Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03843
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 24, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03843

Full Text

Clment Magloire
DIRECTEUR
HU, RUE AMERICAIN** M
TELEPHONE M" '24
Jme ANNiE N* 7230
.seireavirliefli, If il ,
rtiillfii it uskjaisiitus, au ptial
que art aaunurs eu iiace rrssf-
bleui rarruirul ca , u laieu!
i leaas il.' elslairit.
Uafcrui I MhV ALI IM
I
PORT-AII PHIN'.E ( HATI )
MAKD1 21 FEVRIER 1M1
HAITIANISATION
AU RALENTI
i
De tou les journalistes qui
ont pris pari la runion or-
Snisee par S. . M. Paulus
nnon, en son Dparlement,
et au cours de laquelle lut
lue la Presse, ( c est peut-
tre ce qu'o appelle travail-
ler dans le calme des chancel
1 e r i e $ ) i la correspondance
change entre le Ministre
des Relations Exterieuies et
la lgation Amricaine, seul
M' Damase Pierie-Louis a
donn un compte-rendu d-
taill et prcis de la mmo-
rable entrevue. C'eut a croire
vraiment que le Directeur de
L'Opinion est un stnographe
de haute envergure. M-is l
n'est point la question.
Il ressort des notes publies
par, L'Opinion, le le de c*.
mois, que. contrairement ce
que.tout le monde attentai! et
qu'on nous laissait pr%oir,l ngociations en vue de la d
amricanisation de cet tains
de nos services n'est pas en si
bonne voie. D'aborJ, d'api es
ce'qui ressort des pices lues
aux journalistes, dans l'espni
desamricains Ihaitianisation
a dj commenc. Et dans le
cas o elle doit continuer elle
ne pourra 're organise que
par les chais de servi
ce amricains. Le Prsident
de la Rpublique commis-
eiouuerait ceux qui lui se-
raient dsigus par nos coo^-
rateurs, C'est dit d'ailleurs ex-
E ressment a propos du Co-
liiecttur hatien du Service
national d'Hygine publique:
le directeur du Service d'Hy-
gine est \iW,moyennant un
accord spci.l, nommer,un
co-Diiecieur Hatien.etc., etc.
A 11 direction gnrale des
Travaux Publics.c est la mme
chose. Le Ministre amricain
n'envisage mme pas la p. s-
sibilile du rappel des Inspec-
teurs Amricains q u i sont
dans le Nord, l'Artibonite et le
Nord-d'Ouest. L'ingnieur eu
Chel est seul juge de la ques-
tion. Il pour i a employer des
Inspecteurs amencaus tant
qu'il le jugera ncessaire.
Quant i ce qu'il s'agit des
services du Conseiller Finan-
cier, ses activits devant con-
tinuer juaqo' l'amortiss< ment
de l'Kmprunt, et cause de la
situation financire picaire
actuelle, on ne pourra en en-
visager l'haltianisation qi:e
jusqu' l'poque o intervien-
dra unacco.d spcial, mit la
base du Protocole de 1919.
L'HaUiauisalion de lu ijdi de
I Hati ne pourra ire c< m-
plte qu'en 1936,il expiration
de la Convention. Le (Jouve -
nement insiste pour 1934.
Le f Gouvernement Amri-
cain tient la nomination de
Colvin, comme Directeur du
Service Technique. Il semble-
rait mme vouloir subordon-
I ner a cette nomination toute
rorganisation du Service
Technique.
Voici, exac ement, dapis
1 .'Opinion,, o en sont les
> hoes.
Il est entendu que tout le
monde doit pauler l'action
gouvernementale, i hambres
Lgislatives, Journalistes,
hommes polit ques, gouver-
nementaux et opposants. Du
moins que ceux qui ont l.i
direction des ngociatious oc
uous chantent pas, le pouce
aux entournures de leur gilet:
Tout va bien,tout va biec ,
toreque, tout pourrait ,aller
mieux.
Rien n'a chang/ Aussi, de-
vons-nous lorce de tact,
d'insistance, de courage, d'ab-
ngation, porter l'amricain a
ue pas rester, comme il le
voudrait, eu de de ses so-
lennelles promesses. El aider,
de toutes ujs forces, 1 houule
homme et le patriote con-
vaincu qu'est le Prsident
Vincent. Mais tout cela A la
condition qu'on nous dise la
vrit et toute la Vrit
et qu'on ne prenne pas
pour devise, comme La Nou-
velliste, le disait au sujet de
la Lai lie de M. Eugne Hoy
au gnerai Russell: promettre
et tenir sont deux. .Nou, uu jeu
serre, nuis loyal.
Centenaire
de Bolivar
Le fascicule de Janvier 1931
Uu Bulletin de la Hanamerican
Lnion publie te* diffrents Mes
sages adresss par les Chefs des
Rpubliques Latino-Amricaines
(occasion de la clbration du
Centenaire de la mort de Boli
var. Voici traduite de l anglais la
telle adresse du Prsident de la
Rpublique dtiaili, Monsieur
Stnio Mncent :
La Rpublique d'Hati ne Mu-
nit rester indiffrente aux cr-
monies imposantes qui comme-
morent la eentime anniversaire
de U mort de Bolivar.
BSi on sentiment de solidarit
attache Hati A toutes les autres |
atiooi de l'Amrique Latine.
auxquelles, en celle occasion,
fille envoie son plus cordial sa-
lut. Elle te sent plus parfaite-
ment lie su Vnsula par
quelquss-nas de ces souvenirs
imprissables que de temps ,en
tempe les nations se rappellent,
comme pour y trouver de nou-
velles raisons de vivre.
Lee Vnzuliens qui ont la
mmoire da coeur, et pratiquent
le culte de la reconnaiasa nce rap-
pelleot.aouveut.la part qu'Hati a
Prise i Indpendance de leur
raya et l'aide morale el mat-
rielle qua Ption, le londateur
ce notre Rpublique, a apporte
* Bolivar dans son dessein de
nons crer une Patrie.
Nous avions S peine] conquis
notre Indpendance, si chre-
ment et si hroquement acquise.
| fue te trouvrent es pril
L Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
DBS HORIZONS NOUVEAUX
DES horizona nouveaux s'ouvrent r homme
qui e de l'argent. Avec $1,000 conomise
et dpose en banque, vous pouvez envisager
revenir avec confiance. Commencez de main-
tenant pargner en suivant une dee mthodee
ot-dsseouo;
$1,000 a quatre ans, proviennent de $940.1*
en veraemente hebdomadaire, de $4-52
$1,000 en troi ans, proviennent de $956.2$
veraemante hebdomadaire* de $6.13
$1,000 en deux an, proviennent de $970.33 t
veraemante hebdomadaire* de $9.33
\ La Banque Royale
du Canada
s Disais! il Tur iCii-TaU y
i--tV
Film de tout premier ordre,
excut par des acteura de
haute valeur et choys du pu-
blic, salle comble et distingue,
> adaptation musicale parlaile,
i voil ce qu'a t, dimanche, la
I reprsentation de Cme-Taldy.
Aurai le public est-il sorti en-
chant de sa soire. Toutes nos
flicitations VInie Taldy qui
chaque jour, apporte de nou-
velles amliorations sa co-
quette salle, et se dpense per-
ptuellement pour que ses films
soient a la satisfaction de tous.
les premiers eftnrls du Vnsu-
la our conqurir I sienne.
C'est notre fiert et notre gloi-
re d Hatiens que ce moment
suprme de dcouragement
Bolivar ait plac en nous ses
dernires esprances. L accueil
de l'lion tut tel que le grand
guerrier vai en dut estimer ce
momeul qu'il avait deux Patries,
puisqu'il trouvait u.i Irere lors-
qu'il n'esprait qu'un alli, et
des compagnons d'armes quand
il ne cherchait que des provi-
sions et des munitions.
La correspondance change
entre ces.deux hommes est belle
d'lvation. No Histoires l'ont
religieusemen :ooserve.car elle
est pleine de salutaires leons,
mie montre ce que peuvent l'-
nergie, la patience, la tnacit,
lorsqu'elles s'appuient an a
mour fraternel, et de quel pur
acier tait forge l'me invinci-
ble de ces deux crateurs de
Patries, Pour nous,Hatiens, elle
est le symbole de la solidarit
Latino-Amricaine, et en quel-
que sorte le berceau de cette
amiti qui nous lie au Peuple
Vnzulien.
Cette amiti, attise aux souf
lies qui rendirent possibles Ver-
tirea, et quelque temps plus
tard, Ayacucho et Callao, pour-
quoi ne se tortifierait-elle pas
chaque jour davantage. Elle vit
nous l'gide bienlaisante de deux
grandea mes.Bolivar et Ptioo,
qui n'eurent, durant leur vie,
qu'un objectif : la Libert. C'est
par la vie de tels hros que
l'homme s'sttache sa Paine.
Leurs tombes sont pleines de
ces enseignements qui tout la
grandeur des petites Nations,
(sign ) Stnio VINCENT,
Fraideut dHeliti.
Ce ne sont peut-tre pas les
X
FOIE, REINS, VESSIE
oveiiTt moiTiiTi
URiaee TROuaiie
AaTTHeiTE RHUMATiaMae
Qurlson par 1a
KITINE
tatltejtleM p Hntl |* *rl*a* t dinout luiM urlee*.
TOUTES PHARMACIES
iq.riHlH VIDAL, 4$, rat i. Cnaala. PARIS
Wr Nestor FKIJU
. bAIUJIWD TUI.IF.IP.
Silue le Peuple hatien, la
So i'et sa inomb1 t r ne
D'i-ition de cette dira re
oour laquelle il apporte tous
les procds de 'a coupe mo-
derne qu'il a pratique du
rant les cinq annes qu'il a
passes tan't chex lui et tant
tt la Havane ; ce qui loi
i permis de rtablir compt
tement sa sant.
Rue Ferou ou des V irscift
No 316, l'ancienne Ly-oir
Robin. (Ecole deDacevl*)
termes mmes dn Message de
S. E. le Prsident Vincent, cai,
uous le rwppelons, c'est nne tra-
duction d'une fi diction que
nou oQrons i nos lecteurs. Le
Prsident de.la Rpublique nous
pardonnera cette traduction un
peu libre que nous avons laite
avec quand mme le souci de
ne rien altrer de sa pense.
Nous avons tenu, en attends^',
que ce document, soit publi.'
officiellement, en douuei un
avant-got nos abonns.
lie nsnvHIe rivre i> Jsstin Klif
Lf*2 Mars prochain sera ex-
cut dans la deusime partie
d'un concert, Washington,
c'est -dire entre dix heures et
dix heures et demie, une nou-
velle uvre de notre sympa-
thique compatriote, le grand
musicien Justin Elis.
Celte uvre qui s'inti'ule m
oied des Pyramidrs et qui est
ddi de notre charmant cama-
rade Henry Elie, cousin.de l'ar-
liste, sera excut pat centd'X
musiciens et radiohise par la
station W. J. Z. de Washing'on.
D'une lettre nous extrayons
le passage suivant qui donne
l'ide qui a prsid a la cra-
tion de celte nouvelle uvre :
C'est le symbole du loyer,
du devoir el des responsabilits
de l'artiste. Dans re pome M.
J stin Elie a traduit un drama-
tique pisode d'une v e d'artiste
eh lu'ie aec les mystrieuses
altractiooa qui remplisent sa
carrire, avec fout un cortge
de coupables enchantements
et essaient d'entraver le senti
ment de son art et de ses res-
pon>abilits L'artiste est pion
g dans son travail, d.fiant, n
pi oie l'inspiration, une nou-
velle uvre d art, quand pa
rail une danseuse etincelante
de charma et de beaut. Bile
emploie, pour le sduire toute.
les provocations de ses dur
mes sensuels, 'e malheuieux
e hisse ensorceler. Mais dans
un sup'me lan, il se ressaisi',
et victorieux, retou,n' son
art, et A son loye>, E I uvre,
laquelle il s'est redonn
avec le concours de la garJien
ne du foyer, c'est ce qu'il a
russi de plus ivau .
On voit ce qnVt cette nou-
velle grand ivre de notre
grand artiste qui consacre son
Srt mutes les heures de sa vit.
Tous ceux quioni une radio au-
raient intrt le 2 Mais essayer
d'avoir la station VV. J. Z. de
Washington pour pouvoir as-
sister f\ loin la premire de
cette uvre d'un compatriote.
Nos sinrres compliments
BoLl ancien collaborateur, et
notre ami Juatin Elie.
(\n
Est une. ^prescription^'de
V.e Ucin p'inr les Froids et les
faux de-tte. 4^est le remde
connu le plus rapide.
I Propos
cachels
;_o-
L'ami li "est une lu-Ile chose, et
sans cittr les exemples antiques d'A-
chille et de Patrocla, da Pylada '
d'Oreate, nous nous bornerons rap-
peler on tout polit trait d'araltt qui,
pom ma part, m'a attendri jusque la
soif.
On se souvient du C mvlu-n qui, u
l suite d'une srie de looping tns
loop...avaiidgrlngol |nsqu Ij Ra-
vine Qros-Morne .. Un Canaditn le
ses amiaqul racconipaanalt.maia qui
lui avait prudemment fauss compa-
gnie aa moment de la culbute... vint
s.m secours l'une maniera fort in-
gnieuse.
Attachant une bouteille de RHUM
SARTHE CACHET D'OR au bout
(l'une ficelle... il la fil descendra pr-
c ludonneuaement Jusque son ami si
lui lia la recette.
Uois-iMi.mon vleux,ceta te remon-
lera.a
LOTERIE NATIONALE
D'HATI
416 Rif Basse MJAtrfHM 1158

(ai 1 oh i ie Nalio d'H I :
esi :
i.i e hisiilu !on hauh menl hu-
manitaire |- tr la multipl i
d e. m. s qu't If se piopt se
d'aider,
: u ne Chance de bien-tre oBerle
aux lu romi de toutes coodi-
t on' de loi lune.
Employs Fonctioni ires,Ou
vriers. irtisans.S di i ia de ions
ordres.Gena le maison (domiv-
liques), sans grever leur budget,
moyennant deux gourdes, peu-
vent gagner THOIS MILIE
Gouiti)i-;s.
Patrons de Commerce, Chefs
d'Industrie, parer aux insuffi-
sances des ventes, par l'achat
d'un billet qui vous libre ou
souci dis chances.
Mdecins Avocats, Ingnieurs,
Snateurs, Dputs, Grands Di-
gnitaires de l Elat.Reprsentsnls
de l'in'eiieiin di". Journalistes,
donnez lexemolt du notre soli
dartt sociale.
Sentiers, capitaliste, romme
en jouant, augmenter noire
avoir
Vois tous j li ibil /. M ilti,
rendez lui service en achetant
le billet del Loterie Nation le
d Hati,
CORRESPONDANCE
Port-nu-l'iime |le 23 fv.1931
Mon cher I) recteur,
A rs avon suivi les dill-
renies lia i i lions de la poli-
tique ex rienre d'i laili avec
le Gouvi roement des Elati -
Unis d'Amrique In No dfje
me perme s de croire qu'il y
a lieu de changer le ce iti -
des pour parais avec la dipl-
me la amricaine, portan-
Priace D'est plus calme, elle
n'est plus le lieu qu'il faut
p ior les engager.
L'anxit du peuple hatien,
le mauvais vouloir des offi-
ciels el l'influence des fonc-
tionnaire amricains sur la
Lgation tout cela rend inef-
ficace tome discussion.
Ou doit avoir dans igonsii i
Dants Bellegarde la plus
f;raiule somme de confiance.
I rentre aux Etats Unis avec
uu nom mondialement connu;
il u un prestige qui garantit
toute sa mission. Donc, Mr
Dmes Bellegarde est bien
place pour les suggestions les
plus utiles.
tjfcn recommandant au Gou-
vernement de mou pays,
MrSluio Vincent lui-mme,
le dplacement du centre des
conveisations taire pour la
libration de notre Pays, je
dsire une discussion irau
che tl loyale ; pour cela, il
(aut une atmosphre de cour-
toisie, de gentillesse daltabt
lil, uon d'arrogance, d'im-
pertinence et de sans gne.
Veuillez, n on cher Direc-
teur, donutz publicit a la
prs nie el recevoir
me meilleures salutations,
LAVtiNrUKE. avocat
!
... a vu la joie d'une jolie lem-
me qui racontait avec quelle
lgance et quel empressement
ell avait t servie chez Fiiux
Si Di'Pi.bsst o elle avait t
la ire sa provision de krosinet
- Kt quelle krosine, ma
chre!
Limpide et belle !
-
... a vu uu homme qui des-
cendait seul le Champ-de-Mars.
Il avait l'air da s'en plaindre.
Arriv dens le voisinage de la
stalu de Dessalines, il rencon*
Ira un camarade. Plus bas ce
lut le tour d un lioibime. Dans
les enviions de la gendarmerie,
ils taient cinq. L'homme se dit
que m cala continuait, il serait
cinq cents en arrivant au
poil, comme dans le vieux Cor-
neille. .Aussi prletlu-t-il une
commission faire dans le voi-
s nage tt plaqua la bande pour
employer un mol qui esl de sai-
ton pat cette poque o le car-
naval vi, dit-on, tre lclai
d'utilit publique.
... dans un des petits cafs du
quai lier du Mol ne-a-Tuff il en-
tra. El demanda un punch au
Rhum Coule d or d Alix Roy.
Niais il n y uvail pus de rhum
Alix Hoy. Comme il faisait mine
de s'en aller, le patron lui dit
qu'il allait en fane chercher. Il
al'eudit une bonne deani-heure
et but enfin le punch qu'il aime,
m oui loisqu'il est fait avec le
11 mu qu'il prfre.
m
s
... voit que Taldy, dans sa s-
ance de dimanche soir, , par-
mi ses documentaires, fait une
excellente rclame pour l'Eipo-
silion ColeniHle internationale
qui, comme on le sait, se tien-
dra Paris en Mai 1931. On a
pu voir cer'aiiis pavillons et
les commencements de sons-
traction du Pavillon Hollandais.
Le Gnral LtSUtey et le Minis-
tre des Pays-Mas visitaient 1rs
travaux.

... l'un de nos damiers spec-
tacles S vu quelqu'un se glisser
paisiblement lia place de quel-
qu'un qui, pendant un entracte,
avait t prendre l'air ou ache-
ter quelques bonbons aciduls
pour les lis prtes dames qu'il
accompagn dl II ne resta pas
longtemps absent. L'usurpati tir
dut se lever, tout en souriant.
Mail on voyait bien ses yeux
et a sa lenteur que ce n'tait pal
avec pi. isir qu'il rendai la plj-
ce a son propritaire.


... voit que tout se prpare,
sons la haute el intelligent! pr-
sidence de notre sympathique
ami Maurice Chries, pour que
le bal travesti du Cercle de Pe-
lit-tioave soit un trs grand suc-
cs. On sait que ce bal aura lieu
le samedi qui suivra le jeudi le
la nu-carme. Pierrots et pier-
rebes. marins liouimes et fem-
mes, prpar.xvous aller en
foule a ce bal .u le Champagne
coulera a flots et o la joie sera
a sou comble.
... s'est beaucoup lament di-
manche soir Ututtana : deux
dunes ont dblatr haute
voix avec leurs maris sur tous
ceux qui prenaient place dans la
salle. Pendant le spectacle, elles
taient comme devant le mi-
croplioae, annonant et com-
mentant toutes les scnes du
film I .ii s a"aient lu certaine-
ment le roman et voulaient le
faire savoir a tout le monde.
Mais elles n'ont pas pu s'apei
cevoir que es rflexions g-
naient les voisins el rompaient
1 intrt d la pice.
Mesdaun-s, s'il voaa plat,
gardez vos apprciations pour
vous e'. vos boudoirs et laissez
les autres jouir de lear argent.
n.
Assurez-vous contra accident
{ la General Accident : ire A
Lile Asusrance Corporation Li-
mited . Vve b\ tierui.ugham
Age->' flnerai pour Hall,
I.



Clment Magloire
DIRECTEUR
BU, RUE AMERICAINE
TELEPHONE H"14*
si eeivirlieai, If pia* seaveat,
rtiillrsl l> iitsjsssutiis, au peut
qir aVs hsiiiuirs eu siace resse-
sleul larriaral es -, M Siateul
is Isaiss as ii" p>ilj''t
uasrisl CMfiVALLIKK
jMae ANNKE W 7230
PORT-AII PRINCE ( HATI )
MARDI 24 PfcVRIER 1161
ICT"
HAITIANISATION
AU RALENTI
I
fer*
iet
De tout lts journalistes qui
ont pris part la luoion or-
Sniaee par S. . M. Paulus
unon, en son Dpartement,
et au cours de laquelle lut
lue 1a Presse, ( c est peut-
tre ce qu'o appelle travail-
ler dans le calme des chancel
eries)ila correspondance
change entre le Ministre
des Helations Exterieuies et
la 1-gation Amricaine, seul
M. Damase Piene- Louis a
donn un compte-rendu d-
taill et prcis de la mmo-
rable entrevue. C'est a croire
vraiment que le Directeur de
L'Opinion est un stnographe
de haute envergure. M-is l
n'est point la question.
Il ressort des notes publies
par, L'Opinion, le IV de cs
mois, que, contrairement ce
que.tout le monde attendait et
qu'on nous laissait pr\oir,lts
ngociations en vue de la ds
amricanisation de cei tains
de nos services n'est pas en si
bonne voie. D'abord, d'apte
ce'qui ressort des pices lues
aux journalistes, dans l'esprit
desamricains Ihaitianisation
a dj commenc. Et dans le
cas o elle doit continuer elle
ne pourra 're orgauise que
par les chats de servi
ce amricains. Le Prsident
de la Rpublique commis-
siouuerait ceux qui lui se-
raient dsigus par nos coo,.-
rleurs, C'est dit d'ailleurs ex-
Bressment a propos du Co-
in ecttur hatien du Service
national d'Hygine publique:
le directeur du Service d'Hy-
gine est pr",moyennant un
accord spci.l, nommer,un
co-Dilecteur Hatien, etc., etc.
A 11 direction gnrale des
Travaux Publics,c est la mme
chose. Le Ministre amricain
envisage mme pas la p. s-
sibilite du rappel des Inspec-
teurs Amricains q u i sont
dans le Nord, l'Artibonite et le
Nord-d'Ouest. L'iugenieur en
Chel est seul juge de la ques-
tion. 11 pou ri a employer des
Inspecteurs amricains tant
qu'il le jugera ncessaire.
Quant ce qu'il s'agit des
services du Conseiller Finan-
cier, ses activits devant con-
tinuer jusqu' l'araortiss' ment
'le l'Emprunt, et cause de la
situation financire picaire
actuelle, on ne pourra en en-
visager l'haltianisation qt:e
jusqu' l'poque o intervien-
dra unacco.d spcial, sur la
base du Protocole de 1919.
L'Hattiaoisation de la tjaide
I Hati ne pourra ire c< m-
plte qu'en 1936, 1 expiration
de la Convention. Lefiouve:-
nement insiste pour 1934.
Le Gouvernement Amri-
cain tient la nomination de
Colvin, comme Directeur du
Service Technique. U semble-
rait mme voulou subordon-
I ner cette nomination toute
rorganisation du Service
Technique.
Voici, exac eurent, d aprs
L'Opimon,^ o en sont les
h Il est entendu que tout le
monde doit pauler l'action
gouvernementale, i hambres
Lgislatives, Journalistes,
hommes polit ques, gouver-
nementaux et opposauts. Du
moins que ceux qui ont la
directiou des ngociatious ne
uous chantent pas, le pouce
aux entoui nures de leur gilet:
Tout va bien, tout va biec ,
lorsque, tout pourrait aller
mieux.
Rien n'a chang.' Aussi, de-
vons-nous lorce de tact,
d'insistance, de courage, d'ab-
ngation, porter l'amricain
ne pas rester, comme il le
voudrait, eu de de ses so-
lennelles promesses. Et aider,
de toutes ujslorces.l honnte
homme et le patiiote con-
vaincu qu'est le Prsident
Vincent. Mais tout cela la
condition qu'on noua dise la
vrit et toute la Vrit
et qu'on ne prenne pas
pour devise, comme La Nou-
velliste, le disait au sujet de
la Leitie de M. Eugne Koy
au gnral Russelt: promettre
et tenir sont deux. .Nou, uu jeu
serre, muta loyal.
L Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
DBS HORIZONS NOUVEAUX
DES horizon! nouveaux s'ouvrent l'homme
qui de l'argent. Avec $1,000 conomiss
et dposes en banque, vous pouvez envisager
l'avenir avec confiance. Commencez ds main-
tenant pargner en suivant une des mthodes
si-dessous:
$1,000 n quatre sns, proviennent d* $940.14
en versement* hebdomadaires de $4.51
$9.000 en trois ans, proviennent de $956.M a
versements hebdomadaires de $6.13
$1,000 en deux ans, proviennent de $970.3) sa
versements hsbdotnsdsires de $9.33
rtm **
La Banque Royale
du Canada
Disant au Tsar iCia-TaHy
' Film de tout premier ordre,
excut par des acteurs de
haute valeur et choys du pu-
blic, salle comble et distingue,
adaptation musicale partaile,
voil ce qu'a t, dimanche, la
reprsentation de Cine-Taldy.
Aurai le public est-il sorti en-
chant de sa soire. Toutes nos
flicitations Unit Taldy qui
chaque jour, apporte de nou-
velles amliorations sa co-
quette salle, et se dpense per-
ptuellement pour que ses films
soient a la satisfaction de tous.
Centenaire
! de Bolivar
Le fascicule de Janvier 1931
nu Bulletin de la Hanamerican
in ion publie /et diffrents Mes
iages adresss par les Chefs des
Rpubliques Latino- Amricaines
(occasion de la clbration du
Centenaire de la mort de Boli
uar. Voici traduite de l anglais la
belle adresse du Prsident de la
Rpublique d liait i, Monsieur
Stnto Mncent :
La Rpublique d'Hati ne sau-
rait resttr indiffrente aux cr-
monies imposantes qui comm-
morent le centime anniversaire.
de ta mort de Bolivar.
BrSi an sentiment de solidarit
attache Hati i toutea les autres
tions de l'Amrique Latine.
auxquelles, en cette occasion.
Elle envoie son plus cordial sa-
int, Elle se sent plus parfaite-
ment he su Vnsula par
quelques-uns de ces souvenirs
imprissables que de temps,en
tempe les nations se rappellent,
comme pour y trouver de nou-
velles raisons de vivre.
Lac Vnzuliens qni ont la
mmoire du cur, et pratiquent
la coite de la reconnaisse nca rs p-
pelleot.souveut ,la part q i Hati a i
Prise i (Indpendance de leur
Paya et l'aide morale et mat-
rielle que Feiiun. le fondateur
ue notre Rpublique, a apporte
a Bolivar dans son dessein de
sons crer une Patrie.
Noos avions i peine] conquis
notre Indpendance, si chre-1
ment et si hroquement acquise, |
| sfue ee trouvrent en pril
les premiers efforts du Venezue-
la our conqurir I sienne.
C'est noir, fiert et notre gloi-
re d Hatiens qu i ce moment .
suprme de dcouragement
Bolivar ait plac en nous ses
dernires esprances. L accueil
de Ption lui tel que le grand
guerrier vai eu dut estimer ce |
moment qu'il avait deux Faines,
puisqu'il trouvait ui Irere lors-
qu'il n'esprait qu'un alli, et
des compagnons d'armes quand
il ne cherchait que des provi-
sions et des munitions.
La correspondance change
entre ces. deux hommes est belle
d'lvation. Nos Histoires l'ont
religieuse meu conserve.car elle
est pleine de salutaires leons.
Elle montre ce que peuvent l'-
nergie, la patience, la tnacit,
lorsqu'elles s'appuient un a
mour trateroel, et de quel pur
acier tait forge l'Ame invinci-
ble de ces deux crateurs de
Patries, four nous.llaitiens, elle
est le symbole de la solidarit
Latino-Amricaiue, et en quel-
que sorte le berceau de cette
amiti qui nous lie au Peuple
Vnzulien.
Cette amiti, attise aux souf
fies qni rendirent possibles Ver-
tires. et quelque temps plus
tard, Ayacocho et Lallao, pour-
quoi ne se fortifiersit-elle pas
chaque jour davantage. Elle vit
sous l'gide bienfaisante de deux
grandea mes.Bolivar et Ption,
qni n'eurent, durant leur vie,
qu'un objectif : la Libert. C'est
par la vie de tels hros que
l'homme s'st tache sa Pairie.
Leura lombes sont premes de
ces enseignements qui tout la
grandeur des petites Naiioos.
(sign ) Stoio VINCENT,
Prsideut dHsliti.
m.
FOIE, REINS, VESSIE
cvaiiTi- ruoiiAtiTi
usines TROUBLES
ASTHBITE RHUMATI8MM
Ourlson par la
KITINE
ssttssstliss sstmst lui eslm* Is BOUlsur,
Urifli Is* srlss* I dissout IstlSs urlsjrn.
TOUTES PHARMACIES
Ussrsssb* VIDAI, 4t, rs* ds Gnssls. PARIS
r Nestor FBL1U
. NAKCIUM) TULLEUlt
S lue le Peuple hatien, la
Sa i'et sa ,nomb' i r cl'ai
'le. Il se.met surtout In dit-
o')-ition de cette dern re
uour laquelle il apporte tous
les procds de 'a coupe mo-
derne qu'il a pratique du
rant les cinq anne qu'il a
passes tan't chex lui et tant
tt la Havane ; ce qui lui
i permis de rtablir compl-
tement sa sant.
Rue Ferou ou des K* iraclev
No 316, l'ancienne foie
Robin. (Ecole de Dactyle
termes mmes du Message de
S. E. le Prsident Vincent, ter,
nous le rappelons, c'est une tra-
duction d'une trdiction que
nou oflrons nos lecteurs. Le
Prsident de.la Rpublique nous
pardonnera cette traduction un
peu libre que nous avons laite
avec quand mme le souci de
ne rien altrer de sa pense.
I Nous avons tenu, en attend un*,
[que ce document, soit publia
L'if nenrelle rirre > Jaslin fclir
Le*3 Mars prochain sera ex-
cut 'dans la deuxime partie
d'un concert, i Washington,
c'est -dire entre dix heures et
dix heures et demie, une nou-
velle uvre de notre sympa-
thique compatriote, le grand
musicien Justin Bile.
Cette uvre qui s'inti'ule An
oied des Pyramidrs et qui est
ddi de noire charmant cama-
rade Henry Elie, cousin.de l'ar-
tiste, sera excut pai centd'X
musiciens et radioidse par la
station VV. J. Z. de Washington.
D'une lettre* nous extrayons
le passage suivant qui donne
l'ide qui a prsid a la cra-
lion de celte nouvelle uvre :
C'est le symbole du lover,
du devoir et des responsabilits
do l'artiste. Dans ce pome M.
J tin El'e a traduit un drama-
tique pisode d'une v e d'artiste
eu lutte aec les mystrieuses
attractions qui remplisenl sa
carrire, avec tout un cortge
de coupables enchantements
et essaient d'entraver le senti
ment de son art et de ses res-
ponsabilits L'artiste est pion
g dans son travail, d.liant, en
pioie l'inspiration, une nou-
velle uvre d art, quand pa
rait une dsnseuse tincelante
de charma et de beaut. Bile
emploie, pour le sduire toute,
les provocations de ses char
mes sensuels, 'e malheuieux
?e bisse ensorceler. Mais dans
un sop'ro* lan, il se ressaisi',
et victorieux, retou'ii* son
art, ei son loye>. E I uvre
laquelle il s'est redo m
avec le concours de la garJien
ne du loyer, c'est ce qu'il a
russi de plus beM .
On voit ce qu'e-t cette nou-
velle grand ivre de notre
grand artiste qui consacre son
art toutes le1 heures de sa vie.
Tous ceux qui ont une radioau-
raient intrt le 1 Mais essayer
d'avoir la station W. J. Z. de
Washington pour pouvoir as-
sister f\ loin la premire de
celte uvre d'un compatriote.
Nos sincres compliments
no!.,, ;;.'Cien collaborateur, et
noire ami Justin Elie.
finit
I officiellement, en donuci uu
Ce ne sont peut-tre pes les levant-got nos abonns.
| Propos
cachets
:-o-
L'ami N"1*! une salle chose, et
aana ciisr les exemples antiqnes d'A-
chille et te PatrocU, ds Pytada al
d'Oreste, nous nous bornerons a rap-
peler un tout petit trt d'amiti qni,
pour ma part, m'a attendri jusqu' la
soif.
On s- souvient l:i sniU' d'ans srie de looping the
loop...avatidgringnl |nsqnn ! Ra-
vine Qros-Morne... Un Canadien da
sps amis qui l'accooapaanait.maia pii
lui avait prudemment musse compa-
gnie aa moment de la culbute... vint
Bon Secours d'une manire tbrl in-
gnieuse.
attachant une bouteille de RHUM
SAhTHE CACHET D'OP au bout
d'une ficelle... il la lii descendre pr
c luHonneusement jusqu' son ami al
lui cria la recette.
Hois-en.inoii vieUX,cefl te r-inon-
tera.
!
i
Est une. ^prescriplion^de
Me lecin pour les Froids et 1rs
Maux de-ltc. M'est le remde
connu le plus rapide.
LOTERIE NATIONALE
D'HATI
416 Rie Basa* PiJlrpMM M88
Lu l oit i ie Nationale d'Hi I i
est :
ni v lus itu loi hauli ment hu-
manitaire \ u l muliipl
d uvres qu't 1 le se pioj < se
d'aider,
une < hsnee de bit n-tre oBerle
aux hommt i de toutes coodi-
t on> de loi lune.
Employs Fonctioni sires,Oa
vi ie s. * iisans.S ili i ;es de tous
ordr<*s,6ens le maison (domes-
tiques), sans greutrleur budget,
moyennant deu* gourdea, peu-
vent gagner THOIS MILLE
GOURDES.
Patrons de Commerce, Chels
d'Industrie, parez aux insulfi-
sances des ventes, par l'achat
d'un billet qui vous libre du
souci dis chances.
Mdecins Avocats, Ingnieurs,
Snateurs, Dputes, Grands Di-
gnitaires de l Elat.Reprsentanti
de l'In'eiiei tu ili'". Jonmalistes,
donnez l exe m nie du voire soli-
darit sociale.
He liera, capitalistes, romme
en jouant, aayinenler notre
a noir
Vo is tous (j ii habil i 11 ilti,
rendez lui lerv ce en achetant
le billet de lu Loterie Nation le
d II
CORRESPONDANCE
Port-au-Prince e23fv,1931
Mon cher I) recteur,
A rs ivoit suivi Us dill-
rentes lui i liions de la poli-
tique ex rieure d't las i t j avec
le Gouvi niciiK nt les Etat; -
Unis d'Amrique da No d, je
me permet de croire qu'il y
u Ueu de changer la ce iti
des pourparleia avec la diplo-
ma U amricaine. Port-aU-
l'iince u est plus calme, elle
n'est plus le lieu qu'il laut
p >ur les engager.
L'anxit du peuple hatien,
le ma u va il vouloir des offi-
ciels et l'infl u me des fonc-
tionnaires mnericains sur la
Lgation.tout cela rend inet
QcaCf toute discussion.
On doil avoir, dans Kusieui
Dants Bellegarde la plus
f;rande somme de COU lime.
I rentre aux Etats Unis avec
uu nom mondialement connu;
il a un prestige qui garantit
toute sa mission. Donc, Mr
D.u's Bellegarde est bien
place pour les suggestions les J
plus utiles.
tjn recommandant au Gou-
vernement de mou pays,
MrStuio Vincent lui-mme,
le dplacement du ceutre des
conveisalions taire pour la
libration de notre Pays, je
dsire une discussion Iran
che et loyale ; pour cela, il
faut une atmosphre de cour-
toisie, de gentillesse dattabi
lit, uon d'arrogance, d'im-
pertinence et de sans gne.
Veuillez, n on cher Direc-
teur, donnez publicit a la j
presi ute et recevoir
mes meilleures salutations,
LAVtiNrUHE, avocat
... a vu la joie d'une jolie Icm-
me qui racontait avec quelle
lgance et quel empressement
elle avait t servie ehaz F&L.1X.
W Dupi.ssst o elle avait t
taire sa provision de krosinel
- Kt quelle krosine, ma
chre !
Limpide el belle !
... a vu un homme qui des-
cendait seul le Champ-de-Mars.
Il uvait l'air de s'en plaindre.
Arriv dens le voisinage de la
statu le Dessalines, il rencon*
Ira un camarade. Plus bas ce
lut le tour dun lioisime. Dans
les environs de la gendarmerie.
Ils taient cinq. L'homme se dit
(pie si cala continuait, il serait
cinq cents en arrivant au
poil, comme dans le vieux Cor-
neille. Aussi prtexta-l-il une
commission a iaire dans le voi-
s nage il plaqua la bande pour
employer un mol qui esl de sai-
son pal celle rpoque o le car-
oaval vi, di,-on, tre dclai
d'utilit publique.
.
s
... dans un des petits cafs du
quartierdu Mome-a-TutT il en
lia. Et demanda un punch au
Rhum Coule d or d Alix Roy.
Niais il u y avait pas de rhum
Alix Koy. Gomme il faisait mine
de s'en aller, le patron lui dit
qu'il allait en faire chercher. Il
al'endit une bonne deaii-heuie
et but enfin le punch qu'il aime,
surtout loisqu'il est fail avec le
iliuui qu'il pileie.
m

... voit que Taldy, dans sa s-
ance de dimanche soir, a, par-
mi ses documentaires, fait une
excellente reclame pour l'Expo-
sition Coleuiale Internationale
qni, comme on le sait, sa tien-
dra Paris en Mai 1931. On a
pu voir cer'ains pavillons et
les commencements de. nui -
traction du Pavillon Hollandais.
Le Gnral L>auiiy et le Minis-
tre des Pays-Bas visitaient 1rs
travaux.

... a l'un de nos derniers spec-
tacles a vu quelqu'un se glisser
paisiblement lia place de quel-
qu'un (pu, pendanl untntracle,
avait l prendra l'ait ou ache-
ter quelques bonbons aciduls
pour les trs jolies daines qu'il
accompagnai! Il ne resta pas
longtemps absent. L'usurpaU ur
dm se lever, loul en souriant.
Mais ou voyait bien ses yeux
el a sa lenteur que ce u tait pas
avec pi. i;>ir qu'il rendai la pla-
ce a son propritaire.


... voit que tout se prpare,
sous la haute et intelligente pi-
lidence de notre sympathique
ami Maurice Ghriaz, pour que
le bal travesii du Cercle de Pe-
liMioave soit un trs grand suc-
cs. On sait que ce bal aura lieu
le samedi qui suivra le jeudi de
la mi-carme, Pierrots et pier-
rettea, marins bouimes et fem-
mes, prpaiex vous aller en
foule a ce bal o le Champagne
coulera a Qols el o la joie sera
a sou comble.

s
... s'est beaucoup lament di-
manche soir llaitinna : deux
doues ont dblatr a haute
voix avec leurs maris sur tous
ceux qui prenaient place dans la
salle. Pendant le spectacle, elles
iaien! comme devant le mi-
croplioae, annonant et com-
inemant toutes les scnes du
film l .n s a-'aieut lu certaine-
ment le roman et voulaient le
faire savoir a tout le monde.
Mais elles n'ont pas pu s'apei
cevoir que es rflexions g-
naient les voisins el rompaient
1 intrt d la pice.
Mandmes, s'il voas plat,
gardez vos apprciations pour
vous e'. sas boudoirs et laissez
les autres jouir de lear argent.
Assurez-vous contre accident
la General Accident lire A
Liie Asusrauce Corporation Li-
mited . Vve I*'. Uerm.ugham
Agent Grera! pour Ha!.


UMML S
ug Miajy^ 24 lMM-
ODGE
Une dpendance de
La Do4g* tftoUiera rpte sou-
enl le dernier qui, au|ouidhui.
^Ivraie conomie
vent Bfl devise Lt premier prix ttl prutiquem
est plui juste que (email Car chacun des trait- d "^nobili Douge a plu, beau
que jamais dans la Dodga Six et la Dodga lluil- hl,Us *'**?**!! ^
ns de mcanise, tel, que la lret. la"*" cl Ulie aeu,e P,oi eu ac er
et lea Ircim hydraulique action intern* a l'pave d l'ean s'ajoutent de plus
A If ur long sei vice,leur bon march, d'entretien, leur lo gue dure 11 leu<- haute
?aleiir de revente. luxe, beaut et souplesse et leur brillante performance sont
vtres dans la DodgeSn on dans la Do-ig-* Hait., h plus grandi satisfaction
on n
'>iw r
DODEB BROTHERS
S'IX A N O E-IBHT
li&
KNEhH'S GAliAGE
"Distributeur
HUE PAVEE I'ORT-aU-PKIN ;ii (.HATI )
PHONE: 2334 &xm.
Pour notre Patrie
-O-----
C'est avec plaisir que nous
reproduisons cette adresse
que M.Leuba a envoye ;' no
tre coutrrcr Lu PfeiM et
qu elle a.publicc dans sou No
du 21 de ce mois. C'est uot
oeuvre encourager et nous
terrions avec plaisir s'y int-
resaer nos crivains, nos pro-
iesfjurs, nos journalistes nos
hommes dEtat, nos commer-
ants, tous ceux, en gnral,
qui, comme nous, croient que
Ci tte osuv.e de propagande
aaiue organise par un tran-
ger dsintress, pourra lire
p olitable notre Patrie.
u ii uvre en
'faveur d'Hati
- o
A lu PetH, tous les Gonci-
toyens. tout s l< $ Conci o-
tiennes de lu Rpublique
dllutti.
Un Comit international en
for nation vent prendre, a
l'tranger, la dfense de la
noble Hepublique d'Hati, la
faire aimer. la(ui>e connai
tre, lui apporter des concours
moraux dius aa}l ultra coatre
despotisme et l'asservisse
ment. Nous voulons taire coq
nattre l'tranger qu Hati a
Une {culture, UO nasse, Une
belle hiatoire ei^ qu'elle esl
digue de l'estime et de l'umili
de tous les citoyen-, du mon-
de. A cet ettel.uue exposition
itinrante sera organise dans
plusieurs grandis villes rope. Afin de reunir les l-
ments de cette texposilio ,
nous demandons' a toute la
pressa hailienne nie publier
notre appel,nous dem..u ions
que nous soient adresse; de
toutes las rgions de la R-
publique, des cartes postales,
des photographies, des jour-
naux, des revues, des publica-
tions, et, en gnral, tout Cj
qui concerne l'iconographie
halieune. Que des exemplai-
res de la Constitution hal-
tienue.pubiicaiious officiel s,
tous organes de preate, pro
clamalious electoi alea,OBU 1 e
le potes, crivains, devoirs
de jeunes lves des coles,
en gnial, loui ce qui peut
favoriser notre desseiu nous
soient adresses.
Tous les envois concour-
ront a faire comprendre
l'tranger qne la Hepublique
d liait) n'est pas un lilat ml
rieur, mais une Rpublique
ngre mritant l'estime et l'ai
fect ou de tous les citoyen
des Rpubliques o les ci tu
yens sont de couleur blanche
l est recommand envois soient affranchis cor-
rectement car le omit in
ternational eu formation est
pauvre el ne serait pas en
mesure '!< grever son bu g<-
par le paiement de surtaxe**
postal . Que chacun noir
il (e par ies i nvois qui u iu
u me Ironl d ai gaiiiser notn
e (position, laquelle noua pei
mettra de taire eomprendn
u gr md public que( cooii.
renient aux affi mations lot
reasts des imprialistes am*
ricaina, la Rpubli |us d'Haili
Ul le d ll C uu fcial obi e el
m lpendanti
Vive la Rpublique d'il.nli !
Tous les envois doivent tre
ldresss ainsi :
M ARTHUR LEUBA.
.'I (In nul dis islels
Ciat llnuig Grain (Suisse).
. la ii u iu i un 11 o n i> Cubiu
et rex-srsieai Kuytar it>
De vive discussions s'enga
gent aulour de la lettre* qu
publiedernirement Le Nou
?ellisie, leiire de l'ex-prsi
lent Kugne R y. u Br.gii
diei-Gmral John II. Bush
lel.oive a la nomination le
i.oiviu coiiniie Directeur du
Service Technique de l'Agricul
lure.
Le Prsidenl|Bov n'a pas nom
m Colvin. m a a piomisdele
nommer s'il laut en croire les
t nues de celte lettre. Mais ce
que Ion est en dioit de regrel-
ar cVel qu' s'ait pas cari,
d an i cmi,' bancheisent, ci ne
meut, le principe de ce le no-
mination. En pi omettant d'en-
visager la question aprs les
leciioas, il admettait doue le
n i , e de cette nomma loi,
toul au moins sa possibilit II
levrail due plus Siiup emeiil
m risu'-Couim ssaire qu'il n'en
udail pasnominei Calvin que
itte iioininalion a'e ai' p>s
l.ins ses al ilbiition e> ne pas
loir l'ai ce I ition ou le refus
.' i cet ai giimen di.a oire.
Si la question Colvui est en-
ihv a l r>lre du jour, cest que
exu'sdeii' Roy au lieu (te
larao'JOre ui-mm'- en a vou
iu laisSt r la solu io i son suc-
censeur li eut t<- plus sunp e
n'en fi nr sous le Gouverne-
ment Piovisoira en opposant
uu formel non possumus. Et
comme dans les attires de I h-
tai il n'y a pas de solution de
conliouif, ou ne pourrai* pas
revenir aujourd'hui avec celte
nervante hia'oire, ce qui eut
d loui profil pourje Pays.
.,
COOPKATIOVMSTfcS 01 PAS.
En attendant que nous rve-
mon tut le sujet, nous extra
yons l'intention de petits
matres du nationalisme d occa-
sion, ces quelques lignes parues
dons La Raction de dimanche
dernier, dont le directeur M.
Julio .Iran Hierre Audain est
pour tu ni un uduer*uire irreduc |
tible du rgime de Ai Louis )
Bot no C'est celte uututit de ne
prendre aucune libert uutc la
vrit qui u assur notre jeune
confrre tant-jdautorit devant
l opinion :
...Ainsi.il ne peut eiisler, d'a-
pis nous, que deux catgories
d'Hatien : 1 ) ceui oni oat
pour l'Occupation, et 2) ceux
qui sont des adversaites enrags
de cette mme Occupation.
La question ainsi pose, les
cadres do Nationalisme devien
nenl immenses et il est slupide
| de parler de tcooprationniste**-
pour dsigner ceux qui ont ser-
vi lr gouvernemem de M. Borno;
car, lel lonclionnaire d M.
liomo, pt*ui In. n be plus pa-
triote iiilc que tri autre qui na pas
11 vi le iiime. gouvernement,
itnplement par iaisou de cn-
o latances...
D'ailleurs, quelle diffrence
xutc-t-il, toutes choses gales,
nue tel loncbonnane de BoiBO
i itl autre de Hoy ou de Voi-
ent V...
M. UCIL\ KOI/IEH
pli- saur la aationalile badiraur
.VI. Lucien Routier, Bis de
otre sympathique aiui Charles
Kouzier, ai'eii-n Mtnifelre, ancen
Conseiller d !.';'. a dpos *u
Ministre dr l.< Justice i'es pt
ces qui attestent qu'il est n en
II tin et qu'il a du sa>>g africain
dans les veines En conformit
de l'article 2, 1* alina de la loi
du .22 Aot 1907. M. Rouxier
qui n'avait jamais tait avant acte
d'tranger, est dclar hatien
i'ongine.
Nos tomplimenls.
t\ prpo du Carnaval
Dans tu non p.nue i us ce
titre qui nous avons consacre
au arnaval H ! i.en, en dres
sa ni la liste des Membres de
no're Municipalit q" avaient
contribu de 127 1929 do
1er Pu t au-1' ince, d'u-i beau
| ci v >, non- .'.'i unis 'p
UOUl e 1. Il VI lboigr>.
Nous noun empressons de re-
parer cette erreur. M.David Bor-
ges.comme on s'en souvient, lut
de la Commiseion Communale
qui organisa le carnaval de
1929.

Cl SOIR
Le plu<|passionnant des films :
La MAISON du MYSTRE
Avec Charles Vanel, Hlne Darly. Prancme Musset.
Entre: 0 50; Balcon: 1.00.
DEMAIN SOIK
Un grand lilm :
LES OMBRES
QUI PASSENT
Avec Ivsn Mnsjo. kine, Nathalie Lissenko.
-M.- i-e : o 50 ; Baicor : 1.00.
Trois diplomate*
FMkER
Sas Prrikias
limine las fatiguas
de l'criture. La
pointe glisse avac
tellement dt dou-
ceur et sans effort
que l'criture de-
vient un plaisir. -
Examine/ les per-
fections exclusives
de la Parker..Votre
distributeur voua en
fera une dmonstra-
tion... et essayex
VOUS llirlln- les fa-
iinm traits du Par-
ker sans pression.
Inconditionnelle-
ment garanti
l&rker
)uofold
Distributeurs:
IIOHH & LAURIN
P O. Box M
Pori-au-Prince.
l.e Kai AI MM eautisne sa rfae
l\ir sans 'il
Madrid lf lev. Dtermin
continuer son rgne comme
monarque absolu d'Espagne,
le roi Uphonse Xlll a au
j bles eaucrais et plac le gou
vernement de son pays dans
les mains d un groupe roya-
liste dirig par l'amiral rluan
Amar comme fremier Mi-
nistre.
Ganadian Pacific
Steamship Limited
Il s'agit de MM.Ernest Higaud,
Frdric Destouches et Loois
Dura nd,nomm respectivement
Vliuisire La Havane, Charg
d'Aftaires Home et Consul O*
ural Home.
Ces nouveaux agents ne peu-
vent pas partir, le crdit pour le
dplacement de nos diplomates
tant puis. C'est la consquen-
ce de la rforme diplomatique,
pour le moins inutile, entre-
prise par le Gouvernement Tem-
poraire.
O i pourrait, par une entente,
qui interviendrait entre le Con-
seiller Financier et le Dparte-
ment des Finance et des Rela-
tion Extrieures, trouver l'ai-
gent qui permettrait noa nou-
veaux agents de regagner im-
mdiatement le poste* qui vien-
venl de leur tre confis.
Las relaliaas fraaea-ilaliaaaes
iuar Sans tit
Paris, 19 iev.Aprs avoir
t ouiwicilciuent avertie que
i Italie presse ses coastruc-
tious.la Chambre des Dputs
traucaise a voie le budget ua-
I val de lyJl.prvoyant la mise
eu uvie peuuaut lauuee
i'uu tout de 42,000 tonnes
de construction de ouveaux
bateaux.
Eu dfinissant les projets
du du.ig, i,u a t rappone
qu Eduu ques aiiuaioas a lacti.nde
la ^euleieuve vavaieue Was-
ai ug ou qui plaa 1 Italie sur
le pied de parue avec la
France dans lea qutas de
bateaux de, guerre, carac-
trisant celte attribution coai
me Meiunl lujuste. U a d*
claie aussi que l'Augleterra,
uavail aucun droit d msistsr
star la su^euoiite uavaie
l'cK-na des Euis-oni, a la
Lo u ici euce de Londres.
AVIS
Le luxueux bateau totiriste^Duchessof Bedlord4,esl altendn
9 Port-au-Prince venant de Kingston le 4 mars 1931 i ent
heures du malin, en route le mme jour deux heures de
Psp's midi pour Havaua, Nassau et New York.
Po r lous renseignements.s'adresser a
Messrs JOSEPH (\ADAL & Co
Agenta Gnraux.
T'phone:22l7.
SANG PUR ,nn/iD
RSg^nrstaar modarae
8UPERDPURATIF
Lm plut ter. U plut
le plus pratique aux Celoniea
Combat : Mmladle* du 8aag. <
U Peau, du Fol. Conatlpatlon, I
Maladies du lu|, St |
, uu Fol*. CoDftlpat .
A|e critiqua et PALUDISMB. |
LABORATOIRES S A FF AS *
3. Rue de U Ck.HU. PARIS
s*m+HMnmmm'e.eee,
Toutes les Polices
DELA
lu irliste a eiesart|rr
Il nous b t lourni l'occasion
d admirer, ces joura ilerniers,
un magn Bq m lt tvad d'art, o
h lui \ < i le lalenl de 1 arisie
[siy Germain ne peuvent
pi01 tre mis en doule. Ce jo!i
i ivail consiste en un alhvm
i ichc U< nt sculpt ; don en a t
tait m Prsident de la Kpubli-
in. kossi, S. B, le Prsident
Vincent n'a pas manqu d'- seron
tresser l'aitisle ses flicita-
lions.
Continuant iie 'e es lia-
vaux d'art, Mr Isly Germ in
propose de travailler un tni.el
a. vlbum o figurerai-m des
; ay^ages, des i >, ues pano-
rnmusel des phohographias de
certains personnege* de la Ke-
pub'iqne d'Hati Ce travail ache-
v, l'artiste compte l'eipdisr
Paria pour la lune i| i s'y tien-
dra prochainement. C'est l,cru-
yoiis-nnus, une ide des plus
heureuses, car.ce.sera l'occasion
pour notie Pays de montrer aux
autres.nations sa valeur, artis-
tique.
Avant l'expdition de ces ob-
jets d'art, nous dit l'artiste, ils
exposs I,Htel Corn
de Port-au-Prince, o
chacun aura la satisfaction de
hs admirer. Pour ce, nous de-
mandona aux Grands Pouvoirs
^ ublici d'aider cet artiste, dans ^
l.i mesura du possible, lara-j
tisiiimii OC Celte uiee.
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de tauxi
Agents Gnraux
mmmpmMmm**wai&fmwmmm
Le lUiUiu Barbaucourt
Dont la rettoninaa eaf dmVersalle s farde se prennra piai
Demandes partout :
UN BARBANCOtmT
D^iJUMdMOaasa,


U MATIN- 24 WWr W*l
rA
-o
ifhsaq lies Ha iien fies
r >-'a*+*ff*
Chariier-Malebranche & Co.
1224, Chemin des:Dalles, 1224
Tlphone : 2680
se >
Une ple dentifrice
n'est pas un curatib est
chose prouve par une
des plus hautes autorits
dentaires. 3 \
-''a an mm wmm ta im* w * aa
QliSR^riON
^'RASTILLES^11
Ji
I RATON
' W.-IK < CMATIL OUVOM
Plusieurs ttant*
bien connu ont
tait rcemment de
expriences avec
plusieurs des dentinke* tes
plus en vue. Dans leurs labo-
ratoires ils ont dcouvert de.-
proprit qui taient mme
susceptibles de gurir e
moindre des malaises f.n
taire.
Il s'ensuit donc que les gea
ne se font que des illusioD
quand ils tchent de se trai-
ter ou de se guri- en emplo-
rant un certain dentitrice au
ieu d'aller voir 1er Hentiste.
liais il y a une ioct on lis
importante,, qu'un dentifrice
peut et doit remplir con\e
nablementCette lonctioi c'est
le nettoyage mcanique de
dents.
ly% promisses de
gurir det dtord rrt
des deni el des grn-
oivi s it'iivf m\ causer
bien du mal.
i
Tnmsis le Colgate
n'a nrtendu latre
lus Mai, il pr-
tend tare cette
cho-e d'une faon exemplaire,
du fait de son point sail'ant
unique ( la base ' Tension
superficielle").
S'il vous tait posiible d'oh
server l'action dn Colgate
aous le Bili roscope. tout cm -
me ers savauts I ont tait,?< us
verriez comment il pntre.
Gmiment il s'iniiltre au tond
des crevasses les plus mmus-
cules.Et c'est l aue Is mousse
ptillante et active dloge les
impurets Dfraies et les noie,
les rn'evant dans un flot d-
tergei t Suivant les conseils
de leurs dentistes, plus de
gns emploient le Colgate au-
jouid hui que tout autre den-
titrice
Crvxx*/./' in-i'c nt CLCiKtxMa.
taons il louer
Exe lier ir maiea Irtaron
forlab e Eau. lt Iridi etc.
Rue du lia m p de M us.
Sa 'rester, pour 1rs. rvnsj -
gnemeni^.au Matin ou bu N>
750, Tlphone.
Avis Important
Mr Canvlle Daphnis, tuteur
d's mineures Carmen,Germai
DcDaphnisel Andra S; int-
Suiin: MeUes mlie Daphnis
et Eanilia Daphnis; Mme N or-
brun, ne Daphnis; les sieurs
Emmanuel et Pl 'us Salnt-
Surin; les sieur- Mathieu et
Gabriel Dxphnis. pris en 1 ur
|Ufl* d'hritiers le- tau Ar-
gentine Marc:dHai< nt hu | u-
blic et aux notaires de cette
juridiction qn'ilfn'a pas en-
core t procde aux eomp'e
partage et liquidation de la
succession de leur auteur ri
qu'en onsquenec toute vente
des immeubles I rmant leur
hritage et situs dans la
Plaine du Cul-deSac, (site
en violation de leurs droits
sera querelle de nullit, par
devant nui de droit, sans pr-
judice de dommages-inteiis
contre leurs spoliateurs.
Port au triuce,le 18 fvrier
uni.
SIMMONS

i
!
Avis au Commerce
La Pansm. Railroad ^^ft^J'SSl
les dpart.luivanis de New-Yo.k P*** MHm* ""' '*
directement, durant le mois de Mars lui.
Dparts de Ne* York Arrivages Port au Prince
Lgation Dominioana
J El Ministro l'omioicano y
su esposa recibiran en la
Legacion, el 27 de Fehrero, a
SUS conciud. il ii os y a las
amigosde lu KepubUra Domi
nicana.ion mjtivode la cem
memoracion ne la ndepeu-
dencia, partir de las 5 p. m.
Port au Prince, 18 de febrero
1931.
Lgation Dominicaine
le Mu is< n hoiniiucain et
lladan e Ma* gn recevionl
la gation ( Avenu( hiis
topht. 620 ) lis ne iivei s
el les omis le 1 < Hpn que
I) minicii ne, a l'occasion e
h
ie
Bn vivant jusqu' l'ge de 60 ini al an I lissn 8 heures de tom*
meil par joftr, comme la plupart des ni u-ems le recommandent,
on nasse 20 annes dans Bon lit.Donc.lancessita ie dormir conlor-
tihieinent:el de se rve lier ehaqne matin avec u ia nergie reslau-
re et des muscles rapoaa est vidents.
Les lits en 1er SlVt\10NS> so,jl jolis .-t durent m l.Miuiment. Ils
sont dlicisusemenl Irais, et sont forniques cianti&qosmsnl pour
donner tout le BOnforl si essentiel la sant.
Ils sont labriqus avec le meilleur tel 'I in d moules unis et
sans coulure.Ils ne s missent pas l'ellet de l'hmni I i el de Is cha-
leur et ne sont pas attaquables par les inaectei l s ionttabr1qaa
pour durer et mollirent laremeut les ligna d'usure. ^
Les mo lles fabriqus sont si varis, que l'ai lui d'un lit SIM-
MONS est la porte de toulje monda.
lilHI
En vente dans tous les magasins d ameublement.
Reprsent par :
Victor N. 1HANSOUR &C'
1 P. O. Box A.86 ; Phona 3417.
Port-au-l'rince, Hati.
..r

. -j*m- .
>> '
lu fle de I Intlepeu a>
27 lvrier ou 'an',ap S/S Cristobal le S toara 1931
S S Bnenaventura-. le 10 nra
S/S'Ancon", le 17 mars iW.
S/S "Cristobal \ le 31 mars 1931
WS. H. C VAN REED
Agent Gnral.
le 8 mars ltM
le 1S ma s 1131
le 22 m ra 1H1.
le 5 avril 11*31.
5 heures p. m
Port-au Piiuce. le 18 lv 103
. Bapagoie jj^D^ral
fraaaatfaotiqiM
Le du le V i nrant, il partira
le mme jour pour S m ia i
de ut> el les itons du Sut.
L suite Me Pltinraire ara
fi\e i ii ve du ovire.
m u Prince, 20 lev 1er
1911
E.ROBELIN & ..Agents
IIVVimiKli I1BRH1UN8
Le s'e imer eorgla", y?
nanl <\ Europe, esi atteo lu ici
vers le 6 mars, en partait -e
pour Santiago de i.ub i, Kiugs
ton.Sto otnmgo, etc,pr naul
trl et (> '-i i'U*"1
Le st amei "E pato a \ '
retour du S "i sera ici '
(> mars, de p '-k rane via 1 N rd prenan I
I liet.
IlEISIK) .D& lo.Ageu
..-' *
contra
la
CONSTIPATION
prnez les
IMPRIMS
SUISSES
d> DLLORT, Pharmacien.
11V. Ru Saint-Antoine
HABIB
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
Ai" PFTHUS; Pl>rrooi^ AI.BEF Tllfl
Pharaaolc du D-JuUn VIARD
|M bonne PhnrmmcH
l f!
LE
Si
l
8 4
x**t^^&*^&*^*^
En peu de temps ce
produit remarquable a
conquis de haute lutte
une renomme des plus
enviables.
% Demandez toujours le
I Rhum HENRI Gardre S
CACHET OR-CACHET ROUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpt en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fls, en caisses, en bouteilles et emporter

|
il
i
DPOSITAIRE
Edmond CELCIS,
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
el de la Rue Traversirt
OUVERTURE: le 2 Fvrier 1931.
i
" ? #*
. --
< t


T
Mardi
24 Fvrier 1931
Le Matin
4 l'AiES
ITMMKm

9va
8HiB5T:^

l| i
*.Wl
Le cor gi it,
Il avait t tu par I
puis le premire rci utre ai Le D
perdu. Ma ceco I . t m ni
lait pas s ovou< i v.ut i .'. ,.\. ni
*
I

enlve 1er. ce
Et il n'y a pu corou un duri '
mme dou < u.lltution, soil ca-
.. i!l .; il
. de
C
r
BIRE NATIONALE
DE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Protqez votre ooche et
votre sant en la buvant!
toujours.
Injection
infaillible
pabii de << i
coinlmln it .:',
i
i


-

m
Mais faites bien al ter 1 i
LE ,E
est en
H.
' '- c. L'nvoi |
i
_
En vente :
(.hez F. CAHDOIO
Kl dans toutes le^ boooei pharmacies.
Problme
o
^Sachanl^que Jla misre bal
son plein d.ms' le pays, ezpli
quez pourquoi]:
lo Y a-lil liinl de monde
i^nssis'er aux ttes ?
la Ta t-ilplus de voilures
de luxe en circulation?
3o Les hommes surloui
s habilleut-ils mieux ?
REPONSE
lo Paice qu'il u y a que
a itire.
2 parce que les voiluies
Sont Qe plus en plus atua
yantes.
3o l'arce que la Maison
Vincent CAUDIMO
TA, rue Bouue-i'\>i,
.> est siiei -ali^ei' eu article pour
hommes tels que Casimir* e
toutes nuance* et tout pi m
chapeaux flns.j cravates et
chemtsts de touie beaut,que,
Le m/s'Thrse HoroM,de grce a son Stock loi nudable,
\ retour de Kingston, sera ici elle peul vendre a des prixd-
A base de blnargon et
l'extraits de plantes.Gurison
radicale de la blennorrhagie,
des coulements anciens ou
rcents.Employe aussi corn
me le meilleur prseivatd
Pharmacie
Lbpranc Chkvalliek
I. duc, vis--vis du Kiosque
postal.
L'Intluenza s'tsni
Aire ! le Iroid de suite avec
le 660. Prenez-le comme un
prventif.
Employez le 666 pour
sauver les bbs.
Horn Line
Grand (laie de France
Sous lu direction avise eijut lligente de Monsieur Franois
Oiraldi qui estjdevena l'associ de Monsieur Patriaj, !* propriA-
taire de cet tabliaaemenl qui n'a pas d'gal) le GRAND CAPc
DE FHAN'CK, offre ses aimables ci distingus clients, es
onsoMi ma lions l plus choisi, Cigares cl Cigarettes, Sandwiches, varis, des pi ix
dfiant toute concurrence.
L'accueil le plus symoalhiqle continueras trealo meilleoi
attrait du Grand jra de Fi mee,
PATiUJl & Go. Tlpoeue 3341.
.
BREEZE NN
Un coquet tablissement vient de s'iuxiir la ma du
Quai, tout prs du Grand Htel de Pc mec Allez-y. V >US y
trouverez Iaccueil le plus .iim.il)!.> et lia consomn .lion
de premi' r choix. Quand on Saura que le nouvel > Ipblisse
ment est sous la direction de la charmante Madane ad
DELAQUIS,od sera assur de son sucrs
vers le 28 crt., en partance
pour l'Europe via le Nord,
prenant Irt et passagers.
Le m/s "Waldtraut Horn",
venant d'Europe, touchera
Port au Prioet vers le It
niais.n route pour Kingston,
St Domingo et Curaao, pre-
nait1 fret ei passagers.
REINBOl D & Co,
Agents.
Viennent
d'arriver
Un Fort Slo< k de Pneus
el r.hambrei a Air.
DUNLOP anglais, toutes
dimensions.
Pour vodures et Camions
(hez
John H WOOLLEY.
Grand Rue.
liant rellement toute concur-
rence, hrndcz-vous a l'viden-
ce en visitant la maison Vin-
cent Gaudino,225, Rue Bonne
Foi.
Hallo; louer
En entier ou eu partie, la
grandehi llefsise Rue du Ma
gasiu de l'Etat, ct de Mr
Alfred Cooke.
Loyer trs raisonnab'e.
S'adiesser, partir du 1er
lvrier, Mr Henry STARK
Rue tlu Quai, e> t..e de la
Gaie. Tlphone No 2u91.
Lunettes gares
Bonne rcompense a qui
rapportera aux bureaux du
journal une piire de lu n*'tes
en caille d*na un tui ronge,
gare daus la nuit de ven-
dredi samedi.
1 lphonez au No 2242.
<%

KoTt-aa-Pnnee
rfvbene
DUNIOP
Le P1\EU DUJSi-
LOP est le pneu
favori des Chauf-
ifeurs,offre toutes
les conditions de
scurit, d'endu-
rance et de soli-
dit.
En vente chez
John H. WOOLLEY
Gmnd'Rue.
Lykes Brothers S S C. Inc.
Texas Hati Santo-isomlngo PeaHeTeUea
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
Irt entre les por'S du Golle du Texas diractauaaut aval
Pon-au-Prince, Haiti.
tPour la rception rapide et le maniement habile ta ans
moortatiooa serves vous toujours du nrvirea de la JLYU
LINE.
Les prochaines arrives Port-au-Prince son? '
S/S G nevic e Lykes *X) <*
S/S t Tillie L>kes 27 fvrier
S/S t Veina Lykes 6 MVs 1931.
Bureau : lUie du Magasin de l'Etat Boite Postale B
COMPAGNIE
d'clairaqe lectriaue
Srie de [vente N#2
Rjriqrateur G. E*
L* eompagme offre aes clients une occasion ieeastres
Pour possder un Rfrigrateur Electrique,
Conditions exceptionnelles durant le mois de fvrier IMlI
a ) nremier paiement Or '15 et).
|b ) Solde payable en 18 versements meaeeeia,
c) Insal'alion eomplfce GRATUIT,
d ) Li a nantie officielle de la "General'Electric**.
N- perdez pas celle chance unique !
Dcide vous immdiatement et venez voirfces jolis men
Mes i la r
V ,L- S* Ca/njwoiiia d Eclairage Electrique
on le mouleur accueil vous eat rserv.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (ScoiLind )
Lar la GENEP AL J est une des plus puissantes et des plus vastes orsasisaaea*
de ce genre. Le soleil na se couche jamais sur ton champ d'action uni arabaasse la
onde
SesjPdices co itrc incendie .o.uvrenl'aussi Isa dgts occasionns par la toudre.
Ses Polices p.ur Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommagesJ
causs autrui 'ans sa personne ou dans ses biens. {
Ses Polices Maritimes mises par ses branche d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre hci lents sont valables dans Inaivars entier. Tous les voya-
geurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidea.s
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'taut que de 1/2/ soit 30 dollars U C
Veuve F. BIRMINGHAM, Aux Caves
Inmrance Co

*ous-, unis
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. GILG
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES V, d'ASSURANCE
sur la[VIE
EUG. Le BOSSE & Co,
Aaents Gnraux
"*TaMa
M


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs