Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03838
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 18, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03838

Full Text
Clment Magloire
DLHfc.CTfc.UK
1368, HUE AMEKICAINt 1368
-.
TELEPHONE N- 2242
24me ANNEE N* 7215
Nsas tlern a>air poir siaxiui*
nY.urjpa* MM flauuer tiesjlilli
culte srseaiea uu plu* aa leal
qui passe, iairfjiu,uHt Bu ptu tt>
pUcucc,y le >r. M diM>pr : !
Irais* cttdu.jf iwiji.
>.uiii traacois de SALIS
PORT-AU PH1N E ( HATI )
MERCREDI 18 1-VfUEB 1961
Meringues & Carnaval
X suite:et fin )
Cependant les battements plos
acclrs des tambours et les
cacophonies perantes des coi
Trs indiquaient que les derri-
res de la bande approchaient.
Ils apparurent. Celait li que le
roi voluait, par de ses vte-
menjn de crmonie, la main
droite secouant ssns cesse nne
clochette, et la gauche tenant
nne corbeille de drap destine
recevoir les offrandes des gros
bonnets,le visage disaimnl sons
on masque de tulle ou de car-
ton, la tte surcharge d'nne
aorte de mappemonde dnom-
me calotte, forme d'une cou-
ple de cerclea de barrique die*
poss de la manire convenable
et recouverte de velours rouge
et bleu, aux cts de laquelle
taient plants les faisceaux de
petite drapeaux de papier aux
conteurs nationales, et dont le
sommet tait couronn de mi-
roir* i cadres de cuivre incrus-
ts de pierres rouges, bleues et
noires. Sons l'action d'une me-
ringue dont le rythme diaboli-
3ne mettait le leu cette masse
e lamentablea humanits, en
les* poussent nne gesticulation
et A une dsarticulation uniques,
le roi s'tait livr i un tricotage
perdu de ses pieds, l'm ter rom-
pait pour esquisser des entre
chats propres S donner une ide
citassnte de ses talents chorgra-
phiques, se jetait tantt droite,
tantt ganche afin de se ruer
dans l'espce d'clsircie qu'avait
produite sntour de lui ou de-
vant lui tout--coup le brusque
dsagrgement de la mle, la
Ksrcourait vite, en envovant du
ont des doigts des baisers et
revenait son point de dpait
en une cabriole, d'une ampleur
magnifique.
A quelque distance des bats
delaroyaut.sur une range que
disloquaient ssns cesse les os-
cillattonsde cette mle, taient
placs le thet de la Polit e et
quelques uns de ses agents.mon-
ts sur des haridelle* dont les
ctes saillissaient en un relut
saisissant. Ils avaient pour mis-
sion spciale de prvenir des
chocs qui rsulteraient de la
rencontre de l'une des bandts
avec l autre,quoiqu'elle s eussent
des itinraires diffrents.
Aprs avoir parcouru les
quartiers populeux de la ville,
elles se dirigeaient vers le Palais
National devant lequel l'usage
voulait qu elles dfilassent, la
vue du Prsident de la Repu
bliqueet de ses invits installes
sui le balcon nord r*e ce char-
mant difice,; const r ui t,
comme on le sait, par
l'ingnieux architecte Laloreste-
rie. fuis, a l'entre du Chane
de Wars ou au milieu de cette
vaste place, ellea campaient,
tambours toujours battant, clai-
rons sonnant et danses tien-
tiques, jusqu' ce qu'elles eus-
sent reu le don que le prt mier
mag strat de I Et; t avai> coutu-
me de leur fane, et qui consis-
tait en un paquet de cent goui-
des, manman poule qui mit
remise .bacun ue Iturs chefs,
de la part de son Excellence,
par un aide-de-camp de la pr-
sidence. Puis la marche se le-
vait, et comme la nuit se tai-
sait alors, chacun. se munissait
d'un bois pin et .cette retraite
usa flambeaux qui se .prolon-
geait jusqu'au tantare de la
diane, produisait sur le spec-
tateur un effet pathtique. Le
mercredi dea cendres, dernier
jour ou les masques etaieut au-
toriss sortir , contraire-
ment ce qui se pssse de nos
jours, la bruyante lte popu-
laire se poursuivait jusque dans
la matine du |eudi o, accom-
pagn da sa cour et assourdi
des clsmeurs pousses psr les
bourgeois et les gueux, de sons
de saxophooea et de basses d-
chirant l'envi les sirs, de
roulades toiles de tambours, le
roi apportait au gnral del
Plaa qui l'attendait en une rai-
lleur toute militaire las insignes
de la monarchie dchue et.re-
cevait en cette occasion les
honneurs qui lui tsient dus.
, Cette tormalite remplie, tout
tait fiai jusqu'A l'an prochain.
Isa teticiUut le compositeur
Sur les rduisantes pices dout
Imamea m'avait permis de luire
nne snssi agrable promenade
dans le pass de notre patrie que )
des prophtes menaaient dj
des pires cslsmits, je m'tais
apern, je me le rappelle, qu'il
ta t profondment triste, e* j'a
vais induit de cette constatation
qne les choses ne*se passaient
pour lui comme il l'aurai' d-
sir. Mais qui donc russis-
sent-elles toujours, et qui peut !
se flatter d'en recevoir uu^gr-
cieux et permanent sourire, un
salut qui soit vritablement sin-
cre ? A la vrit, tonte uvre
qui n'obtient point de suite
cbei nous un rsultat positil,
t est considre comme un et- 1
ort perdu, comme une tche }
indigne d'tre l'objet de l'at- '
tention publique. Pourquoi
laut.il que cette situation d-
plorable n'ait point encore dis-
paru de no re milieu avec la
barbarie qui l'y a cie ? Ap
pelons de nos voeux arden's la
venue d'un tst de choses o
la> liste, encourag par 1 ac-
cueil tait de sa personne, et
assur de tiier de ses travaux
le profit lgitime qu'il en es-
pre, pourra s'y livrer dans une
atmosphie toute de scurit
et de sympathie.
Maurice C. BRUN
PHO
FALI
.M
Facilite la dentition et la roRHATiCN des OS.
Donne la rORCG ET la san^.
Exiger la manque dpose"Phosphatine Falires"
rfanouf. dans le monde entier et se mfier des
s) imitations.- se trouve partout.- paris.
r Va Birectrsr it la Graeral Firs
I Life Assurssee Urs. ea Hati
fl n'est pas trop tard pour
nous d'annoncer que jeudi der-
nier par le bateau touriste Sa-
maris * aient de paasage Port-
au-Prince le Lord Airlie, l'un
des Directeurs de la General
Pire & Life Assurance Corp. et
Miss Mc-Kim, aeciiaire du Di
recteur Gnral.
Celle compagnie d'assurance
est l'une des plus fortes tra
vaillent en Ha'U >ous l'active et
in elhgente direction de son re-
prsentant, notre sympathique
ami M.Lionel Uernnngham.
Nous prs mon-, a cesdistin
gus visiteurs un co-dial sou
venir et tegitions que I- court
arrt que le lia eau a kit en
notre iade ne h m a p*s per-
mit de preudr contaa avec
qu "i> -uni *1e leurs asiur*"
uimininiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiuiiiiHiiuiiin
COMMENT
RAJEUNIR ?
Les travaux de nombreux mdecins
franais et trangers entrepris depuis la
communication mmorable da HHOWN-
SBQUAR0 sur la possibilit da rajeunir
l'tre humain pari absorption de glandes
fraches d'animaux, ont conduit cette
conclusion maintes fois vrifie, qu'il est
maintenant possible, sans avoir recours
aux procds opratoires (Stelnach,
Voronoff). de restituer l'organisme,
chez l'homme comme cbe* la femme,
son nergie et sa vigueur perdues lu
suits de maladies, de failgue physique
ou crbrale, de vieillesse prmatr-e.
et d'efacer les sUgmatee de set* S*
ehanee prcoce.
Brochurs gratuite et veste l
P. SEJOURNE. Ph. Pori-au-PrtMt
et dans toutes les bonnes phsrmsjiisj
LI "GLANDOPHILt"
eW* aVsfWkWfsert : A. THOMAS \ O
% 11, Rue Martel, PARIS
nNiasiiuiinniiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiHwutitsiiiuuo
L'Idal
ALIX ROY
29 annes de succs,
Lettre d'Allemagne..
Allemagne, rveille-toi!

De astre CarreiioniiHt
Encore quelques tours de
roues suivis J'un lger choc
et l'express s'arrte. Berlin...
la ville o fini te l'odeur mme
de la Prusse I La porte du
compartiment roule sur ses
galets et dj suis-je assig
par une demi douzaine de
porteurs verts comme des bo-
cages.
le que j'aperois t::ut d'a-
bord en sortant du comparti-
ment est une norme pancar-
te: Veibotn ... Mais oui,
j oubliais, l'Ai lama evoe est le
pays o tout est dfendu. L'
tranger a seu ement le droit
d'y dpenser son argent et on
se demande si Ion a bien la
permission de poser les pieds
sui le ciment orme, aseptis,
incombustible et dclare pro-
prit na'ionale.
Dehors il pleut, et les lu-
mires des magasins du Frie-
drich-Strasse dessinent dans
la nuit des figures g mtri-
ques opalescentes ques -l'a
verse zbre de hachures b-
(iuides.Quelle vielTout ronfle,
s'dlumi e,tournoie! De nom-
breux taxis aux panneaux eu-
damier mier blanc 11 noir
demi-deuil de circonstance
circuleut an ordre parfait.Les
passants voi't vite. A vrai dire,
.briqu pe*-M put vieille et
i DiWtaNtode manufacture (le
i.nne de poches et de piles
,ches. les lampe hveready
les piles Eveready offrent
n long service, une clart -
nnante. une dure surpre-
ante el une conomie extr-
e. Insistez toujours pour la
marque de fabrique Eveready.
Evitez les imitations. lJ
En vente ehei tous les g
bons distribu teurs.--
AMERICAN EVEUhADY
ORKS-30 hat42nd
Sireet New-York.
U.S. A.
LAV.PE* ET l'Ai

l'accueil est quelque peu d-
pourvu de chaleur : des gens
presss rasant les murs com-
me des chats, des imperma-
bles et des parapluies ruisse-
lants et des gouttes grosses
comme de pices de cinq
Maiks, le tout surveill el di-
rig par dimpssibles S.hu-
pos aux casques noirs dont
les poitrines sont gnrale- ;
ment pourvues de croix de
1er des classes les plu di
verses dont l'ex-'inoereur tait
tellement prodigue...
oxo
Le h-iidemain matin, aprs
une nuit d'insomnie passe
sur uu matelas dur il pa-
rait que cela est sain et
aprs avoir aval une tasse
A'm\ liquide bruntre que les
Allemands a i me nt appeler
rcatl, je m lance dans leur
Iroi.le capitale. Je me suis dit
qu il est bien inutile d'user
ses yeux sur de douteuses
statistiques. Ce que je dois
rappoitcr, presque lotit, je
rapprendrai daus iess rues,
oxo
A vraidire.on peut comparer
Berlin un immense dsert
de pierres tt de briques, une
dbauche de raaoncerie.Cest
une immense petite ville qui
n'invite gure flner. Quoi-
que formidable, elle ne donne
aucun moment l'ide de sa
grandeur. Berlin est au fond
une pui-sante juxtaposition
de villes provinciale* dont le
nombre s'accrot sans cesse.
Uu ami me disait un jour
nue jadis, bieu avant l'infla-
tion liuaucire, l'Allemagne a
d connatra une inflation ar-
chitecturale et que sans doute
il y a eu, prcdant le mark-
papier que l'on prodiguait de
la mme faon. Cet ami a
raison, i L'Allemagne a un
mark- pieu e, a jou jours t
en proie une sorte d'hyst-
rie de la coustructiou et ue
respecte qi e te qui est eRo-
rsal ou ...en uniloime.
A quiconque vfendrait iti
en simple'touriste, pool se
distraire, le meilleur conseil,
donn par le b( d sens, serait
de fepiendie It pn mil r tmin.
Il st poui uous fuit d.flkile,
r-nur ainsi dire impossible, de
."acTTmaiCr ici. De Pans a
Beilm les trams vont vite,
c'est l'aftaired uue petite jour-
mm^m9
Dr E. SD. VILLARD
o
Yeux, Nez. Orge, treilles
Heures de Consultation* :*
Matin: 8 h. 30 7 h 30.
Soir: 2 h. 30 4 heures.
( Villa Micheline ) Chainj
le Mars.
Angle Avenue Copois et
Chemin Ducoste.
Colombian
Steamship
Company lnt.
o
Sur la demandeMc nos char-
geurs les modifications sui-
vantes ont t opres dans
notre itinraire :
Le vapeur "Bogota" partira
le 21 lvrier prochain dire*
tentent pour Port an-Prince
o il est attendu le 27 du m-
me moi-;il repartira le mme
jour pour NUI Gove, Mira-
gone et Jemie. 1 laissera
Jrmle le 28 lvrier pour les
poils de la olombie et Cria-
(obal, Canal Zone.
*
Le steamer ^Maitinique*1
partira de New Voi k le same-
di 28 lvrier directement
pour ort au Prince OU 'I est
attendu le (> mais. Il repartira
le mme jour directement
pour Aux Caves et Jacmel :
laissant Jacroel le 7 marspour
les porls de la Colombie et
Cristobal, Canal Zone
Port-en-Princs, le 10 Fvrier
1931.
GEBARA & Co,Agents.
E. F. CLEMENTS
esm awiss%% tt*j
fSANG PUR ft
lavecMEXU
Rcrfln6rnt(iir modorno
(super dpuratif
1 l.r plu ', H plut complet
|Le plus pratique aux Colonies
I Combat : Maladies da BtAfj ,l0
I lu Peau, (lu Foie. Constlpntion,
lAft eriuqns tt paludisme.
i1 LABORATOIRES SAFFAR '
| 39, Rue da la Chapelle, PARIS |
l'on Mu-Prme. Pharmacie W. BUCH.
... a vu, au luis-Vrrna, nne
Ligne qui descendait et dans la-
quelle se trouvait un jeune hom-
me qui se readail en ville son
bureau. Une dame qui dbou-
chait d'une ruelle voisine fil si-
gne la voiture de s'arrter.
Bile s'arrta. La dame au mu-
ment de pntrer dans la voi-
lure remarqua le jeune homme
qui, discrtement, s'cartait pour
lui taire place. Mais brusque-
ment, elle changea d'ides et dit
qu'elle ne descendait plus. En-
core une habitude hatienne que
l'on doil laisser tomber! Qu'est-
ce que cela peut vous taire. Ma-
dame, que soit assis prs de
vous, dans une voiture de loua-
ge, un Monsieur que vous ne
counais.e/. pas'' Il va ses af-
faires, nous allez aux vtres. Il
n'eiiaU p;s pour vous, comme
vous u il aa par pour lui. Un
petit 8-dut et le silence pendant
lh course lit voila!
a
... voit que notre confrre Le
Nouvelliste compare las accep-
i,.lions ncceasiTfS de la Lga-
tion Amricaiae an sujet de la
nationalisation des services con-
fis mu amricains, i Limeu-
se scne, de /'Aiglon, An l'as
prisonnier mai*a- En eflet, nos
cooprt en rs promettant tout,
mais la condition que... pour-
vu que... etc. etc. lit tout le
monde dit que a va bien sans
remarquer que le venin, coin
me dit le proverbe, est dans
tous ces ({ue...
ne. A peine le voyageur a l-
IIperdu la tour Eiffel de vue
qu il aperoit la Porte de
Brandebourg et cependant il
est transport en ai pi de
temps dans un monde i 0
veau donl les raystn
blent moins attirants, mais
plus redoutables que ceux
de Moscou.
oxo
Tu us, de la musiqueI Des
filres. des rata plans cuivrs,
des t imbounl Un dfil mil
taire? Non, tout simplement
des disciples de Hitler qui, aprs avoir fait comprend
raugs par quatre, coius et vendeur, tant en son nom qu'au
Sangls militairement, dfilent f Dom des autres qu'on n'achetait
le torse bombe. Une, deux, pas:
uue, deux Lins, zwei De pi 1 .Si encore elles taient as-
mieux cadencs uu son de |
clairous mls de t ra et de j
Il , il n'en tut jamais, mme \
Berlin.
... voit que le Prsident du
Snat, VI. Ponchard Martineau,
donne un exemple d humilit.
aux haitiens, d'ordinaire si pleins
d'eux-mmes, et qui croient,
tous, avoir invent la fil acou-
per le benne, lin eftet, voitcha
que aprs-midi le Prsident du
S mal qui, comme on le sait, est
on homme d'ge, et da valeur,
se rendre I licole de Droit o
il s si tail inscrire comme tu-
d uni. Au moment o la jeu-
Desae cesse de s'instruire, c'est
d un bei semple e d'un beau
courage de voir cel homme d'-
ge mr, ne serait-ce que comme
complment d'tudes, taire pai-
siblement son droit, comme s il
tait encore l'poque de ses
vingt ans.
*
... a vu un jaune homme qui
li i ruptiOD dans une salle de
rdactio o, poui se repose r
un peu de la rdaction ingrate
des laits-divers, quelques cama-
rades causaient Il lenail n main
une noiie ob'ongoeotl y avail
quelques pauvres cravate, fa
h. iques avee on tissu de ving
tiiue ordre li suppliant il les
propoaail A deus sonrdaa p
ce, ou trois pour cil q gourdes.
Phiio ophiqu(ment. I un des
camaadea au repos murmura,
're au
sez solides pour que l'on se pen-
de avec un de ces matins!
*
Le cortge est loi Bl d lu
diauts aux |oues balaiits en
ruptme d Universit, de mem-
bres actifs et passits d'ussot ia-
tions scoriives, Vikings
blonds, hauts en couleurs.atix
yeux bleus oails ou durs el
aux mentons eu tiroir entr-
ouvert, de sans-travail, qui
considrent l'osievil connue
un des Beaux-Arts et le tra-
vail comme un des ails iiii-
neurs.e bouigeois molliusils
venties dodus
!
... voit qu'un hatien vient de
trouver un truc qui est une es-
pce de Ssame-ouvre-toi. Com-
me il tait au Palais depuis d
j quelques heures, attendant
que S. L. le Pisidaut veuille
bit n le recevoir, il simula bra-
vement une indisposition. Le
Chef dlilat Major vola son se-
cours et, naturellement, on l'in-
troduisit, de la salle des pas
perdus la salle manger. Le
bruit an parvint au Prsident de
la Rpublique qui cessa une se-
conde ses rceptions pour aller
preudredes nouvelles dupseu-
do-malhde. Il tait dj rtabli
et put, sais cflort, donner, lui*
au Pr-
puoiique.
aux veuties aoaus ,qui sou-
ventle collge comme les bre- ;,.,,,_ ,,,,,
bis le berger.De temps: autre t mme, de ses nouvelles
el avec un ensemble etouuuul, sident del Rpublique,
sonent de ces)gorges teuton-
nes qnelquessyllubis qui les-
tembUul tort a uu en Ue
guci.e :
sUeusiscbiand tiwachc!
A lauiagut! leveiik-toi i).
VOIR SUITE EN 3me PAGK
... voit que bien qne tout le,
mon-'e prenne des prventifs
(oui le mode est pourtant at-
nint de la grippe. La grippe se.
raii-elle lomnie l'an oui, c'est-'
| dire que. 1 on y n'chappe qm
vsr asstd?


P.V s
J H /3.J 1* VJMJ U*M.

SIMMONS
Ed. Bailly
H' ^


SOMMIERS
Lf sommier King Boltom cst.caiactrislique poui sa solidiljet le repos
qu'il tait trouver.
Il n'v a pu de meilleur reconstituant qo'un sommeil paisible et non inter-
rompu.Le sommiers KingBottora > vous fers jouir ' ce sommeil rgnra-
teur si essentiel votre sant. Sa labricatioa scientifique vous assure un
sommeil paisible qui lait trouver au corps qu'il rcla ne aprs une journe
de rude labeur.
Il est hyginique, ne. tait pas dejurui', il n'est pas oxydable, et se nettoie
trs tacitement,
Le cadre est lail en acier press el il peut tre employ sar n'importe quel lit.
Kxami'u / loi .'i uscmcnl;un:sommier et vous venez, qu'il est loit pour don-
ner tontes les satisfactions possibles.
En vente dans tous les bous magasins d'ameublement.

Reprsent par :
Victor N. MANSOUR & C*
p. (). Hox A-86 ; Phone 3417.
Port-au-Prince, Hati.
**
wKmmmiSSiiimimmmM nmnmmm
Accident de voiture
Il a eu lien, vers les six
heures de Ta prs-midi, di-
manche, an bas de la rue des
Csars.L'auto 158 et l'auto 371
entrrent en collision. Ailes,
iroisses, motions profondes, t
tel tut le rsultat de ce choc.
Autour des deux voitures et j
des deux chauffeurs qui A-x-(
pliquaient, la toule, naturel-
lement, s'amassa, uue toule
assez divertissante puisqu'elle
tait compose de |m rdi-gias
reints, de curieux en veine
de mots de la tin.
La'Gh!' de Jules Fane
Trs russi el 1res local, le
char de Jules l'aine, repie-
aeut int un March rural, et
peut tre aussi le petit com-
merce hatien. C'est une i ls
des plus intelligentes et
des plus opportunes. Au mo-
ment o il est question de la
rforme du code rural, de lois
qui doivent changer la lace
des choses, il est bon que l'on
rappelle, aux gouvernants
que mme quand on s'amuse
on continue avoir loi en ses
promesses.
CHMura '!?* R i mi
Ifl pubik a vot les .1 m in
chenpr* midi Les cinq chars
tics Reines taient tous pr
pan s avec g't. Mais les
deux sur lesquels la toule .< le
plus discute et qu'elle a le
plus admir est le char de
Vielle Glm ou I et celle de
Melle Jean-Joseph, Il est prs
que certain que > est .'un de
ces deux chars qui dcroeb '
ra la petite Ausu.
Accident
au DO-X
L-s rtsrslitss iresdra t
an iiioiuw qniusc jours
Las Palmas.lh i '>" f
viier. l.liv I' v
ruand DO X est rest< dai s la
li lie de Gant", pr de Las Pal
m is, tandis q le ses mc inici "ns
l'effortaient de rpa i ov
ries subies lorequuni grosse ya-
u, le le trappa au mo n ut o il
manoeuvrai! i> mi le dp in
Entre temps.les exp< ri expri-
maient l'opinion, b.i II II r de
ll-
m ngres eo nmunica'iona
! lion quel de la baie de Gando,
qu'il lindrail au moins quinze
jours avant que l'avion puisse
reprendre sou vol vers Porto
Prair, Ile du C p Vert, la deu-
xi n tape du vol au Brsil tel
qu'il Bvail t projet
On ni- eonnait pas la nature
ei icte des avaries la cailingur,
maison croit qu'il est possible
qu'il huile (aire venir d'experts
d' Allemagne pour- excuter les
rparations. Un rapport indi-
quai' une autre complication en
n du 1 actionne ment d
tueui de deux des 12
leurs.
Voici les paroles prononces
sur la tombe du regrett Edmond
liailly par notre collaborateur
Me bernand Leroy :
Mesdames,
Messieurs,
(Juand hier malin, le tribunal
annona qu'il levait le sige en
signe de deuil, l'o'osinn de
la mort de Me Edmond Bailly.
ce lut avec douleur que non
nortraes cette onlble dispari-
tion A 1 audience.
Noire t*atonmer vivmtnt at-
trist n'a pas voulu, aussi, que
le marbre iusensible du tom-
beau put recouvrir jamais le
cercueil du regrett dtunl,
sans qu'un de ses contrres ex-
primt, au nom de l'Ordre des
Avocats de ce Barreau auqu> 1
celui-ci a longtemps appartenu,
les regrets que nous cause, celte
perte ; et, cest bien ce qui me
vaut d'avoir t dsign) Mes-
dames, Messieurs, pour adres-
ser a sa mmo re les dermeis
hommages de notre Corpora-
tion.
Dans une circonstance ga-1
lement inoubliable, un des con-
temporains de Me; Edmond
Bailly rappelait, en lace de la
tombe de l'un de nos llaitiens
qui ont le plus honor la Ma-
gistrature assise, qu'il n'y a pas
de spectacle auquel l'esprit hu-
main devrait tre plus habitue
comme celui de la mort. Pour-
tant, ne dirait-on pas, Mesda-
mes, Messieurs, que ce soit un
vnement toujours soudain,
chaque lois qu'elle vient trap-
perdans nos rangs. Et,telle est
l'nupiession que nous ressen-
tons tous, cette heure, le d-
cs de Me Edmond Badly sem-
| ble avoir plong ses amis, dans
( une trisiesse inaccoutume.
C'est qu'en etlet, celui-ci tait
' un des membres les plus esh-
mes ne notre socit. i
{ Aprs de Miieu-.es tudes au
Lyc< N tional de celle v'Ile, ce '
dernier devint .vocal,pois com-
mena ni1 ter activement.
\Ja>: g' an le inulatio i rgnait,* j
ce moment, au Barreau : c'tait]
au cours des lointaines annes,
tmoins des dbuts de cette
hnl ante gnration qui comp j
tait en son sein un Hetion (..au- I
vin, un Edmond de Lespinasse
et tant d'autits encore.
Le jeune licenci ne tarda
point occuper une place re-
marquable parmi ses devan-j
ciers.Car son temprament com-
battit, servi par des dons natu-
rels, auxquels s'alliaient les se-
Dbarrassons la
rclame dentifrice de
toute fiction
*
Vous lie-voue
votre pile dentifrice
pour faire la besogne
,1e votre denuW>,
Les revendication
que certains den
tiirices se permet
tent causent, aux
dires des plus hautes auto-
rits en la matire, bien du
mal. Des millions de gens
mettent leurs dents et leurs
gencives en danger tout sim
plement parce qu'ils croient
au pouvoir d'une pte denti
trice pour guiir ceci ou cela.
Deux ou trois visites chez
le dentiste et il est certain que
tout irait de nouveau bien.
Et pourtant, des mois et des
mois de traitement la pte
dentifrice a na peuvent rien
taire du tout.
Une pte dentifrice n'est pas
un mdicament. Elle est un
agent purement mcanique et
elle ne devrait s'employer que I
dans un seul but celui de
lettoyer les dents.
on mrite rside
n la faon dont
*lle accomplit cette
unique fonction.
Nous prtendons que le Col-
gate, mieux que tout entre
dentifrice nettoie les dents
tond, car il possde une pro-
prit unique ( une base tten-
sion superficielle a ). Cest
pourquoi il pntre dans les
plus minuscules tissures qni
d'ordinaire bloquent le
chemin aux dentifrices pais
et lourds.
Dans ces minuscules fissures,
invisibles, l'il nu,les parti-
cules d'aliments se logent.Si
on permet qu'elles y reetent,
la c&rie s'ensuit. Le Colgate
les noie dans vn bain mous*
seux hyginique ; et de cette
faon il offre fa pleine protec-
tion d'une dtersion complte
et fond.
mo-
l.i bonne, Portugal, 3 lvrier
- Un mess igf i id <>t 'n capitaine Friedrich Christian-
sen,commandant de l'hydravion
allemand 1)()-X, dit que celui
i ivait t endommag dans la
duclion^. d'un style oratoire tou-
jours correct, avait tini par lui
adirer la laveur de nos homm< s
o ti| les dirigeants qui le fi-
idOi uommei Sub-Hlut. puis
Commissaire du Gouvernement
prs Le Tnbunal Civil de Sjint-
Marc.
A ces diilrents postes. Me
ci avait t endommag dans la Edmonu Ujllly eut rccesiM de
b de (, .Qdo.tl. i Canaries, au l{i{XrQir ,oule fa me8Ure He son
| talent. Aussi, lorsque quelques
annes plus lard, il s'inscrivit
comme avocat au Bureau de
celte fire et intressante cit, le
m r ranft qu'il parvint y occuper
rC* llOtre T: i***t tel, ses contres durent
I lever spentaumeut la di-
gnit du Dtonnt.C'est de l qu'il
devint Dput du Peuple
I
lamw^i
agi.v.>v
Toi i tes les Polir
DE LA
notre 4'
Paqe
ETRANGER
Nouvelles
Diverses
----SO----
Par sons 1/
13 fvrier 19*1.
Paris La vnrable cath-
drale Notre Dame de Paris a
terme ses anciennes portes
New York Charlie he-
plin a dit aujourd'hui qui!
refus uue offre de &&*}
dollars pour une srie de /
minutes de conversation i
travers le radio. Parcequ il
s est attach au silence dans
les films, il a dit que pas pour
un million de dollars, il ne
lancerait sa voix travers
espace-
Maisons lousr
Excellente maison trscon-
"" wzl V- I Excellente maison irescun-
pour la premire fois depuis E lectricit, etc.
des s.c.es afin de permettre du ^harap de Mers,
la crmonie de la recens- Saircsser poFur le. renesi-
'.e-u-^
( s
n
A la tribune du Pal.us Lgis-
latif, le parlementaire se mon'ra
aussi aident, aussi imptueux
que l'avocat l'avril t dans l'a*
lne iudiciaiie. Aussi, son acti-
vit y trouva tout autant un
vaste champ d'action.
Me Edmond MaiI ly,aprs avoir
rempli sa carrire avec succs,
disparait parmi nous, laissant le
souvenir d'un homme qui a
beaucoup mn ' les siens, et ins
pire de protondes sympathies i
ses confrres et amis.
C'est pourquoi notreCorpora
tion .revendique une part du
deuil qui frappe si cruellement
sa tamille ; et, j'adresse, en m'in
cliuant respectueusement devant
*"- ison cercuetl.au nom de l'Ordre
Foudre sans auqmentation de taux ^^^"dfiti'X:
lieu n'es les plus mues a ses
parents plors.
Fernand LEHOY
comprennent la Protection contre la
.ration, i la suite du suicide
d'une jolie mexicaine, Antoi
nette^Livas B'air, devant un
des plus petits autels latraux
de 1 Eglise. La femme, qui
son mari avait intent le di-
vorce s'est tir une balle.
Paris Trois cent mille
travailleurs sont sans emploi
en France et un million trois
cenf cinquante mille autres
travaillent de temps autre,
montrent les statistiques.
Washington Le Dparte-1
ment d'E'at a t avis que les ,
ngociations tendant un
accord naval entre la France
et ntalie.de telle sorte qu'elles
/iennent eu pleine association
dans le trait naval de Lon-
dres, progressent favorable ,
ment.
nements.au Matim ou an WO
2750, Tlphone.
DENTOL
OtrTTlfUlCl
AltnSOTQst
AU-PTt;
POUDWI
Journal LB MATIN
Port-au-Prince
Eug.LeBossQCo
Agents Gnraux
Assurez-vous contre accident
la ueueral Accident Fire A
Lile Asusrance Corporation Li
mited . Vve F. Brmingbaaa
ygei Gnral pour Hwn,
DEMAIN SOIR
Grand drame pathtiqne La mon d'une Espionne
La Chvre aux Pieds d'Or.
Avec Liliao ConstantiniJet 'U> nual d Joab.
Entre:0.50; Balcon: 1.00.
Le Rhum flarbaneourt
Dont la relomaie est laivarMlle a garde ai artmiere plasV
Demandes partout :
UN BARBANCOUIVT
Ut
+r
__^_-^
li.


Lfi MATiN Il Fvrier 1011

Mosaques Hatien ns
wjum
ii ..*-.
&jMa^&s^MifcWi^A&^&^
iil*ii T
En peu de temps ce jf
produit remarquable a g
conquis de haute lutte g
une renomme des plus {&
enviables.
Demandez toujours le
Rhum HENRI Gardre
f^VfWWinwait
Cabinet de
MfilRTHl r I)A.\TtN HAMEAU
AVOCAT
/ne/en ministre de de la Justice
Hue i>u Peuple (entre les
rues des Miracles et Pu\e)
SIROP ds
DESCHIENS
d ('Hmoglobine 9
Rqivjrf.ur du 8sng. prfcorlt par l'llU Baedloals. ____ __
uD.ri.ur 'i riand.orueer aux ;rruffneiijr. Admit *rit-
Diri C "
ALUMLNUM UNE
DBPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR TOIS LES PORTS DE LA REPUBLIQUE D'IJAIT).
Le steamer Marstenen est a tendu ici le 20 l vrier cit.
avec 231 tonnes de marchandes. Il prendra |du irt pour le
Cap Haitien, les ports de la Rpublique (.Dominicains el la
Nouvelle Orlans.
Port au;Pnnce, le 13 Fvrier 1931.
A. DE MAI!EIS ACo.
Agents (inraar
ESTOMAC
Foie Intestin
ENFONCEZ-VOUS IIEI CECI DAIS LA TTE
Pour digrer facilement n'importe quel
liment, pour viter U lourdeur, 1 op-
Sreision aprs les repas, neutraliser l'aci-
it stomacale, supprimer les migraines
dues aux mauvaise digeslious. dsin-
fecter l'intestin, il suffit de preudro f"es
POUDRE DE COCK ^
Laboratoire des FOUDREB DE OOOK. JKUMONT (Fraec>.
'.V VESTE UASS TOl'TES PUARMALlhS
Gastrites
Entrites
Aigreurs
Brlures
Vomissements
Indigestions
a fort- FAITES RARGEWTER
VOS COUVERTS
liS f Chez
H. BALLONI'Fils
Port-au-Prince.

PRIX
Couverts argents 120 ers la donc de 'paires S or 10.00
i e 9* s/s c H f.fjj
84 grs e C MO
72grs c 7.0*
c
c
Cosrerte dessert a mentes
a 11 tr la Houe, de paires
Lsuehss argentes 18grt. le pice
l 12 g'* pice
3.sV>
Petites cuillers srgentes S 18 grs. la doua, or
*J grs
... s
Manche* de eouteaux argents 24 grs *
, 18 grs i c
t r c 12 grs la Jousaine er
Toute l'orfvrerie argente avec poinon de MaItju et
pwneoa. de otjaege 0"AtrfSf.
3.M
3,00
2,40
4.00
3.50
3.00
Chaiiier-lVlalebianclie & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
Tlphone : 2680

Allemagne, rveille-toi!
lafl i

SUITE DE LA 1re .PAGE
Vudu haut, le dni doit
lormer des parallles idales
qu'voquait Kuelide en man-
geant des oignons crus sur la
jete d'Alexandrie.
Le cortge est prcel et
suivi de camionnettes char-
ges de Schupos arms ||us-
qu'aux dents qui ont une mis-
sion tSStl dlicate. Eu effet,
ils ont reu ordre de laisser
choir sans piti leurs ma ni-
ques sur les ties des Nazi!
(partisans de Hitler; s'ils
leur prenaient envie d'utia-
quer un cortge communiste
ou de dvaster un magasin
Isralite; ils doiveDtpsr con-
tre,caresser le leurs gourdins
les crnes les communistes
si ne is* ci chercheraient ini-
j se uux Nazis et enfin ils se
verraient il me l'obligation de
distribuer loyalement coups
et horions entre les deux par-
tis si ceux ci eu viendraient
aux mains. Charmant dilem-
me I
Je ue veux pas conclure que
l'Allemagne d'aujourd'hui an t
tout a a i pas de pi rade,
depuis les beuveries d'tu-
diants jusqu'au Grand Soir
M lis n'est il pas vrai que ces
iaaSSSHBBBaeSMBB(3eflSSBBBaaBBB>SSBBBMBSJBBBaMS
manitestants m sicaux ont
de quoi rendre pensifs maint
chei d'tal qui pse le pour
et le contre d'un dsarme
eut ? Les mouvements poli
tiques revtent en Fance, en
Belgique en Angleterre,
surtout lorsqu'ils gagnent Is
rue, des as >e 'is moi s mili
; tiret el m lins ordonns. Les
allemands, il faut croire, res.
sentent les choses d'une ma-
niera dillivnie. puis lue.lors-
que rien ne les y oblige et
ds qu'ils vit un moment le
loisir, ils s'en vont, av c un
voluptueux ensemble, battre
v coups de se uell< s t de ta-
lo >s le pav le lents villes
Toutelois.l'amour le la vieille
gymnastique ressemble d'une
manire inquitante la pr
parution militaire N imlire de
jeunes l-'r m i ta pour qui le
j ) 'de la classe est is cou*
tesle le p! s he m jour de
leur vie i raient sa as
ombrag is perplexit
voir si pr \, dans ui
Allemagne .| li met tous es
s >ins se m Ire pacitique,
t int de rail ta res amateurs,
de p il ici 11 c oi\ de 1er et
de nrom ma les au son du
tambour.

Qu slques coliers attards
ob ervenl b mehe-be le d-
lil, des fentres quelques
Gretchen aux yeux bleus.biea
en chair, panes de myosotis
dans les mottes le saindoux,
lancent ces Tentons blonds
des il i les i ragoareucSeV*.,
Pierre FRANCE
SOI H
UJTOS
i
t,


".'y *' aiWfi..', . ..,.,.
i
f i < ;
i!'
!"'
SS'-L-a
. ic.-.,T4. asr.
..... ,. .-,".-


*:.;.

M
I
. ...

''-JataeWeSa
Des glace garanti* disponibles aux fentres de tous les modles
IGHT
IXNIGHT
KI\EbK'S GAHAGE

Distributeur i
hVE PAVEE PORT-AU-PRINCE( HATI )
PHONE : 2234 & 2318.
LES BELLES AUTOS DE LA W1LLYS-OVERLAND
lW..... .*M
'*
t" wwfc'.a
m ^%


+>
Mercredi
18 Fvrier 1931
Le Malin
QMMNM
4 PAGES
'-!
Vm* ANNJK N- TM5
fort-ao-Fnnce
Tistaene : 3041

am
GLO
donsie
c
'
ir.-x.s$
-J
la f .;ce
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
La Cm* J* CL0B0L
ugmenlr .a (on r i.rr/euse
4 rend in nnl< rajminia
toute leur nergie, l-ur
Mu(>le*t< cl leur viueur.
m aMi'J 'H
Ir M
R IKIU
-Jfc.
3K
Hi1, .m Ul ;'
Si r ii \ re tenter !
I ; d .1 '
parfait ri..:. U'i .a
ar. in la ira,i>ftl'an lan
I 'ii ri Ml BVM > w.n-
t. il;-.f,ii-.>n, RMigr4 ajtt'll
tailla loujouri mur rMMM
tilt, -. moini dam Ici et.
ur>;tut. roui n. aroyuo,
3u la .....'rapla Bu lus
onuer. ri uni leule M rat.
FOIE, REINS, VESSIEl
OTiTITI- PHOTATIT
URINES THOUBIB
ARTHRITE RMOMATISM1
Gurlton par la
KITINE
,
.titettlqi eultttal qui cala- la t-leur.
olarlllt lat urint al dUiout l'aclda urleua.
TOUTES PHARMACIES
Ubaraleirt VIDAL, 4, ra* t Grtaal*. PAMS I
il pal
P iv.
lti
le rsultait raaaaiq___
juVin prul obttnlr d'eue u-
re f longt de Olobtee En
Il il'un orrinlamc t re-
tncoirr. rrwnfler, refal-
r*. c'etl toujoure ce ilvr-
ulcr tjue i.oui donneront la
?ti(Citttc-
i>' H Oatam
/ . mI4 fi fumets,
Lmartal Je la Facult d*
ttin ae tceti.
SlaAHtitmeata *t r.rnr 'o PcU
r Manu ii' ..n rti Parla,
2. rua Va n Pana,
ItHtll i Ll'Jf M i-i.
._ ,
.-.^J.
*&U.^-4
naar -.''aiwwiui ."wrnjaacj
Ti*U
SEPT MOIS EN HATI
.'ah Ai.it.-a DAV1NS
-O-------
C'eat ioui ce lilrequa Mada n
Alicia Davittl doal UCO. | '
blioas le porlrtil :'< notre p ig
de coavti laie, lera pai dire ui
livie sui notre pays.
L'auteui qui, au cours d.
ne dernire visit l ubfl e
Rpubliq i D >">>" ma '
l'objet, di'is ces deux Roub
ques, de l'accueil le plus dl
reut. .... ,
Lh aocit AMANTES de la
UT2a Santiago de loi Caballe-
ros lui a ouvert aea porte al le
Dl iRIO du 16 Avril a conaa sr
sa contreoce sur C Mon
veinent Dominicain dana te
Lu'tes Politique*, une page d ma
laquelle le l're Manuel le J-
sus Gonzalez a lait l'loge de Ij
conlrencire.directnce d'cole,
Secrtaire de l'Association Mon-
diale pour la dlense de la teiii-
me, auteur d'un charmant livre
ur l'Ile Miuorque et d'autre,
ouvrages dont un draine... la
Croix du Chemin.!
Nous avons lu Sdinorque, l'Ile
Manche-bleue, c'est charmant :
la lemme de cur et d'eaprii
qu'est Madame Alicia 1) vin; n.
.ouvait mieux payer I boapila-
it accor le par la petite i e >
elle et son mari DJuho Carbo
Casanovas qui cea imp e
de Voyage ont alleclueuse a ml
ddies
A Santo-Oomingo, Mme Lit ta
Davina a eu crire une i :
ouverte dana lequel! ea lii
cfaime l'Espagne plus que moi-
mme > et mon tne fmi n '
repose ternellemeal sui
prit d'humaine rconcili lion
dans la conviclion que nona iu-
ires femmes, noua d- vona
lenir de toutes nos loi cea 1
du monde ; c'est dire ai lois
son patriotisme et ide quN II
se lait du patriotisme des BU ea
Dans une aimable cOMrii avec
la diatinguecatalane,Juan li.ia-
Hati L* m irche, pote dh
ehroniqueur lgant du USTIN
DIAR1, lu dpeint, en ces ler-1
inseile.sea inspirations, son la-
ir, i -' peut arriver goaver-
le n onde d'une faon indi
ecla en exerant sou influence
n les ho nmea.
Telle ast, dans les g>andes
gn la physionomie de celle ..
i n, discilment, a pass sept ] laquelle
nois en
P
ropos
cachets
Problme
Sachant que In misn l>at
son plein du.s le pays, ex pli
qurz pourquoi :
lo Y aVIil lanl de monde
nssis'er aux le es ?
'io-Ya i-d.jlii d.. voilures
de luxe en circulation ?
3o Les hommes surtout
s'habillent ils mieux?
REPONSE
lo Parce qu'il uy a que
a taire.
2 parce que 1rs voitures
sont oe plus en plus attra-
yaides.
3o Parce que h> Maison
Vincent CAUDINO
2k, rue Bonne Foi,
1 s'tltspcialise enatlicle pou
! hommes tels que Casimira
: toutes ninunes et tout piix,
chapeaux lins, cravates et ., """."" ',
chemises de toute beaut.que. fl a demand lgalit dans
__ i....... i. i____.:j.Li. les rmmpnli naiir I alleilia
ETRANGER
Nouvelles
Diverses
*OJ
La sel i tique r\t< i-irarr
Ce rAlleaiajBe
I arsans fil
Berlin, 11 levuer. Seule-
ment un pariemen' rdtu'tul
appel entendre le Dr Ju-
lius Cunius dnn^son discours
loDg'rmps attendu sur la po
li'iqne extrieure de l'Alle-
magne. La deisiou du
Ken. lis';ig de retormer les r-
g'emenls de la Chambre et de
rduire l'obstruction a rsult
dans la retraite des nationaux
socialistes et des socialistes
allemands associs les uns et
les autres avec 1rs soi-disant
hitlrites ou fascistes.
Des orateurs de l'aile gau-
che ont dit que leur retraite
a t une protestation contre
la violation des droits de la
minorit.
Le ministre Curtius,dans son
discours, a ofTeitde cooprer
avec la France oans la solu-
tion d'autant de problmes
que possible
1 espoir d'un
les relations des deux pays
doit tre sesjlement la trait
garantie de la paix, e amo
tant que nous ne pouvons,
permettre que Vna ion dj
engagement de ce trait aott
renvoye plus longtemps.
______
U leeeisertliet
e Nttre iuM te
Par tins ^1
o
Nous avons vcu trois jours le iou
rire, oubliant nos ennuis,la misre...
l'hallianisation des services... et m-
me Colvin... l'attachant Colvin. C'-
tait comme une fte rie couleurs pour
,,. laquelle nosecrara s'taient mis eu
Hati et qui publiera I yacancas...et noa yeux en vadrouille.
Remarqu le char de l'Etat :------K:
gicc son Stock formidable,
elle peut vendre des prix d-
liant relh meut loute concur-
lence. Reodes-vona l'viden-
ce en visitani la m oson Vin-
rent Gaudioo,225aRue Bonne
Foi.
les armements pour l'alterna
gne.daus un arrangement qui
Paris- Pour la premii
fois depuis des sicles la u
tbdrtle de Notre-Dame *
Pris ferm aee porte* _
, ,,. la reconacrationlt snite
et a exprim suicide devant l un des pet:
progrs dans autels de lEg|itt. &****
temme mexicaine Antoinetl
LivaaBlair. Elle s'est tir un
balle psrce que ton mtn li
assitne en divorce. '
assign!
|UsliCe et la bienveillance que
lui auront inspires lacouiloisie
i la sincrit de noire peuple,
les charmes de notre originale
organisation sociale et politi-
que, ainsi que les beauts iu
comparables de nos aspecls na-
turels.
Carnaval, toutes plus jolies les unes
que les autres... distribuant aux fou-
les ferventes l'aumne de leurs sou-
rires...
Remarqu un masque isol, en cos-
tume kaki et casque d'oitlcier de Ma-
rine Corps. Il avait la poitrine cons-
"GLNDOPHILE"
co-
w ^*v*a- n .*.< ta ["Mu ii*i i 'ii .
telle le dcorations... et jus(|u'au
i fond de sa culotte.La aatire tait cui-
L association mondiale dont saute.
Vladame 1) vins i- -.( la secriaii e I Remarqu un masque qui lclia le
B pour bulde donner un loge COrtas... s'amena au barde Cairaud
et rclama coup sur coup cinq RHUM
SARTHE CAC1IKT D'OR qu'il but
successivement la sant des Reines.
ment a mule lemii'e qui n'a pas
le domicile, lui chercher du
travail, la dtendre contre les
iliaques auxquelles est expose
celle qui n a personne pour Ih
prolger, par manque de res
ourcea,da culture, ou des deux
a i i (ois, sans que pour cela elle
.m exempta des problmes < d
limenleui toute femme, al suiio.it celit
qui est jeune et belle.
no i des esprits gnrt ai !
(Du Petit Citoyen .
Hallo^ louer
En entier ou en partie, la
grande halleasise Rue du Ma-
gasin de l'Etal, cl de Mr
Mlred Cooke.
Loyer trs raisonnable.
S'adresser, partir du 1er
iicat jeune i.i ui'iie.t --------------------..... '
Uu mra de plus a la considra |vrier, a Mr Henry STARK,
i........ _ I D... ,4.. I\....i .... I_____ M~ t..
DEREIX
Saucisson rie l,yon et t n-
yre de France, Hutres fra-
ches, fruits.vian le frigorifie,
lgumes, beurre, Iromaga,
ceiiis, Conservt, etc.
-^.w.^a'1 m m !'. ai.......,t>.
Bevie le la CatatiM Fraacai
de (ooiiurrcs
Hue du Quai, en lace de
Gare. Tlphona No 2091
I
a
Mr Nestor FELIU
llU.WiMt iAlLLEtR
Salue So letei su nombreuatclien-
lale. H se met sui lt>ul la dis-
poaition de celle dernire,
pour laquelle il apporle^toas
les procdes de la eoua>* ano-
.i>iiie qu'il a pratiqus m
mut les ciuq auuees qu'il at.
passes tantt chex lui et taui i
tt la Havane ; ce qui lu. f
La Metlicacion por las Glndulai
El "GLANDOPHILE"
at lui eitracto de glAndula, Iraaeaa a>
animait, aalaeolonadoa entra iaa
apeclri mfea vlgoroaaa en el moinaata
an que l tecrecln glandular de aataa
anlinalaa m halla en iu qulnta a"
la | ta acoDteJa iu nnplao ta lot
lilgiilentei :
Lot trattornoi ntrvlotot
lAaomnioi,
la depresln fialea J moral,
al deicaeclmlsnto tnaaraJ,
I detarrollo dlfioll,
u al raqultlamo,
Iaa ratultaa de flabret
la vejet pramatura,
Ba el producto da elaecld aa
loiins lot casot de lui i i.ienoia
m- i,.i tanto en el bombr*
aomo en la inujer.
El "GLANDOPHILE"
por tu acrion rapide y duradara labre
el fonjunlo de todns lat funclontt cont-
Utuye el raparador mka andrgla
cuva accln no solamente se traduct por
uaa ten>acl6n de blenentar tlno tambiin
or uu raluvanaclmlanlo lalal dl
orgnonma.
Pidan por eomlgulante :
al OLANDOPHILE" H pan hamkra
ai "GLANDOPHILE" M para atujtras
El "GLANDOPHILE"
no eontlane nlnon produole tonla
Uuede ter tomodo por TOOO M.
MDO i nlot. adultoa y aaeuwa de
ambot texot. ^
Follato (raUt y vtnta a
. Domingo: COItCOU y ALFAU, Aeartaea n
y an toda, la, buenai r'uriiiuelat.
mieoi diitribuidoru A. THOMAS '
16, Rua Martel, PARIS
NII!lllllllllli;illlllllllllll!lltlllllllllllllltll1IIIHIIMI
Lykes Brothers S S Jnc
Texas Hati Banto-lfomingo Porttwr.a^
1 e seul service hebdonia7aire et rgulier **Vn [
fret'entre le. por.s du Gol.e du Texas directement sve
Xur'I^plon'Vapide et .e maniement habile^
mportations. servez vous toujours des navires de la Lit
LlNELes prochaines arrive, Port-nu-Prince sont:
S/S a Ruth Ukes le 13 lvrier 1M. .
S/S Genevive Lykes 20 a
S S TiU.e L>kes 27 fvrier
S/SVelma Lykes 6 Mars, MW. . 1K
Bureau : Rue du Magasin dt l'-al. Boite PoaUle B 4b.
COMPAGNIE
d'clairaae lectriaue
Srie de vente N 2
Rjriqraieur G. E.
La compafjme ^ftra ses clients une occasion iutepi
, pour possder on R Ingra'eu r Electrique. iA-.j-a-.ii
Condilions exceptionnelles durant le mois de levntc se.
a ) f'remier paiement Or 25tO
b ) Solde payable rn li versements men.neia,
c J Ins'a1afttni eomp'te GRATUITE,
d ) L ajamnib Otcielte de la "General ..lectriC
Ne perdez paa cette chance unique .
Ocidea voua immdiatement et ^enez voir ce. joli
its la .,
Compagnie d'Eclairage Electrique^
o le meilleur accueil vous esl rserv.
DIAIUO, h dpeint, en ces ter- ------------ toia iu navane ; ce qui iu.
mes, le geste distingu, rv-1 Nous avons reu lo fascicule u permis de rtablir coaapla-
later d'une ducation ratflelde Janviei de cette anne de la tment aa saut.
at d'un temprament ari.tocra- tra intressante Revue om-1 Rue Ferou ou des Himtlea
liauea.Treieune.eUecommena men iahi de la Chambra deCom-1 No dlb, l'ancienne tcole
ueroe PranaiM d Helti. Comme j R w E { d D {)
ou|ours les matires qui syi v -" j ,
rouveut sont du plu. haut in-r
rt et nous en conseillons vi- j
reoaenl la lecture. On se rendra
crire pour le thtre. EU l
Barcelone, elle y prit sou litre
de protesseur. Elle est ne, dit-
elle, pour former des conscien
ces et modeler des mes, la
plus noble lche laquelle un. i
lemme puisse se consacrer. Li I
thtre l'attire. Elle a crit FEI
RT .ENDRE, LA I ROIX DU
CHEMIN.CONTRASIESe CON
CEl'l". Comme |o nalisl ell
appa.lie.dau UlMtlODK BK-
CELONA at collabora aux quo-
tidiens.
Ce lub Nosotraaa 'entendit
disserter sur DEVOLUTION SO-
CIALE DE LA FEMME A CUB .
T EN ESPAGNE. Elle lut pr-
sente par Melle Ab.gnl Mep-
le b a-, le cur et la cerveau
du mouvement de culture lmi
nina Slo-Domingo,Mme Ahcta
Davins n'es! ni rvolutionnaire
dans le sens pjoratif, ni BUtlr i
S laie el dans sa Co iterer.ee L.
[avbne sur les ETaTS fAS-
MONNES DE L HOMME.
ije dit la femme que par aea
trouvent sont du plus haut in-
l<
vt
compte le la Valeur le ce nu-
mro au sommaire que nous pu-
blionsci-apra : Sitnaiion Finan-
cire d'Hati. Commen e Es
ri ur.Uroila l'exportatioud liai
li Rapport, douanire avec tes i
l'.u-l' i E \ marge de la i'o-l
jue. VfgrJean-MarieOuilloux 1
UXime Ar<:hevq ic tle Port
au-Prince. Les colonies Irao-
aiaes ,et..la crise des cnalires
. lnduatrie lectrique
en li. n< e. Le Tourisme en Al
In lu.. Franaise de
l'automobile. Participation In-
digne l'administration tluTo
go. hiloit Creafirai. pour l'am-
horalion de l'hydrographie en
Ivnchiue.Eftorlfraiicaispour
l'a olioratios de l'hygine au
M iroe. D. mut un peu.
_.Nou> remeicious du tisgra-
ciajux envoi.
aiii0ii i i
/ljj nm^oppfiess/OMsl
Soulagement Immdiat .1 gurlton pu kl I
Globules Rbaud I
Retultata merrei;ieux.aurprenantaniime I
Toultt Pharmac et Ptmante Hotte* I
K. DALIOHOUX, 17. Rue Viotor Hugo M
lloli-colombaa ikttaa) V
Viennent
; d'arriver
Un Fort Stock de ,Pneus
et Chambre, Air.
DUNLOP anglais, toutes
dimensions,
Pour voitures et Camione.
Chez
John ri. WOOLLEY.
Wandjue,
Une des: plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
aStw "-'**
sur la VIE
taob m .
EUG Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
.^a^^JHKBSanValLq^


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs