. Il
soutirait :l'un mal dont les m-
decins avouaient ne paa pou-
voir dfinir la nature, et, en d-
sespoir de cause, il tait rsolu
se rendre llianger pour
consulter le*- sommit^ nv-du-H
les de I Kurope ou d- l'Amer i
que. Mai*, voil, il n'avait pas
les moyens de se payer le vo
vpge et alors tout natuiellemen',
il pensait pouvoir l'entrepren-
dr- BOX Irais de la Pfince-.e.
Pool celr, il loi laltait un no e
dip omslions, h- poste de Paris,
par exemple :
Mais, mon viens, quels
titres peux tu prsenter pour
occuper ce poste de premier
plan? lui demandai |e . L avail
lait partie de plusieurs commis-
sions a d m in i. t rat i ves, au
membre de IWevue et de Poit
au-Princier, quesa>s-j encore.
Tout cela mes yeux n'tait
pas suffisant. Si tn n'as que
cela, Ion actif... Mais cherche
donc. Et le pauvre ami, rou-
gissant, se troublait el finit par
me dclarer : Ah I mon cher,
a mon kg-, je n'ai jamais lait de
mal A personne I Je n'eus pas
le courage de rsister tant de
Candeur Je me rsignai lui
donner un po^te consulaire. El
depuis, je n'ai pas d'adversaire
plus acharn.
Grand Cirque Kclcr
COMPAGNIE EUROPENNE
Aujourd'hui jeudi
A 8 heures et demie du soir,
DBUT EXTRAORDINAIRE
DE LA TROUPE
La premire compagnie parlant le fran-
ais qui visite le pays.
Un Jaz extraordinaire faisant partie
de la Iroupe.
Ce Cit que s'inauqure ici et la reprsen-
tai ion de ce soir est la premire qu'elle
offre.
Service National
d'Hygine Publique
A propos de Bel de cui>iiie
Il y a lieu d'accorder une
meilleure attendon l'indus-
trie et l'empl i du sel de
cuisine dans l'alimentation.
Le mauvais entretien des ma-
rais salants, la rcolte du srl
par des travailleurs sans hy-
gine, suant et crachant ;son
transport et son emmaga-
sinage bord des voiliers
non dsinfects, sa ma ni pu
lation pendant ftrrimaga et
le remplissant de sacs ou
des barils au moment du d
parquetaient, son exposition
da s la poussire des mar-
chs publics, out cela l.iil
que notre gros sel devient
parfois tout gris d'avoir t
souill par 'unies soi tes
d'impurets et par l'eau des
torrents qui envahissent les
salines. <
Il convient que le public le !
passe au bouilloire et |
lercmage pour en taire un
hd tin el propre a vaut de s'en
sei vir ; ou qu'il exige des pi-
cier a des sacs ou boites de
.sei raffine.
PRIX DES PLACES
LOGES de 4 chaises
Places rserves
Chaises
Gradins

(Enfants)
Or 4.80
0.80
0.60
0.30
0.20
Comme on le remarque, les prix sont
la porte de toutes les bourses.

Propos
cachets
o-
DERNIRE
HEURE
Le premier camion qoi rani'-
nait de la 1\ publique Domini-
Port-an rince les mal*
heureui hatiens sans secours ei
suis -bri est tomb dans un
prcipice entre St Cristobil ei
Al .
C nccidenl n eu pourrais,
le m nvais t*t d'un uonl dont
un 'I madriers n ed
Il y a eu 10 morts et 17 b'es
ses. Le e;iinioi ail conduit par
le chauOeur Melcour.
Le dpt de RHUM SARTHE que
! notre ami Celcis vient d installer a lu
rue du Quai, a reu hier soir la visite
tle voleurs.
La police appele ce matin pour le
constat a trouv dans la halle,aban-
done.e, sans doute par leurs propri-
taire* presss d'en linir, des gants
dcxeellente qualit, un pardessus
doubl de salin aux initiales X Y., et
u c canne pomme d'argent. Tout
Indique pie le coup provient de gens
de la haute.O qui sufMt tablir no-
tre dire c'est que les lgants malan-
drins avec un discernement qui tra-
hit le connaisseur, ne se sont atta-
qus qu'au KHUM SAHTHE CA-
HET D'OR... dont ils ont enlev
une trentaine de caisses...
La police enqute...
Bien inutilement nous a dit Cel-
cis, avec un isespoir facile com-
prendre, bien inutilement,car en sup-
posant qu'on retrouve les caisses et
les bouteilles... on ne retrouvera ja-
mais, car elle est hue depuis long-
temps, la prcieuse liqueur qu'elles
contenaient.
( E SOI H
Avis
CaiSf nie de Chemins > Fer
de la Plaine du Cul de Sse.
MM. les actionnaires de la
compagnie sont convoqus eo
A la demande g*nnle et pour Rassemble gnrale ordinaire
la dernire lois :
Civilisation
provenant des ruptions du
noyau central et de calcaire,
alors il se rappelerail a que
l'influence de la temprature
sur la vgtation est particu.
liiement vidente et que sui
vanl Mr Kmm. de Mut tonne
del Sorbonne, il existe pour
chaque espce un zro spci
Qque au-dessous duquel la
vie ue lui est pas possible,
comme il v a aussi uue limite
suprieure, u del de la-,
quelle le vgtal succombe. !
J Lhaque Jonction de toute
J plante a ses tenapraluies
minimum, optimum et maxt i
fnifjn . Ce n'est pas des (
botaiistes que je l'a pprendrai.
( suivre)
......
i
. -1
e irr-
.m et
Etire :2 & '.i g les.
DEMAIN SOlrt
Condio
Dms ses derniees crations tt
chansons mdites- Soire : 1 d
SAMEDI
Gala Spcial en I ho ineuf de la
Femme. Hatienne.
Confrence par le Professeur
Dr On. Lind :
Aperus sur la fe'mc et I Amour
dans l Inde.
Entre : 1 & 2 G.
au bureau de la compagnie,
Porl au Prince ( Hati ), le
b.udt 18 mai 1931, 9 hres
du matin.
Or Ire du jour :
1. Lecture du procs-
verbal de I assemble prc-
dente ;
2. Rapports du Conseil
d'A lmiuistration et prsenta-
lion des comptes.
3. Election du Conseil
dAdmiuislration ;
4 Affaires courantes.
Port au Prince, le 12 mars
1931.
Le Conseil d'Administration.


P.J.S.H.
Les membres de la Petite
Jeunesse Sportive Hatienne
sont pris de se ranir le di-
manche 15 de ce mois i 9
heures da matin dans les sa-
lons du Capitaine Cicron
Franois.
Port-au-Prince, le li mars
1931.
Le Vicc-Prsi I ut.
Lu
CE SOIR
Une spirituelle romdie avec Nicolas Rimsky dans
LE NGRE BLANC
Et Suzanne 3ianchetti.
tire : 0,50 ; Baicoc : 1.00.
DEMAIN SOIR
Pour la dernire fois le Merveilleux Film :
LA DANSEUSE
ORCHIDE
J Avec Louise Lagrang* dans sae Unase* en c luleun et le bel ac-
JC LALEAU I leur Rtcardo Cortez. Mise eo scne luxueuse. Dcor ieriqaef.
I Eare : 1,00 ; Balcon : 2,00.
Le UXiuiu Oarbancourt
Dont la renomme eai omverseiie garde sa premire place
Demanuez partout :
UN BARBAXCOUiVT
Dpt Auedeaajrs.

...^


LE MATIN'- 12 MARS M31
T'\c:: ?,
\\\
(1rs Antilles
.-.". -
Est rjuajntcnanl fabriqu par la Distillerie
de lAiole Port-au-Prince.
En vente au Dpt de la Distillerie, an-
ale es nio? Dants Destouches et Maga-
sin de l'tat.
IGPOS & DETAIL.
Prix de dtail: G 1,50 la dcnr 1> titeilte
de G. 2,50 la bouteille.
M. FONTAINE
Reprsentants :
Saint Marc, H. DESCHAMPS ~fap Haltie, Michel ClonOAM-Jacmel, Fiscal A. HRUN
Panama Railroad Stanjship Linc
Service de fret et de passagers en h
M*V\->( e
E
Ul'fcS'l de lAMnKlgl'E du SUD
Plus rapide el le pins d ietl servie* de liansportde passagers et lu Ir, entre Haiti
% les p< ils tun j.itDs vu, \t v-\. ici ei Oistobal, Canal Zone. Isthme le Pa *raa
Voui la line df di> aj.ti.spour Its principan* peut:- ,1.- l'Europi :
Ai>liletevrfc Kcomb France;
fers. G. W SHM l'CN Co- 17 Jante* Mreet. Livkbkx.i.. Engiand
The Ulluiiiq irr on- Ajflll al IfJBriMJ ports iu hrttr :
ENGl/ND SCOTLaND. FRANlE.
Hes* s (l. V. SIIKLDON & Co.,
17 l*me Mreet, Lnerpool, Enalan
In rance, Messrs*'l W SbdCdon & Co. are reprsente dby^tfie tollow'n flr ts

Glelati.y Hknk :y & Co
21 Ru de la \U i ub ique
Mar--ci!l. s.
HSRNU I EKON& C, Lld.
5a Quai Ge< rge V.
Havre.
Heknu Pkron & Co., Ltd.
itue du Monliu Vapeur,
Boulo.'.ae sur Mer.
Messrs . A. Bendix & Co '
31 Allengade, Copenhagen.
Oslo. Nobway.
International
Speditinnsselkap Oslo.
MM.Atlantic Preigiit Corp'n
lldliiih ''is. ita nburg 1.
Gernany.
. Messas Atlantl: Prbight
Corporation
Germa ny
Messrs \tlantic Imibinqht
Corpn.,
24 Quai jTordaens,
Antwerps, Belgium
Hern Persn A C" Ltd
95 Hue des Via ris,
Paris.
Hernu iBOtf & Co Ltd.,
Rue de Traoquilit,
Duukerque.
Hbrnu Peron& Co Ltd.,
9 Hue Roy,
Bordeaux.
Genoe, Italy.
Messrs Hbnrt Gob k :lerioi
Piawa S.Matteo No 15Genof
COTTENbORO. SWBDKN.
Nardisk Express.
CothenDorg,
Messrs Atlantic Freioht
Corpn.
Kon Emmap'ein 3,
Rotterdam Holland
Messrs Steimann A Co.
Des exils, domini-
cains pullulent On
notre rgion.
D'aprs nos renseignement*,
uu grand nombre d'exils
dominicains pullulent en
uotre rgion, non seulement
rians la vill#\mais eneo; e dais
toute la plaine.On les valm
plus de c ioq centsv ton
pris 'es membres de leur-
familles : temmes et enfants,
lis racontent qu'ils ont d
abandonner leur patrie i
cause de la tyrannie (tu rtli
me militaire du Praidan
Trujillo Le Gouvernement
de ce demier.ajnntcnt-ils.e
le Gomptmi ment des Gardai
appliquant le fouet, le bton
l'emprisonnement et t U
les autres mo\v s de le'
reur.
C'est poirqu d, la morl
dans l'me, ili ont laiasi
leur pays, pour venir con
naitr dans nos foyers les
douceur.s de la paix. Li
Chambre et le m D8t,no i*
font-ils savoir. De sont que
des jouets entre les mains
du Prsident Trujillo qui
appelle en son Palais leurs
membres les pins iuiluents
pour obtenir leur dmission
et les faire remplacer par
des hommes plus souples
devjint sa volont.
Nous d lirons 11 situation
de ces exils dominicains.
j ( Annales Capoiscs )
,\
Le Prsident d'un Club
assassine
Santo Doniiiuio
Au cours dune fta donn*
par M John Abbes. Vice-consul
de la Rpublique argentine, M.
Marino Ceslrro.tint d< division
du Secrtariat d'Etal de la Pr-
si lei.ce,a ibat'u de qua'recoups
de revolver M. NlflO Gomei
juge au Tribunal Terrien ei Pr
sident du Club-Union.
A bientt dtails.
l-=
Pas de joli sourire
U DENTOL. (.u. paie, aoa-
if, aavoii) eat un ilenlifnc* k iatmm
ouvria .if n ai nnlnepliqua 4mk
eu parfum le plut asroablo.
Crri. d'apra Ica travaux de Paa-
tcux, il raffaimit !aa gaim.fa. Sa
peu le jours, il donne aux demi* taae
blan. haur olanuile. Il purifie II-
leine el oat |. lii iitlieiaeai reeeea-
man.J aux hnneue. Il laaaa 4m
le boucha une eenieiiun de fret-
cheur aelicieuiie et persiatmnle.
U DENTOL ee kreu* aut
:, lea bonnee meieona
de la pariuraene et data* M
M.UanFRrlRE, 19. ra.
CADEAU SJCJtt
ttHoa i. DENTOL. i met
. U Malean FRRJ, i, ^. Jetek
F'rij!!l""'w' *''* . is.
Dr. i
l'ort-u-Pnnee
L
i\)ri:.
usi-fuo du Palais
Programme du aoncen du
jeudi 12 mars 19151 sons la
direct ion du L. L IC Je il
Baptiste.
1 Banner of Freedom,
Marche.
2 Marche Nuptiale de
Lchengrin.
3L'Addio a Napoli.Solo
de Cottrau.
4Maximilien Robespierre
de Henri Litolfl.
5-Fleur d'Ytalie, Valse de
Stelauo.
6 Honey. lox Irot.
7 Nguesse oh, ou sc
lerat Meringue.
Le Vieux Tonique
DEPUIS prs de soixante ans,
les mamans ont appris
connatre la puret et le bon effet
de l'huile de loie de morue
mulsionne pour leurs enfants.
Des millions de mamans la
donnent maintenant sous forme
d'EMULSION
SCOTT
Il y a peine une famille qui
n'ait ralis les bienfaits obtenus
par l'emploi de cette nourriture
tonifiante co nsacre par le temps.
Assurez-vous que l'huile d
foie de morue que vous
employez toit mulsion-
ne que ce soit de
VEMULSION SCOTT.
sa


aiS
t.'. |
CAUX-Of i
RHUMS,.iUC00 m
^EROYFILSAIffEi
... \A 76, ru tu TMJtrt.ft
PARIS
GUIDE PRATIQUE in owiiuttor run^e*
'. El ti r> .uni |
inro
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocatlont,
Sj(*>-" Toux nerotuis.
CaJrlioB nrulneperla
OMttmS CLRY
rtte? IIIIDIIE OLRY
MO, PAHI8.' I

i
S
'mmmrmm&mmmwmtwmmmmmmMi m*
Toutes le? Polices ,
DE LA
i
Le Monde
Hanailles Nous avons
reu avec plaisir la carte de
fianailles de \iellc
Mireille Mlaireavec V.henr y
llolly.
N'ouus enregis'rons avec
un gal plaisir les fianailles
de Melle Odet t Dean avec .wr
Grgoire Henjamiit.Nos vux
de bonheur aux jeunes cou
pies.
A vendre
Mobilier complet consistant
en tables, chaises, dodines,
armoires, lits, lavabo, etc.
S'adresser pour les condi-
tions au bureau du tt Matin
ou au No 3383 du tlphone.
ALUMIMJM LINE
New-Orlans and Mobile lo ort au l'rince Southsid
tlaliens (lut ports Santo Domingo and Maearaibo.
'orls
.h Siiiliugs
Aprii Shillings May Saillings
N'wOrleana, Louisiane :'.'i:' Mar 24 Apr 21 Mey Vi
Mob le. Atal). ma Saila Mar 26 apr 23 May'il
To'-an- rim r, ll.iiti Due a|>' 2 APr 30 May 21
Aux Cays Haiti Due apr 4 M iy 2 May M
I icmel Haiti Due pr (> May 4 Juue l
Santo Doming i City W I) Due \ ir H May (> Jurie 2
San Padrede Macori '.D.l e a >r w May 7 .lune 7
Mcara'bo, Venezuela D-n apr 12 May 10 June 7
New Orlans ^ n-l Mobile To Port au Ftlnce Norlhside
Llajtien Outporil San o Domingo and M uaiaibo.
Ports Mardi Saillings April SailUsga May Hailiings

J comprennent la Protection contre la
aj Foudre sans auamentatioD de tau^^
1___ >
E
(A
m
Agents Gnraux
fiermkmmmmmmEMQ* $mm$.mnwmm*mw*
Colombicrn
, Steamship
Company lnc.
Le s'eamer (Bolivar parti
de New-Yok le 7 mars crt.
pour Gonalves et St Marc est
attendu ici le 14 courant. Il
repartira le mme jour di-
rectement pour les ports de
! la Colombie et Cristobal, Ca-
! nal Zone, prenant fret et
passa gra.
Port-au-Prince, le 11 mars
1931.
Colombian Steamship Co lue.
(ILB^RA&Co, Agenis.
New-Orlans, Loaisians Ssils Mar 10 Apr 7
Mebile, iabama Sols Mar 12 apr 7
Port 8u Prince. Haiti Due ,;..r 19 Apr l(>
Cap-H i>i.n. Haiti Due Mar 21 'apr 18
Puerto Hta, R. D D i ilar 22 aor 19
San Pedro de Mato .; D Ma '21 api
Santo-D.imingo City.l I) ne Mar 25 Apr 22
Msaaraibo, Ventzuela Du Mar 28 s r 25
Aimant m .i ni.
Porlau Prince, la '{ M .rs 19.51.
May a
May 7
May 14
May 10
May 17
May 19
May 20
May 23
A. DE MATTEIS Co-
Agents Gnrai?,

lilllllll
AUX ROY
29 annes succa
JUostt U\ iips lia Uien ns
Charlier- ialebranche & Co,
1224, ( hemin des Dalles, 1224
Tlphone : 26*0
*- ****>.->-
sr- **- **l


,Jeudi
V2 Mars] 1931
Le ilatin
24emc AMtN< N* 7ti4
fort-an-Pnoce
TiDkDe : 2242
41 PAOF*
'OMMPMrWWHM
^OWMW,,,.,,* ^.*-*n-.JW
DPURATIF au Dr MANGETn
A
combat
le* Maladie* de la Femme
' 1 Sni-f
W
Va. i4m
Mai *
Ai
MA -
3
*.
,
^? /
/

?
1
.11 .. -/c Mini 'v.m; 111 ipuluir. 11-"* ". 11IMI rt'kfei, saufre
**"'''-" au peuu. U e-t ""iiii:nr [ ^tiques ont partait i (..' .( |c^ cuir -ni ruriVmn i.m pmrblri s'ral parc* nue. paar
i.i|.runlr du a IDMH pu|mtalrt uni iimuia iii|JhMii. K aai| U
f "if qua <- travail a'aoraippMia rgulirement, a peu eu eaalndrr
lort. rlr la i.iolmlre attire. Il importa donc, dr taule iilmr qat If mi|
circula aval II 11 .. ibuii r.iui.r t de rapidit II Mat y%r ea>sqaenl.
on M irw <-oa*tamiuenl le aias flalda. parlant la plut aar passible. Qa'H
i.-" . (aaralMI. k l'epalsalr, k ar charger d* reaiaua eaaombraate <
lual'|nr>, |r travail *e M ralentir, le. organe vont ar aenaaatlonoer.
w (uiirllmia ar pcrtcrtlr uu a'al tare, rlea n'Ira plut
' mme >l aalant p' i> k eraUidre que le Dus ateuelwt. le.-11 le ri
ni illinlr. rat une ...n. de puraatloa apnnlxnrr. avant pour uulel 11 .raial
l'ellmlnatran rantri aulremrii du d>> vlrra H dea pulaui ,1 1 aaiif
Il uo rrtlr roiiriii.tun. qu'il faut maintenir U amsae lu aaiif puir et
[nprt, r>>t |.iuirqul In Jeun** tllra la formation rl douloureuse,
ri lentmcs nml rfll*-es ou qur 'ourmrnt* U niiivpaoae, ai trouvent k
Kf-n'lr ! DEPUAAT! DU P*CTC9II IIASCKT
Qu'un nnp en ellrl au* 'f BtfO.TI'- au BOCTtU UklOr.T. tompnss
d.- quinte |i!nnlr reculer I loin lemisa uaMf lr..n varlun ueparatrlrri.
BMatttr* k (te. r.irfn )i:,"i,ln. n.ri rl....,l. .,.,.,r j.,-. qunll'e. r x>:l.vea.
anll-liiiiqneia uhnKoa.rii'v rnniirni tari. lr elemenia pour eaercer Ve-hn
if alni 'THc.ir II anallliir unt svaarajti i>0> ioul et qui ! de ilrpuf dr rlpnltai ri il 1 .>.mh U irut
Wl" '" Lik'fi"'T' 'te nikODnakL. ar .|.il ml une ...mmn V
Italltr, I' 1 11 ici BU '.im; f ni,t m 1.: ..,.i k Ji..'e titre,
ta wn apparlltan, le U./I rfrv Oapurullt
Vain ce qu'il eU Imhi i)ur louir. laj leitaauaa tactient I _
tlab OairUm. CRN09 *Rlal. FnunitMru' rl< llopllani M rnrV
I r Valrncimne. faeie ! PaarTMa)'**
BIRE NATIONALE
: E la
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr sa qualit
suprieure.
Horn Line
Le m/%' Wdldlraut Horn",
venant d'Europe toucher'
Port-aii-Prioce vers le 13
mars, en route pour Kingston
Sto-Domingo et Curaao, pre,
nant trt et passagers.
RBIMB )L k <:.).V{jit,.
Protqez votre Doche et
\otre sant en la buvant
toujours.
Mctnufacluie hatienne
ae Ciqai elles
GEBARA& C
LES C1GARETTS,
JiCil'Bas Fantal-Lon
u Dessa linienn e
* Colon *
Rpublicaine
Porl-ou-I'rincienne
Qtioe lafinessc de leur arm-3 tout les llicet
des Mas cou urs
Contre-Avis
La soussigne, en rponse
rjl'av s parut au journal Le
Nouvelliste, la datedu 3
mars touran', rappelle jau
Pub i et aux No1 ir-s qu'el'e
est l'uni ue herit re de teu
Me Lonce Viard. son poux
et de leur tille lgitime, l'au-
letle Viard,dcde;qu'en con-
squenceellea ncore,comme,
d'aideurselle l'a toujourscue la
libre et entire disposition des
bie is guctalement quelcon-
ques dpendant des coin'nu
nauf et succession de teu son
premier mari.
Elle dclare que le dit avis
est nul et de nul filet, vu
que calai qui l'a sign ne
porte le nom de Viard que
par complaisance et par tol-
ra nce.|
Le prsent contre-avis est"
donn telles fius que de
droit
Poil au- riuce. le 5 mars 1931
Mme Arthur LESCOUFLA R,
ci-devant Vve Lonce YlAHD.
vpndre \
ae ,u> El"* ro ,,,u r
Or M), un rfrig.-.alenr f>;i
mtal e une cuisine de me-
na ce 3 loyers.
5adrMei: LtNEWlRARj
Rue , l'hone: IIX.Qft.fc
gmmmm wn 5BP"BB'WaBHHB
. I
Avez-vous de,
la mmoire?
Siot'i.no'ibti< | * qu I*
-DIABLE-, le l'Ddi !>> en
lv<- les e's 8U pltl '
joies i ourtoujours.
. Envoi par p'Sit contre 8
aourdef,
M. DESCHAMPS
S.int Marc.
Problme
Sach.nl que la miiri: bal
on plein dans le |jy. expli
quez pourquoi :
lo Y a t'il tant de n.ondi
i assister aux t es ?
2o Y a t-ilplui d* vonures
de luxe en circulation?,'
3o Les hommes surtout
s'habillent-ils mieux?
REPONSE
lo Parce qu'il b*j a que
fa (aire. #
I. parce que les voitures
sont ae plus en plus attra-
yantes.
So Parce que U Maison
* ;Vinca>nt CAUDIIWO
'2*a.5, rue Bouue-Foi,
s'est spcialise en article pou
hommes tels que Casimir*
toutes nuances et a rout prix,
chapeaux us,, cravates et
chemises de toute beaut.que,
grce son Stock formidable,
elle peut vendre dea prix d-
fiant rellement toute concur-
rence, heudez vous l'viden-
ce en visitant la maison Vin-
cent Gaudino,225,Hue Bonne
Foi.
IjOP
Le PhEV DUiV
LOP est le pneu
la vori des Chaut-'
feurs.offre toutes
les conditions de|
scurit, d'endu-j
rance et de soli-|
dite.
En vente chez
.John H. WOOLLEY
Grand'Rue.

Lykes Brothers S S G Inc.
rexai Hati nio-llomle.go ** iUo0
--------
Le seul aervice hebdomadaire'et rnolier pa^a^sr i
fret entre les ports du Golfe. du Texes directeomil avec
Port-au-Prince, Haiti. .
Pour la rception rapide et le maniemeat habile "J-'g
mportations, servez vous toujoars des aavires df Liaa^
LINE.
Les prochaines arrivea 4 Port-au-Prince 1
S/SaVelma 'es. S Mars 11. ..-jg
Steamer "Stella Lykea" Il mara 1931.
S/S "Genevive Lykes-* 20 mars 1W1.
S/S 'Ru h ykes- 27 mars lttl-2
S/S Margaret Lykes- 2 avril 1931.
Bureau: Rue da Magasin da l'Etat. Boite Postale B
Avis
n dam mol par les *
PILULES ORIENTALES
In lealej qui devrloppint, raf-
fermitient, rreonsmuent Iw
1 nu. effacent Ici Millietoaaau-
ses des paules et ilonntnt u
buste un gracieui emboopoint
Itnlklkanlii pour la sant.
iiT'i.!!<,parlesctltbriU mtdUmkm
JKAlIf. Pa".S,ll*,rtkioler.PAJIIS
iii ai iiannni
i toute b*jnaeipbarmscias
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident F ire & Life
Assurance Corporation Ltd
dr Perth (Scotl ,nd )
Car !:i aGEMFPAL i est une des pins puissantes et des plus vastes organiaatiers
de et ^enre. Le ^a'e'l ta se uuhrja.niis sir san ebamp dacliou qui eubrasse \t
Monde
Ses Polices conlr incendie (couvrent'aussi les dflta occasionus par la ;.ouaie.
Ses Polices po \uton ibites couvrent vi,!s, ir.ceudie, raalveillfnce, dommai.es
causs autrui dan-, sa penooDS ou daos aea biens.
Sas Polices Maritime.....niaea par ses branches d Europe sont payablea aa Hati
Ses Policps aoritit iccldents^sont valables dans I univers entier. Tous les voya-
geura devraient donc prendra la piecaulicm de se munir d'une police contre accidents
3'au moins 4000 dollars, la prime auuue.le n'tant que de 1/2 /. soit 20 dollars U. C.
Veuve F BERMINGHAM, Aux Caves
Voulez-vous voyager pour
Santo Domingo ?
Lautomobile de la Poste'
part trois lois par semaine, i
six heures du matin Profitez
en.
Achetez votre ticket
l'HOTEL ESP\N\*
Rue des Miracles,No 121
a l'tage du Syndicat des
Agents de Change.
Phane : 3390.
l'Influantes s'tend
4rr**z le troid de suite avec
le 666. Prenee-le comme un
prventit.
Employez "le 666 pou
sauver les bbs.
Ginzano Blanc
C'est le Vermout'i le p i* agrable.Jle plus tonique et
par consquent le plus ap'-rci.
LE C1NZAN0 BLANC a eu laa pins hantes rcoo.',
pens-s toutes les expositions et se vend sur place ui
prix des plus raisonnables.
Ba gros chef A. de MATTBIS. ^___^^__
Grand Gaf^de France
Sous la!direotion!a?ise etj|intelli({eate de Monsieur Pranijoia
Hirtl'li qai es' devenu l'associ de Moasiear P*tri, le propo
taire d cet tabl^aennont qui n'a pa d'aaral, le GRAND CAFl!
DR PrHNCB, oftre i ses ai nubien et distiua;u clieata, laa
rono'n nation* les plus flaes, les vins de toutes provenances laa
us choisis. Cigiren et Ctgrretts, Sai lwche, varis, des prix
cdant toute concurrence.
L'ac*.v".ii la nias *t n i rtlti te esittaisfai i'.'j i aatUlil
ttrait du Grand iat de France.
PATKia & Co. lHaalniie SMt.
*-.
a>0US-..GliA^
m *
Aent Gni pour Haiti. ^i
l'on-atu-. iiuce. JEAN rfL\VCH6freimc
insuranee Co
Une des: plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
surlatVlE
-
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux

t


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs