Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03840
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 20, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03840

Full Text

Cl�ment Magloire
1968. RUE AMERICAIN^, 136*
TELEPHONE N\2242
t.elii ini parle lira dru seraes-
se� pre m airI ri mal �es sum ulr� If
reM e�irsi sar.suii ssulile laayauf.
�llAlIC'S
srs
24�ae ANNlib. N* 7217
PORT-AIT-PHINCE ( HA�TI.)
VENDREDI 20 FEVRIER H
Voix ds> J�r�mie...
""fantaisie...
L Id�al

M. Emile Paultre a eu la
� Fantaisie � de s'attaquer aux
J�r�miens.
Les esprits malins diraient
que l'�crivain a essay� d'as-
souvir une petite vengeance
personnelle et a �choue piteu-
sement. Mais l� n'est pas la
question. D'ailleurs, je crois
M. Emile Paultre sur parole.
Mais ne trouvez-vous pas
que ce jeune homme s est
tromp� dans ses inductions...
spontan�es, et qu'il pr�te nn
peu � rire ?
.Les J�r�miens sont siu-
geurs, dit-il. Pour le prouver,
il pr�tend que J�r�.nie a don-
n� un grand po�te, Etzer Vi-
laire qui a imit� Byron, et
dont tous les concitoyens t�-
chent de reproduire l'�uvre.
Teuons-lui compte de la
r�serve qu il a mise a expri-
mer son premier argument^?)
Uu ami m'a lai remarquer
qu'elle tache une ties grande
pusillanimit�. M. Emile Paul-
tre appr�hende, peut-�tre,
malgr� son audace iies na�ve.
qu'on lui demande de signa-
ler les poinls de contact et de
ressemblance. Et �Don Juan �
e �Chihi Ha roi d � ne se lais-
sent pas liiC tacitement, sans
pr�paration, m�me pour sou-
tenir une Ib�se, ei quelque
inepte que soit cette lhc.se.
�rTous les J�r�miens sont
aples � singer le po�te�, dites-
vous. Mais o� donc uvez-
vous lait cette trouvaille? i.a
ch�'e cit� n'a pas l'houneur
de vous couuaitre eucore. Ah !
quelle l�te elle e�t lait a votre
binette. Prenez le bateau.
Rendez-vous-y, Monsieur, si
vous m'en croyez.
Et M Emile Paultre,rempli
d'attendrissement et de civis-
me, pen�e � sa bonne ville.
Que je regrette. Monsieur,
eue vous ne soyez pas po�ie.
Vous feriez, pour mon plaisir
et celui d'autres amateurs,
des vers <\ doucement nostal-
giques. Comme ceux-ci, par
exemple :
Quand revoiroy-je.h�las, de mon pe-
( lit village
Fumer la chemin�e? Et .en quelle
( saison
Hevoiroy-je le clos de ma pauvre
( maison,
Qui m'est une province,*et beaucoup
' davantage
Mais vons n'�tes pas atteint
par le virus. J'en suis d�sol�.
E| M. Emile Paultre se f�li-
cite de ce que le sens pratique
du St-Marc is nous a �pargn�
le spectacle de tous les
� moins de quarante ans�,
singeant notre sculpteur, ac-
I E
Pour Mr Emile PAULTRE.
croupis tout le long de nos
rivi�res, occup�s � fabriquer
leurs petits � Dessalines � en
terre glaise.
J'aime cette p�riode et les
St.-Marcois. J'adore la ville
de St-Marc,et je doute qu'elle
partage l'avis de ce Uls b�nis-
seur. ',
Ne pensez-vous pas que le
pays pourrait devoir un tri�
but de reconnaissance et
d'honneur � M.Emile Paultre
nar exemple, si ce bon cito-
yen voulait l'�di�er par des
�uvres fortes comme � La
Chanson du Lambis �, � Le
C�ur du Petit Soldat i, s'il
voulait �tre le Jean Bri�re ou
l'Emile Roumer de la sculp-
ture ha�tienne ?
M. Emile Paulire ne veut
pis. Je ne pr�tende pas qu'il
en soit impuissant,
Mais d'ap'�s lui. le* J�r�-
miens ne sont que de� uo�ie-
>eaux. Il oublie ou il ne sait
Volontiers je lui donue quel-
ques petits renseignements.
Jeiemie a fourni � la nation
des hommes �minents et qui
ont laiss� l'empreinte de leur
passage dans l'administration,
la religion, les sciences, l'in-
dustrie, tels, Dubois, le grand
ministre de Gettrard; Eug�ne
Margron, I homme iut�gre, et
dont la belle ligure a rayon-
n� � la pr�sidence de la
Chambre; Mgr. Beauger, le
saint pr�tre; Linstant Pra
dins, le premier annotateur
des Codes Ha�tiens; Semexant
i-touzier, dout le i Dictionnai-
re G�ographique d'Ha�,i � est
si luslructil; Val me Lizaire;
le l'i�sideiil L�gitime. Et cae-
tera. J�remie a construit avec
ses propres tonds une route
de plusieurs lieues, celle de
No 2. J�r�mie s'est donn� la
lumi�re �lectrique et envoie
du savon parlum� � toute la
Hepublique. J�r�mie a le luxe
de deux glaci�res.
Kaul-il commuer?
Mais non, arr�tons celte
citation qui se prolongerait
ind�finiment. Je risquerais,
d'ailleurs d u�enser M bmile
l'aultir qui est tr�s modeste,
quoiqu'il en ait.Je vous assu-
te. Il se r�clame d'Agathon et
de l'an! H houx 11 devrait re-
monter plus loin et plus
haut, et penser � ce La Bruy�-
re qui ciitiquait si sup�rieure-
ment i la Ville et la oui �.
Ma s il le d�passe.
Ahl cher moralisateur, ie
vous aime mieux que vous
n'aimez les J�r�miens. Vous
�tes si charmant et vous m'a-
musez tant 1
Roger BONCY.
Nouvelles
fl 15 du Cap
Des Annales Capoises
�n__ �
ALIX ROY
29 ann�es de succ�s.
! Pape Pie XI
a lanc� deux
adresses par
radio.
nanes et de figues-bananes
aura des rapports plus tons
tants avec notre ville pour 1�
vente de ses denr�es.
L'agriculture, le commerce se
d�velopperont davantage dans
cet endroit et dans les coin
munes environn�mes et comme
tout s'enchaine, une �re nou-
velle de prosp�rit� commen-
cera pour toutes ces laborieuses
populations qui ont tant be-
soin de voir s'�tendre sur elles
la haute sollicitude des Pou-
voirs Publics.
La route Cap-Dondoo S -Ra-
paael, Dessalines, l'orl-au-rVmo
aura (U Kilom�tres et co�tera
320 mille gourdes.
Une autre toute reliera le
Cap a la Capitale en passan1
par le Trou, tlinche. etc. aura
aussi (il Kilom�tres et co�tera
192 mille gourdes.
Tous nos compliments au
Gouvernement et �m Service
dea Travaux Puhlics.
If
d'une
Yelvirl Il ires ri, objet
sefur trayiqae
Il nous est revenu que d ni�reraent Me Vol vie k ilicoui
l'avocat du syudicat des tra-
vailleur rencontra le nomm�
Gilbert et le r�primanda d'a-
voir viol�, � l'exemple d un
grand nombre de camarades,
les r�glements de la Soci�t� a
laquelle il �laii attili� en accep-
tant de son patron un salaire de
lamine. L'ancien gr�viste s'in-
surgea contre l avocat et, sur
un geste de ce derniei, bran-
dit, nous rappoi te-t-on,son cou-
teau sur sa t�te en lui disa.il :
� J'ai laim, pouvez-vous r�pon-
dre a mes besoins, et me d�len-
die sans argent si je vais vo-
ler ou piller ? �
Cette sc�ne tragique qui
prouve que parlois ou Dent
point compris par les siens fil
beaucoup de bruit dans la ville
et d apr�s nos renseignements
l'aflaire tut m�me porte au bu-
reau de la Police.
Nous d�plorons cet incident.
Masques dr�les
Dans la note intitul�e : Mas-
ques dr�les, et parue dans notre
num�ro d'hier,pri�re de lire e 2e
paragraphe comme suit :
Un Charlie Chaplin,tr�s r�us-
si, en torc.al.Une grimace. : ( Hu-
bermann Normil Charles ) La
mis�re qui brise ses cha�nes,
d�s symbolique,et parfaitement
de circonstance, a retenu l'atten
tion de tous.
Propos
cachet�s
�o�
Le char �tait, � vrai dire, eassa peu
d�eor�etles masques ne l'�taient paa
m surplus mis en frais il.' travestisse-
inenl... mais cela taisait un groupe
musical.d'une harmonie parfaite.
Renseignement pris, je crois savoir
qu'il sont � PorHro-Prince cinq on
six lils de famille, tous des artistes
|iii niellent (le temps en temps leurs
talenta en commun al se r�unissent
tant�t chex l'un, tant�t ctaei I autre,
pour Offrir des concerts au voisinage.
Leur r�pertoire tr�s moderne est, pa-
raP.-il, in�puisable : m�rlngoos, lox-
irot. onarleston...etc. . ,
Le mardi do carnaval, ils s'auele-
rentan coin de l'Eldorado et tous ta
baguette de notre charmant ami l.r-
nett, attaqu�rent un bleck-boltom
endiabl�, un de cei bla�k-bottom ou
il entre plus de hottom que de Mark.
Mus juste au moment le plus crous-
tillant du morceau, la police intima
l'ordre de circuler. .Riao � taire...La
piano d�c�da...le saxophone expira...
le piston tr�passa.C'�talt trop de deuil
pour mon OOBUr... .l'essayerai tage-
iiient de nover mon chagrin dans
du RHUM SARTHE CACHE! DOR�
LOTERIE NATIONALE
D'HA�TI
lit Ksr !;����- rei.lHrptionc 3.1�S
Loterie Nationale d'Ha�ti
Lf xrt � vsi if i �l�ves dr sos �cole g
'A cause de la grippe qui s�vit
�n notre milieu et dont les effets
commencent � inspirer des
craintes a la population, le Dr
Lane,Directeur de l'H�pital Jus-
linien et du Service d'Hygi�ne,
a ordonn� la semaine derni�re,
d'accord avec le D�parfement
de l'Instruction Publique, le
renvoi des �l�ves de nos �coles.
On sait que tout groupement
d'entants ou antre favorisa tou-
jours la propagation d'uae �pi-
d�mie.La mesure a pris fin cette
Semaine.
� �
La esa&lrecliss e> la ooivelle
reite Cae-Desaea Pert-as-Pr�ice
D'apr� nos renseignements,
l'Ing�nieur Champana se livre ,
aar Ita lieux � dot �tudes sur la t production de est�, de ba-
construction de la nouvelle rou-
le Cap-Uondon-Port-au-Pnnce.
L'ei�cution de ce projet a �t�
envisag�e, � la auile de l'impor-
tant cr�dit de 1 million 400.000
gourdes que le gouvernement a
accord� � telles tins au Service
des Travaux Publics. La cons-
truction de .cette nouvelle route
va lournir, aux voyageors l'a-
vantage d'arriver plus vile �
Port-au-Prince, en les taisant
passer par Dondon, St-Raphael,
la Commune de Dessalines et
en leur permet tant d'�viter, les
routesMmontagneuses et dange-
reuses ,de ,la Coupe du Limbe,
de B�doret.i de Puilboro, la
Cit� des Gona�ves, la Savane
D�sol�e qui porte dignement
son nom.
Lorsque ce travail sera ache-
v�, le� Voyagea, en autos et en
camions, seront plus fr�quents
et plus rapides, car la Capitale
ne sera qu'a quelques heu< -s
de notre ville. D'autre pari, la
Commune de Dondon qu'� jus-
te titre l'ou consid�re comme
ie grenier de noire D�partement,
relativement � sou intense
D1
DES HORIZONS NOUVEAUX
.ES horizons nouveaux s'ouvrent � l'homme
qui a de l'argent. Avec $1,000 �conomis�s
et d�pos�e en banque, vous pouvez envisager
l'avenir avec confiance. Commencez d�s main-
tenant � �pargner en suivant une des m�thodes
et dssaous:
91.000 m �us*** �as, prorlannant d� % �n wiemmu hebdomadaire* de MM
$1,000 en troto an�, proviennent de 1956.28 cet
varaementa hebdomadaire� de $6.13
Il 000 et� deu* an*, proviennent de $970.32 et�
' vereeraenta hebdomadaire* de $9.33
La Banque Royale
du Canada
I
Par sans /il
Le

l.a
est :
une Institution hautement hu-
manitaire par la multiplicit�
Imuvres qu'elle se piopose
d'aider,
une Chance de bieu-�ire offerte
mx hommes (ie toutes co.idi-
tione de fortune.
Employ�s. l-'onctionn:iires,Ou-
vuers, iriisana,Salari�a de mus
or.lies.Gens de maison (domes-
tiques), sans grever leur budget,
moyennant deui gourdee, peu-
v. ni gagner TROIS MILl.E
OOL'UDliS.
Patrous de Commerce/^Chrls
d'Industrie, parez aux iniulfl-
lances des ventes, par l'achat
d'un billet qui vous lib�re ciu
souci d� s �ch�ances.
fti�deciut.Avocals, Ing�nieurs,
S�nateurs, D�put�s, Grands Di-
gnitaires del Elat,r\epr�8enlanta
.ie l'Intellei tualite, Journalistes,
donnez I exemple de noire soli-
darit� sociale
ftenliers, capitalistes, comme
en jouant, anymenter notre
a noir
Vous tous qui habitez Ha�ti,
rendez-lui service en achetant
le billet de la Loterie Nationale
d Ha�ti.
Le Vatican, 13 f�vrier.�
Pape fie XI pal lanl � au nom du
prince des Ap�tres � a lanc� un
message de bienveillance et de
paix � toutes les nations, � loua
les peuples de la terre de la
nouvelle station de radio du
Vatican H V J aujoui-
d'hui. �Ta �t� le premier mes-
sage pontifical qui ail jamais
�t� d�livre � travers le radio et
il a �t� i ntendn par Is plus lar-
ge audience dans toute histoire
de ladio. Des millions d'indiv
dus en Am�rique, en Angleterre,
en Am�rique du Su1, des par-
tiel les p u> �mign �es du g'obe,
ont en le privJ�gs d'entendre
la voix vibiante du chel de 11",
glise Celhol�que romaine, par
cette innovalioa
i.Le Pepe s'est adress� a � (ou
le la cr�ation, � a sollicit� lo
les peuples, tous les hommes
d'�glise, loua i (h fs (!<� l'a
lions, parioul a observer l'esprit
de charit� et de justice.
* Nous disons � ceiu qui gon-
vernenl qu'ils doive m corn*
mande; avec l'esprit de justice,
de charit� et d'utilit�, �on avec
un espril de ruine ��. a t-il dit.
e Rappel�Z-vous qml n y a de
pouvoir que c.lui qui vient de
Dieu. Nous exhortons lee sujets
� ob�ir a leurs sup�neuia non
comme � des h mines, mais
touiine � Dieu. Celui e,n s'op-
pose � l'autorit� l�gilime �
s'oppose a ce qui est Insti-
tu� psr la plus haute puissance
et par cons�quent pr�pare sa
propre caodamnaliona. Le mes-
sage contenait quelques mots
personnels adress�s aux travail-
leurs sans repos du inonde. A
eux le pape envoyj une requ�te
de remplir Imis devons, aux
<. dissidents et infid�les�.
A la suite de l'adresse
inaugurant la nouvelle dation
de radio, ie Pape S d�livr� un
message de l'Acad�mie pspale
de. science o� il a ditq ie < la
glorification de Dieu devrait
�lre laite au profil de la Science
dans la vie moderne. �
Les deux adress�e �taient sa
latin et km ni traduites plus tard
en plusieurs langues.
Les publication�
Auguste Magloire
Ainsi que nou � I nnnonei
dans une note | SI U pi
dim ii nt, notre conl � b el col-
laborateur Auguste Magloiie
entreprend des publications
qui para�tront d� o m ii rh i
que mois sous le lo nu* de bro-
chures de ient pages au moins.
Le premier lascicule a paru
ces jours-ci a vec un sommaire
copieux el des mati�res impor-
tantes. C'est un r�sum� d�tail �
le des �v�nements du mois,
�vec, en outre, des �tudes im-
p�t tan les sur les questions
Ha�tiennes. Ce num�ro contient
un rapport de tout premier or-
(i>. de M. Auguste Magloire
sur le itudgel de r'-.xenice
1029-1930. On v verra des cho
sis n�s int�ressantes] et qui
piouveront que l'on savait
il (.'.m pitd a pied les int�r�ts
du l'ays a une certaine �poque
contre laquelle, pendant un
moment, on avait cru de bon
ton de s'�lever.
J Nous laisons nos meilleurs
compliments a notre collabora*
leur poiir ee premier leecicule
de cette publication mensuelle
qui, nous en sommes I�TS,
i.i. ra de pr�cieux services
tant BUS hommes politiques
qu'aux homrms d affaires h -
tiens.
Dr le SD VILLARO
�o�
Ypux, N�s, Gorge, Oreille*
I tmes de Consultations .
Matin:6 h. 30 � 7 h. 30.
Noir : 2 h. lit) a 4 heures.
( Villa Michelin* J Lk�m|
de Mais.
Angle Avenue Capota et
Chemin L>ycoste.
... voit que l'o unioQs'estpfH
qu'entendue si r le joli sabot ro es roses po'ir le premitr
prix des suloB, Le premier ou
le second. Ce s�rail vraiment
une r�compense bien m�ril�e,
car le travail d�licat obtenu et
(j lit la joie admiralive Jde
Ion-, ne l'a �l� qu'a lorce^de
patience, de so�l el de talent.
L'opinion r�i lame un prix aussi
pour le chai de Jules l-'aine, la
Perle des \ntilles, le serment
t'es Aieux, l'Ecole de droit...
Mus on pourrait s'entend�t...
Mais qu inl au sabot, il n'y a
p is � so hr de l�., il a droit �
1 un di ' pnmiers prix.
*
,. a vu : ux mains coquettes
d'une jolie dame qui hier api �s-
midi, �tait �tendue, denass efl�
la Ou Turgesn dans une belle
dodine en liane des Tropiques,
un livre qui parlait, certes d'a-
inour, el qui �tait, en outre, d�-
lit stem ni et coquel terne ni re-
li�. A d vin� fout de suit � que
la reliure avait �t� laite chez
Etienne Camille,rue Bonne Foi,
loul pies de la l'Iiarm �cie Se*
journ�.
� �
... s't -d rappel� l'ann�e der-
ni�re, lundis que les manques
d�liaient. Oui, l'ann�e derni�re,
l'�poque o� des politiciens sans
scrupules avalent inlerdd uu
peuple de n�- pas se masautr
sous le pr� t xle que le Paya
�tait occup�, que les am�ricains
encombraient les services ha�-
tiens. N'a pas �t� �tonn�, poiu -
tant, de voir sortir le carnavs',
cette ann�e, bien que i'�trangrr
soit encore sur le sol desaieu?,
et que le yankee n'ait pas abd -
que i confiaqn�ea, Expliquera qui vou-
dra celle logique, qui, naturelle-
ment n'a pas d� �chapper, coin-
�ie d'ailleurs neaucoup d'aulr.s
choses, a la sagacit� en �veil
de nos coop�iaieurs avec les-
quels coop�re fout le monde,
bon gr�, mal gr�.
... a vu celte chose fantasti-
que. Uu pelii gamin assis � la
terrasse de l'KIdorado ne pou-
vait pas voir � son go�t la robe
dune des Hci es qui, un peu
lsssef s'�tsil laiss�e tomber sur
son Irons. Le petit gamin, cou-
rageusement, audacieusemen',
se leva, et regardant dans le
blanc des yeux la Reine, lui
commanda :
� Reine, di bo Lt comme si c'�taient les su-
jets qui, � n temps de carnaval,
co n mandent aux Reines, li
Reine, compatissante se leva,
se laissa admirer par le gosse,
et soiir anle, se rassit, et ce aux
applaudissements de la toula
conquise.
a �
... a lu sur un de ces petits
papiers roses, jaunes, verts ou
bleus qui tombaient comme de
gigantesques confettis du beau
char, genre redoute du Garage
Kneer, les deux petites phrasss
suivantes qui dans leur simpli-
cit� peuvent servir d'exergue �
une vie honn�te : Soit que nou*
travaillions, soi! que nous nout
amusions, m�lions plus d'effor
et nos ennuis et noire front son
cieux seront remplac�s par li
bonheur el une figure joyeuse
boit que nous travaillions, soi
(lue nous no as amusions, ayon
Iesprit ouvert e 1 la c�ur |oyeus
� .
... vin qu'au radio de la sta
lion H H. K.o i continue �avoi
dans les programmes du ven
dredi des �uvres ha�tienne*
C'est ainsi qu aujourd'hui onap
plaudira M. Th�ophile Salnav
dans ses chansons cr�oles e
Mme M�d�nc Morgan dans ui
r�cital de piano. C'est une id�
d'encourager l'art hailien. Ces
aussi une forme d'hailianiaatio1
de la H. H. k.
Assurez-vous contre accidei
e la � (jeueiMl Accident Pire
Liie Asusrauce Corporation L
uiiled �.� Vve P. liermiagira*
Agent (icn�rsl peerr
MUTILAKD
Y


PAGE = 2
MM
I.E MATJN-20 F�vrier 19*1
La Pan Anierican airway
diminue son tarif,
----�ION----�
Des nouvelles d'un int�r�t if u service d'aviation par la
particulier noir noire pays I population d'Ha�ti e1 de tous
ont �t� re�ue* hier, qinndilf'cs autres paya detservif p.
h �t� annonc� que Porl au-1 Jn l'an Arn r�cau Airwav
Prince (': v iii b�n�ficier e la ( I usage augmi nlanl de ce s
plus torte r�daction dan' lesfvici pai les n�go �anti pour
tarifs des passagers, ijui ait I courrier et vovanes,et parti u�
aucun ' li�rement par les �coa imita
: ion ; ' opoi tantes r� i
"m! nlo eoritiaU �a essp�ritiss �HA�TI-JOURNAL�
fraiicie fl lejale | et Je Char du
pass ig< n
�t� |amali faite par
syst�ma de transport d
pris p'ace
de entier. Les ho unes d'a�-
taires et Itl eotr . v y ifl
de ee pays pr iQleroal des
avantages de grande vitesse,
lui�*, propret� et cunl >rt d un
voyage eu avion aux tneil-
leures condition! jamais �i
lertes. Un escompte de Irenb
pour cent entre Ha�ti et 28
diff�rents pays et colonies
desservies par les avions de la
l'an American Airways, vient
d'�tre autoris� par raonsieoi
J. T, Trippe, Pr�sident ei�
Directeur G�n�ral, par des]
instructions pass�e* i Mon-
sieur F. I. Noonan, Airporl
Manager de Port au-Prince.
Ces r�ductions seront effec-
tives � Port au Prince � partir
du 12 l�vrier et il est hors
de question que les b�n�fices
en r�sultant so it inestimables-
La prosp�rit� et le d�veloppe
nient d'un pays ont toujours
d�pendu des tacilit�s de trans-
port offertes po ir le connu rce
ext�rieur comme inl�tie r et
ils ont toujours augment�* en
proportion il recteavec l'am�-
lioration et lacc�leratio i lans
ses facilit�s. Parmi les a n�
liora lions in portantes on peut
classer en premier lieu les
r�ductions des tant:�, qui pr �
cirent les tacilit�s de trois
poit�un plus grand nombre
de clients cl par conf pie it
am�nent un contact plus in
ilis�es suc frai
� l�r iux, dont les r�sultats
soot p us�s BU public en for
ne de r�ductio i i i tarit.
Les nouveaux escomptes,dl
Monsieur Trippe, sont, pour
le moment, provisoires Pour
les maintenir, nous demsn
loni h coop�ra t i on conti
n.ieile du Gouvernement d'Ha
ii et des onces pays lisser
v is p o- nos lignes, en �vita ni
les proc�dures conteuses et
causant des pertes le temps,
itivement � exp�dition
douanes, etc., qui non seule
ment �liminent la rapidit� du
cr vice,m ils ingmentent aus
si grandi ment les liais.
L s r�duction sont deve-
nues effective! a cette �p.jqne
ponr �les raisons sp�ciales L*
Pan American Airways d�-
sire stimuler autant que pos-
sible une reprise des uftutres.
Li solution de la d�pression
�conomique se trouve dans
le d< veloppement du Com
nerce entre les nations s�urs
le l imerique.
Ch � pie payt l onve, en lui �
in� ne, le pouvoir d'assistei �
une itn< lioralion �le la situa-
ion actuelle des affaires, pal
une �� impagne agreaaive eu
� ne de trouver de nouveaux
l�boucb�s Chaque paye pro
luii les match in ti tes de
m ii l� .�> par Iautres paya di
"A n�rique, ei ceux-l�'produi
time pour un plus grand nom sent des article! dtmandesen
bit decommer�ants,r�fultaol �change. Un-contact plus
en un d�veloppement des re
Istions commerciales.
Le transport en ��' i ni, le
pi s moderne de tous les
modes de transport,a mainU
nant pass� par .les maladies
d'en lance et e�t universelle-
ment accept� comme la ma
ni�re la plus couturtable ci lu
plus avantageuse de voyager,
oflerte au Public aujourd'hui.
La preuve eu est le chiffre
augmentant constamment
voyageur eu avion.
Les voyages quLauparavant,
prenaient des semaines p ei
n�s de fatigues avec
Il parait que, snaiedi vers
li, Mous e ir Paul�us San-
oon, Ministre dos Relations
ext�rieures, a lait un tour en
ville avec S. E. II. Dana Mun-
i'o, B. E. et Ministre Pl�nipo-
tentiaire des Etats-Unis d'Aa�.
r�que � Port-au ''rince.
C'�tait diU� I, voiture le as
dernier, M. S.tnnoi �tait au fond
deux ani i. aines et .M.
I) i : i viunio avait
pr�s du enauftaor,
Dalle pro neaade inq li�te
� snconp clui qu. �taient uu
B ird ! -Mer, � c� mo nen'-l�,
11 inl pl.is qu � beanc >up le
as semblent s (Armer que la
utoation eal assez i ndue entre
e Gouvernement et u L-gi
ion Am�ricaine : aflaire Col
i, Haitianiaalioo, difficult�s
�ic le Conseiller Financier,
etc.
Enfanta cordiale on coop�-
ration tranche et loyal : ? \ la-
i 'Ile de eea deux expr+aiiona
I n d'ailleuis veulent dire la
n� ne obose, s'ai * � ira t qq
quand on �voquera lesonveair
le cette balade.
- o�
Sage pr�voyance
On du qu'un haut personnage
Ha�tien aurait pri�� un- ;�ssu
rsnee, ions tonne de renie
viag�re. Il verserait, pr�tend -on,
chaque ann�e la respectab!.
omrne de bail mille dollars el
:>'la pendant cinq ans. Ap es
d toucherait jusque sa moi t la
valeur de quatre cent dollars
par mois.
Si cela est vrai, on ne pour-
'.i ne pas rendre un hommage
m�rit� � la sag.'ss.- et au go�t
te la pr�voyauee de ce inui
loactioanain.
� LOB UNIOft
Nous repr )dusonu avec p'at-
sir ce uup notre contr�re Hui-
li-Journul �crit dans son �dition
du 18 de ce mois du Ohar du
Club-Union.
�Mardi � 5 heures. iiv � I" r-fiar de n>s H**ros devant
la Tnbun�\ et que la musiqne
"nto'i-a 1801 ce fut un d�lire,
ce fut un �r sson (f�r�ral de
patriotisme qui passa sur la
loule de .'{ oun h-il-ns group s
levant ee' p bilan". Le o Pti-
'pmenl du iol, 'es cris de Vive
Ilaili ! q ii sortirent spontan�
tient de ton'es Ips poitrines
roi! oie fj.-s ptas b�Hes mani-
i stiiioTs ai \ �/�!� lies il m a �t�
i r ni.s le pi, n |re par�. Celle
prni�rp jo'j' ':'*�� de mardi aura
ponr nous un grand pnseigie-
uent : I union dam h joie.
Pourquoi donc, ne pas �lie unis
1 uis a doul ur !%
JE SOIR
Pour la derni�re fois la film devant �tre retourn� :
L'EAU DU NIL
f) * pays 'ges de K�ve, une merveilleuse interpr�tation j avec Lee
i'.irv et Jean Mur�t el Maxudian.
Enr-e:10i>; Balcon :2 00.
DIMANCHE* 8 HEURES
l^a olus r�ran \* sunerpro Inetion de la saison
LE DIAMANT DU TZAR
Tir� de la c�l�bre pi�ce qui a un succ�s mondial : L'ORLOFF,
avec Ivan Petrowrtch et Vivian Gibbson.
Entr�e : 2, 3,4 gourdes.
lu
chos
Carnaval
Le public a admir� le ma-
4 �.li pie kiosque du char des
Etudiante de I Ee le des Seien
ces dupliqu�es. D�cor� avee
go�t, aux plus rives coubuis.
il abritait un orchestre impro
vis� et compos� uniquement
d'amateurs de b-He aansique
de l'�tablisse
Loterie
Nationale
Nous avons eu le ptauiir de
recevo r, en nos buieaux la vi-
site rie no< � Mu1 m ..-:K ;i nu s Ha-
ph.i�l Brouard et Louis Mjlval
qui i.oii.s ont entretenus de la
Loterie Nationale. Toul esl �
point. Le premier tirage se lera
le 5 hvi il prochain, audiman- .
Un proc�d� nouveau
dans le Journalisme
Un proc�d� nouveau dana la
cirn�re du journalisme est ce-
lui employ� ces jours-ci par le
jeune H;.kime.Apr�s avoir re�u
des instructions du directeur do
Matin et la liste d�taill�e des
questions � poser i M. Virgilio
Villomar,ex-d�put� dominicain,
aetuellement au Grand H�tel de
Iranceje jeune journaliste d'oc-
casion put obtenir l'interview et
ne l'apporta pas A nous comme
tout premier ordre.
intime entre les commer�ants foenle i �gala lu g�n�rosit� du
deces pays est u�ce&saire pour! patron pendant le* trois joar
stiuiulerle d�veloppement du ll,J carnaval lan�ants la Ion
commerce et la Pan Amerivau 'te�, couetti e,i mass�e, d.
a �t� construit par les �lu
di,mis eu\- n�mes, sans le
cou jouis l'a cun uvrier.
�n- .'est le lui ni ing�nier Henri
M Boit� et le Carnaval Armand, de la 3e Ann�e, qui
liaeerappaite qu'il avait �t� j en a cuicu le pian, ex�cut�
�cid� qu un prix serait eccer-1 toussa directionmir ses cama-
�au bd.io.i le mieux d�co/� fr.d
e prix sera rempori�
la maison Boit�. La d�co
ration de l�tage, l'�clairage de l^' es Sc,ence> Aipli
pendant la nuit, toul ci'
taisant pa lie de l'�tablisse) au-l'rince seront mis dan� le
ment.Celait vraiment la n-'te commerce le 22 de ce mois. Des
gaie et pittoresque du cori�ge. \ �feula oni eie nomm�s dans
OlSOUS aussi que I t |,.ir | loule la Kepitbhgue pour
c he de P�quea. Les billets qui ,
ont �t� pr �sr�s par la Compa- ! on aura'1 '.u !e.croLre �^sYsl le
g .ie Ll hograph que ne Poit-
que des
�.mie.
i n
J maison
Cela lut de
tes tant de 1 Sien
deux .mires Mu�es.
Com >li nens aux �'u l'j il-
l'Hct
i�es.
An w iys est heureuse, de pou-
voir aiJer S ce bue et de r�-
duire les lariisti'une layo j i -
qu'it i inco nue,aliu de lacilt-
teries> yuge>paraviou avec
la dur�e des voyages p route a�rienne, r�duite A une
facti m de celle n�cessit�e au
> �i i\ i pour attei idre des
vih s .i oisiuautes comme �
i ligue* ^, te ira -'ail d'e tcoura
geraeul du commerce peut
�tre mat�riellement stimul�
manque de conlort"et tous les ''*' ,es voyai� P*' av'""-
inconv�nients, sont mainte
nant accomplis en quelques
Jours, et souvent m�me en
quelques heures, et toujours I
avec le plus grand conlirt.
D'atitrei voyages de dur�e
re! itivement courte n�e� s i
taie nt des journ�es �le d� d,
en attendant une occasion de
transport. Tout ceci .i �t�
chang� par les voyag s a�
rien-. Un exemple formidable
du temps gagn� par les vo-
yagts en avion, se d�ni nlre
dans le service ofiert en Ha�ti
Car la Pan, \ msricsn Urvrayx
u commet catit peut laisser
Port-an Prince � 10 heures
du matin et arri/er � .\ew-
Yo k le surlendemain a 10 h.
16 lu matin, un voy \fff qui
n�cessitait au para ani 5 jours.
Le m�me voyage ir, laissant
Le G�n�ral Butler
Caodi�ai nu Seual.
/ WaSHINOT >n. If lev � ' a
i nrneur |ue te in ijoi g�n�ra
Smedley Butler, du 4a ri ne
Corpsjcompte concourir pour
le s�uat eu Penayivauis eu
1JM2 contre le seuateur JameA
� .1 Davis, est accep�e par
quel |Uea amis du ge l�ral,
mais s:ius u une contirma
lion de ii �> n i de Butler lui-
m�me. ' >ela esi reudu plus
int�r :�sani pai 11 probabui e
qu'il aurait en laide entbou-
de.-, cou ei 11
rpeuhus qui n'en flniwi
?as et un stock important d
drag�es et aair>-.-, Donnons.
Pourquoi les autres m. so :
�le c.j umerca de h pi icen'om
elles pi, -ait de m� ne ?
Vra! naot M K()|i� m^n�.
deue r�compens� non seu e-
u " par IA lmmistration com-
ouuate, unis aussi par le
peuple, de son 1res beaa g .'�
�0| ! "i; d pour cela q i'i
� i h "pprovisioooer en lo i
v h l lui �;- ce ser ut, en veni*.
lustice. D'ailleurs ou gagnerait
aussi � cela, car chef Unit�, au
il ' i di elle, titre qui ne se d�-
lient pis, ext ne vend que i
s icellentea.
Rem�ds nouveau
LA
faci-
liter et entretenir l'extension de
la Loterie. Le piix des billets
es' de dis Gourdes. Ils seront
liai uo.ui�s en coupons de deux
gouides.
II a �t� d�cid� que le gros lot
serait de Quinze mille gourdes.
Les autres lots seront r�partis
pu.|.oi noniielknieu!. li., seront,
en loial de 30), y compris le
gtos loi.
I oui peimettre � cette loterie
siticii ment nationale d'�voluer
avec succ�s,il est biuit que l'on
uit< rdira la v� nie en Ha�ti des
bdlets des Loteries de La Ha-
vane et d< Sanlo-Domuigo.
Loisqu'ou songe � quoi seront
destin�e les bei.tfices de cette
loiene Ha�tienne, on ne peut
qu'eucouiagei de ions &es vosux
ii fcpptlti de tt.us ses eftOlta sa
itussiie. (.'est une loterie vrai-
n t ni uaiioi.ale poiton ede a ei�
Lf��e dans le dessein unique de
bUbVcUll aux bt soins dinslilu-
uciis baltitnocs.
devait, mais � La Presse.
Kl due qu il y a des gens qui
s'obstinent i croire eue, dans
ce pays ci, on est rebelle aux
innovations originales.
Ilouoeir � tarasse Cr�asse
Rendons hommage � qui hoa>
mage est d�. Si les f�les de car-
naval ont eu tant de succ�s, il
laut en rapporter, pour une tr�s
grande part, le m�rite � M. Fer*
nand Crepsac qui avait �t� �le-
v� par la Commission Commu-
nale aux fonctions de Haut-
Commissaire, fonctions qu'il a
exerc�es avec one activit�, nne
intelligence et un d�vouement
admirables.
Nous lui pr�sentons nos vives
f�licitations.
:hos
siaste du gouverueur l'inchot.
Dans les Sports
Football
Un pas �'�crevisses
La piuinee caTuaVa e.-que de
' rere u a �t� uu spectacle
oenlable et loui simplemenl
fontanl g telle id�e a l-ou
i, en r�rii�, de prulong-r
l'une journ�e le carnaval. It �
culer en p lisaao un pro"-.-
|U*0 i n . eu qu- la pMQ� J
trouver � -.on arriv�e, ce n�
t m vraiment pae la peine. \a>-
si a- -on �prouv� un vil senu-
i u vie soulage mut lorsque
t re II son |j pulice est ve-
nue disperser les bandes qui
encombraient encore les rues
de la ville de leurs grimaces, de
'cuis contorsions ons�nea,
IL
t�tpti� par lu Spatial itis de Parit
soulage imm�diatement :
BRULURES - CRAMPES
ACIDIT�S -.rESTOMAC
ULC�RES GASTRIQUES
CONGESTION du F0�E
DIGESTION P�NIBLE
GU�R1S0N RAPIDE
r>Mliit u. Dr CORNELIUS
7, BV. GiutiH:t-Coquelia, PARIS-V*
tN VMNTM ,
� SUbMW : PktrnMM m. �
M ttutn Ixiih fkirmwH
Une cinicature
de LA PRESSE
Nous iicon.uifcnuoiis a nos
lecteurs la saisissante c^ricalu-
le de notit roi lu i. La Presse,
caricature parue dans son �di-
tion d'bitr.LHe est intitube tes
Victoires de l'Ll. S. M. C Elle re
pi {sente uii manne, lusd en
main, l'aigle detii�ie son cha-
, � au t' Dm ancic- � laquelle e*l
it roube une bonne eargai>on
de i haine- Sols K p>ed du m. -
une,un i �gie �tumu lepiesente
notre patrie.
Tr�s saisis-finir,en v�iil�.cetle
cariciiuie. Aussi se demande-
t on un peu partout :
� Qu'esi-ce qu'ils lonl pour
sortu U l�gre de dessous la
bolle du Yankee ?
L�gation Domlnloama
Li Ministro i oraimeano j
su esposa recibiran en la
Legacion, el 27 de Febrero, a
sus coDCiudadanos y a las
amigosde la Hepublica Domi
nu a na, ( on motiode la com
menioiacion oe la .ndepen-
(ienii.i, a partir ae las 5 p. m.
loi t au Prince, 18 de tebrero
1931.
*
L�gation Dominicaine
Le Ministre Dominicain et
Madame Malagon recevront
� la l�gation i Avenue Chris
topbt, 520 ) leurs concitoyens
et les amis de la R�publique
bcminica ne, � l'occasion de
la i�ie de l'Ind�pendance, le
27 levner coulant, � partir de
5 heures p. m.
Poit-au Piince. le 18 t�v.1031
A vendre
Une automobile �Packard�
en excellent �tat.
Pneus neul. Droits pay�e.
S adresser: A P. TrUPWELL
Camp d'Aviation.
Phone M.C. Aviation Camp
., snd d�sespoir
au
les
'I s t unu'les
bis quartiers
Po: l-iu-Priiif. un apr�s midi, La reprise du mouvement
aniveru� Sto D >:ningo seo� spo lil est marqu�e par de
tome al 1 h. lu minutes plus
lird, et apr�s nn confortable
repos d'une nuit dans celte
?file, il pourri arriver � San
Juan � �,_() a ni. le lendeiu toi
juste � temps, pour vaquera
ses a fia ires.
Avec les nouvelles r� iuc-
tions il y aura une �conomie
pour les voyageurs de
Or 8 70 pour le voyage �
Saulo D un; ./>
Plus de Or 22 pour le vo-
yage � San Juan.
Plus de Or 40 pour le vo
yage � Miami.
(Jetie r�duction des tarit'
i< an 1-. entr inemeuts l >i>s au
i 'urc-Leco de�. Il est presque
qu il se jouera on
;rand m il n le tomba 1 di-
inaucbe sois ia Pr�aidence
d'Honneur del� �ommission
tl mu m m de. A cette occasion
l'E [uipe de Bernadette (Arca*
luie ) voyagera � Pori-ao-
'rince. Notre uiui Volcy
nous i trie de ne rien publier �
cou � i.iiit son Equipe, n
pr�t�n I' ir une agr�able
surprise au public. En avant, !
vivent les Spurtsl Encouragea]
le Comit� de R�organisation
,S.M 1. ei ail ' diman
; r li;. b len
d< la ville.
l'iop est hop. O i �-�p�re que
ni�e prochaine pareil spec-
i cle na nous sera lias ol!
le. t.
�o�
du Concours
par ayion.dit ^Monsieur Trip-jclieen 'ou�eau Pa
K, a �t� rendue possible par [A bient�t la comp
ppui enthousiaste accord�'d3uxE|ui ea.
P�suliat
du Carnaval
LES Cil.iltS
l.t Chrysler (Char de la Reine
Odette Ju Joseph. 1er Prix
Li Nation'le (Le P.on) Ch r
1 � ii Heine EsuW Ole naa I
2�me l'rix
Krole des Cadets � lgo-1 �. Cliar
.lu Ciub Union 3- prix
Autos D�coh�es
Le Si bol, eerle des Autilles et
j la Chaloupe.
(Masques
tjui se ressemble s'assemble
� (Dandin),- Les Clowns (K.�res
' Mondes |) hqt,w, \rnous et Castelin,�
I Li Mis� e,H ib rinatiu ha 1rs
>�.

��':
V.
Toutes les Polices
OE LA

comprennent la Protection contre la
Foudre sans augmentation de taux�
LeBoss��Co
y
Agents G�n�raux
Le UliDiii Barbaucourl
Dont la renomm�e es! universelle a gard� sa br.mi�r� p'�*.
Dembnotz partout : K �'mwm
UN' HARBaS'COCMiT
D�^At :liu* d*s C�aaMt
��
*.�>�-


& *


LE MATIN- 20 F�vrier 1031
r Aliu � �
Mosa�ques liai lien n�s
"��"�"�� �*"�
�iw
Charlier-Malebranchc & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
T�l�phone : 2680

VOSQ.
(franc*)
ACTION tLECTlVK SUR l.S RBIN
Cure compl�te de l'ARTHRITISME
Saison du 20 Mai au 25 Septembre
OOURSFS . TENNIS - GOLF . POLO . THEATRE . OASiNO
PARO SP�CIAL POUR LES ENFANTS ^
Train� directs t PARIS (Cri* de ri.e.O �� v il >'-��,
�a Tant* �jc^�*-r-�^�-\4i� j,..- *.�--------r "i�il i uiiiihb m � m i �
| U PLUS AGREABLE |
r\p.S millier. �t .1... �,:ll:�.
�>
D*5
x*�*�* A�$ *&�* AMt4jUt*^
En peu de temps ce
produit remarquable a K
conquis de haute lutte
une renomm�e des plus
enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gard�re |
ALUMIMJM UNE
DEPARTS DIRECTS DE frEW ORLEANS ET DE MOBII E
POUR TOI S LES PORTS Dr LA REPUBLIQUE DIIA'TI
Le steamer � Marsttnen� est a .tendu ici le 201 �vritr ci t.
avec 231 tonnes de marchandises. Il prendia|du li�t pour le
Cap Ha�tien, les poils de la R�publique Dominicaine el la
Nouvelle Orl�ans.
Port au Prince, le 13 F�vrier 1931.
A. DE MAT'I E1S & Co.
Agents G�n�raux
Pr�-Ca-Tlaii
Pay�e vous un GOOD-TIME ea : Haut passer agr�able
aient vos soir�es au
Pr�-Ca-Tlan
�� vous respirerez au son d'une musique parlaile d'un artho
phonique dernier cri, las parfums grisa.it* des euviroaa, m
�l�gnesant Iss liqueurs lss plus iii.es, les buissons las plas
ahvtisbiaaantea � des prix r��lisaient surprenants.
FAITES R�ARC.ENTER
VOS COUVERTS
Chez
" H. BALLONI Fils
Port-au-Prince.
PRIX
Couverts argent�s �. 120 grs la douz. de paires for 10.00
C
c
c
~:r�o2�
"yW grs a
� 72grs c


flottverts\� dessert argent�s
� 72 srs la doua, �e paires
Lancbss argent�es"* 18grs. la pi�ce
� 1 12 g� s la pi�ce
Petites cuillers argent�es'- S 18 pi �.Nia* douz.
� a . 13grs
� � � 12 grs. �r
Mancbes de couteaux argent�s � 24 �rs a
i i . 18 jjrs i
� �� �- 12 tirs la douzaine
or
t
<
��
JK
or
9.00
8,00
7,06
7,
3.00
2,00
3.50
3,00
2,40
4.00
3.50
3.00
Toute l'orf�vrerie argent�e avec poin�on de Ma�tae et
puinvem de cfcaege D'ARSwfT.
t milliers et des milliers
d'enfants et d'adultes re-
connaissent tous les jours que
l'huile de foie de morue �mul-
sion�e est la mani�re la plus
agr�able d'obtenir les bienfaits
pour la sant� de cette nourriture
tonifiante essentielle.
l'Emulsion Scott
�st de l'huile de foie de morue
pure �muhionn�e, c'est-a-dire
qu'elle est pr�par�e pour une
digestion facile. Apr�s tout,
c *st ce que vous ou votre en-
fant dig�rez le plus facilement
qui vous procure les meilleurs
r�sultats.
Donc, assurez-vous que l'huile
de foie de morue employ�e dans
votre famille soit �mul-
tion�e. Prenez l'EMUL-
SION SCOTT-c'est la
plus agr�able.
30-U
LC ilICi
BAI
M
!
de la Distillerie, an-
Destouches et Maaa-
Hsl maintenant fabriqu� par la Distillerie
de FAiale� Port-au-Prince.
Fn vente au D�p�l
ait.' des ruesDant�s
sin de l'�tat.
GROS & D�TAIL
Prix de d�tail: (i. 1,50 la demi bouteille
r�Wj�tSi�,d,'!n�t G. 2,501a bouteille.
M. FONTAINE
SiiMt'iiir.x Hii (at-iaval
Ces souvenirs, ce sont des
pholosdart de tou'e beapt� qui
fixent le souvenir des chars �l�
gants et des m sqoea brillai s
si� lilue's el si. hea, I e photo-
graphe Justes li�s l� e l�uesi
et son talent s'est un-- Fois en-
a enrichi sa g ilerie.
Nous pensons que e Gouvrr�
nement, la Commission Corn
muna�* de Port-au-Prince au-
raient in �i� a ite pro u (| .s
collections compl�tes de c s
photos qui r�p ndu s nij peu
par'out.cons'iin raient une heu
reuse propagande pour io'ra
Pays. Comme l�pense, cela ne
Mrsil d'ailleurs pas Ir�a^�iev�.
Nous ver. ions avec pi lisir
notre sugges ion �tre pris;- en
consid�ra ion par le Gouve-n*
meii' el la Commune.
Employ�s
remerci�s
Bssucoap d'employ�s dont
nous n'avons p s pi uir
noms, ont �'� relev� II
fonction* � la Douane de po I
aa-Prince el a >0 lice d -s (jo i-
tnbuiions.
On dit que c'es1 pour raison
d �conomie. lyi lou ei�. iov
cela est tr�s Iritle. N � pouri
ou pas commencer pai les d�
penses inutiles?
S
l'I
Reor. sautants
' '��- U DESCHAMPS.-Cap Ha�tien, MichelGIORO uNl^Jacmal, Pm�I
A. BRUN.
D�
�eces
Hier � 9 heures du ma'in
es1 ����'��'.!" VI<� St�phei Benoit.
le fun�raiMes aor iul lieu
ce ma'in. Le convoi partira
de 11 n ii< �'� moruini-e. sise
.V enu M gloire Ambroi e,
\o 856 pou- se niuln> �
! Ro iss S dote Anne.
Nos condol�ances qui pa-
rents �prouv�es,
Mariage
Nous avons n �a I I ire pari
du m.viage de M et Mme Em-
manuel Etimpel, n�e Odile A i
glade.
^ La c�r�monie a eu I eu le 14
F�vrier.
Les t�moins il a en' Me sieurs
Alexandre St. Victor. Dieudon
n� Chai les. Chevallier. Samuel P�l.....
Cl�ment Ma gloire.
Nos compliments aux nou
veaux �poux.
Maisons � louer
Excellente maison lies con-
fortable Eau, �lectricit�, etc.
Rue du t.hampde Mars.
Sa tresser, pour les r�nse�
gnemenia^iii Matin u i .\'
2750, T�l�phone.
Executions
en Turquie
tiniji Imii r�vejaltsniires pcnJni
� Mrnciiifii
Men me i Torqoii.3 l�vrier.�
Les ci lav i s da ving'-huil r�-
actionnaires turcs mntnlmans
sa balan�aient aux Bj�beti dans
le ve>jt Irmd d � U k ins com�
m avis s�v�re de la r�nnbliq e
�l i" | s JMin s 'I i rai ph .i s >i�
pa^si
A 1 tube, les pri on pera qui
avaie I � n lici � i une lents
live il r�volution le2Sd�cem-|
h a turent amen�s soi gibets
o� des ex�cuteurs boh�miens
en pantalons turcs et blouses
ro ge i Ifs o'-t | en lus.
En '; en vigueur depuis la r�volte,
les h p i ii s � aient reet�s cheg
eux jus )ue hoil heures du ma
lin, el il n'y a pour ainsi dire
pas eu de t�moins rnix ex�cu
�io a sauf les fonctionnaires. De
temps en 'emps cependant, des
cria sortaient des maisons", d'o�
des femmes regardaient de der-
ri�re les volets. Pins tard dans
i journ�e, la foule rontemplail
�� r � onn n ' n le ri �
r 'i "i .
Canadian Pacific
Steamship Limited
L-e luxueux bateau touriste� Huchesa of Bedtord4,eat attendu
� orl-au-Prince venant de Kingston le 4 mari 1911 � f eul
heures du matin, en route le m�me [our � d"iix heures de
I apr�s-midi pour Havane, Nassm et New York.
TOjr tous ien.sei�nemen s s'adresser �
Messrs JOSEPH NADAL A Co
Ageuls (-�n�raux.
T�l�phone: 2217.
Munufactui e Ha�tienne
ue Cigarettes
GEBARA& C
LES CIGARETTES
Bu f Bas � l ( m lai-L�on
(< Dessalinienne*
" Colon *
"R�publicaine*
� 1 \)il-c ni- Prit icien ne
tir�.e �
lafinesse de
des
' ir ai-) n : font les d�lices
fciis f n �le urs
isLAr�.4J
i)�NTS
l.n ilv�, iiar
I , BAUME TUE NmF MWaM.
Avis Important
Mr Camille Daphnie, tuteur
des mineurs Carmen,Germai-
ne Daphnie et Andr�a S; iut-
Surin: Melles Am�lie Dephnil
et Emilia Daphnis; Mme Nor
brun, n�e Daphnis; les sieurs
Emmanuel el Fen�'us Saint-
Surin; les sieurs M ithieu el
Gabriel Daphnis pris en le u
qualit� d'h�iitiers de leue Ar-
gentine Marc:d�claient au pu-�
blic et aux notaires de celle 1
juridiction qu'il n'a pas en-
core �t� proc�d� aux compte
partage et liquidation de la
succession de leur auteur et
qu'en cons�quence lou �vente
des immeubles formant leur
h�ritage et situ�s dans la
claine du Cul-de-Sac, laite
en violation de leur-� Irods
sera querell�e de nullit�, par
devant qui de droit, sai s pr�-
judice de dommages-int�r�ts
coutieleurs spoliateurs,
Pi.rtau . .iuce.le 18 levi ie
mi.
�� .'Iutluoiiz.i s'�tend
Arr�tes 'e Iroid �le mite avee.
le 666. Prenez-le comme un
pr�vent|t.
Employ�s le 666 pour
sanver les b�b�s.
DE
1 ' -'if la ri.iiM'iMitmi �hnq I 1 n. , i |a |�,i,s, m, ,,i ,\rs rfrni,
MM. Seul. Ii (nui . i, i. ii il.m,m. ... i..i,iIv.miii nt - Caigaa la
BAUHE TUS-NERF Ml RIGA
Ln')O�tolre da l'oct B, S i mlnt I.YON-<-CfLJL,IWS lrnnc#
I i , i � -.t I . i J.t I IL
Colombian
Steamship
Company inc.
Lesteamer �Baracoa�, parti
de New Y k le 14 f�vrier
pom Cap-||aitien et Port de
P"X, st attendu � Port au-
"rinee le 21 courant en routa i
pour les ports de la <*olom-
bie et Crisiobal, Canal Zt/ne,
prenant fret et passagers.
l'oit -au Pri iee, le 19 Kevrier
1V31.
GKUAHA * Co.Aga-ts.
Grand Caf� de France
Sous la direction avia�e et inlellieente de Monsieur Franeoia
Oiraldi qui es devenu l'asso �.,'� I � \t msieur Patrizi, le propri�-
�1>do�m1i! b,J " "' '''" "' : l1 ,|'�^''' le GMAND CAFst
DE FRANCE, ofte a ses aimablea et distingu� clients, les
consommerons Its plus floes, les vint de toutes prov. nances les
plus choisi�. Cigares el Cigarettes, Ssndwbhes, varUt,Adas prix
d�liant loule concurrence.
L'accueil le plus sym nthiqia cootinaefi� �lr � le meilleur
attrait du Grand aie de France.
PATUIZl & Co. T�l�phone 2341.
SV
"T: lanquetou une Boit de f�te,
d�bai � sovous des effets qui s'en
lUiv�i en commen�ant la journ�e
\ err� d eau et une cuilLr�e
lie u.a,. tii doux et rafra�chis-anL
"FRUIT SAIT"

i.



V ndredi
20 F�vrier 1931
Le
� �

^Kt-aa-Frince
r�l�ohwe 2242
4 PAi*�5
� Ci.'
Probl�me
combat le rhumatisme
URODONAL nettoU le rein,
lave le foi� et let artUuU-
tron�. U a�*ouplit le� art�iea
et �vite i'ob�*it�.
N�vralgies
[Gravelle
lArt�rio-Scl�rosa
Ob�sit�
�tablissements CHATELAIN
|ft*rn Il GRANDS PRIX
� �..., ru* *� Valaaeieniiw, PARIS
�t tout'" pharn i
fR.fc-.uifc. -u.
I'.,i,.,i M il pevi ��!
no -.M.mi Irnl......lr�
.�!>...,i .�! mobUlMlcur qi i '� ' rou m
, ;, ,!,....� ,l> l'.ul'.Jl. '!'�* iuww
inuMulsIntdwiMi �
ilil. i'iniUIM ��'-�� luni'iui-. traie*�! M
.,.: Imniau ; du iernv |U >i ��'"-
r>. umtMMealvMci ; - '�' "'"
� i. rm wux ipi il lm| " Du
toil |.i mvttipIlriUilXI ' "'
� Uu.l du lavani �le l'or M"'. ||J1
-. ,'l II U!l"' Pl " il "
It.im|�ijli(iu. .. . 011 �H pu
dix-ulrr, cM fclthi
l |uo. d'en n Maalti
� onU
.\
.':'.*'
memenl d'i tri In
u*�- :j& ��- �e*ft MMfea
.
Kg* , A,*^2aLl iU '1"a8

r H. 9 kWV�
1 � J
L� �L0S MUHtt II U rlUS 1100 �
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
�t
(DRAG�ES PEYRARD |H
Ou�rlmmmnl /a
BLENNORRAGIE
TOUTES rHAHMACIFS
Sf�.�.il� PtYRARD. 48. ru� M GltMlli. PARIS
�0 �
Sachant que la mis�re bat
�on plein dans le pays, tipH
nue/ pourquoi :
lo�Y a-fil tant de monde
� assistsr aux l�tcs ? ,
2o�Ya t-ilplusde voilures
.le l'ixe en circulatiou?
30 _ Lis hommes surtout
s'hal.illenl-ils m �U\?
REPONSE
1o� Parce qu'il uy a que
�a � ts'ire.
2__ parce (|"P Ira voitures
sont oe plus en plus attra-
yantes.
3n � farce qw I* ll�180n
Vincent CAUDINO
2'*5, rue Bonne Foi,
s'est sp�cialis�e enarticls pou
hommes tel s lot�tes nuauces et � loul piix,
chapeaux lins, cravates et
Chemises �le lOUlS beanl�,que,
gr�ce :i son St elle peut vendre � des prix d�-
fiant r��lit ment toute concur-
lence. Rendez-vous � l'�viden-
ce en visitant In maison Vin-
cent Gaudino,225|Rue lionne
Foi.
Halle � louer
En entier ou eu partie,
grande balle.sise Rue du
in de |*Ela�, �'� c�t� de
Mlred Cooke.
Loyer n�- ra�sonnab'e.
S'adresser, � partir du 1 �
le rjer, i M- Henry STARK
Rue du Quai en (ace neji
Gare. T�l�phone No 2t)(Jl.
i
Le P�\EV DUN-
LOP est le pneu
favori desChauf-
feurs.ot�re toutes
Ils conditions de
s�curit�, d'endu-
rance et de soli-
dit�.
En vente chez
John H. WOOLLEY.
Grand'Rue. |
� ��-���
\ ykes
Texas � Ha�ti
liiolho.sSSColn�
Sauto L�on.ilnj|0
...�
TRUMP
5\rrow Shirt
Accident de Chasse
C'est \u\ accident fr�qiM ni
malheureusement et combien
d�plorable pour un chasseur
d'avoir des cors BOX pieds. I-
est aujourd'hui! facile � �vil
ter � Le Diable � enleva les
(ors en tif. jours pour uu-
jours.
Envoi par Poste contre i
gourdes :
H. DEjSCIlAMr:.
H-ilsrs.
La meilleure chemise de
Broadclothe se d�taillant
aux Etats-Unis � Or 2.15.
En vente partout en Ha�ti
� Deux Dollars,
�qtnts exclusif s poui Haili
Victor N. M VNSOUR&C- '
P.O.BoxA-86;Phone3417
Port-au-Prince.
H^w. a�*. ��.�Hs�-aaarsB� SI
WIr Nestor FKLltf
ltRCH.Nl) TUUIU
Saine le Peuple, aa�tiee, 1�
S, i�t�el si nombreuseeliss-
tele. U -� inetsurtoul � la Uis-
,,., ition I � cetlt dsro'�rs.
,,,, ir i | l'i '� 'I aPP ,rte lo**
les pr �� i l�s de la co i�" sio-
derna qu'il ;> pratiqu�e di
rant les cinq anu�es qu'il at
pass�es tant�t chez lui et tani
t�t � la Havane ; ce qui la.
a permis ds r�tablir comel�
te ment sa sant�.
Hue P�rou OU des 'Miracle�
No 310, l'ancienne Ecole
Robin. (Ecole de Dactylo)
Saucisson de Lyon StOrU-j �-�'
atJted�����iK: Jm M �B*
l�ffUmsS, beurre, Iromage. M'"�-INES, CONSTIPATION
OSUtS, Conserves, etc. I CONGESTIONS,�TOliRDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
.......�� kWS"i;tfu- �*
habile sVjp
de la Vit*
le'maniement
� passagers
, e vP,,l sei *ice nviv-
fret e->tre les | orit (,u
Por au-Prince, Ha�ti.
lin!..��>!,,.---;;'r-n:1,rinc�S0D,: �
Bu
eau
DERhIX
Viennent
d'arriver
Un Fort Stock �� Pneus
et i hambres � Air.
DUNLOP anglais, toutes,'
dimensions.
Pour voitures et Camions
Chai
John H. WOOLLEY.
(�rand'Rue.
____________________ !
�L SUFFIT de prendre
� l'un de vos repas
(tout lM dc"� iouM �eulen.enl), une
j 147, Rue du Faubourg St-Denis, PARIS
Haisiirautexlflerlesv�ritabl�s
nui sont tout � fait blenohaa
B| m chacune eiBniBw Ici moU
DEHAUTaPARIS
�ont tti� MblaBiinl im;.rin�.� fn nnr
a!rc�ss9PS.
ti
P'
S.
3N
pa
K
ASSUREZ-VOUS
� la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
r/erth (ScotLtnd
�!
a
, t(ieNEp m. une des pins polssante�et des plus vaste� oigaui^tums
de c�^ors ?Leioleil ne se coodis un.is sur son cha.np d'action qni rmbsasae te
"""'ses.Polices .outre Incendl ouvrent aussi les d�g�ts occasionn�s par la fojdrs.
^Polices ou. i couvrent vois incendie, malveillance, dommages
x' �"..iiiiii inn� m nersoiine ou dans ses biens.
mmt\t I'. ' � ��rtlta� *rtl^. P�r �. hranche� d'Europe son. p.T.bk> .n ML
Set l* ilk- � mre accident� sont v.lables .lans I univers entier tous les voy�-
h.���.�> � .... nnoura la pivcaut un fmTmtSS^SSJXW ���^ �����' "�"' Va V.�oi. ai dollar, C. C.j
Veuve F. BRHMINOHAM, Aux Gaves
Agent G�n�ral pour Uaiti.
criii^- uFNl'b ^ort au-Pnnce. G. GILG
SOUS-. GEis ^^ BLA^CH^^^y
COMPAGNIE
d'�clairage �tectriaue
S�rie de vente Ne2
R�jriq�rateur *G. E.'
Ls dompagnie nftr. � ses client, une occasion ��J
pourp-ss�d.r un R�l'ig�rslaur Electrique. i�vrierl*
Conditions exceptionnelles durant le mois ne
n ) � Pipmifr paiement Or /oSU -j,.
b /_. Solde paTsbl. en IIl�g*gfg* *""*
c) Instsllalion sompt�ie GKA�uu-v. ^
d)L. garantie ol�cielle ds la "Gensrs Electric
Ne perdes pas celte chance unique!
D�HrfesvoM imm�diatement et venex voiries joi�
bl#S * la| C+mpagim d Eclairage Electrique
o� le meilleur accueil" vous est r�serv�.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents G�n�raux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs