Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03813
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 17, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03813

Full Text
des relations que la iorce dis lutter pour la venue de cttte
llment Magloire
DitUCTiiUR :
1968, RUE AMERICAINE 1958
TELEPHONE N- 2242
Plus une sottise est
norme, mieux elle est.
faite pour s'imposer
des crnes qui ne de
mandent qu' tre
bourres.
ttme.ANNEE N\7190
rORT-AI-PHIN:E(HAiTI)
SAMEDI 17 JANVIER 1931
La Situation
Uest h jrs.dedoutequ'il'existe
actuellement dans tout le pays
un profond malaise que tous
peroivent d'une manire plus
on moins contuse, et qui se tra-
duit depuis quelques jours par
une certaine agitation aboutis-
sant i des grves ou tentatives
de grve qui sont vite marques
de la dsapprobation unanime
des honntes gens.
MeHudicourt
EST Ll SNATEUR^___
D'aprs les notes que nousjpu-
blions aujourd'hui, notre ami
Me Pierre Hudicourt dont nous
avons, ici mme, et plusieurs
reprises, dit les droits la suc-
cession de Monsieur Stnio Vin- j
cent, comme Snateur du D- '
parlement de l'Ouest, est lu
officieusement pour ainsi dire.
Lorsqu'on donnera les rsultais
I officiels, on saura quelle dis-
* __ a -. al I i m a> v A rA >*> n I > n .
ta Util**! VlVd KVUO> -------------------------- --------------
Dans la situation dlicate o I tance il a laiss derrire lui son
nous nous trouvons vis--vis{ concurrent, Me Charles Bauduy.
du Gouvernement Amricain 1 D'aprs les notes que nous avons
qui a lui-mme reconnu la n-
cessit de changer la nature de
rapports, qui unissent les deux
isys, les hommes senss et r-
Jchis pensent, avec raison, que
rieu de bon ne peut sortir d un
bouleversement quelconque et
2ue c'est seulement dans l'or
re et dans la pais que nous
avons la chance de taire triom-
pher noa pointa de vue.
r%Rien de plus juste et il serait
malaise de dmontrer, alors
que toutes les probabilits sont
en laveur d'une amlioration
choses nous oblige entretenir
avec nos puissants voisins que
le pays gagnerait marquer pai
des manitestations intempestive*
son impatience de recouvier les
attributs de aa souverainet I
pu nous procurer.Me Hudicourt
a dj 14.649 voix contre 6.161
3ai sont alles son concurrent,
in attend lea notes de Ganlhier,
Gros-Morne, La Genve, mais
comme le nombre des inscrits
de ces trois rgions u'atleint pas
sept mille voix, on peut al fie-
mer que Me Hudicourt est lu
Snateur.
Nous sommes trs fiers de ce
succs.Nous avons march car-
rment avec Me Hudicourt dont
on connat les titres ce fuu-
euil. Il a pass plus de dix ans
re. Maintenant que grce au
Prsident Hoover celle re sem
ble tre venue, il tait juste que
vie Hudicourt tt en situation
olficielle pour qu'il put travailler
a consolider une situation qu'il
A propos
du prochain
Carnaval
o
que depuis
l Cependant, il ne taut pas perdre | > contribu crer.
de vue que ce peuple a souft<-ri Je I Nous prsentons nos me Heurs
la brutalit des procds de ceux 1 compliments Me lludicouit.
qui croyaient,peuitre,travaillei-l ^
au bonheur ue la rUpubhqut.
Hlas I Mais lois tortionnaires,
tarits exorbitants, dpossessions
maladroites, brimades poliu
res, tout l'appareil de cette in-
concevable coopration de deux
forces galement aveugles, n a
servi, en dernire anal) se qu
provoquer la faillite de iceuvie
si mal comprise qui a abouti,
Tanvoi eu liant resldenlielle amricaine.
^Lejftravail et le rapport de
Cette commission ont lait lever
l'espoir dans lame mme des
pins sceptiques et les vne-
ments qui out suivi n'ont lait
que consolider ce sentiment et
rveiller dans la masse popu-
laire les plus lgitimes annu-
lions.
Voil la vrit et cela sutfit
expliquer le malaise actuel,
tant donn que le gouverne-
ment actuel, issu des sutliagts
populaires, n'est pas encore eu
mesure de raliser les relormes
commandes par les cocon-
tances qui lui ont donn nais-
sance.
Les Rceptions
V au Palais
H a demand par lejCa
binet particulier des pe.-
sounes qui ont en mains des
cartes d'entrevue de bien vou-
loir se prsenter au Palais
National de 10 heures a. m. a
1 heure p. m., le Prsident de
la Rpublique ayant dcide
de ne plus recevoir l'auis-
midi.
L'on sait que depuis tant
quelques annes, l'Administra-
ton Communale appris l'initia-
Tous Pareils
Vous pouvez compter sur les
Accumulateur* BXIDF- que vous
achterez aujourd'hui ou dans
une anne pour vous donner
KO dmarrage partait et une
lumire d'un longue dure, La
qualit uniforme des accumula-
teur I : est le choix des
million' d V.utomobilistcs.
ie
\
L'ACUi*lJUTMI DE
LONGUE VIE
1-1
.Igtntt pont MM
KNEBR*S GARAGE, Port-au-Prince
CTRC S T OH AGI: BATTSRY CO.. Pl.il Je Iphi.. EU. d'A.
Ad. 31
lillUIH
ALIX ROY
28 an nes de succs.
Deuxime Congrs In-
ternational de Pathe
logie compare.
Le Comit hatien pour le
deuxime Coog es Internatio
nal de pathologie compare
dont les assises, comme on
lsait, auront lien Paris, en
Dctobre prochain, s'est ttioi
i.urdt et demie de l'aprs-midi,
atteindre des rsultats positits
et surtout dans l'unique but
de rapprochement des mde-
cins de notre race ceux de
la France.
Nous en sommes dj heu-
reux et fier ; et nous esprous
que les torts du gouverne
ment et ceux du Comit.coni-
pos d'minenles personn li-
tc*. scientifiques, contribue-
Propo!
cachets
C'ait notre ami Pierre. Hudicourt
iae Je ntajorit des suffrages a dest-
in avant-hier pour occuper au Snat
le la Rpublique le fauteuil vacant
M. Stnio Vincent, appel comme
. le sait S u'*utres fonctions.
.Nous avona pu rencontrer le non-
eau snateur et comme nous le lli-
tions de sa victoire...
. Victoire, a-t-tl interrompu, et
nrtout belle victoire, et qui ne m'a
yas cot an maravdia.^
Comment ?
Comme j* tous,le dis, je n'ai ja-
mais, au coun.de m* campagne, mis
ne seule fois la main au gou^tt
pour obliger, d'une gourde ou Jeu,
n lecteur rcalcitrant...
Mais alors'
-H bien, j'ai us du procd clas-
sique et irrsistible... et c'est par ton-
dre que j'ai distribue dan tout le
Dpartement du KHU.M bAHTHti
CACfici D'OH...
t.i cela. Monsieur le Scateur,
ajoute a votre victoire uu cachet de
distinction... vous allez tre incontes-
tablement notre plus jeune Pre cous-
cru.
ive de l'organisation de noue
Carnaval. Aussi, comme cttte
priode de rjouissances appio-
che, avons-nous cherch sa-
voir les projets que nos Ediles
laborent cette occasion.
Nous les avons trouvs se
prparant dj en vue de pro
mouvoir ce beau mouvement
qui a t inaugur pour un car-
naval grandiose et dcent el de
sireux, par ailleurs, d'y laire
participer l't ntire population
le cette ville
Et dans^cet ordre d'ides, ils
ont quelque peu modifi le cli-
ch de ces dernires annes,
/est ainsi qu'ils n'entendent
plus procdei aux lections pour
une reine unique du Carnaval.
Ils projettent d'inviter chaque
quartier de la Ville et les cor-
porations existantes dsigner
t-uis reines dont le choix seia
ratifi tsnt par les intresss que
.;ir l'Administration Communa-
le.
Nous trouvons l'ide excel
lente, car elle ouvre la voie
un vritable concours de beaut
dont le raultat ne peut tre que
profitable au succs de noire
carnaval. Le Morne--Tufl, le
liois-Verna, la Saline, Turgeau,
le Bel Air, les nouveaux quar-
tiers crs.leafquartieis du Cen-
tre liront les plus magnifiques
fleurs de leur terroir. Chacune
montera son propre char et pr-
sidera ra propie cour.
Un jury comptent apprciera
le du do cortge des ien.es
qui partira de l'Htel de Ville
( peut-tre du Parc Leconte ),
pour se rendre au Champ de
Viars..Son verdict sera rendu le
lundi graa et le^char qu'il aura
proclam le mieux dcor pren-
dra la tte du cortge le Mardi
gras.
A la clture des Ftas, les
reines et les masques jugs les
plus, beaux seront prsents
Son Excellence le Prsident de
Is Rpublique qui leur remettra
des prix^puis reus a l'Htel de
Ville par la^Commission Com-
munale.
Le clou:_Le bceul gras, aprs ;
avoir pendant trois jours pro- <
men h corpulence S travers la
Ville, sera odert lti.S'en lgalt-
ra qui voudra...
Nul doute que, seconde par
toutes les bonnes voiouie*, la
Commission Communale, dont
nous connaissons l'esprit d'ini-
"ser ce
son lige Avenue deTurgao, ront puissamment cette ra
et a constitu son bureau lisatiou.
comme suit:1
D-J.C.DoHSAiNviL,/,^^//; T I)roocri
D' Cit. Cantave l \T W. S. -^ct I I Cc^U
Dahueau, Secrtaires yn- |
raux.
cub
aine
D'importantes questions Seul publications snnl suspendues
concernant la bonne marche a la Havane
de l'uvre oui t solution- la HAVANE, 12 janvier.
nes au couis de cet e sance Le gouvernement vient de sus-
et dans la plus complte en pendre neul journaux et re-
leule. vues de la Havane par un d-
Monsieur le Dr Charles cret donnant comme molil que
i'antave, charg de cette or- la presse a exagr el dlor-
ganisation, dans un discours m ^\ nouvelles relatives
d'Inaufluraton, plein de cor- au rcents dsordres.
a- i-.- n u On pense que celte mesure
dialite, remercia ses collabo--
biec voulu r-
appel et dans
rleurs d'avoii
pondre son
l'intiTl du pays, lormula en
^uile des vux pour qu'ils
travaillent sans leiche
ne sera pas lontemps en vi-
gueur.
Les principales publications
touches sont "El Mundo", le
"DiariO de la Marina '.Informa
tion", eu?...

>;
Pour toute femme,
le rve le plus cher
n'est-il pas d'tre
belle
Vou serez iernelle-
meni jeune et jolie, en
employant, mai in et soir,
pour votre toilette, linimitaUe CRf.Mfc SIMON
qui, par se remarquable qualits, teite unique
pour les mm Ue la peau.
D'une puret absolue, compose des meilleur.
produits qui soient recommand pour
l'piderme, parfume aux essences naturelle
de fleur, Is
CRME SIMON
t ! indispensable pour conserver la peau toute
~a fracheur, beaut et m jeunesse EWt U
nou.rit, l'adoucit. I astouplit, la blanchit et la
veloue dlicatement.
Elle fait disparatre toute le imperfection
et altrations du vi ge, ride, rougeurs, coups
de soleil et le protge contre gerures, crevasse
et tuu;e< atteinte du troid.
. .1..J. Aprs voir lo.Unt fin AVON MMON. dou. mui-f
n pur, tendez un peu dr CAtMt IIMOtt ir la pran
humUt. Faim II penrirn pu un lger nuntft : ri en >. i
moin, elle igii m Vu. Pui eMutez-voui lgrremeni,
nnt de parfaite votre heaui par un nuage parfum de
rotnm smON. nne, tihfhmu el pute
Au Prou
(maille I.'jiii i'ii<;iiyiiee
uaf lirais resdtaUrfl de
7.62.).a!Hl dollars
LIV1\, Prou. 12 janvier.Ls
tribunaux pruviens viennent
de coii lamier fcVf. Augusto B.
Leguia, ancien prsident di
Prou, dpos a la 'suite de la
rvolution, et ses trois fils,
rembourser au trsor pruvien,
une somme de 25 millions de
soles. 7.625.000 dollars, au
cours actuel du* change.)
Le juKement est le rsultat
d'une enqute qui a dur trois
mois, sur les agissements des
inculps au cours des onze an-
nes du rgime Leguia.
Les (tendus du jugement
constituent un trs large docu-
ment dans lequel se trouve d-
crite la participation de l'an-
cien prsident et de ses fils, Au-
gusto, Juan et Jos, certaine
transactions financires.
Parmi ces oprations figure
en premire place un emprunt
national qui aurait t ngoci
par l'entreiirise d'un tablisse-
ment bancaire neW-rorkais, le-
quel, d'api es les tribunaux p-
ruviens, aurait vers Juan Le-
guia, une 'orle commission, afin
de paralyser la concurrence des
autres banques.
Deux des juges, Haus leurs
attendus, estiment qu'en lait,
la responsabilit des Leguia,
vis- vis de la ualion pruvien
ne, s'lverait a 50 millions de
soles, soit environ 15 mil-
lions 250.000 dollars.
L'ex prsident Leguia, avec
ses trois fils, Mgurait en tta
d'une liste d'accu es portant
trente el un noms h plupart de
personnes aya< t j u un rle
quelconque dana le gouverne
ment Leguia, et poursuivies
pour enrichissement illgal.
M. Leguia e< son fils Juan
sont en prison ; les deux autres
fils ont russi prendre le lar-
ge aprs la rvolution.
Le procs se poursuivait de-
puis p's de trois mois, au
cours desquels de nombreux
tmoins ont t entendus. Sur
ordre du tribunal des bijoux
de grand prix, d'impnrbints
documents et autres objets de
valeur, ont t saisis au cours
de l'enqute.
Un complot
Cuba
LA HAVANE, 12 janvier.Le
journal lleraldo de Cuba an-
nonce que la police i dcou-
vert un complot pour dynami-
ter un etrtain nombre d htel i
cubaius el avait arrt plusieur-
des cliets de la conspiration.
En oprant des perquisitions
chez eux, le journal a trouv
des bombes contenant chacune
15 livres de dynamite.

- Un fil. conscrit, conclut odes- tiative, n'arrive jali
pent le spiritu.1 snateur, J beau programme de Y tes.
casa* SIMON S A
\
650.000 eovriers prs acquitter
le travail
Londres, 12 Janvier. Les
conflits croissant dans les in-
dustries britauuiquesdu char-
bon el du coton laissent pr-
voir que 650.000 ouvriers
?ont tie rduits au chmage.
Ce malin on esprait que
140.000 hommes pourraient
reprendre le travail dans les
miiica du pays de dalles,mais
une runion, teuue Carditl,
n'ayant pu aboutir un ac-
cord, "les partis en oraence.
taule d'avoir pu s entendre
sur l'interprtation d'une
simple phrase, les mines res-
leroiit closes au moins jusqu'
la semaine prochaine.
Dans l'industrie cotonoire,
les patrons ayaut annonc
leur intention d augmenter le
nombre de mtiers par ou-
vrier, le cornue entrai des
tuaient.s el les associai tous
tle tua u u lac un ers de Mau-
ihester out reauiu de recom-
mander A leurs membres de
Unocr leur: usines le 17 jan-
vier si ic coullu u'esl pan r-
gl cette date.
"""... voit que les lections corn*
pmentaires se sont passes,
ainsi que tout le monde d'ail-
leurs s'y attendait, lans le cal-
me le plus complet. C'est la se*
conde exprience heureuse que
nous faisons du su M rage
universel. C'est tant mieux. Et
disons, comme l'autre, mais en
parodiant un peu : Il taut que
cela dure, lit cela durera.
|.. a vu, avant-hier soir, lon-
geant le Champ-de-Mars, trois
poles. Us s'en allaient, en si-
lence, comme si le crpuscule
qui -s'ensanglantait la-bas, dans
la mer, interdisait toute parole
qui ne ft pas une manation
potique de l'me. Tout coup
l'un des trois se mit < dclamer
un pome en vers invertbr et
libre de Valry Latbaud. Par
un basard tacitement explica-
ble, les deux autres connais*
aient aussi le pome. Ils le d-
dclamrent aussi. C'tait vrai-
ment mouvant, ces trois jeu-
nes potes qui, dans le soir
commenant, e consolaient en
murmuianl de beaux vers. No-
tre il, du coup, les compara
aux autres, a ceux qui, pour se
consoler d'une situation pr-
caire, prtrent sa saouler dans
tous le tripots de la ville et do
Bord-de-Mar.

... a vu, au cours des opra-
tions lectorales, prs d'un bu-
reau de vote uu lecteur qui
paraissait n'tre pas au courant
des secrets de 1 alpbabel fran-
ais. Vint un partisan d'un can-
didat qui l'aborda tout miel et
Voulut lui prter le uonoours
de ses lumires. Mais l'lecteur
paysan-citadin avec un ce 1 furi-
bond lui lana : Moi aussi j'-
tais chez Coyaut...
... a souri l'vocation du
souvenir du pauvre instituteur.
*
... voit que les savants, de
nos jours assidment recher-
chent les causes des grands ph-
nomnes el font ainsi de ren-
versantes dcouvertes: radium,
Hayon X, etc. Mais point n'est
besoin de tant de peine pour
dcouvrir le secret de la beaut
et de l'lguice de la temme
hatienne. Ces! qu elle s'habille
che* Paul E. Auxila.

... constate que Salnave de-
vient de plus eu plus populaire.
A tous les cai retours, ou n'en* r
tend que sa voix. Claironnant ,
les airs les plus amusants. Quel-
qu'un qui venait de l'enteudre
dit : Il a des millions dans le
gosier, ce garon. Non, r-
pliqua un camarade qui passait,
il a du Rhum Champion de ton
tant, tout simplement.


... a vu hier soir au Champ-
de Mais, un spectacle sans pa-
reil. Assis sur uue des barres
de la Place Dessalines, l'om-
bre d'un sablier touOu, tandis
que sou auto, tous feux teints,
barrait l'avenue de sa silhouette
noire, un amant de l'ombre et
descieux loils. Lians la lueur
lointaine des lampes lectriques,
dans la demie obscurit du soir
passaient, de temps en temps,
des filles que l'on devinait jo-
lies, est, psi! stfla par deux
fois le solitaire. Et tout aussitt
par les pelouses et par les ave-
nues s'empressrent les demi*
mondaines,flairant, dans l vent,
(lasaubaines royales, eu qute
de belles aventures. Tout uu
essaim parlum el gracieux se
groupa... Mais l'homme n'ap-
pelait qu'un copain pour le tiret
d'embarras. Son auto tait ei
panne et il voulait simplement
se rendre chez Kllix G. Dci'LES
sy pour avoir de la bonne et
limpide gazotine. Due auto de
la L4gue 1 enleva a Ce* dames
qui reaieicul confuses...
i
:
... a vu, hier soir, un homme
seul qui sirotait, au Bar Ter-
minus, *ou peut vene de rhum
tiardere. il avun la aalistactioa
des dieux savourant du nectar.


^El
!
PAGE r 2
UtfMaVTlN- 17 Jenvier 131
***
%

'

I
Au Tribunal

l.x, I !
la
Dt
l'induigemt
en prupoi-
lre Instance
Des confrres ont i'\ pu-
bli les discours prononces par
Mk. Manchet *t Uagrolftt
au moment >/ leur prestation
de serinent. \,*
\ oui celui dusabstUut Hi-
chard S'dnav :
Monsieur le Doyen,
Messieurs les Juges,
Monsieur^ le Commissaire
du Gouvernement, ,J^
Mr le Bionuier,;^ __""^
Chers Collgues,
Mes chers Csnlrro,
Dans ce Temple o je. suis
pour vousprsenter lescom
plimenls dosage.que de par-
faits orateurs m'ont prcde
nagure et tout ,1'heure.
Aussi, c'est plutt pour r-
poudre au protocole coutu
lier d'une prestation de ser-
ment solennelle que j'y lv,
la voix. Comment eu eflet,
s'exprimer eu toute quiludt
devant une si belle runion
d'hommes qui portent, cha-
cun sur le Iront, l'aurole de
la science. Ma crainte, cepen
daut, j'attnue de beaucoup
la pense que
chez autrui est
Monde ses cou naissances. Foui
lors, voire sagesse devienl an
auxiliaiie pour le jeune rci-
Sleodaire qui oait d'aujour-
hui la vie de la magis-
trature...
Avant de plus longtemps
garder la parole, je tiens
exprimera l'adresse du Prsi-
dent de la Rpublique ir.es j
lus sincres remerciements. J
e veux, en outre,lui rsndrejpou
un hommage publie en d-'
tinrent toute l'importance que
j'attache la commission
qu'il m'a octroye: a 3 ans
d-age, ces pour la premire
lois que jeu reois une avec-
la signature d'au Chel d'Etat
j'associe dans nue commu
ne pense de reconnaissance
et Sen Excellence Me Stnio
Vincent et Me Adhmai Au-
guste, premier dignitaire du
Dpai tentent de la Justice.La
ccnauce que l'un et l'autre
m'ont fuite, me lie davantage,
me cloue aux obligations
combien dlicates et impor-
tantes de la (onction que
('occupe aujourd'hui. Puis* je
a mriter, cette coidiance,
en m'inspirent de la conduite
de mes meilleurs devanciers
dans cette car riresi exigean-
te I Et je n'aurai qua laiie
simplement mon devoir pour
'attirer le crdit de la so-
cit. Que d' nus na-l-nn
pas commis eo son nom ?
A certaines poques ds notre
histoire, elle s t coosparu-
ble une grande victime,
toujours bal uee. toujours
C&&3TIPATION
prenez les
COMPRINI
SUISSES
d- DIILORT, Pharmacien,
il'. lia nntnt-Au*oiM
r-ABi
C'EST LE MEILLHUR
DES PUROATIFS
Al.v.l'KTKUS; Pharmacie ALHKRTIHl
Pharmacie du O' Justin V1ARD
nt loiif.n le bonne rhttrmmcie,
spolie. EUr dm, bien sou-
vent, le haiMon sur la bouche,
s'otque et Hre, accepter les
grands coups de hache qui
la dmolissaient morceau par
morceau. Et le sang jaillis-
sint des lambeaux de sa
chair l hait en vain les
mins de ses bourreaux im-
pissibles
Son souille cria leur lyr.in-
ie.Les liens qui la ligotaient
turent desserres Mais, d'avoir
connu ledisclqu d'une vie
agite, secou s i<*t ag e, c'est
encore pantelante de douleur,
et trouble, qu'elle sourit
l'astre de justice qui se lve
i l'horizon de son nouvel
ivenir.Elle s essaie A ans r-
vise de confiance Le derme*
mot, elle l'aura. Pour ma
pirt, cl c'est aussi la onvic-
lion profonde de mes chers
dlgues, charg de sauve-
garder ses lntrtft| je ferai
non devoir tel que le rcla-
meroi i les circonstances. Les
temps sont venus, :iou> vou-
lons bien i esprer, pour
<|iie vos familles, m < famille,
la grande famille ha enne
se senteni protges
d une prlection rellement
gissante, gale pour tous, il
s huit, nous de cette
leuas dmocratie, un peu
oins d'amour, un peu plus de
justice pour vivre eu paix,
voluer dans l'ordre, attela*
Ire les plus hauts sommets
par la discipline... Monter
la garde la porte de la
socit, carter de son che-
11 in 1rs dlinquant**,lea pren-
Ire au collei et les terrasser
l'Occasion ; rparer les abus
dont ede peut tre victime;
se montrer charitable pour
les humbles, les inconscients
et les deshrits qui ne de-
mandent qirun peu de redres
sment pour s'amender autant
qu'tre intraitable tsnt en
cause les criminels endurcis,
les mchants, les rcidivistes
et les brigands de tout rang;
prononcer ie mot du droit
ivec la loi eu mai'i;dfendre
le (iouvei uenieut de la Repu
bllque dans les limites de mes
iltributions. tel est le f.ir
leau (|ue re uvent mes
paules. Nous le por erous
iaus dfaillance, car nous
i .uns I intuition que la fr-
[uentatioQ d'hommes distin
gus tell que vous au Palais
Extrait des
i fins maritimes.
Eahat W MbM. COODtOH-CTTOT m 4m
JMto ~M m, nrxla IHn.nl. i m, . *
Bt.bU Gou^n. ^vl port. U M Car* Mprva
m JMH Uni M m ,h.ii Ira* miln i -
U. m. x.f. m m *fc. ri r f n i i Mil n
Les lectionsl
comDlmen-|
taires.
Nous avons publi hier.en
dernire heure, le rsultai
des lections qui ont abouti
au triomphe de notre candi-
dat l'ierre Hudicourt.
i^Voici les dtails de cette
nouvelle consultation popu-
populuire :
Port-au-Prince
Hudicourt 2.491
Bauduy 1,109
Arcahaii
Hudicourt 752
Bauduy 2t3
AUARET
Hudicourt 4'26
Bauduv 43
Thomazeau
Hudicourt 96
Bauduy 50
Choix des Bouquets
Hudicourt 2d53
Bauduy 317
MlRf'BALAlS
Hudicourt 1800
Bauduy 75
Lascahobas
Hudicourt "/19
Bauduv 22
Beli.adne
Hudicourt 170
Bauduy 79
l'lionville
Hudicourt 1217
Bauduy 401
Logne
Hudicourt |7l
Bauduy 4o5
(irand Oove
Hudicourt 597
Bauduy 181
' ETIT-(iOAVE
Hudicourt 191
Bauduy 215
Jacmkl et saltrou
Hudicourt l,tVJ7
Bauduy 3,392
Cathier
Hudicourt 674
Bauduy tVA
Grands Bois
Hudicourt 157
Bauduy 8i
Bainet
Hudicoun 22
Bauduy 224
Cotas diffr
Hudicourt (49
Bauduy 178
1 a Conave
Hudicourt 443
Bauduy 3
latohdeBoxe
Cln-Varitn
QoisliM nul I wj kuork sst
; ae qualrieoi rauad
Tes prliminaires, d'ailleurs
trs intressant, achevs, Quin-
taua et Tunney entrrent dans
le ring. Tunney, trs long, plu-
tt mince, la poi'rine bombant
sous dea pectoraux artistique
ment dvelopps, agile, Lt Quin-
tanu d'app8ience lourde, dea
jambes de gazelle, l'air un peu
rveuret comme embt,d'tre
ia. Oa ne panerait pas sur lui,
sa mine.
Le match dbute, devant une
salle pleine et houleuse, qui
pousse des cristrpidanta.Ily a,
Uaua la salle, plusieurs pana.
Le pr*mier round n indique
rien. Les deux boxeurs s'iu
tien, s'observent. De rares
oups de poings changs et qui
t perdeut dans le vide Deu
xime round Un peu pareil au j
premier. Mais Quintaoi a, pa- I
rait-il dcouvert le point faible i
de Tunney qu. a une garde dis- dat a ce ,our, Port-uu-Priuce
tante et rigide et qui se dfend | a connu six Archevques.
wmh
g DEMAIN SOIK :
A.,4 HEURES 1/2 : MATINEK :
L'AGONIE DES AIGLES
FIN
Entre : 0.50 ; Balcoc : 1.00.
A 8 HEURES
Un'mariage mouvement ; un cheval "affam et? un capitaine
irascible; un flirt interrompu, c'est ce quejvous verres dans :
UN CHAPEAU
DE PAILLE D'ITALIE
Avec Albert Pr*jean, Alice Tiasot et Olga Tchekowa.
Entre : 2, 3, 4 Gourdes.
Nos Archevque
De la siguature du -,oneor-
neaucoup mieux qu'il n'attaque.
Aussi leuW-t-i! quelques coups
de. poings qu', (exception d'un
seul, vont dans le vide. Et c est
la troisime round. Presque d
cisil. Quintaus a visiblement lr
dessus. Il porte deux ou troia
coups et qui marquent. Tunnev
en u-nte quelquts-uns. Un seul
ouclie l'adversaire. Qui en sou-
ii de son sourire eu il manque
deul dents.
O.i en est mainP-nant au qua-
trime round. Tunney semble
donner un assenumen sa per-
te. Il a moins de conviction.
Son jeu si ferme au dbut mollit.
Vacille. II ait moina droit. Si
garde flchit un peu. A peine
une minute aprs le coup de
gong Quin'.ana lui pur e un.di-
:ect au ventre. Trouchemeni
lit cest un double crochet lu
ncuoire. Tunney 'ourue, tour
ne sur lui-mme et de tout son
ong tombe sur le ring. Et le-
neuf secondes mai que. s par la
nai.i da Iarbitre M. Thomaou
qui arbitra la satisfaction de
out te monde. Quintana trs
' Ime s appuie a la corde. La
neuvime seconde est chue.
.'ai Di i lve sa inaui. Et tan
dis que toute la foule, ci. Pou ,
<- rwuaautaule, ap(>l^ulii,Quib
tana court vers Tunney, rate
se relever, le conduit
cliaise et lui apporte, avec le
m.mm es du jury, les premier-
soins.
Des curieux envahissent le
nug. 11 y eu a qui lateui les
.uusclea du vaincu, d'auiresqui
serrent les mains du vainqueur.
l'A puis on sen va.
A quand la revanche de c
match qui est l'un des p:us
beaux .qua l'on ait jamais eus
ici?
Ce tant
Mgr Martial Testera du
Cosquer. de 1863 a 1869, avec
comme devise: Nou ego solus.
Je ue suis pas seul.
Mgr Alexis J. M. (iuilloux,
de 1871 a 1885. Devise: fcpe:
uuica, notre unique espoir.
Mgr Constant Million, de
1886 1890.Devise: iu veriiate
et chaniate, daus la verue ei
a charit.
Mgr Jules Tonti, de 1894 a
19U2. Devise : Jusiitia el pal
osculaia sunt, la justice et la
paix se sont embrasses.
Mgr Julien Conun, de 1903
1930. Devise: Plus chariu-
is el quain potes as, pai lu-
nour piu que par l'auioiue.
Mgr Le Gouape en est le
sixime. Sa uevise: esi Veritas
iu cbaritaie, la veine duos la
charit. Nous lui souhaitons
longue vie et tiuctueuse be
s.gne.
LbCHOIWE El! ANGLETERRE
Il stieist le cuifire l alus elet
Londie>, 12 jauvier. U
li du 2V dcmbr, le nom
nre den chmeurs eu Grande-
tiratagne atleiguaii ie ctuftie de
2.643.127, le plus lev de l'hia
tuire britannique. Ce chiftre ne
lent pas compte des ouvriers
dn pays de Galles qui oui cess
le travail dans f industrie texolc.
Cssfrs IslTiaiieaal
4es 6eis 4c Lettres
Au mois de Mai 1031, U es
tiendra Paris un Congrs ia-
1er national des gens de lettres,
sous la prsidence d honneur de
M Georgea Lecora'e, de l'Aca-
iimie Franaise. Le comit d'Or*
ganisation est compoa coame
suit : Pitrre Benoit, Prsident
del Socit des Gens de lettres,
Claude Farrre, Prsident de'
l'A. E. C, Sbastien-Charles Le*
conte, Prsident de la Socit
des Potes Franais, Pierre Mer*
lier, Praident de lAstociaUon
de la Presse Thtrale, Gaston
Rageot. Prsident de l'Associa-
ion de la criuque littraire. Les
secrtaires gnraux de ce ce*
mit :sont MM. H. J. abfeg,
Vice prsident de la Socit des
Gens de Lettres, Jos Germain,
ancien Vice prsident.
Quelques crivains haitiees
dut t mvi's ce Congrs
(ont nous publierons bientt le
programme. Ce sont MM. Elzer
Vdaire, Charlea Moravia, Prie*
\4ara Coasiantin Mayard, Tho*
ma H. Lechaud et Lon Lsleeu.
I Mais comment ces messieurs
pourront ils rpoudre la gra-
cieuse invitatiou de leara coo*
frres d'Outre mer?,
Lm GarniIron Oapl art k
moaUanoa m
VOIES RESPIRATOUOS
RHUMES THOUX
BRONCHITES CATARRHES
AMsctJons d* la flmaja
e* (la* l'oumoni
OUDBOM
fUYOT
rilliiliiliiiiiilililiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifT
de Justice quintuplera notre
bonne volont, nous rendant
par ainsi plus lgre, chaque
jour un pru plus.njtre tche
commenai te.
Richard SALN^VE
Substitut du Commissaire du
Gouvernement t prs le
Tribunal de 1re Instance
de fort au Prince-
Cl 8 Janvier 1931.
____ ......___9
Ces! ce soir
I (J Cin-Vaiieis et i aix
I eerea qu le professeur Lac
l)orsinvilii prononcera sa con
, lraoce sur li dcouverte de
1492
t 11 nous revieil que dea per
aoonegta d'ui'e se feront le
plaisir d'aller enlendre le con
fr ncier dv-.iopper sa Ihae
nouvelle.
Prix de la carie d'entre: G 1
Dans les sports
Le Melbourne .nouvelle so
cii sportive compose de jeu
ns lments de valeur, fera d.
manche au (Jhamp-de-.Vlara une
partie d'entratnemeal avec une
puipe coalise. Par ailleara le
Comit de Rorganisation de
l'U. S. S. H. est en pleine activi-
t. Une lettre aurait t adrease
a la Lgation Anglaise
renseignerons.
On Almanach da la Cla
lilthagraphlq ua
Le caleudiier quotlre S ses
nombreux clients et amis la
Compagnie Lithographique
i Hati est une vritable oeuvre
l'art. La conv-rtuie reprsente
nue trs io'ie temme, avec d
i es beaux yeux, emmanlille d.
vert et la lte dispaaissant prs
iup ous le flottement d'un voih
bleu.
Les autres pages, tout aussi
artiatiques, reprsentent dea
chantillons de travaux de tout
premier ordre excuts par cette
compagnie : travaux de ville,r-
Nousl clames diverses pour nos difl-
I rents rhums, lea diverses mar-
lue
ii'iui
,if
VAl{IIiTS
\ le plaisir d'annoncer sea
clients l'a rive del Bjce OS
rechange de son grand appareil
de proiect
DEMAIN SOI*
A 5 Hres, MATINE.
BEN-HUR
E lie 6.BU.
A S HEURES:
Fou d amour
Entre: 1 &2 gourdes.
M. Sumner Gaillard
. prend service
Monsieur Sumnei Uail ard
qui, otnmeou le suit, cd A Monsieur Constant
Chs mmi comme Receveur
.joui nunaldet'ort-au'Prince,
a repris service. Il veil t
sou lira ut immdiatement
pissanoiuiujtioii. Maiscela
i a pas dure et, hier malin, on
i pu voir le nouveau Kece-
veur sou h irtau.
tout eu saluant avec sym-
pathie le dpart de Constant
Cas\agnol qui tut un Heceveur
Communal comptent et hon-
nie, noua saluons avec sym-
pathie l arrive de notre ami
Gaillard la tte de ce ser-
vice.
Suvuner Gaillard est un
homme d'ordre, de moralit
et qui a la got du travail et
le la dis inline Nous sommes
ce rtains i u ae les non
v au o il vient d'tre ppele
il rendra d important, servi-
ces.
Nous lui prsentons nos
yrnpnthiquej compliments.
Iques de kola, et des cartes
louer d une vrit saisissante.
i.' v u anach
se l-Tiiie sur une
page reprsentant un sous-bois
uton nal, o sterne un couple d'amant, tan-
dis que sur un strtpontiu plac
au Coe de la voiture, 1 amour
n comume d'Adam joue de la
tinte.
Nous praento is nos comph-
ntii s les plus sincres M.
A leilmaier qui a ralis ce ira.
vail qui est de tout prennei or*
lire e> qui donne une ide avan-
ageuse de son got, de son
malriel, et du soin qu'il appor-
ie aux travaux qui lui sont
confie.
Dcs
Jeudi aprs-midi, an milieu
d'un beau convoi d'amis,ont eo
lien les funrailles de Madame
Terlultien Guilbaud, ne Marie
l'ouget, dcde le mercredi 14
J nvier 0 heures du soir.
Noua prsentons nos aincrea
condolances anx parents prou-
v- par ce deuil,p . orolirement
M. Tertullien Guilbaud el a
M. Auguste Lilavois, gendre de
ia di tuute.
A la CsBlresee ie* ssiesMsesn
PiKlS
La confrence des smbss
sadeurs qui a t pendaet
longtemps virtuellement
teints s'est runie dans us
grand secret, et on comprend
:uc celle runion e t dfi
la considration es
tonnation tendante savoir
Allemagne a en lait, rest
pli les provisions de dssf
uiement du trait de Ver
saules.
Lab^aJit frapp de 5 balles
CtUL GOntnesBelcasUe
roi de la bombes de Chics-
go.un dtsongiuauxdes vingl
nuit ennemis publics, sur
la lis e de la Commission de
.rime de Chicago, eat tomb
dans une ^embuscade avec I
balles dans sa poitrine; H
condition est critique.
Problme
Sachant que la misera
solicitai daus-de pays, expiij
quez pourquoif:
ilo Y a-fil tant de me
assister aux ttes ?
. 2o Y a t-il plus de vsilui
de luxe en circulation?
3o Les hommes sui
s'habtlleiu-us mieux?
iihl'i.NSE
' lo Farce qu'il n'y a 0/
a a taire.
2 parce que les voitui
-.oui ae plus en plus **
yantes.
3o Parce que la Mai
Vincent CAUOINO
'd, rue^Buuue-roi,
s'est spcialise en article
hommes tels que Casimir* ^
toutes nuances et ajout, mf
chapeaux tins,' cravates
chemises de toute beaut.c
brce on Stock iormit
elle peut vendre des prixt
uaut rellement toute
icuce. Heudez-vons lv:<
ce en vimuui In sssison
. t nt Gau uuo.^ziAee
'oi.
Le ttliuiu Barkiiir tinrl
Dont ia renomme eat universelle a gard sa premire place.
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
1*9* ifttt *<* Csars.


IFV>']1N~ 17 Janvier 1M1
HAG1
"S*
Mosaques Hatien ns
Charlier-Malebranchc & Co,
1224, Chemins des Dalles, 1224
Tlphone : 2680
gra hl e
qui rde pendant la nuit
Sam dfense dans leur sommeil, beaocouP
d'enfants deviennent les victimes des mousti-
ques mortelles. Porteuses de malaria, et d'au-
tres maladies fatales, les moustiques travaillent
Codant la nuit. Injectez du Flit avant le repos.
' Flit est mortel pour les moustiques, les pu-
ces, les vers, lee fourmis, les blattes, les punai-
es et leurs oeufs. Inoffensif pour vous. Ne
tache pas. Ne confondes pas le FLIT avec les
autres insecticides. Regardes le soldat sur le
ferbianc jaune et la bande noire.
.
TUE RAPIDEMENT.
Oanamanoamanl
d'incendie
Jeudi entre midi et 1 heure
il J eut un commencement
d'icendie la rue Capois
lone Bas Pcu.de-i;hosc
quartier compris entre l'Hpi
lai Amricain et le Monastre
des Tres Rdemptoristes.
Les pompiers arrivs snr
l'aeore ont pu, sans grande
difficult, circonscrire le flau
Seule, a disparu, la ma>son
nette, habite par le Chef du
Quartier.
Srie de vente
annuelleN01
Ampoules lectriquesMaxda
bon march
pendant le mois de* Fvrier
1931.
T
I riompliant
eroique
nerqique
S
Il
T
ound

abl
e
Ht-
ich
riumphant
eroical

neroetic
1
CACHET D'OR Fine Liqueur
CACHET ROUGE Superflu
CACHET BLEU Fin
GOLD SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL
arwi
k
Cm

Gabinet de
e ARTHLR DANT8 RAIEAI 'J
AVOCAT m
Ancien ministre de de la Justice
Rue du Pau pie (entre les
rues des Miracles et Pave)
Port-aa-Priace.
Un carton de six ( a -.poules pour Or l| 19 (prix
rel : Or 1.44).
De 25 Watts 60 Watts,
au choix.
Conditions :29 centimes
Or cash et trois versements
mensuels de 30 ccut. or.
*
Songez qu'il vous tant des
ampoulesderechange.profitez
donc decttte bon ue occasion:
Compagnie d'Eclairage 11 j
Electrique
Port aa Prince Cap Hatien
Colombian Steamship
Company Inc.
Le stesmer Bolivar venant de' New Yoi k.via Gonalves e1
$t Marc est attendu ici le 17 du courant, il repartira le mo
ma jour directement *pour les ports de la Colombie, prenant
rt et passagers.
Port-au Prince, le 13 Janvier 1931.
Clombian Steamship Company Inc.
GEBAHA Co, Agents.
Toutes les Polices
DELA
13

BIRE NATIONALE
DE. I.A
Brasserie Nationale
( '|l|Wt| Se vend partout Or 0,10
vJlllllvlje veire malgr sa qualit
suprieure.
Protucz votre Doche et
votre sant en la buvant
toujours.
Les|seules prfres par
les vritables connaisseurs'
HBMM9B
I
mmwmmmi
E
I
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqrnentation de tau*p
Parfums
GUELDY
Cette semaine Seat! marque
pour les lgantes par un v-
nement heureux.
Les,p8rfums(JUELDY,;ie ma-
tre parfumeur de Paris, sont ar
rivs. Il est difficile d'en donner
une description, les mots et les
qualificatifs restant tous au-des-
sous de leur tche. II. tant voir
de ses veux et ressentir sans
pouvoir l'exprimer psr des phra
ses, tout ce qu'une telle cration
Pr-Ga-Tan
Payez vous un GOOD'TIfttB en allai.! passer agrai
mcul vos soires au
Pr-Ca-Tlan
o vous respirerez au son d'une musique partait* l'un ortiio
phonique dernier cri, les parluins grisants des e virons
dgustant les liqueurs les plus liues, les boissons les plu
ralroichissantes des prix lellcment surprvuuuts.
POUKRIREERSOCIhT
Dmu^k I* ' llbgm d
Ftnm. iMpijn agi*. PraMidigi-
latlM, M.nJ. ,,-. CkaBMM. Mra.
tir. li (lr( 1 m,r tpr.n dnnr I r ,,/ 1 (,,, timbra*
mmm phhiiiin, io. r. du
PoiMONNirrt* pai.iS
I
Un bon Conaeil
:~Quand vous aurez oftrir
des Heurs, il vous faudra en
oflrir de belles, et surtout.
1 qu'elles soient bien prsen-
tes
Euu.LeBoss$Co
M
m
Agents Gnraux
m
peul voquer.
Dans leurs ravissants flacons. 1 Mme Tliny MA i il
ils oivent tre chez tous les! AvenueduTraVdii
connaisseurs. I na) Tl. 280",
Une visite au bureau de Joe I Vous en fournira selon vo-
Woolley, angle des rues Fort I tre go'xouronnes.corbeilles
Per et Amricaine, convaincra I ou gerbes.
les plu* difficiles. J ^m^^m^^mm^__ ... ._r
Prix dant toute concurren I
r ce# On demande
\ En vente aussi chez M. Gior-j A acheter une petite glacire
j dani, Cap-Halnen at chez T. CI S'adresser Hue du Quai,No
I Bruina, Jrmie. | 1917, en face de la gare.
Soignez les Rhumes
de Deux Manires
Lorsque la gorge et 1 *
trine sont frictionnera avafe m
Vicks, deux choses se pid
sent la fois.
(1) Il est volatilis par M
chaleur du corps et inhal taeft
droit dans les voles reapse
toirea;
(2) H stimule b peaa t sa
lare tas douluura couuna ua S
taplaame.
VICKS
VAPORUS




I '
, '
' t
Samedi
17 Janvier 1931
Le ttaliii
4] P& **
24me ANNEE xV 7190
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
n*9
M
r* *
y*

I
combat le rhumatisme
URODONAL nettoi le rein,
lavo le toie ut les articula-
tions. Il ;>.-; npli le urtres
et vite l'obkit.
Nvralgies
Gravcllc
Artc r lo- 3c ? ros e
Obsit
Etabli .emfn: CHATELAIN
ttomieuri du .!'
15 GBANI S \\ x
" tij, mi il.' PARI
t IMU 1 '
l'.nimil ou il poul *\l lr, CmMsuri'|C"
ir naurotl li'iiir i-ontre ccl iiiar|ii|ut) Il -
taul H iiiohilis.iiou- |>l ll'roiijiia!.
Olui-i'i le cli.i>M' le ii.irtowt, dei lib> *
in 1-. ul.ilivili'.puroi- iliK-li>pi|u'ildli>ui'-
IIM tt tuniques vasrul.iirr .irl~
iK'Ili'- i|u il iotfMtol du denn qu U em-
|mIi-rumine di nulinniuitiv et tn
1 li nictil* iicivmx qu'il ini|ir.'in<'. D'o I on
uil m niulliplii iu\ il i-iii i- hiri.(.ii.iiil< nV
ill.llll du |.i..'.'i. 4t 1. . ht :i qui lui
-i'ul i-uini' cl conrri-le Uni il uulu Alimi.
ihraaMMlBun. Ou'm aii |>u wlrrlek k-
ili-iilor, resl Uch-iix ; il M ;n:.: |ilu.
I'.- ililo notre tpoqite, dru m.voiui.iilio
tl l'on tsnknlSC la v.iL.ur.
!) Ilntotx
i> h fhraAr 4, V.Otau
X AmlftH ".
QlMMHUCtMMi
A.ml. ilp mi.1 II) i.i
..'..... i. -,u,j,, mua
Est ODr|preacription de
Mdecin pour les Froids $1 la
Mau.v\de tte C'est le remde
connu le |>!us rapide.
6V> en lublettes aussi.
ASTHME!
*Jf Oppression, Catarrhe,
Suffocation,
Toux neroeuMS.
u*rlon ooi'iul 110 var !
CIGARETTES CLRY
.... POUDRE CLERY
D' CLIRV. 18, Mik ila Maut>UQ, PARIS. '
Avis au Commet ce
La Panama Railroad Sleamship Line a l'avantage
d'annoncer les dparts suivants de New-York pour
Port au Prince, directement, durant le mois de Janvier
1930
Dpart de hework Arrivages Portait Prince
l'.Buenaventura ln 13 t !e 19 Janvier 1931
S/S Ancon le'iojanv. le 25 Janvier 1931
Jas.H.C. VAN REED
Agent Gnral
Ml l'y a qu'un Kll el ininiilablr
Second Hand
Paris Slatt 11
ItlILLIBN ERtRhS
Grand'Rue No 1008
T Tlphone 3356.
La seule maison bien assortie}
de la Rpublique en pices!
d'automobiles et 1/3 un tiers'
de prix: Tontes acquis! tic ni
faites la West Indies.
Charge Battery or 1,25
M ILLIEN F'res.
tlphone 3356.
ALUMINUM LINE
[|)E ARTS DIRECTS DE NEW ORLEANS ET DE MOBILE
POUR LES PORTS HA'TIENS
tin steamer laissera Nt-wOilans le 13 cri. et Mobile le
15 directement pourles ports du Su l, 1'. 1 tau P ince et les
Gonaives.
Port au Prince, le 10 Janvier 1931.
A. DE MATTEIS & Co.
Agents iiraur.
.*- Mi
Grand Caf de France
Sous la direction avise et intelligent* de Monsieur Franois
Giraldi qui es' devenu l'associ de Monsieur Patrili, le propre
taire do cet tabUueOM nt qui n'a pas d'ga', le GRAND CAFE
DE FRANCE, 1 flre ses aimables et distingus clients, le-
consommalions Its plus fines, les vins de toutes provenances les
plus choisis, Cigares et Cigarettes, Sandwhes, varis, des prix
dfiant toute concunence.
L'accueil le plus sympathique continuera tre le meilleur
attrait du Grand Cal de France.
PATRIZI & Co.
Tlphone 2341.
Panama Railroad 'tai.iship Linc
Service de fret cl de passagers entre
-NEW-NORKCriYN Y. CHlSTOBAI. I ANAL ZONE et les PORTS de la COTE
OUEST de I AMERIQUE du SUD.
jPlus rapide et le plus iect service de tiausporide passagers et du trli entre Hati
et les ports Europens via New-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panant
Voici la liste de nos agents pour les principaux porta de l'Europe :
Angleterre Ecosse France
Mrs. (i W. SHFLPON & Co- 17 James Street, Liverpool, England
I II fftllowiiq arr sur Agents al sriscir>sl sorts is F.orspf :
ENGLAND, SCOTLaND. FRANCE.
Messra G. W, SHELDON A Lo.,
17 James Street, Liverpool, Englan
- In rae, Messrs G. W. Sheldon & Co. are reprsenteJdby the tollowin flrms
*>
Glel\ti.t Henkky & Co
21 Rue de la Rpublique
M trseili .;*.
Hkhnu Peron A C'.Ltd.l
W Quai George V.
Ilavi e.
Hmm Pbron &. Co., Ltd.
r Rue du Monlii Vapeur,
Bouhv ne sur IlerAj
Messrs E. A. Bi.noix Sl Cs i
21 Allengade, Copenhajen.
Oslo, Norway.
Intel na ional
rSpedtUonsselkap,OsIo4
M5i.Atlantic Pri :iee 1 ComTS
Ballinhaus. Hamburg 1.
Germauy.
MessRS Atlantic Freioht^
Corporation
Germauy
Messrs; Vtlantic Frbinort
CORPN.,
24 Quai Jordaens,
^ntwerps Belfliuin
i
Huin Pgia>N A C Ltd
9 Rue des_Maris,
Paris.
Hernl' Peron & Co Ltd.,
Rue de Tranquilit,
Dunkerque.
iii
Ltd.,
nu Peron &Co
^ i)Rue Roy,
Bordeaux.
'jknoe, Italt.
Messrs Henry Coe Cvirnci
Piaxza S.Mattbo.No lGsnor
COTTBNBUBO. SWKDSM.
Nordiak Express,
Cotbenburg,
;.,Me*is Atlaktic Freight
Lorpn.
Kon Emmaplein 3,
Rotterdam Hollund
Messrs Sssim^nw & Co
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
f Assurance Corporation Ltd.
'de Perth ( Scotlund )
Lar la GENERAL esfunedes plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le
monde ,;,.
Ses Polices'contre incendie .couvrent aussi les dgts occasionns par la tondre.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dans Univers entier. Tous les voya-
geurs devraieut donc prendre la prcaution de se munir dune police contre accidenta
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'tant que^de 1/2 / soit 20 dollars U. C
Veuve F. BERMINGHAM, Aux aves
SOUS-AGENTS
Agent Gnral pour Hati.
Port-au-Prince. G. GILG
JEANBLANCHETJrmic

11 uu ana.-J>c - ntr. r v *c
MENAG^nES!
Pou ' Indre tous tissus :
* LAINE, coron, SOIE, le...
C'j.i'ii produit n'gala
'La MVBESVE"
KnTtDteiPor dtt-PriRc* t'>i*rmacieW Bl'^H
faftfQlacii Eunna HUji', -it i u e Vol'icre.
ci 1011e* ooii"-s siatsv na de Htit
BMtnttUo -' '* ' -nt .idreuit
. V ** I! " '' fil S r*lrp> Frw
Une bonne
prparation
pour le teint.
L'EaH d' Ljl ! Priaresses et
la Phanuacie IrlraiicCSe?allier
Laine, >ih via du kiu^que bo>i;I.
.' Ce n'est pas un .secici; une
lotion bien prpare base
d'oxychlorure de bismuth
tis finement prcipit.
Ceux qui en appliquent
quelques jours^.avaut dallei
au bal uu une rception
liouverout qu'el'e^est 'indis-
pensable.
Indispensable aussi pou1
e-> villegiatunstes ; elle em-
pche que le teint soit bite
ou tch par l'ardeur de notre
soleil tropical.
g, LA PLOS AKUEIIE ET U PLUS EFFICACE
INJECTION PEYRARD
Cordonnerie Mont-Carmel
Hyppolile R. Judy
A COTE DE LA POSTE, GRAND'RUEaHZ,
Vient d'arriver un bel et grand assortiment de Chausao
res de toute fracheur et de toute beaut.
On y trouvera, en outre.des bretel'es.Cravates,chaussettes
Chapeaux, etc, etc. et tous^autres articles de choix, de bon
got et bon march.
Mesdemoiselles, Mesdames. Messieurs, une visite simpo e
la CORDONNERIE MONT CARMEL.
Lyk
es Brothers S S Go ln<
Santo Domingo P01* *i
fexas Haitl ~.-~-_ __-------
Le seul service hebdomjdaire et lgulier passagers m
Irt entre les ports du Golle du Texas directemeni avr
Port-au-Prince, Haiti. ,
Pour la rception rapide et le maniement habile Be.K
mportations, servez vous toujours des navires d la Lia.
LINE. t.
Les prochaines arrives Port-au-Prince sonif.
S/6 Tillie Lykes le 16
S/S^ S/S Stella Lykes 1 le 30 r '"\ .
S/5 Margaiet L>kes le 5 lvrier 1931.
Bureau : Hue du Magasin de l'Etal. Boite Postale B|46.
DRAGES PETRARDlM
BLENNORRAGIE
TOUTES PHASMACtn
tjBk PEYMU. W. PM a CmnlU. paris
Ce qui n'a ja nais t lait:
Ce qui ne peut tre dpass ,;
Kola Champaqne\
F. SJOURN
Ppm dans des conditions rigoureuses *
DASEPSIE
^rparation et Verte *5"
PHARMACIE F.SEJOURNE
An^le des Rues. Roux et du Centre.',]
Insurance Co
Une des! plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE *
r
EUG .Le BOSS & Co
Aaents Gnraux


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs