Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03856
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 11, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03856

Full Text
dment Magloire
DIRECTEUR,
1KW, RUE AMERICAINE 1368
TELEPHONE.W.2242
l'air isralrr le* graris iuif rfli
aalieiaUi, peur ieu*fi urr, il lait
turluui la attesta la n lu viuu. Il
aiaiiiile eu |Hiji-wriii, ! mer. ate,
le bou iru, la toiuaissauce lia*
liiuc les aliairrs.
Lduiiad DLSMOl.110
I
2UMe ANiNJtt N* 7233
pokt-aii.pringe:(;haiti )
MERCREDI 11 MARS lttl
AMBITION et JUSTICE l Ji*iiBlit^ Propos
cachets
L'Amrique du Sud tou-
>uri t une chaudire dans
quelle bouillent la rvolte,
rbellion et l'intrigue .
Noua tirona cette citation
u n ejsrecente publication ;
jais, notre point de vue,
expresaion qui s'applique le
taieux l'histoire de l'Aniri-
ue du Sud, c'est le mot ara-
lition i, qui en kest la cl et
a solution. . y
C'est l'ambition, en eflet, ce
rincipe moteur qui a ouvert
a continent aux pionnieis de
a civilisation, qui a ras les
orts sauvages, diG des
ri Ile superbes et provoqu ce
lveloppement grandiose de
'hmisphre sud. Ces pion
liera colonisateurs ne diff-
raient en rien de ceux gui,
il y a des sicles et des sicles,
(l'aventurrent travers le.s
forts sauvages qui couvraient
ITEurope.
A notre humble avis, le mot
rbellion n'est pas le terme le
mieux appropri que I on
puiase employer, lorsqu'on
parla de la politique aud am-
ricaine. Us agit plutt d'am-
bition personnelle, ou, dans
un sens, de ce qu'on appelle
communment la course a
l'assiette au beurre.
Comme cela s'est produit,
au cours du sicle dernier,
aux Etats-Uni, la vision de
riches profits possibles, ou
irobables, que renfermaient
e sol, les forces hydrauliques,
les gisemeuts minier*, a sas-
cit, en Amrique du Sud, les
luttes terribles pour i- pies-
tige personnel Les jalousie,
les intrigues, la guerre, tout
ce qu'on peut rver de brutal,
iccompagneut toujours ce
sentiment tout puissant, qui
agite le hommes: l'ambition.
Sans cette ambition, ni vous
ni moi nous ne souflririons
probablement pas de la d-
pression conomique; sans
elle, l'ex prsident du Prou.
II. Leguia, ne serait pas en
ttrison comme il l'est actuel-
ement.Daus chaque cas, l'am-
bition de l'un a t le marche-
pied qui lui a permis de se.n
parer des avantages person-
nels d'un autre.
Il aat certain qu'on pourrait
dire aussi que saus l'ambition
il n'y aurait pas de progrs
dans le monde. Mais notre
boule ronde tourne depuis
suffisamment de sicles pour
que- les millions d'humains
qui la peuplent puissent se
rendre compte uue l'ambition
doit tre tempre par la rai-
son, ou ls justice, si vous pr
tres.
1Le Prou, qui est une lois
de plus, la proie de la rvo-
lution, nons en oflre l'exem-
ple. L'anc'en'prsident est ac-
tuellement enlerm'au pni-
tencier fdral, dans une cel-
lule o il a i peint la place
de remuer. C'est un homme
g, un diplomate, un person-
nage hautement respect dans
les milieux gouvernementeux
du monde entier. Son fila,
Juan Leguia, qui a t jet,
lui aussi, en prison, a tait ses
tudes l Universit de Pen-
sylvanie; c'est un sportsman
connu, tant aux Etats-Unis
qu'a l'tranger et un aviateur
de mrite; pendant la lira mie
Guerre, il s'est engag dans le
Royal Fiying Corps an-
gtflls, et panii les nombreu-
ses dcorations qui lui ont
ei rontrei. il est titulaire
du grade de Commandeur de
la Lgion d'honneur.
Ces hommes minents ort,
d aprs les nouvelles qui bou
sont parvenues.t condamns
la prison perptuelle pour
avoir,soi disant, mal employ,
ou dtourn des tonds du gou-
vernement; ils n'ont jamais
pass en jugement. Nous nous
garderons de spculer sur
leur culpabilit possible, et
de uous prononcer dans un
sens ou dans l'autre. Nous
nous bornerons dire qu'
notre avis, M. Leguia pre a
cousacr sa patrie, le trou,
plus de dix annes de services
distingus; il lui a donn des
routes magnifiques, des docks,
des hpitaux, et lui a apport i
des peiteclionoements et des
modernisations de toute na-
ture. M. Leguia fils a tait de
nombreux amis a l'tranger,
o il a cr des liens d'amiti
qui pourraient, quelque jour
venir, lre prcieux pour le
Prou.
Pour dous, il nous parat
triste qu'eu ce XX# sicle, les
Leguia soient co damns a la
prison perptuelle daus de
telles circonstances, et nous
croyons que le sens du i fair
play, cher aux Amricains
du Sud, ne permettra pas
qu'o tasse le Mieuce sur eux,
saus leur accorder le bnfice
d'un examen quitable de
cette regrettable affaire.
Nouvelles
Etranqres
-o-
8 Mira 9
Die isliiM>i|liii
sar les Aatrieilas
LONDRES. Les Amricains
demanderont probablement la
tte de air Valentine Critall, ex-
aaembre dn Parlement et grand
industriel anglais qoi.ipri une
tourne tendue an Europe et
n Amrique, est retourn ches
lai et dani on discourt ..un
hsnch a dclar qu'il trouv
Isa Amricain des gna moiti
4levi, qu'il taient les gna lea
Sus ignorants sur la anrtace de
terre.ds qu'il s'agit de choses
en drhor dea Etats-Unis.
abats Gailhi dit ne prairie
visite cici lai
NEW DELHI. Iode Mehat-
majGandhi a laiss Delhi pour
aller chex lui o il visitera
brivement sas entants svsnt
d'entreprendre I nouveau la tra
?ail d'sjoater Fiction .de- l'Inde
pour l'indpendance. Des mil*
liera de partisans remplirent les
talions du chemin de ter et le
virent entrer avec ses deux se-
crtaires dna uu compartiment
de 3me classe du tram o il
voyage avec les paysan*. Dan
Uue semaine peu prs, il aasn
te. a au meeting annuel du Con-
gre national I Jarachi.
laeaiisrlier JeIfieiiqiiir mllr
da ejstile
LONDleM Philip Suowden.
. honcelier de I Echiquier, com-
bat une maladie douloureuse,
dana I espoir d tre capable de
Eraenter son budget la
hambre des Communes le mois
prochain. Sa maladie t diag
nostique comme tant une cys-
tite ou inflammation de la ves-
sie.
L'ieur mal Iraici-ilaliei
LONDRES Tandis qu'un
silence complet et le lecret sont
conserv! l'gard de l'exarte
nature, du contenu et de la date
de publication de l'accord naval
lia.ico-ilalien, le retard, dit-on,
est le rsultat du lait de l'Angle-
terre d'avoir accept ta rcla-
mation Iranaiae dun chiflre de
ptui da proportions.
VMlr >;i'eie ;>: Uirrarr i
> Lraiifra
MOSCOU La vente* >? l'-
cran de fourrures de Len-.n-
Krad raouorl au
rapport in gouverne
ment Sovitique .peu prs 3
millions de dollars,,.a annonc!
le journal Ixvestia. La vente
i t conduite par un allemand
et i t Irquente par des ache-
teurs de 1/3 m osons de com-
merce comprenant ceux de
New Yoi V, Chicago, Paria et
Londres,
En peu de temps ce g
produit remarquable a g
conquis de haute lutte g
une renomme des plus g
S*
*^,, Br ai
H enviables. S
S m
Demandez toujours le f|
I Rhum HENRI Gardre |
Le filtrai Huiler sr refit
an 1er U elt.hr
WASHINGTON.-Le geneial
Smedley Huiler, des U.S. M;i
lines, a annonc au il prend'
sa retraite au 1er Octobre peur
aller taire une tourne de con-
lrence. Il a dit qu'il ne d-
missionnerait pas.
U leialaliia > I Inde i nnjniriti
le 30 nilliiuH
NEW-DELHI, Inde La po-
pulation de tlnde a animante
de 30 million dans une dcade.
Le gains de Mcdras sont de
22 pour cent, ma'gr la pratique
du contrle de naiMaiires.
La inaie roilr aiu-iBriraiae
WASHINGTON,-1* experts
pousseront a la roule pan amer i
caine.Les groupts amricains
du Nord et du Ontie en dis-
cuteront les plans A l'anamn
ce mois ci, li (on rence du
Commerce l'automr e de cette
anne.
Cela se rapportera aux pro-
blmes commerciaux et lflani
compris dans le travail de II
grande route.
Lqation
Dominicaine
Plusieurs journaux de cette
Capitale ayant publi la nou-
velle que la loi martiale a t
frroclame dans le territoire de
Rpublique Dominicaine,
noua devona dclarer qui cette
nouvelle est dpourvue de tout
fondement.
Port-au-t'rince, le 9 raara 1931.
Ag. MALAGON. hijo.
Ministre Dominicain.
SALON DE BEAUT
Beauty Prlor
Mme Zepliir. 1108. avenue
Vilmenay.Boii Verna.experte
diplme de New Vo k i
et le a ralit 10 annes.
Revenue de N w Yor k avec
un matriel perfectionn, M"*
Zphir pratiqua la dtriana
des cheveux, le Shampoo. le
bouclage.les ondula lions, tous
les soins du vi iage, le massage
lectriuue ou la main, d'
prs les mthodes modernes.
E'Ie est aussi experte clair
cir le teint. enlever les lches
et les acns Ifaoucure.
Crmes et huiles p< or les
soins de la toilette.
Jente." dunes et demoi
elles, accoure! en tuulecbes
Madame ZEPHIH poor vont
n h ira nue beaut dout von
serez met veilles.
L ouragan en Italie
On liyniile 27 mort el tir irtssi
< rlfijls
J NAPt LS. 2 Mats Lea oea-
[gai lormidables qui ont dur
cinq jours, ont caus la mort
de '27 personnes et dea dgts
considrables dans l'intrieur.
La navigation est diorganUe,
L'ouragan ses! calm, maia
il a laiss une large trane de
destruction et d'inondation. Dea
I perles de vies humaines ont
t signales de points aussi
distants que Trapini. la pointe
ouest de la Sicile, Mcs-ine, Pog-
gia et Naples.
Les inondations ont mena-
c de grandes tendue de ter-
ritoire a Keggio et eu Calibra,
et ont caus l'croulement de
nombreuses maison .
LA lEILUlItle
Dt MOU).
Aucuns autre lampe de poche
M vous donne la pelaaa'OcS ...
la dure, la commodit, la con-
lli'iice et l'conomie de Ifl lam-
pe de poclie Eveready nuand
vous vous en serves avee les pi-
les scbes Evcready.
Evites les imitations. Insistes
Kur l'authenticit, la meillcuie
npe de poche du monde et les
lieu ims pi les En vente
de
raeilwurws piles
ches tous les distributeur^
premire claase.
EAU'i
AMERICAN EVE
.E^'.WOHKS.
30 Kast 42i.d Street.
New-York. U.S. A...
EVEREADY
LAMPES F.T PILES
durent loDfteaip*
o
Dans In |)ir<- Amiral Killick da
MM. Andr Chevallier el Charte Mo-
ravia.il s.' trouve mi personnage tout
particulirenienl sympathique : cet
celui du Docteur Cote... qui partage!
sans bruit, sans parole a l'histoire la
destine brolqQede sort chef. Li t)r
Cote... n'tait pa seulement ne h-
ros, c'tait encore daaa oe% tours or-
dinaires, un joveux vivant incapable
d'imiter le chameau aida rester pt
jo.irs sar.s houe. Ihef le Docteur le-
vait le eoude.
I,e rle de ce pohard sublime tait
tenu et avec une rarseomptenoe, au
une au inoins de ses partie,pet notre
ami Clment Coicou... Papayoate
pour les dames. Cale! M"' adore lo
thtre, envoyait clia(|ut ri.t tion
une bonne bouteille de RHUM SAR-
THE CACHET D'OR... mais avant
mme la scne o le Docteur devait
se mouiller le gosier...les aulrese.un
puions de Killick. et Killick lui-
mme, rgulirement avaient vide la
bouteille... comprends a...
Naturellement Papayoute Huit par
se lasser le jouer son rle au sec et
on l'entendit un aprs-midi protester
avant le lever du rideau :
Rien ne va plus, Messieurs, c est
moi ipii loue le rle du pochant .. et
le RHUM SARTHE c'el vous qnl II
buvez. Il y a maldonne I
Les Amitis
Catholiques franaises
Ici est le titre de l'important!
el intressante revue qns, IflC
une comptence non moine qu'-
une distinction remarquable,
d:uge Sa Grandeur Mgr Alfred
B.iudiillnrt. u- I Acadmie Iran-
iiae. archevque di Mlitoe
et Recteur de 1 Institut Catholi
que de Pal is.
Le bol de cette iavoi est >!<
Il in m i e u x connatre la
France aux catholiques et i
gem al d'intresser les catholi'
quel Iraneii ini travaux il ici
lutes dei calliolujues des pull i s
pays, avec lesquels elle l'eftorce
... voi dm le Sans-fll que
distribuent il ailleurs les Bfllaff
caioa aoxmaaai qni Sir Valen-
lino triltall, nubien membre
lu Par'a nn' Rritantique, et
grand lidmtrlal, alflrme d'an
rstoor I' m v y;g nui Kta'B
Uns d'Vniriqie tue I'\m6ri-
Cailt est \ moiti civilis et (|U'-
isii surplus o'esl lepeupl le plu
ianoranl que l'on puisse reri-
con'rer suisla culotte d^scieux.
L'information ne doit tre qu'A
,noiti vraie, aanatiooi les n-
ricaini ne l'iaralMi pas oublie
eux- nines dani les nouvelle
de praaja qo'lli dlstribotnl aux
journaux hatiens.


... a vu, dimanche malin, sous
lu fracheur et le soi-il tide
de K femmes, l-
lonl ce quo
l'oil-.iu-t'rmre avait df chic M
trouvai!, diriit-OD, a Keiucofl.
niemdei, Jolies
gants gan'IemeOa
d'eotn tenir des relations cor-
diales.
Accueillir en France les ca-
Iholiqoea trangers, les visiter
chez eux, leur lournir. inr sa
publication annuelle : l'Aima*
nach ca'holiqua tranaia, et par
sa revue mensuelle : les Amitis
Catholiques Iraniiaea, ouverte,
d'iilleura, lenr collaboration,
une su a doonmentition sur les
choses de l;r. appui aux etdimia i itholiqoei j
trangers qui viennent tudier
en Fiince, rpoodre.au besoin,
aux attaques dont la Prince est
l'objet, voila les principau buis
de celle revue.
Paraiiaant le 10 de chaque
mois, le pi il de l'ibonocmenl
e.l de 20 Ii.hhs raii.ou.i-n mon
nat ha lenne, de l gounles.
Ceux de un s COmpatl lot' s ijin
dsiteol s'y abonner, sont pins
de l'idreeaer moi, qui \l^t
Baudnllart, par u:i lmo'gnagl
de dlranti contlioca, .< bien
voulu conflit une liste de-ous
cripiion.
Pbilippi CANTAVE,
Sectl ure de l'Alliance Iranaiae.
Confrence
duD'Lind
Ainsi que nous l'avions
annonc la conlrence du Dr
I.ind a eu lieu Cin-Val icts,
samedi soi r, d es huit
heures. Dans lu salle, ou re-
marquait parmi un public dis
tiugu et uuiiibietii HcaEd-
mond'de Lcspiaasse, le Dr.
Price ^lars, le Dr Dorsinville,
M. Stplu n Alexis.elc. etc. Le
conlrencier tut pisentau
public par M Jacqii" Mou
main.
La conlrence intressa lies
vivement l'auditoire. Le Dr
Linu dissertait de ce que les
occident aux appellent les
mystres da L'Inde. Le succs
du eoutrencier fut tra grand
d'autant plus qu'il parla de
ion sujet d'abi.nda. ce, dans
une improvisation habile et
tic gante.
Le Dr Lind, encourag par
rc premier succs, donnera
bientt une conlrence sur la
leniine hindoue. Nous sutu
a ea dj persuads que cette
(onteience aura le giaud suc-
ce de celui de samedi der-
nier.
vers miili
gmupe de
... u va, dimanche
s'exlnaier tout un
connaiaianri devant chux bon*
teilh sde vin fin qo'avaieni appor
li s pour un djei.in r c|ui lut
d'ailleuis lis coplcni deux llna
t g onrinels (lgislateurs de grjud
mrite, Kn moins (le deux se-
condes les deux bouteilles ne
turent plus que deux agrai) e*
souvenirs. Kt quelqu'un habi-
tu aux vins de bsut cru pouf
avoir vcu longtemps en pa.VI
S anropana ranmi ainsi la |o i
de tous :
C'est ce velout <{ui fail la
valeur (le ces vins, ce vlo i
dlicieux...
... les a souvent vus ajsjfa il*
ble. Bile, llexible, brune. Bgrlbll. Lui, beau, un p#U
vain, el chic. Ella tait au but, plutt distante et ne aeiu-
blail rien lui permettra. Lui. i'
tait empress, et se disposait a
Ions les prosterneiuenls. Les >i
revus (pielques mots plus tsrd.
Ls situation avait chang d i
tout au tout. C'est elle ejui tait
empresse et d'aposo a 'ou les
piostei neineiits. Lui, il tait le-
venu plus fat qu' l'ordinaire et
se permettait mme de relu
d-s rendez-vous. VA quelqu'un
ra alors :
La chose est claii ... Clat
fait ..
*
... voil que des cas de grippe
sont dans toutes les famille*.
Ceal la moment o jamais d prendre des prcautions, car
cette grippe actuelle est moins
bnigne qu aux poques passe.
*
... a vu, avant-hier soir, dans
un de nos ciubs mondain, un
de nos hommes de lettres qui
taisait le coq m.1re en compa-
gnie de lauaaa Mlles. Lai jeuaes
lit les sont prs pue des gamines.
Alors pour faire ressortir, lui,
qu'il n'tait pas un vieux bir-
itoit, l'homuie de lettre dit
I une de ces jeunes filles qui
revient de Paris.
Ahl Paris, Mademoiselle,
il faut que j'y retourne avant
d'avoir 40 ani. La petite |eane
fille se pencha alors vers son
frre atu et croyant qae l'hom-
me ne l'entendait pas, elle mur-
mura :
- Tien, il n'a pa encore
quarante ana.
1 m
.
... a vu, cannant hier avec le
Directeur de La l'resue, S. M. M.
! tantes Uellegarde, E K. et Mi-
nistre Plnipotentiaire Wa-
shington. Un de nos confrre.
Le Souuelliste toujours renaei*
gn dana les questions de d-
p cernent, allinne q ie notre
sympil i que Ministre a voyag
dans le dessein, aussi, devoir
d,-, e itretia .s confidentiel avec
I l'rsi lent del Kpublique,
r.os agems, co niuue notre cou
Irre n tant renseigne, le plue
.uiivent sur ce qui e passe ici,
que pal ci qu'en disant lia |oux]
IML


PAGE 2
- .v.JM
u MATHsV U
M^S 1M1
UN
RHUME
JEQLIQI
. I to onvort
toutes ios maladies de la
80RSEy mi BRONCHES n m POUMON
NE NGLIGEZ Pf S UN RHUME I
SOIGNL/-L1! norgiquemeut avec les
PASTItLKS VALDA
ANTl -:< riQUBS
Mais surtout n'; mployez que les
PAS! VALDA
VERITABLES
VENDUES seul ment en BOITES
portant lo nom
VALOA
En vente la P iL Buch
& dans tontes les
bonnes Pharmacies
I. LUCIEN LAFOJTANT,
UiimiI Gnral e'Hali. New York
Nous apprenons, avec plaisir,
la liomicaiiun de notre ami Lu-
cien Ldlonianl mu poste de Con-
sul (Jnial d Hati New-York.
M. Lucien Lalontant succde a
celle fonction a M. Emile Kuy.
< Nul choix ne pouvait tre pli. .
heureux que celui que rient de
laite le Prsident de la Rpubli-
que. M. Lulonlant e.i un vm-
centiste de la premire heure.
; un de ceux qui se sont doun-
corps et me, |,lu d oubli
campagne qui. l'a conduit au
Pouvoir.
jLe nouveau Consul Gnrai,
! qui tst un de nos nergiques e
[tanet commerants, luisser.i
Foi l-au-*'nnce pour son po*t*
entie e 20 el le 25 de ce mo s
A ce poste important o vient
de l'jppeler le Couverueuien'.,
M- Lulonlant mettra coniribu-
Au Tribunal
de Cassation
o
Lundi 9 mars 1931.
Une audience solennelle est
lenue. Me Justin Monta*, rcem-
ment nomme Substitut du Com-
missaire du Gouvernement prs
te haut .tribunal, y doit prter
serment.
Fouit compacte dans le pr-
jiOUt o tous, avocats, amis,
Isoulignent leur joie de revoir
ieur coiiiire, leui ami dans la
ludicature. Lu eftel, celte phy-
sionomie sympathique avait
abandonn momeulanoient la
|ustice pour soulager de leurs
divers maux, en sa qualit de
mdecin, nos Irres des inor-
nea, des bourg, des villages o
Me Montas a recueilli beaucoup
IOO les qualits qui le Uislui-je lauriers.
guent, et justifiera certainement j \ie Emmanuel Etharl pr-
la trs grande preuve de ton- si(le eaurllence. \ie Ole Lger
fiance qui lui est donne. ; m occupe le sige du Parquet. Me
Nous prsentons a noire aun Christian Laporte reprsente le
L***+*
-!
Les Commerants hatiens
et le Gouvernement.
noscoidialis lliciialions.
------MO
Lei
eileU ae M. Belk|rae sol
fisilf eu duu o
Samedi mitio.lt Stcrtairt
d'Etal du Commera ; revu
un important documtDl des
mains d< Me Martit \'> Cou-
Imgts, dlgu les Commer-
uii5 Hatiens auprs des pou
? ira p b les. Il sy^ii d'un
l mg m m randum exposant
le punit le vue des Ct)mmei
iinls, quant la quesliorj
tommen iale.taisanl l'objttdii
chapitre II, paragrapht ( a ),
(O- (') (,l>.(v) el (h> de ''
ptition du 18 dcembre der-
nier.
Dans w mtmorandum, la
dlgu di s ( ominti a nia rt
commando au Gouvtmtmtni
un projtl dt redrttsemtui
commerc al,conuel devclop-
p dam le sens d'un retours
M. Dants B llegarde rcem-
ment arriv de Washington o i'
est Ministre depuis deux mois, a
i ion mi. pris, ai riv en douane
de voir ses ellets soumis une
usit en rgie. Naturellement
cela a mu tout le monde, il est
vrai que l'article de la Loi qu.
secordt la franchisai nosageir
n'interdit pas la visite. Ma n
d'ordinaire nos sants, soit p
courtoisie, abil cause de leu1
importance, n'avait jamais t
ssireinis a cette tormalil. O
afia (|e ^ demande de partout poui
otger It pttil capital ha; quoi i-cn par I. Dants B ll
les diverses units, qui ton
courent A la ralisation par-
laite d'uni' transaction com
rnerciale. Que l'exercice de
et laim s catgories soit l'apa
Dage exclu* il d'individus de
lien n.\c sti dans It tralic des
produits, ci ntre l'ampleur et
iu puissance du grand capital
n ...sti dans le haut commer
ce.
I e mmorandum recoin
mande que las magistrats
Communaux et les Doyens
itsTribunaux de 1re Ins-
tanct soient dsignes pour
xercer le coudoie de l'excu
non de i loi, qu'un dlai de
A mois, partir d la promu!
g o de quii ctllt nouvelle pioct
dure a t inaugure. talion
Songe a l'allli de dt* noire M
Diairo la S. D N. ei au l.nne.
diacoura o a piopoa des Biais
Unis d'Amrique il a mis 1.
pomls sur les i de I rupraiis-
' me.
, eu ven^f m. inutile !I
la tradition du commercena- galion, soit accorde aux coin
lional et d'une protection j merants. pour se conformer
plua efficace du petit commerj la nouvelle lgislation.
a t Hatien.
Le mmorandum recom-
mande que le dveloppement
du commerce des produits
trangers sur le territoire
national soit attribue a neul
catgoiiesou liasse de com
merants, sav ir : ngociant
Importait ir, marchand an
gros et demi-gros, dtaillant,
pacotilleur, agent de manu
t.u m commissionnaire,
transporteurs ou voituriers,
pharmaciens et banquiers
Que chaque catgo it ou
i'tierce ou se dvelop E
a nouvelle
Suis qu'on s'en aperoive,
Me Cou langes, dlgu des
Commerants, est en train da
i allser un travail de haute
pur ee nationale, ceat peut
tre pour la premire lois en
lia.il, (jua part hs organes
del Presse,des citoytusqui
o'ont aucunt responsabilit
ollicidle, qui n'margent pas
au budget.c illaberent si r>
emeni uvec ou Gouftrnt-
meni tablira la solution des
grands problmes qui con-
Ironlent i<* Pays,
Gouvernement a trouve
classe s -
pe dansnn cadre limit alinlins leadmenl dans la per-
de mainteuir l'quilibre eut: e nu M Coulangea, un
auxiliaire prcieux. Esproo
que les recommanda uns di
ce concitoyen, traits de l'ex
priclite prolesionnelle et d>
1 tude, seront prises en
bonne part et qu'avant lou*.
temps, l'un des grands pro-
b iues du jour, le probl-
me commercial, recevras!
une solution. D'autre part,'
une commission compose j
da Mrs, ciis. Vorbe, M. B.
CoulangeS' Jn Charles Prs
soir, Joe l'.e re Louis,Louish
don.el Mexile a t loi nie
par le ministredn Commerce,
ur la demande du Chtl de
l'Etat.pour tudier el proposer
des modifications au tait ri
a la Lgislation douaniers
actuellement en vigueur.
La Commiasion tiendra ses
sances au local de laCham-
ort lit v.uinmi ice il 11 illi
Conseil de l'Ordre des Avocats.
Me Monierrier Pierre, Substi-
tut du mme Tnbunal, accom-
pagne le nouveau commnsionn
au tain du Tribunal.
La sance est ouverte.
Le tommissaiie du Gouver-
nement requieit au Tribunal la
prestation du serment de Me
Jusdn Montas. Lecture de la
commission est donne. Gra-
vement, Me Montas lit les pa-
roles sacramentelles.
Me Bthaart lui souhaite la
bienvenue. Me Ols L4ger, sort
OU discours o il lait l'loge
lue n meru Uu Substitut sortait,
Me Cuvilly, etc. etc. < 'est l
lour de .vit.- Laporte, un vrai
liacoura de circonstance.
Me Moulas regagne sa place.
Il lit avec I ap'omb qu on lui
ounolt son discours de remei-
irmeuts aux paroles de bien-
venue qui lui sont adresses.
Sa'i<-laclion gnrale. Et, l'an*
ii< nce solennelle est leve.
Ou s'empresse de presser la
main iu nouveau S batimi, sju'j
ivre un sourire aimable, no l
lue un de ses cunfrres, cha-
cun de ses amis.
Nous prsentons a noire ami,
Justin Montas nos compliments
>es plus chaleureut, et lui ou-
'i nions bonne besogne.
CE SOIR
CARMEN
avec Haquel Meller et Gaston
Modot. Entre: 0,50
MOSCATO PASSITO
iwano
V

i
NCOMPARABLI
DE DESSERT
VIN
lus. ;..
Pas
V de MATTElS&Co,
Aqenis lieneraux
iiiauytiraliou le la Terrasse
d'AASO.MA
Samedi soir, M. Steel-, l'ai
mable propritaire d'ANSONIA,
a inaugur la nouvelle terrasse
qu'il vient d'annexer S son res
laurant-htel. Ce lui une agra
ble soire o les invits de
marque de M. Steele passrent
des Heures agrables. Dner au
ue n a exquis el vari, vins mis,
l'Iio au programme modei m
harmonieux, lumires iiuce-
ailles.
La nouvelle salle esl Ctlts du
liilard qui a t installe avec
leganca et got. Elle est, trs
o fuette, lies are.
Nous flicitons M. Sleele des
iinelioraiions qu'il apporte sou
tablissement qui tst d'ailltora
un des plus choys de l'ort
a -Prince.
Les Sporls
o
Sutts rectVO/u /" lellre suivante:
iiylon Sportif Hatien
sige local,201U, Hue du Peuple
2016.
Au Directeur du Matin.
Mon cher Directeur,
Kn lisant votre intressant
inunio du* 6 Mars en cours,
grand a t notre tonnement
quand nous y avons vu on com*
muniqu du Comit de Rorga*
nisation deTU. S. S. H. invitant
Cachet Miriga
Rhcmatltm* ^ieanienl de -:m,xw J lu,'f/sbonnl'h-
^^^jg^f^SSSXSSm se
g.^^tP^^
i* .
as
^.
If
/.
fi
>i

i
\T'~-
Le cor gisait, inanim
Il avait t tu par Le Diable . Demis six jours, de-
puis sa premire rettccntrt avec i Le Diable , il tait
perdu. Mais, tenace comme tout mchant cor, il ne vou-
lait pas s'avouer vaincu. Manttn.i.t il gt inanim, car
LE
LE
enlve les cors en six jours peur Loujoura
Et il n'y a pas d'exemple qu'un cor ou un durillon,
mme dou de la plua robuste con titutibn, soit ca-
pable de tenir longteitpa ecvv.it la- merveilleuse
combativit du Diable. C'eit pourquoi il est la mort des
Cors, Durions, &M -peririx
Mais faites bien atterlion Exigez toujours Le Diable "
LE DIABLE
est en exclusivit chez
H. DESCHAMPS
v.l'it-I\Iec. Envoi par
peste co Ure 5 gourdes.
r
^wt
En vente :
Chez F. CAKDOZO
lit dans toutes les bonnes pharmacies.
aussi les noms de divera Clubs
qui oui eu apporter leur con-
cours diius le pril dont tut
rnanac le Sport Hatien.
Cep. i.dani le nom de l' Ai-
glon Sporlit Halneu ne devait
pas y tre puisqu'une omission
volontaire.!'a voulu ainsi.
L'Aiglon, selon le point de
vue du Comit de rorganisa-
tion, n'a point dpens aes ef-
forts a bon escient, afin de
svir contre la crise sportive qui
battait son plein sur toute la
ville de Port-au-Prince.
C'est ainsi que l'Oiseau n'a
pas t invit prendie part
ia rumou qui a eu lieu Cia-
Vanls.
11 laui que le Comit de H-
urganisaiioo de 1U. S. S. H.
Le Terrain Bioncourt sur le*
quel noua nous entranons sa
|0ur le jour est une preuve fla-
grante de nolit 'dvouement et
de notre aergie pour la bonne
ma che du Sport.
Ce terrain Bioncourt qui n'-
tait que crevasse, grce nos
efforts inlassables, a pu sa me-
ta morplioser ces jours-ci en un
land accessible an sport. Et
Monsieur F, Hrard qui est
un smant vraiment passion da |
sport en sait long.
Mon cher Directeur, consta-
tant notre juste protestation,
noua esprons, noua voulons
bien croira que vos sentiments
au-dessus toujours des Irleal
passions d'ici-bas, n'hsiteront
pas un seul instant donner[
.acu que uous avous louiours ; publicit cette lettre dans
travail,e avec ardeur pour le [Vo[ P'us prochain numro.
maintien du Sport chez nous.
Ce n'aat as la premire lois
que le sport a counu les grifles
Je la dcadence. Il y a de cela
deux ou trois ans, voyaut mou-
rir la loot-ball, nous tions les
premiers apporter des uoim
que ncessitait son tat.
Et pour cela nous avons or-
ganis un pett championnat o
nuit quipes concouraient. Les
n-iiiiii s'taient |ous sur'le
terrain liloncourt, alors que'la
pelouse du Parc Leconte deve-
nait un champ d'amoureux o
les idylles taient frquentes.
Veuillez recevoir, Monsieur!
le Directeur, nos meilleures sa-
lutations.
Le Secrtaire Gnrai
de l' Aiglon .
N. S. GUEKRIR.
La Radio
Nous prenons plaisir faire!
savoir que Papa Youtle et Cas>|
dio se feront entendre la ra>|
do vendredi prochain daosl
leurs deux nouvelles cralioaa:
Orlophooic G. B. tt Ortophoakj
B. O.
CS SOIR
i^SS1 itfggVgM* l"de,n,,de *-;W"i- <>"'.> por..>.i.w.
)
leur Comit de Direction, leurs
Membres, leurs statuts et leur |
membre Dlgu.
^Dans ce communiqu figure
JOCELYN
avec Armand Talliar tt. Myrgs.
Enre : 1,00 ; Balcon : 2,00.
arbaueourl
Dontlsrettrflnittatnmvaraallaas>rasi bfamirt uiaet
Demandez partout : r r
UN BARBANCOUFAT
""** ~~*-?***. -' "' '^.- **
^ \+ - <%- saVi rf>tnssj^ssja


L MATIN- H MARS 1M1

Le meilleur BAI
des Antilles
Est maintenant fabriqu par la Distillerie
de l'Aiole Port-au-Prince.
En vente au Dpt de la Distillerie, an-
ale es rues Dants Destouches et Maga-
sin de l'tat.
GROS & DTAIL.
Prix de dtail; G. 1,50 la demi bouteille
de G. 2,50 la bouteille.
M. FONTAINE
Reprsentants :
Saint Marc, H. DESCHAMPS. C >p Hallir, Mien* GIORDaM- Jacmel, Tafeal A. BRUN
Chauffeurs Indlloata
f\ous croyons devoir attirer [
l'attention de la Police sur;
les procds peu dlicats dont
usent certains chaufleurs de
la Ligne pour se taire payer le
double du tarit auquel ils ont
droit.
CVst ainsi qu'un de nos r-
dacteurs, ayant tendu une
gourde au ebaufleur de la
voiture v 3837, en paiement
d'une coin se tarife cinquante
centimes, celui ci, avec une
audace inconcevable,'est obs-
tin rfuter dt rendre la
monnaie, e:( partit en vitesse,
se drobant toutes rcit-
| mations.
i C'est la troisime fois que
nous signalons l'indlicatesse
de ce chaufleur.
T-r
fr.wmwMhamgv.BmMyy .
Panama Railroad Stairlshio Une
Service de fret el de passaqcrs enlie
NLWU>KhcnYiV. i HlsTOBAL. ANAl /ONE et les PORTS del COTI
OUESTde lAMcKlQUE du SUD
Plus rapiae et le plus < iiect service de transporte passagers eldu tr. entre Hati
N les ports Europens via ,\e*-Yord et Oistobal, Canal Zone. Isthme de Panama
voici la liste de ni- agemspour les principaux ports de l'Europe :
Mrs. G. W SHEirx-N A Co- 17 Jam. s Street. Livehmm l, feai ad
Tf folloMiif arr mr tarais at pnn.-if.il norls iii fui oie :
INGLND SCOTLaND. FRANCE.
Mestri 6. W. SHELDON & Co..
17 James Street, Lherpool, Englan
la rance, Messra G. W Sheldon A Co. are represcateddby*the iollowinflras
Glelatly HkNKbtGo
21 Ru del Rpublique
Marseiil-s.
Hernu 'eron & C, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hernd Peron k Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulor.ae sur Mer.
Messrs E. A. Bbndix & Ce '
24 Allengade, Copenhagea.
Oslo, Norway.
International
Speditionsselkap Oslo.
M M. Atlantic Frbight Corp*n
Bllinli tus, lia nburg 1.
Germany.
J\ Messes Atlanti': (Veiowt
CORPORATION
Germany
Messrs'l \tlantic PnmNour
CORPN.,
MfQnai Jordaeua,
Antwerps, Belgium
l
Hern Putan C" Ltd
95 Rue des Maris,
Paris.
Hernu "ehon & Co Ltd.,
Rue de Traoquilit,
Duukerque.
i Hernu Peron & Co Ltd.,
9 Rue Roy,
Bordasux.
Genoe, Italt.
Messrs HaMBT Go& k Qumm
Piam\ S.Mattm.No 15Geooe
COTTENUURG. SWBf)BH.
Nerdisk Express,
Coiheuburg,
Massts Atlantic pRBieaii
Corp'n.
Kon Rmmap Rotterdam Holland
Messrs Steimann Co.
Dcs
Nous avons la douleur de
vous taire part de la perte de
notre regrette
Mme Veuve Arthur Hgnier
ne Marie Bouchereau
dcde ie 10 Murs cornant el
vous prions d assister ses
lu Draille* qui se feront le
merci, di 11 Mars, 3 heuns
de l'apr -midi.
Le convoi paitira de la mai-
son mortuaire, sise au Quar
; tier Saint-Antoine, pour se
rendre la Cathdrale.
De la part de Mme Veuve
Justin Carri et ses entants,
Mme Veuve Eugne Carri el
ses entants, .Madame Veuve
Alexandre Fouch, Monsieur
et Mme PailUere lilset leurs
entants, Mme Vve TlltOQOD
Bouchereau et s,e s entants,
Mr ie Dr et Mme V. Bouche
reau et leurs entants, Mr et
Mme Emile Bouchareau, M
et Mme Bdgard Moiseet leurs
enfants, Madame Vve Alexis
Bouchereau et ses entants, ses
(tours, beau frre, belle-sur,
neveux, nices, et tous les
autres parents et allis
A vendre
Mobilier complet consistant
eu tablas, chaises, dodines,
armoires, lits, lavabo,', etc.
S'adresser pour les condi-
tions au bureau du Matin
ou au No 3388 du tlphone.
frtez iJbux
Rapidement de
cette Faon
Frictionnez Vicks
sur la poitrine et
la gorpe; appli-
ques lib renient.
. sir*
VAPO Rura
FeurTout Refroidissement
mi >o.i :. v
f.
Le Colgate est de be.ii.i-
couplemeitleurdteraent
dit
! Jrme Alexandcr,
B.S., M.Sc.
Membre de 'A. A.A.S. ; de
l'Institut Amricain d'Ing-
nieurs chimistes ; un des
premiers a employer l'Ultra-
microscope ; spcialiste eu
"Chimie Collodale.
QUti les expriences les
eiperiencea scientifiques de
M. Jrme Alexauder puis-
sent vous convaincre, tout
comme elles l'ont convaincu,
que /< Colgate nettoie mieux
les dents.
M. Jrme Alexander tit
'es itdudci impartiales et
approfondies de l'action dter-
sie de dentifrices bien con-
nus. Il n'y a aucun doute
que le Co'gAte tait plus effi-
cace. Pourquoi ?
Car la Colgate pntre dans
les inleistices o la carie se
dclare. Carpour nous ser-
vir des mots de. If. Jrme
Alexander Il pntre dans
'es tissures dea dents, inon-
danl et enlevant les impure-
ls qui causent les drange- Cogale pntre dans
meuts .
Les recherches faites par M.
Jrme Alexander concordent
avec celles faites par des sa-
vants clbres cooame :le Dr
Darde thambliss, doyen de
la Facult des Sciences de
l'Universit Catholique d'\m
riqae; le docteur Allen Ro
lgara, directeur du Dparte
mtnt de Chimie Industrielle
de l'Institut Pratt; et d'autrea
encore tout aussi'clbree.
Jaroma Aie:
dit i
tander
J'ai trouv que ' > olgate
accuse la plus base tension
uperficielle. De ce fait, le
les tU
aures das dentSi y noyant et
an enlevant les impurets
qui causant les troubles.Donc,
h Colgate est de beaucoup le
meilleur dttrgent.
A
C^fti-y
La peau rugueuse
necessite ce savon
ALUMIMJM UNE
New-Orlans and Mobile to I ort au Prince Southsid
Hatiens Ont ports Sinto Domingo and Macaraiho.
'or
ls Marco Saillioga Aprii Saillings May Shillings
Toutes les Polices
DE LA
fi
N< w Orlans. Louisiane Sailfl
Mob'le. Alabama Safla
Po't-au '/rince, Hati Due
Aux Caya, Ilaiti Due
Jacmal. Haili pue
Mar 24
Mar 36
Apr 2
Apr 4
apr 6
Air 8
Santo Doming ; City R D. Due
Sm Pedra ee Macorla R.D.Due Apr
Ma ca r a: bo, Ve 11 < z u e 1 a D a e a pi 12
New Orlans \nd Mobile To Port au
liaitien Outporti San o-Doming
Porls Mardi
Apr 21
Apr 23
At>r 30
May 2
M y t
Mav M y 7
May 10
May lit
May 21
May 2g
May :
Judo 1
June 2
lune 7
June 7
i
rin Norlhside
and M uaiaibo.
Saillings April Saillings May Saillinga
// agit doucement sur
il pores, de telle Jaon QUU jait \ por| au j
. I mieux que neltouer. C'est une
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamontation de tau>
j Fuy.LeliosxptiCo
Agents Gnraux
y* .; < f T aiw wmmtMm 11
^(Portai
mieux que neltouer. C'est une I Cap-Haiiien,
combinaison de savon pour\ Puerto fia ta,
la peau. Il dissout toute trace
de salet et aide la peau tre
tendre et douer.
\ L'EXKI ento
j Savon de la peau.
' Produit une mousse [paisse
{excellente.
; Il adoucit et en've les ru
I gosits et tonifie le cuir che
velu. Il aide donc maintenir
ltal de la sant.
En vente chez tous les dro
guistes.Pour 0 30 cls seulement
tl est expdi ds rception du
prix.
Exrlrite, Miriae Ceapai}
Allaata, Geeraja P. S. A.
Agents demands pour tous
.New-Orlana L-uisiana Saila Mar 10
W\ Mande, Alabama Siils Mjt lj
liai i Due Har 19
la;li Due Mar 21
l D Due Mm 22
S n Pedro de Vtacoria R.D Mir 24
Santo D imingo City.R I) ne Mai 2.">
Waearaibr, Veneeuala Due Mar 28
AtUMINUM Ll\K.
\pr 7
A : /
apr 16
Ap 1S
A I 19
I : 21
Ap 22
a r 25
May
May 7
May 14
May la
May 17
May la
May 20
May 23
Port au Prince,
la 3 M -rs 1931.
A. DEMATTEIS4 c0
Agaata Gnrant
pays.
Ea
.crivezpour renseignements
29
ALIX
annes
Hliiiiu
ROY
de : neces.

Mosaques Hatiennes
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
tlphone : 26S0

5r
.*jft.-*miHk****e*i
.-,**'
. .w?*^


Mercredi
11 Mars 1931
Le Matin

Port-au-Prince
Tlphone : 2242
4 PAOF8
itwsaaa" mt%
K3*
Pagol
Energique antiseptique urinaire
AgH vtu et ratlcmlement
Supprime l doulrur
*f te mtctla*
mtU toute compltcxitio
t rnn imiimn'wni.1
ratrniui In lltt* <)"
>*>** uriimcr. ou r*-
M emal*tirtanl t nour
**> Jugulant tous loa >
wt i*i habitant
r*
VAMIA.NIr i:

CEI r*,l MM |)II4 po^ ** oonoctqui
;. dtslrablt* u NgM i
tuioUunni k M
(uium > vol** art-
TJMlre*. r*fioulto *
U**ui. grlca un rv
)fii!iinin,l OiinlH
dM oalIlilM I-* F*8ei
OMuriritr oui etula-
ment pour I* tonoeq*
partout oO II **IM*.
mal* neora pour tout
! autre* mirrob**.
uiquel* c* aeinl*r
rut auocltr. *urnl
louL II M ! fond*-
Difni. U t>n*a du irl
lemeni <* l'arthrite ou
du rhumatisme bltnoor
ranl'l ' i' r T1 *'
celui il* I* blooaorra-
fi tUHBiflM
iv ni nu*
4* UalHwilU
Cteulaia, o <
M, I a: M " il'**
A vendre I
l -oeiata .FoM- roadtlfH
Or ;(). I|U rlr^M-alcM- m
mlai e ine cuifitW o in "
H,e4- Ih00 HX.O-2-
. ***j*<* "^"
A\ (z-vous de
la mmoire* ?|
Si oui, n'oublie* |es q ,r|
D! tBLE", le I n'iiln e*
vf les cou : n> | idh <"
jous pour toujours.
I.i vol par poste ' "'p B
sourdes.
II. DESCIIAMPS
Sainl VIaie.
. Problme

BJRE NATIONAL!
*. l
H
orn
Une
' E LA
Se
Le m/s' Waldlraut Horo*',
B.. "\.T, v 4 ". ~* -* i \ 1 / \ venant d'Europe louchera
l'assen Nationale Pon-au prince ^ u 13
mars, en route pour Kingston
S>o Domingo et Curaao, pie.
vend partout Or 0,10 "aEraBM&^
|e verre malgr sa qualit
H. -,
suprieure;
Protgez votre ooche et
votre sant en la buvant
toujours.
Manufaciui e Hatienne
de Ciaareties
GEBARA& 0
LES CIGARETTES
BaBas Panlal-I^on
H Dessalinienne*
u Colon
^Rpublicaine^
tPorl-au-Princienne
Grce laflnesse de lei irm^ lonltes dclice*
des wai poi \ i un
"GLANDOPHIL"
La Medicicin por Us Glndulas
El "GLANDOPHIL"
nn m, in l<- Klaudulaa (raaea* *"
nlmalaa aalaoelonadoa entre laa
prciri mit vlgoroaaa en *\ monunt*
*n que lu McrvelD glandiiav ** aajjW
Bnliimli te halla en >\i qulnta *-
ta i e acomrja in enipleo en loi aaaoa
m"i"ti t
Loi traitorno* n*rrloo*
imomnloii ,
U depretln flaloa y moral,
I d**caeclml*nto (nneral,
1 daiarrollo dlftoll,
a al raqulttimo,
la* rsulta* de fl*br**
la i ] / i t -mulura,
Es oi producto da filecclot Il
todot loi casot d* ltnpotonoia
aaxual tanto an al hombra
como an la mujar.
El 'GLANDOPHIL"
por u acl6n rtptda y duradara tobr*
cl eonjunln de MM* la funclonaa ton-
tilnve ri raparador mka Brl**
cuy'a acrlAn no lolamenle ie traduce por
uii arniurlon de blenetar alno taniblrn
por un ra|uv*naolmlant total dl
OjaajalUMa
l'nl.. i i t eoniiRuiant* :
I 8LAN00PHILE H para hombra*
I GLANDOPHIL M para mujeraa
El "GLANDOPHIL"
no .-ontlrne nlngbn producto tOalo*
\ pueda rr lomodo por TOOO CL
MUNDO i n.l'un, adultos y ancuau* d*
*n>boi itui.
Kolleto gratit y vanta *a
y OoiNinao: C0ISC0U LFU, ptrtad* M
y an todai lai burnaa FarnicU*.
nicoi iltlrlhuMom A. THOMAS A O*
16, tt* Mortel, PARIS
lllllll!lltlllilllll!ll!'lllllimililllli:i:i!ll!l'IIHIIIIIIIIH
Sachint que la misre bal
on plein mm le pnys. expli
quel pourquoi :
lo Y -til tant de D onde
\ assister aux tles ?
2o Y a t-ilplas de voiures
de luxe en eirculatiou V
3o Les hommes surtout
s'habillent-ils mieux?
REPONSE
j0_ Parce qu'il n'y a qte
a faire. ,
2 parce que les voitures
sont ae plus en plut attra
yanles.
3o l'arce que I Maison
' Vincent CAUDINO
2l6i rue Bonne-Foi,
s i st si)x-'iili-.ei' en article pour
hommes tels que Casimirs e
toutes nuances et oui piix.
chapeaux fiufttj cravates et
chemises de louie beaut,aue,
grce son Stock tormidaole,
elle peut veudre dee prix d*
fiant rellement toute concur-(
reuce hendez-vous l'viden-
ce eu visitant la maison Vin- !
cent Gaudino/225. Kue Bonne-
Foi.
],ePsEUDUM-
LOP est le pneu
f;ivoridesChaui-
[ iirs.oiretoutes
t s eonditions de
scuril, d'endu-
rance et de soli-
dit,
vente chez
John H. WOOLLEY
Grand'Rue.
\ ykes BrothersIS S G Inc.
_ ... -_- .____* Port* Ha*uo
Texas Hati
flanto oomtngo
Le seul service hebdonwdairu'el.rgulier PM^f1**
fret enlre les ports du Golte d. Texas ircctemeut avec
Port-au-Prince, Hait*. ^. .
Pour la rception ranide ri le raanieiaeat habile <*JJ
luoortatioua, orvet vous toajotwf de* uivires df '* l.iiv^
UNE. ..,
Les prochaines arrifei i Port-iu-Pnnca *m .
S/S?etma L\kMv Mart lfljl.
S'eamer "Stt-i|a Lvkef4 13 m rs 1931.
S/S -Genevive Lykes 20 mars 1931.
S/S Ru h 'ykes" 27 mars 1W1.
S/S MargarH Lykes' 2 avril 1931.
Bureau: fuie du MiKasin de l'Etat lioUe t'ostale B
Avis
Voulez-vons voyager pour ,
Santo Domingo ?
Lautomobile de la Poste
part trois lois par semaine,
six heures du matin. Profita
en.
Achetez votre ticket
l'HOTEL ESPANA
Hue des Miracies.No 121
l'tage du Syndicat det
Agents de Change,
t'haue : S396.
l/Influensa 'tend
Arr'fz le Iroid de suite avec
le 66G. Prenez-le comme un
prventif.
Employez le 666 pou
sauver les bbs.
Cinzano Blanc
C'est le Vermont le pi jt agrable, le plus tonique et
p r ci us pif-nt le plus ai ir i.
LE CINZANO BLANC a eu les plus haules r
penses toutes les eapiaitiooe et * vend tur place u
prix des plus raisonnabl a.
En gr() rhet A. ** MAT TE1S. ______
Grand Caf de France
Sous la direction atisc'et intelliaate de Monaiear Fraoas
tul'ii qii s dveiu l'associ de Monsieur Patria. le 9TOO*El
lairp o> c tabli s-naent qui n*a pas.d'^a1, le GRAND CArtl
DE FKW'CR, ode ses ai-nible et distingu i clieuts, je
con-o n n i lions 'e- plus fi tes. Is vins I- toutes provenances lea
i< choisis, /utre^ i (^ig-rettes, Si i Iw^hes, varis, de* pria
aajQaut toule concurrence. t
L'i:i'i' le ola ty nn'niqn cui'iir.n i .rj > HtutaM
tir ut du Grand .t\i de France.
PATKia Co.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scothod |
(ar \n GENEPAL est une des plna puissantes et des plus tMlat organltatlaas
de ce genre '- oleil ne te COUcke jamais Wr ans ebamp d'action qui embrasse i
Sea.Policei con e ineandla ^couvreu t'a usai le* dgts occasionns par laHouie.
Ses police po Ltomol ili l reul vols, incendie, malveillpnce, domma^et
causs autrui dan* iu #ana sea biens.
Ses Polien Marilimti miaaa par se, branche d Europe sont payables aa Hati.
Set police! cor,!.* rtecide labis dans l'univers entier. Tous les voyn-
eeurs devraient donc prendra i prcaution de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime auuueilc n'tant que de 1/2 /. so1 20 dollars U. G.
Insurance Co
Veuve F li:HMIN(iHAM, Aux Caves

.CUS-. GL^ii
ni Ciuc i ur Haiti.
fc*0* i-aU-J llUCC vi. iill.ti
JEAJS W^NCiiBB;^ enac
i
I
Une des: plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur h VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs