Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/03810
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: January 13, 1931
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:03810

Full Text
Clment Magloire
l)i&KGTUB
lit*, KUfc AMERICAIN* 1358
TELEPHONE N" 2242
If hommes jugent !f <*hir
d'aprs la losfnrm on t tour
rmcntirl ils se 1rs imaipii il pi
h.i qo'ils M 1rs rompre aurai.
innu
24eANNfc.t.N071d7
i'OKl-AII-PHINCK (JHAITI )
MARDI 13 JANVIER 1931
ai
[^e Programme des pro-
chains^Travaux du Gou-
vernement
-o------
Que sera le Gouvernement I de profits" et de civilisation.
u Prsident Vincent? Quel J Si^l'erreur est du domaine fil
sera son sort? Il est vident
que sa tche sera ardue. Il est
tout aussi certain que, avec
l'esprit d'union qui l'anime
son Gouvernement pourra,
s'il est aid par la bonne vo-
lont.^ie sens des jralits et
la bonne toi de tous, triom-
pher de toutes les ditlicults.
Le Plan Forbes, ce prc-
dent dont il iaut esprer que
le nationalisme et le Pays
n'auront jamais are repentir.
Ce document de quelque
ligaes qu'on ne peut exami
mer sans cousiJerer sou ap-
pendice qui est le Rapport de
la Commission, indique qu on
veuille l'admettre ou u u n,
qne coopration obligatoire
entre les liouverneineuls
Amricain et Hatien. Ce n'est
d'ailleurs que par collabora
tion bien comprise, et si
Idal
i
ALIX ROY
28 annes de succs.
.'homme, quand elle est re-
connue, on ne doit pas y per-
svrer.
Nos gouvernants gagneront
ne pas croire qu'ils peuvent|
remettre un long temps le
rglement de points qui de-
vraient tre tranchs le plus
tt possible, tant le peuple y
espre une amlioration in-
dispensable. Il y va de U sta-
bilit du Gouvernement, de
la quitude d'esprit qui lui
est ncessaire pour aborder
des allaites plus scabreuses.
Uu des gros images qui sera
dissiper est constitu parle
nud gD>dieu qu'est 11 soin
tion amiable donner au pr
I) me 'lu S. T. ^., et, plus
spcialement a la ratification
ou non du chou tait d,; Mon
sieur ilolvin par le Gouverne
ment amricain, co nrae di
i ci leur de ce se vice Ou nous
sent et de sauvegar lei l'uv.
nir 1
Evrard LEcjER
Propos
cachets
nous 'consentons a preudre
toutes nos responsabilits., | a habitus I impossiDUiU
que-nous arriverons au bout! de etie approbation. M.ns si
du rouleau victorieusement. '
11 laut encore qu'on ait la
trauchise de se due. que pour
la restauration des Chambres
oui a t avance, le F i a u
Forbes dans sa lettre et dans
sou esprit, et c,est l tabilet
des Commissaires, a obieuu
du nationalisme la recon-
naissance de la Convention
de 1915 e de la Constitution
dite Franklin Koosevclt.C'est
pour s'en ire apeicu, saus
doute, que t'uonoraoL Al .tire
Kigal a adress sou mou-
vante lettre l'Assemble
Nationale qui n'a pu ce-peu
dant que la classer L'est,
qu'en ellet, le;, fiau est le
a Lgation amricaine, avec
son nouveau titulaire, main
tenait cette demande, la plu
lmentaire souplesse ne
commanderait elle pis d'en-
courager le Gouvernement a
l'agrer couditioniielleiueut ?
Ne s- rait ce p >s 1 o c isi n la
plus lavorable de |eter dans
unpiotocoe les m itcriaii\
d un nouvel accord concer-
nant la rorganisa ion g ne-
rate du 6. T. Ai et o Mou-
sieur Colvin, s'il doit no
rester, ses collaborateurs i
et leurs successeurs seraient
places leur vraie p ace,
c'est -dire, sous la dpen-
dance et le contrle eleclit.s
tombeau OU nationalisme du Dpartement tout ils re
dans sa coucepti m originelle, lvent? Ne serait-ce pas 1
jfDS lors, nous devons re
cuuuaitre que le Fresideui ie
la hepublique pour qu'il
puisse s'acquitter piolilabie-
ment du rle peu ordinaire
qu'il a a jouer doit, avec
l'appui du l'cupie, avoir lu
collabora liou harmonieu-
se des Lhambres qui. il laut
le souhaiter, au roui le pa-
triotisme de n acculer son
Gouvernement a aucuue uu
passe capable de l'ullaiOM en
provoquant des comptica-
tious doul les consequeuces
lcheuses et ueaasireuses suul
tacites a prvoir.
a^D'inipoi laiilts questions
taul l'extrieur qu'a linle-
moyeu le plus pratique de
concilier la susceptibilit
amricaine la utieV
dardons nous d'altitudes
thetiales. Elles ne peuvent
que brouiller malencontreu-
sement les caries et nous l'aire
marcher pas decrewsj.es.
Cercle
Port au-Prlncien.
Ce lut ;une lle inegnif |Ui.
iptendide', lerique. L illumina-
tion de l'lgant local du I
tait siniplemeni une rflet vi
et du plus lom ou ad nirail i
orgie de lu ntres demi m a par
lp i) apt 111 N iiionel .1 o, avec
art. La lerraaai o se trouvait i
h n laisait valoir l* beaut d
lole-. fleurs roag s 8>p il o
tant, r.nti. use, sois di s guir-
i m lea il*' lampes lecttiqu
C 'i lit r iviss in*.
Tout ce que Port-au-Prince
:ompte de perHOoaalit de tout
ordre s'tait donn rendes v<
cette ttt* qui, co noie noua l'a-
vions prvu a i t un v-n ilaDle
triomphe. Mr Stolo Vincen',
prsident de la K-pub que et
-a soeur, Mette Resta Viocen-,
les S'C! et ores d''al l'uniu .,
Vdh. A igusie et V. Caim, le
ciifl du Cabinet particulier du
Prtsidt n\ le chel ci le sous-ch !
Je si mnson iniul.ir le H l l
{ Pori-au-Prince, dite aaem-
bres lu Corps Dip'oma iq et
du Corps Consul ire, le Prsi-
dent i< la Chi nbr. des Dpu
tes il s membres du Corps L
^isla'd, le Prsident du T-ilxi-
iat de Cassatloo, des membre*
di Corps Judiciaire enfin ous
es repi se o tan ta lea mieux .u-
toriss de la politique, du com-
merce, de la presse, de la S >Cl-
le assistaient au grand Bal du
Cercle Fort-au Priocien. On ne
se spara, avec ngrei, qu'au
lever du joui.
Noas renouvelons nos vivea
liicalions au disiiagu pr< i
.lent du Cercle, Me
Bins rt, b Cornue ci aux m n
nies qui reurent leuis nom-
breux invits avec une courio
sie e une bonne grce |ai laid a.
-u-

Il panil qua la lemaiac prochaine
Purt-au-1'rinca recevra la viaila de
l'Orchestre Dpartemental lu Nord.
nui donnera quelques concerta u
Charnu ( \l us. La baguette du com-
mandement sti i aux main lgislati*
, i i pme litfi ,i iva, de tou pr-
uoai : llorace. Bl nuiurelleiwenl le
public, comme jadia lesCuriaMa, se-
ra'enticreni ni sa in u-....
Il) aura uua surprise. Au milieu
d iw me concei t, un premier l>ugle
le lloinain al bi uglera la qaea-
, ouliax-voes qu'il fil contre
toi ? '
.>. me tutoyez paa, glapira un pr -
inrai pistou, mais la t,'<> se caisse
pour montrer qu'elle u d > lettres,
tonilruera en roulant sea aira :
iju i! u.oui in rrrrul !
Les uns natront daa maina an
n du vieui Corneille... inaii
les ds ibuss.billant aux corneilles,
s'crieront :
i .1 aime mieux R icine, il peint lea
Uoinmes lela qu ils sout.i
Et a la lin lu concert, dfaut une
bonne carafe de RHUM SARTHE
CACHET DOIt, Dc^l J.auty ..
adressera sea compluneuii sonores ."i
l narmonieux dpul les belles rives
de ii Grande Rivire Uu Nord,
ti
CE M\ IN LA ...
Du criatal sur i.i ferre toute (ratcha
t'en allais ;i petits pas ...
Je m t.ii bou\ iens, les cheveux alors
n'taient pas coups
i aur, comme tu sautais, ce
soir-la )
1.1 rentre s'ouvrit, lai
ci toute m i i> dtrine en alle, vers toi...
M.,r> point n'ea venue, et n'ai de
souvenir
cm la rue propre, nuance de rose,
ltoi vm. CHASSAGNE.
L'
an
)>
A propos de rapports tui
luis avec l'Amrique du Nord. |
Nous avions daus un prc-
dent article, publi ici-mme,
amplement dmontre les oolt-
o,atious tontes qui nous in-
combaient du lait de lu laiale
position gographique q u i
uous place, stratgojiu nient,
eu lace du Canal de Panama.
FUR -R
avec
mXI
la ni a lCAtericur 41 a 1 nue- . eu uic uu v^uuui v^ usuix
rieur se pieseuteiuul a l'exa- La de. niie partie uu Rapport
meu des Pouvons Publics. du D1 Mo on a piojete uuc
Aidons-les uietligemmeut a bien vive lumire sur ce sujet
les rsoudre au mieux des iu- j palpitant. Ce qui a valu
trts gnraux. Daus le pre- Mr Moton que, hier, on pla-
miercas il y aura 4eulr autres
cuodiiiouuer nos rapporls
tuturs, avec l'Amrique du
Nord.aDaus le secjud, le pro-
blme primordial du iravai
devra rcieuii^leur plus ur-
gente "attention. Si le Presi
dent Viuceut ne peul am-
liorer la situation d'un bien
gruud nombre d'hailieus pai
la desigualiou ne touctioL->
daus l'felai, il pourra, p a 1
contre, permettre qu une par-
tie considrable de la popula-
tion repoude a ses oDliga-
Uous. pour celafi le Gouver-
nement n'a qu'a prendre en
mai us, immdiatement, la r-
glementation du commerce
eu suppnmaut cette ^inerte
liceur.ieuse qui ^ejsl^uu mal
pluloi qu'un r bien. Jexpe-
rieuoe ^ai ea a eic taue esl
CJucUauie. tia ouue, la sap-
prcsstjj, par des uesaie ra-
tunj.jiics, des hOSfcaua ra-
rajx .jui seiidiai ^aodsive-
meui, sia> cjairie, daus lou
, RgnratoiiT modflrne
ISUPER DPURATIF
1 L* plut ter, ie plu complet
ll_e plus pratique aux Colonies
IComliat : Maladies ilu San, le
lia Peau,du Foie. Constipation,
j Age critique et PALUDISME.
LABORATOIRES SAFFAR
|39, Rue de la Chapelle. TARIS
Port au-Prince : Phirmacle W. BUCH.
L'impi i Iratior du Journal 1 l lrana
fere. la ijrao l'Kue, i\o
1VI12, ancienne maison J.
l'ies'oir
Jeudi 15Jan-
vier Jour
fri-
La l'i 1 I 1 non 1 informe
pie jeudi 1 ') l.iuvi r courant
ei . l' i 1 aise des
oprations d < (orales coj
jiemen aires,
ait sur un pidestal 1res en-
viable, d'tre nus a bas, saus I
transition. ( Plaise Dieu que l
ce ne soit le sort de Mon-
sieur Forbes et de ses code |
jjues.) r Jn-Cbarles Cresson
dit dans La Presse du 26 D-
cembre dernier :
a Les Amricains ont don-
n toute espce de raisons
pmr essayer de justilier leur
inierveulioujeu Hati, jnais'il
tallait le Dr Moton, directeui
de l'uskegee, .pour mettre le
pied /tans le plat et avancer
dans Un rapport otliciel que
l'iutrttdu gouvernement
amricain en Hati est eu
louction^de la route du Caual
ie l'auauta. eia ne mrite
pas qu'on s'y arrte.
Cela ne mrite pas qu'on s'y
arrte 1 Une qu'ils sol nom-
breux, ceux qui pensent en-
core comme Mr l'ressoir. pau-
vres naittbus.! Pauvre Pays!
Que Dieu daigne clairer
D'
le> cjius ei rejjias ie ta tte-
P JU{dt par aiui soarce/lcT Ceux ^ui oui la prilleuse
uiues et de corruptions que I mission de liquider le pr-1
DE8 HORIZONS NOUVEAUX
kES horizons nouveaux s'ouvrent l'homme
_ qui a de l'argent. Avec $1,000 conomis*
et dposs en banque, vous pouvez envisager
l'avenir avec confiance. Commencez ds main-
tenant pargner en suivant une des mthode*
ci-dessous:
$1,000 en quatre ana, proviennent de $940.16
en vtracmentK hebdomadaire* dr 14.52
11,000 en trol n. proviennent d* ^b-28 en
vertements hebdomadaUea de $6.13
$1,000 en deux an>. proviennent de $970.32 en
vertement hebdomadaires de $4.Ji
La Banque Royale
du Canada
Dernires
nouvelles
scientifiques1
o-
En approvisionnant de
graines et de l'aide des experts
les lermiersindigBea, le gon
xuinincnl anglais s'vettne
taire de la colonie de la
Cota d'Or en Air loua une
rgion productrice de coton.
- La France tient stu-
dios pour la production de
filma parls et quatre cent
soixante ili a tes quips pour
leur exhibition, tandis que
Irois cents de piussoiit qui-
ps daM les colonies de la i-
gues Iranaiae.
Un lube ds r.iNon \
i Institut [Jde Technologie de
Calif nie peut opi er .1 600,
00 i \ kits, lea rayons tant
peu prs aussi puissants que
ceux de tout le radium, cuiu
bine aux I .i.Us-l'nis
- L'i < / i ii i dovaqu i ea
un record de olte de sucre
de better \<' l'anne dernire,
es nt de
6,524.000,000 d tonuea, des-
quilles pu d'un billion de
tonnes de sucie brut sera
obtenu, espre-t on.
* Un appareil de para-
chute pesant moins de [06
livres a t invent uni permet
l'aviateur, de diriger m\
kroplane qui lombeel de
l'aniener terre en sret
une \itesscde lti pieds par
seconde.
Il i'j a ipi'ini afol ci isisiilsbtc
Second Hand
Pa'ls Statl n
|vilLIJK\ KHltHbS
Grand Hue No 1008
Tlpho ie 3356,
La siuie maison bien assortie
de 11 Rpublique en pices
d'automobiles et .i 1 /-i un tiers
de prix : Toutes acquisitions
laites .i la West In lies.
Charge 11 ittery > n 1,25.
MILLIEN frres,
lphone 3360.
Autour de la IlSflf tsisi
des niairlics iu i aux
Jrniie, le .'1 Janvier 1931.
Monsieur l< Directeur du jour-
nal Le matin,
Port-sn-Princ#.
NI u Chat Directeur,
i\ i nulle/ moi de prendre la
libert du vous prsi ater les
souli nts ie dIuh m ici res a l'oc-
casion tlu nouvel au.
Quoique que vous ne m'ayez
pas connue mais de ma pari, |e
vous ai bien connu depuialvO/,
Je m'intresse lantaux articles
insrs dans votre journal Le
MAI IN que j'ai cru ncessaire
de laisser un autre pour ma-
donnc-i compltement a ses bon-
nes considrations concernant
la SU pression des marchs dans
les crmpsgnes.
lu uiii qualit ds spcculateur
dans les campagnes de Lon
ayant toujours obtempr la
loi, payant mes leilevances an-
nu ili ment l Liai, voil qu'au*
jourd'hui je me trouve dans
hmpossibmt d exercer ma pro-
fession.
Noua, spculateurs du lieu,
nous vous prions de inenercette
campagne active, atin que le
Gouvernement de M. S'nio
Vincent nous donne satisfaction
et apporte remde a ce mal.
Comptant tou|oui s sur votre
noble cur et votre loyaut,
veuillez recevoir, mon cher
Directeur, mes respecta
l.ed. JRME.
(M
^ ... a vu descendant d'un ca-
mion qui allait toute vitesse
un gosse de dix ans. Tout beau,
mon entant. Au jour o un acci-
diml vous emportera une jambe
DU bien un bras, peu-lre alors
vous souvienilrcz-vous des con-
suls de sagesse que vous donl
nenl vos parents. Mais a'ors i-
s. m trop 'ard. Si nu in /< con-
ii in tau oun tti.

. a vu un Monsieurqui, aprs
in ,lei uni r qui lui avait t
oftert, prenait cong de la pa-
tio.in.-. Ce monsieur a la rpu-
I. lion >i lu- trs pingre. Com-
me il disait la dame, eu s'en
allant :
Madame, j'ai trs bien d-
j un.'-... Vous .-v*** Ai* ofaar.
niante. Voulez-vous me permet-
; de vous xivover quelques
Il urs?
Ella rpondit, le plus aiui.1-
blemt ut du monde :
Vous me fsre plaisir,cher
Mor.su ur.
Mais, une lois le Monsieur par-
ti, elle murmura I une de ses
a.nies qui avait assist au djeu-
ne! :
Lseront certainement des
fleurs de rhtorique..
... a vu un jeune homme en-
trei dans une petite boutique
des environs du MsTIM el de-
mander, voix basse A la pa-
tronne :
- Madame,donnez moi pour
Vingt-cinq centimes de Chester-
lield.
El lorsqu'il fut servi il sortit
di> sa poche un paquet de Ghes-
tertield vide et y engouftra celles
qu'il venait d acheter, tout eu se
promettant de dire, quand on
lui oftrua des Bat Bas ou autres
marques hadienres :
Merci, je ne luiue que des
Chssterflelds.
*
... a vu, hier, a ti heures du
soir, deux autos qui, l'avenue
John Hrown, faillirent violem-
ment se heurter. Les chaufleuis
tirent merveille de sang-froid et
d'habilet. De part et d autre on
en lut quiite pour un grosse
motion. Quelqu'un qui passait
tua de sa voiture une bouteille
de Rhum AUxRou,Coule et en rgala tout le inonde pour
remonter les curs, dit-il. No-
THE il. vit aoaaita la compa-
gnie reprendra Im promenade,
satisfaite et joyeuse.
*
... a vu de g< ntdles personnes
qui partaient pour un pique-
nique it se dsolaient parce
qu'en retard.
Ne vous en laites pas.dit ce-
lui .,iii tait au volant. Nous
n'avons pas a faire des emplet-
tes a droite et gauche. Nous
allons directement chez Flix
(j. I)i l'LtssY ou nous prendrons
toutes nos provisions, de la ga-
zoline et de la glace. Nous ne
perdrons pas une minute et nous
arriverons a temps. Lt cela se
passa comme l'avait dit le cbsut-
feu r.

... a vu, dimanche soir, Ci-
n- l'aldy, une belle jeune fille
qui se plaignait de n'avoir pas
trouv de place bien qu'elle et
tlphon pour en arrter une.
Francis, toujours aimable, ar-
rondit les angles et la plaa si
bien qu'elle cessa de sa plaiudre
t retrouva ce sourire qui est uu
de ses charmes.
M
.
... a vu, dimanche matin, un
groupe de dames qui, aprs
avoir pris cbezGairaud, l'Eldo-
rado, deux cockiails Voronofl,
ont paisiblement travers cher
VV dmaier, S Teimiuus ou elles
se pjyereut deux li. V. U. cock-
tail Naturellement lorsqu'elles
e turent oans l'autoinoniie, la
b on le Ull OY venue toute rou-
ge ai la brune vacibail uu peu.
;.
Bai unev ^prescription'de
Mdecin pour ies Froids et les
Maux de tt'-ie. '^'est le remde
connu le plus rapide.
&6 an tablette* aussi.
Assure i-vous contrit accident
la General Accident Fire &
mie -tsuarauce wroia.ioo Li
miled . Vve K. uWuimgtiain,
Ajeut Goval pour Bain,
I


PAGE 2
LE MATIN- 13 Janvier 1931

Inauquration de la suceur-
sale de la Banque Nationale
St-Marc.
Dimanche, 1 heure de la | ment Coicou, Mr et lins Cl-
prs-midi,rpondant l'aimable menl Pmard, Mr et Mine Sup
invitation de Mr VV. Voorhies.
nous avons t Saint-Mar.;
asister a l'inauguration du
nouveau local de la Banque
Nationale de la Rpublique
d'Haiti. Nos contrres l'Iacide
David, Mr et Mme Fulio Pierre-
Audain et nous avions pris pla-
ce dans deux autos o se trou
vaient MM. le directeur de la
Banque, les sons-directeurs
William et Waterschoot. Mvl.
les directeurs du Nouvelliste
et du Temps empchs s'-
taient fait excuser.
A 3 heures, nous tions Si-
Marc et une heure aprs on
procdait au baptme Ju coquei
difice. C'est l'ancien magasin
de Mr Charles Sterlin qui a t
restaur d'une laon si complte
par les architectes Daniel Brun
et Jourdan que vritablement
c'est une nouvelle construction
oflrant tous les avantages : l-
gance, SOllUit, lwi;......
D.'s discours lurent pronon-
cs par le nouveau Prtai Mr
Charles Paultre, le Commissaire
du Gouvernement Mr Dantt D,
Ad, le directeur de la succur-
sale, Mr Dodard et le doyen
Murt Dalencourt, assista cm
cette charmante petite lte : M V.
le snateur Paultre, l'ancien
Prtet Valbrune, le juge Wilson,
Stmo Alerte, otncier d'Etat*
Civil, Jh. Martelly, Magistrat
Communal, le Dr et Mme Cl-
1 ment Pmard, Mr et Mn
plies lils, Mr;ePMme H. Paultre.
Vlmc Dodard, Mlles Marie Ba-
ijouin, Marie-Ange Colimond.
Denise Michaud, Nelly .Coicou.
vlarie Nahoum, Myrla.Lanier,
Bva |Desbas, ..Batrix Bcha,
\nita Narcisse, MM. le pasteur
llarris, Dr Depestr, Dr Jour-
lan, Dr Urbain Dbrosse, le
capt. Norman Porrilz, chat du
district, H. Deschamps, W ilter-
van Langenscharzt, Dr Knol,
Raoul Wesca, L). Ad, Lon
Aterte^Victor., Guillaume, Ha
l)Ouin, Andr Morisset, direc-
"eur dej la Poste, Lon Dvot,
Mphonse Desbas, Dr Lanier.
Em. Michaud, Yrouauce Paul,
etc.
Une aimable rception fu
faits aux invits par le sympa
t'uque Directeur et Mme Do
dard Peroand Touya, Joseph
Compas et H Deg n it. Lscham
pagna coula, lei langues se d-
lirent, des eoa vwlions a'enga
girent et on passa d'agrable-
ni'imeii s en compagnie de-<
stint-marco qui lurent dune
courioisie parfaite.
A six heures, il fallut repren-
dre la route de Port-au-Prince
(il nous rentrions a S heures
;. vec une impression des plus
heureuses.
Nous renouvelons toutes nos
(licitatiooi MM.Voorhies et a
ses dvous auxiliaires.
Problme
Sachant que la misre but
son plein dans le pays, expli
quez pourquoi}:
lo Y a-t'il tant de monde
*assister aux fles ?
2o Y a fil plus de voilures
de luxe en circulation ?
3o Les hommes surtoul
s'habillent ils mieux?
REPONSE
lo Parce qu'il n'y a que
a luire.
2 parce que les voilures
sont de pl.'s en plus attra-
yantes.;
3o Parce que la liaison
Vincent CAUDINO
2**5, rue#Houne-Foi,
a'est spcialise en article pour
hommes tels que Casimirsd
toutes nuances et a unit ptix,
chapeaux lius.jj cravates et
chemises de toute beaut,qu<\
grce .son Stock lorniniable,
elle peut vendre des prixdi-
fiaut rlit nient toute coucur-
rence. Htndez-vous leviden
ce en visitant la maison Vin
cent Gaudino,225y Hue Boniu
Foi.
A WASHINGTON
WASHINGTON, 5 Janvier. -
Le prsident Hoover a annon-
c que les dpenses totales du
gouvernement fdral pendant
I anne 11)31 pour les travaui
publics s'lveraient 724.(1011.
100. Le prsident a inlorm le^
divers dpartements que le-
salaires devront tre conservs
leur niveau habituel dms les
localits o les travaux seront
eilectus.
Aprs avoir confr avec
le prsident Hoover, le repr-
sentant Will H. Wood, prsi-
dent du comit de la campagne
du Congrs, a dclar que M.
Hoover approuvait l'attitude de
VI. Hobert H. Lucas, directeui
du comit national rpublicain,
dans ses dclarations contre h
snateur Norris et les gens de
son espce.
De ton cot, le snateur \or
ris met en doute le rpublica-
nisme du prsident Hoover ;
.Quand M. Hoover, dit il, es'
revenu d Angletrre, il tait d-
mocrate et il est rest dmo-
crate jusqu' ce que, les r-
publicains arrivent au pouvoir.
Il est devenu autoin iiiqu-ineni
rpublicain eu acesp ant une
fonction dans l'administration
rpublicaine.
L'Amrique ci l'Ain ssioie
unis
GUELDY
Cette semaine] est^marque
pour les lgantes par un v-
nement heureux.
Les.pai tains i. Il .1.1 )\ le mai
lie purtuineur de Paris, sont ;.i
rivs. il estdilicile d'en donnei
nne description, les mo.s et les
qualilLatils restant tous au-des-
sous.de,leur lche. ll^laut von
de ses yeux et ressentir sans
pouvoir l'exprimer par des phra
ses, tout ce qu'une telle cration
peut voquer.
Dans leurs ravissantsjll i ons,
ils doivent tre chez tous tes
connaisseurs.
. l'u- (Visita au bureau I Jo<
Wootiey, angle de rues Fort
Per et Auiencaine, convaincra
les plus dilliciles.
jgPnx dfiant toute' coucurren
es.

Les .journaux italiens con:
mentent lanouvelle selon lc-
|Jx pf | i |"|"|0 quelle M citoyen amricain M-
1 Cil l LI I I > iait arriv Aduis-Abeba poi r
.rendre la charge de tonseilh-
linancierdu gouven emei t
thiopien, tandis qu'u i autre
aurait t nomm commissaue
uour l'instruction publique et
|ue des ingnieurs, galemei i
m encains, ; tudieraient 4deja
le pro|el de la construction
l'une route de. 500. kilomtres
menant au lac Tcliana. J
e Popolo dltalia crit
entre autres que le tait de ton
lier l'instruction) publique dts
imiicains est vraiment ton-
nant. Car l'instruction sert, en
dernier ressort, inam'n-r in-
tactes les traditions et, pour des
i sceuilants de Salo.nou, il n>
uauqu.oi que les Amricains
pour complter le tableau .
vjuaul aux i.iguieurs italiens,
qui ont enseigne tout le
monde comment ou construit
les routes , ils seront vincs
aux portes memes.;ds chez eux.
lumen du couronnement
Bjn vente aussi chez M. Gior- js*ssCdia*ipss, conclut le jour
dani, Cap-liaitieu et liez T. C.|p|J*J**P0D
Brutus, Jrmie.
le rti
iblique toile a pris
Petite
chronique
Tout une fin. Et l'anne
I)ixneuf-cent.trente*a atteint
la sieune. Elle est c-
lbre, comme les prc-
dentes d'ailleurs par tous
les .faits et gestes accomplis
an coursde son existence qui
a dur exactement troisceot
soixante cinq jours.
Nous avons pris tche,
depuis nombre dannes.d'en
rsgisirsr, ici dans *Le Ma
tin >," toutes les joies, toutes
les cruelles dceptions.toutes
les Mouleurs, tous les grands
ictes qui h murent et aussi
toutes les mesquineries qui
enlaidissent l'me. J Habitus
iiirsi rencontrer sur tout
le long de la route de la vie
jonche df roses et de ronces,
naque |our, les mmes joies
>es mmes beauts, les m-
nes tristesses, les mmes
ouflrances, nous '^pouvou
iflir mer que p >ur la plup-iri
les ooints de vue. toutes Isa
annes sont semb'ables. Ainsi
don , nos rub< ique^ ; Nais-
sance, })cs, tianailles, M i-
rmqc. Divorce, \ol. Suicide,
tour d'Assises, tc.auront cours
eu n'importe quel temps...
le sont des informations bana
'es, quotidiennes, qui do v nt
se renouveler chique anne..
Cependau les annes se
succdent m is ne se ressem-
blent piin. dit on souven ,
lut, elles ne se ressemole.il
pas. Les laits importants,
les vnements rares surve-
nus, tellement rares, qu'on
tenterait de les croire uou- :
veaux sous le soleil, crent
celte dissembl nue. L'aune
1930 qui s'est teinte, se
distingue de toutes les autres
p*r ces vnements que les
hatiens ont encore a lam
noire.Elle s'illustre par t ar-
rive et les travaux de ia
Commission presi lentieile
d'Enqute amricaine en Ha-
li ; la gran le consultation
populaire du 14 Octobre ; la
reconstitution des Chambres;
la lin du Gouverneineut de
dr Borno, le Gouvernement
de Mr Roy et l'avnement de
le Mr. Vtucent au pouvoir.
Cela tait trois Chefs d'Etat
eu 1930. . Ce qui n*est pas
ordinaire
Les vnements sont en
ma relie .. en course s vous
vouiez Les portes de toutes
les esprances nous sont lar-
ges ouvenes.Al'horizon poiud
un graud et profond mystre. I
C'esi l'anne UiX neuf cent
Imite ef un.. .j
L'anxit est troublante.
D'abord, il y a deux termes
qu'on emplois tous deux,
d'ailleurs, ; ceptuDles lors
quoD est la \e lie deu
.Nouvel Au L'un veut : Telle
anne nous arrive.L'autre:
< Nous entrons dansatelle an-
ne. Lequel de^cesdeux
termes vaut mieux ?
On ne sait.
En tout cas si c'est l'anne
Dix neut cent treute et un qui
uous est arrive,quelle nous
apporte, tout ce qu'elle a
de meilleur, qu'elle fasse
que tous tes vnemeuls aient
lieu daus le sens du bien
pour la Patrie Hatienue.
/M.us si c'est uous qui eu
trous daus l'Anne Dix ueul
cent treute et un, que nous
y entrions avec une loi ar-
leute de voir s'amliorer le
sort du peuple hatien, aque
uous y semions des faits, des
vnements capables de pro-
duire des truitsjles meilleurs
La population de Baint
rclame,..
Bainet le 10 Janvier 1931. %
Monsieur le Directeur du journal
i LE MATIN
Port-au-Prince.
Monsieur le Directeur,
Le Nouvelliste en date du
f> Janvier en cours a publi sous
la rubrique Houles publiques*,
une note que nous estimons tout
lai- dsobligeante pour Bai*
net. Sachant votre quotidien d-
fenseur des justes causes, nous
vous saunons infiniment gr de
publier dans voire plus prochain
nura io la note suivante sous
forme de Rectification . _M,
Bainet, dit Le Nouvelliste ,
relve de toutes faons de Ja ;
mel. Nous sommes parfaitement
d'accord sur ce poini.Notre ville
est en eftet sous une tutelle qui
l'oppresse ei la pai a'yse. D puis
l'ouverture de la route de Poi -
au-l'nnce. Jacmel.le gr nd nu.
veinent commercial qui s'est pro-
duit entre ces deux villes prouve
clair-meui que Jacmel ne se sui-
fisait pas ede-m.ne.El si Jac-
mel |ouii si largement rie ce nou-
veau Uf bouch,vous devez corn
prendre lobiiga >on pour nou
de sortir de notre isolcmeui.
Bainet est ui.e des plus uueies-
siniies communes de ta Rpubli-
que Les voyageurs qui nous vi-
sitant pour h premire lois sont
unanui-s dpoiecavec nous
not e ao amant ; nous uouvant
bleu iOp fVances pour accepte'
noire tal Bunei est i le cen
tr>-slcsp us iOoi i- u< Il Ei
a U:i dve op^cuicoi u n i|u<
et connurrcial des ,mus nnpui
taii's Tous ceux,qui constaieut la
grande qa-mtit de produds ali-
ni-itaiiesque noustouruissons
Jacmel reconnaissent que Bainet
est le grenier de cette dernire.Et,
la ulus ^cniie partie de cel.e pi os
pi i se perd, faute de coin uu
aiealion. No i* umq le i bou
ch est une mer sans dctMrca*
deie, lou|oui SOUVi nt de.non e q n- -.euis es
mariai i ilrepidr^ ri a ni icir-ux
soin capjble dallrooui. Qi
bain I ait pu i e->ler si loiigiemp
sans protester OOutrS un.- au si
grau le iiqustice et uu si long
oubli de i Lia ce n'est gure
o
une raison qu'elle reste jsmai*
loigne de tout cen'.re impor-
tant. Le Nouv :1 liste dans sa
premire oflensive contre ce pro -
iet de route proclamait que ce
serait oublier le programme du
Cartel que de penser i la
route de Bainet..Le Nouvelliste
est dans l'erreur, car tous tes
cartellistes et d'ailleurs tous les
e m nents candidats qui ont eu
honorer notre cit de leur vi-
site promettaient solennellement
aux Baineticns des Ecoles et la
route. E>, le prsident actuel.
Son Excellence Monsieur Stnio
Vmcent.lors de sa tourne triom-
phale Bainet pendant la cam-
pagne lectorale, avait trouv
parmi ses compagnons,un admi-
rateur de notre ville qui a eu
ublier dans Hati Journal ,
n article logieux pour Bainet
i ddi un Bainetien, o il
transcrivait les piomesses que le
irestigieux lu du 18 Novembre
disait notre population. Des
coles et la route, choses indis
en-abu-s notre dveloppe-
ment. Nous trouvons parfaite
uenl naturel que ceux qui b-
i- li lent un peu trop avidement
Ile notre isolement 1 tssent leur
sup ra* dort pour engloutir
mut projet de route entre Biinet
et fort-au-Prince. Qu'ils tassent
i de grands sacrifices pour mener
| un ca.npagne sans trve et en
employait tous les moyens.cela.
ions le comprenons pirlaite-
m n* Mus, nous BVoni confi n
t-; uni i s . i's giir^u qui
activent ce |nd vent do viennent ces coups et
les raisons qui en sont la cause.
La droiture de leur coeur ne bron
.liera pas contre des assauts un
peu vit mais avant tout... int
iess.
DsiOSl relve de toutes laons
de Jacmel c'est emendu, mais
l >ut. hos une fi et l'heure
de la fil d celte par.ly,a le
lut. il a soo . Qie Jacmel se
console.
Veuille! agrer. Monsieur le
Directeur, avec os meilleurs
remercHui.iitS, .ms salutations
distingues.
La Population de Bainet
Le Reprsentant de la Intel
Frrssi Port au Priuce
.Dimanche matin, a pass
Porl-au-Pnnce.o il n'est rest
d ailleurs que quelques heures,
un des reprsentant del United
Press. Il lut reu au Splendi
H el par M Cator, eorasn-
tant de la ' U ii'ed Hress en
Hati, Mvl. Charles Moravia,
Directeur du Temps, Placide
Divi-', Directeur de La Presse
E n*-si Chauvet, Directeur, du
Nouvelliste, et Clment Magloi-
re, Directeur du Matin.
Le reprsentant de la 'United
Press'' avait -, quelques mi-
nutes avan', reu par le Prsi-
dent de la Rpublique.
a louer
Deux excellentes pices
d'appartement, bien situes
la Graud'Hue, quartier coin-
raereial.
S'adresser
M John WOOLLEY,
Graud'Hue.
Os t4ft fcl;i3 i-
ittur/ j) ir liiiio
Battery pour Flashlights
% t moteur
aftery pour sonnerie Eiectn
que de la suprme marque
Bright Star.
S'adresser
John ri WOOLLEY
pour le
l'iiaiti.
En tin
plus grand bonheur
es annes ne se
ressemblent point. Formons,
l'occasiou de l'aune, nou-
velle, !esJvux,pour le bien-
tre de.^noire malheureux
Pays ; jetons Lui, pleine
bouche, nos meilleurs' sou-
haits par les quatre vents 1 .
Ph C.
1er Janvier 1931.
DISQUES
PATH
ROUGES
0,30 Or.
JOIMji.vVOJLLEY. J
Grand Hue. ;^
Choses
Cubaines
Le Diaria de la l'a ri n a autoris
i reparatre
LA HaVANE, 9 janvier.Le
Diario de la Marina* journal
de langue espagnol interdit le
19 dcembre, a repris sa pu-
blication, la suite d'une lon-
gue confrence qui a eu lieu,
entre le prsident Machado ei
le comte de K.vero, diteur du
journal.
M. Viv.mco, si c taire de
I Intrieur, a au'ons hier, pro-
vi-oinm-nt, le journal repa
laiire.
M Alr*o Baroni, charg du
service^des |in forma lions, arr-
t au moment de la fermeture
du Diario est encore sous les
verrous.
lu rallier de perles de50 000
dollars >sl el retrsav
La police secrte a retrouv
chez un brocanteur un collier
OS perle valu 50.000 dol-1
lars. Ce dernier avait t vol I
'anne dernire Mme Cathe-1
i ioe Davis U-ws de Glen Head. |
Long Island, lors de son pas-1
sage La Havane.
Aprs le vol, le collier lut
nvis en deux rangs et l'une
les perles monte en pingle.
Un diamant en torme de pone,
osant partie du collier, n a pas
eie retrouv. Il y avait en tout
126 perles.
Chacun des deux rangs fut
mis en gage pour 900 dollars
e-ar un nomm Aruro iValdes
Prado qui a t arrt. '
La libert de la Presse Ciba
^Le sans tii du 10 Janvier an-
uouce que l'arms et la Marine
ont reu des instructions de se
tenir prtes S aider la police ex
cuter les ordres reus. Le Prsi-
dent Machardo a ordonn
mus les, loumaux, except lt
Heraldo de Cuba de cesser
leurs publication:.
TB1__
maintenant les possesseurs
de stylos en connaissent le
prix quand ils achtent un
stylo de |bureau. Apportez
voire stylo Duofold ,vortre
distributeur et|il voua don-
nera gratis re coure.ture
de stylo de but eau si voastlui
arbetez une baie pour stylos
de Bu .eau. Inconditionnellement
gar. nti'. Distributeur
MOHR & LAURIN.Pt-an-Pce
ftrker
Duofold a
!*t
Le Dr Clovt Korniian
Nous avons en le plaisir de
recevoir la visite de Me Clovis
Ker iz'tn, Docteur en droit ds
la Facult de Paris, diplm
de l'iii o'e Libre des Sciences
Po i iq >es.
M. Keii izin qui est un ha-
tien de valeur compte sjour-
ner longtemp Port-au-Prince
o il recueille d'ailleurs la suc-
cession de Me Auguste Bonamy,
co une orreapon lant de la S.
UN. lontilasuivile9sancesily
a ie c la deux ou trois ans en
qualit de dlgu h^uen, avec
Monsieur Dants Bellegarde,
actuellement Ministre a Wa-
shington.
Foire de Paris
Ou 9 au 25 Mal 1931
L'empressement des exposants
retenir leurs stands la l'otRS
de Paris 1031 laisse prvoir que,
cette anne encore, il sera diffi-
cile le rpondre toutes les de
man les.bes listes d'adhsion se-
ront donc closes dans quelques
semaines pour la plupart des
sections. D'autre part, les de-
mandes tant places par ordre
d'inscription le Comit signala
qu'il y a urge <~e pour les in-
dustriels dsireux d'tre admis
i la Foue de fans d adresser
sans dlai leur bulletin dins>
cnp ion sod au sige du Comit,
23. Rue Notre-Dame-des-Vic-
loirea, Puis, soit l'un des
reprsentants officiels de la Poi-
re l'tranger.
La oiuci i.-nce de l'Exposi-
tion Coloniale Internationale da
Vmcenues attirera en 1931 un
important supplment de visi-
teurs tiangars et provinciaux
la Foire de Pans.Toutes dispo-
si ions sont dj prises pour
que ces visiteurs soient infor-
ms en temps utile des possibi-
lits d'aftaires que lenr ottriia
la Foire de Paris.
Le cornue signale ce propos
qu'un service de logement
fonctionne en permanence
la FOIRE DE PARIS. 23,
Rue Notre Dauie-dea-Victoires
i Paris, auquel peuvent s'adres
aer toutes personnes dsi.euses
d'obtenir des renseignements
concernant les tarilads voyjge,
le pris Jes htels.etc.Des circu-
laires spciales, avec question
naire appropri, sont la dis
position de tous ceux qui les
rclameront. C e s circulaires
comprennent entr'autres une
liste d'htels classes par caf
gones avec indication des prix
et par quartier.
Le Bureau de renseigne menl
conomiques et commerciaux
ouverts par la Foire de Fans
l'angle de la rue Montmartre et
de lu lue Feydan est maints
nant en plein lonclionncmenl
el as documentation s'eniichit
loua les |ours grce la colla
boration active des agents de
Cornue dans les divers paya ds
monde. Ce Bureau est is dit
position des industriels Iranatf
et trangers, importateurs os
exportateurs, pour leur lournir
tous renseignements relatila aax
dbouches, aux transporta, aux
voyage, aux douanes, etc..
a Loua.iui.iion de uooveaol
ha ii ta a u< edausleqaar
tier de l'Alimen ation pour la
matriel destin la Boulange
Le lliiiiiii Harbiiiiniiirl
Doni tes $&*}*+*+"* - *-
UN BARBANCOUAT
Dpot ;Rue dea Csars.


L MATIN 13 Janvier 1931
r-AGL4 3
Mosaques Hatiennes
Charlier-Malebranche & Co,
1224, Chemins'des Dalles, 1221
Tlphone : 2680
\Wm
,,,CES01R
Lucien Dalsace dans'
BELPHGOR
OU LE FANTOME DU LOUVRE.
Avec E'mire Vautier. 1er et 2e pisodes.
. Entre : 0 50 ; Balcon : 1.00.
ear- imti.
rie et la Confiserie. Ces sections
qai se dveloppent sans cesse
ncessitent dsormais une ins
lallation tonte spciale qui sera
ralise pour le mois de mai
prochain,
IDc
Est dcd hier sot Dorvillier
Thodore.
Les funrailles auront lieu
cet aprs-midi 4 heures pr-
cises en l'Eglise S'e Anne
Nous envoyons nos condol
ances aui la ni il les prouves.
Une Maison ayant tou'es
ses dpendances situ-eau B. s
de l'eu de Chose,* Avenue
Charles Cameau. S'adresser
Fernand^DORLEANS.
Avenue Charles Cameau
ASTHME
EMPHYSEME y
0PPRESSI0NS\
Soulagement immdiat .1 guerison par hs|
Globules Rbaud
Rsultats merveilleux, surprenant m me I
Ttutu Pharmact tmanter Kotht
B. DALICHOUX, 17, Rue Victor-Hugo
I BoU-Colombei (Seine)
la Cure i>9
CUROMAL
gurit
le mal *
Ol LA
OTNI
Mauvais sang. Humeur, Eczma, Artrio- Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
L* OOBOMAIa des Laboratoire du Rhne, a bue de sucs M extrait! de plantas
ranterme tout ce que la nature a produit de meilleur pour gurir le mal. Le plus puissant
puratU purificateur et rgnrateur du sang. Par son action antiseptique et laxaUre,
U gurit la constipation, entretient la liberu- du rentre, rne les fermentations et rduqua
l'Intestin. LB CUXOMAL est un di irtique puissant, il dissout l'aride unque. expulse les
testas*, nettoie Us reins et la vessie. Il gurit 1 Eczma, 1rs Maladies de la Peau et du Sang,
Varices, Ulcres, las Bhumattsmes, Maux de reins, Lumbago, Douleurs articulaires,
les Maladies de la Femme ge critique .Hmorragies, Douleurs du ventre, Fibrome
H ttffW et Umttur ma rurt tt curom al )i iuii hruriwk t loui affrmtr nu tattifi mon (oui mil
naff'fff (Mas il vinlrt, vtritia. Itourdmrmtnti, maux tt rtim. loul a iuparu. u plat fut favaU l
(linrr m nmmUUntm dClriUt Uon mari allant at rhumalumt va il mltux m nmux 1Kn.11 u il rrtut
** EES^TJi"1010t .~ .*. . -lut- |rlU aroebur. pu-,*...
MS mm '"""i, tBoeAT lYOH^OUIM (WsVjTj. a>
Manufacture Hatienne
de Uaaretles
GEB ARA & C
LES CIGARETTES
BaBas Fantal-Lon
u Dessalinienne*
' Colon *
Rpublicaine*
% Port-au-Princienne
i
Grce a, laGne&se dejeur arme ,font lesVl lices
des vrais amateurs
sve
S-
Agrable
||ichc
T
I riomphant
S
4
R
T
ound
arc ablc
ich
riumphant
u

*
croique
E
nerqique

CACHET D'OR
CACHET ROtJUE
CACHET BLEU
Deroical
aetic
Fine Liqueur
. uperfin
Fin
(iOLI) SEAL
RED SEAL
BLUE SEAL
Nouvelles .1 ALUMIMJM I NE
l.p M ;"> I iM .s I M.W i< Ll S HT ht. MOBILE
lilranures
uAlJ.O

~es
10 Janvier 1931. J_
Deux aviateurs po'iiDais
;ii l'Oies n Berliu
BERL NDeux avia'tuis po
lonais porvani di uniloimes l
goliers de \ olicff oni t arrt
et leurs aroolanes lurent saisi'
quand ils lurent orces d atierrn
sur le territoire allemand apr-
avoir vol bis sur Oppeln peu
d.-nl la rc plu n donne au
Chancelier B ueningqui lai' une
t urne trave- le pays,
biusleia refuse ui (-outrai
de 200.000 dollar.
HOLLYWOOD.Albert Eins
lein, savant allemand, a refus
l'oflre de 200.000 dollars poui
un contrat de cinq semaine
avec une importante compagnie
de films. Le film et t u'u.
laige intrt se mli'.ique.
Auv usines Ford de Dtruit^
DETROIT inquanle soi
xanie mille hommes de plus re-
tourneront au t< avait lundi dans
les usines de la Ford Motoi
Company snr la surlace de De-
iroil.A peu prs d.500 employs
Ll \ -S U l
oLn Letbi'liHT^ bAl lN
u skiiu.ei laijjst-ra N w Oileans le Lt en. et Mobile le
~ll dirteiemeut p .utks poitstiu Sud, l'oit au I lince et les
'^ouaives.
Fort au Prince, le 10 Janvier 1931.
A. Dt HATTE1S & Co.
Agents contre
la
CONSTIPATION
prenez l&s
COMPRIMS
SUISSES
de DELORT. Pharmacien,
U9, Rut Sain*-An tome
V'AFIIB
C'EST LE MEILLEUR
DES PURGATIFS
OQl retourns au travail lundi
dernier aprs la su pe sioopoQi
inventaire.L'usine Lincoln pro
luit 20 cars par jour et des
-rojets sont faits pour s'arrter
I s (o il les d Ur en Chalde
LONDHES )e surprenantes
lcouvertes faites par C. L.
Wooley, directenr d'une expdi-
ion associe pour l'Universit
te Pennsylvanie et le British
Musum qui dgage Ips ancien-
"es galeries d'Uren Chalde ont
lonn une confirmation dfini
ive au livre de Daniel, d'aprs
mt Charles Marslen^rch^ologup
qui a financ beaucoup d'expdi-
ions au vieux site bihlique.il a
lit hier que les dcouvertes de
M. Wooley montrent la proba-
mtKmimm'* **mmm*~m^.fc i lia s ,^" ,, r r ,
bilil des vnements rnppor's. J
M Wooley a dcouvert le palai-
de la princesse Bel Shuli Nanna
et il est possible que cela con-
duira quelques dveloppe-
ments intressants dans notre
connaissance de l'histoiie de la
Bible, a di sir Charles.
Le yeural Berthelol
subit une amputation
PABIS Le Kenral Henri
Berthelot qui commanda les
troupes tranaiaos sur lu Marne
pendant la guerre mondiale a
subi aujourd'hui .l'amputation
de.sa'jambe droite au-dessus du
genou pour arrter le proart
d'une maladie semblable dans
une certaine mesure celle qui
apporta la mort au marchal
Jollre.
PORT- AU-PRINCH
AI**.PKTRIJ8, Pharmacie ALBERTINI
Pharmaole du D- Justin VU RP
touttm le* bonne* Phmrmmeitm.
Bonne reoiupense
A qui rapportera aux bureaux
du journal une paire de lunettes
-lans un tui en cuir gar dans
la tourne du ,'lt dcembre der-
nier.
wmMlPs**
mtta.*ttisii m
Toutes les Po'ices
DELA
H
M
h
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux
aV
03
l
i
Euy.LeBosstiCo

Aqents Gnraux J
Poupes de Salon
Coussins
c-
Abat-jour.,
Grand choix de fournitures, glands
ranges, dentelles d'or assortiment dega-
ons Lam dentelle argent etc...|
Vous trouver./ lt dernier cri de Par s
a des prix tu's tnedrs.
Prendre adresse au MA'IIN.
Tlphone : 2267.
PASTILLES
Ml RATON
I l. r.l.-.l. < CM*TIL OUVOM
lliiiliaii lourist bureau
AVIS
r%Ui steamers HELITcTT,
STATENDAM etCABINTHiA
sont attendusa Port-an-Prince
respectivement le 11, Ie^l2^et
le 14 crt, avec des touristes.
Les Chauffeurs d'autos Jen
parlailesconditions sont donc
pris de passer s'inscrire en
uos bureaux, le Jeudi 8cour-
ra ni
Fort au-prince, le7 Jan-
vier 1931. huitian lourist bureau.
?^S. CATOit.
|REHERGIEMNTS
i'Mnie Vve Cinciuatus Laler-
11re, M. et Mme Frank J. Mar-
tin, Mlle L'ramne Lacoi ne, M.
et Mme Emmanuel Colimon.M.
An oine Cobmon remercient
i ieu sincrement Son Excel-
lence le HresicU n de la Hepu-
blu|ue, tes meiubre: du Corps
Lgislatif et Consulaire, les Fe-
pw ou St.-Espru, et tous !cs
amis qui leui oui donne des t-
moignages de sympathie l'oc-
casion de la mon de leur re-
grett Cincinaus Lalernre et
ies prient de cioue A leur pro-
tonde gratitude.

it
\



Mardi
13 Janvier 1931
Le Matin
24me ANNEE .V 7187
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
v
4 PAOEg*
HHMBSP.1
GLOBOLi
donne de la force
Convalescence
Neurasthnie
Tuberculose
Anmie
y Cui aV CLOBOL
Mf manie force nerveuse
I rend tua t.rtt> rajauR*)
tout* Uui nergie, leur
N leui visrutur.
aa HMaClM
m itio
--,.. ._
Mai/-.- tout ] svaota|ta
Ka [*u prrscntar U aro-
irapie artificielle, doot oa
parlni* toula faire un*
an6thi1* capable da rerapla-
rrr U transfusion ss/ifilna
e'Ie-meme rt ceci avec avaa-
tstfe. Huait-on, malgr qu'il
faille toujours avoir recoara
a elle, aa moins Jani lai caa
argents, nous a cro<
que la serolherapla pul
argents, cous ae crojooi paa
pu II sa
donner, en uea (aie at caa.
Us reiultati rejairajuaklei
qu'on peut obualr d'un ta-
ra prolongea it Olobal. K
f d'un orianlaase I re-
sncotrr. a rexisiflar. refai-
re, l'ail toujours ca Jrr-
alar que nous donneraai la
prclerrDCl
D* H Gsuurr.
l.ictnri s screneca.
Lauti tldrclnt ur Ptrli.
Klabllmrnts Criaillais
Crar 'a Pria:
Fourni* <*e IIou4t <1e Paris,
X nie VapSiMleanaa, Paris, et
fautes pharmacie*.

a. ,-fi fV"-*'A^' -a*-
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotkind )
Car la GENERAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisations
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur sou champ d'action qui embrasse le
monde '
Ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgt occasionus par la toudrj.
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
causs autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses PoHri s Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses P< lices contre accidents sont valables nsluniver entier. Tous les Voya-
geurs devraient donc prendre la prc ution de se m nir l'une police cootre accidents
d'au moins 4000 toll rs, la prime a muelle u'etani qui- d. 1/2 /. soit 20 dollars U. C.
Veuve F. BERMINGHAM, Aux Caves
SOUS- GENTS
Agent Gnral p.ur Hait;.
Port-au-Prince. G. G1LG
JEAN BLANCHET Jrmic
Vvis
/
0
Seertlairrrif d'Etal du Commene
Le Dpartement du (lom
merci- u le plaisil de porter t
la connaissance des intresss
3u'il a t dcid que la vente
a tu bac en houcaiii sera
permise partir du 15 Jan
viar prochain, suivant des
rgit mania d'administration
et un Arrt prsidentiel qui
seront incessamment ports
i la con laissa ne du public.
Port au Prince.le 29 dcem
bre 1010.

Ha Droguez" pas un
Enfant Enrhum
A a bague, les droguns d- ;
l'eetomuc dlicat d'un
Lykes Brothers S S Co Inc.
rexas Hati Santo Domingo Porto Ricot
.e seul service hebdomadaire et icgi.lier passagers el
entre les porls du Go! le du Texas .directement avec
Pon an-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile rie vos
importations, servez vous toujours des navires de le LYKES
UNE.
4,aPr0SWnef arriv S/Sa Tillie Lykes
S/S Genevive Lykes
S/S Stella l.ykes i
S/S Margaret |.\kes *
le 16
le 23 janvier
IV
le 30
le 5 lvrier 1931.
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat, Boite Postale B 46.
Avis au Commerce
La Panama Railroad Steamsbip Line a l'avantage
d'annoncer les dparts suiv.ints de New-York pour
Poriau Prince, dirclemen', durant le mois de Janvier
J a_l**,)\/.
Dport de hem Yor/c ,4 rrimujes fort au Prinee
t Buenaventuraal ]3 le 19 Janvier 1931
3/S Ancou le 20 J:inv. le 25 Janvier 19.il
JiS.H.C. VAN REED
Agent Gnral
La Yatke, tant employ ex-
lent, ne drange par
t paa la digestion. E
eux manires:
(1) La* ingrdient;!, dgagea
pat m ahalfiir du corps, sont
aWiee toua forme de vapeurs.
I) la mme temps, le Vicka
aa douleurs comme ua
VJCKS
? V Ar-ORUB
A
ip Aprs un banquet ou une nuit de fte,
jr.; dbarrassez-vous des effets qui s'en
-i suivent en commenant la journe
' ; avec un verre d'eau et une cuillere
de ce laxatif doux et rafrachissant.
LENO'S-FRUIT SAIT
Horn-Line
o-
Le m/SfPrida Horn . ve-
nant d'Europe, sera ici vers le
14 Janvier,partant pourKings
ton, Sto Domingo et O r^ao,
prenant Ir et nassagers.
lINBOLD&Cie, Agents.
Les plaques d'automobiles
pour l'anne 1931 ne doivent
pas tre places sur les v
hii-nles avant le 16 Janvier
1931.
(Aucun vhicule ne s^ra !
permis de circuler avec les I
phqnes de 1930 aprs le 20
Janvier 1931.
"'ortau Prince, N 30 dcem |
' bre 1930
C.I.MURRAY
, Major, Garde d Hatti-
Chel de la Police.
-
ls "" Commission
Communale
de Port au Prinee ___
A le plaisir d'aviser le Com-
merce et le public en gnral
que. par dcision du Gouver
nement de h Rpublique, la
vente du Tabac en boudant'
est permise partir du 15
janvier prochain.
Htel de Ville, le 3 janvier
1931.
Cordonnerie Mont-Carme
Hyppolil*R. Judy
A COTE DE LA POSTE, GRAND-RUE 1722.
Vient d'arriver un b^l et gr and assortiment de Chaussd
res de toute fracheur et de tou'e beaut.
On y trouvera, en outre,des bretelles,''ravates, chaussette
Chapeaux, etc, etc. et tons autres articles de choix, de noi
go1 et bon march, *
Mesdemoiselles, Mesdames. Messieurs, une visite s'imp-i?
la < ORDONNERIE MONT CARMEL.
du D' JAILLET
TONIQUE DIGESTIF RECONSTITUANT
Contre A. MIE digestlve,
ANEMIE d'origine respiratoire,
ANEMIE consomptlve,
ANEMIE par excs de travail intellectuel ou corporel,
f, ANEMIES conecutlves an Maladies elguM,
ANEMIE des Paya chaude
et contre les Maladies du TUBE DIGESTIF. *
intl que Iattestent plus de 100.000 lettrei manant du Corps mdirai, aucuna prpintlOii
ne pi'ul tra -omparee au rEPTO-FKR du D' JAILLET pour gurir LUnrmlr, >
Chlorose, les I'les couleurs, 1.-. mauvaises Digestions et, en gnerai, tovle 0l)illt''.
MODE D'EMPLOI : Un palil erre liqueur Immdlstsmsnt lorii la raaai.
-- ----
Oro i DAlillAHitE Frraa, la. Rue Pave*. 13 PARIS <*>
Oeiull i Toutoa b >r a
Panama Railroad iStamship Linc
Service de irl el de pcissciqers enlt e
NEW-YORKC'l Y N. Y. CRferOBL, lANAL ZONE et les PORTS de la COTE
Plus
et les
-"*
OUEST de I AMuRlijUE du SUD.
rapine et le plus d cet service de transport de passagers et du tr. entre Haiti
ports Europens vit. N'ew-Yord et Cristobal, Canal Zone, Isthme de Panama
Voici la liste de m gents pour les principaux p i ls de l'Europe :
Angleterre Kcoaae France
Mrs. G W. SHFL1 ON & Co 17 James Street, I.iverpool. Enoland
The iallowiiq ;m ini Ageuls al ariacifal ports in Kurope :
KNGL\N1), SCOTLaND. FRANCE.
Messrs G. W, SHELDON & Co.,
17 Jaraesi Street, Liverpool, Eugian
In ranct, Messrs G. W. Sheldon & Co. are reprsente Uby the t >1( > v\n fir.us
Hamburg Amerika i ,inie
Le luxueux bateau touris-
tes < ReliaVCe , venant de
New Y'rk, est attendu ici
dimanche le 11 cri. a 7 h du
matin, il partira 2 h. p '
I p-iur Kiogsten, C La
Havane etc, oftra". te occa
sion unique nour passagers.
REINBOL.D & Co, Agents.
Ce qui n'a Ja nais t fait
Ce qui ne -eut tre dpass
Kola Charripaqne
F. SJOURN
Ppar dans des conditions rigoureuses
D ASEPSIE
'rpantioit et Vp-\*p
pharmacie f.sejour.,:;<:
Angle des Riies'.Roux et du Centre.
Gleiati.y Henk -.y & Co
21 Rue del Rpublique
M irieilli! i.
Hwinu Perom* C.UdJ
53 Quai George V.
llavie
HtflNi Psron & Co., Ltd.
& Rue du Moulin Vapeur,
Boulorne sur Mer.',
Messrs E. A. Bisnix & Co
21 AllengaJe, Copenhagea.
Oslo, Norwat.
International
Speditionssdkap .Oslo.;
ajd.ATLANTIC PREIOBT CORTM
Ballinhaus, Hamburg 1.
Germauy
Messas Atlantic Frrioht
Corporation
Germa ny
r$3 \tlaniic F'rkinqht
Corpn.,
24 Quu Jordaeus,
iIbhn l'saoN & G* Lt.
95 Rue'.des Maris,
Paris.
Hehnl i -eron & Co Ltd.,
Rue de Tranquilit,
Duukerque.
HaaNu Paam Co Ltd.,
^ y Rue Roy,
Bordeaux.
i knoe, Italy.
M. vsrs Henry Coe & (.lerici
Piazza S Matteo.No lSQanop
Cotte nuurg. 6whden.
Nordisk Express,
Cothenburg,
[^Messrs Atlantic Freioht
Lorp'n.
Kon Emmaplein 3,
Rotterdam Hollaud
{|aass SarVMA>w A Co
f)

insurance *
lii,
Une des': plus tortes COMPAGNIES

CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
sa
EUG. Le BOSSE & Ce,
Aaents Gnraux
-
s


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs