Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03833
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 10, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03833

Full Text
Clment Magloire
1368. RUE AMERICAIN* 1308
TELEPHONE H* 2242
24me AiNiNfcUi N* 7210
Il ftl * facile a> "oiif r m tjli
r'nl-i-tirr r je Murilirr latalf-
nmt S as tesi>"qsr > *f arrter.
daav l'eittiirii c In I'*, M JJJ
rtMtofBtitttc earsrtrf, t?s
J.B.lifWllV^ul0,UrU1 ,
ter. seat li ifcMjpmi mail
ilMitWftf rHa|erteaUai*.
r Unis Ll LUI M LAI
La Question des Frontires
Servitude sur le 1 -c Aiuev Ratification
du trac
Le trait du 21 janvier recon-
)*|t la souverainet intgrale de
|i Rpublique d Helti sur le lac
AlPey, concedo, mais restreint
cette souverainet par un droit
d'usage des eaux au pi oit dea
Dominicains, avec la stipulation
que l'autoiit hatienne ne pour-
ra jamais y mettre fin par aa
seule volont I
Une pareil e clause consti-
tuait, la rflexion, une servi-
Iode internationale, agrmente
d'une cond non potestative, qui
n'apportait pi esque pas de chan-
gement i lin statu quo ante En
eftet, le? Dominicains mande-
naient sensiblement dans le
nouveau trait les mmes avan-
tages qu'ils tiraient auparavant
du rgime divia des eaux. D o
notre suggestion pratique de
complter l'arrangement pou
le moins par un let me, I ex
piradon duquel la relnciioi
accorde cesserait de p.eit
droit.
M. auguste Magloire, avec U
don d'analyse subule et pne-
tran e qui c ractei ie sa dialec-
tique, trouva absolument im
propre I expression ervitude
se reiuaa a voir dans l'espc
une condition potestative ei
l'tfluia de dmontrer que la
situation actuelle n'tait paa du
tout celle d'hier.
Noua sommes au regret d'
voir justifier notre prcdent*
opinion.
puissance publique d'une autre
nation. Je doute qu'il puisse
layer son opinion d'nne rf-
rence prcise ; car, d'aprs la
doctrine courante la servi* n de
internationale attribue un E'nt
des droits rgaliens dont il jouit
lui-mime ou dont il tait jouir
les particuliers en qualit de ci-
toyens ( radiei-Fo.ier, T all
de Dioii international public
euiopen et amricain t.Il 837 ;
H- If ter, Le Dott inler auonal
de I Europe p.92). Le Droit dea
tiens n'tablit donc pas la dis-
tinction ingnieuae que le Ma-
nn voudrait taire et d'apra
laquelle la concussion dana un
raii de simples particulire
possderait un caractre priv
dtruisant toute ide de restric-
tion internationale.C'est le con-
raire qui est vrai.L'oonciation
Tune clauae de ce gnie en la-
veui de personnes piives n'al-
ere en rien la nature de la ser-
vitude du Jus Grnlium.t. est par
accord diplomatique qu'Hati
est assujettie A tolrer sur son
ernoire l'activit non prcaire
i un autre Etal oudesesnssor-
issants et qu'elle sintertit de
mettre fin, par aa seule volon
l, la charge qu'elle consent.
vlalgr la meilleure volont du
mo.ide.il est impossible de voir
dans celle entente entre Puis-
santes publiques un privilge i
le simples particuliers, chap-
pant A la loi internationale. On
ue aaurait ee trouver en p. sea-
ce d'une servitude internatio-
nale positive, in patiendo, plus
caractrise.
La diplomatie dominicano-
halienne n'a d'ailleurs rien
innove. Le trait d'Ulrech n'ac-
(ordail-il pas aux' phtUrs
franais te droit de l'requ n.er tes
OaiicsdeTerre Neuve.d'y pcher
d'y taire scher le poisson, de le
pi t parer, etc f Le trait de Pa-
ns de 1763 ne ontrsit-il pas
aux sujets britanniques la ta-
culte de couper du bois de
cainpihe dana certaines r-
gions ? La Convention de li-
mites entre la Norvge et la
Kuss'e de 1826 n'habtlitait-elte
pas les familles tablies dans
la partie du territoire attribue
I une ou A l'autre dea parties
contractantes de chasser et de
pcher sur le territoire de l'au-
tre partie? N est on paa una-
nime reconnatre A toutes ce a
concessions choaieaA deasein
dana les vielles conventions
du 18s ou du 19e sicle pour
montrer l'anciennet du prin-
cipele caractre de servitudes
internationales positives1!
Et, cepeuoaui.ee ue sont paa
les prleta qui tendaient leurs
lignes ou posaient leurs nasses,
au nom de la Souveraint fran-
aise t Ce ne sont paa les agents
le la Couronne Ang aise, coif-
fes de la perruque, qui ma-
niaient lea passe-partout dbi-
tant le boia l Ce ne aont pas
les agents de Chrisliana ou ceux
des tzars qui s'armaient du lu-
il de. chasse ou du carrelet I
.Notre diplomatie, en dter-
minant au surplus au profit des
habitants de la rgion docut-
ucainc tmitrophe du lac, le
droit d'usage en discussion, n'a
pas lait de distinction entre les
agglomrationa civiles ou autrea
a demeure dans la dite rgion.
Elle n'a paa fix une limita
i cette confie voisine du lac,
tille n'a paa rglemente la na-
uredea dioits de pasaage en
rrrtloire hatien. Elle n'a pas
i. fini l'tendue des droits d'u-
sager dea Dominicains. Dans le
t-ORT-AIT.PRINGE.CHAITi;)
L'Idal Rhum
AUX ROY
29 annes de succs.
MARDI 10 1-EVfUER 1W1
Fte de la Chpelle de
l'Hpital Gnral
----KO
Mercredi 11 Fvrier 1931.
1re Messe 5 h. 1/2.
2me Messe Oh. 1/2,qui .
sera suivie du sermon de la
fte- et de la bndiction du
Lt Sacrement. \
AVIS
La Maison V. SIANO
Rue Bonne roi (Tout pi es de l'Htel de France)
Met en vente partir d'aujourd htii, un Sto< k de Mar-
chandises a. des prix d mt toutes concurrences.
Casimir couleurs varies *jdes 1(1.00
Serges bleu et noir
Pdmbeach
Drap barres
Drap uni
Casine'te lavjble ( double largeui )
8 00
8.00
8 0
6 00
4 50
Ne manquez pas celte occasion exceptionnelle, de vous
habiller chiquement et si pt" de Irais.
Il n'existe pas de servitude
dit le Matin , parce que h
clause du trait a ce aujtt n est
paa conforme A notre tode civil
et la souverainet du Gouver
nement de Port-au-Prince est
intgrale sur le Lac ; parce qu'il
s'agit moins d une obligation
contracte en laveur d un au re
Etat que de la concession d'un
droit d'usage A de simples par-
ticuliers dominicains l
Nou n'avons jamais soutenu
qu'un droit rel conventionnel
devrait rpondre aux dfinitions
de la lgislation piivee de I un
des Etats contractants. Que le
mot servitude soit emprunte
A la loi civile, c'est tort poaai
ble. mais dana Tordre interna-
tional.il n'a paa le sens i astreint
du droit particulier. Il dsigne,
ici, d'une manire gnrale tou-
tes les formes d'usage : droit de
passage, emploi dea eaux, libre
parcoure dea bestiaux, ele. Et
c'est prcisment tous cea modes
de jouissance que l'on retrouve
dana l'accord de 1929. L'usage
de 1 eau doit tre maintenu de
manire non prcaire pour les
habitants et le btail de la r-
gion dominicaine voiaine du Lac
Asaul , convient le Ministre
Dr jean dana sa lettre du 21 jan-
vier 1929 au Secrtaire d'Etai
Sanchez.En ralit, notre Rpu-
blique garantit quatre servitu-
des : lea deux nonces dana la
dpche susdiie(emploi des eaux
pour les habitants et uaagedclac
pour le btail ) et deux autres
inexprimees.iuats rsultant de la
ncessit et de la torce majeur*
(droit de passage pour les fron-
taliers domina ains et libre pat-
cuurs de leurs animaux.) Oc
doit en eftet ae rappeler que
d'aprs le trac Vasquex-Boi n<,
le territoire entourant lAaauev
eat hatien. L'axs aux eaux
pour l'exercice de l'uaage con
cd comporte aans conitedi
une servitude tacite de travet-
ae en ternto ne h* en.
Noua n'avons jamais opin,
comme le pense M. Magto re.
2ue la servitude internationale -,*&* -~-~- -,
'ait deatructive de la aouvera'- ailence dea textes, Pyjn
t dune nation, maia nou? non seulement puiser de leau,
mais encore creuser dea canaux
d'irtig'Oon, disposer delener-
i u lac, prtendre A un droit
. navigation, de pche ou
e de tuiidictiou pour lexer-
,ce de leur seivilude V Prs-
l'Hiuey par leurs cuirassiers ou
leurs dreadnoughs I
De plus le Ma'i ne vent
paa admettre que la servitude
dont il s'agit, par sa modali ,
organise une relle condition
potestative. Cette condition n'est
autre choae, s'il laut en rvler
l'eaaence, qus celle taisant d-
pendre l'excution de l'accord
d'un vnement qu'il est su
pouvoir d'une partie contrac-
tante de taire arriver ou d*. m
I pcher.
Chaque lois que l'on se 'rou-
ve en prsence d une obligation
subordonne A la violence ul-
trieure dautrui, n'est-ce pas
la clause potestative ? Les Do-
minicains obtiennent par trai
t un droit d'us a g de l'eau et
un droit de passage implicite
sur notre territoire pour acc-
der au Lac. Ils tont stipuler
qu'en attendant qu'ils y pour-
voient par d'autres moyens et
jusqu'A la ralisation des dis
positions ncessaires, l'Etat
hatien s interdit formelle nient
de mettre fin parsa seule volont
au droit concd. N est-ce pas
eux que revient l'initiative des
moyens et des mesures pour
mettre un terme A l servitude ?
N'est ce pas I Etat dominicain
aui peut taire arriver ou retar-
er l'vnement ? VoilA, dans
toute sa beaut, la condition
poteatalive.et si une telle obi ga-
lion est nulle dans la lgislation
prive, nous ne voyons pis
(lourquoi elle aurait une va-
eur dans le droit internat-onal.
Cette con fttiou, il faut l'effacer
par une clause hmiiaa' la dure
de la charge. Il faut bien se
dire, si nous ne pouvons le
taire, que la diplomatie hatien-
ne a octroy aux Dominicains
nne servitude A perptuit sur
le Lac tguev et que du mme
coun elle :i ouvrit la Irontire
HelE-t sans pouvoir la reti r-
m r sa discrtion !
bfl M. LEGER
Membre d* la CourPerma-
nrnte d'Atbitrage de le Haye.
A suivre
i
avons critet nous ne recule-
rons pas d'une semelle A ce su-
jet qu'une telle charge <
nne vritable restriction a droit
de proprit leint-rale >nte>
nationale, constituait u< dro
rel grevant le lent on e et di-
minuait la souverainet de l'E-
tat qui e-i en allect.
O M. Auguste Magloire lait
encore erreur, c'est de crotr*-
qu'un ta temprament apporte
A ia rgle du libre eierctce dr
la souverainet ne peut exister
sjuuu bnfice excluait de la
DM HOEiZOM* NOUVEAUX
DBS horiaons nouveaux 'ouvrent l'homme
qui a da l'argent. Avec $1,000 conomiss
et dipoah en banque, voue pensves envisager
favenir avec confiance. Commencez dea main-
tenant pargner en suivant une de mthode
..quement, il ny a paa grand
.nose de chang entre l ordre
des choses ri hier et celui d au-
ou.dbui. El c'est une vraie
Uiiiieque l'argument de M. Ma-
Klo>te voulant que nos voisins
po^Jent actuellement le dioit
eu'ils n'avaient pas la veille
de iaue aiieonner Ita eaux de
Bl eat sb uatra an, prorletifient d f W' Timntt hbfcm.dsir * H
ai ooo i eaa " i*wtn*nt d* wsfc.is
* IBsaaaa hehdoindire de 96.13
*--+*****-*-1'S32
^ a La Banque Royale
du Canada
l
LE CAS
BUTLER
- o
Le esaseil e qaerre convequ
eir le 10 lf>rier
Washington 2 lvrier.
Le co.iseil de goeirt qui de-
vra juger te major gnial
Bmedler D Butler, de la
marine, commencera si-
ger lundi. 16 fvrier, 10 brs.
du matin, l'arsenal mari-
time de Philadelphie.
Ceci a t annonc par le
secrtaire *dains aprs une
vUite la Mjisoq Hlauche.
Les accusat'ons seront ora
mmiques au major gnral
Ben. 11. Fuller commandant
des marines . pour tre
transmises I officier accus.
Le gnral Fuller deman le-ra
au gnral Butler s il s'oppose
leur publication.
Au dpartement de la marine
on dit que les accusations se-
ront probablement soumises
au secrtaire Adams pour M.
S'lier, juge avocat gnral,
d ici un jour ou deux.
U ur.*in l'im junnial Kilies.
I M. Girolamo Valenti, admi -
nistrateurde dlNoovo Htm-
de i. journal antliaselate, pu-
pl- N.w-Y"k. annorell
hier ipre^-midi qu il trrait
paa'ie ans ^n numro
d'aujourd bul no ai ii< le tort- -
m nt dot invent, dans lequel
irexpoarrait que Mussolini,
comme l'a dit le major gn-
ral Smedlev 0. Butler, a b* l
et bien cras une fillette de
six i'tis alors que son antorao-
bi e filait grande allure ,
L'article de M. Valenti, com-
muniqu d'avance la pre se.
r t en substance ce qu'a
dit le gnral Butler, qui doit
paaseren conseil de guerre le
lun li. 16 lvrier, l'arsenal ,
de Pbiladeph e.
L- rtpartemenl d K'ata d-
j a 1. es>c les excuses du g >u-
ve nement amricalc \lus-
So un, la suite du discours
du gnral Butler.
D aprs II. Valenti, la fillette
aurait t tue le dimanche,
14 septembre, San Q drito,
province de Grossoto, Italie, \
et Iro'S lascistcs, tmoins in-
volontaires de l'accident, ont
mystrieusement disparu de-
puis lors.
D'iprs le rcit de l'acci-
dent, dclare M Valenti. la
chose s'est produite vers 2
heures 30 de l'aprs-midi.
Lorsque la fillette lui crase,
de Qombreueee personnes se
precipilren',parmi lesquelles
se trouvaient trois lascisles
no oires, Pulloca, Ange h
Loinb^rdi et Lazzerini. Ciux-
ci jutrent qu'ils avaient re-
connu Mussolini au volant de
l'automobile, et ajoutrent
^ue deux auttes personnes se
Irouvaient dans la voiture.
Leur tcit causa un pro-
fond tonne ment parmi les
personnes prtseules. La fil
lette. qui est lentant d'un
nomme Santon, surnomm
lo Staiioue . tut transporte
l'hpital de lirons to. o
elle expira le lendemain.
Le jour mme de l'acci-
dent, les lacistes Pulloca,
Loutbardo et Lanerini, furent
arrtes et emmens vers une
destination inconnu Il
Nuovo Ifondo l'n 'appor-
tant ces laits, dclare que ^i
l'Italie avaii un gouvernement
dmocratique normal, il au-
rait donn les noms de la
personne dont il les t'eut.
Mais nous couserv ns l'a
nonymat notre informateur,
de peur que les fascistes ne
l'assassinent. Nous affirmons,
toutefois, que ce rcit est ab-
solument authentique, et si
c'est ces lait: que le gn-
ral Butler a tait allusion dans
son d sejurs i hilail. lph e,
daus lequel le gi-ra a ac-
cuse Mussotiui davoii cras
un entant, il a donn expres-
sion la vrit pure et tait
parlaitemenl just.lie pjrler
comme il l'a tait
aaani
i. Sitmnrr bail la r draisHieise
raene Receveur Contnusal
M. Suiuiier Gaillard qui avait
succd, la charge de Rcce
veur Communal, M. Constant
Ceasefnnl, vien H'oflrir sa d-
n i>>i n I Con P lai on Con -
nurale de Por fu- i i c.
I umi t ni1 ? , 11 i n'i- < <
i onn a cette rharge qu'il v r>
rie el rieu n'O's au pie*, i-
pne sis Icmtota | arce, que
tt tirant, riit-on.
Nous deplorn s bien vive-
p t i ' ci | ; 11 ( i |s Crmn Dl
d*- M. (i'i; ni qi>i totu li
sons d i ceux mi 'u.k | oui I
, pron pi ibikblisscnit.nl de sa
sant.
... voit que les portes de cer-
t ii i as magasins du Bord-de-Mer
se dcorent depuis quelques
jours de masques de toute di-
mension et de tous genres de
beaut. Il y en a, de tulle, qui
sont romme de jolis visages ai-
ms. D'autres, de carton, qui
ont le visage boursoufl des al-
cooliques. Mais ceux qui atti-
rent |e plus l'attention des gos-
ses sont ceux qui ont de ltea
de porc, de mouton, etc. elc.

... voit que la Loterie Natio-
nal^ entre dfinitivement en
fonc ou. Tant mieux. Il y ataat
de b Iles choses nationales qui
do vi-nt !re fades ave" les fonda
d-* la Loterie que tout haitieu,
ne serait-ce que pour encoura-
ger ces uvres, se doit de par-
ticiper de toute son me a e suc-
cs (! celte Loterie. Ecole de
hautes ludes, Acadmie de Mu-
sique, Prix de litlra'ure, bour-
ses de voy gepour les tudiante
pauvies, oui, il lant que l'on en-
courage celte initiative qui fait
honneur au Gouvernement de
la Rpublique. Quant aux petite
inconvnien s de dtails, avec
le temps ils !.. le camp. L'in-
tention est belle. Encourageons-
la.
...a vu la joie d'un chauffeur
qui filait dans la direction de
LOgAne. Il tait satisfait, plein
de confiance. C'est que conla-
t-il aux passag r, j ai tout pris
cb z Flix line, huile, ec. et je suis sur
que mon Voyage se fera sans
aucune panne. Et il avait rai-
son.
*
... a vu interpeller un mon-
sieur trs ch c :
Psttl.. Mes compliments,
mon cher. Depuis quand le re-
tour?
Mais je ne reviens de nulle
pari !
Comment alors expliquer
cette tenu lgante, impeccable.
Je comprends. C'est que je
suis un client de I'sulE. Auxila.

... voit, chaque midi, au (ra;id
Htel de France ceux que l'on
appelle les familiers de la pis-
tache. Ds le premier cocktail
l'un deux laisse la table, fait un
petit tour sous les vastes gale
tus de l'immeuble du Grand
Caft, et revient, aprs une con
versation plus qu amicale avec
la petite marchande, avec les
mains pleines de pistaches et
vlanl li s lance sur le marbre de
la table On commande un autre
cocktail et sons les doigts ac
tif.t des amis commencent Ks
craquements des gousses des
pistachee... lit les mchoires en-
trent en gctiun, et par toute la
suite court la forts odeur sale
des cacahutes qui, afiirme-t-on,
sont un puissant ap nul.
... a vu, avant-hier soir,et n'a
pas eu le courte d'en lire, car
il faisait paiticulireraent Iroi I
ce mi I i, une dame qui se pro-
menait au Chump-de-Mera, en-
loi hlle dans un manteau d'hiver
e> le cou cravat d'un lapin
prtention de renard ...Aurions-
nous un hiver, cette anne? ce
ne serait pas tonnant. Il y a si
longtemps que l'on noua tait
von les quatre saisons, tout en
ne nous parlant que de prin-
temps ternels.
*
... a vn l'homme dont le cock-
tail n'est jamais point. U y fait
mettre chaque lois un peu i Ils
de sirop. Alois le cocktail d-
fient trop sucr. 11 faut y ajou-
ter qu> iques goul'.es de rhum.
Et rie gouttes (te sirop et gouttes
ue l.un h- > U il ; 11 :v a at-
iii < pin >e i uoitt d'un
tiatio vttre. C< si ce me le pa-
ii.ua fini pai I. ne ien aiqutr
bu ga con qui le rep a au con
seii.n.ouui tiopiiitell genletqti
^e ioi leniu U'tn souine.
A>uitz-vuiis cotait cciUent
p ta < lient t al AcciOei l rue A
i r.e Au*rante Lot pu i a .ton Li*
Ollted . \%t i". 1>*1 U.l~^Li;BB,
Ages! Cttial pour Hati.


PAGE 2
lO'F^n* M|

DODGE
Unedpendance de
la vraie conomie
La Dodg* Bro'h'-r* rn1** sou-
vent sa devise i Le premier prix esl pratiquement le dernier qui, aujourd'hui,
es! p'us juste que jamais. Car chnrun des 'raita He l'automobile Dndg* est plus
beau que jamais dm.s li Dodge Six et la Dodge Huit t E' les avancements
modernes de mcanisme, tels que |i suret*, la carosserie d'une seule pice en
acier et les freins hydraulique* action interne i l'pr. uve de*l eau s'ajoutent de
plus leur long service, leur bon march dentre'ien.leur longue dure et leur
haute valeur de revente Luxe,beaut et souples**, et leur b-illante performance
sont vtres dans la Dodge Sx ou dans la Dodge Huit... la plus grande satisfaction
i'ii n'n* !> i| d boni i m m He.
DDDE& BROTHERS
SIX A N O EIBHT
Ki\EhI{S GARAGE
Distributeur
KOE PAVEE PORT-AU-PRINCE( HATI)
l'MONE: 'i2M A 18.
Topos
cachets
_o
La Municipalit de Toulouse dont
le Prsident de Conseil est Moiim.mi,
paymood Lcvkup. vient de faire
Installer dan la dpendance de
les da mariage, un appareil le nu-
que, destin charmer 1rs cou
joints... jusqu'au mu sacramentel
exig par la loi. L'ide esl heureuse,
d'abord parce qu'elle ralise comme
na avaul-gout de la lune de miel,
et ensuite parce que la musique
adoucissant les moeurs, lesuouveaux
maris ne marqueront aucune hte
d'aller se bcoter et ce sera tout
profil pour les invits, qui n'tant
plus acculs aux bouches doubles,
pourront tout a leur aise s'attarder
aa buffet... et s'empiffrer en mdi-
gant du couple.
On pourrait,me semble-Hl, rali-
aer II mme chose chex nous... il
auftirait d'un ortophonique... et de
quelques plaques de choix telle-, que
cSbinea, Ramona el des partitions
de la Plate Enchant
A cni de l'ortophonique, qo
pfs-voui de l'installation d'an inguu
Manaoken-Pis si cher iux H
I choy des trangers, dont le ro-
binet symbolique.., arrosi i dl c i
pieusement les invits de
eieux RHUM SARTH CACH I
POll?
Amicale
di S uiiaairs.
Sraiicr IIIMlll a> lAmifale du Collge S lint-Marltal ont lail
chaatar une messe la mmoire
de leurs coUg'ies dcds au
cours de 1 anne. Ce fut une c-
Llleaeu lieu dmnnch* ma- rmonie mouvante laquelle
MaJame d> Nasillea
. Commandeur de la Lgion
d Honneur.
L\ s journaux d i Psria rsp-
portt it, el aucun d % ne peu)
en nimaler sa : n le foie,
3ue Madame de N i lillea v en
e recevoir du Gouvernem
Francis la cravale de Com
man l ar de lu Lgion d'rtoo-
neur.
Mj lame la Co m i esta db
Noail.es est l'un desplus g
poles lyriques des temps ac \
tuel.s et des livres de pomes I
Courue l' Ombre des jours ,
a Les vivants et les asoitas
a Le Pome de I Amour ,
a L'Honneur de soull ir itl -
tent la puissance et 1< vari
aon gnie.
Madame de Noai'les n'est P
seulement une grande po
Elle a publi aussi des romans
da lout premitr ordre. Et tout
dernirement encore,chez Gras-
set, elle donuait Exactitudes ,
an ouvrage de ptse dont tous
las critiques oui lou la haute
porte.
tin, aa local du t'etii Sminaire
Collge Saint-Martial. La sance
tut ouverte sous U prsidence
de Ma Edmond de Laspinasse
q li :i c< lie oc isio i, un ti*
joli discoura, gracieusement
mm n, ci, a' qui u gif ru d,
lit avec uie diclioo impeccable
et sympath que. Basai e un l
ve du sminaire prit la parole el
d ins u'i discours I > bien tour
n porta I salai d s j tua s ius
;ti ies. Le diaooara lui i ni pa< ie
j une Alexis, Un de nuire ami
Uo Aie] I
Ensuite Me Lon Lianlad I,
S rlaire Gni si lut son r ip-
port. Q telquea minutes apr ,
le de .Dl ter Mr I Dr Hoy lui le
i L s dotil I mu a nia turanl
v tta 11 P a Ch isi. Suprieur du S
iiiiii.uie, pronona ensuite une
bi".il inte 11 locution.
lui dors le tour du S
taire d Eiat de l'Intrieur ei
du Comui< ce M. Aug i -te Tur
qui n m rcis les o rteur
in i ( dents des paroles srn l>' -
q i us avaient eu ;i dire du Pi
si I ut de 1 i Rpubliq i i du
il. En
On p 1898 ,i i'. I i bon di
>|u il a membres pour rem d -
i i. ri mambi pi i i lants d
Comil de > i eclion. Pe< mi U**
I iii'inl) "' S soi I mis lig i
d les noms de un- amis Loui
Homo et C ma a ilia May r '
Iut bu enl no nm d'un com nu
iccord VI mbres d'homeur d
I A sa i iti ". Les q i dre no
\ lus sont MM. Dsuis
II m lelorf, Fritz Ma %i nitien,
Robert Duplessy el .1 < qoss C
\ .tome. Le Prsident allant lev-
h se nue quand, sui la d>-man
t M. Clment M igloire, d
'ut \ ji ..i ii la u ilion, on
\u le tel ai boas A l'sd
du Comit qui ! ig*a svi c l n
compteoes et dvouement les
m :6is de l'Association uen-
l mi laune qui vient de sec ou
1er.
, Pout LOS UORTS Dl l'avnki:
Hier matm, en 1a cha telle du
Petit-Sminaire, les membres de
l'Association des anciens lves
prennent pirl tous les 'ves
et o l'on rem rqu iil beaucoup
,de persomiahis.
POIH VOS PlliRiMCI M
Un b" n -s amis qui a
Bu un Cas de malade cars lai
n'a pas pu dimanche aprs
midi tiouver une seule phar
marie o il po lirait taira eie-
c ter une ordonnance. Oi
voil la catastrophe que ce se-
r il si 'e cas du 10 ila le av nt
lse.pre Mus pli nui i-
neus pourraient s'entendre
entre eux. A tour de rle,
une ph.i'iu icie. resterait ou-
verte le dimanche toute la
journe. Ce serait mi'aei/r^
de philanthropie d abord. H,
iMsuite,il estdesdim inchesou
ces pb irma "ies ne perdraient
p.es tout a lait U Ur JOUfue.
Que s'ostil p is
Panama?
Cj islqaes brves dpche de
prisse du mois de janvier o >t
ne nt ion n sans aucun dtail,
[u'une rvolution ivait eu lieu
a Panama, capitale de bi Kpi-
hlique d c e nom, et que le go i-
veruem ni avait renvers et
ra nplsc pur un coini' revo-
it ho > na ire.
Q lelques |Oura p'us 'ard deux
mires ibmi'h s avaient annoi)-
pie la prsidence Vait
dl ne M; K car.io Joiquin,
Si mil rede Panama Washing.
ton. qui a accept, et que le
nouveau chef du gouvernement
nvaM quitt son poste dip'om -
h pie e! avai pris possession du
oir.
Nous avons demaada uol.e
iiii.ilioun'ur Ca mile J. i.ou,
mien ii i ge de Mission l'a
uua, de bien vouloir rensei-
411 1 le lecteurs du Matin sur
ta nature et les conditions pro-
bables de cet vnement poli-
tique plein d intrts pour nous,
tant donn le voisin.^g; de ce
Pays et du n re. et surtout
Cause de sa situation interna
l Dernire
heure
Le flaral Batlb-r ae tassera
lits etast la Caar Martiale.
Washington. 9 lvrier
e Secrtaire d'E'at de la Ma-
ri ie Charles Francis Atams
a surpris Washington quand
il a aiiuon e que e a prse li ses iei{reispour
avoir dclaaue le P>emie
Bemto Mussolini tait un
: hmeeux et un mauvais
conducteur et que eu vue de
ses excuses, les charges et les
spcifications d'aprs les-
3unies le Major Gn al But
e- devait passer par de van
la cour martiale sout rappor-
tes. L incident est clos pa<
de lgies rprimandes
I Ollicitr du Mai me Corps.
Le (ieneial Buitier dans s
lettre d'excuses dit que se
remaques concerna ni Mou
sic Mussoli. i il. v.uil le 'on
ietupoi..y Club oe Pb ta le'
plue U U {a ivier e.oei
'couliueeaeutre qUitrcniurs'.
Et Unissant sa leurs le Ge-
neral Buttler iii : 'Je regrette
iiili.iiiueut cet luci lent et le
Lut que mes remarques mdis
cries aient cause, des embar
las au tiouveiutiiieut*.
I.i ijces-.! >u des regrets dt
Bu.lier et sou loug et briilaai
eut de services o il porte le
Secrtaire d Liai Ai .tus a
'.te piuii'ji tendre pour lu
dans ses repi tnaiiJes. L'opi
niDii a Washington est qut
par la Uipiioa de ces demi
uil'miie>, le L)epa eOMUil ac-
t d s'est sauv. lui i.nie d e n-
banus el ta solution a trou-
v uu assentiment uua mu.
Programme
des Ftes
du Carnaval.
ETRANGER
Un grand iascendie
a la PouitePltra
Le mois dernier uu g anal in
candie clata la Pomie-a-r'iire
dans le quariier coiiimaici I
y 1 iiini'e trois iuimeub.es l'u-
reu en moios de quelques h- n
res la proie de fljumu !,
couimeic mi ihi squi te teucla-
ta, M. Au aine GiOritl, un sv
rien, a iepprheud. Les per
tes sent ns leves. L- Nou
veiiisie de. la Guadeloupe le-
value plus de douze millions
de francs. Ce qui a tendu pi a.
facile cii.uii- us dfais oec
sioines par le sinclie ces jus
qu ce jour il .1 y a pas eueo *
a la Poiu e-J-i-'ide un corps te
sap urs co 1 1 u. co mue il y
en a ua a Fo< -de Praucc ai
dans oui. s les g andes villes
des Auulles.
Nosaiiicrescondolances aux
victimes de ce grand incendie.
Maisons 4 louer
Exe Hri n ni 1 a n lis cii
toriabie Eau, t. Iricit, etc.
Rue du i.hampde Mars.
S'adresser, pour le reotH
Kneinents,au Matin >u au .No
2750, Tlphone.
Nouvelles
Nominations
Parmi h s nombreuses nomi-
nations l,i es au Dpaitemeit
des F.n nc^s notons celles de
MVI (mail s D 1 I ssy en rem
placement de M. Fredri G iet-
jeus, I) sny t'ksquei en reia
placement de Alherl M. (iuffie. ,
M Justin Auglade. Co nmiss.ore
du Gouvernement prs de la
Banque, en remplacement de
M Auile Co'berl. M Beaulieu
SUCC le a *l Constant l^eys el '
M Louis Mevs a H. Eiie Moi
setie.
Le rarsaval de Hiaaarhr
D muithe, le j. ru.n .1 s est fiil
remarquer p.u- un edrain qui
fut rs> ndialil v r le cipus
cule. C tait d a Heurs le der-
nier dimanche ^exercices. Di-
manche prochain nous serons
au seuil des (rois jours gras au
( cours desquels grce aux orga-
nisations qui oui t fattts le
peuple s jiii sera gnre semeat
et sainement.
COMalUMIQU DU LA COMMUNS.
Le cortge.
1 o La Police 2 3 Groupes
a pied el Masques divers 38
Cavaliers et bicyelelles 4
La Musique 5 Le Bul
Gra< 6 S* Masjesl Csrs-
vnl 7 Les Chars des E u-
diants 8 LesChaisdes Kei-
nes U o Autres Chars 10
Autos et autres vhicules con
enant des Masques 11 La
Police.
Le co' lge suivra le parcours
suivant :
1er jour: Hue du Quai,
Rue dea aars, Rue Rpub'i-
Mine, Rue des Casernes, Place
.ouverture, Place Dessalines
venue Vert res. Rue C*. ois.
Tribune, tour de la Plaa, ad
b'inm.
2 ne jour: R e du Quai,
Aut Houx, R I) Auby, Hu
Keiou, Hue Gll ^rd. Avenue
John B ow 1, Chemin des D dea,
Hue Venires, Rue Capois, Tn-
oune tour de la Place, ad lib -
um.
3me jour: Rue du Quai, Rue
Dnis Deslouches, flare Lou-
venure,Champ de M .rs. Avenue
f o'g s W.ishi g on, Rue Ma-
^ny, Avenue Grgoire, R.ie Dl
v dam, nueCapois, T ib ne,
A eption des E u liants el des
Peines au Priais, Rception des
Reines au Cercle Port su Pi in-
ieo, Rception des Eludiauis,
les Reines et d s propriaires
les plus beaux ch^rs, le plu- joli
;ioupe, ei pour fi iir le M "que
e plus dt -, I H'el le Vile.
Les principaux prix :
es Heines : Uu souvenir i
h Les Nssociations
oEruniANTs : Ui souvenir a
chaque is-ocation
Chars
l*r prix : Arstin B?by
2ma prix: Radio E acl ol
deme prix : Une coupe.
Autos flburibs :
pris : U > coupe,
ie prix : U Bibelot.
Autos dcores :
eu papier c p
Prix : Un .ouvenir.
Balcons dcors
en pa.,11-1 ci e
Prix : l5i nouvi-nir
I E GROUPE le PLUS original
H ix : C u u e- e*. e .s G 150
l E MASQUE LE PLUS DROLE
Phi : Cd-.u eu rs,.o(j 10 1
M'X BANDtS LES MIEUX DGUISES
le pris : 2dd ^u ua.
2me pr x : 10H I
.'liiie prix : 50
lu Corps diplomaoque et con
salaire el aux personnages olfl-
i-ls qui voudiout honorer les
ttes de leur pre*ei.c< Les places
di ecOnd ei g aer Oui graluiles
L n du 1 1 c l g,- Mura heu
pour les personnage* otficiels,
par le grand escalier d honneur,
pour le public payant, par les
e-c*l e Esl el Ouest L'escalier
Su 1 desservira I. secon t l-g-.
Recommandations spciales et
mesures durdre.
Pour assurer luinre puitdii
pends..I le dfi e du coriee, o
ne sera pas admis :
l3 Q le les veh.culfs non
dcors 1 non o. i ups par des
m "sques ainsi que les ea Va tiers,
cy.lis.es ou pie oiis ne t isan
partie o'. ucun groupe d g -s
y sou ni 111 e e>;
2 -. Q le ces vhicules, ca
van. rs, cyclistes ou pi ons cir-
iu enl en contre sens du dlil.
La Police assurera l'ordre et
le respec.il ne ser 1 doue toUr
aucuu piopos ob>cne, aucun
geste indcent ou de provoca-
tion.
Il sera tenu la main i l'excu-
tion de la loi et dea arrtes
ommunaux lglemenlant la
circulation des vhicules.
1-
2
Diverses
Pur Sans m
7 Fvrier.
Washington Le secrtaire
d'Etat Henry S imson a labor
une nouvelle rglementation
pour la politique de Nicaragua
qui place les pou e oir s actuels
aux.miins de la garde nationale
avec les insnnes assumant ni
rle inael t.
New-Yoi k Char'es Pierceu
an employ,s emprunt 207 00X)
dol. de garanties de Is Nstionsl
City Bank, ses patrons, ssns la
connaissance de personne, pour
taire l'exprience d'un Systems
de pairs sue courses de chevaux*
11 ne saura jamais si le systme
opre, car ils l arrt.
N w York. Le Secrtaire
d'Etat Henry Stimson s souteui
que la politique latino-amtri*
aine des Etats-Unis est sassi
noble daus sa conception gn-
rale et applique sauvegarder
l'indpendance et le bien-tre
des rpubliques soeurs dsns l'A-
mrique du Sud qu' protger
les intrts des E als-Unis.
Chicago. William Juergens,
Prsident d'uue maison de bi-
jouterie, s'sat suicid en se ti-
rant une balle travers ls tta
dsns son appartement. La police
ne put dcouvrir aucun motif
cet e action.
Rome. MichleSchirru, ar-
rte pour avoir ei an possession
de bombes et d'armes leu, a
confess qu'il comptait sttenter
h vie du Premier Mussolini,
s annonc la police.
1.0s Angeles. Trois jeunes
voleurs accuss de plusi urs
hold up , y compris celui ds
Doug'as Fairbanks, actenr de
1 me01.i, une de lems victimes,
ont t condamns aujourd'hui
servir de 7 annes jusqu' la
vie un e u prison oemeut nu p-
nitencier de San Quintin. Les
jeunes gens sonl Eeddy Grillon,
Honald Brice et Kennelh Gol-
den.
Los Angeles Comme tra-
vers le tombeau de Caruso, uns
voix s'est leve. EuicoJr, fils
d E rico l'incompaiable, ira
vaille la lctie de lormer sa
voix dans un studio d'ici. Et
ta .dis que la rptition mono-
tone d -> exercices dveloppe sa
voix, la lumire d'uue gloire
inex inguible baille dans les
yeux du jeuat h u ne.
A louer
Une bonne maison de six
pices dans les parages du Sa-
cre Cur, conlort moderne
etc. Prire de s'adresser au
Tlphone 3112
A.N. 81 UNE
Incassable
UN Parktr Due-
lolU lut jl
d'un atrupuuM
a 3,UUU milles pieUs.Ls
baruiei Parker termif
n/lt aertit luUemiMUela
cuuie. La puiute tait
mucte. cucore, le i'ar-
ker iluoiotU esl 2Suio
plus legar que tes plu-
me* eu cauutcouc
iuuueut l7,^o/o plus
u'encre crit muu prea-
uuu m m 47penesuoa
neuicuia qu'on na
Itrouva pas usas tes
autres marques.
inue/tnimem garanti.
L.sllli)uleuia,
MOuiiel i-AUPlN
lionale vis--via de la grande
Rpublique Amricaine d s
Elala-U lis.
Noas commencerons demain
avec plaisir la publication des
no1 es que notre toujours aima-
ble col abora e r a b en voulu
rdiger pour Le Viatin.
it u -. C* SOIR
Un beau film plein de gaiet avec le roi da rira Andr Roanna:
CHOUCHOU4POIDS
PLUME
entre : 0.50 ; Bolcor : 100.
Le liliuiii Barbaucouri
UN BARBANCOimT
pl &ut des U*i
_1


'
LE MATIN 10 QMiT W
Al i u >>
Mosaques laUlen es
CharJier-Malebi anche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1221
Tlphone : 2680
mf*~

.*
j
U M xS iir i
donne de a fore

i

Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
u Cur* jr clobfol
augmente 11 force nerveuse
i cl rend fui ner(> rajeunit
toute lewf rsrgir. Ijur
.ueteaae t r*u> v.ai.eux.
r ^----.Citait*
M >. f . .r.m
m
OLOBOt,
permet
U maai.-rtum
delorli


aVa'/-.' ".M Ift tVltUft!
rr I .' rrraenter la -'o-
l(<>l artificielle, loiit o
partait v -u1l f. Ira n%
Mthode <-..p:.blt (la r*mple
eer U Iraatfutlea anu'i'na
e'Ie-nicme ri ceci avec avio-
l'K*. ii.i-.il-.in. maifrr mi ii
raillr (oajjouri avoir recourt
elle, au moint dam let cat
argents, nout n crojrooi pat
Sue la Wrotbrapie pu lu.
onner, en una foule de cat,
let -. iil!>. reraarqaebl.i
qu'en prul ateolr d'un, co-
te Btoloaeee de Globe). R
facj un orcanieaaa t re-
ani.olt'. S revlviltr, refai-
re. Cfsl Icujouri t ce dar.
ulcr que nuui donneroot U
prcfcitntc
D- m tWmtar,
L'ctiicit tt icienree.
Laurtt i, la Faculli d
affjrc.ne ne Patrie.
C\at*:-n
>
ad t.',
* TRUMP
Vrrow Shirt
jiimuiiiiniiiiiiiuiiiniiiiiiiiinjiHiiiiiiiiiiiiiiiuiiiuaai
COMMENT
RAJEUNIR ?
Les travaux de nombrenx mdecins
franais et trangers entreprit depuis la
communication mmorable de BROWN-
SEOI Alll) tur la possibilit de raleunir
l'tre lin mai ii part absorption de glandes
fraches d'animaux, ont conduit a celte
conclusion maintes fois vrifie, qu'il est
maintenant possible, snns avoir recourt
aux procds opratoires (Stelnach,
VoronolT), de restituer l'organisme,
chez l'homme nomme chez la femme,
on nergie et sa vigueur perdues la
suite de maladies, de fatigue physique
OU crbrale, le vieillesse prmature,
t d'effacer leu stigmates de cette d-
chance prcoce.
Brochure gratuite et vente :
SJOURN, W, BUCH, Pott-au-PrUm
et bans toute* les bonnes pharmacies.
LE GLANDOPHILE"
!,/, *y*"/rWewv t A. 1HOMAS A O
*' "t-l. PARIS
Horn Line
La meilleure eh< mi^c de
Broadclothe se dtaillant
aux Etats-Unis Or 2.15.
En vente pat tout en Hnti
Deux Dollars.
Aqents exclusifs pom Hali
Victor N. M ANSOl'H&(.
PO.BoxA-86;l,hone3417. [(PSPSIPS!!!
Port-au-Prince.
le slearapr Frida Horn,
de retour de SI Marc, est
attendu ici le 11 fvrier 1931,
pattanl pour l'Europe via es
ports du Nord, prenant lit
et passagers.
Le m s i Thrse Horn ,
venant d'Europe.sera ifI veis
le 10 lvrier, en route pour
Kingston, Sto Domingo et
Curaao, prenant fit el pas-
sagers.
REINPOl D & Co,
Agents.
Ml RATON
l ul* r.lur.l, a. CMATf L-OUVON
ti/'doute at t
.
Toutes les Polices J
DELA !
fi tu i
J I I III w% '
I BnaW ^# aal" A "
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamontation de tau*
| Eu y.Le Boss HC
2
IL
Agents Gnraux
%..,
liilBiBrifgiiF ********* *^**dmmmmmm:':M
LesConcours
DU
Comit hatien de
l'Alliance Franaise.
1rs Concours d< celte So
cit pour l'anne 1931 son*
de deux sortes :
1. Un concours de Con>
Cinphiles...
debout !
lia t annonc, hier soir,
que la cokmaele production:
Les Misrables
(Milieu 11)28)
considre par les critiques
L "ropeens les plu au'- ri?s
comme lu plus t> nie si per-
Pnnama RMlroad
Steamship L
Uaivau le l'Aftil lifiral
Port an 'rince, Hati, !
9 Fvrier 1911.
BULLETIN No 39.
ne
Les chargeurs sont pris de
noter que le S/S t Cristobal i
, ... e^t attendu Port-au-Prince.
position Fmna.se et pro ucion J,- .o.:s I-1. m,.s, H*"1, venant de Cristobal.
2.- Un cmpcous deDic |,. plu sensationnelle dat ra Caosl*
ion F*r naise.
1. Le si'jet du emeonrs
dcomposition franaise est
cebii.ci :
1 Qu'eu! l. votre avis,
la nation hatienne si, eo len-
demain de l'Indpeodsoee,
ses premiers uns avaient t
guide par Toussaint Louver-
tnre ? ou
2 Tout en rappelant nos
fi's qu'ils doivent a:mer leur
Patrie, ne devons n*NH pas
aussi Iravitiller leur rendre
cette Patrie agrable et aima-
ble?
Au choix des concurrents.
Le travail de chaque con-
Zone, le jeudi 19 l'-
lisa'ions '-"in'i{- idi:(|iit s vru'' 1931,
sera eihibi \ riti par l-es perin is de i .barque-
I imprsario R ntlAUVETen m''ii seront dlivrs pour le
de New-

Soire do Ga'a
Jeudi 12 liHi'i\
cause des I6tea du carnaval
qui commencent dimanche,
Donc, mliers tudiants,
proletseui s.liMii.mesde lettres
et gflistes al z tous en toule
tOat.rgaler jeudi Varita
ie Iimmortel chefd'ceuvre
da Victor Hugo.
Entre: 2, el 3 gourdes.
Irl desli talion
York et des ports Europens
sur demande laite ce bu-
reau.
Ce steamer partira le mme
jour 2 heures, p. m., direc-
tement pour New York, pre-
nant Ird, malle et passagers.
J. S. H. G VAN REED.
Agent Gnrai
* Loterie Nationale d'Haii
curren* sera remis contre
reu au Prsident de la So-
it le 10 .%Ot proehain.au
plus lard, sons une enveloppe
cachete,avec un No ou une
(devise.
Dans une autre" enveloppe
I galemen cachete e tron-
' vemnl lei nom t ornorn dp
I auteur Ce 'cm'' r pli ne sera
f ouvert qu'aprs le classement
des copies par le p"y
2 Le Conc- urs ie diction
liani'ise consiste dans la r-
citation 1 d'un morceau
(pro>e). 2 d'un morceau
(vers par chaque concurrent
jet 3 dans la lecture d'un
morceau, ver en proae. Les
trois textes son! laisss an
chois u iMquf (imii'ient.
11> t' u.\ note u> <'e r-
cnaiiou pe u v n* lre du
| genre cl ramai que ou du genre
comique, i hacini des deux
morceux sera d une tendue
d'une pi'ge environ.
Il y aura tro's groupes:
1 3 ( oncouis entre adultes,
2 e Concours enire jeiu.es
tilles, 3 Concours entre
jeunes garons
Let inscriptions en vue de
ce concours seront reues au
Secrtariat de la Soct. du
1er Mai au 15 juin prochain.
Le concouis de diction
franaise aura lien le samedi
27 juin, ds 8 heures, en no-
tre Htel France llat'i.
Un juiy pour chacun des
deux concours sera iorm par
le bureau de l'Alliance fran-;
aise.
Aprs clture de leurs dli
bratiODS, chacun des deux
jurys remeitia au Prsident
d la Socit, a%ec ses obser-
vations,les non s des laurats.
La liste sera i ubliee.
Des prix seront dcerns
aux laurats des deux con-
cours i livres ou objets d'art).
( omme lopjou'S. I s nnlri
leures copies de composition i
ttanaisedes lves des deux
s examens officiels des tude
primaireset secondaires seront
rcompenses par l'Alliance
Iranaise au cours d'une tte
solennelle.
Pourtous autres renseigne- i
menls,prire de s'adresser au
i Prsident du Comit Hatien
les.
les.
o
Hillet Dix Gourde Coupon: I) ux G >u des.
Premi'-r G. os Lut. i Quinze Mille Gourdes
Los a. 5,000, 1,500, jo, 150, 100, 50. 25 20, l (on
Trois Cent ei ua Lois Gagnants :
LA FURTU E i'OUH TOUS.
Vous pout i: gagn r Trois Mille (i rdes svec D. ux G.
la Lolerii Na tonale nflre le nia emeni le plus avantageux
aux i. iniiKic b non d \,i ires capitalistes, dsireux
ic i |< e ii l t (seuie ou i- mi J npe- ; liotts.
E.. uchelaui le: billets de la loterie, vous renouvels
gici un esi | e,votre capital chaque mois et le doubles
t..us hs six mois.
iiresMz-v ut vite la Direction de la Loterie, car dj
U s de menues y lllmni de unies les villes et 'ocalits de .a
Repub'ruue. Ketenez n'avance votre lot.
4P, Hu Boi ne-Loi, Phouc 3960. Port-au-Prince (Hali)
Vritablement
antiseptique
i DENTOL (eaa. pAae. pat
ira. tavon) ael un denrif riee La tais
eoureraunement antiteptique eteVsue
ou pa/fuin la plu. aareafale.
Cre d'apre lot travaua eW !*
leur, il raffermit loe leairiiee b
peu de joure. il donne aex dana laae
blan heur clatante. Il paanfie ITae
leina et eat r~ i ilituie.m naceaa
nianil aua fiimeura. Il Uiaaa eVatM
la Ixniche une aenaatioai de ieal-
ch-m dlicieuse H pnraiatanae
U DENTOL ee Itoot Un.
toute, le. lionne. cnaUock. veateVaet
de la parfumerie at deaaa toutee le
Pharmacie.
^nco!
Opot tearaJ :
Maiwm FKKKI-; r.i. rue Jacob Parti
I A I^F AU t>ou' rrr'roir aataita-
tiaaadi UliNIOL, il uffii d'
a U M.iton IKf.KF, 10. rue
l'aria, bmu eavalaajaja aflraadiM a Olr. J0,
on .dietae eu. i. et biea liaible, ea
f i-i.ii.iiI le piacaie
FAITES RARGENTER
VOS COUVERTS
Chez
H. BALLONI Fils
. Port-au-Prince.
PRIX
e l'Alliance 1 ranaise, 1315, Couverls argents 120 8ra la douz/de'pairesjtor
ue Lar arie. r Mm
ortau r rince, le 4 lvrier, 84 gr. .

1931.
Le Prsident,
L. C. LHERISSON
72grs
mm nu"
Coa rerla daaaert argente
71 ara I. doue, da pairee
Lenchea arpenles i 18gra. la pice
c f 12 gis
avec
m/I
Rgnrateur modem.
SUPER DPURATIF
L* pi.ia t&r, I* plut complet
Le plus pratique aux Colonies
Combat : Maladies du San;, de
In Peau,du Foie. Conttipation,
Age critique et PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR*
39, Rue de U CbapeUe, PARIS I
m. ArWt-ewArawirMrMaaa.luCli.
Petites cuillre argentes
a
ii puce
18 gr.
15 gis
12 gis.
la doua.
or
c

Manches rje routeanx urgentes 24 ?rs
t c 18grs
c r e 12 us
n
t
t
deuzaine

or
10.00
9,00
0
|7,H
T.00
3,00
2,00
S.Ot
.^,00
2,40
4.ft
3.50
3(0
Ton*e or rv n m n'ge 1er stec lO'r.cn de A1*utbb et
poinoon de charge dAkciimt.


.-"
-

!
I l
Mardi
10 Fvrier 1931
Le Malin
i m
UN MILLION DE
BTONvS PAR JOUR
Une grande production origa un grand dboucha
et, pour s'assurer un ^.rand dbouch, il faut qu
lapins fini qualit s'iini se a la quantit maximum.
Ce t pourquoi les ttons de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent le globe.
CHOCOLAT
AU LAIT
CA
BURY
Sadiess; r M.Joe Woollev.
Une bonne
prparation
pour le teint.
'Ru de Lys' dps iPrilWSSM de
la h ai* m m-ii* hara te Clef 11 lier
I aine, vit tll du kiost|iH' polai.
Ce n'est pas un secret; uni
lotion bien prpare base
i'oxychlorure de bismuth
l*s ftiiementifprcipit.
Ceux qui Le.) appliquent
quelque? |OOl s avant daller
au bal ou une rception
trouveront qu'el'e est indis-
pensable.
Indispensable aussi pour
les villgiaturistts ; elle em-
pche que le teint soit brl
ou tch par lai (leur de notre
soleil tropical.
Uime ANPWE N* 7210
p.jrt an-Prince
Tlphone : 2242
4 PAOfiS
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland
\
iar la GENERAL eat une des plue puitsanteset des plus vastes orgawbjalioei
de ee genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui enaDceses m
monde j
SesiPolices'contre incendie tcouvrent'auss les dgts occasionns par la loutre.
Sas Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, domaaagas
oaaaa a autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables ea riasu
Set Polices contre accidents sont valables dans I univers entier. Tous les .??*- .
geurs devraient donc prendra la prcaution de se munir d'une police contre aoadeato
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 /. soit 20 dollart U. C
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
SOUS- GENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHET Jrmat
000
Est une prescription de
Mclerin pour les Froids et la
Maux de tte ..est le remde
cou u le plus rapide.
b() en tablettes aussi
FOIE, REINS, VESSIE
CYSTITE- PROITATITI
URINKS TROUBLES
ArTHRITl RHUMATISMM
Gurlton par la
KITINE
ntlitptlQJt pullltnt qui Cllm. Il rfoul.ur,
olwlfli lu urlnei t dliiou! l'tcldt urlou*.
TOUTE PHABMACIE8
haaaa vidal, sa.r i. cnnt. paris
A LOUER
Deux excellentes pices
d'appartement, bien s-tueii
la G and'Rue, quartier coin*
ruercial.
'Var'rrpser
M1 John WOOf LEY,
Grand Rue.
et
Manufacture Hatienne
de Liaarelles
GEBARA& C
LES CIGARETTES
Bat Bas Fanlal-Lon
" Dessalinienne*
m Colon
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
Grce lafinessede leur arme font les dlices
des vrais amateurs
Panama Railroad Stamship Linc
Service de frl el de passaqers enlre
NLW YOBRC1TY N. Y. CBlbTOBAL, ANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de I AMiiRlijUE du SUD
Plus rapide el le plus direct service de transport de passagers etdu trw entre Haiti
les ports Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe : j
Angleterre ficosae Franoo
Mps. G W. SHRLDON & Co- 17 lames Street. Liverpool. Knoland
The followioq arr eir Ageals al piianpal ports ia Kurspe :
IrJNGLAND, SCOILaND, FRANCE.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpoul, Englan
la rance, Messrs ;G. W. Surdon % Gj. re re prte ne lio/ the tollowin flrms
Cabinet de
e ARTIIIK DARTBS HAMKAl
AVO( AT
Incitn minis'ifdc del Justice
Rue du Peuple (entre les
rues des Miracles et Pave)
l'ort-uu Prince.
Viennent
d'arriver
Un Port Stock de Pneus
et Chambras Air.
DUNLOP anglais, toutes
dimensions,
Pour voitures et^amions.
Chez
JohnpH. WOO M.EY.
Grand 'Rue.
Royal Mail Steam Packet C
Le steamer"Phylis Seed" venant de Londres, K'najaton et
du Sud est attendu Port-ai-Prince le 11 Fvrier,prenant
fret via le Nord pour IIavre,'Auvers, Londres et tous les ports
d'Eure ps.
I.J, BIGIO
Agent Gnral Tlphone : 23111 ^
Onzano Blanc
Glulvtly HcNCgf & Co
21 Ruejdela Rpublique '
Via rsei Iles.
HawNU Peron& ', Ltd.
53 Quai George V.
Havre
Hernu Peron & Co., Ltd.
Rue du Moulm Vapeur,
Boulor.oe sur Mer.
Messrs E. A. Bbnoix & Co
M Allen^ide. Copenhageo.
Oslo. Nouway.
International
jneedlti insselkap Oslo.
M \ MASTIC KfiBIGHr CORP'N
BUainht'i*. la nb irg 1.
Garni irjy
|Messes \tl\n ne !Vbiob*t
Corporation
Germiny
Msssrs Vtlantio FRBfNeur
Corp n.,
24 Qini JFordiens,
AniNvarp B-i'niun
I
rlMff PeRes W Ltd
93 Rue des Vliris,
Paris.
Hbrsu Peium & Co L'd.,
Ries le Tra-mditiJ
Dj ikerque. *
*T
LU.
ri
Hmnu ^eron & co
Q 9 Kue R>y,
^ Bordeaux.
Gbn )E, Italy "I
M:>srs lHAt loi A :LBun
Pivzza S VUtteo N > 15Geaop
CorrsNoURo. Swbden.
"I Nardisk Express,
Coihenburg,
Messrs Atl\ntic Frsiqmt j
Corp'n.
"Kon'Rmmap'ein 3,
Rotterdam Holland
Messrs Steimann & Co

C'esP le Veimo
p.r consquent iea appris i.
LE CINZANO BL.\ ^ '- eu
penses tontes les expositions et
prix des plus raisonnables.
En gros cuec A. de MATTEIS.
h n' agrable, le plus Mot i^se et
les plus hautes retoaa
se vend sur place ua
Un bon Ceneei.
Quand voua aurer i oflrir
des fleurs, il vous laudra ea
itrir de balles, et surtout.
m elles soient bien prsen-
es
Mme Tliguy MAT'loX.
Aveau^du rraVaU(BoiS-Vor
a) Tel. 2S.K).
Voua eu iiuruira selon va
Ire go ..ouiouuei.coibciles
|U j^eivoes.
Grand Caf de France
^Sou? la directio i avise et intelligante de Monaieur Praoaois
Oiraldi jui est devaaa l'associ de Monsieur Patrie, le uroar-
taire <\p cet et iblissement qui n'a pas #d,ji', le GRAND CAK*
DE PrtVNCK, ofte ses ai.n eoasb n aauo>n la plus fi tes, les vi is te toutes provenances les
plus choisis, C'gires et Cigarette*, San lwichas, varis,* des prix
dfiant loule ce icunence.
L'accueille plus sympaihiqJe continuera A tre le meilleur
attrait du Grand jl de l-ranre.
PA'l^Zl A o. Jiphoe mi.
Insurance Co
Une;des', plus tortes,,COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnc*raux
i_
w M
ri


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs