Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03828
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: February 4, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03828

Full Text
Clment Magloire
MM, RUK AMEK1CA1NM
TELEPHONE N*2242
lUsaelri-Tons aie celui as'H1'
ail aas^recetair UB,boa,eeiufilLae
ftil bi pins tre stttsTl '
tussirrr unie. Si^aui ut uiln pas
stealer la raisea.ellr ut masqura
iai se te faire sealir. rhlftailfl
2ime-AWi\t.t. N" 72Ui
FORT-AU l'hIN .E ( HATI )
MERCREDI
U'Incldamt de> la D. O. T. P.
BIRE NATIONALE* L'affaire
La Vraie Hatianisation
oomontr nous devons l'entendus (i)
DE LA
Encore quelques rflexions
utiles et noue finirons avec
ce sujet, du moins envisag
sous cet aspect actuel; car,
sur le dveloppement des ser
vices do trait, comme de
tout service public, il y aura
toujours des considrations
indfinies i mettre.
Tout le monde est d'accord,
esprons nous, pour sdmettre
que ces services du trait, res-
teront acquis notre organi-
sation administrative. Autant
vaut, par consquent, agir ds
maintenant comme si c'tait
chose faite en tudiant, avec
le* fonctionnaires amer cains
respectifs, les adaptations et
les soudures a oprer pour
que, dans chaque domaine, le
service puisse tre cousidi
en lui-mme, en fonction de
ses fins naturelles, sans qu'on
ait se heurter tantt &rn
ct hatien, tantt son ct
amricain.
Au dpartement des travaux
publics, cette unification est
en grande partie un tait ac-
compli, non cependant d'une
faon assex parfaite pour
qu'et pu tre vit, par
exemple, l'incident qui nous
a fourni le sujet de cette srie
d'articles.
Dans le service financier, le
dpartement des finances et le
bureau du conseiller financier
occupent deux personnels
absolument distincts et fai-
sant double emploi pour la
plus grande partie de la be-
sogne administrative exp-
dier. Dans le principe, le Con
seiller financier devait avoir
son carr au ministre des fi*
oances, et Washington, lors
de l'examen des dtails d "ex-
cution du trait, en 1916,
nous nous taisons tort de l'ai-
rmer, tout au plus le
dpartement d'Etat avait-il
envisag qu'un secrtaire
Pourrait lui tre adjoint. Pour
expdition de ses service de
contrle, le personnel du d-
partement, ainsi que ses li-
vres et ses archives, devaient
tre sa disposition : les uns
et les autres n arrivaient-ils
pas convenir, il tait enten-
du qu'on les rformerait dans
le sens des ncessits nou-
velles. Au lien de se dvelop-
per dans cette direction, la
coopration a donn naissan-
ce deux personnels et
deux chefs et a vers, c'tait
fatal, dans ls concurrence et
l'hostilit, an grand dtriment
de la partie la plus taible et
eu prjudice du trsor public
qui, nous le rptons, tait les
trais de deux services admi-
nistrant les mmes intrts.
Une entente s'impose ce
sujet et la ncessit de liqui-
der le .trait en oflre l'occa-
sion.
Il est facile, en comparant
le texte dn trait relatif aux
fonctions du Receveur gn-
ral ce qui se pratique dans
les boraux de ce fonction-
naire, de voir que son action
a t considrablement lar-
gie. Ce n'est pas su moment
o le trait prend fin qu'il
peut tre intressant de re-
chercher les | raisons et de
fixer les responsabilits. Mais
ls chose peut tournera not e
bnfice en contondant le
services d*s comptables-
payeurs des ministres avec
la section corresp ndante de
chacun d'eux aux bureaux du
Receveur gnral. Une lusion
pareille est i tudier entre les
service du dpartement du
commerce, dont relvent les
Owusnea, et les services pure-
ment douaniers de l'office du
Receveur gnral.
Nous pourrions appliquer
le mme principe, consis
tant unifier nos services pu-
blics ayant mme objet,aux
services, qui attendent prci-
sment d'tre organiss, du
ministre de l'agriculture et
de l'enseignement agiicole,du
ministre du travail et de l'en
seignement professionnel.
Mais ce dernier peinte vu la
crise et la situation qui en est
rsulte, est traiterdejaon
particulire.
En rsum, nous pensons
que liquidation des services
du traite et haltianisation de
ces services sont, en ralit,
une seule et mme opration
ayant comme fin spciale de
crer tels services publics ha-
tiens sans plus aucune d-
marcation entre personnels,
sur la base de l'tat de choses
.(coulant du trait, et, pour
chaque service, d'u e lgis-
lation organique. Tout cela
ne peut tre tait qu'en co-
opration et non le mousquet
aux poings.
Soulignons, en finissant,une
remarque i i-portante. Toute
cette organisation tant sup-
pose faite, et puisqu'aussi
bien ce qui est surtout envi-
sag dans le dmarches ac-
tuelles est la substitution d'un
personnel hatien au person-
nel amricain, pourquoi cette
rforme, si elle est mene
avec entente et habilet, ne
s'oprerait-elle pas, en atten-
dant 1936, dans les postes de
direction mme des services
du traite? Celui-ci ne fait pas
obligation au gouvernement
amricain de ne dsigner en
Hati que ses nationaux, et
pour certains services, tels
celui du conseiller financier,
du receveur gnral, du direc-
teur de l'hygiue, des contri-
butions, ne pourrait-il pas,
comme Panama, prsenter
des Hatiens parmi nos plu
honorables et nos plus com
ptents? N'y en a-t-il dont
pas? Et quel moyen serait
meilleur pour haltianiser les
services sous le contrle
mme de Washington?
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Protqcz votre uoche et
votre sant en la buvant
toujours.
Riqaud
Mauvaise
plaisnnterie
Depuis samedi le tlphone
ne cesse de rsonner dans nos
diffrents dpartement* uainis
triels. :
All I Appeler le Chef
de Division o le .nef de
Bureau, annoncez que les
employs X. Y Z sont relevs
de leur ion lion
Qui parle. S. V. P.
Le Clef de Bureau du
Cabinet Particulier.
Avant de demander d'autres
renseignements, le rcepteur
est accroch.
j Noua trouvons cette plai-
sante! ie de tort mauvais got
et demandons i ces farceurs
de ne plus recommencer leur
vilain jeu sous peine de se
taire pincer par qui de droit.
Fin.
(1) Voir La Matin partir en 80
Janvier.
L'Maiaiiirat'os Csaassale refait
les triait es Carssvsl
Avant-hier aprs-midi las
membres de la Commiaaion
Communale ont reu, avec une
demi-heure d'intervalle, apa-
rment, lea cinq Reinea du Car-
naval de cette anae.
Chacune d'elle a caus asrz
longtemps avec ns Ediles et les
valeurs qui leur sont alloues
leur ont t remises pour elles
et leurs demoiselles dhc.nm.ur.
D'api as lea projets qui entt
confis ,par lea Reinea aux
Membre* de la Commission
Communale, lea chre aeront
de toute beaut, et partout de
toute originalit.
la Fee letar Cessas*
aogsirste si aredurlies
Par sans fil
New-York Les rapports
Wall Street dclarent que
la Ford Motor Company aug-
mentera bientt sa production
et ajoutera son cadre d'em-
plois.
Il a t dit que les rcentes
rductions de prix sans doute
ont stimul les ana res, les
routes hors de Dtroit, rap
porte-t-on sont remplies de
camions de livraison de non
veaux cars et une compagnie
fournissant du matriel a
Idclar qu'elle a sugment
ses fournitures pour la semai
ne prochaine,
-o-
Use greva a tarif ass les sa) s
eu fta AHriaie.
par sans fil
Buenos Aires argentine -
Une grve de tarit paimi les
pays d'Amrique du Sud peut
tre le rsultat de la dpres-
sion conomique mondiale.
Durant les dernires semaines,
un nombre de nation a adopt
de nouvelles provisions de
tarifs ou ont revise les au-
ciens pour protger la pro-
duction nationale. Les tarifs
alertent? principalement les
matires brutes qui ont cons-
titu la masse principale des
exportations latino-amricai-
nes.
M. Charte Moravia
Cin Varits
C'est devant une s-dle combla
o I on rt-marq iil aussi des
silhouettes de bennes que M.
Charles Moravia, le distingu
Directeur du Temps, exposa,
I lundi soir, le but du Cercle Po-
pulaire qu'il vient de fonder.
Ce but est de crer un pont en-
Ire l'Elfe trs raffine et la
masse trop ignorante. Il n'existe
pas, chz nous, dit lis juste-
ment M. Moravia, d classe in
termdiaire entre I Elite et la
Masse Et G est lune des causes
de beaucoup de nos maux C'est
pour cela que le Cercle Popu-
laire est cr. C'est pour que la
petite bourgeoisie puisse avoir
un endroit o s'amuser dceui
ment et s'instruire aussi.
Le projet de M. Moravia fat
accueilli avec le plus grand en-
thousiasme. Des centaines et des
centaines d'adhsions turent re
cueillies. Le Cercle, pour cou
mencer, se tera construire un
local sur un terrain de 1 Etat
qui, on l'espre du moins, lui
sera e-fleri parle Gouvernement
de la Rpublique M. Charles
Moravia en a cas d'ailleuis,
hier soir mme, avec le Prsi-
dent Vincent.
Toutes nos flicitations et nos
meilleurs voeux de succs a
notre conlire.
o
Au Dpartement
de la Justice
Nous appicnous avec beau-
coup de leg^et que no re, colla-
borateur JttStlnieo tticot a t
remplac au Diparteansol de la
Justice comme Chef ne Bureau
par M. Ernst Lon. M. Ricol est
ua crivain de ta!en et un loue-
tionnaire de probit et de coin
pience 11 tait a celte place
depuis dj que'que temps.
Nous prsee'ons nos compli
ments S son successeur qui lu',
il y a de cela quelques mois,
Chef du Service des Affaires
Communales au Dpartement
de I Intrieur.
D'autre part, on nous informe
que le Payeur de ce Dparte-
ment a > remplac par M.
Edouard M a thon.
-e !
t
On se rappelle le bruit qu- ,
fil, ici. la prtendue agression t
du jeune Rigaud contre Mou-
sieur Louis BoVno. ancien Pr ... a revu, hier ^vJJ
aident de In Rpublique.Desgens quelque plaisir, le fou dont la
voient t mme jusque Sire *" * * de dessiner
que la jaune homme avait trap-
pe au visage notre ancien Pr-
sident. Et lout le monde avait
fl igell la lichei qu'aurait cons-
titu un acte de brutalit p -
reill don jeune homme de
ving' ans l'adresse d'un BOBS*
me d'ge. Les faits, heure us^--
ment, n'taient pas lout lait
exacts, tmoin le pnssuge il
cette lettre de l'ex Prsident
Borno que l'un de ses proches
nous a communique :
... Dans les premiers jours
de Novembre 19110, un malin,
veis les onze hem es, rue Antoi-
ne Dubois, prs de l'Ecole de
Mdecine, une petite rue es
calier, avec sur un palier ce-.i
Irai, la statue du Dr Vulpian ;
pas un seul passant.
Au momen' o j'atteins l'es
calier, j'entends ces mots pro-
noncs d'une voix caverneuse :
Lche, Tratre !>..le me ri
tourne et vois. cinq ou six pa*,
00 jeune homme d'envuon '23
ans, teint clair, tis ple, planl
tout raide, l ges dans les poches de son
pardessus
Moi, Iri Iroidemcnt : Qai
l s-vo s ?
Lui, toujours caverneux :*L'i
hatien
Moi un peu vivement : Mais
c'est vous qui les un laclv
puisque vous me piovoquez en
vous cachant sous un mot v.i
gue
Lui, vis blemenl atteint : Bta
bien I Je suis Mr Rigaud, Ois
de Mr Ernest Rigaud. G'etl
vous qui m'avez lait pnrlir d'Uni-
ti. Lche, Tratre Les ba-
onnettes amricaines vous ont
chass du tays.
Moi, avec calme et ddain :
Je vois que vous n'tes qu'un
pauvre ignorant; vous ne m'ins i
pirez que de la piti.
Il marmotta une giossiret ; i
je lui tournai le dos, gravis
tranquillement l'escalier et m'en
lus admirer la statue de Vul-
pian, unique tmoin de l'hros-
me e Mr Rigaud.
Et c'est lout.

t
iaro'tle tait, jadis, de dessiner
des faces de saints ou de vier-
ges aux m m s de toutes les mai-
sons, et parfois aussi sur le ci-
ment grl des trottoirs. Il pas-
sa, la lie baisse, l'air ailleurs,
et comme par le pass il avait,
entre les doig's, un morceau de
charbon, son crsyoa de dessi-
nateur. Mais tait-ce bien lui,
le fou d'autrefois?

*
... a vu que cerlams amateurs
go'aient, avec un plaisir qu'ils
ne pouvaient empcher d'cla-
ter, un morceau de pain fait
d'un quart le farine de mais et
de trois quaris de farine de bl.
Si nos boulangers acceptaient
celle combinaison notre impor-
tation de tariue diminuerait de
600.000 dollars par an et aotre
production de mas augmente-
rait en proportiona Que dirait-
on d'une lgislation ce sujet?
*
* i
...a vu dimanche au nouvel
tablissement BrsSSS Inn un
groupe de mardi-gras faire ir-
ruption sous la galerie. L'un
d'eux excuta quelques tours
d dresse bien russi-. Il se trans-
pera la joue avec une pingle
i chapeau, puis, comme un vo'
can, se mit cracher des tin-
celles, de la fume... Un jou -
naliste murmura mlancolique -
menls: Chacun gagne sa vie
comme il peuM et mil une
gourde dans la coibeille du
pauvre bougre. Ce geste fui -
pt par deux de ces amis Et
un accordon rendit les hon-
neurs au petit groupe.
... a lan^ un regard de re-
proche a une jolie fille qui.lour-
(liment et sans penser mal re
plaignait de ce que la flotte qi i
vient de laisser Gonaves ne lit
pas un sjour la Capitale, ce
qui apporterait de l'animation
et ferait marcher les flnes:
Non, .mademoiselle, il faut sou-
haiter, au conliaire, qu'ils s'en
aillent et nous I... la paix!
Teujaursla Lslrrie l'iiut ds Psip'e
o
Le tir ge de la Loterie d'Ami
du Peuple a eu lieu, depuis sa
medi dernier et jusqu'ici aucu-
ne liste n'a *l publie de. nu-
me-os gagnants. Aucun quoti-
dien mme n'a pu avoir cette lis-
te, 'administration de cette Lote-
rie, aurait Intrt luira le n-
cessane, ne serait-ce que pour
mettre sa responsabilit cou-
vert et rassurer les acheteuis.
i
roup Spasmodiqut
Rapidement
Arrt
Vicks, frictionna
ou fondu dans l'eau
chaude et inhal
soulage vivement.
VICKS
Vas-oRub
four Tout Refroidissement
iltree lHmesiU
Par sa U
l onlbes- Philipt Snowden
chancelier de l'Echiquier, a
annonc que pendant I anne
fiscale 1931/32, l'Angleterre
paiera aux Etats-Unis Or
1 3,320.000 pour lea dettes de
guerre et recevra dea paie
menti de dettea allies et dea
I rparations sllemsndes Oi
Jle.750.tOU.
L'Idal Rhum
ALIX ROY
29 annes de succs.
Inauguration
du Dpt de venta
du Rhum Sarthe
o
Avant-hier aprs-midi a eu
lieu I inauguration du premier
dpt de vente du H lui m Surlhe.
L'agent unique esl notre ami
Edmond Celcie. le local est
l'ancienne maison ds comnet-
ce Demeurant, en face des bu-
reaux de la Douane et des Ma-
gasins Edouard Eslve & Cie.
La maison a t compltement
remise neuf, repeinte et mo
saique par les fabriques Char I
lier-Malebranche. C'est de l't-1
gante besogne.
La rception laite aux invits
et aux amis a l des plus cor-
diales. Les honneuis ont t
faits avec la plus grande affabi-
lit et une exquise courtoisie
par Madame Edmond Celc ; et
ses taure.
Ne us w i s la certitude que
le l'lu,m Sarthe,quia ot)a dans
tout le l'ays de fervents con
sonin a'euis, fera encore de
nouvelles conqutes, grce la
situation excellente pot, et aussi aux manires plei
ces d'uibanit de celui a qui la
direction *n a 4i si heureuse-
ment confie.
... a vu le jeune hatien-syrien
dans l'exercice de ses fonctions
combien dlicates et si peu re-
commandmes ... Il voluait, of-
tranl sa marchandise et se fai-
sant traiter par les uns et les
autres. Quelqu'un murmura:
tja ne suis. Mais ce jenne hom-
me me lait rappeler l'aquarium I
i
... voit que dans les minis-
tres, dans tous les mitiistr's,
l'raolioa est son comble.
Chaque fois que parait dans Us
couloirs la tl de l'huissier du
Cabinet parliculier.tout le mor-
de devient blme et a l'air de
vouloir se signer. La chose de-
vient quelque l'ois comique lors-
qu'un employ,dsignant l'hun-
sier porteur le nouvelles com-
missions, murmure en riant:
]| -Min la croix \
... a not la joie qui a illami-
le visage du pote des Roses
et Camlia, lorsque, mardi soir,
a Varits, il a remarqa, dans
la salle, d- s silhouettes de fem-
mes Lui qui suivant sa propre
expiession ne s'attendait qu'a
voir la force, fut tout rconfor-
t de trouver aussi la grce et la
beaut.
e
... a vu deox |ou rua listes amis
qui aprs avoi- .'elig eusement
coul la belle confrence de
Moi avis, ont t discuter sur
l> s ides souleves par leon*
fVrencier, Terminus, devaut
deux rlninis soda. Ils sont,
tons les deux, tombs d'accord
sur la beaut de l'ide mais
eissi sur les difficults qu'il y
m ia la faiie piendre corps
au milieu u. celte apathie hai-
tieuue si dcouiagente.
Assuret-vous contre accident
Mu General Accident lire*
Lde Asusrance Corporation 1J*
mited . Vvt F. Bermiu^haas,
Agen' Gntal pour Bal".


PAE 5 2
L?.MATJN 4" fvrier 1931
\l-

Trois remarquables pein-
tures spciales qui vous
devez connatre et exiger.
Noticn illustres franco sur
demande.
Pour
l'Histoire
Nationale
Pei:-au-rY..-!, te 20 No v. 1930.
A Sou E vl!enc< le > rl
ilt i ftp bliq
En Soi Co:is-il dea Secrtaire*
iE .
Pelait National.
Monsieur le Pr M (ni 1 la
Rpi b'ique,
Messieurs les Secrtairea Depuis longte n ta je
attel une ue.ivre nutio
dont lu r duaho i ai
eus des lorcea le l initiative pri-
ve par la bom ne 'I s !o ida
qu'elle exige.
Celle oeuvre comprend deux
paiiies connexes :
1 I/Histoihi; i> la Nation
Haitiinne, vnsie CotlacliOQ il a
lonqae en '2o tomes compte-
naui u.ie trentaine le voium -,
dont le plan est c.-joml : un vo
lunie a dj puni sur t'Hisioiui".
DU Droit Haitikn.
'2 La continuation al h r-
lectior du Hei.l i il. UnSkal DB8
Lois ET Actes du Uoi'vehm.-
MENT d'Hati, que je vou lr is
repreu Ire pat tir de 18<)4,
puisque la premire dition de
Prudines est puise et contient
quelques lacunes, pour la con-
tinuer jusqu'en 1030, en suivant
la mthode de sou initiateur,
consistant en notes mthodiques
de rterene au bas de la page,
de taon en taire un corps u
rtdique haititii, dont l'utilit
ara indispensable l'Adminis-
tration hatienne, chaque lois
qu'elle voudra prendre des me-
sures rationnelles bases sur
l'Histoire, afin de profiter des
leons du Pass pour amliorer
le Prsent et quilibrer l'Ave-
nir. Ce recueil ne comprendra
fias mains de quinze gras vo-
umes, avec un dernier volume
pour une table des matires,
alphabtique, mthodique et ex-
plicite atin de taciluer les re-
cherches.
Ces deux parties tournent an
tout,,une seule et mme uvre.
C'est} une entreprise gigantes
que .qui peut cependant tre
facilement inen.avecdu patrio
Usine et l'aroour.de l'tude,
v La .continuation de l'uvre de
Pradines est dune urgence in-
discutable et i n u diale. l'ia-
dines est l'archiviste de la na-
tionalit hatienne,i '. son uvre
aal d'uue,ncessit imprieuse
ponr tous, hommes d'tudes
al hommes d'Etat.
^11 y a pour tout gouverne-
ment conscient deux parties
aussi essentielles l'une que l'au-
tre, pour bien administrer un
pays : une partie matrielle et
uue partie spirituelle qui cor-
respondent la double Data s
de l'homme qui est lait de u
tire et d esprit. Il est n
aaire de construire des ponu
des roules, comme il est ne
aaire de raliser des uvres u
tnotiques spirituelles qui .uni
tiennent et lvent l'A us Natio
aie la hauteur de sa tonna
lion historique.
Il est aussi ncessaire de re-
faire et de continuer l'uvre
da Linstant-Pradnes, qu'il est
Urgent de construire deux ponts
inr l'Artibonite, l'un au B-c
d'Aqafn, et lau re iVn're de
la Tille de la i'etite-Kivire de
I Art bonite.
(l'est celle ncessit inluc a
ble qui me porte m'a dresser
au Gouvernement pour la rali-
sation de mon uvre nationale
iqui exige beaucouu d'aignt :
1 Pour k s trente el quelques
i D( s de l'HlSTOIRE DE LA
v- un Haitiknne il n l'uni- n
l>-s moins de Vingt Cinq Mille
Dollars.
2 l'ourles quinze gros vo-
lamea du Rbcubil des l ois et
Actes du Gouvernement d Ha ti,
U i valeur de Quinze Mille Uol
lara -si ncessaire.
Il s'iigit do .( d'nne dnensp
de Quarante ktUe Dollar*, liai*
Celle dpense s^ra facilement
i mbouraa lly.it, en adop
lanl la combinaison suivioie :
Dpt la Banque National de la
Rpublique d'Hati du nombre d'ex-
emplaire quivalant aux quarante
mille Dollars, qui seront ainsi rem-
bours de ta faon suivante : chaque
mine, a Vpoqut le la distribution .les
prix dans tes coles, le gouvernement
d mandera a chaque Administration
Communale, an prorata de ses dispo-
nibilits, de noter une valeur pons l'a-
chat de quelque* exemplaires comme
Itres de prix. \.e Dpartement de
l'Instruction publique agira de mme
et pourra demander aux particuliers
fortuns de abaque commune de faire
le mme geste. Le Deuarlement des
lui.lmns extrieures aura aussi
besoin* 'le ces volumes, comme moyens
de propagande, pour les Lgations et
Consulats d'Hati l'tranger. De telle
sorte que le remboursement prvu est
certain et se fera sans difficult, grce
a l'intervention du Gouvernement.
Je prendrai l'eng-gement for-
mel par un contrat en due lor-
me d'excuter cette uvre dans
l'espace de cinq annes. L'Etat
prendra aussi l'engagement de
me verser la valeur convenue
par des annuits de huit mille
dollars pendant le mme inter-
valle.
l'our commencer, je pourrai
ds maintenant dposer la
Binque cinq cents (500) exem-
p lirai du premier volume de
IHistoiub nu Dhoit Hatien,
d mi je vous remets un exem-
plaire.
Je vous prie.Monsieur le Pr-
sident de la Rpublique, Mes-
sieurs les Secrtaires d'Etat, de
piendre en srieuse considra-
tion mon entreprise patriotique,
el l'agrer, avec mes remercie
menis anticips l'expression de
ma parlaite considration.
Docteur Pkanois Dalencour
Histoire de l i Nation
Hatienne
o
Le plan de cette irnooriante
Collection* Historique dingue
par le Docteur Franois Dalao
our a t dfinitivement mo
difl iin**i qu'il suit ;
Tome Premier. Introduction
et Initiation l Histoire d Hati,
l vol,
//. Nos Origines Histori-
ques 1492 1802.
- ///. La Guerre de l'ind-
pendance tia'ttenn (t:\ Octobre
/s rj :u Dcembre 1X0.3 i uni.
a IV Histoire Gnrale du
Droit H iHie.n Public et Priv
l',i:> 1930 en uni
V Les Constitutions Ha-
tiennes,
f I Histoire Politique
VIL Histoire Parlemen-
t tire
VIII Hisloire Oiploma-
tique
/. Histoire Economique
et hinancire
Propos
cachets
o
J*Les cosaques sont connus pour
de laineux cavaliers.'Ou mme que
l'hirondelle mange, Doit cl Tait m-
me autre chose en volant, le cosaque
se met genoux, ou debout sur sa
selle, son cheval lanc en plein ga-
lop. Bien plus ; je ne sais o j'ai lu
qu'au cours de la campagne de Rus-
sie, un cosaque ne put en pleine
bataille rsister l'envie de priser.
Il sortit sa tabatire, l'ouvrit, mais
juste au moment, o les narines di-
lates de p.aisir, il allait humer sa
poudre noire, il reut un coup de
sabre qui lui enleva la tle... el le
nez avec... Aucun moyen donc de
priser. Le cosaque qui avait perdu
la tte, ne perdit pas la tte pour si
peu. Sans ralen'ir l'allure de son
cheval, il se pencha sur la selle et
au passage, saisit par les cheveux sa
pauvre tte dsempare, se la remit
n place... et se mit priser comme
si ui'ii n'tait pass.
Tout cela m est revenu en mmoire
lire que notre charmant ami Mau-
rice Buteau vient d ouvrir Kens-
koli, un merveilleux tablissement
l'enseigne : Aux cosaques et o l'on
trouve un service irrprochable, et
l'incomparable RHUM SARTHE CA-
CHET D'OR.
et
t X Histoire utilitaire
XL histoire Littruire
Arlis tique
XII Histoire Scientifique
XIII. Histoire Religieuse
XI\. Histoire Sociale
XV. Histoire Pdagogique
XVI. La Question Agraire
liait ienne
t XVII Le Drapeau Natio
nul Huitien
XVIII La Vie Prodigieuse
hroque el Glorieuse d Alexan-
dre Ption.
XIX. Alexandre Ption el
Simon Bolivar. Hati et lAme
rique lutine
h XX.La Vie laborieuse et
Ordonne du Prsident J. P.
lioger
XXI Gographie humaine
d Hati
XXII. Anthropologie hai
tienne
XXIIL Dmographie ^hai-
tienne
XXIV, Bibliographie ha-
tienne
XXV.Tableau Synoptique
Sommaire de l Histoire d Hati
1492 1930
Cette Collection Historique
comprendra donc 25 tomes et
sera complte en une trentaine
de volumes, qui sero.it crits
far des citoyens de bonne vo
ont, dont la prcieuse colla-
boration mnera l'ceuve
bonne fin.
Chaque volume co'eia deux
do'larv On peut y sou-c ire
ds maintenant. Une morime
rie particulire est spcialement!
afivele ce ggantesque tra-l
vail de typographie et de li-
brairie nationales, qui sera
aussi un etlort de l'Industrie
Hitienne associe la Pense
Hatienne.
Le premier volume du Tome
quairinae Il stoire tinmle
du Do" Hatien' Public et Pri-
v, U92-1930* parait au jour
d'hui, aprs bien des entraves
et des lenteurs indpendantes
de notre volont.
Il a t absolument impos
sible de mettre toute la matire
de ce vaste sujet en un seul
volume qui serait trop compact
et dpasserait le prix dj fix
pour la souscription. Cet ou-
vrage sera donc divis en qua-
tre volumes : le i>r-*mier s'ar-
rte l'anne 1803; le deuxi
me va de 1801 IBIb ; le Iroi
sime contiendra le procs qui
eut lieu entre le gouvernement
du Prsident Boyer et l'avocat
Blanchet, de Pans, propos de
la conleclion des Codes Hai
tiens, ensuite quelques tudes I
parses sur le bail emphyto
tique, enfin quelques opinions
sur le D'Oit Civil Hatien pro-
venant de nos meilleurs juris-
tes ; le quatrime et dernier
volume s'occupera des trans-
formations du Droit public et
priv haitien provoques par >
l'Intervention amricaine sou- '
tenue par la Itchet ambitieuse
et goste hatienne.
Un appel pressant est adress
I esprit de solidarit et d'en-
coungement du public Cette
oeuvie labo leuse est un tmo'-
gii'ge certain de la robustesse,
de la vitalit hatienne. Chaque ,
citoyen, dans la mesure du [
possible, doit taire toutes sortes j
de sacrifices pour maintenir I
cette vitalit spirituelle, qui est
le support de no re existence
nationale. Il y va de l'intrt de
ous...
Ce iii l'est M* TirMe I
it rAajii Peiilr
Sous recevons\la lettre suivante:
Mon cber;Directeur,
Le tirage de la loterie l'a Ami
du Peuple s'est fflectu samedi
soir selon qu'il avait t an-
nonc.
La machine fabrique pour
notre loterie venait dtre ache-
ve et tambour et chevalet
avaient re' la dernire courbe
de peinture le samedi malin.
Cette circonstance nous obligta
avoir recours on autre ap-
pareil qui nous tut remis av*c
ses boules, e l'assurance nous
avait t donne qu il n'y en
avad que 6000.
Mais heureusement, ds la i
Sa boule, le numro 6190 rv- .
lait la prsence de chiflrea d- |
passant lr No.GnOO Cet incident
nceaaitaun contrle qui arcusa
rellement un nombre excdent
les 6000. j
Nous dmes taire venir notre '
machine malg la possibilit
de salir les operateurs.
Le Publie dlgua deux con- !
trleurs et lut satisfit de ce
comptage qui eut lieu sous les
yeux du Prlet, et du tirage
mi mme qui ne dtermina au-
cune observation.
Le Prfet qui nous assista du J
commencement la fin dclara
e tirage absolument srieux et
rgulier.
Publiez pour nous, mon cher
Directeur, et su-tout pour la
bonne inlormation de vos lec-
leurs.
Bien vtre,
H. llPPENHAUER.
M. Alphonse Ftsch
Cesi par erreur que noua
avons annonc dans notre di-
tion d hier le remplacement de
M. \lphonse Fisch par M. Gar-
dera dea (ionaives.
Noire ami.Dieu merci, se tient
encoie trs bien en selle et
linge avec la mme activit
>on important service d'Emi-
gration et de passeports.
UN
RHUME
G L I O I
c'est la porte ouvert*
toutes les maladies da la
GORGE, o BRONCHES n dis POUMONS
NE NGLIGEZ PAS UN RHUME I
SOIGNEZ-LE nergiquement aveo laa
PASTILLES VALDA
ANTISEPTIQUES
Mais surtout n'employez que lea
PASTILLES VALDA
VRITABLES
VENDUES seulement en BOITES
portant le non
VALDA
En vente la Pcie Buch
Cachet Niriga
ntlnvrnlatlQue
prime n qe.lqoee minute* ri*vre, Grippe, ***
numatlimi Mdicament d choix toujoun efficace I MM
snau. Uotu* de 1 t 12 eeehel*. Knent* dent Inumhonnii Ph-
Uberatetre *. Doe*.or GIRAUD. PWm~. LT0N-0ULLI! inp *ert-e-rrti> i MM* BUCH.

Le monde
Mariage
Le mariage civil de Mr.
Ludger Frdrique avec Mlle
Marcelle Foord a eu'lieu dans
les suions de Mr et Madame
<\lbert Foord. Les tmoin*
taient, pour la marie : MM
Dr Ptrus, II. Benjamin, C
Beaiibrun et Michel Beauvoir;
p ur le mari: Pierre Rouzier,
m Pierre-Pierre, Ma liai l-
tru5 et Jules Lahens.
Les maries ont ' accom-
pagns a l'autel par Mme Ma-
xime Martin au bras de Mr
Perceval Thoby Ont tenu
l'aumonire les gentilles So
lange et Rilha Foord. Le cor-
tge d'honneur tait lorm de
.Vielles Carmen Olivier, Alcine
Ba dinal, A. Cin'ave.
Painson, Lise enis. L
drique et Cleste Utiens.
Nous reoouvelous tous nos
sincres souhaits aux jeunes
poux.
LA PLUS LONGDB
PORTE I
Extrmement puissante...
toujours l'on liante... Les lam-
pes de poches Evereadyavec
l< s piles Evereudy Unit lan-
cent un flot de lumire puis-
sante et brillante n'importe
quelle distance de 300,400,800
ci 1600 pieds suivant le mo-
dle que vous employez,
vitez les imita-
tions. Insistez pour
_le Evdeady. En
. vente chez tons les
bons distributeurs.
AMERICAN EVEREA-
DY WORKS.
30 East 42nd Street,
New-York.U.S. A.
La Marine \nriraiss
far Sai s Fil
Washington, 2 fvrier. Les
Etala Unis doivent mettre sur
ch intiers 140 bateaux de 335 00
tonnes dms les prochaines cinq
annes pour construire 11 Mi-
riue jusqu 11 lorce)pennise par
le trait d* Londres, dapr-i une
dclarj'ion pub'ia par la Ligne
maritime.
Soascrivz donc! Le public
hatien a pour inspiriem el in
luctable devoir d aider lac
croisement d'une lone et alu
dieuse intellectualit hiitienne,
qui est la vraie sauvegarde de
la Nationalit Haitienne int
grale. C'est par la Pense
qu'une Nation se maintient in
tacte et volue normilemwnt
da s I Proi es t la Civilisa
lion. Ces1 I ladApan I sace 8'>i
riluell-* qni conditionne l'In l
pe vlance niferielle.
Souscrivez donc I C'est dans
vos intrts spirituels et mat
riels que nous vous taisons cet
appel, vous tous. Hatiens I
Port-au-Prince, le 1er Janvier
1931.
Dr. FrWNOIS DALKNCOUH.
Directeur-Edneur de l His-
toire de la Nation Hatienne
Manufaduie Hatienne
ae Ciaaielles
GEBARA& C
LES CIGARETTES
2S BafBas Fanlal-Lon
"Dessalinienne*
' Colon ~Z
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
e.rtiet
lafinessp fit
di*
leur arme font !e\ Trais'^ emateurs
COMPAGNIE
d'Eclairage lectrique
Srie de vente N2
Rfriqraleur G. E*
La compagnie oftra ses clients uue occasion inesprs
P ur p sseder an Reii igerateur Electrique.
Conditions exceptionnelles durant le mois de fvrier 1IS15.
) premier paiement : Or 25.00
b ) - Solde payable an 18 versements mensuels,
c ) Installation complta GRATUITE,
e* ) La^garantia olficiella da la 'General Electric".
Ne perdes pas cette chance, unique !
Drides vous immdiatement et vene* voir ces ioli naea-
blea la
Cempa^nia d Eclairage Electnuue
o le meilleur accueil vous est rserv.
Le lUiuiu Barbaucoui
Dent La Miduatee ei anivetscile a garda breuere Place
Demande! partout s m Fieaaiare piaca
UN BARBANCUHf
D4*t OUe dw Caaas


LE MATIN Fvrier 1W1
PAGE 3
FH""
saques Hailien ne*
Charlier-Malebrnnchc & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
Tlphone : 2680
m "+*m,
LE !. Il I II S V \\ I II E
CACHET OR- CACHET HOUGECACHET BLEU
Annonce l'ouverture de son nouveau Dpi en Ville
VENTE EN GROS ET EN DTAIL
En fls, en caisses, en bouteilles et emporter
Edmond GELGIS
!
DPOSITAIRE
!
PORT-AU-PRINCE, au coin de la Rue du Quai
et de la Rue Traversire.
OUVERTURE^ le 2 Fvrier 1931.
mmm*.
m nu
Le PISiEV DUNLOP est le
pneu favori desCh uteurs,
oire toutes les conditions
de scurit, d'endurance et
de solidit.
] En vente chez
John H. WOOLLEY
Grand'Rue.
| Colombian Slcamship
1 Company Inc.
Le stawaser Martinique venant da New York, direclrment
est attendu Port i a Prince le G 'lu ourant. 1 partira la aie aie
jour paur aUt-Go&ve, Mira^oane et Je r mie, en route pour
lesjpartaale U Colombie, Canal Zone et New-York, prenait
IrAi et paaa-.-, ..
Fert-au-Prince, le 9 Fvrier Ifll.
Chmbian Stnunshifi mpang Inc.
tiKWAiU Co, Ageci*.
RREEZE INN
Un coquet tablissement vient de s'ouvrir la rue du
Quai, tout prs (la Grand H'el de France. Alltc-y. Voua y
trouverez 1 accueil (le piaf aimable et les .consommation
de premi' r choix.Quand on siura que le nouvel tablisse
ment est soua la direction de la charmante Madame Paul
DELAQUIS, ou sera assur de sou saccs.
L* ( Us \ii,f les > dais les na-
aivrei uavales amenuise*.
l'Jil Salis Fil
vVashing'o", 2 lvrier. Lps
E .ns-U >ia M! i viiou du dui-
grab" Lot A gi ii n au (>> i s di n
manuvres navales ne une an-
ne pour la premire lui de-
puis que le gouverot int-ui l'a
reu de l'Alleunigru-, d'api as les
teimra du trait d- Versailles.
Le Los Angeles doit laisser le
haugar de Leltehuret, N- w Jr-
sey.demain pour un vol a (juan-
tanamo B .y, Cuba, l'u il volei a
Panama pour prendre part
aux manuvres du printemps
des fl >Ues combines de l'Atlan-
tique et du Pacifique.
On ds-ire louer
Une maisr.n BET LEVUE
OU i PACOT dp prfMrerre ;
bien quipe, confort, mo-
derne nyant u moin trois
chambres conrher avec vue
sur la mer. fie In galerie du
rez-de chausse.
|Le locataire garder la mai-
son prohphleraent jusqu'en
janvier 1933.
S'adresser :
Major A. FEG N,
Casernes D^ssalines ou
Phone MC4.
CE SOIR
Sur la dernire lois, le film devant tre retourn :
MANDRAGORE
Avec Brig l'e H lm
(ire* : 1 (0 ; Bxlcor :2 00.
DEMAIN SOIR
MATHIAS SANDORF
( SUITE )
Enire : 0,M ; Baicon : 1.0t.
Lykes Brothers S S Co lnc
------o
Texas Haiti Santo uomlngo Porte Rico
-
Le seul seivice hebdomadaire et rgulier i passagers
tit entre les ports du (jolie du Texas ^directement ave
Pori-au-l'rince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vol
importations, Mrvex vous toujours des navires de la LYKES
L1NE.
Les prochaines arrives Port-au-Prince sont
S/S Margaret Lykes le 5 lvrier 1931.
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat. Boite costale B 46.
Horn Line
Le m/s Prida Horn , de
retour de K ngs'on, est atten-
du ici vers le fi lvrier, par-
lant pour I Europe via les
ports du Nord, prenant fret
et passpgers.
Le m/s c Thrse Horn ,
Tcnnt dEnrope.sera ici vers
le 10 lvrier en route pour
Kingston, S'o Domingo et
Cu'sieao. prenant fret et pas-
sagers
RE1NROLD & Co,
Agents.
Hallo- louer
En entier ou en partie, la
grande halle.sise Rue du Ma-
gasin de l'Etat, ci de Mr
Alfred Cooke.
Loyer ns raisonnable.
S'adresser, partir du 1er
lvrier, Mr Henry STAHK
Rue du Quai, en face de la
Gaie. Tlphone No 2091
itaiTtTiffltmtnmmmimflitiiiimiiiiiniiiwiHW
"GUNDuPHtE"

MMAi*M.iv.&ieeieeaae*a m
Toutes les Polices
DE LA
Articles
D
Carnaval
C !
comprennent la Protection contre la *
Foudre sans auam^ntation de tau>*
m*
Vous tromerez de jolis ar-
ticles trs originaux pour
tous lest-gouts et pas cber,
tels que :
Chapeaux d'Arlequin,
hapeaux de Pierrot.
Boyscott
Garnitures or'et Paillettes
Cloches, Colliers.
Papier Crp tontes cou-
leurs Diadmes.
Masques lous genres.
Serpentins, Confetti, etc.
Venes de suite.
Cfasc John H.WOOLEY.
Z Graa'Rve.
Euq.LeBmstiCo
**.
Agents Gnraux _
Accident de Chasse
f^C'est un accident liquent
rnalheureusemen et combien
dplorable pour vi chasseur
d'avoir des cors aux pieds. I-
est ai | i.id'huit facile vil
ter. Le Diable i enlve les
cors eu sis*.jours pour tou-
jours.
Envoi par ^oste contre 3
gourdes :
M. DESfllAMPS
fe-Mac
CE SOIR
Pola Neg'i dans :
Trois
Pi heurs
3 i
Problme
Sachant que la misre bat
son plein dans le pays, expli
quPE pourquoi :
lo Y a til tenl de monde
assis'er aux lacs ?
"2<> Y a t-il plus (le voilures
de luxe en circulation ?
So Les hommes surtout
l'habillent ils mieux ?
REPONSE
lo Parce qu'il n y a que
fa laire.
2 pane que les voit"-es
sont ne plus su plus ail a-
yantes.
3o farce que la Maison
1 Vincent CAUDINO
i 'te, rue Bonne-Foi,
| s'est spcialise en article pour
hommes tels que Casi nirs e
toutes uuanres et tout piix,
chapeaux fins, cravates et
chemises de toute beaut.que,
grce son Stock formidable,
elle peut vendre les prix d-
fiant rellement toute concur-
rence. Rendez-vous l'viden-
ce eu visitant la maison Vin-
cent Gaudino,225# Bue Bonne
Foi.
Sainte Pose de Lima
Les membres 4e l'Associa
tton des Anciennes^ Elves et
les amies de 1 uvre son'
aviss que les exercices de In
retraite annuelle commeacc-
r-ntle 1er Mars prochain
cinq h ures p m.
I.nm ii9 mardi, mercredi la
Sainte Messc.sui vie du sermon,
sera dite huit heure* et
'instruction de l'a prs-mi li
aura lieu cinq heures tiente.
L'Assemble gnrale se
liendra le jeadi l'issre de
IL Messe.
\j* secrtaire,
Epouiue JEAN LOUIS

La MeUiocion por Ut Glndulaa
El "GLANDOPHILE"
i an eilraeto de lendule Iraaea da
anlmalea e)leeoleaB1o> entrai
.,..:'> mil vleje'eeea an al moavaata
aai .ua la crcl6n flaadular da aHaa
aatmalae sa kalla an iu ajalnl eaae
lai | m aaonaeja in tmplao B lo aajaoa
ilf ulcutat :
Loi traatnrnoi uerrlaM*
lnaomnloi, _-i
U daprailn flalam 7 BJOftji,
1 rtaa. aaolmlento ajantru,
1 dasarrollo dlflaU.
. 1 raqulilamo,
! raaullaa da (labre.
U Tajai pramatur,
Ei ! uroduoto da alaoalo
lodoi !<> moi da lmpoMBiia
aazual tant" " *1 boaiM*
aomo a la mujar.
El "OLANDOPHILE"
aat iu ardon rkpida y araar aabra
I a tuT l raparader MM*!*
m y acrlnn no olamrnla J'**U',JR*
> aeniaclon dr blan tar lnoUint>lja
aar uu raluvanaclmlanl WWl *l
(irgiun.ina.
Pldnn por ronil|ulanle ;
I 9LAND0PHILE H itra Umkm
1 6LAM00PHILE M para BB|MI
"QLANDOPHILE"
no
El "OLANDOPHILE
, oontlana nlngbn fji-eduala *'
imr.la ar lomado por TOOO U.
IUNOO i olAoa. dulloa y aBdanaa da
il
ajjfjof oa.
Follelo aratl y vanta
f. Ifmlnga: COISCOU y LFAU,
y aa toda la buana Pi
(h dlitrlbu(dura A. THOMAS *
tt, i, lu Mariai, PA*l*______
IWeWWIMIMMWUMIUHWIMSMI
Dpurez tr% Sang
CUROMAL
Totr aang ait Impur. 11 charrli\*SJSS^i
aa tonna, dont 11 na pu m ,farraar.
ai impuret M tradul.ant an Irriut on at-
rUurw. an bobo 1 daaagraablaa. al do'uou-
reiix aouant : clous, luronclee. bouton' au
d*uini}enla..!is lntipporUbi < ^"'St
laa jlcAre. le tumeur et !.. i g'
urrlabiiant iur un ..'finisir ampoi.onca par
uiiai I ...peut viter tout cela ou a en
Serir ra;.l.' nient pai cura u CuramaA
C'est la ninuacauoii I plu* mp o. >f PliM
normale et la plus inbflque. qui ututa la
vort.u de plu* de IS plantes eon;u"Ju1,2
tbrej et de mede. in de I ejitjqult*. maUdom
,oniaur Onuup. pharmacien a. par de pra-
edes moderf.e- runi le eue dan OMler-
anulj qui lut a route da nnneea daxperlenca
at de travaU. Lo ucc* a couronne e* o.
M le Ouromal gurit les maladie- ** paa*.
eeaeiuaa, darl-ea. paonaei. dm'KJ>"J'
rougeur, furonrlea. bouton, ulcra, ooo-
leur du venir. Age critique. ___..
La tralUMMnt eomprrn.nl ^ vUtOJa
ava. bon. pllul- gralua et t***?'?*:/*^?*
. Tuata. We- Ul..eB.. -- Pr g *
" , nae Loi-. IK.SOii.UM rrtmaeei
oHi hlrt mHmm : rfc.t-.ac ai CM- r


-*-*..
Mercredi
4 Fvrier 1931
Le Matin
4;; PAGES*
u
Lr
rduque Tinte s H h
Constipation
Entrite
Vertiges
Migraines
t .'. M
I < j;aiMcrf de H'i |S WCAiSDS H.a
* ., 'U. it Valrncl:nn.>. Paffc
i (nul.a l '.u" uvl
rrcrs-< '
Voil l petit n^mnpour d l'IntaaliM
Pour rester en b.rvir
:anlf prmez chaque
$0ir u c+rnprImi et
JVB9L
l.r cararli ri.li.lic ,ln /ifc.,/, iantm<
I.Mlif. >..nl la Mrnil I. Juk*i! irm'ril la t an.tipatU>n a U la
txr (Mi fil a|MHla>|i m i| | mu a.ai ,i( li'lMIl'
.u liun | lu lu'ni.'.qiif i ilrflli hiliairr*
cl filiihliil ' liialif)<|Ul vlltt itt ni
IIP i rilhi r.jiii-e .lr la f m.Ii'iii.
|.t une lork' ,\r taiil<* rnnnJti Won
'(Mil firincipt; dtlflltqua <> in.tant *
i U- ha u mm ma. I injclti tlt a m|a
mIIoii ia ) tari du Jnbal \r Utalll
ils i (lui dp U tii.no.. .--. i.ianii. il ,
i i. illanh al ,!. ,li*atr*>
0' lU.M.'l,
.Inrirn car/ i(p fta.aaf-f .i.i'il.r.l/f
4 ' fdl<((/ rf V. Vn... Y !/>'/. f'.,T
K3n.T3C3
2UMe ANflaW. N" 7**
port-ao-Pnnce
TKobooe : 2342
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Uir la GENERAL est un. des plu. patent. et *J**" IgZr*
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qai om
"""see Polices contre incendie couvrent ussi las dgts W^J^Jj
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, au
caass autrui dans sa personne ou dans ses biens. ^klas aa Hat
Ses Polices Maritimes misas par ses branches d Europe font Pf^'~1(TJrT
Sei Polices contre accidents sont valables dam l^J^fl5jJ; iSn aeeefls
i
I
'A7'

'-,
t h
i
i f
.1
i
i
i
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande production exige un grand dboucha,
et, pour 'a in ua { ac. dbouch, il faut que
lapl. l'uni v. i la quantit maximum-
Ce t pourquoi les rcni de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent le globe.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
Agent Gnral pour tiaiti.
t'ort-au-Prince. G- GILG __'., .
JEAN BLANCHET Jreoie
SOUS- GENTS
Quand VOUS AUREZ TOUT ESSAY
que rien n'aura ruaal, praaaa aaaara 1
Sirop C- FRANY pour adulu., oua aarax nalaa'
a lai preau cm 11 ara* guari me
Bacoa.
Noua iuuin aiirmoM
l'acnoa ara du ea airop paaf
calmer d'abord al gunr aurait
Sou action aai marraiHeur. ckaa
mm ASTHMATIQUES >t daa
Ua caa da Tons rabalUa, la
. ,,,___... Bronchiteckroniqua,at*. Daaa
poar ADULTES U Tuocrcaloao pulmonaira. d
M a aaaal calma tinmodiatf mont a iaa.
aaa Ealaata. do loua ai ccatriae Iaa lououa i
il aappriaaa la auaura aocKarua
cl aaiura U aomm.iL
La awcoa, loutaapl^maeial: 14.80 iaiptcoaipria.
Fcodoauc.U: l.JO-Dpl|aiMral:rV FRANY,
3. ,. * I lapHuait, FAI1S. R. C Saaa 163809.
^OTaaW-UaVMaamMaWaVaaM
!
1
000
But une prescription de
Mdecin pour les Froids et les
Maux de tte. C'est le remde
connu le plus rapide, i
US6 en tablettes aussi.
A LOUM
Deux excellentes pices
d'appartemeut, bien situes
la Grand'Rue, quartier som-
mercial.
S'adresser
M- John WOOLLEY"
Grand'Rue.
CHOCOLAT
AU LAIT
CADBURY
et
Panama Railroad &tamship Linc
Service de fret et de passaqers entre
NEW-\ORKC!TY N. Y. ( RlSTOBAU i ANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de rAMRliJUE du SUD.
Plus rapide et le plus diiect service de transportde passagers etdutr; entre Hati
les ports Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs. G. w. SHELDON A Co- 17 James Street, Liverpool. ngland
Tbe fllowisq arr esr Aaests et irieciMl eerts ie Enrete :
JKNGLAND, SCOTLaNO, FRANCE.
Messrs G. W. SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, Englan
rance, Messrs G. W Sheldon & Co. are reprsente idby^the
S'adiesser M. Joe Woollev,___
bonne Royal Mail Steam Packet C

Une
prparation
pour le teint.
Eau de Lys*,.u>s Prlseeeus l<
la lifiieta [.etreeeChei illlef
lalif, vis a vis du ttsee.ee peiHJ
3 Ce n'est pas un escret; une
'lotion bieu prpare base
l'oxychlorure de bismalh
ta* finement prcipit.
Ceux qui e appliquent
quelques jours avant dsiler
au bal oa une rception
trouveront qn'tle est 'udis-
pensable.
Indispensable aussi pour
les /Hlgiaturistee ; elle m-
pacheque le teint soit biuu
ou tch par l'ardeur de uotre
soleil tropical.
Cabinet de
..e ARTB1R HANTES RAIEA0
AVOCAT
Ancien ministre de del Justice
Roe du Peuple (entre les
rues des Miracles et Pave)
Port-uu -Prince.
Le eteen.fr"Phylh Seed" venant de Londres, Kingston et
du Sud rst al m lu Port eu-Prince le 11 Fvrier, prenant
frl via le Nord pour Haviv, Anvers, Londres et tous les ports
d'Europe.
Agent Gnral
Tlphone : 2311. .
Glbl\tly Hknkby & Co
21 Ruejde la Rpublique
Marseilles.
Hernu Peron & r.#, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
IIirnu Peron & Co., Ltd.
Rue du Moulin Vapeur,
Boulogne sur Mer.
Messrs RI. A. Bbnoix & Co
21 AII'Mi^i le. (opeuh i^en.
Oslo, No^way.
International
^Speditiinsselkap Oslo.
ivC \TL\NTIC KllEIGHr CORP'N
Q illinli iiis. Ha nburg 1.
(erminy
Pi Atlantic Prbicmt
CeRPOR\TIOM
Germany
Messrs Atlantic PasaNeur
Corp'n.,
24 Quai 'Jordieis,
Antwerps, Belgiura
tollow'n ttraee
Cu Ltd
Vlaris,
Hbrn Peron &
95 Rue des
Paris.
Hbrnu Peron & Co Ltd.,
Rue de Treoquilit.
Dunkerque.
HifiNu Peron & Ce Ltd.^
9 Rue Roy,
Bordeaux.
Gbnob. Italt.
Miirs Hbnrt :oe t kaBauci
Piabza S VfATToe.No 15Genor
COTTBNBURO. SWBOBN.
Nerdiak Express,
Cothsnourg,
Messrs Atlantic Fri
Corp'n.
Kon Emmaptein 3,
Rotterdam Holland
Meure Steimann & Co
ALUMIMJM UNE
DEPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOULE
POUR LES PORTS HATIENS
Un steamer laissera New Orlans le 13 cri. et Mobile -|c
15 directement pootiee ports du Su I, Port au P ince )eS
Gonaives.
Port au Prince, le 10 Janvier 1931.
A. DE MATTEIS Co
Agenis Gnrasy
Grand Caf de France
Sjus la direction]avise et intelligente de Monsieur Franois
ftira'.ili qnt est devenu l'associ de Monsieur Patnsi, le propri-
taire de cet tablissement qui n'a pas .d'gal, le GRAND CAFE
DE FRANCK, fie 'ses aimables et distingu* clients, im
consommations Im plus fines, les vins de toutes provenances les
plus choiaii, Cigus et Cigarettes, Sandwiches, varis,A des prix
d, ti u toute i u ni MMM t-
L1 ' plus sympathique continuera a !re_le meilleur
atlirtil du Olaud Cat de h rance.
PATMiaii Lo. 1CMf>hi(> ,041.
Insurance Co
Une desi plus fortes^COMPAGNIES
CANADIENNES 1 d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE1& Co
Aaents Gnraux |
t.. ..


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs