Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03815
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 20, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03815

Full Text
Clment Magloire
HritCi'JUK
1558. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N'2242
Ce s est sas assti 4e dire f,se
4m eh'iws vritable, il h al rature
ic \>n> i\rr leiles relies pii suai v-
ritable*, parrr qu'uu nr ilniljjrapser-
Irr qse If russes qu'il rsl ulilejde
dcemrir, et nos us eetlrs qui se
oui nu il t\ur b!rs>cr mu pbr-
Itr lU'iii II m.
IMSUL,
24cne ANNEE N* 7192
tOKI'-AU trtlN E ( HATI )
MARDI 20 JANVIEH 1931
EN GARDE Mes Lectures
Aprs l'orage
Beaucoup se plaignent rie
marasme et semblent s'elon- j Tout jnvenx d'avoir In cela
ner, maiotenent aue nons'dans la Revue Diplomatique
avous un ordre de choses non | de novembre dei nier.je mVni-
veau, que la p: osprt ne * pan encore assise tous Us yeux de M. Eugne R >y. an
foyre et que les flaires ,.jen prsident de I Re ub'i
n'aient pas encore repris. Ce que poui les autre, mais
Llda
sont l pour eux de- confi*
quence* qui auraient lu sortir
automatiquement I s change-
ments politi(|ues qui v ennent
de s'accomplir dans le paya.
pour m>>t unq ami i vielle et
invariable ; et il lut:
e N'Us saluons de nos f
licit Mions respectueuses M n
Nous devons dire que la nlu- siewr Eugne Rny, -lui, a rs
part des leaders politiques, avi>ir assure au peuple ha uni
qui ont eu prendre ces des lections libres et lov des.
temps derniers la direction a noblement remis si dms-
des masses, ont beaucoup sjon a l'Assemble N itionale
contribue crer une telle pour permettre la nomio lui i
illusion: c'est le gouverne- d'un prsident qui ft vrai-
ment de Borno, avec le r- ment l'lu de la Natio ..l>pa
gime amricain pour centre, lrj0p. dsintress eraoorte
qui tait accus d'tre la eau dans sa retraite la considra-
it du malaise gnral dont tion et l'admiration de ses
ouflre le pays et il suflisait concitoyens. Il vieni ainsi de
de le remplacer par un gou- signer lune des plus belles
vernemeut populaire pour, pages de l'histoire d'Hati.
d'abord, avo'r raison du r-
gime, ensuite nous gurir il.
tous nos maux.
Aussi bieii, i| est a riv ce
A quoi tous les geus senss
Il lut, vous le pensez bien,
vis briiient M tintait, sans
pouvoir pourtant retenir au
coin de ses lvres un sounre
un peu amer, et il se la'ssa
ALIX ROY
28 annes de succs.
.,----------- . R,.u. 9uaw un peu amer, ci ii .e* i.j ssa
devaient satendre: lesr-|a||er quelques rflexions
sultats esprs n'ayant pas]qlW je voudrais reproduire
suivi ces changements, hn rit, fi (lment,
de part et d'autre, la reil.er |: >r,es, les circonstances et
che de boucs missaires pour } ia g^esse gnrale de ses
essayer de donner le change concitoyens o n t beauco ip
sur les responsabilits des aid obenir le rsultat que
non* ralisations attendues. Ton sait. Mais peut on comp-
Un souponne plusieurs de 1er pour rien sa bonne volon-
ceux q oe le triomphe lec- t d'aboutir, son scrupule
loral du 14 Octobre dernier a peser. dans toutes lescircons-
conduits juste a la Chambre t,trJCes% |e pour et le contre,
ou au anat, mais pas ulus sa peur const.inle qu'un rien,
loin, dtre en train de indpendant de lui, nevien-
Daoder leur arc contre deptus ne. n'importe quel m .ment.
fuutu que le triomphe a coniprometlre une sit talion
conduits |usqu au bout. dja HSSC, lenduc> et les sa ;ri-
Bret. eu croire les.essi- fi es daui..urpr..ure qu'il .
m.stes, qui sont de tous les bien des fois, d consenti. ?
teux e de tous les Ci m pat!, me aigrissait les
temps, le bl .c nationaliste, (oe!rs et. a de certains mo-
sous a pousse dts eveue mellls j| t.it prisa partie
menti, craquerai! e il ne se- violemment et dans des ter
rail pas tonnant que, la mes nou seulement loigns
prochaue rent.ee des ( h-m (Je plaire, .nais encore nette- |
pres, par exemple, le pa>s se meni i. .verencieux. Pour
irouva., comme avant le plan be .ucoup moins que cela,
roroes, devant un gjuve ne- daun en gouvernements firent
ment et une opposition pO des proies de presse; et on '
sillons Pieu nettes, a ver ne manqua pas de. le lui sug-
cetie diffrence que, de part grer
coiuinedautre.le.e-soonilne Des esprits faussement phi
eraiipas ce qu il tait avant, loso hes voudraieui taie ac
le laineux plan. \cro\f*, dans ces cas. une
il y a, heureusement une) indierence possible.! on d>
opim.m moyeuue, dans k. daiff Vud itjn. Il n'est p.s h
P-ys, qui ne se prtera pas Cl|e de rester in iftrent
toiaieraeutau jeu des politi- l'injure l il la..! un certain
cieus; qui accepte les faits tfl0 t pour la lai ser passer
'.u ipiikoon pascommeiin Sius incident. Il s'est appli-
r,
utables ceux ci uu ceux
l, mais comme une conse-
queuce normale de notre si-
tuatiou politique; qui, daus
le cas actuel, tait ciedn au
iouvernemeut de ses bonne*
uiections et de ses efiorts,
bien dispose le cas chant
appvyer soo action et d-
courager toute divisiou qui
pounait natre de I gohnie.
C'est cette opinion que nous
mettous en garde coure toute
mauuvre leudaccieuse.
Le.Prsiil-al Viaeeat
ai Kiosque Oceide Jraoi
Dimanche goir. pendant que
La Fanfare du Nord qui, com-
me on le sait, e.sl dirige par le
dput Horace Bellenve. ex-
cutait son concert au Kiosque
du Champ-de-Mars, le public-
norme assembl aux ab-n'ours
lut 'oui heureusde voir arriver
le Prsident Vincent qu'il ac
elama d'ailleurs, trslonguemeni
Le sympathique PKsident ;- -
! au Mosque. entour de 'trois
officiers de sa Moson Militaire.
Il tait viu de b -ne. Il coul*
reogieusemen" Irxecution d un
flouenu, en H so coiuplniient
i lutches.ie, puis (otiiiuua par-
internent sa pro nenade qnob
dieune. Il fui. eh mm, I ob|e de grande ma
qtie cet e-irt et a recul
dev.int la pense de compli-
quer l'agitation lectorale par
le scan iale d'aucun in. i lent
judicidiie. Pour la mme
raion, il a refus d ali-
menter au l'une polmi-
que autour de sa personne et
a mitai aim 'alisef libre
jeu toutes les atlaqui s. Le
rsultat la recinpeus de ces
sacrifices.
Et celle rcompense a ame-
n avec elle I oubli, et un
oubli bien sincre, ie vous
P'ie de le autre, car voil
maintenant I orage pass et le
ciel redevenir serein.. Mais
tout cela entre ujus. vous a-
vez; ee n'est pas au journa-
liste que je parie...
Lux.
L'Ere
Nouvelle...
U mi' ** relro ive Ir | i il
d m le colonnes de nos j > ir
naux d'iMi-s quel.jues- joi-s;
gve. fl y i eu grve au Cp-
Hnoei'. Il y a eu grv lir-.-
ch*, domaine de N fiasco, b y
s eu m l'festation pi^-K'
des chiuft'urs de ligne . Il y
a eu tentative de grve des d-
bardeurs du p')r*. trves pr -.-
chines. Il v a menace de gr/e
ici. '. par'out....
L'opinio s'en nant. 0 i plu-
l(. on l'int'i-e s'e mouvoir.
Il y a pmir elle deux maipres
de a'intresstr la question.
Prendre purli pour les grvisit-a
et faire pression sur les Ini-
geants afi i de les ob'itfer d'agir
eu laveur de ceux l. C est ad-
mettre ainsi la justice de leur
rjuse. O i '< voir ilniis les f vr-s
qu'une lend mee au dsordre,
l'anarchie. Mois se dfiant, in-
qirie et apure, rgir 1er du
ctedu pouvoi'appeldelendre
l'ordre socia Cette a> t U u ie p'o-
cde de l' t d'espiit conserva-
tiste.
I' est lou' de mme assez dif-
ficile de connatre la t fl xe dt.
notre public sub'il devant les
aclu^Mes :u iidesialions oav l-
r^. I1 "n pa ail d'aillen's sur-
pris. E ne s uib'e po^t se dou-
ter que nous sommes en I ica
dm1, mou v ment aux causas
p.o'o ider. .1 riiteuds parler de
meneurs, li.ilen.tons-.ions. To il
mouvenenl collectd a il s ni -
neurs. I taui bien qua de plus
intelligents, de plus .m I i
de plus li .r lis prennent U i e
pour que les autres suivent. Il
y a dea lesi 1er* ouvriers coiu n
il y a d -s I- aders poh'iqi s. Il
appjr.d do cq ie le mouve ueut
de revendications ouvrires
co nm> nint a immanquable-
ment dea i Bel* q il seul i^ on.i-
blemeul Ira el -uimiIs les plus
comprehensils dedeut corpora-
tion.
Car laii nous en rendre un
( o n.)le exact, nous voluons
dans le domaine des ides. Con-
ception e' aspirations uouvrlns
se tout jour daus l'esprit popu-
laire. Les conditions anormales
de la vie nationale y ont aid,
El li prop nan i ehiense poi r
rveiller les consciences. Dis
le mme iem.s, il s'est pioJut
un lait soiinl important. Les
ncessits de l'existence oui obb-
g les plus vigoureux de* Gis du
pe iple d'aller l'tranger. Le
, (nu- g mid nomdre y est leai*
M- *< ,\ (j u sont voi.us, t'es
UO'iibr ai J ailli ut r, onl appor
eus lu nouveau. lis oui
u comment que c'est ai.ieui*
S. idl nt J'ici I
lit cet nlli ur.s , i' si 'ou
pr-*. A lOs coin- i.'einigra-
tion ainsi U i euvel e notre I) u
i |i c d IBsU art l'ar nos pio
. el m ilb natlOoaax issus
des ; o i h s pioloudes du peu*
pli nous ) ii.no pne r>, Il
que j loi piu> iiiuouibi ub s
piq es sur le cor^s social
nu H'fuui animateur. Et un co.
in i de pli> tu plus srie av. i
I extrieur dont tous les i ho>
nous paivi.iiienl. Or, jamais
l is: le monde ekt iravaiiiepn
de 11 vsu liuanoiis 1 juslica .
Nolie ColleUttVIia tlie aussi a
k i .il,ci.s de revendications,
tiaveadieaueiia imprieuses. Et
\o.ci surgi, brusq ie.:ieni de*
vain no^ gouvemaal, notre
allie, no re upMUun publique, la
q.ic.stio i o me uaiis >. larme
lia uiul.iiie : t opposition du
Uavail el du capilai. .Noie p e-
iniere give ojVi .- a tan cou-
ler le " p em re p.-ge d'Ilis Oire de ta
lut le deuleaac en liiili esl ecnle.
S- O l ie l vil ne classique du
mouvement onviiei, les revei -
j UicalioUi pi. ni res portent sur
l,i que .1.on .tu salan e.Toujour-,
elle Uc ci m.ia le pii-uiKi choc
autre patroua cl ou vi ici .s. L)e-
uiain, evuiu.i.n un pi.u plus vois
la co i puu i mode rue Uu lia-
v.i.i I) i.uaiu .10 i plus seulcuieul
une Unie io lie ecouonnq ie
uns .iussi nui lie social, nos
lidVailuuis e.laui iu.it pour
les ti. uns Je travail. Apis de-
in.ii i i,. o 'l'hiilc pio eiarieu
ue puis < lii .ne, ils... laia |e
jjO .. i. I e i es accuse de di ea>-
ti un p. in .. K *
v^ ion] i iieu m,p iso i.ie u'ar*
. i In iojis lycique du pi o
^la de les,, il puOnc. J ciilcods
p. C.U qu ou p.vtie loi die, la
discipli..-, la sagesse aux lia-
Vellleur .E koic taui-d en ni.ue
temps iuimiiiit aux putio.is
de.e |.sis, eq iiiub.1*, bicu-
VelilMUO. i < i.Il i le iegl ..e du
II av.nl eu 11 d i u e.sl pas un mo
Uie Et m a |i le social.sine u a
pus iiuinc d'.d p es eu noire
Ullliel*, c'est que nuira euteude-
llleui les Il >M's est decOuCel -
ij.u.M'b vu.j q ie se pies, nie
le >y idlCdlls.ne, ue jjuit essence
coipo ulive.el qui n'a pas aien-
du l'iuioi i>a luu leu.iic d'elle,
l'.ucoie la u processus du timu-
ve n. in nui i nr. Je su s ,iu ce
que )c dois ie. Le ieui^s sol
Ncrologie
Notre smi le Dr Bourand vient
d'eue cruellement prouv par
la u on de sa temme, ne Eduh
Les tanrailles ont eu ben
avani-li er dimanche au milieu
I d'une nombreuse assistance.
.Nous piese'itons nos sincres
condolances au Dr Bourand
qui tait rentr dans le pays
t y a peine que ques mois

i

a
avec sa jeune femme qu'il avait
pouse peudaul sou jour
i
DE8 HORIZONS NOUVEAUX
DES horizons nouveaux s'ouvrent l'homme
qui a de l'argent. Avec $1,000 conomise
et dposs en banque, vous pouvez envisager
l'avenir avec confiance. Commencez ds main-
tenant pargner en suivant une des mthodes
al dessous:
11,000 n quatre ans, proviennent da 1940.16
en verr.ieni hebdomadaire* de M 52
91,000 en troi an, proviennent de 1956.28 en
vcreetrwn.il hebdomadaires de (6 13
$1,000 en deux ans, proviennent de $970.32 en
vereemeaU hebtiaa..tdnirea de $9.33
. a La Banque Royale
du Canada
Propos
cachets
o
Mes petits propos prennent de
piu> en plus de fimportence. Mana
casse s:< pipa en leur honneur. S. Lt-
de les prtend dlicieux...et Ni-youtte
qu'ils ont, peral'-H, amuse... ai oiir
ls doigts de te. |)"ur ta rparation
le mes vieux parapluies Vieux para-
p mes Vje n en ai pas, mais j en aehe-
ttrai i>i achaiiuuunl un neuf... que je
mettrai eu lainbeaui, et que je vous
enverrai Madaose, pour lie repar...
en piusioli.
liiel. si cela continue, les Propos
cachets vont devenir une tribune.
Vous n douiez t Pourtant me voici
Charg aujourd'hui de prsenter une
requte au Prsident de la Rpubli-
que... Dut! oui 1 au PrsiJeut Vin-
cent... VOUS avez bien lu.
U iourn ilistas de Port-aa-Prince
mechargant, Monsieur le Prsident,
.!. vous i-eiiieicierde lacoidial-leque
vous leur avez tmoigne au cours
des rceptions, du dernier jeudi de
!.. Presse... ils esprent loulelois que
votr i:\eeileucemetlani le comble
se l'on les. ne permettra plus qu on
Serve i ses inviles... autre chose que
i,. dlicieux RHUM SAR'ltlb LA-
Clil-.l' D'Dl'.
Daignes a6rer.. etc.
EnlrcNous^
o
Encore un jour qui meurt que
je n a pu* t'fcu !
Vous lapueh Z-voos ce vers
aimable d Henri Durand ? .. il
CJiivienl lout- l'tit i mon d-
sappointeeil.. [t a sulii dune
ueula ini^riine. pour que nu
soute de samedi fut saus pro-
g( a mine.
L'est un samedi perdu, qu un
M m di qui ne s achve pas a
S .-S u- -lnn, un samedi quon
n'a pu viu, qu'un samedi.
ans le voisinage de la mer
bleue de S-i.-Suit-liin, sans les
jolies femmes qu'on rencontra
a Sest-Stila lin, sans les |olies
v.iKes .seiitimeuiales, les mriu-
gu > l tiig lureuses, et les ebar-
lestous rieurs... quy joueloi-
Cbeetie endi.ible. D s fl uis
ur toutes les labis... au pia-
tond .mlie ampoules minuscules
d mules les couleUis, el qui
mettent des ludes daus lou
i y-ux... Q i-t dcor pour le
rve bieu qac tous nous poi-
lu .. HU i Vois e es prie, Madame, de
dn< a vos ami. s, quuu s.medi
sou qui ne s achev paaiSea-
Si 1 luu .. est uu siin^di qu on
n'a pas vcu.
ce qu'ils sont.
' Vins que devient l'Etal dans
tout cela / Prcisment il a une
uiisimi a remplir( sa mission
d'aibitre entre salaiian'stf M-
Idiies. L'iuleivenlioniiisuie u est
pas i.utie chose qui tend a ce
q i on ;iii|n in- la protection l-
gale dea travailleuit. Le Dioit
ouvi.eren est n. Aussi bien,
luu voudiail Voir notre dpu-
teineut du travail jouel le i'e
q n lui est deviiu p .r dt li iilion
u ils les coi fl is du travail et
dans la a lie .i o. ^anisalion g-
in ; ..'i des loi datons du iiuwi.l
dit z uoijs.bi nous ne nous liou.-
poi.s, un ne de ces dernier, t
a ii n i s a lue ses al ti i bu lions en
I. m tilC. Mais le deparleiiiei t
du travail n'est encore qu une
klpressIOQ admimsliative.il Qg
in persoaaaf, ni budget.
Il s'agit de l'oigaiiiser, d'en
lane un oignisuie vivant, anil,
agissant il Uul, celte phase
d volution sociale o i oussom
nus | arvenus, qu'il ail sa part
de la a lu- gouvernementale.
Car les appaiences indiquent
que i. s questions du 11 avait se
pisi'iiitiutit iionibrtus's et
piessanlcf. Il Uttdra bien que
lis Pouvoirs publies inteivien-
mut pour aa piquer les solu-
tions adquates.Dj, c'est, pour
le bourgeot:, une pense lia 1 lu
i il. i.te, uu cri prt^que sinistre:
la g \e 1... Eh 1 oui, I re nou-
Telle...
Or, le sociologue Lucien 1U-
mii dans un de m s n d
li m liante analyse du mord
c onli mporain, ctit : le pro
b en e. pour les hommes qi i
Veulent irmmfciiriir, n'est pas
iiieni doliieuii une puis-
kuii't s nuque ; il t si b en plus
eiiK.ii deue iob|Ouis dans le
c; i i. ce de leur u mps i onr le
lgUr el le salislaiie Ceii
pou, luil eue. nia iOiicIumoii.
Victor THOMAS
... a lu samedi chez un con-
frre, une nigme propose par
un abonn, l'oint n'est beaoin
due dipe pour deviner que
cela signifie V ment. Mon pre-
mier est un nombre : vingt
mon second, un nombre: cent
et mon tout l'orme le nom d'un
grand tonc imi'i nre en mme
temps que le i li lire de sas in-
d-iuun s : Vinceii', prsident
d Hati eliOxlUO =r2 00n.
... saiieiitl a ce que bien des
splitsx posent des nigmes qui
dsignent le Prsident. Cela rsp-
p le celle hisioue d'un vieux
moi.e qui sut trouver i Tins*
i.n;i hou du t ousulat un saint
dans la faiml e de Bonaparte.
Le t rside m Vincent n'en est
peul- re pus S l'abri.
*
... a lu dans La Opinion a de
San o-Domingo, que les sutoi i-
ts dominicaines tudient les
moyens d n.tei Une I migration
des tiiles de joie dominicaines
eu llaill.
... nouve que c'est tout sim-
plement tris e que ce soient les
dominicain* qui nous prot-
geui couda l'i nv:.hisseuieiit de
ces li i< s si dangereuses pour la
morale et lu saine publique.
a

... en a vu un nul ne doute
de rien. C'est un chaufleur. Tan-
dis que I auto fi ait bonne al-
lure, il se retourna vers le pa-
tron conloitablement install
sur les coussins et, le plus sim-
plement, le pius familirement
du inonde, lui demande des al-
lument. L'habile personnage
qui s'adressait celle demande
sut la pieseuce d'esprit de sortir
lgamment d embarras en pr-
te li uni quit ue fumait jamais.

... prvoit que si les chars car-
navalesques veulent avoir le
pui- y os succs pendant les
piochants jours gias, ils feraient
bu u de s'approvisionner chez
I Eux (i. Duplessy. rue Destou-
cu.s. pies du lieotl de glace.


... s revu dans les rues da
Pon-au-'i thee, |i s bandes dea
dimanches prcdant le Car*
naval. On s'en donnait ccaur
joie aux notes clantntes des
cuivres et des tambouis. Rien
n'y manquait, joie, galle folle,
lilies LCiorles, gavi cches el mu-
sique. EicepUs des masques!...

e
... s vu que la Commission
Communale a annonc qu'il J
aura cette anne plusieurs rai*
ns. Et, alors, partout l'on sa
met dj en frais pour dco-
cher I phmi e couronne. Pour
re plus jolies,toutes les belles
prtendantes commencent dj
i se rendre chez ''au. E. Avxi-
la pour chu s r l'avance les
merveilleux alours dont elles sa
paieront.
M

... a constat avec dgot la
tintamarre que f usait, l'angle
des rues lionne-Foi et Courbe,
une troupe-de slinies et de sans-
travail. Se battant, criant, s'in-
juiianl, se je ant des pierres, la
tout aginieir des mou et pro-
pos des plus obscnes, ces gail-
lards ds OBJ vi es curaient les
p-ssan's. La scne scandaleuse
dura tort longtemps sans que
personne ne vint rappeler ces
voyous loi dre 11 la morale.

... a contempl dimanche da
1res tiell s cei nor.ies la Ctt-
thdi aie de Porl- tu-Prince.L'Ar-
chevque confrait certains or-
dres mineurs plusieurs smi-
naristes de lEcoi'- apostolique.
Trs belles crmonies aux-
quelles assistait un grand nom-
bre de lidles.

... n >p> conlr un membre da
'm- des bureaux de vole du 15
Janvier qui ne tarissait pas da
complimen'3 pour le grosSs*
miel I';.. in.,1).. figiro leslaura-
leur qui tut chaige du ervice d<
collation et i idiau hissem'mls :
Tout y lui poinl. disait-il II
ne manquai! la l'e pour ra-
gail'.aidn \rs g- ris qu ur petit
vue u e Uhuu Gkpkk Cartt
Blancht.
JEU-
%iv


'.*
PAO!
ME-HATIN-. 20 Janvier 11

k__.!^^
Rcef
UNE
otion
historique!
Vendiedi dernier, il y tul
ai alais de la Prt! i Bci
une rception qui tr i ch
avec le rituel ordinaire.
Nous l'appelons historique.
parce que l'ampleur des ques
tions souleves au cours di
cette rception marque un
point d'histoire.
Les t oui mer ants et
a o r.nne s d'p flu ires h. -
tiens de la Kpublique ont
numr dans un meaage
adress au Couse il des Se-
crtaires d'Etat, une srie te
rformes introduire dans le
statut lgal du commerce.
Pour marquer leur dsr
d'arriver a des solutions heu-
reuses dans un dlai raisui-
nable.ils ont appoint un dl-
gu spcial au pi as des pou-
voirs publics.chargde main-
tenir le contact entre le
Gouvernement et les chefs de
la Finance Hatienne. Des
iustructions spciales ont t
donnes au Dlgu, et un
Comit compose de Reprsen-
tants attilis de toutes les
branches du ommeice forme
le personnel du bureau de
la Dlgation a Port-au-Prince.
A 9 heures,Mrs J. B. ou-
langes. Ren Lalontuni, Marc
Beaubceut, Al ric Bar t hou-
mieux, Lonce Qnalo etClcr-
mont dlestin, accompagns
Un succs
du Ministie
Thoby
On sait que depuis plus de
sept ans un arr' lu Tribunal
le C ssalion avait condamn
Etat payer M. Suirad Vil
ird un- somme de ving1 deUI
mille dollars qui lui lail due
iiourd'S reprsentations cm-
matographiquea qu'il avait tait
onner Parisiana Ma'g les
ltnarchei sans nonibn qui
uvaien' llaites.cet'esom'nene
tu' jamais verse I ancien pro |
illtairv d* Parisiana,hier, que,
cape* danl par la sui'e. une d* |
talon de la C. D R eut recon-
nu I v>*I cil de sa cr. nce \
A peine suive mu Ministre,
M* Pr-rceval Thoby.dont on con-
fiait l'esprit de justice et lu fer-
met de caractre, s est saisi de
celte affue e comme e bon
droit tait du o deM*Vtllard,il
a dfendu la toi en main, et la
Convention au^si, les droits de
M- Villard. I) acres ce qui nous
est revenu. I OUI e du Cons.il-
1er Financier a fi d par reioa-
n..i i-p la validit de la crante
de M* Vil'ard avec leqm I I El t,
nous I esj 'ons, du moins, en-
tendra au i lus tt sui le mode
de versement de t va eur qui
lai e-l due,avec nous I esprota
aussi, les intr s ljgSOI depuis
If date de l'Arr' du Tribunal
d-- Cas* tion.
Nou mm CD -s heureux de celle
dcision qm f ii honnauraa *li
n'S're Tnohy e q-d prouve que
OraflU une bonne cause eo d
6000
mls

sans boire
C
,0 viMK un chameau, votre Parkr D> otold traverse une longue
. >ute sans boire. Remplisse! le aujourd'hui... il ciit 6000 mots
ou plus avant de pe aer a la bouteille d encre.
Geo S. Parlera construit aestjto pour les hommes et les femmes
d'afl dr*a, pour les peu nies qui prouvent du dgot pour le er-
neU ennuis de dsappointement des stylo a petite canaeit d'encre.
11 a un sac intrieur qui contient beaucoup d'encre. C'est pourquoi
te l'i ker bat tous les records sans arr*.
Ki Geo. S. Parker a contruii 40 autres perfectionnements dan* le
D otold. Parmi eux, le barulei eu Permanite incassable 18 ./
Sam
Duotold de Lux.
S n'or or 8 or 11
Junior o< 0 or 9,5"
Indfiniment garantie
N importe quel Paiker
sera rpar si vous len
uvyez vvre 12 c :
M Ou H A LAl'RIN
P O Bx *M
Port-au Prince.
plus lger que le caoutchouc
1 res on "pour la lacili' d'c ire; corver*
tible de stylo de oche en plume de
bureau et vice vers*; sept
couleurs voyante*, e't.
Voyez et prouvez le Par
kei uuujuta auus mm-
t*>lte quel bon muyuiin.
Fait
aux
Etats Unis
La raison de la qran te
capacit du farlcir. a i
sac d encre Interne. P ir
ker Duo fol d an lie it
17,i o/o pins d eu re \ i
tout autre stylo de ,nj-
me dimension.
Etuyei Paker
ans pression.
er Vuofold
de reprsentants oa la Presse, fendue avec dignit e comp
remettaient le document au tence. ella fi iM toujours par
Chef de l'Etat. Me Coulanges, Iriomph r. Q .e l'exemple de
le chef de la Dlgation,pro- ; WThoby son p oQlabla a ceux
nona un discours palhtl- M"' onti confies jfepuii deux
que qui mut visiblement le rao'8 ' d"sl,"es * *'*
Prsident de la Rpublique.
Aprs avoir ra^peie quen ces
jours troubles dOcobre
les hommes d ail lires eux
aussi avaient fait leur devoir,
en descendant dans l'arne ;
le lilgu souligue que pour
fruit de la victo re, il faut que gu couple.
le commerce de dtail soit in-
terdit aux trangers et que, la
dure du truvnl des Emplo-
ys de commerce,et d'indus-
trie, soit limite p.ir une loi
d'Etat, obligatoire pour tous,
dans l'iutit de l'ordre pu-
blic et de la conservation de
la race. Le Dlgu des Capi-
talistes hatiens a dnonc au
Cbet de l Etat, eu des termes
mouvauts, l'esclavage camog
le dans lequel vgte la eu -
nesse laborieuse d Haili
Fi m-Ullee
Nous annonons avec plai
sir les fianiilltt de Mette
Anne Nrestunt avec Lon
konl s
Nos et) npli en s iu di lin
Llnfluenza
AU
fournit 12, 13 et parfois 14
heures de travail cousculil
par jour.
Les touchantes paroles de
Mr Coulanges ont cm i le
du prsident
Cap-Hatien
Ou aiinonnt. il y q<'e'
qnea i turs, qn'una pidmie
d'influent! s'tait dclare dam
la Rmiblhue Dominicaine.
Elle n'a pas tarde a t ne sou
4ul i apparition an tlani. Oi nous
Fermes le trou I
Av-ni-hi i o r. a fanaje des
rues Maglo re \mbroise et Char
les C meau id-v.n' la maison
habite par M J istm Franois),
un couple, aveug' par I s phi
re* de* au'os. 'o nba lan- la
crevasse que no s vinns s*-
g'inle il y a de c la deux s*
m on^a
C'est po ir nous l'o * ion ta
redemander ft la I). G T P ne
combler ce'le crev > il des drains ou en y d'our
>an< la rig de.
signale que'j es cism Bp
ilaitten. Beaucoup d* par.
sonuesatteoites sont l'Hpt
tal 'us inien, et parmi alita
on cite Ie nom de M. Jean
Frdric E iejeavmpu hi pie
Directeur de la B M !' >;i
i i
l'a-
de
raud cui
Vincent ; il a pi omis avec
chaleur, et su voix puissante [{ .publ q le I 11 .in. .lu q rici
a trouv cette occasion l'ac|j| n'y a qll'uu m irt. un pau-
vre gos-e.
N -us demandons au Servi-
ce Nnl d Hyg'ue Publique de
prendre immdiatement de
svres mesures p >ur emp-
cher la propagation dans tous
la Pays de c< terrible fl mu
cent des grands jours.
Esperous que le Gouverne-1
meut tiendra compte aux
hommes d'affaires Hiitieus
de leur volont de servir !e
Pys.
en mettant sa
ili'on des techniciens
praticiens sort s d s
tt mris au contact
ralit.
dispo-
el des
rangs,
de la
Incendie
Dimanche vers les trois heu-
res de l'aprs-midi le bai t'eu-
de-Chose a taler' par un in-
cendie qui venait d'clater d m .s ;
la voisinage de la maison Mor-
peau, situe a quelques pas de
et de
Ctn'-V rttrs reprend
Me grande reprnon-
tatlons
Heureuse d'avoir pu rece-
voir dans un court espace de
temns les trois Sur tekett de la
j^ran le machine qu'une main
11 imiut leavait mch un nenl
saho'a, la l)ie mou s'em
preste d'annoi c r ses :i-
m il)1 s licts qu'a "a lu du
l'Hpital Amricain et la23 iJ'lv,f CM '! "ll e'.e '*;
chapelle des Pres lUdemplo pm ttt grande* so.eeS..e
ritt (2 et d gourdes comme parle
Les pompiers arrivs temps i ass.
sur les lieux purent circonscrire 1___________
le flau. Seule brl, m gr! Dlspe.,8aire
la fort veut qui souUlail vn de Prince
maisonnette en ch.unie. L'iBtMBftJtoB du DianaO-
Dana I espace de quatre p)irs,
c'es' le deuxime incendie en
registre pour cette zone
Assurez-vous-contre, j. :iJ< ni
la General Accident Fue &
Lite Asusrance Corporation Li-
mited a. Vve F. Benmngoam,
Agaot Gnrai pour H in.
soie de Prinrt aura lieu le
dimanche'so Janvier courant
a t lifnrp du m 'n
Tous nof compliments M
Alfred Vieux qui a lait cous-
, ce i)i>|tii.-aire, uvre
d'u i trs haute utilit appe
lee soulager nos popula-
tions rurales.
Acc'dcnt
D'manrh** vers l--s d'1 hpures
du mi ii n le jeune Ptrmio Hi
lui-e, |0 ois fis le Vlm Fr-r
n.iii le L mon-, o moi. d >n-
un moment de hi racl on tu
premier et -g" des Tr:b ine* du
Champ te M-irs et fu relev
eva- oui.
I' fi, aur I heu e, transport
l'Ilo iitjl Gnral o il reut
les premier! soins.
Son c s uni reconnu ne
qui'a t. il .i t remi* s
..i" e
Nous d -n i d i is q n
droi', en vue d viter d ptreiN
aceid-m's, de fore les rpara-
tions qu* cessi'ent les Tu-
oues du Chimp de Mars.
Mariaqe
Samedi 17 j nvier courant,
5 heures du soir. eu lieu le
mariage civil de Melle Miria
Ganihiei avec Monsieur Karl
Mod\
L^-s tmoins talant : du t
de l'ponae Meieun \\ -,. c.. -
bonnel. Em.le S p lmc xba-
dy et le Docteur Auu H is'ien :
du c! de l'poux Messieurs
Nicolas Velten, T. Gmihier,
Llio Heurtelou et Rmh l
Gnuh'er.
L bndiction nup'ia'e leur
i e donne le m ne -oir. en
IKgl seS'e Anne.
p o'ii ei conduits i r-u**l
i>ai Mue Vve CI mj fuis (i i -
(hier, au h s de M E Igar i
Feidm.
Tous nos complimenta ef
vux dt bonheur aux nouveaux
conjoints.
VARITS
CE SOIR
Vmlrc
Corn) is
D'aprs le roman de Pail
Bourget. I
Entre: 0 50.
LIS \\\\ is DE HDECIVK
UilllKWh
Nous avoisiei le fascicule
de S*ptembre0 :lobee de ot
int'e-sant orgii" r| exomsion
le la \fA1eeine en Ha ti t q ti
O'ib ij : H'og-a h a d i Docteur
Lon Ailnn, chevj'ier de la
Ajji.it> i Ho ineur ; L Da-
teur L4on \ i I in, ses ue ivres,
par le D F ix C > cou, t
C'si un magnifique nomma-f
an rpfi lu l'mineni hailien qui
j tu' un* d>* nos n'us mires illus I
|tra'ion< ^t coi'rbi'.i par ses
|avani< s 'udes i l lire co nt're
i l'Etranger nos a M'u les et
nos connaasaQcea dans 11 scien-
ce mdira'e.
ComplimenJs au D- Cocon.
Syndicat
nts
Chauffeurs
Les mcnlires du Syndicat j
sont convoqus c Assamble |
G* ni'e'- Sim-di M'a ivier
1 Ml CO fa il a 8 h Tes pr-
cises du soir, ehi z 'e un nibre
rih-i Ki n >v en face de l'e,
'se Bplsco.i le, Rie Dm's
Des'ou h*s.
r\- jour
1 Lecture 11 co res-
p n
io le. on '" Vi Pi-
s nm.
oo Q leslion d intrt g.
neial.
Le Prsident E. C ne iu
Problme
Sa h .m' que 11 miser bat
su pttn di is le pays, c\,.ii
quez pourquoi :
lo Y a-l'il tant de monde
assis er aux t.es ?,
2o Y a til plus de voilures
de luxe en circulation ?
la Les ho mu s surtout
s'iiabilleui-iis nieux?^
HElVNMi.
lo Parce qu'il u fjt que
i a ire.
2 puce que (ta voduus
sol ue plus e i plus attra-
yantes.
lo l'arce que la Maison
Vincent GaUOINO
T6, rue Bouue Kw,
'est snc'aliNee en article pour
boni ues tels que Cisimir-.de.
toutes nuances ei a ioul pnx,
cli.iptuux lins, cr.v.ite-. cheinisi s di toute bc.iuie,,jui-,
g'ie a s elle pt*i vendr des prix le-
ti.ii rellement toute cooe .r-
i cuit. UeuUez-vous l'viden-
ce eu msi.uui la maison Viu-
ceut Gaudtno.i^o, i\ue ttonne-
Foi.
1*9Monnagor Hatien a
Tel est le M re d tt*t* nouvelle
in 1)1 ic-rhon qui s'dite au Cn-
Hulien son-* la direction de M.
Huralius Pligny C'S( un jour-
nal m-nsiiel qui s'in'il'll^ O*
gine de I* mission h ai le des
adveniisies du teplima jour ,
\\ n-rci nen's pour le gra-
' i us envoi.
laiaW slias ttarale en
. Avis ne UiPttT
' Les denchea pour New
Yo'r et l'Europe ( via New
York direct ) par la steamer
.isiobai seront fermes le
mercredi 21 du COUrtnt.
Port.. u Pnuce.le 19 janvier
1931.
i
Pmam Rnllroad
Steamship Lins
Le steam > iB eniven Ui'it
est attendu a o i sas. 'rince,
Haf'i, von n de ffrf Y rk le
Jeu ti 22 lauvier 19 1,avec:
12 i s >cs de correspou tance,
et partira dois l'apis midi
du mme jour directement
p .ur L is ibai Canal Z me,
piannni fret et m lie.
JVS II. VaN lifiEO
Ageut licner 1.
Dr SD. VILLARD
Veux, Nez, orge, Ortiiltt
t taures de Consultations .*
Mi tin: 6 h. 30 7 b 3t.
S ur : n. :i i heurta.
( V..I. Micheline) Ctamp
| Je Mars.
Angle Avenue Gapois tt
Chemin Ducostt.
"-" On demande
A acte. I une petite glacire
S'adre.ser Uue du Quai, No
191 /, eu face de la are.
CE SOIR
BRLPHf,OR
()t! LE F iNTOME DU I OfVRK.
Avec E m re V ni# 5.6 "insodes
Entre: 0 60 ; B Icor : t.00.
Manu/rwlute Hatienne
cte Ciaai elles
GEBARA&C0
LES CIGARETTES
Bat Bas Fanlal-Lon
"Dessalinienne*
' Colon
Rpublicaine
Porl-au-Princienne
Grce i lancsse de leur ar mr fout I licee
des vrais amateurs

Le Itlium BarbaiH'onrt
tf
Doni la renomme est universelle a gard u prittiiire p'aet,
Drnmndft pirlont :
UN HARB\NC0L^T
D^tt Jsuc des Cmua.
itt
i
>
l


LE tfATJN Janvier WM
PAGE 3
Mosaques Uaitiemm
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemins des Dalles, 1224
Tlphone : 2680
CONFIANTS
~ONOIQUB
CAPABLE
FAIT PLUS DE TRAVAIL
ET RALISE PLUS DE BNFICES
Nouvelles
. Etranqres
RAD.'O PRESS NEWS
| 17 JanviM 1U31
1 A la Conleirsce tirs blls-tiift
i d Emopr
GenveLe Comit d'E^qule
de l Union Europenne s'ouvrit
vpc. sa tte, Hendnk Koliju,
de Hollande.une des grandes au-
<> le i" onom quel de l'Europe
Ciffarelles
h
Camel
**
Un Camion
Pour toutes les
ncessits de trans-
port
Camion Type.
Il y a six modles types, dont 5 de quatre
cylindres et 3 de six cylindres de 109 1*15
pouces d'etnpittement.) Capaci de tounaga
de 1.200 4.35U livres.
Chessls simples pour ssrvice dur
Il J a sept ch assis s:mples pour les durs
services de six cylindres tous et le 140
181 pouces d'empattement. Capacit de 2953
* 11,175 livres.
I.
V
Transmission por ervfee dur
i0es
les
donnent la transmission do Cimjoni Dodg
la facilit de rsister aux dors **;
transmission quatre vitesses est la cmvge
naissante du type de sa puissance.
large
L'rbre dec et solid-.les 9*9*g
rar face et de larges cylindres bU
**,!>'-.
doublss pour ssrvice dur.
3 y a quatre moiles de chissis doublai
pour les services durs de six cylmdr s tous
et de 150 a 195 no -ces d'empattement. Capa-
cit de 29JO 11,175 livres.
iUi.
Cl u te h de confiance
Lesclutch DuUe siuiui* ^"^t
disques secs aulll wuiiav a i- vu
soldes eu cousirucliou. ue su tacc* de ins
tionsout large* et iilUueaa ruser.
DDDGE TRUOC5
RhEERS GARAGE
Distributeur
UE PAVEE rORT-AU-PHIN .E( HATI )
PUONE: 2234 *2318.
&&&
liMWi
Toutes les Polices
DELA
au il i v uni ii ! pin
qu kii 1921 A|' q ia*T* au
nei-s prrtflue Je dur tiavait
dn-il, c'est tout ce que nous
pouvons dire. Il n'y a eu aucun
progrs. Au continue, non glis-
ona graduellement en ar iire
Anstid Bri-nd, ministre des
R lationt Ex'rienres d France,
u < rvtnl a I ouverture de I non
reiue en u-au' d'une note p'us
cm o'-sp et* m i* ngi l U Iait
(I :e I Bu Op b MiM1 (I Ul e pli k
Irlande unil< .!' : Nou avons
uni long* e rouu parcourir et
i ou- ileviius lu Mare NdttS ne
daVODI pS devui de notie but
i oses Cfct'onpMfcenient de
noue ch", nous ne r jetterons
la loonratO' de peisonne.
SiK1 or Brandi, ministre des
Relations Es+rurtiiea dltaiie,
piouonca un Ion discours en in-
.ivlaitl pour que la Bussie et la
TuiquiS -oient inVitSSi se join-
dre a la Coutrencs et lequiant
que cette quest on soit exami-
ne d'abord*
Eipul!tu de Cuba d'us journaliste ;
amricain
LA HAVANE-John Willord,
propritaire et edileur du Ha-
vana American et |ournalis'e
Lu Dm pend.ui plus de 21 *ns,
a ru l'oidre de laisser le pays,
d'aprs un dcret mis par le
Prsident Machado Willoi d par-
ti' pre-qu'immdiatemi nt pour
1 la F'oi ide.
Cousliucl on d'un transatlantique
h .ilirai- trk i ;i|iulc
P Blb i.a Luu pagnie gn-
aie ia:ik*"linnqut a |DI>onc
> de: plans pour la conauuoiou
d'un trankatlantique passagers
de 10(10 pieds, gouvernail m |#%miirf^1-fi
par luctricil, capable de faire ICJU IUL1I O.
plus de 30 nuds par heure et ; '
qni sera le plus rapide bateau de
so y,< me.
Le iM\ayi's de l'iilluenzi
eu bntfc
; lONUHES- Dea miner de
I ppi*o mes en Anglet r ^ et dans
l'Europ c nlinenti I *so t ma
lade )' i 11 I Sa el ie- flaires
en sdullreut omme coo-equen-
ce.D coles ont eie toic es de lerrmr.
En lo7 vi les anglaises, il y eut
101 in rtalites la semaine der-
rire.
Lr Prsident Hoo>er
> et la prohibition
WASHINGTON Le Prsi-
dent Hoover vitera de prendre
aucune altitude pour ou contre
la p'ohibition quand il soumet
tra le rappoit Wi kersham au
Co- grs, a-t-on appris aujour-
d hui.
Le Pisident soumettra pure-
m ni le rapi sel avec une courte
lettre de transmission et avec les
suggestions qu'A soit rlr aux
d vers (oiniis intresses le la
* harubre et du Snat | our ron
si le ai on de tou>e Wgislation
qui puisse semb'er coiivtnable
Les. seules prires par
les vritables connaisseurs
B1HE NATIONALE
IjE LA
Brasserie Nationale
Se vend partout Or 0,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
Protqez votre Doehe et
votre sant en la buvant
Pr-Ca-Tlan
Puyez vous un GOOD-TIHE eu allai t oasser agreable-
rucut vos soiices ail
Pr-Ca-Tlan
o vous respirerez an son dune musique p ri.iile d'un ortho-
p!ioiii(|iic dernier cri, les par (mois gnsSutl des euvirons, es
dgustant les liqueurs les plus fn es, les boissons les plue
ralraichissanles des pi x ltllcmcnt surprenants.
i
HOME INSURANCE C
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqrnentation de tauxp
s Eu q.Le Boss in Co
Srie de venle
annuelleN01
CINZANO BLANC
C'est le Vermouth le plus agrable, le plus torique et
p r eon*quenl le plus spprci.
LE CINZANO BLANC a eu les plus hautes rtom-
peos.s oues les expositions et se vend sur place
prix des plus raisonnables.
En gros chez A. de MATTEIS.
un

Agents Gnraux
si
e
&
s
Ampoules lectr >qu s.VJazda
a bon m. rc h
pendant le mois de Fvrier
1031.
r
' *
U i carton de six ( fi )
'ampoules poir Orll.lU (prix
lel : Or 1.44)
De 25 Watts i 60 Watts,
au l oix
ouditons: 29 renlim^s
Or cash et trois versements
mensuels de 30 Mut. or.
Songez qu'il vous tau! des
a Louer
Deux ncelie Ht Sa pices
dspssrtemei t, bien s tnn , .
la Grand Rue, quartier com-
mercial.
S'adn sser a
M ithi> WOO L Y,
Grand'Rue.
Un bon Conseil
L.'..iur>u. jum-J-'
Quand vous au i Q
des tleuis, il *ous d
Brir quelles s irnt bien prsen-
tes
y me Tliai y MAT1 N
.uMOulesIer.cha-g-.profit.z **""? Ai Trv DISQUES
PATH
ROUGES
0,30 Or.
JOHN HWOOL'EY.
Grand'rtue.
doi-c dec t'e bonne necasio
Lompaqnie d Eclairage
Electrique
Poi'i au Priuce Cap hatien
Bu) Tel 28i9.
Vofcfl ^n I urnir.i selon vo- ,
re ^ ^ouionnes,corbeilles
i ou gerbes. *
- tout % fracheur
B "ery no \t Ri ho
Baltery ponr Fiashlighti
moteur
ailey pour so nerie Electri
o"e de la suprme marque
B.i0htStar.
S'adresser
John ri WOOJL

>


Wt
* '9i\
v ...

Mardi
20 Janvier 1931
4: PAGES
?*me ANNEE iV 7192
fcMrt-an-P rince
Tlphone : 2242
M^"
Pagol
Energique antiseptique urinaire

Agit vit* et rmdlcolmmtnt
Supprime le* douleurc
rft la miction
frite tente cwnplicatkm
taJMnil !* tlt*US 4*1
f* U'inn r- uil'tl r
M cooiwlt*. '.' t VtMl
ftefuMnl lou >
*%
i
>.

u *asM. ut <*-
(Minant Im m
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.

fieuu m Toi*i art-
aUrsa, rrnoull im
Usaua. irlce lu I
fnmlMeiMoi complet
m ctiii.'M La Raoaol
astarirtar rm tu)*'
MDI pour i* tOOOCOOWa
_ partout o u eaieu.
-P mu mon pour tout
^ ta m auerot!.
usquele ce dernier
n UMcMr. uni
u* Il *u le fmide-
MH la bM du Irai-
wni de l'arthrite OU
*a rnunutteme blennor-
aiique. parce qu'il M
at de la r.i.unorr
f Ur-meiTM
D* Bonus,
a> iU.ftiU
l
I ttt,. . ... .u. >
e>ee* . -. ..
i
-
aOROJ y 44i pli(j poux " faaMaBajMai
Mal ii'.ctaFX/M*a tuai r,... t
i- mi.. trM
o Me Perth (Scotlind
.

Lar la GENEPAI. esl une des plus puissan'eset des pins vas'es organisations]
.le r nenre. Le soleil ue se couche jan lia sjr son chu op d'action *qni embrasse le
inomit'
Ses Polices contre incendie .couvrent aussi le* dgts occasionns par la tondre
Ses polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
Caus a autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati j
Ses Polices contre accidents sont valables dans I univers entier. Tons les voya-
geur devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents]
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u tant que.de 1/2 /o soit 20 dollars C. Cj
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Gaves!
SOUS-AGENTS
Une bonne
prparation
pour le teint.
L'Eis > h dfi PrinaMtei de
ai Pirsirir I efrane Chevallier
Ullr, vil via II kio>que polai.
Ce n'est pas un secrel; u'ie
lotion bien prpare base
d'oxycblorure de bismuth
trs nement prcipit.
Ceux qui t appliquent
quelques jours avant d aller
au bal un une rception
trouveront qu'cl'e est indis-
pensable.
Indispensable aussi pour
les villgiaturtes ; elle em-
pche que le teint soil brl
ou tch par l'ardeur de notre
soleil tropical.
? Il l'y a qi'iH ofiii el iainiit&hle
laaond Band
Parla Slatl n
IULLIEN H.tRES
Grand'Rue i\o HXW
Tlphone 3356.
La saule maison bien assortie
de la Rpublique en pices
d'autour biles et 1/3 un tiers
de prix : Toutes acquisitions
laites la West Indies.
Charge Batlery tir 1,26.
MILLIEN F-res.
ilphone335G.
Agent Gnral pour Hati.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN BLANCHET Jrmic

J
Avis au Commerce
I.a Panama Railroad Slenmship Mm a l'avantage
d'annoncer les, dparti snivnts de New-Yok pour
Port au Prince, diiecUraen', durant le mois de Janvier
1930
Dpart de heivXork Arrivages "ortau Prinee
t Buenaventura I 13 la ffl Janvier 1631
S/S Ancon le2Janv, le 25 Janvier 1931
Jas.H.C. VAN RED
Agent Gnral
ALUMIMJM UNE
DEPARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR LES PORTS HATIENS
Tn steamer laissera N w O lans le 13 cit. et Mobile le
15 directement p miles ports du Su I, Purl au P ince et le
Gonaives.
Port au Prince, le 10 Janvier 11.il.
A. DE MATTEIS & Co
Agents Gnraux.
**1
Grand Caf de France
S mis la direction avise et intelligente de Monsieur Frarois
Giraldi qui est devenu l'associ de Monsieur Palr:z. le nronn*
tsire de ce\ iebli^sem ni qui n'a pas d'ga1, le GRAND CAI'E
DE FRANCE, fl e es aimables et distingus clients, es
consc .,'oa'ions It-s plus fi >es. les vins de tontes provenances les
S lus rhotlte, Cigares t Cigarettes, Sandwithes, varis, des prix
rflanl toute conrunence
L'accueil le plus sympathique continuera tre le meilleur
attrait du Giand Cut de France.
PATrt'ZI & Co.
Tlphone 2311.
Panama Railroad S'iamship Linc
Service de frl el de passagers enlte
NEW-\ORKC!'lYN Y i H1STOBAL. ANAI ZOHU et tes PORT S de la COTE
OUEST de l'AMuRlijUE du SUD
Plus rapide et le plus direct service de transport de passagers et du tr. entre Haiti
t les ports Europens via New-Yod et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de nos agents pour les principaux ports de l'Europe :
Angleterre Bcoaae France
Mrs. G. AV. SHELDON C.o- 17 James Street. Liverhool. Enolano
Tbe lollawiaf are sir Agents al principal parts ia Eurspe :
ENGLAND, SCOILAND. FRANGE.
Messra G. W. SHELDON & Co..
17 James Street. Liverpool, Englan
^-%ln raaee, Messrs G. W. Sheldon & Co. are reprsente Idby the toll owin fiims
iji
tcitett
Pierinii
Cculi|tlos
Boulon",
Furonclu
Varices
tJlctrer
Dpurez votr Sang
CUROIVIAL
Voira sang est Impur, 11 charrie de srories,
de toxines, dont il n'a pu se dbarrasser, et
ces impuietes se traduisent en irritations ext-
rieures, en bobos, al dsagrables, si doulou-
reux souvent : clous, furoncles, boutons aux
dmangeaisons insupportables. Ce sont enfla
les ilcres, les tumeurs et les fibromes qui
sur.ur.ent sur un opganU:ne empoisonne par
un ,.'4 Tlcie. On peut viter tout cela ou s en
Sue. ii rapidement pai une cure au Ouremal.
est la mdication l plus simple, la pi as
normale et la plus scientifique, qui utilise les
Tertus de plus de SS plantes connues de nos
S trs et des mdecins de l'antiquit, mais dont
lonsieur Oisub'D. pharmacien a, par des pro-
cdes modernes runi les sucs dans une for-
maie qui lui a cote des annes d'expriences
et de traJ. Le succs a couronne ses effom,
t le Curomal gurit les maladies de la peau,
eczmas, dartres, psoriasis, dmangeaisons,
rougeurs, furoncles, boutons, ulcres, dou-
leurs du ventre, Age critique.
Le traitement comprenant Oaeoo OU ROM AL
avee bolle pilule, gratuite et troeburv ezpucauve.
Toute* bonnet pharmacies. Prpar par le
Docteur GIRAl'l), pharmacien, Laboratoires du nhonr,
. Sue Doijt. i vi3.S-(L'LU.NS (Krancel
0 C blnel de
-e AliTlli R DWT^ HAMBAl
AVuCAT
Ancien ministre de de la Justice
hue iln Pcip e (f itre \t*
rues d s Mu actes et Paye)
Po t- U PHttCfe
contre
la
CONSTIPATION
prenez les
COMPRIMS
SUISSES
dj DEL ORT, Pharmacien,
1X9, Ru f-Hlnt-AntOM
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
PORT- A XJ-I>R.lP Alr.PKTRU3; PI'arncio AX-LiERTUlI
Pharmacie du D- Juatin VIARU
t touttm li* bonne* PhartnacU
Cordonnerie Mont-armi
Hijppolilc R Jcudy
A COTE DE L\ POSTE GRAND'RIIE 1722.
Vient d'arriver un b**l et grand assortiment de Chaus
res de tonte fracheur et d* ton'e banl.
On y trouvera, en onlre.des bretel es. ravales.eh^nssHI
Chapeaux, etr, etc. et t ius_autres articles de choix, de
got et bon march.
Mesdemoiselles. Mesdames, M^S'ienr* une vii'e s'im|
la CORDONNERIE MONT CARMEL.
Lykes Brothers S S Co L
Texas Hati Santo Domingo Porto
;.e jeul service ht hdoma lasie et le^ulier passager
i ci eutie tes pons du Golle du Texas directement
l'ori-au-l'nuce, Haill.
Pour la leceptiun rapide et le maniement hab'e d
tinportalious, Wrvtl vous toujours des navires .!e la L)
LLNE.
Les pr.chaiues arrives h Port-au-Prince sont:
&/a Uebtvivt Lykes le 23 ln/isf li
S/S Stella Lykes le 80 p
S/5 Margaiei L> k s i le 5 lvrier 193.
Bureau : Uue du Magasiu de l'Etat Uoite l'ostale B 4(
Ce qui n'a Ja laU t fait
Ce qui ne r eut tre dpass
Kola Champaane
F. SJOURN
P| are d; n d-s n nm'ious rigoureuses
' -D'ASEPSIE
reoarntion et Ve"1e
* PHARMACIE F.SEJOUR
AngieBdes Rues Roux et du Centre.
i
J-
Glelatly Henrkv & Co
21 Rue de la Rpublique
Mirseille^
Hernu PeronA (*. Ltd|
ri Quai George V.
Havre
IIbpnu Pkron & Co., Ltd.
Rue du Monlio Vapeur,
Boulo se sur llr.i]
Messrs E. A. Bendix & Co '
; 31 Allengade. Copenbagen.
' Oslo. NouWT.
International
Speditionsselk u> -s o{
ftM ATLA.vrn: Fnwswr ai",
^alllahaus. Hsmbnrg 1.
Germa ny
ATLANTIC IWJtZ
Corpouation
Germnny
ATLANTIC FnUNSHT
CORPN..
Quai Jordaena,
Bnla>naB
i
M
:
irs'
24
Hbrn Pkron & Cu Lti
95 Hue des Maris,
Paris.
Hernu J eron &. Co Ltd.,
, Rue de Tianquilit,
Dutkerque.
.Hernu PnoNaWC* Ltd.,
S 9 hue Roy,
Bord eau
x.
Genoe, Italt.
M.ssrs Henry Coe Clerici
Piaca S MATTEe,No Genor
COTTEKnr/RO. SVTEDE.
Nordisk Express,
Coihenbnrg,
Messis Ai la Mie Fseicbt
Corp m.
Kon Emmsplein 3,
Poiierdum Hollai d
Messra SssmiSW A Ce
Insurance to
Une des; plus fortes'COMPAGNIE:
CANADIENNES d'ASSURANG
I
1

sur KVE
UG. Le BOSS &' Co
u
Aaenls Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs