Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03836
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 13, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03836

Full Text
-
Clment Magloire
1868, RUE AMERICAIN*.
TELEPHONE K" 2242
LiHltUffl le U ittiv i;niU ni
dcisif au\ tiiiiuaiiii El IroilMtl
que noib l'afMb u, cMfrir iaus toi iftu.
Becnes CLWHGI '
24me ANNEE N* 7213
PORT-AI-PRINCE^HAITI i
VENDREDI 13 FVRIER 1931
Considrations
sur le Vaudou
-o------
no;
Les h y stres grecs, les Atys-
tres gyptiens, avec, tou*
deux, leurs rituels et leur
degrs d'initiation; lesymbo
lisme sanscrit dont le strpen
tait l'objet et le culte opbi
dien qui en sortit; les char-
mes et mentrams dont les ini-
tis savaient aider leur vo-
lont; les transes dont s'ac-
compagnaient certaines cr-
monies gyptiennes et qui
taient telles que le corps du
sujet pouvait tre gard trois
jours dans les en veaux,sous le
temple ou la pyramide pour
tre ressuscit le quatrime ;
les danses, testins et libations
qui taisaient partie du culte
dgnr vou Baccbus ;
tous ces souvenirs ne sont-ils
pas suffisants pour convaincre
que le Vaudou, dans lequel
toutes ces antiquits sont fi-
gures, et les pratiques de
magie qu'il implique,ne sont
pes des phnomnes qui nous
sont spciaux pas plus qu'
l'Afrique, et qu'ils constituent
des manifestations religieuses
et psychiques d'ordre univer-
sel qui ont t releves, dans
le cours de l'histoire, dans des
pays et des socits diffrents.
selon l'tat de leur civilisa-
tion?
Le Dr Prie Mars est dans <
la vrit lorsque, sous le j
grossier xotrisme de notre i
Vaudou.il veut distinguer une
thologie et une cosmogonie
anciennes et leves dont le
\ oudou est ajourd nui une d
gnrescence irrmdiable,
comme les orgies bachiques
de l'poque de la dcadence
romaine turent des vestiges
dgnrs des anciens et v-
ritables Mystres. Ce disact,
nous restituons au Vaudou
son caractre peu fiait.ur,
mais vrai, et surtout univer-
sel. Si c'est dans les milieux
africains qu'on peut le mieux,
actuellement, le surprendre et
l'tudier parce qu'ils consti-
tuent aujourd'hui, tout
comme plusieurs de nos r-
gions rurales, les princi-
paux thtres de sa survi-
vance, c'est un pen partout
dans le monde ancien qu'il
faut, au point de vue religion,
chercher ses origines, et un
peu partout dans le monde mo-
derne au point de vue psy-
chisme, le \audou; car, ce
dernier point de vue, le
Vaudou, en tant que ph-
nomnes de magie ou sous
dauties appellations, est
Do fait universel, et non ex-
clusivement hatien ni afri-
cain.
Aussi bien, lorsque rmi-
nent Docteur J. C. Dorsainvil
le dfinit comme suit: psycho-nvrose religieuse, ra-
ciale, caractrise pur un de
doublement du moi avec al-
trations fonctionnelles de la
sensibilit, de la motilit et
irdominance des phnome-
es pithiatiques, nous som
les admis penser que (es
eux qualifications religieu-
et raciale que nous
_ ulignons, sont chez lui le
rsultat d ides prconues ;
car l'tat qu'il dfinit ainsi se
produit chez des sujets de
n'importe quelle religion et de
n'importe quelle race, pourvu
qu'ils se trouvent dans les
conditions favorablee sa
production.
En effet, le phnomne dn
dedoublement.de la t transe,
accompagn de manifesta
tions a Bec tant la physiologie
du sujet, est un tait aujour
d nui class par lu science et
qui, non seulement peut tre
produit exprimentalement,
mais encore a donn lieu, par
la constance mme des condi-
dans des milieux savants,
des recherches et des rsultats
qui, aujourd'hui coordonns,
forment la matire d'une
science nouvelle ayant pour
rbjet l'homme dans sa p>r'ie
mmatrielle. dans l'ensemble
de ses corps" dont le corps
physique ne reprsente que
la panie la plus dense 1t la
plu grossire.
La science contemporaine a
mis I tude I homme dans
toute sa complexit, et, dans
ce domaine comme en tous
autres, ce qu'elle n'arrive pas
expliquer de faon satisfai-
sante, ou propager suffi sa m
ment dans les esprits dont la
culture reprsente la moyen-
ne de l'humanit actuelle, re-
vt une apparence de Mystre
ou de magie.
L'occultisme, puisqu'il
faut l'appeler par son nom,
ses! dgag, dj depuis assez
longtemps, des tnhres de
l'ignorance pour entrer dans
le domaine de la science. Ce
serait de la part des intel-
lectuels huiliens, une erreur
ftrotonde de croire l'une ou
'autre d: ces deux choses,
savoir que les tud s d'occul-
tisme ne trouvent pas ail-
leurs, comme elles peuvent la
trouver en Hati, la matire
ncessaire pour s'exercer et se
dvelopper ; ou que, dans
leur dveloppement, elles
ignorent le cas hatien.
Nous avons bien peur que
cette dernire erreur ne soit
trop gnralement accrdite
en Hati : nous avons ten
dance considrer le Vaudou,
au point de vue sorcellerie et
magie, comme un monopole
et croire que l'tranger qui
uous visite avec l'iutention de
se tendre compte de pies de
ses pratiques et de ses mani-
festa tious, ne conuait eucore
rien dans le domaine de ces
faits. A ct de beaucoup de
visiteurs superficiels qui veu
lent taire connaissance avec
notre Vaudou titre d^ cu-
riosit ou d tudes de moeurs,
il y a, en plus grand nombre
que nous ne pouvons le pen-
ser.des hommes de science et
des observateurs srieux qui,
leurs connaissances psychi-
ques tant dj pousses trs
avant, se proposent d tudier
le cas hatien, l'occultisme
hatien, pour leur pro-
fit ainsi que pour le profit de
l'humanit, de la ime fa-
on que le mdeciu, ie bota-
niste, le gologue, peuvent
tre sollicites de venir tudier
Us varits tropicales de n< s
fivres, de notre llore et de
notre sous-sol.
Ce qui se passe dans les
hounforl de nos mornes, le
tond de sentiment* religieux
qui uiiitue nos populations
tuterieures, les bacchanales,
doul peuvent s'accompagner
les pratiques du Vaudou, la
sorcellerie et la magie qui
sont presque les caractristi-
ques de nos groupements ru-
raux, tout cela, avec des
variantes dans les manifesta
tions et dans les appellations,
nous est commua avec l'hu-
manit d'autres cieux, soit
dans le prsent, soit dans le
pass historique. Tout grou-
pement humain est reli avec
d'autres groupements hu-
mains par des liens qui d-
tient les races et les latitudes.
La conclusion de ces consi-
lrations s'impose:le Vaudou
ne nous est pas particulier et
ne vieut pas d'Afrique, du
moins avec la certitude que
croit le Dr Pnce Mars; ji, au
point de vue pratique reli-
gieuse comme au point de
vue^spirituei, nos ruraux^er-
DES HORIZONS NOUVEAUX
DES horizons nouveaux s'ouvrent l'homme
qui a de l'argent. Avec $1,000 conomiss
et dposs en banque, vous pouvez envisager
''avenir avec confiance. Commencez ds main-
tenant pargner en suivant une des mthodes
ci-dessous:
11,000 en quatre an, proviennent de $940.16
en versement hebdomadaires de $4.52
$1,000 en trois ans, proviennent de $956.28 en
versement hebdomadaires de $6.13
$1,000 en deux ans, prviennent de $970.32 en
versement hebdomadaires de $9.33
JM0!
La Banque Royale
du Canada
L'Idal llliii'ii
ALIX ROY
29 annes de succs.
sent dans la grossiret su-
perstitieuse, c'est que, ce
double point de vue, ils sont
des dgnrs, sans que leurs
pratiques puissent taire per-
dre de vue ce que, dans le
firincipe, nous pouvons y re-
ever de scientifique et duni
versel.
C'est la lumire de ces
propositions aue nous alious
poursuivre notre tude sur le
Vaudou, n'ayant nullement 1
prtention de pouvoir l'a
vance dire nous-mmes, si
troublant et si complexe est
le sujet, si cette tude aura
eu pour rsultat de le con-
damner ou de le rhabiliter,
ce qui montre clans quelles
. conditions de bonne loi et
d'impartialit nous l'entrepre-
uons.
j ( suivre)
Que s'est-il pass
a Panama ?
m
( SUITE ET FIN )
tions de sa production, ett (i> Voir |g MgM eu 12 fvrier
Le parti neutre peine (or-
me, dbordait et taisait accla-
mer Mr Olaya Herrera, qui
tait lu, venant direclement
de Washington o il occupait,
comme Mr. Ricardo Altaro
pour Panama, le poste de Mi-
nistre plnipotentiaire de Co-
lombie.
Etait-ce une ciel habilement
pose, la Colombie possdant un
port important sur le Pacifique
et un autre sur la mer des Ca-
rabes et bordant la rpu-
blique de Panama son an-
cienne province,de trois cts.
En Colombie, les intrts p-
trolier* amricains sont consi-
drables et sont dernirement
donn lieu i toute une srie de
conflits.
Voil^que Panama, c'est un
Ministre de ce payss.qui comme
son voisin de Colombie, des-
cend de Washington pour ve
mr occuper le Pouvoir Q i*is
*ont les griels qui ont pu -o-
voquer Ta chute du Prsident
Arosemena, l'obligeant a d-
missionner pour taire place au
1er Vice-Prsident.
Je ne puis encore prciser.
Mais il existe un acte impor-
tant i accomplir pour l'harmo-
nisation des intrts en jeu.
.'est une modification du trait
du 18 novemb e 1903 et des
accords y afirents. particu-
lirement la ConAention Tait,
en insistance depuis l'anne
1926,
Ce nouveau trait, contient
une danse, l'article U, qui en-
visage : lo. qu'en vue de coo-
prer la dfense et la piu-
tection.du Canal, la Kpubhquf
de Panama se considrera en
Dr ESP. V1LLARO
- o
Veux, Nea Gorge, < irel les
Meures le Coosullatioui.'
Mutin: G h. 30 7 h 30
Soir: 2 h. 30 1 heures.
( Villa Micheline ) Champ
de Mai.s.
Angle Ave-nue Cspois et
Chemin Dueoste.
tat de guerre, en cas d'un con-
flit arm daus lequel les E'als-
Unis seront partie belligrante.
2o.Que durant les hostilits
ou tandis que il existe des me-
naces, ceux-ci auront le con-
trle et la directioa de toutes
les oprations militaires dans
tout le territoire de Panama, et
les autorits militaires de Pana-
ma devront prendre et mettre
en vigueur tous les ordres et
dciets ncessaires pour le
maintient de l'ordre public.
Ce projet de trai' nouveau
a t sign n Washington, le
28 juiile< 192 pat Monsieur
Ricardo Joaqnin Allaro, aujour-
d'hui lu Prsident de la R-
publique par la rvolution du
2 janvier alors Ministre de
Panama sous le Gouvernement
du prsident Chiari.
Prsent la sanction de
1 Assemble Nationale en 1927
il tut ajourn, au DUlitU d'u.li-
tres vive agitation.
Or, il y a quelques mois de
cela, une inlorma'ion parvenue
au Gouvernement du Prsident
Arosemem iv.ii? in tiqu le d-
sir de Wishin^ton de voir re-
prendre les formalits pour la
rgularis lion de ce nouvel ins-
trument d plonnatiqoa.
Ixisterait-il un lien entre le
inouvem nt entrepris par A s -
sieurs llarmodio Arias, an >sa
dpulde Panama; IrYtinciSCO le
Paredas ; et le Ur J. I. Vallei-
rmo, organisa te irs et expdi-
teurs de la Chute dd gouverne-
ment Arosemeni et les nces-
s>'s de la politique amricaine
satisl lire.
E>t-c.* -me deaxi ne ciel po-
se aux portes de l'Amrique
Oen n 11 du hti in le Oti I
h. s ?
E '-ce que des patriotes P-
li imenacar, je do's 'I te qi e
dans le manifeste r volution-
uaire tU >rei t des noms m '-
qu nt oui renverse le " -
vi i nemenl t ou<- mieux is u-
rc.r la dlen e selon eux, d
leurs droits et intrts, et ont
choisi, comme moyen de con-
ciliation t me preuve de la
loyaut de leurs in tel lion,
pour mieux soutenir cette d -
tense un ami incontestable des
Etais-L'ms? Ou encore e*Ki
que le gouvernement des Etats-
Unis lia savoir qu'I ne con-
sidre point le gouvernement
du Prsident Allaro comme
le produit d'une rvolution
mais bien comme le successi ur
constitutionnel du Prsident
Arosemena ? Nous .i fendons
les suites pour une conclusion
dfinitive.
D'ores tt df ces vnemi nt
de Colombie et de Panama, qui
concident avec l'aide amri-
caine publiquement exprime
en laveur du Prsident Macln -
do de Cuba, en butte une
tormidible opposition carac-
tre rvolutionnaire, indiqnen
une attitude de hi pari des
Etats-Unis qu'il est ncesssire
d observer ici, car cette attitude ]
pourrait bien, comme j-' le sup-
pose reprsenter le v itable
esprit qui guide actuellement,
comme autrefois, la poli q i-
des Fta's-Unis dans un rgion
o nous sommes partie inle- .
resse.
Camille J LEON
N.B. J'avais dj tems ces
notes au MATIN qufl id j'o eu a
recevoir de Pana m i, par le ba
teau de mercredi, quelques in-
formations intiessnn es.
C'est ainsi que, selon i < com-
munications, le mouvement r
volutionnaire aurait avortle
peuple restant sceptique et Iroid
cause de la prsence des lor-
ces amricaines, gardant leur
Lgation sans un communiqu
que fil paratre le Ministre Am-
ricain, M. Roy TaWCO Davis,
dclarant la n< ulraht des auto-
rits militaires de la zone Il
ordera maintaini troops wI! col
a et
Cependant le Prsident Ao-
semena renvers |;ir I"1- armes
du Pouvoir, tait oblig de s-
rfugier l'Htel Tnvoli dans
la zone du Canal,lai lia que I
cien prsident Rodollo I
accuse dlie le > onseillei poli-
tique du gouvernement Arose-
mena, tait an t, ainsi qu'un
grand nombre de personn-
de son part.
Il semble donc que le gouver-
nement des Etats-Unis n'esl
point mal dispos envers ce
nonvi I tat de choses.
J spote i ai, pro< hainement,U s
difficults qui ont surgi entre
les Gouvernements de Panama
et de Washington propos de
la mise en vigueur, parce der-
nier, des clanxes commerciales
du trait du 18 Novembre 1903
et qui sont l'origine de la con-
clusion du nouveau trai ac-
tuellement plac au premier plan
des p oc< upations Panamen-
ne-. 1 non tranger,peut-tre,
aux coi fllts P ri n.s.
Je ui0i connatre galement
les principaux articles du nou
veau trait, en les mettant eu
comparaison avec ceux de l'Ins-
trument qu'il est app( l su-
broger.
C. J. L.
... P* rencontr hier,et a plu-
sieurs i prises. D'abord deux
cals du hnrd-de-Mer et ensuite
deux au les du Champ-de-
M.iis. Il n'en tait plus comp-
es cocktails. Et chaque fois
qui! eu prenait un, il n'avait de
cesse que tout le monde boive
avec lui.
C'esl aujourd'hui a tte?
lui demand an de ses copains
qui l'avait suivi du Bord-de-
Mer au Champ-de-Mers.
U rpond!', grave:
Ceat mietu que cela, mon
vieux.
Et souriant, heureux, il ajou
ta :
C'esl aujourd'hui l'anniver-
aire de mon mariage. Je fte
c lie qui est l'dgrible compa-
gne el dont le sourire claire,
avec la mme amabilit, et les
bons el I s mauvais |ours, celle
qui... celle dont, celle que ...
Mais il sinie rompil pour dire:
Garon, la mme chose !..

.. I omiiie on offrait la premi-
ie tourne,depuis plus de 2 lires,
qu'on nt la lab e, el que celle
tourne tait olerte par celui
qui venait d arriver, la vu se
pencher aux oreilles du garon
et lui due, de layon a ne pas
ire entendu de ceuxqui taient
aulonr de la table :
I.i' mon bon, laites-moi un
cocktail bien tass. Vous savez
ce. que cela VBUl dire? Cela veut
due que |e ne sais pas quand
j'en prendre! un autre aujour-
d'hui et quil f.iut par cons-
quent me mettre beaucoup de
rhum, autant de sirop et fort
peu de glace... Compris,n'est-ce
pas
9
... u vu le garon sourire el ie-
venir avec un cocktail gigan-
tesque qui s'arrtait juste aux
deux tiers d'un grand verre.

, a vu un de nos amis qui,
giipp, se rendait immdiate-
nu nt dans un < aie voisin pour
se faire tabriquer un punch au
rhum Alix Hoy. Et il disait :
Celle mdication est hro-
que. Aprs deux punchs pareils,
surtout avec la Coule d0rdA-
lix Roy, aucune g'ippe ne r-
isle.

... a vu, hier 10 heures du
matin, dans un des petits ca-
boulots qui jalonnent les quar-
tiers du quai, quelques sam-
aveu qui jouaient aux ds. Cor-
net eu main, hapeaux de Ira
vers sur la tta, verres porte
de le n i s gestes ils taient tout A
leurs paH0S et, dans leurs re-
gards, passaient, de temps en
Il mps, des lueurs de crimes el
de convoitises.
que v ii. qre jour aug
nombre des chauffeurs
... voit
mente le
qui vont l'aire leur plein de ga-
zoline chez Flix G. Duplessy.
Cela se comprend aisment puis-
qu'ils trouven! fout prs de la
pompe une petite picerie trs
bien monte et o ils mangent
bon murch.
*
.. a vu, avec peine, le dses-
poir d'un pauvre petit propri-
taire. Mardi oir, vers les dix
heures, a a Bois Whitly, l'incen-
die, en moins d'un quart d'heu-
re avait dvou son unique pe-
tite chaumire. Les destins sont
cruels. Mais on n'arrive pas
compiendre leur acharnement
s'attaquer ainsi, beaucoup plus
souvent qu'il ne ie faudrait, aux
humbles, aux pauvres...
International
Athltlc Club
C'esl pour Lundi Mi Fvrier
qu'a i fix le prand bal tra- j
vesti de IlolernaUonal Athlc-
tic Club.
Nul doute que ce bal annuel
!
... voit que depuis quelques
i semaines h grippe lait rage. On
tousse, on se mouche, on est
fivreux, on ternue et de pro-
fondes courbatures vous cra
j sent les reins et les omoplates.
Mais, heureuseme.it, cela ne
duie pas,
temps.
si l'on s'y prend
Assurez-vous contre accident
la t General Accident rire A
Lde .lausrance Corporation La-
rev'e son caractre de graud p^j ,, \ Vt j.-. tfefua^
ap'raio et Iraicbe gaiel. /i...at a~Ae.supour *.


RAT* 2
LE MAJ1N-1I Eyr 10M
i.hriii',iir idtaiilkm
o
Les movens
d'viter
la Grippe
o
Pour i'-r la grippe, il
ncessaire
mode de
df connatre
contagion. Su
eal
son
liez
donc, si vous ne le snvez dj,
Sue le germe grippal pntre
ans l'organisme par le nez. La
meilleur:- lormale serait natu-
rellement d'viler les gens grip-
fis, maisfomme.nl ? Comment
uir le lousseur ou l'terneur
3ui projette dans l'air i mbitnl
es parcelles de salive chai et
de millions de microbes ? Eh
bien I prenons-an noire parti, n..
le lajooa pa*, contentons nom
deoousdlcn lre,< ar il est pos
sible il: se d len 11
Puisque le nez es! la princt-
pale porte d'en're, nettoyes-le
souvent en vous mouchant.
Ainsi vous expulses des mil- .
lions de baclries. 0 i r< om-
mande de glisser dans Ici i u
ns de l'huile ou de la vaseline
gomcuolts. Ces moyens lonl
aoQvent plus uuia bls qu'utiles.
Ln muqueuse du n /. es rn 1
elle!, admirablemenl organis* ;
pour la dfense de l'organi:
et, eu i' nduisi 11 don verni \
Pour MpBlo
o
Nolra i potrre Le Temps rap-
porte que le T-ibunal de paix
section Bat vient de condamner
M. W.E Hlo cent-vingt gt-ur-
des de donimages-:nlrts en la
veur d'un voisin qui a or'endu
que le chien de M.Ulo avait lue
un de ses cabris. Or, ajoute Le
Temps le chien de M. Ulo est
vieux, rhumalisani.inonVnsif, et
n'a jamais attaqu mme une
poule.
La chose nous parait assez
drle, car en supposant mme
le chien coupable d'avoir relle
ment tu un cabri, nous ne vo
yons pas comment les domina
pourraient s'lever a 136
gourdes.
C'esl pleinement que nous
nODI associons noire conlru-
pour rendre hommages au par-
lait gentilhomme,doub *ide phi
lantnropie qu'est M.Bleo. Inccn
'bl-menl, M. Ulo peu! tre
onsidr comme un Hatien
hoQOritre, car aucune misre
lailienne ne l'a jamais trouv
ndiftrent au cours des dix an-
i pins qu'il a passe!
vec nous... Kl quand bien m-
me M. Blo ne se recommanda
rail ni de ses bienlaits, ni de
-,t s entimeuti bienveillants l'a
Iresse des Hatiens ; au nom de
quels ptinclpes de justice OU
nme de simple
Le UiTeraement V la Riuiii,ue
si le tenleuaire 4e Drlenas
Le Gouveruemant n'est pas
test nidifirent aux inanits
talions orga nises par les
populatim s du Nord l'occa
itou de h clbration de l'an
niveraaire del naissance de
Joseph Pelorme. Bien qu'une
dpche lt adresse par le
Prsident au Comit,il a eu la
dlicate attention de dlguer
le Ministre de la Justice, Me
Adhinar Auguste, l'une des
personnalits les plus impor-
tantes du Nord, pour repr
f-euter son Gouvernementaux
ltes du centenaire de Delor
nie.
Voici les dpches de re
"'fi fie mants oui ont tadres
see au 'rsident de la Repu
Inique pur le Prlet.le Prsi-
dent de la Commission Com-
munale et le comit Delorm:
'ap-Hallien, le 11 lvrier 1931
Prsident d'taiti
Palais National.
Journe mouvante, fles
splcndides, ;,ji\sse. Soire,dis
cours, lectures, confrences,
cantate onl magnifi Delonne.
Hommages loquents et atten I
lions particulires voire Gou j
L'affaire
Buller
Par sans fil
Chicago, 11 lvrier. Le
major-gnral Smedley D.
Butler, libre maintenant de
i'imbroglio diplomatique la |
suite de ses commentaires sur '
Mussolim.a t invit com-
mencer une tsurne de con-
frences a Chicago.
Washington, 11 lv. Les
rumeurs que le Major-Gn-
ral Butler, du Marine Corps,
demanderait sa retraite l'an-
ne prochaine oui ' cou-
rantes aujourd'hui Was-
hington, mais n'ont pas pu
ire comrinees. Ha t rap-
porte que le commandant de
la base de Quauted demande-
rait un coug en octobre
prochain pour faire une tour-
ue de coulerences travers
i pays et que probablement
en janvier 1932, il demaude
rait sa reliaite.
Programme
des Ftes
du Carnaval.
\
***
Philippe Tbebv larrelu
i splalur sa Dparleant
les Travail public*
Nous apprenons avtc n'ai
rar, il se pourrait que I on ai j
niink- cette dfenie. Pourlan', j
cette qui alion esl perso i le ei .
c ci
gourdi s
il ippsi tient j
et d apprcier
cli ii cuu
utilit d
de vo .
I I huile
tous aimple
-on. ( quili h'1 ment le
ai i. paver 125
^.our un simple c/bri ?
M. Bio es: alh cd appel, et
( po me il y a encore des jii};( s
i li rlin, cous ne doutons po ni
doui notre part, que la dcision
ou de la vaseline gomnoleirgu ,m;|)ii c. ,t pjliX ,,e |a
"M les narine. ,, g,t M VJll to
Legeimede la gr ppe p. |
tre galement par la boch< ; .
celle-m st moins bien dfi i di
coud i l'iu\ i< u icrobiew
Aussi, la | rudence recomman
de se i met r si \x\ ni la boi ili ,
Vtout n icnips de giippr,
iiois lois l.u mou & pai r ur, ci
qui dm louera le danger dn
fection.
La c< nlagion grippale esl-elle
plus aiae pi i le tempe pli -
vieux 7 La pluie ist bieo(moins
dangereuse que le brouillard.
Celui-ci vhicule li s n u i bea
dans chaque gouti llette d i
dans 1 air. La j
jusl.ee on nous particulires a voue uuu| ^ pmiippe l'ho
honntet vernement pour sa participa- Marce|io qaU t design
tion I) i n significative.
Comit sensible votre
beau tlgramme.
Ilesnect,
Jh. B. NOL,
Prlet.
by Marcelin qui a ete dsigne
pal le Prsident de la tte pu
blique pour ti- Comptable
Payeur au Oepartem ut Us
Travaux Pubtice.M. Marcelin,
succde, cette en He, II .
Lonce Djoie.
Tout eu saluant avec la plus
grande sympathie le dpart
de M. Lo >ce Dcjoie qui laisse
turc dpche prsidentielle
Ce que serait
lu iu/\plviinn acclame, comme Ministre
1 poise vous exprimons grati
Guerre
Cap Hatien. 11 lv. 1831
Prsident d'Hati
fekil National. ; ga Dpi)rltnHnt desTravaux
! ndema.n jounei^O Ior publ|ct7e 50uvemr d'un lotte
tionnalre comptent et assi-
du, uous prsentons nos meil*
leuns l< licitaiious Si.
me'* remercions avec ifiuiion
Excellen c et gouvernement
pari prise ftes ouvenir, Lec-
poise vous exprimons
tude, loyalisme.
Comit "Delonne*'

*
en suspension
poussire est galement redon- j
elle.
table cir il n'isi gure d mo-
v n de se dtendre contn
Le relroidissement* bi
lavoi ise ['apparition de la g
rur Sans fil
ONDRES, 11 Fvrier. Vn
sment que la prochaine
la des'r uction des
guerre arait
uaqne jviesetproprii lsaur une chelle
rinue. I inimaginable a tf lanc par
Capllailien.il lvrier 1931
Prsident d'Hati
Palais National
vopulation enthousiasme
des paroles prononces par
Ministre Justice, dlgu gou
vernement dans au lirnee
Tho
by Marcelin, qui n'est pas
seulement un crivain de
valeur, mais aussi un expert
Comptable daovlographe di-
plm de 1 Ecole Pigier. C'est
dite qu'il justifiera la con
fiance que le Gouveinenieu,
a place en lui.
Une Revue
en perspective
On annonce U paruiiou
p'ochaine d'ene Revue oui
laborateurs limites et qui
i s personnes, par nu te
qui ont besoin de cou
erver la paii, de taire tout
qui t st en I ur pouvoir
i uue. l.oiMpu vous vous en [amener
dprim, \ rence d a Vmea qui
droit chaud
tans avoir soin de se lOUVril
l&nln, il convient de sigm lei
C(-mme cause e la gripp
..
U/ latiguC. sarnitne,
n loubit;/ de prcautions contre
la grippe ei m algie cela, vous
oit.irez un leirain extrmemeu
tavorable a telle ci. li est non,
buporlant, t: ce moment, de m
,a vous uns er aflaibl
pas vous an leire.
le Si;.
(I s
tenue l'anni
anspicea di la ligue desNationa.
ur pour ; ., ,, .. < r*t iao-i
a Cont I CaP H'"u'n. 11 lvrier 1931.
doit c'.i
prochaine sous U s
1^
ne
u
L'Italie et lo oona truc
tione navales
/' HOME, il V- rier. Lllal
su tient prts a axe a ter sur
base de tonne par tonne avec
France la construction de ci
eurset naviiei d gm : i <,'!-'
appris dans les ceiclea officiel
la lUl'e des rapports que l
France se | poaail d'i * eu
lt piogi..iuui" 'i oi atrucliot
tabli il y a aepi n*.
i)
ropos
cachets
gni
iii-
Lm Fle 4c taire dam* de l.utu rilait' lieiieral
La l'ele de Notre-Dame d<
Lourdes a t clbrs mercre-
di matin en la ch ipalla de I Ho
pital Gnral. La aaetae soleu
oelle a l dite,* celle occasion,
pjr le Rvrend Pre Nehot. De
beaux chants lltorliqnas I i < ni
excuts par les lves ^.rd
malades, sous h diredio di
bonnes s us de l'Hpital G
nral.
Le sermon de circonstance
fut tait par le Rvrend Pre
Huck, Cur de Ption-Ville. La
Rvrend Pre parla des Mi-
racles de Lourb s.
An cours de cel'e anne, on a
baptis 4W eu^u s en h cha-
pelle de rilpil.l Gnral.
o
Ls Gouvernement de Mr Vincent
.si iur lea denti, car les Reinea du
Carnaval s>"t en rvolta ouverte en
attendant n;uis douta d'tre armes.
li souffl par toute la ville on venl
de fronde con'je la Rpublique.
M Vincent.atleignani la limite des
concessions compatible* avec sa di-
nit, a (ail proposer aui Reinea...
partager avec loi lea ennuis
ei i s petite proflU Lei reinea ont promis une rponse
pour cet aprs-midi... maie dana lea
cerclea officiels, on craint que cette
rponse ne sott purement... un non
, possuraus ddaigneui et cinglant.
El tout eela parce que le Cercle
i Port-au-Princien, dans le program-
: ma les rceptions du Carnaval, a
. prvu du Champagne pour les Rei-
ns et du RHUM SAKIH1-: CACHET
j Doit pour leurs admirateure.
Lea Reinea exigent que ee soii le
I contraire, et que ton serve le Cham-
pagne aux admirateurs, en rservant
pour les soifs royales le RHUM
SM'TIIK CACHET D'OB.
l\i peu de galanterie, Messieurs du
Cercla Port-au-Frlncien... Vouaal-
lea crer u conflit inextricable !
P sident d'Hati
Palais Nidional
Ex e lcn pul dion par Minisire Justice
cet api es midi sur place
Champ de Mars pour rece
voir communication Votre
gou vernement pleinement
russie.
Puis runion htel commit
ii.il Cap, lous magistrats com
muneo* prlectnreNord pour
inatrnetiona Judministrativea
et Politiques. Vous transmet
nommage, l licitations e' gra
titu'le di la population.
Reft ects.
Jk R NOL, l'rtet.
eucourage de ses moyens,
car il ne se peut pas qu'une
ville de 1 importance de Port-
ai] Prince continue oflrir ce
spectacle doulouieux de n'a-
voir mme pas une bouue
Revue.
Bruit de dmissions
On a longuement parla hier
et avant-hier dr certaines d-
missions. Renseignement pris,
il n'en est rien. Ce sont des
farceurs qui, pour tuer le
temps, ou assis'er une lo
raison d'esprances toiles et
d'illusions blouissantes.lonl,
de temps en temps, courir
ces bruits malicieux.
A louer
Une bonne maison de six
pices lans les parages du Sa-
cr-Coc confort moderne
*tc, ,, re de s'adresser au
Tlphone .'5112.
A.N. S1INE
Ln Bals
travestis
Ils ballant leur plein avec,
les derniers jours du Cerna-' v,llca Procde
val.
Chez M. et Mme Christian
Ootcou, deuxime Avenue de
BoloasOj les entants n'ont pas
' oubl s.Ils pourront,* leur
aise, dauser dunauche, 15
janvier, A partir de 4 heures
de l'aprs-midi. Un jazz de
choix tera les dlices des
gosses.
Et la lte continuera avec
l'entrain qu'apporteront plus
lard les grandes personnes
beureasetd'oublier un iastant
les soucis de l'existence.
Entre: Une gourde.
Cabinet d*
M* Fr tiois Ha thon
Avis de diverce
On lait I4VUT tous ceux
qu'il appartiendra qu'en vertu
o\'uu jugement du Tribunal
de l'jnnre I. si.mec de
l'ort au-Piince rendu co-ora
dictoirement et pass en force
de chose juge, l'( iflicier de
l' atciv Isettion Sud de cette
a la dissolu
hou du mariage des poux
Maurice Sergile, la temme ne
Alice Duchaiellier, appert acte
en date lu 3 Fvrier courant.
Port au Prince le 10 Fvrier
iru.
A l'Administration
des Postes
M. Hermann Hou in a
remplc par M. Georges Du-
gu, comme Chef de Sarftee. Et
M. Lon Chancy succde M.
Luc Mathieu, lendis qo C
Tassy remplace l'actif *l hou
ole Nerva Charles.
Nor complimenta.
Communiqu de la Commune.
Le cortge.
1 o La Police 2 Groupes
pied et Masques divers 3
Cavaliers et bicyeletles 4
La Musique 5^ Le iul
Gras 6 S Masjest*1 Carna-
val?0 Les Chars des Etu-
diants 8 Lea Chars des Kei-
nes 9 Autres Chars 10
Autos et autres vhicules con
tenant des MasquesII3 La
Police.
Le cortge suivra le parcours
suivant :
1er jour: Hue du Quai,
Rue des Csars, Rue Rpubli-
caine, Rue des Cisernes, Place
Louverlure, Place Dessaline-,
Avenue Vertires, Rue Capois,
Tribune, tour de la Place, ad
libitum.
2me jour-. Rue du Quai,
Rue Roux. Rue D Auby, Uns
Prou, Rue Qeirard, Avenue
John Brown, Chemin des DaHea,
Ro# Veiures, Rue Capois, T" -
buna our cU la Place, ad libi-
tum.
Sme four: Une luQna,Rae
Dams Destouches, ^iace Lou-
verlure,Champ d- M ir. Avenue
Georg s Washington, Rue Ma
guv, Avenue Grgoire, R -e Di
A'dain, Hue Capo'8, T ib.ou.
Rception dea E u'nuts et d s
Reines au Pala-s, Rception des
Reinea au Cercle Port au Pfin-
cier, Rception de^ Etudiants,
des Reines et d-s propri'airea
des plus beaux (h us, le |)lu |oli
groupe, ei pour fini-- le Mvque
le plus d'A'e, I H'cl de Ville.
Les principaux prix :
Les Reines : Un souvenir a
i Iv qxe r-'ine.
L\h Associations
dEtuiuants : Un aouvenir
chaque as-oci^lion.
Chahs
l*r pris : Anslin Bd>y
2me prix : Radio Eieclrola.
3me prix : Une coupe.
Autos fleuries :
1er prix : Une coupe.
2rne prix : U" Bibelot.
Autos ocores :
en papier c> p
Prix : Un souvenir.
Balcons dcoks
en papier cip
Prix : Un souvenir.
Legkoupe le plus okioinal
Prix : Cadeau en espesa G 150
Lb masque le plus urole
Prix : Cadeau en espves (i 10*
Aux banues les mieux nii.iisr.K8
le< prix : 300 gourdea.
2 ne prix : KM
3mu prix : 50
Les Spectateurs.
Sur ld place l )> u ; .ies, devant
les Tribunes o devra chaque
jour dfiler II cortge, une po-
sition sera assigne aux vhi-
cules stal oanani vide ou oc-
cups par des spectateurs dgui-
aa ou non.
Sur les tribunes dont les pla-
ces du 1er tage ,n >,.[ loues
raison de G.0.5f par personne,
des placs spciales seront r
servets au Jury, an membres
du Corps diplomatique et con
aulaire al aux persounages otfi-
ci is qui v.mdrout ho lorer les
ttes de Irui prsenc .Les places
da s-coiul lig SerOUl g1 aluiles.
L'accs du l>i tage nura lieu
po >r lea pii.sonnag s olticiels,
par le gr*i)d eacelit r d h >DUenr,
pour le public bayent par les
escabes Est et Ouest L'i scalier
Su I desservir le secoa I t-ge.
Recommandations spciales et
mesures dordre.
Pour assurer loiure parluii
pendant le dfile du cur>ge, n
ne sera pas admis :
Dernire J
Heure
Le Secrtaire d'Etat des Rela.
tions Extrieures a lait hier des
dclarations aux directeurs des
journaux concernant rhatiani-
sation des services publics.
U parait que les ngociation!
sont en bonne voie, les princi-
paux desiderata du gouverne-
ment ayant t admis.
.lependant *Ii question de la
nomination de M. olvm est
toujours en suspens ; c'est-ce qai,
part des difficults avec l'ot-
fice du Conseiller financier,
retarde un accorJ gnral.
LePurgai/ida1
iPiLUIll
c'est la
f47, Hue du Faub. St-enia, Parit
Fc!! i> prendr,
Ne neceuitant aucun prpart!?,
I els ne provoque jamais de dogot.
Supprimant la dicta.
i cil; ee dtbilih pas le malade.
N'exigeant pat <3e i-y.... a la ehamlu-a,
( elle ne cause aucune pcrte'de lempi.
Plua activa que toui 1rs aSmilaima,
die est, par cocscqce&t, moins chre.
( PURGATIVE, 2 i 3 PHuIm
\ LUATIN'E, 1 rilule
'?.2?SSSBS
Messe de Re 'uiem
La Directrice et les profes-
seurs de l'Institution Ste Phi-
lifiine font chanter uue
Messe de Requiem h Basi-
lique Notre Dame le lundi 16
Fvrier courant 6 hs. 1/2 du
malin pour le repos de lame
de
MiaiENTINE rhPPOLITE
Ancien professeur
l'Etablissement
dcel- le 16 Fvrier 1930. >
Le prsent avis tient lien
d'iu\ dation.
Bonne Rcompense
Il a t gar vendredi un
petit a bat-jour pagode cerise
et gris et une poupe de sa-
lou. Celie poupe avait t
trs admire l'exposition de
Melle Chraquit de Dcembre
dernier o elle avait t ex-
pose en mme temps que la
Japonaise ['Espagnole le
Marquis la Marquise qui
ont eu tant de succs et qui
taient la proprit de Mme
Clmeni Magloire et avaient
.e conlectionus par elle
ainsi que les deux abat jour
fo- i.ie tambour
Une bouue rcompense se-
ra donne la personne qui
les rapportera ou voudra bien
fournir une ludication. Tl-
phone: 2267.
1 . Qjs les vhicules noa
dcors tt non occups par des
masques ainsi que les cavaliers,
cyclis',es ou pitons ne i usant
partie d'aucun groupe dguis
y qoieol mls;
2 . Q le ces vhicules, cs-
vaMjrs, cyclistes ou p> ois cir-
cu ent en contre-sens da dlil.
La Police is-u i-:a l'ordre et
le respec. Il ne ser donc tolr
aucuu propos obsrne, aucun,
geste inJ.ei'. 04 liou.
I sera !enu la niin l'excu*
t o 1 de la loi .;t des arrtes
conmuT.iux rg'eiientant la
circulatior des vhicules.
CE SOIR
Un grand film historique :
LE MIRACLE des LOUPS
9 parties en entier.
Entre :J0.50 ; Ralcon : 1.00.
DIMANCHE 8 HEURES
Precilia Dan, Claire de Lorez dans :
LA SIRNE DE SVILLE
Entre : 2, 3,4 gourdea.
Le Rhum Itorbauwl
Dont la reaomme est nmvareeile gard sa premire til
Demandes parfont :
UN BARBANCOURT
tl*lMLiQ|ptm
aee


LE MA1IN- 13 Fev.iei 1081
r\
4

n ne s*
ru
nrm>
Charlier-Aialebi anche & Co.
1224, Chemin des Dalles, 1224
Tlphone : 2680

En votant pour le plus beau Char, vous
contribuerez l'clat du Carnaval.

En peu de temps ce
J produit remarquable a g


conquis de haute lutte
une renomme des plus
enviables.
Demandez toujours le g
| Rhum HENRI Gardre |
Tous les membres de la Camille se
sentent mieux quand ils ommen-
cent la journe avec une cuillere
de ce fameux laxatif doux et ra-
frachissant.
ENOs -FRUIT SAIT
listel
r1
grce au G excellence dee
VOIES RESPIRATOIRES
RHUMES TUOUX
BRONCHITES CATARRHES
Affections de In Gorge
et dei Poumons
combattus oyc succs par la
, Fiwt I* iWikU C0UDK0N ruYOT ..'n
'?!" toul" *""' rtrd*/ I rtiqucUe : cellr du ,-
nubto Goudran-Guroi port la h Cutm wiW
n fro. cuHkioi M M u'f nafurf m f'.m co i!tur, ui
W. rr(. r,ut, ,/ M iu,,, ,11Mi . r.ditnr : !
HORE.I9. ru. Jb. Prit.
ALLEZ A
Royai-Cabarel
O pendant les soirs de car-
naval, il y aura des bals
tincelants qui feront po-
que dans les annales des f-
tes port-au-princiennes.
[La question
du Sel
-M
Nous avions.dans le temps,
attir l'at entiou du Ck>u/er-
nement, de la Commune, du
Service d'i ygine.sur den-
ier permanent que prsen-
tait pour les fun Iles la ven'e
du sel dans les conditions
pouvantables que l'on cou
nait.
Pour avoir assist hier
la liquidation d'un petit stock
de sel de cuisine dlivr
par des mains dgotantes ei
enlev d'un dpt peu re-
commandai)!-', nous auiions
t dans 1 rie es-.ite prendre Uquestion en dc-maii
daut S qui de droit de
protger nos tannlis si
ETRANGER
Nouvelles
Diverses
rar Sans fil
10 Fvrier.
Moscou L H-iea no'ift*
I- Ligne des Nations qu'elle
participe! j a la onlrence pan-
europenne de mai procli-'in,
mais l'est rserv le droit de
dfinir son attitude envers la
commission une date ult-
rieure.
Paris Feodor Chai a pi nie,
chaleur, a g gn le procs de
400 lo'l'rs contre le gouverne
REMERCIEMENTS
Mr le Dr David Ledan. Mi-
le Dr Edgard Ledan, Mr le
Dr et Mme Antoine Fthirc,
leurs entants, Mr il Mme Luc
Ledan et leur entait, Mr et
Mme Gesner UoillOB et leur
eDtftDt Mret Mme & Sylvaiu
et leur entant. Mademoiselle
Mene Ledan,M. et Mme Char-
les Bavard cl leur tniant, Mr
Emmanuel Ledan, Malle Ly-
die Ledan, et tous les Jautret
membres des l'uni Iles Ledan.
Gilles. Delatour, Buedict,
Holly.Pierre Pierre. Fthlre,
iuilioti, Donyon, Bavard,
Duroaeani BeauflK Raynaud,
Villarson, remercient bien
sincrement leurs amis dis
Cayes qui les out assists
dans leur malheur et tous
ceux qui, de prs ou de loin,
leur ont donn des marques
de relle sympathie, l'occa-
sion de la mort de leur trs
regrette
Mme David Ledan
ne Lucie Luther (hlles,
dcde le 7 lviier 1931,
leur pouse, mre, belle-mare,
sur, tante, parente et allie,
et les prient le croire, en re-
tour, leur plus protonde
gratitude.
Les'.'ayes.le 9 lvrier 1931.
Colombian
Sleamship
Company /'

ne
- o
AVIS
Sur la demande de nos char-
geurs les modifications sui|
vantes ont t opres dans
notre itinraire :
Le vapeur "Bogota" partira
le 21 fvrier prochain direc-
tement pour Port-au-Prince
o il est attendu le 127 Ju ni*
me mois;il repartira le mme
jour pour Petit-Gove, Mira*
goane et Jrmie- Il laissera
Jrmic le 28 lvrier pour les
ports de la Colombie et Cris
tobal, Canal Zi,ne.

Le steamer ''Martinique"
partira de New York le same-
di 28 fvrier directement
pour Port au Prince o il est
attendu le ' mars. Il repartira
le mme jour directemeat
mUR m' K.v.ubK0t **.-* A.rwavs, , pnUU u u|on|)g
vendu des parties de ses m-
moires.
liosi-u, M i sa hnset's. - Le
Le teaeier Bolivar, parti
de New York, le 7 Fvrier
pour donaives et St-lfarc, est
attendu Port ta Prinae le 14
oursnt en route pour les ports
le la Colombie et Cristobal :
Canal Zone, prenant lit et
passagre.
Port-an Prince, le 10fv.l931
QEBARA ACo, Agents.
i.
Pan American
Airways, Inc.
Novsfsvisons nos clients et
le public en gn/al, qu'a
Inc. a t transfr, du coin
des rues Prou et Tiaversire,
la Station d'Aviation.
protger no, fa.uill.s si ; Boston, Misa husette. -Jf T nZh ri
S'avafi pas t pu. t a notreImajor R .ral Clarence R. Ed Monsieur FJ. Noonan, ci-
connaissance qus la question ward es, dit-on. dans une e*- devant Field Ma n a fier a t
con
S va tre officiellement rgle-
mente par une loi. Bravo 1
.-.-- a ' .:. i a-UCT
: ;
.i

ACTION LECTIVE SU* LE BBIN
Cure complte de l'ARTHRITISME
Saison du 20 Mal au 25 Septembre
OOURSES TENNIS GOLF POLO THtATnF._*_CA9tMO
PARO SPO/AL POUR LES ENJTAJirS ,
ITst) VJTTtet,
JMimwinni ........ m i -ii ---i-i-
V
Trana directe t PARIF. (Oare l
Cn nt dans les principales PUari- ;!;, Dro n Tente oana " P ..... ......-mnir-irnirTTimfi-Tt--------------
Ncrologie
Hitr uiuii'i, eu Pegiiac ilu Sj-
cr-Lur da Turgeau, om eu l
uu les funrailles 'le M* Ed-
mond li.ully, avui:..tt a'iCunUc-
|jute au Cuips utgiaia tf.
Sur sa tombe, les >ta,ie<^ite
I Odie des Avoca's d ce Bai
ieau fureot esprimes en its
ici mes levs par notrs distin-
gu confrre, M'Fei nand Leroy.
A sa tainille eploree nous
.dressons uo aiiiLties ceudo*
icauces.
trme condiiion de Nibiasee au-
jourd 'nui. Le gnral n'a pas
pris de nournlu'e depui-. plu
Bieurs jours el sa tores a t len-
tement dcroissante. Il a t
opre p' ur des troubles intesti-
naux le 15 janvier el depuis re
temp. a (te bospUatis au Phil-
lips Houe d'ici.
in m "' mM^s^mmm^mmanim^^ m
Toutes les Polices
DE TA


^
i

Le D. O. X.
On I eu UCS nouvelles du di-
rigeable g;ii)i allemand le L).
O. X. U sera i t'oil-au-PrittCS I
vers la fin du mois de Mars. 11
amerrira dans |a rade, peut-tre
bus en vil Ous de Bzo on ou de
Thor.
On n< si pus ccii'ben Ue
temps il 1er u parmi nous.
Voici l'itinraire da ce gigan-
tesque oiseau sur lequel le mon-
de entier a les yeux fixs : lie
du Cap Vert, Fernando, Nor-
ronha. Natal, Pernambuco, Ha-
bia, Victoria, Kio de Janeiro,
Ssntos, Naisl, St.-Luiz, Ha a-
maribo, Port ol Spain, San Juan,
Fonce, Santo-Domingo, Port-su-
Fnnce, Santiago de Cuba, La
avaua, Miami.
Nous donnerons au fur et
mesura des reneignemenl sur
le voyaga du U. O. X.
nomm Manager Gnral du
Bureau et de la Station. A
partir de cette date.il dirigera -
toutes les affales del Com-
pagnie au bureau ci-dessus.
Nous continuerons servir
le Public i.vec la mme atten-
ou et le mme dvouement
comme par 'e passe.
Pan American Mrways. me
Tlphone 1 'M'n.
F, J. NOONAN, Alrport Ma-
nager.
Port eu-Prince, Hati.
le 10 lvrier 1931,
Cristobal, Canal Zone.
Part-au-Prince, le 10 Ferier
1931.
UfctiAitA k Co.Agasita.
K. F. CLEMENTS
(iural Agents.
Horn Line
Le m s i Thrse Horn a,
venant d'Europe.sera ici vers
1* 10 fvrier, cn route pour
Kingston, Sto Domingo et
Curaao, prenant fret etjpas-
s agent,
REINBOLD & Co,
Agents.
Pri
comprennent la Protection contre la
Foudre sans udnicmatibnae tau*
Euii.LeBosstiCo
Agents Gnraux
n3
-
u
C'est un accident Irquent
n albeurensemeni et combien
cplorable pour un chasseui
d'avoir des cors aux pieds. I
est aujourd'huit jacile evil
ter. Le Diable i enlve les
cors eu sis jours pour tou-
jours.
Envoi par ^oste contrt :
gourdes :
H. DESCUAMPS
*-Mrc
FAITES RARGENTER
VOS COUVERTS
Chez
-*!
ssasm
H. BALLONI Fils
Port-au-Prince.
PRIX
Couverts argeutc |la0 grs la^d^uz.^delpairesp
i
f
yC Mrs
84 grs
72 pi

c
1


Coararts deseert argents
7? ars la douz. de paires
I ourhsA argentes 18grs. la pice
c 12 gis la pice
Petites cuillers srgenteshn 18 jrp.Ma doia.
% 15 grs
a 12 grs. a
or

c
Manches de couteaux argents i 24 grs^
< c c 18 grs
t t t
i e
douzsine er
Toute Wvrerie nrgerte a\ec poinon
poinon de charge o'Auaevr.
19.00
MO
MO
7,W
7.W
Me
2,00
S.M
3,00
2,40
4X9
3.69
3,09
de Mariae et


Vendredi
13 Fvrier 1931
Le
4 PAE8
,J\fr.l>a
DPURATIF a Dr MANGET-.
I feu Ai Sai
Varice, Claudel
H ie circulilio
R tour (Tft
combat
le* Maladies de la Finmi
___ aaa\a|M inownli ipa*ene ,,**,*. mur aVaari. ou'
l.iu|i>..rm peu ou pr..u. .J a*ae. CMM Il arrlee Uni de MMIRMV
r.i v.>ifl.nr n/M-rtiq uni parla laaaa * I aaaai proroaa
M nl iIMn. eW parce que. paar
....... ..... m u>ie poi.alalr. a* lermuia .i*ajaaiie, a aaaa
ira.allla ^-_
P..ur uu* m travail t'accuraptlua raullcrraianl. aa pfli au '
rffurt. rie la i.ioiini peine. Il importa dont, dr loule vidence, que H M
.....u. av Il inaalinuio .1 .!-" ..'Il rr.u- oDMmrunl U pIM flaid. partant la piui ar paatlble .ternit a .'rntiattar. t'poluir. M charaar d r*iua MHWruUoi
loalniir*. I* travail va ralanlir. I*t ormaort eonl te aongaallonorr.
1er lunriloiii %r pee.irtir uu a'allarar. rlea olra plut
C'a.l mme d'autan! plua traU-lr. que It liai cnciialruri. MM le rfl
ni mullli.le rt ui.r ..rle de purnalloe) paiilana*. ojraul pwur uujel n.,rmJl
l'rMniUialniii cl'i ditlirla rlduel de d*M".liiillaliii. raalri , mlramanl .tu dr "Ire. H daa nul du "
D'o rcllr conclu" lu". aj.i'll fan! inalulrnir la uiotw ilu M pure ci
propre, r'aal i...urqu..i Ira Jauran ll il...il la rari.ialluii e! douluura.ur.
I.i fe-iime .n.rvrll'r .lu OEPWHATIf DP Dr-CTTJP. BA-ICET.
tout rr mil .'I de ilrp...... de rtariHer il .1 auMIl le -...
f"i,.., .I.il. ... L.i...........ex .le ruaODOaa a* .p.' uaa MnHtlM dr
qualll. |# DCPUrUTII DU OOCTEU NLT eta MiiiaoaM Juvle ***
de aon appartltoa m 1 . de DepurutiU
Tulle ce qu'il esl Nul lue loul. le rct.iutae .acheei! I j.
||a>' Otalcia*.* GRANDS PRII. Pnuinlu-v de IlOpllaui da
; r Val.-..< .-..ne. Par. .1 1 f.jnn:..
.11
..:MMaaairrottaaBB>a*H
r**.
IKJUrJ***.' 24e'
bieze intn
/Un bon Conseil
| Quand vou< aurez offrir
.des Meurs, il vous faudra en
Un coque, tablisse.] ol de s'ouvrir la rue <>' ollrir de belles, et surtout
Quai (ont prs du Gr i I lh 1 de France Allez-y Vjui J qu'elles soient bien prsen
ifooverer .accueil le i imable et Les^neommeiion tes
de premier choix. Quai I que le nouvel lablisse Mme Tliftny MATHON.
ment eu nous lu direetin le la charmante Madame Paul Avenue d a TraVaill(Boia-Ver
ik>) Tel 2S90.
I Vous en touraira selon vo-
, tre gol:eouronnes, corbeilles
ou gerbes.
Hallec louer
En entier ou en partie, la
ue du :Vta-
cl de Mr
Problme
Sachant que la misre bat
*on plein dans le pays, expli
qoef pourquoi :
lo__ Y a Vil tant de monde
assis'er au* lies ?
2o Y a t il plus de voitures
de luxe en circulation?
Ho Les hommes surtout
b'babillent ils mieux?
REPONSE
i0__ Parce qu'il n y a que
a la ire.
2 p.rce qne Ira voituus
sont ae plus en plus tira-
yantes.
9n t'arre que Maison
Vincent CAUDINO
2at5, i ue Boni e-Fi.
sestsp< ;a'i-e enarllflf pou
hommes tels que Casi" irs
..m, s ruaiM e> e' a lOOl piin
baponi fii s, cravHtes et
. lu udsts de lou'e beaut.que.
giace a soi - k lormidnble,
elle peut vendre des prix d-
liant rtllment lonte concur.
u nce. l\endez-\ous I viden-
ce en visitant la maison Vin-
cent Gaudino,225.Kue Bonne
Foi.
DL.\QUlS,on Ben de son auco!
BIRE NATIONALE'
DE LA
BraCOiOriaO M'ifniTlIn grande halle.sise Ru
I clSS(3l 1C lNclLIUIlcIllv gasin de l'Etat, c
vend partout Or 0,10
a
Alfred Cooke.
Se vend partout UrU.tu JSS^?5SSfti
-# lvrier, Mr Henry STARK,
le verre malgr sa qualit S-fty*ct1,cb"ta
phone No 2091.
Suprieure.
Protaez votre Doche et
votre sant en la buvant
toujours.
>;..- M
Mr Nestor FBL1U ^
NAIICUWD T4ILLEUR
Salue le Peuple hatiea, la
Socit! sa nombreuse clien-
tle. Il se met surtout i la dis-
position de cette dernire,
pour laquelle il apporte^ tous
les procds de derne qu'il a pratique du
Articles
PB
Carnaval
/oui trouverez de jolis ar-
ticles trs originaux pour
tous les gots et pas cher,
tels que :
ChapeaOI d'Arlequin.
uoe ids de Pierrot.
Boyscot!
Garnitures or et Paillettes
Cloches, Colliers.
Papier Cin toutes cou-
'eurs Diadmes.
Masques tous geures.
Serpentins, Confetti, etc.
Venez de suite.
Chez Johu H. WOOLEY,
Grand'Rue.
Maisons louer
Excellente musuu Irscon-
fortab'e Eau, lectricit, etc.
Rue du i.hampde Mars.
S'a Ircsser, pour les rensei
ptnements.au Matin ou au No
2750. Tlphone.
Une maison tage avec
_______ rant les cinq annes qa'il at toutes ses dpendances.
passes tantt chez lui et tani
uV la Havane ; ce qui lu.
a permis de rtablir oetpl-
t< ment sa sant.
Rue Feron ou des IViraeles
No 316, l'ancienne E' oie
Robin. (.Ecole de Dactylo)
Bas->in, garage confort mo-
derne, etc.
S'adresser pour renseigne-
ments
M^ Edouard CASSAGNOL
'-:->S
TRUMP
\rrow^ Shirt
ARROW
Jail SHRUWj^
TRUMP
nu
AWBOW COLI,^*,

Une bonne
prparation
pour le teint.
*bl df Lys des Priacrsses de
la hiratetc l.rfram* <-ii*>;illier
Lalue, fis j \is du kiosque po-i .
Ce n'est pas un secret; une j
\olion bieu prpare base
toxychlorure de bismuth
t'es finement prcipit.
Ceux^uL.^e'i appliquent
quelques |ours avant d'aller
au bal un une rception
trouveront qu'el'e est indis-
pensable.
Indispensable aussi pour
les villgiaturistes ; elle fin
{pche que le teiut soit brl
u nos ANcifin rr u nn tmua ,
INJECTION PEYRARD
D'ALGER
M
DRAGES PEYRARD ri
Ourlmmmnl Im
BLENNORRAGIE
TOUTES PHUMidU
%kMM* nnm. u. m t* cnn paris
24ae ANNBE \- 7213
Kort-ao-Pnnce
rlivbone : 2242
LaM iMMn."
ts.
Le P1SEV DUN~
LOP est le pneu
favori des Chauf-
f urs.ofretoute^
s conditions de
scurit, d'endu-
ranee et de soli-
dit.
En vente chez
John H. WOOLLEY
Grand' Rue.
Lykes Brothers S S G> Inc
1*0x49 Hati Sanio uomingo Porto Rioo
!.e seul service hebdomadaire et rgulier passagers t
Golfe du Texas directement avec
de voi
LYKHb
li et entre les ports du
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habil
niportations, servez vous toujours des navires de le
UNE.
Les prochaines arrives Port-au-Prince sont :
S/S Ruth ivsk-s le 13 Fvrier 1931.
S/S Genevive Lykes ?0 a a
S/S i Tillie L}kel 27 fvri. r <
S/SVelma Lykes 6 Mars 1931.
Bureau: Rue du Magasin de l'Etat, Boite ostale B 4b\
COMPAGNIE
d'clairage lectriaue \
Srie de vente N 2
Rjriqraleur *G. E*
La compagnie ofbe ses clients une occasion inespre
pour possder un Rl-igrateur Electrique.
Co ditions excepliouuelles durant le mois de fvrier .Ml.,
a ) Premier paiement Or 2500.
b j Solde payable en 18 versements mensuels,
c) Insiallutiou complte GRATUITE.
d ) La flarantit otficielle de la '-General Electric'4.
Ne perdes pas cette chance unique 1
Dciilez nous immdiatement et venez voir ces jolis eo-i
bls la
Compagnie d Eclairage Electrique
o le meilleur accueil vouj eal rserv.
A9^*etf _* A^ttAM.faa> Suppression Inslnntunee, mdlfalf 6. it-'.nitive, itaf
Sr%aO ' l'emploi simpl.-i-lfnri! .1-BAUME TUr nfcRF MIIKA.
Calme inntanta no mont lu loulcur, enraye lu enrte^n* mire lu conaei vntii n des rlanlsy
Chnque boiti- contfmt le ncessaire pour l'ol luralion el l unis in. ni i!or "ent*
caries. Seul, le Ontinie Tue-Serf Mirign (ne le n -rf ilentnire dlnitlvenicnt. txlM| If)
BAUlYi TUE-NERF ryilRIQA
ab#*a,U)ire du Pooteur QIRAUD, Plutrrrtaclen. 8, Rue Dolct I.YOS-OOIUKS Frai
UjijoI Port-au-Prtece : I'Iiarmncip Ut'CH,
[frVMa
Viennent
d'aniver
La meilleure chemise de
Broadclothe se dtaillant
3UX litcitS'-U 111S vjT .I*) i0u tch par lardeurde notre t
, ...'soleil tropical.
En vente partoul en Hmti
Deux Dollars.
Aqenls eocciusHs \n>ui Hati
ViclorN MVNSOUH&C0.
PO.Box A-86 ; Pnom 3417.
i'oit-au-Prinee.
'. a-- a
>'",<. i
*
t il m
Un Fort Stock de Pneus
et Chambres Air.
DUNLO" anglais, toutes
dimensions,
Pour voitures et Camions.
Chez
John H WOOLLEY.
Grand Rue.

Insurance o
Une des: plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VTE
EUG. Le BOSS & Co
Aaents Gnraux
.-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs