Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03817
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 22, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03817

Full Text
llment Magloire
1958, KUfc AMEKlCAlfttt lttft
TELEPHONE S* 2242
la seeiate s' * liasse, M
rest'qiaa itsar^ui irbin!i-
|t.~ leugisu tfsse la 1re 'sa
heamr s,ai clierclie ;el irotu sur
Mfitr facile isjere teslre
. Il rature ! Ilri;> SUrlil
tir : F laces Isijeui celle laiags
Mur 4e slre esprit.
Fui Vil KHI
24me ANIsUi N* 7194
FOKT-Aii pkinl^ (.haiti;)
JEDI 22 JANVIER 1V31
D'ITALIE au BRSIL
Le 17 Dcembre dernier, il leurs parcours:
hres. 45 du matin, i laro-j torpilleurs, et si
rome d'Orbetello, tout prs
Rome, Mr Mussolini, Chef
Gouvernement Italien,
onnait le dpart aux qua-
rze avions militaires ita-
ens qui, aux ordres du Ge-
eral Italo Balbo, Ministre de
air d'Italie, et du Chef de
Etat-Major de l'aviation ita-
enuey le General Valla, avec
n groupe magnifique de
uaiante huit officiers, pre-
ait la voie du ciel, dans une
andonne jamais enregistre
ans l'Histoire des Nations,
utant hardie que pleine de
augers inconnus. Le but
tteiudre tait bien lointain,
t les continents, l'Atlantique
vaincre, cachaient peut-tre,
lme la morl cette cohorte
'lutrepides Chemises noires,
ui oflrsient pour la premire
ois au monde entier, un si
eau spectacle de force, disci-
pline et volont.
Avec le dpart donn par
e Duce, la grande croisire
erieuce de Home Kiode
aiieirc, pour bien six m lu
:inq cent mille daus la von
les airs, commenait.
Les llavious taient diviss
n quatre escadrilles de (rois
vious cbacuue : escadrille
uire, la verte, la biancb e<
a rouge, lesquelles taient ac-
ompa^uees jusqu Bolaua
Guine portugaise) par deux
uties .avions cn*rgs de
lces ou matriels de if-
hauge. 'Jia.|ue avion tait
uni de deux moteurs iFiat
e OU chevaux de loi ce eba-
uu et tous les appareils sor-
aieut des L'-uues Lalienues
trois chasse-
six navires ex-
plorateurs qui ansaite de-
vaient se rendre au Rio pour
prendre part aux ftes que le
Gouvernement Brsilien avec
les trois millions d'Italiens du
Brsil prparent aux spepbes
messagers, nuis 5 vapeurs
marchands Italiens qui se
trouvaient sur la mme routa
avaient t convis pour ce
jour, et invits i se tenir en
contact avec les forces de la
Marine de guerre Italienne
travers l'Atlantique.
1* Ministre de l'air, le G-
nra l|Balbo, avec les gr upes
des As Italiens avaient b'en
soign leur prparaiion.letout
avait t arrang Jans le si-
lence et dans I or lie, et quoi-
que la confauie manifeste
des parents tait un gage te
leur russile, tout de mme,
toute l'Italie, en ce,* jours so-
leunels de Nol 1930. envo-
yaient leurs penses cares-
santes aux fils d'Italie qui
dans des cieux inconnus,
crivaient une plus belle page
le victoire et, au petit J^us,
tans les crches des superbes
cathdrales, des glises ro-
maines, et dans les milliers
de pet tes chapelles parpil-
les dans les mornes et val-
les, leur touchante et subli-
me prire, pour que le R
dempteur accompagna au but,
ceux qui en ce tour de s tn-
uit ch eti nne, pour 1 hon
ueur de la pairie et le prestige
de leur Pays, avaieat oftert
leur vie daus un exploit tout
a l'avantage de la chre Italie.
Les premires qmtre ta-
pes lurent faites avec un ordre
Ford baisse F
ses prix
o
Le 18 janvier 1931, Edsel Ford an-
nona une rduction sur toutes les
voilures fabriques par la Ford Mo-
tor Co.
Connue toujours, voulant faire nos
clients en protller, nous diminuons
immdiatement nos Prix de Ventes
de 35 a 100 dollars en Hati.
Par exemple la Ford Touring 5
places se vend maintenant 775 dol.
Port-au-Prince.
Nous devons attirer votre attention
; sur le l'ait que la FORD est la seule
Voiture pour Hati, parce qua :
( 1 Elle est vendue avec un prolit
raisonnable.Nous pouvons vous fuira |
| voL\ vous prouver que des voitures {
qui ont t vendues en Haiti 200 !
JOO dollars de plus nue lu Ford.ne sa
I vendent aux blats-t'nis que 25 50 I
> dollars da plus que la Ford. Ces va- {
leurs que vous payai en plus na sont I
ajoute- que pour couvrir le surplus
que l'on vous donne pour votre voi-
ture de 2me main. Achetez une Ford -
et vous payez un prix raisonnable, .
alors que vous payez un prix excessif
quand vous achets une autre Mar-
l que.
2 La FORD est la seule voilure
peur laquelle vous trouvez KM) o/o de
Picas de rechange en stock.
3 Le
raisonnai
ALIX
28 annes
liliimi
ROY
le succs.
m%m Lectures
Histoire
d'une
clile
| trs marques, les pices similaires
aux pices FORD se vendent 3 lois
! plus chres et quelque fois4 elles ne
| sont pas aussi suprieures.
4100 o/o de Service, nous ayons
un des meilleurs Garages des Antilles
i quip d'outils lectriques et air
I comprim les plus modernes.
| Avec les bas prix et les qualitscon-
, nues de la FORD, nous animions
qu'Flle esl la seul* voiture pourHai'i.
! Venez nous demander nos nou-
i ve HAITIAN MOTORS S. A.
Vendeurs autorisas.
Grand'Rue Pbone 2372.
Port au Prince.
I.m m. lu- 28 Mars 1U28 au
>asj>age. du Ueueral Dcpiuedo,
lors de sou historique raid, a
[rayera les quatre Luutineuts.
lais, cette luis, par le nombre
les avions cl surtout par la
toute a suivie, route que les
fcscadiilles devaient leuir peu-
laut la dure raudouuee, ce
faid fautaslique donne bien
les inquitudes, des doutts
lur la teussi e; et une cciiai-
le presse... aiuee, aide pa>
les auti'lasuste* eu agonie,
:baulaii aej la biillauteca-
isirophe qui devait couron-
ler les tions de toute une
lation eu marche ver uts
leslinees merveilleuses et in-
contestables.
Ce raid fantastique avait
jour but de transporter par
|a voie des airs ces 12 avions
i ces 50 hommes d quipage,
)lus environ trois touues de
correspondance. Or doue, soit
lu point de vue militaire, que
''organiMiioo et suituutdu
Cieuioial, la lussiie de ta
faid, l'on peut voir de quel
ivaniajje est-ce pour la jeuui
Italie Fasciste. ^
Les 6.500 milles qui .spa-
rent le Ciel de Home de celui
lu Brsil, etaieut divises eu
ffcpt tapes diffrentes que tes
fvious devaient franchir, soil :
re tape Orbetello, Italie-Carta-
geue. Espagne 750 mis.
erae eupe Cai lagne-Ku-
nitra Marroe, Fiance 437 mis.
hue tapeQuhiira-Cisue-
ro, Ponai 1.000 mit.
6mo eiapeCisueros-Uola- j
ma, Portugal 938 mia-
sme eupe tiolaina-Port-'
Nadai-Brsil 1*875 mit.
l:ne eupo Port-Nadal
Babaia "625 mit.
Sme Upe Bahaia-Rio-
de-Jauejro < 844 mis.
6.469 mis.
Pour protger 1 e s entre-
rises les aviateurs, ta cas de
aiueur daus la traverse de
Atlantique qui avec ses 1875
luilie*, pouvait caiinr bieu
les surprises, le touverne-
ned itaheu avait envoy sur
archetu. Us etaieut ie*| le plus partait, avec une disci
lues de celui que la fopu- I P,iue el une coopration vrai
ttou de Part-ail Prince putlmeut merveilleuses par tous
diuirer daus sa belle rade tel1" avions; aussi les rcep-
tions fanes aux aviateurs ita
liens >>oit par les autorits
militaires espagnoles tran
aises el portugaises, sont au-
dessus de tout eioge. Sa Ma
jest le Roi d'Espagne fit re-
mettre au Ministre Raibo un
message de chaleureux com-
pliments aux aviateurs m
rade de Cartagne. i.e Pr-
sident de la Rpublique Fran-
aise, (e (eueial Lucieu San i,
et le ueueral Noguest a Ke-
uiira. lurent d'une aiuabmi
sans gsie envers le avia-
teuis; les autorits portu-
gaises rivalisrent, et fit eut
uu tram: et curdial accueil
aux biaves oili it.-rs itaii us.
La plus ttraude paitie de?
trais de ce raid a ete couverte
par les trois tonne de cor-
respondance apportes au
Biej.il. Uu timbre postal avait
t mis pour l'occasion, de
ia valeur de: Lire 7.70 chaque
ttmbie, et le peuple italien
avec |oie, confia aux quelques
ligues de ces lettres leurs al-
lchons aux chers lointains
dans i'Amei ujut- du :>ud. Let-
tres e timbres qui aiusi par-
laient avec leur double mis-
sion uflectueuse :
^1' Celle d envoyer les vux
le fin d anne aux familles
lointaines par une lettre cou-
de a uu cur et audace toute
itauenue;
2* remploi d'un timbre
qui dans sa i implicite, repr-
sentait la goutte miraculeuse
qu. devait alimenter la grande
croisire.
Et Ita aviateurs sont arri.
vs Port Nadal au Brail...
^Environ ,1* heure de vol,
et ia^ grande distana da
.uiduoijue, cette immense et
ieriib e coupe qui cacha tant
de surprise,a eie vaincus pour
la premire lois, par un grou-
pe ue 50 curs unis,c*es veuts,
ces teiuHeies,ta tragiqueouscu
nie de ces nui , connue te
beau clan de luue d'argent
qui n'aurait rien envie a Rai
laello.et qui attendait les avia-
teurs sur les ctes Brsilien-
Propos
o
La sans-fil du 20 Janvier annonce
qu' East Orange, New-Jersey, un
voleur distingu, qui avait honor
un propritaire d'une visite noctur-
ne... l'est plaint amrement d'avoir
tout saccag dans la maison, sans
parvenir A se constituer un butia con-
venable...
Il partit un peu dsappoint, mais
| non sans laisser n usieur billets stig-
matisant la conduite ignoble du pi o-
prietaire. .
Pourquoi, demande-t-il dans un
de ces billets, ne mettex-vous pas
votre argent, l o je peux le trouver,
ans tre oblig de briser vos armoi-
res ? Quel est le secret de votre col-
fre t.. Quai intrt avex-vous te
que je l'un vie la dyuau;ite?..
Sur un ailet de llauelie, il pingla
un autre billet : nVoua devriez nuiiujer
davantage el prendre de l'embonpoint
pour Moient ma mesure...
Mais le clou, cest le billet qu'il
suspeudit une carale vide trouve
sur la table manger : Comment V
pas une goutte da RHUM SAUI III.
CACHET D'OR. Ah 1 cette fois, vous
Frdric Marcelin raconte
quelque pari notir la premire fois, en 18U'2,
|e rroi, nomm ministre d*s
Rnaneee par le gaufrai Hyp-
pn yle. C'est '* portefeuille des
trafaoi publics q ii lui aviil
l rserv el m ne offert, et
qu'il avail a-repl, dans le ca-
prix ds pices l-'ORD est bmst en formation, Ile minis-
de.tandis que pour IjMae* |re des flmnce envisag n'tait
autre q i E I no id Paul, excu-
sez 'u p*-u !
Mais la i igi lit bien connuoi
de l'ho nrne pouvantait. O
n'avait pas mis en armrl tro
-l.i'temf*nls du pV<, mis ton
(eu tt sang durant pre
l'une antiAe ; ou nV'ait pas en
tr Port-au-Prince en tnom
pln'euret les dnia bien aigu i
ses ; puis ni nt s'tait pas mi
tall au pouvoir avec armes e
bagage, pour tra mis S la
dite su nom de l'ordre finan
cter e' de l'conomie politique.
I es alaires srieuses, c'est tou-
jours pour demain.
Cependant, la dmarche en
vue du porieleuille des finan-
| ces avant t faite auprs d'Ed-
CBCH(3lCS mond Paul et ayant t bien
accueillie en principe, al com-
me on lait a la veille d'u-ie con-
lerence dfinitive enlre les can-
lidats-minisires, il s'agissait
pour la camarilla da trouver le
.nnv n d'carter ce spretre du...
conseiller financier avant la let-
tre. Voici comine.it on s'y prit ;
mais laissons pai 1er Frdric
Marcelin :
Ediona! Puul levait don-
ner lecture de soa programme,
el iou> nous drvio s protastar
contre ce programme. De la, la
retraite lorc- d'Edmond Paul
e< ma nomina'ion aux finanas.
Donc, quand Edmond Paul
donna lecture de son progiam
me, tous mes collgues lulurs
protestrent, selon Ce qu avait
t entrndu. Mais j- pris la pa-
role et je dcl rai que ce plan
de gouvernement tait parfaite-
ment sxculable, qu'il y IVI t
intrt, en tout cas, a essayer
d<* lexcuter. Etonnemen da
mes collgues. Petits coups rs-
dpassex les bornes permises de la
tliusanleria. Je ne suis pas suscepti-
le, mais je ne suis pas endurant non I pts pour appeler mon all.-n
plus.. Noub.iex pas qu' ma plus I [|O0 derrlrf. |a ja|0lis,e, -e
CS;&J&T**li ilncta,, ,te h foUtl.
SARTHE... J'y tiens I que. Cependant, |e continuai
U y a des maitres de maison qui Ur-velopptr mes ides et on lut
D'oui pas la moindre notion du sa- ; blig, ce totH, d'acctpler le
voir-vivrt... Et de le constater, il y a '
des voleurs qui se sentent, avec rai-
J son, tristes comme des bonnets de
duiI el le son du cor, au tond des
| bois...
ues, ont t tous surpris at
vaincus par i0 hommes. Ils
ont vaincu pauaque,a parieur resseinbl^.en( ce ^
courage et toute leur lot dans 1.:iinoild PaMu| la ^
la russite de leur entreprise, 3lre ,mbciie s'il tait
programme d'Edmond Paul.
Vous vous demandez, sans
doule, comment, sou program-
me ayant ' accept, ce soir-l,
Edmond Paul ne lui pas nom-
m ministre des finances. Et
bien I voici :
C'est que les autres soirs ne
ils avaient leur lte uu jaune
Ministre qui, comme taat
d'autres, au lieu de prfrer
le confort du fauteuil des
Bureaux Ministriels a bieu
expos en premier sa vie, et
ainsi tracer l'exemple.
Le Gouverneu:eut Brsilien,
daus un geste vraiment admi-
rable a propos au Gouver-
nement Italien qui a accept
l'achat des 12 appareils oui
ont tait le raid, et avec les
autres, aussi de production
italienne, augmentera.a m
flotte arienne du Brail.
Et inaiuteuaut,lfliane attend
ces Sis qui, encore une lois,
se sunt rvls les vrais charn
pions d'une nouvelle pope
de gloire, de c visme et d'ab-
ugation... Gloire l'aviation
honnte, ne lut paa long >e
rendre comp a ; et que, dans
une lettre tis adroite au prsi-
dent Ifyppolite, il refusa de
faire parti du cabinet.
Depuis, c-st la dieie plus que
faoeie; nuis le grli so< pub u- a p is un autre nom
et une autre uationali..
Lux
U '; i'ii irnlrl inimi Issle
Second Hand
Parte; Station
JMlLLItv^ FRfcRBS
. and'Rue Ko 10'8
Tlphone 3356.
La seule maison bien assortie
de la Rpublique en pices
d'automobiles et 1/3 nn l'Ci
de pri\ : Toutes acquisitions
i iies a a West Indies.
l'ilieuue, et p ur toujours | Charge H iltery i r 1,25.
iAvauti i'-<.a .
F. B.
MILLIE\ Frres.
llphona335(>.
L'ordre
ncessaire
L'irsuncc'ior, a-'-or dt. ffct
la rvolulion qui choue, el la
rvolution n est autre chose que
l'in.suirrctinn Iriorrphante. Ceci
t onalilue uae vrit sur laquelle
nous sommes bien fixse" Fi T t i.
du moins pour le pass, in-
suneciion et rvolution i. ni
aujourd'hu', sur notre march
des articles plutt rares.
Nt>Msommes en train,depuis
Damien et Marcha'eire, d'essa-
yer l'application de cette Dtime
Vrit el de clle mme diff-
rence i I g'vi' el la mani-
festation pstiiotiqite. On sait
que, dans l'un e l'autr** as, re
qui lut en uue'lion esl une aug-
meutalion de bourse el de sa-
laire. Pour DaEBMIl, la chose est
sre ; comme elle peut l'tre
moins pour < eux qui n'auront
pas bien suivi les p'ipiies de
Marchaient, nous rappelens la
passage suivant d'une narration
pohlite p.ir le nationaiisle Jh.
V. Delerm, dont nous dplo-
rons ls mort rcente, dans le
Nouvelliste du 88 |anrier 1930 :
La jeudi, 5 dcembre au ma-
tin, la plupart des signataires
du manifeste, convoqus au
magasin de M. Emmanuel Con-
d, discutaient ave. les consi-
gnataires las conditions aux-
qae les le travail devait lre re-
pri : /'/ s'aijissnit tout simple-
ment d'une au y me n tut ion (tes
salaires..
tiice a la Iragdie finale et
aux circonstances ambiantes,
l'art ure a vers facilement dans
le patriotisme et mus avons
vu comment la commmora-
lion s'en est empare en vue de
donner le change la postrit
C'esi ce change q 'apparem-
ment SB tend aient exploiter les
lauieuis de la greva des ou-
vnersd.i wliarl, d ceux de la
Pine Apple <> el des irieuses
de cal^ du Capi el personne De
peut oublier la surprise expii-
ine ce su| I par M- Jo'ibois,
aujourd hui prsident de lu
Chambre, 'tonnant d'enten-
dre clater de la grve sans qu'il
y lu1 pour quelque chose. Il est
bien certain que, si ce dernier
incident s'iait seulement pro-
duit avant la Commission Eor-
oes, il eu1 vile lait d embra--r
toute la lgon du Nord et de
mettre m r pi- ds oues les lor-
Cea de I occupation.
Hier encore, da ce ct-ci,
dans la plaine de Logne, ne
signalait-on |...s d'autres tenta-
tives da gives et d'aulrea ma-
nilestations de dsoidre ? Elles
n'ont pas abouli et c'est laid
mieux. Mais inut cela rvle i>n
tat d'esprit populaoe i < n lait,
tant s'en tant pour lacili-
ler la lche dj si complique
du gouvernement, un mo
meni o celui ci a p acismenl
le plus besoin, dans ses dilbsilcs
ngocialions avec un puissant
partenaire, de sentir derrire
lui des forces b'en orgar ises
encadres par des lments
d'ordre.
Nous Irrions bien de ne pas
oublier que nos rcentes con-
qutes dmocratiques ne sont
peut-tre pas dfim'ives et que
nous et nos gestes sommas, lus
que nous le pensons, l'. bjst
d'une observation anxieuse et
dtaille.
PsHilnde flaire esfssis
l'arSa.is fil
BUDAPEST, 20 j mvier. La
piesse d ici rupporte qu'un de
ciel a i lanc o do nu m x
employs des banques hou
gioisea ue n'avoir pis plusdi
iua>re entant-. Tou employ
debmquequi est heciteiuen
ssana e: meuac do renvoi
immdiat.
.ae:
... signsle l'auto No. H0.SA. t a
vrai dangtr public, conduite par
un cheaflenr qui, certainement,
n'a pas de licence, non, ce na
serail pis possibla. Dsns la aeale
Qrand'Rue, mardi matin, en
moins d'un qaarl d heure, il a
(sailli faire plus ds quatre acci-
dents. La Police aurait d avoir
Isa feui ouverta sur dt tais
ch lutteurs qai soa' ds vritables
dangers que Isa piton* n'vi-
tent pis toujours facilement.

?
... s'est dtourn rsolument
lu spectacle qu'oftrsit, diman-
che aprs-midi, el juaquu bien
iivant dans la nuit, lea maaques.
C taient, comme aux tamps ja-
dis, gut uniNes salas au ven1.
corps kiiduits de boua, coraas
aux Iroula, cris de btas tra-
ques ou ila volire eutr'auverla,
conlorsious lembaires dgo -
(ailles, et tout cela agruiaul
de propos obscnes. Et l'on pen-
sait avoir fini ivtc eee meeea*
rades qui sou', pourquoi ne paa
le dire, une lonna de la ngi-
tio.t da toute civilisation. Et
des trangers, allii ine-.-on, ko-
daken mains,fixaient ceascnei,
dsepilsntei pour eux, el cruel-
Us pour noire amour propre
d'hatien.
e
e
... n'a jamais VU gafte pi*, a i
pdante que celle de ce inJeci
qui, appel an consul(atit:t il
a quelquaa jours par an fabn-
eaal de Kola, lui ordoaua l'uni-
qaa nssge da celle boisson. La
brave labricaul i\ tait Ar\>
tout heureux de pouvon cou
sommer lut-inme tout son stock
et bon comp'e. Maie il fut fi
veieenl dsappoint lorsque son
Iraitanl lui pus. nvil de ne hoir
qua du KoL...SJOUHIli.


... a vu sur les pelouses >l .
Chamn-de-Mara, un jena :o
lier de 15 ans narrer un audi-
toire attentif les ielices du lihum
Sort lie Cachtt d'or, que soa pa
pa aul l'heureuse ide ds ver
ter grandes ri adei aux par
tisane du sna'u ur lu. '.esl le
grand seoret, conclnl-il, d
triompha de mon candidat.

... a constat avec quelle joie,
S Itt lefue hebdomadaire a la
Gai de, quelques jeunes Allas
coalempl lient l'ai r uiarlial de>
ciadets de l'Ecole Militaire.
*Vn* innovation, dit I une d'el-
les, c'est la premire foia qaa je
les vois ainsi paraderla
u Donc, uns allenden du chef
de la tiarde, dit une autre. Et
une troisime : Oh noaa vien-
drons chaque semaine les voir,
car lia sont vraiment lgants,
nous devons un complimeat i
leurs Instructeurs.a Extaaia.
celle au volsut oublia d'teia-
dre le moteur ei la Chryalera,
aprs la revue, refusa de rouler.
La plus ge ( vingt ansau plus)
conseilla de taire roua bar |us-
qu'a la mai on de M. Eaux G.
Dcflbssy. O, conclut-elle, je
preudi ai las provisions qu'il taat
pour la maison.
... a vu isndi soir, assembles
sur le ring de Varits, quelques
personnes, les unae assiaea, d'an-
tres ebe it, et faiaant vis--vis
la salle de spectacles.
Etaient ce duiapectalenrs pri-
VilK'fc7 Uas boxeurs profes-
sion.iris? Des masseurs?...
... ne le aait, mais Iroave que
les soirs da matches, la direc-
tion de Varits devait prendre
des mesures, sfin d'erupcher
ces rassemblements illicites sur
le ring, o ne devrsiant p-
ntrer que les boxeurs et le jury.
m
.
... ne voit, depuis quelques
jours, qu aux, i l'Eldorado, aux
bi s du Cliaiup-di. lars, I un
trs grand, l'autre tout petit.C'est
une amin toute rcente que
elle de ce trs grand garon et de
son compagnon blipuiK n Sans
doute oui li.e lit IIS les leremCS
du unn.e quartier, se loui-ils
des confidences inieie.ssatS,
aimeni-ils le mme rhum, la
uiiue caf? Cas! leur scrtai
qu'ils gardent tes jalons'n: i.l.


HA#fi -*
mmmnn 2* i*ra* m**

L'OPINION PUBLIQUE !
ET LE
PROBLME AMRICAIN,
L'exemple est rare qnun
chet de Gouvernement son <-
clam v.i 01 lia .lu poa >ir,
mme quand il .l'a t ion
avnement.
Cela est vrai chez nou*. aussi
bien qu'ailleurs.
C'est que la loule. sousqu.d-
qu'angle qu'on la considre H
aous quelqu'aliitude qu'ellf, s'af-
firme, est toujours la mme:
elle est inconsciente.
Et lorsqu'elle accorde es la-
veurs, ce neet pas toujour-
four le prestige ou le gimie l<
homme qu'elle vnre...
Ht pour peu que quelq.ir
desenchants se mlant le cri
tiquer les actes de l'homme, une
lois au pouvoir, cde radin-
foule peut galement le cous
puer, sans s'iuqu" 1er de savoir
pourquoi elle l'acclamai! e
pourquoi elle le conspue.
lit puis, d'autre part, l'opi
nion publique claire, qui si
trompe souvent et trompe l
plus souvent, no lait aucuiu
diffrence entra l'homme d'Etat,
qaand il aspire au pouvo r
quand il y est paivenu.
Celui qui aspire au pouvo i
a un programme qu'il prom.
dt bonne loi, d excuter ; .n u
quan 1 .1 y parvient il est ion
tonn de voir (jut- ses rves D<
sont pas des ralits.
C'est que, ce n'est pis cli
tscile de gouvei ner.
Il y a dans le Gouverneuii n
actuel quatre citoyens qui cooi
me candidats a la Prsidence,
ont eu soumettre leurs p 0
grammes de Gouvernement su
peuple.
Ces programmes, s ils n'
talent pas en accord sui le
que* unis dt d ilail, lea moyen
d'excution, visaient tous m
aeul but ; le retour du pay
dans .ses droits de souverainet
|^ C'est peut tre pour cela que
ces quatre citoyens, l'un d'eux
tant Mu l'rsident de la Repu
bhque, se taisant des concea
lions mutuelles, acceptent a
collaborei en vue d'sttemd e le
but qu'ils l'taient tous qualie
propos'
Il est certain que quand ils
prsentaient leurs programme?]
au peuple, et mme pendan
le consultations qui ont pr
Cd la combinaison minist-
rielle, ils avaient t'ait le calcul
de leurs lorces.
la tche, ils doi-
Au cours de la dernire cara-
pagne lectorale, les lecteurs,
ou du moins les partisans di
visaient les candidats en con-
enionnistes et anti-conven
lionnistee.
Les convenlionniates, c'taient
eux-l qui espraient avoir rai-
son des Amricains autour
dune table de Confrence, ei
les anticonventioonistes, ceux-l
qui prconisaient de les bouter
le l'autre cot de la mer
l'aide d'une baguette magique...
Les laits sont venus prouver
que les Amricains ne conseil
(iront jamais mettie eu dis
cussion la valiui' mme de la
Convention de l'Jl.
Suis doute, le prestige du
louvernemenl, l'autorit mo
aie de ses membres sont ga
rants que le problme Ameri*
'.n sera rao u dm le s s
e l.i i.goit Nationale.
Mais, il oe l.iul pas que l'op-
-no. publique a gare, l'impa
liante ; il tant qu'elle lasse cre
dit au Gouvernemeni qui a b<
.oui, poui taire iriompner no
teideiaia, du c^lme uCBBair
'i de la orce morale qu- do
e l'appui d une u iliou eniiei>
'.il quelle que kOll la loy U
le Monsieur le Prsident lioo
/er, il est certain et ou la dj
lit et redit, il est ceitain qu-
s condition! mmea dans i
i llea ie di veiopp< ni les
vues des Elatft-fjui* I A aei iq
- ur commandent d ne pas *>
u-s m li esse r de nous.
Or, il nou taut montrer no
ire partenaire et I Etranger e'
rai, contrairemeni la li
-ralu-e olflciells d h e-. qu
le Ci uveui-nieiw et I. p uple
iiaiiuiis sont en parlait BCCOIU
lit poui aaanrei le inece u
ios demai. lies, il serait bu
le transporter le sige de lu
discussion Washington niin .
an chargeant une Missiou -p-
ciale.
Cela nous permettrait d'svoit
''appui de l opinion pubhqu< u
cl nationale dont nous iVOn
besoin,pui .que nous ne po.ivoi s
opposer aux Ain n mis que la
srule lorce du Droit et de i
.lusiiee.
Ei le droit n'est qu'uue clu
iiieie, sans la lorce qui le .sou
lient ; la Justice luterua ional
si reste jusqu ici a I tat d'i-
de.
Eu rsum il nous bai u
IL'E
PARIS...exercesur le monde
entier une fascination que
nulle autre capitale ne lui
c mteste... Pourquoi ff!
'jC'est le carrefour o se don-
neut rendez-vous tous les
arts et Ioun Iesartistes,t3utes
les sciences et tous les sa-
vants, toutes les industries
et tous lea artisans. . Mais,
c'est aussi i'endroit qai a la
rputation d' re le plus per
nicieux, et o la -dbauchi
rt le vice bouillonnent tei
nullement.
-Mien de plus taux, du Natte,
mais si cette rputation es
injustifie, elle n'en tierce
pas moins sur un frnn
nombre d'trangers une atti-
ra ice exceptionnelle
Ainsi la fameuse T ur e
des grands duos n- ch .me
telle p.s, et c'est cet e tour-
ne, entreprise par une mis
sioti dt morabs dion dans les
|iiartiers excentriques d Pa-
ns, qui tourne mal pour les
noralieateurs: C'est qu'on ne
t'aventure pu! sans risques
IlOI P A N AME, pas plus
ma WIIHE C IAPELL ou
,U' HINA TOVVN.
Ce liui d'Un ralisme sai
si- an qui d. bue p ir un sou
rir pisse rapide m nt par
d eiiuatioua pa htiques
,our s'eiever jusqu'au drame
e plus intense.
t^edraine vristede F.CARCO
reu pour son adaptation
i l'cran nue interprtation
'ex e itiofl : Cest aini qui
on u ouve le ms :
Jacques Caleluin, Ruh
Weher, b Vanel, Lia El BEN
CI1UTZ.
Un Grand
Concert
AU CHAMP DB HARS
L'Escadre en|laine)
dans Aaltllou
Bientt, comme, nous l't
vons^dja aunonc, une puis-
sante divisiou de la il >ite
britannique de l'Atlantique se
rendra dans la Mer '.des
Antilles. Elle*,est compese
des superdreadnoukht jNel-
son et Hodney , les .deux
plus puissan es units de la
marine de guerre anglaise, des
croiseurs Dotsetshire et Nortolk
et du poseur de mines i Ad
?euture .
Ces navires visiteront les
A u lii les, la zoue du canal et
se rendront New York.
Le Nouvelliste annonce
le source autorise que c'est
seulement le croiseur lger
uDragonr qui sera Porl-au-
rince du 26 lvrier au 4
Mars.
COMMUNIQU
Dr la Prfecture de Arraedisse-
luriis de fert ai Prire, de li-
"n-ialau el de Lasciiabas
;.-iius pre|udicier au prcdent
Co nmuniqu interdisant les ti-
rages de loterie, raflea et sous-
criptions publiques el dans l'u-
nique but de concilier les int-
rts d s acheteurs des b lleta
mis le 14 Dcembre expir par
la Loteuie. LAui du Peuple
et ceux de i .VI uiiiist .lion de
la due loierie, le der lier tirage
annonc pour le 31 du mme
mois de Dcembre et non effec-
tu A cde il n- est autoris dois
les 12 jouis partir du prsent
Commjuiq II demeure nr-
' 'ocabi ment dcid que, a I'ex
, piration de ce dlai, il ne pour-
ra tre fjii aucun tirage par la
' sus-dite Loterie.
Port-au-Prince, le 20 Janvier
1031.
A L0UER
Deux excellentes pices
Id'appartement, bien situes a
la G aud'Rue, quartier com
J mercial.
S'adresser
M-John WOO.LEY,
i ii an I Hue.
CE SOI H
BELPHEGOR
iOU LE PANTOME.DU LOUVRE.
Avec E'mire Vauiier. li el 8e pisodes.}
rt Entre : 0,50 ; Raicon?: 1.00.
DEMAIN SOIR
La NUIT del REVANCHE
Aec Lon Mathot.
entre : 0,60 ; Balcon : 1.00.
patience pour nous urer de
serres Amricaines.
Emmanuel IHOUILLOI
Avocat
VARITS
o
CE SOIR
Formidable Match de Revanch-
Boxe
Mais taut a
vent s'tre aperus, devant la beaucoup Ue tact, beaucoup d.
ralit, qu'ils avaient oubli II lermet et aussi beaucoup d.
taire la totatisation des rsil
tances; il faut calculer la lorce
du marteau,mais il laut calculer
galement la rsistance de l'en
Clu me.
C'est maintenant plus que ja-
mais qu'est vraie la lonnub- de
l'homme d'Etat anglais : gou-
verner G est transiger.
En eflet, toute, toute la dyna
mique des liouverueme.ils mo-
dernes ne tient qua la transac-
tion.
Les grandes assises diploma-
tiques ne se bornent plus aux
aeules questions internaiio
cales ; les questions de droit
interne y trouvent largement
leur place.
Les thiils_ douaniers, les lois
sur l immigration et l'migra
tiou, entre auties, Boni l'objet
des proccupations constantes
des Chancelleries.
Et les activits de la socit
des Nations montrent que si les
peuples restent quand mmi
des trres ennemis, il .sont obli-
gs de se laire des conceSS'Oni,
qui n'entreprennent pas toute-
fois sur leur souverainet, pour
paralire vouloir vivre en paix.
^Si ces laits sont vrais poul-
ies peuples qui, ont la la pr-
tention de gouverner le mon-
de, non pas par leiu seule lorce
morale, mais par leur pnis-l
sance conomique el militaire,
comment en, nier l'exUteuce
chez nous, quand nous sou ues
lis par une Convention diplo-
matique, querelle de nuint,
il est viai, mais aggraver par
des accords subsquents ^mni
une application extensive nous
met dins un tat de vasselage,
digne des pays de capitulations?
Nous avons une faon de
considrer l'opinion que nou
avons des choses, sans n >u
soucier de ces chose! elles-m-
mes.
W.Tuny
contre
E. Quintana
Lh re elle va BU V 'inqueui
Entre : 6, .'I & !i gonrdei.
DEMAIN SOIR
La Cure
D'aprs le roman d- Zo'a,
Entre : 0,60.
WIi- Nestor FEL1U
MAIUUWU nill.klK
Salue le Peuple hatien, la
Si itel sa nombreuse dieu
i u*. Il se metsurtoui le dis
position de cette dermn
pour laquelle il apporte tous
les procdes de la coupe mo-
derne qu'il a pratique du laeoir
raul les cinq auues qu'il a'd'Oie
passes tantt chez lui et.tan y'.uilhmme Tell, 180i...
tt la Havane ; ce qui lui
a permis le rtablir compl-
;i a sant,
H rou ou des Miracles.
No 316, l'ancienne Ecole
Robin. vEcole de Du ^1")
Le concert du mardi soircon-
luisi* cette semaine, autour du
lv o-qneO iClde Jeairy oue u.u-
l'oaleen housi ste du gr nd t
lent du > ars'iu qui tenait la
bagui :te du commandement.
Ns admin leurs purent riicn
re rendie hommage, un boni
nage mrit la matrise ave>
q elle il conduP au doigt el
I oeil son orchestre. Tous le--
qorceani du programra ture >l
nlevs la satisf'-'i n gn
air. L'inoubliable I80i, le hel
d .vie d'Occide J.aniy 11' v
>ier les filires patriotiques d
lui un d* ceux qui taient a-
l^hmip-da-Mars at lorsque re
sounreul dans la soir les dr
mres notes ue la marche h-
roique, las curs ballueiit un
peu plus vile i l'ovation Tut in
lescriptiole que Ion fit so
auteur.
Le Prsident de la Rpublique
issis'ail ce concert. En eff .
>n put le Toir paaaer deux ou
ois fois dans la foule, au l'oi.o
le
lecte a son service priv et qu
teporta pas de plaque officielle
b avait, avec lui, deux ou troi-
. '.liciers de sa Maison Mililane
Aprs le concert, notre chan
unnier national Candm gravr
I te ques marches du Kio>qu
ei se i usant accompagner u
juelques musiciens de la C n-
le d ilaili, il chanta une dt se
dernires compositions, il fui
aturellement, trs viveman'
applaudi.
b. somme la soire de mardi
lu excellente, l^a foule ser.-i
ii oieusi.si.de temps an terapi,
Occida Jean.y voulait tenir
commander \* musique et tain
excuter un de ces graudl mor-
ceaux ,.n ont contribu a
sa rpuia ion de Chel
heatre : Pote et l'aysan.
Pourun beau
Carnaval
Ailuiiaislralmi liiuaiuuale
Communiqu,
En vue d'ernver l'lection
des R nies d. Q iartier la Coui-
iiss on Couimu le a divis a
Ville en cinq z > es :
1 Le Centre de la Ville, com
prenait du Nord au Sud, la Rue
lea Casernes jusqu a l* Rue des
Ceaare et de l'Est i Ouest la
Place Couverture jusqu' la
Grand R ^2e. LEst de la Ville, compre
iiul lu .Soi u au S il et de l'Est
O i' >i les quartiei s de Saint-
Josepb jusau'i la tiade Nord
ie la Gi ami Rue, I .VUm, l E-
iile, la Rue du Quai, Maich
SauibLouis, Quartier de la Vla-
l leine, a la Rue des Casernes
out ce bloc boi n l'Ouest par
le l.iilo a'.
3 > euaui ie u, Bote-Verne, Turaeae, t*cu-
Ic Chose et Aie 'tours.
;~4 .Le Nord de la Ville, com
reuant le bel Au, Ho>ie-V4>ir-
liiud, Si-A-louie jusqu' la
la Chrysler rouge qu'il a af mnd'Kue, d'une pat la Rue
On dem ndc
A achet! une-petite glacier t
S'adresser Kue duOuai.No
191 /, en lace de la gare.
i, s Cesars.de l'autre,Morut Ma-
nuelle, etc..., -" "^
5e. Le Sud de la Ville, com-
;i ii.-i I le Morne-a-Ti.ft, Fau-
nouig Salomeo, piMpi'a .la-
CikeauX, loui ce quar'ier born
au Nord paf la Rue du Ch.. nip
le Mars et a lOacst par le Lit-
oi al.
Conformment celle divi-
s'Oii d y aura donc 5 Reines
lire.
La Reine du Centre de la
ville.
L i Reine de SU ose p h, l'E-
Oile, Marche S .Louis etc.
Li Heine d i bhatap -le Mar ,
L itui, B us-Veiua, tic.
.a H ine du Be.-Air, Poste
W .ii haiiu, etc.
La Reine du Muni a Tu 11
r-'aubourg .Salomon, Jean Ci
seaux, etc.
La Commission Communale
serail heureuse si dans chacune
de ces zones la la formation de,
u [}ui tiers appels a
ii. au choix de chaque
R>-ine poure.oi s< iltctuer le plus
rapidement possible.
Une qrve
Fort-Libert
Ln dr non amii nous crit
de tort Libert:
Il y a eu une grve ii. Le
travaitleura.rnatdi 13 janvier
ont d-mande le double d<
leur salaire pour l'embarque-
ment du ra m pche bord d
Dcs
Hier, 3 heares de l'apre
midi, est mort Mr Erneat
Ulysse.
Il a fourni d5 a un -es de ser*
vice au Bureau Hydraulique
et en a t 3 fois te Directeur.
L'enterrement aura lien
aujourd'hui, jeudi, S heures
de i apr> midi.
Le convoi partira de Jla
maison mortuaire, site rue
I- golette Boucuamos.un. "Tp T7, i f
charge o(J0 W00 kuos. d. cm Ju,es ?&* \ $S
n..hL r,____ i .. pourse rendre la Cathdrale.
pche pour la Coinpag i
hattieune, i dealiuation du
Havre. L)ea gens venuadt
partoulkont mont la tte aux
pauvres travailleurs en leui
faisant compreudreque c'tait
d'ordre du gouveniemeu
quils devdi.ut se mettre eu
give.
.Nos condolances A sa ta*
mille.
Heaae de Requiem
Une messe de Requiem sera
chante le luudi 20 Janviercoa-j
rant, 6 heures du malin, en
Le mercredi, ils repriien l'glise Saint* Anae pour le rat)
pos de lame du Muse Vaave
Sumner Innocent.
Les amis de la famille soat
pris d'assister cette pieuse
crmonie,
ori iu Rrince, le 21 'Janvier
lui travail quand ils eu eu
iacouvictionqu ils avaient eic
trompes et que le gouverne-
ne il, uu contraire, tait cou
tie tout meuveiueut de gr*>e.
01 Piumkett quitte)
la Htaisun UoDel.u
Nous avons appris que M.
Flumkett D'appui tient plus,
la maison Kobelin o il a
pass de nombreuses anne
et qu'il a s u enl diii^e e
laoseuce le VI. Rob lin.
Ou a*dc o tr rendie hom
maga ans qualits de Mr.
Piumkett.
1931.
L'influenam en France
Par Sam fil
PARIS 2(Jj 'nvierune pid-
mie d'influents presqu'aussi se
neue qu'en 11)18 svil danh
quelque sectioua de la F. an e
Toulouse et Montauban sont,
japporte-t on, spcia lemei
happes, des soldat-, ayant l
commands pour faire le tra-
vail des employs postaux,
----------m
lae r basse aui requins
Nnv-Yok. L coinie VOI
Luckner commence aujourdhi
sa hasse eux requin*. Il par
sur un S hooneravec une par
tie d'amis pour un vovana d.
rois mois aux Antilles. Il ap
porte avec lui de nouveaux en
gins. Il se propose da traper les
terreursdelamerav.cunlum..
on de deux pieds el de les
mettre bord I ode dune b
gne en caoutchouc.
Problme
Sachant que la misre bat
son plein d.ius le pays, expli
que-z pourquoi,:
'^lo Y a-til tant de monde
assister aux lies ?-,
2o Y a t-ilplusde voitures
de mxe en circulation ?,"
3o Les hommes surtout
s'naldllcnl-iis mieux?
REPONSE
/ lo Parce qu'il u y a que
a a faire. '
2 parce que les voitures
ont ne plus en plus atlra-
y Mites.
So l'arce que I Maison
* Vincent CAUDINO
'2'.i.i, rue Bon ne-Foi,
s'est spcialise eu article pour
nommes tels que Casimirsde
toutes nuances et tout piix,
chapeaux fins, cravates et
chemises de toute beaut.que.
grce son Stock formidable,
elle peut vendre des prix d-
liant rellement toute concur-
ience. R ndc/-vous l'viden-
ce en visitaut la maison Vin-
i eut Gaudiuo,22, Hue Bonne*
Foi,
Manu/acluie hatienne
^ji de Ciaar elles
GEBARA&C0
LES CIGARETTES
Ba Bas Fantal-Lon
H Dessalinienne*
* Colon *
'Rpublicaine*
Porl-au-Princienne
trcea laQuesse de leur arme h m- s dlices
des vrais amateur*
Le lliinn Karbaueourl
Dont la renomme est universelle a gard sa premire place.
Demandes partout : r
UN BARBAN'COUIVr
Dp4 Au des Csar*


IE IrVIlN-
JfDVfl 1M
l'.\( E 3
"-! U
Mosaques liai tiennes
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemins des Dalles, 1224
Tlphone : 2680

WI'

<
S
A
It
II
E
ain
3
grable
\
/f/ireable
iche
K
g
Ce qui na j n*h 4 t fait
Co qui ne ut tro d <
Kola Champuant
R SJOURN
Ppar dans drs conditions rigoureuses
D ASEPSIE
! 'reparution ci Vent
PHARMACIE P.SEJOU
ingle.des Ht ik. R( nx ri ire.
n
riomphant
ich*
riumphant
r:
eroique
nerqique
CACHET D'OR
CACHET ROUGE
CACHET BLEU
eroical
E
neraetic
Fine Liqueur
Superfin
Fin
GOLD SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL
Cordonnerie Mont-Carmel
Hyppolite R. Jeudy
____A COTE DE i.\ P03TE, GRAND RUE 1722.
Vient l'arriver un bel cl grand ils I ' nsnt de Olu'.isiu
rea de loate fracheur et d s tonte beaut
On y trouvera, eo outre.des bretelles ates.ch isseltei
Chapeaux, etc, etc. et Uas autres articl choix, Je Lui
got et bon march.
Hesdem sr 11 r , Mesdames, Messieurs u ie vistle s'im m e
li CORDONNERIE M. i\ r CARlIEL.
,

:


:.r. .

BIRE NATIONAUX
DE LA

ICW!-
Ih MlVCal rwlrrleiir de tlaa se
liaagaraliaa du Di iriiaire
i e Lm . u t S fu""! On nous informe de Fo I i
VmmtmVfm^iilL1'1^****** lQph Carr a M
Vieux qui a tabli, comme on le In.laill la charie de Colle
aail, un Dmptnsaire ses frais
sur ton habitation aie Crinee,
aoua prit- d'aunuiic-r que l'i-
nauguration de te D saensaire
aura lieu dimaacha 25 a 2 heu
re$ et dmit de la^ih-undi au
lieu de dimanche malin. Las
invits aont pris d'en prendre
aote.
leur de ia Douane en rempli
cernent de l'amricain G Tay-
lor. Ces1 un choix des plus heu-
reux, M Cari ayml dj, dans
lea diffrentes fonc loiisqm lui
on' i confies, iioimnuiriit
la direction de la douane fron-
tire de Belladre. ayant dj
donn des preuves de son acti-
vit, de son dvouement et de
sa correction.
Nous lui pisen'ons nos sio-
LE I 0l.0\M, 11M)lll IIGII
CsaBuaileurOla |,H|,aH Htiuni
Te Colonel Lmdbergh a ricud crtS comP,'n",-
l'auabasHadeur Claudel, de lY.m-
ce, les insignes de commandeur
del LgJOfl d Honneur, en le-
connaissauce du vid du ce < hie
aviateur de NtwYok a 'ans
an Mai 1927.
Le Colonel tait tte nue tt *
poi tait ses Tlemeuia o din iirct.
Lu crmonie a eu lieu dev21.1t
une assemble de fonctionnai-
res et de diplomates de haut
"ng.
- -owaw.fiHm m a aaaaaaaai
CanadUan Pactflc
Steamship Co
c l'uxueux bte iu Toonst
Dachease ol Badtorl sera
Pon-au Prince le 30 courant
9 beii'es lu matin en route
le mme jour 2 heures p.
m pour Hiv.m.i Nassau et
Nt \v-Y'H k.
Pour lou* Renseignements
S"." l cesser :
Joseph NAdDALAC'e
Ag'-u Gnraux
Rue mricaine en lace de
I in pnnn lie du Malin.
Tel. No 2217
a n s m a-----r
Tantatlve do autclde
Hier.vei s 2 heures de l'ap i
mi Ji, a I.. rue S' Jos ph, ( dite
Pisquetle ). une jeune lemms
nomme Danla Excellent ab
sorba uns ssttzfortedos* d'es
laoce de noyau. Quelques ins-
tants aprs. Il' a t transpor-
te I l'Hpd 'I Gnral pour y
recevoir les aoins ncessaires
Son lal es', paraft-ila :isser.
grave.
y.
f \i !" '
X
Il I
'. I
OC-VIC,
Colombian Steamship
Company Inc.
SJtS d DEROyHLSAlH
U I', /,<# du Tfic.tn.n
H'*-- : PARIS
M CUH II !-.
g tiE '
l
Brasserie National -
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Protqez votre ooche et
votre sant en la buvant
toujours.
-------------------------------------------r i i .11 . ii _
ri;m
Le steamer aBaraCOaa avant laiss New York 'e 17 du cou-
rant e*t attendu l'ort an-Prince le 2l du courant, via Cup
Hditieo et for. de F.nx. Il U'atera le ir.me jour directement
Dr E SO. ViLLARO | pour les poils del Colombie, prenant Irt et pasugart.
Il
Yeux, Nez, Uoige. tjici tes
Heures de Cousultaiious :
Matin: 6 h. 30 a 7 k 39.
Soir: 2 h du a 4 heures.
( Villa Mi Jirlioe ) Laamp
de Mara.
Angle Aveuue Capois et
Chemiu Ducoate.
Le steamer Bogota venant de New Yoik,directement est
attendu Port au Prince, le 30 janvier du courant. I laissera
le mme jour pour Cayea et Jacmel en route pour les ports
de la Colombie, prenant Iret ei pissigers.
Port-au-1'riuce, le 20 Janvier 1931.
Clombtan Sieuimliip Company Inc.
GLBArlA A Co, Ageuts.
RHUMES TOUX
BooNCuma
CATARRHES
GOUDRON
GUYOT
Payez vous un GOOD-TIME en allant passai agr .'.-
ment vos soir ces an
Pr-Ca-'i slan
uqu*:ur
CAP9UU3
ATiricrotia
O vous respirerez au son i\\\nr musique p ii Ui e -I u.i orlli )
phonijue dernier cri, !es pail ma giisa eavin is. ea
dgustant les liqueurs les plus Hues, I s boissons le. i
afraichissanlas des pris rellement sui renants.
mmM mtimUuub mmB^mmm
s
I
101
Toutes )es Polices
DELA
fi
CINZANO EL ANC
C'est le Vermouth la plus agrable, le plus i> jqtn t
conaqtienl le plus apprci.
LE CINZANO BLANC a eu les plus haute, rtq ,
panes 'oues 1rs expositions et sa vend i place i m -,
prix des plus raisonnables.
En gros dira A. de MATTEIS.
p r
?**..
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de tauv
| Eug.LeBoss#(Jo \
Agents Gnraux
s
m
m
ente
annuel!eN 1
Am^u'a lectn(|uesMa>ls
bon march
penoAiill le "moM de Fvrier
1831.
D i ea > i de'six" ( y
ampoules pour Or lf,19 (prix
rel : Or 1 41)
De 3T* Watts (i6 Wntts,
cl h
i (!i'i('i;s : 29 centime
Or cash ei trois veisrmrnts
mensuels de 30 cent. or.
a
Songez <|u'il vous tant des
| nmpoulesderccha' " .prolitre
d Compagnie d Eclairage
' !i cl h que
V r'a>Wtnc* -Cap Ha i^n
^*^ M,
Ourlnu Ofrtp.2nc DftTltf :
CISABTTESGLR?
-. PflODRE CLar
d- cihy, is, n. t Bmtmn N
Lfl

'
Un bon Con a>il
Quand ooa nu a i ftrir
des Ueors, il vous h drs eu
( ffrir de beMes, et aor'oat.
qu'elles s ient bien prs- .1-
tea
Mme Tlitfi y MAT 'f AverMl'diiTraVaii(BoiS-Ve'
n ) Tel 2809
Vous en fournira srIon 'o-
're gr :eouronnes,cr'ber!ts
on ^rbaa.
DISQUES
pathH:
ROUGES
0,30 Or.
QHS HWO ) ,LEY,
Grand'Ri .
tout f-ilohear
B '' Ra l'o
Baftery ponr Flashligh's
moteur
a'tery po 1 (r o- EleetH
qoe de l.i suprme marque
Briglil Star.
Ir< iser
1. WOOLLFY


j. JU.r-
-*

. Jeudi
22 Janvier 1931
Le Matin
: PAGES
24me ANNEE v 7194
Kort ati-l'rrnce
Tlphone 2242
rDPURATIF a W MANGET
COI ..->*.. .
**'. t # 1- ryt fM l|* ifW l# '|*>*l *". tclO'J* .! *llf K KIU0
,-m.,, . .M pu, -'.* ..le h 'Ht* i-. d* Ml^nirititii
H+ramrr* (- t ji .- .. *' ,>ir.'nr^ >'i rl*fl* ri !/ er'tlortg**
(*. ('r les MM i- > -iei-r> ntrul pf '&?%, r*e*t JMfff q*-*, M)i r
! r.* iu>U ,> .!*>;* un* 'tnBui' *'", > i# mqv 1*
\ ... i. r !'iy*i> rc*n '.%* r#fuH*fuiil, *! pris ' noiarfr
r'on .:. : i i ; r i porta *lotf. tr l*t(( Hti*/w\ q .* Ii n^vlin.'.") J'-I*i M dY rj[t*'lif M 1K y.%r ooi.ttOe*.ti.
qu'il rratt .-t.^iit,uf"i t . ;m-iiii. i* lu* ruj pwt*ibt* 'i;
* -' * 'pe.lsair. *t fhirgrr dr i*t: I j* rncoiWftVMtt ?
< .|t'k. i* ri 't M' >ri. B"M*Bfft uni t *OL.|i*:ioAiifi.
i ,......Ml " ''ru u';* pi ut
C*l .i.i ... tfaw'rif [-' |iel i fj fu.i.iM. 'I.il Ir **H
ri ini fv i Ki.lr. *|M*|fMt, ;iYanl pi.uf j;rl n-rm-l
.1 (Il i. Ht <- Ir%...liMi1-Il i .|. t;i,run pet-
fn'M" . ,i ,irr* f r: r\ M r^ |H>(i*>> i|:r *"*
!'. ( t...... n ' '"'Il im'';, mi t r*i>r M W*t fuff ei
1>r . |. r ,'*i1 im,.. ... |m fUIlM 'Mli* il.-"l I* 1 tfi.-l ;>>< *\l "l'-iiMirr r < ,
r f,--,..... - ' .....M on. v*.. .#. ,, liutivrn*
,nr., - f D f.Tt'.i* S^SCtT
U'i..... T *>v ?n :" ,( * > '*'. eorio*<
U-* !"' ' plnilfM "l *"' "T ,i '* j> >r-i\% i/i;r-,lrlr> %.
m* ..|-.."r' '~i"*,-.i. .-i.'r.
li n ti ;i. (rijcr "*lt"n
I. plus i :....ii I i " i*l '-'.....i '. alM .l**'f ,...
l*.jt i|tl l ''' '' '..' -i ' ..- ..... Mal
i > < ; >.. i I RATIl Ll' l**tlT Ml MU .....* ,..# iHn,
4a 4|>1.j"i,.,i. f i .. -1.....H*
\ul(* ' | l h .. < fri.-tfr acir*i. i
f%k r>a*rl*>A ,R/*:S PRIX. *i^f".^* :A(,!tJ, a fnu
2 r Vu ,-^ p >i> * *

*"
ASSUREZ-VOUS
la !
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( ScotLmd )
Uir la GENEPAL est'une des plus puissantes et des plus vastes organisattoas
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou champ d'action qui embrasse la
londe
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre accidents sont valables d;ins I univers entier. Tous les voya-
Seurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta
au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant quejle 1/2 '/0 soit 20 dollars L\ C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
SOUS- GENTS
Agent Gnr:-I pour Hati.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHETJrmic
Une bonne
prparation
pour le teint.
Un if Ljl in Priaersuf de
Il MXMrif l.elriir (Itiei.dlier
Lalsf, vis s vin do ki*>qui- puni.
Ce n'est pss un secret; une
lotion bien prpare hase
d'oxyrhlorure de bismuth
trs Mnemeut prcipit.
Ceux aui "" appliquent
quelques jours avant daller
an bal ou ane rception
trouveront qu'el'e est indis-
pensable.
Indispensable aussi pour
les villgiaturistes ; elle em-
pche que le teint soit brl
on tch par l'ardeur de notre
soleil tropical. i
Cabinet de
mit ABTHlfi DAYTS RAMEAU
AVOCAT
Ancttn ministre de de la Justice
Hue du Peuple (entre les
rare dea Miracles et Pave).
Port j Prince
Avis au Commerce
I.a Panama Rnilroad Steamship Line a l'avantage
d'annoncer les dparts suivants de New-York pour
Por au Prince, directement, durant le mois de Janvier
1930
Panama Railroad Stamship Linc
fpart de Srmlork Arrivages Portau Prinee j Service de fret Cl (le DQSSQerS Cfl
l'Buenaventura 1 13 le 19 Janvier 1951 MW-U PK( 'J Y N. Y. i PIS TOBAL. Mi M / 75 Ancon ; le20Janv. le 25 Janvier 1931
Jas.H. C VAN RgQD
Agent Gnral
OUEST de JAMcHlijUE du SUD
lie
COTK
ALUMINUMT.INK
DEPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR I-ES PORTS HA'TtENS
fn steamer laissera N' w Orlans le 13 rt et M-.bile |C*
15 directement pmrles ports du Su I, Port au P-inca |el
Gonaives.
Port au Prince, le 10 Janvier 1931.
A.DEMAT'IEIS* Co
Ag* Dis Cnrauy______
Grand Caf de France \
Sous la direction avise et intelligente de Vtnsi-ur Franois
Giraldl qui es- devenu l'associ de Monsieur Patnx la propnA-
tir^ de cet tablissement qui n'a pas d'ga', le GRAND CArE
DE FRANCE, fW es aimables et distingu clients, JW
conaommalions les plus fi"es. les vins de tooies provenancee les
plus choisis Cigares et Cig rettes, Sandwithes, varis, de* prix
dfiant loute concurrence.
L'accueil le plus sympathique continuera tre le meilleur
attrait du Grand Caf de France.
PATR1ZI A Go. Tlphoue 2341.
Plus rapide et le plus diiect service de Irantp >rt de p iss; et les po/ ts Europens via New-Yord et Cristohal. Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la lisie de nos agents pour les principaux ports de l'Euioie :
Angleterre cohm6 France
Mi>. 0 \V. SHU DON The lollowinq srr o ENGlaND, SCO 1 LaN D FKA\iJ.
M^ssrs G. W. SHELDON & ,o.,
17 J.nies Slitet. Li\erpool, hnglan
In rance. Mettra G W Sheidon & C >. irs represMie Idby the tollowin Araas
UN MILLION DE
BTONS PAR JOUR
Une grande production c- i un rind .Irhouche,
et, pour s'assurer un grau t dbouche, il faut que
la ptua fine qualit a'unl > i ta quantit maximum.
Ce t pourquoi U- bt ni de Chocolat au Lait
Cadbury ceignent le globe.
ax
// ' ;
:.
CHOCOLAT'
AU LAiT

Glf.latly Hknkey & Co
21 Rue del Rpublique
Marseillcs.
RatttfD I ERON& , Ltd.|
Il Quai Geurgp V.
Havre
Me nu Peron & Co., Ltd.
luie du Moulin Vapeur,
BouiOf'.Oe sur Mer.
Messrs h. A. Benuix & Co
21 Allen^ade. Copeuha^n.
Oslo, NOhWT.
International
"Speditinnsselkap Oslo.
SM Atlantic Fheioht Corp'N
BalhaJaius, Hamburg 1.
Germany.
Messnx Atlantic Frriout
COHHORATION
Germany
Meaars vti.antic FaBNeBT
Corp n.,
24 Quai Jordaens,
Autwerps. Belgium
Hern Pbb#H & C* Ltd
95 Rue des Maris,
paris.
Hkrnu i t;kon & Co Lld.,
Rue de Tranquilite,
Dunkerqne.
Uehnu Peron &-Co Ltd.,
y ue Roy,
Bordeaux.
Geme, Italy.
Messrs Henry '.oEtSc lerio
Piazza S.AJatteo.No 15Genop
COTTENBURG. >WEDEN.
Noiui.sk Express,
Coiheuburg,
AjMessis Ailan'/ic Freight
1 -oui' N.
Kon Emmaplein S,
Rotterdam Hollaud
Messis Stkimann c\ Co
SWT'-^ J^** v* .'-. r,- xr ..

: '2sM
BIKBEHalHliBT
C. THIERRY i CIP, S"
39, Rm Crc/.aier rAIB
C,t' -r i CintnX D
*jO( centrai il- 75
CADBURY
jr
S'adicsser M. John Woollcy.
Insurance Co
Une des'; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur W VIE?

' EUG. Le BOSSE & Co
Aoents Gr.c raux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs