Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03851
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: March 5, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03851

Full Text

Clment Magiuire
DIKECTEUH
156, RUE AMERICAINE ISovf
TELEPHONE tt*.228
24une ANNEE N# 7228

On consulte parfois
le gens Instruit * si on
se dtermine toujours
par l'avis dos igno-
rants.
J,
Le Ministre de l'Intrieur
pris partie, j
--------0- }
FORT-AIJ FKINCB (HATI )
JEUDI .") MARS Ml
Monsieur Auguste Turoicr,
Ministre de i'iu'rieur et du
Commerce, tait Jacmel o
il est n et o il vivait jus-
qu'au jour, o aprs avoir
pass quelques mois la tte
de fa Prlecture de cet ar-
rondissement, il lut appel au
Ministre par S. E. M. Stnio
Vincent, Prsident de la R
publique. Gnralement esti-
m dans sa ville o il exer- le moindre marine, comme
aitla profession de coin mer- [c'est cruellement vrai. Et no-
ant, ii y a, et a, Port-au- [ire confrre pourrait ajouter.
Prince aussi, la rputation
d'un parlait gentilhomme ei
d'un hatien protoudment
honnte. Aussi tut-on tout
lait berlu lorsqu'on a ap
pris que s'tait pass Jac-
mel (cette scne que notre
conlrre Le Temps qualifie
avec raison d'emiuemraetit
regrettable, s eue au cours de
laquelle le sympathique M.
Auguste Turuier lui pris
partie par .,n Maurice Beau-
lieu. Monsieur Maurice Ht- Mi-
lieu profra contre le ministre
les pires invectives et encore
un peu il eut port la main
sur lui.
Ce geste de M* Beaulieu
n'est pas un g< ste qui n'a pas
de sens. Il est rvlateur d'un
malheureux lat d'esprit qui
svit parmi nous depuis la
grve de Damien, seconde
phase,o l'on a vu des jeunes
gens se rebeller positivement
contre un Gouvernement ta
bli, et des fonctionnaires don
nant la main ces jeunes-
gens pour arriver renverser
un gouvernement tabli. Ue-
et et serait tout aussi cruel
lement vrai:On eu usait aut e-
meiii. nagu e encore,avec le
moindre de nos otticiers de
police.
Voil le cas que nous fai-
sons de la libert qu nul on
nous l'offre. Nous nous en
montrons indignes.Et lorsque
quelque jourualiste de pas-
sage, commentuut unfiitde
cette nature,ii yen a beau-
coup, par ces temps-ci,alfir-
mera que la libert nous est
comme un bibelot de valeur
et par (rop fragile aux mains
d un entant turbuteni qui
n'en comprend pas la beaut
et la richesse*, notre patrio
tisine indigu se rvoltera
en propos enflamms et
dsordonns, comme si le
patriotisme ne cousistait pas
d'abord dans le respect que
l'on accorde ceux qui est
dvolu le graud honneur de
nous gouverner
M. Beaulieu et M. Andr
Biron qui l'accompagnait ont
t urites et dlrs leurs
juges natuiels. Ils seront ou
puis quelque temps UU veut acquill.i ou condamneu. Mtu
de oolchevisrae souille parmi : quelle que soit a condamna-
nous et si l'on u'y prend pas j tion qui leur sera inflige.elle
gai de on ni sera pas tonn .ne vaudra jamais celle des
d'enregistrer des actes malheu hounles gens qui ont, com-
reux plus nergiques que ce- j me il le mritait, tance leur
; geste extravagant et irrv-
rencieux.
f Le MinistreTurnier n'a pas
regietter cette agre&siou
stupide. Elle le grandit. Et la
sympathie qu'il inspirait dj
ceux qui ont le plaisir de
le rencontrer vieut de se reu
forcer.
lui de M. Beaulieu.Quel int-
rt, en eflet, a t on a insulter
quelqu'un pare que tout s m -
plemeul la lorluue l'a favori
se, la toiiune et des qualits
personnelles de culture, de
moralit et de droiture ?
Comment comprendre qu'un
Jacmelien puisse s'en pendre
LETTRE
OUVERTE
o
(Au Docteur Price Mars,
Snateur de la Rpublique,
Porl-au-Priuce.
Mon cher Snateur,
Dans l'actualit de noire D-
mocratie, je manquerais mon
fil us grand devoir civique, si je
Bissais passer l'occasion qui
m'est offerte de vous entretenir
sur bien des points qui intres
sent la nalion : Dnonciation de
la Convention Haltiano Amri-
caine de 1916 et ses diffrents
accords; Remise mthodique de
Dotre souverainet nationale.
Questions conomiques qui ren-
dent compliques Us questions
politiques d'ordres intiieurs.
Il laut, mon cher Snateur,
que la nation envisage ces laits
dans leur brutalit, si Exculit,
Lgislatif et Peuple veulent
consciencieusement travailler
au bien tre de la Naliou.
1* Est il possible que les
Chambres Lgislatives prennent
actuellement, avec le Discours-
Programme du Prsident Si-
nio Vmctnt, l'initiative de d-
noncer la Convention? En la
dnonant, peut-on av;ntageu-
semem braver l'an re | artie, n
cas qu'elle refuse de I re droit
notre requte?
Nous avons plusieurs voies
Fiour impostr notre volont
a Grande Rpublique du nord :
Mmorandum a lu Soc't des
Nauo.u a Genve, mmoran-
dum aux diffrentes chancelie-
rs s du monde, et enfin,la Presse
mondiale mettre de notre ct
par une politique large et int
tesse. Notre dioit serait d'au-
tant plus respecte que faction
-mricaine a t aventureuse.
Ainsi donc Hati pourrait pous
sria violence jusqua dciler
ld dsobissance aux fonction-
naires du Trait, dont la con-
duite a t et est une srie d hu
milialionstant pour la nation
que pour son Gouvernement.
Mais malgr tous ces tans
.ossibleset capables de justifier
largement notre indignation,
Hati ne doit point, ces jours-
ei, envisager ces moyens, parce
que, certainement, ils provo-
queront, la fin, des actes
vercitils pour rpondre au d-
ploiement de lorce que l'imp-
rialisme voudra user coure
noua, malgr nos droits.
le conclus, mon cher Sna-
teur, que leCongis ti le Gou-
vernement hatiens doiventcar- I
ter de leur fin l'ide de la D- \
nonciation de la Convention
Haitiano-Amricaine de 1U16
ainsi que tous les accords qui j
en sont drivs.
En obtaul ces moyens que
je qualifie violenta, la mthode'
prsidentielle est plus juste,
plus raisonnable et rellemtnt
pratique.
Les conversations peuvent
avoir lieu par sries. Tel ser-
vice, aprs entente pralable,
loti le protocole passer, sera
mis au Gouvernement, ainsi
de suite jusqu' la lin.
En disant qu'un Protocole
doit ire passe aprs discussion
et entente dfinitives pour ta '
remise de tel service, l'envisage i
que ce service est purement
sorti des influences adminis-
tratives amricaines pour tom-
ber dfinitivement en not e
influence et notre action.
a un autre parce que SU"
simplement cet autreest Mem
bre d'un gouvernement qui
n'est paa I? Gouvernement
qu'il avait dsir avoir.
Ou en use autrement avec
le moindre marine et un tel
acte levra avoir la rproba
tion de tous les uens de bien
dit notre confrre Le Temps-
O.i en use au'rement avec
Les Disques ODON
sont rests
Malres de la place.
Demandez la nouvelle liste.
BZAH Odon
J. KARAYaNY
Angle Grond'Rue rue Prou.
CAF HOTEL
S1DESrlhF IN1\
Place Getirard Eu taco de Mattelu
Le nouveau grant I\ \\. 1 ULLOA salue sa bienveillante
C'ientle et la pie de leur faire le plaisir de visiter son ta-
blissement o il y a tous les soirs Radio Concert.
Consommation de piemier i hoix.
On parle anglais, espagnol et franais.
Mais si l'on parle purement
d'haitianisation des services pu-
blia s qui sont sous le contrle
amricain,!' amricain peut tou-
jom s valablement objecter que
les seruices sont hatiens. Les
olticieU du Trait*, que sont-ils
eu ait ? Des employs, ils ira
vaillent, ils agissent parce Qu'Ut
ont uue commission du Chel d
l'Etat hatien.En dehors des ex-
perts, ceux qu'ils emploient soin
aussi Hatiens. Or la bureaucra-
tie hatienne est occupe, e.si
dirige,eu princip-.consulut.on-
ncl el admiiiihtiail.pardeslouc-
tiouuaiie) hatiens, que ceux-ia
soient ns haniens ou imposes
par les traits et les accords.
Ce qui! i, l'influence amricaine, elle n'a
rien d'utile.Eile est nuisibie.Elle
neuseig.ie rien elle est retio-
grade, ayant un but d intrts
uureiueut urivs.
Je cru,- que les Chambres L-
f[islalives doivent avoir uue po
iiique en harmonie avec le-
intrts el les tendances du
peuple hatien ; cest a-Uire sui
vre les pourparlers entre le Gou
veruement et la Legaliou ou
Chaucenerie Amncaiue,en lai-
saut leur la politique du Prsi-
dent de la Rpublique ; cou
ti an ennui il y a une coultadic
tion enti e les deux grands Pou-
voirs conslructeu's de l'Eiat.
En fin de compte,un opposi
tion pailementuire es.-elle pos
aible ces |ours-ci ? '<> irq ioi et
quelle fin utile? Quand on
considre la graude politique
conomique qui doit occupei
l'nergie et l'activit de nos l-
gislateurs.
Une lgislature ouvrire de
vient ncessaire. La rglementa
tion de la consommation int-
rieure demande i attention de
tous. Nous consommons
farine, de ptes alimentai
biscuits laits l'irang
Corps Lgislatif a pour slriclt
mission de multiplier tous les
lcules haitiens ayan' une tore
nutritive sulfisanle pour rendre
notre population torte, nergi
que tous les points de vue.
En revisant les lois douani-
res, en revisant les lois commu-
nales sur le commerce en gros
et au dtail par des restrictions
a porter dans la dlivrance de>
licences aux commerants, tou1
cela s'appelle besogne pour le
Corps Lgislatif.
Il est plus que temps d'inten-
aifier la production tant des
denrss d'exportation que des
produits pour la consommation
intrieure.
Cette lgislature doit av.. i
l'il partout et dans tout pour
rendre la vie facile aux habi-
tants de ce pays. Elle doit aussi
faciliter l'action gouvernemeuia-
ition Ue
trop de *
tires, de I
ger. Le]
e dans l'os ivre de reconslruc
lion de notre organisme politi-
que et socia'. Les suggestions
doivent partir ou des Chamb-as
ou de l'Excu'il. Ce que rclame
le l'ays de ses reprsentants.
'est une entente pralable dans
a manutention des atlaires pu-
>i'ques.
Si les questions conomiques
ont intimement lies avec les
questions poliiiques.la politique
onsidre exclusivement com-
me premier chel des proccu-
pations d'un esprit, ne rende
aucun service une nation. Elle
-si plutt une cause de complte
lsorgamsation sociale.Un cri
vain financier, ancien ministre,
4, ces jours-ci, opin en laveur
.le la fausse monnaie qui circule
dans le pays.Cet crivain dcla-
re formellement qu une monnaie
d'or ha'tien sera chasse de la
ii j-nliiinn Ptflo l-i>/in .! iin .
.i 1er. i les questions conomi-
ques sans tudier eu relusaat
de connatre les rapports inti-
mes qui existent entre elles d-
lote uue insullisance. Penser
ia multiplicit des problmes
que soulve chaque question,
'est envisager leursolution dans
l'ordre rclam par chacun,
/conomiste d'Etat n'est nulle-
nent vn prolesseur d'conomie
nlitique. Il en est de mme de
s politique.Elle doit avoir corn-
ue fin l'amlioration des con-
litions intrieures et la graj-
leur de la nation au dehors.
Vous voyez par la lettre, mon
Smateur, les raisons qui me
orient m adresser vous. Je
ompti'sur votre caractre mo-
ir, rflchi et terme pour que
le Pays puisse voluer dans
l'ordre En me dirigeant vers
vous encore, je ne nglige point
les GRANDS AMIS, vos coll-
gues ; au contraire, je les associe
i vous. Ei le Corps Lgislatif,
neii inspir des sentiments de
l Nation, pourra, par les rsul-
tats acquis cette anne, mriter
des citoyens qui les ont, par
leur volont manifeste le 11
octobre de l'anne dernire,
envoy siger au parlement de
la Rpublique.
En attendant, mon cher S-
nateur, agrez I hommage bien
sincre de votre d'ivoue servi-
LAVLWTUHK.
A vendre
Une auto Ford roadster
Or 50, un rfrigrateur en
mtal et une cuisiiie de m-
nage 3 foyers.
S'adresser: Lt NEW l'RART
Rue g Phone: M.C 6*2.
L'Idal ttlium
ALIX ROY
29 annes de succs.
La ntrn n xr\9 ot Pat ai
ro de l'Ecole Normale
un sait que c'est d' c Q I
avre l'a ut irlt scolaire que
Mme Ren Lcrtbonrt, direc-
trice de l'Ecole Normale, :i
inflig une punition aux
demoiselles D.uiyon qui, mal
gr plusieurs avertissements,
ont accept d'tre Reines .le
caro a va i. L'Administration
communale le Poil au /iin
ce, tout en reconnaissant le
bien fond de la mesure prise
par Mme Lerebours, avait
cependant, tante uue dra ir
che euveis llcdans Icdesseia
de comarner Ij peine d -s
deux jeunes et |oli a Rei
Elle s'apprtait a< cdi r .tu
! il
.. Pour la voir d* rf. car
il l'avait trouve trs bien et
t'es lgante en la voyant pas-
ser un |0Ur, il avait dcid de
lu faire inviter quelque part. Il
en tait 'ont heureux et il sa
promena il avec l'invitation en
poche avec l'espoir de la lai
t tire parvenir. K puis, un jour,
tomba sur un ami commun et
comme il lui disait suis avouer
dfJr de CM messieurs, lorsque | (,e cela venait de lui, que la pe
les demoiselles Douyon se lite dame avait t invite ai
sont volontairement abste-
i ues de se rendre leur cour:.
Voila o on t n est Nousesp
rons que le Ministre de I lus
traction Publique usera de
son aulorite et obtiendra des
demoiselles Douvon qu'elles
rintgrent l'Ecole Normale,
d'entant plus que Ylme Lcn i
agi
Bans
sup-
hours n avait pas
l'assentiment de tes
rieurs hirerchiaues.
De tout cela il Itiut retenir
une chose, c'est t|iie dans nu
con pays da monde on n'li
des colrel Reines du car
naval.
Ligue d'Edueatlon
Populaire
Il vient de se fondera Porl
au-Pnnce. une Ligue (fduca
ion populaire, dont le lait
est cd'aider la trquentation
scolaire de la masse, de l'en
tretenir par des causeries
usueles dans les quartiers
populeux.surses drors el ses
obligations envers l'Etat, la
c'est, comme on le voit, un
excellent programme, chacun
doit apporter son effort pour
aidera sa rsiliation. Voici le
comit de Direction de celle
Ligue : Me lletin inn chaoev,
Adminis'roteur Dlgu, Me
Ren isidore.Se rtaire ll< irl
Piquant, Trsorier, M lurice
Etienne, Jh. Salomon, Julien
Latoutant. Jh Ver,lieu, R.
Dambrt" illc, Marcel Saloave,
Maurice Liautaud, Arnold
Nicolas, Stphen Paul, llg.
Celci'., Dudra y Lecorps el M.
Louhlsdon, mem lues.
i
Le
lvott
anciennes
ni:
Sainte Roso de Lima
Di uanci a .r> heu es tle
l'a prs-mi d i, n commenc, i
la Chapelle (lu l'en i mnat S e
Rose de Lima, la retraite an-
nuelle de^ anciennes lves.
Les exerciees BUtvil d'ins
truction ont lieu les matins
ds 8 heures: m- sst\ s livie
d'un sermon ; e< li-'s sprl
midis.a^ lues 1/2,confrence
religieuse suivie de la bn-
diction du l rs Saint S.icre-
ment. Ces exercices dureront
lundi, mardi et mercredi. Ils
seront clturs jeudi matin
par la Communion pascale
des anciennes lves, puis
par l'Assemb ce gnrale le
tous les membres.
C'est ie rvrend pre Con-
ter.da l'Ordre des Rete.npt -
ristes, qui prche la retraite.
Elle prom t d'tre trs iuicrcs
saute celte unue
St
b.il les X l'ami lui rpondit :
Voil une invitalio'i per-
due. .
Comment f
Mais cette dame est partie
ce malin mme pour Paris...
Il ne perdit pas contenance.
Mais se rendit compte un pe-
tit pincement hizarre au coeur,
comme sut dit Cyrano, qu il
ail encore l'ge o la perle
d une illusion fjil trop mal.
... voil depuis deui ou trois
jouis de jolis chapeaux sur la
t e de dent ou tiois de nos
:itn!s. Ils sont lubriques par une
industrie nouvelle qui n'a pas
encore ouvert ses portes L in-
dustrie est commandit s par nn
de nos mis et les c h peaux
sont vraiment patan s, Il y en
a a partir d'une gourde, et quart
jusqua trois et quatre doll.trs.
Si les hatiens encouragent ce Ile
chapellerie, l'importation es
chapeaux amricains, l'aline et
franais, serait rduite sro
presque, et ce sers tant mieux
pour nous, peur le commerce
Hatien.
... voit que le Gnral Tru
wiiiemeut Amricain de pour-
suivie le t e.lac:.-ni' du jouirai
amricain qni a crit un article
s'attaquent a sj personne et &
ses mthodes de (iouvernemt ut.
Que vj faire le Gouvernement
de la giande Rpublique Etoi-
le ?

... n vu. avec une joie qui l'a
rsppor e a son enfance, cet'e
poque lointaine o ses yeux
ne rencontraient que les beaux
cts ds la Vie, que dans lepro-
gramme de la Radio H. H. K.,
programma qui sera excut
vendredi, c'est--dire, demain
son, huit heuies et demie, fi-
gue l'rres Jacques, Dormez-
VOU$? Que. demain soir, tous les
parants conduisent au Champ-
de-Mars leurs gosses et que tous
en'onueut avec l'orchestre de
M. Louis J. Scott : Frres Jacques.
Dormez-vous? Sonnez les mati-
nes, ding, dong, dmg..... Pois-
sous, suive/.-,uoi. l'oissons, sui-
vez-moi. On ente td dj le va-
Cai m que cela fera.

FNJiAITI
LV>ai natitin graduelle par !<.
troupes siaericaines
Service de l Associated Press
WASHINGTON. 17 lvrier. -
Cootormment a la reo a n m
dation de la commission Fo
bes, les goiiv rneiue.a amri
cain et lian n discutent top-
fioruiMite de levacua -o t de la
Rpublique hatienne par I in-
luulerie de marine amricaine.
Les ngociations oot lieu a
Port-iu-Pruce. La commission
Forbes a recoimuind l'va-
ceslion (|r4Italie le Hati par
leh ttoafi amricaines.
... remarqu, sur le lrrain
de football du Parc-Leconte,
dimanche dernier au cours du
malch,svec lquip.'. britannique
plusieurs de nos conciioyens .
Irop anlllOOsiss es qui pous-
saient |usqu'au\ extimes limi-
tes leur joie. Ils dliraient po-
si'ivement devant le succs de
l'quipe nationale. A la fin ils
rclamrent s 1804s, au chef
d orchestre. Celui-ci eut la se-
gesse de leur jouer plutt une
meringue endiable. Jusqu'o
< donc le patrio isme va-l-il se ni-
cher? Fatrio'isma ou cliauvi-
i nisme?
... a vu une sorte de duel en-
tre deui amis L'un prtendait
que le llhum Sarthe tait le
meilleur. L'autre qu'il n'y avait
( pas de rhuiii qui vaille le Rhum
Gaudri:. I's se mirent alors a
s'offrir des cocktails hits avec
1 ces deu\ rhums. Ils en burent
' tellement qu' la fin ils ny pa-
rent plus dl ndreleur opinion.
C'est alois quua troisime lai -
ron a qui d> demandrent de Us
dpartager leur rpoudit spiri-
lut lieim tu :
Le meilleur des rhums est
celui |U on m'offre.
iv iiaturelletuent on lui ofirit
u s nhe et un Gardre. Et il
les trouva dlicieux.


/
PAGE 2 2
LES Livai.i
i.E MATJN 5 MARS 1931
MUTILATES
dj le nom de l'auteur de
Sieglried, le Limousin, un des
-o
nJW I I. aussi des plus Met en vente partir daumurd hui.u 3oc
,jf. HrfffMI Lib Bails Paul rinvais ,, des plus tradition- chandises > des pril d>t toutes gffmMA
\"iJ* Casimir couleurs varies *de8 "ffi
1rs Iteularrs ! .leimc lUtM
Des critiques buts s'ob !|-
nent comparer a Jean Girau-
doux, M Paul Morand. Il n'y
a, pourl. ni. aucun r ppoi I
entre ces deux crivain
'li-
ntls.
LIGNES DE Vit. sur Lue Dorlain,
lab. Flammarion l'eut-lre,
la diffrence entre la rsce
he et la ntre, c'est <|ue
blanche est positive, et la
b'n
ntre, mystique,
thme, d'infinis
menls...
Et. sur ce
dvelop|;e-
Giraii(tou\ est aussi
cat, aussi distingu que Mo
rand est brutal et sans nuan-
ces. Celui ci est un crivain
pour qui le monde extrieur \ Avec quelle ivresse BUgois- I
seul existe, four celui l la jsee avons nous lu ces Ligne* '
monde extrieur n'est qu'en j,/,, \ie de j^, Luc Dorlaln !i
(onction de sa rflexion dans j Nous y trouvons, non pas dos
lima de Pontanges, parlr^it! de taita matriels, ou
exemple, ou de Bardini, ou J mme les inquitudes qu'ils]
d'Kglantiue. dterminent, mais des mys
Giraudoux est un pote de {t^res d'nes, la position d
tout premier ordre, d'une sen- : njgmes sur le plan moral, sj|
sibilit d'corch vif. Morand |i)milicr notre pense noire.
ne l'est pas du tout. Lesima- ' Depuis toujours, lai hommes j
ges de ce dernier sont telle-
ment actuelles sont un tel
Serges bleu et noir
Pdlmbeach
Drap barres
Drap uni
Casine te lavable ( double largeur )
Ne manquez pas celte occasion exceptionnelle,
habiller chiquement et si peu de trais.
8.00
8,00
8.00
6 00
4.50
de vous
Fabrique Hatienne
de Chapeaux
Marcelin Martinez & Co
L'IWDIOIf E
Orand'Ru* Ho 2014
reflet de la vie moderne ti
pidante, qu'elles vieilliront
dans dix ans et s'en iront avec
la mode des cheveux courts
et du pantalon charleston.
Celles de Giraudoux ont un
de notre race considrent le
monde phnomnal comme
la projection visible d'un
monde de principes, ceux la
seuls essentielIs. C'est pour-
uni nous avons aim ce livre
e M. Ourtain qui montre,
ct des gestes humains que
3
got d'ternit et on a la car- pon cst convenu d'appeler rai-
titude que certaines parties soun n|es ou appaiemmeut
de son uvra plairont pro- logiques, tonte une vie mys-
londment nos arrire-ne- tencuse, secrte mme, ses:
veux. On sent que fauteur acteurs, et pointant sur leur'
d'Ouvp.RT la Nuit crit vite, conduite, d'une influence d
qu'il est traqu par son di- oisive...
teur. Quanta Giraudoux, on | n appartenait l'crivain
se rend immdiatement qui s'est peuch avtc tani de
compte qu il crit pour son ' sympathie et de clair voyance
plaisir et qu il pren I du plai- sur |eS rac,s trangres ta
sir crire et qu'il n'est pas sienne, d'crire ces pages si
travaill par la tante maladive rarea dans la littrature eu-
de la publicit. Giraudoux, ropenn. Quelle rvolution
comme on la voit, ne rappelle apportera donc dans la pense
pas Morand. Grau doux n hlancha ce livre que prpare
crira jamais I'Europe Galsm lauteur de L'Autre Europe sur
OCCASION SPCULE...
Srie de vente N 3
Mois de mars seulement !
Cuisine lectrique
Entirement automatique
a ) Or 10,00 cash.
b > Solde en 1* versements mensuels,
c ) Installation gratuite,
d ) Taux Spcial de courant.
e) Cours gratuit de 1 An Culinaire Electrique en
franais par une Experte.
La cuisine faite l'Electricit est propre,conomique^ facile.
Vous pouvez vous en convaincre en visitant le Salle
d'Exposition de la Compagnie d Eclairage Electrique.
I
'--;'
TE encore moins Nlw YORK
Ni. Morand. BoLHTlltl OU
ces dlicieuses AVENTURES DE
JRME Baroini qui auraient
pu s'intituler, avec autant de
lu race uoire en Amriq i |?
i.idis millionnaire, t pres-
que pauvre, Michel Abasine
avoue: Vous dirai-je que
orsque je me suis vu ruin,
vrit, Le pome de I eva ,,,[ trouv l'allgement du ba-
llon. > teau dont h s amarres sont
Nouvelles
Etranqres
La rvolaliaa aa Prs
LUCK. Prou. La capilu-
lation des troupes rebelles au
nord du Prou est attendue,
d'aprs les avis Officiels qui di-
spn' que les rebelles on relrad
de Piura, leur retranchement.
Mahatma Gandhi
fils vice-rai lrwia
DELHI ( Inde). Mmatma
Gandhi, leader nationaliste in-
dien, a confr avec le vice-roi
Ii Win pendant trois heures sans
Nomination
M le Docteur et Matre Jus-
tin Montas a t nomm Subs-
titut du Commissaire! du Geu-
verueuunt au Tribunal de
Cassation de la Rpublique,
eu remplacement de Me Le-
brun Cuvilly.
M. Justin Montas est un
homme de culture, de devoir
et de caractre. Nul doute
qu'il nejnslifie la grand; con-
fiance que le Prsident del
Rpublique a place en lui.
Nos compliments.
Nous apprenons par ailleurs
que M. Yvon Moraille, un
jeune crivain de talent et
d'avenir.a t nomm Inspec-
Chaneaux varis pour hommes, femmes et entants jabri
qus par des maisons hatiennes et avec de la paille du
pays. .....
Faites une visite i Lindiaene.
%mJtm&M***
A premire tue l'uvre de largues, dont la vague nue et oot,.njr aucune drision savoir leur des Ecoles des G >yes en
cet auteur moderne dcon-
certe. Long emps, les romans
lurent des rcits logiques,
avec un dbut, une intrigue,
ji.......
visa qu'il n'ec est pas toujours
ainsi daus la vie, que la nor- joue le rte* dvolu par l'An-
me de celle-ci semble 'rc g|o-Sas.O0 l'acte, par le h
l'incohrence. D'o l'aspect tin, la raison . Et chez le
du livre moderne, image de [ngre encore plus que chez le
la vie relle. [Slave.
Pourquoi Jrme Bardiuij Comme c'est mystique.cett.
abandonne-t-il sa femme,BonIide de se dpouiller... Pour
entant, pourquoi, quelque J ju blanc, sur OU plan mit-
tenips, suit-il avec Siphy une i ne|, se dpouiller c'est s'apaa-
route commune, bientt tais-! vrir. Pour n se, pourquoi, quelque lemps|p|BD moral, c'est s'enrichir. Il
encore, chemine-t il avec le lest merveilleux qu'un euro-
Kid, pour aussi le quitter? Ce pen ait pu tre, un tel
faisant l'homme obit des/point Irl parles inquilu
commande m en ts incons-1 |aa de notre race. Et al. Luc
cients. Egalement mystrieux, lOurtain nous pirte nous
demander si sur l'anima qui
la spare pourrait pas tre jeie.un jour,
vraie soulev le flanc ta Mi s, ou, ou non |0n e anglaise d**
lui Abasine est RuSSC. Ja contrle du s-ll-rule pour I Inde
mais n'eut tenu un tel propos se montrera sadslaisante.
quelqu'un qui nappa, tint pas I .. .
a la myatique chez le Slave
ses partenaires : la premire
le m ne qui devine l'inconnu
et Bf fait rieu pour le oonju
rei. la seconde, InaOI laide
nigme, l'entant, un abme
o se perdrait toute explica-
tion.
Cest cela la vie. L'artiste
moderne en donne la sensa-
tion immdiate. Un livre
comme Les Aventures de I
rame Bardini est le miroir bal*
lu'. niant de l'iucohrence il
nos actes, de l'inachev de
notre vie, du mystre des
lrea. Avec autant dire pas de
style. Aucun morceau de bru
voure. Aucune docte maxime,
aucuue pense subtile ou lu-
il fraan-it:iliB
Les conversations
navales ont continu sans iti'li
c\\ on d'obstacles srieux l'ac-
cord final, bien que eVa rap-
ports de France disent que l'-
lment nationaliste a commenc
protester confie les conces-
sions supposes avoir t lai'es
par la Fnmce.
Le problme de Irausporls
Panama
PAN \MA-Le prsident \rias,
maintenant ministre aux E'ats-
Unis et le ministre des E'ats-
lJais Roy F. Divis doivent con-
frer cette aameine dans la re-
cherche d'un rglement amical
du nrobime de transports
Rawmblrmfit d-mu Ira*ml
BuFH\LO Des rserves de po
licelnreol appeles aujourd'hui
quand plus de deux cents hom
mes sans-travail faclvs par I'ar
restation de deux d'entre eux
- s'assemb rent devant le bail-
GltWDIR EU 114011 par I ierre J* dl' *?** ,a Vi,'e'
Disas. ni. Hiiire. Un livre Pl "rfl'^
: ,i rpoe l a son titre: Roman lJJJB h-sntlml,,flf tnes
l'une me droite assaillie HBBRUN- Un des plus longs
sournoisement pu- les lorcesl "utatlan'iqueaarien, du mon.
mauvaises. Elle haucelle, sa
remplacement de tVl- Louis
Marius qui. lui. a t nomm
Professeur au Lyce.
Ce. sont deux choix excel-
lents. Compliments*
A la Commune
du Cap Hatien
MM. Edmond Gaspard et
Ponce de Lon ont t res-
pectivement nomms Premier
et Deuxime Secitaires de
l'administration Communale
du Cap Hatien, en remplace
ment de M Vf. Paul Arteuud et
Maurice Guillaume.
une foute petite passerelle.
g.iieuse. Une prose nette,
elaire, avec un souille retenu, s'y'
uu lyrisme jugule, uu nerl
cat ne. Une vague est laite dl
milliards de gouttelettes, une protagonistes,dea comparses,
vie d'un Infini d'vnements lessius d'un trait vit ou pit-
miuuscules et qui, pour le toresque*
ptuparLnaboutiaaent pasJ ts- : En cet temps des
que dans la forme et toit en | lites, pour essayei
poussaut l'introspectian a un
degr eue l'ou n'a pas souvent
atteint (ou songe parfois j l'introspection d aucune tare,
Proust, uu Proust plus dli M. 1'erre Duoau tranche du
cat, moins brouill avec la I commun en nous servant un
ayntaxe) le livre de Jeau lii- ; bon petit plat trs tain, et
raudoux est uu cri d'tiuma-. trs simple, peut-tre trop
nlte> niu et t. ip simple. i ebose
C'est dire qu'il restera, qu'il mril lit qu'on s'y ar &
marquera dans la fri te t, s L'auteur aura saus doute, I mi
livres qui ont port si bau vieiUi '>vmce> t anai
de. reli int Ke^lin et TokiO est
, une possibilit, d'aprs des r,ip-
peuchfv mais pour mieux se porf, reus ici du Bureau d'A
reprendre, se redresser, grau- j Viation japonais du Ministre
d r en beaut. Pour illustrer { des Communications. Les tran-
cette thse, M. Pierre DunaU j satlanliques qu'on discute main-
nous a cont une belle bis-J tenant opreront de Tokio
lu re, narr.; selon les rgles J Hong-Kong survolant l'Inde par
classi |ues du b >n rcit, en un j
n s ma prtention et sans I
gnude peraonnalil Oisuit,I
ave intrt, 'e> gestes des:
listes, pour essayer de corn-
pren Ire loti a complexe per-
sonnalit, ne reculent devant
r ingleterre.
Les Liai- I ni- -uni tu iotnr
J il n iaii.i! au >i( araqua
2PANAMA- Le Comit du ce
nal interocanique qui doit re
commander si les Etats-Unis
doivent creuser un canal Ira
vers le Niraragui ou ';irgir le
final de Pana ni l'est runi ici
hi.r. Il est rapport que le*-
El itS-Uoit sont en faveur d'un
canal nicaraguayen.
ses. et dans quelques maisons
les villes hatiennes, aux
pieusestreditiona,dea lecteurs
j'ii admireront sins rserves
on ro.ian, et surtout des
lect ices.
Demain | 8 h ures du soir:
Oit.net la
Avec Giette Maddie.
Et Candi* liant ses darnires
crations.~ Entre : 1,00.
Pro pos
cachets
Sans la rictoire du team hatien,
dimanche dernier sur le team du
Dragon , nous aurions gard une
impression intolrable de nos bote*
Anglais. Tout y aurait contribu ; no-
Ire premire dfaite au Parc Lecora-
te... et l'utliiuJe si peu courtoise du
i-ouiiii.iik1.iiu du croiseur britanni-
que... En somme, ou est quitte, puis-
(|ue la Lgation Anglaise a prsent
les excuses de son Gouvernement,
puisqu'au lool-ball nous tommes
la tin vainqueurs, et puisqu'entiu ni
le Prsidant de la Rpublique, ni ses
ministres, ni les autres invits hai-
iiens.ne se sont prsents la rcep-
tion organise bord.
Avu.ii le ili.jtii, lajeo a a mitai du
Dragon a voulu rgaler ses marius
de notre dlicieux RHUM SAKTriE
CACHET D'OR, et en consquence
on avait fait prendre 25 caisses. Cel-
cis qui avait sur le ectur l'affront des
Anglais... leur a montr la prcieus.
liqueur anims en caisse de douz.
,i uiteilles... et leur a chaul sur l'ai *
connu j'ai du bon P U ftfl Svll'MECA-
U HET D'OR, mais pas pour voira
mchant goaiar.
En peu de temps ce
produit remarquable a
conquis de haute lutte
f une renomme des plus
enviables.
f* Demandez toujours le
| Rhum HENRI Grdre
Avis au Gommerc
La Paaama Railroad Steamship Linea l'avantage d'annonenj
le changement survenu dans la date du dpart suivants d
New-York pour Port au Prince, Haitijlirectement, durant I
mois de Mars 1931.
Cet a is annule celui en date dii|21 lvrier 1931.
Dparti de Seiv York Arrivages Port au Prince}
| S/SCristobal la 3 m-.rs \\r.i\ ,le 8 mars 1931.
S/S "Ancon-, le 17 mars 1931, le 22 mars 1931.
S S Buenavenlura'-, le 20 mars le 26 ma>S 1931
S/S "Cristobal", le 31 mars 1931 le 5 avril 1931.
JAS. H. C. VAN REEO
i Agent Gnral.
CE SOIR
i.e plus|passioonant des films :
LiMIASONduMYSTR
( SUITE )
A?ec|Criarles Vanel, Hlne Darly, Prancina lluaaat
Entre : 0 50 ; Balcon : 1.00.
DEMAIN SOIR _^
Pourl dernire lois, nn splendid filna .Orient contre Occidaati
Dans l'Ombre du Harem
Avec Loa M thot et Louis* '.r g,
Enre : 1,00 ; Balcon : 2,00.
Le HIiuiii Barbaucourl
Dont la renomme eet eotTeraelie a gard sa preaoiire plaao
Demandes partout :
UN BARBANCOOIVr
af*
r~<-
-



LE MATIN- 5 MARS 1W1
M T. 3
Pagol
Energique antiseptique urinaire
rfjfl eft* et rajlcnlement
Supprim lee doelearo
f ta mkftaM

VABtlANIKC
!. Maire..* M
ff.'.{ KUlilll
ra ) /
mxcvA
x_x
PAC.EO, est mm plu* pou le* gor.oc^vM.
hMS Ir.dtlrifcie des i^'ta urlna-tr**
a U Faosot, etU etr..-rtiorfie lee i
MW 4m rles an-
nal rt. miou relie w
Usetie. (Tic* t M It-
Jeuiiixiernenl em
M OlIl'M L
SMurtrter n >n
ment pour li ton3c'i pariou' o II '.
mal encore pour -ou
M l'.'trM IDlcrr-M*.
auxquels ce dernier
rut i Mocier. surfil
tout II Mt le fonde-
ment, ta t-ase du irai
lemeni t la-1!-- i U
du rhumalleme r)-ni. r
raniqua, i<*rc* qu'il Ml
celui de ta tleonona-
fie rite mme
de ifal./mUe
. Ct-<"in. J r . !*>
Des journaliste* nous
f>nt visite
C'Noua avons eu le piaisir, hier
malin, de recevoir, en nos bu-
reaux quelques journalistes ca-
nadiens de passage, Ce sont MM.
Flsrian Forlin. le Rvrend
Pre F. X. C'f, l rvrend
're Y. I Thib* nude.su, cur de
la Rivire du Loup. Qubec.
M. Forlm qui tait accompa-
gn d* sa femme est rdacteur
h La Tribune du Canada, fro
vinie tu Qubec. Il s'i'i ireSSS
vivement a no're Pays
A ces 'ourdies qui i nus COQ
ai' ni des nuires nous envoyon
nos sincres v x le bon vuva-
ge et l'expression de noire sym-
pathie.
bssssssbbWMbB*
T^^^^^P ^^"^a^^B^p^^^B^^^^^B^^^^^^ B" i il ^^BBBBJBBBBBBB*-
Toutes les Polices
DE LA
m
comprennent la Protection contre la #|
Foudre sans auam ntation de tau> g
Euy.LeBossfCo J
Agents Gnraux r
ei>feee^nBeePii?
RAftlO COMMIT. STATIOl II. H K.
fc rort-as -Frise, Hati
' M Vendredi 6 mors 1991
PHOullAMMli
$.00 p. m. Orchestre du 2" r-
rButant U.S. Mai me Corps (Sous
a direction u Sgt, W'oodj
1. The Peanul Vender,
2. C. (). I). Teonease.
3. I Misa A Utile Min.
fU. Laal Cent.
5. Tha Lindy Hop.
fl 01 Mn River.
7. Sam I). Iiah.
8.30 p. m. Lecture pa>- la Di-
rection Gnrale des Travaux
Publics.
8 40 u. m. Rcital ,1e
par M. Eric Timmer,
1 Iditlio.
.2. Valse Ininterrompue.
8.5ti p. m. Monolingue Crole
par PAPA YOUTTa : Moin
Faii'm Oendame .
8.55 p. m. Orchestre de L'Iv
lile J z/. . (Sous la direction de
Louis J. Scoll ).
l.WatthingMy DrtameOod by
Fox Tro .
2. Amor Sincero, Danzon.
3. Why, Fox Trot.
4. Litlle Cavalier, it
5. Fi re Jacques Dormez-vous,
Fox Trot.
6. Peanut Vender,
DMMaMMBMMMMMMMMMB
piano

Les affaire publiques \
et l'Amour.
Un des hauts personnages]
politiques de l'heure actuelle,
pour se reposer, sans doute,
de ses activits publiques, a
crit un poulet frmissant d'a-
mour et de sensualit une
dame des plus respectable;.
L'honnte personne en a tel- |
lement t oftusque qu'elle a
t Se. plaindre directement
une Haute Autorit hal.ienne.
On espre qu'on toufit-ra l'al-
fa ire__dont les dtails voleut
d'ailleurs sur toutes les lvres.
_____ matrimonial
Le aoussign, Delbeau fils,
de la 2me Cie de la Garde
d'Hati cantonne Ption-
Ville, avise le public et le
commerce qu'il n'est plus res
ponsable des actes et actions
gnralement quelconques de
son ponse.ne Hlne Mdor,
qai a abandonn !e toit mari-
tal depuis deui ans.
Une action en divorce de-
vant lui tre intente.
Port au-grince, le 2 mars
1131.
DELBEAU Gis.
Ouvrages parue
an Fraise
D'apra les tables mensuelle
des nouveaux ouvrages publis
en janvier 1931 en Fiance, on
compte 369 volumes. Cette com-
munication a t faite a notre
Alliance franaise. Ces volumes
sont sur l'agriculture, l'aime,
la marine, les beaux-arts, les
colon es, les finances, le eom-
msrtSi histoire, la gogia, hie,
En'.* gne ueui, te dioi', toutes
its auttes sciences, la li'.l
rature, la cuinntogrdph;e, les
voyages les jeux et l'art cul-
hnaire.

Le meilleur BAYRIM
des Antilles
Est maintenant fabriqu par la Distillerie
de Aiale Port-au-Prince.
En vente au Dpt de la Distillerie, an-
ale es rues Dants Destouches et Maaa-
sin de l'tat.
GROS & DTAIL.
Prix de dtail: G. 1,50 la demi bouteille
de G. 2,50 la bouteille.
M. FONTAINE
talnf^rTH^DESCHAMFS. Cap Hatien, Michel GIOROANI- Jacmel, Pascal A. BRUN
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocations,
Toux neroeusis.
Ourlton oortulu* par !*>
CI8AIKTES CLRY
.t POUDRE CLERY
D' CLRY. 18. Sm Ht Meubeuw. PtIS.
POUR LES ENFANTS
|ES dwmm savent quel* US
m( un de maillaura aliments
pour lw nfanto. Cspenduat.
oertame* maman n compretv
Mni pu qu'un* OM raisoM poor
M auprmatie Mt qua c'est h
pakite Emukion de U Natwr.
UEMULSION
SCOTT
Mt de l'huile de foie de norue
enuiaione avec toutes aea vite.
mine et la plupart de gens
h digrent aussi laoleuient qaa
bat.
Quand vos entants ont besoki
d'huile de foie de morue-
donnei-leur la eorte pr-
pare pour digestion fa-
tiU-l'Emulsion Scott.
S
PHARMACIE
CANONNE
49. Rue RHumur
88-90, Boulevard SYbastopol
PARIS
vendant
LE MERIEUR IMICltC DU IKOnOE
rreiilti Ht Premires marquaa
st teuioun le premire iratenaur
UNB SEULE QUALIT :
' LA MEILLEURE ,,
.layon Spcial
POUR LES COLONIES
DROGUERIK, UKRIIORISTURIf
SPCIALITS
Franaises et Ftrnngi i *
SE1.S DE QUININE PURS
Tous produits '.'i tl'icons,
Smpoeiee, comprime*, Otthi '
(OLUTIONS HYPuDERMIOi'i '
PA.Nna.QE8, CEINTURES
*A8 A VARICES
APPAREILS HTCIN1UES
pour tous usagrs
Appareils Orlhopdiquse
SettngWS hypodermique
flurmicii et Poche, di Voyage
Coffres Pharmacentiqncr.
pour Usinas. Communes, eic

flcrpil
lassai
Pic-
CeMli; Rou'.on. '
reronclii
Vericct
ssa
Dpurez voue Sang
CUROMAL
Veire ua( t' In p ir, i' charrie d< i s> o"
detUixme!>. donl II n'a | :i M del)r:*r. i i
i-es Impurets se iraihusmi en irntnunns el -
Heure*, m boboi, n if grfbir, si iio>ii.
r*ux souvent : clous, furoncle, bu^ituli ii
tlriii.inifeaisuna InaupporublM. Ce onl SBSUl
1 ilcre, le tumeurs el le flbrAiuM i|iu
urrleuneot sur un rn-pum-nie empoiaonr. i>.
un niiiia Ticl*. On peut viter tout ceU ou i
1 rapidement pai une cure eu CuremaJ.
reit la mdication la plus iimpl*. la plus
- 11 1 plus s. ienlill(|ue. gui utOJe Im
e< i . de plus le ta plantes connuM d no
re* et des mdecins de I anti'iuil, mal dont
insle ir iiikai'ii, pharmacien a, par dit pre
. .i > inodrrnM r*unl les sucs dan un fer
mule i|in lui a cote le anne d experienr,
ot de traail. I.e ucc a couronn ses eSerH
l 1 Curontal iiuru le maladie ds la um-i.
eeims. dartrM. porlal. dmaiiveiisoi .
routeur, furoncle, boutons, ulcras, deu-
Irirs du rentre, tge rrltli|ue.
L iraiiammt eniprnianl CUNOStl
a*r. bolti utliil. Rraluil 4 r.-hur riBttflUs%.
roui tMinn*. ph,i miCr, Pi para aar U
p*l l>, aharma.lva, l*l>.,rtulil 4a Sfefl.,
. ..M. I VN-Otl.I.1N. !">>
lpi t iau-i'rn<* : Miaieoslc SUCei.
I
n
Projets de Factures
et tous renseignements
sjp demand adnumJi-
Ph.rm.cie CANONNE j
49, Rue Raiimur
88-90, Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni an Fra.K-o ni a l'Etranger
Lait bouilli
Nous livrons le lait bouilli
tu ville dans les bureaux a
toutes les heures. Tl. 2183.
LAITERIE BA1LEY,
113, Grand'Rue.
ja o.ioBaMM*-eMm
issures-TOUa contre accident
I General Ae< ident Fire
. :.....mi' Coiboratioa Li-
mited . Vve F. Heriuinf raasi
Ageni (jejsral nuuj Keett'.
La coafrenoe
du Or laind
lJle sera dea ptu* intressan-
tes. Le docteur Lind qui est ve-
' nu plusieurs l'ois dj f ,i Hati,
| et qui es oriental, se propose,
j an tours de celle confrence,de
I faire ressortir les similitudes qui
existent entre notre tempra-
nu nt et le temprament orien-
tal. Ce sera certainement des
plus intressants.
Le docteur Lind ara pr-
sent au public par le Doctear
l'rice Mars.
. a* ?*..?... *. *' o. ^.^B*^r.atTaJay'anea*^maaeMSmSM
fates rrgeotbr
VOS COUVERTE
Chez . ,
H. BALLON! Fils?
PorUau-Princ.
PRIX
Couverts sigenls 120 -s i, il u/. de 'pair**
c t. 96 !
i.
or
<

*
84
72

i

Cou v. ; is' A des
:i '/
Louches argenlt 18
1 i r',1 S
: Il l
. Is do /. de paires
la pii
Peliiss cuillers


i -
18
12 g.

Msncbes de outi i s2J
a |
l.'l (lui,

or
i
i
u

Avis important
Li Chambre de Conamerce
d'H.nti luit appel aux Pi lue*
teurs (Industrielsel rtfsana)
pour assurer la parlielpatioQ
d'Hjili A l'exposition Interna
a 12 gis l.i l(!u>. iinc2 or
Toute i'or.i rie argei de avec poinon de Mai-
poino : arge d Auobnt.
Il
La pin on de la laison :
8/10
7,01
7.4V.
Xeo
2.01 J
:; :>
:u)u
2,46
4 00
3.6fl
3,1X1
lia Ci
Ce qui iV> j mais Me fuit
Go qui ne eut. i.ro dpass
4 Haili l'exposition Interna r? i / i
lionaiede Paris (Vincennesl KOIQ (AU 1/71/)QQRC
Elle porte liurtonnai
F. SEJOURNE
porte
ence qu'elle a l'inlliaiitds
pnml c soin de la lorme de
prseolstiofJ des produits et
de les expdier destination.
l'n employ install dans une
salle du lti-neutN;----des
Magasir.sde flEtat est prpos
rerevoir ces produits
part r de cette da'e psqn'au
le* si ni pro h in, data a
quel leur e >eVii loi se I r .
l'oar h s renKrigoemests
qui peuvent f i rc h aui
listih'Tissti. 'tnx-ii peuvent
s'ad Fort au Prince, 4 mars 1.931
Prpar di ns des conditions .rigoureuses
D'ASEPSIE
t'rpai lion el VeoJe
PHARMACIE I-.SKJOURN.*:
Angle di H m poux et du Centre.
i.
-
1
j*


[a
Supprime en (uciques minutes Fl*yr,Grippa, Sloi*'"*
Rh. matlsma Mt.licament de choir ioujourt tfpeace et sans
"riurr. i: litc-s de 1 et 12 cachet. Kn vrnlc dmM loateslmnnsa i ii -
Uboral^ire JDocteur C,IRAUD.PsafBei..a LYOfl-0ULUIIS(Fraae.)
DSPOI I .- iu-1'riiic l baiallSfle Ill'I.H.
Mosaques Hatienne*
-<

.^ ^^t^J!^ - .S$r*e.
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemin Mes Dalles, 1224
Tlphone : 26*M)




Jeudi
5 Mars 1931
Mmufaclui e Hatienne
ac Ciaai elles
GERARA& C
LES CIGARETTES
BafBas f-anlal-Lon
u Dessalin ienne*
' Colon *
Rpublicaine*
Poii-a u-Pv'u wien 11 e
(ira (f lalincssede leur aran font les dlicer
des via s il i urs
M
t
r

\l inanim
Il avait ^t tu par "Le i-ble 1 ; is six jours, de-
_oni sa premire ren ni Le Diable , il tait
perdu. Mais, ten< ce coin t m .. ; i or, il ne vou-
lait pas s'avoun vaincu. i .. i inanim, car
-A LE
enlve lea cor* en .U; toujours
Et il n'y a pai d'exemp! |u in ou un durillon,
mme dou <1< la plus tliuste c rnlitution, soit ca-
pable de tenir longtcci] dev il la merveilleuse
combativit du Dial le. i il est la mort des
Cors, Darite G -p-!rix
Mais faites bien attertiop M toi jours *' La: Diable "
LE DIABLE
est en e h sivit chi
H. DESCHAMPS
Saint-lV*-;c. I nvoi par
poste coi,! e 5 gourdes.
fcn veuie :
Chu F. CARD020
Et dans toutes les 1 ( nues phtrdHcJtf
w*


4 PAGES
...w.if annec: s*;ir>s
porf-aa-Prince
rlohone : 224
ttutt VKfsrpm*-. .., :-*~ii+-**r** m >
+*
'
*****
.ti *-mm vmM*. *
m- M- -*
IBIRE NATIONALE-
DE LA
I Brasserie Nationale
! Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Protqez votre uoehe et
votre sant en la buvant
toujours.
p
",*-'
Injeetion Problme
! infaillible
A base de blratgon c
d'extraits de plantes.Gurison
radicale de la hlcnnonhagie,
des coulements anciens ou
rcent*.Employe aussi rom
me le meilleur prservai i
Phirmaoe
LtPEANC Thevalmek
Lalue, vis- vis du Kiosque
pos al.
| Colombian
' Sleamshif)
Company inc
f.e vapcii' Martinique I
parti de New York tire e
ment pour ori-au-Pi ince le
28 fvrier coul es< attendu
ici le ( mars courant II re-
partira le mme jour pour
l'eiit Gove, Miragoue et Je-
rmie en route pour les ports
de la Colombie et Cnstobal.
C mal Z me, oren rri bel et
p ssagera
P il un rince, le 2 m; rs
1931
GEI RA & Co, AJenU.
o
Sachant que la misre bal
son pltia dans le pays, expl.
quez pourquoi :
lo Y a i il tant de monde
i as-is < r aux l es ? ,
2o -Y t-il plus de voiUrcs
de lu>e en circulation?
3o Les hommes sort Ont
'habillent-!h mieux?
REPONSE
lo Parce qu'il ny a que
i 'aire.
2 parce que les voitures
sont ci plus en plus attra-
yantes.
3o rarce que I M'dson
Vincent CAUDINO
225, rue Bon ne Foi,
s'est spc'ali-e en article pou1
hommes tels que Casimirs e
toutes nuances et a tout prix,
chapeaux fins, cravates et
chtmists de tou'e beaiit,que,
giee son S'oi k loi mid.ible,
elle peut vendre des prix d-
fiant reilt meut toute concur-
rence, fv ndez-vous l'videa
ce en visitant la maison Viu-
eut Gaudiuo,225, Rue Bonne*
Foi.
Le Pr\RV M)S1~
LOP est le pneu
favori des Chauf-
feurs.ofre toutes
es conditions de
scurit, d'endu-
rance et de soli-
dit.
Eu vente chez
John H. WOOLLEY
Grand'Rue.
mhwf **v
T ykes Brothers S S Co Inc
tiu I iHt lii. oomtngo -
Porto Rleo
Le seul servi-- hebdoua I .ire et rsilier passagers et
fret entre les por's du Golte du Texas directement avec
Poft -au-Priuce, Hati. 0
* |Pour I -cepton raoid* et le rnniemcnl habite le .vos
mnortalions lewez vont toujours dss aivtrea le :a LYtvhS
LNR.
Le^ pr chai ns arrives Port-au Princeton1
S/SVelma -eux. 6 M:,-s 1951. .
S'en m r "Sto'h I vkea* 13 mars 1931.
S/S '-Genevive Lykea< lu m.o-s 1931.
S/S 'Ru h ykr-s" 27 mars 1131.
S/S MarR.rel Lykes 2 \ r 11 9.'i 1.
Bureau : Rue du Ma^-isin de l'StaJ Boite n'aie R
Avis
- i,*. S.^C' n
mm rkhii) uZ a
parlesClUARETTESaulaPUDRK aaDflW
b Inmsl lam lu )\:'i.< il ."ruT-iii i^r la sifnxturiJ. ESPIC BraftlfN cfitUt.
lm& -.
NOUVEAUX ALAMBICS
poar DISTII.I.F.H h RECTITIER
L* EAUX-DE-VIC,
RHUMS, ALCOOLS, 810
DEROY FILS AINE
ooaanucmn
' 75, ru$ rfu Jhtdtn, /t
GUIDE PRATIQUE fatlamnimfttfHj
VIK, ESSENCI'1 le MANUEL do T" 'irut dr
BHBH3 l T^RIF IIIUSIRE ailrcMM friocn.
Voulez-vous voyager four
Santo Domingo ?
I .automobile de la Poste
part trois fois par semaine, i
six heures uu matin.Profites
en
Ache'ez voire iickt
I' lOTEt- KSP\N\
Hue des M rtcles.No 121
l'tante du Syndical dti
Agents de Change.
. none 3396.
f?
Wmt
C'est le Vermout Le plis l'.'iibl, le plu I > i qe ai
p-r ctjnsquinl le plus au- i.]
LE CINZANO BLANC a eu. les plus hautes rcom
penses toutes les expositions et se veud sur place l on
prix des plus raisnnna>!e.
En gro^ chez A. I MAT TEK
Grand Caf de France
i 'Influenzn s'tend
Arr'ei le froid de suite avec
l 666 Prenez le comme un
prventif.
Employez "le 666 pour
sauver les bbs.
L'icv,ii le d' ii iy n )ttt|i(|ie oiiiuin i '.rj];; Tiilleit
(trait du Grarul -' H France. '
PATrtia & (lo. Tlphone 2341.

ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Pertli ( Scolhnd )
Uir la GENEPAL >; est une des plus puissantes et des plus vastes or*aisatisas
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou champ d'action qui embrasse le
de
SesjPoliees contra incendie ,couvrent aussi les dgts occasionns par la'touurc
Ses Polices pour Automobiles convient vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa n*rnmne ou dr>nS ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par s?s brauches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices eontre accidentsjsont valables dans I univers entier. Tous les voya-
urs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents
'au moins 4000 dollars, la prime auuueile n'tant que de 1/2 */ soif 20 dollars L^ C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE^
sur la VIE
r,
OUS-..GbNTS
Agent Gnr?l pour liaiti.
^oit-au-^nnce. G. GILG
JtUN aiLeiS^^Tj^Qi e
EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs