Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03819
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 24, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03819

Full Text
llment Macjloire
flUUOTMHa
TELEPHONE N22U
24fne NNtii N 7196
I-ORT-A1I PRINCE (.11 MTI)
L>alil rst la ba* rrltlitM
senales M nui qui mi piMBlJes
ailrti n'uni (ju* a i laser il leur
MfjijMtit. s'ils la disinitl. |H iII
U intlierrheui pulimcnt cl non en
m ijnl leurs litlls stli bas ena I
terre.
mi soi w
SAMEDI 24 JANVIER 1931
mr.
TTC
Sfotre
Loyalisme
mis en cause
jCe qui sera le vrai triomphe
1 du vrai nationalisme

e
Dans noir' dition'du 17 Jan-
isr, nous n'avons pas cru de
oir refuser noire publicit
n article sur a La Situation ,
lollici'te par un de nos plus
istingus publicistes n'appar-
tenant pas toutefois la R-
action du MATIN.
Cette circonstance neus ai-
re de la part d'un confrre cer
ines vives critiques amqnelles
ous ue nous arrtons pas en
aison de leur caractre per-
onnel, ne voulant en retenir
ue leur esprit tendaat a nous
eprocher de manquer de loya
sme envers le gouvernement
e notre grand ami Homo
Bien qu'une (.Ile attitude ne
adra pas, tout le monde le sait,
vec le temprament de noire
ournal, pas plus dans le pass
ue dans le prsent, une telle
ccusalion ne saurait nous lais-
er indiffrents et, sans renoo
i a notre ligne de conduite
onstante l'gard de touie po
niique4 de personnes, nous
roulons, la repousser tout sim-
plement, encore que son invrai-
etnblauce eut pu suffire nous
impcher d'en ire atteins.
Ceci dit, nous avons relu,
elle occasion l'article incrimi-
n pour essayer, dfaut d'une
ircisien qu'on a oubli d'ap-
)orter, de dcouvrir, en toute
)onne loi, ce qui, l-dedans,
ura pu nous valoir ce dsa-
rment et nous souponnons
"Un passage ainsi conu :
Cependant, il n ; faut pas
>erdre de vue que et peuple a
ouflert de la brutulil des pio-
:ds de ceux qui croyaient,
>eut-tre, travailler au bonheur
le la Rpublique. Helas I Mais
ois tortionnaires, tarifs exor-
fcitant,^ dpossessions mala-
Iroues, brimades policires
out l'appareil de cette inconce-
vable coopralien de deux for-
ces galement aveugles, n'a ser-
n, en dernire analyse qu' pro-
roquer la faillite de l'uvre si
nal comprise qui a abouii
envoi en Hati de la Commis-
on prsidentielle am ricaue
Nous devons avouer que, si
tous avions, lorsque l'article
mus lut remis,des taisons pour
:roire cette chose extivoidiuoire,
savoir que nos sen iraeui>, si
prouvs, envers M. Boruo,
ourraieot tre mis eu cause,
ous aurions demand que ce
aasage lt modifi daus le sens
lune plus grande prciaion.
jMais, parce que nous n'avons
aa t amens le laire, nous
e voyons pas pourquoi tout
Hatien patriote retuserait d ac-
cueillir une critique gnrale
de la faon dont, de 19 lo IWO,
a pu s'accomplu uue coopra-
tion qui ne lut pas, en tous
pointa, ce qui est prvu daus le
trait; que M. 3ort.o lui mme,
dans son patriotisme indign, a
au critiquer dunsje passe com-
me il convenait"et qu'il ses.
aouvent eflort,Jnous en avons
t toius, de modifier t.ans
le sen* de. ses conceptions par-
ticulires. .
Disposes dans toute la mesure
qu'on voudra, soutenir avec
lea prcisions ncessaires, toute
discussion d ides dont cer-
tainement, ,*ou* notre plume,
Mr Homo ne4_ipourra sortir
qu'indemne autour de son
osu vie pronnelle ei de la fa-
on dom fut,, depuis 1915, ap-
plique le rgime du traite, i.ous
contes ous a quico, que le droit,
de se raclamer, plus que nous,
de solidarit sincre avec un
homme d Etat que nous avons
aervi dboutes nos forces, que
nous avons accompagn chez
lui le 15 Mai 19311 sous les me-
nace et |a invectives, au que
nous commuons d honorer avec
des seuiimeuts contre lesquels
les nquies nos personnes ne
peuveni rien, encore moins lors-
que, par une sorte de logique a
reboui.s, elles sont ramasse*
daus la presse mme qui nous
a fait la guerre a cause prcis-
ment de notre attachement au
gouvernement Borno.
Si seul meut le mouvement
dit nationaliste, qui a tant m*
cne le pays ces temps der-
niers, avait pour effet d op-
rer uo rapprochement entre
cor.!' entre hatiens, sur-
tout lois ; ..-n tel triomphe
entrane api I n '. cmnine
ncessaires en ahles, la n-
cessit de col borer soi-mme
les groupements hatiens, q ni tvec l pane iiir<*li*uger 't
uelt pas de pure cominan le,
t d'tablir eufiii entre natio-
naux uo peu de solidarit
sentimentale, nous poumon*
nous consoler de ta ut d'agita-
tions dont, par ailleurs, il ne
nous est pas encore donne de
28
recueillir
sibles.
des rsultats sen-
Mais, bien malheureuse-
ment, avec le ualionalism*
plein la bouche, c'est aprs
les tenants hatiens d'un r-
gime qu'on disait abhote:
hier, e'< dont on est oblig de
s'accomin >der a u j o u r d h u i
forcement, qu'on avait le plus
cii. On et dit que, camp
soi ru-i.e dans la nationalit
hatienne, ou voulait en ex-
clure tous les adversaires,
tan t les liai ant de i mt-
ques pour peu que la nature
ait t a leur gard plus avare
attendre sa s g atu-e, com-
me les :iu res, pot toucher
un argent dpouill au|onr \
d'hui de toute mauvaise
odeur.
Aprs moins d'un trimesl-
de pouvoir, 00 a touche le
tond d'un tel nationalisme ri
ou n'a g"i- besoin d'attendre
que la tribu ne lgislative
vienne permettre, en des ti-
rades dclamatoires et cli-
ses, de venir donner le change
sur ce que tout le monde
constate.
Nous n'crivons pas re'a
par acrimonie, nuis pour
faire sruUr au gouverneoaeo1
la ncessit le travailler, con-
toimement dallleu s aux I s-
positions non quivoques
montres jusqu'ici par le
prsident Vincent, i an apai-
sement vritable des s*pr4ts
et uu oi'uuagi-tiicnt des
de sang noir, tantt leur re | ton es de 1 Etat qui enlve
prochaut de collaborer avec
l'tranger et d'accepter en
paiement de salaire des h
|oes signs de lui, tantt en-
fin en les dnonant la
nation >,dans de racts inren
diaires ou mme dans des
tableaux noirs exhibs dans
les carrefours, comme trali-
ceux qui ont le pi US sem la
discorde dans le pays s
temps derniers, la possibilit
de raliser, abrits dans des
situations officielles, leurs
rves de domination g Me,
BU dtriment de la commu-
naut ballieune.
A i tiu laux lutionalis
quant du pays avec l'tranger, me, il y a le vrai; nous aimons
Il faudrait pouvoir conside- esprer que c'est celu-ci
qui inspirera constamment le
gouvernement; et nous de-
ier les choses sous un aspect
trs particulier pour accepter
que le triomphe d'un tel na-
tionalisme lt de nature
crer l'apaisement et la cen-
vousa|outer que sa onduite
jusqu'ici autorise un tel es-
poir.
Chronique
sportive i
Foule considrai) e malg les
masqnesl La Melbourne jea-
ne socit sportive p'oniet de
s'leverau niveau de ses afn-s
Homognit, rapidit de passes
et de dubblings, coup da lteut pels *en fjiie le
ce qui forme 1 amat r d'une
quipe d", loe-ball s'vidente
dans le jeu du delbourn, si
vrai que malgi la valaur spor
maient l'Equipe coalise, un but
tut marqu l'avantage dea jia
ns premiers.
L'observateur bnvole *ne
manquerait certes pas da pr-
frer le jeu plus souple et
pins mthodique des Rgnier,
les Woolley, etc., videmment
ces as considre! paa Iad-
versaire. Les voir haletants, aa-
souffls, on sent qu'il s'agit poar
eux da s'entraner sans aucua
onci de dfaite ou de victoire.
Nanmoins celle constatation
nous amne condamner le sys-
AUX
innes
Forci baisse
ses prix
Le 18 jnier 1081, Edael Ford an-
nona une rdaction sur toute* les
voitures fabriques pat la Font Mo-
tor Co.
Comme toujours, voulant taire no
lient* en profiter, nous diminuons
immdiatement ;ioi Prix de Ventes
de 36 i 100 dollars en Hati.
Par exemple la Ford Tourinu B
plaoei se vend maintenant 775 dol.
Port-au-Prince.
Nous devons attirer votre attention
sur le l'ait qui la FOUI) est la seule
Voitare pour Hati, parce que :
1 File est vendue avec un profit
raisonnable.Nous pouvons vous taire
voir, vous prouver que des voilures
nui ont t vendues en Hati 21 Ht
.'J00 dollars de plus que la Ford, ne se
vendent aux Liats-Unis que 21 60
dollars de plus que la Ford. Ces va-
leurs que VOUS payai en plus ne sont
ajoutes que pour couvrir le surplus
(pie l'on vous donne pour votre voi-
ture de 2me main. Achet/, une Ford
et vues payez un prix raisonnable,
alors que vous payez un prix excessii
quand vous acbetez une autre Mar-
que.
2- La FORD est la seule voiture
rieur laquelle vous trouvez lOOoode
'icees de rechange on stock.
:i Le prix des pices FORD est
raisonnable,tandis que pour les au-
tres marque, tes pices similsires
!i\ pices FOUI) se vendent .1 fois
plus cbres el quelque fois elles ne
sont pas aussi suprieures.
4IOOoiO de Service, nous avons
un des meilleurs Garages des Antilles
quip d'oulils lectriques et air
comprim les plu* modernes.
Avec les bas prix etlesqualitscon-
nues de la FORD, nous affirmons
qu'KUe est la seule voiture pourllaili.
Venez nous demander nos nou-
veaux prix et vous serez satisfaits.
HAITIAN MOTORS S. A.
Vendeurs auteriss.
GraneVRue Ptaone 172.
Port au Prince.
ROY
Je succs.
I9es) Lecture
LE RETOUR ORS CHOSES
Ittfi
... voit depuis quelques jours
certa-ns l es. tifs chapeau
en lalani r tain ejQs aux ate-
liers de M. Garante sfeva, De-
pus la CO i) i vis m* '.i i nh m
est vgt ',
lme qui semble vouloir perp
uer malgi que, (bus le pass,
il ait eu la destslreose infini n-
ce de diminuer li toice cem
Dattive de noa meilleurs qui
piers. Coi'sidi ob|ecllveOkenl
le systme de coiition eut >
le seul moyen de combiner la
force des lments de g. ml-s
nveigures pars dans 'es d fi
rents clubs 0e I U. S S H. Mais
le pariisumsine de ceux itp
eci i temeni
a vite tait de mconnatre cet
avantage admis dans t Pays ou le sport, partie lier--
meut le foo'-ball. retient la bu n
veil ante attention de tous.
Uneautreanoiuabe non moins
tendancieuse consiste dans le
Fil qae les diiecteurs du aport
attendent oritinairemeni q> e
1 adversaire se soit ins all d -us
la place, |avant de choisir les
joueurs qui. dans quelque- heu-
rrsd'Viont dl udre les cou
leurs nationales. Alors il arrive
ce qui ii". arriver en pareil
cas : I quipe hatienne, eu pr
se nec d>- Iadversaire donna dif-
ficilement un rendement ppr
viable. Les joueurs, sans ordre,
sans mthode, trimballent Uc
droite A gauche le
demande pourtaut
vinisrae pent-tre)
voy dans les filets
saire. Dpit de se
mal trait, le bal
ballon qui
(par chau-
.* tre en
de l'sdver-
voir ainsi
on pai^e
Viellesse
Vigoureuse
Vous pouvez compter, pendant
longtemps, sur un bon rende-
ment des accumulateurs
EXIDE. Les EX1DES sont con-
struits pour vous rendre le
meilleur service. C'est pour cela
qu'ils ont une telle rputation
auprs des millions d'automo-
bilistes.
xie
L'ACCUMULATEUR DE
LONGUE VIE
.4genli pour Htiti
KNEER'S GARAGE, Port-au-P.-inee
THE ELECTB1C STOKACE BATTHRY CO.. Phila.l.lphi. E.U. TA
A4 #18
l'adversaire 'iB'sen st,r' mer
Teil ' pour voincre le par e-isire
peu h 'bile. B voil.
En a tendant que nous re
veumn- sur lu 'luestion, nous
I* Iici nos 'es jeunes joueurs du
tMelbournedont alecoupd'es
sai vaut un coup de mettre a.
F. H
Propos
cachets
o
U voulait tre dcor et en con-
squence s'tait adress au dput
qu il avait contribu lire.
Dcor, dit l'autre, c'est trs
bien, mais enlin quels sont vos ti-
tres V
Mes litres? Je n'en ai pas de
spciaux, mais ne pourriez-vous pas
comme l'on fait parfois, me faire
dcorer au litre posthume ?...
L'histoire vaut ce qu'elle vaut...
mais plutt que d tre nomm che-
valier del Lgi>n d'Honneur au
titre posthume, ne trouvez-vous lias
qu'il V a profit boire du RHUM
SAllTHE CACHET D'OR an titre
antuume... et mme thme...
Mr Jh Deqrafi
c le plus g and pi i
CeM av
air que nous a^ons revu no
char i ant ami l'ai en n d put*
de Jrmie, Jos, h Dcg'afl. m
yrapa hiquement connu dans
tous les milieux port-au-priu-
ciens sous le petit nom de
My tnend. Il y a juste vingt
; ans que notre excellent cama-
rade a laiss Port-au-Prince o
' aon aouvenir agrable a tou-
jours t prsent. Aussi sea
nninbi rux amis ont t heur u>
de \f t-. Vviir en bonne sant '"
tOujou S en train.
Nous lui r> nonv. lois ikiv
meilleurs sou h-ots de bienvenue
Iet esprons qi/il ne fera pas un
trop court spur parmi nous.
Vous savez sans doute,
ayant lu comme moi le?
i urmux de l'runce, ce qui
vient de se passer dans ce
nayt, dans le domaine politi-
que, e Snat I renvers le
cabinet Andr Tardieu.
Mais cela n'a pas t tout
seul; il v a eu des tiraille-
ments et les hsitations; c'est
ue les Prrs conscrits ont
v nia, vaut de mettre ce Ca-
bn e' bas, assurer au pays
un gouverne nenl couveni
bit. pour ne pas renouveler
l'aventure assez rcente du
vote de la Chambre et luca
hi-irt mort-n Cliautemps.
Dam celte proccupation,
les groupe! qui devaient d
clanrher fotantHrt contre le
cabinet jetrent 'es yeux,en're
ant'cs, sur Poincar nui est.
comme y us savez, le Deus tx
machina des situations eni
b ouilles, le graud tireur
d fl ires des Franais.
Le malhevT n voulu que
JMStement, la sympathie d'i
grand h -inme d'Ktat se lt
trouve du cot de Tardieu et
il bjecta avec logique, ceux
qui crurent devoir pralable-
ment le consulter, que, com-
me il aura vot, lui et ses
amis, en hver du cabinet.il
serait manifestement contrai-
re la rgle parlementaire
qu'il acceptt la suite de ce
cabinet, l'usage voulant da I-
leurs que ceux qui ont cr
une situation soient appels
| en prendre la responsabilit.
i C tait ce qu ii y avait de plus
rationnel.
L'ancien prsident alla plus
loin Interrog sur ce qu'il se
proposait de dire an prsident
de la Rpublique dans le cas.
presque certain, o n lerat
appel l'Elyse la chut
du cabinet, il rpondu que,
ds'pinotivanl pleinement le
parti pris par la majorit du
Snat de renverse- un Cabi
net dont la conduite au pou
\oir avait t selon lui irr-
prochable, il n'hsiterait pas
une minute suggrer M
Doumergue de rappeler M
Tardieu.
Et comme, malgr toutes
ces dclarations, on pertistail
i croire, au Snat, qu'il s
; isseiait flchir et nflror.te
ait de nouveau le pouvoir, il
lit savoir qu'il tenait toit
rets, smisjii main, des certi-
ficats mdicaux lui faisant in-
erdictiou formelle d'accept.)
dsormais aucune hante tonr
lion de direction dans le gou-
vernement.
En dpit de tout cela, la
majorit du Snat n'a pas voi -
lu se le tenir pour dit : sys-
tmatiquement, elle renversa
le cabinet Tardieu et vous sa
ve/. s. ns doute tout ce qui s'est
oass avant qu'on arrivt
:e gouvernement Sie< g dont,
!arutt-il, l'existence ne tient
l< |8(i| ;i un til.
Je ne vous ai racont toute
cette histoire que pour qut
vous reteniez avec moi cette
grande vent politique de
partout, savoir que ceux
qui ont cr une situation
doivent en prendre, ou gar-
der, s'ils l'ont dj la res-
ponsabilit. Voltaire a beau
voir dit que blirest beau,
i is dlr l'c es' anb'i ne ,
exneiK.io piouve qu o es
u : jours pus t.cile de ue
truire que de construire.
Lu*,
out est vgt''f et mme l>'
os d esl foi ni d'un plissement
de fibres .lis lies de ban'i-
nier. Gis' du plus
ci la ne gote g ''Te.
io'i
effet. Et
... voit aux ii lis de certains
aies, les vient almauoehs de
l'anne da nire. voisine' avec
ceux de 1931 Et c'est tris)
comme une vieil lassa d'hoosma,
celte vieillesse la enosea qni
mart|urent nos joies 11 nos pei -
ea des jours pa .
*

... voit le r lactaur accou-
d si tabla ei cberchsnl
le injel de sa t lu mi lue quoti
fie ne et n arrivant pas ois n
la main dessus parce que Ij p
ka distraite par les airs moder
ies et Degrs qui montent petit phonogr ipha voisi i. E
lorsque I un de ces peli's airs
-st exaclemeai cel ii qu'il lime,
lu rdacteur sourit bsurense
ment et pour un peu il trsi
tarait pou demander de gar-
der la disque. Mais le peti i i
D.0 voisin est CO nm la ie, il
ne joie ps ilev.x fois les dis
qoea que l'on aime.
M
% .
... a vu pasier d ma une p itiie
roiture sutomobila quatre jo
lies jeunes lilles velues, touti s
qua re de couleurs claires. La
veut gontlait leur ooraaga lgei
comme dea voiles de v iliera
eu pailance et tant de [aiet
montait de leurs lvres en
fleurs que le malin en devint
.l'.ii beau, et qu
plus clair. Magie
de la giae et de
ces qoane jolies
se rendirent pas compte nu'elles
redonnrent peu'-lre de l'es-
poir A quelque courtier qai le
puis le malin esprait une af-
faire.
le
! i mit
a jeunesse,
la beaut. Ft
personni s ne
de. nos confi-
l'an ive Port-au-
notre sympathique
... voit qu'un
res, saluant
Prince de
co f-re DeasaiiHall, plu- d
n "-ous >a sobriquet de ri Poule,
l'a -pel a rmenl M. Pomlb
Son, conl re le directeur de
L Es afet e ne s'appelle pus
ainsi, et vous a z p iiawlament
pii- un sobriquet pour un nom,
ce qui, so > dit en passan', n'esl
pjs ex'rmem n grave. Mais
que va penser Ti poule de tout
cela?

... voit, ave ua plaisir sans
in-daun'-, que o reconfire Le
Nouvelliste rend- dans un de
^s derniers numros hommage
au Prsident Borno. Ce n'est
certainement pas norme ce
pi il du, mu*, il i onvient tout
le mme de I noter, car la plus
petite parcelle de vrit vaat
mi eesant d'or aurtou! lors
m'elle vient de quelqu'un qui
vous a comhft tu r>vec outrance.
Voici, en effet, es qu'crit Le
Nouvelliste* A propos du scan-
lale que lut ie carnaval de d-
na h hr : a Le Gouvernement de
\i. Borno avait bien russi
purer notre carnaval des sc-
nes dgotantes, des gestes im-
moraux, et finalement parvint a
discipliner ces amusements po-
fialaires. Ce serait vraiment une
aule grave si nous venions
maintenant perdre tout le
fruit de cette heureuse volu-
tion . Ou voluai donc sous le
gouvernement du l'raident Bor-
no... Ah! bravo, confrre, pour
cette petite vrit.
* e
...a constat que le prix des
cigarettes S.n Rivale* a aug-
ment. Les vingt cigarjltes se
vendent depuis qaelques jours
30 cls Est-ce parce que le prix de
le gaeoline va baisser qua celui
des cigarettes se met monter?
< lien- r il
L,ilr A-.usrance
n
Age1' contre accident
len Kirs A
Coi poration Li-
ited . Vve F. B-. .nm^ham,
Ci-Jai


%.
PAflEim*
WSMgW-Z U liwasW mi-
t
!
SIMMONS
!

"S
I
Vjo vivantjiusqu' 1 ge''de' 00 ani et tn faisant S heures de som-
meil par jour, comme la plupart des mdecins le i'commandent,
ou passe 20 annes dans son lit.Donc, la ncessit de dormir con-
lortablement et de se rTeiller chaque malin avec une nergie res-
aure.et^dea muscles reposs est vidente.
JU.es lits en ter SIMMONS son joli et durent indfiniment. Ils
sont dlicieusement frais et sont fabriqus scientifiquement pour
donner tout le conlort si essentiel la sant.
^Ili aont fabriqus avec le meilleur 1er dans des moules unis et
sans couture. Us ne subissent pas l'aflet de l'humidit et de le cha-
leur et ne sont pas attaquables par les insectes. Us sont fabriqus
pour durer et montrent rarement les signes d'usure.
Les modles fabriqus aont si varis, que
NIONS est la porte de tout le monde.
l'achat d'un lit SIM-
lin vente dans tous les bons magasins d'ameub'ement.
IUprsent par :
Victor N.MANSOUR A C"
2 1.0.Uox A 86 ; Phone 3417.
Poi;-au-Pnnce,Hati,
MME.
Voix et* Jrmle
Un cyclone
:
perspective
Suite et fin
Vous avea travaill unique-
ment pour clabousser une
eauvre nationale, une osuvre
grandiose, voust ruvaillez pour
rcolter ce que d'autres ont se-
m,Dieu sait au prix de quelles
peines,de quelssacritices.Non,
sons ne pouvons nousaccom
moder du travail des trelons
pour carter les abeilles.
Il y a, certes, des emplois
auxquels vous pouvez prien
ere.Ce ne sont pus tous lesem
plois que vous pouvez occuper.
Comprenez- le
vMensieur deYinceut ( je
suit presque tent de l appe-
ler ainsi), Monsieur.de Vin
cent,aa dire de Agaton II (voir
la Presse,) demuudait uu
solliciteur \ no-viuctntisine
s'il connaissait Socrate. Cou
naissez-vous So. mu V ou plu
tt non, pai chai ite,je|ue vous
tarai ^pas^riujuit de .croire
que vous .bouqoiuez, si'loiu
aanft^la upousaieiea-des,-au-
ciena. -
fc Eh l4mon cher, me /4rpou-
driez-vous,si l'avais i.i cruaut
de veus^, poser la* question
d'artiste., de ueue Prsident..
Sa! mon cher, ci oyez-vous
avec la duret des temps
actuela, je puisse perdre mon
temps liriSocrate et le reste?
Je n ai pat le courage de leui-
letor ces palinodies.^ M.os,
mais, Socrate a-fil crit ? et
e-nels livies donc a-t'ii laisss
la postrit ?. .. Le Plie u,
le discours coutie Latiliu <-
phillipiquts, its baaugu de
Dmosthne, l'Anabase, laie-
trait* des Dix mille et^la cite
de Dieu I Y
gPJe le lui (ereis .avaler. .
calte mlute, qu'il n'en ressen-
tirait aucun malaise.
Mais.Mr le Prsident tien
ne peut pas laquelle personne n'a donn
yce, il m en- ni des pains n des 1*01, qui
verra Paris, j'y repr ente s'ponmnnn&it
rai Hati connus jadis Georges la Providence
MOI. S'il
m'eiivoNcr au
i remercier
divine ce soir
Sylvain, Prie* Mars, iet*fdeux de dlira oi tout le penplede
Nemo'-rs, le Dr et le Colonel, Jrroie a communi dans les
Uellegarde, et tous ces mes mmes sentiments patrioti-
sieurs... ques, ses esp ances seraient
Vraiment, mon ami, ^lisez dmenties?
Socrate.Vous en avez un trs;Tout beau, Messeignaurs !
grand besoin. Vous gagnerez) Restes tranquilles
Le Gouvernement de la
Rpublique jouit de notre
plus grande confiance, de no-
tre confiai ce la pioa entire
et la plus absolue.
Il ue faillira pas a saredou
table missian.
Pathiotk.
beaucoup, iunuiien a cou-
nullre les euseignt usants de
la SHgesse autique. Lounais-
toi toi mme.
Oui,hlas 1 cette espce existe
et elle est tr daugeieuse.t.
nocive. Elle veui rendre un
bien mauvais service au pria
tige du Gouvernement actUtl.
IMe n'y russira pas, c*r l
bel de l'Etui est, avant ton .
un (lut, nous en avons la
terme conviction. 1. ne se
laissera pas lane. Ce n'es pa
uue camvkilla qm l'a poitt
lui Pouvoir. 11 ne sera pa a g .
C'est plutt lui'-'qui agira.t>
il agira BIBN m^ agira dans I
sens bien 11,tendu de 1 intc-
iet national, de sa populail
de oon aloi.j U couservei.
tuiart^toul son prestige, mal
gr les#uonvateurs qui l'ac-
cablent-, de demaudes exag-
res et fantaisistes.
Ce .n'est unevuouvellepoui
personne que l'enthousiasme
sincre el leelquia accueilli
a Jereuiie l'lvation au Pou-
voir supime' de cet Hatien
de valeur, double d uu pu
inote,d'uue conscience droiu
et U'o.u aiin charitable. Lt
l*i soient de la Hepublique 1i.
u t avise laui partes ic.a-
uous oltu ii les que par ,de.s
corrtspoudauces prives ,dt
sesj amis de chez nous. Il
voudra conserver aux yeux de
uoli lui l- poputatiou quint
damaoOe qu'a uiuitiiei S ses
cots, lu sympathie qUil
ai quise . utz uous._ 6 ii y i -
ii.nl, les | .ii.Ms ecl..tuiiics
en saisieayl la rcompense ei
le courouueiueat.
ht les Taquins gcheraient
cette sympathie rciproque 11 |a~]Tnne... d'anaant.. le mari...
Allons donc! t serait dses'ljai^f^rta par Pota Ngri, la
prer Quoil cette foule qui \ belle vedette poionaise

Mr Nmuior FEl.lU
HAKUIYW TMLLEIR
Salu< le Peuple hatien, le
S> iet tt sa nombietiseclian
ile. Il se met surtout la dis-
position de cette dernire,
POUF les procdes de la coupe mo-|
defn qu'il a pratique du
rant les cinq annes qu'il a
passes tan t chez lui et tan-
i la Havane ; Qi qui lui
permis de i tablir compt
tmeut sa sant.
Rue Prou ou des Miracles.
No 316, l'ancitune E oie
Uobin. vEcole de Dactylo)
VARITS
DEMAIN SOI
A 5 Hn-s, MATINE.
LOS 3 Mousquetaire.
La Relno s'ennuie.
F lie : 0 50
A 8 HEURES:
Vue production l'aramount dont
on parlera longtemps :
Trois...
Pcheurs
cri: t Vive Vincent! ei
Emree : 2 & 3 gouid.
Funrailles
d'Ernest
Ulysse
;Dvi iUtJKrtBanwAl Seivt*
t Hyniltfas le Parl-su- Prince
A, l'occasion des funrailles
avant hier 22 Jsavier.du Doyen
des Direcleurs du Service lly
drauhque de Port-au Prince, I
nouveau Doyen l'Ingnier Labi
don a proaoac quelques parole*
sur la tombe du regrett d-
luat que nous pouvons rsu-
mer comme suit :
eLa mort de noire vnr Er-
nest Ulysse vient de mettre en
deuil non seulement sa Limi-
tes mais auxsi cette autre ta-
iii, i qu'il s'tait lai'esienne pour
y avoir consacr II ente ix an-
nes le.ion enstence.
Son neigie, ses activits
tant morales que matrielles,
nont eu pendant ce temps
pour unique objectif, que le
travail auquel il s tait vou.
Toujours oublieux de sa
eiaonne, il marchait de l'avant,
ne voyant devant loi que le
bu a atteindre, et les fatigura
pour y arriver ne le connais-
saient pas.
labeur dsintress qu'il suc-
combe modtslement, msis glo-
iir..' oit, ., cai son inlassnb'e
d. i iiiriii rail de lui un mo-
dle pour ceux qui, ddaignai t
les honneurs, se sont consacns
uniquement a leur devoir.
utj it- nous serve d exemple la
vie mute d'abngation et de
dioiiure de celui qui, je le re
pe, apis avoir fourni une
carrire si longue, si laborieuse
de travail pnible, s'est vu aban-
donn sur ses vieux jours et
relgu par les pouvoirs publics
dans la plus protonde dtresse.
A sa veuve ploie, sa
tamille endeuille, connu-
lest sa seconde tamille : le
Service Hydraulique, c'est un
imprieux devon qui est lait
soi? sut aasaur, le nouveau
Doyen, de prsen er sou v
l an, i soi ancien Doyen, les
plua m cies condolances d
ce Service au non duquel est
d os- Celt modes t couionne
coinui marque de ses proonds
it gi\is
i.....n. m i 'iiiimii. ih.i..iij
A l'Aneciiliei llailnuie avui*
la Socit k des Aaliuas
Mar n son, le ConSt il d'au
nviuisiralion d l sov atiuu
Hatienne pour la Socn le u
Naoons utu Une oti> .
runion aoua la pr aidence
Mr. L. L. Lhii>sun, son preai
dent.
Lecture d u> e lettre de i
iocieie d. Loudies a Dceaai
la dcision suivauia ;
Le (^Onsei< uoliei' S i'Oplulou
d accepte i le 18 atai .omin
(Oui nt r e lu m. j, en ..i,ni<
iliuixl ou Ue la premifl toute
rente de h Pais n nu a la tu
me di*.f a lu Uayi en liM.
Du leslt, cehe uaia( qui est
Celle Oe lanuiveisaut ne ii>
Ciai'Oii de noire drapeau, e*l
d |- tonsaciee dit z i.ous p<
nue loi comme tta nationale
Cette jouina stia eooseere .
la l;e de la Pau al ta l t i u
tn ..() .oi ianooaia L'es |(ieiu. .-
ch'Si Iticn ut t ion. eniiepi ii. -
dans ce sens. Mr. A ihibuui
esl charge de U a lane. ^-..,
Puis, M. LheriSkon entreiicn
ses ii i*.,i. -. coi toi uiemeiu >-
l'espiil Ue Justiceaqui loujuuis
r pai un nous, ue la pio-
tecliou de I'EuImUCS abaudoii-
ii'i. des liavailleuis uuuuu
et des eiuigi aulx.
Un giaml nombre deulams,
(lit-il) vivenl iliois les u.es ai
dans 1 luobservance, des lgiet
oe la oioiiiit t( Oi vi'liy0ietn.
Uu les Von >urmn Poirau-
l'rince. D'aunes, niau.s de la
province, inscrits adans ici co-
les, u y VOUI quineguiireuieiii,
giace a l'absence oe toui cou-
liole. Ils loin ltoie bu s. Un>
nieie. Ou us ie eu lie p|
t^ioupe* Huns ml tXteu.i .qs. IJueile U atesst I...
i. La ii|,iMi un sociale a pu.-
dans le monde beaucoup dam
pleur, faiiout..' y a des luis sui
la rglementation uu travail. M.
Lheiifcson p.n.e,aussi du vn-
lalie ^- pi. he d'nergie pro-
venant au salaire drisoire des
ravadieuis chtz nous...
Pour i'Euiigraiiou, M. Lhns-
son dit qu'elle est une cause da
ruine.
Il cite le dpartement du Sud
qui est actuellement dans la
plus prolonde misre. Sur la
terre trangre, nos migrants
sont exploits et humilis. M.
Lhensson demande d'crire au
gouvernement pour le prier de
loi mer une commission pour
tudier la^misrc.qui svit dans
tout le pays
Il demande l'laborationf de bl.que..comme
ois sur la nroteclmnde IEn-;t-0j dS'Ordre.
lance abandonne, de 1 Emi-
gration et des travailleurs et
Usai une charte du travail ap
plicahle aux conditions spcia-
les d'Hati. '._'
Mr. Lhiisson demande en
outre que le gouvernement s'ins-
pire, dans l'examen de ces ques
ors, des rsolutions adoptes
par la Socit des Nations et
le bureau International duTia
vail.
-1 prs change de vues en-
tre MM. B. Dartiguenave, Mai-
gnan, Thibault, et F Soray, le
Conseil dcide d'crire Mon-
sieur le Prsident de la Rpu-
blique, vue que la question du
Travail, sous toutes ses lormes,
est une atlaire consquente et
d'un ordre trs lev.
Tous ceux qui ont parl ont
eu en vue la 'aix sociale e' le
respect de la Justice.
Intressante r-union.
- i . > saaaaaaanaaaaaaaaaanai ^**^^
Pelits faits
Une quipe de prisonniers
travaille actuellement la r'
paralion du rond-point situ
l'entre de la toute de Ption-
Villi en face de l'Etablissement
des frres el qui conduit a Kens-
.ofi.
Des mesures de police soat
ncessaires pour, une er l'ex-
ploit des cambrioleurs qui en-
lvent certaines pices dans les
autos. Dimanche au cou- s de
la grande crmonie i la Ca
thdrale, le bouchon du radia
teur du Dr Bateau a t soustrait
par un de ces p'olessionnels.
L'etlilit de Plion-Ville
fait mettra des bancs neufs sur
gande pu ee.i face de l
Aiiiveraaire de l'Isrisendaice
, MaoiBique el rceplioM *,
. ^i l'i.siil.iii de la lle|i'il>lnjae'. j
Demain matin, a neul heurts,
au local du Grand Orient d'Hai-
ti, il y aura une importante
crmonie maonnique. On c-
lbrera le 107me anniversaire
de l'Indpendance Maonniqae
Hatienne et on procdera A
l'installation de Monsieur Sti io
Vincent, Prsident de la Repu
Grand l'rotec-
i'.eite sance seia 1res impor-
tante et trs belle. Nous avon
sous les yeux le programme de
cette solennit. Une dlgation
ira au Palais cherchei le Prsi-
dent de la Rpublique et l'ac-
compagnera au Grand Orient
d'Hati, A sou installation, un
discours eia ypiononc parla
Grand Matre de l'Ordre, le
Trs l'uissanl Frre Emmanuel
Bampy qui souhaitera la bien
venue au nouveau Grand Pro
lecteur. ,Me Fabius Duviella,
dont ou connat pt talent de
parole lera l'loge des Fonda-
teurs de l'Indpendance Maon
Inique Hatienne. Et en dernier
lieu, il y aura des rjouissances
dans les parvis aprs une gran
le batterie en l'honneur des
Grandes Puissances Maonni-
ques des deux Hmisphres.
glise S. ierre
A propos du square
kSlle-Oubols
l5Noni avons, pusieurs re-
prises, parl de la ncessit
d eut reteair dans un tat de pro-
pret le square Elle Dubois o
s'rige le buste du Fondateur
de notre Rpubhqae. Dernire-
ment on a entrepris des travaux
et nous avions ici mme, de-
mand la D. G. T P. de taire
ramasser, saus se faire payer,
les dtritus amasss, aprs le
sarclage devant le squsre. Nous
avons t au? r nseiguemenU.
Il nous a i dit qu'il tait un-
possible d'entretenir ce square.
Il existe, pai ati-il, dans le vo>
>niag-, quelqu'un qui en arriva
; r-qu .i taira sauter les grilles
pour permettre , sou btail
1 .lier se nourrir dans le par-
ier r du square. Les gamins da
quartier profitent de cela pour
Des lpara'io s s'obrent pniitr dans le squaie et y
au Palais Lgislatif soua la di- i.laisser de temps en recUOD de l Ingnieur Loi ving- | respect pour la statue qui le
ton. ; reguide, leurs cartes de visite
De oruiais l'e c lier situ au qui uesonld a.ileui spasloujouii
..o e nord Un h meut donneia dun pailum trs engageant.
accs directement aurlecour. j La Police devrait meitie un
De eatte laon on s'intruduiia j geudmiue a^x environs pour
au Snat sans passer par le bu qu d puisse pendre au collet
reaude I Lhamsre, Le confort ^i houiiuc qui lad ainsi sauter de
moderne y sera aussi install, j temps en itnips les grilles du
| ijiihit t.i'i sigv la statue d'un
des Fonda cuis de l'Indpen-
Gontro l'esclavage
au Libria
Par sens fil
vVASHlNGTl)N,2l .lanviei. -
Le Dpartement d Etat a an-
nonc qu'il n'aura ri n a laiie*
dans avenir avec le Liberi ^
n lia a tdtnia qu'il a sugg^'
iix autres puiss oces mondia-
les qu'une coop'aliou iuteina-
onale intervienne dans Un
llor' pour anti-r l'esclavag
qui y svit.
dance.
Messe de R*qulem
lu 111111 t e- Joseph Lacombc
aonouce tous les piriients, ni
lies et anus qui voudront bien
lui tmoiguer leur Sympetie
t|U elle lut chanter une mesee
de iioul de l'an eu,i'EAlise .in
Sacr Cur de Tingeaii le Jeu
di 29 Janvier courant, a sis;
heures et demi du matin,pour
le repos de lame de^Louis Au-
guste Joseph t.acombe.
Concert
t'iograunie du coucert du
i > i m ,. i. c lit- J) janvier 1931
7 n. I3U du soir qui sera exe*
eu e par la Musique du Palaii
aous lu direction du Lieute
uaul Luc Jeau-Baptisle, Sous*
'-lui.
i Sonnez Grelots, mar-
che de L liiiiaul.
2o Oiphcevaux eulerSi
Ouveiturc de J. Odeubach.
3j Cavatina de BaroieT
de Sville, Solo de Hosstni.
4o L'ctoile des artistes
Air Vaiie, de J. Bauderuc. C
5o Dl Wuldteulel.
6o You were meant lor
aie (loi trot) de A. Freed.
Le preseutavis temps lieu j B7o Cailla ( meringue) de
l'iuvitaliou. P. Munigat.
DEUAIN SOIK
Alhs 12: MATINE
CAIGLONNE.
L'ESPIONNE [aux YEUX
; NOIRS. 1
latra : U 10 ; Halcor : 1.0U.
A,8 bEURIS
Un film raliste d'aprs la clore uvre de Francis Carco :
PANAME ! !
Entre: 2, 3,4 gourdes.
Le Rhum Biirkaucourt
boni la renomme eet universelle a gard sa premire place
Demandez partout :
UN BARHANCOURT
l>n>0l :kue ses Usars.


i JUttW '* 4**vkr ^3
PAGE 9
s a q lies Hatiennes
Charlier-Malebranehe & Co,
1224, Chemin des Dalles, 1224
Tlphone : 2680
-JMB
S
A
R
T
mn
gretl
onnd
ble
iehe
riomphanl
4
R
T
areable

ich
TOique
riumphant
eroical
E
nerqique
K
neraetic
CACHET D'OR
CACHHT ROUGE
CACHET BLEU
Fine Liqueur
Sup< rfin
Fin
OOLD SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL
Pniuu. ? ? ?
C'est 1* nom de guerre de
Pan l! I D'o lui vient il ? C'est
ceejue personne saui doute ne
Murait dire.
Le vocable lui esl reste mais
{il n'a plu le mtmr ig ;fl tlton
I que durant la grande tour-
] mente : il daigne maintenant
.en quarueis .populatier* de
(paria et la vielle, de Panama
| remplace la clbra tourne dite .
c De, (irande Ducs cr ap
ciaUmeut peur les trangers en
qule d'motion* lorW a.
O peut s'aventurer dans
Paname sans danger en gnral,
mai tout de mme la pgre io-
de et des dconvenues sont
craindre.
Quaud on recherche les avea
turee onAfinit toujours per 1rs
trouver, bien moins agrable*
qu*i l'imagiaation ne se les fi
gui ait et c'est justement ce qui
arrive une m no i destine
la mora'isHtion des eits per
vertiee.
Ce grand draine raliste pris
ear le vif par F. Carco a raa
l'cran l'interprtation qu'eti-
geaient les sr'ie* intensment
ireruMiiques qui traversent l'oau l
vre comme des claiis hftga-
rants.
I
PHARMACIE
CANONNE
49, Rue Raumur
88-90. I-'oulevard Sbestopol
PARIS
vendant
LE MEILLEUR fflARCHE OU IROItDE
Produits das Prsmiares fflarauai
et toujours ds pramlira traictieur
UNE SEULE QUALIT :
" LA MEILLEURE
i i i raaTefi ia ilii iitwfcaWfr*i
L^JatPaaal Walle>,
Mtaehc Coaaereial,e Iraort
pair les A ol il les
,. >Nou.v avons eu le plaisir de
recevoir l'agrable visite de M.
Paul W'alle, Otlicier de la Lgion
d'Honueur et Attach Commer-
cial de France pour les Antilles.
M. Paul Walle: qui rside La
1 lava.ie fera une quinzaine de
joars parmi nous. Nous lui aou
' nous un dlicieux sjour
l'ort-au-t'rince o il compte aie
nombreux amis.
M. Faut Walle ea accompa-
gn de Madame Walle ijui
nous prsentons nos respec-
tueux hommages.
MOKTUlM'GiOKtiS IlMUt
Nous emegisiroiia avec dou-
leur la mort de nolie ami Geui
ges Mutiler qui a succombe aux
raitea d'une opration da baron
r-a
Dernire
(Heure
LsTexaio, la West I.dia 0
et la Shell Company vienne
d'annoncer toua les propri-
taires de pompes qu' partir de
ce matin la g'ioline ne leur
aara dlivre qu'an comptant.
oette nouvelle a jet une pani-
qua I ma le march.
Qu'est ce dire ?...
di .ne. a 4 lmes.
A sa famille prouve, parti"
culiremeut Madaaae ai Mes-
demoiselles Munier, Le Matin
envoie l'expression de ses sin-
cres condolaucea.J
Ncrologie
Hier aprs-midi oat eu lieu
le* funrailles de Mme Vve Abel
Adam, ne Emma Mac-Kensie.
Siacres coudoleaaces aax pa-
renta prouvs.
la Caafrr acr ir Lie Dirai avilir
Ede a eu lieu, comme nous
lavions ennona, Cin-Vari-
es, devant un auditoire qui
s'intressera vivement au pro
hlme soulev par M. Luc Dor
ai avilie. La quesi oo de la d
couverte d'Hati par Christophe
A LA
Commune
Quelquaa employs noeveanx
ont nomms 1 Administra-
non Communale da Port-au-
Prince. M. Marcel Baatian passa
la direction des Marchs. M.
Sylvain Hyppolite la bous-
direction de L Abattoir. M. Ar
ihnr Flambert a t noaam
Comptabla.
Noa compliments.
I es mort il Hpital Gnral Colomb fll .c.uellamant, a.
de t ori-au-Prioce. .,,, ,, ulonde eQ(1 ,.objet d,
Ses lunrailles auront lie.., dlftereQ,tg el iIuporlantaL lu-
eetie apre-midl, i I. Caih- des. Ceai dira qu'aileaal au pre-
quaneeai au pre-
mier plan. La gographe hai-
len y a apport des note par*
ooneilee et a mon i r, da faon
umineuse, la rle jou par Co-
lomb dans la dcouverte da
I Aaariqua.
Cette confrence, aoas esp-
roas qu'on la redonnera at que,
comme ta premire fois, elle at*
tirera Cin-Varits ceax qu -
A LoUBR
Deux excellentes pice a
l'appartement, bien situes
la Graud'Rue, quartier com-
mercial.
S'adresser
M John WOOLLET,
Grand Hue.
Au Dpartement
de la Justice)
M. Bianabjr a t nomme Ar-
chiviste au Dpartement da la
Justice an remplacement de M.
Lan Durand qui occape catta
fonction dputa la Gouverne-
ment da General Nord Alexis.
M. Durand laisee au Dparte-
ment de la Jualice la souvenir
d un employ honnte, comp-
leat. at ponctuel.
Tout en saluant avec regret le
dpart de ce toactionnaiie, noua
ntrasae eette queatioa d'ua in- i prsentons nos flicitations laa
lrt hiatonque capital. | _3 meilleuraa. aon successeur.
Articles
du
Carnaval
Vous trouverez d* jolis ar-
ticles trs originaux pour
tous les gottsj et pas cier,
telaqae :
'^Chapeaux d'Arlequin.
Chapeaux da Pierrot,
a Boyscott
Garnitures or at Paillettes
Cloches, Col lierai
Papier Crp tauteajcou
leurs Diadmes.
Masquas tous geurea.
Serpentins, Confetti, etc.
Nom verrons dan* ceg'snu
film.
j q i Ca I 'ii
Ch. V nei
Rulh Wehle:
Lim Eibeaclni1 Winnie.
Honr mener l'uvre au sucr*
et taire de plus votre conqute.
Mil
M.K.
Savonnette I
.
.
Venai de suite.
Chez
John H. WOOf EY.
Graud'Rue.

Toutes les Polices
DELA
011KSURANC C
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
I EuQ.LeBossfCn
CaaadUan Faetfle
taaanalelp Go
I.a l'aauaax bateau Toariai
Ducaeeee al Brdtord ara
Port-au-Prince le 30 courant a
9 heairs du matin eu route
le mme jour 2 heures \>
m. pour Havane, Nassau et
New-York.
Pour tous Renaeiguementa
S'adreaaar :
Joseph NAdDAL&Cie
Agenia Gnraux
Rua Amricaine eu taca da
l'inaprimerie du Matin.
Tl. No 1217
VARITS
o
A le plaiafr ^d'annoncer A
sou aimable clieutle (|ue la
grande prodaetion IV.i um uni;
Trois pcheurs
qui sera cxli.i.. a Dira m. ne,
ouvre la srie des plus grands
liiius qui aient t vus en
Hati jusqu' prsent.
. (Voici la liste des films que
rapporte de Sto Domingo de
main l'mlaligable imprsario
I c.hauvet :
Lea Misiables ( nouvelle
version).
La Hue du Pch, a/ec
Eanil Jauuiugs.
L'Ennemi, avec Emil JatV
nings.
La dernire Valae.
Les sensations de Lily Da-
mita.
L'amourjme poursuit,avec
Lily Oaraits.
Noua pneus nos aimables
clients de noter qae notre
appareil de projection est re-
mis i neuf et que toutes ces
bellea produiion1-, en raison
*es nombreux eogt gementa
de la par l'a umooot.ne seront
exbitiees qu'une lois.
Ptayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROCUERIK. HERBOKISTtRIf
SPCIALITS
Franaises t Etrange
SELS DE QUININE PURS
7,>im proitiutt an faaeonsj
ampoule, comprimes, omht
SOLUTION9 HYPODERMlOUI S
P*.Nn^OES, CEINTURES
"AS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Serin/rue hypodermii/ii.-'i
Pharmacie de Poche, de Voyage
Coffres Pharmaceutiques
pour usinas. Communas. atc.
Projets de Factures
et tous renseignements
aur demanda udrasaie
Ph.rm.cie CANONNE
49. Rue Raumur
BMO, Boulevard Bflatttopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
ni en France ni l'KUran
Problme

Agents Gnraux
Lee) Vapeurs Soulagent
lea Rhume* de Cerveau
Renifles un peu de Vicks par
la ne ou bien lnhaJea-en lea
Tapeurs aprs en avoir fait
fondre dana de l'eau chaude.
Lee vapeurs mdicinalee at>
taUment les voies reapiratoirea
directement.
Pour d'autres refroidisaa-
Cente, frictionnez la gorge et
poitrine avec le Vicks.
VICKS
VAP0I'B
Viennent
d'arriver
Uq Fort Sto at chambres Air.
DUNLOi1 aoglaiai toute
tlimens'ons.
Pour voitures al CamioDa
f.hee
John H. WOOLLET.
Graud'Rue.
Sachant q : i- seVe h i
so i |'l( ir. n (
qur 7. pot fqu
la y u i ii '.';
agi ii'i r .i' ;'
'2<> Y .i '. uilt
.le luxa ci '.'
|{<> Les nia irtoi
a'habillcul cu> ?
i i: i.
lu l'un e qu'il n y g (;
i i faire.
2 parce que Ici voitut
.soi i ae plus e plug ail. i
y es.
S i l arc< (]< I' .Mai
Vincent CAUDIlfO
2'db, t m Hdpdp Fui,
a\ i" 'aliae enat ticle pou
lui nmes tels que Caaimfnd
Loutes Duaorei cli tout prix,
chapeaux fios, craTatM ri
chemises de toute beaut,que,
grce :' s.'M s", m k (oi in : I
11 peul vendi di s prlxdt
li.ml rc. 'I ment toi te i ooe
teu i. Ri odes o l'vide
ce -u visil ml la m < on \ i
cent GaudiQO,225, Hue Boonc-
Foi.
-o.
la
CON8TIPATION
prenem lms
COMPRIMS
8UI83f9
d dllort, Paarmaciee,
11". nu Gmln-Aatoim
C'EST I.E MLII.LEUK
UE8 iJURGA i ir
PORT-ATJ-PR'K'Cr
aim.ptkus, pi eraiMie ALEtRTuvi
Pbarm. cli da D- Js:'. i VIARU
et tonte le bonnen P/inrmmelm
Il faut prvenir la Constipation chez les
enfants, d'autant plue, raretn
s'en plaignent. Cul vc: I. ida
de leur donner de t tmpa en tempt* usa k bu
de ce laxatif doux al rafr.i hisaant
ENOs-FRUirSALF
131


Samedi
24 Janvier 1931
Le
24ne 4*NK i
f >rt au-Prmce
Tlphone : 2242
71M
4 PAMS
iium mw i 'i * un m n ir-i
t* ..
Pagol
Energique antiseptique urinar*
Api vite et raaflcafemcnr
't-pprlmt le douleurs
de U micittr*
?Si fie #u? cempU
H '.,n! |. H ;. tll
| .- i i s '- I '.1 M
m^i t rai
ton l
.
U rfM. rai
fUtUMI dM votai fV
oalraa. ranou
I aawla-
&/ ^a ^"
r:rr. mi san* pin.'' poui le* aMieuejaMi
i indisirablM dta vos urlnatxcj
Uuui. irtce tua
Jauntaaainani
dM calli; La
maurtrUr oon
flMDl pour I |ono
partout o h aiiata.
mata tncor pour hma
ta* autraa aakrokaa,
auiquala ca darnlar
rut ruiocwr. aolBl
tout. Il aat ta fonda-
aaaat. ta baaa du trat-
tanant da l'arthrtM ou
du rtluiaiUinn blennor-
rajrlqoa. parca qu'il aat
alut da la blaonorra-
dla cUa-roima.
CBintA
et MUiWta.
eubl Chiirlia. t. r M vjeo
cirnn Paru H i BkaM
Une bonne
prparation
pour le teint.
Uau e'.Lyi *i*s ri-iit'ssfs||tii'
lu eraiacie ItlraBe Chevallier
Lalie, us vil il kietfB.C polai.
T Ce n'est pas un sacral; une
lotion bien prpare haae
eYoxychlorure de bismuth
trs Hnement prcipit.
Ceux qui e appliquait
quelques jouis avant daller
au bal ou une rception
trouveront qu'el'e est indis-
pensable.
Indispensable aussi poul-
ies villgiaturistes ; elle em-
pche que le teint soit brl
ou tch par l'ardeur de notre
soleil tropical.
Cabinet de
eiRTIUR DAMES RAlEAIi
AVOCAT
Anmeu ministre de de la Justice
hue du Peuple (eutre les
rues des Miracles et Pave)
Port-au Prince.
Avis au Commeice
.a Panama Railroad Steamahlp Line a l'avantage
d'annoncer tes dparts suivants de New-York pou
Poriau Prince, dircirmenl"dorant le mois de Janvier
1930.
Dpart de kewjork [rriuages Portail Prinee
<*.Buenjventura 1 13 1" 19 Janvier 1931
2/1 Anton lc'2()Janv. le 25 Janvier 1931
Jws.H. C. TAN REED
Agent Gnral
ALUM1MIMMNE
DEPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR LliS PORTS HATIENS
Un steamer laiaaera New OrMan lf 13 en. et Mobile ]e
15 directement pourlea ports du Su I, Port au P mce |es
Gonaives
Port au Prince, 1*10.Janver 1U1.
A.DEMATTEISA Co
Agents ^nrany
Grand Caf de France
Sous la direction avUe et inteHijuate de Monsieur Franois
Giraldiqni es' devenu l'aesoci de Monsieur Patnz^ le propri-
taire de cet lablia#OJfn qui n'a pas dga>, le liKA.NU LAl-e.
DE FRANCK, oflre i ses amiables et distingus clients, les
consommations Us plus fi i es. les vins dr> toutes provenances les
plus choisi', Cigares rt Cig re'.u-s, Sar.dwi-.hes, v. ns, des prix
dfiant toute concurrenct
L'accueil le plus sympathique continuera tre le meilleur
attrait du Grand Cat de Fi mu e.
PATKIZI A Co. Tlphone 2341.
i
UN MILLION DE
R JOUR
( 1H. m rr:md dboucha,
t: , 'boucha, Il faut que
u r.taxtmutn.
.... ', Chocolat au Lait
CHOCOLAT
AU LAIT
.CAD
.-
Sadiesse M. Joo Woolicy.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotlmd )
Car la iGENEFAL est un de. p!u. puieaautea 't daa plus v.s'es "Wmtmm*
de ce genre. La aoleil aa se coucha je nais BW son ehaap *f*oa qui embrasa U
SeaiPoJicet contre incaodia,couvrentaaaai laa dgila oeoaaJoaaa par la toa^w.
Saa Poltcaa pour Aatomobilea couvrant vola, incendie, malveillance, domaBagai
camt autrui dans sa personne ou dai s ses bien*
Ses Polnes Maritime!, mises par ses brauches d F. irope sont payables en Hati
Ses Pohcts contre .'HCideDtsso.it valables dans I univers entier. roMtejray*;
,ers devraient donc prendre la preaution de se munir d unet police contre aecidasta
aan moins 4000 dollars, la prime nuella u tant que, le 1/2 /. soit J0 dollars W.L.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
SOUS- GENTS
iUWUXi" WWIS SUBKttiNPE.-
kiUjoupo-huiBB
Af(ent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHETJri
lia
I?.Aue*eBelfoit.i5. BESANON
Hamburg-Amarika i
Le navira Foosia , d
r< tour da Kingston, ei atten
du i* i fera le '28 courant, e
route pour l'E l'ope via I
Noro, urrnant du fret
REINBOLD k Cie, Agents
l
Pou liaaus :
* LAJNS, C< afM.
'La MAURESQUE*
En nntc /'<> : Prfaer:Pbirn>adW.IUCII
eiiaroiacie E.i.ift Kluii'. 41. l'.nc Voiiitrc.
cl loutvi bvnni i i a*ltl
Echantillon tTJifH 'i Iran-; mr drmantU arntJc
,V" C FERCCO. i AS'-iitR-.S lirino) ftar

BWRaaaav. .r,
i.ummma
VI
Panama Railroad Stamship Linc
Service de fret el de passagers enlie
NEW-YORK Cil Y NV Y. t HisrOBAL,' ANAi ZONi el les PORTS del COTE
OUEST de IAMcKIqUE du SUD.
Plus rapide et le plus diiect service de transport de paasagei l etdu trt entre Haiti
et les ports Europens via New-Yord et Criatobal, Canal Zone, Isthme de Panarsui
Voici la liste de nos agents pour les principaux p dp l'Europe :
Angleterre Ecosse France
Mis. G \t.. SHFI nnN # Co- V James Street L.vfppo >l En..lani>
Tlir followjan arc u ,r \ral<> at iriBeiial aerU id Kurope :
ENGLAND, SCOILAM). FRANCE.
Meaara G. W. SHELDON & .o.,
17 lamaa Street. Liverpool, Englan
In ranea, Messrs G. W Slieldoo ft^Co. are r \ i > i l'.eltiby the followiu iass
Glblatlt HkneeT ACo
21 R.ie de la Rpublique
Marseill.-s.
Hbrnu Prou A , Ltd.
53 Quai George V.
Havre.
Hernu Pbron A Co., Ltd.
Rue du Monltn Vapeur,
Boeloftae sur Mer.
Meatrs (.. A. Bbndix A Ce
21 Allengade. Copeubagen.
Oslo, Norwat.
[nternattneal
^'Speditionsselkip Oslo.
Nl>4 Atlantic Fhkight ('orp'n
B4lliuhitis. Ha tiburg l.
Germany
Messes \tlantic Paaiaun-
Corporatiom
Gennauy
Messrs Atlantic Freingut
Corp n.,
14 Quai Jordaens,
Anlwerps, ftdgiuoa
j Haan Pbron A (; Ltd
95 Y\i\v, desNlaris,
Paris,
Hbb.ru i'ekon&Co Lld ,
Rue, de Tranquilit,
? Dunkerque. J
Hwnu PeronA>Co Ltd.,
^ 9 Hue Roy,
Bordeaux.
Genoe, Italy.
Messrs IIknrt LOB A 'leric
PlJBU S.vIatteo.No 15Geaoe
CeTTKNyURfi. SWEOBN.^
Nordisk Exprees,
Cothenburg,
y Messrs Atlantic Freight
CoRl'N.
K')n Emmap'ein 3,
Rotterdam Holland
Maaaaa Stfimann A Co
Insurance Co
Une des',plus fortes; COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur'laVF/
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs