Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03825
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 31, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03825

Full Text
(Clment Magloire
UUtt.Clt.Uli
tttt, RUE AMfcttlCAINtf ltft
TELEPHONE rf-.2242
La console ne e do
l'homme n a de calme
que duiu la vrit.
SjlTisl'iLLICO
j _k:
2me AS S LE N 7202
KJIIT-AIJ l'MlN AL ( HATI )
SAMEDI 31 JANVIER 1931
2TT
'Iecident de la D O. T. P.
La Vraie Hatianisation
Avec et sans rimes
r
o
-----o------
GOMMENT NOUS DEVONS L'ENTENDRE (1)
11
Nous avons, dans notre ar-
ide prcdent, considr que
e trait de 1915 a la valeur
Id'une loi commune entre les
lignataires. Pour les forma-
istes scrupuleux qui ne vou-
raient pas admettre, pour le
espect de notre droit public
jnterne, que la nomination
ux fonctions de l'Etat par le
rsideutde la rpublique pt
tre faite autrement qu'en
rertu, pour chaque service
public, d'une loi organique
xpresse, nous pouvons cou-
der que, pour assurer la
mis*s en excution des dispo-
sions du trait, autant de
>is qui eussent t ncessai
es devraient, depuis long-
emps, avoir t votes par le
orps lgislatif baftiSQ. Il n'est
pas trop tard pour repaier
cette ngligence et le motif
peut eu tre trouv dans la
ncessii mme d'organiser la
liquidation du trait.
Au vrai, cette liquidation,
telle est la vritable haiiani
aaiion qu'il tant enirepieu ire
des services du trait haitia-
oisaiiou qui n implique pas
exclusivement, comme on
le prte au mmorandum du
2 dcembre, une substitu-
tion giadutlle de personnel
national ou peiscnnel tran-
ger; mais qui commencerait
par taire euirer, d un seul
coup, les coudi nous de nomi-
natiou aux diffeientes loue-
tions des services au mute,
qu'il soi question de fonc-
tionnaires amricains ou de
fonctionnaires hat ie us,
dans ce qui cous itue pour
nous le droit commun eu
matire de nomination, droit
commun base sur les condi-
tions suivantes :
1 le texte de la Constitu-
tion qui attribue ce droit au
prsident de la Rpubliqu
exclusivement;
2 une lgislation dter
minant les conditions qui
doivent accompagner chaque
uomiuation.
Le grand tort du gouverne-
ment hatien de 19l(i est de
n'avoir pas envisage sur ce,'
plan lev e- principes le
mode de nomi lalloo aux
fonctions cres en vertu du
(traite et de l'avoir laiss ra-
I petisser par des considra-
tions de personnes. Il est ar-
riv alors que les d Ile i nts
rapports des fon tionnaires
auiricu'us o.d cru, pi ut tre
de bonne loi, tenir nu compte
[tuffiaDl de l'aODOtti-propre
haitit n en iitotmunt, chaque
lois, que la piopoi lion num-
rique entre tortionnaires
aine; ica us et fonctionnaires
hatiens variait progressive-
ment eu faveur de ces der-
niers.
En ralil, ne vaut-il pas
mieux, au point de ue de la
souverainet de l'Etal hatien,
que celte proportion tt t
mme eu laveur des trange s
pourvu que, dans leur mode
de nomination, le droit du
prsideut de la Rpublique ei
le texte de la Constitution eus
sent t respects, plutt
que de voir multiplier le
nombre des sujets hatiens
dans les services du trait,
alors que le gouvernement
hatien, no re cinstiiution et
nos lois restent absolument
trangers leur uomiuation
tt leur traitement, et que,
seul, un rhel de service am-
ricain peut tout t.lire et tout
dfaire, sans appel et pres-
que sans contrle?
( suivre)
Tel est le titre dun recueil de pot mes que publiera bientt le
trs personnel et trs beau pote qti est notieami Louis Duplessis.
Depuis longtemps ses amis desespraient de le uo'r s enfermer
dans un silence nui constituait une nrair perte pour notre litle
ture et une strilit voulue qui vruiment tait dsolante Quelle
est lu fe qui a pu dcider notre ami revenir sur cette volont
de silence dont nul ne s expliquai; le mystre'?
Aous avons pu obtenir de Louis Dupiessis (pi il nous commu
nique quelques uns des pomes qui conseillent son recueil. Sons
les publierons au fur et nie.sure En voici deux d inspira
lion lis diffrente, et qui. pir consquent donneront une ide
xade de lu varit du grand talent de bar auteur :
MADRIGAL
- o
Vous tes ssns conteste un? u^n1 de Wslleau...
Voir* b webe adorable el vos tirs de MarqoUe
So'H dun temps dlectable o loul paraissait bon;
Et je connais de vous mille choses exquises.
Je n'ai pas le pourpoint, vous n'avez p s la mouche.
Cependant vous gardez du sicle trpata
Le pied jo'i, mguon ; et ce qui le plus touche
Cette tulle gt, cet esprit insens.
J*> voudrai empruntant le pinceau dli
Jdgnant la gice ;u flou don.u mai I les marier
Et dire ta un portrait toutes vos lgances*
Ne prenez pas soudain cel air de snlfltanrs
Car si la louang-esi jus'e et gentil le p opos
Belle Marquise, helas je 1 ne suis pas Waiteau.
Lou.s DUI'LESSIS.
VOUS N TES PIEN
O flots tumultueux de la mer en tarie
Vous pouvez, l'assaut des rudes promontoires
Crier votre colre en sauvage harmonie !
Vous pouvez OOragaue, d'un souffle imptueux,
Abolir les cits don I Orgueil de la gloire
Fn a lait des B bel qu h; bileraient les dieux I
O volcans, vous aussi, vous pouvez voire aise.
Incendiant le ciel, inlimiderjes anges,
Repirir un pays ainsi que de la glaise
Et tel que ne pourrait jamais les Mu lu I Ange !
Vous n'tes rien ; mais ritn c' des tourmentes
Qui rugissent au tond de nos curs douloureux.
Et vos cris runis en clameur .'pouvante
N'gfderont jamais les larmes de nos veux L .
Louis DUPLESSIS.
(

| Le Comit remercie ses
(1) Voir Le Matin (lu 80 Janvier. J COflcitl yens des adhsions qui
lui viennent de partout et qui
Le Comit est le sons [a*
rle des planlems, afin de
coordonner tous les efforts
vei s un but unique, d'tudier
ce projet avec les desiderata
avantageux et les modalits
techniques qu'il ncessite, de
Lundi matin 11 heures e faire appel tous les conSJ ils
demie, le Prsident de la R- desinre.-s et les critiques
publique recevait eu audience
priv, la Deiegaliun du Co-
Gomll d'action an vu
de 1 Irrigation da
VArtibonita
o
LoniniBBiqur
senses,
Tous, nom vo s le l.rme
mit, compose des honora- espoir qu encadre par lu KM
bls Concitoyeus : Messieurs licitude du liouvernenvnt,
A Valbrune, Pisideui ; Cl- des Grands Pouvoirs de I Etat
ment Pins d et rlrard Julien, ', et particulirement par le pa-
tronage de n >s Mandataires)
de 1 Artibonite. ce plan de pi i-1
mordial dveloppera'-ni agi i
c le pass. ra itc de l'tat de
urojef a une r-lisatiou pro
baise et dfi ntive.
Ce sera l'uvre bient.lisante
les Lgislaleuis des Chaui
bres de 1930 d'en consacrer
le triomphe et l'opportunit
par un vote unanime.
Car des chantiers de cette
importance, ouverts par le
Gouvernement, .surtout peu-
dant cette vague de misre,
seront des source* de travail
propies satisfaire la bonne
volont de milliers de pres
de famille la recherche d'un
labeur tioun'e.
i e Comit a dcern un
brevet bouoiaire aux Quoti i
diensde la Rpublique dans 1
la pe^nnne de leurs honora- l
bls Directeuis; car, dans le
cadi e de notre action.la presse
iiiotieune d VJen4 notre lac
tuur le plus considrable par
ta bonne propagande orga-
niser et les critiques et con-
seils que sollicite une uvre
de cette envergure et dont la
technique, contiiee par nos
Ispcialits doit viser mu-
til pratique et surtout a
solidit.
s'intressent a notre volu-ion
agricole sans lequel e point
de selnl national ; le Comit
se sentira lonjour rsoin et
plus fort dans ses activits
pacifiques tout le temps qu'il
sera soutenu par l'opinion
publique,
A la* un cordial merci et
un salai patriotique.
Silut-Mir le 29 jan. VJ'M\
m
"*3i
membres.
Aprs la lecture de l'impor-
tant do. ument a l'adresse du
Gouvernement et un change
de vues marqu de la plus
grande courtoisie et o les
poiuts principaux de ce pro-
tt d Irrigation ont t envisa-
gs, Son Excelleuce exprima
l'intrt qu'il portait cette
initiative rgionale, en atten-
dant le moment oupoituu
pour son uouveruemeut de
conditionner les solutions se
rieuses qu'elle comporte au
profit de la collectivit.
k 11 est remarquer trois
points importants dans le pro
gjumme Uu Comit ue l'Ai ti-
boniie :
lo. l.'hrigalion doit
tre tutiepnse par I'etat
Hatien lui mme.
'r.'o Le Comit c'est.point
la couverture d'aucun grou-
pement tranger d'exploita-
tion agricole.
, 3o L'action du, Comit
est indpendante de touie ten-
dance publique, ue visant qu'
pauer courageusement ce
projet par une saine propa-
gande et a lariliter la he
des Grands Pouvoirs en vue
d une suluiiou rationnelle et
ni gnie.
>^v /n im
Double Traitement
pour Un Enfant
Enrhum
Les enfants dtestent tra
"drogus", Lorsqu'on les fric-
tionne avec du Vicks, il soulage
les rhumes de deux faons,
ana "droguage".
(1) Ses vapeurs salutaires,
dgages par la chaleur du
corps, sont inhales tout droit
dans les voies respiratoires;
(2) Il soulage les douleurs
omme le cataplasme d'antan.
VICKS
VARORUB
, De Belles
DenlN Blanches
DE BELLES dents blanches atti-
rent tou les regards. Des
dents jaunes sont dsagrables
aux autres, elles offusquent et
elles enlvent tout le charme.
SI vous dsirez que vos dents
soient plus blanches, indemnes
de caries commencez employer
le Kolynos. Son cume antisep-
tique unique pntre dans chaque
crevasse.
Elle enlev la pellicule vilaine et
jauntre de la surface, et tue les germes
buccaux dangereux qui provoquent la
carie. Essaye! le Rolyno,voui le
contraterex et vous scotirex la diff-
rence.
*CREME DENTIFRICE"
KOLYNOS
.
*-" .. _. kl U w
Pour teindrs tout tissus :
- LAINE, COTON, SCIE, etc..
UUeVB ; rc Jult n'gale
"la Mkmmw
En vente l'ori au l'rincf Pharmacie W. BIICH
l'hsruijcie Euiu'i EROU, 41, l'ia^s Volnere.
ci tomes b Eckantillv r ..un et franco $ur dtmande adresse
- % V C PERCOQ . A5NlttES (5in> Frec
Propos
cacheles
Que vou!iez-vous (ju'il lit SWl
fontiP trois ?
Qu'il mourt 1...
Entons le ablirsa, Il Bnll tou-
jours pur glisser au ridicule. C'eil
sinsi quun gratta' personnage vient
de mourir, malgr Us soins da trois
calebrita mdicales, appeles son
chevet.
Aux obaqoea, un lacueui M la
remarque qoe vouliei-voui qull lit
seul contre trois T
- -Qu'il luourt !
Coriieillt', ni le vieil Horace, n ont
pu certainement avoir priva l'atage
nr trop dratanl que l'on l'ail au-
[oard'hai da leur aoblima lan
Dtvatll trois bouteilles de ttlll M
SAItTHE CACHET D'OB... je con-
nais plus d'un amateur seul qui, pa
rodianl les vers clbres :
Que vouliez-vous qu'il lit seul
contre trois? rpondrait sans bai-
ter:
- Qu'il les but .
la
Lidoal Itlinni
AUX ROY
'29 annes de succs.
Pour un beau
Carnaval
Port-so-PHDee,le29Jaevitrl931
Au Uirecleur du Joui nul
Le Matin.
Monsieur le Dlreclaor,
Je ni empresse de voua Infor- l
mer qu'en vue dun plus/
beau carnaval, et litre d'n j
courapemen', )si ofterl trois ]
prix de Gds. 50 30 el 20 aux
trois meilleures bandes d
cemmenl dgui-es et les mieux
travesties.
Comme ces prix devronl iie
dcerns par un |uiy compose
des Directeurs de nuotidiens
s'dilanl en celle ville, je nie
plais espier que votre pi
cieux concours ne me fera pas
dlaut en la circonstance.
, Recevez, Monsieur, le Direc-
teur, met* salutations les meil-
leures.
, J. E. FANFANT.
Prfet de Port-au Prince.
* M. ROGER DENIS,
Procurateur de la Mal
l son E Robelln & C"
Un avis publi dans un de
numros du Moniteur annon
ce au commerce el au poblii
que,M. Plumketi a*esl relue de
la Socit E. Robelin *S: Cie. et
que la procuiation de la dite
maiaon revient a H, Regsr De-
nis.
Nul choix ne pouvait tre
plus heureux M. ltoger Denis
est des plus sympath qnes el il
a de* clarts remarquables tlea
questions commerciales.
Il ksi donc certain que, sous
soa administration, l'iupoi lanle
Maison E Robelin & de. ne
pourra qu'tendre le Saisie le
ses art tires.
Nous lui prsentons nos com-
pliments.
La Volont
o
Nous avons nu le premie'
numro du nouveau journal qu'
s'intitule La Volont a el qu'
est dirig par M. I I). IVqmt
Notre nouveau conlrre. qui
nous faisons nos souhai's les
meilleurs, parai ra deux lois la
semaine, la mercredi el le sa-
medi.
Quo vadis, Hati ?
Le Numro de Janvier di
Quo vadis, Hati? paratra la
semaine prochaine avec les
matires) suivantes:Souvenirs
Historiques sur Alexandre
Madiou, auteur d'une collec-
tion indite des personnages
de l'histoire d'Haiti ; Une vi-
site l'Ecole de Droit, Im-
pressions, par M. dame Aima
Davins. institutrice Barce-
.lone.auteur d'inteiessauis ou-
vrages; Qtiesiious d'acui.il le
etc. Uu supplment du ePeill
Citoyen i contiendra les Le
ons, de Droit Civil . Le tout
sous la toi me attrayaute de
Magazine illustr, comme le
I Numro de Nol.
e. r
... la \ u <|in disait m de ses
: m s attabls avec lui su Grand
lliel de Fi ns : "5
(jue pieiez-Vou? LiiijO-
lude OU Rhum V
Les deux: R tir m II en m (ar-
Dr^.RK et LlMONADB Sl-JOl'HN C*
la l'ail uiu boisaon dl eiasss.
*
... a rencontr un de nosamia
i dix heures, dena les rnea, la'
(jui, cependant, est au lover da
sept heures du soir, pour pou-
voir souper n fannlla, ait-il.
Comme on s'en tonnait, quai-
qu'u.i lii remarquer qu'il avait
plu un peu ivanl sept heures l
que la pluie *' ail arrts m
peu aprs huit heures.
Ali je- comprend*, il a p o-
fi de l occasion pour imper
2 heures sa feu. me, corrobora
un troisime.

...la vus qui l'aagagasil sur
U pont branla ni et qui i nuit
la galerie que psi uns pelits
plane h A cliga ses deux pau
pires. Mais malheureusement
l'a vert issamenl u avait pas saS.
Et sous elle le poul s'crasa Elle
tomba dans le ruisseau, les cft-
tt s un peu Iroisaea el I ure des
raains lgremanl gratignea
Au moment o on lui \> >< u se-
COUra, un gosse qui pas.ail b.i-
quitte bien assise sur sa tfO*
quelle, murmura, trs giavt
ment, mais sous celte gravit,
on davinail d| le rire qui cla-
ta ensuite :
God gttl ou casse pont
mou ne ijo, non...
Ou eut I air du ne pas enten-
dra le mol par lequel la lille r-
pondu au garon.
*
... a vu uu ce riais lve de
philosophie, mais qu'esl-rfl
qu'un lfe de philosophie avai'-
il A faire l?a Royal-Caba-
ret . Il Invita un copain pi t u-
dre un grog al da qu'ils eurent
bu, il demanda a celui qai il
avait ohYrt de payer. Nouveau
systme invent par la jeonetse
des coles qui 11Wcjuent* les
dancings. Je vous ofiie ^ boin.
Mais c'est voua qni paierai S\ -
lme D... mais qui n'a piisdfS
legs ses.
* *
... a vu, la i ue tha Miraelt s,
an journaliste qui ne pouvait
pas e tenir en plact parce qail
vauait da voir descendre, dans
la voisiuagi-,deaon auloraob le,
une leiniue d'nn cerlain g -,
mais d'une lgance da toutpre
mier i r.n e. Il IhiIIiI moui irlors-
que, passant (oui prs de lui, la
U'Miiue daigna le saluer.

... voit, avec h plus K ad plu.
sir, que la situation, si lendae,
enlre le (iouvei m meut el la D
G. T. P. sesi heureusamant tl-
noue. Le (io vcinemenl a ob
tenu ls satislac mus lg'tiiucs
auxquelles il avait 11 oit et tout
rentre dans I (,ie i ormalr
Et maintenant, n reute pour le
rglement deaqneationa impor-
Unteal

... a rencontr un des toerislrs
du dernier bateau qui, comme
les autres, n'a lait que quelques
Seines For-ju-Hiioce. Son
baaau avait corn trois fois d-
j et s en allait. Mais lui, debout
l'Htel da France, attendait
que le garon lui servit uu der-
nier llhuin Sarlh II disait en
anglais, A un camarade qui le
pressait :
Je prfets rler mon ba-
teau que de peidre ce dernier
coup il* ftlium Sarthe.
... voit qu'a "Auditorium fa-
ille. Maison John II. Woolley,
Un mi hue,No. 1523, l'on a reu
des articles de'oute heau'c pour
dcoration et travestis pendant
les UOia juui> de .-n naval. Oll
union ii.>iie a luire un lourde
ce io.e, a oc d'adeuis on vend
un pi tx qui donne au client
1 tuvie ue lout emporter.

... a rencontr deu> iormer
cants qui se lamentaient aur la
gituatiou ... Ras intressants.


PAGF 2
Voix des autres...

LE MAlttUe, Il Jwwkr liB
Siitiite a"ni aucifi
Saaleir
liais-lais
Clraaje Biliit
Problmes
Londres, 20 janvier.Il existe
dans l'Etat d'Oazaca, au Meii
que, sur un plateau a 1.200
mtres au-dessus du niveau de
Jersey City, 29 Janvier. Ed-
wjni Edwards, ancien gonver-
ilf Jersey City et ex-sna-
teur riea Et a s-L'ns, un dea plus li mer. un village Tiltepec, dont
, rem irquables humides du pays, tous les habitants sont aveuglet.
CCOlO 111 K.J IIGS I s'est suicid dans sa maison
1 | Jersey City. S^ul chtz lui dan a
les premires heures du matin,
| il se tira un coup de revolver i
Il tant b 1P d-ol,,ervl-!,ra*e7.'ae4rvelle,,a,il morl
lions ei tact, pour ^ "V" ll ,u ,r,ol,v ?*' fSff^
MisirU. oilienSana lequ. ller ?"'eur ,nantlua de Para,,rfc a
au milie" de 1 n'V. , i uni
des cboaea ailes les In N,! '/A,,w'mls a "" T b'
(|ui a t remis cachet a sa tille
biizabelh. Il n y a pas eu d'ex
lui
essentiel*.
I. paya Irai e criae co-
nomiqm &,'ca,l0.n olficelle autra que M,
grava? p. aa complexes l; Iwards est tsorl de la blessure
font rsoudre cl noua d d balle pour le bonheur da la mme.
tiv.t aller i vite suis I.;; suicide de Mrhdwa.
perdre un t i en de Mlactoftetl dune longuellii
Vaines dise !" retara al de maHhetirs qu
influrent en 1028 quand
mourut Mrs Iv.IwanK Bris de
cher de raao inar peu et I
beaucoup, si I on n'y prend u
1. via passe en raisonnera cnagrisparaa mort,.I se plongea
n'en r*it plus : o ir i pratiq
Grise -
nom. En i < i ilion
mi)ittur l plu
en plua, I
U s'est raasenli ic dans ton*
ts no i sociales qui aa
sont trouves i sa du mime
coup.
s na sommes point les
st uls A tra ce m >l
%' lral; l* Ln-
gleii rre, l'Alfa ra pour aa
citer qu ppa
de l'iend
celle plaie Le p b e ne du
" rJTol?a!!fa-f' kPK
centres une quealion vitale
dans une campagne de rlec
tic .'au Smat et tut datait.
Alors li New-Jersey Baoksra
Secarity Company laquelle i'
i attach, a t soumise
enqute el il perdit lorte
ment de l'argant comme rsul-
tait. Subiquemmanr, il rompit
SCS relat'ons avec Frank Hague,
ire de Jersey City, l'ami d
louta si vie et son alli polili
que Ce qui aignifl^ la fin de la
<: e de M E lwird<.
Pendant tout ce temps, l'ex-
snalear Edwarda combatiai
le cancer qui 1 avait attaqu
une
d'ordre aordia'. Da Irop
grau laaloi i
au dti i i.ple, dim
m iz de
l'acU r, du ont
peu a
collre 1- I aa inlrset !
tsjoi d l pea
pui
te pi m U lias
immdia io>
miqur. s'cal
tait atteint;
da riche nulion
de B| l par l
SUi,
rem ment, il renona a la vu
quiiul il s t* n t i t que tout taii
pei du.
AVIS
Les capitaines des Clubs
Membres de l'U. S. t. II. sem
i ivits eatraloer plus acti
veinent leurs quipes de loot-
, en vue de mettre le
la Comit en mesure de aboi
s i trs prochainement et 'l'a
. leur rendement, les l-
nla qui doivent form I h-
v. IIaiiiins-'. L'Equipe
lo i es id nous li
qu i n Am le ibre
ch ('f
Ci) 6.000, I dacl
to il la ra
gn. ' vu leurs Iran
Dons diminuer d'une laoo ef-
froyable, t se sont liouvfs
aussi d uis l'ob on de dimi
nuer de l>e Rail < I
tou'e uni gion l'h immes
vaut de leui li
jets h1 uaq la p it*.
Le prerni ! :i-
ts mo li il l.uii li bien
haut, ce .Ira j
tion .! i leur
lois choiaie, pour aatu
rer son homognit, il ara
organis des matches bi-hel -
nadairea. h'n ontre, le (]o
mit se lait la devoir d'ap-
p'c-iul.e aux Clubs et au pu
li ic,qne cTeaiu'du croiseur
' Dragon" attendu ici le 24
1er prochain lit match nui
lu ic des plus puissan
Les entants naissent en gnral
normaux, mais ds les premires
semaines ils sont atteinte de
troubles de la vue et, avant la
fin;de leur premire anne, ils
sont aveugles. Les habitants at-
tribuaient leur infirmit l'irri-
tittion cause par le pollen d'une
plante appele e Verguenza ,
qui reste en Heur une demie
journe seulement. Les premiers
mdecins qui avaient donu
h ara sons auz villageois bl-
maient l'alcoolisme ou une ma-
ladie contagieuse inconnue. Un
mdecin allemand a rconnu
enfla que la ccit lai casse
par un moucheron qui est, en
emps normal, le parasite des
hauves-souris. mais qui pique
le> hommes pour dposer ses
uts dans la plaie qu'il a faite.
La plupart des aveugles por-
t- lent la tte des espcea de
oupes contenant les oauts. Les
bubons ont t ezciss et dans
nombre de tas les infirmes ont
recouvr la vue.
Quels aoat les Chars
qui participeront
au concours ?
Telle est la questios que
beaucoup d'i itresss se po-
sent : quels sont les chars
mi participeront au concoure
lu p us joli char?concours
lonl les deux principaux prix,
il est bon de le rpter, sont,
p irait il, d'assez granda im-
ortauce.
Quelques aimables lectrices
iou; ayant pos la question.
ions avons sonn la Cosa-
oiliion Conamnnale :
Sont-ce seulersent les
bus des Reines qui partici-
pent au Concours ?
Mais non. tous les chars
vont y part eiper.et ceuz des/)
Reines, et ceuxueitudiant,
et ceux de MeUes...
De Mesdemoiselles. . ?
Nous n'avons pas bien enten
du.
Tant pis, confrre Dites
simplement de votre part a
vos aiiuab e^ lectrices que tous
les chars vont participer au
concours.
.
La Massa Populaire
Les memb es de La Masse
i i quipe del Jamalq .e,le|l>l)l,,|i,'''e i sont convoqus
\iilboum".
Le Ce mit
leur il spi les i es
grande il lient
point en elh i auaas
da gern
I
11). ils, I
vent
du cap lai
gros
du k1 ' '" t

|ue la
loi
l<
horie
. m pli
cett> ou d'un eul< ur
connu ). Plus irme,
filu. iu-
ensa, il sais t ilor cl il
tout c ,
PhsmidU il ( elles
des s mu e; ma
le il qui I -
g:., et nts .toesl qui le se-
eonent, li qu'il i len lit
pn minires i etou. lient la
plaine. Pour nous ; s cauaes du
retr ii! d sa i ich es sont i o n-
breuses; outre I irlation ia-
fisible tes capd iuz, lauce
llath noua,
noi iloya
nos
I i lige te d vii tre protg'*
a f on toute spciale pai
votes cet eftV.
I plua pour stimuler les ac-
its nationales vers la voie
, travail el du procs non
lemenl la cration d'inatitu-
I un'', telles que Banques agri-
i levi aient tre prconises,
mais aussi des encoaragemsnla
Ions genres devront tre dis-
la par ordre de mrite et
s n i les activits; enfin une
action voulue sera donne
ommerce afin qu'il revive
I > j>uis (le son jucieniie splen-
il sur.
Nous voyons donc que le pre-
bl ne hatien n'est pas aussi
I ili- rsoudre qu'il le parait
il prime abord. Nous n'avons
l it ici simplement qu'nam-
r< r quelques grandes questions
al encoi
pour le dimanche 1er lvrier
prochiin, neuf heures du
matin, aux lias d assister
la remise des drapeaux de la
Socit ses reprsentants
dlgus dans divers centres
de la Rpublique.
La runion aura lieu au Is-
cal de I Associaiion : rue de
la Runion, No 1009
l'ort-au-prince, le 26 jan-
vier iasi.
Le Prsident
CL SOI H
BOXE
Match International :
Jack Noltork, jamacain, 147 Ibs.
contre
Savoie Dsir, hatien, 145 Ibs.
e problmatiques, Kn,re 2 & 3; en|an| j
deraienl chacune (][>j[-; v\H
N'OUBLIEZ PAS QUE, CE SOIR,
"Temice Garden"'^q
sment de Ption-Ville, aura lieu un de
ces jolis bals dont t'orqnisatiiifait la
joie du public distinau.
Donc, rendez-vous ancral "Terrace
Garden". Retenez vos tables.
TLPHONE : 2874.
les Lectures
o
UNE
BIRE NATIONALE-
DI LA
t oui dema
,)I()\'es i cii^i^ .miu i iw uruiuis pour
eu particulier, tout an Ion* tx- ,{,.,.n Kftir nu noriaHa 0.\.-^
"ll \ dO ? os: Nous n'avons lai. que lou- *1? n fiZ ^ ""fj
'l li,vo"- les ,er du doigt la plaie, aflu
qu'ancun de nous, nous ne ao-
t > is llluaioenaa sur les rsul-
l i : n ndiaita obtenir. Nous
us bien nous mettre en
lte que l'conomie nationale
il puise il nous laut de
longtemps avjnt de nous rele-

\ ms marcherons bien si\r, tou-
jo ;i l'avant, nous arriverons
n notre but, tapea par tapes
pourvu que nous tendions toutes
irgtea vers cette seule tin,
n ayant toujours les yeax
tiis sur notre chel," car aux
ires de suprmes prils, c'est
i i sa vo ont*
1 lu qui s'imposent
iomphec*.
Chaules L.AFOKESTRIE.
bris i aciils.
Comment doqi rer re-
tirer, i que
porte cttle la l).i
bord simple question d.ulm-
nistr.iiiou, ite il laol pi-
chei l'exemple.
Que nos dirigea >m nen-
cent par i ;dou ei Ban< i
noi capitu pal une l^
tien protectrice, et pai ta cra-
tion d'une police rurale et u -
baine bien organise. Que le
Qouvernemi d prenne en main
cette grai:<
(ion de nos t lavori
poui v resa
naturelles,
uangara, i lea prives
B, tant pas suHi-.au!. s pour ces
?: stes entreprises; nanmoin
ARlETES a promis pour
soir uu spectacle excep-
tionnel, un film qui vandra en
tous points les Tnois Pcueurs
et lui est mme suprieur, dit
la direction.
C;. sera une des productions
suivantes :
La Hue du Pcu, loi. Janning.
Lea MisKiuuLts, d'aprs Hugo.
L'Knnemi, avec le clbre Liban
Gish.
Toutes plus allchantes l'une
que l'autre.
VARIETES noua intrigue rel-
lement.
POUH RIRE El SOCIT
.. IM
Mr. Il !lr iw
i <- ln| I luaHm,
RIME PANIMKK. IM, m. Dm
roiHNwi aa a**
Formule
suggestive'
Avez-vous In, da' s le co p
te rendu fait hier, par le Ma-
tin, du rglement mellanl fin
l'incident de la D. G. T P.,
et surtout avez vois lu avec
les mmes yeux ci ne moi la
formule dont l'ingnieu1 en
chet^a cru devoir accompa-
gner les commissions prsi-
ientielles signes en faveur
de Mvl. Sir.y, Diucetel Be-
liard? La voici, cette loi-
mule:
e Conformment aux ins-
tructions du ministre amer-
tain, j'ai l'honneur de vous
remettre la com nia io i signe
en voire nom pir le Prsi lent
de la Kpublt ine i
Je souligne d -s i i de
passiges de cette .ourle loi
mule qui, daua sa bri i
amasse d'innombr b es o '
drations. Le dernier de
passages so .ligues e>t to
simplement une f >u e d<
franais, bien ex uaable son
la plume d'un e ranger: n
votre non a et uns pou
i en votre fjveors.ee qui u s
pas du tout ia aie ne ci. >e.
Quant u prenne pasa g
soulign, il signifie que l'u
guieur en eue*, qui n'a u i i
voulu accepter de donner
suite une dcision du \>\
sidenl de la Kpuetique ap-
puye par sas guatu e, ni aux
instructions du serre ta ire
d'Etat des travaux publics
dont les commis tous poiteiit
le BjQotre-teing, n'accepte
de cder qu'aux instructions
du minisire amricain.
Vous auriei tort de croire
qua cetle acceptation impli-
que de sa part quelque chan-
gement dans sa manire de
voir et d'agir via-a vis de la
pernonne du praident de u
Rpublique jet du secrtaire
d'ttat des travaux publics:
elle siguilie simplement que,
mis eu lace d un nouveau
personnage et de nouvelles
instructions qui >out pour lui
indiscutjbfes, il ne p.ul que j
S incliner.
il m'est uu peu pnible
d'enregistrer celte impression
et j'aurais voulu la garder
pour moi maintenant que
l'incident est clos. Mcis cela
me tarait quelque chose de
voir mes compatriote conti
nuer de crier a la victoi e
complte ei de se donner uu
chauge humiliant,
Quaut savoir si cet inci-
dent, dans sou ensemble,
n'aurait pas pu et d tre vi-
t et comment, c'est une
autre ques'iQo pour laquelle
je vous rfre la srie d'e
c toriaux que le Matin publie
celte oc ..mou.
. tmtt
- .-<
Lux.
Brasserie NationaU
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit]
suprieure.
Protqez votre ooche el
votre suite en la buvant
toujours. 1
6ASTiiQCUSIE
adopte par le Spim'uliilts de Pari
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS d. i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION dVFIE
DIGESTION PNIBLE
GURISON RAPIDE
Prdiit , D' CORNELIUS
7, ar. Conitant-Coqqelin, PAPJS-7"
VENTE :
Por!-a,i r :,!r, rhrmcl V, BUCH
t taillis bi.ni Piiirmitiit *
Je ferais un mille
pour une Camel
L\ plaisir v*ut ar]a. II tfy m
-" pai de substitut pour la
qualit "Camel," ni pour le doux
et arable uirlnnga "Caacl."
Celui qui fume des "CtUBcU,"
exige des "CameU." Para*
qu'elles ont une douceur, wt
arome, une dlicatesse, que voua
ne trouvera dans aucune aatsv
cigarette.
Ne vous laissez pas dire qua
toute autre cigarette, d'un prix
quelconque, vaut le "Camlt."
Essayes les "Caueis" voua
mme. Quelques l<<.tiffes,
douces, rafrachissantes, et voua
ferez uu mille pied pour MM
"Cauiel."
R. J. REYNOLDS
tobacco ca
Win.to.-S.Vsai
KortaCareBaa.
U.S. A.
amel
COMPAGNIE
d'clairage lectrique
Srie de vente N" 2
Rfrigrateur G. E*
La compagnie nthe ses clienls une occasion iespr#|
pour p iNfder un Rl igralaor lectrique.
CondltioM exccptioniiellM durant le raois de ffritrl93t
a ) "n-mnt paiement : Or 25.00
|b ) Solde payable en 18 versements menauela.
c) Iostiili.tion complte GRATUITE,
d ) Li. garantie officielle de la -General Electric".
\ pei /, pas cou. chance unique!
Dcidez-vous immdiatement ft venz voir ce jolis mei-
bles lit
Compagnie d Eclairage Electrique
ou le meilleur accueil vous is,t rserv.
Le ttliiim Uiirbaneoiirl
Donll
la renomme est univti m ^ remire plaa
UenuiiKk pfiloul : r
UN iUhim.\.;ol
Dpt ;Ruc dea C&sl


LE MATIN- '31 Janvier 1W1
page :\
DEMAIN SOIR
STATUS 1/2: MATINEE
[.'AIGLONNE.
L'ESPIONNE aux YEUX
Noms.
Eatrae : 0 0 ; Balcon : l.O.
A 8 H El RES
L'ARGENT
Entre : 2, .'5, f gourdes.
One verrons nou* demain soir Rien ne l'arrte, pas mme
ni l'cran du si familial Cin I ingnu l don hros, non plu*
Tjldv ? qui' la noble amour dune lem-
me. Alcover, que nous verrons
Une superproduction ? Un pour la premire lois en Ralti,
hypei film? Une: rvolution c. a- j fcttrclasss les plus puissants.
nesqi a ? ou une rvlation ci- ; constamment en scne, U MJP"
ng aphique ? Faisons, voulez- porte.sans faiblir un seul initan,
vous, loin de foules ses appeila-jie poids crasant et do ne une
lions usags; et disons que nous impression relle de force, s
Cordonnerie Mont-Carmel
Hyppotite II ri udy
A COTE DE LA POSTE GflNlH
Vieil d'armer bi bel et grand Mg, ( haussa
ras de toute fracheurel de lou'e beau
Ou vfro.N,,,. en oolredee bretelfeo.t ,:.. ,,.. | ssflfeg
gOQI el a bon ma relu-
llttmoiaejles Me^damea. alaasieui 8n,p ta
la CORDONNERIE M.iNi CARM1
MosaquesHatiennes SfgSS1^^
______ ______Tlphone : 2680
Prc-Ca-TlaiT
kPayer vous uu GOOD-TIME en allait passer agrable
ment vos soires au
Pr-Ca-Tlan
o vous respirerez au on d'une musique parfaite d un erlho
phonique dernier cri, les parfuma grisa ts des euvirons PB
dgustant les liqueurs les plus fn.es, les boissons les plus
afraiebissantes des prix rellement surprenants.
Manufacliue Hatienne
ae Ciqai elles
GEBARA&C
LES CIGARETTES
Bal'Bas Fanlal-Lon
* Dessa lin ien ne"
' Colon *
Rpublicaine
<< Porl-an-Princien ne
a>
Grce lafne.sse de leur arme font lesjd lices _
Avis au Commerc
La Panama Steemahip Linea l i
les dparts si iva da New-York po .ri au Pri
directement, dunr-aai le mois de Evriei 1131,
I),p York Arrivages d Port au Vi
Sleamc Criatobal le 3 lvrier 193] le .s fvrier f
R/S cUoayaquil le 10 fvrier 11)31 le 16 fvrier 1
S/S "Ancon" le 17 lvrier 1931 le 22
JiS II. C Va.\ reeo
Agent Gnral.
oncer
Haiti,
iiice.
931
9'A\
931
des vrais* emateurs
Mort du gnral
B -rthelot
Par Sans fil I
P/iRIS, 20 janvier.-L" gn- j
ral Miihias Henri Rerdielo'.q ,i j
commanda les Iroup-s Iran*
aises sur la ligue Marne -
Gh-ins pendant h guerre mon-
diale, est mort h suite de
l'amputation de sa jambe, droi
te an vue d'arrter les prog es
d'une maladie semblable celle
qui causa la mort du marchal
Joflre.
o
809 Journaux amri-
cains en faveur de la
prohibition
Par Sms fil
WASHINGTON, 2lJ janvier -
Des 1346 pmrnaux quo.iitiens
aux Eiais-Uais avec une cir-
culation en mas e de 32.90.").
609, un total de 809 esi eu I -
veur de la proh binon, a l-
Vt-l un coniile Sait ar le
Bureau Mthodiste de T mp -
rance
Four comb ttro
le chmage
Par Sa as fii
PARIS. 29 janvier-Le nou-
veau Cabinet du Premier Pierre
Laval a ded d'excuter le
programme de dveloppement
national d'Andr Tardieu, appe-
lant une dfense de prs de
deux cents millions de dollars
pour les g ami, s routes, les
amliorations des rades, d ms le
but de combattre le chmage.
Petites
Nouvelles
ETRANGER
Par Sans fil
PARIS 29janvier. la ru-
meur que l'tal de sant de
Raymond Poincar s'tait em-
pir a t dmentie par son
mdecin.
Madhid.29 janvier.La reine
Victoria d Espagne a laiss pr-
cipilamaaenl pour Londres, afin
d'tre sa c'hevef de sa mre, la
principe Bairix.gede 74 ans,
qui est d ms une condition s-
verror.s simplement un film de
Marcel L'Herbier qui lui a t
inspir par un roman d'Emile
Zola dont le ihme symbolique
puissance et d'autoiit Pour lui
rien n'existe que l argent.
La si louchante Mary Glory,
pure, ingnue et honnte petite
,s. ...ut ce qu'il y a de plus ne lemme. lui donne, dans un rojj
tuallt, notre poque de d- plein -de nuances dlicates, la
bcii financire et de krackare- rp .que dans nombre de scnes
lentUsauls. Nul ne niera que la dramatiques et palpitantes. La
puissance moderne de LAryent blonde et n.gma.ique Bng.tle
en raine avec elle la ruine. Le Helm est bien sa place dana
banqu.er Saccard est le type
u me du spculateur boule
qui se seit de cetb puissant.
satanique et destructrice qui
bioie les existences son profil
et ue s'alimenta que des mal
heurs d'autrui.
kOQ tle de femme la'ale. Elle
n'en impose du reate pas au
banquier Gundermann ( Altred
\|),il ),partait de sobrit el qui
sait au milieu de la tourmente-
dore garder le calme que lui
vaut sa conscience nette.
Ciiizano Rlaiic
C'aat le Vermouth le plus agrable, le plu if, r et
par eonaquenl le plus apprci.
LE C1NZAN0 BLANC a eu les plus lu m
penses toutea les expoeitiona el te vend lui a un
piix des plus raisonnable!.
En grot chez A. de MATTEIS.
Exploits d'un auda
cleux bandit
Par sans fil
NF.W-YORK29.- Un bandil
s' ni, brandissant un revolver en
menaant de tirer, fi' un hold
Horn Line
Le m/s Frida Horn , de
retour de K ngston, est atten-
du ici vers le 4 lvrier, par-
lant pour l'Europe via les
ports du Nord, prenant fret
ip sur Mr et Mme Howard C. et passagers
Brokaw, leur rsidence de la Le m/s t lheise Horn ,
5me Avenue, puis se sauva ven oit d'Europe.sera ici veis
avx .,..,.................. g ni estims 120000 dollars, Kmgston, Sto Domingo et
r.euse provenant don bras cas-]aprs avoir pris le porleleoijla Curaao, prenant fret et pas-
Ce qui n'a Jamais t fait
Ce qui ne eut tre dpass
Kola Champapne
' F. SJOURN
I icuses
Prpar dans des conditions
D'ASEPSIE
Prparation et Veir
PHARMACIE F.SEJOURN::
Angle des Mnss Roux al du Centre,
et dune bronchiteaigoe. J de M. Bn k w contenant 17o
CHICAGO. 29 ianvi r T < is dolhrs.
hommes de hold op ont en-l e bandit, '"aprs la police,
v hi lEglise S'-lb^wige hitMeoferma les Biokiw et leur
soir lerr'oriaanl quinze femmes J mal re d'h'el dans one charn-
el vingt huit h mmes pendant
45 minutes, el se sont happs
ap's bs avoir dpouills
Les voleurs, ddaignant
les
b>e de bain, tandis qu'il nle-
il, aux tages plus levs.tel
butin a sa convenance. Il s'in-
roduii dans la place en pr
bijoux, ont er.'ev 1.000 dollars tendant avoir un billet letnet
en espces. tre.
Madame, mme dans un tat qui
demande un traitement dlicat,vous
pouvez vous dfaire de la torture des
nauses, en prenant ce laxatif, quoi-
que doux et inoffensif, cependant sr
k.
ENOS-FRUIT SAIT-
gagera.
REINBOl D & Co,
Agents.
Hallel louer
En entier ou en partie, la
grande hallc,sise Hue du Ma-
gasin de l'Etat, ct de Mr
Allied Coi ka
Loyer ties raisonnable.
S'adiessci, partir du 1er
fvrier, Mr Henry STARK,
Rue du Quai, en (ace de la
Gaie. Tlphone No 2091.
Articles
DP-
Carnaval
WM ^a1B^HaWBimWain!tiaisvin e
Toutes les Polices
DE LA
S
S
N
comprennent la Protection contre la *
Foudre sans aurjmentation de taux**
Eun. Le Boss ^Co

Agents Gnraux
Vous trouverezj\v jolis ar-
ticUs trs originaui pour
tous les gots et pas cher,
tels que :
c'.hapeaux d'Arlequin.
napeani de t'ierrot.
Boy scott
Garnitures or.et Caillettes
Cloches, Colliers.
Papier Crp toutes cou-
leurs biadgmcs.
Masques tous geures.
Serpentins, Confetti, et&
\ i nez de suite.
' hez John H. WOOL.EY-
Graud'Rue.
contre
la
iSTIPATIOM
l.vc-'irm les m
COMPRimtS
SUISSES
d DLLORT, Pharmacien,
119. lia m*in*-Antotmm
1-AIIIU
C'EST I.E MEILLEUR
DES PUBOATIFS
Problme
Sachant c[uc la misre bal
son plein dans le pays, expli
quee pourquoi
lo Y l'il li'iii de monde
" assister aux l tes ?
*2o Ya t-il plus de voitures
de luxe en circulation ?
So Les hommes surtout
s'habillent ils mieux ?
AI E
lo Parce qu'il n*y a que
a laire.
2 parce que les voitures
sont ae plus eu plus attra-
yantes.
3o l'an e que I M dson
Vincent CAUDINO
225, i in IJ.'.i. Koi,
s'est apt fali e eu lietc pou
hommes leh q I asimirs
toutes nuances t tout ptix,
chapeaux fins, cravates et
chemises de toute beaut,qne,
grce son .Mo k formidable,
elle peut vendre des prixdc-
fiant rellement toute concur-
rence. Rt iidtz-vous n l'viden-
ce en \ iaiti m la m uson \ in -
cent Gaudino,225fRue Bonne-
Foi.
La fte du 31
janvier 1931,
Stisff, Claireaa Traapeffes, if
Vais, Belli / ramkeir !
Venez.Pie n tsel Pierrettea
en Calicot, B l 111 f ons
eu papier i |; ve-
mi / contribu rparvo* [oyeux
i bats au su< es ie la lteeos-
lume qu'oi fi mis ml les Da-
mes de Sainl Franois de
s 'N s. Venez soulagi r l'info-
i ne eu o \ jges
sombres par vi | iet et
par votre : tint
A< i e ous eu foule
la l-ic (. Qvier en
'"" ;' n ; qi i obole
vous B| i e rire:
L'aumne est soc ir de la
prire, la g iet esl sur de
lu jeunesse.
Assurez-vous contre accidcnl
^ la General Accideul lire A
l.de Asusiance <.. on Li
mited . \ ve F. H basa
Age al noor H
. +
Viennent
dan i
POm-AU-PRlNOB
AI.PETRUS; PI rame ALHERTINI
r..nimcldu I> JjiUd VI;. T)
1VCJ
f Un Fort Stock de Pneus
et b?n b'< i i I ir
DUNI OP is, toutes
ri i m ci
Pour m ih k s ; Camions
I( hi 2
.Joli.: H WO< I I l-V.
Grand Rue.
r Nestor FEL2U
MAIItlIAMlJAIIIIIR
Salut le i n | hait,en, la
Sotieiei i sa i" mbreusecUen*
( lle. Il se nu i surtonl a la dis-
j position d cetti dernire,
1 ar laqu "'f !<''s
vfl ' cd (iupe"'irc-
derne qu'il jue" du-
rant li s.i n'il a.
pasVi b li f el tDj
:l '" 1 !,t.i lo.
l ""^ de ut; bi mnleV
ti n ni %
Ri el inclri
^,) en Ei o|f
Ri bip. i Ecole d L)a< \ lo)
*l*r


1
Samedi
31 Janvier 1931
Le Malin
.4
24me AWNK V 7101
portnu-Prince
Toohone : 224K

f
4 TAflM
rr&. mrtjsa. .s**-..
--^a"
Ir
A

i
h-
I

,./'
UROD(
l*vc
tio; t. H a.
et i
y


}


Nvru
|Gi"..-
Art
Ob

.
r
U


qu .'<
i .
i .. .',11-
ilil. i -
i
I i ,. | "-
u D'au Cm
P'UllI "
M/M.lllt cul rr>UIM el il
IhiVnnoulliittf >' ta
; Il nr u '>!* |4w
. | UleMMMlM
t ci. ;. co ii' 1er 11 vaMir,
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.


' .
!
^'"'m
'?/,'
' if/-
\cni de m
de Perth ( Scothnd
\
Uir la GENERAL esaue des plus p-int-et *"****", 3SLm* le
de c. genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou champ dastion qni m
madL Polices contre incendie ,couvrent.ussi 1* dgMs ooCMtai j^SS
Soe Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, aomgaafes
(ses autrui dans sa personne ou dans ses biens. ____ki^ - stdsl
Ses Polices Maritimes misse par ses branches d Europe ^W?!". ~ 5*
Sn Polices contre accidents sont valables dans I univers enter 1 leV v?^
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Gaves
______. ri_i..l n> nr llaiti
SOUS- GENTS
Agent Gnral pour Haiti.
r*ort-au-Pnnce. G. G1LG
JEAN BLANCHETJrmk
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande production exijie un grand dboucha,
et, pour s'assurer un grand tu-bouche, il faut qu
la plus fini qualit ftinilM la quantit maximum.
Ce t pourquoi les batm de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent le globe.
^^
quand VOUS AUREZ TOUT ESSAY!
que rien n'aura runsl, prenez oacore U
Sirop C. FRANY pour adim: v oui taroi soalaW [
9 m la premier* cuillara et guri avsc
un flacon.
Nom garanliatona, doui affirm-----
l'action are da en urop pouf |
calmer d'abord et gurrir ensuite. .
Son action ett merveilleua* cbes
le. ASTHMATIQUES et dans
les cas d* Toux rb1Ia, U 1
BronchitechronquA, etc. Dans
peui ADULTES U Tub. Nt te iotK pas ealmo immdiatement U accs |
i Enfuis, de t. -. e4 su !- laioos; [
il tup ".nu, lea sueun nocttrus
ci aur le sommeil.
Le .acon. l te; t,aurai I 4.89 impt comprit,
J. t_ i n en r\_ *.. _ ?,_' L'L CDIUV <
Fco ' mic.! i 19.50- Dpit ktni : Pli1- FRANY.
.', ,. 4m k .,.U... PARIS. R C &m 161809.
A LOUER
Deux excellentes pices
d'appaiten et.t, bien situes a
la Giaud'Rue, quartier tom
niercial.
S'adresser
M* John WO0 LKY,
Grand'Rue.
6
Hki une prescription et
Mdecin pour les Froids M U
Maux de tte, '..'est le remi
connu le plus rapide.
Otto* eu tabltties aussi
et
CHOCOLAT
AU LAIT
CADBURY
Panama Railroad Stamship Linc ]
Service* de fret et de passagers en lie
NEW-l ORRCn Y N. Y. ( Blb TOBAL. t ANAL ZONfc et les PORTS de la COTE
OUEST de IAMuRIijUE du SUD.
Plus rapine et" le plus diiect service de transport de passagers etdu tr\ entre Haiti
les.ports Europens via New-Vord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Ecose France
Mrs. G W. SHE1 DON Co- 17 Jj.mes Sireet. Livkbpool. hlNOLANu
The folloaing arr sur 4geols at piiDii^l ports il Enroue :
'ENGLAND, SCOTLaNU, FRANi e.
Messrs G. W. SHELDON & Co.,
17 James Street, Liverpool, Englan
la rance. Messrs G. W Sheldoo & Go. are reprsente ldby tfi3 tollowin irass
S'adiesser M. Joe Woolley.
ne bonne Royal Mail Steam Packet C
r^r\Qrai/in U aVtaWr*Payll Seed* venant de Londres, King-ton et m
Upcll cH.It.Jl l (JuSml,.s, .lendo Porl.u-Prii.ce le U Fvrier, p-eoiot
U
prep
pour le leint
lkatly rigNICT &Co
21 Rue de la Rpublique
Marseillcs.
Hmnu Peron & r, Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hehnu PgaoM & Co., Ltd.
Rue du Moulin V;ipeur,
Bouof.ae sur Mer.
Messrs K. A. Bendix & Ce
21 Allengado). Copenhagei.
Oslo, Norway.
Iaternational
. 'Speliti msselkap Oslo.
MM \tl\ntic Fheiqht Corp*n
BilUnhuis. 4a ub irg l.
Gfirm^ny
|Messs ATLAIfTM PiiEteuT
CORPORVTION
Germ^ny
MosgrS \TLANTIC FtlINtHT
CORPN.,
24 Quai'|Jordeis,
Antwerps, Be'giura
| HtRN Peron Cte Ltd
; 9 Rue des Maris,
Paris.
Hbrnu Pbron & Co Ud.,
Rue de Tranquilite
Du ikerque.
HsWfl Peron & Co Ltd.,J
9 Rue Roy,
Bordeaux.
Gbnob, Italy
Missrs Henry !oh: Jk 'lerici
Phzza S Matteo No UOeaa
COTTBNBURQ. SwiDBN.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messrs Atlantic Freight
Corp'n.
Kon'Rinrnap'ein 3,
Rotterdam Holland
Messrs Steimann & Co
tau de hs'jNIfs -IM-iiin-sses 'de
la ii-ar*' listfticClei illier
Ulie, >isa >isdu Idisfii |atal
r^sfie n'est pas un secret; une
lation hien prpare a base
oxychlorure de bismoui
1res finement prcipit.
Ceux qui .e appli iuenl
quelques jours avant d aller
au bal uu a une rc< i lion
trouveront qu'ei'e est i.dis
pensable,
indispensable aussi pou.
les vlllgiatunstes ; elle
pche qu le leinl soit biu
ou tach par l'ardeur de no', e
soleil tropical.
^^>^^mm>____ il i | l II I I I II T1 "
Cabinet de
-e ARTIll R DARTB8 IAIIII
AVOCAT .
incitn ministre hue du l'en pic (utre les
rues des* Ml .tir* el P..1
l^iL-uU-iTlatc.
f.l via le Nord pour Havre, Anvers. Londres el tous les ports
d'Europe.
I. J. B1GIO
Agent Gnral
Tlphone: 2311.
ALUMIMJM LINE
DEPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR LhS PORTS HATIENS
ITn steamer laissera Nt\v Orlans le 13 crt. et Mobile |e
15 directement pourlea ports du Su l, P ni au P lace |Ps
Gonaives. ^
Port au Prince, le 10 Janvier PMI.
A DE MAT 1 EISA Co
Agents rneraU7'_______
i
/
Grand Caf de France
Soai li.JJirection avise et intelligente de.Monsieur Franois
Giraldi qui est devenu l'associ de Monsieur Patnzi, le propri-
taire de cet tablissement qui n'a pas d'gal, le GRAND CAFri
DE FRANCE, ofl.-e ses aimables et distingu* clients, les
consommations Its plus.fiues, les vins de toutes piovenances les
plus choisis, Cigares et Cigirettes, Sandwiches. varies, des pnx
d. fi ...i lonte concurrence
I eccetil U plus vu,' 'hiqie contl meia ire'le meilleur
i du Grand Luit rt* h ru me,
VATi\M & Co. Tclphoue 2341.
insurance Co
Une des i plus forte CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE \
EUG. Le BOSSE > Co,
Aaents Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs