Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03823
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 29, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03823

Full Text
H
Clment Magloire
14W, HUE AMHK1CAINM 1381
TELEPHONE tf" 2242
Qirllf qor soit retri carriers,
Mil ISISsr! sa* illcutfrc par If
icepticiMK lesisrasl ri sterne, ne
mus > w il* et l'ijiaj i u;ir 1rs
in -m i (i iian -. Km M 4UI
|TtMttl Mil llll' U..I OH,
l.\ l.lli
24 POKT-AII-PKINC.^HAlTi;)
JEUDI 2d JANVIER littl
SBtV;
Le Prsident VINCENT n'acceptera pas
pour son Pays, ce qu'il n'a jamais
accept pour lui: Un pli son honneur.
Propos
cachets
On Mit que. suivant le mou
veinent maugur, mard ma'in
p ir le* employs de la D.O T r.t
les tlgraphes, le tel** hone et
tous ! autres fonctionnai'.
relevant de l'Ingnieur en Chef.
ont quitt leurs bureaux. Cela
s'est tendujuara'-d, dans lout
le Pays.
On ajeeilainem nt lu le r
su n des :onvrv'ions que no-
ire Gonlrre Le Temps a eues
avec le vli.jistre les Relation
Extrieures, la Ministre Amri
cain at l'Ingnieur Duncan. Il
rassort de cet trois interviews
que les commissions des trois
hatiens n'ont pas t apportes
Sar M. Dana viunro au Ministre
annoa. M. Sannon a di', en
termes tunnels, VI. Moravia :
Il ne m'a |iinas pa>le de re
prendie les commissions. Le
Ministre aineiicain, lui, di' qu'il
ne peut comnenler en public
cette afl tire qui se discute entre
les deux Gouvernements. Mais
il alfinne qi il n'a pu entrer
dans >a pet>e, ni de 1) .... Munro de donner un
aouffiet *u Prsidant de la R>
pubiique.tO'ailiaara le pourrait
Il ? li; il ilt que le t'raidanl
Vincent,nul n'en n'i jamais
dout d'ailleurs, esi digne de
tous les gards.
Quant M. Duncan, il se can-
tonne denire l'aittcle 1 de la
Loi r'u 2 Juiii 1U2U qui tait une
distinction ei.tre ies Ingnieurs
dant de la Rpublique, et I vie nationale qu'on rconforte- dlivre* par la Prsident de la R-
np.oyes.de son servi,, qui. | ra le Golf.. oement. Au cou pu^afj$gg J.K
us pai im, ont une lettretraire.il fautqu. hvvie.continur, ^nliar honneur I
qui sont commissionns par le Ce n'est pas en suspendant la
Prs "
les il
lioisis ,
out le monde ni
vaux 'ubl.es.
L essentiel est [que tout c.la
soit regard avec calme at que
Ion tassa confiance au Gouver-
nement qui, nous ;en sommes
su', dtendra les int.its .tu
o
Lai Ingnieurs et le personnel
Hatiens de U Direction Gnrale
des travaux Publics ont quitt avant-
hier leurs bureaux, en signe d [>i o-
leslalion contre l'atliluiTn inquaii-
liable du communiant ihuicnu re-
disant d'earegislrcr des coa missions
Pays, avec dignit. Il ne taut
pas sui tout s emb le* Le droit,
i. non d ou suriou pour s im-
poser, a besoin de rcfl-xion, de
discussions et de 'str^uite. Ki
nous n'aurou. jamais inteii a
poiier sur le i.rrainsentimental
une simple aftaire d'iusubordi-
nation administrt.ve. La loi
pi voit les peines inllger a
ceui q u se tintent dans le cas
Lu Presse demande que le
:l
que U peuple a mis au vestiair.
ses vieilles rancunes, ses qnes
lions d'intrt persouuel.ei qu'n
a lait.bloc dernie te Gouver
uement national librement issu
de la viilon.e popuUue.Le gesit
de aie Seymour P.adel, Prei
dent du Lonseil Execnitl di.
Parti Nalioual Librai at i<.
Nul au P.latl de U l'iesideti
pour du. au Prsident de
Hepubnq jeque lu et :> s imil
-.oiiii.iiune.il avec lui est, dai.
sa noblesse, un symbole at u
exemple.Q . lou cumpieune i
kVUlaWt. ei que l'on -uive ci
eaciuyle. Le uouvern ment s
BtUlira plus loi t que si ions
Gouvernement .de la Hepubli- ineliaii a dtorgauiaer la aei
que insiste pour obtenir I. rap-'vices publics et a pousser de*
,..-i ii< Dam .m et cr.it a la nece
site de convoquer immdiat-
ment les chambies. Nous ne
croyons pas que cette mesui.
-oit urgeme. Une question d-
licate se rglant eulre deux Gou-
vernements, ne doit pas lit
discute devant de Corps to -
Mues dont les aucs so .1,
d api es la l.oi.pubuqucs.Le k ut
est de laue confia ne. au Gou-
vernement. Li surtout de rtstei
calme. Il ne laadrait pas que 1
giv. s'tendit, n detiois ues
emploies des travaux publics.
clameur mutiles dans les rue
Le patriotisme nellig-ni ne
s'accommoda p*s touj ura de*
cris.li lu laui qut-lquelo.s, pou
eue piouuclit, te silence, laii-
llcxion. .Coaraga.lt. palnu-
isiue de V!. bteu.o Vincent sou'
iU d*SsU> de '.oui SOUp I. IJ
ton sci BOUVit-nue, Ll quo
jiss. loul euil'c ses u aius. Ou
ie le rcgf.tt.ra pas. Il naccep
eia pas puui sou l'ays.cequi
.ia jamais accepte poui lui : un
<.i a son bouueur.
Mr le Snateur Seyinmir l'radel
est mont au Palais, donner spon-
laiuMuent l'assurance que lui et ses
amis se solidarisent avec la politique
du Prsident de la Ppubliqut pour
la libration du territoire, bravo,
Pradol Garon,un RHUM SARTHE
que je boive a la saut du Siiialeur.
Loaats Callard an prsence du pril
commun la i l la trove des coiu-
iiiions. bravo, LaUlurd, Uarou, ..u
PHUM SAlU'llh. que je boive n
honneur du Pays et de son lo-
yal Directeur.
C'est l'union sacre I l.i Nation
nlire est derrire son Chef et pour
olle fois au moins, on est tout lier
t tre Hatien...
(...u; ta, un 1U1UMSARTHE auCA-
dlt.r D'OR, que je boive SllU au
.alul de la P.pub'i |ue et de son
li^na champion : Monsieur Sluio
v'iucent I
Problme), de l'heure...
o
GRVES
La g've, depuis peu, sem-
ble s uiliili ci dans nos murs.
De ci. de l elle clate, par
fois incohrente ou purile.
Et, certains, par parre de
penser ou par incohrence
des causes prolonges, d'en
rendre responsables des me
nenrs. tl).nis les mouvements
de ce geure, des lments dt
dsordre, sont certes souven.
en action- Mais les agitateurs
se heurteraient t'meitte des
masses, si elles u'taitut Ira
vaillees le plus souveut sans
s'eu reudre compie.par des tor
ces obscures et immatrielles
Uue de ces loi cas irrsisti-
bles secoue eu ce temps U
vieux mon il. Ou a pu croire
que la grande guerre serai
l'vnement doiniu*ui de le
pi.que. h semble que le gesU
qui s'imprimera aecisii doiv.
tre l'emaucipaLon s o c u : e
Elle s'etne, mystrieuse, de
Yaut les j.iccesseurs des K i
Mes et des Pharaons. L<
laune ciigue devaut^son rou-
geoiement ses yeux Inide.s.
E le secoue la terre des ma
hatajahs et des bralimaues.
Eu lout point o uue -oui
frauce rle sous un crase
meut, uue vou dil que ia clo
che sonne quelque pat, du
redressement. Et la iueur di
rvolte. Elle brille, drisoire,
saus doule, et si incouscieui>
encore, uaus les 'toubresauta
de cbc/. uous. Mais pour en
pleurer ou pour s'eu ilcicud i,
li est pel'uiia de pcuse Cul
dans notre hmisphre l'im-
prcis* liuquituoe du sicle.
On a vite 'tu que noue pays
est part, l'cart. Comment
cela seraii-iI possible? Ne se-
rions-nous donc pas de
hommes? ne iitndnons-iioii
uu.ii1 pa.au itn.ui.it eilciiciM
p .i a inuomb'abtes auicuuts?
Dans tuuie notre histoire, ne
Voyous nous paa la ruercuar
siou a-us nuire luiiitu. les
ides d outremer V oit pou-
Vui. en trt anue.iieni, noue
coiietiivi.e suait uu ph^uo-
meue uuique et uaouali ueux.
Un des dogmes iu liscuia
bls de l'heare est le dogiu'
de l'unit du monde. Pas un
problme qui oe doive tre
envisag selon les doctrines
l'un passe prime. Qdel es-
prit dou d'une lueur de
clairvoyance, pensera t poa-
voir ignorer tout I ellort, tou-
tes les acquisitions de notre
pays durant ce- dernires an-
nes, penserait pouvoir le a
nener mpuuisient aux dis
Cpliocf, daus l'ordre loCsl 61
jolitique, des anciens r^i
mes ?
Il n'est pa possible de con-
>idier un problme, pas plus
celui de la give qu'aucun
litre, dans un cadre aboli?
il taut le situer dans le cadre
le l'heure ou b.eu les solu-
tions qu'on d y apporte ne se
oui qu'empiriques.
Daus le processus de I lus
oire, il an iv. uu moment ou
es institutions, le mo e il.
.e qui s'adaptaient ni.no
.iieusemeut a\ec lu tnenialii.
i mi agrgat ue concordent
plus avec uue mentalit qu.
a volue lundis qu'ils demeu-
raient stationnait es. Un alila-
guuisme s'avre entre l'orga
.usdiiou matrielle ei l'esprit,
v cet autwgouisme une seule
solution: l'adaptation de l'or
nanisme social ou-politique
aux ides nouvelles, bl U
lorce.epaulee par le prjug
et les iradiiions et les intrt
aieie, elle est 1 a. cm. ni. to
ou tard briscc. i.n triompha
tnee ultime,.c'est l'ide,, tou-
jours.
Voici sous quelles consid
rlions nous sembleul devon
tre considres les gtves ou
bM tentatives de grves qui se
u.Dile.sieut. Un ne rsout
pas un pioblem'' en ue U
oiinvUi.an pas daus ses Cau-
ses piohmdts eu es ay.ail U )
cipptirit-r ue sag e p llut fs
et lucuusisl.inis. A piopos .le
ia Louiereuce de la T bit
nouue sur l'lude, Euwai i
Ibompsou, uue ues luitlli
Reuce* les plu. vastes d.
l'heure, crit que le rulc
ment du problme poliUqu
entre 1 lude et l Angleterre,
quoique le plus im ndiate
i meut piessani es. une bafta
telle compaie aux probl-
raes qui mergent dej i de
I ombre auluurl C'est a in
si qu'uu esprit pourvu d'un-
lougue vue, analyse uu
dnient iaquitanr. 1 ue se
uerve pa^devant l iiiquilaiilt
maiiilesiattou. il ecatie les su
mtions trop tacites suggre
par une paresse intellectuelle
il dompte les resseutnuenl-
et les raucueuis, obscurci'
saura des vues de salut ci
capable, de le jeter dans les
pires compromissions, et ve
a srnit des grands cou-
lucle irs, il retuoule aux
sources, dgage I essentiel et
apporte la synthse harnio
Meuse d'o doit dcouler se-
lon une implacable lOfli |ue q,,,. ct|a sest vu, se sont
Lei finsle.Ycs if la D. (i. T. P. et le
l'rsiilcut VMtlt
N'ous avons eu le p^iisir de
'n Diitrer.hter matin, un def
Ingnienra qui ont laiss leur
MiTnia l'occasion le l'aftaira
Duncan. M nous a dit expies
s n Mil rel : Le n'est p is une
rve (/est tout simplement
un ujeste de protestation con-
tre I attitude du Co nm nid mt
Duncan et en signa de sali-
laiit avec le ( >uverneooent
le uotre P.y^ Nous retour*
u rons nos posti s respectitf,
de PI gti'eur l'hnquelon,
pie lo sque te Prsi lent de
a Rpublique nous aura dit
avoir obtenu les satisluc ions
|U il rclame.
I.a lalniii'ie uV Uosaqnes
Charnel Ma.i br.iDi-tir a ijumc
Lis employs et ouvriers
le la Fabrique de Mosaques
harlicr-Makbi ruelle oui d-
ide de ne pas travailler j.s-
|u'au moiiunl o le ('rsident
.e se.a dclare sa listait du
eglemeol de l'incident inter-
veiiM entre le commandant
luucanet son.Gou ernetneut.
Le personnel de la Fabriqua
se compose de (J ouvri rs.
I^e. Journaux et
le Gouvernement
Tous les joui nm. v du l'ays,
et c'est l'uue des rares lois
tes amliorations geue aies.
Lest sous des angles pa-
iea que dO'V< ut ae abor-
ies les pi oDiemes, sociaux. A
|Uoi servira de prcher le
calme aux travaillais si ne
sont pas elacees ou attnues
. se usesde leurucTV. i eut?
> nis un article eci il s >us e
'lesnieiit Lecoute, Ifi S nio
v'inceni, croy mis-.i us, av.a1
ton ju .lemi nt constate ue I
^lone de Lecoute lut le C00-
si leret la paix publique coni-
.ae une couse aicuce des me-
sures gouvei ueiueulales, et
nm, setoo les conceptions di
ses piedecessc'..is,coniiue une
donuee a priori.
Faisons le sulnit jur lelpa Z soei.de e. Faisons te SOU-
Preid.ni de la Kpubliquese
..U vienne des ideei de M iB
sieur Steni'j viucent. l'.inmi.
h souhait qu ; mpnine a soi
liouverueuieul les principes
de technique politique qui,
selon encore une de ses ex
pressions caractrise cette
li.'i.itne imtn.tueni. qui est la
> '.
Lldal
ALIX UOY
28 annes de succs.
solidariss avec le Gouverne-
nen; de la Rpublique!. Et
ois, incitant le ct, les pe.
iite> qu. stions diuleit per-
sonnel ou d'inimiti epauleut
l'action gouverncuieuUle. i .
sera 1 nue des licites du Fi
sideut Vincent, d'avoir, ue
tut- que pendant quelq ei
jours, -- ralis cetie entente
...i n- liou geural dt la
presse.
Aseu/es*voot contre acculent
? ta (tenral accident Fir. A
L ti* \su*iiauce Cornora on Li-
mited . Vve P. rleruiiiitftiHni,
Age"' <)Ur H*m.
it que le da r esprit onVi 11
toutes le. mat) t lest iiim s
' i pet see em mcipatrice
oit daus l'action aadacieuae
et rllchie qui s'impose i
cette heur, dans tous les do-
maines, aussi affranchi qu'il
le tut daoi le% spculations
abstraites.
Lssctures
o
Le prochain
carnaval.
Mon spirituel conlrre Aga-
thon tl crit eeei dan. L Presse:
Sur l'invitstion d^ prsident
de la Rpublique, les prsidents
de tous les clubs mondons r
la capil.la se sont runis an
pslais national, mercredi dsr-
uier, pour prendra avec lEx-
cutit dea mesures pi opres 'sira
de la prochaine laie du carnaval
la plus brillante qu. no ik ayons
eue. Je n. suis point l'adversaire
des beaux masques et liergjmas-
.|ueS,'le.s beauxcoi ig i st.
lesques... Mais je tro ive q H psr
ce-te mu ang'Uasan a i e < us
Iraverson-, o d - q testt ns
vitales pour la n.'.nn BOSl po-
ses dev.nl le g r.rne ne l,
le prsident de II Rpabliq te a
le cur bien lg^r, pu ir i' ic
per personn.II.menl de ri tte
organisation carnavalesqui. C'-
tait allsire du maire, d i i"l ',
mais pas de vous,charmant pr-
sident...
Kh bien, n'ea dplaise i l'a i-
teur de ce-* lignes, j ne psrt.g.
pas sa m m r. d. voir; et \t> te
rrgretts vivement, parce q n\
vous siv i, enl e humoristes,
cest presqas toujours les m-
ni verres vl s, po ir le ca i
ebose ne parait p. revtir, pour
toi s le uiine aspec'. Nn ts i -
dons volotiin rs au prjug de
la to> me qui nuis mon re 1 m
le notaire uu homme touj urs
grave: dan>- le pr re u i liomssc
t h.jours en prier.; !e cl wn
toiqouis en posture d'am u
1 iiuinme d'Etat toujours le Ironl
dans les m uns; le loin s q e
toujours dais ha il d de si
va; le mendiant toujours .D po-
siion dtendre la mai i; si le
journaliste tou|ours si train de...
prcher dans le dseit.
O.', ca n'est pas lo 'jour- vr i ;
ce n'attt mme j mjis vrai : la
not ore a BM uiooieiis de la 'A
tie; :e prtre est un bon vi\
eu d<-bors de l autel et du cou-
lessionuat; le c ow.i a ses un-
res nluue-, lui aussi; il r.j a
rien de pius oit qu'un
homme d'Etal., quand c'est bien
l'article; u y a des moments o
le domestique devient la m lin .
ne serait-ce que dam SI ISOBI li ;
et enfin, le nu ndiaal cesse d.
1 tre quan I, |.t.nl bas si
lruque et sa besac., il lait -a
piovision de labic et va au
march. Le journ. liste, lui-ni.u
rem outre pailos bous sa p .
me une oreille attentive oa .
uue peau sensible.
DoA il suu qu M Vuicenl es.
bien adin.s i sortir de te ups
en icnius des choses j; i i
Passer ilti doux au rire, du svi > BU
[ pl.iisM.it.
m n. si mon vers a un pi* d ea
plus, lit, en cela, il n'est plu
prcisment dans le rle de
cLEscllitta; il en soi", mme,
pui-que, daus le c.iv.o U
Std.aU d-i i lub a .ra. l i\ i a
de .n.iic r dans ses vue il
B a ai. qu a sa tenu ag eut
pu u dite, s ssrecou s ussibl .
Ccsi d'ailleurs ce qui.s n t
tous ompris et c'est pourqui.i
c'est (i nt mieui pour le c a na-
val de celte un i ,
Mais je pourrais pousser la
qu s. i ,u plus avait' cl d-inamlt r
pouiquoi, tout en ne sortant
pas te sou ri. prsidentiel, vl.
Vi icii,de la Usin. tacon qu il
s'iuu- v se aux choses ^rave,
ne devai.-ll ,as 'mi.ic.inr
celle Je moiudre i.npo. lance T
J'ai souvent lait l'exarie ce
qu'eu disposant bien son t; mpa
at son activit, l'ho une la plus
apparerame.t -jflair arrive se
tirer le lout avc sue :set saus
Iro, de trouble.
b puis, rrai t.t, pour j < i
le;- pi les altan d nvem elles
tre plus nglige < q ^e les &
le* V r.t put .icoie, qu'une
allaire | ara -... e tiic ou g .
.: -c p i- se ou le ,-oiul d
vue ?.. Mais mon couli.te de
La PHbSSS i ecr. ceii comm
ceia nu n'e t pi qj- lui
de i* veau, et iu nu.i sens; u
Btfufait S.US h itci nia kkad
ni que.
1 Lux.
j .. a no! un petit truc qui
; i >s' pns dpourvu d'intelligen-
e. l'u jeune homme, d'ailleurs
rs bien, li' acheter un jo.rnal
' n spcifiant pi c'tait le na-
''niro d. la veille qu'il faisait
| demander, l.orsqa'il eut achev
h lecture complte du jo.rnal,
esls-dire. 2 heures aprs, il le
retourna la rdaction e. faisant
remarquer que c'tait la aust-
re du jour qu'il avait sollicit.
On le lui donna bien vite pour
que le lendemain il ne fit pas
ne que c'tait exactement cel.i
du lendemain qu'il dsirait.
Nous voyez, le petit trac n est
pas si btea i.is on a dcid
de ne pas reprendra les jour-
naux qui laisS'.l la rdaction.
Ainsi la petit li uc ne. s.i v ra
pas deux fois.
... voi1, chaque nia'in, exacte-
ment ds qua re In mes u. aven-
c,U qui sb poste ..ux e.viioas
d i Lyce Plion.lq li commsa*
re A .onntr:
-Min rtuglc mis a ragi*.
Cela ua' ir.llemenl empche
' les gens du quartier de biuti
ci.r de e. petit somm.il d'su
'aut plu i a^ abl. qu'il prc 1
I heurs du rv il.


... b vu, dm inch p es- m.i,
tua lis qu* de a.1 le. Trib m "
^e lroul..n las phases diver*
d'un belle partis d f>o'-
ball, u : m irdi-gi i nf, Me,
paut-ilon b inc tuyau da p.l'e,
masque n ci Ion rouge, qua
de. enfants mettaient htl bI< -
ment en lu te a coup de pierre.
\ im moment donn l'un di s
eailloux loucha le buit-retie' du
masqua qui, parait-il, s fach i.
Les.otan s prirent une sscons
II ruits, mais revinrent ls char-
ge E\ le masque qu por'sit,
d'une m i n importsnte, une ra
quelle d* lennis, s'en al'u I
(ii^ue. mais de temps en temps,
sa marche apparamm.nl l.n'e,
pren.il des ans da coarse.
... a vu, dimanche aprs midi,
dans uns de ces bandes exhu-
m.< du pass par le Gouver-
ne.il'ut actuci.t t. i! n'y avait
q i- des Ce m mes non mssques
ei des boni ns non travestis,
qui danssie.l, qutdques n'ii
dai nirn qui, le chapeau l'tlil ^'it
ai Irjiude leurs mains leves,
teiii ii.nl le prouver, par .1 -s
contorsions lombaires de loat
piemiei ordre, qu'ils BOBt d. Il
mme ra. q is Josphine Ba-
ker.

... a vu, hier soir,sur l'accueil
I une ci Iralche terrassa de II'.
LOORADO, d ux putes q.i dis. n
taieu d. V.rs de v.ra libres t
de posie, fM\ tnul 1 inoad- suit
qae ce Boni trois ehoi S .h i..c-
l.s. ll> ne trouvrent pas de i
rain deat.nl.. Chacun resta* r
SSSpositions. VA les deux potes
se sep.rer.nl, en emporaut,
chacun ses ides et ses convic-
tions.
. la voit Baeser, chaque jour
trs digne, ht chaque Lis que
le (ntllbemms qui l'admire, s.
dcoilK- pour la saluer, elle na
rpond que par una noua
ddaigneuse qui serai! coaBine
|u.e caricatura du sourire. Cl
elle ne co n prend pas, c'est
Oie dommage, que ce geste,
d'aideurs tou|ours respectueux,
n'es! qu'un h niimage discret et
silencieux qua l'on r.ad s.
gice, i sa beaut, et sou l-
gance...
M
.
... a vu, su Qran 1 Htel de
liauce, an de nos amis qui
r.ceeptail de b lire de cocktails
pi'a l co i l 10 i | te ce soit SB
tthum Sarthe. Co.au. dan Is
n u i c i s b m cliu ns,
s 11 cocktail lui fu. servi counne
il de&iraii.

...von u la r.. Fa ou, sou> la
,alerte d' i ex S ~ii oche, ua T*
itatilc cuis n ii emable sia .d.ie a p rt r de
.o i o.i des i.. .' geus viu*
nt bouflUi e. ctiu. t .us.
V Wttta.t.;


PA1W
L'MAT1N 29 Jaiviar ail
BONAPARTE
E
SAINT-DOMiNGUE
ET
PAB LE OIONEL Nl.MOl US
( Voit l No d'hier.)
( SUITE ET FIN)
- o
Pour toutes
pb
pa, Le, nom 1S"
compi !' ei
ver nie .1 I
ce.
Hommi l'or Ire, il p . I,ua
d'- ll"
do:- 1>
les l 'I111 Pou"
El 'il posa aux bureaux i
question : ,quel legtme
les es '' P,UI
pi r(
p, rgi-
ni . H de. Q ,l)" H
leur appli
j, | de lu-la-
Ui : d lri". dt
?a. ''' '
Voulait, a
dair. 1 S ' ll" y
avait t si le s et si p.o
lo. dei ll,i"
d. Q la
Loi i b rlab travail
roi i, la pi
ni .> Pi "' Pou
y.
bu uot
a> lier C n
aul ii aui e
eh "''
b P
iin * tl
se s*jt le
li ' "
s* ml*
rtl ' 's
da > '
eu ri - re"
pi.
de
de
Tei ure
ti iserv
l'ili a lt I
Il "
1
1)
fl '
t i aoirese _
0 ipban
ad
loin u m Pen
uhr un Eu Noire
pr, .,. li s et .u i 9 u d u
cu.ii/ a d<
1 i"
dans le Nouvi Moudet q
eu i I
du ;o iipts de I ela. l>
t 1 ... v
luati uc-
raiie de vouloir essayer d d^-
i les raisons complexes,
loudes,. qui,.out ;fi.ialemeni
ien un ^enie tourne Bo
u parla a se dcidai ai ont d
ai n sa conduite.
l'ourlant ne pun-je pan n
ii qaa dans la dcimo.
prise par le Premier Connu.
ut seuls compteras rsui
. uiurcluiids.de ,la Colonisa-
tion, qu il ait lait ti de tous les
principe*, de tous les droits
qu avaient reconnus aux habi-
lanta de lile Us Assembles r-
volutionnaues ? Pour la con-
qute de ces droits les. hibilanls
.ent soulevs, avaient vail-
lent combatte ; pour la
lervattOU de ces droite,
iaint-Louverture avait lou-
ie le premier gouverueui<- t
gu*. ci pour la premier/
ta iuii flatter sur toute lileie
i cu tricolore, te drapeau
i Libert.
kUo soulrle ava t pass qui n
lt pl au premier rang
. n matire coloniale, l'intr
les produits*, avait cri
,. pn dans une lude au
louihonexe. Pouiquo. le Pie
Coiisnl ne s eu tait-il pa
,i lendu compte, pouiquo
t'avait il pas compris? Ce
d> lio.unies, coiu.ne lea lia
I lt, oui leur destin. Celui de
la KrauCe est la ubeiauou des
Vous tes
invit
o
S'ous avons reu la lettre sui
vante :
Mon cher confrre,
Permettex-naoi de me aarvir
de yos celoanes pour taire un
pel aux eni[)'j de corn
rct, de I indus rie, da lad
laiitiatratioa, aux peii's proies
sionaels, chauffeurs, charoen
lien, meaimiera, aux chefs d.
petites industries, de petilscona
nereea, paiheulicremeat aux
gagncpelH, i qui je dsire fairt
.oblique 11 m une proposition
l nature a les intresser tous
Rien de politique, rien de sab
fersif, rien contre les patrons
<|ue je serais heureux de von
,mssi a celle runion; et ai des
trangers veulent y prendrr
part, ils seioot les bienvenus.
L'ide que je veux exprimer eai
dsintresse el constructive ;
elle ' pour toat le inonde e1
n'est contre personne.
La meeting anra lieu Cie
Varits le lundi deux fvriei
prochain, sept hem es trente
du soir. II durera moiusdunt
lisuis. I! n y aura panda quie
On est seulement ni l d'appui
r un trayon.
Sincrement vo re,
Ciiaklks MORAVIA.
Hessalfnes, te 25 Janvier 19*7.
Sionsieur le Directeur da journul
Lt M TIN.
Port-au-Prince.
Monsieur le Directeur,
e Ae votant pu laiuer aux
a h oui ne qui ont une propen-
sion nsturelle *-u roenso ne a
continuer i mes dpens, leur
mauvaise uction./e vous prie de
reproduire, en rplique aux m
chantes m nuuiiuns du tournt
L'ELAN* Ao du mardi20jan-
vier couru >tt its ei q passages
de l Ordonnance du Juyt d Ins-
truction de St Mure en date du
10 Aot 1927 que Lh MATlN eut
publier tn extenso ta page 2
de son ediliiriul dut 1er tevner
1930.
lixisptctueustmenl votre.
Roi tin N. CADhT.

Simple
Rplique
Libert itgalit Fraterni
EUpubtiul d'il ti
AL NOM UlLA itEPUBUQUE
Nous Joseph Raphal, Juge
d Instruction p es ie T ibuoal d
premire instante du itssort de
Saint Wsrc.assist Ai noire cona-
niis-greifler, Monsieur Emile
Phiurptau, avons rendu eu no- .
cabinet d Instruction, sis su1
BIRE NATIONALE
1>E LA**
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr si qualit
suprieure.
Protgez votre
votre] sant en la .buvant
toujours.
ooche et

upics et, leur, relveuieui.
. i e eiait u rallaalioi
i bc de la Rvolu ion el u
u aenUii la France. Poui-
I ioi n'a-i-il pas poursuivi lu
uuui realiaatioa de leur dou-
destin ?
N ipoteou, Saiiitt-lllne,
grell de ne s'tre pas cou
le de gouverner bainl-Uo
^ue par l intermdiaire a<.
.saint- ouverture.
Rappelons-nous cet aveu,
nous l'i m porlau
particulire quil attachai
i Saint Uoiuingue dana aOu
, e i vie d 01 giuiaailOU de l'Lu
eldu AlonUe poui les do-
ue la l'aix Pieuaine qai
remplacer ,la faix, i\j
m une.
Vippelons nous son grandiose
rlve Amricain : Lu grand
Ivnpire Kraoais et un Kmpirt
, aiuu perdes Non*aFrauaia.
ppelons uuui tiiliu i bouneui
( i u avaii lait aux Lgion
\]oirea : i) penser a les naau-
,. i a ses Batailles et sa CiloiiS
Li alors a piopos de buii.
i),) longue, avec )usle lient
oui ia eue voque la giauU
Un beau Meuble
0 i peut admirer au No
1713 le la rue du Centre, en
1 e des Cabinets IJenoi et
rludicodrt, une magnifique
irmoirt eu acajou trois
>>ftes, lib Lque et sculpte
lstyle Loum XV) par le matre
.bnisie Euide Litontaut, d
larmel.
Mr Lai m ta ni a elja fabi iqu
tes meuble qui dcalent cer
i.iiussiilons de Poi l-ati fnnee
et dont la tioesae tait les deli
ces des amateurs.
coitmio.13 COU II VILES
s ar an tes de .Monteur te
Rpublique,
Ire
Pahna de Justice de celle ville,
l'ordonnance suivante
Oui, Me Lonce Wadestraudt, I
Gommissane du Gouvernement l
de ce ressort en son rquisitoire
delimil eu date du 9 Ao 1927
tendant au renvoi hors de cause
du dit Rolhn Cadet puisqu'il
demeure tabli qu'on se tiouve
en prsence duu vritable cas
lonuit
Vu les pices verses au dos-
tter, savon, lo le frocs-verbal
du Juge de faix de Dessahnes,
en uaie du 29 Mars 1927, 2o. le
pi o <. vvi liai d'in ormauon corn
uiumque la date du 3 Aott de
eaiia auuee, le requisitoiie uefl
mol eu Uaie du 9 Aot en cours.
Manufacluie Hatienne
ae Ciciai elles j
GEBARA& C
LES CIGARETTES
BaBas Fantat-Lon !
Dessalinienne*^
Colon Z i
Rpublicaine
Porl-au-PrinciennCii
Gtteej laflnesseda leur arme font les dlice
dea vrais rmateurs

paro
i peu
d Poui-ltigaiede Boneparie.
lf 1, \ terne-1 Colonel Nemours.
l
i HBJ

Dpartement
i'Intrieur
rieur invite le Peuple Hvliei
... calme t lui demande d'a-
voir plaine confiance dans h
Gouvernement pourla dfna.
intrts de la Nation.
i au Prince, le 28 janvic
131
I Prcsiaral ilf la Kf|Hiblisiii'
[,'iiiaiMle .nu esaphnes du llslsar
i ies|tle|raaies le rtamer
a Irur poste. ,
que le Prsident de la
oblique a su quir les m-
iya du service des I*. T, T
ne ni abandonn leur poste
se solidariser avec son
Gouverne uent, il a dmoule .
voir. Au court de l'an-
. qu'il a eu avec leui
i \lr LOO M nos, U a ion
umment demand aux eutplo
i E
Le i .,les
Re utio ai a i<
ce
u tiou d< i Et Is
Uni s ci ni uns
si ns b pa le resideui
dt ,i ii mblique en laveur
de M d So iy, Doucet et Be-
lla vu es leur*
bai i;. '-'i1 es.
' A. M inro en elet.rc
un q e la i 'le ces
tio i .i est paa la
mme, pat' la nature de leurs
attributions, que celle de
Certain* i employe de M. 1. de regagner leur,
| e.telSUU. l M cl ^ l-jua conHanc,
Ia "1ILJ-1' .' an :.o iveiiiement. ht ces vies
luedea ,,., on, obi BU Gh l de la
loremen, auxquels le Mcn si iofl rulI meaSt Le prai
I e d'Etl Vincent, daus sa grandi
blics cou muera a dlivrer u< *esse,i compris que l'on doi
simples letl es le service. tout Une pour restar calme e
^ Au. ilrellolm pas troubler la vie da I.
tvec | lut des! Natiou.
Relations E ures, Mr. j .______________________
Munio a renouvel l'expie
tiun da i uiienui dt
frau eut .i. la R
et de su u* pour la
ition Hatienne.
Le DeparU menl de l'Inw
. c>. K-.ii de la
des commiaaions c )mmuuaies
oui r.e loi aiees :
Vallira Viuceut Desa'
mour, Frdric Audate et
L.OUIS111COU Louis.
St u* tus ou Nord Dieu-
touue DUtOSau, tlcun l'ie:
iot ci Viiiaid aloreau,
tJHAND txOSIKU Philippe
Jean Louis, Luc liieioUS el
Jeioine billot.
l'ic.NON Uorvil Thodore,
,osepb vjiucia et jjseph Se
re,
bALTitou Joseph Jean,
BloudiUffCbarpoUrft Carns
dayard.
Fte - SI. hauois i-- Sales
A (occasion ue lal.epairo-
oaie.de l'tablieacUlant de I Hos-
piv e Si Franois, n y aura d>-
uancha prochain 1er Fvrier,
a 8 heure, u..e crmonie so
eunede au cours de Lquelu
les chanta se.out eicuts par la
borate de l'institution Si.Louis
de Goiuague.
Des invitations ont t lancea
par le Directeur, le Corps li-
lical et la Suprieure de l'Hos-
pice Si-Kiaucois, lu Prsidente
et le directeur de l'hospice St-
Kr*nois, la Prsidents el le di-
recteur de l'Association des Da-
mes de St-Franois de Salas.
Apres la inesse : lecture du
compte-rendu de l'ann^aeraiaii,
salut 'u Saint-Sacrement, vi-
site aux pauvres.
ieuUJ qu'aie eiiqi.e sur
le liettl lui laite, suivie d'une
uitoiiuatiou de laquelle rsul-
trent les laits et circonstances
suivants :
Rolun Cadet, depuis environ
cinq ans, occupait le poste de
Receveur Communal de Uessa-
Unes et s acquittait de cette td
clie la satisfaction des diverses
ud'iunistralions munici
se boni succde
Pr
Auendu que, en ce qui cou
cet ne le tait mme d incendie, d
a ete tabli qu'il est imputable a
une simpie u gligeuce puai d-
tiut de prcaution au morae.ii
o a la lueur U un l'anal,n s'ope
rail ce soir du 28 Mais uu trans-
vasement de gazouue qui pro
voqua lacci.leiu l'occasion
duquel Koliiu Cadet et sen aide
Magloue Jean Llm.es eur. n'
les mains cai boilises.
Par ces^motils, disons qu'il
n'y a, eu i espce, ni crime, ni
dlit, m coniravenuoii ; renvo-
yons en consSqunuce le nomme
Itoii.u ui le, ge de trente su
aus.iailleur, receveur communal
al i omuiei caol.uc aux Oouaivas,
demeuraui ei domicilia a Des-
saiiucs, des liens da la prvan
lion ; ordonne sa mise eu liber-
Payea voua un GOOD-TIME ea allet.t paeser agrable-
ateat vos soiiee au
Pr-Ca-Tlan
ks diverses ol tom rasnirere. au son dune musique pariaile .^JL^S
icipalemqui] aodque damier cri, lee pari uns grisants des ^^t
I dsmatant les liqueurs lee plus liuas, les boissons les plot
atraichssan tea a ae prix rellement surprenants.
t immdiate si ce n'est dj lia iiltnifv, du Ministre TisiJ
tait et si autre cause ne retient
sa dtention.
Rendu par Nous. Joseph Ra-
pheil. Juge d Instruction, prs
le Tribunal de 1re instance,
aaaiat da notre commis gref-
fier, ce jour dix Aot mil neul
cent vmgtf.pt, an 124ine de
I Indpendance.
l\ eat ordonn, etc.
Ea toi de quoi, etc.
Sign : RAPHAL, .
Juge d'Instruction
Emile PHILIPPE W,
Commis greffier.
COMPAGNIE
d'clairage lectrique
Srie de vente^N'2
Rjriqraleur G. E*
Hati Journal du 27 de es
mois, publie une in erview lu-
mineuse du Ministre Thoby sur
1 incident qui met aux prises la
Gouvernement de la Rpubli-
que avec la D. G. T. P. Le Mi-
nistre Thoby dit en parlant de
l Ingnieur en Chef : Il a com-
mis un acte discourtois envers
le Prsident de la Rpublique
qui exerce ses prrogative!
constitutionnelles .
a wnw
Un diplomate en cong
inous avons itu la visit
du distingue charge d'Aftaireft
, de la Rpublique ue tmbat|ai.
iRalacl Cerviuo^Reytor qui
uous a aunouce sou prochaijj
dpart pour la Havane o P
passeia trois mois eu coug.
Cesi Mr le Dr Victor LopeJ
qui sera chaige, de la Legs-
tiOU.
Nos meilleurs .souhaits a
couipagiieal le charmant #dl<
ploniuic et sa gracieuse epoaal
qui oui su conqurir louU
les sympaihies^par leurs *
uieies aimables et leur .coai*
toisie.

jrleiCI 1I1POQDI8 I
U tnmnt Ira lu %Un a fu*
| El f- '* fi'urt J. E3PIC I

MC
CE soin
Fou d'amour
Comique en 8 parties.
Entre : 0.50.
DEMAIN SOIR.
G mdio
lans sea chansons d'actua'it-
Duncan I le Prsident Vin-
cent , Attitude Hatienne
" Entre : 1 & 2.
Lai compagnie ottra ses disais une occasion inespre
p u r poaseder un Rh igeratenr Electrique*
Conditions exceptionnellea durant la mois de fvrier,l&31 :
e ) Premier paiement : Or 24.90
b ) Solde payable en lt versements mensuels,
c) Installation complta GRATUITE,
d ) Li garantie officielle de la "General Electric".
Ne perdaa pas cette caanee unique !
Dcidea-vous im aadiateuaent et venea voirj.ees jolis meu-
bles la
Compagnie Jlcmuay Ekettrtqm
o le meilleur accueil voua eat raeerve.

La contrence de
WiLuc i>orinviU
Ella _se replera dml
vendredi a Ciue Varits a an
heures et quart du soir.
Mr Luc Dorsmvilie ae >
vaut publier sa thse qu'
voiuuie, nous engageous ceal
qui ne i ava.cm pas euteudi
ia piein re lois a aller cetH
lois eu loule Cine Varit!
Ils juge roui j *,r eux-uaeui*
el seloulplelutBBell^sallfchul,
,Luuee : 1 bouide.
: mu Bartacourt
Dent U raaoaaaaai uaufteaiie a garait m itm^re plaa
Dceu^Miae partoat :
UN aURaUMCUli



LE MAI#- 2i Janvier 1H1
i .
an
s (tiques Hatien
b
Charlier-Malebrimche & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
Tlphone : 2680

Je suis employ du
gouvernement il a tien
dit Mr Duncatn
llnou>fsi tombe,par btard,
jus lesyeux, copia dune leitie
lue M. Aaloioe Audain.qui tou
lit tarer un puiis anaien dan.s
proprit lAvtnue Datai
Ints, a crite au Ministre de.
travaux Publics, le 16 Janvier
le celte anne. Dans cette lettre,
signataire rapporta que le
Eomraandant Duncan lui aum
lpoRd, quand il lui aaaitdn
Wil Terrait le Colonel Cetts,
Chef de l'Occupation, au saje
'une diminution du prix qui
il avait t lait :
Je sais employ l'a Gou-
vernement Uaiticn et |e ne DM
liens qu aux ardre de celui-ci.
Le Commeadlnl Duncan st
Leuvieal il de etla?
bminations
jNous enregistrons la notai* |
laliou comme Sous-lnspectri- {
tes des Ecoles de l'Arrondisse- '
nent de Port-aa-Priace de Mes- '.
lames Gustave VVol.ne Louise
Tessier et de Mme Thodon
iolly. Ce sont deux excellents
:hoix.
Les aouvelles Sous Inspectri
[ces remplacent Maad unes Cous
liant Bianiby et Eugae Marce
lin quiavieui t nommes sous
[la Prsidence piovisoire dw M.
Eugne Hey.
M. Emile Roy
Notre anii'Emile Rov, Consul
Gnral d HaTti New-York, est
rtutllemenl l'Hpital. Atteint
lime broncho-pneumonie, il a
subi, en outre, ane opration au
loie. L'opration a merveil'euse-
ment russi t I on augare que
il ici quelqaes jours .le malade
entrera en convalescence.
Nous taisons des vux sin-
cies pour son prompt et com-
plet ll-b isseinent. _
-1 i i ii i ) i
POUR LES ENFANTS
I ES mamans savent que le lait
st un de* meilleurs alimenta
pour les enfants. Cependant,
certaines mamans n* compren-
ne! >l pas qu'une des raisons pour
sa suprmatie est que c'est la
parfaite EmuUion de la Nature.
L'EMULSION
SCOTT
est de l'huile de foie de morue
emulsione avec toutes ses vita-
mines et la plupart dea gens
la digrent aussi facilement que
la lait
Quand vo$ enfant ont betein
d'huile de foie de morue
donnez-leur la sorte pr-
pare pour digestion fa-
dk l'EmuUion Scott.
UT. LkflgUL, 16, Rua Bailli, Paris.
H litiauTourist bureau
n-
Vente
l'encan
Laa artioiea ci dessous se-
ront vcndui la crie publi-
que, ct Nord Ouest de la
halle No 1 de la Donnne df
Port-au Prince.le vendredi M
, ian*. 9 h. 30 du nntin.se,su -
rrrea. !' |'arliclt lOIMt II loi di
murant, a partir de I heur { septembre 1U05 sur les dot -
n es.
-- -* tWaWkWt
I e steamer "Caledonia* es
attendu Port au Prince le
80 iaa/ier 1931, avec des ton
Htes. 1
le* chaufleiirs d'autos en
ra laites conditions Koaldom
l ries de passer s'inscrire r-
nos bureaux le mercredi 28
Cordonnerie Mont Car/ el
hyppoliie R. Jeudy
A COT1 OE LA POST, GAAND'RUI l.
-..d'.'nllT'V" bL*1 r*Qd Mor"t eCbaussi
laa de loute fracheur et da toute beaut
^STS nl,,r0'd ^'^.CT.v.tas.cbaa.eall.,
. a?.T \ S tolM1^eafcartlelaa defehoix, > tn
gott et bon march.
.demoiselles, alesdaraes. aleatieurs. au
la CORDONNERIE MONT Q
a visaia s'imao
CARaJUL.
1
du matin.
Port-au-Prince, le 26 janvier
1931.
haitian 'lourisl Bureau
S. uATOR
Colombian
Sleamship
Inc.
es
Company
Le stesaaer eBogota venant direelemeat de New York
attende Porte Prince le St du courant. 1 parlira le snatc
Ijour peur Caves et Jacmtl en route pour laa parts la la Coi
[lombie, prenant lit el passigera.
Part-au-Pri; ce, le 28 Janvier 1931.
Clombian Sleamship Company Inc.
GEBAHA Co, Agente.
Viennent
d'arriver
Un Fort Stock de PaWls
el Chambrai Air.
DUNLOP anglais, toutes
dimensions,
Pour voitures et Camions.
Chez
Jota H. WOOLLEY.
lraadRue.
Royal Mail Steam Packet (>
Le steamer"Phylli Seed* venant deLondret, Km est ou et
'n Sud est attendu A Port-au-Prince le 11 Fvrier, preaant
via le Nord pour Havre, Anvers. Londrei et tous les p irH
d En i ope.
Sainl Jo>eihft 1rs anperatilii u\
La s a u- de S in' Joseph qm
sie; au haut du clocher de
l'ejiaa du mme nom a t If
g-fcuient dplace par une dr*
dainieras bourasques qui pas
saal dr temps *n temps soi
Port-au-Priace. Le patron de
ou\nis na plas sa ttnue droit
de* jours pas. Il es' lgre
nun penche. Le superstitieux
La Panama Railroad Steamahip Line a I avantage d'aunoncei qui, comme on lsait, troureni
i_ M____XI i_ ______ii .._. _...i_-._ ii ;.: I .... .nlinatinn Inul. lll l lu i '
Avis au Commerce;
les dparts suivants de New-York pour Port auVriuce, Hati,
directement, duuraat le mois de Fvrier 1931.
Dparts de heiv York
Steame; Griatobala le 3 lvrier 1931
Arrivages Port au P'rince
-------------------*. l# 1 .7 I I
S/.*Guayaquil. le 10 levi iat 1931
S/S "Ancon" le 17 lvrier 1931
le 8 fvrier 19 1
le 16 Paviier
le 22 lvrier
1931
1931
JaS
II. G VAN REE)
^ Agent Gnral.
L" ,b(d
MATH1AS SANDORF
Eure. : 0 50 ; R-iron
DEMAIN soir
Su dt un n e :
1.0.
MESSALINE
Qu'Ut :0.W : Uklcor : 1W.
iuae explication i toat,affirment
Iquast le travail se tau si raie
. 1 que la chmrjje commence
l iracoanaaseace avec le ou-
11ers bauena ces! paue que
statBt de leur patron i "a pi s
e jusqu ci mise en plate.
(jui aonedonaera satisfaction
a cea bors oovriera. et surtou
ini fidies de SainiJosepb, qu
croient qu'un de ces joui>, Ik
statua, ai aile n est pas remis
en plsce, tombera de son socle
ei se lduna ea poassire, aprs
avoir, ptui-lre, enlev la tie a
qu-lque pauvre paitanle ?
FOIE, REINS, VESSIE]
CVS1ITB- PR08TATIT1
urines TROuaiaa
ARTHRITe RMOMATianaa
Gurlion par la
KITINE
H.llnpllqu. pultianl qui cime la doulatir
olirlll* le. urln.t .1 dissout l'icld. url.u*.
.In Jacques, bote CI mises
Savon Tissus laine et coton.ec
Daecarett, caisses Parures'
tulles artificielles, Voile ci.
marie lollc oie arl- .
Ebers, Paquet, sac emba1
Dge usage.
Ebert, paquets sacs embal
laga usags. >
M. A.gus';a. paquets, erf>
me de toilette.
Unira, boite;, cigarettes,
In Rem(Wm. Paul) caisse.
Draps, Taies d'oreiller.
In Rem (A. R.) caisses.ac-
cesseires paur machines.
lu liera ( R. & ) caisse?,i
biscuits, bire.
Julien Benoit, boites, es-
sences pour liqueurs.
E. Benjamin, boite, cigares.
K. PienaN' 61, boita. 1 paire
soutien cuir.
In Rem (E. A. R. ) caisse.
screaaoiiefl aaios.
Nont.boile, chapelate.vis etc.
Noue, boite, Elixir Nocbal
Rue 1e. I
Noue, boite bonbons, chan f
tillon.
E. P- Lebrun, boite, lausse I
ijomeiie. I
R Dominique, paquet, ro-i
bea bbi
E. ti. Chauvet, paquet, Bas |
caoutch.- Faid.
ivi A ami h, balte, combi-
laison^.i luiussettes,chemises,
aquel e,etc
R O & Co Caisse*, Via moaa-
se< x, capsulas.
Nona. Sais tabac en feailles.
E. B. boite cbautillous
ipes.
VI. C. toile ichaatillon*
Antyph ogiitiie,
Saitn Germain CHAMPAGNE
Eocauleur public.
I. J. BIQIO
Ageiu Gnral
Tlphone
1111.
Oiiznno
C'aal le Varmoutb le plua agrabk, 'e plus
p r consquent le pli s apprci.
LE CINZANO BLANC a au les plus haulci
pansrs | toutes 1rs ezpositioni si sa vend sur
prix des plus raisonnables.
an gros diea A. da MATTEI8.
O I
su* tt
r*()isi
da< r un
Oa qui n'a ja aaia i tait
Ca qui na peut tra dpaaa
Kola Champaqnc
F. SJOURN
Trpai daa dra rrnditieas rigonretfai
D'A SKI ME
Prparation et Vente
PHARMAC1R P.SIJOURNX
Aagla des Ruas Raax et du Cealre.
POUfl RIRE EK SOCIT
i)cnii.ri k atrnttlssi lan h
Faire.. Il0|/ag Rigig, Purtlir.*
Ulon. Monolofne.' Ch.uoni. R.:'"
Sir. t. t.irs t n r. Ap.p.nilr isul
d,nS(P l">- il 2 'rinf '
nwir.v ICN. ios, B nrl
Problme
La fte
janvier
du 31
1931.

a
TOUTES PHABMACrBS
Ukordair. VIDAL, 46, rs. cfe GrJU. PARIS
ho
_ ww WKmmmmm
toutes le* Polices
OR LA
t ^
comprennent la Protection contre la g
Foudre sana auamentation de taux
Euu.Leoss$C
Accident da Chassa
i.'e.-a un accident L ment
nu(heureusement et combien
ploiable pour nn basteur
l'avoir des cura ati puds.l-
est aujourd'hui! itcile evil
,ar. a Le DiableI enlve les
ors eu sisV jours_pour tou- |
jours.
Envoi par Poste contre
gourdes :
M..DES' IIAMPS
S.-Mac
Articles
na
Sachant que la ruisrc bat
ti pkiu daue la pats, axpli
quac pouiqnul^
lo Y a-tihiaul de raanila
airti aux ttas ?
*fc> Y a i-u plus da vailnrai
ds taxa eu ; t . T
3o Les houiines aurioat
shabillaui us mieux ?
nEPONSK
lo Parce qui
3 a a taira.
2 parce que laa voituiaa
. aot ae plus ea pias altra-
jantee.
loPerce que la aiaiaan
Vincent UAUDIN*
'l'**>, lue Bouur t-ui,
e'eatspaciali&ea eaaiticla paar
koiiiii.es tels que l aaimira e
koulas nuanas al a leel pais,
cravates Tet
Isisri, C'sirsai. Travietla*, et
fais, Usii'i Isbimi !
Tenas,Hierroti at PiarraUes
en caliaot. avec vos poorPO <
en ppier de toutea soi Iat;va-
CI contribuer par tas joyaux
t>ets au succs de la fta eos-
lume qu'orgai iaani las I)r-
D'as ('e Saint Franois ea
Sale. Tenet soulaajr Tlnlo
! tune en dridant lai vis*|ie
sombrt par votre gaiata et
. par votre jeu nette,
\ Accowrae {la l't u.. 91 ianvier en
11 u an. a lamps que votre obo e
(tous appsirteiex votre rire:
D'jja qaa |L'tumaa eet teaui de In
irire, la gaialail lotor de
a ieuuaeae.
^^ chapeaux hua.
Il IT*rit'Vll chemiats de tou e beaute.que,
l^^4" inavci1 jjice a sou i>iOi k loi id.aie.
Tous trouverez de jolis ar- i e,|e ucul vendre a dea prixd-
ticles trs onginaas pour fi^ui relle meut tou4a t-------
tafckl
Aqents Gnraux

tous las goits at lascfcer,
U s iji.e :
chapeaux d'Ailequin. ; '
f ibapaaa x de' t'ienat.
c Bojrscot*
Garnitnrea or;ei Failleltca >
Clocbea, Colliera
Papier Crp tautea cau~
leurs biaueinca.
' a%qoe* tous genres.
Seruiutiaa, Cootetti, etc.
Veuez de suite.
Chez
ohn H WOO'.EY.
Graadnaa.
car.
leuoe.heuuez-vou* a I viden-
ce eu viMiaut lu a.. .- Viu-
ceui Gauuiuo.z^, Hua honue
Foi.
Hamburg Amsrlka t Jaie
Le navire ,< Vodosis , de
ritour da Kingston, eat atten-
de ici veiaje ''J coaranl.au
toute pour Ihurope .''i* la
Moru, prenant du iit.
rtELNBULD A Lie, Agents
a
/
lit!
n du rr. f\* p. lu
lu Mulesqui dvtl<
ftrmisi.nl. r- < s'i'Utni >ss
lUiciossiu-
!
busic un grscici-ieiBOO
C.n ItSbtM et>r IS ..il*.
InhVi PW .4SR.J. cr.PASB
4 Porr.u Pli n ""TIBI
IISMI !-------""
r ffaator riLlU
^hIAaUini.JAIUlll .i"
Saiaa le Ps. pie hatien, ta
'Socitet sa ne inbieuaecliau
lele. Il ae metsuitout a la dis-
position de cette dernire,
I nui laquellejl apporte, lofa
let|prOCaei de )s coupe n c-
t m e qu'il s j.raiiquea da
ran lea cmq aunea qa'il a-
I a.ssct a lai. 6t cbtz iui et iaai
,oi a la ha?ane ; c qui 1.
apiinii-iit itlabiil ecmpl-
nii ua ta sii.ic.
hit Ftioii t u dts 'iisclcs
No S>16, l'aociei ne Ecole
Robiu. (Ecole aeL>a<^a;lr^


t
Jeudi
29 Janvier 1931
Le Matin
A
P
Pagol
nergique antiseptique urinaire
A%lt vite et radicalement
Supprime le doulero
de tm miette*
Elite toute cmmplUatioa
La Peittol d*eofwcUa>ne
ri MlMimi lei IrtMM il*
*x)a. urliiairek. qu'il r
w-*\ ( mpletemeni ft neu!
r. ("jI'.mi tout lee >
pili ui lu tieMtenl
""T'aSTanini:
<**, atalaetea < la lu

V ... -

r
0
7 ^a
Ci'
i
/
,. >..
I rx. m s*ns pltli pour IM gonocoque*.
i IndteUablM f-es vr.iaa mina-:.
. Le PsfoL eut
COraRMliiMin* M* m*
QUaufa dtl TOlaa fi-
ne ira, renoti relie la
Ueaua grara un rav
|eunluem*ii( oomolet
u celle t Le Verne*
meurtrier m >n eau le
me ni pour le fnnocevjue
partout on II eautu.
mat* encore pour UMI*
Kee aulraa Irrobe,
uiquei) ca dernier
rut l'aaaoCatr. aumt
tout II fM M fonda
mm. la baaa du ira.
tentant de I arihrIW ou
du rfiumallime biennor-
rairlque. parer qu'il eet
lui de la bioooorra-
gie elle mme
I . IllhTIU.
Ai Mtll.tvlU.
eubl O.aiil:-. 1 3 VJf
clcniiat. Paru' ai l* **
1i>
UN MILLION DE
B ONS PAR JOUR
e un grand dboucha,
' ouchc, il faut qe
ni ilaquantit maximum,
uo lei bl a de Chocolat au Lait
eut I glolc

2



.

- >



i
IkWi
CHOCOLAT
AU LAIT
CAD
Une bonne
prparation
pour le teint*
(au > M^fi^PriMaMaMl "
te n ii .eu i, elrac Cie illirr
laine, rif fis du Ittaatje pou-!.
,* L^ f|Lii*t pas un seciel; u 10 ;
"hjo en prpare a lune,
tk'.jXytihUjriire dv bismuth
i"e"iineueei.t pri ci i t\
Cti* qi ue "PP tui at
|4(J t i
au ba >n nue l m
truVflro't q ud.s-
r ensable.
^Indispensable oui p< ur j
les villgiatoristea ; elle em-
pche que le teint soit brl
ou lch par laideur de notre
soleil tropical.
Cabinet do
aaeAnnilHDWi:* mi
AS
4 'PAGES
je* un- HtHW, Y 7200
Port-au-Prince
Tphone : 2242
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltcl
de Perlli fScotind
Lar la GENERAL e*t "une de* pli s tll#eantB t de ce enre. Le sole I ne se co ich ja mit ti an ha a i 'action i|OI embrasa* le
ii onds
Ses Police* con're in.endi?,couv.eu .u s <> lgat o< umo Ses points p. ur Automobiles convient vois, incau lie, malveillance douma, es
ci uss a dutmi dent sa personne ou dam ses bu-us
Ses Police* Maritimes mise* par ses bran. Le- d h rope sont payables en KM.
Sta Polices contpa atci'unis oui vaiabits dan 1 univers rolier. Tous les yoyh-
frtmn devraient donc prendra la | reeutun d t munu d'un* police outre accidents
d'au moiavs 4000 dollars, la prime annihile i eta.. que de 1/2 */, soit 20 dollars L. C.


Veuve F. BERM1NGHAM, Aux Caves
50US- GENTS
Agent Gnral pour liaiti.
Port-au-J'nnce. G. G1LG
JEAN BLAxNCHETJarmie
ie* k. *-**- -
ASTHME
Oppntilon, Cotarrkt,
Suffocations,
Toux ntrouse.
Oaarlian o*rtsln per lea
CIGARETTES CLSY
Mu POUDRE CLERT
Dr OltRV, II, Rua de Maubauga, PAKI8.'
A L0UER
Deux excellentes pices
d'apparten ei l, bien s tues
la (i.and Hue, qt.arliei eom
meicial.
S'adresser
M-John W(K) LET,
G'anif Hue.
m
Eet une prescription
Medt t in pour les Froids $i Ut
Maux de lie. C'est le remdi
cou ule plus rapide.
otki en Uiblettee aussi.
et
Panama Railroad StamshD Linc
Seruice]de fret et de passagers enlie
NEW-Y0RKC1TY-N. Y. CRlSTOBAL, ANAL ZONE et le* PORTS de la COTE
OUEST de I AMuRlijUE du SUD.
Plus rapide et* le plus diiect service de transport de passa-ers etdu tr4. entra Haiti
les ports Europens via New-ordet (.nstobal. Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les pnuemaux ports de 1 Europe :
nngieto. re ascottxe Franaa
Mse. G YV. SHELDON & To- 17Jame- Sireet, Liverpooi. Enland
Tbr fnlIoHiiiq ;ir o ENGLAND. SCUTLaND, FHANcE.
Ileatri G. W. SHELDON & i.o.,
17 James Street, Liverpooi, Englan
t- In rance, Meaars G. W Sheldon A Co. are reprsente ld>y tlie tollowin irme
S'adtesser M.Joe Woolley. I
Avis au Commet ce
In Panama Kailioad Sleamsbip Line s l'avantage
d'annoncer 'es dparti suivants de New-York pour
Pou un l rince, diuctanien, durant le mois de Janvier
1930
Dpart dg \tu*\oik Amuages Portait rrinet
c Huenaventura I 13 la 19 Janvier 11*1
S An,on le 20 Janv. le 2 Janvier ltSl
Jas.H. C. VAM RlfiD
Agent Gnral
Glblatly Hbnebt A Co
21 RuejdHa Rpublique
Marseilles.
HBRNU i'ERONft ( ', Ltd |
53 Quai George V.
Havre.
HateNB Pbson Jt Co., Ltd.
Rae du alonlin Vapeur,
Bou'o/'.ie sur Mer.
Meears E. A. Bwmx Ca
24 41lao|pi 'e. Copenh-igen.
OsLa, Now4T.
lntenuiticni.il
Y^padlHoaeaalkap 0*,o.
MI Si Atu^ktic Fr\aiGHT Gorp'n
liiitiuhms, Naunurg 1.
ftwmany
IMaeaaa Atlantic PtaMW
CeaPORATroM
Germany
Meeers \ ii.amic FasiNaar
Corp'n.,
24 Quai Jordaens,
An^werps, Belgium
j Hrrn Pkaii A Cu Ltd
;; 95 Rue des Maris,
1 Paris. "
Hernu I'eronA Co Ltd.,2
Rue de Tianquilit,
Dunkerque.
Haa\ii PeronA Co Ltd.,
^ 9 Hue Roy,
Bordeaux.
Gbnob, Italy.
Messrs HufET .Joe A Clbric.i
Pma S.Mattbo.No lf Genor
Cottrnburo. Swhdew.
Nordisk Express,
Cothenburg,
Messra Atlantic Irkight
Cohp'n.
Kon Emmap'ein 3,
Rotterdam Holland
Messrs Steimakn A Co
ALUM1NUM LINE
DE ARTS DIRECTSOE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR I ES PnRTS HATIENS
;',. m laissera New 0 ! ans le 13 cri. e Mobile je
15 r <-'lient |> uilea porls du Su I, P rt au P iuce |,.*
Gona 'es.
Port au Prmee, le 10 Janvier 19.J1.
A DE MAT'IEIS A Co
Agents Gnraux
Grand Catde France
Sous f {direct i>o ivisee ei inteUigmt e Mouaieai br*m
eaa l'associ de Monsieur PaUiSi, la oropiie-
lga-, le OHAND CA d
oia
, le on
l hiissemt ni qui n'a pa> dga', le OrlANu
DE FR aNCE, tl e ses aiiuabk- ei distingu', ciieni, .ea
s Its plusfluee, les viai de toutes pioveuancea les
Ancien minUln>* J ce ,p\n& choisis Cigtreeel Ligareiu-s, Sdndwii;he, Vdiie*, de pnx
ftue do Penpli (' Ire le* concurrence.
rut S des Mi, H Pav< conti tuera a tre.le meilleur
PwrUni-Pruit U a. t du Grand Cel l- uce,
PAKUL Lm. aipiiuii, J*LL
Une des; plus iortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur WVF
EUG. Le BOSSE > Co,
Aaents Gnraux



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs