Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03821
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 27, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03821

Full Text
Clment Magloire
Diiuficrjujft
i9K KUbt AalfcAlCAliNn 1*5*
TELEPHONE, iV 1242
Malteurtiix fil eelu fui bail ; il
Ni le ire aier a silirir. ,\e srrail-
e > Odonm.-ijimirnl a> celle
sasMraair. itnnt mur somi'es M
seivtii la faite pruclir II htiulaire,
s ;e>noii.v rpondre pur l'a-
aear celle haine, [tr lu fefjetf
celte duret.
Gittvani r\rivi
24meANiNnaiN7198
PORT-AU-PRINCE (;HAITI )
MARDI 27 JANVIER 1931
...jp-..
La Question des Frontires
Le dnationalisation des Hatiens
rv
Notre thse tait que la ces-
sion territoriale pacifique, d-
faut d'une stipulation contrac-
tuelle, consacrait I i i-'ii ilioti
nation de pt'n droit des na-
tionaux de t'fltat compris dans
la portion de territoire transf-
re.Nous ne pouvions do c que
regretter de ne oas Irouver.d ms
le trait de 192(J consacrant
notre prjudice d'importantes
modifications territoriales, une
clause d'option sauvegardant la
nationalit de nos compatriotes
relgus de l'autre ct de h
Irontiere, par l'effet du nouveau
trac.
M. Auguste Magloire, ne pou-
du li aot 1874 ne permet! i'
pas de pourparlers d'aulrts
conditions, en stipulant pour
lous que le territoire de h
Rpublique a pour limite Iron
liies toutes les positions ac-
tuellement occupes par les Ha-
tiens ; paice que avec ner-
gie nous limes insrer duns la
trait solennel de paix de 1874
que les ligues Irouliresseiai' ni
tablie! sur lu bise des posses-
sions actuelles des deux Etala.
Qu'on n aille surtout pas croi-
re, du lait de la contestation
souleve par les Dominicains,
que l'expression i Possessions
actuelles lui insre dans le
vant contester la rgle invoque, trait de pa.x par lgret, ha-
rpliqua que la clause d'option
n'tait pas ncessaire, puisqu'il
n'y avait pas de dnationalisa
tion possible.Et,pour le prouver,
exhiba l'article 15 du trait,
d'aprs lequel tous les individus
3ue le trac rencontrera au del
es frontires par rapport au
territoire hatien seront des do-
minicains et considres comme
ayant toujours t tels 1 A Imt
rable subtilit quiconu-ste-t'eflet
par la suppression de la cause,
mais qui aura la vertu de re-
mettre en discussion toute l'co-
nomie du dernter trait de d
limitation et nous fournir* I oc-
casion de montrer comment
nous avons abandonn une po-
sition solide pour un terrain
instable.
A suivre le raisonnement d i
Matin, on sers il v. aimant
tante de croire que le pioblne
des trontires venait de nous
rriver avec une parfaite virgi-
nit Prinr lui an uftot /lu r.i r>
vilains mots que les expressions
cession de territoire , modi-
fications territoriales . Tout au
plus, une simple dtermination
des frontires 1 Ce serait pour la
premire lois, en consquence,
de la sparation de 1844 1929,
quelesPouvoirspub icsauraient
aong prciser les limites des
deux Etats.
Dialectique dangereuse,car s'il i gouvei nei
avait plu aux deux Chancelleries 1874 : po
dedterminer la ligne sparative
de 1929 eu englobant dans le
territoire .dominicain les villes
hatienne! de Hinche et de Las
Cahobas, de Si-Michel ou de
St-Haphal, les populations de
ees rgions auraient t dcla-
res dominicaines par le (rare
et par le Matin et considres
comme ayant toujours t telles !
El pourquoi cette fiction oppo-
ae i la ralit ? Est-ce pour
masquer la concession territo-
riale, puai dissimuler l'accroc
la rgle constitutionnelle de
l'inalienabilile du domaine na-
tional, pour couvrit la violation
du principe des droits acquis ?
La Ralit est dans les laits.
Nous avions dj rgl la
question des (routires par le
trait de 1874 et par les con
vent ions de 1895 et 1898. Nous
avons dtruit en 1929, l'uvre
patiente de plus d'un demi-si*
cle.
L'occupation de fait, en 1874,
voil la ligne Irontiere I ... Ui.e
ligne qui se confondait avec uu
trac passant par la braiiche
principale de la rivire Massacre
parla rivire Neyba jusque son
confluent avec l'Ariibonite, par
la rive gauche de l'Artibonite
juaqu' tianica, par Peu aso at
la rivire Gingembre aprs de
Commendador, .par la Vahee
profonde et la rivire -ai as
jusqu' Los t'iuos, par le pu-, e
de liaide-lroutiie (,Uuaitlu-
Laya _) et.la,.imre des Dames,
ufiu parla montague Bahoruco
et la rivire N'ayanco.
-i, Base log que el rationnelle,
crivious-nous dans le Nouvel-
usTEdu 7 mai 1929.Dmarcation
diiuitive crant des dio ts ac-
quis aux 'Hatiens, quau mt
leiriloiie.uational,quant u r-
gime loucier,quaul a la na'ioua
lue.
E< comment l'avions nous ac-
quise. Cette base Y Par les ar-
mes, jjai l'occupation, par de
constantes humilits. Parce que
uous eu aviuus Sait la condi-
tion mme de la paix, de 1874 ;
parce que notre I orsiituiion
sard ou ^inadvertance. Quand
les plnipotentiaires domini-
cains vinrent Pori au Prince
ngocier la pan, en 1874, ils
voulurent d ibord, com ne li
mue spara'ive. la ligue d'A-
runjutz, de 1777.
Un non-possumns hait en les
arita i.e s dans celle voie. Ils
proposrent alors l'ut i posaide
lis de 18(i7 poque laquelle
les prliminaires de paix, non
ratines par nous, avaient t
convenus avec les dominicains,
pensant par l reprendre Cachi-
inan, Beiladre, Los Puertos ou
laire agrer une compensation
prtuniaiie en cas de rien
lion. Nouveau refus de noire
part. Nos voisins suggrrent
alors d'tablir, conlormoment
l'qui et aux intrts rci-
proques les deux peuples les
'routires qui les ipa-
heu de ce *>nal dans
l'inconnu, nos plnipotentairea
li ent accepter une lonnule,
qui devait trancher toute diiii-
nniiA oo-ir l'avenir : les ligues
frontires qui sparaient ikuis
possessions actuelles. Elle lut
oomptiss dans te trait, api es
l'accord suivenu au sujel des
150.0U0 dollars que nous nous
engagions veiser pendant
huit annes, sous prtexte de
retour de dioits de douane.
C'est alors que les commissaires
dominicains crivirent leur
ment, le 28 octobie
pour ce qui a tr.il aux
limites des taisons qui ne ptu-
viui uouver piace dans une d-
pche nous ont porte conser-
ver te STATU UL'O ; et ainsi
esi rsolue une question lis
grave...
certains dominicains proies
trent .outre cette solution. Le
constituant Uastero, lors de la
sauciion par le Cougis blma
vivement les agents domini-
cains d'avoir consenti une ex-
pression dtermine, dfinitive,
leur lepiocha de n'avoir pas
fait adopter unec/uu6e gnrale,
uuyue. Et pour picciser ses
5 lignes fn
rent. Au
>mu posions toutefois la condi
i on lormelle et expresse qu'en
ai cijm ces il ne srail port at
teinta a nos dro !s a quis et
qu'alors mme q le la sentence
arbitrale nous srail dtavora-
b'e le Gouvernement domini-
cain s'engageait laisser Hati
en possession ries territoires que
celle-ci occupait en 187'i, mais
moyenn; ni une compensation
pcuniaire.
Aucune sentence n'a jusqu'ici
co id.imn. la the lumineuse
de la Chancellerie hatunne,
savoir que les possessions sc-
tuelles du trait de psil visaient
les possessions effectives de 1874. '
Qu'avions nous craindre d'ail- .
Ieurs.au point de vue territo-
rial, d'un ii'Inti'U'' intl rnalio-1
nid ? Absolument rien Non seu !
lement cotre position juridique
et historique taii d une solidit
tome preuve, mais les lexles
mmes orgnis; mlii'iiil nouN grantiaaient en
tout la' de cause le statut ter-
ri orial de 1871. Et la compen-
sation pcumair dire* ou, si
par nndhfur nos prtanlioos
taient rejettes? E1 o- av nc^,
pourrions-nous r i |uer, du
chel du prtendu retour de
droits de douane se (liiff-a^t a
626000 dollars ? E< les 130000
dollars (jue nous avons vers s,
li suite de la convention de
1808 ? El notre crance de
300,000dollars pour 'p propli
ts con fi -ques en 1844 ?
Tous nos sacrifices d'iogont
rai-on "lu Irad de 1874 et des
conventions BGceasoires d'arbi-
trage on t laits en vein Von
encore la renonciation de 1929
a rindemoi' donnn ca ne en
laveur des di os ls de 1844
Le trait de 1929 acait l'uti
poesidelis de 1874, pass pro-
fits el pres ioute- les valeurs
dj v>ises, transfr sous la
juridiction m ncalne, dit on,
prs de 12'i 0 0 carreaux de
teire hatienne, .-.ans prendre
aucune prcaution poar sauve-
l^oiuci m uu,.------1.. . a ,;|
liers de nos concitoyens englo-
bs dans les ces-uons, el nous
enleudons dire que le nouvel
arrangement est une victoire de
la diplomatie hatienne !
Lldai Klium
ALIX ROY
28 annes cle succs.
WAFFENFABRIK
SOLOTHUKN A. G.
(Fabrique d'armes)
SOLITHURNtSuisse)
demande Agent Capable
disposant de meilleures re-
lations auprs des autorits
relatives.
Seulement des maisons
de la meilleure rputation
sont demandes de s'adres-
ser la fabrique sus-men-
t ion ne en donnant des r-
frences et activits ant-
rieures.
Il lallait une clause d'op'ion
dans le naufrage g*n*ral que
nous constatons pour conser-
ver bous nos OOOd ors le-, agglo-
mrations menaees dans leur
nationalit par l'instrument de
l'J2(J el les modifications terri
tonales qu'il comporte. Aussi,
ne saurions-nous accepter l'opi-
nion que t-'us les hatiens ren-
| contrs an del des nouvelles
{frontires, par suite du dernier]
trac, sont des Dominicains et ;
de tous temps considrs com-
me ayant l tels
Le trait de 1S74, dont on ne
veut pi.s entendre parler, avait
cr des droits acquis que nous
ne saunons laisser abohr.co itre |
toute quit, fonte j> humanit. L'article 18 de ce |
ciiuquts.il s\cria : Nus coin- uail do rail un dlai d'option
missaires nauraicui |amis
accepter comme base de la d-
limitation la possession actuel-
le, iuti possidetis. L.e Gouges
dominicain, en connaissance
de cause, ratifia puiemem t
simplement; le li aile, laissant
a cliaque Lit ses possessions
actuelles .
Alois qu importe qu'aflole
plus lard par la 1 ubliit dis
ternies, les Dominicains essa-
ient, pour reliouver la v^gue
cher castero, les wuiterpitia
lions les plus laOtaWIStM. Qne
pour eux les possessions ac-
tuelles signifirent tour
four le stalu quo ante bellum et
post bellum, l'un posidetis de
1821, celui de 1807 ei finale-
ment celui de loO ; qui
impliqurent tau o> uns suie
nous equltob.ts et laull t
aoiutiou |uriUiqutsl Mais les-
sentiel est la rplique invanable
el lerme de notre diplomatie :
lu Rpublique o'Haili s'en lient
au principe de L uti;possidetis
de.1874 garanti en termes ck us
ci preci per;te trait de 17il.
ai. Auguste Mcgl< ie vi i |u -
. lui' le cil K- .em ne u **M < n
IU2U eu UimjU uiCinc de la cou-
icsiutiuu douiiuicaue et Ois
cunvni ions aarbnra^e de 18
e 18i.l M la sou a g ni u es.
btUia poliee, paTMl q i< si mme
pal tnteftee U^us viouS accep-
te (le souiuelue a laibii.ge 'lu
SjIui-1eie la vaicur ne i expres-
sion possessions actuell s ,
d un an partir de la ratifica-
tion aux propritaires mixtee
pour la dclaration de leur do-
micile et Is clause tait si lih -
raie qu'elle joutait que si un
individu quelionque. propri-
taire-aiixte, avait nglig, au
bout du terme prescrit d'une
anne, de taire dclaration
de son domicile civil, il seiait
considr pour les eltets civils,
comme citoyen du pays dans le-
quel U avait son dernier domi-
cile, sou silence dans ce cas
devant tre cousi ir comme
une dclaiatiou tacite.
Comment la ligne de 1U29
peut-elle avoir constitu de tous
temps la Irontiere des deux
ki;.K,en presei.ee du liait de.
1874? Co Btni dcrtons-nous
uu'u MB | Ol I di tel miDi e ne
un loin li. en ne nous i-uraf
jamais sppariecu ? Pur quelle
bizarrerie voulons-nous consi-
drer comme ns en teiritoire
dominicain des individus qui
ont bel et bien pris nai^snee
sur le territoire hatien, objet de
la cesaii n, et 11 ut- ard
q x s a' |UI dli^U. m l I I
Okii.1i icmn V
Tous ceux qui dai s les limites
ues possessions effectives de
1874 ont tan ou n'ont ps f '
icui u. jii d option, mai-
peuvent oii: insiur I preuve
qu ils y avaient l< ur d< ticil ,
sont resis n ; iens en vu u
de textes positifs. 1J. iidanl un
demi-3icle, ils on' v eu en
territoire hawen sous l'empire
d'un trait solennel de paix
qui consolidp.it leur natio-
litet sous l'autsrit et la protec-
tion de nos constitutions et de
nos lois : ils ne sauraient tre
ainsi livrs pieds et poings lis
par auile d'une Jiction, la na-
turalisation collective domini-
caine. Nous n avons pas mora-
lement le droit de dtacher de
notre nationalit des populations
nes et grandies l'ombre des
couleurs nationales.
Il manque une disposition qui
sauvegarde le di oit des habitants
qui veulent conserver la uatio
nalil hatienne ; il manque une
clause d'option pour qu'il ne
soit pa.> dit que nous imposions
Mtjiaiifitn#ni de nationalit A
nos propres compati iotes. Notre
diplomatie n'a qn se mettre
l'oeuvre et obtenir Us prcisions
ncessaiie*, avant que tout ne
s,oil consomm.
Bn tous cas, un double pro-
blme confrontera bienlt nos
pouvoirs publics. Comment
avous nous pu renoncer en
1929 une portion de terri
toire dleimin par le trait
de 1874 et les conventions de
1895 et de 1898, sans violer
le principe d'inviolabilit et
d'inalinabilit iticrit dans
nos constitutions et pourqui i
peedie en masse les agglom-
rations hatiennes comprises
dans les cessions en perspre
tive.
IAbel N. LEGER.
pniiR t.! -liaEMBNT
DE L'HISTOIRE
Tel est le litre de noire diiorial
de demain dont nous recomman
dons la lecture.
DBS HORIZON NOUVEAUX

DE* horieons nouveaux s'ouvrent 1'
qui a de l'argent. Avec $1,000 conomis
t dpoee en banque, voua pouvez nvlaa#sr
revenir evee confiance. Commencer ds mate
tenant pergner en aulvent une dm methestse
ei-diou;
Si ,000 n tjuatr* m, proviennent d INMI
ca teWWaeaSS hebdomadaire d M 52
Si.000 en trot *n, proviennent Ai S9M.2S n
?eratment hbdomdaarc^cU (6.13
fl.SOO en deux an, proviennent de $970.JJ a
vertement hebdomadaUm dm $9 i
. La Banque Royale
du Canada
... a rsncontr.Ia stmainr der
mre, iltux grands hommes po*
litjqoes ani causaientsnr le trot-
toir de lu Manqua du Canada,
lisse passaient mulutlltment la
main l'un sur t'paule de l'autra
t Iss passaul tonns se de-
mandaiei I ce que ces deux bons-
hommes se i}tient donc dasi
intime el de si rigolo pour qu'ils
fussent si heureux de s'an-
teiidra e! qu ils eassant plus de
rires qui de propos aux lvres.
Les grands bommes de ca pe-
tit pa>s ne sont peut-tre pas
ce que l'on croit lorsqu'on les
voit de 1res prt et il a peut-tra
entallement raison le doux phi-
losophc qui dfinissait I homme
sr:ux de cbei nous: Un far-
ceur qui na 11, pas. Mais hea-
reusement pour la joie des pas-
sants traqu* s pjr la laiui et la
vie,el pour celle aussi de Notre
il, il y a dei (sueurs qni
rient, qui rient beaucoup t qni
n'ont jamais, hlas, fait que cala.
*
... a vu, hier .o r, au Bar Ter-
minus, le Monsieur qui a tou*
joui l'aii d tre en bonne tor-
iutir. Cha(|iif lois (|a'uue auto
fi'se et qua s'y tmnvent dei ti-
houettes da [emmts, il arbore
sa provision de soutires et lait,
chaque lois, tnine de se laver
Comme pour : lier vers quelqaa
i i.il/ vous Mais on ne se lais-
se plus prendre ce mange. Et
le Monsieur qui, nagure enco-
re, tait rwginl avec mllt,
ne russit plus qua lair* sou-
rire tout le monde, femmea,
hommes, entant* et vieillards.
a
.
... a vu au lirand li cl da
Frxnce an de nos amis qui in-
vita deux camarades de la Pro-
vince kiroler un cocktail aa
Rhum Suri lie avec lui. Lfk trois
et.m n peine assis, qu'un qua-
trime se prsenta.
Garon, dii tout un r
ment linvitcur, apport/ un
quatrime cocktail. Il av:il
ptinc parl qu'un cilKpi ''llia
ami se prsenta. Il refit la coo-
mande.bt comme un sixime ap-
parut juste ce moment-la, il
se dit qu il tail l'objet dune
plaisanterie macabre et ne mande plus. I c li me resta donc
le tnl.le, causu, rit al s an alla
sans avoir bu. Les derniers,
malgr ce qu'en dit i'Lvangile,
ne sont pas lou)ouis les pre-
miers.

... voit qne, dj, daas lou'ts
les runions, on commence
pa.lri de. b.i. Iraveatia. Ql
de nos cercles en organisera da
|.i,. i. i .......w peuseut,
et ce n'est viaiment pas trop tt,
leurs costumes, leurs loups;
des groupes s'organisent. U pa-
rait que dcidment on voudrait
k'aaiuser cette anne, ae serait-
ce que pour raltieper le ttmps
perdu lanne dernire pendant
le sjour en llaiti de la Com-
missioa Foibes.

... a va que. la boxa bat son
pleiaen Hati, De temps en temps
dans les cafs, sous deax gentle-
man qui jouent au billard on
tirent les grogs, on voit surgir
deux athltes qui se mettent an
garde at en moins de temps
ju'il ne faut pour le dire s'sd-
miniatrent force uperculls,force
crocheta et foi ce directs. Qnin-
lanafait cole. Mais malhenren-
s ment dans ces matches da
boxe qui se tout d il y a toujours des camarades
qui viennent s'interposer et ja-
mais donc il n'y a de knotk-o .1,
* *
voit que la grippe lait im-
mixtion, ces jours-ci, dans tou *
les familles. C'est la consqut ne
decesoeuxdernires joumesde
p us- i re et de veut qui ont on-
vert la semaine qui finit aujour- '
d'hui. Dis ptrsoi.iu s en oui l
efliayees.crovau a ces cas d'in-
fluenza. H n' n est rien. Hen-
reukem n>.
,u-< i'/-n oi ne accUtn'
r ta i biiuib ci tien i Fut A
i. le teuaren.e i.< ipoiadon Li-
u ited \ lit! .>iu|ft*aUit
Af*t> r*e>el near tf "*.


VAQEtaj
ie. mrwM 27 j
!#H1
janvier 1931.
FAITES RABGENTEB iLaftedul
VOS COUVERTS 1
Chez !
H. BAS LONI Fils
Pott-mi-Prince.
Coi verts aigents
r

H
PRBt
120 ;is h. df.uz. de
96 grs
8lg-s
i'l grs t
pares $ or


Couver s deiseri are/n'i
i 11 an la dom.de paires
Louches argentes Ifgra la pice
f 12 grs la pice
Petites cuillers argentes a 18 grt. la doui. or
15 grs c
< 12 gts. e
!000
9.00
7,0t
7,00
S.tO
2,00
35i
3,00
2,40
fesses, Clalrees. Tres-ieites, cl
Veii, Ballci l.imhuiir !
Venez.fier-rots et Pierrcltea
en (t eot, avec vos pom n
ii i-apicr de louti s s ' i' s; e
ex contribuer p,o ^<>< joyeux
bats au suc es je la I e B)'
tume qu'organisent les !)'-
mas Sales. Yru' i anul ri i l'info
tune en dci plant les visaj
ombres par votre gaiet et
par votre jenm ^se
Accotiez tous ci I.hi'i i
la I !c cl 31 (an\ 1er i D
ii me temps que vohe obole
vous apporterez votre rire:
L'aumoae est sur le la
prire, la gaiet est sur de
la i. une se
+mmma *nwr$m MK^r<" <
y.
Parki
RVS


:\l
B.C.
fuisle "Bossa" l'akr
Chaqna plume Parker pas-
se par sept lvi es inapec
lions. i>i elle 1rs nasse Ion
lis, alla cal place tur la
si\ lo Parker. Les pJumei
qui crivent *iani preaalon'
sont garantit sdniiscbaqne
Parkar Duorold.
Iiiccndilii'iuullcivenl (,u
ranii. Distributeur :
MohiA Lai rin, p.o.box'm'
l'orl au Prince.
liant lies de couteaux argents 24 grs c 4.01
f t s 18 gre a 3.f.U
f 12 grs la douzaine or 3,00
Toute l'orfvrerie argente avec poinon de MaItmb et
poinon de charge u Arosnt.
Inauquration I Ww
Le monde
Bapiaaae 3
Samedi dernier 4 1 2 lies
f.ru. a en lieu le^baptme de
a petite Madeleine Soukar,
fille de Mr et Mme Muliel
Soukar.
Le Prsident de la Rpubli
que,M- Snio Vincent.et Mcllt
Denise RoY tenaient i entant
sur les fonds baptismaux. La
crmonie religieuse a en lien
eu la chapelle du Palais Na
lions I.
Une i.uuion des pli.s char
mantes runissait en unit
dans les salon des poux Si 11
kar prs du Sacr-Cur,quel-
que s intimes de la famille o
Poo pesloyait j -squ' sept hes
t demie du loir.
Parmi les invits on ramer
quait le Prsident de ls Repu
bl.<|iie et Melie Dftnize Roy
les Ministres P. Thoby et P.
Saonoo, Mr et Mme Louis
Roy, Mr et Mme Ed. Pressoir
at Malle Pressoir, Mclle i.
Alexandre, Mellaa Dalencour,
atolle Cooke, Melle henni,
Malle Claire Denis Melles
Biillv e'c. etc.
Srie '.vente
annuelleN0 1
A aa as uJ e' U ectr i qa as. M a* I a
i bon nenrch
pendant le "mois def fvrier
1M1 *SB>
a** *""
u i aartoj de "/six ( < )
ampoule pour Or 1 li)
rel : Or 1.44).
tpni
Da li Watts Ci W..i >.
an cioix.
Conditions: 29 cent unes
Or cash et trois versement!
mai suela de 30 cent. or.
*
Songes qu'il vous le ut des
ampoules de rechange, proliti'c
donc de cette bonne occasion]
Compaank d Eclairage
Electnque
Port nu Prince -Cap Hatien
Propos
cachets
o
Ko principe, l'encadre britannique
qui jettera l'ancre dans les eaux
porl-au-piineicnnCS le 24 fvrier pro-
chain, n'y devait faire qu'uea station
de quelques lieures... main voil...
i.ator veillait .. el des dAir.arches lu-
rent tentes auprs du Charg d'A-
airea anglais en tus de rencontras
sportives... (bol-bail et tennis... an-
tre les joueurs de l'escadre et nos
joueurs nationaux...
Dans ce can, l'escadre s'air'era
deux jours, rpondit le trs distingue
Itepraentant anglais...
Deux jours un suffiront pas pou.
les ftes que nous voulons offrir a
vos marins, insista Cator... Pansu/
donc fool-b.ill, tennis, bals...dners...
soupers,Klll'M SAKTHk CACHE I
D'OR, cela lait un programme co
pieux I
Le Charg d'Allaires cda enfin :
sPuiaqu'ilya du RHUM SARTHI-:
au programme, je vous donae l'as*
suranca que non marins ne partiront
l>as avant le 2 Mars.
lit c est ainai ciur grce la pr*ra
te actionUaCalui, et au Dean renom
du RHUM SAKTHK. les marins an-
glais resteront en rade cinq jours, et
partiront de Port-au-Prince, mieux
lete qu'a Kingston.
Travaux
\ publics
"TEN PERSPECTIVH
Nous devons S I obligeance du
Secrlaire d'Ktat dea Travaux
Publics d'avoir lea note sui
vante-s a propos des Iravauv qu
doivent re entrepris par I
i D. G. T. P. avec lea OODOP
gourdes que le G'>overneniei>
vient de lui accorder.Disonsq u
tes tiavjiux seront exon' p
des Ingtmuurs tisili-ns.
1 Etante de Kenscofl a
] Morne La Selle, en passant p1
Robin 21 kdom. prix : G. 148
000
, 2 Route du Trou i Hinche
64 kilom. Prix:G. 12.D00.
:t Route de Cama-Prin :
i\oseaux, de faon relier Jr
.nie Port-au-Prince. 20 kiloni
^nx : G. 'JtlnOOO.
1. Torbeck Porl--Piment
par I inlriear, 40 kiloni. Prix:
U. 200 000.
5 Route le Desaalir.es A ls
Grande Rivire du Nord en pas
sauf par Pel, .St.Michel de \'A\
DE
aux Comi ue.s
Ke>imkoti
C'est diinunche prochaic,
1er Fvrier qu'aura lieu II-
uatigarution du coquet eta-
bllssi meut dnomm Aux
Cosaques el installe Kens-
kofl par les soins de notre
ii.ni Maurice Buleau.
Ou Hi-ra l'occasion d'admi-
rer I.s jolis travaui en mo-
saques excuts parla fabri-
que de Maurice Elic el de
dguster les meilleurs Rbums
dont le clbra Rbum Bar-
l),i n court.
Mo compliments B -
teu dont I lgant et hli se-
tnenl est uni parure p mr
ixeusk' Il al nu ji^ia c lieu
le rendez roua pour I scara-
uiades.
CE SOIR
BELPHEGOR
JOU LE KvMOVi::l)U LOUVRE. _
Avec Elmire V MATHlASkSANDORF
Entr. 0.51 i Nniron : 1.00.
DEMAIN SOIR
La NUIT del REVANCHE
Avec Lon Mathol."
tien. : 0 60 ; lialeoe : 1.00.
I' Iteiliyarde a l;iis e \r flavrs
le I \ Jauiirr cou aul
Nous sonini. a eu inesuit d aa
lurer que Mo- aient DuuiH H*?l-
I gsrde, anciea Ministre d Hati
Pris, ri amtneal acci d ,
svec le moiS itri VVashi g-
t n, a laisk la IIAvie le M u
e mois, en routa pot i ,\iw
Viiik. bau i d _ Roi bain
basas tiqae.
Ne Ni w-Yoi k il se rendra di-
ractamaai A aou poste o il re
mallia au Prsident Hooversea
Lettres de Crance.
La Cti.iaib HeCeaiai rci iu Havre
et Mr Itala II limaille
La Chmibr deComai c tlj
ilvra a donn le 13 J vier
ou aul un dl ter w i I lion eur
le M. Dames H II garde de
passage en cet c Ville.
Au coure il ce ulner M]
raata toasts fut n porles V. M.
liellegarde, en eiuercianl sea
auipbiiiyoin. li1 ressortir que
les iiner s conomiquaad'rJ ili
ont an Pranci e partituhere-
.ne it au Hvi., cause du ca-
le. Li il a, c'n.suil*. lev m,a
veire l'amiti dei doux P.ys.
lalaye, St. Raph II, Dondon, 04
\i loin P.ix : G 'I/O 1I11O
0 Route de Leaa boba si
Sivanette. Prix : (i. OilOOO
7. Rouie de Canap Wit j
t* ion-Ville. Il x : (i. 20 000
8. Roule te Jacuiel j Haine,
La Valle. 28 kilo.n. Pris: G.
17.(K)0.
B Rouie de etite R vira
ds l'Arlibonite Prodin, l'r;x:
u tiuOuO
Non seulement cet t .tv;iux
seront dirigea p ir llaitiens, mais le personnel em-
ploy sera exclusivement com-
pos d hatiens, el tout se fera
tons le haut conhle de la Di-
rection Gnrale des Travaux
Publics.
la
COrtb ATION
prenez Imm
coMPRimis
SUISSES
d? DELORT. Pharmac4en,
II, f.lo.Anl^u.
y-A-mnxai
C'BST I K MEILLEUR
DES PURGATIFS
Alti.PITRUB; Phtrm-.n ALMERlUtl
rharmacU du O- .' .^Q
>(*. le* ttorme- PhnrmaciML
Le uiiirerbal Ptaiii el
l'AraJi inir Iibi; i i
Paris. Le mi-rctial Henri
ph lune Ptain, dtensenrde
Verdun, est devenu aujour-
d'hui un des directeurs de
l'Acadmie Franc ise. succ- j
cl. nt nu marchal Poch.
J80I) ta'lars sar lirure ce travail j
Holli VVuoi). Constance i
Ben lell, b'onde actrice de ci- j
nema, recevra plus de 800
doil u s pour chaque heure de [
travail d'aptes un contrat
qu cl e a signe ai jourd hni i
pour taire tleui li uns pour i
Wm> B others.
Mi Ben net a un contrat
ave- l'a'he pour jusqu'en
H).A n as i lui es' accord
10 s maines de cong ihique
anne
Wiuet B others acceptent
de lui payer 300 000 dollars
po les lo semaines, l'agr-
ment >tipulant qu'elle travail'
lera six heures par jour et
si\ jours par semaine.
Dclara lias du remis-aimi
Rasas Fraucs
Le i Iavre, 22 iauviMi- p
loium iitlani Riinon cranco
aurait dcla e qu'uue nou-
velle rvolution n'allait pas
larder I cl iter et qu'avant
i e. l'Espagne serait Irans-
11> iik en rpublique.
On suit que le clbra avia-
teur airhe du Portugal en
coaipjgi ie du capitaine Re-
xach et du lieule aut Joaq.uu
Collar, aprs eue paasds-
I a^ut en l'o' tugalf leur leuta-
tive de soulvement ayant
chou.
" SHSBSBHBeai 11 11-^ww^^.^r.,
I-e chdoxage) diminue
o
A Dirait ilaa> I iuJu>lrie e
I asteaiabile
I). i noir, 22 (nvier, Dani
lu ration de elroit, ie paie-
ineut deaaatairesa augment
d'environ 2 millions de dol
lus par semaine. Des milliers
BIRE NATIONALE
DB LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malqr sa qualit
suprieure. |
Protgez votre ooche el
votre sant en la buvant
toujours. |
Manufacluie hatiennr.
ae Liaai elles
GEBABA&C
LES CIGARETTES
Bat Bas F an f ai-Lon
Des sa lu i ien ne*
Colon
Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
GrAce laflneaede leur arme tont lesj llicas
dee vraisfL emateurs

Payez vous mi GOOD-TIMB en allant paaacr afrealtta-
mrat vos soiiees au
Pr-Ca-Tlan
o vous respirerez au son dune musique parlailedea artb*
pbonique dernier cri, les pari^ras grisants des eaviroae,
dsistant les liqueurs les plua fines, les boisaona lea plS>
nfraichissentes a rt- pris icellen eut surpicnsnis.
Lh maladie
NewYork
o
losis fripes ri rlniari
tviaeeal
Parut
Le I) Shi.hy W. Wynne,
co uniissaire de la Saut, t s
timeque l'augmentation cro s-
sanle pneumonie et laisse prvoir une pidmie
assez tendue.
Parmi les personnes a tein
tic u ,i vaiiicur.) oui t repue*
les pour travaillera un nom- ,
bred heures plus ou moi s tes^e trouve lecaid.nal Hves
limi ces dans l'industrie de obl'*e d1e8,,Jcr ,a chambre
lautomubile. ^depuis la semaine dnue.
Le total Pdes ouvrire
e n-
ptuyes dans cinq grandes tir -
m s .se montait aujourd'hui a
130000. Ces m.usons sont:
Nui d. Cadilia,-, iiudsou, Buick
i l LUI vroiet.
A propos
d'une faillite
__syrienne
Il se thucholte, epuis Ueux
ou trois ]oui>, que des vocala
qui, coiloimeinent la loi,
d'ailleurs, tenten- de mettre an
fafilile des commeianta iusol-
Vibles, se trouvent tout fait
enibairasss dans leur,..proc-
tlure par les lenit ara que mal-
ien t certains jugea de pmx qui,
paiail-il, reoivent des mol
' i oie de it i omis personnage s
tiels, avant de taire leur de-
voir. .Nous itvieuUiuns.ksur la
question, s'il y a heu.
Son installation solecnelie
daus l'ordre questiedn Siiiu'-
Sepulcre, q u i devait vod
heu mardi dernier, a d tre
remise plus tard.
Au coursdc la semaine
dernire, ou s compt IIG cas
mortels de pneumonie, par
un total de 867 malades, tan-
dis que la semaine prcdente
il n'y en avait eu oue 250,
jLa grippe a, d'autre par,
occasiouu 40 dcs sur 438
personnes atteintes.
Le chmage parait avoirjsa
part dans celte pidmie. Le
Beekman Street liospilal a
soigne cette anne un nombre
d'indigents beaucoup plus
considrable que lanne.der-
uire.
Un bon Cenueoil
Cjoeud vous aaies otrir
'! Ileara, il voua iandra sa
offrir de bel Us. at anrteat.
qu'elles aoient bien pressa-
lees
Mme TlianyiaiATHON.
\veiiueduTravail(Bi*ia-Tar-
ua) I>l. 28V0.
Vous en fournira aeloa va-
tre goA<:couroanea,eoraeiUai
ou gerbec.
Viennent
d'arriver
Un Port Stock de Paaas
et '.hambres Air.
DUNLOf anglaia, taatee
dimensions,
Pour voituraa et ternies*
*j
Chaa
Juki
fl. WOOLLaV.
raedRaa.
REraATioas *F. s' a
tnVRAnsKtrrSa ai cnrcciarts
ld M, "in. l'rtl^M. unit i..ulMl
bMlnallon
fa .. |
- ri
iLinu .r. creu d'.
ttout^Ay. l
8
SOCUVT FKANAISI
. ras \t FmL.jiU.u... Va
D. PAKiS
. j Meo de Re>qul*nm $%
La Ixnnile Joseph Lacombe
annonce tous les parante, al-
lie et auiiaqui voudront bien
lai tmoigner leer Sympathie
qu'elle lait ebanter'ana masse
de Bout de l'en en J'Eflise du
Sacr- Cur de Tu rgeau le Jea
diJLD Janvier couiant, six
beuieset demi du matin,ponr
le ic p> s uei me de Louis An*
guatc J sepb i acombe.
Le picenl avis tient! lice
d'invitation.
Le liliuni Bnrbancourl
Dont 1
a renomme ee4 nnivereelle a garde an premire plaee
UtuiaiKiez perlout :
UN HARBANCOUIVT
eVpot^sue due Usai a.


t MATIN-, 27 Janjjec 1981
KM.
Mosaques Hatiennes
Chariier-Malebranche & Co.
1224, Chemin des Dalles, 1224
Tlphone : 2680

COMFIAMTB
ECONOMIQUE
-.ARABLE
FAIT PLUS DE TRAVAIL
ET RALISE PLUS de BNFICES
Un Camion
Pour toutes les
ncessits de
transport.
Camion Type.
Il y a six raori'ea types, dont trois de
3astre cvlr-dres et de 3 de six l vlindres
e 109 165 pouce d'ampattetn nt. Ca-
pacit de tonnage de 1,200 t 4,350 livret
Chssis siraplespour service dur
Il Ta lept cliaaaia simples pour les durs
services, da six cylir drea toi s ei de 140 h
195 pouces d'empattement. Capacit de
2*959 11 175 litres.
Chssis doubles pour sorvice dur
H y a qnatra modelas da chasis doubles
poar les services durs de six cylindres
tons aida IsO 195 ponces d'empattement.
Capacit la 2,950 11,175 litres.
1
Transmission pour servloo dur
L'arbre de conclu' solide, les engrenages Iota
face et de larges CVllndres de hilles donnent a la
transmission du Camion bo.l<- la facilit de rWaW
aux durs services La transmission a qaatra vissas*.
tst la charge naissante du type de sa puissance.
- m

Clutch de couitanc*
Les clutch Dodg simple plaque ata disques sec*
sont simples a lu vue el solides su coastrustion. Les
surfacss de Indien sont larges et difficiles
s'user.
DDDGE TRUEK5
RhiEhRS GARAGE
Distributeur
RUE PAVEE PORT-AU-PRINt.li( HATI )
PI10NE: 2334 2318.

,' 'W*MNKira
Toutes let Polices
DELA
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de taux'
Euq.Le Boss $Co
Pair lormrr ua noineaa
riibinft franais
Paris. Le Prsident Dou-
merguea tenu des i onlrcnces
prparatoires h nomination
d'un leader poar tonner un
i ouveau cabinet Iranais.
Tous ceux qni ont t cm i,-
aulis ont preconitals lorn a*
lion d'un gouvernement tu
du ceiitse. 1 exclusion des
nationalistes et des socialistes.
Il est uuprob be qu'amune
mesure soit prise |usqu'aulrs>
tour de licuve aujourd'hui
du miuistie des Relations Ex-
trieuns liriand.
Ntraillei te Mue Ami Pafltft
La Haye. Le corps de
Mme. Anna Pavlota a t
transport l'hpital catholi-
que romain. Seulement ceux
invits par la lamille auront
il permission de regarder le' u
corps. Victor Dandr, mari de
Mme Pavlova, laisse Lon 1res
daus l'intention le faire des
Cordonnerie Mont-Carmi
hyppolile\ li. J( udy
___A COTE DE LA POSTE, GRANIVRUG r..
Vient d'arriver un l>-l et grau la de Omisia
rss dt I lut licteur ri de lou'a h j i
On y Iro itra, en ou t rendes brattl im <-.< h ius*eits
Chapeaux. ( t.-, etc. rt t r.is ai l es a u!is IcitlQX, de hea
gott et bon mari li.
tadtmoiseiles, Mesdames, Messieui . une visile s'irnee e
Is CORDONNERIE MONT CAR M KL.
Colombian Steamship
Company Inc.
La etaamer e Bogota a tenant de New Yoi s, diractemsat est
attende Port su Prince, le 30 janvier du courent. H lai
Agents Gnraux
arrangements pour les lur-
railtes dans cette ville, mais'
rien n'a encore t dcide. i
Contre la paralysie Itlttltli
LoNORlt. La dcouverte
d'un srum anglais qui cm
pchera la paralysie mlautde
a ete tuile par le Dr Westo
Hurst, de l'Institut Lister de ,
Mdecine prventive, a-t-il t
annonc aujourd'hui. Des ex-!
pnences ont le la.tes avec|
gueca sur des singes, t
(lonire le rasage
Aluany, NtvrYoUL R-
pondant a l'appel du K<>uver-
neur Franklin Rooesveit de
New York, tesgeuvarneurade
se pu tais industriels *e sout
reunis pour discuter la ques-
tion d bornage, lis ul eu-
leu iu Peut Dougias eChka
go, recUm< r l'assura ce cen-
Lra le chmage comme le
meilleur moyen de s lutiou-
uer le problme.
jour pour Cayaa et Jarmel en route pour les parte
da La oolomhie. prenont trt a' ocua^ers.
Partau-Prinre, le i) Janvier 1081.
Clombian Steamthig) Company Inc.
t.KRARA A Co, Agonis.
la Cure au
CTJROMAL
Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio-Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
Le cuituMAL des I.aboratoiros i - attraits de 8 plantas
rend ' > i. pin i>ui.nt
cMpuratil mfleuteur et r*H<'. du sang. I lasatlt,
" >r lunua
l'inti un !. i nitOMAL ( expulsa iss
i BazSma. et du Sunf,
Varlii I I KtiumatlHiii rau Duulmira artlnulalraa,
les Maladie je i r, m CI 'Iiomal >'i /mu me
n i 19
inmt tt M l de rhunialUm i -. qu'il fm4
ai. r rom .'i,
i- .n..-.,ii ...,,,,-iuiii lluoni CUROIWau uvn oottl .'. luiM Kralulte t l>rochur r>|liMH..M
*ili 1m boaHM iih.iiimulM. I'ir,mn- |mi i DocUul i.lllil 1/, iiIi.iiioi.icii, UMi-'.lii. nkm
s. dur DoUt, i ii^oiiu.iNs rFnoe, <>
OSDOi hn-m-fri**-1 fusmiacie MURS.
Merrilile meurtre d nue
jruae fille -ss!i-t
i ondres. Le i oi ps mutil
de MiksLoias Steel, 13 an-,
a ete trouv prs du champ
de loolbail de liatkhealh.
Elle avait ei haitue et cou-j
pee par endro is jusque la
mort en ce qui a sembl tie]
une terrible lutte. Le crime a
rassembl ceux perptrs
par ma k Levenireur Lon-
dres, il y a de cela beaucoup
d'anues.
Ga ftui n'a jamnls At f*slt
Ce qui no pr-ut et r dpa mm
Kohi Champagne
F. SJOURN
Prpaie rlnn rir* r nditiom rigoureuses
D'ASEPSIE
Prnarstion et Vente
PHRMACIE'T.SEJOUP,NE
Aagle des Ruas Reax at du Ceatro.
il
la
t4
Articles
SB
Carnaval
Vous trouverez de jolis ar-
ticles trs onginaax pour
tous les gotts at pas cher,
tels que :
Lhapeanx d'Arlequin.
Chaptaax de l'ieriot.
C BuvioI
Garnitaras or et Caillettes
Clocnet, Colliers.
Papier Crp tautaa|cou-
Icurs Diadmes.
Masquas tous geures.
Scrpeutias, Contelti, etc.
Yeuaa de suite.
Problme
(haz
John
H. WOOi F.Y.
Grand'Rue.
1
OaiBisattaiBi Faatfla
alaasaisjaskip Co
La l'axaaox ataaa Tr criai I
DaeJaoara a( Bedford sera i
nstt-au P/ii'ce le 3*courant A
'" du uaaliu en route
n Ve ji.ur 2 heures p
us. pour Hatana, Nassau et
NewYork
Poar tous Reuseignesaenls
S'ePresser :
Joseph NAdDAL&Ga
Age u s Gnraux
sHaasBtsjaa>toa ea ta- a Ha
I iuarmorie da allatiff.
Sachant que la misera liai
son plein daus le puts, tipll
ques pourquoi|:
lo Y a-t'il tant de laond >
A asaiater aux tls ?
"2o Y a -il plus de, Yoiture
da luxe en tir. ulatioo ?
So Les homme* surtout
s'habillent ils mieux ?
flEPi NSE
lo Parce qu'il n y a nge
a S taire.
2 parce qui lt s voitmes
sont ne plus eu plus lira-
jantes.
5( Parce que U Maison
Vincent CAUDINO
22, rue Bonne-Fui,
s'est spc;alise ru article pour
hommes tels (|u<- Casirnirs
toutes nuancer ita lout plis,
chapeaux lins, cravates (t
chemists de ton e boant/iue,
grce son Sto h toi midabli ,
elle peut vendu des pnxiic-
fiant rell menl t'ii>4e concur.
ranoe. Rendes-vooa l'viden
ce en viaiianl I m; iaon Vin-
cent Gandino*22aKue Bonne-
Poi.
Pannma Rnilrosd
Slossrnship lalsso
l.i s chargea ri sont pris 49
noter q ie le steamer 4"An|
cou" est attendu PsrLsa-
Prii'ce, venant de Cristobal,
n .1 Zone, le mercredi 4
I lvrier 1931.
|L#g permis d embarquement
t seront dlivrs pour la Irt
| destination de New-York at
'des Ports hanopeua sur de-
lin-nde Inde a ce Inireaa.
PJCesleamer partira le mme
four 2 bturea p. m. directe-
uienl pour .New Yoik prenant
dt, malle et passagers.
Port-an Pnuce, Hati, le 2
Janvier 19111.
JAS.H.C iVANREED
Agent Gnral.
-j
ASTHME*
i0r*'HrsiasTij
_ wrrr*M|
Souu^n lant loimJiai (aSrliaa \m\
G.obEc.es RenaudI
Baultau m.-rTri;iaus.aarvr*aaasi atBBSS I
TQuIt /kl/-*., 1,mitr Wii
au DAi.icHoux. st. >m r *-**.,* M
WcilS-aValooibae tSttm* W

[ItTi. No. MAI7
Dr E SD. VILLARD
Yeux, irge, Oreilles
Heures isultotion* .
Malin; f. h. ^J y 7 h' 30.
Son; : heures.
( Villa M e ) Lh.inp
de M.u s.
Angle Vtenui : >is el
Llieuilu Ducoate.
Mr Nestor FEL1U
aAH(UV.\U TAILLILI
5 Salue le Peuple hatien, li
Socitct ia nombreuse clien-
tle. Il ae met surtout la dis -
position de cette dern re,
* mr laquelle il apporte^ (oas
pio<:e les de la coupe".mo-
derne qu'il a pratique^ du-
I j an t les cinq annes qu'il a
passes'tanlt chez lui et tan-
j )\ la Havane ; ce qui loi
|t (uiinis d^ rtablir cnipl-
(rtenl sa sant.
i R' IVron prdes MPnelet.
No316, l'ancfinm Pcois
R de P. h)


Mardi
27, Janvier 1931
Le Mali
#:fao!
2rae A^N'*-: V 7198
Y \r. i,-f'rince
lttj oui 224B
f
<-
va :
^..
*? cL.
combat le rhumai
URODONAL netto le rein,
lave le foie et le* articula-
tion. H ouplil !<; artre
et vita l'obsit.
Nrralglea
GraveAie
Arter LoSclrosc
Obsi i
tablis--ner.r ( IIATELAIN
,, i,, /;,, ii ' r
Il OR
. ., ,., I. i !' \'
I ;
| l -, r. illi-lO
i,r i | -i d -
I .
, , ; iy .: tlaw
.! i, unie ' i i '' -
n. Mi- i; n H <*
i mm i' tlt< i |wlimmifi*tte*
11, n"!'!- ne! n iiw. D'o Cm
ni |.i jnu'.ai'lii'ili- 'I rll'i- "'" "T
I ;i. il l|| : i .1- ,-wiiu.;ii qui lui
ru! runie l nniTitp Uni dri irrtor
n.ii inouUmn U on .' i-u au' '<' I
Jlmilrr, tl c'-'x il n" rn'!" |lu
fo^i'il; A MM 'yiqu-. d'eu i.n-. uiiiuitie
*. 4 m ea.itif ! iCCi-f ^~^-

i, mri If tem :i'>: nemtnt dea i
rtila'ni"*
.;-VtB*?M* a:
1"'
' '
S
Isa il Lj
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une v;.-;ir.Jt production ex:.e un pBUtl iSkomkm
et, pour s\usurer un grand def ouch, Il faut qtM
I;: plu- fini, qualit t'uni e la quantit maximum.
Ce i pourqoe i le btent da Chocolat au Lai'
Cadbun .elgneot It gtote.
L
CHOCOLAT
AU LAIT
GA
URY
S'adresser M. Joe Woolley.
Une bonne
prparation
pour le teint.
'liai #> LjtVdfiM'n.Kssc* |J<-
Il erattiti I elraiif Chevallier
lalae, fil mi 'In kiM|yr isslnl
p" Ce n'est pas un MCrel; ut e
lotion bien pi pate base
Jbxychlorure de bismuth
1res finemtnt prcipit.
Ceux qui ,.e applique!
quelques jours avant -I alh r
ai bal un a une rception
trouveront qu'el'e est mdis-
pensable.
Indispensable aussi pour
les villKiatunstcs ; elle em-
pcbe que It oint soit brtl
ou lch par Pordeurdenolie
soleil tropical.
Avis au Commeice
La Pmama Railrcad Stearoship Line a Itvenlsge
d'annoncer les dper's suivants de New-Yotk pour
Port au Prince, dirctunan'^dnrant le moi de Janvier
193*.
Dpart d$ hevlork Arriuage fortau Frmi
ISuenaventura I t 13 le 19 Janvier 1011
jjl Ancou le'JOJanv, le 'Je Janvier 1931
Jas.H. C. TAN RBED
agent Gnral

mifwxw
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotl ind
.
car la cUENERAL de ce j^ure. Leaolcil ne se ouebe jamais tir to'i In a > d'actioa qai emOrasee 1
monde
See,l'')lices contre intendie.couvrentaussi le r
Set Folicei pour Automobiles couvrent vols, inceixiie, malveillance, domaaaiajss
oeeete i tnlrui dans ta peisonne ou dai .Ses Polics Maniin es mises pai ses branches d"E irope sonl payables en F!ali
{' Ses Polices contre stcldcits sonl valables dam I uuiveis entier. Tous les voya-
Ssers devraient donc prei die la piteeution de >e munir d'ui e police contre accidents
'ai asciaa 40U0 dollars, la prime auoe.le n'taui ajui de 1/2 /. soit "M) dollars U. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
Agent Gnral pourllsili.
i'orl-at-l'nnce. O. GILG
.11:/N b)-A>r.HETJ'mk
K)US GENTS
^VoDAR
A LqV'ER
avec
RAr4nratur moderno
SUPER DPURATIF
L* oint tt. Il plat compltt
Le plut pratique aux Colonies
Combat : Maladie du Sang, de
In Peau, du Foie. Constipation,
Age critique ct PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR*
39, Rue de U Chapelle, PARIS
Part-ou-f>rlnce.Pt\l.rmKlt W.CUCH.
Deu
ix excellentes pie-, es
tiappartement, bien s luM I
la Giaud Hue, qutrliei cou
n.ercial.
S'adresser a
M-John WOOLLEY,
Grand Hue.
0(16
LaI Une prescription di
\ e lecin pour les Froids *i H
Maux de tl .'est le remde
u nnu le' plus rapide.
ito eu tableltea aussi
Panama Railroad -Stamshio *Linc
Service de jrl el de passqers enlie
NEW-"0PKC11YN... HbroBAUi ANAi IOM ci in M'H'IS de I. COTE
I if'LCT A^ 1 4M .DI.xfTE J_ otm
OUEST de lAMciUiJUE du SUU.
,,_Plus rapiaa el le pins diiect isrvice de transport de passagers e
et les porta Europens via Nsw-Yord et Cristobal, Canal Zone, 1
Voici la liste de nos ^ents pour les principaux p<
Angleterre Ecosse
N'is. G. W. SHFLDON O- 17 J:
The Mlsviss arr tir AtJr i iu tm-spe
tdu tr\
Isthme
s l'Lurope :
France
Street, I.mi-.iool Knglanl
s
entre Haiti
de i'anama
e fallowiii are sr Afrsls il srisriMl sari
ENGLAND, SCOTLAND, FRANCE.
M
lessrs (i. \V. SHELDON & l o.,
17 James Street. Liverpool, Engltn
In lance, Mestri G. W. Sheldon &.(!>. are repreiiiteldby
Glbx.ati.y Hk.nkky & Co
Ut;
'A Riir|dc la Rpublique
Marseillei.
LfauiD PeronA i , LM.
53 Quai (U( ige V.
Havre
Heunu Pehon & Co., Ltd.
Rue du Monlin Vapeur,
Boulor.se sur lier.
Messrs E. A. Rendix i Ce
21 AlleBUtde, Copenhagen.
OsLe. NottWAY.
International
"Mpeditioasselkap ()lo.
MMAtlantic I-'keigiit Corp'n
BallinlniKs. Ha nbur*; 1.
Geroseiy
Mea*s \ti.anti rtaresar
CORI'OBATTOK
Germsnj
Msers Atlantic Friwnut
Corp'n.,
34 Qa i Jordteni,
Antwc ps, B!tio;n
Ltd.,
t illowin liais
HiRM Peron A C Ltd
! H tir dt\s_\laris,
l'a ris.
Ilau.xu i f.iion & Co Ud.,
Hue de Tranquilltt)
I>u ikerque.
Hbrnu Piron & Co
9 Hue Roy,
Bordeaux.
Guvoe, Italy.
Iftttrs Memry ok le ''lehici
Piaa S Mattko No 15C,eaof
COTTlNBURt. SWEDEN. -
Norduk Exprees,
Coihsuburg,
Messia Atlantic Freimt
COHI'N.
Koo Emmaplein ',
Rollei !. m Holland
Mttsrs Stbimahn A. Co
MU>iaini)
le
es
Cabinet de
.- ARTIUK DAUTae UHtl
AVOCAT
Ancien ministre de de la Justic*
Bue du Peuple (entre les
rues des Miracles et Pave)
Part-an Priuce.
ALUMINUM LINE
DEPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR LhS PORTS HATIENS
Un ateamer laissera New Orlans le 13 cri. et Mobile
15 directement pourlea ports du Sud, Port au P ince
Gonaives.
Port au Printjt.lt 10 Janvier 1931.
A. DE MATTE1S A Co
_________________Agents Gnraux'
Grand Caf de France
ente de.Monsiear Pr
locateur Patnzi, le prourt-

I
$9 WMti
Une des plus iortesutX)MLAUNIES
CANADIENNES, d ASSl[RANG
Sons la direction avise el intelligente de.Monsieur Pranois
de Monaieur Patnzi, le proun-
pas d'gal, le (iHAND CAFE
Oiraldi qui eat devenu l'associ
taire d cei tablissement qai n"
DE FRANCE, ofire aea aimables et distingus clients, i
consommations lea plua fines, les vins de toutes provenances les
j plus choisi. Cigares et Cigarettes, Sauawiches, varis, des prix
I dfiant loule concurtence.
L'art aeil 'e plus svnnp 'luq> e continuera tre la meill.ur
(attrait tu iirand Cute dr Hianci.
PITrtIJI A Ce. Tlti houa JM1.
'i
i
,sut la V
7J I
ea If
r
i.
EITG.'Le B0SSft[& Co
A aents Gj^rauj
i
**m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs